Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Chapitre IX. Militantisme radical et trajectoires militantes

Texte intégral

1Ce dernier chapitre se propose de réaliser une analyse conceptuelle des données reconstruites. Cet exercice nous permettra de proposer quelques conclusions en sociologie historique en partant de l’étude d’une réalité empirique. Cela veut dire que nous proposerons une interprétation significative où le théorique est abordé à partir d’un objet concret. Pour cela, nous reprendrons certains aspects des trajectoires consultées au niveau des transformations des organisations ainsi que dans les parcours des individus qui en étaient membres. De cette façon, nous pourrons aborder sociologiquement un problème historique, en tentant de répondre à la question suivante : quels transferts eurent lieu à partir d’un militantisme radical ? Cela suppose que celui-ci, d’une façon ou d’une autre, se soit épuisé (pour des raisons endogènes ou exogènes) et qu’il ait voulu, néanmoins, se reproduire politiquement. Cela suppose aussi que les membres d’une organisation, ou une partie de celle-ci, aient effectué un passage d’un espace d’action à un autre.

Trajectoires organisationnelles et trajectoires individuelles

2En 1987, Alejandro Alvarez explicite dans un texte déjà analysé le difficile moment que traversait la relation, si évidente pour nos acteurs, entre nationalisme et péronisme :

  • 1 Dirigeants péronistes de l’époque, déjà évoqués dans cet ouvrage.
  • 2 Álvarez A., manuscrit, op. cit., p. 169.

« Nous les Argentins nous savons comment s’appelle ce que nous voulons. Quelqu’un dit : péronisme, et on répond “ah ! Saadi, Lorenzo Miguel, Herminio Iglesias, Cafiero1, etc.” Quelqu’un dit : non, péronisme, et on te répond, “comment non, de quoi me parles-tu donc ? C’est ça le péronisme ? Et où il est l’autre ?” Est-ce que je sais moi, en réalité il est là et en même temps pas là. C’est-à-dire que le mouvement national est aujourd’hui un contenu sans forme, du point de vue organisationnel et du point de vue de son nom, de la dénomination, de ce que c’est, de sa classification. Tout le reste porte un nom, qu’est-ce qui n’a pas de nom ? Le nationalisme, la lutte anticolonialiste2. »

3Le péronisme réel de l’époque, le Parti justicialiste, avait perdu le sens qui avait été historiquement celui du mouvement péroniste. Le récit d’Alvarez introduit une tension entre la lutte colonialiste et les acteurs politiques péronistes. Il y avait un problème à résoudre : trouver l’appellation adéquate et le lieu organisationnel pour mener à bien la défense de la question nationale.

4En termes de trajectoire organisationnelle, la continuité discursive de certains récits biographiques au nom de l’organisation dissimule à peine les tensions et les évidences entre celle-ci et un ensemble de réseaux institutionnels, politiques, sociaux, plus vastes, comme le péronisme l’avait été. Les différents moments de la Garde de Fer-FNE-OUTG-post-dissolution durent faire face à un dilemme qui ne fut pas très simple pour certaines formes d’action politique : école de formation de cadres pour la politique ou ligne interne du péronisme ? Dans le premier cas, il n’est pas exagéré d’affirmer que l’OUTG fut, si on la considère sur le long terme et malgré sa brève existence en tant qu’organisation, une expérience réussie. Or, les groupes sociaux – même s’ils sont pensés comme les instruments d’un type déterminé de moralisation, dans ce cas l’acquisition de savoirs et de méthodes politiques – finissent par fonctionner comme une fin en soi. Un ensemble de trajectoires du Transfert ne put jamais échapper à la formulation d’une hypothèse réserviste ayant un contenu aristocratique élevé : être la réserve morale du mouvement national justicialiste équivalait aussi à la prétention d’une légitimité de référence au sein du péronisme, ce qui justifiait de conserver des idées et des pensées « éclairées » et « illuminées » qui disaient ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas. Si cet acteur collectif définissait un ensemble d’intérêts et d’objectifs politiques, et si ceux-ci ne coïncidaient pas avec la corrélation de forces du justicialisme qui avait commencé dans les années 1980 à être dominée par les groupes et les intérêts qui avaient accordé la priorité à la défense d’une stratégie « rénovatrice », les possibilités de ces acteurs finirent franchement par être limitées.

5Le lien historique avec les secteurs syndicaux fut relativement difficile. D’un côté, lorsque les ex-Gardes, autant que les syndicats, hissèrent les drapeaux historiques justicialistes, d’une certaine manière, une affinité idéologique se tissait. Mais le problème auquel nous avons à faire face n’est pas tant de nature idéologique qu’une question relative à la base sociale de la représentation. Cela comprend la catégorie sociale qu’une organisation politique prétend défendre ses intérêts. Sur ce point, la base de la représentation constitue une légitimité discursive ; néanmoins, le problème pratique apparaît quand elle se rend compte de la capacité concrète de fédérer les appuis sociaux nécessaires à la justification du leitmotiv organisationnel. Depuis les origines de la Garde de Fer, celle-ci prétendit englober le mécontentement syndical le plus enclin à l’activisme de base et la revendication du leadership de Perón au nom des travailleurs et d’une certaine modalité du capitalisme. À l’époque même d’Augusto Vandor, la Garde représentait l’une des versions anti-systèmes du militantisme. La défense d’un verticalisme strict durant la présidence d’Isabel, à la différence de la posture de la CGT, clairement opposée aux ministres Celestino Rodríguez et López Rega, était un point de confrontation. Dans les années 1980, Lorenzo Miguel, continuateur le plus direct de la ligne vandoriste, était un personnage d’ordinaire proche de ces groupes verticalistes. Mais Miguel perdit le contrôle du parti, outre qu’il n’avait jamais été un acteur complètement acquis. Ainsi, le projet de ces trajectoires peut se résumer à la tentative de représenter, en tant qu’organisation de cadres difficilement assimilable en termes partisans, des secteurs ouvriers et populaires à partir d’un recrutement volontaire et vocationnel de militants, et servant, en même temps, de maillons à d’autres instances d’exécution du pouvoir : Perón, et plus tard, Isabel. Le travail local et la collecte d’adhésion à partir de noyaux d’activistes « liés au peuple » exprimaient l’appui ultime, fortement volontariste, d’une articulation entre secteurs sociaux vastes, organisation et espaces de pouvoir.

6Dans la recherche d’une option religieuse la tension invoquée plus haut ne disparut pas. Le militantisme des cadres fut toujours, de diverses manières, sacralisé, le groupe signifiant en soi une variable religieuse. Exégètes de Perón, la parole du leader de l’organisation même finit par être également sacrée. « Cadres de réserve » du mouvement péroniste auparavant, la place d’auxiliaire est à présent occupée par rapport à la « Providence » elle-même.

7Néanmoins, nous avons vu comment les trajectoires individuelles servent à reconstruire divers parcours biographiques possibles qui marquent, par moments et de façons différentes, des ruptures avec l’appartenance organisationnelle. Nous avons détecté trois grands parcours d’action. L’un d’entre eux s’est clairement matérialisé par une action dans une organisation et nous lui avons attribué le nom de courant de conversion catholique. Cette netteté se traduit par la volonté de maintenir de vieux réseaux politiques. Dans les récits apparaît le débat visant à savoir si cet effort de continuité a impliqué la reconstruction de ce qu’avait été en son temps la Garde de Fer et ce qui fut plus tard l’OUTG. Toutefois, l’identification d’un courant clair (appel à un passé commun, choix du catholicisme comme forme de lien avec le peuple) ne suppose pas une cohérence entre les positions des protagonistes.

8Au plan biographique, les trajectoires de ce courant peuvent connaître aussi des particularités remarquables. Nous incluons là, bien entendu, le fondateur Alejandro Alvarez, né en 1936, fils d’un délégué syndical vitivinicole et d’une géologue. Comme nous l’avons vu, son militantisme politique commença avec la destitution de Perón en 1955, puis il est entré dans la Résistance au sein des noyaux les plus combatifs. Il a fondé la Garde de Fer entre 1961 et 1962, tout en travaillant comme employé du téléphone. En 1967, il rendit visite à Perón à Madrid, ce qui marqua un tournant particulier pour la Garde de Fer. Au début des années 1970 il devient permanent de l’organisation – c’est probablement à partir de cette date mais sans être fonctionnaire et sans accepter de responsabilités gouvernementales, qu’il commença à vivre de la politique. Il fonda l’OUTG (entre la fin 1971 et le début de 1972), il la dissout après la mort de Perón en juillet 1974. Pendant la dictature, après un exil qui dura plusieurs mois, commença à germer l’idée d’une identification catholique du groupe politique. Animateur de réseaux péronistes au début des années 1980, la défaite électorale de 1983 le laissa dans une position politique très difficile, en lui faisant perdre tout pouvoir par rapport aux ex-membres de l’OUTG. Il tenta de s’engager dans d’autres entreprises politico-religieuses qui se révélèrent plutôt infructueuses.

9Son cas constitue la carrière militante par excellence (leader d’organisations, permanent, hostile à l’occupation de fonctions partisanes institutionnelles). Il est intéressant de remarquer, ce qui n’est pas une exception, que l’accumulation du pouvoir militant et organisationnel dans les années 1960 et 1970 ne se traduisit pas par des rôles politiques rutilants avec le retour de la démocratie.

10Le cas de Gabriel, qui se convertit lui aussi au catholicisme, présente des caractéristiques dignes d’êtres mentionnées. Son militantisme provient des Jeunesses socialistes du début des années 1960 et d’un processus de rapprochement entre certaines factions socialistes et le péronisme combatif. C’est ainsi qu’il fit la connaissance d’Alejandro Alvarez et qu’il participa à la création de la Garde de Fer. Davantage proche des idées du foyer rural que de la lutte populaire armée, il rompt momentanément avec la Garde, vers laquelle il revient quelques années plus tard pour occuper des fonctions de direction territoriale à l’OUTG. Il fut lié, comme une partie de ce courant, à l’université del Salvador, et participa aux négociations qui eurent lieu avec la Force navale argentine. Plus tard, en 1983, il fut élu député national, spécialisé en questions de défense. Converti au catholicisme, sa relation avec la politique partisane ne disparut pas mais elle occupa une place marginale. Au moment de l’entretien, il avait pris ses distances avec Alejandro Alvarez et avec le caractère « sectaire » qu’avait acquis la dévotion à la Vierge Marie. Nous voyons que, dans ce cas, le militantisme se réactualisa aussi bien (momentanément) avec un poste électif qu’avec le fait ultérieur de devenir catholique-pratiquant-militant.

11Cela nous permet de constater que si en termes organisationnels les tentatives de récupération politique échouèrent constamment, au plan individuel les contacts avec les partis, les institutions publiques et les dirigeants politiques ne disparurent pas du tout. Ces contacts, certains d’entre eux s’étant noués à l’époque de l’initiation au militantisme, permirent aux acteurs de trouver des issues professionnelles : comme conseillers de députés, comme membres de cabinets ministériels, occupant des fonctions techniques dans diverses officines publiques, assumant des fonctions syndicales, etc. Par exemple, Alicia, d’origine protestante et péroniste, convertie au catholicisme aux côtés de ses confrères. Étudiante en philosophie et lettres dans les années 1960, elle connut à ce moment-là de nombreux amis qui firent partie des Montoneros – sa sœur, par exemple, est l’une des disparues de l’époque de la dictature militaire. Plus tard, elle conserva des liens avec la revue Hechos e Ideas, et travailla dans des réseaux associatifs et intellectuels du péronisme – dans certains cas, dépendant du Congrès de la Nation.

12Et pour citer un dernier cas, sans épuiser la liste de ceux que nous avons répertoriés tout au long de cette recherche, nous pouvons citer Adrián. Ses origines familiales sont athées, socialistes et anti-péronistes. Son père, par exemple, fut arrêté pendant le premier gouvernement de Perón car il appartenait à des réseaux de l’opposition. Cela ne l’empêcha pas de se « péroniser » très jeune, alors qu’il allait encore au Collège national de la ville de Buenos Aires. C’est là qu’il fit la connaissance d’Alejandro Alvarez avec lequel il est resté lié jusque très récemment. Il réalisa une importante activité territoriale, en tant que militant de la Garde de Fer et de l’OUTG. Puis il se convertit au catholicisme et, dans les années 1980, devint formateur dans la structure de recrutement de la jeunesse explicitement connue sous le nom de Garde de Fer. Professionnellement, il commença à travailler dans des entreprises de communication, activité à laquelle il s’est consacré pendant des années. En termes de signification, Adrián montre une différence radicale entre le militantisme des décennies passées et la politique des partis et la gestion de l’État, c’est-à-dire à la « politique-politicaillerie », selon ses propres termes.

13Si nous quittons ce courant, nous nous rendons compte que dans le reste de l’univers des trajectoires les chemins sont plus hétérogènes. Cela nous empêche-t-il de parler d’un courant de professionnalisation partisane ? D’un côté, la mémoire d’un passé commun et la revendication positive de l’appartenance passée apparaît clairement : « avoir été dans l’orga, c’est quelque chose qui te marque pour toute la vie », nous disait un ex-militant. Or, les acteurs suivent des chemins différents les uns des autres. Dans certains cas, les liens établis dans les années 1960 et 1970 se transforment en projets partisans (mineurs dans ce cas) et professionnels concrets. Dans ces cas-là, nous parlons d’une professionnalisation partisane mineure et/ou d’une insertion dans des espaces entrepreunariaux et institutionnels déterminés, d’une envergure faible ou intermédiaire. Nous allons voir quelques exemples précis.

  • 3 Il est important de se rappeler le sens du mot « révisionniste », analysé au chapitre iii.

14Alma, issue d’une famille anti-péroniste, a fait des études pour devenir assistante sociale et s’est consacrée, au sein de l’OUTG, à la construction de réseaux militants féminins. Son appartenance péroniste publique l’obligea à renoncer à son emploi dans une municipalité de la province de Mendoza durant la dernière dictature. Avec le retour de la démocratie en 1983, elle retourne au Parti justicialiste, collabore à des publications péronistes à forte teneur révisionniste3, mais s’éloigne du parti quand celui-ci prend un virage rénovateur et néo-libéral. Elle remet en cause le sectarisme de ses anciens camarades et en particulier celui de ceux qui optent pour la conversion catholique. Bien qu’elle ait continué à travailler politiquement, son insertion se fit dans des espaces partisans dont l’expression était faible en termes de pouvoir.

15Une partie des anciens militants connut donc des modalités d’insertion similaires à ceux qui suivirent Alejandro Alvarez dans le processus de conversion catholique. Des rôles politiques périphériques, le passage à la vie universitaire et intellectuelle, la continuité dans le monde de l’entreprise, etc. Le cas d’Ernesto est significatif. Ses origines familiales sont juives, son père est né en Ukraine et a dû émigrer à cause de problèmes avec le communisme soviétique. En Argentine, sa famille paternelle n’adhéra pas au péronisme. Mais Ernesto le fit en devenant l’un des leaders les plus remarqués de la Ligne nationale-FNE. Après le coup d’État il fut arrêté pendant environ deux mois sans connaître les raisons exactes de sa détention, car il a pu être désigné par un détenu proche des Montoneros pour éviter que des militants de l’insurrection ne soient poursuivis ; il a pu également être repéré par l’intelligence militaire pour avoir été un activiste du mouvement estudiantin qui avait été expulsé de l’université nationale de Cuyo (Mendoza) quelques années auparavant. Ainsi, en 1977, il dut quitter le pays et s’exiler au Brésil. À son retour il fut lié à des activités syndicales patronales et à l’enseignement universitaire. Occasionnellement, il tenta d’entreprendre une action politique, bien que dans des structures de faible envergure.

16Ernesto et Alma conservent, malgré leur prise de distance avec le catholicisme militant adopté par une partie de ce qu’avait été l’OUTG, de bonnes relations avec Alvarez. Ce n’est pas le cas de Roberto Grabois, qui peut aussi s’inscrire dans cette logique d’occupations de fonctions partisanes sans une grande envergure politique ou étatique. Rappelons que sa trajectoire familiale s’insère dans une petite bourgeoisie industrielle, liée à des réseaux juifs et au Parti socialiste. Étudiant avancé en philosophie et lettres, il fut le grand instigateur du FNE, à Buenos Aires, puis au niveau national. Pour construire l’OUTG il céda le leadership à Alvarez, avec lequel il rompt au milieu des années 1970. Pour éviter la répression déclenchée lors de la dernière dictature, il parvient à prendre contact avec un haut dirigeant justicialiste qui avait des liens étroits avec les Forces armées. Avec le retour de la démocratie, Grabois se rapprocha de dirigeants péronistes de la Capitale fédérale qui fondèrent la Rénovation péroniste. Néanmoins, notre acteur n’a pas eu beaucoup de chance dans la répartition des postes partisans et a fini par s’éloigner de cet aspect de la politique partisane. Mais il resta lié à la politique en occupant quelques fonctions dans différentes officines et fondations semi-publiques inséparables des réseaux qui interagissent aux différents niveaux de l’État. Grand leader dans les années 1960, à l’écart une décennie plus tard, Grabois eut une action nettement moindre. Comme Alvarez, être le chef d’une organisation révolutionnaire ne se traduisit pas par des postes importants dans la politique partisane.

17Mais il existe un processus de professionnalisation politique dans lequel d’anciens militants finissent par occuper, au moins pendant un certain temps, des fonctions dans la gestion partisane, à la tête d’exécutifs provinciaux, des charges électives nationales ou des postes dans les ministères ou dans d’importants organismes de l’État. Certains d’entre eux ont déjà été mentionnés tout au long de ce travail et cela vaut la peine d’en citer d’autres.

18José Luis Gioja, de la province de San Juan (OUTG Cuyo), a réussi à être deux fois gouverneur de cette province (2003-2011). Comme Gioja, Gildo Insfrán (OUTG, nord-est), fut également deux fois gouverneur de Formosa. Il y a aussi José Manuel de la Sota, qui fut militant du FNE et l’OUTG de Córdoba, gouverneur de cette province et pré-candidat à la présidence pour les élections de 2003 (celles qui justement allaient voir l’élection de Néstor Kirchner). Avec un poste de ministre, nous pouvons mentionner Julio Caro Figueroa, ministre du Travail pendant une partie de la présidence de Ménem, chef de cabinet adjoint pendant celle de De la Rúa. Le cas de Manzano présente différentes formes de professionnalisation : élève du secondaire, militant d’une organisation universitaire (le FNE de Mendoza), il devint député lors de la restauration de la démocratie et il eut une activité parlementaire jugée hautement efficace par l’opinion publique. Dans les années 1990 il fut ministre de l’Intérieur et plus tard réussit comme entrepreneur dans le domaine des communications.

19En plus des gouverneurs et des ministres, il y eut aussi ceux qui occupèrent des fonctions législatives. Cristina Zuccardi, de Mendoza, fut députée nationale aussi bien pour le péronisme que pour le FREPASO (en occupant des postes importants dans cette organisation de tendance progressiste). Le cas d’Armando, ex-étudiant de l’université du pétrole à Mendoza, est singulier car il fut pendant longtemps une figure politique mineure, se consacrant à des activités professionnelles dans le domaine des transports. Avoir vécu à Santa Cruz, à plusieurs reprises depuis les années 1980, lui permit de faire la connaissance de l’entourage de Néstor Kirchner. Ce contact fut en outre utile lors de l’accession de ce Kirchner à la présidence de la nation en 2003, puisqu’il devint député national entre 2003 et 2007. C’est là que prit fin, pour le moment, son passage par la haute politique, ce qui montre les limites dans la réalisation d’une carrière politique réussie (il y a, certes, des cas plus stables et plus durables).

20Il y eut également des carrières politiques, pas toujours linéaires, qui combinèrent action législative et institutionnelle (gestion de l’État). Julio Bárbaro avait déjà été élu député à l’époque de l’imminent retour de Perón en 1973. Comme nous l’avons vu, il rompit alors avec l’OUTG et entreprit très tôt un parcours politique à l’écart de ses anciens camarades. De nouveau député avec le retour de la démocratie en 1983, il devint secrétaire à la culture dans la première partie de la présidence de Ménem. Pendant la présidence de Kirchner, il fut à la tête de la COMFER, car il avait été un membre actif d’un groupe de dirigeants et de personnalités péronistes qui avaient favorisé son arrivée à la présidence (le Groupe Calafate).

21Quelques postes officiels importants furent occupés par d’anciens militants de l’OUTG. Armando Bertranou fut, dans les années 1990, pendant la présidence de Ménem, président du CONICET (l’organisme de recherche argentin, équivalent du CNRS français, là où, précisément, j’exerce mes fonctions de chercheur). Sans oublier que Bertranou fut recteur de l’université nationale de Cuyo quatre fois de suite.

22Le cas de Juan Carlos Mazzón est particulièrement intéressant. Ex-militant de l’OUTG de Mendoza, il y a des militants qui indiquent que dans les années 1960 il refusa la possibilité d’accepter un poste électif-législatif (être révolutionnaire, justement, le lui interdisait). Instigateur de la Rénovation, il travailla dans plusieurs officines ministérielles et présidentielles. Ce consigliere eut une participation active dans la vie péroniste en contribuant, parfois de façon efficace, à désigner ceux qui pouvaient finir par être candidats à des postes de gouverneurs ou de députés. Ses réseaux au Parti justicialiste et ses connaissances de la réalité du parti furent utiles aussi bien pour les présidents Carlos Ménem ou Eduardo Duhalde que pour Néstor Kirchner. Ses influences politiques orientèrent dans une large mesure le développement de la politique péroniste dans la province de Mendoza – ses influences au pouvoir central auraient contribué à sélectionner les dirigeants locaux choisis pour occuper d’importants postes électifs.

23Alberto Flamarique est un autre cas de consigliere, avec un destin politique moins heureux. Issu d’une famille de Mendoza, catholique et anti-péroniste, élevé au Collège des Frères maristes (un collège catholique destiné aux enfants d’un rang social élevé), Flamarique occupa des fonctions importantes dans le péronisme de Mendoza. Il y rencontra José Bordón, alors que celui-ci était gouverneur de la province. Figure éminente du péronisme national entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, Bordón décida de jouer la carte de l’opposition à Ménem. Accompagnant Bordón dans sa rupture avec le PJ et dans la fondation d’un nouveau parti politique, Flamarique dirigea sa candidature à la présidence, à la tête du FREPASO, pour les élections présidentielles de 1995, où il fut battu par Ménem. Les avatars de la politique éloignèrent temporairement Bordón de la politique partisane. Mais pas Flamarique, qui resta proche de Carlos « Chacho » Alvarez. Le rapprochement entre l’UCR et le FREPASO dans les dernières années de la présidence de Ménem eut en la personne de notre acteur un de ses principaux meneurs. Information non négligeable : la Lettre aux Argentins, document fondateur de l’alliance entre les deux partis et présentée à la population fut signée dans le bureau de Flamarique dans le quartier porteño de Congreso. Après la victoire du candidat de l’Alliance, De la Rúa, Flamarique vint occuper le ministère du Travail, encourageant (sous le soupçon de subornation de sénateurs de la nation) une tentative de flexibilisation du travail. Il dut alors démissionner et pratiquement disparaître de la vie politique. Non sans pouvoir se reconvertir en entrepreneur à succès. L’un de ses investissements dans le monde de l’entreprise, peut-être celle qui eut le moins d’envergure économique, fut lié à la production d’aliments (confitures, pâte d’olives, huiles, pains spéciaux) de très haute qualité et avec des débouchés sur le marché international.

24Comme nous le voyons, l’existence de grandes possibilités d’action (ou de courants) ne permet pas l’élaboration d’une typologie. À l’intérieur de chaque tendance, il y a des différences et des nuances. Les évolutions biographiques empêchent d’établir une carrière politique (ou militante) en ligne droite, ou qui soit le simple reflet des positions et prédispositions antérieures. En même temps, les anciennes relations ne disparaissent pas complètement. Dans la totalité des cas, il y a une revalorisation positive du passé militant comme forme d’apprentissage de la politique. Certains revendiquent cet apprentissage comme une opposition entre la politique populaire et l’occupation de postes. D’autres voient cette prédisposition comme un reflet de leur jeunesse qu’il convenait de dépasser pour s’engager dans des fonctions véritablement significatives.

25Malgré les entrecroisements susceptibles d’êtres rencontrés dans les différents ensembles de parcours, l’impossibilité de construire des types de reconversion et le caractère occasionnel d’une situation, il est néanmoins important de signaler que dans certains cas la continuité biographique passa par une option nettement religieuse. Dans d’autres cas, plus diffus, s’est produite une intégration professionnelle ou partisane moindre (laquelle, selon les différents acteurs pouvait être plus ou moins respectueuse de la conversion religieuse de leurs anciens camarades). Et dans d’autres, il y eut l’occupation de positions politiques importantes. L’arrivée dans la sphère politique dépend de chaque situation particulière. L’OUTG a favorisé le contact avec des acteurs et des espaces partisans dès le début des années 1970, et même si la direction nationale éprouvait à l’égard de la figure du politicien professionnel un mépris explicite, valorisant en revanche le sens du militant-cadre par vocation. Là, les militants ont créé des liens qu’ils allaient par la suite actualiser et qui servirent à tisser des réseaux politiques de plateformes qui s’approchèrent, dans plusieurs situations, dès postes les plus élevés du péronisme.

26Il est important de souligner qu’ici nous mettons en relation deux moments clairement définis : l’un, de l’initiation au militantisme, l’autre, concernant la réélaboration du passé comme membres d’une organisation intensive. Ces deux moments correspondent, non pas automatiquement mais de façon tendancielle, à deux périodes spécifiques de l’histoire argentine du xxe siècle. Le premier, de forte mobilisation politique, le second ayant connu la dernière intervention militaire et la restauration démocratique. Ce qui peut nous conduire à une réflexion globale, et à des idées à la portée plus conceptuelle et à des processus plus généraux.

Catégories organisationnelles, contexte historico-politique et trajectoires militantes

27Justement, cette combinaison entre la reconstruction du parcours de l’organisation et des parcours individuels nous permet de proposer une réflexion problématique. Dans le premier chapitre, nous avons présenté les problèmes historiques et conceptuels liés à l’objet empirique de cette analyse. Nous allons à présent voir quel type de réflexion problématique peut être proposé à partir des trajectoires abordées. Il est important de remarquer que cette analyse n’est possible, du point de vue de cet ouvrage, qu’après avoir présenté le matériau empirique pertinent, en cherchant par là à éviter tout déterminisme théorique ou déductivisme abstrait. Ce genre de réflexion, quant à lui, nous permet d’articuler ce qui relève du particulier à des réalités plus englobantes, ce qui peut être l’antichambre d’un regard comparatif.

  • 4 Duverger M., op. cit.
  • 5 Dans une large mesure, l’étude de Duverger peut être considérée comme fondatrice pour ce qu’elle a (...)

28Un premier grand axe de réflexion à partir des trajectoires et des représentations sociales étudiées se situe autour du problème organisationnel. Dans ce domaine, l’analyse des partis politiques du sociologue et juriste Maurice Duverger peut être reprise à partir des données produites par notre recherche. Cette perspective, en particulier celle qu’il a développée dans son ouvrage Les partis politiques4, pourrait être remise en cause par son formalisme sociologiste, sa finalité légaliste – au sens où des lois pourraient être promulguées sur le fonctionnement des partis – l’explication de la vie organisationnelle à partir de la considération prioritaire de l’origine partisane, un certain évolutionnisme et la quantification des partis pour analyser leur structure et leur articulation. Nous en verrons certains développements à partir de notre travail5.

  • 6 Les récents travaux réunis par Olivier Dard et Nathalie Sevilla ont insisté sur des aspects plus di (...)
  • 7 Duverger M., op. cit., p. 35-36.

29Duverger insiste sur un ensemble de processus qui placent la question partisane sans lien direct avec le jeu électoral. En ce sens, la démocratie moderne est traversée par un ensemble de réseaux et d’associations qui s’inscrivent dans le jeu politique même si leurs objectifs ne sont pas la lutte politico-électorale. Les partis extérieurs (à la lutte électorale) obéissent à certaines dynamiques de la société de masses ; les partis d’origine parlementaire, en revanche, obéissent à l’établissement du suffrage universel. Avec le temps, plusieurs réseaux non partisans peuvent former des partis politiques, ou bien peuvent émerger de ces réseaux les cadres des partis politiques : syndicats, cercles de pensée, églises, associations d’anciens combattants. Apparaît ici une catégorie d’organisme extérieur comme le phénomène de la ligue. Si les partis conventionnels se placent sur le terrain électoral, les ligues en revanche poursuivent des objectifs politiques à partir de la propagande et de l’agitation, avec un rejet du jeu démocratique et des institutions parlementaires6. L’évolution de la ligue tend à la formation de partis extrémistes7.

  • 8 Ibid., p. 62-86.

30En termes de partis qui incluent de diverses façons des objectifs électoraux, la constitution de ceux-ci s’organise à partir de quatre catégories possibles : le comité (nombre réduit de membres, au fonctionnement nettement électoral) ; la section (plus centralisée que le comité, s’intéresse à la formation des membres et à l’articulation des bases avec la direction) ; la cellule (dont la base est professionnelle et qui se développe dans les milieux et les partis ouvriers, enclins à l’action clandestine, et où le jeu démocratique occupe une place secondaire) ; la milice (forte caractéristique militaire, groupes réduits, l’action électorale est encore plus marginale que dans la cellule). Si le comité obéit à la logique des partis bourgeois à des époques où le système électoral est relativement restreint, la section s’explique par le développement d’organisations de masse, en général de tendance socialiste. La cellule, en revanche, fait partie d’un style d’encadrement communiste, et la milice, finalement, est une création fasciste, « mélange de Sorel, de Pareto et de Maurras8 ». D’après Duverger, aucun parti n’est essentiellement constitué de milices. Les partis fascistes et communistes, les premiers basés sur des milices et les seconds sur des cellules, ont développé, à la différence des ligues, des structures électorales – sauf si les joutes démocratiques se plaçaient dans les deux traditions comme résidus secondaires de projets révolutionnaires que n’explique en rien la tenue d’élections.

31Les réseaux de l’OUTG peuvent-ils être définis à partir de l’une de ces idées ? Éliminons la possibilité de les concevoir comme des comités (ils n’étaient pas mus par des critères saisonniers et démocratiques) ou comme des cellules (le critère politique n’était pas professionnel, bien qu’il ait pu adopter dans la Garde de Fer des années 1960 un fonctionnement semi-clandestin). L’OUTG correspondrait en revanche à une forme impure de la section (formation, procédés électoraux) ou de la milice (agitation, propagande). Néanmoins, elle n’acquit pas formellement – ni dans les faits – le statut d’une ligne interne du péronisme, et ne réduisit pas non plus son activité à celle d’une structure militaire – non armée dans ce cas. Le problème apparaît lorsque l’on considère sa relation avec le péronisme : dans quelle mesure et comment s’est-elle intégrée au Mouvement péroniste ? Là, elle pourrait être considérée comme une ligue mais avec deux exceptions non négligeables : son autonomie par rapport au péronisme ne fut pas du tout, au moins dans les années 1960 et 1970, absolue, et elle n’évolua pas – comme le prédit Duverger pour les ligues – vers la formation d’un parti extrémiste.

32Un premier inconvénient de ce type de perspective consiste à vouloir forcer de façon typologique et synchronique des processus historiques qui sont en soi malléables. Dans le cas de notre objet empirique, sa faible institutionnalisation dans le temps empêche de le considérer comme une forme partisane fixe. La relation avec le péronisme constitue également une caractéristique instable : dans les années 1960, groupe réduit qui préconisait la lutte armée, dans les années 1970, maillon territorial, activiste mais sans rejeter la question électorale (par exemple, pendant la campagne de réaffiliation réalisée en particulier en 1972), dans les années 1980, projet de reconstitution en tant qu’organisation de cadres tout en hésitant à définir une ligne interne verticaliste et anti-rénovatrice, dans les années 1990, rompant avec le péronisme mais élaborant un projet partisan autonome qui ne fonctionna pas et ne se cristallisa pas, dans une relation qui ne fut pas simple non plus avec le catholicisme. Nous voyons donc qu’un cas concret peut traverser plusieurs frontières typologiques. Mais en outre, il s’avère intéressant dans sa façon d’éluder toute formalisation logique.

  • 9 Ibid., p. 129.
  • 10 Ibid., p. 128.

33Lorsque l’on passe en revue la dimension des membres d’un parti proposée par Duverger, on peut quelque peu progresser. Si nous écartons, pour cet aspect des choses, les deux modalités partisanes selon le type de membre, les partis de cadres (partis basés sur des notables influents, techniciens et financiers), et les partis de masse (qui visent un recrutement et un encadrement extensif pour nourrir la vie politique), les cellules et les milices constituent, du point de vue des membres du parti, une catégorie intermédiaire du parti de cadres et de masse. Duverger écarte l’idée que nous soyons là en présence d’une troisième modalité9, en définissant les partis fascistes et communistes comme des organisations de masse. Avec une caractéristique distinctive : les cellules et les milices imposent des critères de participation complètement qualitatifs. Purges dans le communisme d’un côté, aristocratisme discursif dans le fascisme, de l’autre, impliquent la justification soit d’élites, soit des plus conscients, soit des meilleurs. Il y aurait ainsi un parti de fidèles, « plus ouvert que les partis de cadres, plus fermé que les partis de masse10 », possibilité que notre auteur, comme nous l’avons dit, élimine comme troisième typologie mais qu’il accepte comme position momentanée et intermédiaire jusqu’à ce que le parti évolue d’une forme à une autre.

  • 11 Ibid., p. 118.
  • 12 Ibid. Les partis basés sur la section correspondent à un type de solidarité médiane, de nature laïq (...)
  • 13 Ibid., p. 189-191.

34Cette approche nous conduit à aborder les caractéristiques politico-religieuses du lien entre le membre et son organisation partisane – chose que les récits utilisés mettent en évidence avec assez de clarté. Cela suppose dans Les partis politiques une préoccupation historique. Dans son traitement des types et des formes d’adhésion à un parti politique et sur la façon d’analyser la participation de l’individu, Duverger constate la continuité existante entre le politique et le religieux. Le déclin des religions officielles coïncide avec l’essor des religions politiques11. Les partis tendent à adopter une structure typiquement religieuse : églises, fidèles, clergé, orthodoxie, etc. Les partis modernes, formés à partir de milices ou de cellules, « encadrent des masses fanatiques, où une foi religieuse se superpose à une discipline militaire12 ». Cette considération de l’auteur n’est pas purement métaphorique, elle correspond à un développement historique de formes de participation créées par le déclin des religions historiques et le développement de religions séculaires. L’apparition des partis totalitaires coïncide, dans cette perspective, avec ce déclin13. La transformation des doctrines politiques en croyances de nature religieuse serait une caractéristique définissant les partis totalitaires, avec le passage de l’idée rationnelle au mythe, aspect qui sera étudié plus tard par Emilio Gentile pour analyser les religions politiques.

  • 14 Tönnies F., Communauté et Société, Paris, Retz-CEPL, 1977 (1887). Cristián Buchrucker, quant à lui, (...)
  • 15 Duverger M., op. cit., p. 192-202.

35Ici nous voyons également une préoccupation théorique, qui tend à l’élaboration de certaines catégories. Duverger reprend l’opposition entre communauté et société élaborée par Ferdinand Tönnies14. La première représenterait un groupe social fondé sur la proximité, le voisinage, les relations spontanées, déjà établies et préexistant à l’individu, la seconde, un acte d’adhésion volontaire, réalisé au moyen d’un contrat libre entre les membres et l’intérêt individuel dans la participation. De Herman Schmalenbach récupère l’idée d’ordre que représenterait une position intermédiaire. Cette idée, explicitement liée à celle d’ordre religieux, suppose dans les formes sociétaires une adhésion volontaire à un type déterminé de relation sociale, mais à la différence de ces formes, dans l’ordre se développe une idée d’engagement en tant qu’adhésion totale. D’où le lien intime entre vocation et conversion, ou la prédisposition supposée au sacrifice dans l’activité du militant. Dans la vie interne de l’ordre, existe aussi un enthousiasme marqué, une effervescence permanente. Plus qu’une troisième catégorie entre la société et la communauté, notre auteur fait remarquer que l’ordre constitue un phénomène éphémère qui évoluera soit vers une relation sociétaire, soit vers une relation communautaire. Dans son application à l’étude des partis politiques, cette lecture souligne la possibilité d’analyser à partir des catégories de la société, communauté et ordre, le type de participation de l’individu présent dans les organisations fascistes et communistes. À nouveau, en termes historiques, les partis-ordres représentent les transformations du politique au sein de sociétés dont les religions régulières ou historiques perdent leurs racines collectives15.

36Dans l’étude des organisations de cadres, l’idée d’un parti-ordre peut exprimer une idée suggestive pour analyser le lien entre individu et organisation. Certes, cela dépasse le cas étudié de l’OUTG, mais sur la base des données construites, nous voyons que l’idée d’appartenance totale à l’organisation, le sentiment de vie octroyé par celle-ci, la vocation politique, la conversion – au péronisme ou au catholicisme – mettent en évidence des critères d’une forme de sociabilité qui traverse l’individu-militant, en lui indiquant l’impérieuse nécessité d’un engagement sans ambages. Un autre élément que nous pouvons relever dans la considération des partis-ordres nous conduit vers les dynamiques de l’organisation et ses relations avec l’environnement social.

  • 16 Poulat É., Église contre la bourgeoisie, Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris, Cas (...)

37Nous devons ici nous imposer une brève digression. Dans notre analyse, comme on a pu le remarquer, nous ne nous risquons pas à évaluer spontanément certaines pratiques ou idées politiques selon la classification gauche/droite. Nous reviendrons ultérieurement sur cette question. Néanmoins nous allons introduire un élément qui nous semble décisif. Dans certains développements de la sociologie des religions apparaît cette vision critique dans l’étude du catholicisme16. En nous plaçant sur un plan plus général, apparaît de nouveau le problème organisationnel. Des questions liées à l’identification idéologique deviennent plus complexes si nous pensons que le lien politique est un phénomène moins linéaire qu’il n’y paraît. Si au lieu de tenter d’élucider la nature de droite ou de gauche des trajectoires ou de diverses expériences d’organisation politique nous nous focalisons sur la relation entretenue avec le phénomène péroniste, la question de l’orthodoxie apparaît. En effet, l’OUTG faisait partie de cette orthodoxie à l’égard de la direction justicialiste. Direction justicialiste ? Il apparaît plus juste d’associer cet esprit orthodoxe à l’idée du verticalisme, discours centré sur la loyauté envers Perón et plus tard envers Isabel Martínez. Toutefois, si nous considérons cet univers sous l’angle d’une idée d’organisation de fidèles, nous ne devons pas nous laisser guider par l’hypothèse selon laquelle cette fidélité annulerait les relectures et les tensions entre cette organisation particulière et le leader lui-même. Les récits des acteurs indiquent que l’obéissance à Perón était totale parce qu’« il incarnait le principe de la direction ». « Perón ne meurt pas », « Perón ne se trompe pas ». Les visions hétérodoxes allèguent fondamentalement que la dissidence envers le leader obéissait à un authentique esprit de Perón que même le Perón réel pouvait abandonner. Le problème herméneutique autour du Perón « véritable » était exposé. La mémoire fondatrice sur le refus de la lutte armée se construisait sur le récit de Perón. Indépendamment de l’ascendant de celui-ci sur une génération de militants ayant opté pour ou contre la violence politique, on doit insister sur l’autonomie relative de ces protagonistes qui commençaient à voir dans certaines formes du politique un élément vocationnel.

  • 17 Weber M., « Las sectas protestantes y el espíritu del capitalismo », Ensayos sobre sociología de la (...)

38Dans une approche de la sociologie historique des religions, la dynamique organisationnelle constitue un axe de réflexion. Là, l’influence se trouve dans l’analyse réalisée par Max Weber, mais en particulier par les types idéaux d’église, de secte et de mysticisme étudiés en profondeur par Ernst Troeltsch17. Le sociologue français Jean Séguy, lecteur méticuleux des deux penseurs allemands, réalisa un effort systématique d’élaboration du type secte à partir de deux manifestations typologiques du sectarisme religieux : la secte, en tant que telle – présente comme rupture radicale avec le modèle église du catholicisme – et l’ordre religieux, manifestation au sein du catholicisme d’un esprit religieux intensif aux caractéristiques sectaires.

39Précisons, une fois de plus, que notre intention n’est pas d’étendre un modèle logique du monde des religions à un cas appartenant aux organisations politiques. Si une lecture possible, avec laquelle nous ne sommes pas d’accord, consiste à voir la trajectoire de l’OUTG comme un passage de la politique à la religion, le devenir religieux qui s’est construit avec netteté au cours des années 1980 et 1990 autoriserait un traitement en accord avec des catégories religieuses. Néanmoins, nous ne croyons pas pertinent, en termes heuristiques, d’analyser cette orientation en tant que discours religieux car cela appauvrirait l’analyse en concluant à un simple déterminisme synchronique. Au contraire, les caractéristiques empiriques de l’OUTG – ses trajectoires, ses réseaux et ses représentations – nous permettent d’analyser la façon dont se constitue une organisation et quelles sont les relations d’appartenance qu’elle exprime vis-à-vis d’un mouvement social plus vaste, inscrit soit dans le péronisme, soit dans le catholicisme.

  • 18 Séguy J., Conflit et utopie, op. cit.

40Il convient de faire remarquer que la proposition problématique de Séguy s’oriente vers l’étude de groupes que nous pourrions qualifier de religieux stricto sensu. De façon spécifique, Séguy aborde des groupements insérés dans des religions historiques, c’est-à-dire qu’ils intègrent aussi bien l’Église catholique que l’univers protestant, pentecôtiste, para-chrétiens : réformateurs catholiques, protestants, groupes pentecôtistes, Témoins de Jéhova, etc. Toutefois, la réflexion qu’il propose en termes de catégories tente d’ouvrir un champ de recherche plus grand. Secte et ordre religieux, avec leurs différences, supposent des formes de réalisation d’un projet particulier d’intensité18. Si la secte se présente comme un modèle d’autonomie totale et si l’ordre reste à l’intérieur d’un espace social plus grand – l’Église catholique – cette dernière élabore aussi des principes de tension et de conflit au sein de l’espace socio-religieux. La relation de ces groupes avec l’extérieur apparaît ainsi fondamentale : cet extérieur marque les limites de la négociation – et du conflit par l’autonomie de l’espace propre, du groupe sectaire – secte ou ordre – en question. Comment étendre cette analyse ?

  • 19 Séguy J., « Pour une sociologie de l’ordre religieux » (1984), in Séguy J., Conflit et utopie, op. (...)
  • 20 Séguy utilise les deux mots : l’adjectif élitaire et le substantif élitisme. Voir Séguy J., Conflit (...)
  • 21 Séguy J., « La socialisation utopique aux valeurs » (1980), in Séguy J., Conflit et utopie, op. ci (...)
  • 22 Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 43 ; « Sattler et Loyola, ou deux formes de radicalisme r (...)
  • 23 Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 24.

41Nous sommes loin d’un problème inhérent à la sociologie des religions. Dans cette optique, sont analysées des dynamiques qui étendent l’idée même d’un champ religieux autonome. Il s’agit en revanche, d’après Séguy, d’analyser des groupements volontaires utopiques19. Ce type d’objet englobe simplement un régime social d’intensité qui entraîne des conflits internes en imposant une interprétation normative légitime (mémoire) et un modèle utopique comme éléments mobilisateurs de la tradition. La sociabilité construite se fonde sur des groupes élitaires ou selon des critères élitistes : élitisme20. De façon explicite, cela peut inclure, selon Séguy, des ordres religieux, des communautés, des sectes, certains partis politiques, certains syndicats21. En ce sens, et pour comprendre comment se légitiment sectes et ordres religieux, les exemples politiques sont utilisés dans cette perspective. La secte apparaît comme typiquement comparable à un groupe de gauche qui rompt avec l’ordre établi ou à un syndicat anarchiste ; l’ordre est comparable à un parti parlementaire, à gauche ou à droite et en permanente négociation avec l’État22. Dans les ordres, insérés dans un réseau plus vaste, l’État métaphorique de Séguy, apparaît la particularité de cette négociation, qui renvoie à une tension structurelle : en définitive, le charisme fondateur de l’ordre ne doit pas, pour ne pas retomber dans une rupture sectaire, défier le charisme de l’institution supérieure. Cette tension débouche fréquemment sur un conflit de double légitimation23.

42La fonction réserviste que s’était elle-même assignée la Garde de Fer dans un premier temps et ultérieurement l’OUTG, indique non seulement un régime de sociabilité intensive mais de plus une fonction d’engrenage au sein du péronisme. Ces cadres loyaux s’inséraient dans un processus de transmission de l’autorité dans le mouvement péroniste. Ces deux caractéristiques – régime intensif et fonction de congrégation – s’exprimaient dans les récits des acteurs quand ils renvoyaient inséparablement au lien permanent dans le travail politique, la quantité d’heures consacrées au militantisme, et l’objectif de toute cette énergie dans la création des conditions pour le retour de Perón. La période de l’OUTG exprimait la matérialisation d’un projet d’ordre loyal, qui acceptait l’autorité du leader mais qui négociait aussi avec diverses instances justicialistes. Cet ordre exprimait à son tour une tentative de contrôle et d’épuration idéologique des versions dissidentes ou appelées hétérodoxes dans le mouvement péroniste. Finalement, le caractère paroxystique de l’adhésion politique – aussi bien à la volonté de Perón qu’à l’organisation elle-même – permet d’inclure cette trajectoire dans le genre congrégation séculaire, c’est-à-dire, en accord avec les principes des religions métaphoriques ou séculaires. La double légitimation avec ses tensions émergentes n’était pas éloignée dans cet espace politico-religieux. Les anciens militants exprimaient dans les entretiens avec le même niveau d’affectation l’impact profond produit par la mort de Perón et la dissolution de l’OUTG quelques jours plus tard. Le conflit de la double légitimation dont parle Séguy, qui renvoie aux conflits étant apparus dans des partis à la double appartenance (l’association particulière et l’organisation plus vaste) constitua une caractéristique qui traversa diverses crises dans les trajectoires au fil du temps. Justement, et comme nous le verrons dans les pages qui suivent, les formes associatives, secte et ordre, expriment des constructions logiques élaborées à partir de parcours dynamiques. Un ordre peut s’éroder comme forme fixe de la sociabilité jusqu’à s’insérer ou se fondre dans une unité sociale plus grande et perdre ainsi sa spécificité, ou se transformer – selon le conflit de la double légitimation – directement en secte. Pour cette raison, être un rouage congrégationnel du péronisme ne devint pas exclusif dans l’espace même de trajectoires, de l’affirmation qui annonçait sa mort, malgré l’existence concrète du justicialisme et la réorganisation des acteurs comme ordre religieux (l’Ordre de Marie).

  • 24 Grossein J.-P., « Présentation », in Weber M., Sociologie des religiones, Introduction de J.-C. Pa (...)
  • 25 Max Weber a développé ces idées en partant de l’opposition déjà mentionnée entre communauté et soci (...)
  • 26 Grossein J.-P., « Présentation », op. cit., p. 87-88.
  • 27 Ibid., p. 94.
  • 28 Weber M., « Teoría de los estadios y direcciones del rechazo religioso del mundo », Ensayos sobre s (...)
  • 29 Ibid., p. 540.

43Si un régime d’intensité suppose des caractéristiques déterminées dans la relation vers l’extérieur, dans sa vie interne il implique l’existence de certaines caractéristiques également particulières. Vers l’intérieur de l’organisation, sectes et ordres renvoient à des formes de totalisation de la vie des individus. En ce sens, réapparaît la relation entre groupe et individu que nous venons d’élaborer en suivant Duverger. Néanmoins, cette relation est plus complexe qu’il n’y paraît. Sur la base du travail d’actualisation de l’œuvre de Max Weber réalisé par Jean-Pierre Grossein à partir de la révision – et correction – de la traduction des publications du sociologue allemand en français, quelques éléments problématiques peuvent être récupérés en relation à l’étude de l’action sociale24. En termes d’idéal-type, celle-ci peut recouvrir deux grandes orientations : la communautarisation, quand le lien social, conçu comme un tout25, a un fondement traditionnel ou affectif, et la sociétisation, quand la motivation est rationnelle et poursuit, soit la réalisation d’un intérêt économique, soit la concrétisation d’une finalité valorative26. Les deux orientations marquent des points limites et purs d’action sociale et les relations sociales se caractérisent par l’inclusion de la communautarisation et de la sociétisation en même temps. Néanmoins, l’équilibre atteint peut signifier la domination d’un pôle, même si celui-ci est instable et sujet à de possibles variations. La typologie de la secte que nous avons analysée entre dans un mode d’action sociale qui se caractérise par l’inculcation à ses membres de la nécessité d’atteindre certains objectifs, en le prédisposant de façon intensive à agir en accord avec une cause. En termes religieux, les sectes politiques renvoient, selon notre interprétation, à une forme de tension avec le monde en sécularisant l’idée de salvation en tant que libération située hors du monde27. En termes wébériens, ce sentiment se retrouve dans la religiosité des vertueux28. L’idée d’aristocratisme de la salvation, proposée par Max Weber pour rendre compte des relations entre religion et fraternité de combat dans la figure de la révolution religieuse et l’obligation de la guerre sainte, suppose la construction d’un « phénomène actif du lutteur pour la foi29 ». Le cadre est l’individu positivement qualifié pour mener à bien une « rupture totale » dans l’ordre immanent. Ce modèle sectaire – sectes et congrégations religieuses – suppose une évaluation qualitative du politique, aristocratique dans la mesure où il laisse de côté la composante démocratico-quantitative : les cadres incarnent une volonté supérieure, présente dans le peuple, que celui-ci le sache ou non, qu’elle s’exprime électoralement ou non. Le cadre, quant à lui, n’est jamais, sur la base de ces représentations politico-religieuses, un simple fonctionnaire professionnel, ni un citoyen commun, ni un homme ordinaire : son activité est militante, et lui-même est un transformateur radical de l’ordre en vigueur. Que l’action sociale intensive tende à la communauté ou à la société, définit des modes de tension instables qui orientent la façon dont le militant s’insérera dans la vie politique et dont son organisation formatrice le fera.

  • 30 Voir Vezzetti H., op. cit.

44C’est pour cela que le phénomène des organisations de cadres implique, en même temps que l’objectif d’une totalisation entre l’individu et son appartenance militante, une ultra-individualisation du sentiment subjectif. Subjectivisme radical et holisme apparaissent intimement liés dans un univers de sens qui conjugue l’obéissance avec l’héroïsme sacrificiel et transformateur. Au lieu d’insister sur le fait que les effets de ces modèles militants intensifs – qui pouvaient aller de la lutte armée, jusqu’à la collaboration directe avec les forces de la répression, en passant par la fidélité péroniste la plus absolue – exprimeraient une certaine décomposition morale30, notre lecture ne peut voir dans ces parcours qu’un excès de moralisation des acteurs individuels. En ce sens nous nous référons en particulier à un dispositif intensif visant à évaluer l’obéissance de l’individu à l’organisation, la quantité et la qualité de temps exigé, et le sentiment individuel déposé dans l’individu-militant-transformateur de la société.

45L’existence d’espaces intensifs de sociabilité constructeurs d’une subjectivité disciplinée et moralement aristocratique fut à la base des organisations militantes des années 1960 et 1970. À l’OUTG, cela se produisit à partir de la subjectivation des expériences politiques d’individus transformés en militants et plus tard en cadres de la révolution justicialiste. De cette façon, le problème de l’aristocratisme de la salvation n’appartient pas seulement au cercle des partis constitués, il émerge comme mécanisme élitaire lié historiquement au développement d’un militantisme radical : qu’il soit militaire, paramilitaire, territorial ou fidéliste. Les conséquences ultérieures de cette prédisposition à faire de la politique une vocation transcendantale et du militant-cadre l’incarnation de la mission transformatrice ne peuvent se schématiser et se réduire de façon automatique. La tendance à la sociétisation impose une relation rationnelle – en accord avec des objectifs ou des valeurs – entre l’individu et une cause : d’une certaine façon s’élabore un sens politique de la subjectivité déterminée par un ensemble d’idées qui doivent être, pour le cadre, menées à bien. Les organisations de cadres en général et l’OUTG en particulier ont imprimé cette forme de relation sociale entre subjectivité militante et monde politique. Le fidélisme, allant jusqu’à des affirmations religieuses, exigeait que l’on pense à construire du pouvoir et à occuper des positions de pouvoir. L’individu était, finalement, et au-delà de l’organisation, celui qui occupait les positions de pouvoir. Si l’OUTG et une partie de ses trajectoires construisirent une signification négative des fonctions politiques – orientation critique déjà prise à l’époque de la Garde de Fer – sa sociétisation interne n’empêcha pas que le travail politique réalisé par ses militants – sans doute en son nom – se transforme en une modalité paradoxale de professionnalisation partisane de l’expérience politique. La communautarisation s’oriente, en revanche, vers un ensemble de représentations et d’expériences subjectives qui attribuent au déploiement communautaire une place centrale dans le militantisme.

  • 31 Une approche nominative nous permettrait d’utiliser ce clivage en faisant remarquer qu’est de droit (...)
  • 32 Voir, par exemple, la remise en cause de cette idée dans les recherches du sociologue français Dézé(...)

46Cette analyse nous conduit à signaler un aspect présenté antérieurement. L’étude des dynamiques des organisations, de la sociabilité construite en leur sein et entre leurs membres, et les représentations qui oscillent entre glorification de l’espace en tant qu’organisation et la sacralisation du cadre politique renvoient à une logique du politique qui met en cause le clivage gauche/droite. Une classification élaborée seulement à partir des éléments discursifs superficiels pourrait démontrer la validité pleine d’une explication qui opposerait de façon restrictive les acteurs de gauche (révolutionnaires ou enclins aux réformes, démocratiques et égalitaires) à ceux de droite (réactionnaires ou pour le moins conservateurs, anti-démocrates et opposés aux principes égalitaires)31. Ces critères, néanmoins, reproduisent une analyse engagée dans l’identification des familles politiques32. Les registres empiriques trouvés, au contraire, nous renvoient en premier lieu à une nébuleuse organisationnelle qui a défendu le phénomène du militantisme des années 1960 et qui, au début des années 1970 s’est cristallisée en factions délimitées. En termes historiques, le tracé de certaines frontières de classification se justifie par la défense de consignes et de méthodes politiques qui pourraient s’identifier à la gauche (anti-capitalisme, anti-impérialisme, justification de la lutte armée, critique anti-bureaucratique, intronisation du sacrifice, du contact populaire et de la représentation même du peuple) et nous les avons trouvées dans le courant Garde de Fer-FNE-OUTG. La théorie de la représentation des partis armés, argument justifiant l’objectif d’incarner le peuple, se trouvait également dans ce courant, dans une logique verticaliste qui unissait indissolublement intérêts populaires, lutte anti-impérialiste, autorité de Perón et cadres loyaux. En outre, même dans le courant de la catholicisation, nous trouvons les consignes de gauche déjà mentionnées – auxquelles nous devrions ajouter quelques autres faites au nom du catholicisme et enlever la justification de la violence politique révolutionnaire.

  • 33 Dans son étude sur le Front national de J.-M. Le Pen comme « entreprise doctrinale », Dézé tente de (...)

47Sur la base de notre interprétation, le processus historique nous renvoie moins à la division du monde entre gauche et droite qu’au problème du militantisme et de la décomposition d’un type d’intégration politique ayant marqué des expériences et des mémoires militantes. Comme toutes les organisations de son époque, l’OUTG s’est caractérisée par la volonté de réaliser une action militante dans un sens radical. Sa vie politique impliquait la diffusion des « vérités péronistes » dans les quartiers, la formation des militants, la défense de Perón à partir d’un discours intransigeant. Son bagage idéologique incluait un ensemble de consignes non éloignées des milieux politiques de l’époque, non éloignées non plus des enclaves institutionnelles produisant le militantisme, bagage modelé avec d’importantes particularités par cette organisation. L’OUTG impliqua un projet intellectuel tiers-mondiste et une mémoire révisionniste qui étaient à la fois la clé de la formation de ses membres, lecture qui approfondissait une critique des « ennemis » idéologiques. En même temps, le trajet qui alla de la Garde de Fer jusqu’à l’OUTG, sans oublier le processus d’intégration du FNE, supposait d’encadrer toute cette « pureté doctrinale » dans un cadre d’action qui tendait vers la démocratie. Ainsi, lors des campagnes de réaffiliation réalisées entre 1971 et 1972, ces militants participèrent en vue d’un processus électoral imminent. C’est là qu’ils prirent contact avec le Parti justicialiste et la vie partisane, qu’ils remirent en cause la lutte armée défendue auparavant et qu’ils abandonnèrent la consigne du socialisme national. La politique partisane, si critiquée auparavant, allait commencer à devenir, progressivement pour certains de ses membres, une activité liée à une vocation comme le militantisme, mais dans un sens professionnel et institutionnel33.

48Ces considérations qui, synchroniquement, sont au cœur de mécanismes organisationnels de moralisation de la subjectivité militante, nous imposent la nécessité de problématiser l’objet en termes historiques en rendant compte de la transformation du militantisme. En effet, depuis la Garde de Fer, où on « apprenait à aimer Perón », s’est développée une logique politique dans laquelle, traversant un ensemble de rationalisations opérationnelles et justificatives, et traversant également les dispositifs objectifs et impersonnels de l’action, le lien affectif entre le groupe et le leader se proclamait indestructible. L’individu était représenté par un groupe qui se chargeait de former des militants pour le retour de Perón. Si les justifications rationnelles de cette prédisposition pouvaient montrer une logique politique qui faisait soupeser des décisions et en conclure définitivement que celles-ci tendaient à être cohérentes avec une option populaire, l’amour politique à un certain moment prenait son indépendance par rapport à toute appréciation qui ferait du calcul une opération indispensable. À plusieurs reprises dans cette publication, nous avons mentionné la consigne selon laquelle « Perón ne meurt pas » pour illustrer le mysticisme politique que le Transfert avait appliqué à l’extrême ; l’union du leader avec son peuple était aussi réelle qu’indestructible, « vérité » niée par les « agents ennemis » qui

  • 34 « Editorial », Hechos e Ideas, année 1, n° 2, troisième époque, janvier-février 1974, p. 4-5.

« ignorent que la vie du Leader n’est que le patrimoine du peuple et de sa mission. Ils ne connaissent pas l’invincibilité d’un peuple qui, comme le nôtre, conduit par le général Perón, est résolument en marche, et construit son propre destin34 ».

49En ce sens, la fusion entre la Garde de Fer et le Front national des étudiants signifia l’insertion dans un processus de mobilisation qui trouvait dans un leadership personnaliste et ses expressions émotionnelles et affectives l’espace de contention. Si la mort de Perón accentua les antagonismes entre ceux qui y adhéraient de diverses manières, l’adaptation à un nouveau scénario supposait la prééminence de critères de cooptation pour diriger le péronisme et lui donner du sens. L’ancien amour pour Perón fut remplacé par la lutte pour la définition du contenu politique que devaient avoir le péronisme et les dirigeants chargés d’occuper le pouvoir vacant. Les réseaux issus du Transfert générationnel participèrent à ce combat dans un premier temps en se réfugiant dans la direction d’Isabel Perón. Mais l’Isabélisme, que ne stabilisa aucune corrélation de forces, allait encore moins obtenir ce que l’on a appelé la stabilité institutionnelle. Le cadre du développement affectif connut depuis la mort de Perón un chemin sinueux dans la politique qui prédisposait un plus grand rapprochement des pratiques et des idées du catholicisme. Après les errements politiques successifs, cela finit par constituer l’espace de contention : dans les années 1980, apparaîtront l’amour pour la Vierge et le fort lien affectif avec Jean-Paul II.

50Le développement hyperbolique d’une adhésion spirituelle envers ce qui fut appelé le « véritable » contenu de la politique de Perón produisit, d’un côté, une sorte de rupture qui avec le temps eut des conséquences irréversibles. Une partie importante de l’OUTG se présenta comme l’avant-garde de l’Isabélisme. Au cours de la dernière dictature, certaines espérances se concentrèrent sur le massérisme comme horizon de la démocratie sociale et d’une négociation politico-militaire. Les limites politiques de ce projet donnèrent lieu à la volonté de recomposer des positions au sein du justicialisme. Néanmoins, le candidat à la présidence, Italo Lúder, et le candidat au poste de gouverneur de la province de Buenos Aires, Herminio Iglesias, très proche de la Commission de gestion et de liaison, furent battus lors d’un processus électoral si inespéré et destructeur qu’il influa sur les transformations ultérieures de la scène partisane. La Rénovation péroniste et sa querelle avec les secteurs syndicaux occupèrent le centre de la vie politique justicialiste. Là, un autre ensemble dispersé de trajectoires du Transfert allait commencer, d’un autre côté, à déployer ses relations partisanes existantes et ses connaissances en matière de construction politique, acquises au cours des expériences « formatrices » et « territoriales » des années 1970.

51Le premier groupe élabora un tissu qui fit des communautés une référence centrale, consacrée par une forte mémoire catholique, réalisant une synthèse entre péronisme et catholicisme et conçue comme option valide pour la politique. Cela signifie que, au prix de quelques changements, on a poursuivi le projet toujours plus infructueux de définir le sens du péronisme et de la participation en politique. Néanmoins, le groupe commença à s’isoler et à s’éloigner des instances politiques partisanes. Définir le péronisme, même sans pouvoir le diriger, sans occuper la place de Perón et sans établir d’alliances fermes avec la direction partisane ou syndicale, représenta une ambition programmatique profonde quoique dépourvue d’ancrage politique.

52En ce sens, les représentations des trajectoires de la conversion catholique doivent être analysées en deux temps. Les acteurs élaborent un énoncé massif, qui inclut des affirmations mémorielles vastes, définissant un camp ami/ennemi en fonction d’une abstraction qu’ils dénomment « peuple ». Toutefois, l’énonciation réduit toute dimension massive en proposant des critères de construction politique dans laquelle le lieu légitimateur des cadres est inaltérable. Le modèle d’action propre comme caractérisation positive des lieux et des groupes pour accumuler du pouvoir est un schéma imaginaire qui limite l’action transformatrice à une poignée d’individus « choisis » de façon « quasi transcendantale » pour sauver la « nation ». Il suppose en outre un dispositif symbolique constitutif et articulateur de pratiques.

  • 35 Levitsky S., op. cit., p. 60-61.
  • 36 Weber M., Economía y Sociedad, op. cit., p. 850. Weber faisait également remarquer que les disposit (...)
  • 37 Ibid., p. 869-873.
  • 38 Ibid., p. 867.
  • 39 Levitsky verra dans la Rénovation Péroniste une consécration de la forme partisane avec un niveau i (...)

53Une première explication pourrait renvoyer à un moment historique précis. Les trajectoires du Transfert reflètent la crise du modèle charismatique qui, à partir de la mort de Perón, secoue tout le péronisme. Cet aspect, qui a été remarqué par plusieurs auteurs, met en relief une transformation politique profonde. Steven Levitsky, par exemple, signale qu’avant la mort de Perón et avant le coup d’État de 1976, le parti justicialiste « entra dans une anarchie virtuelle […] et que le péronisme devint un champ de bataille entre les guérilléros de gauche, les groupes paramilitaires ultranationalistes et les syndicats35 ». En termes wébériens, la mort du leader met en relief le caractère instable du charisme36. Comment rendre le charisme transmissible ? En termes typologiques, le charisme peut se reproduire de façon héréditaire, il peut générer un ordre statutaire de succession, ou impliquer une logique électorale pour trouver son remplaçant37. En tout cas, son évolution entraînera des tensions inévitables : si le fondement charismatique définit une obéissance à des fondements surnaturels38, et de là une prédisposition politico-religieuse, la nouvelle association légitimera les lieux de la domination au moyen de critères qui sont logiquement contraires et basés sur une quotidienneté formelle ou traditionnelle39.

  • 40 D’après Weber, l’objectivation du charisme peut évoluer vers la transformation du groupe en secte ; (...)

54Ce processus d’objectivation charismatique n’est pas un passage pur et simple d’une forme à une autre. Si, en termes généraux, la réponse du justicialisme fut de combiner une faible bureaucratisation et des formes partisanes afin d’unir de façon instable les corrélations de force – et en ce sens, la Rénovation depuis le milieu des années 1980, fut un maillon idéal qui permit de dépasser les traditions politiques de la décennie antérieure – nous pouvons rendre compte des réponses particulières données par le Transfert dans ses trajectoires. Un certain nombre d’entre elles, de façon diffuse, se dilua dans la macro-adaptation partisane. D’autres firent des recherches tortueuses qui virent alterner choix inopportuns et coïncidences catholiques. Au centre s’imposèrent d’infructueux efforts pour diriger un péronisme qui prenait des orientations désordonnées et hostiles par rapport à ceux que nos acteurs s’efforçaient de proposer. Ainsi, proclamer que l’héritage spirituel du péronisme retombait exclusivement sur eux fut leur manière de prolonger le charisme par une action communautaire de type secte40. Face à cela, l’ancien leader charismatique fut remplacé par deux instances dirigeantes, l’une iconographique (la Vierge, le pape), l’autre, concrète (Alejandro Alvarez), cette dernière trouvant dans les messages de Marie le fondement de son pouvoir surnaturel. Une construction de la mémoire vaste voulut légitimer un mode d’énonciation qui rompait dans une large mesure avec l’ancien pari de l’OUTG comme religion séculaire, comme ordre hyper-militant, fidèle à l’esprit de Perón et du péronisme :

  • 41 Gran estrategia, texte inédit, 2000.

« L’unique réponse de la Grande Stratégie à la Globalisation a été et est l’universalisme des peuples et des nations de Sa Sainteté Jean-Paul II. Il y a maintenant longtemps, André Malraux disait, à juste titre, que “… le xxie siècle serait religieux ou ne serait rien”, et il semble qu’il en soit ainsi, dans la perspective des peuples et des nations. C’est en leur sein que nous devons voir la proposition universelle, c’est-à-dire Catholique, de Sa Sainteté Jean-Paul II, qui, reprenant la mission universelle de l’Église, finit par coïncider, et pas précisément par hasard, avec la proposition de l’Universalisme péronien41. »

  • 42 Nous reprenons ici l’analyse effectuée dans le premier chapitre dans la partie intitulée « Militant (...)

55Néanmoins, cette crise survenue dans une organisation appartenant à un mouvement charismatique peut être incluse dans d’autres phénomènes liés à la crise d’un certain type de militantisme. Si l’étude du militantisme s’est constituée en tant que thème sociologique spécifique42, les études réalisées directement ou indirectement sur cette problématique renvoient actuellement à une recomposition du politique dans un grand nombre de sociétés démocratiques. Un premier aspect de cette recomposition se centre sur ladite crise du militantisme. Cette crise est intimement liée à ce que dans de nombreux récits on considère comme une dépolitisation des sociétés. De la même manière, le résultat de cette crise est un devenir politico-partisan assis sur d’autres bases, où les partis et organisations politiques occuperaient une place réduite et impuissante. En revanche, d’autres acteurs recouvreraient de l’importance dans la structuration du pouvoir et des demandes acceptées, en commençant tout de suite par les acteurs économiques, les moyens massifs de communication, les nouveaux acteurs de la société civile, etc.

  • 43 Katz R. et Mair P., « Changing models of party organization and party democracy », Party Politics, (...)
  • 44 Katz R. et Mair P., « La transformation des modèles d’organisation et de démocratie dans les partis (...)
  • 45 Alexandre Dézé, en revanche, a rejeté la possibilité de voir les partis d’extrême droite comme des (...)

56Dans l’intention de rendre compte des transformations au niveau du système politique, la catégorie de parti-cartel suppose non seulement une invention théorique mais en même temps une interprétation globale des changements au niveau des partis politiques et des systèmes partisans43. Deux spécialistes en sciences politiques, Richard Katz et Peter Mair, proposèrent cette idée en 1995. D’après la proposition de ces auteurs, l’émergence des partis politiques et des sociétés démocratiques composées par des partis-cartels s’inscrit dans une lecture de longue haleine sur le type d’organisation partisane dominante à chaque instant et en accord avec les caractéristiques de chaque contexte particulier. Dans ce long terme, auraient été définies les relations entre partis, société civile et État. Dans la séquence historique, le parti de masses remplaça les partis de notables, en s’érigeant en modalité partisane reconnue comme typique. Ces partis représentaient des classifications sociales spécifiques, des programmes idéologiques déterminés et se nourrissaient d’une vie militante intense et de moyens financiers produits par les cotisations. La croissance économique et l’affaiblissement des identités collectives commencèrent à rendre complexe le contexte social des partis de masses. C’est ainsi que l’on a pensé à l’idée de catch all party que supposent certaines formes partisanes de démobilisation politique et l’affaiblissement idéologique, principalement chez les leaders et dans les moyens de communication de masse, et avec de faibles différences de programmes entre les différentes offres des candidats. Le parti perd son caractère de représentant de la société civile pour jouer le rôle d’intermédiaire face à l’État, en se séparant des groupes et des réseaux sociaux qui le firent naître. L’approfondissement de cette logique permet à Katz et Mair de déterminer l’émergence d’un nouveau type de parti, le parti-cartel. Ses deux caractéristiques sont une plus grande interpénétration entre parti et État, ainsi que la collusion d’organisations partisanes dominantes avec pour objectif d’éviter de nouveau concurrents. L’idée de démocratie se modifie aussi à partir de la prééminence de la logique du cartel : l’importance de l’occupation de postes de pouvoir est accentuée, et la dépendance du financement implique que les partis ne soient pas éloignés trop longtemps de situations de pouvoir, les différentes campagnes et les programmes se ressemblent encore plus, la vie politique cesse d’être un aspect de la société civile pour devenir une offre contrôlée par l’État44. Si la stabilité supposée dans la fonction du politique, désormais davantage un emploi qu’une vocation pour les auteurs, et la recherche d’un consensus qui imposent des conditions aux concurrents éventuels deviennent deux caractéristiques des systèmes politico-cartélisés, l’émergence de partis d’extrême droite ferait partie, dans cette perspective, d’une tentative de résistance au blocage imposé par les partis-cartels45.

  • 46 Voir Aucante Y. et Dézé A. (dir.), op. cit.
  • 47 Katz R. et Mair P., « La transformation des modèles d’organisation et de démocratie dans les partis (...)

57Les critiques reçues par la catégorie du parti-cartel, et la prétention universelle du modèle théorique construit, se fondent sur les spécificités empiriques qui brisent toute utilisation modélisante de cette catégorie46. Néanmoins, un noyau heuristiquement valide peut être perçu : les auteurs proposent une interprétation du changement politique sans en appeler au simple déclin ou échec des partis ; dans une certaine mesure, leur position peut s’en voir renforcée47. Les hypothèses sur la dépolitisation, sur la mass-médiatisation ou même sur une nouvelle politique qui aurait fait s’effondrer les partis s’en trouve d’une certaine façon fragilisée face à de telles considérations.

  • 48 Par rapport aux changements politiques des dernières décennies nous pouvons citer, en particulier, (...)
  • 49 Levitsky S., op. cit., p. 53-55.
  • 50 Ibid., p. 76.
  • 51 Ibid., p. 75.

58Sans réaliser à présent une analyse spécifique, nous pouvons dire que pour diverses raisons la société argentine n’allait pas entrer dans le développement typique du modèle de la cartélisation. La spécificité locale est liée, plus encore si l’on suit notre objet empirique, à un ensemble de transformations au sein du péronisme. Parmi les interprétations que l’on pourrait reprendre et que pour des raisons de place nous ne pouvons analyser48, nous avons choisi celle qui insiste sur la structure organisationnelle du parti justicialiste pour expliquer son adaptation à un contexte de changement socioéconomique. L’ouvrage de Steven Levitsky démontre comment le Parti justicialiste a réussi, après de longues décennies de vie comme mouvement, un processus de partidarisation avec une faible routinisation et institutionnalisation de sa vie partisane. Parti charismatique à l’origine, le coup d’État de 1955 aurait transformé le péronisme en véritable mouvement – toujours avec une forte base syndicale et un substrat social ouvrier. Le noyau conceptuel de l’idée de mouvement suppose l’existence de sous-unités – qui ne sont ni des cellules ni des milices – agissant de façon autonome sans communication horizontale et, à leur tour, sans liens verticaux solides face à la carence ou à l’inexistence virtuelle d’autorités partisanes au niveau national49. Dans les années 1980 se réalisa un processus de partisarisation qui ne se traduisit pas par une routinisation ou bureaucratisation du justicialisme. Même la Rénovation péroniste, qui tenta de normaliser le chaos institutionnel du parti, ne généra pas, selon Levitsky un niveau de routinisation important50. Par conséquent, le Parti justicialiste peut être entendu comme un parti informel de masses, avec une importante densité organisationnelle quoique faiblement structurée et particulièrement informelle51.

  • 52 Ibid., p. 124.
  • 53 Ibid., p. 148.

59La suggestive analyse du politologue nord-américain inclut deux autres aspects qui ne peuvent être éludés. Cette élasticité organisationnelle offrit au péronisme une remarquable capacité d’adaptation dans des contextes de crise. Dans un premier temps, les changements dans la structure économique marquèrent une détérioration de ses bases syndicales, détérioration accentuée au milieu des années 1980 par l’essor rénovateur. Dans le cadre du néo-libéralisme, cette érosion du pouvoir syndical au sein du péronisme permit sa survie dans des secteurs sociaux pauvres grâce à un réseau de contacts sociaux territoriaux garantis à leur tour par les ressources de l’État. Le clientélisme, dès lors, plaça un ensemble de réseaux politiques péronistes au niveau territorial à partir de diverses activités sociales ou d’assistance. Le bref interrègne travailliste dans le péronisme – « au cours de la période immédiatement postérieure à la dictature militaire, le PJ fut un parti à base syndicale […] le PJ glissa ainsi vers un travaillisme de fait52 » – fut remplacé par l’implantation de modalités clientélistes : l’accès aux fonctions publiques centra les activités politiques sur des réseaux territoriaux qui cessèrent de dépendre des ressources syndicales53.

  • 54 Ibid., p. 271.
  • 55 Ibid., p. 281.

60Un second aspect présente, d’après notre auteur, la prise en compte d’activités militantes ayant une base territoriale. Pendant l’époque de Ménem, l’activisme justicialiste resta très élevé, adoptant souvent des positions très critiques envers les politiques mises en place par le gouvernement national. Si cet activisme s’explique par les ressources déployées par l’État, il fut également possible par l’autonomie des réseaux de base par rapport à la direction nationale54, caractéristique typique à son tour de la flexibilité organisationnelle péroniste. Ainsi, de nombreux militants pouvaient afficher un point de vue critique envers Ménem mais conserver leur travail dans un micro-espace local et le travail « populaire » au nom du drapeau de la justice sociale. Militantisme et clientélisme ne constituèrent pas alors nécessairement des modalités opposées dans le champ politique55.

61Nous voyons donc comment ces transformations ont affecté l’univers péroniste, tout en poursuivant les pratiques militantes. Les analyses systémiques cherchent à reconstruire la totalité partisane et les logiques typiques. Notre position, à partir de récits militants et sur la base d’une reconstruction de trajectoires militantes, échappe aux puretés typologiques et théoriques éventuelles. Partisarisation et militantisme territorial apparaissent également dans les trajectoires de l’OUTG, en général comme types délimités quoique dans certains cas il y ait des tentatives de symbiose. Chez ceux qui voulurent élaborer des réseaux de pouvoir territorial, la critique du néo-libéralisme était présente alors que l’on tentait de défendre l’idée de la nouvelle ère des communautés, dans un discours qui associait drapeaux catholiques et nationalistes. Mais cet activisme eut des résultats politiques qui peuvent difficilement être évalués comme l’articulation de volontés communautaires, antichambres de la prise du pouvoir, ou comme l’arrière-garde qui allait servir à un leader – ou structure politique – comme bouillon de culture de l’action révolutionnaire à déployer à partir de l’État.

  • 56 La question des religions séculaires est liée à une compréhension spécifique des relations entre re (...)
  • 57 Aron R., op. cit., p. 274.

62Un autre élément s’est modifié également, outre un glissement des influences syndicales vers les réseaux clientélistes, ou d’un mouvement atomisé et isolé à un parti de masse informel. Il est intéressant pour nous de faire remarquer, de notre point de vue, un arrière-plan qui ne s’arrête pas au niveau de la modification partisane en tant que sphère politique spécialisée. Le sentiment religieux est également inclus dans notre analyse qui met en relation le problème de la religion séculaire et diverses formes de participation politique intensive56. La problématique des religions séculaires n’est pas exempte d’éléments critiquables et de démesures métaphoriques. Socialisme et religion se sont rapprochées tant de fois que l’expression religion séculaire est devenue banale, disait déjà Raymond Aron57. Néanmoins, quelques dynamiques modernes incluent des objectifs, des méthodes et des acteurs qui tentent de réunir, dans la sphère de la construction du pouvoir, des éléments politico-religieux. Les organisations de cadres sont des efforts intensifs, qu’ils soient sectaires ou congrégationnels, dans cette direction.

63Dans le cas étudié, le religieux-séculaire se présente avec un élément empirique supplémentaire et particulier. Le traitement des trajectoires de l’OUTG nous conduit, d’une part, à la reconnaissance d’un processus de dilution qui dessine un parcours qui part du militantisme des années 1960 et 1970 pour finir dans la politique partisane consolidée depuis le retour de la démocratie. Mais, d’autre part, le même parcours nous conduit à un processus de communautarisation et de référenciation catholiques qui provient du même militantisme. Nous voyons donc la métamorphose d’un univers nationaliste, de forte implantation péroniste, inséré soit dans les réseaux de la démocratie partisane, soit dans des réseaux de la conversion catholique. Que suppose cette métamorphose d’un type de configuration militante du nationalisme en relation à la question religieuse ? Comment comprendre, également, que ce nationalisme séculaire ait donné lieu à un nationalisme d’une « Argentine catholique » ?

  • 58 Voir Séguy J., « Religion, modernité, sécularisation », Archives des sciences sociales des religion (...)
  • 59 Voir, par exemple, Colliot-Thélène C., « Rationalisation et désenchantement du monde : problèmes d’ (...)

64Le changement dans le micro-espace considéré, avec ses particularités, renvoie à des transformations de plus grande ampleur. Les réflexions autour du désenchantement du monde proposées par Marcel Gauchet, qui indiquent la matérialisation de sociétés sorties de la religion, supposent un effort philosophique de longue haleine et de grande étendue qui ne doivent pas être négligées. Si les réflexions du philosophe français entraînent un type de regard qui résout tout le devenir du religieux à partir de séquence successives, perspective considérée comme évolutionniste58, son traitement permet d’aborder la place du religieux dans les sociétés occidentales. En même temps, Gauchet, sans assumer strictement une lecture wébérienne, reprend la célèbre expression du sociologue allemand sur le désenchantement, idée qui a donné lieu à des interprétations diverses59.

  • 60 Gauchet M., Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 61 Ibid., p. 348.
  • 62 Ibid., p. 359.

65Le désenchantement du monde60, ou la sortie de la religion, serait le point culminant du processus de déstructuration du rôle historique assumé par les religions. Les religions séculaires sont, pour Gauchet, un moment de transition, qui met un terme à l’explication religieuse de monde tout en essayant de s’assurer le contrôle de l’avenir61. L’évolution historique a même battu le « grand parti de l’avenir : le parti de la révolution62 ».

  • 63 Voir en ce sens l’ouvrage de Kepel G., La revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reco (...)
  • 64 Ibid., p. 197.
  • 65 Gauchet M., Un monde désenchanté ?, Paris, Pocket, 2007 (2004).

66Si l’interprétation sur les religions séculaires pouvait être cohérente avec les événements du monde politique pendant une grande partie du xxe siècle et quelques années après, cette décomposition des idéaux révolutionnaires allait confirmer plus encore le diagnostic de Gauchet : comment pouvait-on parler de sortie de la religion en plein retour du religieux63, comme quelques commentaires commencèrent, de façon presque concomitante, à le dire ? La proposition du désenchantement du monde était ainsi mise à l’épreuve du feu et un long débat fut ouvert pendant des décennies sur l’interprétation proposée par notre auteur. Celui-ci insista sur la radicalité de sa position, sur le caractère disruptif du passage de l’hétéronomie à l’autonomie et sur la superficialité de l’idée du retour du religieux. Dans son ouvrage de 1985, il expliquait que l’hypothèse de la sortie renvoyait en particulier à l’articulation sociale des religions et non aux consciences des acteurs qui pouvaient, néanmoins, se manifester dans un sens pleinement religieux64. Las transformations survenues depuis les années 1990 confirmaient plus encore son hypothèse – bien qu’il manquât certainement à Gauchet une systématisation plus conséquente en termes empiriques. Le réenchantement du monde ne renvoyait qu’à des formes partielles de sacralisation, le plus souvent individuelles. L’évolution des religions historiques, parfois sous la forme de communautarismes ou d’irruption dans l’espace public, se faisait contre les religions séculaires, mais l’articulation sociale des confessions suivait son cours inéluctable vers l’autonomie. Justement, la réalisation de la sortie de la religion, touchant plus profondément les religions séculaires (la morale républicaine, la foi communiste), a permis la réapparition des croyances religieuses classiques. Néanmoins, cela n’a pu renverser un long processus par lequel la construction du sens devient de plus en plus un problème individuel et la religion intègre globalement l’espace de l’autonomie65.

  • 66 Ibid., p. 251.

67La critique de cette lecture devrait faire l’objet d’un travail théorique de recherche. Depuis la définition philosophique, il est inévitable d’établir une linéarité dans la réalisation de ce parcours historique qui a rendu possible l’émergence des sociétés démocratiques. Les points historiques précis allaient rendre chaque moment plus complexe. En même temps, penser les religions séculaires « alliances contre nature de la sécularité autonome et de la religion hétéronome », comme « dernier et monstrueux avatar » du désenchantement, suppose a priori deux définitions (religion et hétéronomie, non-religion et autonomie) que certains apports historiques et sociologiques pourraient déconstruire66. En même temps, cela permet une lecture ex post des phénomènes qui, dans certains cas, peut simplifier les parcours historiques. Toutefois, l’argument de Gauchet nous renvoie à une logique culturelle qui n’est pas éloignée des organisations politiques et, en particulier, à la décomposition de certaines modalités présentes dans certaines d’entre elles.

68Les trajectoires de l’OUTG constituent en ce sens un objet empirique privilégié qui nous a permis de pénétrer dans des problématiques croisées : les catégories synchroniques de l’organisationnel comme sociabilité intensive, les transformations politiques dans les dernières décennies caractérisées par la crise d’un certain militantisme, les transformations religieuses qui supposent, parallèlement, une forme particulière de métamorphose du politique. Un même objet empirique traverse des problématiques diverses situées entre le politique et le religieux. Dans le « politique pur », une organisation de cadres ayant formé des cadres : un corps politique, des individus pour la politique, pour agir comme des dirigeants avec les logiques autonomes d’un espace politique démocratique. Dans le « religieux pur », une communauté catholique de croyants. Dans certaines trajectoires individuelles, élément central de notre travail, le passage d’une religion séculaire (un nationalisme péroniste paroxystique et guerrier, fidéliste et rationnalisant, doublement charismatique et bureaucratique, léniniste et populiste) à une communauté catholique (anti-libérale et mariale, anti-partisane et militante, désenchantée et profondément croyante). Un même espace construit pour avoir appartenu à une organisation déterminée dans les années 1970, nous a permis d’analyser quelques problèmes sociologiques en tentant, à partir de données empiriques, de comprendre un peu mieux la société argentine. Synthèse finale que nous réaliserons dans notre conclusion.

Notes

1 Dirigeants péronistes de l’époque, déjà évoqués dans cet ouvrage.

2 Álvarez A., manuscrit, op. cit., p. 169.

3 Il est important de se rappeler le sens du mot « révisionniste », analysé au chapitre iii.

4 Duverger M., op. cit.

5 Dans une large mesure, l’étude de Duverger peut être considérée comme fondatrice pour ce qu’elle a représenté en termes de systématisation des organisations partisanes, sa récupération dans des recherches ultérieures et, il convient de le préciser, pour les fortes critiques qu’elle a suscitées. Sur ce dernier aspect, nous pouvons signaler l’article de Fretel J. et Lefebvre R., « La faiblesse des partis politiques français : retour sur un lien commun historiographique », in Offerlé M. et Rousso H. (dir.), La fabrique interdisciplinaire. Histoire et science politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

6 Les récents travaux réunis par Olivier Dard et Nathalie Sevilla ont insisté sur des aspects plus divers des ligues et qui dépassent le simple activisme anti-système. Voir Sevilla N., « Les ligues, état de lieux historiographiques », in Dard O. et Sevilla N., Le phénomène ligueur sous la IIIe République, Centre régional universitaire lorrain d’histoire, 2009. Voir aussi Dard O. et Sevilla N. (textes réunis par), Le phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, 2011.

7 Duverger M., op. cit., p. 35-36.

8 Ibid., p. 62-86.

9 Ibid., p. 129.

10 Ibid., p. 128.

11 Ibid., p. 118.

12 Ibid. Les partis basés sur la section correspondent à un type de solidarité médiane, de nature laïque.

13 Ibid., p. 189-191.

14 Tönnies F., Communauté et Société, Paris, Retz-CEPL, 1977 (1887). Cristián Buchrucker, quant à lui, a utilisé cette opposition dans l’étude du fascisme classique ; cf. Buchrucker C., El fascismo en el siglo xx, op. cit.

15 Duverger M., op. cit., p. 192-202.

16 Poulat É., Église contre la bourgeoisie, Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris, Casterman, 1977, p. 202.

17 Weber M., « Las sectas protestantes y el espíritu del capitalismo », Ensayos sobre sociología de la religión I, Espagne, Taurus, 1998 (1906) ; Troeltsch E., The Social Teaching of the Christian Churches, Londres, George Allen & Unwin, 1931 (1911). Jean-Pierre Bastian a analysé en particulier la relation entre le phénomène sectaire comme élément organisationnel déterminant dans la relation entre protestantisme et comportement individuel (Bastian J.-P., « La tesis weberiana puesta a prueba en Costa Rica », Revista Colombiana de Sociología, Universidad Nacional de Colombia, n° 22, 2004, p. 82).

18 Séguy J., Conflit et utopie, op. cit.

19 Séguy J., « Pour une sociologie de l’ordre religieux » (1984), in Séguy J., Conflit et utopie, op. cit.

20 Séguy utilise les deux mots : l’adjectif élitaire et le substantif élitisme. Voir Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 31 ; « Sattler et Loyola, ou deux formes de radicalisme religieux au xvie siècle » (1977), in Séguy J., Conflit et utopie, op. cit.

21 Séguy J., « La socialisation utopique aux valeurs » (1980), in Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 218-219.

22 Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 43 ; « Sattler et Loyola, ou deux formes de radicalisme religieux au xvie siècle », in Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 322.

23 Séguy J., Conflit et utopie, op. cit., p. 24.

24 Grossein J.-P., « Présentation », in Weber M., Sociologie des religiones, Introduction de J.-C. Passeron, Paris, Gallimard, 1996.

25 Max Weber a développé ces idées en partant de l’opposition déjà mentionnée entre communauté et société proposée par Tönnies.

26 Grossein J.-P., « Présentation », op. cit., p. 87-88.

27 Ibid., p. 94.

28 Weber M., « Teoría de los estadios y direcciones del rechazo religioso del mundo », Ensayos sobre sociología de la religión, t. I, Barcelone, Taurus, 1998 (1920), p. 543.

29 Ibid., p. 540.

30 Voir Vezzetti H., op. cit.

31 Une approche nominative nous permettrait d’utiliser ce clivage en faisant remarquer qu’est de droite celui qui ne se reconnaît pas de gauche, ou, comme le suggéraient Alain ou Emmanuel Mounier en considérant qu’assurément celui qui met en cause la validité de l’opposition gauche/droite n’est sûrement pas de gauche ; Alain, Éléments d’une doctrine radicale, 1925 ; Mounier E., Communisme, anarchie et personnalisme, Paris, Seuil, 1966.

32 Voir, par exemple, la remise en cause de cette idée dans les recherches du sociologue français Dézé A., « Le Front national comme “entreprise doctrinale” », in Haegel F. (dir.), op. cit., p. 283-284. L’étude des familles politiques est liée aux perspectives qui centrent l’adhésion politique et la vie partisane sur les raisons idéologiques, aspect également critiqué par la sociologie politique française. À ce sujet, voir Gaxie D., op. cit.

33 Dans son étude sur le Front national de J.-M. Le Pen comme « entreprise doctrinale », Dézé tente de justifier une étude de l’idéologie comme pratique et comme production, éloignée aussi bien des anciennes visions idéologistes des partis politiques que des études minimisant l’importance de l’étude des idéologies. Cette mention ne doit pas prêter à confusion : la comparaison presque immédiate que peut suggérer une étude réalisée sur le Front national ne s’explique pas par son caractère extrémiste de droite mais par le souci de présenter un parti ayant une forte intensité idéologique (Dézé A., « Le Font national comme “entreprise doctrinale” », in Haegel F. [dir.], op. cit., p. 273). Une comparaison de ce type pourrait être étendue à n’importe quelle organisation politique fortement attachée aux problèmes doctrinaux, aux positions idéologiques, aux questions formatives.

34 « Editorial », Hechos e Ideas, année 1, n° 2, troisième époque, janvier-février 1974, p. 4-5.

35 Levitsky S., op. cit., p. 60-61.

36 Weber M., Economía y Sociedad, op. cit., p. 850. Weber faisait également remarquer que les dispositifs charismatiques pouvaient engendrer des mécanismes démocratico-électoraux. De ce point de vue, les formes modernes de désignation du souverain ne sont pas éloignées du charisme (ibid., p. 861-862).

37 Ibid., p. 869-873.

38 Ibid., p. 867.

39 Levitsky verra dans la Rénovation Péroniste une consécration de la forme partisane avec un niveau informel de routinisation (Levitsky S., op. cit., p. 75).

40 D’après Weber, l’objectivation du charisme peut évoluer vers la transformation du groupe en secte ; cf. Weber M., Economía y Sociedad, op. cit., p. 857.

41 Gran estrategia, texte inédit, 2000.

42 Nous reprenons ici l’analyse effectuée dans le premier chapitre dans la partie intitulée « Militantisme et politique ».

43 Katz R. et Mair P., « Changing models of party organization and party democracy », Party Politics, 1995. Nous avons pris en particulier la version en français récemment traduite : « La transformation des modèles d’organisation et de démocratie dans les partis. L’émergence du parti-cartel », in Aucante Y. et Dézé A. (dir.), Les systèmes de partis dans les démocraties occidentales. Le modèle du parti-cartel en question, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2008.

44 Katz R. et Mair P., « La transformation des modèles d’organisation et de démocratie dans les partis. L’émergence du parti-cartel », in Aucante Y. et Dézé A. (dir.), op. cit.

45 Alexandre Dézé, en revanche, a rejeté la possibilité de voir les partis d’extrême droite comme des formes d’anti-cartélisation. Dézé A., « Le Front national : un parti “anticartel” ? », in Aucante Y. et Dézé A. (dir.), op. cit.

46 Voir Aucante Y. et Dézé A. (dir.), op. cit.

47 Katz R. et Mair P., « La transformation des modèles d’organisation et de démocratie dans les partis. L’émergence du parti-cartel », in Aucante Y. et Dézé A. (dir.), op. cit., p. 63-64.

48 Par rapport aux changements politiques des dernières décennies nous pouvons citer, en particulier, ceux qui se concentrent sur le péronisme : Sidicaro R., Los tres peronismos, op. cit. ; Torre J., El gigante invertebrado, op. cit. ; Martuccelli D. et Svampa M., op. cit. ; Auyero J., La política de los pobres. Las prácticas clientelistas del peronismo, Buenos Aires, Manantial, 2001.

49 Levitsky S., op. cit., p. 53-55.

50 Ibid., p. 76.

51 Ibid., p. 75.

52 Ibid., p. 124.

53 Ibid., p. 148.

54 Ibid., p. 271.

55 Ibid., p. 281.

56 La question des religions séculaires est liée à une compréhension spécifique des relations entre religion et politique qui inclut diverses approches disciplinaires. Dans une optique sociologique, il y a la lecture wébérienne réalisée par : Séguy J., « L’approche wébérienne du phénomène religieux », in Séguy J., Conflit et utopie, op. cit. L’historien Emilio Gentile englobe dans l’idée de religions séculaires deux modalités différenciées : les religions politiques (comme le fascisme et le bolchévisme) et les religions civiles : Gentile E., Les religions de la politique. Entre démocraties et totalitarismes, Paris, Seuil, 2005 (2001). En rapport avec l’idée de religion civile on peut recommander le célèbre texte de Bellah R., « La Religion civile en Amérique », Archives des sciences sociales des religions, année 1973, vol. 35, n° 1. La relecture de la catégorie du « sacré » d’Émile Durkheim a également été mise en exergue dans l’étude de différentes expressions de la modernité. Voir également Prades J., Lo sagrado. Del mundo arcaico a la modernidad, Barcelone, Península, 1998 (1987) ; ainsi que Bellah R., « Morale, religion et société dans l’œuvre durkheimienne », Archives des sciences sociales des religions, année 1990, vol. 69, n° 1. D’un point de vue philosophique, le penseur autrichien Eric Voegelin posa le problème en termes de relations politiques, associant précocement deux phénomènes politiques comparés par la suite en lien avec le religieux : le fascisme et le bolchévisme, deux collectivismes politiques qui acquièrent une profonde dimension religieuse, Voegelin E., Les religions politiques, Paris, Cerf, 1994 (1938). Une lecture critique de la compréhension des religions séculaires comme mécanismes se substituant aux religions transcendantales apparaît dans Schnapper D., « Le sens de l’ethnico-religieux », Archives des sciences sociales des religions, année 1993, vol. 81, n° 1. Le thème de la religion séculaire est présent dans l’analyse de Marc Lazar sur « l’engagement » dans la parti communiste ; voir Lazar M., op. cit. Également du même auteur : « L’invention et la désagrégation de la culture communiste », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, année 1994, vol. 44, n° 1. La vision de Raymond Aron décrit dans le même sens le rôle de la tradition marxiste dans le parti communiste, Aron R., L’opium des intellectuels, Paris, Pluriel, 2002 (1955). Nous ne pouvons pas ne pas mentionner les travaux déjà cités de Carl Schmitt, d’un côté, et Mircea Eliade, de l’autre. Sur la question religions historiques, religions séculaires, nous pouvons citer l’étude suivante sur le cas français et le passage de membres de celles-ci vers celles-là : Berger S., « Declin religieux et recomposition politique : une interprétation de l’exemple français », Archives des sciences sociales des religions, année 1988, vol. 66, n° 1. Sur les récentes transformations du religieux nous avons l’ouvrage de José Casanova qui s’éloigne de l’idée du « retour des religions » pour parler d’une croissante « déprivatisation » du religieux : Casanova J., Public religions in the modern world, Chicago, The University of Chicago Press, 1994.

57 Aron R., op. cit., p. 274.

58 Voir Séguy J., « Religion, modernité, sécularisation », Archives des sciences sociales des religions, année 1986, vol. 61, n° 2.

59 Voir, par exemple, Colliot-Thélène C., « Rationalisation et désenchantement du monde : problèmes d’interprétation de la sociologie de la religion de Max Weber », Archives des sciences sociales des religions, année 1995, vol. 89, n° 1 ; Berger P., Para una teoría sociológica de la religión, Barcelone, Kairós, 1981 (1967). Nous pouvons également citer deux ouvrages français déjà mentionnés, quoique d’orientations différentes, celui de Jean-Pierre Grossein celui de Jean Séguy.

60 Gauchet M., Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard, 1985.

61 Ibid., p. 348.

62 Ibid., p. 359.

63 Voir en ce sens l’ouvrage de Kepel G., La revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Paris, Seuil, 1991.

64 Ibid., p. 197.

65 Gauchet M., Un monde désenchanté ?, Paris, Pocket, 2007 (2004).

66 Ibid., p. 251.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540