Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Chapitre VI. Militantisme et politique pendant la dictature militaire (1976-1983)

Texte intégral

1En 1976 commence le Processus de réorganisation nationale autoproclamé. À cette époque eut lieu une répression illégale féroce au cours de laquelle disparurent dans des camps de concentration clandestins des milliers de personnes qui avaient été liées au militantisme politique des années antérieures. Au même moment, la gestion économique imposa de sévères ajustements qui tendirent à remettre en cause le modèle de développement industriel et à aggraver la dette extérieure. On essaya également de stimuler une ouverture économique, en favorisant l’investissement étranger et l’importation de biens. Finalement, une distribution régressive des revenus (gel des salaires, élimination du contrôle sur les prix, dissolution de la CGT) fut mise en place et qui toucha particulièrement les secteurs salariés.

2En termes géopolitiques, l’Argentine garda de bonnes relations avec l’Union soviétique, elle fut à deux doigts d’un conflit armé avec le Chili, et tenta de reconquérir les îles Malouines lorsque le gouvernement militaire décida de les envahir le 2 avril 1982, provoquant immédiatement une guerre avec la Grande-Bretagne. Cet événement aggrava la crise militaire et provoqua le départ des Forces armées du gouvernement.

3La reproduction de la vie politique dans un contexte aussi répressif que celui de cette période demeure un thème de recherche. Aujourd’hui encore, l’accès à la documentation s’avère difficile, et chercher à savoir quelles furent les activités réalisées, particulièrement compliqué (ce furent des années au cours desquelles des personnes impliquées, directement ou non, dans des activités politiques, décidèrent de brûler leurs propres livres et des papiers qui pouvaient les incriminer, comme en témoignent ceux qui vécurent ces années et redoutèrent la répression militaire). Le cas des trajectoires étudiées est représentatif de ces difficultés. La politique n’en mourut pas et ne disparut pas pour autant. Et dans certains cas, il y eut même des contacts avec les autorités militaires – l’ampleur de ce contact constitue une question non résolue aujourd’hui et qui nourrit autant de lectures conspirationnistes que des attitudes de dé-responsabilisation.

  • 1 Duverger M., op. cit.

4Certaines décisions politiques et certaines trajectoires d’acteurs étant passés par l’OUTG ont été d’une certaine façon généralisées à l’ensemble de cet éventail. Ses activités en tant qu’organisation de formation de cadres ont nourri certaines lectures conspirationnistes sur ses influences au sein des milieux de pouvoir. Supposer que ces réseaux aient agi comme une société secrète – qui, comme le disait Maurice Duverger pour la franc-maçonnerie, agissait comme une société plus discrète que secrète1 – permet de nourrir des conjectures qui sont loin d’être fondées. Un problème de fond dépasse cet objet et peut être pensé à la lumière des années 1970 et des bouleversements ultérieurs : comment se recomposèrent les réseaux militants à partir de la dernière dictature ? Comment continuèrent-ils, interrompirent-ils et subvertirent-ils les loyautés originelles ? Qu’a-t-il bien pu survivre de ces liens et de ces solidarités ? À nouveau, le problème du militantisme nous apparaît dans le long terme de la biographie des acteurs individuels, et les éphémères mais intenses expériences des organisations est un thème qui allait au-delà de l’existence de celles-ci. Le poids des ex-militants dans la vie politique, sociale et culturelle du pays, ainsi que l’origine des mémoires sur cette époque persistent dans les discussions « comme si » ce militantisme restait intact.

  • 2 S’il existe un accord de base sur la répression militaire, la querelle militaire interne qui a trav (...)

5Nous reconnaissons que ce chapitre n’apportera pas de grandes connaissances sur la période 1976-1983, mais simplement quelques conjectures ou interprétations possibles sur un terrain miné par les répercussions présentes d’un passé récent et controversé. La nature des liens entre anciens membres de l’OUTG et les secteurs militaires, en particulier avec la Marine dirigée par Emilio Massera, représenta un dilemme au moment de réaliser cette recherche. À cause de ses connotations à l’époque et de ses échos actuels cette question supposait un regard aussi profond que difficile. Pendant les entretiens, il ne fut pas facile de l’aborder, car il implique certaines des personnes interrogées ainsi que des personnes qui leur sont proches. Insister sur de tels liens aurait mis en péril nombre de ces entretiens et probablement cette recherche. Par ailleurs, il n’existe pas beaucoup de sources écrites susceptibles d’apporter de plus amples précisions : à cause de l’information réduite dans la presse par le contexte dictatorial, des réserves qu’elle générait en impliquant l’une des factions qui s’affrontaient au sein même de l’armée2, et de l’accès restreint à des archives utiles, les données susceptibles de rendre compte d’une interprétation sociologique sont rarement disponibles. C’est pour cette raison que, pour problématique que celui puisse paraître du point de vue de la recherche scientifico-sociale, nous nous contenterons de certains éléments empiriques et d’interprétations indirectes.

6En termes généraux, l’importance du « pacte » avec le massérisme* tend à se généraliser. Nous devons préciser que, au moment du putsch, les réseaux existants étaient dans un processus maximal de dispersion. Plusieurs récits rapportent que ce qui avait été la direction nationale présentait d’importantes différences et que les groupes actifs agissaient en accord avec les affinités personnelles et non selon un critère organique centralisé comme cela avait été le cas à l’époque de l’OUTG. Or, cela ne revient pas à affirmer qu’entre certaines trajectoires péronistes et les groupes proches de l’Amiral Massera, il ne se soit pas établi un certain type de liens.

7L’explication d’Alejandro Alvarez sur ce rapprochement remonte au gouvernement de Cámpora, quand, par l’intermédiaire du père de deux militants du Transfert, Carlos Bruzzone, capitaine à la retraite, Massera décida d’entreprendre des pourparlers avec Alvarez pour envisager un éventuel rapprochement avec Perón. Dès lors se tissa un premier lien qui fut activé dans les débuts de la dictature. Ayant été promu Amiral au cours de la présidence de Perón, Massera aurait vu d’un bon œil les conseils qu’il avait reçus.

8D’après Alvarez, la promotion militaire de Massera par Perón en personne agit comme un élément de légitimation pour garder le contact avec celui qui, il y a peu de temps encore, avait été capitaine de navire. Le très récent passé anti-péroniste de Massera au moment de la très difficile négociation avec le lanussisme*, lorsque le retour du leader au pays semblait possible fut occulté. Plus tard, cette relation disponible en vint à jouer un rôle actif pendant le gouvernement dictatorial.

9Ce contact est justifié, quant à lui, à partir de l’hypothèse du conflit au sein de l’armée, dans laquelle les groupes politiques du péronisme n’étaient que des appendices :

  • 3 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

« Commença alors une relation où ce que je voyais, moi, le panorama du début, c’était que l’armée, elle était avec les Montoneros, nous, nous le savions, c’est eux qui soutiennent ces types-là. Comment on s’est protégés ? On s’est mis avec ceux qui n’avaient pas de relations avec les organisations militantes. C’est ça qu’on a fait. Le vrai conflit, il était entre l’Armée et la Marine. Parce que cette guerre c’était ça. Et ça personne ne le dit. Personne. Mais moi je le dis. C’était quoi cette guerre ? Une guerre entre l’Armée et la Marine. Pour nous la Marine était un bouclier. Pour eux, il fallait que nous ne soyons pas avec les autres. Les avantages. Eh bien, c’était comme ça et ça nous a permis de sauver un tas de gars, en les protégeant au cours de leurs réunions3. »

  • 4 Sur la période 1976-1983 nous pouvons citer, entre autres, Heredia M., « El Proceso como bisagra. E (...)
  • 5 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

10Le diagnostic d’Alvarez se centre sur les conflits entre les trois forces militaires pendant la dernière dictature. Ce conflit aurait réduit le reste des acteurs politiques à la lutte intra-militaire4. Le diagnostic est évidemment solidaire de la position que l’acteur tente de justifier. D’une terrible conspiration, un cheval de Troie militaire et répressif, il ne reste pas grand-chose. Une simple réponse face à une situation exceptionnelle. Ainsi l’hypothèse retenue est-elle minimaliste : un parapluie, le besoin de se protéger face à l’escalade de la répression qui faisait des militants péronistes une cible. Cela justifiait même que le groupe chargé de l’université del Salvador, avec Francisco Piñón comme recteur, décerne à Massera le doctorat honoris causa : « Ce que je te dis c’est que nous lui avons donné un titre universitaire, un doctorat honoris causa à l’amiral Massera. On l’a acheté, c’est ça, on l’a acheté5. »

11En plus de la relation avec Massera, établie avant la dictature, il y a le rôle de l’université del Salvador, administrée par une fondation à laquelle participaient des acteurs de l’ex-OUTG. Piñón, ex-militant de la branche universitaire de la Garde, l’OUP, devint le recteur de cette université pendant une bonne partie de la dictature militaire. Plusieurs acteurs de l’ex-OUTG en vinrent à constituer un éventail d’autorités et de professeurs del Salvador – il convient d’ajouter que pendant la période de la Garde, d’anciens militants d’autres forces politiques, certains d’entre eux issus de la JP Loyauté, ont également été professeurs dans cette institution. Le Provincial jésuite en Argentine durant cette période, Jorge Bergoglio, lié à la Garde de Fer d’après plusieurs témoignages, aurait géré le transfert de l’université vers le groupe constitué par d’anciens militants de l’OUTG. Le 25 novembre 1977, l’université del Salvador remit le titre de Professeur honoris causa à Massera dans une matière qui venait d’être créée, « Problèmes internationaux de l’espace océanique RP Yves de la Brière SJ ». C’est Piñón en personne qui lui remit le diplôme. Les journaux de l’époque reproduisent les propos de Piñón sur l’intérêt universitaire d’associer la conscience d’un territoire maritime à l’idée de territoire terrestre. Ci-dessous sont cités les propos du militaire décoré dans lesquels il remettait en cause Marx, Freud et Einstein, soulignant que c’est là qu’il fallait rechercher les origines de l’« affrontement générationnel » qui divisait les sociétés actuelles. D’après Massera, le problème générationnel de l’époque résidait non pas dans la révolte des jeunes mais dans l’indifférence qu’ils manifestaient :

  • 6 Discours d’Emilio Massera, reproduit dans La Prensa, 27 novembre 1977, p. 4.

« C’est comme s’ils se contentaient d’attendre patiemment, l’extinction biologique d’une espèce étrange et incompréhensible ; en attendant ils se constituent en caste forte, ils deviennent une société secrète à la vue de tous, ils célèbrent leurs rites – la musique, les vêtements – dans une indifférence totale, et ils recherchent toujours des identifications horizontales, méprisant toute relation verticale. Plus tard, certains d’entre eux troqueront leur neutralité, leur pacifisme aboulique, pour le frisson de la foi terroriste6. »

12Cet événement constitua un élément par trop visible qui confirme les contacts entre ces réseaux péronistes, des acteurs du monde jésuite et les officiers de la Marine. Le massérisme voulait également se projeter dans l’univers politique en pensant à la disponibilité existante compte tenu de la proscription du péronisme et de la mort de Perón. Le Parti de la Démocratie sociale était le bélier politique par lequel des secteurs de la Marine prétendirent s’imposer à la ligne suivie par l’armée et s’institutionnaliser avant le retour de la démocratie.

13Quelle fut la portée de la relation avec le massérisme ? Cette difficile question, quoique évidente, a obtenu des réponses de ce type :

  • 7 Entretien avec Angela, 2005.

« J’étais présent lors de la cérémonie de remise de l’Honoris Causa à Massera. J’étais là, bien assise. Nous sortions d’un long processus. De nombreux camarades à nous avaient disparu. Je me rappelle qu’il se disait, bon, que ça négociait dur sous la table. Il fallait faire quelque chose pour éviter que nos camarades ne soient réprimés. J’ai vécu ça comme une couleuvre de plus à avaler. C’était pas joli. C’était une attitude qui nous servait pour éviter que des camarades continuent de disparaître. Une fois je suis allée à une réunion avec des gens de Massera, mais en fait c’étaient deux mondes qui n’avaient rien à voir. Leur attention était attirée par l’usage que nous faisions de termes militaires, alors qu’à cette époque c’était quelque chose d’assez courant dans les organisations de jeunesse. Au-delà du fait qu’ils étaient terribles, qu’ils étaient des assassins, c’était quelque chose de très naïf du point de vue politique. Comment ils pensaient, ce qu’ils pouvaient faire politiquement. On était surpris de voir à quel point ils étaient innocents. À ce moment-là, ils avaient du pouvoir, de l’argent qu’ils avaient volé, mais ils ne savaient pas du tout comment faire de la politique, et c’est ça qu’ils attendaient de nous, qu’ils nous demandaient. Pour eux, la politique c’était difficile, ils étaient trop bêtes7. »

14Le récit met en relief l’hétérogénéité des deux mondes : le péroniste et le militaire, ce dernier étant trop incompétent pour penser politiquement. Mais le cœur du récit c’est le « besoin de protection ». « Éviter la répression des camarades » est l’argument commun, spontané. Le récit suivant reproduit, dans l’optique de quelques anciens militants, l’affrontement avec d’anciens Montoneros :

  • 8 Antonio Guerrero fut arrêté-disparu après avoir été député national de Tucumán.
  • 9 Rappelons que Grabois autant que Gatica et Ceballos avaient fait partie de la direction de l’OUTG.
  • 10 Entretien avec Adrián, 2005.

« Le rapprochement que nous avons opéré avec Massera n’est pas celui dont parle [Horacio] Verbitsky. Il y a eu un processus de rapprochement, c’est sûr. […] À cette époque, nous tenions l’Université del Salvador. À cette époque l’université del Salvador était à moitié occupée par la Marine. Il y avait là Piñón, comme recteur, et avec Bergoglio nous avions alors une relation très étroite, car il était le Provincial des Jésuites. Ce fut une décision politique discutée et explicite de donner un diplôme Honoris Causa à Massera dans les locaux del Salvador, devant le recteur del Salvador, et devant nous, 200 ou 300 camarades. C’était une attitude de protection. Avec tout ça, le Gallego, il s’est fait avoir, et il y a eu une négociation avec la Marine à travers le père d’un camarade qui était un marin à la retraite, Bruzzone, capitaine de navire. Grâce à lui, il y a eu une longue négociation, qui a duré une semaine, ou plusieurs jours, et la condition pour qu’ils le relâchent était que le Gallego s’en aille. La Marine ne l’avait pas mais c’est la Marine qui a obtenu qu’ils le libèrent. Et il y a eu plusieurs démarches au sujet de disparus et si je m’en souviens bien, il n’y a eu qu’un seul résultat positif, celui du Gros [Antonio] Guerrero à Tucumán8. Il est resté longtemps disparu puis ils lui ont octroyé le statut de prisonnier. À cette époque-là déjà, il y avait beaucoup de camarades qui avaient décroché, qui s’étaient dispersés, l’énorme majorité sans militer. L’oisillon Grabois, Chiche Gatica de Córdoba et Caíto Ceballos de Rosario9 avaient décroché. Qu’après ça ils aient fait les putes… En tout cas ils ne sont pas partis à cause du pacte10. »

  • 11 Voir Verbitsky H., El Silencio. De Paulo VI a Bergoglio, Buenos Aires, Sudamericana, 2005.

15L’interprétation d’Adrián, protagoniste du rapprochement avec la Force navale, introduit des éléments différents. Pour lui aussi il est important de mettre en doute la validité de l’« hypothèse de Verbitsky11 ». Comme pour Angela, ce qui fut important, ce fut « le besoin de protection » dans un climat de répression qui avait même abouti à l’arrestation du leader Alvarez – comme nous en reparlerons ultérieurement. L’interprétation du journaliste et ancien dirigeant montonero Horacio Verbitsky, en revanche, se fonde sur des contacts plus étroits entre la Marine et d’anciens membres de la Garde de Fer, des contacts qui se seraient situées au niveau de la complicité et de la collaboration. Le récit d’Horacio Verbitsky met aussi sur la table que, au moment du rapprochement avec des secteurs des Forces armées, des liens organisationnels déterminés s’étaient notablement détériorés.

16Plusieurs entretiens mentionnent la place occupée par l’université del Salvador. Dans d’autres, on souligne que, au moment du rapprochement entre Massera et l’université del Salvador, contrôlée par d’anciens de l’OUTG, les membres de celle-ci s’étaient sensiblement dispersés, en grande partie à cause du contexte dictatorial et de différences qui existaient antérieurement. En outre, la séquestration du leader Alejandro Alvarez est mentionnée comme une raison qui imposait plus encore de penser à des mesures de protection. À cette époque, de plus, avait également été créé un espace de spiritualité catholique qui contenait religieusement ces acteurs.

17Le témoignage de Julián est différent. Celui-ci avait rompu avec l’entourage du leader charismatique de l’ex-OUTG en 1974, et peut apparaître comme étranger à ce processus :

  • 12 Entretien avec Julián, 2005.

« Je n’ai rien à voir avec le massérisme. J’étais déjà un traître pour eux. D’ailleurs j’étais étudiant à El Salvador et je n’y ai jamais remis les pieds car on me l’avait interdit. À cette époque, il y avait une hostilité manifeste12. »

18Dans certains cas, ceux qui participèrent à ce processus peuvent en revendiquer une partie en négligeant certains détails. Ce fut le cas de Gabriel qui participa à ces rapprochements en choisissant une trajectoire de conversion au catholicisme et en s’éloignant ensuite du groupe. En premier lieu, apparaît le caractère inévitable du « pacte » ; et comme dans de nombreux récits, l’hypothèse de la protection est également invoquée :

  • 13 Allusion au contrôle que les Forces armées tentèrent d’imposer aux organisations syndicales.
  • 14 Entretien avec Gabriel, 2005.

« Il y a eu une chose avec laquelle j’ai été d’accord. Le Gallego nous dit qu’il va placer le père de deux camarades à nous, Bruzzone, à la tête de l’orga. Ce camarade, le père de nos camarades, avait un petit problème : il était capitaine de navire. Moi j’ai dit : “ça ne me pose pas de problème ; si l’UOM13 est contrôlée par un colonel, la Garde de Fer est contrôlée par une capitaine de navire.” Ce à quoi il m’a répondu : “effectivement, il s’agit de cela”. C’était en 1977. Après il est parti à la retraite. Si beaucoup d’entre nous sont encore en vie, ceux de Buenos Aires, c’est grâce au Gallego. Ça c’est une question. Cette question n’implique pas qu’il y eut aussi trois ou quatre camarades qui allaient travailler organiquement pour la Marine. Comment pourrais-je ne pas être d’accord si à Salta et Tucumán on a perdu dix camarades parce qu’il n’y a jamais eu le moindre accord ? Des sénateurs de province accusés d’être des guérilleros. Une histoire de fous14. »

19Mais son témoignage va plus loin : « Quand ma fille se fait traiter de garde-marine*, ça me fout hors de moi. » Puis il poursuit en disant que ce pacte a eu « une facette héroïque et une facette de merde ». Gabriel, qui a participé à plusieurs réunions entre ex-OUTG et des gens de la Marine, rapporte que certains membres sont allés plus loin dans ces relations en intégrant la structure servant à spolier les biens des disparus que quelques anciens camarades auraient offerts à Massera.

  • 15 En lien avec les conflits entre les secteurs des Forces armées. Voir Canelo P., El proceso en su la (...)

20À cause de ce fardeau, il n’est pas difficile de constater que l’expérience avec le massérisme constitue une double défaite pour les trajectoires issues de l’OUTG et qui y participèrent. Par leur échec politique, puisqu’à court ou moyen terme la corrélation des forces militaires15 favorisait les secteurs de l’armée qui appliquèrent un plan de répression très sophistiqué et un plan économique drastique. Quant à l’initiative d’une démocratie sociale, c’est-à-dire l’objectif d’un nationalisme conduit par la Marine pour capter l’adhésion péroniste, elle n’est pas allée plus loin non plus qu’un conflit acharné au sein des Forces armées. Par son échec symbolique, au fil du temps, le massérisme laissa le souvenir du prototype le plus pervers et le plus atroce du passif de la dernière dictature. L’École supérieure de mécanique de la Marine (ESMA), centre de détention et de torture, est par excellence la représentation de l’horreur et de la violation des Droits de l’homme. Quant à la structure montée par Massera en personne, destinée à la spoliation des propriétés des détenus, elle fait toujours l’objet de poursuites judiciaires.

21Par ailleurs, les liens entre les groupes dirigés par Alvarez et l’entourage de Massera sont suffisamment évidents pour qu’il soit impossible de les nier. De nombreuses preuves ont été semées en chemin : l’une d’entre elles est le titre octroyé à l’Amiral à l’université del Salvador en 1977 et que nous avons mentionné. Lorsque la question était posée, la réponse était largement prévisible : le rapprochement eut lieu pour des raisons de préservation. Cette posture est aussi évidente qu’embarrassante. Les procès en cours indiquent la coopération entre groupes politiques et cadres de la Marine. Cela conduit même à soupçonner la participation à la spoliation des biens des personnes détenues et disparues par la suite. Mais il est tout aussi évident que de nombreux militants furent étrangers à ce processus. L’imagination politique inclut, en termes de préservation de vies, l’hypothèse de la liste. À cet égard, Gerardo a affirmé devant nous :

  • 16 Entretien avec Gerardo, 2005.

« Moi, j’ai rompu avec ces mouchards. Ils ont flirté avec la Marine et ils ont transmis des noms pour ne pas être touchés. J’étais avec eux, mais lorsque je me suis retrouvé avec Alberto, qui militait à…, je lui ai posé la question me concernant et il m’a dit : “Viens à mon bureau. Il faut que je te blanchisse, ils sont à ta recherche. Tu n’es dans aucune liste.” Avant, ils avaient signé un pacte avec López Rega. Maintenant, avec Massera16. »

22À notre avis, l’existence objective d’une liste ne peut être affirmée – car il ne nous a pas été possible de le savoir par nous-même – comme ce fut le cas pour les témoins qui faisaient allusion à des négociations qui auraient permis à certains militants d’être protégés des agissements de groupes d’action. Dans l’imaginaire de certains anciens membres de l’OUTG, le pacte avec Massera était le moyen permettant tout au plus de sauver la peau des partisans les plus loyaux d’Alvarez.

  • 17 Entretien avec Mario, 2005. Mario fait allusion à l’inexistence d’une zone maritime à Mendoza, ce q (...)

23Or, l’OUTG n’a subi que très peu de disparitions par rapport à d’autres organisations. Il y eut des arrestations, des actes de torture et l’exil de son leader Alejandro Alvarez peu de temps après le coup d’État de mars 1976, mais ses réseaux ne furent pas décimés à la suite des opérations de répression. Quelles conséquences eut l’accord avec Massera ? Qui a-t-il réussi à protéger ? Fouillons un peu plus l’expérience de Mendoza. D’après Mario : « À Mendoza, pas grand-chose ou presque rien. Quelle Marine y a-t-il ici ? Tu y as déjà vu la mer ou des bateaux17 ? »

24Le témoignage suivant peut nous aider à éclaircir un contexte de négociation en reprenant une biographie individuelle. Il est plausible de penser que les conditions de survie de ces militants péronistes de Mendoza n’aient pas été nécessairement liées à l’influence de la Marine mais à une négociation réalisée avec des membres locaux de l’Armée :

  • 18 Entretien avec Antonio, 2005.

« À ce moment-là, nous avons décidé de nous joindre à d’autres péronistes, des gens liés à des métallurgistes et des gens à nous, dans un bureau d’avocat. C’est là qu’on s’est réunis. Nous avons dit : “Qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on ne fait pas ?” Alors moi j’ai dit : “Pour qu’ils ne nous tuent pas il faudrait réussir à faire passer un éléphant dans la rue San Martín et que personne ne le voie.” J’ai dit que s’ils nous tuaient c’est parce qu’ils étaient des fils de putes ou par erreur d’information. Ils cherchaient des gens impliqués dans la guérilla. Alors moi j’ai dit que nous ne pouvions rien faire s’ils voulaient nous tuer parce qu’ils étaient des fils de putes, mais que nous pouvions tout de même nous protéger des erreurs d’information. Si ce sont des fils de putes, c’est inévitable, mais nous pouvons corriger les erreurs d’information. Alors les liens que nous avions, des amis proches des Forces armées, nous les avons recherchés et nous les avons contactés. Nous avons activé nos réseaux pour entrer en contact avec les militaires. Et nous leur avons envoyé dire de ne rien attendre de nous, que nous n’étions que des militants politiques et que nous pouvions dresser la liste de ces gens, et que nous n’avions rien à voir avec la guérilla. Nous n’étions pas des fonctionnaires mais simplement des militants. Ils ne nous ont pas garanti qu’ils allaient nous sauver mais qu’ils allaient faire le nécessaire auprès d’un militaire au cas où nous serions pris. Rien à voir avec le massérisme. En fait, cet accord a eu lieu après18. »

25Là, de nouveau, apparaît « la liste » comme un élément de négociation auprès des Forces armées pour éviter les effets de la répression. Dans les entretiens réalisés, comme lors de discussions informelles, tout le monde s’accorde à reconnaître le caractère étrange des liens entre les réseaux de l’OUTG de Mendoza et le massérisme. Les acteurs se retrouvent pour signaler l’existence, en revanche, d’une stratégie locale pour négocier avec les autorités militaires. Cela ne signifie pas, néanmoins, que lors de la signature du pacte, on n’en ait pas eu connaissance. Mais cela même indique un agrandissement de la brèche entre les acteurs et une aggravation de la dispersion des contacts. D’après Antonio :

  • 19 Ibid.

« Avec un groupe, nous avons commencé à prendre nos distances avec le Gallego et son entourage. Mais ce n’était pas une question de querelle interne ou de séparation. C’est surtout à cause de l’union avec le parti justicialiste de Mendoza, avec la réalité du péronisme de Mendoza. C’est ça qu’il me semble important de faire remarquer. Ce n’était pas le moment de redire “Il y a des différences”. […] De toute façon, des gens sont venus de Buenos Aires pour nous parler du pacte de Massera. Je ne me rappelle pas bien quand ça a eu lieu, mais Miguel est venu nous le dire. Le recteur del Salvador, Cacho Piñón, y est pour beaucoup. Ça, ça a beaucoup à voir. Et la question de l’Église a beaucoup à voir. Ça commençait à devenir un débat. C’est là que le Gallego a commencé. Là, il a fait quelque chose, il a joué un rôle, sur toute cette question, il a dû y avoir une relation entre la maison de San Miguel, des jésuites, où avaient lieu nos réunions, nos rencontres, etc. Un curé est aussi apparu dans l’organisation, au début des années 1970, qui avait un contact étroit avec Solidarnosc en Pologne. C’est là que la question se pose. […] Que Cacho Piñón ait fait ce qu’il a fait, en donnant l’honoris causa à Massera, n’est pas en marge de la relation avec l’Église. Comment c’était ? C’était très bien gardé, il n’y avait que le Gallego et ses proches à le savoir. C’était quelque chose qui venait de Buenos Aires. Très réduit mais évident. C’est de là qu’est sorti le Cercle Santa María de los Buenos Aires. La formation du club tourne autour de ces choses-là. Nous, nous ne sommes déjà plus dans cette histoire. Nous n’y avons pas participé. Ce qui restait c’étaient “ceux qui allaient au club et ceux qui n’y allaient pas”. Et ça, c’était autre chose19. »

26Dès lors, il faut savoir interpréter, avec la distance suffisante, la version de l’acteur. Cela implique de ne pas vouloir voir dans le témoignage un indice de vérité, ce qui serait difficile à établir, mais l’émergence d’un problème pratique, spécifiquement, la relation entre le religieux et le politique. Nous nous attarderons ultérieurement sur cette difficulté mais il est important de faire remarquer qu’après le coup d’État les trajectoires ont commencé à suivre des chemins très différents. Il est possible d’observer une bifurcation de base : en suivant le langage de l’acteur, il y a « l’entourage du Gallego », et « les autres ». Ces derniers, dans le cas de Mendoza, sans grande violence, ont commencé par tisser leur propre réseau politique, avec les difficultés inhérentes aux périodes de dictatures militaires, et en particulier la dernière. Pour les premiers, et dans un espace plus restreint encore, eurent lieu des négociations avec des groupes militaires. Dans l’opinion de l’acteur, ce processus ne pouvait pas être séparé du poids croissant de l’empreinte catholique de ce groupe.

27Il faudrait ajouter un élément pour pouvoir tenter d’offrir une hypothèse de recherche sur cette question polémique. Si, comme c’est arrivé à Mendoza, les stratégies de survie dans le climat hostile de la dictature se sont développées de façon diffuse et inorganique, qu’en était-il des groupes et des militants réunis dans la capitale fédérale, berceau de la Garde de Fer et lieu de référence de la direction de l’OUTG ? Comme nous l’avons indiqué, des membres de ce groupe ont été arrêtés et certains ont disparu. À Mendoza, au moins trois étudiants de la Ligne nationale furent arrêtés et ont été sur le point de disparaître.

  • 20 Cf. Tarruella A., op. cit.

28L’exil du leader Alejandro Alvarez fut une situation limite vécue par une partie du groupe, après son arrestation et après qu’on l’eut prévenu de la nécessité de quitter le pays en compagnie de son bras droit et ancien chef d’état-major de l’OUTG, Fabio Bellomo. Alvarez, en approfondissant l’expérience de son exil, affirme que celui-ci se prolongea depuis le début de l’année 1977 et jusqu’au milieu de l’année 1978. Il résida en Uruguay, aux États-Unis et dans plusieurs villes européennes où il resta avec Bellomo jusqu’à ce qu’ils puissent revenir lorsqu’ils disposèrent de suffisamment de garanties. Pour beaucoup, il s’agit d’un cas de persécution politique. Pour d’autres, critiques envers Alvarez, celui-ci fut arrêté à cause d’une « erreur d’information » : les policiers pensant qu’il s’agissait d’un « célèbre Montonero », décidèrent de l’arrêter20.

  • 21 Entretien avec Antonio, 2005.

29Ce qui se confirme, à partir de la connaissance de son séjour hors du pays, c’est la négociation menée à bien avec la Marine par des membres de l’OUTG, nombre d’entre eux ayant adhéré récemment à la Garde de Fer et ayant une influence récente à l’université del Salvador. Francisco Piñón, recteur de cette institution, aurait été le principal artisan de cet accord. Là aussi est mise en relief la cristallisation d’une trajectoire qui commençait à se démarquer. Des intellectuels d’obédience catholique, liés aux institutions jésuites, à la figure de celui qui était alors le Provincial, Jorge Bergoglio, y étaient influents, et présentent le cadre, d’une certaine façon, de la voie à suivre pour un type de fusion très important entre religion et politique. Alvarez y a participé activement et l’adhésion à une identité catholique explicitement défendue a commencé à être une caractéristique omniprésente dans les activités, les discours et les représentations d’« Alvarez et son entourage », comme le nomme une personne interrogée21.

30Il semblerait que ce soit dans ce contexte que serait apparue l’affinité avec le massérisme. S’il y eut avec ce secteur des accords destinés à préserver la vie de péronistes mis en danger par la féroce répression militaire, les données connues permettent de ne pas réduire l’analyse à l’hypothèse naïve de la protection. Cela n’implique pas, comme hypothèse de recherche, de ne suggérer aucun type d’évaluation morale. Dans une large mesure, nous allons à l’encontre du témoignage de nombreuses personnes interrogées. Il ne serait pas valable non plus, en tout cas d’un point de vue intellectuel, d’adhérer de façon partisane à l’interprétation des ennemis politiques de ces réseaux. Toute évaluation morale peut être prise en compte mais chaque fois qu’elle ne sera pas confondue avec un jugement de valeur valide d’un point de vue historique et sociologique. Comment peut-on reconnaître le lien avec le massérisme sans se prendre les pieds dans une lecture innocente, l’hypothèse de la protection, et sans retomber dans la condamnation morale ou dans la vision conspirationniste qui voit dans la Garde de Fer, décrite de façon hyperbolique, une machinerie parfaite servant à ourdir des opérations politiques en secret ?

