Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Quatrième partie. Visibilité ou invisibilité sociale et marquage spatial

« Ce n’est pas nous qui sommes à la rue, c’est la rue qui est à nous1. » Pour une autre lecture de l’espace à partir des modes d’appropriation des espaces publics par les sans domicile fixe

Djemila Zeneidi-Henry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Note portant sur l’auteur2

Ce texte3 est centré sur les modalités d’appropriation des espaces publics urbains par une frange de la population sans domicile, ceux que l’on appelle les chroniques de la rue, pour ne pas dire clochards. Il s’agit en majorité d’hommes qui vivent à la rue depuis longtemps. Au sein de la catégorie SDF, catégorie hétérogène, les chroniques de la rue sont minoritaires. Mais ils sont, pour l’opinion publique, les « représentants » en titre de la catégorie SDF et les symboles incarnés de la désocialisation. A. Vexliard qui leur avait consacré de nombreux travaux de recherche avait souligné, déjà dans les années cinquante, combien ils étaient associés dans l’imaginaire collectif à l’espace du quartier et à la rue.

Associer cette composante de la population SDF à l’acte d’appropriation ne va pas de soi. Leur spatialité reste exclusivement décrite sur le versant de la passivité et de l’abandon de soi. Ils sont davantage perçus comme des sujets passifs qu’en tant qu...

Auteur

Chargée de recherches CNRS,
UMR ADES, Bordeaux

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable