Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrangers dans la cité romaine

 | 
Rita Compatangelo-Soussignan
, 
Christian-Georges Schwentzel

Troisième partie. Mouvements de populations dans le Nord de la Gaule et les Germanies : de l’époque celtique à la fin de l’Antiquité

Romanité et germanité dans la région rhénane aux ive-vie siècles

Le témoignage des inscriptions chrétiennes

Marie-Pierre Terrien

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Y. Modéran a montré toutefois que l’immigration barbare sur le territoire romain remontait aux ori (...)
  • 2 Dans les Germanies, la christianisation au ive siècle est un phénomène essentiellement urbain, ell (...)

1L’histoire de la région rhénane, véritable lieu de passage, est dominée par les contacts entre les mondes romain et germanique, qui se sont accentués avec l’incorporation de Lètes dans l’armée romaine dès le iiie siècle1. Selon le régime de l’hospitalité, ils étaient hébergés avec leurs familles. Ce processus d’intégration s’est amplifié avec l’installation officielle de certains peuples dans l’Empire romain, établis avec un foedus, et lors des invasions. Les inscriptions chrétiennes, qui apparaissent dans la région rhénane au ive siècle2, témoignent avant tout du maintien des populations gallo-romaines et sont un indice important de la persistance du christianisme au ve siècle, malgré les raids répétés des Germains. Chrétienté s’associe en effet à romanité. Pourtant, lorsque l’onomastique est germanique, ces inscriptions permettent aussi de déceler la présence de Germains sur la rive gauche du Rhin. Sont-elles un indice pertinent de la présence de nouvelles populations en certains endroits plus qu’à d’autres ? Que nous apprennent-elles au sujet du degré de christianisation des peuples germaniques et quelles conséquences le mélange d’apports divers, à la fois celto-romains et germains, chrétiens et païens, a-t-il eu dans le domaine religieux ? Il convient de distinguer plusieurs rythmes de développement, car la nouvelle religion ne s’est pas imposée partout avec la même intensité. Nous étudierons dans un premier temps les inscriptions de Worms, capitale présumée du peuple fédéré des Burgondes, et nous les comparerons à celles de Cologne, véritable îlot de romanité en Germanie seconde. Dans les agglomérations secondaires, où le christianisme essaime à partir du ve-vie siècle, les inscriptions semblent avoir bien résisté dans un premier temps à la germanisation, notamment dans la vallée de la Moselle. En revanche, à partir de la fin du vie siècle, certaines incompréhensions épigraphiques et iconographiques laissent supposer que l’âme des Germains s’est imprégnée difficilement de la nouvelle religion. C’est ce que nous examinerons dans une deuxième partie. Pour terminer, nous verrons que, sous l’effet de la christianisation, s’est formée une nouvelle identité culturelle, résultat d’une osmose entre substrat gallo-romain et apport germanique.

Worms : une germanité marquée

  • 3 « Tout le pays qui s’étend entre les Alpes et les Pyrénées, tout ce que limitent l’Océan et le Rhi (...)
  • 4 Le premier évêque connu de Spire est Iessis, celui de Worms est Victor, celui de Mayence Martinus. (...)
  • 5 Seules les inscriptions de Mayence dédiées à Florentins et à Crispinus seraient datables des ive-v(...)
  • 6 Par ailleurs, durant cette période troublée, l’archéologie ne permet pas en général d’évaluer le d (...)
  • 7 Gauthier, 1980, p. 129-130. Voir également à ce sujet Ewig, 1976.

2En 406, plusieurs peuples germaniques franchirent le Rhin, bientôt rejoints par les Suèves et les Silingues. La région de Worms était située dans l’axe de ces invasions qui l’ont touchée de plein fouet. Les auteurs anciens brossent une image très sombre de la Germanie première durant la période troublée du ve siècle, qui voit les Germains affluer. De Bethléem, Jérôme décrit les faits et dresse un tableau pessimiste de la région rhénane, puisque la plupart des villes, telles Mayence, Spire et Worms semblent détruites3. La population a probablement fui dans des provinces moins exposées. Des communautés chrétiennes existaient en Germanie première dès le ive siècle comme l’attestent les sources écrites4, bien que les témoignages épigraphiques soient maigres pour cette époque5. En revanche, durant tout le ve siècle, les données de l’histoire ecclésiastique deviennent inexistantes, comme le montrent les listes épiscopales. L’absence totale de toute mention d’évêque, dans une région étendue et pendant une période prolongée, peut suggérer que cette situation entraîna une interruption de la succession épiscopale6. Il semble d’ailleurs que ce soit le diocèse de Trèves qui ait pris en charge la vallée inférieure de la Moselle, autrefois rattachée à la Germanie première, comme s’il n’y avait plus d’évêque à Mayence à la suite des invasions germaniques7. L’implantation du christianisme a dû être bien évidemment fortement perturbée, voire stoppée.

  • 8 « Burgundiones partem Galliae propinquamtem Rheno optinuerunt », S. Prosperi Aquitani chronicon, M (...)
  • 9 Plusieurs théories s’opposent au sujet des modalités de l’hospitalitas d’un peuple fédéré dans une (...)
  • 10 « Pour leur part, les Burgondes – un nouveau nom pour des ennemis nouveaux –, qui comptaient à ce (...)
  • 11 « Jovinus apud Mundiacum, Germaniae alterius urbem, studio Goaris Alani et Guntiarii, Burgundionum (...)
  • 12 L’interprétation du texte d’Olympiodore présente d’ailleurs des difficultés, car on ne sait pas lo (...)
  • 13 Une boucle de ceinture en bronze à décor caractéristique provient d’Abendheim, faubourg situé au n (...)
  • 14 Bernhard, 1982.
  • 15 Il est malaisé de situer dans le temps les inscriptions de la région rhénane, puisqu’elles sont dé (...)

3Mais, paradoxalement, les sources écrites avancent que c’est justement au ve siècle qu’aurait eu lieu la conversion des Burgondes. Selon le chroniqueur Prosper d’Aquitaine, ils obtinrent en 413 une partie de la Gaule située sur le Rhin8. Il s’agit probablement d’une concession territoriale de la part de l’empereur, mais les conditions de leur installation sont difficiles à définir9. Selon le témoignage d’Orose, l’installation des Burgondes sur la rive gauche du Rhin a été suivie par leur conversion au christianisme10. La plupart des historiens ont situé leur territoire aux environs de Worms, malgré un fragment d’Olympiodore localisant leur royaume en Germanie seconde11. Cette opinion est fondée sur le Lied des Niebelungen, écrit vers la fin du xiie siècle, qui fait de Worms la capitale du roi Gunther12. Mais les témoignages de la présence des Burgondes dans la région de Worms au ve siècle sont plutôt maigres13. Les recherches réalisées par H. Bernhard sur les objets du ve siècle entre Strasbourg et Mayence ne sont guère plus concluantes ; l’archéologue a bien constaté certaines influences de la Germanie de l’est pour la phase qui suit l’invasion de 406/407, mais il y voit seulement la preuve de la présence transitoire de personnages de souche burgonde, gothique ou alane14. Certes, Aetius transféra les Burgondes en Sapaudie vers 443, ce qui explique peut-être qu’ils ont laissé peu de traces. Mais il est probable toutefois qu’une partie de ce peuple resta en Germanie. N’est-il pas possible d’analyser les identités culturelles autrement qu’en se fondant sur la mise en évidence d’indices archéologiques ou anthropologiques ? Quel est l’apport des inscriptions chrétiennes à ce sujet15 ?

  • 16 Boppert, 1971, p. 15 9-163. Une autre inscription, dédiée à Aldualuhis, est plus tardive (viie-vii (...)
  • 17 Grégoire de Tours, HF V, 44, traduction R. Latouche, p. 312.

4Le formulaire des cinq épitaphes mises au jour à Worms, datables des ve-vie siècles, est traditionnel16Hic quiescit in pace…, qui vixit…, titulum posuit… –, de même que les thèmes de ces inscriptions, en l’occurrence le repos en paix et l’espoir d’une vie éternelle. Toutefois, l’onomastique est franchement germanique – Ludino, Puasi, Quito, Siggo, Boddi Ivio… (fig. 1 et 2) –. Par ailleurs, l’écriture est étrange : ainsi sur celle de Pauta, on remarque le graphisme très particulier et inhabituel du Q, enroulé sur lui-même (lignes 1 et 3) et l’on peut s’interroger sur son origine. Les Germains ont dû progressivement adopter l’écriture latine, en même temps que la langue, mais en y ajoutant des éléments propres à leur culture. Au vie siècle, Grégoire de Tours mentionne en effet que Chilpéric Ier (561-584), qui entreprit d’écrire un traité de théologie ainsi que des poèmes, ajouta des lettres à l’alphabet, comme ae, thé, uui17. Les signes reproduits par les manuscrits ne permettent pas de savoir exactement de quelles lettres il s’agit, mais cet exemple montre que l’alphabet latin a pu être modifié par les nouveaux arrivants. Par ailleurs, les symboles chrétiens primitifs sont plus fantaisistes. Ainsi dans l’inscription de Pauta (fig. 1), le chrisme est transformé en roue et il est entouré de colombes très stylisées, tandis que les palmes sont remplacées par des branches d’arbre. Nous reviendrons dans notre troisième partie sur l’interprétation que l’on peut faire de ces symboles.

Figure 1. Worms, inscription de pauta, ve-vie s. (Mayence, Mittelrheinisches Landesmuseum)

Figure 1. Worms, inscription de pauta, ve-vie s. (Mayence, Mittelrheinisches Landesmuseum)

Figure 2. Worms, inscription de Ludino, ve-vie s. (Mayence, Mittelrheinisches Landesmuseum)

Figure 2. Worms, inscription de Ludino, ve-vie s. (Mayence, Mittelrheinisches Landesmuseum)
  • 18 À Cologne, les premiers témoignages du christianisme apparaissent au début du ive siècle. Maternus (...)
  • 19 Schmitz, 1995, n° 3, p. 658 (inscription dédiée à Donatus), n° 4, p. 663 (inscription dédiée à Eme (...)
  • 20 La confusion entre e et i ou bien entre ae et e est attestée dès le ive siècle, ainsi que la chute (...)
  • 21 En 406, puis en 451, lorsqu’Attila envahit la Gaule. Certes, Aetius tenta de soutenir l’Empire rom (...)
  • 22 Cinq épitaphes trouvées à proximité de Saint-Géréon sont datables des ve-vie siècles (Schmitz, 199 (...)
  • 23 Gauthier, 1975, n° 9, 20, 30, 62, 67, 137, 140, 145, 15 2, 162, 200, 204. Fidelis seul est égaleme (...)
  • 24 Schmitz, 1995, n° 44, p. 737.
  • 25 Gauthier, 1980, p. 127-128 et p. 137.
  • 26 Cf. à ce sujet Doppelfeld et Pirling, 1966, Steuer, 1980 et Päffgen, 1992, t. II.
  • 27 L’expression in hoc tumulo requiescit, accompagnée de in pace ou de bonae memoriae et du verbe tra (...)
  • 28 Schmitz, 1997, p. 183.
  • 29 Un exemple est attesté à Metz : Gauthier, 1975, n° 245 (deuxième moitié du ve siècle, voire vie si (...)
  • 30 Gauthier, 1975, n° 75, 154, 178, 232.
  • 31 Carentin de Cologne est connu grâce à un poème élogieux que compose Venance Fortunat vers 565 et q (...)

5Force est de constater que ces épitaphes sont très différentes de celles de Cologne18, produites sans discontinuité à partir du ive siècle et selon la tradition romaine. Une cinquantaine d’inscriptions et fragments, datables des ive-viie siècles, ont été mis au jour à Cologne, contre cinq à Worms. C’est de Saint-Géréon que proviennent les inscriptions de la région rhénane les plus anciennes19. Elles comportent des noms de fonctionnaires romains, protector ou centenarius, et l’onomastique est gallo-romaine (Donatus, Emeterius, Martinianus) (fig. 3). Quant à l’écriture, elle est régulière, les lettres sont bien gravées et les vulgarismes sont peu nombreux20. Les symboles iconographiques les plus primitifs sont d’une grande simplicité : chrisme accompagné des lettres alpha et oméga et entouré d’un cercle constitué d’une seule ligne, croix monogrammatique, colombe. Au ve siècle, alors que la situation de la Germanie seconde semble désespérée suite aux invasions répétées des Germains21, les inscriptions chrétiennes de Cologne continuent à être gravées selon la tradition romaine22. Certes, aucune de ces épitaphes ne fait partie d’un ensemble clos. Toutefois, la formule fidelis in pace, qui disparaît à l’époque mérovingienne, est caractéristique, à Trèves, des ive-ve siècles23. Comment peut-on trancher : ive ou ve siècle ? Parfois, c’est l’aspect des symboles chrétiens qui permet de conclure. Les palmes, situées de part et d’autre du chrisme, apparaissent au ve siècle, les colombes sont plus stylisées et plus schématiques que dans les inscriptions du ive siècle : ainsi, dans l’épitaphe dédiée à Leontius, les ailes sont suggérées par deux traits et la tête est réduite à une ligne courbe24 (fig. 4). En général, ces inscriptions comportent encore peu de vulgarismes. La production ininterrompue des inscriptions chrétiennes prouve qu’une partie de la civilisation antique a perduré à Cologne, en dépit des invasions germaniques, contrairement à d’autres régions qui ont été désertées. Un parallèle intéressant appuie cette suggestion : à Trèves, c’est du ve siècle que date la majeure partie des épitaphes chrétiennes conservées, alors que la cité a été dévastée quatre fois avant 44025. Au vie siècle, bien que les Germains soient massivement installés sur la rive gauche du Rhin – des nobles francs ont d’ailleurs été inhumés au vie siècle dans la cathédrale de Cologne, ainsi qu’à Saint-Géréon et à Saint-Séverin26 –, la tradition épigraphique romaine reste encore fortement ancrée. L’onomastique et le formulaire sont gallo-romains et les lettres sont profondément gravées27. W. Schmitz avance d’ailleurs l’hypothèse d’une école romaine qui se serait maintenue à Cologne28. Seuls quelques détails diffèrent, comme la croix monogrammatique, désormais constituée d’un trait double29. L’écriture est en général régulière (fig. 5), elle se modifie très légèrement : ainsi le U est désormais arrondi comme dans les inscriptions de Trèves30. Les évêques ont joué un rôle important dans ce maintien de la tradition. Après la période troublée du ve siècle, c’est en effet à l’Église que revient le rôle de succéder à l’Empire romain en ruines. L’évêque est la principale force vive des chefs-lieux de cités, c’est lui qui perpétue et transmet l’héritage antique, c’est lui aussi qui restaure et reconstruit31.

Figure 3. Saint-Géréon de Cologne, inscription de Martinianus, ive siècle (Musée romain-germanique de Cologne)

Figure 3. Saint-Géréon de Cologne, inscription de Martinianus, ive siècle (Musée romain-germanique de Cologne)

Figure 4. Saint-Géréon de Cologne, inscription de Leontius, ve s. (musée romain-germanique de Cologne)

Figure 4. Saint-Géréon de Cologne, inscription de Leontius, ve s. (musée romain-germanique de Cologne)

Figure 5. Saint-Séverin de Cologne, fragment d’inscription, vie s. (musée romain-germanique de Cologne)

Figure 5. Saint-Séverin de Cologne, fragment d’inscription, vie s. (musée romain-germanique de Cologne)

6La confrontation des inscriptions de Cologne et de Worms a certes permis de mettre en évidence une influence germanique dans ces dernières, notamment dans l’onomastique. Mais la germanité se lit surtout en négatif, dans l’absence d’intérêt des Germains pour l’épigraphie et dans le nombre restreint des inscriptions trouvées à Worms. En effet, la christianisation des Germains ne s’est pas forcément accompagnée de romanisation. Ainsi les nobles francs présents à Cologne, qui se sont fait inhumer dans un lieu saint chrétien, notamment dans la cathédrale, n’ont pas jugé utile de se faire graver une épitaphe alors qu’ils en avaient les moyens. C’est donc avant tout le faible nombre d’inscriptions chrétiennes mises au jour à Worms qui est révélateur de germanité. En revanche, à Cologne, les nombreuses inscriptions chrétiennes produites sans discontinuité du ive au viie siècle et selon la tradition témoignent du maintien de la population gallo-romaine, qui a cohabité avec les Francs.

Les agglomérations secondaires et le monde rural, entre romanité et germanité

  • 32 Les légendes martyriales de Bonn et de Xanten ne sont probablement pas antérieures au vie siècle e (...)
  • 33 Boppert, 1971, p. 99-103.
  • 34 Sur les origines et la formation du clergé à l’époque mérovingienne, voir Leguay, 2002, p. 332-333
  • 35 Voir à ce sujet Heinemeyer, 1979, p. 16 sqq.

7Au vie siècle, le christianisme ne se concentre plus uniquement dans les chefs-lieux de cités. La nouvelle religion essaime en effet dans plusieurs localités jalonnant le Rhin, comme à Bonn, Xanten32 ou Remagen en Germanie seconde, Boppard, Carden, Coblence, Bingen, ou Bad Kreuznach en Germanie première. La plupart des édifices chrétiens construits à cette époque ont réutilisé des vestiges antiques, notamment à Boppard ou à Coblence. Cette adaptation souligne le glissement progressif entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Les nouvelles communautés religieuses sont dirigées par des prêtres, tel Aetherius de Bingen (presbyter), attesté par une inscription33. Mais les témoignages de ce genre sont rarissimes. Les sources ne permettent guère d’apprécier l’organisation et l’intensité de la vie religieuse dans ces localités, encore moins de connaître l’identité et l’activité de ces clercs qui encadrent la population34. Au regard des témoignages écrits et archéologiques, il est clair toutefois que ces communautés ne constituent pas un réseau structuré et organisé. La christianisation au vie siècle, en effet, ne doit pas être imaginée comme une œuvre d’évangélisation systématique menée à bien progressivement par les évêques, mais au contraire comme une action ponctuelle. L’implantation d’églises ici où là est le fruit d’initiatives personnelles de rois, de nobles ou d’évêques35. Le christianisme ne s’est donc ni imposé partout ni au même rythme. Les inscriptions chrétiennes de la région rhénane reflètent une christianisation éparse, non uniforme. Environ une centaine d’inscriptions et fragments datables des ive-viie siècles ont été mis au jour dans les Germanies ; leur répartition montre que le christianisme s’est implanté de préférence là où il y avait eu des camps romains, établis sur le Rhin et sur la Moselle. Toutefois, le passage du latin à la langue romane ne s’est pas fait partout de façon uniforme. Ainsi, en Germanie seconde, si l’on enlève la cinquantaine d’inscriptions provenant de Cologne, le bilan est plutôt maigre : trois proviennent de Bonn, deux de Remagen et deux de Xanten. En Germanie première, en dehors de la vingtaine d’inscriptions mises au jour à Mayence et à Worms, la plupart proviennent des localités situées sur la Moselle (une à Coblence, quatre dans les cimetières de Cobern-Gondorf ainsi que plusieurs fragments, une à Carden, une à Müden, quatre à Boppard) et quatre de Bingen. Là encore, la germanité se lit surtout en négatif, dans l’absence d’intérêt des Germains pour l’épigraphie et le nombre relativement restreint des inscriptions mises au jour.

  • 36 Sur la genèse des langues romanes, voir les travaux de M. Banniard (notamment Banniard, 1999).
  • 37 Schmitz, 1997, p. 177-202.
  • 38 Voir à ce sujet Dierkens, 1984, p. 9-10 et Hen, 1995, p. 154-206.

8Dans la vallée de la Moselle, ces inscriptions témoignent bien du maintien des populations gallo-romaines dans les anciens camps romains. L’onomastique est presque exclusivement gallo-romaine : Armentarius, Desiderius, Mauricius… L’apport germanique ne se fait pas beaucoup sentir. Le latin se modifie peu à peu36, les vulgarismes se multiplient et l’écriture devient plus irrégulière, certaines lettres étant plus petites que d’autres. Les symboles chrétiens, notamment les colombes, sont plus stylisés, mais leur signification a été en général bien perçue : la panse du rhô est à l’endroit, le chrisme et la croix monogrammatique ressemblent à ceux des ive-ve siècles (fig. 6). W. Schmitz a souligné d’ailleurs que la langue latine a résisté à la germanisation dans la vallée de la Moselle à cette époque charnière entre l’Antiquité et le Moyen Âge37. La population fortement romanisée, qui s’est maintenue dans ces localités, était en effet plus réceptive à la nouvelle religion. À la même époque dans le monde rural, le christianisme était peu implanté, les fondations d’églises y ont été quasiment inexistantes. Cette germanité profonde est confirmée par l’absence d’inscription chrétienne. Le baptême de Clovis n’a pas largement converti le peuple franc, même si cet événement symbolise le mélange des cultures romaine et barbare. Les textes du vie siècle abondent d’ailleurs en témoignages de superstitions païennes et ne donnent pas l’impression d’une religion massivement répandue38.

  • 39 Une soixantaine d’inscriptions chrétiennes datables des viie-viiie siècles ont été mises au jour e (...)
  • 40 Gauthier, à paraître.
  • 41 Un parallèle intéressant peut être établi avec les incompréhensions notoires en matière d’iconogra (...)

9En revanche, les inscriptions des viie-viiie siècles, qui continuent à être produites dans les localités situées le long du Rhin et de la Moselle, mais aussi désormais dans les régions rurales, montrent une influence germanique de plus en plus manifeste39. En effet, le formulaire, l’écriture, l’onomastique et les symboles chrétiens se transforment profondément sous l’influence des Germains, qui sont désormais plus réceptifs à la nouvelle religion. Ainsi, un certain nombre des inscriptions d’Andernach présentent la particularité suivante : elles sont datées, non d’après le système romain des nones, ides et calendes, mais d’après un comput propre aux Francs mérovingiens : les jours sont comptés par le quantième du mois et la date s’exprime sous la forme Quod facit mensis… dies… Étant donné que ce sont surtout les ides et les nones qui ont dérouté les Germains, ceux-ci ont eu recours au nouveau comput pour une partie de l’inscription et au comput romain pour l’autre40. Les symboles chrétiens sont de plus en plus fantaisistes et très éloignés des motifs primitifs. Ainsi deux figures quadrangulaires imbriquées dans un cercle ornent l’inscription de Bingen, dédiée à Bertichildis. L’inscription de Lehmen se termine par de curieuses figures géométriques en demi-cercle. Enfin, l’onomastique est germanique. L’écriture est désormais maladroite et irrégulière, voire déformée : le o est représenté par un losange ou un D, le v par un y et le s se transforme parfois en x. Les lettres sont anguleuses et étroites (fig. 7). Il faut certainement voir dans les inscriptions de la région rhénane des viie-viiie siècles une influence de l’alphabet runique dont les lettres sont raides et allongées, car elles étaient tracées à l’origine au couteau sur du bois. Cette influence est bien visible notamment pour le o, le d et le s, très anguleux. Des fibules ornées d’inscriptions runiques ont d’ailleurs été retrouvées dans la région rhénane, par exemple à proximité de Bad Kreuznach et de Worms. Certains mots sont tellement déformés qu’ils donnent presque naissance à un nouveau. Le k, qui remplace désormais fréquemment le c (comme dans « karus » ou « saeklum »), est devenu par la suite une des lettres caractéristiques de la langue allemande. On le constate en particulier dans les toponymes : ainsi Cardena a donné Karden et Confluentes est devenu Koblenz…41.

Figure 6. Boppard, inscription d’Armentarius, vie s. (Boppard, Karmeliterkirche)

Figure 6. Boppard, inscription d’Armentarius, vie s. (Boppard, Karmeliterkirche)

Figure 7. Boppard, inscription de Chrodebertus, viie s (Boppert, 1971, p. 130)

Figure 7. Boppard, inscription de Chrodebertus, viie s (Boppert, 1971, p. 130)

10L’analyse des inscriptions chrétiennes trouvées dans les agglomérations secondaires a mis en évidence plusieurs aires culturelles, en particulier une romanité notoire dans la vallée de la Moselle pendant une période prolongée, qui s’oppose à la germanité profonde des campagnes. L’uniformisation progressive que nous avons constatée à partir du viie siècle traduit l’émergence d’une nouvelle identité culturelle.

Une nouvelle identité culturelle

11Plusieurs facteurs ont favorisé en effet l’intégration des Barbares, notamment les mariages mixtes entre les différentes communautés. Encore interdits au ive siècle par Valentinien Ier (364-375) et Valens (364-378), qui défendent sous peine de mort les mariages de leurs sujets avec les Barbares, ceux-ci se multiplient dès le ve siècle. Par ailleurs, des Germains eurent accès à des postes importants, tels Mérobaude et Richomer, nommés consuls en 377 et en 384 ou Mallobaude, capitaine de la garde impériale vers 380, ou encore Arbogast, général franc au service de Rome. Ces contacts ont favorisé l’intégration des Germains et l’osmose socioculturelle entre les peuples. Les mœurs et les croyances se sont alors progressivement uniformisées.

  • 42 « Ils ne comptent pour dieux que ceux qu’ils voient et dont ils éprouvent manifestement les bienfa (...)

12Dans le domaine religieux, la nouvelle religion a été perçue au moyen d’analogies établies avec les croyances ancestrales des Germains et s’est greffée sur les croyances germaniques. Vu l’aspect des inscriptions chrétiennes de Worms, il convient de s’interroger sur la christianisation des mentalités des nouveaux arrivants. De quelle conversion s’agit-il ? Certes, le formulaire des inscriptions est bien chrétien, mais on constate que les symboles sont souvent reproduits sans que leur sens soit vraiment compris. Ainsi le chrisme qui orne l’inscription de Pauta (cf. supra, fig. 1), constitué de deux traits, ressemble à une roue à six rayons, dont le moyeu est bien visible. Le tailleur de pierre qui l’a gravé en a retenu l’élément solaire. Or le soleil était particulièrement vénéré par les Germains, nous rapporte César42. Ces derniers ont pu établir une analogie entre le symbole solaire du Christ, appelé sol invictus, et leur culte du soleil. Ils ont adapté le thème chrétien à leurs croyances. Ce processus correspond au phénomène bien connu d’ » interprétation », qui se produit lorsque deux civilisations différentes entrent en contact, notamment en cas de colonisation. Certes, la roue cosmique n’est pas l’apanage des Germains, elle se rencontre aussi dans l’iconographie gréco-romaine. Mais dans les inscriptions de Worms, les vocables germaniques dominent. Chez ces nouveaux arrivants, le christianisme a certainement suscité des résistances et s’est probablement greffé sur les anciennes croyances. De même, n’ont-ils pas assimilé la palme chrétienne à l’Arbre du monde, lien entre le ciel et la terre ? Dans notre exemple de Worms en effet, les palmes ne ressemblent guère à des palmes « chrétiennes », elles sont stylisées et étirées comme des branches d’arbre. Nous pouvons établir à ce sujet un parallèle intéressant avec une pierre provenant de Sanda, dans le Gotland, datable de 500 environ (fig. 8). Elle associe, comme dans l’inscription de Pauta, le Soleil sous la forme d’un disque tournant dans les cieux et l’Arbre du monde, qui relie la barque des morts au monde céleste. Cette association Soleil-Arbre est une schématisation du cosmos. L’Arbre cosmique placé au centre du monde faisait partie des croyances des Germains : Odin en effet s’offrit en sacrifice en se pendant à l’Arbre du monde, dans le but d’obtenir la science des symboles runiques, qui étaient des lettres sacrées utilisées pour communiquer avec les forces naturelles et les dieux. Nous avons vu que les inscriptions de la région rhénane avaient subi l’influence de l’alphabet runique. C’est le cas notamment pour celles d’Andernach, en simili-écriture. Or pour les Germains, le signe écrit, porteur d’énergie, était utilisé avant tout pour sa valeur magique, indépendamment de ce qu’il était censé exprimer. À partir de ces exemples, nous pouvons supposer que la conversion au christianisme des nouveaux arrivants s’est accompagnée de persistances de croyances anciennes.

Figure 8. Inscription de Gotland (Gotlands Fornal Museum, photo R. Hejdström)

Figure 8. Inscription de Gotland (Gotlands Fornal Museum, photo R. Hejdström)
  • 43 Boehmer, 1913.
  • 44 Grégoire de Tours en donne de nombreux exemples dans l’Histoire des Francs. Ainsi il rapporte les (...)
  • 45 Un seul crime faisait exception à la règle commune du rachat, celui de violation et de pillage de (...)
  • 46 R. Boyer a montré que pour les Germains la vengeance était un droit sacré, car elle avait pour obj (...)
  • 47 Bède, Opera historica III, 22, traduction J. E. King, p. 438-439.
  • 48 Au sujet de la Bible du Héliand, voir Guggisberg, 1935, Hoffmann, 1935 et plus récemment Ronald Mu (...)
  • 49 Cette pierre est reproduite dans Engemann et Rüger (dir.), 1991, p. 141 et p. 143.
  • 50 Scheibelreiter, 1999, p. 336.
  • 51 Notamment avec les saints guerriers, tels saint Michel ou saint Georges.