31La réponse à ce questionnement est en soi un sujet de recherche, selon les critères d’une sociologie historique des relations entre le religieux et le politique parce que, et bien que cela semble évident, il y a là des éléments religieux actifs (trajectoires catholiques, militantisme dans l’espace public, prolifération d’un néo-intégralisme). Nous nous contentons de suivre un indice raisonnable, dans la maigre documentation que l’on peut trouver, et les raisons non explicites difficilement publiques de certains événements.

32S’agissant de l’activité politique en pleine dictature, une personne interrogée nous disait « on faisait pareil, on travaillait pareil ». Il n’est pas dérisoire de penser que le parapluie offert permettait la poursuite de quelques activités politiques. L’une d’entre elles est la revue Trinchera de la Juventud Peronista (ancien organe pamphlétaire de l’OUTG).

33En juillet 1980, Trinchera publie un numéro intitulé « Est-ce que l’Argentine avance ? » Sur la couverture apparaît un schéma de la carte de l’Argentine, personnifiée, avec des yeux pleins de larmes et deux béquilles. À côté, un autre dessin, avec des images plus nettes représentant le ministre de l’Économie Martínez de Hoz. Le contenu du numéro témoigne d’une attitude d’opposition à certains secteurs du gouvernement. On y accuse une politique économique en phase avec le libéralisme d’Adam Smith et le projet libéral de la fin du xixe siècle. Cette évidence contredit tout type d’adhésion de ce groupe à la ligne politique dominante de la dernière dictature : en effet, comme cela fut constant depuis la Garde de Fer, bien qu’avec une autre portée, le libéralisme, incarné à ce moment-là par Videla et son ministre de l’Économie, était un ennemi irréconciliable de cette trajectoire péroniste.

  • 22 Trinchera de la Juventud peronista, année 1, n° 3, juillet 1980.

34Dans cette même publication, on exalte à nouveau le leadership d’Isabel Perón. Mais il y a un élément nouveau dans la légitimation politique : une information non seulement fait remarquer la visite du pape Jean-Paul II au Brésil mais affirme que la « Jeunesse péroniste comme organisation laïque et catholique va veiller à la manifestation de Dieu dans les villages et en prendre soin22 ». Cela ajoute un élément de poids, une torsion sur laquelle nous nous arrêterons après avoir fait le point sur le lien entre religion et politique.

35Pourquoi nous est-elle utile à présent, alors que nous tentons d’examiner avec une certaine profondeur le lien avec le massérisme ? Nous avons dit plus haut qu’elle ne concorde pas avec les évidences qui s’apprêtent à condamner la bienveillance d’une partie de l’ex-Garde de Fer envers la hiérarchie militaire. Cela n’implique pas l’absence de liens mais doit être vu dans le projet interrompu et frustré de Massera comme l’indice d’une coopération, une passerelle qui, si elle n’est pas niée actuellement par de nombreux participants, est en revanche relativisée ou expliquée pour des raisons conjoncturelles face à la pression dictatoriale. « Les Marins étaient des alliés. » Qu’est-ce que cela impliquait ? Dans certains procès, on signale la participation de certains anciens militants de l’OUTG, dans les opérations économiques du massérisme, grâce auxquelles celui-ci s’emparait des propriétés de disparus. Dans d’autres cas il n’est pas faux de supposer que c’était bien un bouclier de protection, et dans d’autres, finalement, qu’ils furent complètement étrangers aux négociations (comme les réseaux militants régionaux). Ce serait une erreur historique de penser que l’OUTG s’est reconstituée à partir de ses contacts avec la Marine. Or, que pouvaient impliquer ces contacts pour ceux qui les encourageaient ? Nous arrivons là au cœur de notre question, que nous nous contenterons d’ébaucher pour l’instant.

36L’expérience de Massera, avec son caractère apparemment inévitable, et ses avantages – maximaux et minimaux – était l’opportunité d’une rencontre d’un horizon de sens perdu en partie à cause du contexte dictatorial qui empêchait la réunification du péronisme, succès assez improbable non seulement à cause de ce contexte mais par la saignée et la tragique conclusion interne de ses antagonismes, et dans une large mesure par le mort de Perón et le sentiment de menace de rupture du mouvement national. Traumatisé dans le symbolique et dans le politique, le groupe du Gallego et de son entourage, comme on le nomme avec un mélange d’ironie et de loyauté malgré les différences consumées avec le passage du temps, devait faire face à un dilemme d’identification et de continuité politique produit par les difficultés à stabiliser le charisme quand le leader a disparu. La Démocratie sociale de Massera, bien qu’elle soit lue aujourd’hui comme le pauvre substitut d’un populisme mobilisateur, pouvait être interprétée à cette époque, malgré ses frustrations ultérieures, comme un projet destiné à occuper un espace vide. Les entretiens réalisés auprès de personnes proches de cette expérience nous en disent assez peu directement ; plus haut, nous avons reconnu que la seule proximité (qui en réalité fut bien plus que cela) avec la Marine rend le fait quelque peu obscur pour ne pas dire honteux. Mais le manifeste cité ci-dessous est un indice à ne pas négliger :

  • 23 Trinchera de la Juventud peronista, année 1, n° 3, juillet 1980.

« Notre proposition doctrinale : la Démocratie sociale. L’une des erreurs de notre temps est de confondre démocratie et démocratie libérale, comme l’affirme notre maître le général Perón. La proposition justicialiste permet que les structures intermédiaires recouvrent non seulement les partis politiques (mais eux aussi bien entendu) mais un autre type d’institutions politiques et sociales créées librement par le peuple. Cette conception justicialiste est la Communauté organisée. Cette communauté doit configurer la Démocratie sociale dont le concept est explicité en ces termes par le général Perón : elle est sociale dans la mesure où, comme je l’ai déjà dit, la véritable démocratie est celle où le gouvernement fait ce que veut le peuple et ne défend qu’un seul intérêt : celui du peuple. Elle est sociale parce que la société est son cadre, son objet et l’instrument de sa réalisation parce que le peuple organisé en société est l’acteur des décisions et l’artisan de son propre destin. Elle est sociale, dès lors qu’elle établit l’équilibre du droit avec la communauté23. »

37Lorsqu’en 1982 Alejandro Alvarez écrit À tous les Argentins de bonne volonté, document signé par d’autres dirigeants justicialistes, l’idée de Démocratie sociale apparaît à nouveau. Il y est dit que :

  • 24 « À tous les argentins de bonne volonté : proposition justicialiste visant à contribuer à la soluti (...)

« Sans partis politiques, finalement, l’aspect politique de la Démocratie sociale serait impossible. Comprenons aussi que sans Démocratie sociale, les partis politiques suivront le chemin du rachitisme, de l’enfermement et de l’exclusion, en minimisant le pouvoir national et en livrant le pays à l’aventure ou au hasard, pour ne pas dire à la disparition par consomption24. »

38L’appellation Démocratie sociale fut reprise par Massera pour nommer son parti et impliquait sa projection dans un contexte politique qui semblait inexorable pour les militaires après la défaite des Malouines. Ces éléments que nous apportons sont antérieurs à l’exposition publique du projet de Massera. D’une certaine façon, ils relativisent l’idée de l’ex-Garde de Fer comme structure politique absorbée par les ambitions de la Marine. Au contraire, le massérisme s’est-il constitué sur la mentalité de ce groupe ? On ne peut pas croire innocemment à une simple coïncidence, et nier l’existence d’affinités de pensée sur lesquelles furent établis de possibles liens transférables à la politique. Sans aller jusqu’à émettre des hypothèses sur des conspirations et des arrangements, il n’est pas absurde non plus d’imaginer l’existence d’une structuration culturelle qui permit à des militants péronistes de trouver dans des secteurs des Forces armées l’opportunité de transposer leurs projets de pouvoir.

Notes

1 Duverger M., op. cit.

2 S’il existe un accord de base sur la répression militaire, la querelle militaire interne qui a traversé la dictature n’a pas été étudiée en profondeur, s’agissant aussi bien des lignes de pensée internes (différentes façons de comprendre le lien entre nationalisme, militarisme et catholicisme) que des affrontements politiques entre les différentes forces.

3 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

4 Sur la période 1976-1983 nous pouvons citer, entre autres, Heredia M., « El Proceso como bisagra. Emergencia y consolidación del liberalismo tecnocrático: FIEL, FM, CEMA », in Pucciarelli A., Empresarios, tecnócratas y militares. La trama corporativa de la última dictadura militar, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2004. Boisard S. et Heredia M., « Laboratoire de la mondialisation économique. Regards croisés sur les dictatures argentine et chilienne des années 1970 », Vingtième siècle, Revue d’Histoire, n° 105, janvier-mars 2010.

5 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

6 Discours d’Emilio Massera, reproduit dans La Prensa, 27 novembre 1977, p. 4.

7 Entretien avec Angela, 2005.

8 Antonio Guerrero fut arrêté-disparu après avoir été député national de Tucumán.

9 Rappelons que Grabois autant que Gatica et Ceballos avaient fait partie de la direction de l’OUTG.

10 Entretien avec Adrián, 2005.

11 Voir Verbitsky H., El Silencio. De Paulo VI a Bergoglio, Buenos Aires, Sudamericana, 2005.

12 Entretien avec Julián, 2005.

13 Allusion au contrôle que les Forces armées tentèrent d’imposer aux organisations syndicales.

14 Entretien avec Gabriel, 2005.

15 En lien avec les conflits entre les secteurs des Forces armées. Voir Canelo P., El proceso en su laberinto. La interna militar de Videla a Bignone, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008.

16 Entretien avec Gerardo, 2005.

17 Entretien avec Mario, 2005. Mario fait allusion à l’inexistence d’une zone maritime à Mendoza, ce qui aurait rendu presque impossible le champ d’intervention des militaires de la navale.

18 Entretien avec Antonio, 2005.

19 Ibid.

20 Cf. Tarruella A., op. cit.

21 Entretien avec Antonio, 2005.

22 Trinchera de la Juventud peronista, année 1, n° 3, juillet 1980.

23 Trinchera de la Juventud peronista, année 1, n° 3, juillet 1980.

24 « À tous les argentins de bonne volonté : proposition justicialiste visant à contribuer à la solution de la crise qui s’est abattue sur nous », Cuadernos Tercera Posición, 1986 (1982).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540