Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Chapitre VII. L’échec du péronisme (1983) et les reconversions militantes : catholicisation, professionnalisation politique et intégration institutionnelle

Texte intégral

1En octobre 1983 eut lieu quelque chose d’impensable dans l’histoire du péronisme. Lors d’une élection présidentielle, un candidat de cette tendance perdit la bataille. Le 10 décembre, le radical Raúl Alfonsín assuma donc la présidence de la nation. La crise au sein du Parti justicialiste provoqua une série de repositionnements : progressivement, les acteurs syndicaux allaient y perdre leur influence, et parallèlement, allait apparaître la Rénovation péroniste, courant partisan qui imposerait l’actualisation et la démocratisation du discours péroniste. En 1989, et après un processus inflationniste par moments incontrôlable, Carlos Ménem, justicialiste, gagna les élections et inaugura une gestion qui fut confirmée par sa réélection et qui dura dix ans.

2Si le gouvernement d’Alfonsín fut marqué par une forte menace militaire et l’opposition des syndicats, le gouvernement de Ménem parvint à désarticuler la menace militaire et à diviser au moins l’opposition du syndicalisme argentin, qui commençait lui aussi à subir les changements dans le monde du travail et un chômage toujours croissant. Le ménémisme réalisa de profondes réformes néolibérales dans le domaine économique. Cela se concrétisa par l’adoption d’un taux de change qui favorisa l’importation et accéléra la désindustrialisation du pays. Une restructuration drastique de l’État eut pour effet de privatiser de nombreuses entreprises et services publics.

3Au ménémisme succéda un gouvernement dont la formule partisane incluait des radicaux et une nouvelle formation politique composée de péronistes dissidents, d’acteurs venus de la gauche et des « déçus » de la politique pendant le gouvernement ménémiste. L’Alliance UCR-FREPASO, nom de cette formule, gagna les élections de 1999 et Fernando de la Rúa, fut élu président. Sa politique économique s’inscrivit clairement dans la continuité de celle qu’avait conduite Ménem, le gouvernement de l’Alliance se proposant d’approfondir les changements dans le droit du travail. La crise produite par l’endettement de l’État et la récession économique conduisirent aux mouvements de protestation de 2001. Une formidable crise institutionnelle se traduisit, dans un premier temps, par le départ anticipé de De la Rúa.

4Dans ce long contexte démocratique, les trajectoires qui étaient entrées en politique des décennies plus tôt (entre les années 1960 et 1970) allaient chercher à renouer, de façon individuelle ou collective, avec l’action politique, sous diverses formes.

5Si la projection de Massera dans l’arène politique, à partir de son intention d’attirer les suffrages de l’électorat péroniste, fut une réalité qui permit d’éveiller un certain espoir chez quelques militants, la réhabilitation de l’activité des partis en 1982-1983 permit à beaucoup d’entre eux de retrouver l’ambition d’accéder au pouvoir avec des candidats de leur propre parti. Le maintien de relations dans le spectre partisan et le fait de n’avoir pas subi la féroce répression infligée à d’autres organisations péronistes, permit à l’espace d’Alejandro Alvarez de jouer un rôle assez important dans la campagne de 1983.

6Ce nouveau chapitre raconte le chemin parcouru depuis l’expression d’un espoir jusqu’à une situation de mécontentement et de désenchantement. Les réseaux de l’ex-OUTG, désormais épars, firent de façon indépendante le pari d’un justicialisme triomphant aussi bien au niveau national qu’au niveau des différents districts provinciaux et municipaux. Dans de nombreux cas, il y eut une double défaite : défaite des candidats présidentiels et provinciaux, comme ce fut le cas, par exemple, des provinces de Buenos Aires et de Mendoza. Comme nous le verrons, cet événement fut le point de départ de nouvelles configurations dans les trajectoires issues du Transfert.

7Le défi initial de cet espace aurait consisté à promouvoir la candidature du dirigeant justicialiste Roberto Ares. Ares était un dirigeant justicialiste historique avec qui Alejandro Alvarez avait pris contact dans les années 1970. La défense du gouvernement d’Isabel Perón (1er juillet 1974 – 24 mars 1976) avait unifié leurs positions. De fait, Ares fut en charge du ministère de l’Intérieur pendant la dernière étape de la présidence d’Isabel. Dans le contexte du retour de la démocratie, Alvarez pensa à lui comme candidat péroniste. Néanmoins, cette possibilité fut écartée pour des raisons de santé :

  • 1 Italo Lúder : dirigeant justicialiste, candidat à la présidence en 1983, et qui allait être battu p (...)

« En 1982 et 1983, Ares était notre candidat à la présidence. J’avais raclé tous les fonds du péronisme, j’étais à la Commission nationale de gestion, on a recruté jusqu’aux bébés. Oui, oui, tout le monde. On a dû faire alliance avec l’armée. Je savais que la magouille était là, qu’ils étaient en train de magouiller avec les radicaux. Nous aussi nous nous sommes mis à magouiller. Mais on lui a détecté un cancer, et Lorenzo, bon, il est parti et on a soutenu Italo Lúder1. »

  • 2 L’un des axes de la campagne présidentielle du candidat radical consista à dénoncer la « complicité (...)

8L’entretien qui suit tourne autour du processus préalable au retour de la démocratie et à la réinsertion de ces réseaux verticalistes à la vie politique. L’acteur rejette la transition à la démocratie et propose différents protagonistes à la version publique, exploitée par le candidat radical Raúl Alfonsín, du pacte militaro-syndical2 :

  • 3 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

Question : Nous en étions restés à tout le processus de transition démocratique, disons, de 1982 et 1983, comment voyez-vous tout ce processus, comment y participez-vous, comment l’intégrez-vous, électoralement ou non ?
Alvarez : Nous étions contre… Nous, nous avons travaillé avec Herminio Iglesias, dans la province de Buenos Aires et dans la Capitale et dans tout le reste du pays… j’ai découvert pas mal de choses, les arrangements, la fraude, la fraude pré-électorale, électorale et post-électorale. Tout était frauduleux, tout, à cette époque-là, tu te rends compte qu’ils se sont servis des listes électorales de 1972, qui sont celles d’aujourd’hui. Une honte.
Q. : Vous n’avez donc pas participé à l’élection nationale…?
A : Si, nous y avons participé, mais contre ça, avec le Negro Iglesias, un point c’est tout. Alfonsín a gagné à l’intérieur et à l’extérieur. L’alliance s’est située entre le radicalisme et les militaires. L’alliance qui était en train de se constituer depuis l’époque du coup d’État. Balbín me l’a dit à moi, qu’Alfonsín était un putschiste, qu’il est allé chercher les militaires, parce qu’il était militaire. Tu vois, personne ne dit qu’il était militaire.
Q. : Vous étiez contre, vous étiez contre la multipartidaria* ?
A. : Je ne sais pas ce que c’est que ça.
Q. : Non, la multipartidaria qui se structure dans les années 1980, avec tous les partis…
A. : La multipartidaria a fait partie de l’arrangement, tous ces fils de putes ont tous dit que c’était très bien. A leur profit, bien entendu, c’étaient eux les bénéficiaires. C’est comme ça qu’ils sont devenus députés, sénateurs, etc., ils ne pouvaient rien faire, même pas voter. C’est pour ça que c’était toujours pareil. Nous, nous avons dénoncé cela. Mais, bon, on a fait cette expérience, je peux le dire maintenant, parce qu’on sait que c’est pour toujours, qu’on en a fait l’expérience directement. Après on a renvoyé Alfonsín dans l’opposition et tous les autres, tous, et il y a eu la querelle interne. Quelle querelle interne ? Il n’y avait plus de querelle interne non plus. Impossible. Ça a épuisé le processus3.

9Bien entendu, il faut parler d’un fait qui a traumatisé le péronisme, et qui a fortement heurté l’ex-OUTG. Celle-ci ne pouvait pas sortir indemne d’une défaite électorale qui la plaçait proche du centre de la scène pour son soutien fervent au candidat au poste de gouverneur de la province de Buenos Aires, Herminio Iglesias. L’incident connu au cours duquel Iglesias en personne brûla un cercueil avec le drapeau de l’Union civique radicale, lors d’une cérémonie de fermeture du FREJULI à Buenos Aires en octobre 1983, apparaît comme un fait incitant l’électorat à voter pour la formule conduite par Raúl Alfonsín.

10Si la conséquence de la guerre des Malouines a été d’aggraver la crise militaire, Alvarez et son groupe ont commencé à revendiquer cette action, ce qui s’est transformé en un événement mémoriel dans les lignes politiques et dans les organisations qui se sont construites par la suite. Au début des années 1980, l’Unité des Combattants pour la Patrie, document écrit par Alvarez, est devenu le projet idéologique tendant à construire de nouveaux réseaux surmontant les anciens antagonismes. Dès lors, d’anciens Montoneros et des forces de la répression de l’ESMA ont trouvé un lieu de rencontre :

  • 4 Rappelons que Galimberti provenait de l’organisation des Montoneros.
  • 5 Alejandro Álvarez, 2005.

« Nous avons fait une déclaration, signée par tous, des tas de gens l’ont signée, contre le Processus, mais la déclaration s’intitulait “L’Unité des Combattants pour la Patrie”. Rends-toi compte, la direction des militants, qui met en avant l’opération, surtout les soldats, les gars qui se battent, et qui montrent que le processus, le processus d’unité nationale ne peut pas nous trouver divisés, bon, tout ce truc. Mais ça a aussi d’une certaine façon jeté les bases d’une politique pour après, ça a permis de mettre à l’écart les fils de putes qui avaient participé au Processus. Il fallait récupérer les Forces armées, autant que possible. Une idée. Bon, c’est comme ça qu’on a embauché ce fou de Galimberti4. “L’Unité des Combattants”, c’était une tentative pour dépasser le conflit. Poser la question de l’unité nationale au-dessus du conflit, au-delà du conflit de la guerre sale. C’était une façon d’envisager l’avenir5. »

11Face au développement de la Multipartidaria, instance de dialogue politique envisageant la sortie de la dictature, le groupe en question, inscrit dans des secteurs verticalistes, c’est-à-dire soutenant encore la figure d’Isabel Perón, créa la Commission de gestion et de lien comme espace professionnel et politique de discussion des problèmes. En 1982, ils présentèrent le document intitulé À tous les Argentins de bonne volonté : proposition justicialiste pour contribuer à la solution de la crise qui nous afflige. Les signataires du document étaient Roberto Ares (ex-secrétaire du Parti Justicialiste), Benito Llambí (ex-ambassadeur, ministre de l’Intérieur de la dernière présidence de Perón), Miguel Unamuno (avocat de l’UOM), Manuel Anchorena (propriétaire, d’origine conservatrice et qui rejoignit le justicialisme dans les années 1970), Antonio Guerrero (ex-OUTG de Tucumán, arrêté pendant quelques années durant la dictature), Daniel Adrogué (issu de la Garde de Fer), Fabio Bellomo (chef d’État-major, OUTG), Carlos Ferré (ex-Garde, issu du catholicisme), Lorenzo Gatica (ex-OUTG, Córdoba, membre du bureau national de commandement), Mario Gurioli (du groupe fondateur de la Garde de Fer, d’origine communiste), Andrés Framini (dirigeant métallurgiste, candidat au poste de gouverneur de la province de Buenos Aires en 1962). Ce document revêt un intérêt particulier pour comprendre la combinaison entre l’identification politique et la corrélation de forces.

12On y voit se profiler une recomposition d’anciens réseaux et d’anciennes loyautés du militantisme : l’actualisation, en accord avec la nouvelle conjoncture, d’une rhétorique « orthodoxe », la critique de l’Alfonsinisme* comme expression éminente de la démocratie formelle, la disqualification du retour à la démocratie remis en cause sous l’appellation de « démocratie bancale », etc. L’idée initiale consistait à appuyer Iglesias et à rester dans le verticalisme. Ajoutons en outre l’intensification progressive du virage catholique. La défaite de 1983, dont la responsabilité retomba sur Herminio Iglesias, nous invite à penser que nous sommes au seuil d’une inassimilation politique. Sur cette base nous ne prétendons pas envisager l’exclusion du groupe par rapport au contexte politique ou qu’il ait développé des idées contraires à l’action politique. En effet, il fut et il n’a jamais cessé d’être un groupe politique, avec une vie politique et une présence dans des expériences partisanes. Mais le groupe en tant que tel, et ses défis internes, ne purent jouir du succès nécessaire pour s’insérer pleinement à la politique nationale. Et cela apparaît aussi bien dans les idées véhiculées que dans la composition des coalitions dominantes au cours de cette époque : idées et personnalités du noyau orthodoxe de l’OUTG ne font pas partie de la vie politique dominante depuis le retour de la démocratie.

13Nous analyserons ultérieurement cette hypothèse, mais il serait quelque peu inexact – sans qu’il y ait de notre part la moindre appréciation péjorative – de les réduire à cette pauvre fonction historique. Si une grande partie des calculs politiques organisationnels échouèrent ou n’eurent pas de poids central en tant qu’espace collectif – erreurs permanentes à cause de la malchance ou de l’évaluation fausse de l’analyse des rapports de force – de nombreux dirigeants qui s’y formèrent au cours de ces presque deux années d’existence organique dans les années 1970, se sont en revanche insérés de façon opportune dans des lieux stratégiques du pouvoir étatique et des partis politiques.

14Revenons à présent au problème organisationnel. Plusieurs acteurs qui restèrent dans les réseaux du verticalisme proposent une idée suggestive : avec la dissolution de l’OUTG aurait disparu le dernier espace ayant une ligne organiquement définie au sein du péronisme. Leurs témoignages veulent dissiper l’existence d’une recomposition organisationnelle du Transfert :

  • 6 Entretien avec Angela, 2005.

« Après, Alejandro m’a demandé de travailler dans un nouveau groupe avec des gens jeunes. Ce n’était plus la Garde, même s’ils se reconnaissaient en tant que Gardes. J’ai alors commencé à aider ces nouveaux groupes de jeunes qui travaillaient avec nous. Mais surtout avec des jeunes femmes qui nous avaient rejoints. […] À cette époque (en lien avec les années 1980), nous ne voulions pas nous appeler de quelque façon que ce soit, nous ne voulions même pas utiliser le mot “organisation” parce que nous savions bien comment tout cela s’était terminé. Nous étions très attentifs y compris aux mots. […] Il y avait toujours une sorte de direction, même si on ne voulait pas constituer une organisation en soi, mais Alejandro se demandait comme contenir cette chose qui ne cessait de se développer à travers le pays. La dernière grande organisation a été l’Organisation du Transfert, tout le reste n’était pas grand-chose6. »

15Dans le récit suivant on retrouve le même argument, la description des trajectoires suivies qui, malgré des points communs, ne peuvent être définies comme un renouveau organisationnel :

  • 7 Entretien avec Adrián, 2005.

« Bon, mais après la mort de Perón, il n’y avait plus d’orga. Plus du tout. Il y avait des camarades plus disciplinés que d’autres par rapport à l’opinion du Gallego mais aucun ne se sentait obligé comme c’était le cas jusqu’en 1974. […] Je dis toujours que la Garde de Fer et l’Organisation Unique du Transfert Générationnel a existé jusqu’au 13 juillet 1974. Le reste, c’est l’histoire du Gallego Alvarez, mon histoire, mais il n’y a pas eu d’autre Orga7. »

16Comment peut-on nommer et caractériser cet ensemble de trajectoires qui, ayant fait partie de l’OUTG, sont revenues au justicialisme à travers la référence catholique ? Il est certain, si l’on s’en tient aux témoignages cités précédemment, qu’ils ne se sont pas institutionnalisés en tant que ligne interne, faction ou école. Il faudra même attendre jusqu’aux années 1990 pour voir la formation d’un « parti ». Ce qui ne peut être écarté c’est que cette intention ait existé et que, malgré l’intention infructueuse de devenir un centre moral et politique du justicialisme, les temps de la vie politique nationale aient mis des limites à de telles intentions.

17Un document avec une photo en couverture de Perón et Eva en plein discours prononcé devant une foule, a pour titre La Garde de Fer revient. Selon les indications fournies par la personne qui nous l’a transmise, cette publication a circulé au cours des années 1980, après le retour de la démocratie. Il s’agit de nouvelles adhésions, de jeunes d’une nouvelle génération qui à Buenos Aires ont commencé à faire de la politique avec ce qui était encore organiquement lié à Alejandro Alvarez. Bien que certains de ses fondateurs parlent aujourd’hui de la disparition de la Garde de Fer en 1972 avec l’apparition du Transfert, ces jeunes reconnaissent actuellement et en privé leur passé militant dans cette organisation rajeunie. Ils furent les nouveaux gardes. En général, ils ne font pas état en public de ce passé, raison pour laquelle leurs témoignages sont recueillis avec des demandes réitérées de réserve et de silence.

18Voyons ce qui est dit dans La Garde de Fer revient :

  • 8 Rappelons que c’est à cette date qu’eut lieu le retour de Perón au pays, après un exil commencé en (...)
  • 9 Vuelve Guardia de Hierro, 1987.

« Et la nation argentine naquit, avec le retour miraculeux de Perón, le 17 novembre 19728. Un peu plus d’un an et demi plus tard, l’Aigle prit son envol. Perón partit à la rencontre de Dieu, là où les hommes ne subissent pas les petitesses des hommes9. »

19Avec la mort de Perón débute, de ce point de vue, la décadence nationale :

  • 10 Ibid.

« Depuis lors, la Nation subit un processus de décadence et de décomposition ininterrompu jusqu’à faire de la patrie un simple vocable qui cache un réseau d’intérêts et de privilèges injustes. A disparu de la politique son objectif premier : l’Homme Argentin. La politique est devenue un discours vide : personne ne dit rien, personne ne fait rien. Les vieilles formes vénérables de l’État sont en ruine. Elles ont été soustraites par cette informe “démocratie politique de représentants”, tas de décombres de ce qui fut l’autorité, art de gouverner et sagesse étatique, sur lequel les partis, les hordes de marchands de la politique se disputent le butin et profitent de la liberté pour tuer la liberté10. »

20Le chemin suivi par le péronisme est en phase avec la décadence généralisée :

  • 11 Ibid.

« Et le péronisme ? Dans le péronisme, comme dans un bateau qui sombre, tous semblent avoir entendu le sauve-qui-peut, alors que ce qu’il faut sauver c’est le bateau. L’histoire d’un Mouvement n’a pas d’époques bonnes ou mauvaises. Elle connaît des époques où l’on aspire à ceci et d’autres époques où l’on aspire à cela. En fait, aujourd’hui, le péronisme semble dépourvu d’aspirations11. »

  • 12 Ibid.

21La phrase suivante laisse transparaître une veine religieuse de plus en plus développée lorsqu’elle indique qu’« aujourd’hui, comme hier et comme toujours, en ces heures d’épreuves auxquelles Dieu nous soumet, n’émergeront que ceux qui auront fortifié leur âme dans la foi12. » Mais elle ne parvient pas à déboucher sur une revendication explicite du catholicisme sauf dans une lecture où le péronisme se révèle être une formidable métaphore du religieux :

  • 13 Ibid.

« En fait, il s’agit de se retrouver avec la foi en une mission, presque plus religieuse que politique, qui consiste à “re-lier” l’homme argentin à son Destin. Et qu’est-ce que la révolution péroniste sinon une cosmogonie, une religion ? Aussi bien dans l’intention de son Fondateur que dans ce qu’en ont fait ses partisans révolutionnaires. Il a ses saints, ses martyres, ses apôtres, ses pères de l’Église, sa Bible et sa mission ; il a sa doctrine, son dogme, son inquisition, une orthodoxie et une scolastique et, surtout, une morale particulière, ou plutôt deux – une pour les fidèles et une autre pour les infidèles – comme n’importe quelle Église. Et notre bataille rejoint la Bataille Céleste. Mais il n’y a pas de religion qui ne soit une milice, pas plus qu’il n’y a de milice qui ne soit animée par un sentiment religieux13. »

22Le travail politique se conçoit à l’intérieur d’une disposition militante, d’une subjectivité traversée par le renoncement et l’éthique du sacrifice. L’individu est le dépositaire de la confiance absolue qui rend possible la construction du collectif, protégé par toute une signification de la morale déjà anticipée par Perón :

  • 14 Ibid.

« Ce qui signifie qu’assumer notre mission c’est assumer la magnifique, la totale, l’humaine et profonde manière de vivre qu’est la milice : discipline et combat, abnégation et travail. Et renoncement, c’est-à-dire, se passer des privilèges, des commodités et des plaisirs en vertu d’une haute idée du service. Celui qui n’a pas un moi à sacrifier ne devrait pas parler de fidélité à un chef. Il ne fait que courir derrière quelqu’un à qui il a transmis la responsabilité. Notre style doit être un renoncement par libre décision : renoncer à notre moi vigoureux au profit d’un grand devoir et d’une grande mission, d’un acte de domination de soi, et dans ce sens, d’un don maximal dont on soit capable. La conscience d’une volonté inflexible, et l’amour du destin. Car nous savons que la construction de la foi individuelle est à l’origine de la construction de la foi collective. Perón disait que les chemins qui conduisent au bonheur des peuples ne sont tapissés ni de fleurs ni de plaisirs mais de sacrifices et d’abnégation14. »

23L’objectif de cette Garde qui revient implique un imaginaire anti-domination à partir duquel sera pensée la projection politique :

  • 15 Ibid.

« Or, la patrie ne recouvrera son grand destin et les argentins ne retrouveront leur vie digne ni par le chemin de la sagesse ni par celui de la vision religieuse, ni par celui de la préparation professionnelle, ni par le fait que nous sommes tous de bons sportifs. Tout cela, même si nous l’atteignons, pourrait aller de pair avec le malheur historique de l’Argentine, avec ses servitudes, avec sa désagrégation et son esclavage international. Notre objectif consiste à désarticuler et à vaincre le pouvoir politique dominant, à le remplacer, et à entreprendre avec le peuple argentin l’édification et la reconquête historique de la Nation. […] Et cela suppose que nous allions vers l’action politique15. »

24Cette revendication de la politique prolonge une vieille tradition qui remonte aux origines de la Garde et qui prolonge à son tour d’autres traditions culturelles argentines : une politique qui méprise les partis :

  • 16 Ibid.

« Dans l’intention – évidente – de réduire en cendres la politique partisane, insolente et pourvoyeuse de désastres, et qui n’est capable que de prolonger la politique coloniale. Nous concevons la politique comme un moyen de conduire tous les argentins vers un destin commun de bonheur, et la patrie vers sa grandeur. Nous n’avons pas notre place dans l’atmosphère trouble et fastidieuse de la politique partisane16. »

25Après le diagnostic, apparaît le manifeste qui exalte la convocation de la Garde, et la place que celle-ci occupera dans la reconstruction nationale. Son retour, tel que l’énonce le pamphlet, est imminent, nécessaire, combatif, représentatif de l’être national, dans un objectif de réhabilitation et de sauvetage de la communauté :

  • 17 Ibid.

« En ces temps d’abattement collectif, pour réhabiliter, avec son cœur de combattant, le lustre national des Argentins, la Garde de Fer revient. Pour tout argentin bien né, prêt à combattre pour la renaissance de l’âme nationale. Pour ceux qui sont prêts à offrir leur esprit pour le service. Pour les militants et ceux qui ont l’âme prête pour le devenir. Pour ceux qui sont décidés à défendre et à se défendre, à attaquer et à être attaqués, à organiser et à s’organiser pour reprendre les leviers de l’histoire. Pour ceux qui pensent que la veillée d’armes est terminée. Pour ceux qui croient que la patrie et le peuple sont les catégories les plus solides. Et le culte de la patrie et du peuple, l’élan créatif le plus vigoureux. Pour ceux qui considèrent que l’âme des hommes est plus importante que leur vote. […] Pour ceux qui croient, avec Perón, que quand on dirige les organisations avec abnégation et honneur le chemin est long, mais glorieux ; et que toute organisation est possible quand elle est inspirée par un sentiment fanatique de la vie, et qu’il n’y a de pays qui puisse être grand si ne sont pas grands ceux qui forgent et purifient le tempérament et l’âme de ses fils. Pour ceux qui sont prêts à construire une fraternité aimante, capable d’être modelée dans son propre matériau : une communauté spirituelle. Pour ceux qui croient au droit sacré d’avoir des devoirs, à l’abnégation au service d’une mission ou d’une conviction, à la grandeur de l’acceptation d’un destin, au bonheur, à l’honneur, à la responsabilité et au rendement. À la discipline et à un style de vie authentique. Aux tâches d’un avenir difficile. À l’engagement, au militantisme, à l’humilité, à la solidarité, au don de soi, à la contraction du travail et de la loyauté. La vie en harmonie avec la mission. Pour ceux qui, loin des germes méprisables des bas-fonds de la politique, oseront construire dans un autre espace et d’une autre façon, l’unité, la solidarité et l’organisation de notre peuple. […] Enfin, pour les hommes et les femmes argentins qui n’ont ni le cerveau fané ni le cœur intimidé, la Garde de Fer revient. […] Ils voudront nous faire croire que la Garde de Fer est un bataillon infantile qui prône la violence… Peu importe ! […] Un jour viendra, pas très lointain désormais, où la Garde de Fer deviendra fierté et stimulant pour ceux qui la rejoindront et rendront possible notre lumineuse ascension… en exhortation et contrainte morale pour ceux qui tenteront de s’opposer à notre marche triomphale17. »

26Le manifeste va plus loin que le désir de faire de l’effet. Il s’érige sur un discours qui revendique une appartenance politique « éclairée » et « porteuse » des valeurs culturelles de l’être national. La « marche triomphale » est incarnée par la Garde de Fer. L’organisation politique, inspirée par l’« héritage » de Perón, appelle au combat pour le renouveau de l’« âme nationale ». On y dénonce, une fois de plus, la politique des partis au profit du « groupe politique organisé et idéal pour atteindre ses objectifs ». Au plan individuel, le militantisme est associé aux idées d’« abnégation » et de « sacrifice » : la cause, la « lumineuse ascension », exige renoncement et responsabilité.

27Une modalité intégraliste du politique avec une forte affinité avec le militantisme – passion des décennies antérieures. Le modèle, c’est l’« orga », la participation politique dans des espaces disciplinés et dans laquelle le modèle du parti est valorisé en accord avec son utilité : lorsqu’il ne remplit pas sa mission il est vilipendé. Dans une large mesure, il existe une continuité non seulement dans le contenu de la culture énoncée (mépris des institutions électorales de la « démocratie bancale », intronisation de Perón, revalorisation des notions de peuple et de patrie) mais aussi dans l’expression – forme politique (organisation militante) – et dans les principes éthiques de l’action (figure du militant, engagement personnel).

  • 18 Anniversaire de la guerre des Malouines.

28Cette annonce bruyante supposait la nécessité de re-construire l’organisation de cadres et de recruter de nouvelles générations. À partir de la restauration de la démocratie, nos acteurs allèrent recruter des jeunes en âge de s’initier à la vie politique. Ces jeunes, il fallait les former en les instruisant dans l’esprit militant. Par exemple, dans des marches au stade Luna Park pour commémorer le 2 avril18. D’après un acteur, la manifestation en ordre montrait comment s’engager dans une cause. En d’autres termes, elle représente l’aspect formateur et disciplinaire des rites politiques : marcher, être discipliné, imposer l’ordre à l’intérieur, parcourir un chemin.

  • 19 Voir Levitsky S., op. cit.

29D’un autre côté, si le retour tant désiré de la Garde de Fer représentait l’élaboration du nous comme organisation de cadres, les représentations négatives visaient à critiquer la conjoncture politique du pays. Le verticalisme, qui à cette époque espérait encore l’éventuel leadership d’Isabel Perón19, aura deux ennemis, l’un au sein même du justicialisme, l’autre à l’extérieur.

30Après la défaite électorale de 1983, s’imposa progressivement au sein du péronisme une ligne partisane connue sous le nom de Rénovation péroniste*. Celle-ci regroupait en particulier les dirigeants des partis qui prétendaient élaborer une stratégie politique moderne s’éloignant autant des relents setentistas* du péronisme que de l’influence des acteurs syndicaux. Nous y trouverons d’anciens OUTG des deux côtés de la barricade. Si un militant formé dans l’Organisation unique du Transfert générationnel comme José Luis Manzano est devenu l’un des principaux artisans de la Rénovation péroniste, le noyau lié à Alvarez fut massivement anti-rénovateur. Derrière les raisons idéologiques il y a une raison politique non négligeable : ce dernier noyau resta associé à l’échec du péronisme à la suite de la défaite électorale de 1983 et de la nouvelle défaite aux élections législatives de 1985. Des seconds couteaux du péronisme, parmi lesquels José Bordón, ou José Manuel de la Sota, ex-militant du FNE, ajoutés à des personnalités ayant une longue expérience dans le justicialisme et qui ne subirent pas les effets secondaires de la défaite, comme Antonio Cafiero, ancien dirigeant historique, ont capitalisé l’espace disponible dans le justicialisme : celui de reconstruire une proposition éloignée de l’empreinte autoritaire du péronisme, en phase avec les progrès possibles d’une culture démocratique dans la sphère partisane. Ainsi, la Rénovation devint-elle la cible des attaques du groupe, outre le rejet viscéral de tout ce qui pouvait venir du gouvernement radical.

  • 20 Pendant la présidence d’Alfonsín et la gestion du ministre de l’Économie Juan Sourrouille, le Plan (...)

31Par rapport à l’officialisme, c’est-à-dire, au gouvernement d’Alfonsín, se construisit un imaginaire politique qui établissait un lien sans ambages entre la tradition libérale et le gouvernement de l’époque. Dans un texte publié dans Tercera posición, publication de la « nouvelle » Garde de Fer, intitulé « Critique fondée du démo-libéralisme », il est fait allusion en ces termes au gouvernement et à son Plan Austral20 appliqué par le ministre Juan Sourruille en 1985 :

  • 21 Tercera Posición, Quincenario del Movimiento Peronista, Buenos Aires, octobre 1986.

« Après la rhétorique anti-FMI pour la consommation interne lors de la campagne de 1983 ; et après une année d’ambiguïtés, il y eut des négociations rapides et humiliantes qui débouchèrent sur le “Plan Austral”. Ce plan qui ajoute de la pénurie à la traditionnelle recette du Fonds, compte sur le soutien manifeste de la Trésorerie nord-américaine, en échange de l’engagement d’“approfondir” l’orientation économique actuelle, pour qu’elle soit le modèle de la reconversion pensée pour toute l’Amérique latine. […] Le démo-libéralisme a accompli le “miracle à l’envers” qui consiste à nous maintenir dans la continuité de la dictature, mais au nom de la “liberté” ; et maintenant, au nom de la “modernisation” et de l’“intégration internationale”, il veut négocier le changement de catégorie de notre condition nationale. Cette rhétorique, néanmoins, ne peut dissimuler qu’en termes de salaire réel et d’utilisation de la capacité industrielle installée, nous descendons à la moitié de ce qui existait en 1975 ; et que, aujourd’hui, en quantité de biens industriels produits par habitant, nous soyons revenus aux chiffres de l’année 1960, et ayons reculé d’une génération21. »

32Alfonsín représentait l’ensemble des maux vilipendés par l’espace justicialiste dirigé par Alvarez : il était l’incarnation du « pacte » tendant à assurer une démocratie bancale, la continuité d’un démo-libéralisme anti-populaire et la « démalouinisation ». On affirmait que :

  • 22 Ibid.

« Ce processus involutif est accompagné, au plan politique interne, d’une tergiversation de la démocratie. Le Plan Austral comporte, de plus, d’autres aspects trompeurs qui signifient le déclin de l’Argentine dans des domaines stratégiques auxquels on ne peut renoncer, comme la “démalouinisation” de la politique extérieure et l’arrêt du développement nucléaire, pour ne citer que les plus marquants22. »

33Les Malouines n’étaient pas une question mineure. Après la défaite militaire argentine en 1982, Alejandro Alvarez insista sur la nécessité de ne pas céder un pouce de terrain face à la revendication de souveraineté et à l’action militaire entreprise. Le radicalisme d’Alfonsín avait abandonné la cause de la souveraineté, toujours selon les acteurs. Mais la position des Radicaux en matière de politique intérieure était également remise en cause. Le gouvernement d’Alfonsín était la continuité la plus achevée d’une « sociale-démocratie » totalement rejetée. Mais la version péroniste de cette social-démocratie, c’étaient les rénovateurs*. Dans le même numéro Tercera posición avait explicité la querelle interne. Elle prophétise ironiquement une « brève existence » de la Rénovation que les événements politiques n’allaient pas tarder à réfuter :

  • 23 Ibid.

« Le phénomène publicitaire qui en son temps s’est fait appeler “rénovation” du péronisme, comme tant d’autres phénomènes de même nature qui se multiplient de nos jours (et comme tout phénomène publicitaire) a eu une courte vie. En effet, au-delà des apparitions quotidiennes des “référents” sur les écrans, chantant les louanges de la moindre stupidité officielle, la rénovation se désintègre de façon progressive et accélérée. Non seulement à cause des florilèges journalistiques dont nous abreuvent quotidiennement les référents en question, mais aussi parce que nombre de ceux qui ont cru que la “rénovation” était “l’affaire” signalée par la “bicyclette politique” du moment, commencent à revenir au raisonnement juste que la réalité impose lorsqu’elle se fâche. Les choses étant ce qu’elles sont, dans le groupe des rénovateurs du Congrès des députés, José Luis Manzano, autrefois imberbe et aujourd’hui barbu et rubicond, qui par un triste retournement du destin – ou mieux encore du hasard – ne parviendra pas à être “référent” malgré ses efforts désespérés pour le devenir, commence à connaître le drame de la solitude23. »

34Dans ce texte apparaît le traitement péjoratif envers la nouvelle tendance péroniste. Si la nouvelle attitude rénovatrice eut du succès, c’est relativement difficile à établir. En tout cas, ce succès est clairement dû à la réduction de la marge de manœuvre des secteurs péronistes qui mettaient entre parenthèses la forme démocratico-libérale dans le cadre d’une action politique revendiquée comme populaire. En effet, il y eut un modus vivendi entre le parti et la représentation démocratique. Mais s’agissant du traitement péjoratif, qui insiste sur la convivialité entre rénovateurs et radicaux, coller à la Rénovation l’étiquette de “phénomène publicitaire” la fait apparaître comme une mode politique. Cela ne fut pas confirmé : la Rénovation, que le ménémisme* ait signifié ou non sa continuité, eut une portée qui limita plus encore l’impact public des positions orthodoxes.

  • 24 Pour analyser la professionnalisation partisane des dirigeants syndicaux depuis le retour de la dém (...)
  • 25 À ce sujet on peut lire Gutiérrez R., « De sindicalización y cambio organizativo del peronismo arge (...)

35Les transformations péronistes ne supposèrent pas seulement le progrès du secteur politique au détriment du pouvoir syndical incarné dans ces années-là par le dirigeant métallurgiste Lorenzo Miguel24. Cette thèse25, plausible en termes empiriques, écarte un plan également fort dans les recompositions politiques. C’est le plan des représentations politiques. La Rénovation fut un obstacle à la continuité de la culture politique des années 1970 où les objectifs révolutionnaires impliquaient que l’on relativise les formes démocratiques. Que ce soit depuis un verticalisme à outrance ou depuis la violence politique, la défense de la démocratie était, de ce point de vue, une « illusion bourgeoise » qui déplaçait l’axe contradictoire « libération/dépendance ». Et ce n’était pas une question purement idéologique, mais un axe justicialiste qui pouvait réunir aussi bien Alejandro Alvarez qu’Abelardo Ramos et son Front de la Gauche populaire. Selon l’agenda politique socialement accepté à partir de la victoire des Radicaux en 1983, la mentalité rénovatrice introduisait dans le péronisme la dichotomie « démocratie/dictature ».

36En ce sens, comme on peut le voir dans les propos d’Alvarez, qui coïncident avec la connotation de l’époque, une partie de ce qu’avait été la Garde de Fer et l’OUTG revendiquait une lecture « authentique », « non rénovatrice » du péronisme.

37L’Alfonsinisme constituait l’axe de la critique que les Gardes adressaient à l’extérieur du péronisme. Si la Rénovation tentait de proposer un justicialisme adapté aux conditions de la démocratie, ce qui exigeait une certaine modération dans le fait d’assumer le rôle de parti de l’opposition, et en intégrant l’idée de modernisation et de rationalité dans le péronisme, le verticalisme, orienté vers la rhétorique justicialiste traditionnelle, et où participait activement un important bastion de l’OUTG, rejetait totalement le gouvernement radical. Ainsi, les orthodoxes

  • 26 Siège de la Présidence de la Nation à Buenos Aires.
  • 27 Tercera Posición, Quincenario del Movimiento Peronista, Buenos Aires, octobre 1986.

« qui n’entrent pas dans le jeu des promesses chimériques qu’on vient de mettre en vente à la Rosada26, sont mauvais, laids, rustres, totalitaires et fascistes, c’est la “bête péroniste” intacte, sans manières ni “lumière”… qui demeure le « fait maudit de la politique argentine27 ».

38La lutte contre les consignes « rénovatrices », contre Alfonsín, s’accompagnait de la construction d’un imaginaire de revendication nationale et populaire : la geste des Malouines était un fait valorisé dans la mémoire. Le groupe d’Alvarez, qui conservait une partie des réseaux constitués dans les années 1970 avec des gens issus de la Garde de Fer et du FNE, et qui commençait à recruter dans la nouvelle génération, combinait ce nationalisme et une affirmation catholique centrée sur l’adoration de la Vierge du Rosaire de Saint-Nicolas.

39À cette époque de retour de la démocratie, le virage catholique prit une tournure publique ; il attire à lui ces trajectoires péronistes, leurs vies privées et leur manifestation politique. Il inclut des phénomènes de conversion – et de reconversion – au catholicisme. Il est évident que sa gestation était antérieure et aura besoin d’hypothèses interprétatives. D’emblée nous écartons l’existence d’un moment chronologique à partir duquel on pourrait dater la « catholicisation ». Ici, il s’agit d’un processus de référentialisation religieuse à partir de laquelle une identité militante (péroniste), avec de forts relents mystiques et d’adhésion à une religiosité civile et politique, est renforcée – mais aussi transformée – par l’appartenance à une identité religieuse existante.

40Il n’est pas possible de préciser à quel moment ce processus commence, non pas parce qu’on l’ignore mais parce qu’il constitue un axe problématique formulé de façon incorrecte. S’explique-t-il par l’existence d’une culture plébéienne crypto-mystique en relation avec Perón ? Provient-il de l’irruption catholique dans les années 1960 et qui conduisit le premier groupe de la Garde de Fer à intégrer des membres du mouvement catholique ? Des catholiques qui y adhéraient via le FNE ? De la participation de prêtres à l’OUTG ? De l’absence de sens provoqué par la mort de Perón ? Des liens supposés avec d’autres mouvements religieux et politiques, comme la Solidarité polonaise et la Communion et Libération italienne ? Des contacts pris avec les Forces armées et de la place de l’université (catholique) del Salvador comme noyaux de ce contact ? Ou des influences d’un militarisme populaire incarné dans la guerre des Malouines ?

41Les moments et les signes du religieux sont si évidents et en même temps si possibles qu’il ne faudrait pas généraliser le parcours suivi par les acteurs. Si on la compare à d’autres organisations politiques du péronisme des années 1970, il n’y a pas nécessairement plus d’éléments dans l’OUTG qu’il pouvait y en avoir chez les Montoneros. Même, il serait simple de voir dans les Montoneros et l’OUTG deux logiques diachroniquement opposées dans leur évolution : la première, du religieux au politique, la seconde du politique au religieux. Néanmoins, pour arriver à cette conclusion il faudrait partir d’une théorisation qui perdrait beaucoup de ses nuances empiriques présentes dans la formation et la transformation de trajectoires.

  • 28 En avril 1987 eut lieu un soulèvement militaire connu sous le nom de « Soulèvement des carabinades* (...)

42Pour le moment nous nous bornons à détecter la conversion catholique qui commence à se produire, dont nous avons quelques éléments dans les rares publications réalisées durant la dernière dictature et que nous avons réussi à trouver, et qui devenait plus explicite dans les années 1980. Jean-Paul II était constamment sacralisé et ses discours devenaient des références. La visite de ce pape en Argentine en 1987, semble avoir renforcé l’identité catholique du groupe. Au même moment, la religiosité croissante autour de la Vierge de Saint-Nicolas fut intégrée par ces mêmes acteurs : tous les 25 septembre, commémoration de l’apparition de la vierge, les acteurs se rassemblaient (et se rassemblent toujours) au Campito de Saint-Nicolas. Un autre événement allait mettre à la première place la présence d’une mémoire politico-militaire et critique envers la démocratie. Le soulèvement militaire de la Semaine sainte et la figure d’Aldo Rico pouvaient aussi représenter l’appréciation positive d’une « patrie profonde », « naturellement catholique », et être l’espoir possible face à la crise dont souffrait le pays, par la faute, d’après les acteurs, du libéralisme28.

43Néanmoins, et comme nous l’avons dit de façon anticipée dans notre hypothèse sur la partidarisation paradoxale, les contacts entre les partis, noués au cours des années 1970, se démultiplièrent avec le retour de la démocratie. L’OUTG avait facilité, en réprouvant la lutte armée, un passage précoce vers les organismes politico-institutionnels. De la même façon, elle avait agi comme espace de formation de cadres, d’individus qui au fil du temps développèrent une certaine habileté dans le maniement d’instances partisanes. En définitive, l’OUTG avait été partiellement à l’origine d’une volonté politique durable sous les devises d’un militantisme intransigeant qui exigeait de l’individu un engagement radical.

44Tel est le cas de Julio Bárbero, qui se sépara très tôt de ces réseaux organisationnels, qui s’exila en Espagne et revint au pays en pleine dictature :

  • 29 Entretien avec Julio Barbaro, 2005.

« J’ai pu rentrer en 1979. J’ai ouvert une boucherie et une épicerie. En 1980 je me suis remis à faire de la politique et en 1981 ils m’ont arrêté. En 1980 j’avais commencé à militer avec les anciens amis, plutôt de gauche, et là j’ai passé un mauvais quart d’heure. […] En 1983, j’ai été élu député du groupe de Lúder, de son équipe à lui. Je fais partie du ludérisme, on a réussi à devenir députés29. »

45Sa trajectoire témoigne d’un passage intermittent dans des réseaux péronistes. Des partisans de gauche, il est passé à la Rénovation péroniste, qu’il critique sévèrement, et après dans les premières années du gouvernement de Carlos Ménem. Il remet en cause le « formalisme démocratique du FREPASO », raison pour laquelle tout au long de ces années il reste à l’écart de la politique avant de revenir grâce à un groupe de députés liés très tôt à Néstor Kirchner :

  • 30 Amérique Ghioldi avait été un dirigeant socialiste historique, fortement anti-péroniste. C’est pour (...)
  • 31 Ibid.

« J’ai fait partie de la Rénovation. À présent, cette Rénovation grandit dans le contexte du péronisme et nous allons tous finir, à nouveau, par donner une mauvaise image. Complexe, au sens où Saadi et Herminio sont obscurs, mais Grosso, qui vient après, lui aussi est obscur. Ce qui vient est également obscur. Et Franco Macri ; bon. Mais sous le pouvoir de Macri sur Grosso, ont grandi Bordón, De la Sota. Là, je suis à nouveau retourné chez moi. Je suis resté un temps avec Grosso et j’ai eu l’impression qu’il ne se passait rien. Avec le Ménémisme ils sont à nouveau venus me chercher. En 1988. […] Et à nouveau je suis retourné à la maison. À cette époque-là, j’ai gagné ma vie en faisant des émissions de télévision et de radio. Tu prends ce qui te donne à manger. J’ai été l’un des premiers hommes politiques à avoir une émission de télévision. Je me suis éloigné parce que pour moi le Ménémisme n’avait pas de sens et que le FREPASO me faisait honte. Cet espace du progressisme, qui a à mon goût un grand pourcentage d’inutiles et un grand pourcentage de paresseux, ce mélange de paresse, d’inutilité et de progressisme, tout ça ensemble, pour moi, ça donne le “socialisme démocratique”. “Norteamérico Ghioldi30”. “Chacho” [Carlos Alvarez] était mon ami pendant toutes ces années, mais dire la politique et faire de la politique ça me fait honte. Ça, je ne le supporte pas. […] Et ils te disent, “ce qui se passe c’est que la soupape des institutions est foutue”. Et après, il y a la Carrió qui vient et qui te dit “il y a l’éthique”. Alors si on m’a pris pour un idiot, demain je repars. Personne ne se bat avec le pouvoir. Moi je me suis battu avec le pouvoir. […] Après j’ai travaillé pour le Groupe Calafate, qui travaillait pour Duhalde. Et après Kirchner. Nous pensions qu’il allait être candidat en 2007 mais tout s’est accéléré31. »

46Le récit de Bárbaro tente de relier son propre parcours biographique aux caractéristiques de la vie politique argentine. Très tôt, il a tenté de s’éloigner des réseaux qui pouvaient témoigner d’un péronisme lié aux vieux programmes nationalistes et à une forte tendance autoritaire : Herminio Iglesias, ex-candidat au poste de gouverneur de la province de Buenos Aires, et Vicente Saadi, dirigeant justicialiste historique. Mais l’acteur critique aussi la direction rénovatrice : les principaux dirigeants rénovateurs, Carlos Grosso (intendant de la Capitale fédérale entre 1989 et 1992), José Borbón (gouverneur de Mendoza entre 1987 et 1991), De la Sota lui-même, aurait été promu par l’entrepreneur Franco Macri, important chef d’entreprise argentin ayant des liens avec la direction du péronisme. Ainsi, sa carrière politique fut intermittente, intercalant des moments d’action partisane avec d’autres où il s’éloignait de fonctions publiques. Il n’est pas d’accord non plus avec les positions d’un dirigeant comme Carlos « Chacho » Alvarez, qui rompit avec le péronisme au début du gouvernement de Ménem pour fonder d’abord le Grand Front puis le FREPASO (Front Pays Solidaire, 1994), justement avec José Bordón, comme alternative progressiste au gouvernement de Ménem. Ni avec celle d’Elisa Carrió, issue au début des années 2000 de l’Union civique radicale ; l’un et l’autre représentant le regard « institutionnaliste-moraliste » de la politique.

47Antonio, pour sa part, a commencé à travailler à Mendoza avec des réseaux politiques justicialistes pour la candidature au poste de gouverneur de Carlos Motta en 1983. La défaite de cette année fut très dure pour lui, qui s’était directement impliqué dans la campagne. À partir de ce moment, il commença à re-travailler ses liens politiques :

  • 32 Entretien avec Albert Flamarique, 2005.

« Nous avons été les artisans de la défaite. Au même moment Manzano est entré au parlement comme député national et nous, nous lui avons construit un appareil. Pour compenser le pouvoir syndical ils avaient besoin de mettre quelqu’un de l’intérieur à la vice-présidence [du bloc de députés péronistes]. Ils lui ont offert la place parce qu’ils voulaient quelqu’un de faible et de lâche. Manzano ne voulait pas accepter, il était beaucoup trop jeune. Une autorité du parti l’a quasiment contraint à accepter. Et nous, nous lui avons construit une structure faite de toute l’énergie et de toute la connaissance que nous avions développées. Tout notre apprentissage nous l’avons mis à son service comme député. […] C’est à ce moment-là qu’ont commencé à émerger mes divergences avec d’autres camarades du Transfert. Bordón est apparu et a joué à la Rénovation. On est allé à l’élection interne en 1984. Nous avons essayé de dessiner un schéma pour renouveler la relation entre le mouvement et le parti. Nous avons gagné cette élection interne contre Bordón, pour une question d’inertie des appareils politiques, mais de très peu. C’était une décision que, du point de vue de la politique, nous avions perdue. Et moi j’ai mis en avant la nécessité de repenser la politique. Dans ce contexte, Bordón a pris beaucoup d’importance. Je me suis séparé encore plus de beaucoup de camarades qui étaient liés au PJ et je suis resté un moment seul32. »

  • 33 Œuvre sociale des retraités en Argentine.
  • 34 Organisme d’État chargé des questions liées à la radiodiffusion et aux contenus transmis par les mo (...)

48Dans ce cas, l’acteur est revenu à la politique grâce à Bordón et a rompu avec le justicialisme pour former PAIS (Política Abierta para la Integridad Social). Après, il a participé activement à la formation du FREPASO et, quand Bordón s’est retiré de ce front, il est resté lié à « Chacho » Alvarez, en faisant ultérieurement la promotion de l’Alliance UCR-FREPASO. Ainsi, si la création d’un courant de catholicisation décrit le parcours d’une partie de l’OUTG, d’autres acteurs issus de ses rangs, participèrent à diverses expériences politiques. Matilde Menéndez, par exemple, fut contrôleuse du PAMI33 (1993). Parmi d’autres que l’on pourrait citer, se trouve Roberto Grabois, qui participa à la Rénovation péroniste et qui, au début de la première décennie travailla avec des gens proches de De la Sota, lequel fut à son tour un membre actif de la Rénovation, et dans les années 1970 un militant du même mouvement que Grabois dirigeait au niveau national ; Julio Bárbaro, député national dans les années 1970 et 1980, secrétaire à la Culture pendant la présidence de Ménem (1989), et contrôleur du COMFER34 sous la présidence de Kirchner (2003) ; Juan Carlos Mazzón, vice-ministre de l’Intérieur sous José Luis Manzano (1991) et acteur politique du Duhaldisme et du Kirchnérisme ; José Caro Figueroa, de l’une des implantations de la Garde de Fer (le groupe Reconquista de Salta), ministre du Travail à l’époque de Ménem (1993-1997), sous-chef de cabinet de ministres (2001), José Luis Gioja, gouverneur de la province de San Juan (2003). Cela, sans compter avec un nombre important de leaders syndicaux, d’entrepreneurs, d’universitaires mais surtout d’hommes politiques ayant des engagements divers depuis 1983 mais plus encore avec l’ascension justicialiste depuis 1987-1989.

49Nous pouvons ainsi mentionner Cristina Zuccardi, issue d’une famille viticole de Mendoza et profondément anti-péroniste, qui milita dans le péronisme des années 1970, se faisant remarquer dans l’Arma femenina, espace spécifique des femmes. En tant que députée nationale dans les années 1980, elle donna un fort élan aux mécanismes légaux susceptibles de donner davantage d’opportunités aux femmes en politique (loi sur les quotas féminins, sanctionnée en 1993), et d’imposer la promotion et une politique de conseil dans des hôpitaux publics sur l’usage de méthodes anti-conceptives, s’opposant au ministre de la Justice Rodolfo Barra (1993-1996). Elle s’éloigna du justicialisme en soutenant la personnalité de José Bordón au parti PAIS, puis elle reprit ses activités au FREPASO en tant que députée nationale au cours de la période 1999-2003.

50Juan Carlos Mazzón, pour sa part, commença dans les années 1980 à travailler dans l’encadrement justicialiste avant de devenir au fil du temps un référent de la Rénovation péroniste. Comme nous l’avons fait remarquer, il fut ensuite vice-ministre de l’Intérieur de José Luis Manzano, prit pied dans le Ménémisme, dans le Cavallisme (dans les groupes politiques constitués par l’économiste orthodoxe Domingo Cavallo), travailla à proximité d’Eduardo Duhalde à sa présidence, et il est considéré comme le grand artisan politique du Congrès justicialiste de Lanús, en janvier 2003, qui permit, aux élections de la même année, la présentation de plusieurs listes justicialistes, évitant la querelle partisane interne qui aurait donné à Ménem de plus grandes chances d’être élu président lors des élections générales. Il continua à travailler au bureau présidentiel mais sous les ordres de Néstor Kirchner, et fut à l’origine d’accords politiques au sein du péronisme de l’intérieur du pays.

51José Luis Manzano, après avoir été élu député national en 1983, fut élu vice-président du groupe des députés justicialistes à partir d’un accord obtenu entre secteurs durs et syndicaux du péronisme dans le but de trouver une « seconde ligne » qui n’aurait pas sa propre autonomie. En même temps, Manzano commença à prendre du poids dans l’opinion publique et devint le promoteur de la Rénovation péroniste, s’alignant avec les Cafiéristes (partisans du dirigeant Antonio Cafiero) aux élections internes de 1988. Après la victoire de Ménem, et en s’adaptant rapidement aux règles du jeu imposées par la coalition péroniste dirigée par le candidat de La Rioja, il occupa les fonctions de ministre de l’Intérieur (1991), étant sévèrement remis en cause pour faits de corruption et enrichissement illicite. Il quitta le gouvernement en 1993 et commença une carrière d’entrepreneur en se liant à plusieurs entreprises et en particulier aux puissants moyens de communication.

52Alberto Flamarique, déjà cité, après la défaite du justicialisme en 1983, travailla à la dynamisation de la gestion législative de Manzano à la Chambre des députés. En raison de l’ascension de Bordón dans la politique locale, il prit ses distances avec le tandem Manzano-Mazzón, en reprenant activement son activité politique pendant le gouvernement du même Bordón dès 1987, en régularisant la situation de la Bodega Giol, où il y avait une importante participation de l’État. À partir de sa relation avec celui qui était alors gouverneur de la province, il fut un des promoteurs (aux côtés de Cristina Zuccardi) de PAIS en 1994, tout en s’éloignant du justicialisme. Il est l’un des artisans du FREPASO, et selon certaines versions, celui qui orchestra les campagnes de presse qui, durant les élections entre Bordón et « Chacho » Alvarez de 1995, permirent que ce dernier renonce à son intention de recompter les bulletins de vote et accepte la victoire de son rival, acceptant de fait le résultat des sondages d’opinion publique. Plus tard, et avant l’éloignement de l’ex-candidat à la présidence du FREPASO, il resta dans cette force politique en défendant la candidature à la présidence de la nation – qui échoua – de Graciela Fernández Meijide. Face à la victoire de l’Alliance UCR-FREPASO en 1999, il fut promu ministre du Travail avant de quitter cette fonction, de façon controversée, en 2001, après qu’on l’eut accusé de soudoyer des sénateurs péronistes pour obtenir l’approbation de la loi sur la Réforme du Code du travail, favorisée par le gouvernement et défendue par les intellectuels faisant partie du FREPASO. Son rôle dans la formation du FREPASO fut en l’occurrence remarquable.

53Pour achever cette partie, nous pouvons inclure quelques témoignages qui reflètent ce processus d’intégration. Dans celui-ci se manifeste la présence d’un apprentissage politique durable qui apparaît dans la justification de la vie individuelle en tant que cadres. Dans le cas de Victoria, mariée avec un militant Montonero, raison pour laquelle elle dut très tôt quitter l’OUTG, à cause des conflits familiaux que cela entraînait, la réinsertion politique est marquée par son engagement politique précoce. Cela démontre que le militantisme radical ne pouvait faire abstraction de certains aspects de la vie privée : entre son action dans l’organisation et celle de son mari, deux univers apparaissent comme contradictoires. Victoria choisit de suivre les pas de son mari. La proclamation de toute une révolution politique ne pouvait se faire, au moins dans son cas, au détriment de rôles familiaux plus traditionnels. Elle dut alors quitter le pays en 1978 face à la répression militaire qui menaçait son mari, et lorsqu’elle revint elle prit contact avec certains de ses anciens camarades du militantisme :

  • 35 Entretien avec Victoria, 2005.

« Revenons à l’année 1985. Nous avions été en France. Nous avons participé aux mobilisations. Droits de l’homme, etc. Quand je suis revenue, la première chose que l’on ait faite, a été de prendre contact avec les Unités de Base, nous nous sommes rapprochés de Carlos “Chacho” Alvarez. En 1986 à peu près. Pendant ce temps, j’ai retrouvé des vieux amis du temps où je militais à Mendoza, comme Cristina Zuccardi, Alberto Flamarique, et avec d’autres amis qui avaient quitté la Garde, nous nous sommes mis à militer ensemble au parti PAIS. J’ai toujours fait de la politique35. »

54Dans le cas suivant, d’un acteur qui dans un contexte de dictature aurait dû se retrouver dans le spiritisme, l’insertion dans le péronisme s’est faite dans plusieurs endroits du pays. Lui aussi a fini par s’éloigner du justicialisme mais lié à un univers progressiste qui prolonge un lien avec Bordón et après, à partir de son passage par Santa Cruz, avec le Kirchnérisme. À partir du retour de la démocratie, et alors qu’il se trouve à Santa Cruz pour raisons professionnelles, cet ingénieur décida d’entrer

  • 36 Entretien avec Armando, 2004.

« pour travailler dans le péronisme. […] À Santa Cruz le Transfert n’existait pas. […] J’ai travaillé au ministère des Affaires sociales. Une expérience extraordinaire… En plus de servir la patrie. Mon rôle consistait à emmener les médecins spécialistes dans différents villages. […] Après, on m’a proposé de devenir le Sous-secrétaire aux Affaires communautaires. […] Eh bien, c’est là que j’ai fait la connaissance de Kirchner. […] Nous avons créé (en 1984), le Mouvement rénovateur péroniste, et Kirchner avec son groupe qui s’appelait Ateneo. […] Moi, je suis revenu à Mendoza fin 1989. […] En 1990, on m’a invité à travailler au ministère des Travaux publics, je me suis rapproché de Bordón. […] J’ai rompu avec le Ménémisme et je suis allé avec Bordón. […] En 1996, c’est justement Bordón qui m’a envoyé comme contrôleur du parti PAIS à Santa Cruz. […] Après j’ai essayé d’entrer au PJ36 ».

55Nous voyons ainsi de nombreux cas d’acteurs politiques qui ont continué à avoir des contacts avec le Parti Justicialiste ou des acteurs qui ont rompu avec lui pour adhérer à de nouvelles forces politiques, en général liées à José Bordón et Carlos « Chacho » Alvarez. Ce sont des phénomènes d’effritement dans la mesure où, tout en conservant des liens politiques militants construits dans les années 1970, la décision politique s’est autonomisée organiquement. D’autres acteurs, au contraire, ont pris la décision de le quitter comme une attitude organique qui supposait de créer et de recréer d’autres espaces de militantisme.

56Néanmoins, il y a quelques trajectoires biographiques qui nuancent les deux grands parcours. Le cas d’Alma, en particulier, correspond à un processus de professionnalisation politique quoique sans mettre ses pas dans ceux de la Rénovation – qu’elle critique durement – ni dans ceux du FREPASO. Son insertion précoce eut lieu dans le justicialisme, elle s’est enrôlée au départ dans les rangs ménémistes pour quitter, quelque temps plus tard, le parti justicialiste, après avoir été proche d’Eduardo Duhalde. En même temps, elle n’a pas accompagné le projet de l’Ordre de Marie. Ce genre de cas, qu’il n’est pas improbable de trouver, exprime une professionnalisation moins développée, et apparaît dans des trajectoires individuelles qui constituèrent un espace mou en politique, par exemple, en tant que directeurs de coopératives, professeurs à l’université, entrepreneurs intellectuels, conseillers politiques, etc. Alma explique ainsi son processus :

  • 37 1988-1989.
  • 38 Rodolfo Diaz, dirigeant politique local présent dans les secteurs rénovateurs puis dans le Ménémism (...)
  • 39 La revue Línea en 1980 fut fondée par José María Rosa, historien du courant révisionniste (national (...)
  • 40 Historien nationaliste-révisionniste.
  • 41 Entretien avec Alma, 2005.

« J’ai beaucoup travaillé jusqu’à la campagne de Ménem37. Moi, je n’ai pas fait partie de la Rénovation. Quand la Rénovation a commencé je me suis retirée. Je voyais ça de loin, je ne m’y identifiais pas. Lorsqu’il y a eu la Rénovation avec Cafiero au moment où Chango Díaz38 a lu le programme de la Rénovation et a convoqué Peter Drucker, je n’ai rien voulu faire. La gestion est une chose, la politique une autre. Je ne dis pas que ce n’est pas important, mais que si l’axe de la politique c’est la gestion, ce n’est pas bien. Je ne suis restée ni à la Rénovation ni à l’Ordre de Marie. […] J’ai collaboré à la revue Línea39 ; j’ai participé aussi comme conseillère depuis le cabinet de conseil du docteur Duhalde, quand Duhalde était vice-président. À Línea, on venait de l’Encadrement, de l’orthodoxie. Très orthodoxe. C’étaient des gars bien formés avec un important travail sur la volonté des camarades. Línea a été fermée par Ménem, sans autre forme de procès, au début des années 1990. Son premier directeur c’était José María Rosa40. Diriger cette revue a été très enrichissant pour moi. C’était une voix de la pensée nationale. […] J’ai eu une relation excellente. On m’appelait “La petite”, j’étais très jeune à côté d’eux. J’assurais la coordination des différents articles qui allaient être publiés. La fermeture de la revue Línea a beaucoup à voir avec le ménémisme et la destruction du péronisme. Et je suis partie parce que je me suis rendu compte que ce qui se passait n’avait rien à voir avec le péronisme, avec Perón. Le grand problème c’est quand notre camp a rejoint le camp de l’ennemi. Ça, je l’ai vécu douloureusement. J’étais complètement écœurée à la fin41. »

57Ernesto, qui s’est mis à exercer des activités de représentation patronale, met en cause les « relents » sectaires présents au sein de l’ancienne OUTG aussi bien que la professionnalisation politique de certains de ses anciens camarades. Cette professionnalisation est vue par l’acteur comme un abandon des anciennes valeurs et des valeurs doctrinales et idéologiques qui avaient guidé leur insertion dans le péronisme quand ils faisaient partie de la Ligne nationale et de l’OUTG :

  • 42 Entretien avec Ernesto, 2009.

« J’étais très en colère. Très en colère parce que je voyais pas mal de gars envoyer par-dessus bord ce en quoi nous avions cru, et je voyais que pas mal de gars étaient capables de tuer pour un poste politique. Je n’étais pas d’accord avec ça. Tu ne peux pas non plus condamner les comportements des gars quand ils sont dans certaines circonstances. Est-ce que je sais, moi. Mais j’ai été très loin des sectes aussi. J’ai toujours refusé, bien que nous ayons été sectaires à l’intérieur à certains moments, nous avions une formation profondément anti-sectaire et c’est le nombre qui a toujours été important pour nous42. »

58L’orientation « sectaire », dans certains récits, apparaît comme une réalité de l’époque du Transfert et est perçue de façon critique. Parallèlement, on tente d’insister sur le fait qu’une caractéristique spéciale de ces trajectoires individuelles et organisationnelles dans le cas de Mendoza obéissait à un processus précoce de mobilisation vaste et non exclusivement à la mise en marche de dispositifs organisationnels pour la politique. L’étendue sociale de la protestation, la nécessité de se relier à des « causes nationales » conduisit, d’après les acteurs, au péronisme comme expression du national. Néanmoins, les relations entre une appartenance vaste et une autre réduite ont été un axe de tensions permanent. Elles ont été résolues de diverses façons, bien que leurs conséquences pratiques aient fini par orienter des regards et une évolution spécifiques sur le mouvement péroniste.

59Le livre de Julio Bárbaro, publié en 2009, renforce de nombreuses représentations des acteurs de cet univers en insistant sur les critiques de ce qui est connu sous le nom d’« orgas ». Le sectarisme des acteurs et la loyauté aveugle que promouvaient les leaders de ces espaces redevenaient un axe de critique envers cette culture politique. La singularité de sa trajectoire et le fait d’avoir rompu très tôt avec les réseaux du Transfert en intégrant l’anti-verticalisme n’empêche pas de reproduire une critique furieuse envers les organisations armées, qui de son point de vue – et il faut ajouter celui de ses anciens camarades – signifiait littéralement « divorcer » du peuple. Mais il partageait aussi la représentation mise en avant par de nombreux acteurs qui interprètent l’engagement politique dans l’OUTG comme un synonyme de rationalité politique et de formation intellectuelle, en interprétant le foquisme comme une vague aveugle vers la transformation violente et la destruction de la culture démocratique. De cette façon, cette critique du sectarisme – même de sa propre organisation – signifiait la valorisation de l’élément politico-intellectuel :

  • 43 Julio Bárbaro, op. cit., p. 15, 76.

« Ceux d’entre nous qui avaient une formation politique minimale, comme c’était mon cas… nous n’avons pas adhéré à la violence. […] Beaucoup sont passés de la retraite spirituelle à la révolution au cours d’un processus accéléré. Il existe une relation complexe entre les idées et l’action, mais certaines répétitions dans les expériences me permettent de formuler certaines conclusions : … plus la formation politique est grande, moins est accepté le recours à la violence43. »

  • 44 Ibid., p. 169.
  • 45 Ibid., p. 174.
  • 46 Ibid., p. 119, 159. Bárbaro, après avoir quitté le COMFER, devint un implacable critique du kirchné (...)

60Entre l’entretien avec l’auteur en 2005 et son livre publié en 2009, les éléments biographiques coïncident globalement. Néanmoins, il y a un changement de perception notable chez quelqu’un qui a quitté la direction du COMFER en mars 2008 : les Kirchner, ses référents politiques en 2005, commencèrent à être situés sur la ligne « des années 1970 » ; ils allaient faire l’un et l’autre de cette mémoire historique et de la légende héroïque des années 1970 le cœur de la construction politique présente. Dans cette construction, la loyauté équivaudrait à de la soumission et le débat à de la trahison44, et la mémoire gouvernementale aurait élevé au niveau de l’épopée ce qui pour Bárbaro ne fut pas autre chose qu’une histoire « néfaste45 ». La re-signification de l’acteur met en cause le sens des expériences organisationnelles intensives et insiste sur sa difficile assimilation de la culture démocratique, l’exercice politique et la capacité de dialogue46.

Adieu au péronisme ?

61L’apogée du péronisme rénovateur et plus tard du ménémisme, auquel participèrent des trajectoires issues de l’OUTG, limita la mise en œuvre des propositions qui étaient imprégnées de conceptions et de projets orthodoxes, dont les réseaux étaient également constitués par des acteurs et des liens construits dans l’univers de l’OUTG. La Rénovation, en s’érigeant sur des défaites électorales et en se plaçant à un endroit susceptible de dépasser les « vices » du mouvement péroniste, plaçait autant les trajectoires radicalisées et inspirées par les années 1970 que le vocabulaire orthodoxe dans un passé imaginaire qui faisait peu pour réconcilier justicialisme et démocratie. Le seul acteur historique en vigueur, bien qu’il fût loin de son âge d’or, était le syndicalisme, protagoniste de grèves générales pendant le gouvernement radical, et ayant un poids suffisant pour influer sur la vie politique nationale et les querelles péronistes internes, à travers, essentiellement, le puissant bastion métallurgiste.

62En arrivant aux élections internes de 1988, les deux candidats étaient liés, bien qu’avec une efficacité différente, au projet rénovateur. Antonio Cafiero, qui s’était clairement identifié à lui, représentait l’irruption politique « moderne ». Carlos Ménem, qui conjuguait un nouveau péronisme diffus revendiquant des traditions fédérales, eut de plus le soutien du justicialisme local de Buenos Aires en la personne de son candidat à la vice-présidence, Eduardo Duhalde, et des appareils syndicaux.

63Dans ce contexte, l’orthodoxie péroniste suivie par d’anciens Gardes et d’anciens membres de l’OUTG dirigés par Alvarez, n’eut pas de candidat propre, ni de ligne définie à laquelle se rallier. L’espace de mobilisation les avait appauvris et la seule chose possible consistait à envisager un accommodement fonctionnel et pragmatique. S’il y avait une légère inclination vers le dirigeant de La Rioja, cela ne supposa pas un appui organique à son programme et à sa candidature. Cette conjoncture est liminaire et marqua l’éloignement du parti justicialiste.

64Une plus grande inclination en faveur de Ménem ne doit pas susciter d’équivoque dans l’interprétation. Une grande partie du groupe que nous étudions a manifesté son opposition au gouvernement de Ménem et au cours de celui-ci a rompu avec le Parti justicialiste. Avant cette rupture, un justicialisme enrôlé derrière la candidature de Ménem revint au pouvoir en 1989. Hechos e Ideas ne resta pas à l’écart de l’enthousiasme généré par la victoire :

  • 47 « Editorial », Hechos e Ideas, n° 22, 1989.

« L’alfonsinisme se présenta lui-même comme une “transition démocratique” vers un système institutionnel consolidé auquel on devrait arriver à travers une “modernisation”. Dans les faits, il ne fut que le squelette d’une démocratie libérale du xixe siècle, en gâchant le consensus raisonnable que cette proposition lui avait offert en 1983. Au cours de l’année 1987 il subit des revers qui marquèrent le déclin définitif de cette option. Mais c’est au cours de l’année 1988 et dans les premiers mois de cette année que fit irruption une décision nouvelle et combative de la volonté populaire, augurant l’aube d’une nouvelle étape. Tout d’abord dans les urnes du Parti justicialiste et dans les rues de tout le pays ensuite, la volonté populaire donna sa bénédiction à Carlos Ménem comme incarnation d’un autre projet pour l’Argentine. C’est qu’il est difficile de gouverner et d’envisager l’Argentine sans le consensus populaire. […] Cette nouvelle situation, alors, au-delà de l’extrême gravité de la crise, suppose une nouvelle opportunité pour l’Argentine. Heureusement, le peuple n’a pas hésité à désigner l’homme capable de conduire ce processus. Carlos Ménem a rétabli le lien massif entre les gens et celui qui les guide, incarnant l’espérance de millions de personnes et dotant l’étape en train de s’ouvrir d’une extraordinaire légitimité confirmée légalement47. »

65Ce soutien reflète le consensus minimal à l’intérieur du Justicialisme. La loyauté militante n’est pas derrière Perón, reproduite avec Isabel jusqu’à un passé récent avant 1988, signalée comme leader du mouvement péroniste. L’attitude est autre, c’est davantage l’adhésion partisane, en rangs serrés derrière un processus dédaigneux et désobéissant que la participation pleine et entière à l’éventail hégémonique du parti.

  • 48 Cette idée fait référence à la capacité du péronisme à s’abriter derrière un projet ou le candidat (...)

66Célébrer la victoire justicialiste signifia se réjouir de la fin de la domination radicale. C’était la fin de l’alfonsinisme, phénomène abject et abhorré par les acteurs. Ce qui reflète en partie ce qui est naïvement connu comme « la capacité d’enrôlement48 », existant dans le péronisme. Mais il n’y a pas à cette époque de direction stratégique, ce qui confère une relative inconsistance à n’importe quelle direction tactique. Une fois l’axe vertical disparu, les loyautés furent réduites à des prises de position encore plus dispersées face à une pratique politique de moins en moins régie par une logique de mouvement, laquelle est remplacée par un processus spécifique de partidarisation.

67Rapidement, ces positionnements, faiblement structurés, se déplacèrent à l’intérieur de la scène. Il ne s’agit pas seulement d’un événement politique. En effet, la question de la sortie du justicialisme semble intimement liée à la création d’un groupe religieux ; le virage vers le monde catholique fut de plus en plus manifeste :

  • 49 Alejandro Álvarez, 29 avril 2005.

« Nous, nous sommes partis mais nous sommes partis d’un coup, dès que Ménem a formé son premier gouvernement. En juillet 1990. Ciao. […] Tout ça. Rends-toi compte en 1988, on a créé l’Ordre. Nous avons créé un ordre religieux, ici à Rosario, en 1988 on l’a créé. Avec la conviction qu’il n’y a pas de forme possible d’organisation, il n’y a pas de grande façon de rassembler, à cause de l’épuisement culturel, politique et social de l’Argentine et du monde, il n’y a aucun moyen de rassembler, si ce n’est Dieu49. »

68Là apparaît une nouvelle instance de la pratique religieuse : les acteurs l’appellent l’Ordre de Marie. Alvarez, exhibant une croix en argent qui lui pend du cou, offerte par Galimberti parle à mi-mot de sa fondation :

  • 50 Ibid.

« Alors d’un côté, le lancement de l’Ordre, de l’autre, ce que produit l’Ordre, un processus d’aller et retour de tous. Galimberti a été membre de l’Ordre. Le jour où on a fondé l’Ordre, Galimberti m’a apporté cette croix en argent. À cette époque l’Ordre était secret, je n’ai jamais violé le secret. Je ne suis pas autorisé à en dire davantage. Les fondateurs, nous étions cinquante à peu près50. »

69La lecture d’Alvarez, comme nous l’analyserons ultérieurement, insiste sur le développement de l’Ordre, le phénomène de religiosité populaire à Saint-Nicolas et les transformations politiques et culturelles du pays. Il n’est pas abusif de remarquer la recomposition symbolique que les acteurs firent dans le catholicisme, concomitant à un processus de non-accumulation de forces dans l’espace politique. Les drapeaux de ce groupe furent mis en déroute sur le terrain politique : la proclamation d’un nationalisme populaire et social, de tendance catholique, et non exempt de personnalités militaires, pour ne pas dire de Montoneros qui s’en approchaient, pouvait avoir une certaine reconnaissance publique ou chez quelques acteurs du pouvoir, mais elle était loin d’avoir un poids dominant dans la lutte politique. Les Gardes, dans une décennie dominée par des tendances qui défendaient la nécessité de retirer de la légitimité à quelques objectifs et méthodes, comme les Malouines, la militarisation, le militantisme politique fervent et passionné, abordaient les années 1990 avec des consignes « exilées », hors d’usage. À cette époque, un Ordre religieux commençait à devenir un espace porteur de sens.

  • 51 Bien qu’elle soit devenue une association privée de fidèles, ses fondateurs ont gardé sur elle la p (...)
  • 52 « Historia de la Orden de María del Rosario de San Nicolás », manuscrit non édité, 2000. Ce documen (...)

70Son origine en tant que société secrète rend difficile la recherche d’information aussi bien dans des documents que dans les entretiens51. Ses membres la conçoivent comme un processus naturel dans l’évolution des organisations citées et des itinéraires particuliers de chaque individu. Alvarez et ses sympathisants insistent sur un appel qui « n’est possible qu’à partir de Dieu ». Et ils associent l’Ordre à la crise de la société argentine, et à l’impact fort que produisit sur eux le ménémisme et la destruction du justicialisme comme instrument du « mouvement national ». Ce virage, ce glissement de la logique partisane à la logique catholique communautaire, qui se réalisa durant de nombreuses années, qui à un moment donné supposa des instances de coexistence, contient un « vide historique » et un « excès de mémoire ». Par là nous rendons compte de la charge significative de la mémoire en tant que récit qui recompose le sens biographique, qu’il soit individuel ou collectif52.

  • 53 Ibid., p. 3.
  • 54 Ibid., p. 4. Nous analyserons cette question plus précisément. Il convient de souligner que si à la (...)
  • 55 Ibid., p. 7.
  • 56 Le successeur d’Ezcurra Uriburu fut Alfonso Navarro Castellanos, prêtre mexicain en charge du SINE, (...)

71La mort de Perón et la crise dans laquelle fut plongée la société argentine après un tel événement auraient accéléré la recherche d’une solution politico-religieuse. La Fraternité de la Sainte Famille, noyau constitué par d’anciens militants, aurait été le premier espace de réunion spirituelle : la célébration de la messe, la prière et les retraites spirituelles étaient monnaie courante53. C’est là que se sont établies les premières relations avec l’Église catholique, par exemple avec les Focolari et Communion et Libération54. La spiritualité des militants fut renforcée par l’adoption de la figure de la Vierge de Saint-Nicolas et du pape Jean-Paul II, qui avait visité le pays en 1987. En 1988, ce parcours politique se transforma en Œuvre Mariale pour la Nouvelle Civilisation, avec pour crédo l’« évangélisation de la politique55 ». La figure de l’Aumônier général fut instituée. Le premier d’entre eux fut Alberto Ezcurra Uriburu, ex-leader de la nationaliste et antisémite Tacuara, aux origines anti-péronistes, et qui avait cessé de militer pour se faire séminariste et ordonner prêtre, exerçant ses fonctions ecclésiastiques à l’Institut du Verbe Incarné de Saint-Raphaël, très controversé. L’aumônerie continua à fonctionner comme lieu d’assistance spirituelle et organisation religieuse de l’Ordre56.

72Pendant toutes ces années, et vu l’orientation prise par le ménémisme et sa mise en place de politiques néo-libérales, avec la désindustrialisation et la réduction des fonctions sociales et productives de l’État, un noyau organique réuni sous le leadership d’Alvarez quitte le Parti justicialiste, et transfère de plus en plus de ses membres dans la dévotion à la Vierge de Saint-Nicolas. La diversification des trajectoires apparaît alors de plus en plus clairement. Et pas seulement pour l’option politique suivie par une partie des trajectoires issues de l’OUTG, qui en vinrent à occuper des fonctions d’assesseurs, de conseillers, de députés, de secrétaires provinciaux ou nationaux, et même de ministres. Également pour le penchant catholique aux accents marialistes et papistes qui s’accentua progressivement chez ceux qu’on appelait les Gardes. Si les premiers ont pour caractéristique de prendre leurs distances, c’est-à-dire de se lancer dans des expériences partisanes à partir de leur propre insertion politique, dans laquelle les réseaux initiaux construits dans l’OUTG ne disparaissent pas mais ne sont pas non plus les éléments déterminants des liens politiques, les seconds conservent une continuité organisationnelle claire : on peut établir un lien Garde de Fer-OUTG-verticalisme-orthodoxie-Ordre de Marie, avec la figure d’Alvarez au centre. Tout cela dynamisé par l’arrivée de militants des nouvelles générations.

73À ce courant on peut ajouter la dernière expérience dans la politique partisane, tout au moins avec une organisation spécifique : le Parti de la Solidarité. En 1993, eurent lieu plusieurs rencontres pour la constitution d’un parti au niveau national. Le rejet du partidarisme « électoraliste », qui inclut spécifiquement les appareils radicaux et du PJ fut réaffirmé :

  • 57 Primera Conferencia Federal Solidaridad, mars 1993.

« Ce qui nous anime, c’est clair, c’est la nécessité de l’ouverture à la participation – précisément le contraire de ce qui se produit – des grandes majorités populaires, la conviction qu’il n’y a pas de société possible ni souhaitable où ce ne serait pas la totalité de ses membres qui déciderait de son destin et qui se doterait des éléments fondamentaux pour sa survie : nous ne sommes pas animés par l’idiotie indiscutable de la fameuse “démocratie” telle qu’elle s’est développée en Occident, mais par une pulsion beaucoup plus profonde et sans appel qui ne consiste pas à confondre la participation avec les urnes, la décision avec la “consultation électorale”, la politique avec l’idéologie, le système de décision avec la “représentation”, ni la majorité avec la raison. […] Tant l’UCR que le PJ, sont des vieilleries qui craquent et qui grincent, et la seule chose qu’elles puissent produire, et ce serait là véritablement un grand fait politique, c’est la liberté de ceux qui ne sont qu’une “clientèle électorale” qui de toute façon, et de plus en plus vite, ne cessent de s’auto-libérer57. »

74Ici on met en avant la « nécessité de fonder », associée intimement aux religieux, avec Dieu comme élément présent dans l’acte fondateur :

  • 58 Ibid.

« Non seulement nous devons sortir des ruines mais trouver la place de la nouvelle Fondation, fonder quelque chose de nouveau avec notre bagage qui doit être léger pour faciliter la marche, puis travailler sans relâche, désirer, espérer, et prier, pour que, dans les temps à venir, la Volonté de Dieu soit avec nous, Dieu qui inspire toute notre fondation et en qui nous devons déposer entièrement notre confiance pour que la nouveauté n’ait pas la prétention qu’ont eue en leur temps ceux qui sont aujourd’hui en ruines, et ne soit fondée que sur la sagesse et la Force de Dieu58. »

75Le projet politique s’insérait dans un cadre « civilisateur », avec des consignes utilisées durant le pontificat de Jean-Paul II. Cela incluait une dimension anthropologique dotée d’une forte empreinte catholique :

  • 59 Ibid.

« Nous sommes, donc, les Personnes, celles qui doivent se réunir et adhérer au processus ouvert et qui offre les sorties ou les résolutions uniques de la crise, qui a replacé, que cela plaise ou non, l’homme lui-même au centre du développement dans l’histoire, aussi bien dans sa dimension métaphysique ou verticale, sa relation inévitable avec Dieu, son créateur, que dans sa dimension physique, personnelle, familiale, communautaire ou nationale, qu’elle soit territoriale, spatiale ou horizontale. […] La participation de la Personne dans le processus construit et constitue une politique “personnalisée”, “altérisée”, et donc une histoire que nous pourrions qualifier de subjective ou “subjectivante”, dès lors qu’elle parvient à réunir esprit et matière, en intégrant de nouveau l’homme, en le ré-intégrant, dans une nouvelle situation, une nouvelle société, une nouvelle civilisation, qui s’est affranchie du dualisme, résolument Moniste et humaine : la Civilisation de l’Amour59. »

76Avec une nouvelle organisation partisane, eurent lieu des tentatives pour refonder le « Mouvement national ». En juillet 1993, réunis à La Falda, province de Córdoba, des représentants syndicaux, organisationnels, et les partis Solidarité, et Démocratie chrétienne, eut lieu une « Invitation à la Rencontre Fondatrice de la Confédération Nationale ». Il faut remarquer la participation du père Luis Farinello, habituellement lié aux réseaux du christianisme libérationniste. Lors de la rencontre fut exprimé le désir « fondateur », et l’on fit remarquer la profondeur de la crise et la continuité de l’œuvre politique d’Yrigoyen et de Perón afin de restaurer le « Mouvement national » :

  • 60 Convocatoria al Encuentro Fundacional de la Confederación Nacional, Conclusiones Encuentro del Movi (...)

« De la terrible combinaison de la crise universelle et de la crise argentine, notre Peuple est déjà sorti à d’autres moments de son histoire avec la volonté fondatrice de reconstruire un instrument plus efficace : le Mouvement national. À l’origine de cette volonté fondatrice, et de cet instrument efficace, il y eut les deux plus grands hommes d’État de ce siècle : le docteur Hipólito Yrigoyen et le général Juan Domingo Perón. De leur enseignement, et en nous hissant au-dessus des intérêts mesquins et des petits objectifs et concepts de la politique actuelle, au-delà de spéculations électorales, nous tirerons notre volonté de fonder à nouveau le Mouvement national. Mouvement national qui, de façon solidaire, construit l’unité dans la diversité ; puisque “l’Argentine c’est notre Foyer”. […] Nous invitons au dialogue tous ceux qui, dès à présent, affirment avec nous que l’Argentine est possible dans le destin universel de la Civilisation de l’Amour à laquelle nous convie sa sainteté Jean-Paul II60. »

77Solidarité arrive ainsi, en 1994 et 1995, aux débuts du Front du Pays Solidaire (FREPASO). La constitution d’un front d’opposition au Ménémisme permit le rapprochement de trois nouvelles forces politiques : le Grand Front (Carlos « Chacho » Alvarez), PAIS (José Bordón), Solidarité (Alejandro Alvarez). Lors de l’élection interne entre Alvarez et Bordón, au début de 1995, le parti constitué sur la base de l’ex-OUTG décida de jouer en faveur du candidat de PAIS. Déçue par les désaccords politiques, Solidarité abandonna finalement le projet quelque temps avant les élections présidentielles de cette même année et qui allaient voir la réélection de Carlos Ménem. Corollaire de tout cela, Alvarez, sans consensus interne, se livra à une manœuvre pour faire perdre des voix à la formule qu’il avait initialement soutenue : présenter sa propre formule avec des candidats portant les mêmes noms que ceux de la formule du FREPASO. Roque Bordón et Horacio Alvarez, militants de Solidarité, allaient se présenter comme candidats à la présidence et à la vice-présidence dans l’intention de s’attirer les voix d’éventuels électeurs mal informés. L’entourage d’Alvarez enrôlé dans Solidarité décida de ne pas continuer cette manœuvre. La relation institutionnelle avec le mouvement péroniste et la politique partisane se trouvait virtuellement interrompue.

Notes

1 Italo Lúder : dirigeant justicialiste, candidat à la présidence en 1983, et qui allait être battu par Raúl Alfonsín. Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

2 L’un des axes de la campagne présidentielle du candidat radical consista à dénoncer la « complicité » entre les secteurs syndicaux et les Forces armées, ce qui était préjudiciable en général au justicialisme.

3 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

4 Rappelons que Galimberti provenait de l’organisation des Montoneros.

5 Alejandro Álvarez, 2005.

6 Entretien avec Angela, 2005.

7 Entretien avec Adrián, 2005.

8 Rappelons que c’est à cette date qu’eut lieu le retour de Perón au pays, après un exil commencé en 1955. Il convient de faire remarquer que ce fut un retour transitoire au cours duquel Perón reprit contact avec ses adhérents et redéfinit sa stratégie pour l’année 1973. C’est cette année là qu’eut lieu son retour définitif, exactement le 20 juin, où différentes factions péronistes s’affrontèrent.

9 Vuelve Guardia de Hierro, 1987.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Anniversaire de la guerre des Malouines.

19 Voir Levitsky S., op. cit.

20 Pendant la présidence d’Alfonsín et la gestion du ministre de l’Économie Juan Sourrouille, le Plan Austral fut la tentative de freiner le processus inflationniste existant dans le pays à partir du changement de monnaie et du gel des prix et des salaires.

21 Tercera Posición, Quincenario del Movimiento Peronista, Buenos Aires, octobre 1986.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Pour analyser la professionnalisation partisane des dirigeants syndicaux depuis le retour de la démocratie : Damín N., « Del sindicato al parlamento. La profesionalización política de dirigentes sindicales-políticos en la Argentina del siglo xx », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Cuestiones del tiempo presente, Paris, EHESS, 2011.

25 À ce sujet on peut lire Gutiérrez R., « De sindicalización y cambio organizativo del peronismo argentino, 1982-1995 », XXI Congreso Internacional de la Latín American Estudies Asociación, Chicago, 1998.

26 Siège de la Présidence de la Nation à Buenos Aires.

27 Tercera Posición, Quincenario del Movimiento Peronista, Buenos Aires, octobre 1986.

28 En avril 1987 eut lieu un soulèvement militaire connu sous le nom de « Soulèvement des carabinades* », perpétré par des officiers de l’Armée commandés par le colonel Aldo Rico, préoccupés par la tournure des procès contre les militaires impliqués dans la répression déclenchée pendant la dernière dictature. La fin de la sédition pendant la semaine sainte de la même année se traduisit par une série de concessions en direction des Forces armées, comme l’approbation de la Loi sur la Obediencia debida*, qui amnistia les officiers de niveau inférieur de leurs responsabilités pour les délits commis au cours de la période 1976-1983.

29 Entretien avec Julio Barbaro, 2005.

30 Amérique Ghioldi avait été un dirigeant socialiste historique, fortement anti-péroniste. C’est pour cette raison que les militants péronistes l’avaient surnommé « Nord-Amérique ».

31 Ibid.

32 Entretien avec Albert Flamarique, 2005.

33 Œuvre sociale des retraités en Argentine.

34 Organisme d’État chargé des questions liées à la radiodiffusion et aux contenus transmis par les moyens de communication de masse.

35 Entretien avec Victoria, 2005.

36 Entretien avec Armando, 2004.

37 1988-1989.

38 Rodolfo Diaz, dirigeant politique local présent dans les secteurs rénovateurs puis dans le Ménémisme où il occupa le poste de ministre du Travail au cours des années 1991-1992.

39 La revue Línea en 1980 fut fondée par José María Rosa, historien du courant révisionniste (nationaliste) argentin.

40 Historien nationaliste-révisionniste.

41 Entretien avec Alma, 2005.

42 Entretien avec Ernesto, 2009.

43 Julio Bárbaro, op. cit., p. 15, 76.

44 Ibid., p. 169.

45 Ibid., p. 174.

46 Ibid., p. 119, 159. Bárbaro, après avoir quitté le COMFER, devint un implacable critique du kirchnérisme et remit sévèrement en cause la loi sur les services audio-visuels sanctionnée en 2009 par le Pouvoir exécutif.

47 « Editorial », Hechos e Ideas, n° 22, 1989.

48 Cette idée fait référence à la capacité du péronisme à s’abriter derrière un projet ou le candidat d’un parti ayant accédé au pouvoir. Elle constitue facilement une demi vérité, puisque si d’un côté, en tant que mouvement ayant des expressions partisanes et syndicales elle parvient à des consensus minimaux, ce qui donne à ses coalitions dominantes une fluidité et une possibilité d’adaptation, des querelles internes et des fractures se produisent constamment en son sein. Néanmoins, il faut reconnaître la prédisposition, dans des circonstances particulières, à adopter un dispositif en « colonnes », c’est-à-dire, à entériner les dispositions du groupe dirigeant, qui s’exprime généralement par la voix du président.

49 Alejandro Álvarez, 29 avril 2005.

50 Ibid.

51 Bien qu’elle soit devenue une association privée de fidèles, ses fondateurs ont gardé sur elle la plus grande discrétion.

52 « Historia de la Orden de María del Rosario de San Nicolás », manuscrit non édité, 2000. Ce document est un texte anonyme qui prétend rendre compte des origines, des transformations et de la crise de ce groupe. Si ses réflexions peuvent éclaircir une partie des événements liés à l’Ordre, elles sont encore plus utiles lorsqu’on les lit comme un écrit à fort contenu mémoriel.

53 Ibid., p. 3.

54 Ibid., p. 4. Nous analyserons cette question plus précisément. Il convient de souligner que si à la fin des années 1960 l’objectif de ce qui était alors la Garde de Fer était d’aller chercher des laïcs dans le mouvement catholique pour les « convertir » au péronisme, le virage pris va modifier ce déplacement : à présent les alliances se font avec les autorités ecclésiastiques et des communautés catholiques particulières.

55 Ibid., p. 7.

56 Le successeur d’Ezcurra Uriburu fut Alfonso Navarro Castellanos, prêtre mexicain en charge du SINE, Service intégral de la Nouvelle Évangélisation, qui rassemble dans plusieurs pays plus de mille paroisses. Aujourd’hui, c’est le prêtre uruguayen Horacio Bojorge qui assume cette fonction.

57 Primera Conferencia Federal Solidaridad, mars 1993.

58 Ibid.

59 Ibid.

60 Convocatoria al Encuentro Fundacional de la Confederación Nacional, Conclusiones Encuentro del Movimiento Nacional, juillet 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540