13L’âme germanique s’est en effet imprégnée difficilement de la religion chrétienne. La Bible a certes été traduite dès le ive siècle en langue gothique par Ulfila. Mais, comme l’a montré H. Boehmer43, il était ardu d’expliquer les Écritures aux Germains sans en modifier le sens et de trouver des termes équivalents ; ainsi Dominus, le Seigneur, était traduit en anglosaxon, en vieux saxon, en ancien haut-allemand et en norois par « Dryten », « Drohtin », « Truhtin », « Drötten ». Ces mots proviennent d’un tout autre registre ; ils ne signifient pas le Seigneur légitime qui peut prétendre à une vénération divine, mais le chef de troupe, auquel on se soumet délibérément comme partisan. Il était par ailleurs difficile, voire impossible, pour les missionnaires d’expliquer les exigences morales de la foi nouvelle, notamment lorsqu’ils invitaient les nouveaux convertis à regretter leurs péchés et à faire pénitence. En effet, la notion de « faute envers Dieu » liée à « la nécessité du rachat » leur était inconnue. Le terme de faute leur évoquait tout au plus une action passible d’une peine et ils le liaient à la nécessité d’une vengeance, d’une compensation à la famille de la victime, mais pas à un dieu. Cette notion était en effet très solidement ancrée dans la mentalité germanique44. Afin d’éviter ces vengeances familiales, la loi prévoyait donc une composition, c’est-à-dire une indemnité que devait payer le coupable à la victime (ou à sa famille45). Mais en réalité, la violence répondait souvent à la violence. En effet les vertus guerrières étaient très importantes pour les Germains. Le sens de l’honneur et le devoir de vengeance qui en découlait jouaient un rôle fondamental. Venger le tort causé à un membre du clan était un devoir absolu envers le clan. Essuyer une offense était un déshonneur. Le christianisme a eu beaucoup de mal à déraciner cette pensée fortement ancrée dans la mentalité germanique46. Ces exemples montrent le mal que pouvaient avoir les missionnaires pour traduire en allemand la loi divine. L’idéal germanique reposait avant tout sur les notions de force et de bravoure. Face à tout cela, le christianisme, qui était la religion de l’amour, représentait un renversement total des valeurs, puisqu’il exigeait l’amour du prochain, même celui des ennemis, et le « pardon des offenses ». Il est évident que la notion de communauté spirituelle chère au christianisme était difficilement compatible avec l’idéal guerrier des Germains, attachés à leur clan. Bède relate à ce sujet l’histoire du roi anglo-saxon Sigbert, qui fut assassiné par deux de ses frères auxquels sa bonté envers les ennemis était insupportable47. De même dans la traduction de la Bible du Héliand (825-835) est passée sous silence la parole du sermon sur la montagne : « Si l’on te frappe, tends l’autre joue » (Matthieu 5, 40 et Luc 6, 29)48. Il y a eu peu à peu une véritable germanisation du christianisme. Le lien étroit entre la religion et la morale convenait mal au caractère belliqueux des anciens Germains et retarda probablement la fusion de ces peuples d’origines diverses. Les Germains ont d’ailleurs assimilé le Christ à un guerrier, fonction suprême chez un peuple qui vivait dans un état de guerre permanent. Le guerrier, en raison de sa supériorité, incarnait pour eux un idéal. C’est ainsi qu’il est représenté sur la pierre de Niederdollendorf, localité située au sud de Bonn (viie-viiie siècles). Il est victorieux, nimbé et armé d’une lance. Il est ainsi identifié à un puissant combattant49. Cette représentation du Christ guerrier est caractéristique de la mentalité des Germains pour qui Dieu est, selon l’expression de G. Scheibelreiter, un dieu des batailles (Schlachtenlenker50). Les anges qui l’accompagnent sont armés ; ainsi dans le combat qui a opposé vers 600 Théodoric II, roi d’Austrasie, et Clotaire II, roi de Neustrie, un ange apparaît muni d’une épée (LHF, 37). Cette idéologie guerrière a été ensuite valorisée par l’Église dans la société féodale51. Dans la Bible du Héliand (825-835), le Christ n’est pas pauvre, mais riche (rikion Crist). Il est en quelque sorte « germanisé ». C’est un roi, de vieille noblesse, un héros guerrier puissant et triomphant, non un Dieu qui souffre et qui meurt, humilié, sur une croix. Il fut inhumé dans son tombeau avec de somptueux habits. L’arrivée à Jérusalem sur un âne s’accordant mal avec la description de ce prestigieux personnage à forte connotation germanique, le traducteur a tout simplement supprimé le passage correspondant. Le Christ était pour lui le souverain maître divin, auquel les chrétiens devaient fidélité et obéissance, c’est-à-dire qu’il concevait la relation entre les chrétiens et le Christ dans le sens germanique de la fidélité du serviteur par rapport au maître. Les Germains ont certes accepté le christianisme, mais d’une manière qui était propre à leur caractère et à leur idéologie guerrière.

  • 52 Voir à ce sujet Flori, 2002, p. 54-55 et Le Jan-Hennebicque, 1995, p. 79.

14Cette étude a finalement montré que les inscriptions chrétiennes des ive-vie siècles de la région rhénane reflètent davantage la romanité que la germanité et qu’elles ne peuvent pas vraiment être considérées comme des critères d’identification de nouvelles populations. Jusqu’au vie siècle, la germanité se lit plutôt en négatif dans l’absence d’intérêt des Germains pour l’épigraphie et ses traces doivent être cherchées ailleurs. Nous avons souligné par ailleurs que, sous l’effet de la christianisation, une nouvelle identité culturelle s’était forgée peu à peu. L’Église, représentée par les évêques, jouissait d’un grand prestige auprès des peuples germaniques et elle a pu exercer sur eux une action en profondeur. Elle n’a pas rejeté, mais au contraire peu à peu accepté certaines croyances germaniques, de façon probablement à accélérer l’implantation de la nouvelle religion et l’intégration des nouvelles populations. Elle a christianisé notamment l’attachement des Germains aux valeurs guerrières, qui sont essentielles pour comprendre la mentalité germanique52 : par exemple le serment de l’épée, très vivant chez les anciens Germains, a été adopté et adapté sous la forme d’un serment sur la croix figurée par la poignée de l’épée.

Remerciements

15Je remercie Madame N. Gauthier d’avoir accepté de relire ce travail et de m’avoir apporté des conseils judicieux. J’exprime également ma gratitude à Monsieur M. Klein du Mittelrheinisches Landesmuseum de Mayence et à Monsieur H. Hellenkemper du Musée romain-germanique de Cologne, qui m’ont autorisée gracieusement les inscriptions présentées dans cette étude.

Abréviations

16BL : Belles Lettres

17CCL : Corpus Christianorum, series Latina

18HF : Historia Francorum

19ILCV : E. Diehl, Inscriptiones Latinae Christianae Veteres, I-III, 1925-1931, 1970

20LHF : Liber Historiae Francorum

21MGH AA : Monumenta Germaniae Historica Auctores Antiquissimi

22MGH Dipl. Karol. : Monumenta Germaniae Historica Diplomata Karolinorum

23MGH SRM : Monumenta Germaniae Historica Scriptores Rerum Merowingicarum

24PG : Patrologiae cursus completus, series gracca

25PL : Patrologiae cursus completus, Patres Ecclesiac Latinae

26SC : Sources Chrétiennes

Bibliographie

Bibliographie

Ament, H., « Les Burgondes au bord du Rhin. état de la question », dans Gaillard de Sémainville, H. (dir.), Les Burgondes. Apports de l’archéologie (Actes du colloque international de Dijon 5-6 novembre 1992), Dijon, 1995, p. 83-87.

Baetke, W., « Die Aufnahme des Christentums durch die Germanen, Ein Beitrag zur Frage der Germanisierung des Christentums », Die Welt als Geschichte, 9, 1943, p. 143-166.

Banniard, M., « Conflits et compromis en Occident latin, de la crise culturelle à l’invention linguistique (iiie-xe siècles) », dans East and West : modes of communication, Leiden, Brill, 1999, p. 223-242.

Bayard, D., « La fin de la domination romaine au nord de la Gaule : l’apport de la sigillée d’Argonne », dans Vallet, F. et Kazanski, M. (dir.), L’armée romaine et les Germains du iiie au viie siècle, Actes du colloque international du Musée des Antiquités Nationales (Saint-Germain-en-Laye, 1990), Condé-sur-Noireau, 1993, p. 223-240.

Bernhard, H., « Germanische Funde der Spätantike zwischen Strassburg und Mainz », Saalburg Jahrbuch, 38, 1982, p. 72-109.

Boehmer, H., « Das germanische Christentum », Theologische Studien und Kritiken, 1913, p. 165-280.

Boppert, W., Die frühchristlichen Inschriften des Mittelrheingebietes, Mayence, 1971.

Boudriot, W., Die altgermanische Religion in der amtlichen kirchlichen Literatur des Abendlandes vom 5. bis 11. Jahrhundert, Bonn, 1928.

Boyer, R., Les religions de l’Europe du Nord, Paris, Fayard Denoël, 1974.

Descombes, F., Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viiie siècle, Viennoise du Nord, Paris, CNRS, 1985.

Dierkens, A., « Superstitions, christianisme et paganisme à la fin de l’époque mérovingienne. À propos de l’Indiculus superstitionum et paganiarum », dans Hasquin, H. (dir.), Magie, Sorcellerie, Parapsychologie, Bruxelles, 1984, p. 9-26.

Doppelfeld, O., Pirling, R., Fränkische Fürsten im Rheinland. Die Gräber aus dem Kölner Dom, von Krefeld-Gellep und Morken, Düsseldorf, 1966.

Durliat, J., « Cité, impôt et intégration des Germains », dans Pohl, W. (dir.), Kingdoms of the Empire, The Integration of Barbarians in Late Antiquity, Leiden, Brill, 1997, p. 153-180.

Engemann, J., Rüger, Ch. B. (dir.), Spätantike und frühes Mittelalter, Cologne-Bonn, 1991.

Ewig, E., « Der Mittelrhein im Merowingerreich », Beihefte der Francia, 3, 1976, p. 435-449.

Flori, J., Guerre sainte, jihad, croisade, Paris, 2002.

Gauthier, N., Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viiie siècle, Première Belgique, Paris, CNRS, 1975.

Gauthier, N., L’évangélisation des pays de la Moselle, Paris, 1980.

Gauthier, N., Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viiie siècle, Germanies première et seconde, Paris, CNRS, à paraître.

Goffart, W., Barbarians and Romans A.D. 418-584. The techniques of accomodation, Princeton, 1981.

Guggisberg, K., Germanisches Christentum im Frühmittelalter, Bern, 1935.

Halphen, L., Les Germains, des grandes invasions aux conquêtes turques du xie siècle, Paris, 1946.

Heinemeyer, K., Das Erzbistum Mainz in römischer und fränkischer Zeit, Marburg, 1979.

Hen, Y., Culture and religion in Merovingian Gaul A.D. 481-751, Leiden-New York-Köln, 1995.

Hoffmann, H., « Die Christianisierung der Germanen », Zeitschrift für Missionkunde und Religionswissenschaft, 50, 1935, p. 33-49.

Kraus, F. X., Die altchristlichen Inschriften der Rheinlande, Fribourg, 1890.

Le Blant, E., Nouveau Recueil des Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viiie siècle, Paris, 1892.

Leguay, J.-P., L’Europe des États Germains (ve-viiie siècles), Paris, 2002.

Le Jan-Hennebicque, R., Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle), essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995.

Modéran, Y., « L’établissement de Barbares sur le territoire romain à l’époque impériale », dans Moatti, Cl. (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, procédures de contrôle et documents d’identification, École Française de Rome, 2004, p. 337-397.

Päffgen, B., Die Ausgrabungen in St. Severin zu Köln (Kölner Forschungen, 5, 1-3), Mayence, 1992 (3 volumes).

Pohl, W. (dir.), Kingdoms of the Empire, The Integration of Barbarians in Late Antiquity, Leiden, Brill, 1997, p. 10.

Ronald Murphy, G., The Heliand. The Saxon Gospel, Oxford, University Press, 1992.

Scheibelreiter, G., Die Barbarische Gesellschaft. Mentalitätsgeschichte der europäischen Achsenzeit 5.-8. Jahrhundert, Darmstadt, 1999.

Schmitz, W., « Die spätantiken und frühmittelalterlichen Grabinschriften in Köln, (4-7 Jahrhundert n. Chr.) », KJb, 28, 1995, p. 643-776.

Schmitz, W., « Zur Akkulturation von Romanen und Germanen im Rheinland. Eine Auswertung des inschriftlichen Materials », Das Altertum, 43, 1997, p. 183.

Schulze-Dörrlamm, M., « Archäologische Funde der ersten Hälfte des 5. Jahrhunderts aus Worms-Abendheim », Der Wormsgau, 14, 1986, p. 91-96.

Sivan, H., « On Foederati, Hospitalitas, and the settlement of the Goths in A.D. 418 », American Journal of Philology, 108, 1987, p. 759-772.

Steuer, H., Die Franken in Köln, Cologne, 1980.

Terrien, M.-P., La christianisation de la région rhénane (ive-viiie siècles), thèse dactylographiée, Tours, 1998, (Presses Universitaires de Franche-Comté, à paraître).

Notes

1 Y. Modéran a montré toutefois que l’immigration barbare sur le territoire romain remontait aux origines de l’Empire (Modéran, 2004).

2 Dans les Germanies, la christianisation au ive siècle est un phénomène essentiellement urbain, elle apparaît dans les chefs-lieux de cités, comme c’est habituellement le cas en Gaule.

3 « Tout le pays qui s’étend entre les Alpes et les Pyrénées, tout ce que limitent l’Océan et le Rhin, est dévasté par le Quade, le Vandale, le Sarmate, les Alains, les Gépides, les Hérules, les Saxons, les Burgondes, les Alamans et – malheur pour l’État – les Pannoniens eux-mêmes devenus ennemis… Mayence, cité jadis illustre, a été prise et saccagée ; dans son église, des milliers d’hommes ont été massacrés. Les Vangions ont été réduits par un long siège… Les Némètes, Strasbourg ont été transférés en Germanie. L’Aquitaine et la Novempopulie, la Lyonnaise et la Narbonnaise, sauf un petit nombre de villes, sont complètement ravagées. Les villes encore épargnées sont dépeuplées, au dehors par l’épée, au dedans par la famine » (Epistolae. 123, 15, traduction P. Courcelle, Histoire littéraire des grandes invasions germaniques, Paris, 1964 (3e édition), p. 84).

4 Le premier évêque connu de Spire est Iessis, celui de Worms est Victor, celui de Mayence Martinus. Ils sont mentionnés dans la liste authentique du faux concile de Cologne de 346 (Concilia Galliae, CCL I, p. 27). Par ailleurs, selon le témoignage d’Ammien Marcellin, les chrétiens réunis dans l’église de Mayence y sont enlevés comme esclaves par les Germains en 368 : Ammien Marcellin, Rerum Gestarum libri XXVII, 10, 1-2, traduction M. A. Marié, BL, p. 132.

5 Seules les inscriptions de Mayence dédiées à Florentins et à Crispinus seraient datables des ive-ve siècles (Boppert, 1971, p. 40 et 63). Les autres sont plus tardives (vie-viie siècles). À Worms, les épitaphes ne sont pas antérieures au ve siècle et à Spire, elles sont inexistantes.

6 Par ailleurs, durant cette période troublée, l’archéologie ne permet pas en général d’évaluer le devenir des anciens camps du Rhin et les témoins monétaires se raréfient. Ce concours de circonstances défavorables a souvent conduit les chercheurs à parler de « hiatus » pour cette époque. Cette situation confuse a en effet influencé la pensée des historiens modernes, qui ont longtemps considéré cette phase historique comme une période de rupture. Toutefois, les faits ne semblent pas aujourd’hui aussi tragiques qu’on l’avait jusqu’alors imaginé. La céramique sigillée d’Argonne permet en effet d’apprécier le devenir des camps romains du Rhin jusqu’au milieu du ve siècle et de constater qu’ils continuent à être habités. Voir à ce sujet Bayard, 1993.

7 Gauthier, 1980, p. 129-130. Voir également à ce sujet Ewig, 1976.

8 « Burgundiones partem Galliae propinquamtem Rheno optinuerunt », S. Prosperi Aquitani chronicon, MGH AA IX, 1, p. 467.

9 Plusieurs théories s’opposent au sujet des modalités de l’hospitalitas d’un peuple fédéré dans une province. Selon l’hypothèse de W. Goffart (Goffart, 1981), suivie par J. Durliat (Durliat, 1997), les Germains fédérés en Gaule n’auraient pas reçu une attribution de terrain réel, mais seulement une partie du revenu fiscal. H. Sivan (Sivan, 1987) suggère en revanche que les peuples fédérés qui ont servi les intérêts de Rome étaient probablement considérés comme des vétérans et traités de la même manière. Les privilèges qui leur étaient accordés (allocation de terres et exemption de taxes) auraient permis de s’assurer la loyauté des Germains. Mais W. Pohl (Pohl, 1997) fait justement remarquer que des solutions d’intégration différentes ont dû être adoptées selon les situations, par exemple lors de l’installation victorieuse des Vandales en Afrique du Nord, du transfert des Burgondes en Sapaudie ou lors de la domination des Wisigoths sur la Septimanie.

10 « Pour leur part, les Burgondes – un nouveau nom pour des ennemis nouveaux –, qui comptaient à ce qu’on dit, plus de quatre-vingt mille hommes en armes, s’installèrent sur la rive du Rhin… Par la providence de Dieu, tous étant depuis peu devenus chrétiens dans la foi catholique et ayant accueilli les membres de notre clergé pour se soumettre à eux, ils vivent avec douceur, avec tranquillité et sans faire le mal, regardant les Gaulois non comme des sujets, mais vraiment comme des frères chrétiens » (Orose, Historiarum liber VII, 32, 11-13, traduction M.-P. Arnaud-Lindet, BL, Paris, p. 86-87). Les Germains étaient devenus ariens sous l’influence de l’évêque Ulfila (311 -383), qui avait traduit la Bible en langue gothique et le restèrent jusqu’aux vie-viie siècles. Cette persistance de l’arianisme a freiné bien entendu le développement du catholicisme et la conversion des Germains ne s’est pas faite sans difficultés. Voir à ce sujet Baetke, 1943.

11 « Jovinus apud Mundiacum, Germaniae alterius urbem, studio Goaris Alani et Guntiarii, Burgundionum praefecti, tyrannus creatus est », Fragmentum 17, Fragmenta Historicorum Graecorum, IV, éd. C. Müller, p. 61.

12 L’interprétation du texte d’Olympiodore présente d’ailleurs des difficultés, car on ne sait pas localiser Mundiacum, où Jovin fut proclamé empereur. Les historiens ont supposé qu’il s’agissait de Mogontiacum, mais Mayence n’était pas située en Germanie seconde. Voir à ce sujet Ament, 1995.

13 Une boucle de ceinture en bronze à décor caractéristique provient d’Abendheim, faubourg situé au nord-ouest de la ville, et quelques colliers ont été trouvés dans la nécropole sud (Schulze-Dörrlamm, 1986).

14 Bernhard, 1982.

15 Il est malaisé de situer dans le temps les inscriptions de la région rhénane, puisqu’elles sont dépourvues de date et qu’elles ne font pas partie d’un ensemble clos. Par ailleurs, W. Boppert a montré que les critères de datation établis par E. Le Blant (Le Blant, 1892) n’étaient pas toujours transposables dans notre région d’étude (voir Boppert, 1971, p. 1 28, pour ce problème de méthode). Toutefois, l’analyse des inscriptions de Première Belgique par N. Gauthier (Gauthier, 1975) est d’une aide précieuse, car elle permet bien souvent d’établir des rapprochements intéressants. Les inscriptions de Belgique et des Germanies, régions proches géographiquement, se rejoignent en effet par de nombreux points. L’étude des inscriptions de Viennoise du Nord par F. Descombes (Descombes, 1985) offre par ailleurs des parallèles bien datés. Enfin, les inscriptions de la région rhénane ont été analysées par plusieurs auteurs allemands (Kraus, 1890 ; Boppert, 1971  ; Engemann et Rüger (dir.), 1991  ; Schmitz, 1995). À partir de ces travaux, il est possible de dégager des critères généraux concernant le formulaire, l’écriture, les symboles chrétiens et l’onomastique.

16 Boppert, 1971, p. 15 9-163. Une autre inscription, dédiée à Aldualuhis, est plus tardive (viie-viiie s.).

17 Grégoire de Tours, HF V, 44, traduction R. Latouche, p. 312.

18 À Cologne, les premiers témoignages du christianisme apparaissent au début du ive siècle. Maternus signa en 313 au concile du Latran (Optat, De Schismate Donatistorum I, 23, PL 11, col. 930). En 314, il participa au concile d’Arles (Conciles gaulois du ive siècle, ed. J. Gaudemet, SC n° 241, 1977, p. 60). Le deuxième évêque attesté est Eufratas : il prit part au concile de Sardique en 344 (Athanase, De Historia Arianorum 20, PG 25, col. 716C). Vers 400 aurait siégé Séverin, qui fut averti de la mort de saint Martin de Tours de façon miraculeuse en entendant un chœur de voix célestes (« Beatus autem Severinus Colonensis civitatis episcopus… dum die dominico loca sancta ex consuetudine cum suis clericis circuiret, illa hora qua vir beatus obiit audivit chorum canentium in sublimi », Grégoire de Tours, De Virtutibus S. M artini I, 4, MGH SRM I2, p. 1 40. Une église est mentionnée en 355  : l’usurpateur Silvanus fut assassiné dans son palais, alors qu’il tentait de se rendre à un conuenticulum ritus Christiani (Ammien Marcellin, Rer. Gest. XV, 5, 31, traduction E. Galletier, BL, p. 1 25). Hors les murs sont attestées plusieurs basiliques funéraires, Saint-Géréon, Sainte-Ursule et Saint-Séverin. Pour l’étude des inscriptions chrétiennes de Cologne, nous renvoyons à l’étude de Schmitz, 1995.

19 Schmitz, 1995, n° 3, p. 658 (inscription dédiée à Donatus), n° 4, p. 663 (inscription dédiée à Emeterius) et n° 7, p. 673 (inscription dédiée à Martinianus). Leur formulaire est paléochrétien, par exemple la formule p(lus) m(inus) que l’on trouve dans l’inscription de Cologne dédiée à Emeterius. Cette formule, attestée dès le ive siècle à Rome, n’est apparue qu’à la fin du ve siècle en Gaule (Descombes, 1985, p. 119, § 162), mais selon N. Gauthier elle a pu être en usage à Trèves dès la fin du ive siècle, cf. Gauthier, 1975, p. 42 et p. 59.

20 La confusion entre e et i ou bien entre ae et e est attestée dès le ive siècle, ainsi que la chute du h en début de mot et du m final. La confusion entre o et i et entre u et o est plus rare. Les ligatures entre a et e ou entre e et t sont assez fréquentes. Toutes ces transformations se rencontrent dans la région de Trèves à la même époque (Gauthier, 1975, p. 61-63, § 46-52 et p. 72, 85).

21 En 406, puis en 451, lorsqu’Attila envahit la Gaule. Certes, Aetius tenta de soutenir l’Empire romain en écrasant le chef barbare aux Champs Catalauniques, mais les Francs réussirent à s’emparer de Cologne, ainsi que le rapporte au viiie siècle l’auteur du Liber Historiae Francorum : « In illis diebus ceperunt Franci Agripinam civitatem super Renum vocaveruntque eam Coloniam, quasi coloni inhabitarent in eam », MGH SRM II, p. 250. Selon le témoignage de Salvien de Marseille, moine de Lérins originaire de Germanie romaine, la ville était alors pleine d’ennemis, tandis que Mayence était ruinée et détruite et que Trèves avait été renversée quatre fois : De Gubernatione Dei, VI, 8, 39, éd. G. Lagarrigue, SC 220, 1975, p. 287-288. Comme en Germanie première, les données de l’histoire ecclésiastique deviennent inexistantes.

22 Cinq épitaphes trouvées à proximité de Saint-Géréon sont datables des ve-vie siècles (Schmitz, 1995, n° 1, p. 650, n° 5, p. 667, n° 6, p. 670, n° 10, p. 681, n° 13, p. 691). Deux autres inscriptions proviennent de Sainte-Ursule (Ibidem, n° 24, p. 709, trouvée près de Sainte-Ursule, mais aujourd’hui perdue, et n° 25, p. 711). À Saint-Séverin, deux inscriptions sont datables du ve siècle (Schmitz, 1995, n° 28, p. 717 et n° 29, p. 719). Les autres inscriptions de Saint-Séverin, conservées à l’état de fragments, sont peu compréhensibles. Enfin deux autres inscriptions de Cologne, dont le lieu de découverte est inconnu, sont également datables des ve-vie siècles (Schmitz, 1995, n° 44, p. 737 et n° 45, p. 739).

23 Gauthier, 1975, n° 9, 20, 30, 62, 67, 137, 140, 145, 15 2, 162, 200, 204. Fidelis seul est également attesté plusieurs fois (Gauthier, 1975, n° 34, 57, 101, 11 7, 124, 138, 145). Cf. aussi à ce sujet Schmitz, 1995, p. 668. Cette formule désigne le chrétien baptisé.

24 Schmitz, 1995, n° 44, p. 737.

25 Gauthier, 1980, p. 127-128 et p. 137.

26 Cf. à ce sujet Doppelfeld et Pirling, 1966, Steuer, 1980 et Päffgen, 1992, t. II.

27 L’expression in hoc tumulo requiescit, accompagnée de in pace ou de bonae memoriae et du verbe transire, apparaît à la fin du ve siècle en Gaule et se rencontre durant tout le vie siècle (voir les parallèles établis avec le ILCV par Schmitz, 1995, p. 672, note 14 et Descombes, 1985, p. 105-106, § 144-146). Elle est très fréquente dans les inscriptions de la région rhénane. Le nom du défunt est parfois accompagné de puer nomine ; cette formule est attestée à Trèves à partir de la deuxième moitié du vie siècle, cf. Gauthier, 1975, n° 97, 147, 219 (puer peut être remplacé par son équivalent féminin puella ou encore par infans ou adolescens). Cf. aussi Schmitz, 1995, p. 683. En Viennoise du Nord, cette formule est attestée dans des inscriptions datées, à partir du début du vie siècle (RI CG XV, 82, 103, 261, 278). Elle est utilisée dans les inscriptions de Bingen, de Cologne, de Mayence ou de Remagen : Boppert, 1971, p. 104-107 (inscription de Bingen dédiée à Aiberga), Schmitz, 1995, n° 10, p. 681 (inscription de Cologne dédiée à Valentinianus), Boppert, 1971, p. 68 (inscription de Mayence dédiée à Munetrudis), Engemann et Rüger (dir.), 1991, n° 36, p. 112-113 (inscription de Remagen dédiée à Deudolfus). L’expression vixit in seculo n’apparaît sur les inscriptions datées de Gaule qu’au vie siècle, elle est toutefois en usage en Belgique I dès le ve siècle (Gauthier, 1975, n° 126, 135, 139, 173 et p. 42, § 39).

28 Schmitz, 1997, p. 183.

29 Un exemple est attesté à Metz : Gauthier, 1975, n° 245 (deuxième moitié du ve siècle, voire vie siècle).

30 Gauthier, 1975, n° 75, 154, 178, 232.

31 Carentin de Cologne est connu grâce à un poème élogieux que compose Venance Fortunat vers 565 et qui loue son rôle de bâtisseur : « Vous restaurez les temples en les couvrant d’or et en les rehaussant d’une décoration précieuse… Pour que les temples contiennent un plus grand nombre de fidèles, on leur donne une tribune suspendue dans les hauteurs » (Venantii Fortunati opera, III, 14, traduction M. Reydellet, BL, p. 113).

32 Les légendes martyriales de Bonn et de Xanten ne sont probablement pas antérieures au vie siècle et les vestiges archéologiques du ive siècle ne sont pas forcément chrétiens, comme nous l’avons montré par ailleurs (Terrien, 1998).

33 Boppert, 1971, p. 99-103.

34 Sur les origines et la formation du clergé à l’époque mérovingienne, voir Leguay, 2002, p. 332-333.

35 Voir à ce sujet Heinemeyer, 1979, p. 16 sqq.

36 Sur la genèse des langues romanes, voir les travaux de M. Banniard (notamment Banniard, 1999).

37 Schmitz, 1997, p. 177-202.

38 Voir à ce sujet Dierkens, 1984, p. 9-10 et Hen, 1995, p. 154-206.

39 Une soixantaine d’inscriptions chrétiennes datables des viie-viiie siècles ont été mises au jour en Germanie première : vingt-cinq à Andernach, une douzaine à Mayence, une à Worms, deux à Carden, deux à Coblence, cinq à Boppard, une à Bingen, ainsi que dans les cimetières de Cobern-Gondorf, Kärlich, Gering, Nickenich, Ebersheim et Leistadt. En Germanie seconde, elles restent exceptionnelles : trois à Qualbourg, une à Remagen, une à Derichsweiler, une à Pier, ainsi que dans les cimetières en plein champ de Lindern ou de Vochem.

40 Gauthier, à paraître.

41 Un parallèle intéressant peut être établi avec les incompréhensions notoires en matière d’iconographie : le fragment de chancel de Gondorf (viie siècle), représentant un Christ en gloire, est entouré de quatre monstres logés dans les coins (le quatrième est reconstitué par symétrie). Cette iconographie n’a rien de traditionnel. Durant le haut Moyen Âge en effet, on trouve plutôt le Christ en majesté, mais entouré des quatre symboles des évangélistes, comme celui de Jouarre (fin du viie siècle), ou d’anges comme celui de Cividale (viiie siècle). Que peut-on en conclure ? Il y a eu visiblement confusion entre plusieurs symboles. Il est probable que le modèle d’origine ressemblait à celui de Jouarre, mais que les symboles des évangélistes (le taureau, l’aigle, le lion et l’homme) n’ont pas été compris, que le tailleur de pierre a recopié quatre fois un animal qui lui était familier et qu’il avait l’habitude de reproduire. Cette hypothèse est confortée par la présence de l’aigle sur un autre fragment de Gondorf. Le tailleur de pierre l’a bien représenté à son tour, mais sorti de son contexte. Le modèle a été décomposé en plusieurs images isolées. Ces images hybrides résultent de la contamination de plusieurs symboles, empruntés à des traditions iconographiques différentes, à la fois zoomorphe germanique et celto-romaine. Leurs symboles respectifs ont été amalgamés et déformés. Le tailleur de pierre a visiblement puisé les images chrétiennes dans un répertoire qu’il connaissait. Ces images éclectiques sont très révélatrices d’influences réciproques dans la région rhénane au viie siècle.

42 « Ils ne comptent pour dieux que ceux qu’ils voient et dont ils éprouvent manifestement les bienfaits, le Soleil, Vulcain et la Lune », César, De Bello Gallico, VI, 21, 2, traduction L. A. Constans, BL, II, p. 191. Voir également Boudriot, 1928, p. 35-37, pour d’autres témoignages à ce sujet.

43 Boehmer, 1913.

44 Grégoire de Tours en donne de nombreux exemples dans l’Histoire des Francs. Ainsi il rapporte les propos que la reine Clotilde tient à ses fils : « Il ne faudrait pas, mes très chers, que je me repente de vous avoir nourris tendrement ; manifestez, je vous prie, de l’indignation pour l’outrage que j’ai subi et vengez la mort de mon père et de ma mère avec une sagace ténacité » (HF III, 6, traduction R. Latouche, I, p. 146).

45 Un seul crime faisait exception à la règle commune du rachat, celui de violation et de pillage de sépulture. Le criminel était déclaré hors la loi. Cette mesure confirme bien le respect et le culte des morts par les Germains. C’était également un grave délit d’ouvrir une tombe pour y introduire un deuxième cadavre. Voir à ce sujet Halphen, 1946, p. 72.

46 R. Boyer a montré que pour les Germains la vengeance était un droit sacré, car elle avait pour objet de perpétuer la présence du divin au sein du clan (Boyer, 1974, p. 33).

47 Bède, Opera historica III, 22, traduction J. E. King, p. 438-439.

48 Au sujet de la Bible du Héliand, voir Guggisberg, 1935, Hoffmann, 1935 et plus récemment Ronald Murphy, 1992.

49 Cette pierre est reproduite dans Engemann et Rüger (dir.), 1991, p. 141 et p. 143.

50 Scheibelreiter, 1999, p. 336.

51 Notamment avec les saints guerriers, tels saint Michel ou saint Georges.

52 Voir à ce sujet Flori, 2002, p. 54-55 et Le Jan-Hennebicque, 1995, p. 79.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Worms, inscription de pauta, ve-vie s. (Mayence, Mittelrheinisches Landesmuseum)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 2. Worms, inscription de Ludino, ve-vie s. (Mayence, Mittelrheinisches Landesmuseum)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 3. Saint-Géréon de Cologne, inscription de Martinianus, ive siècle (Musée romain-germanique de Cologne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-3.png
Fichier image/png, 752k
Titre Figure 4. Saint-Géréon de Cologne, inscription de Leontius, ve s. (musée romain-germanique de Cologne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 5. Saint-Séverin de Cologne, fragment d’inscription, vie s. (musée romain-germanique de Cologne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 6. Boppard, inscription d’Armentarius, vie s. (Boppard, Karmeliterkirche)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-6.png
Fichier image/png, 1005k
Titre Figure 7. Boppard, inscription de Chrodebertus, viie s (Boppert, 1971, p. 130)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-7.png
Fichier image/png, 562k
Titre Figure 8. Inscription de Gotland (Gotlands Fornal Museum, photo R. Hejdström)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6750/img-8.png
Fichier image/png, 2,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable