Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La captivité des prisonniers de guerre

 | 
Jean-Claude Catherine

Le statut des prisonniers de guerre conditionne-t-il leur captivité ?

Entre université et résistance : les officiers français prisonniers au camp XVII A à Edelbach1

Andréas Kusternig

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Traduction par Monique Cano et Jorg Ulbert. Texte adapté pour la publication par Jean-Claude Cathe (...)
  • 2 Hubert Speckner, In der Gewalt des Feindes. Kriegsgefangenenlager in der „Ostmark" 1939 bis 1945, (...)

1Le camp d'officiers ou Oflag XVII A à Edelbach était un des nombreux camps de prisonniers situés en « Ostmark », le territoire de l'Autriche actuelle2. La plupart de ces camps étaient des Stalags, camp de base pour soldats et sous officiers.

  • 3 Voir en annexe II le tableau des camps du Wehrkreis XVII.
  • 4 Barbara Stelzl-Marx, Zwischen Fiktion und Zeitzeugenschaft. Amerikanische und sowjetische Kriegsge (...)

2En ce qui concerne la région militaire XVII3 dont le centre était à Vienne, il faut d'abord citer les Stalags de Kaisersteinbruch, situé à l'est de Vienne, et de Gneixendorf, à l'ouest de la capitale et près de Krems4. Le camp de Pupping, jugé de façon relativement positive, n'a été aménagé qu'en automne 1941, à l'ouest de Linz, pour limiter la « zone d'encadrement » de l'immense Stalag XVII B Gneixendorf qui s'étendait presque jusqu'à Salzbourg, le centre de la région militaire XVIII. Grâce aux kom-mandos de travail qui fournissaient la main-d'œuvre nécessaire, dont de nombreux Français, l'ensemble de l'économie fonctionnait jusque dans le plus petit village. Seul Edelbach a été presque en permanence un camp d'officiers. Tous les autres camps ont servi au fil du temps aux corps de troupe les plus variés et un même camp a pu être successivement « camp de transit » (Durchgangslager, abrégé en Dulag) et Stalag (Stammlager). Ces noms ont varié en fonction des troupes allemandes, voire des Kommandanturen, qui y étaient en service et furent souvent transférés ailleurs, comme on le voit dans le cas de Pupping.

Carte 1 : Les camps de prisonniers de guerre dans les régions militaires XVII et XVIII

Carte 1 : Les camps de prisonniers de guerre dans les régions militaires XVII et XVIII

Source : Carte fournie par Hubert Speckner, Barch RW 6/482 K, BAMA, Freiburg.

3Il y a eu aussi à Gänserndorf, pendant un temps limité, un « camp de rapatriés » (Heilag) où étaient rassemblés des groupes de prisonniers en instance de retour dans leur patrie (Heimat)

  • 5 Voir en annexe II le tableau des camps du Wehrkreis XVIII. Barbara Stelzl-Marx, Das Oflag XVIII B/ (...)

4Dans la région militaire XVIII5, les camps comme ceux de Marburg et de Pongau n'ont pas eu une existence continue. Les Oflags (Offizierslager) de Lienz et Wagna, plus ou moins acceptables, ont été vite dissous, au regret de leurs occupants, en majorité transférés à Edelbach.

5Le camp d'Edelbach était réservé aux officiers français prisonniers de guerre, avec leurs ordonnances et quelques 170 Polonais. En moyenne, il y a eu environ 4 500 détenus. Il se trouvait près d'Allentsteig, aujourd'hui centre d'un terrain d'entraînement militaire dans le Waldviertel, en Basse-Autriche. Les données qui suivent ne valent que pour ce type de camps qui formaient en quelque sorte un monde à part. Les prisonniers des Stalags obéissaient à des règles très différentes. On a souvent dit que les camps d'officiers avaient été relativement idylliques et que les prisonniers s'y occupaient en écoutant du jazz et en buvant de temps en temps une coupe de champagne. Certes, cela est arrivé, mais de façon isolée car le triste quotidien était tout autre.

6Dernières remarques préliminaires : contrairement aux Français, j'emploie ici le terme d'« Allemands » car les gardes, qui étaient bien pour la plupart d'origine autrichienne, fonctionnaient dans le cadre hiérarchique de la Wehrmacht allemande. Enfin, en choisissant comme titre de mon exposé « Entre université et résistance », j'ai voulu montrer que dans le cas d'Edelbach, je ne voyais pas — ce qui est probablement un peu surprenant — d'opposition entre l'« université », la vie culturelle et la résistance.

Sport, théâtre et activités artistiques, de simples loisirs ?

7Faut-il insister sur le fait que l'article 27 de la Convention de Genève et le code d'honneur des officiers interdisent de forcer des officiers à travailler pour ceux qui les détiennent ? Ils n'avaient donc aucun travail à faire. Cependant, « il fallait qu'ils s'occupent, peu importe à quoi, tout simplement pour ne pas devenir fous », comme l'a dit un prisonnier. Il convenait donc de s'entretenir, par exemple en faisant du sport ou d'autres activités. Au début, les Allemands encourageaient sciemment les activités sportives et culturelles. Tout comme le gouvernement de Vichy, ils voulaient ainsi rallier les Français à la collaboration, pour « la construction d'une nouvelle Europe qui englobe la France de façon honorable ».

8Les prisonniers français cherchaient à exploiter au mieux leur situation. La vie culturelle comprenait des bibliothèques, une radio du camp et une importante activité artistique, avec des expositions et des manifestations de musique, littérature et théâtre. Cela explique le choix de traiter par l'art des sujets relatifs à la vie quotidienne du camp, comme de représenter un paysage de baraques en hiver. Naturellement, d'autres sujets artistiques servaient à l'agitation politique. Ainsi, le sculpteur le plus significatif du camp, R. B. Baron, a réalisé une tête du maréchal Pétain. Les officiers suivaient aussi la situation militaire. Une caricature intitulée « Visions d'histoire : débarquement en Normandie » montre que, dès le printemps 1943, ils discutaient des possibilités d'une grande opération de débarquement des Alliés en Normandie.

9Le prisonnier qui a envoyé chez lui une aquarelle, « Vue sur le cimetière du camp », l'a fait avec une arrière-pensée. L'artiste s'est servi du dos de l'aquarelle pour transmettre des informations secrètes, inscrites à l'encre sympathique. Pour faire apparaître l'écriture, il fallait réchauffer le papier. À cette occasion, un incident s'est produit et le papier, déjà arrivé en France, a été troué. La censure allemande a regardé le dos du document avec attention et sans rien trouver à redire, comme l'atteste le cachet de censure porté au bas du document (illustrations 1 et 2).

10Les organisateurs de la « Semaine de France » rappelaient délibérément et systématiquement la grandeur de la France. Les scènes typiques montrées, par exemple au stand « Venez et gagnez » de la kermesse, servaient à distraire, mais aussi à remonter le moral et la conscience de soi des Français dont l'assurance avait été profondément ébranlée par la débâcle de 1940. Des scènes de théâtre et de danse jouées à cette occasion servaient aussi à apporter un peu de joie de vivre dans la morosité du quotidien et à faire briller les yeux des spectateurs. Naturellement, la « danseuse » était bien sûr un homme. Mais faire du théâtre n'excluait pas d'être confronté à la réalité militaire et politique, bien au contraire. Par exemple, une « vedette féminine » qui avait trouvé son costume dans les collections du théâtre a tenté de s'évader, déguisée en paysanne tchèque.

11Peut-on reprocher aux artistes et à tous ceux qui ont travaillé dans les nombreux théâtres du camp, ainsi qu'à leurs spectateurs, d'avoir cherché à tirer le meilleur parti de leur situation ? Je ne le pense pas car, jusqu'à présent, je ne vous ai montré que des exceptions. En réalité, la vie des camps était bien dure. Elle est devenue extrêmement dure quand les colis de ravitaillement venant de France ont cessé d'arriver en automne 1944, du fait de la libération du pays par les Alliés. Les conséquences en ont été rapidement visibles avec, dès octobre, les premiers cas d'évanouissement lors des activités sportives. Au printemps suivant, un état de faiblesse générale s'est étendu sur le camp. Certes, on ne connaît pas de cas où quelqu'un serait mort de faim. Mais, par exemple, un abbé qui n'avait jamais reçu de colis personnel, même pendant les « bonnes périodes », a succombé à une maladie qu'autrement il aurait sans doute surmontée.

L'« université du camp » : un repli sur soi6 ?

  • 6 Andreas Kusternig, „Die,Groβe Flucht' und die,Lageruniversität'. Das Lager für kriegsgefangene fra (...)

12J'en arrive maintenant à l'« université du camp », étroitement liée à la bibliothèque principale du camp. Dès juillet 1940, elle a mis en place des cours de langue, des conférences et des cours de préparation aux sessions d'examens d'automne de la même année que les étudiants espéraient pouvoir passer dans leurs universités d'origine en France. Parallèlement, le ministre français de l'Éducation souhaitait officiellement la création de « centres d'études » dans les camps. Les prisonniers de guerre devaient mettre leur temps à profit pour terminer leurs études ou acquérir de nouvelles qualifications, utiles à la reconstruction intellectuelle et matérielle de la France. Il ne s'agissait pas à proprement parler de l'organisation d'« universités » mais de « centres d'études ». Comme ils se trouvaient hiérarchiquement inférieurs aux universités traditionnelles françaises, je n'utilise l'expression « université du camp » qu'entre guillemets.

13Les principaux professeurs sont réunis sur une photo, avec le « recteur », assis au centre, et un officier d'origine juive à sa gauche. Le fait que celui-ci ait survécu montre que, dans le Reich, les Juifs ne pouvaient être nulle part autant en sécurité que dans un camp de prisonniers de guerre. D'ailleurs, les Juifs ont joué un rôle particulier parmi les prisonniers du camp, comme les scouts et les francs-maçons. Le corps enseignant de l'« université du camp » était fidèle aux traditions libérales et progressistes des universités françaises. Il s'efforçait de suivre l'ensemble des directives françaises relatives à l'enseignement, espérant qu'ainsi ces études seraient ensuite validées. Les examens étaient difficiles, pour prévenir le reproche d'en avoir « fait cadeau » aux camarades. En fait, les diplômes correspondants à des cours de niveau universitaire devaient être validés au retour dans l'université d'origine. Sur ces nouveaux diplômes ou « certificats de scolarité », on a noté avec exactitude le contenu des cours suivis. Pour les sujets non traités, par exemple parce que les livres nécessaires faisaient défaut au camp, il était prévu de rattraper les cours dans l'université d'origine (illustration 3).

14Selon un rapport datant de l'été 1944, l'« université du camp » assurait un « enseignement en vue de la préparation aux examens de l'enseignement supérieur ». Elle comprenait trois divisions que l'on pourrait qualifier de facultés de sciences, de lettres et sciences humaines et de sciences juridiques. Mais, sous l'égide de l'« université du camp », on avait mis en place d'autres organismes, comme le « centre d'études supérieures d'organisation professionnelle », une sorte de formation de managers dans l'esprit du « partenariat social ». Des groupes de travail très actifs, formés d'ingénieurs, de professeurs, de maîtres d'école, etc., faisaient profiter le camp du résultat de leurs travaux, essentiellement en organisant des expositions et ce qu'on pourrait appeler des sortes de « présentations multi-média ». Un « musée de géologie et paléontologie » a ainsi été organisé au mur d'une salle des lavabos. Il y avait aussi des associations scientifiques. Celle des apiculteurs était particulièrement encouragée par le commandement allemand du camp. Enfin, il y avait aussi un riche éventail de « conférences sur sujet libre ».

15Entre un cinquième et un quart des prisonniers a usé des possibilités offertes par l'« université du camp ». Les camarades intéressés par les études et la recherche trouvaient dans ce « repli sur soi » une échappatoire au caractère pitoyable du présent, non seulement par résignation, mais aussi parce que Pétain et ses lois antisémites les avaient déçus. Beaucoup de leurs publications étaient un rappel volontaire du passé glorieux de la France. En plus, ils ont contribué à ce que les Français retrouvent une certaine confiance et assurance, bref une conscience de soi.

16Les responsables du « Centre Pétain », organisme concurrent instauré un temps par les pétainistes, ont reproché à l'« université » de ne se préoccuper que des étoiles et de « vivre sur Sirius ». Ce reproche mal venu est démenti par exemple par le fait que le groupe de travail des astronomes, ceux qui regardaient les étoiles, a donné le nom de « Victoire » à une comète observée en février 1942. Au plus tard dès l'été 1942, l'intérêt pour les événements de la guerre s'est accru, même au sein de l'« université du camp ». Les premiers revers allemands en Afrique du Nord ont fait renaître l'espoir d'une victoire des Alliés. Si nous considérons les activités caractéristiques de l'« université du camp », il faut retenir que le « Centre Pétain », plutôt orienté vers des objectifs pratiques de la réorganisation de la France dans l'optique du gouvernement de Vichy, n'a représenté qu'une concurrence à durée limitée. Une fois celui-ci marginalisé, l'« université du camp » a clairement incarné l'autorité morale du camp. Elle a orienté et impulsé l'ensemble des activités intellectuelles et culturelles et a eu aussi du poids dans d'autres domaines.

17Auparavant, peu après la débâcle de 1940, l'« université du camp » avait contribué de façon décisive à la survie intellectuelle et au renforcement de la confiance en eux des Français. En novembre 1940, il y a eu des protestations contre les lois antisémites de Pétain, ce qui a incité la direction allemande du camp à ne pas entreprendre elle-même une mise à l'écart des prisonniers de guerre juifs et à attendre un renversement de l'état d'esprit des Français, ce qui s'est en vérité passé malheureusement plus tard.

18Très tôt, certaines personnes, dont le « recteur », se sont impliquées dans les groupes de résistance du camp. Lorsque de nouveaux espoirs ont germé en 1942, de nombreux membres de l'« université » se sont tournés davantage vers des activités de résistance et la préparation d'évasions. Un « Cercle gaulliste » a été créé, au plus tard au début 1943. À la demande d'un groupe de la Résistance française, il travaillait à un projet de constitution pour la France d'après-guerre. Le texte élaboré était d'inspiration sociale et libérale et présentait un équilibre avec une future Allemagne qui ne serait plus nationale-socialiste. C'est exactement la ligne qui fut suivie après la guerre !

19Résister dans les camps, c'était rendre le travail des gardes le plus difficile possible. Un jour, le « recteur », Jean Leray, a été expulsé de la baraque qui abritait l'« université ». Il a continué à travailler en plein air, surveillé par un garde particulier, sans lequel il serait sans doute retourné tout de suite dans la baraque. Un gardien pour un seul prisonnier de guerre ! Il n'est pas erroné de parler d'un « front intérieur » qui empêchait les Allemands de retirer des gardes pour les envoyer sur le front de l'Est. Cet exemple montre sous quelle forme a pu s'exprimer une résistance adaptée aux conditions d'un camp de prisonniers.

La résistance dans l'Oflag XVII A à Edelbach7

  • 7 Voir note 6.

20On trouve à l'Oflag XVII A à Edelbach des éléments attestant de presque toutes les formes possibles de résistance à l'intérieur d'un camp de prisonniers de guerre.

  • 8 Le terme employé par l'auteur est « Straflager » qui se traduit par « camp disciplinaire ». Les pr (...)

21Des photographies ont fixé des scènes de vie ordinaire : un Français mené à la prison du camp, sous les yeux de ses camarades ; le grand désordre des pièces d'habitation, après une fouille par les gardiens. De telles situations ont sans doute contribué à pousser beaucoup de prisonniers à résister, y compris certains, sinon tous ceux qui ont cru plus ou moins longtemps à une « coopération pour une nouvelle Europe ». La résistance prenait de multiples formes. On utilisait les directives de la Convention de Genève pour envoyer une masse de courrier totalement insignifiant, afin de surcharger de travail la censure allemande et les services postaux. On troublait l'appel en jouant à l'imbécile et on affichait des informations importantes qui ne devaient pas l'être, comme les noms des traîtres parmi les Français. Il y avait aussi des manifestations bruyantes et des évasions. Les sanctions n'entraînaient généralement pas des conséquences graves, mais les Allemands voulaient parfois faire un exemple. Beaucoup ont été condamnés et emprisonnés dans le camp ou envoyés à l'Oflag X C à Lubeck, un camp où règne une « discipline de fer8 ». Au moins un Français est mort aux mains de la Gestapo et deux ont été tués par balles dans le camp.

22La situation des Français était particulière car ils étaient soumis en même temps au bombardement de la propagande des Allemands et de celle du gouvernement de Vichy, en principe sur la même longueur d'onde. Il était difficile de savoir ce qui valait mieux pour la France et qui étaient les Français « loyaux » : les partisans de Vichy ou ceux de de Gaulle ? Aussi, les « patriotes » — c'est le nom qu'ils préféraient tant qu'ils ne s'étaient pas finalement décidés pour de Gaulle — devaient d'abord se procurer des informations pour se faire leur propre opinion, tout en se gardant des collaborateurs. Grâce à la « tolérance » de quelques officiers ou gardiens opposés aux nazis, il a été possible de faire passer régulièrement dans le camp des journaux clandestins. « Défense de la France », une branche de la Résistance française, envoyait quelques exemplaires du journal, mais aussi des traductions en allemand, distribuées ensuite à la population des environs.

23Au cabaret du camp, « les bigophones » exprimaient une protestation à voix haute. Ces instruments caricaturaient les « armes miracles » de l'Allemagne qui finalement n'eurent pas l'efficacité opérationnelle espérée par le régime nazi et proclamée par sa propagande. Impuissants face à ces manifestations d'humour et de dérision, les Allemands tentèrent de mettre le cabaret hors jeu. Mais la censure n'était efficace que contre les « médias ouverts », comme le journal (officiel) du camp, pas contre le cabaret et les informations secrètes. Il était donc impossible de verrouiller de façon hermétique le camp qui restait un des endroits les mieux informés au sein du Reich ! (illustration a).

Illustration a : Au cabaret du camp, les « bigophones » caricaturaient les « armes miracles » des Allemands

Illustration a : Au cabaret du camp, les « bigophones » caricaturaient les « armes miracles » des Allemands

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

24La question du « travail volontaire des officiers » a divisé les Français dès le printemps 1942. Comme Vichy et la mission Scapini n'ont jamais réussi à formuler des instructions claires, environ une centaine d'officiers français se sont portés volontaires pour travailler. Ainsi, dans le cadre du « travail volontaire pour une Europe nouvelle », c'est-à-dire pour l'Allemagne, un groupe d'environ 20 officiers a été employé sur le chantier de restauration du château de Waldreichs. Le petit groupe très actif de la « maffia » défendait fermement son point de vue en affirmant : « Nous n'avons en tant que prisonniers de guerre qu'un seul devoir, provoquer constamment l'inquiétude de l'ennemi, le déranger et le démoraliser partout où c'est possible ! Il faut même le forcer à multiplier les gardes ! » En dehors de la propagande, la « maffia » voulait au début seulement se protéger des traîtres qui se trouvaient dans les rangs des Français. Mais elle est passée à l'action quand les Allemands ont appelé au « travail volontaire ». Quand la persuasion et les peines infamantes (comme l'affichage des noms, l'exclusion de quelques cercles, etc.) ne suffisaient pas, elle usait du coup de poing. Cette troupe de choc des « patriotes » était prête à recourir à la force contre des collaborateurs déterminés. Mais il n'y a pas eu de victime à déplorer du côté des pétainistes, seulement du côté de la « maffia » (illustration b).

Illustration b : Les membres de la « maffia », troupe de choc des patriotes

Illustration b : Les membres de la « maffia », troupe de choc des patriotes

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

25Les Allemands punissaient ceux qui manifestaient contre le départ de « travailleurs volontaires » en les qualifiant d'« obstacles à l'économie de guerre allemande ». Par exemple, ils ont prononcé une peine de deux ans de prison pour mauvais traitement à un « travailleur volontaire », mais, d'après ce que j'en sais, ils ne se souciaient guère du sort des « volontaires », roués de coups à leur retour du travail.

26En résumé, nous pouvons dire que les Allemands ont favorisé au début la formation d'un « commandement français interne du camp », dans l'espoir d'économiser des équipes de gardes. Cette politique a échoué face à l'autorité morale de l'« université du camp », à l'esprit de résistance qui animait de plus en plus de prisonniers et à la détermination des créateurs d'une organisation clandestine qui a perduré malgré la répression par les autorités du camp.

27Le rapatriement dont ont surtout profité ceux qui s'étaient faits bien voir des Allemands a déclenché la spirale de la violence. Les réactions des prisonniers à ces libérations et aux premiers coups de fusils tirés sur des fugitifs sont restées encore limitées. Cependant, même face à des protestations inoffensives, les Allemands ont répondu, au printemps 1942, par des chicaneries ridicules. Ils n'ont pas osé aller plus loin, par égard pour la Convention de Genève et parce qu'ils espéraient encore alors pouvoir décider plus de Français au « travail volontaire ». Mais la situation s'est dégradée à l'été 1942, avec les premières défaites allemandes en Afrique du Nord, théâtre d'opérations qui intéressait particulièrement les Français. Les premiers coups de feu mortels tirés contre des prisonniers, en juillet, ont provoqué chez les Français une colère impuissante qui a encore augmenté leur volonté de résistance. Quand en novembre 1942, Hitler a pris le contrôle de la zone sud, jusque-là relativement « libre », même les derniers pétainistes du camp ont compris où menait la politique de « collaboration ». Dès lors, l'union des Français a commencé à se resserrer et, au début 1943, la résistance d'Edelbach a substitué, dans les bureaux allemands, des membres de sa propre organisation aux sympathisants supposés de la « collaboration ».

28L'« université du camp » a coopéré alors avec la résistance. Par exemple, le cours de sténographie fonctionnait, en partie, en recopiant les communiqués sur l'actualité de la guerre, élaborés par les auditeurs des radios. Ils étaient ensuite distribués dans chaque baraque du camp et, après traduction en sept langues, diffusés par les ordonnances aux prisonniers de guerre des alentours et même aux Autrichiens. Dès 1943, on pouvait parler d'une véritable organisation de résistance dans le camp, dont les deux principaux buts étaient de regonfler le moral des Français et de préparer le jour « J », où le camp passerait sous le commandement des prisonniers. Cette organisation a souffert sans être détruite par la répression allemande. Ses dirigeants, arrêtés les uns après les autres, étaient des proches du chef du « commandement français interne du camp ». Elle a cependant réussi à fonctionner avec plusieurs groupes strictement spécialisés.

29Un groupe, à la fin, écoutait à l'aide de douze radios, presque constamment allumées, systématiquement tous les émetteurs alliés. Le groupe « diffusion d'informations sur la guerre tirées de sources alliées » était chargé de rédiger et diffuser des communiqués sur la base des informations collectées par les points d'écoute. Un sous-groupe de ce service gardait contact avec la Résistance en France et lui transmettait des informations d'ordre militaire, par exemple sur les essais du char d'assaut Tigre réalisés sur le terrain de manœuvre d'Allentsteig/Edelbach. Le groupe « surveillance des traîtres et défense contre les Allemands » devait assurer que les réunions secrètes, les constructions de tunnels et les points d'écoute de radio ne soient pas découverts. Le groupe « Service des colis et contournement de la censure » se chargeait de faire passer par la censure les « colis interdits ou dangereux ». Ceci ne pouvait pas marcher sans le concours, au moins tacite, de quelques gardes. Chaque semaine, ce groupe introduisait en cachette dans le camp un colis provenant de l'organisation partenaire de la Résistance et s'est même procuré ainsi une machine à écrire, un « appareil Dorel » (pour recopier des plans, etc.) et même des armes.

30Les projets des petits groupes décidés à s'évader étaient coordonnés et soutenus activement. Mais ce soutien était réservé aux projets « sérieux », c'est-à-dire entrepris par ceux qui étaient résolus à reprendre les armes contre les Allemands ou qui voulaient prendre en charge les soldats éparpillés dans d'innombrables kommandos de travail. Mais « les touristes n'intéressaient pas ». Pour les participants aux 32 projets de tunnels et autres tentatives d'évasion, on s'était procuré de l'argent, des pièces d'identité et des informations nécessaires et on leur avait aussi préparé à l'extérieur du camp des dépôts d'évasion.

31Par son contact direct avec la Résistance française, l'Oflag d'Edelbach avait une position exceptionnelle parmi les camps de prisonniers français, ce que montre l'élaboration du projet constitutionnel déjà cité. Quand l'organisation « Défense de France » a été très durement touchée par une action de la Gestapo, la somme de 109 000 francs, récoltée dans le camp et transférée en peu de temps, a permis la pérennité de cette organisation à Paris. Des actions de cette envergure n'auraient pu être menées à bien sans le concours des opposants au nazisme au sein du personnel du camp ni sans l'aide d'une Résistance autrichienne encore à ses débuts.

32Enfin un corps franc a été formé dans l'éventualité d'une évacuation ou d'une tentative de liquidation des captifs. Dès le milieu 1944, 400 jeunes officiers se sont systématiquement préparés à cette mission, mais ils n'ont heureusement jamais été contraints à mener cet ultime combat. En revanche, au matin du 6 mai 1945, pendant la marche d'évacuation et en Bohême méridionale, le général Gibert a bien pris le commandement des prisonniers français dont beaucoup ont, de leur propre initiative, désarmé des troupes allemandes.

La « Grande évasion » de septembre 19439

  • 9 Voir note 6.

33Les prisonniers de guerre formaient une bonne partie des 30 000 fuyards (travailleurs, etc.) circulant en moyenne chaque jour à travers le Reich et leurs actions perturbaient considérablement l'effort de guerre allemand. Comme dans pratiquement tous les camps de prisonniers, il y a eu à Edelbach de nombreuses tentatives d'évasion par des tunnels. La plus importante a eu lieu les 18 et 19 septembre 1943, la « Grande évasion », comme l'appelaient alors les participants. En deux nuits, environ 132 personnes, des Français et probablement aussi des Polonais (le nombre exact n'a jamais été connu), ont réussi à prendre « le large ». C'était bien la plus grande entreprise d'évasion jamais réussie dans un camp de prisonniers de guerre. Une fuite de cette envergure a été facilitée par la négligence des gardes en ces temps calmes. L'exemple suivant le montre : les Français ont prétexté l'embellissement du « théâtre de verdure » grâce à un décor d'arbres vivants, comme on le voit lors du spectacle de danse « Fandango ». En réalité, ces arbres empêchaient la vue des gardes depuis leurs miradors (illustration c).

Illustration c : « Fandango » joué au « Théâtre de Verdure ». Le décor de la scène par des plantes vivantes sert en réalité de camouflage aux travaux de creusement du tunnel

Illustration c : « Fandango » joué au « Théâtre de Verdure ». Le décor de la scène par des plantes vivantes sert en réalité de camouflage aux travaux de creusement du tunnel

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

34En même temps, ils ont creusé un tunnel sous le terrain vague derrière la « verdure vivante », en partant des tranchées de drainage autour de la scène de plein air. Ainsi, ils ont pu se débarrasser des déblais, directement sur place et sans être remarqués. Une illustration montre un officier français au travail dans un tunnel, dans l'Oflag d'Edelbach (illustrations 4 et d). On voit l'engin de transport, la corde de traction et le fil d'éclairage et d'alerte suspendu. Le creusement du tunnel sous le « théâtre de verdure » a dû être réalisé ainsi.

Illustration d : Un officier français au travail dans un tunnel d'évasion

Illustration d : Un officier français au travail dans un tunnel d'évasion

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

35D'après des récits de témoins, la section du tunnel était si étroite (environ 50 cm de large sur 70-80 cm de haut) que ceux qui l'ont creusé ont dû travailler couchés. L'évasion par ce tunnel a réussi telle qu'elle avait été prévue, jusque dans le détail de l'ordre de passage des évadés. Une fois hors du camp, les petits groupes d'évasion, formés le plus souvent de deux à trois hommes, étaient livrés à eux-mêmes. Comme les Allemands, qui n'ont remarqué l'absence de ce grand nombre de prisonniers de guerre que le lundi 20 septembre, ont alors réagi rapidement et par une « alerte parachutistes ! » étendue et très énergique, la plupart des évadés ont été repris en peu de temps. Sur les huit à dix hommes qui leur ont échappé, seuls deux, dont Jean Cuene-Grandidier, ont réussi à rejoindre la France, tous les autres étant sans doute restés en Hongrie et Slovaquie.

36Pour éviter que cela se renouvelle et préparer les mesures adéquates, l'inspecteur général pour les prisonniers de guerre, accompagné d'une commission de généraux et d'officiers supérieurs allemands, est venu, environ cinq semaines plus tard, enquêter sur place sur les circonstances de la « Grande évasion » et la reconstituer, sous le regard des Français railleurs (illustration e). Sur cette visite, on dispose aujourd'hui de photos, réalisées alors par un photographe français, ainsi que du rapport écrit de l'enquête. Or, celui-ci ne dit rien d'une évasion et encore moins de ses circonstances précises car elles auraient sans aucun doute accablé toutes les instances chargées des prisonniers de guerre. L'absence de mention dans le rapport ne peut être interprétée que d'une seule manière : après son inspection, la commission a sans doute décidé de taire les circonstances humiliantes de l'évasion. Malgré ou peut-être à cause des investigations minutieuses, on a préféré dissimuler ou, du moins, minimiser la vérité. Ainsi les Français ont été, d'une certaine manière, épargnés, à la différence du sort tragique et tristement célèbre qui, peu de mois plus tard, a frappé les évadés du camp de Sagan.

Illustration e : Les généraux et officiers supérieurs allemands de la commission d'enquête se dirigent vers le camp

Illustration e : Les généraux et officiers supérieurs allemands de la commission d'enquête se dirigent vers le camp

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

La marche d'évacuation en avril - mai 194510

  • 10 Andreas Kusternig, „Bemerkungen zur Repatriierung der Kriegsgefangenen aus NS-Lagern zu Kriegsende (...)

37Les quelques 4 600 prisonniers qui étaient encore dans le camp d'Edelbach ont vécu leur plus dure épreuve dans les 18 mois suivants. Enfin, le 17 avril 1945, ils ont commencé une marche en direction de Braunau, à l'exception d'environ 600 restés au camp, soit 250 trop faibles pour se tenir sur leurs jambes et 350 à qui le trajet semblait trop dangereux — il y a eu effectivement quelques attaques d'avions volant à basse altitude pendant la marche. Les prisonniers ont traîné leur paquetage de 25 kg et plus sur environ 15 à 20 km en moyenne par jour. Campant au bord de la route, en rase campagne, ils n'étaient pratiquement plus ravitaillés par les Allemands. Ils se débrouillaient eux-mêmes pour manger, troquant cigarettes, chocolat et savon avec la population, surtout composée de vieillards, de femmes et d'enfants. Lors de ces « négociations », des conversations s'engageaient souvent sur le malheur de la guerre qui les liait tous. Les uns n'avaient plus vu leur pays depuis près de cinq ans, les autres étaient endeuillés par la disparition de leurs maris, fils, frères et pères. Les récits souvent bouleversants de ces discussions témoignent de la profonde humanité des Français.

38En quatre jours, ils sont arrivés aux environs de Gratzen, en Bohême du Sud.

Carte 2 : Carte des marches et transports des Français après leur libération du camp (dessin Michael Kusternig sur les indications d'Andreas Kusternig)

Carte 2 : Carte des marches et transports des Français après leur libération du camp (dessin Michael Kusternig sur les indications d'Andreas Kusternig)

39Le général Gibert, le plus haut gradé, a pris officiellement le commandement de ses compatriotes dont une partie au moins se voyaient comme des soldats réguliers. Les Français, pour fêter leur liberté retrouvée, ont hissé le drapeau tricolore puis fait une parade. Lors du « festin » qui a suivi, il y a eu un incident dangereux. À 12 h 15, un groupe de soldats, encore disposés au combat, et d'hommes du Reichsarbeitdienst (Service du travail du Reich) est arrivé. Quelques minutes après, ils se sont aperçus qu'un casque et une arme manquaient (naturellement subtilisés par un Français !). Ils ont pris cinq otages qui s'étaient volontairement livrés et ont menacé de les fusiller s'ils n'avaient pas récupéré les armes avant 16 h. Ils ont ensuite disparu avec les otages. À 13 h, les cinq Français sont revenus, répétant la menace qui pesait sur eux. Le général arrivait difficilement à calmer tous les Français, très en colère. Mais rien ne s'est passé jusqu'à 16 h 30 : bien qu'ils n'aient pas retrouvé les armes, les « fauteurs de désordre » ne sont pas réapparus pour exécuter leur menace. Le calme est revenu mais, pour éviter tout nouvel incident, le général a décidé d'amener le pavillon.

40Malgré plusieurs jours de repos, 700 d'entre eux environ étaient trop fatigués, voire trop malades pour reprendre la route. Mais la plupart, environ 3 000 hommes, sont arrivés, après deux étapes supplémentaires, aux abords de Kaplitz, ou plutôt de Einsiedel. Au-delà, la route était bloquée, les Américains étant déjà trop proches. Les derniers gardiens allemands qui n'avaient pas encore déserté ont quitté les Français le 6 mai 1945, au petit matin et sans faire de bruit. Dans la lettre d'une courtoisie surprenante qu'ils ont laissée à leurs prisonniers pour « prendre congé » d'eux comme s'il s'agissait de vieux amis, leur souhaitant explicitement « un heureux retour parmi leurs familles », ils expliquent officiellement qu'ils sont partis pour ne pas les mêler à d'éventuels combats avec les « rebelles » tchèques.

Illustration f : Scène de désarmement de soldats allemands par des prisonniers français libérés

Illustration f : Scène de désarmement de soldats allemands par des prisonniers français libérés

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

41Dans la journée, de petits groupes se déployaient aux alentours en quête de nourriture. Après en avoir obtenu par troc, ici en général avec les Tchèques, ils retournaient le soir pour cuisiner dans leurs « logements ». Dans le chaos militaire des derniers jours de guerre, quelques Français ont dressé des barrages routiers et désarmé nombre de leurs adversaires, dont les colonnes fuyaient l'avancée des troupes soviétiques pour se rendre aux Américains (illustration f). Le chef d'un corps franc de 400 hommes écrit dans ses mémoires qu'ils avaient pris le contrôle de leur « secteur » et avaient en quelque sorte établi une « zone française » en Bohême du Sud. « Entre le Russe qui arrive, dit-il, et l'Américain qui a pris contact avec quelques blindés mais qui n'occupe pas, une zone intermédiaire, qui n'est déjà plus neutre, la zone des prisonniers français libérés. » Une division entière de l'armée hongroise s'est même rendue à un seul lieutenant, Armand Oldrà, avec toute la caisse de guerre. Mais ceci n'allait pas toujours sans heurts ni dangers et certains ont échappé de justesse (voir plus haut) à des unités de SS ou de Jeunesses Hitlériennes qui continuaient le combat. De plus, il n'était pas toujours sûr que les troupes du général Vlassow ou les Tchèques aient regardé à deux fois avant de tirer.

42À Linz, au centre de commandement américain, le général Gibert a obtenu l'assurance d'un rapatriement par avion de ses hommes dans les plus brefs délais. L'explication de ce retour incroyablement rapide (dans l'optique actuelle, non pas, bien sûr, dans celle des prisonniers libérés !) tiendrait à la volonté de ne pas courir le risque, qui aurait été irresponsable, de voir tomber aux mains des Soviétiques une telle quantité d'officiers bien formés, c'est-à-dire un certain potentiel militaire. De plus, on pensait bien aussi engager quelques-uns des « durs » sur le champ de bataille de l'océan pacifique, ce qui s'est produit en réalité. Dès ce contact avec les Américains, le désarmement des troupes allemandes s'est fait au nom d'une vague procuration donnée par les Américains. Finalement, ceux-ci ont envoyé un impressionnant convoi de camions pour conduire les Français à Linz, directement à l'aérodrome où tout était prêt pour leur embarquement immédiat. En très peu de temps, les 10 et 11 mai, les 3 000 Français qui avaient réussi à rejoindre Kaplitz et Einsiedel ont été rapatriés par un véritable « pont aérien » de « forteresses volantes » américaines.

43Les 600 prisonniers restés à Edelbach où, à la fin, le drapeau français flottait aussi sur le clocher de la chapelle du camp, ont mis un peu plus de temps pour rejoindre la France (illustration g). 200 autres camarades, trop faibles pour marcher, ont été ramenés au camp, et de nombreux prisonniers français qui, pendant la guerre, avaient travaillé dans des fermes de la région et y étaient restés jusqu'à la fin du conflit sans se rendre compte que la guerre était terminée, s'y sont également rendus. Le 15 ou 16 mai, une colonne de camions américains, sous commandement français, est venue les chercher pour les conduire à Linz d'où ils ont été rapatriés par avion les 19 et 20 mai. Ceux qui avaient tenté de rejoindre la France par leurs propres moyens ont vraisemblablement, pour la plupart, mis plus longtemps.

Illustration g : Le drapeau français flotte sur le clocher de la chapelle de l'Oflag XVII A. Est-ce une photo datant de l'inauguration du clocher, à Pâques 1941 ? un trucage à partir d'une photo du clocher antérieure à mai 1945 ? une vue effectivement prise à la libération du camp par le photographe Marcel Corre !

Illustration g : Le drapeau français flotte sur le clocher de la chapelle de l'Oflag XVII A. Est-ce une photo datant de l'inauguration du clocher, à Pâques 1941 ? un trucage à partir d'une photo du clocher antérieure à mai 1945 ? une vue effectivement prise à la libération du camp par le photographe Marcel Corre !

Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.

44Plus de 700 Français s'étaient traînés jusqu'à Gratzen mais, malgré trois jours de repos, ils étaient trop faibles pour reprendre la route. Leur retour a été plus complexe. Un officier français, circulant en jeep américaine, les a vraisemblablement « libérés » le 8 mai, mais cet éclaireur a simplement continué son chemin. Le 10 mai, les Soviétiques les ont libérés une seconde fois. Puis, le 16, ils les ont fait partir, mais en direction de Krems. Là, les Français qui espéraient prendre un train pour revenir chez eux ont été très déçus car on les a fait repartir le jour même vers l'est. Comprenant que les Soviétiques les faisaient avancer vers Pressbourg pour aller jusqu'à Odessa, ils ont décidé, le 22 mai, après leur arrivée dans le petit village d'Engabrunn, de ne plus continuer. Leur chef s'est rendu à Vienne où il a obtenu un petit miracle du maréchal Tolbouchine : interrompant leur marche vers l'est, celui-ci les a fait, au contraire, acheminer, le 27 mai, par des camions soviétiques dans le gigantesque camp de rassemblement de Gmund. Là, de petits groupes ont commencé à s'éparpiller dans la région, pour retourner par leurs propres moyens en France où beaucoup sont parvenus, souvent par des itinéraires parsemés d'aventures. Le 9 juin, des camions américains sont finalement venus récupérer les Français. Mais comme il n'y avait plus d'avions pour eux à Linz, les Américains ont décidé de continuer à les transporter en camion jusqu'à Metz. Ainsi, la majorité des Français, nommés « ceux de Gratzen », sont arrivés chez eux courant juin 1945. Enfin, ce n'est qu'en août, voire au milieu septembre 1945 qu'un petit nombre de dispersés, anciens détenus de l'Oflag XVII A à Edelbach, a enfin rejoint ses foyers.

Annexes

Annexe I

  • 11 Source : Speckner, In der Gewalt des Feindes, p. 32. Il a réuni ces statistiques sur la base des a (...)

Effectifs des prisonniers de guerre dans les camps de la région militaire XVII11

Effectifs des prisonniers de guerre dans les camps de la région militaire XVII11
  • 12 Cette ligne est désignée jusqu'en novembre 1943 comme « PG du Sud-Est à l'exception des Anglais » (...)

45Note12

  • 13 Dans le total du 1er septembre 1941, figurent 36 prisonniers désignés comme « Espagnols rouges » ( (...)

46Note13

  • 14 Ce nombre indique les prisonniers qui appartenaient à un kommando de travail (AK).

47Note14

  • 15 Source : Speckner, In der Gewalt des Feindes, p. 33. Mêmes remarques que dans note 11.

Effectifs des prisonniers de guerre dans les camps de la région militaire XVIII15

Effectifs des prisonniers de guerre dans les camps de la région militaire XVIII15
  • 16 Comme, en raison de la situation, il n'y avait que des camps d'officiers dans la 18e RM jusqu'en f (...)

48Note16

  • 17 Dans le total du 1er septembre 1941, figurent 34 prisonniers désignés comme « Espagnols rouges » ( (...)

49Note17

  • 18 Voir note 14.

50Note18

Annexe II

51Les camps de prisonniers de guerre en « Ostmark » : les commandements, les implantations et l'évolution de leur organisation ainsi que la mortalité des différentes nationalités de prisonniers

52Pour bien comprendre le texte ci-dessous, il est essentiel de définir ce qu'on entend par un camp de prisonnier de guerre. Il s'agit d'une part du site du camp proprement dit (camp de base) et d'autre part de la circonscription qu'il dessert pour l'emploi au travail (Arbeitseinsatz). Par exemple le camp de base du Stalag XVII A Kaisersteinbruch se trouvait près de la localité de Kaisersteinbruch, mais la circonscription correspondante s'étendait en 1939 de la frontière hongroise jusqu'au lac de Constance. Le nom proprement dit du camp se réfère non pas à la localité, mais plutôt à l'unité militaire en question avec sa Kommandantur et son personnel militaire respectif (Stalag XVII A), la localité ajouté (Kaisersteinbruch) indiquant seulement la localisation actuelle. Ainsi il pouvait se produire qu'un site donné hébergeât successivement différentes unités et qu'une Kommandantur soit même transférée vers une autre région militaire. Pour perfectionner la confusion, les Allemands ont donné de simples numéros arabes aux Stalags créés en rapport avec les fronts à partir de la fin 1941 (ex. Stalag 397 Pupping).

  • 19 Un Zweiglager est indiqué par le sigle « Z » (p. ex. Spittal/Drau, qui était longtemps « seulement (...)

53La première colonne (grise) du tableau ci-dessous indique les différents sites. Les colonnes blanches indiquent les différentes Kommandanturen et le type du camp (Stalag, Oflag, Dulag, Heilag ou Zweiglager19) ayant occupé successivement le site en question, la largeur de la case illustrant approximativement la durée du séjour de la Kommandantur sur ce site. Les dates tirées des documents d'archives (mois/année, ex. 8/39-9/39) précisent la durée d'existence, du plus ancien au plus récent. Ainsi chaque zone de texte fonctionne comme une chronologie, de septembre 1939 à la fin de la guerre. Il apparaît sur le tableau que les différents sites n'étaient pas nécessairement occupés pendant toute la durée de la guerre.

54Seule une minorité des prisonniers habitait dans les Stalags proprement dits (camps de base), la grande majorité travaillait en divers endroits de la circonscription et logeait à proximité du lieu de travail dans un camp de travail (Arbeitslager).

55Les tableaux ont été réalisés sur la base des travaux de Hubert Speckner : d'abord sa thèse, difficile à trouver en France, Kriegsgefangenenlager in der « Ostmark » 1939-1945. Zur Geschichte der Mannschaftsstammlager und Offizierslager in den Wehrkreisen XVII und XVIII (phil. Diss. Wien 1999) ; elle a été publiée — légèrement abrégée — sous le titre In der Gewalt des Feindes..., cité en note 2, voir en particulier p. 30 et les notes de renvoi des p. 260 note 12 (seule citation Pernau-Wels), 275 note 6 (Unterpremstätten), 302 (Ilag Spittal) et 306 (Frontstalag Markt Pongau) ; enfin sa communication faite au colloque de Graz et citée aussi en note 2, Kriegsgefangenenlager in der « Ostmark » (voir en particulier p. 332-336). L'auteur de la présente communication a apporté des compléments concernant Edelbach.

56Il faut remarquer que, dans le Wehrkreis XVIII ou 18e région militaire (RM), de l'automne 1939 au début 1941, il n'y a eu que trois Oflags (Oflag XVIII A Lienz, Oflag XVIII B Wolfsberg et Oflag XVIII C Spittal an der Drau) et pas un seul Stalag. La main-d'œuvre nécessaire à cette région a été fournie au début par le Stalag XVII A Kaisersteinbruch.

57À l'été 1943, sans raison connue, l'Oflag XVIII A Lienz a été transféré à Wagna, d'où finalement les officiers français sont partis à la fin 1944, les uns pour l'Oflag XVII A Edelbach, les autres pour l'Oflag XI B.

58Probablement sous la pression de l'Inspection de l'armement (Rüstungsinspektion) qui dénonçait là des inconvénients pour l'emploi de la main-d'œuvre et qui accusait même de négligence le commandement de la 18e RM avec lequel, manifestement, elle n'était pas en bonne relation, cette situation unique dans l'ensemble du Reich — le manque d'un Stalag appartenant « en propre » à la région militaire — a été corrigée au printemps 1941 par les mesures suivantes :

59L'Oflag XVIII B Wolfsberg, construit pour les officiers polonais qui l'ont occupé jusqu'en avril 1940 (où ils ont été transférés en Poméranie dans l'Oflag II C Woldenberg), a été rétabli en mai 1940 pour les officiers belges. Puis, le 1er mars 1941, ce site est transformé en centre (camp de base) du Stalag XVIII A Wolfsberg dont la Kommandantur contrôle et répartit dans la 18e RM une main-d'œuvre surtout constituée de soldats prisonniers français qui avaient appartenu, à l'origine, au Stalag XVII A Kaisersteinbruch.

60Le site de Spittal an der Drau a une histoire semblable : après le départ de ses premiers occupants polonais (Oflag XVIII C) pour l'Oflag II C Woldenberg en mai 1940, l'Oflag XVIII C est rétabli en juillet 1940 pour les officiers français sous le même nom. La plupart des officiers français sont transférés en février 1941 à l'Oflag XVII A Edelbach, le reste allant à l'Oflag XVIII A Lienz et en Westphalie. Le site est alors transformé en camp de base du Stalag XVIII B Spittal an der Drau, utilisé d'abord surtout pour des soldats français, puis, après leur retrait progressif à partir de décembre 1941, pour le « logement » de soldats soviétiques.

61L'utilisation ultérieure des installations du camp de Spittal et celle des autres Stalags XVIII à Marburg et à Wagna sont si compliquées qu'il n'est pas possible d'en fournir une description succincte. Les soldats français prisonniers de guerre se trouvaient majoritaires à Marburg et à Wagna ainsi qu'au Stalag XVIII C (317) Markt Pongau (ici jusqu'à la fin de la guerre) et dans les Stalags de la 17e RM. Il faut rappeler que, malgré l'augmentation constante des prisonniers russes, les prisonniers de guerre français restèrent nettement majoritaires aussi bien dans la 17e que dans la 18e RM.

62Le Heilag XVII A Gänserndorf, qui n'a eu qu'une existence assez brève, était destiné seulement aux prisonniers de guerre yougoslaves en cours de rapatriement.

63On sait encore assez peu de choses sur le Zweiglager Stalag XVIII C/Z (317 Z) Landeck et presque rien sur les Zweiglager situés à Unterpremstätten (près de Graz, aujourd'hui en Styrie) et à Pernau (près de Wels, aujourd'hui en Haute-Autriche).

64De plus, on a recruté en juillet 1940, dans les 17e et 18e RM, des hommes de l'« armée de remplacement » (Ersatzheer) pour organiser quelques Frontstalags. Ils ont d'abord été engagés dans la « zone d'opérations Ouest » puis, après le début de la campagne de Russie, ils ont été transférés en arrière du Front de l'Est où on leur a donné le nom et la fonction de Dulags.

65Enfin des prisonniers de guerre ont été aussi organisés en « bataillons de prisonniers de guerre de construction et de travail » (Kr.Gef.Bau- u. Arb.Btl.) et en « bataillons de prisonniers de guerre de travail » (Kr.Gef.Arb.Btl).

66Pour terminer, une brève présentation des taux de mortalité des prisonniers de guerre des différentes nationalités, car ils sont révélateurs des chances de survie et des conditions de vie en « Ostmark », sous le Troisième Reich. Ce sont les prisonniers de guerre soviétiques qui ont, et de très loin, le plus fort taux de mortalité, estimé en moyenne à 57,8 %. En effet, le plus grand nombre de morts, et de loin, se produisit dans les années 1941 et 1942 ; le pourcentage des Soviétiques capturés, transportés et morts en peu de temps à cette époque, était bien supérieur à 57,8 %. Les plus hauts taux de mortalité des prisonniers de guerre des autres nationalités concernaient les Polonais, 1,7 %, suivis des Yougoslaves, 1,3 %, des Français et des Anglais, 1,1 %, et des internés militaires italiens, 1 %.

67Pour se faire une idée plus précise des conditions de vie, il faut naturellement aussi considérer la durée de la captivité (celle des Français a été la plus longue) et l'intensité de l'emploi au travail (les Britanniques ne travaillaient pas très intensivement, et les Américains, pour la plupart des sous-officiers aviateurs, pas du tout). Ce n'est qu'en tenant compte de ces différents aspects qu'on comprendra la dureté de la vie des internés militaires italiens.

68Au-dessous de 1 % de cas de décès par rapport à l'effectif total de prisonniers de guerre par nationalité, on trouve les Hollandais avec 0,9 %, les Belges avec 0,7 % et enfin les Américains avec une mortalité de 0,3 %, le taux le plus bas de tous. Rappelons une fois de plus qu'il faut toutefois prendre en compte la durée de captivité respective.

Notes

1 Traduction par Monique Cano et Jorg Ulbert. Texte adapté pour la publication par Jean-Claude Catherine, en étroite coopération avec l'auteur.

2 Hubert Speckner, In der Gewalt des Feindes. Kriegsgefangenenlager in der „Ostmark" 1939 bis 1945, Stefan Karner (dir.), Kriegsfolgen-Forschung, vol. 3, Wissenschaftliche Veröffentlichungen des Ludwig-Boltzmann-Instituts für Kriegsfolgenforschung, Graz-Wien-Klagenfurt, Oldenbourg, Wien-München, 2003.

Hubert Speckner, „Kriegsgefangenenlager in der,Ostmark'", dans Günter Bischoe, Stefan Karner et Barbara Stelzl-Marx (dir.), Kriegsgefangene des Zweiten Weltkrieges. Gefangennahme -Lagerleben - Rückkehr, Kriegsfolgen-Forschung, vol. 4, Wien-München 2005, Actes du colloque de Graz 810 mai 2003, p. 329-351.

3 Voir en annexe II le tableau des camps du Wehrkreis XVII.

4 Barbara Stelzl-Marx, Zwischen Fiktion und Zeitzeugenschaft. Amerikanische und sowjetische Kriegsgefangene im Stalag XVII B Krems-Gneixendorf, Buchreihe zu den Arbeiten aus Anglistik und Amerikanistik, vol. 16, Tübingen, Günter Narr Verlag, 2000, 332 p.

5 Voir en annexe II le tableau des camps du Wehrkreis XVIII. Barbara Stelzl-Marx, Das Oflag XVIII B/Stalag XVIII A Wolfsberg 1939-1945, tapuscrit, vers 2000-2002, 31 p., nombreuses illustrations.
Barbara Stelzl-Marx, History of Stalag XVIII A, [http://www.btinternet.com/~stalag18A.html].

6 Andreas Kusternig, „Die,Groβe Flucht' und die,Lageruniversität'. Das Lager für kriegsgefangene französische Offiziere OFLAG XVII A Edelbach", dans Ernst Bezemek (dir.), Heimat Allentsteig 1848-2002 mit Beiträgen zur Geschichte der Katastralgemeinden Bernschlag, Reinsbach, Thaua, Zwinzen, Allentsteig, 2002, p. 271-317, 3 ill. Andreas Kusternig, La „Grande Evasion" et l ',,Université du camp" de l'OFLAG XVII A Edelbach, traduction française par Henri Giraud et Bénédicte Guermonprez, Paris, 2002 ; disponible auprès de l'auteur ou à [www.univie.ac.at/Geschichte/oefb/seit1918.htm]. Andreas Kusternig, „Zwischen,Lageruniversität' und Widerstand : Französische kriegsgefangene Offiziere im OFLAG XVII A Edelbach", dans Günter Bischof, Stefan Karner et Barbara Stelzl-Marx (dir.), Kriegsgefangene des Zweiten Weltkrieges. Gefangennahme - Lagerleben - Rückkehr, Kriegsfolgen-Forschung, vol. 4, Wien-München 2005, Actes du colloque de Graz, 8-10 mai 2003, p. 352-397.

7 Voir note 6.

8 Le terme employé par l'auteur est « Straflager » qui se traduit par « camp disciplinaire ». Les prisonniers de guerre français les appelaient « camps de représailles ». Il s'agit de l'Oflag IV C à Colditz et de l'Oflag X C à Lübeck, et, en Pologne occupée, du Stalag 325 à Rawa Ruska et du camp 369 à Kobierzyn (Yves Durand, Prisonniers de guerre dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos, 1939-1945, Hachette-La vie quotidienne, 1994, p. 107, 108 et 119 à 122).

9 Voir note 6.

10 Andreas Kusternig, „Bemerkungen zur Repatriierung der Kriegsgefangenen aus NS-Lagern zu Kriegsende 1945", dans Stefan Karner et Gottfried Stangler (dir.), « Österreich ist frei ! » Der Österreichische Staatsvertrag 1955. Beitragsband zur Ausstellung auf Schloss Schallaburg 2005, Horn-Wien 2005, p. 51-53, 2 ill.

11 Source : Speckner, In der Gewalt des Feindes, p. 32. Il a réuni ces statistiques sur la base des archives BA-MA, RW 6/v. 184, 450-452, Bestandsmeldungen OKW/Abt. Kgf. bzw. Chef KGW. Un document de synthèse par région militaire avec le total des effectifs de prisonniers de guerre par nationalités n'existe qu'à partir du 1er février 1942. Avant cette date, un tel total des effectifs est seulement obtenu par l'addition des effectifs de chaque camp. La dernière synthèse des effectifs conservée est celle du 1er décembre 1944.

12 Cette ligne est désignée jusqu'en novembre 1943 comme « PG du Sud-Est à l'exception des Anglais » (Südost-Gfe.auβ Engl.) et concerne les prisonniers yougoslaves et grecs, mais pas les Anglais ni les prisonniers d'autres États ennemis occidentaux alliés, capturés par les Allemands sur le théâtre de guerre du Sud-Est. Voir BA-MA, RW 48/v. 12, Definition des OKW. Befehl OKW. 7 avril 1941. Ce n'est que dans le document d'effectifs du 1er décembre 1943 qu'apparaît l'indication des Serbes (Serben) pour les membres de l'armée yougoslave.

13 Dans le total du 1er septembre 1941, figurent 36 prisonniers désignés comme « Espagnols rouges » (Rotspanier).

14 Ce nombre indique les prisonniers qui appartenaient à un kommando de travail (AK).

15 Source : Speckner, In der Gewalt des Feindes, p. 33. Mêmes remarques que dans note 11.

16 Comme, en raison de la situation, il n'y avait que des camps d'officiers dans la 18e RM jusqu'en février 1941, exactement 2182 personnes de l'effectif total du 10 septembre 1940 étaient des officiers dont aucun ne se trouvait affecté au travail (le reste était constitué de leurs ordonnances).

17 Dans le total du 1er septembre 1941, figurent 34 prisonniers désignés comme « Espagnols rouges » (Rotspanier).

18 Voir note 14.

19 Un Zweiglager est indiqué par le sigle « Z » (p. ex. Spittal/Drau, qui était longtemps « seulement » Zweiglager).

L'Ilag situé à Spittal n'était pas un camp de prisonniers proprement dit mais un camp d'internement pour civils.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les camps de prisonniers de guerre dans les régions militaires XVII et XVIII
Légende Source : Carte fournie par Hubert Speckner, Barch RW 6/482 K, BAMA, Freiburg.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-1.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Illustration a : Au cabaret du camp, les « bigophones » caricaturaient les « armes miracles » des Allemands
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-2.png
Fichier image/png, 572k
Titre Illustration b : Les membres de la « maffia », troupe de choc des patriotes
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-3.png
Fichier image/png, 491k
Titre Illustration c : « Fandango » joué au « Théâtre de Verdure ». Le décor de la scène par des plantes vivantes sert en réalité de camouflage aux travaux de creusement du tunnel
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-4.png
Fichier image/png, 556k
Titre Illustration d : Un officier français au travail dans un tunnel d'évasion
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-5.png
Fichier image/png, 400k
Titre Illustration e : Les généraux et officiers supérieurs allemands de la commission d'enquête se dirigent vers le camp
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-6.png
Fichier image/png, 303k
Titre Carte 2 : Carte des marches et transports des Français après leur libération du camp (dessin Michael Kusternig sur les indications d'Andreas Kusternig)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-7.png
Fichier image/png, 384k
Titre Illustration f : Scène de désarmement de soldats allemands par des prisonniers français libérés
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-8.png
Fichier image/png, 376k
Titre Illustration g : Le drapeau français flotte sur le clocher de la chapelle de l'Oflag XVII A. Est-ce une photo datant de l'inauguration du clocher, à Pâques 1941 ? un trucage à partir d'une photo du clocher antérieure à mai 1945 ? une vue effectivement prise à la libération du camp par le photographe Marcel Corre !
Légende Source : d'après Marcel Corre, coll. Kusternig.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-9.png
Fichier image/png, 291k
Titre Effectifs des prisonniers de guerre dans les camps de la région militaire XVII11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-10.png
Fichier image/png, 21k
Titre Effectifs des prisonniers de guerre dans les camps de la région militaire XVIII15
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-11.png
Fichier image/png, 19k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-12.png
Fichier image/png, 20k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5468/img-13.png
Fichier image/png, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable