Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Glossaire et abréviations

Texte intégral

Ce glossaire contient l’ensemble des termes signalés la première fois par un astérisque tout au long de l’ouvrage ainsi que la plupart des abréviations accompagnées d’une brève description.

Alfonsinisme [subst.], -te [adj.] : courant de l’Union civique radicale dirigée par Raúl Alfonsín, président argentin entre 1983 et 1989.

Bureaucratie syndicale : expression péjorative utilisée par les secteurs du péronisme révolutionnaire, du syndicalisme de base et des organisations de gauche pour injurier les leaders syndicaux les plus importants, accusés de collaboration avec les autorités du moment et « trahissant » ouvertement les travailleurs.

Camporisme [subst.], -te [adj.] : secteur du péronisme qui se développa entre 1972 et 1973, derrière le dirigeant Héctor Cámpora, président du pays durant quelques mois avant le retour définitif de Perón en juin 1973. Le camporisme aurait été le fer de lance politique des groupes politiques insurrectionnels du péronisme.

CdeO : Commando de l’Organisation, organisation péroniste fondée au milieu des années 1960, et localisée dans la conurbation industrielle ouest (département de La Matanza) de la province de Buenos Aires. D’orientation résolument anticommuniste, elle fut qualifiée par ses adversaires de groupe de droite ou d’extrême droite péroniste.

CGT : Confédération générale du travail, centrale syndicale argentine, issue du premier péronisme (1943-1955).

CGTA : créée en 1968 et dont la durée fut éphémère, la Confédération générale du travail des Argentins, dirigée par le syndicaliste graphiste Raimundo Ongaro, tenta de représenter un syndicalisme « anti-bureaucratique » face aux grands syndicats.

CUT : Campements universitaires de travail, tentative organisationnelle dans le catholicisme argentin, créés par le jésuite José Llorens dans la seconde moitié des années 1960 et qui consista à réaliser des voyages avec de jeunes étudiants catholiques pour que ceux-ci fassent l’expérience du contact social avec les populations les plus défavorisées socialement.

ERP : Ejército Revolucionario del Pueblo/Armée révolutionnaire du Peuple (ARP), parti armé non péroniste créé dans les années 1970, d’orientation trotskiste.

FAP : Forces armées péronistes, parti péroniste armé créé au milieu des années 1960 ; se fit connaître à ses débuts par l’implantation d’un foyer de guérilla rurale.

FEN : Frente Estudiantil Nacional/Front national des étudiants, organisation universitaire d’envergure nationale qui passa au péronisme au début des années 1970 en constituant avec la Garde de Fer l’Organisation unique du Transfert générationnel (OUTG).

FOQUISME : de l’espagnol foco (foyer), ce terme désigne une théorie développée par Ernesto Che Guevara, consistant à créer autant de foyers de guérilla que nécessaire dans la lutte contre l’impérialisme américain.

FREPASO : Frente País Solidario/Front Pays Solidaire, parti politique créé en plein ménémisme et en opposition au gouvernement de celui qui est alors président, Carlos Menem, et dans lequel se retrouvèrent des dirigeants politiques péronistes, et des politiciens et intellectuels du progressisme argentin.

Frondizisme : réseau politique dirigé par Arturo Frondizi, défendant des idées « développementistes ». Président du pays entre le 1er mai 1958 et le 29 mars 1962.

FUBA : Fédération universitaire de Buenos Aires, principale organisation des étudiants de l’université de Buenos Aires.

Gorila : (pop.) anti-péroniste ; partisan de la Révolution de 1955.

Guardiamarina : expression péjorative servant à incriminer les membres qui, issus de l’OUTG ou de la Garde de Fer, participèrent aux négociations avec la Force navale pendant la dernière dictature (1976-1983).

Isabélisme : secteur du péronisme dont l’origine remonte à 1974, lorsque, après la mort de celui qui était alors président, Juan Perón, son épouse, Isabel Martínez, assuma la présidence. L’isabélisme, en tant que courant péroniste, eut un certain poids, quoique décroissant jusqu’au milieu des années 1980.

Jotapé : mot formé à partir du sigle JP (prononcé en espagnol : Jota + Pé), acronyme de Jeunesse péroniste.

Justicialisme [subst.], -te [adj.] : synonyme de péronisme et de péroniste. Le Justicialisme fut la notion qui résuma la ligne doctrinale du péronisme, et dont la priorité aurait été centrée, dès l’origine, sur l’idée de Justice sociale.

Justicialiste (Parti) : expression légale du péronisme, qui s’est imposée à partir de 1971 face à l’impossibilité d’utiliser le nom de Parti péroniste, lequel renvoyait directement à Perón, alors proscrit de la vie politique nationale.

Jeunesse péroniste : expression servant à désigner les premiers groupes de jeunes péronistes créés dans le contexte de la proscription à partir de 1955. Au fil du temps, on tenta d’assimiler l’idée de jeunesse péroniste à celle de la branche de la jeunesse et de l’action locale de l’organisation des Montoneros. Néanmoins, l’élasticité institutionnelle de nombreuses formules péronistes fit que cette expression pût même être utilisée par les ennemis de cette organisation armée (par exemple, entre 1973 et 1974, López Rega tenta d’organiser la Jeunesse péroniste de la République argentine, en opposition aux Montoneros).

Lonardisme [subst.], -te [adj.] : secteur de l’Armée argentine, nationaliste et catholique, dirigé par le général Eduardo Lonardi, président pendant quelques semaines après le renversement de Perón en septembre 1955. Le lonardisme éprouve envers le péronisme une aversion plus modérée que celle d’autres groupes militaires.

Lanussisme [subst.], -te [adj.] : secteur des Forces armées dirigé par le général Alejandro Lanusse, président de facto entre 1971 et 1973.

Loperréguisme [subst.], -te [adj.] : ensemble de réseaux péronistes dirigés par l’ex-secrétaire privé de Perón, José López Rega, nommé en 1973 ministre du Bien-être Social et organisateur de l’Alliance argentine anti-communiste, groupe paramilitaire connu sous le nom de « Triple A ».

Lunfardo/a : argot des bas-quartiers de Buenos Aires.

Massérisme : groupe d’adhésions militaires et politiques réuni par l’amiral Emilio Massera, responsable de la Force navale pendant la dernière dictature (1976- 1983).

Ménémisme [subst.], -te [adj.] : secteur du péronisme dirigé par Carlos Menem, président entre 1989 et 1999, période où furent lancées des réformes étatiques et socioéconomiques de tendance libérale.

Monto : diminutif de « Montonero » dans le langage populaire ; adjectif qui servit, et qui sert encore, à désigner le militant-guérilléro appartenant à cette organisation.

Multipartidaria : réseau de dirigeants de différents partis politiques créé à la fin de la dernière dictature (1981) dans le but de négocier un retour de la vie démocratique.

Néoperonisme [subst.], -te [adj.] : tendance politique apparue au sein du péronisme pendant l’exil de Perón (1955-1973), incarnée par des dirigeants aspirant à promouvoir une institutionnalisation politique du mouvement péroniste en se passant de l’autorité de son leader et fondateur.

Ongarisme : relatif à Ongaro, dirigeant syndical qui défendait des tendances syndicales anti-bureaucratiques (voir CGT des Argentins).

Orga : diminutif d’« organisation » dans le langage militant ; l’Orga, avec une majuscule, faisait référence aux organisations de la jeunesse militante des années 1960-1970. « L’Orga » donnait un sentiment d’appartenance, de sens et de discipline.

Onganiat : gouvernement militaire dirigé par le général Juan Carlos Onganía (1966-1970).

OUP : Organisation universitaire péroniste, bras universitaire de la Garde de Fer. Fondée à la fin des années 1960.

OUTG : Organisation unique du Transfert générationnel.

PAIS : Política Abierta para la Integridad Social/Politique Ouverte pour l’Intégrité sociale ; parti politique, scission du péronisme qui jeta les bases de la politique argentine entre 1994 et 1955, en s’alliant au Frente Grande/Grand Front, pour fonder le FREPASO (voir FREPASO).

PC : Parti communiste.

Péronisme de base : tendance du péronisme des années 1960-1970 ; organisation de surface de las FAP (voir FAP).

PJ : Parti justicialiste (voir).

PS : Parti socialiste.

PSA : Parti socialiste argentin, scission du PS, né en 1958, où allaient s’affirmer des lignes politiques anti-impérialistes et de la gauche radicale.

Rénovation (péroniste) : expression apparue au sein du Parti justicialiste dans les années 1980. Après la défaite du péronisme aux élections présidentielles, le PJ tenta de moderniser le discours politique du péronisme en donnant moins d’importance à ses bannières historiques et à l’influence des syndicats dans l’organisation partisane.

Rénovateurs : appartenant à la Rénovation péroniste.

Résistance (péroniste) : Grupos inorgánicos de protesta y terrorismo espontáneo que, en nombre del peronismo, aparecieron después del derrocamiento de Perón en 1955.

Révisionnisme [subst.], -te [adj.] : courant de l’historiographie argentine consistant à remettre en cause les hypothèses d’une « historiographie libérale ». Le révisionnisme, né dans les années 1930, acquit une certaine vigueur intellectuelle et militante dans les années 1960, en tentant d’imposer une interprétation de la réalité politique dans une perspective nationaliste, latino-américaine et anti-impérialiste.

Salidisme : stratégie des groupes armés péronistes qui, une fois démasqué l’affrontement avec Perón, aurait consisté à promouvoir des formes de rupture et d’autonomie par rapport au péronisme.

Setentismo [subst.], ta [adj.] : terme relatif aux années 1970. Le setentismo se réfère à une appartenance politique générationnelle présente chez des acteurs politiques et militants qui commencèrent leur vie politique au cours de ces années. L’expression fait également référence à une culture politique marquée par le sens du sacrifice, l’abnégation, la croyance en une culture politique ainsi qu’à l’éventuel appel à la lutte armée et à la violence politique.

Siloïsme : expression politico-philosophique créée par Mario Rodríguez Cobo dans les années 1960, ayant un fort contenu humaniste et des connotations religieuses non dissimulables.

Tendance révolutionnaire : à la fin des années 1960, le péronisme vit se consolider un courant interne rassemblé sous le nom de « Péronisme révolutionnaire ». Avec l’apparition publique des Montoneros en 1970, la Tendance révolutionnaire du péronisme (ou simplement, la Tendance) fut marquée par un secteur péroniste qui trouvait chez les Montoneros son avant-garde révolutionnaire.

Tercérisme, Troisième Position : Ligne philosophique promue par Perón en personne pour distinguer le justicialisme du « capitalisme libéral », et du « collectivisme marxiste ».

Tercériste : appartenant au Tercérisme.

Tiers-mondisme (catholique, curés tiers-mondistes) : terme relatif au Mouvement des prêtres pour le Tiers Monde, né en Argentine à la fin du concile Vatican II et qui se caractérisa par des protestations politiques et religieuses. Les curés du Tiers Monde eurent tendance à adhérer au mouvement péroniste.

Transfert, Transfert générationnel : expression utilisée par Juan Perón pendant son exil au cours des années 1960, par laquelle était mise en relief la nécessité qu’avait le péronisme de rajeunir ses équipes dirigeantes.

Unité de base : réseaux territoriaux organisés de façon informelle et où étaient créés des espaces de sociabilité et de militantisme d’adhérents péronistes.

UCR : Union civique radicale, parti politique le plus ancien de l’histoire de l’Argentine contemporaine. S’y sont retrouvées différentes sensibilités et orientations idéologiques, après avoir été, à l’époque de sa création à la fin du xixe un parti où se retrouva une puissante classe moyenne media d’origine émigrée. Cette organisation politique subit en 1957 la scission de l’UCRI, Union civique radicale intransigeante, dont le fondateur, Arturo Frondizi, arriva à la présidence du pays en 1958.

UOM : Unión Obrera Metalúrgica/Union ouvrière de la métallurgie ; principal bastion du syndicalisme péroniste. De ses rangs sont sortis, des années 1950 aux années 1970, des personnalités comme Augusto Vandor, José Rucci, Lorenzo Miguel. Elle se distingua également comme le principal espace de la « bureaucratie syndicale » (voir cette expression). Les militants de cette organisation étaient appelés les « métas ».

Vandorisme [subst.], -te [adj.] : fait référence à l’expression du syndicalisme et du péronisme dirigée par Augusto Vandor. Ce secteur parvint à l’hégémonie dans le syndicalisme au milieu des années 1960, allant jusqu’à refuser à Perón en personne le leadership du mouvement péroniste.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540