Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Troisième partie. Identité nationale et métissages culturels

Les Italiens de Glasgow : identités et appartenances communautaires à l’épreuve de la Première guerre mondiale

Caroline Douki

Texte intégral

1L’historiographie des deux guerres mondiales a montré que celles-ci permettent d’observer aux plus près, non seulement les phénomènes de destruction et de fracture, mais aussi les solidarités et les identités des groupes sociaux ou des territoires urbains impliqués dans ces conflits : parce qu’elles sont des phénomènes de mobilisation totale, parce qu’elles exigent une mise à l’épreuve et une mise en actes des solidarités collectives, des options idéologiques, des sentiments d’appartenance, et notamment d’appartenance nationale, mais aussi, parce que la précarité matérielle dans laquelle elles plongent les populations ravive des solidarités de proximité très rapprochée.

2Dans le cas des émigrés Italiens, la Première guerre mondiale constitue un observatoire privilégié, mais aussi une étape importante du processus de structuration des regroupements stabilisés dans des villes étrangères : de fait, elle représente la première grande épreuve collective atteignant l’ensemble de l’émigration Italienne dans le monde. Concernant désormais toutes les régions de la péninsule, la mobilité atteint en 1910-1913 des pointes d’intensité inédite, mais on peut dire qu’à la veille du conflit, l’Italie s’est habituée à cette réalité qui marque profondément la vie locale, l’évolution nationale, et les structures économiques. Nombre de colonies se sont constituées à l’étranger, entraînant des dynamiques de développement et d’enracinement réels, même s’ils sont très inégalement avancés. Surgissant dans ce contexte, la Grande Guerre agit comme un révélateur des structures et des fonctionnements de l’émigration, mais aussi comme un événement transformateur, puisque ses contraintes spécifiques vont provoquer dans ces groupements rassemblés à l’étranger des phénomènes de déstabilisations et de recompositions, ainsi qu’une nécessaire évolution de leurs rapports avec l’Italie.

3L’analyse que nous proposons est centrée sur les dispositifs identitaires et les solidarités collectives vécues par les émigrés, tels qu’ils sont révélés et mis à l’épreuve par la conjoncture de guerre. On ne trouvera donc pas ici d’enquête exhaustive sur l’inscription des Italiens dans le territoire urbain d’une ville étrangère durant cette période, mais plutôt la tentative de reconstituer l’évolution du territoire identitaire d’un milieu Italien.

Le choc de la guerre

4Qu’elles se trouvent en Europe, dans le bassin Méditerranéen ou en Amérique, toutes les colonies Italiennes sont affectées par la guerre : ni la distance ni la non-belligérance de l’État d’installation ne les mettent à l’abri. Le choc de la guerre déstabilise profondément les regroupements d’immigrés, soumis à des forces centrifuges multiples : mouvements de rapatriements et mobilisations militaires qui dispersent leurs populations, canalisations ou blocages étatiques des flux de circulations humaines ou financières.

  • 1 Pour la France, cf. les dispositions d’évacuations concernant les étrangers, décidées par les mini (...)

5Le déclenchement du conflit à l’été 1914 entraîne un premier mouvement de rapatriement vers l’Italie, qui n’est pas encore entrée dans le conflit. Les immigrés installés en Europe sont les premiers concernés. En Allemagne, en Belgique, en France, il se produit de véritables désagrégations des regroupements Italiens directement situés en zone de guerre, liées à la panique ou aux mesures étatiques d’évacuation1. À l’arrière du front s’enclenche également un vaste mouvement de reflux, car pour beaucoup d’émigrés, il est difficile de rester tant sont bouleversées les structures économiques dans lesquelles ils s’étaient insérés en temps de paix : les entreprises et le marché du travail sont désorganisés, les relations économiques avec l’Italie sont difficiles. De plus, la méfiance à l’égard des étrangers s’accroît, traduisant un contexte de raidissement national et obsidional, qui peut s’exprimer durement, notamment en Allemagne et en France, à l’égard des ressortissants d’une Italie qui a choisi de rester neutre et qu’on charge, selon le cas, du soupçon de trahison ou de lâcheté.

  • 2 470 866 rapatriements sont dénombrés par les autorités Italiennes entre le 15 août et le 30 septem (...)

6Les Italiens installés dans les pays non belligérants et éloignés du front, y compris en Amérique, sont eux aussi tentés de revenir, précisément à cause de cet éloignement : beaucoup ont la hantise de voir leurs liens familiaux, mais aussi économiques, avec la péninsule suspendue sine die par la guerre, les tensions internationales, la désorganisation des moyens de transport ou des circuits financiers. Ces mouvements de rapatriements s’expliquent précisément par le mode de fonctionnement des colonies Italiennes stabilisées dans les métropoles européennes ou américaines. Même marquées par des formes d’installation définitive, elles vivent de la vaste noria d’hommes et de capitaux qui les relie à la péninsule Italienne : si cette circulation se trouve interrompue, l’intérêt économique de l’émigration, mais aussi les réseaux familiaux ou sociaux qui lui donnent sens, se trouvent remis en cause. De sorte que même parmi les immigrés les plus durablement stabilisés au sein de ces colonies à l’étranger, nombreux sont ceux qui préfèrent rentrer plutôt que risquer de subir une rupture des relations. Dans ces conditions, on comprend que l’idée un peu abstraite, en fait avancée plutôt de l’extérieur, d’émigrés qui seraient restés « à l’abri » n’a guère de sens, à partir du moment où la rupture des liens compromet ce qui constituait la finalité de la migration pour ceux qui la pratiquaient. Aussi les rapatriés affluent-ils dès avant la fin de 1914, en provenance des pays européens voisins (un demi-million entre août et octobre 1914), mais aussi en provenance du bassin méditerranéen et d’Amérique2.

  • 3 Décret du 6 août 1914, n° 803. Ce filtre est important, même si des autorisations accordées de faç (...)
  • 4 Le décret du 2 mai 1915, n° 635, institue l’obligation du passeport pour toute personne qui quitte (...)
  • 5 En France, le décret du 2 août 1914, imposant à tous les étrangers présents une demande de permis (...)

7La vitalité des colonies installées à l’étranger est donc d’abord affectée par ce mouvement initial de dispersion mais le contexte durable d’exception et de désorganisation des conditions matérielles et juridiques de circulation accentue durablement le phénomène. L’incessante noria des migrants et des capitaux qui constitue le fondement de l’organisation sociale et économique des colonies, ne peut subir sans dommages les obstacles mis aux flux et aux rotations multiples organisées par les filières migratoires locales et familiales : aux difficultés matérielles de déplacement parfois insurmontables par manque de moyens de transport ferroviaires ou maritimes, s’ajoutent les obstacles juridiques et bureaucratiques qui filtrent les migrants. Au départ d’Italie, le tri bloque très vite les hommes dans la force de l’âge puisque, bien qu’encore neutre, le pays suspend la possibilité d’expatriation pour les réservistes dès le 6 août 19143 ; s’y ajoute dès l’entrée en guerre de l’Italie, un filtrage accru sur toutes migrations à travers un durcissement de la législation sur la délivrance des passeports4. À l’arrivée, en Europe mais aussi aux États-Unis, les filtres, canalisations et verrous bureaucratiques ou policiers ne cessent de s’étoffer, soit pour empêcher le franchissement de leurs frontières, soit pour leur imposer une géographie d’exception, ne permettant pas de rejoindre librement les villes de leur choix5.

  • 6 Le décompte officiel des effectifs rapatriés entre mai 1915 et décembre 1918, dont on ne doit pas (...)
  • 7 P. Salvetti, op. cit., p. 290.

8En mai 1915, l’ordre de mobilisation Italien provoque un deuxième mouvement centrifuge : même si une part des mobilisés, particulièrement ceux qui sont en Amérique, n’y répond pas, les flux de retours patriotiques sont importants puisqu’ils ramènent plus de 200 000 hommes entre mai et décembre 1915, et encore 100 000 autres entre 1916 et 1918, au fil de l’appel des jeunes classes6. L’absence soudaine de ces hommes, qui constituaient la part la plus active de l’immigration, déstabilise l’équilibre social et économique des colonies Italiennes, de façon certes plus nette en Europe, où les hommes obtempèrent davantage et plus rapidement qu’en Amérique. Ces départs brusques et massifs, à l’échelle des colonies concernées, créent des vides dans l’espace social et le tissu économique de ces communautés, notamment lorsqu’ils emmènent avec eux, en affrontant d’ailleurs de nombreuses difficultés, leurs biens, leur épargne et leurs familles. Inversement, ceux qui partent seuls laissent derrière eux des situations familiales très difficiles : si le gouvernement Italien a prévu des subsides pour les familles de tous les mobilisés, ceux-ci sont faibles et d’autant moins suffisants pour les familles restées à l’étranger, qu’ils sont diminués par les dénivellations monétaires7.

  • 8 Par exemple en toscane : Patronato per gli emigranti della provincia di Lucca e della Garfagnana ( (...)

9Au-delà de la ponction numérique opérée sur la population stabilisée des colonies Italiennes, c’est bien le fonctionnement d’ensemble de leur écosystème qui est compromis dès les premières années de la guerre. Ainsi dès la fin de 1914, certaines colonies Italiennes d’Europe, s’avèrent très mal en point, provoquant une forte inquiétude dans les régions Italiennes d’où leurs populations sont originaires : en Piémont, en Ligurie, en toscane par exemple, les familles, mais aussi les municipalités, les notables locaux, la presse régionale de toutes couleurs politiques, expriment de vives inquiétudes pour les émigrés de la région, piégés par la guerre en Europe, ballottés par les multiples mouvements de rapatriements, accablés par les pertes matérielles et financières qui sont le lot de tous les départs précipités8.

10Fortement déstabilisées, voyant les ressorts de leur fonctionnement économique menacés, les colonies Italiennes ont dû se réorganiser, s’acclimater au contexte exceptionnel nouveau créé par la guerre. L’exemple de Glasgow permet d’analyser, à l’échelle d’une colonie, ce processus d’accommodement.

Les Italiens de Glasgow

  • 9 Selon les estimations consulaires : CGE, Emigrazione e colonie. Raccolta di rapporti degli agenti (...)
  • 10 Emigrazione e colonie, 1903, op. cit., p. 190-192.
  • 11 L. Sponza, op. cit., p. 109-113. Pour les filières de commerçants (glaciers et figuristes) venus d (...)

11Stabilisée au tournant des xixe et xxe siècles, la colonie de Glasgow regroupe en 1914 la moitié des Italiens d’Écosse : ils sont environ 4000 dans la ville et ses environs immédiats9. Beaucoup sont originaires de diverses vallées de l’Apennin central et de Ligurie, d’autres des Abruzzes : la colonie mêle donc déjà des courants régionaux diversifiés. Les rapports consulaires la décrivent comme calme et respectueuse de la loi, industrieuse et prospère10. Son épine dorsale est constituée par le milieu des petits commerçants et boutiquiers du secteur de l’alimentation et des services : fish and chips, marchands de glaces et de rafraîchissements, cafés/barbiers, vendeurs de statuettes11. C’est là typiquement un milieu de petits commerçants originaires de vallées montagnardes, qui ont installé des chaînes migratoires appuyées sur un noyau stabilisé et des liens intenses avec leurs familles et villages d’origine. Ces réseaux amènent régulièrement, pour des contrats de quelques années, une main-d’œuvre de jeunes hommes qui seront, selon leur degré de parenté, associés, employés ou exploités, dans des emplois d’apprentis, vendeurs et commis, et pourront tantôt rester tantôt repartir.

  • 12 L. Sponza, op. cit., p. 110-115.

12La prospérité relative de cette colonie se mesure notamment à sa hiérarchisation socio-économique interne, déjà bien avancée avant la guerre. Au sommet de la structure, les « notables » immigrés sont des grossistes, ou les propriétaires de plusieurs boutiques, pourvoyeurs d’emploi. Ils tiennent les filières villageoises et les réseaux de recrutement, ils maîtrisent les relations avec les autorités Italiennes (du consulat Italien situé dans la ville aux municipalités et à la presse régionale des vallées d’origine). Ces formes de tutelle ne vont certes pas sans conflits12 : conflits du travail entre les gros commerçants employeurs et leur main-d’œuvre ; tensions avec les détaillants qui dépendent d’eux ; concurrence entre les divers réseaux familiaux ou villageois qui aspirent au leadership au sein de la colonie (concurrence qui s’exprime ici, comme dans tous les regroupements Italiens à l’étranger depuis la fin du xixe siècle, sur le terrain associatif, entre diverses sociétés de secours mutuel, entre coopératives, ou encore entre associations professionnelles de commerçants). Dans tous les cas, on observe un processus d’institutionnalisation de structures d’encadrement qui font souvent appel aux solidarités héritées, importées des villages et vallées d’origine.

  • 13 Ibid., p. 114-115.
  • 14 Pour l’analyse plus précise du processus à Glasgow, à partir de la filière régionale lucquoise, C. (...)

13Mais tout en maintenant actives et vivantes ces filières qui constituent assurément le carburant de leurs affaires commerciales, tout en cultivant cette identité locale qui forme la base de leur autorité paternaliste, ces notables tendent de plus en plus à se poser également, auprès des autorités municipales britanniques, en représentants d’un groupe national Italien, de façon à peser plus fortement au plan local ; une étape importante a déjà été franchie à la veille de la guerre quand il s’est agi de défendre le secteur des débits de boisson et de glaces contre une législation jugée trop restrictive en matière d’horaires de fermeture ou de repos dominical13. On retrouve là, dès avant la guerre, cette articulation bien connue dans les groupes Italiens à l’étranger, entre réseaux et affiliations locales d’origine d’une part, et d’autre part construction ou reconnaissance, progressive bien qu’encore inaboutie, d’une identité nationale Italienne14.

Dans les épreuves de la guerre : la recomposition des identités

  • 15 Entre Glasgow et la Ligurie, ces filières/relais sont bien visibles à la lecture des contentieux p (...)

14Pour se trouver assez éloignée du front, Glasgow n’en est pas moins touchée par le conflit mondial. Face au choc et à l’urgence, la colonie s’organise : il faut renouer les fils, rétablir les flux vitaux, et surtout remplacer les hommes partis. La première tâche, pour les réseaux commerçants du secteur de la restauration et de l’alimentation, dont on a vu l’importance économique et le rôle structurant, consiste à assurer le remplacement des hommes mobilisés et la continuité de la rotation de main-d’œuvre, essentielle pour la bonne marche du secteur. Les efforts de réorganisation de la noria passent par les filières familiales et locales déjà existantes mais on adapte leurs règles habituelles au nouveau dispositif de restrictions étatiques de la mobilité. Ainsi, lorsque ces familles commerçantes se retrouvent privées d’un chef de famille mobilisé, ou lorsqu’elles ne peuvent recevoir le renfort périodique habituel des jeunes gens bloqués en Italie par la réglementation militaire, elles organisent de nouvelles formes de relais entre générations, et entre hommes et femmes. Pour travailler dans la boutique auparavant dirigée par les hommes en pleine force de l’âge, se relaient les générations non mobilisables, qu’on fait venir d’Italie en demandant des passeports et des autorisations spéciales : oncles ou beaux-frères plus âgés qui pourront travailler et tenir les comptes de la boutique, neveux ou cousins, encore trop jeunes pour être mobilisés mais déjà capables d’aider au labeur ou au comptoir. Enfin, on fait venir en Écosse des femmes de la famille, en puisant dans toutes les réserves possibles : sœurs, épouses, ou même très jeunes filles15. En somme, sous l’influence des contraintes de la guerre, les rapports habituels entre hommes et femmes et entre générations se trouvent inversés par rapport aux temps de paix : elles permettent tant bien que mal d’assurer la continuité de fonctionnement d’un certain nombre d’espaces et de piliers économiques et sociaux de la colonie Italienne.

  • 16 Des exemples dans les contentieux et suppliques figurent dans ACS, Polizia giudiziaria (1916-1918) (...)
  • 17 PEPLG, Relazione 1916, op. cit., p. 4.
  • 18 J. Torpey, op. cit., p. 141-146.

15Mais ces norias improvisées restent très précaires : il faut sans cesse en renouer les fils, au rythme des départs des hommes mobilisés qui se succèdent d’année en année jusqu’à la fin de 1918. Elles sont en outre soumises à une bureaucratisation croissante, qui signifie pour les familles, les commerces ou les entreprises, la multiplication des procédures et l’allongement des délais de relais, dès lors que les autorités Italiennes ne cessent d’accentuer les contrôles légaux ou informels sur toutes les catégories de partants : aux logiques militaires qui font se multiplier les contrôles policiers ou municipaux sur la véracité de l’âge et des actes d’état civil de tout individu de sexe masculin, s’ajoutent souvent des atermoiements voire des interdictions de départ signifiées aux femmes, pour des motifs de sécurité du voyage16. La réglementation interdit l’attribution de passeport à ceux qui sont apparentés à un réfractaire à la mobilisation Italienne, et de ce fait, les familles installées à l’étranger qui sont dans ce cas ne peuvent pas facilement faire venir d’aides de la péninsule17. Les relais improvisés sous des formes clandestines sont de plus en plus aventureux et peu efficaces en ces temps de guerre, où les autorités étatiques imposent de façon croissante exigence et contrôle de papiers officiels pour les déplacements et le travail18. Ainsi, ces norias, tant bien que mal reconstituées, ne redonnent pas toute leur vitalité aux activités familiales, sociales et économiques de la colonie Italienne, car elles sont en priorité structurées par des logiques institutionnelles, contraignantes, qui leur ôtent la souplesse indispensable qu’avaient auparavant les circulations menées par le jeu prioritaire des filières familiales ou villageoises auto-contrôlées. Les possibilités qu’ont les migrants d’alimenter eux-mêmes l’espace économique, social et urbain de la colonie sont bel et bien amoindries par le nouveau dispositif de restriction des mouvements ; et les capacités de contournement ou d’adaptation des ressources familiales sont mises à rude épreuve.

16Dès lors, même si ces stratégies et nouvelles norias permettent d’assurer tant bien que mal le maintien des activités dans la colonie Italienne, nombre de familles se trouvent tout de même dans des situations matérielles difficiles. Les épreuves et restrictions de la guerre entraînent alors un remodelage et une densification des formes de solidarité dans l’espace social Italien de la ville. Parmi les priorités, il faut aider les familles en difficultés à cause du départ des hommes, maris ou fils, rentrés ou restés servir dans l’armée Italienne ; en général, les aides de l’État Italien (à travers les subsides prévus pour les familles mobilisées, ou les secours exceptionnels du consulat de Glasgow) n’y suffisent pas.

17Les formes d’entraide s’organisent en fait à deux niveaux. Le premier est celui de la filière locale et de ses micro-solidarités. L’aide la plus régulière semble en effet fournie par l’armature déjà existante des sociétés de secours mutuel à base locale, qui prennent en charge les originaires d’une même région ou d’une même vallée ; certaines apparaissent même pour l’occasion, tant les besoins de la guerre sont exceptionnels : c’est le cas par exemple, de l’association Pro Garfagnana du nom d’une vallée de l’Apennin central, qui a fourni son contingent de « gelatieri » à la ville de Glasgow depuis le début du siècle. Les commerçants jouent ici un rôle majeur : comme commerçants, ils concèdent du petit crédit informel pour les familles en difficulté ; comme employeurs, ils peuvent embaucher pour des fonctions de commis, de service, de vente, les femmes d’une famille à la place du mari, du fils ou du frère mobilisés. Dans ces deux cas, l’altruisme est lié à une connaissance interpersonnelle et la confiance nécessaire au crédit informel ou à l’emploi d’une femme dans un poste habituellement taillé pour un homme, est plus facilement accordée à des familles qu’on connaît déjà, qui se trouvent déjà insérées dans un réseau par les filières de recrutement local. Les solidarités et identités campanilistes semblent donc le filet de secours le plus facilement mobilisable en cas de crise et paraissent renforcées, sous des modalités immédiates, quotidiennes et informelles (la confiance du commerçant ou de l’employeur) ou plus institutionnelles (l’association de secours mutuel d’originaires).

  • 19 On en trouve divers échos dans la presse des régions d’origine, qui insiste pour l’occasion sur l’ (...)

18Mais on voit aussi, à mesure que le conflit s’enlise, se déployer des réseaux d’entraide élargis, à un deuxième niveau, à l’échelle de la communauté Italienne de la ville. Ainsi, après 1916, se multiplient les collectes organisées à l’échelle de tous les Italiens de la ville pour aider les plus fragiles d’entre eux, généralement dans le cadre des associations de secours mutuels qui depuis le début du siècle s’efforçaient de dépasser les dénominations et filières strictement locales comme, par exemple la Società italiana di mutuo soccorso de Glasgow19. Sans surprise, ces associations et ces collectes sont prioritairement prises en charge par les notables de la colonie, grossistes/importateurs ou commerçants à l’aise. Principaux entrepreneurs économiques de la colonie, leur position sociale en fait aussi les principaux entrepreneurs identitaires du milieu Italien : ces collectes sont pour eux une bonne occasion de manifester un sens des responsabilités collectives et une conscience des intérêts généraux de la colonie, qui accompagnent ou légitiment cette position. Sans surprise non plus, il n’est pas rare que ces collectes donnent lieu à un passage par le consulat Italien pour en énoncer avec un peu de solennité le début, le terme ou la réussite.

19Ces deux niveaux de la solidarité en milieu Italien semblent donc avoir des impacts différents. Petit crédit de consommation, emplois, secours d’urgence : les solidarités de dimension campaniliste ou locale sont les plus directement fonctionnelles et efficaces, les plus régulières voire quotidiennes. En regard, les solidarités au niveau de toute la colonie semblent moins régulières, plus occasionnelles, sans doute très utiles pour les bénéficiaires, mais avec une fonction aussi rituelle qu’identitaire : il s’agit de manifester par l’entraide l’existence d’un esprit de collectivité parmi tous les Italiens de la ville, la capacité à unir les forces face aux épreuves, indépendamment des distinctions d’identités locales ou de statut social, indépendamment des concurrences et des failles qui existaient avant la guerre. Dans ces occasions, l’esprit de solidarité passe par l’entraide matérielle – les collectes visent bien à recueillir des fonds qu’on redistribuera – ainsi que par la mise en avant, très ostensible (en utilisant la presse Italienne de la ville ou l’intermédiaire du consulat), d’un esprit Italien collectif : le collectif des Italiens de la ville, rassemblés dans une même ville et les mêmes épreuves par la migration et par la guerre.

20Le milieu Italien de Glasgow se trouve donc parcouru par un double mouvement durant la guerre : d’un côté l’intensification de la solidarité très locale où l’on est clairement dans le souci de faire ; de l’autre, la solidarité plus large, à l’échelle de la colonie de la ville, où l’on est plutôt dans le souci de dire. Pour autant, ces deux dimensions de la solidarité, campaniliste ou Italienne, intensifiées chacune par la guerre à l’intérieur des milieux Italiens de Glasgow sont en fait très complémentaires, et font sans doute davantage que coexister pour s’articuler vraiment.

  • 20 Échos dans la Garfagnana/Sentinella apuana, 11 avril 1918.
  • 21 Son animateur dévoué est Celestino Renucci, prospère commerçant de Glasgow, et pilier depuis le dé (...)

21En l’occurrence, cet encastrement des niveaux de solidarité, matérielle ou symbolique, ne reste pas centré sur les seuls problèmes et intérêts de la communauté des Italiens de la ville. Au contraire, on observe parmi eux la multiplication des initiatives de collectes ou des services d’entraide qui manifestent l’inscription dans des solidarités et des loyautés dirigées vers l’Italie. Au travers d’ailleurs de différents cercles d’appartenance, eux aussi emboîtés, puisqu’en direction de l’Italie, on voit le même principe de renforcement de solidarité à deux niveaux, local et national, comme le montre la poursuite de l’analyse des collectes. Plus la guerre s’éternise, plus se multiplient les collectes en faveur des vallées ou des villages d’origine, comme celles qu’organise par exemple régulièrement auprès de tous les originaires de la vallée en Écosse l’association Pro garfagnana, sise à Glasgow20. Mais on voit s’y ajouter d’autres collectes, au profit de l’ensemble de la nation Italienne en guerre : elles veulent aider, dans la péninsule, les familles des mobilisés et les sommes sont alors remises au consulat Italien, chargé de les faire transiter à destination. Dans l’organisation de ces collectes à vocation « nationale », on retrouve bien sûr les familles de gros commerçants, habituels entrepreneurs identitaires, dévoués ou intéressés au développement dans le milieu Italien de la ville d’un esprit national. En général, les initiatives donnent lieu à des formes d’institutionnalisation par la création d’association aux dénominations ostensiblement patriotiques et nationales : par exemple le très actif comité Pro Italia21.

  • 22 Il organise à Glasgow, à l’occasion des fêtes de Pâques de 1918, une grande vente charitable en fa (...)

22À l’occasion de ces mobilisations à vocation véritablement nationale parmi les Italiens de la ville, on voit aussi se profiler une nouvelle tendance : l’intervention beaucoup plus visible et institutionnalisée des femmes, puisque ce sont elles, par exemple, qui animent à Glasgow le comité Pro Patria. Certes, ce comité qui s’illustre par l’organisation de grandes ventes charitables lors des principales fêtes religieuses22, fonctionne sur un modèle très répandu d’intervention des femmes dans la sphère publique depuis la deuxième moitié du xixe siècle, mêlant militantisme confessionnel et esprit caritatif. Mais sa constitution et ses interventions sciemment médiatisées, dans le milieu Italien de Glasgow, comme dans la péninsule, signalent que le contexte de guerre, fait d’urgence des besoins et de volonté de mobilisation idéologique et nationale permanente dans toutes les strates de la société, rend plus visible, plus institutionnalisé, le rôle des femmes dans la sociabilité publique des migrants et dans la cohésion communautaire.

23À côté des collectes ponctuelles, auto-organisées, les Italiens de la ville participent à un mode de mobilisation civique à distance, beaucoup plus institutionnalisé et canalisé par l’État : ils souscrivent aux emprunts de guerre Italiens, suivant en cela les recommandations propagandistes régulières du consulat relayées par les associations Italiennes de la ville.

  • 23 Ces listes sont faciles à recouper car elles sont souvent publiées dans la presse Italienne de Gla (...)
  • 24 C’est le cas du commerçant déjà rencontré Celestino Renucci, animateur dévoué d’associations à bas (...)

24La multiplicité de ces initiatives et des associations montre que l’intensification de la mobilisation collective, à l’épreuve de la guerre, s’accompagne d’une persistance de l’émiettement des structures de solidarité, phénomène très courant dans les colonies Italiennes depuis le xixe siècle. Mais on constate que pendant la guerre, à Glasgow (et sans doute ailleurs) cet émiettement, s’il reste visible institutionnellement, n’empêche pas une solidarité plus générale – faite de la somme des initiatives nées dans la colonie – en faveur de tous les cercles d’appartenance. Les listes de contributeurs aux différents types de collectes indiquent que sur la durée, les émigrés donnent aux trois types de collectes, successivement et souvent simultanément : pour les filières locales, pour la colonie Italienne de la ville, pour l’Italie elle-même23. De plus, les responsables et animateurs militants de cette mosaïque associative sont en fait souvent les mêmes24 : les commerçants à l’aise appliquent ici sans aucun doute les comportements bien connus pour s’assurer le leadership de la colonie Italienne par des stratégies d’omniprésence et de multi-positionnalité institutionnelle ; mais sans doute sont-ils aussi mus par une véritable volonté de mobilisation patriotique qui leur fait rechercher l’efficacité tous azimuts. En l’occurrence, quel qu’en soit le motif (altruisme, loyauté Italienne ou intérêts de notables), cela contribue à l’encastrement des initiatives et à l’emboîtement de tous ces cercles de loyautés pratiquées et affichées dans le milieu Italien de la ville. Pour ceux qui les animent, comme pour ceux qui cotisent, ces cercles ne s’excluent pas forcément, mais s’emboîtent du local au national, plus nettement encore à l’occasion de la guerre.

Des formes de mobilisation à réévaluer

25Ce qu’on peut observer parmi les Italiens de Glasgow permet de tirer un double enseignement.

  • 25 M. Sanfilippo, « Nationalisme, italianité… », op. cit., p. 38-41.
  • 26 C. Douki, « Lucquois au travail ou émigrés Italiens ?… », op. cit.

26Le premier tient à ces manifestations très ostentatoires d’un dispositif identitaire spécifique, qui combine des échelles multiples, du local au national et par-delà les frontières. En l’occurrence, la guerre ne crée pas tout et vient plutôt révéler combien avait progressé, parmi les émigrés Italiens, depuis la fin du xixe siècle, l’articulation de plusieurs cercles de solidarité vécue et d’appartenances intériorisées, fondées sur les pratiques et les affiliations idéologiques revendiquées : les appartenances locales toujours très bien entretenues dans et par la mobilité, l’appartenance à la colonie Italienne de telle ville (qui avaient progressé, au moins aux États-Unis et en Grande-Bretagne), un sentiment, inégalement réparti mais incontestablement en progrès, d’appartenance à l’Italie comme nation25. Ces affiliations se combinent sans qu’il y ait contradiction entre elles, ni substitution de l’une à l’autre, ni même hiérarchisation. Elles coexistaient, comme différents cercles d’appartenance « en puissance » et étaient mobilisées par les individus en fonction des situations et des besoins26. La conjoncture de guerre, qui accroît le besoin de mettre réellement en pratique les solidarités affichées et les loyautés revendiquées, révèle que l’articulation de ces ressources identitaires a plutôt bien fonctionné pour permettre aux migrants de s’entraider, de prendre en charge eux-mêmes leurs intérêts et leurs problèmes (quand l’éloignement et les défauts d’organisation ou de soutien de l’État Italien les laissaient dans l’embarras matériel), tout en manifestant leur attachement à la collectivité nationale Italienne.

27Il apparaît également, en tout cas dans le cas de Glasgow qu’on vient de présenter, que la conjoncture de guerre, avec les besoins concrets spécifiques qu’elle a fait naître et avec les injonctions répétées à l’affichage des loyautés nationales dont elle est porteuse, a renforcé ces trois cercles d’appartenance, chacun à leur manière. D’une part, elle a incontestablement renforcé voire recréé, pour certains émigrés, des solidarités locales campanilistes. D’autre part, elle a contribué à la structuration et à l’institutionnalisation plus forte de la colonie Italienne de la ville. Sous un double mouvement, en s’occupant de ses intérêts internes, comme en manifestant sa mobilisation civile et symbolique pour l’Italie, le milieu Italien a multiplié les interactions collectives et l’esprit d’association, qui ont eu pour effet de structurer davantage l’espace social et public des Italiens de la ville. Ceux-ci se sont donc davantage constitués en collectivité proprement dite : une collectivité qui s’auto-produit en s’entraidant, en s’occupant de ses affaires, en se centrant sur elle-même, mais aussi en se mobilisant symboliquement pour une loyauté plus large, celle de l’Italie comme nation.

  • 27 Sur les thèmes et les images de l’émigration dans le discours nationaliste, cf. F. Gaeta, il nazio (...)

28Enfin, il semble qu’au fil de la guerre progressent les références à d’autres cercles d’appartenance Italienne, qui renvoient à une « italianité émigrée » plus large que celle de la colonie Italienne localisée dans une ville, faisant de plus en plus souvent référence à la grande communauté des Italiens de l’étranger. Cette notion idéologique n’est pas nouvelle et a déjà été construite et diffusée dans le discours nationaliste Italien depuis la fin du xixe siècle27 ; mais il semble qu’à l’occasion de la guerre, elle soit de plus en plus souvent mise en avant par la propagande de l’État Italien, notamment lorsqu’il est fait appel à la conscience et au devoir patriotique des émigrés : l’image de ce cercle large, à la fois national et transnational, des Italiens dispersés à travers le monde, se trouve diffusée parmi les émigrés par l’intermédiaire des consulats ou des leaders des associations patriotiques à l’étranger.

29C’est pourquoi il nous semble que la conjoncture de guerre construit véritablement parmi l’émigration Italienne, certes à partir de piliers déjà existants, mais en les combinant plus fortement et en en ajoutant d’autres, un dispositif identitaire exponentiel. Dans cette conjoncture spécifique, cela peut sembler paradoxal à un double titre. Paradoxe, tout d’abord, d’une période de fortes contraintes, de fréquente pénurie matérielle pour les individus ou les groupes, qui manifestent pourtant un réseau exponentiel de solidarités ; paradoxe, ensuite d’une période où l’omniprésence de la propagande nationale aux échos généralement exclusifs, venant de l’État Italien, ou venant des États d’installation, non seulement n’empêche pas mais semble même contribuer à la maturation de loyautés articulées, s’efforçant de lier des échelles infra/nationale, nationale, et même transnationale.

  • 28 Pour la France, cf. A. Prost, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement social, n° 199, (...)

30Pourtant, ces paradoxes n’en sont pas véritablement. L’historiographie de la Grande Guerre a, en effet, clairement montré que si les injonctions étatiques et la conjoncture imposaient des modes prioritaires, voire exclusifs, d’expression publique de l’identité et de la loyauté, en fonction de l’identité patriotique et nationale, la participation des individus et des groupes à ces devoirs patriotiques et nationaux relevait toujours de la conjonction d’affiliations sociales, culturelles et politiques et de micro-solidarités intensément vécues par les individus et les groupes, bref d’un « faisceau de facteurs », de contraintes et d’appartenances mobilisatrices28. Ce dispositif identitaire d’affiliations combinées n’est donc pas spécifique aux migrants Italiens. Ce qui leur est peut-être plus spécifique est que cette combinatoire de solidarités prenne cette tendance véritablement exponentielle.

  • 29 A. Gibelli, L’officina della guerra. La Grande Guerra e le trasformazioni del mondo mentale, rééd. (...)

31Sans doute cela est-il lié à l’éloignement et à la dispersion à travers le monde. Il n’empêche qu’ils participent bel et bien à ce processus de « mondialisation des consciences » qu’entraîne l’événement mondial : au fur et à mesure que s’enlise la guerre, la suractivité de la sphère médiatique présente et construit le conflit comme un événement commun et partout simultané, auquel aucune conscience, même éloignée des théâtres militaires, ne peut véritablement échapper29. Nul doute que ce phénomène inédit ait contribué à renforcer un sentiment de solidarité Italienne « rêvée au loin » et cette identité exponentielle dans les milieux émigrés.

  • 30 On reprend ici l’expression employée par A. Lazarev, qui a analysé sur un temps plus long, et indé (...)

32Certes, cette poussée identitaire peut paraître « ambiguë30 ». Le collectif Italien auquel on s’identifie ainsi relève d’une identité recréée, inventée et pratiquée au loin : on se sent membre d’une collectivité nationale qui se trouve éloignée, détachée. En outre, la loyauté et la solidarité affichées semblent donner lieu à des mises en pratique sélectives, à travers une gamme de mobilisations qui ne renvoient pas au même degré de mise en jeu de soi et du groupe : retour pour la mobilisation militaire ou évitement ; mobilisation financière et idéologique, qui peut être occasionnelle, ou intense et constante.

33Pourtant, et c’est le second enseignement général que nous pouvons tirer, il semble que le cas de Glasgow conduise bien à réévaluer à la hausse l’implication des émigrés dans le conflit, et leur contribution, directe ou indirecte, à l’effort de guerre Italien.

  • 31 CGE, Il contributo dato alla vittoria, op. cit., p. 22. Cela donna lieu à de multiples plaintes, i (...)
  • 32 Pour une présentation de ces divergences, cf. C. Douki, « Les émigrés face à la mobilisation… », o (...)

34Sur le moment s’était imposée dans les élites et les milieux officiels, plus attentifs à la pesée globale des hommes disponibles qu’à l’analyse précise des comportements des émigrés, l’idée d’une réponse trop faible des émigrés à l’appel de la « patrie », en 1915. La déception et une relative incompréhension marquèrent les débats sur ce point, pendant et après la guerre31. On en trouve la traduction dans l’historiographie, où les appréciations du degré de mobilisation patriotique des émigrés varient selon le type d’approche choisi et la nature des sources considérées32. Ces divergences posent en fait tout le problème de l’appréciation des formes particulières de mobilisation patriotique parmi les émigrés, qui mêlent des engagements de nature et de degrés très variés : une réponse mitigée à l’ordre de mobilisation militaire, et une mobilisation à distance, civile, morale et financière grandissante ; des actes engageant véritablement la vie et les intérêts matériels des individus et des familles et des discours à forte charge patriotique symbolique, mais qui restent dans le registre du déclaratif. Mise en jeu de sa vie même contre sacrifices financiers, actes véritables contre proclamations bruyantes ou postures de distanciation : la tentation d’opposer, de hiérarchiser les différentes modalités de comportements est forte, mais peut-être trompeuse. Il s’agit ici d’éviter le piège du jugement de valeur, de l’imputation a priori des raisons d’agir. Et la réaction des milieux Italiens de Glasgow incite à ne pas mésestimer toutes les proclamations de solidarité et de loyauté à l’Italie, dans leurs différentes échelles.

  • 33 Dans les vallées de l’Apennin toscan, les journaux régionaux publient durant toute la guerre des i (...)
  • 34 A. Gibelli, La grande Guerra degli italiani, 1915-1918, Milano, Sansoni, 1998. G. Procacci, Dalla (...)

35La très forte volonté d’affichage, même à distance, de la solidarité avec le pays d’origine et de la loyauté à l’appartenance Italienne, indique qu’il faut les prendre au sérieux. On a vu dans le milieu Italien de la ville la constitution de tout un feuilletage nouveau d’associations, d’institutions, qui cherchent toujours plus à rendre tangible, à publiciser, les divers cercles de l’identité Italienne, du local au national : on fonde ou l’on rebaptise des associations avec des dénominations et des champs d’intervention de plus en plus patriotiques ou nationaux. Les initiatives de soutien matériel ou symbolique passent toujours plus par l’intermédiaire du consulat, sollicité très régulièrement pour transférer en Italie l’argent des collectes : il s’agit bien sûr de le charger des démarches concrètes du transfert, difficile dans un monde en guerre, mais il s’agit aussi, assurément, d’utiliser la caisse de résonance qu’il représente en direction des autorités Italiennes. on remarque aussi que les émigrés se soucient toujours de faire savoir à la presse des régions d’origine qu’ils se sont mobilisés, à telle occasion ou à travers telle association, pour la région d’origine mais aussi pour la colonie Italienne de la ville ou pour l’Italie dans son ensemble. Tout semble fait pour que soit répercutée, en écho, en Italie, à tous les niveaux, des plus centraux aux plus périphériques, l’articulation de toutes les échelles de loyautés. De fait, l’écho fonctionne : on a pu établir, dans le cas de la région de l’Apennin toscan, que la presse locale, les associations patriotiques ou caritatives relaient à leur tour, en direction de la société régionale mais aussi des pouvoirs Italiens, les proclamations de loyauté des émigrés33. Cet effort répété de publicisation des formes de mobilisation à distance, ces démonstrations ostentatoires de loyauté, cette véritable stratégie de communication posent question. Faut-il voir dans cette insistance l’expression de la claire conscience que les difficultés économiques et familiales que connaissent les émigrés sont peu de chose, comparées à la dureté des théâtres Italiens de la guerre (le front, bien sûr, mais aussi l’arrière, soumis à des contraintes et des pénuries particulièrement lourdes34) ? S’agit-il de répondre au soupçon de moindre mobilisation militaire des émigrés ? Par l’exhibition de sa mobilisation civile et financière, par une surenchère de proclamations et de gestes symboliques, la collectivité Italienne de la ville s’efforcerait de compenser les défections militaires. Autrement dit, le discours collectif viendrait compenser les défaillances individuelles, le dire cherchant à remplacer le faire.

  • 35 A. Bernabei, Esuli ed emigrati italini nel Regno Unito, 1920-1940, Milano, Mursia, 1997, p. 41.
  • 36 Des vérifications, malheureusement difficiles à mener de façon exhaustive, montrent que les émigré (...)

36En fait, l’organisation et l’ostentation de la mobilisation civile, morale et financière, ne préjugent pas d’une réelle contribution à l’effort militaire au profit de l’Italie, dans les rangs mêmes de l’armée Italienne, mais aussi dans ceux de ses alliés, comme le permettent les accords conclus par l’Italie avec la Grande-Bretagne en 1917, puis les États-Unis35 : de ces engagements militaires, on a trouvé maints indices parmi les Italiens de Glasgow36. Dans l’idéal, il faudrait établir une quantification exacte des pratiques à l’échelle de la colonie Italienne de la ville (taux précis de réponse des hommes à l’ordre de mobilisation, montant complet des contributions aux emprunts de guerre, etc.) mais la structure des sources rend ce décompte quasiment irréalisable à l’échelle d’une communauté détachée à l’étranger.

  • 37 J. Horne (ed.), State, Society and Mobilization in Europe during the first World War, Cambridge, C (...)

37En tout état de cause, le discours ici ne compte pas moins que les actes, dans la mesure où l’historiographie a bien montré qu’en période de guerre, le soutien moral, la mobilisation culturelle, l’aide financière et les efforts pour réorganiser un peu de bien-être matériel, sont tout aussi cruciaux que les dimensions militaires, pour comprendre la mobilisation et la capacité à tenir des sociétés belligérantes37. il y a bien sûr une différence indéniable entre le fait de se mobiliser à distance par des dons, collectes, souscriptions aux emprunts de guerre, par des proclamations de soutien et de loyauté au pays d’origine, et le fait d’aller se battre, en mettant sa vie en jeu, et en soumettant du même coup et immanquablement sa famille à des déplacements difficiles ou des contraintes économiques, particulièrement forts. Rester à l’étranger évite cela, laisse une distance de garde et ménage des possibilités d’engagement à géométrie variable, et modulables dans le temps.

  • 38 D’une part, le mouvement de retours des émigrés pour la mobilisation n’a nullement été négligeable (...)
  • 39 A. Becchelloni, « Ouvriers Italiens en France et aux Etats-Unis à la fin du xixe siècle : l’intern (...)
  • 40 S’il persiste des divergences sur l’appréciation du phénomène pour l’ensemble des émigrés Italiens (...)
  • 41 Ainsi, l’étude de G. Procacci sur les correspondances des soldats et des prisonniers de guerre Ita (...)

38Mais ces formes alternatives d’engagement civil depuis l’étranger, et l’immense volonté de les rendre publiques pour réaffirmer sans cesse l’encastrement de tous les cercles de loyauté, ne ressortissent pas à de simples postures destinées à masquer l’indécision ou la distanciation. Car toutes ces proclamations de loyauté, même de loin, ont d’incontestables effets performatifs. L’historiographie récente a en effet fourni des éléments, qui non seulement permettent de réévaluer à la hausse la contribution militaire des émigrés38, mais qui montrent aussi que les milieux émigrés ont été particulièrement actifs dans des registres de mobilisation culturelle, morale, civile, très utiles à l’Italie en guerre. Au rang des rituels civiques urbains, on peut rappeler qu’outre-Atlantique, les émigrés ont massivement participé aux défilés patriotiques organisés par les leaders des colonies Italiennes pour demander l’entrée en guerre des États-Unis aux côtés de l’Entente, en espérant notamment que cela soulagerait leur pays d’origine39. Dans leur ensemble, les milieux émigrés ont manifesté une réelle générosité financière, contribuant fortement aux collectes d’initiative privée, auto-organisées par les structures associatives des colonies Italiennes, ou aux emprunts nationaux jusqu’à la fin de la guerre40, ce qui tranche avec l’impopularité croissante des sacrifices financiers demandés pour les emprunts nationaux en Italie même. Enfin, l’affichage à répétition, par la presse ou dans les correspondances privées, de la fidélité à l’Italie, a pu contribuer à soutenir le moral des populations de la péninsule, qui tendait à s’effriter rapidement41.

39Le cas des Italiens de Glasgow montre donc que la Grande Guerre a pu constituer un moment important d’institutionnalisation des groupements Italiens à l’étranger. Elle a conduit certains d’entre eux à se présenter davantage et donc à se construire véritablement comme une collectivité, se reconnaissant dans une identité Italienne, recréée et imaginée au loin, mais tout à fait en mesure de produire des effets sociaux concrets, autant à l’intérieur de la collectivité immigrée qu’en soutien à l’Italie elle-même. Dans ce cas comme ailleurs, les acteurs et les groupes sont sortis transformés de l’épreuve.

Notes

1 Pour la France, cf. les dispositions d’évacuations concernant les étrangers, décidées par les ministères de la Guerre et de l’intérieur, publiées dans la presse, telle Le Figaro, 2 août 1914.

2 470 866 rapatriements sont dénombrés par les autorités Italiennes entre le 15 août et le 30 septembre 1914 (MAIC, Ufficio del lavoro, Dati statistici sui rimpatriati per causa di guerra e sulla disoccupazione, Rome, 1915, p. XVI). Mais toutes les archives locales ou remontant au ministère de l’intérieur disent qu’aux frontières terrestres, dans les ports comme Gênes et Naples, et dans les provinces d’origine, les autorités, débordées par les arrivées de toutes parts, ne peuvent faire aucun dénombrement exact, et ne fournissent que des données inférieures à la réalité ; cf. par exemple ACS, Polizia giudiziaria (1913-1918), b. 89 et b. 187.

3 Décret du 6 août 1914, n° 803. Ce filtre est important, même si des autorisations accordées de façon dérogatoire, comme soupape de sûreté économique et sociale, permettent à des réservistes d’en bénéficier dans des régions Italiennes où les autorités locales sont moins scrupuleuses (P. Salvetti, « Il movimento migratorio italiano durante la prima guerra mondiale », Studi emigrazione, 1987, n° 87, p. 287) ; car on trouve dans les archives des préfectures maints exemples d’application scrupuleuse de la suspension des autorisations de départ pour cette catégorie de migrants : cf. par ex. ACS, Polizia giudiziaria (1916-1918), b. 114.

4 Le décret du 2 mai 1915, n° 635, institue l’obligation du passeport pour toute personne qui quitte le territoire Italien pour travailler à l’étranger, soumis à l’autorisation du Commissariat général à l’émigration, qui se réserve la faculté de juger de l’opportunité du départ.

5 En France, le décret du 2 août 1914, imposant à tous les étrangers présents une demande de permis de séjour, peut aussi avoir des effets de contrôle spatial et de canalisation, avant même que cela soit systématisé par l’imposition d’un dispositif de cartes d’identité pour les étrangers en avril 1917. Sur la surveillance policière des étrangers en France, qui a assurément des effets de canalisation spatiale dès 1914, cf. G. Cross, « Toward Social Peace and Prosperity : The Politics of immigration in France during the Erea of World War 1 », French historical studies, fall 1980, p. 610-632 et l’étude de terrain de P. Rygiel, « Police, étrangers et travailleurs coloniaux dans le Cher de 1914 à 1918 », in M.-C. Blanc-Chaléard et alii (ed.), Police et migrants. France 1667-1939, PUR, 2001, p. 151-165. En Grande-Bretagne, dès le 5 août 1914, une législation d’urgence, the Aliens restrictions act, donne de vastes moyens au ministère de l’intérieur pour contrôler entrées, circulations et activités des étrangers et pour leur interdire ou assigner certaines zones de résidence : A. Dummett, A. Nicol, Subjects, Citizens, Aliens and Others : Nationality and Immigration Law, London, Weindenfeld and Nicholson, 1990, p. 106-108 et J. Torpey, L’invention du passeport. États citoyenneté et surveillance, Paris, Belin, 2005, p. 142-143.

6 Le décompte officiel des effectifs rapatriés entre mai 1915 et décembre 1918, dont on ne doit pas oublier qu’ils sont en deçà des retours réels, fournit les indications suivantes : sur un total d’environ 700 000 émigrés appelés dans cet intervalle, environ 304 000 sont rentrés ; parmi eux, 200 000 sont revenus entre mai et décembre 1915. Parmi ceux qui ont répondu à l’appel entre mai 1915 et 1918, 51 % reviennent d’Amérique, 42,3 % de pays européens (le plus grand nombre, 30 %, revient de France) et 6,5 % du Bassin méditerranéen. CGE, Il contributo dato alla vittoria dal Commissariato generale dell’emigrazione. Mobilitazione e smobilitazione degli emigranti italiani in occasione della guerra (1915-1922), Rome, 1923, p. 22 ; sur la part de sous-estimation des retours réels et les redressements nécessaires : C. Douki, « Les émigrés face à la mobilisation militaire de l’Italie », 14-18 Aujourd’hui, n° 5, mai 2002, p. 159-181.

7 P. Salvetti, op. cit., p. 290.

8 Par exemple en toscane : Patronato per gli emigranti della provincia di Lucca e della Garfagnana (désormais PEPLG), Relazione per l’anno 1914, Lucca, 1915, p. 6-7. Relazione sull’operato nell anno di guerra 1915, Lucca, 1916, p. 7-8, 12.

9 Selon les estimations consulaires : CGE, Emigrazione e colonie. Raccolta di rapporti degli agenti diplomatici e consolari, Roma, 1903, vol. 1, p. 190-192. Pour une description du milieu Italien de Glasgow avant la Grande Guerre : L. Sponza, Italian Immigrants in Nineteenth-Century Britain : Realities and Images, Leicester University Press, 1988, p. 8-19, 33, 109-115.

10 Emigrazione e colonie, 1903, op. cit., p. 190-192.

11 L. Sponza, op. cit., p. 109-113. Pour les filières de commerçants (glaciers et figuristes) venus de l’Apennin toscan : PEPLG, Relazione e bilancio consuntivo per l’anno 1908, Lucca, 1908, p. 4-5. Relazione per l’anno 1911, Lucca, 1912, p. 9-10.

12 L. Sponza, op. cit., p. 110-115.

13 Ibid., p. 114-115.

14 Pour l’analyse plus précise du processus à Glasgow, à partir de la filière régionale lucquoise, C. Douki, « Lucquois au travail ou émigrés Italiens ? Les identités à l’épreuve de la mobilité transnationale, 1850-1914 », Le Mouvement social, n° 188, juillet/septembre 1999, p. 40. Pour une présentation plus vaste du processus, M. Sanfilippo, « Nationalisme, italianité et émigration aux Amériques (1830-1990) », Revue européenne d’histoire, 1995, n° 2, p. 177-191.

15 Entre Glasgow et la Ligurie, ces filières/relais sont bien visibles à la lecture des contentieux pour demandes de passeport, cf. ACS, Polizia giudiziaria (1916-1918), b. 114 ; entre les vallées de l’Apennin et Glasgow, cf. PEPLG, Relazione… 1915, p. 16-17 ainsi que Relazione sull’operato nell’ anno di guerra 1916, Lucca, 1917, p. 4. D’une façon générale, les femmes, s’expatriant surtout pour remplacer les hommes mobilisables, finissent par représenter 54 % des départs d’Italie en 1917 (P. Salvetti, op. cit., p. 287).

16 Des exemples dans les contentieux et suppliques figurent dans ACS, Polizia giudiziaria (1916-1918), b. 114. En 1916, plusieurs décrets (16 mars, 23 juillet, 27 août) modifient ou aggravent les formes de contrôle.

17 PEPLG, Relazione 1916, op. cit., p. 4.

18 J. Torpey, op. cit., p. 141-146.

19 On en trouve divers échos dans la presse des régions d’origine, qui insiste pour l’occasion sur l’élargissement supra local de la solidarité : cf. par exemple La Corsonna (journal de Barga, dans la vallée du Serchio), 12 avril 1918.

20 Échos dans la Garfagnana/Sentinella apuana, 11 avril 1918.

21 Son animateur dévoué est Celestino Renucci, prospère commerçant de Glasgow, et pilier depuis le début du siècle des efforts d’organisation unifiée de la communauté Italienne de la ville. Bien qu’originaire de filières montagnardes localement très structurées (celles de Barga et de la vallée du Serchio) et bien qu’installé définitivement à Glasgow, où il a construit une belle réussite dans le commerce d’alimentation et d’importation de produits de la péninsule, il montre toujours un attachement et une loyauté nationale infrangibles à l’Italie : il y retourne souvent en temps de paix pour les besoins de son commerce, et chaque fois qu’une injonction nationale l’y appelle (service militaire en 1898, mobilisation au printemps 1918 après un ajournement dû à des raisons de santé) ; cf. ACS, Min. int., CPC, b. 4278, fasc. Celestino Renucci).

22 Il organise à Glasgow, à l’occasion des fêtes de Pâques de 1918, une grande vente charitable en faveur des familles de mobilisés et recueille ainsi plus de 600 livres sterling, transmises ensuite au consulat Italien de la ville ; cf. La Corsonna, 21 avril 1918 et 12 mai 1918.

23 Ces listes sont faciles à recouper car elles sont souvent publiées dans la presse Italienne de Glasgow ou dans la presse des localités d’origine.

24 C’est le cas du commerçant déjà rencontré Celestino Renucci, animateur dévoué d’associations à base locale et d’autres à l’échelle de tout le milieu Italien de Glasgow : cf. ACS, Min. int., CPC, b. 4278, fasc. ad vocem.

25 M. Sanfilippo, « Nationalisme, italianité… », op. cit., p. 38-41.

26 C. Douki, « Lucquois au travail ou émigrés Italiens ?… », op. cit.

27 Sur les thèmes et les images de l’émigration dans le discours nationaliste, cf. F. Gaeta, il nazionalismo italiano, Roma/Bari, Laterza, 1981 ; D. Grange, l’Italie et la Méditerranée (1896-1911). Les fondements d’une politique étrangère, Rome, École française de Rome, 1994, vol. 2, p. 977-1034.

28 Pour la France, cf. A. Prost, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement social, n° 199, avril/juin 2002, p. 95-102. F. Rousseau, « 14-18, Continuons le débat ! », in La guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, réédition, Paris, Seuil, 2003, p. 7-23.

29 A. Gibelli, L’officina della guerra. La Grande Guerra e le trasformazioni del mondo mentale, rééd. Turin, 1998.

30 On reprend ici l’expression employée par A. Lazarev, qui a analysé sur un temps plus long, et indépendamment de la guerre, un phénomène similaire parmi les Italiens installés en Égypte : « La colonia italiana : una identità ambigua », in R. Rainero (ed.), L’Italia e l’Egitto dalla rivolta di Arabi Pascià all’avvento del fascismo (1882-1922), Milano, Marzorati, 1991, p. 175-186.

31 CGE, Il contributo dato alla vittoria, op. cit., p. 22. Cela donna lieu à de multiples plaintes, inquiétudes et discours de déploration parmi les élites (cf. P. Salve tti, op. cit., p. 289-291).

32 Pour une présentation de ces divergences, cf. C. Douki, « Les émigrés face à la mobilisation… », op. cit., p. 159-160.

33 Dans les vallées de l’Apennin toscan, les journaux régionaux publient durant toute la guerre des informations de ce genre, en mentionnant régulièrement les manifestations des émigrés en faveur de l’Italie, les collectes (avec leur montant, leurs listes de souscripteurs), etc. ; de son côté, l’association régionale d’aide aux migrants remplit les rapports, qu’elle expédie au CGE, des échos de la mobilisation civile et financière des émigrés restés au loin, pour leur localité ou pour l’Italie (PEPLG, Relazione 1915, p. 13-14 ; Relazione 1916, p. 8, 11).

34 A. Gibelli, La grande Guerra degli italiani, 1915-1918, Milano, Sansoni, 1998. G. Procacci, Dalla rassegnazione alla rivolta. Mentalità e comportamenti popolari nella grande guerra, Roma, Bulzoni, 1999. M. Isnenghi, G. Rochat, La Grande Guerra, 1914-1918, Roma, La Nuova Italia, 2000.

35 A. Bernabei, Esuli ed emigrati italini nel Regno Unito, 1920-1940, Milano, Mursia, 1997, p. 41.

36 Des vérifications, malheureusement difficiles à mener de façon exhaustive, montrent que les émigrés animateurs ou souscripteurs aux initiatives de mobilisation civiles et aux collectes en faveur de l’Italie, appartiennent souvent à des familles dont les hommes ont répondu à la mobilisation militaire Italienne ; cf. par ex. Celestino Renucci, cité note 21.

37 J. Horne (ed.), State, Society and Mobilization in Europe during the first World War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; J.-L. Robert, J. Winter (ed.), Capital Cities at War, London, Paris, Berlin, 1914-1919, Cambridge University Press, 1997 ; C. Prochasson, « La guerre en ses cultures », in J.-J. Becker (ed.), Histoire culturelle de la Grande Guerre, Paris, A. Colin, 2005, p. 255-271.

38 D’une part, le mouvement de retours des émigrés pour la mobilisation n’a nullement été négligeable et doit être réévalué statistiquement et de l’autre, il semble que, comparés au reste de la population, les émigrés rentrés combattre aient fait montre d’une conscience patriotique et d’un sentiment national souvent plus aboutis et en tout cas plus résistants (jusqu’à la fin de la guerre) que dans les milieux non migrants. Cf. P. Del Negro, « La leva militare in Italia dall’Unità alla Grande Guerra », in id., Esercito, Etato e società. Saggi di storia militare, Bologna, Capelli, 1979, p. 242-243 ; G. Procacci, Soldati e prigionieri italiani nella Grande Guerra, Roma, Editori Riuniti, 1993, p. 72-73.

39 A. Becchelloni, « Ouvriers Italiens en France et aux Etats-Unis à la fin du xixe siècle : l’internationalisme face aux tentations nationalistes, racistes, corporatistes », in S. Wolikow (ed.), Prolétaires de tous les pays unissez-vous ? Les difficiles chemins de l’internationalisme (1848-1956), Dijon, Ed. universitaires de Dijon, 1993, p. 42.

40 S’il persiste des divergences sur l’appréciation du phénomène pour l’ensemble des émigrés Italiens, certains insistant sur une contribution plus faible des émigrés du Mezzogiorno installés aux Etatsunis (à la suite notamment de E. Forster, Italian Emigration of our Times, Harvard, 1919, p. 466), l’historien S. Lanaro conclut à une contribution financière essentielle des émigrants Italiens, pris dans leur ensemble (« Da contadini a Italiani », in P. Bevilacqua (ed.), Storia dell’agricoltura italiana in età contemporanea, vol. III, Venizia, Marsilio, 1991, p. 952) ; d’autres sources, par communautés à l’étranger comme on vient de le voir pour Glasgow, ou par régions d’origine, soulignent l’importance de la mobilisation financière des émigrés ; pour ceux de la région lucquoise, par exemple, cf. PEPLG, Relazione 1915, p. 13-14 ; Relazione 1916, p. 11.

41 Ainsi, l’étude de G. Procacci sur les correspondances des soldats et des prisonniers de guerre Italiens avec leur famille, suggère que les colonies émigrées sont restées convaincues, plus longtemps que la majorité de la population qui vivait la situation dans la péninsule, de la nécessité de continuer l’effort de guerre, y compris après les moments les plus difficiles des années 1916-1917 (Soldati e prigionieri…, op. cit., p. 72-73). Sur l’effritement du moral des Italiens et le développement des fractures politiques et anti-étatiques qui en résultent, cf. P. Corner, G. Procacci, « The Italian experience of “total” mobilization, 1915-1920 », in J. Horne (ed.), State, Society…, op. cit., p. 223-240.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable