Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Aït Ayad

 | 
Chadia Arab

Deuxième partie. Émergence de nouveaux pôles d’arrivée de l’Espagne à l’Italie

Chapitre VII. L’Italie, une autre dimension de la migration des Aït Ayad

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’autre destination d’émigration des Aït Ayad est l’Italie. Elle présente un certain nombre de points communs avec l’Espagne : traditionnellement pays d’émigration, l’Italie est devenue, dès le milieu des années 1970, un pays d’immigration1. Depuis 1971, la population immigrée y a pratiquement doublé tous les dix ans : le nombre des étrangers recensés en 1971 était de 156 179 ; en 1981 il était déjà de 331 365, de 648 935 en 1991 et il a atteint le nombre de 1 251 994 en 1999 (source : Caritas di Roma, 2000, dans « Marocains de l’extérieur »). La population immigrée, qui réside en Italie provient principalement du bassin méditerranéen (Afrique du Nord et Balkans), des pays de l’Europe de l’Est, d’Asie (Philippines et Chine) et de l’Afrique noire (Nigeria et Sénégal). Mais la situation géographique particulière de la péninsule italienne au sein de la mer Méditerranée n’explique pas à elle seule le développement des migrations à destination de ce pays.

Quelles sont les caractéristiques...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable