Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Chapitre V. L’organisation unique du Transfert générationnel

Texte intégral

1Deux grands moments se détachent dans la période traitée dans ce chapitre. Le premier a comme antécédent la révolte populaire survenue en mai 1969 sous le nom de Cordobazo, et qui mit en échec le gouvernement militaire toujours dirigé par le général Onganía. Un an plus tard, avec la séquestration et l’assassinat de l’ex-président Pedro Aramburu, l’organisation des Montoneros voyait publiquement le jour. Ces deux événements, non seulement mettent en évidence l’existence de conflits sociaux mais aussi leur possible résolution par le biais de partis armés. Dans le péronisme, l’affrontement était de plus en plus violent entre les groupes de guérilléros et les dirigeants des grands syndicats (Augusto Vandor fut assassiné le 30 juin 1969 par une cellule de la guérilla). Dans un contexte de décadence militaire, le retour du péronisme au pouvoir faisait partie du militantisme politique et de la mobilisation sociale.

2Le retour du péronisme se produisit en premier lieu après la victoire d’Héctor Cámpora, dernier délégué de Perón, aux élections du 11 mars 1973. Pour des questions d’ordre légal, Perón ne pouvait pas se présenter mais cet historique dirigeant justicialiste fut élu et autour de lui commencèrent à tourner des personnalités proches du péronisme révolutionnaire. « Cámpora au gouvernement, Perón au pouvoir », était la phrase qui circulait à l’époque et qui indiquait que sous cette candidature, c’était Perón lui-même qui allait commencer à agir politiquement en Argentine.

3Après le bref gouvernement de Cámpora, Perón redevint président au cours de la même année. Néanmoins, le conflit politique intra-péroniste était loin de s’apaiser. L’affrontement entre la Tendance révolutionnaire du péronisme et le leader atteignit un niveau explicite. Perón expulsa les Montoneros de la manifestation du 1er mai 1974, c’est-à-dire quelques semaines avant sa mort. Le 20 juin 1973, avait eu lieu le Massacre d’Ezeiza perpétré par des groupes péronistes d’extrême droite qui avaient tendu un piège aux militants révolutionnaires, tout cela dans le cadre des réjouissances organisées à l’occasion du retour définitif de Perón en Argentine. Redoublant de provocation, l’organisation des Montoneros assassina José Rucci, principal responsable de la CGT et homme loyal au leader péroniste, le 25 septembre, deux jours après la victoire de Perón aux élections présidentielles de 1973 où il obtint 62 % des voix.

4Avec la mort de Perón le 1er juillet 1974, la recrudescence de la violence fut impossible à contenir. Isabel Perón, assumant la présidence à partir de cette date (elle avait été élue vice-présidente à côté de son mari) prit José López Rega comme homme de confiance. Ex-policier, López Rega avait connu Perón à Madrid et était devenu son secrétaire particulier tout en occupant d’importantes fonctions politiques dans l’entourage de Perón. En tant que ministre du Bien-être Social du gouvernement péroniste depuis 1973, López Rega fut l’organisateur de l’Alliance argentine anticommuniste (Triple A), groupe para-militaire qui fut chargé de réprimer des personnalités politiques et des militants liés à des organisations et des partis de gauche.

5L’instabilité politique ne cessa de croître, comme les problèmes économiques face à un programme de gouvernement nationaliste très difficile à soutenir. Le 24 mars 1976, les Forces armées reprirent le pouvoir en destituant la veuve de Perón.

6Au début des années 1970, la Garde de Fer prit contact avec le FNE et entreprit une fusion des organisations qui durera effectivement jusqu’à la mort de Perón et qui se prolongera avec quelques sursauts et repositionnements idéologiques jusqu’au coup d’État.

7Comment entrer dans le péronisme ? La question pourrait sembler insignifiante s’agissant d’un mouvement charismatique qui, ne disposant pas de structure bureaucratique consolidée, en grande partie à cause de sa proscription, suppose des critères d’admission relativement souples. Globalement, dans de nombreux cas, on arrivait au péronisme à travers différents réseaux (familiaux, générationnels, intellectuels, religieux, territoriaux) dans lesquels les acteurs définissaient une identité et une adhésion politiques en accord avec la culture de l’époque. Mais la situation des organisations créées récemment et dont il fallait légitimer l’insertion, était différente. Surtout lorsque ces organisations commencèrent à élaborer la « certitude » d’être chargées de la mission liminaire de devenir « l’avant-garde auxiliaire » de Juan Perón.

8Dans ce chapitre nous tenterons de démêler certains des fils directeurs de la vie organisationnelle de l’OUTG. Cette approche traversera les récits de ses membres – souvenirs d’avoir appartenu à ce groupe – ainsi que les conflits internes et externes liés à la vie de l’organisation. Nous verrons comment des éléments politico-religieux déterminés ont acquis, au cours d’une période allant de 1971 à 1975, un statut central à l’intérieur de l’objet étudié.

  • 1 Sarlo B., La pasión y la excepción, op. cit.

9À l’origine de cette expérience, nous devons rappeler que la Garde de Fer est devenue un véhicule de ce que l’on a appelé la péronisation. La rencontre avec le leader fut un élément de la légitimation. Mais c’était une option possible parmi d’autres. Il y avait d’autres façons d’entrer par la « grande porte ». En 1970, de jeunes acteurs, formés pour nombre d’entre eux dans le mouvement catholique et dans le climat de rénovation conciliaire, ont également décidé de la séquestration et l’assassinat de l’une des personnalités les plus emblématiques de l’anti-péronisme, l’ex-président Pedro Eugenio Aramburu1.

  • 2 Dans une lettre à Perón du 15 mai 1972, Rodolfo Galimberti lui fait part de sa difficulté à unifier (...)
  • 3 En février 1972, par l’intermédiaire de celui qui était alors délégué, Héctor Cámpora, Perón fait p (...)
  • 4 Plusieurs récits situent la rupture au moment de l’assemblée réunie à la Fédération de Box le 9 jui (...)
  • 5 Au début de l’année 1972, la presse rendit compte des divisions croissantes au sein des organisatio (...)

10De cette façon, la constitution de l’OUTG fut un précédent symptomatique de la corrélation de forces dans le péronisme. On peut également voir ici le caractère complexe d’un ensemble d’organisations qui démultiplie les réseaux du mouvement péroniste et ses incorporations. Un exemple fut la tentative, finalement infructueuse, de créer un espace unifié de la Jeunesse, qui dans le cas de l’OUTG préconisa une lutte politique, n’optant pas pour la lutte armée2. La Mesa du Transfert générationnel (MTG), fondée entre la fin de l’année 1971 et le début de l’année 1972, où, en plus de la Garde (Alejandro Alvarez) et du FNE (Roberto Grabois) se trouvait Dardo Cabo, proche de secteurs de la Démocratie chrétienne, et du jeune militaire Julián Licastro et ses Commandos technologiques, répondait aux intérêts de Perón en personne de rassembler les différents groupes dispersés de la Jeunesse péroniste3. Néanmoins, Rodolfo Galimberti étant promu secrétaire de la Jeunesse au Conseil provisoire, la MTG fut dissoute. À cette époque, se rapprochant des Montoneros, Galimberti contribua à affaiblir la position des leaders de l’OUTG. La vague insurrectionnelle relégua les options de plusieurs membres de la Mesa4 ; Cabo s’éloigna pour se rapprocher des secteurs voisins de la Tendance révolutionnaire et finit par entrer chez les Montoneros. Néanmoins, il ne faut pas voir cette décision comme une simple opération politique dépourvue de significations plus profondes. Depuis la vertigineuse et spectaculaire apparition publique des Montoneros marquée par la séquestration et la mort de Pedro Aramburu au milieu des années 1970 et la constitution d’une Tendance révolutionnaire, se produisit un glissement des alliances au sein du péronisme qui déplaça le centre de gravité à l’extérieur de la Garde. En se différenciant de cette tendance, et en prenant ses distances avec l’espace qui fit du socialisme national son étendard, la fusion Garde de Fer-FNE privilégia d’autres critères de travail et de déploiement politiques5. En 1972, avec la volonté d’unifier des forces qui s’étaient exprimées lors de la réunion au couvent de Castelar, province de Buenos Aires, les leaders et les militants les plus importants décidèrent de mettre en mouvement l’unité, c’est-à-dire l’Organisation unique du Transfert générationnel.

  • 6 Tarruella A., op. cit.

11La signification de cette réunion et sa localisation chronologique sont des particularités difficiles à préciser, ce qui exprime une lacune mémorielle constituant toute une problématique à interpréter. La fondation de l’OUTG en tant que telle fut un pas de plus vers la cristallisation organisationnelle, vers l’établissement des disciplines et des rôles internes. Elle ne fut pas, strictement, le point de départ d’activités entre le FNE et l’OUTG mais le renforcement politique de la coopération déjà établie. Quelques militants soutiennent que cet acte fut presque symbolique puisque le travail politique et les liens communs étaient mis en place. La version qu’en offre l’ouvrage de Tarruella est sensiblement différente et insiste sur le caractère décisif de cet acte pour l’intégration du FNE6. Le renforcement des liens déjà établis à partir de la création d’une organisation unique aurait été à l’origine, au sein du FNE, de désertions de militants qui passèrent à la lutte armée dans d’autres organisations quelque temps plus tard.

  • 7 L’Intégralisme fut un groupe du mouvement catholique qui fournit également la Jotapé et les Montone (...)

12Du point de vue organisationnel, fut décidée la création d’une direction collégiale à la tête de laquelle se trouvaient Alejandro Alvarez (Garde de Fer), accompagné de Roberto Grabois (FNE), d’Eduardo Ceballos (FNE de Rosario), de Pedro González (Groupe Reconquête de Salta, lié à la Garde de Fer), de Lorenzo Gatica (Groupe national péroniste de Córdoba, composé en grande partie de militants catholiques de l’Intégralisme7), et d’un État-Major dirigé par Fabio Bellomo (Garde de Fer). La fonction de l’État-Major, d’après les personnes interrogées, consistait à doter la direction de tous les éléments matériels et cognitifs pour la réalisation des activités politiques en suivant organisationnellement un schéma militaire.

  • 8 Entre 1971 et 1972 se réalise progressivement la normalisation du Parti justicialiste, conséquence (...)

13La formation de ce réseau, sa portée dans différentes provinces du pays et la mise en place d’une structure de commandement ayant des fonctions spécifiques et des dispositifs distinctifs de communication, offraient à l’Organisation unique des éléments rationnels et organiques qui, avec le temps, tendirent à se heurter à la logique charismatique de la direction. Ces logiques ne tardèrent pas à s’affronter, conséquence typique du dispositif, et résultat de l’extension du groupe et des faits politiques qui allaient apparaître et qui ne pouvaient être contenus par une direction organisationnelle qui voulut imposer l’autorité aussi bien par les voies charismatiques que militaires (rationnels). Les résultats politiques pouvaient être les plus divers, comme, par exemple, la constitution d’un réseau local qui entrait en contact avec une pyramide de commandement, et qui devait répondre à l’échelon le plus haut de cette pyramide mais qui, au milieu, générait d’autres loyautés intermédiaires. Les dirigeants qui très tôt commencèrent à occuper des postes et à concentrer un pouvoir qui les rendait indépendants des dispositifs de l’organisation en sont un autre exemple. Cela généra, dans le même ensemble, diverses appréciations autour de l’exercice de la politique dans les appareils du pouvoir. Le même dispositif qui incitait les appareils politico-bureaucratiques, justement, à mépriser la lutte armée et à prédisposer la formation d’une jeunesse pour la politique8, provoqua ensuite de fortes tensions entre les acteurs concrets.

14L’action comme objectif entraînait une logique militaire non violente. Elle correspond ainsi à la mémoire de l’organisation « léniniste ou stalinienne », comme le disent les personnes interrogées. Deux à cinq militants formeraient un Groupe dans le Front principal, qui serait dirigé par un Chef de groupe : telle est l’unité de base du fonctionnement qui allait opérer dans une zone déterminée. Trois à cinq groupes constitueraient un Commando, dirigé par un Chef de commando. Chaque commando aurait un Officier de liaison qui disposerait des moyens permettant le fonctionnement des groupes. Ainsi, progressivement, on arriva à couvrir une section ou une région, et finalement le commandement collégial. Du point de vue opérationnel, le travail se centrait sur le Front principal, le militantisme local. Mais on disposait aussi de plusieurs encadrements simultanés dans le but de parvenir à une implantation politique multiple. Il y avait l’École de formation des cadres, visant à la formation des dirigeants ; l’espace des Brigades justicialistes, qui réunissait les jeunes non issus de l’université ; le Front des professionnels, spécialisés au front des cadres dans la discussion idéologique et les politiques des gouvernements, concentrés dans la revue Hechos et Ideas, dirigée par la philosophe Amelia Podetti, qui participa aux Chaires nationales ; et l’Arma, espace de l’organisation qui concentrait le militantisme des femmes. Trinchera était l’organe de diffusion de pamphlets, et Hechos e Ideas l’espace de l’expression intellectuelle où l’on reprenait les discussions d’auteurs péronistes, discours de Perón, d’Isabel Perón, des nouvelles sur le climat politique du groupe, et des articles d’intellectuels de l’OUTG.

15Au moment où nous les interrogions sur le fonctionnement pour savoir comment il était régulé, les personnes interrogées nous disaient qu’il n’existait pas de « règlement écrit ». Cela pouvait s’apparenter à une déficience d’une logique rationnelle et bureaucratique, modèle enclin à la systématisation des normes par écrit. Néanmoins, ne nous parle-t-on pas, surtout, d’une internalisation de codes si prononcée qu’elle parvenait à réguler les activités du groupe sans qu’il soit nécessaire de s’en remettre à l’écrit ? Un langage préalable établi depuis les réseaux territoriaux de la Garde de Fer trouvait quant à lui sa transcription. L’« attrait » de la Garde, pour de nombreux jeunes « sans ascendant populaire », se réalisait dans la mémoire active associée à sa légendaire naissance dans la Résistance.

  • 9 Steven Levitsky prend l’exemple de Juan Manuel Abal Medina, qui n’était pas affilié et qui était, e (...)

16Or, dans la relation entre le péronisme et le militant existait la médiation de l’organisation. Le lieu d’appartenance massive était le péronisme qui, comme on le sait, n’a pas besoin de conditions importantes pour générer des loyautés et l’envie de participer. Même l’identification politique, dans son cas, n’exige pas d’accréditation partisane9. Dans les années 1970, il y avait des cellules de militants qui agissaient comme des passerelles vers l’insertion. C’est un aspect de la fameuse culture des « orgas ».

  • 10 C’est ce qui se dégage des entretiens réalisés ainsi que du règlement existant dans la Garde de Fer

17L’OUTG produisait une forte tension entre le groupe et le reste de l’univers politique. Le travail territorial était dessiné tactiquement : il fallait chercher des zones ayant peu d’activistes dans d’autres lignes du Parti Justicialiste pour construire une arrière-garde, en évitant l’affrontement avec celles-ci. Pour une raison de loyauté partisane ? Non, tout au contraire : « pour éviter la confrontation avec celles-ci jusqu’à pouvoir compter sur un pouvoir constitué10 ». Ainsi, la caractérisation du champ politique se divisait-elle en « force propre, force alliée, force neutre et force ennemie ». Il est clair, en accord avec les critères précédents, que la force propre est l’organisation elle-même. Quelle idée se faisait-on du péronisme ? De façon abstraite, c’était le lieu d’appartenance, mais dans les relations produites, c’étaient aussi d’autres acteurs péronistes qui pouvaient être définis de façon antagonique. Cela signifie qu’être « vigie de la révolution » était complémentaire du travail quotidien dans le « milieu ambiant », à partir d’une conception « élevée de la politique » et d’une « abnégation et d’un sacrifice personnels », symptômes uniques de la valeur du travail comme militant.

  • 11 Ladeuix J., « Entre la institucionalización y la práctica. La normalización del Partido Justicialis (...)

18Ce projet d’implantation dans le territoire fut couronné de succès. On peut également défendre l’idée qu’il impliqua un travail difficile à réaliser en deux années. Mais au-delà de son résultat, comme apprentissage de la construction politique, il se refléta dans cette construction. Le Transfert fut un acteur puissant du Justicialisme lors de la campagne de réaffiliation partisane de 197211.

  • 12 Tarruella A., op. cit.
  • 13 Nous citons au chapitre précédent Juan Carlos Torre et son analyse des négociations syndicales, ce (...)

19La tendance de ces réseaux à l’inaction pendant toutes ces années a été soulignée dans une publication sur la Garde de Fer12. Ce regard introduit la confusion entre action politique et lutte offensive. L’accord ou le désaccord par rapport à l’OUTG suppose l’élaboration d’un type de perspective que nous voulons éviter dans cette étude. Quelques acteurs de l’OUTG partagent aujourd’hui cette appréciation en affirmant « qu’il était possible de continuer plus encore », d’autres, en revanche, défendent certaines décisions prises dans le but d’éviter les effusions de sang. Les deux positions reflètent davantage une expectative ou une intention normative sur le phénomène qu’une analyse sociologique de celui-ci. Le problème à élucider n’est pas l’inaction, car cette qualification n’est possible que si l’on prétend que la seule forme d’action a été celle qui fut développée de façon insurrectionnelle. Cette dernière fut importante, parfois avec des effets publics spectaculaires. Mais elle ne fut pas la seule13. D’après les personnes que nous avons interrogées, le passage à l’offensive aurait supposé d’adhérer au programme de la Tendance, ou, au contraire, de faire partie des groupes para-militaires de répression contrôlés par le Loperreguisme*. L’action fut un mélange de travail local et de formation de cadres – en tout premier lieu – et un déploiement sur l’ensemble du territoire avec occupation de fonctions gouvernementales locales – en second lieu – jusqu’en 1976. Au centre, la proclamation du verticalisme.

20Une affinité de sens peut expliquer dans une large mesure pourquoi apparut ce lien entre deux traditions différenciées. Un complément nécessaire fit des différences un sujet d’amalgame. La Garde de Fer avait des lettres de créance solidement gagnées dans sa trajectoire car elle provenait de la Résistance, pour avoir une direction qui s’était entretenue avec Perón dans les années 1960, et pour avoir développé un langage péroniste qui, dans le partage des eaux que marquait la discussion sur le rôle que devait occuper le leader, les Gardes défendirent bec et ongles un rôle actif et moteur de Perón. Les « Phéniciens », comme on commença à nommer les militants du FNE, n’avaient pas tous ces attributs. Au contraire, ils connaissaient en leur sein l’hostilité manifeste envers le péronisme par la culture développée dans leurs universités et leurs milieux familiaux. Cela constitue un élément de poids : la prédisposition à s’unir en faisant du péronisme de Perón un étendard « respectable ».

21Si les antécédents non péronistes du FNE étaient incontestables, à présent, leur « péronisation » viscérale et profonde allait être un fait qui trouvait dans le groupe d’Alvarez le meilleur espace de contention. Et dans ce contexte, dans lequel le fameux péronisme révolutionnaire imposait une lecture avant-gardiste de sa place dans le mouvement en se montrant porteur de sa définition authentique, l’OUTG approfondirait sa version orthodoxe et péronienne [fidélité à Perón], en s’attribuant une position anti-avant-gardiste dans le justicialisme.

22Pour cela, il faut revenir en arrière, remonter aux sources. L’un des anciens leaders du FNE le met en évidence quand il affirme connaître la « ligne cubaine, qu’il en vient, et qu’il a besoin de s’immerger dans le mouvement de Perón ». Tandis que les secteurs radicalisés insistaient avec de plus en plus de détermination sur la patrie socialiste, la rhétorique du Transfert allait chercher l’affiliation directe dans la pensée de Perón « authentique » selon eux. Il est intéressant de remarquer, en revenant aux premières publications de la revue GH, que le sens que l’on donnait à la loyauté envers le leader ne s’arrêtait pas aux affirmations de la Communauté organisée, comme cela a commencé à se faire dans les années 1970. Au contraire, l’obéissance à Perón suivait les préceptes d’une guerre populaire, d’une rupture imminente dans l’ordre anti-péroniste. Si l’idée d’une révolution péroniste n’avait pas disparu, la rhétorique qui commença à être défendue dans les années 1970 se basait sur les discours de Perón sur le Modèle argentin, avec une mémoire légitime qui remonte au Tercérisme proposé autour de l’axe de la Communauté organisée, et du processus d’institutionnalisation du péronisme.

23Le 10 septembre 1972, la direction de l’OUTG eut un entretien avec le leader à la résidence de Puerta de Hierro. Un document retranscrit la réunion qui s’est alors tenue et devint l’un des textes utilisés pour la formation des cadres. Dans le dialogue reproduit dans le document, Perón combine l’idée de l’institutionnalisation avec l’idéologie du « Transfert générationnel »* :

  • 14 « J. D. P. » (Juan Domingo Perón), Madrid, 10 septembre 1972. Reproduction inédite d’un entretien a (...)

« Je vous ai dit que lorsque j’ai quitté le pays en 1955, la première chose à laquelle j’aie pensé a été, précisément, la possibilité de continuer à diriger et que le Mouvement continue à s’organiser et à se renforcer. Comme je l’ai dit, tout ce processus jusqu’à cette date, jusqu’en 1955, fut un mouvement purement grégaire, comme le sont tous les mouvements révolutionnaires dans leur première étape ; la première étape du mouvement qui est l’endoctrinement et toutes ces choses, est une étape éminemment grégaire. C’est, disons, Lénine dans la Révolution russe. La deuxième étape est celle de la prise du pouvoir, et çà, c’est autre chose ; la troisième, est l’étape dogmatique, celle qui doit introduire le dogme ; puis l’institutionnalisation. À présent, dans notre cas, nous avons pu franchir cette étape doctrinale, entièrement depuis le gouvernement, ce qui nous a permis de gagner énormément de temps et les résultats obtenus aujourd’hui sont précisément dus à ce travail. […] Mais le mouvement grégaire a ses limites ; la limite, c’est la vie de celui qui l’anime. Et nous, nous ne pouvons pas croire que lorsque je mourrai, le Mouvement péroniste mourra aussi. Le principal problème est là : il consiste à transformer un mouvement grégaire en un mouvement institutionnel sur la base d’une organisation et d’un travail permanents. Parce que ce n’est pas facile. Ce n’est pas facile parce que les gens qui se trouvent à l’intérieur, disons, de la sujétion à une direction personnelle, ne sont pas prêts à se soumettre à une structure institutionnelle parce qu’ils croient avoir le droit d’intervenir, enfin, dans un long processus, qui ne peut se réaliser qu’avec le temps ; mais il est nécessaire de comprendre que c’est indispensable car, comme je l’ai déjà dit, l’homme ne gagne pas sur le temps. La seule chose capable de vaincre le temps, c’est l’organisation. Nous sommes arrivés à cette situation de devoir réaliser cela et de le réaliser de façon urgente, c’est-à-dire qu’il faut institutionnaliser le Mouvement. […] Cela nous oblige à nous organiser et à faire évoluer, à l’intérieur de cette organisation, qui est permanente, les personnes chargées d’exécuter ses missions, c’est-à-dire en transférant la direction à une autre génération14. »

  • 15 Voir à ce sujet Amaral S., « El legado de Perón de los años setenta », Cuestiones de Sociología. Re (...)

24L’idée de l’institutionnalisation n’est pas simplement l’organisation du péronisme. Comme on le verra un peu plus tard, cela signifiait que l’usage de la violence disparaîtrait avec le retour d’un gouvernement populaire et démocratique. Le défi du FNE et de la Garde de Fer était, comme le soutenait Grabois, la formation d’une jeunesse politique, ce qui impliquait d’accepter les règles du jeu démocratique. Lorsque l’on consulte les publications conservées par d’anciens militants de l’OUTG, nous retrouvons les discours du dernier Perón, celui qui insiste sur la réconciliation nationale et qui discrédite la violence politique15. Tel était le matériau de formation pour définir l’identité du groupe dans cette conjoncture où les affrontements se résolvaient au sein même du justicialisme. « Gouverner, c’est persuader » était l’un des documents de formation :

  • 16 Perón J., « Gobernar es persuadir », Mensajes de junio a octubre 1973, Secretaría de Prensa y Difus (...)

« Le Mouvement péroniste a besoin d’une organisation après avoir dû mener un combat difficile et acharné pendant dix-huit ans… […] Cette lutte acharnée, difficile, violente dans certaines circonstances, est à présent terminée ; une autre lutte commence, plus commune, de toutes les forces politiques pour la défense des intérêts et des objectifs nationaux. […] Les circonstances actuelles vont nous permettre de faire de ce grand Mouvement, jusqu’à présent complètement grégaire, une véritable institution politique, qui non seulement va s’occuper de la lutte politique, mais aussi de la culture politique dont notre pays a besoin16. »

  • 17 Perón J., Modelo Argentino para el Proyecto Nacional, Argentina, Ediciones de la Bandera, 1983
  • 18 García M., « La comunidad organizada: Un sistema de poder », Hechos e Ideas, année 1, n° 2, troisiè (...)

25Le discours de Perón au Congrès de la Nation, le 1er mai 1974, connu ensuite sous le titre de Modèle argentin pour le Projet national, allait être repris comme bannière d’une projection politique justicialiste17. Hechos e Ideas s’inscrivait dans cette ligne idéologique défendue par le gouvernement de Perón, et insistait sur la nécessité d’envisager « la lutte politique à partir de l’idée de communauté organisée et non à partir d’autres positions idéologiques18 ».

« Perón ne meurt pas » : lien organisationnel et militantisme territorial

  • 19 En lien avec le retour de Perón en novembre 1972, voir González-Alemánn M., « Le premier retour de (...)

26Le 17 novembre 197219, quelques semaines après la réunion entre Perón et la direction de l’OUTG à Madrid, le leader en exil réalisa son premier retour en Argentine. Dans ce contexte, Alvarez considéra que Perón ne devait pas rentrer au pays car cela même pouvait être néfaste pour la santé et la vie du chef péroniste. Cette prise de position, qui ne refléta pas l’événement plus immédiat (le retour de Perón), eut pour effet, dans les rangs du Transfert, de discréditer le scénario qui allait être mis en œuvre ultérieurement lorsque Perón serait de retour au pays. Face à cette situation, les militants de l’OUTG ne furent pas suffisamment préparés ni organisés pour l’accueillir, et l’organisation n’eut pas les réflexes nécessaires pour capitaliser le climat de mobilisation apparu à la faveur de la présence physique et politique prochaine de Perón.

27Nous voyons qu’en son nom et qu’au nom d’un esprit complètement loyaliste, des décisions pouvaient être prises et qui pouvaient aller à l’encontre de la dynamique militante elle-même, et, le cas échéant, à l’encontre des démarches que l’ancien président entreprenait. Être conséquent avec lui-même, par exemple, conduisit la direction de l’organisation à élaborer un schéma politique spécialisé, dynamique et opérationnel qui allait devoir se dissoudre, selon eux, à un moment donné. « La contradiction entre l’organisation et le mouvement » pouvait être dépassée, d’après les acteurs, du vivant de Perón. Pendant ce temps, le discours insistait sur le fait de le suivre sans autre intermédiaire, collectif ou individuel. Les réseaux d’alliances possibles étaient ceux qui ne discutaient pas le principe inviolable du « Chef Dirigeant », mais qui, quant à eux, respectaient le rôle d’« auxiliaires et de réservistes » de l’OUTG comme interprète fidèle de ce principe. Avec le temps, cette conduite est valorisée et survalorisée. Parmi d’autres affirmations, elle est exprimée en ces termes par celui qui était alors le leader de l’OUTG, Alejandro Alvarez, lorsqu’il insiste sur

  • 20 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

« la ligne qui sépare les successeurs des héritiers. Les héritiers sont-ils successeurs ? Ces gars [les Montoneros] sont des successeurs et les successeurs n’ont cessé d’avoir des ennuis et la succession ne veut rien dire en réalité, un lien qui pourrait être qualifié d’institutionnel ou de juridique, rien de plus. L’héritage est de toute autre nature. Il se devait de suivre les critères organisationnels, idéologiques et politiques de Juan Perón. Et les seuls à les avoir suivis, c’est nous. Les autres étaient divergents. Non convergents. Après avoir été convergents, ils étaient devenus divergents. Le résultat, c’est qu’ils sont allés occuper l’espace des successeurs et vider, déserter l’espace de l’héritage20 ».

28La différence entre succession et héritage représente, en tant que valeur construite également par d’autres organisations partisanes, une distinction entre « l’esprit » d’une geste politique et son institutionnalisation partisane. Ceux qui en viennent à s’emparer d’un parti déterminé ou un mouvement, ne sont pas exactement ceux qui, en accord avec cette valeur, incarnent le véritable legs d’une œuvre politique fondatrice, en l’occurrence, celle de Perón. En plus de la formulation d’une évaluation spécifique de la culture péroniste, l’histoire du groupe revêt une dimension pratique que ses acteurs font remarquer. Adrián, issu de la Garde, nous raconte le travail d’Alvarez à l’OUTG :

  • 21 Entretien avec Adrián, 2005.

« Le Gallego a commencé à faire un travail militant sérieux, à appliquer de façon conséquente l’idée du “Transfert”. À l’Université, avant, il n’y avait pas de péronisme. Après l’union avec le FNE, il y eut des colonnes d’étudiants qui marchaient derrière le portrait de Perón. Avant, ça n’existait pas. À ce moment-là, on a commencé à aborder le thème de la “nationalisation” des classes moyennes. Nous, nous en parlions beaucoup. Il fallait faire venir plus de monde parce que la mobilisation était en cours. Qu’est-ce que nous avons dit ? Il faut mettre tout ça, l’action locale, les cadres, sous la direction de Perón. La Mesa du Transfert a été la première tentative. Au moment de la réorganisation, après le départ de [Dardo] Cabo et de [Julián] Licastro, on était avec le FNE, très fort par sa présence dans les universités et par le nombre de gens qu’il avait21. »

29La Garde apparaissait comme la garantie d’une fidélité aux racines péronistes. Cela est même reconnu par les membres issus du milieu étudiant. Par ses origines non péronistes, le contact avec des militants qui venaient de la Résistance faisait l’effet d’un « blanchiment », une certification du processus de péronisation. D’après Pablo,

  • 22 Entretien avec Pablo, 2005.

« c’est nous qui traduisions en politique les directives de Perón sur le “Transfert générationnel”. C’est comme ça que les conversations avec Grabois ont commencé. Il ne le disait pas mais il avait énormément besoin du “maillot péroniste”22 ».

30Le besoin du maillot péroniste, c’est-à-dire, d’obtenir en termes d’organisation un capital symbolique qu’il n’avait pas, signifiait pour les étudiants du FNE, renoncer au capital numérique en leur faveur. La disparité des membres est une donnée particulièrement significative.

  • 23 Ibid.

« Eux, ils étaient beaucoup plus nombreux. Nous, je ne sais pas, trois cents, je dis ça, peut-être. Eux, quatre mille. Pourtant, le FNE faisait partie de la Garde. Il y avait une direction collégiale, mais le chef c’était le Gallego23. »

31Ainsi, le récit insiste sur la façon dont le FNE aurait cherché à prendre la direction de la Garde de Fer, et comment l’Unité, pour revenir sur l’unification entre la Garde de Fer et le FNE, signifia la construction d’une organisation de cadres de grande ampleur :

  • 24 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005. Le chiffre proposé par Álvarez est à l’évidence une exagéra (...)

« Eux, ils étaient quatre fois plus nombreux. Mais je n’y croyais pas, personne n’y croyait, c’est quand tu le vois que tu te rends compte. Ils m’ont nommé chef. Je n’y avais pas pensé. Je ne voulais pas. […] Bien sûr, toute l’organisation. En 1973, nous étions vingt-cinq mille cadres, et la capacité de mobilisation de deux cent cinquante mille. Ça fait beaucoup. Pour tout le pays. On n’a pas eu le temps, il faut du temps, pour entrer dans la Pampa, pour entrer dans la Rioja, au Chaco, à Santa Cruz et en Terre de Feu24. »

32La justification du FNE consistait à reconnaître la nécessité d’une péronisation légitime et effective. L’un de ses fondateurs met en avant, en plus, l’importance qu’il y avait à éviter « l’infiltration interne ». C’est-à-dire l’implantation foquiste.

33Au moment de parler du travail avec des secteurs de la classe moyenne, c’est-à-dire avec le FNE, constitué d’acteurs issus de familles et d’univers assez hostiles à l’expérience péroniste, réapparaît la question de la relation d’instances de participation et d’adhésion dans l’espace public. Dans l’extrait suivant de l’entretien, apparaît l’idée de la « contradiction entre mouvement politique et organisation de cadres ». La formation d’un micro-espace politique ultra-discipliné pouvait entraîner des inconvénients avec les instances dirigeantes du mouvement plus large. Apparaît également comme centrale l’idée de cadre et d’espace de cadres. Le récit actuel témoigne d’un principe de tension entre l’organisation réduite et le macro-espace d’appartenance. Ce principe est mis en avant pour justifier la dissolution ultérieure de l’OUTG. Avant d’en arriver là, il est important de faire remarquer l’aspect disciplinaire de l’OUTG et de la relation organisation-individu :

  • 25 Ibid.

« Ça marchait à coups de pieds dans le cul, avec une discipline militaire. C’était ça le problème. Le point de vue de l’existence organique, l’organisation était en contradiction avec le mouvement. Mais complètement en contradiction. Ça marchait à l’envers25. »

  • 26 Entretien avec Remo, 2005.

34Cette conception de l’espace spécifique d’appartenance conduit à considérer le groupe comme un sujet décisif dans le processus de transformation de la société. Les idées devaient être travaillées localement et sans aucune sorte d’atermoiements. Le travail politique supposait une signification élevée de l’idée de vocation. L’activisme local était une activité obligatoire pour tous les militants : « Moi, je n’ai pas eu une action militante universitaire mais simplement politique. Je militais localement, dans les quartiers et les syndicats. C’était ma vocation personnelle26. »

35Cette idée incluait le « double encadrement » des militants :

  • 27 Entretien avec Ana, 2005.

« Nous, nous avions un double encadrement. En plus de toute une activité, il y en avait d’autres. Moi, en plus du travail avec des professionnels, je travaillais avec les femmes. En plus du territoire. Il y avait déjà une branche féminine à la Garde de Fer, mais elle était plus importante dans l’Organisation27. »

36Le travail territorial était la continuité d’un mécanisme d’activités de contact dans les quartiers commencé à l’époque de la Garde de Fer. C’était, à son tour, la preuve la plus évidente de l’unique formation de cadres possible. D’après plusieurs témoignages, « ça nous a formés en tant que cadres ». Ainsi, le travail au Front des cadres – recrutement et formation de la classe moyenne – était considéré comme indissociable de l’insertion dans le Front principal, c’est-à-dire le territoire. Ernesto fait remarquer l’importance des liens entre formation, militantisme, contact social et spontanéité du mouvement politique ; cette relation aurait été le fondement de la « péronisation » des nouveaux militants :

  • 28 Entretien avec Ernesto, 2009.

« Notre travail était systématique : on sonne, on fait écouter la bande de Perón ; on sonne, on fait écouter la bande de Perón. Qu’est-ce qui se passait alors ? Les vieux militants nous rendaient, nous, encore plus militants. Nous sommes devenus péronistes grâce à eux, pas le contraire28. »

37Julio Bárbaro réfléchit à partir de sa propre trajectoire sur le modèle local de l’action politique déjà réalisée par la Garde de Fer et comment celui-ci devenait une clé pour analyser la construction de liens sociaux vers l’extérieur de l’OUTG :

  • 29 Entretien avec Julio Bárbaro, 2005.

« Je suis entré à la CGT des Argentins en 1968 et en 1969 à la Garde de Fer. Je connaissais tout le monde, et de tous ceux-là, Alvarez m’a semblé avoir une structure plus logique. Il m’a semblé bien. Là, j’ai commencé à faire du travail local. C’est ça qui m’a rapproché de la Garde de Fer. Rentrer dans un bar, et de là, du bar, parcourir le quartier. J’ai travaillé dans plusieurs quartiers de la Capitale Fédérale. Le travail de quartier, ça s’était spectaculaire29. »

38Si à cette même époque le passage à la lutte armée pouvait signifier pour de nombreux acteurs le point culminant de l’action politique, le « territoire » marqua les trajectoires de l’OUTG comme ce qu’il y avait de plus politique :

  • 30 Entretien avec Homero, 2005.

« J’ai commencé réellement en 1972 ou 1971. Dans les années 1960, ça parlait beaucoup mais on agissait peu. Parler politique c’est une chose, faire de la politique c’en est une autre. La politique c’est l’action. Ce n’est pas mal de parler politique, mais si on ne fait rien, on n’en sort pas. Au début, beaucoup de paroles, de la bricole. Après, j’ai commencé à avoir des contacts avec deux Unités de Base qu’il y avait à Floresta [quartier de la Capitale fédérale]. J’y suis entré et là nous avons ouvert une autre Unité de Base. Dans les autres il y avait des gens du Transfert. C’est là que j’ai commencé mon activité locale, près des camarades, des activités d’organisation30. »

39La construction de ce pouvoir local représenta à son tour l’accumulation d’un capital politique. Ce capital politique, comme nous le verrons ultérieurement, devint une carte d’accréditation légitime dans les structures partisanes du péronisme. Néanmoins, nous aimerions réfléchir un minimum sur un « axiome » travaillé localement. Durant la période qui a suivi le retour de Perón, à partir de rumeurs sur sa santé, et à cause de l’accentuation du désaccord entre celui-ci et les secteurs de la Tendance révolutionnaire, la position de l’OUTG fut d’insister sur le fait que « Perón ne meurt pas ». On est fortement enclin à penser cette phrase en mettant en relief sa possible connotation mystique. Ici, il y a deux versions. Dans la première, celle que défend la direction, c’est la version politique, au sens du calcul et de la nécessité de faire abstraction de la question du leadership dans le mouvement.

40Un militant de l’OUTG, issu de la Garde de Fer, formé dans le militantisme catholique, raconte :

  • 31 Entretien avec Carmelo, 2005.

« Nous, nous n’avons pas parié sur la mort de Perón. Pour nous, Perón ne mourait pas. Tu comprends ? Et il n’est pas mort avant de devoir mourir. N’oublie pas que nous avons fait une affirmation dogmatique d’une appréciation politique. Quelle est l’appréciation politique, mon garçon ? Tu ne peux pas faire un organisme qui conspire contre le commandement stratégique supérieur. Comme ça, dès qu’il naît. Alors, quelle a été l’affirmation dogmatique nécessaire au respect de l’affirmation politique ? Perón ne meurt pas. Ciao ! Perón ne meurt pas et les gars disent vous vous êtes stupides, comment ça il ne meurt pas ? Il mourra bien un jour. Qui sait, par chez nous, non. Du coup, une stupidité dogmatique a servi à défendre une vérité politique. Quelle est la vérité politique ? Tu ne pouvais pas… dans le mouvement contre Perón, et maintenant, bon, faisons comme s’il allait mourir. […] Les types ils croyaient que nous, comme on était pauvres, on disait que Perón n’allait pas mourir parce que nous rêvions, nous étions des romantiques. Au contraire, on avait la foi, on obéissait à ce que nous avions dit, que servir Perón c’était servir la patrie. C’est ça qui a fait la grande différence avec les autres. Quand un gars fait une organisation, bon, au cas où Perón mourrait, qu’est-ce qu’on fait ? Et tu laisses tout ça de côté parce que s’il ne meurt pas, le plan est tout prêt et comme on l’a, on le fait. C’est clair31. »

41Cette interprétation en appelle à protéger le sens politique de l’action de l’OUTG par un fort sentiment politico-religieux. Pour cette raison, elle semble ne pas être incompatible avec le développement d’un mysticisme politique envers la figure de celui qui est alors président. À distance, ceux qui ont imposé et renforcé l’idée de l’impossibilité pour Perón de mourir tentent de replacer cette affirmation dans sa dimension tactique, élaborée en son temps par la nécessité de ne pas aggraver la « déloyauté » ni les divisions dont souffrait le péronisme. Néanmoins, ce seul appel était en soi un geste polémique et qui avait comme principaux destinataires les acteurs du péronisme révolutionnaire. Lorsque l’on interroge d’autres militants, selon leurs propres convictions ou celles de leurs camarades, dire que Perón ne pouvait pas mourir avait un sens plus téléologique et profond. Cet extrait d’un entretien réalisé auprès de deux militants reflète cette idée :

  • 32 Entretien avec Ana y José, 2005.

Question : Que voulait dire « Perón ne meurt pas » ?
José : Bon, d’un point de vue politique personne ne peut assumer ça, même s’il mourait. Par exemple, le monde court à sa perte en ce moment, la Bible le dit dans l’Apocalypse. Celui qui est impliqué ne dit pas « le monde court à sa perte ». Parce que, s’il court à sa perte, et qu’il le dit, lui, l’organisation disparaît. Si toi, tu dis, « Perón meurt », la première chose que tu dises c’est « qui va le remplacer ? » Regarde les chinois avec « Mao meurt », les soucis qu’ils ont eus.
Ana : Mais nous, nous prenions ça au pied de la lettre.
José : Depuis le premier gars qui exécute un ordre jusqu’à sa transmission tout en bas, c’est la même relation qu’entre le ministre de la Justice et le surveillant du pâté de maison d’à côté. Tu lui poses une question et le surveillant te fait une grossière caricature de ce qu’a dit le ministre de la Justice, mais au fond il dit la même chose.
Question : Vous preniez cela au pied de la lettre ?
José : Bien sûr. Mais physiquement c’est insoutenable. La discussion était spirituelle.
Ana : José, ils voulaient le tuer parce qu’il disait « Perón va mourir ». On n’acceptait pas cette possibilité réelle.
José : Ça ne voulait pas dire que Perón était immortel, c’était une réponse pour refuser de discuter. Parce que cela revenait à donner à la personne physique une importance plus grande en réalité. Parce que Perón était davantage une irradiation de sens qu’un dirigeant de fait32.

42Ceux qui, peu de temps après, se sont séparés des réseaux laissés par l’OUTG, défendent la rationalité qu’impliquait, à travers cette consigne, le fait d’éviter l’accélération des antagonismes de l’époque. Tel est le cas de Julián :

  • 33 Dirigeant syndical de la métallurgie qui eut une forte influence dans le péronisme pendant les anné (...)
  • 34 Entretien avec Julián, 2005.

« La réponse n’était pas aussi illogique. Elle est lucide. On ne pouvait pas tomber dans la stupidité de la gauche autour de la question de savoir s’il mourait ou s’il ne mourait pas. La proposition post-mortem nous faisait horreur. C’était une réponse frivole à une question frivole, qu’allait-on faire à la mort de Perón ? Cela ne voulait pas dire que Perón ne mourrait pas, cela voulait dire qu’on refusait de discuter de la mort de Perón. Car après il y a eu cette imbécillité qui a consisté à croire que le péronisme s’incarnerait en quelqu’un d’autre, comme ce stupide Lorenzo Miguel33 ou cette stupide Isabel Perón, qui était une pauvre femme qui ne valait rien. Qui n’existait pas34. »

43Dès lors, que signifiait cette affirmation ? Le seul lien avec Perón supposait – et dans les souvenirs il suppose encore – une très forte charge affective reconnue comme religieuse. Cette charge apparaît dans certains récits avec l’idée d’un « contact mystique avec le leader », mais aussi lorsque, dans certaines circonstances du militantisme, on pouvait échanger avec Perón un simple salut. C’est comme cela qu’Alma justifie « l’empreinte spirituelle des mouvements politiques » qui, dans son cas, se renforce pour avoir connu Perón personnellement :

  • 35 Alberto Martínez Baca fut l’un des gouverneurs liés à la Tendance révolutionnaire, et qui dut cesse (...)
  • 36 Argentina Rodríguez Flores fut une dirigeante historique du péronisme à Mendoza et députée national (...)
  • 37 Entretien avec Alma, 2005.

« Les mouvements politiques ont un fort contenu spirituel. Sinon le contenu est très faible. Cela, nous l’avons appris avec Perón. J’ai eu une expérience spectaculaire avec le général. Lorsque le gouverneur d’ici était Alberto Martínez Baca35 et qu’il y avait tant de problèmes, j’ai participé. Il s’est monté toute une bagarre où il y avait [Argentina] Rodríguez Flores36, l’UOM, et moi. Nous avons dû nous rendre à Buenos Aires. Nous avons eu une réunion avec un des ministres, nous lui avons dit que nous voulions saluer le général. Et nous y sommes parvenus. J’étais enceinte pour la première fois et le général est arrivé et il nous a salués. Lorsqu’il est arrivé vers moi, il a touché mon ventre et m’a dit : “J’espère que celui-ci sera un bon Argentin.” Le voir, tout d’abord, avoir Perón tout près de moi, c’était comme si j’avais touché le ciel du bout des doigts. Et je me suis demandé : “Pourquoi ne m’a-t-il pas dit qu’il espérait que ce serait un bon péroniste ?” Et là, je me suis rendu compte qu’il disait : “Pour un Argentin, il n’y a rien de mieux qu’un autre Argentin.” Cette expérience est marquée au fer rouge dans mon cœur37. »

44Dans d’autres témoignages, cette signification en vient même à faire penser à l’idée de l’immortalité du héros, lecture purement pratique du principe philosophique de la mission historique et du sens transcendantal de la vie des grands leaders :

  • 38 Expression servant à désigner les militants et dirigeants de l’Union ouvrière de la métallurgie.
  • 39 Entretien avec Homero, 2005.

« En me rappelant ce… fils de pute, qui se la jouait Montonero, je me rappelle qu’en 1972, il y a eu une réunion où nous étions, nous, les Metallos38, et des gens proches des Montoneros. Il était là et il disait : “Je vais être président, mais pas maintenant, seulement quand Perón sera mort.” Qu’est-ce qu’il s’est pris ! Pour quoi faire. “Flaco, qu’est-ce qui te prend ? Perón ne meurt pas, il est immortel.” Rends-toi compte, nous étions stupides et en 1972, il était impossible de croire que Perón allait mourir. Peu importe l’âge. Perón était immortel. Tu te rends compte de la foi profonde que nous avions dans la révolution, dans Perón39. »

45Si de nombreux membres de l’OUTG d’alors tentent aujourd’hui de justifier cette posture par l’explication tactique (éviter que les rumeurs sur l’état de santé de Perón en viennent à provoquer de plus grandes divisions au sein du péronisme), de nombreuses personnes, parmi celles que nous avons interrogées, suggèrent le sens littéral de la phrase. Aujourd’hui, certains l’interprètent comme un moyen absurde. Dans une autre perspective, on critique cette croyance à partir des déformations organisationnelles du groupe :

  • 40 Entretien avec Antonio, 2005.

« Bon, il s’est produit à ce moment-là les bêtises qui se produisent en général. Un problème lié à la transmission des messages. Le problème de l’organisation. Il y a une perte progressive de qualité. À cause de ceux qui sont chargés de transmettre les messages. Quand dans l’organisation politique, qui était imparfaite, par exemple, tu es responsable de l’Arma, à Jujuy, ou du développement des organisations sociales, et que cette situation était basée sur le bâton de maréchal que le Gallego avait mis dans ton sac à dos, tu devais assumer. Tu devais montrer une grande capacité à faire les choses, disons, à les élaborer, les monter, les développer, avec de l’initiative, ou tu devenais un récitant orthodoxe. Alors, parfois, pour ne pas montrer tes points faibles, tu renforçais tout ça avec un fondamentalisme stupide. C’était comme ça. C’est vrai. Alors toutes ces conneries montaient en puissance et les autres ils venaient et te disaient : “Comment ça, Perón ne meurt pas”. Balivernes  ! Je crois que tout ça était inventé par le Gallego, de ce point de vue, dans l’intention de renforcer l’autonomie de Perón pour pouvoir toujours définir les choses. Et dans l’organisation, une déformation, et voilà ce qui arrive. Et il y avait beaucoup de militants à le croire. Pour eux c’était parole d’Évangile40. »

46Lorsque les événements vinrent contredire les théories de l’OUTG, il devint nécessaire et indispensable de donner du sens et de la cohérence à la réalité. Perón mourut le 1er juillet 1974. L’affirmation militante de son entourage était-elle erronée ? Non, tout au contraire. La mort de Perón confirma que « Perón ne meurt pas » :

  • 41 Prelooker M., « Sociedad arcaica y mundo occidental », Hechos e Ideas, troisième époque, janvier-av (...)

« En Argentine, la mort du leader a mis le peuple, de façon brutale, face à la reformulation totale de la question du pouvoir. Là, je veux faire référence à une conception qui a beaucoup circulé dans le mouvement péroniste, qui affirmait que le leader – comme tous les grands guides de l’histoire – ne disparaîtrait que lorsqu’il jugerait que sa mission a été accomplie. En somme, qu’à la manière des rois-prêtres… notre leader administrait non pas seulement la vie mais aussi la mort. Et d’un certain point de vue, cela ne fait pas de doute. Sur le ton de la plaisanterie qui le caractérisait, et qu’il utilisait souvent pour annoncer des vérités profondes, Perón assura qu’il annoncerait le moment de sa mort avec une semaine d’avance. En réalité, il a tenu parole, et largement, car il l’a fait trois semaines avant, le 12 juin 1974, quand il a rencontré le peuple, pour la dernière fois, et qu’il l’a désigné comme son successeur. Cela voulait-il dire que Perón considérait que sa mission historique était accomplie ? Je le crois, et je pense de plus qu’en l’occurrence il ne se trompait pas41. »

47Dans ce cas, on peut voir l’affinité construite entre un dispositif organisationnel strict et la proclamation d’une foi séculaire. « Perón ne meurt pas » est cette affinité devenue synthèse : un constat mystique qui exigeait constamment que les militants de l’OUTG insistent, dans chaque réunion locale, dans les manifestations de masse, dans les textes, sur le fait que le leader était investi de qualités extraordinaires.

48L’organisation s’investissait ainsi d’un rôle fonctionnel à l’intérieur du vaste monde des décisions péronistes. Le Transfert était alors la garantie des intérêts de Perón, intérêts qui pour les protagonistes coïncidaient avec ceux du peuple. Mais aussi, l’espace organisationnel, qui établit activement la non mort de Perón, assigna des tâches aux individus dans le travail militant. Dans plus d’un cas, « Perón ne meurt pas » signifia un phénomène de croyance auquel les militants eux-mêmes attribuèrent un sens littéral. Mais le militant-cadre avait le pouvoir organisationnel sur ses propres épaules. L’idée de bâton de maréchal dans le sac à dos est significative du pouvoir de construction politique que l’OUTG cherchait à inoculer chez ses militants. Pour cette raison, et au-delà du fait que toute implantation militante dépendra en grande partie d’une capacité numérique à l’échelon local, cette organisation se nourrit d’une conception qualitative de l’acte politique. Dans cette conception, le rôle de l’organisation elle-même, comme celui de ses cadres, était décisif pour transformer la société. Ainsi, l’OUTG pouvait décider, entre la croyance la plus absolue et la justification pragmatique, que « Perón ne pouvait pas mourir. »

Les significations de la dissolution

49Avec la mort de Perón, comme cela arrive dès le décès d’un référent charismatique, se produisit une commotion radicale dans le groupe, dans le péronisme dans son ensemble et dans la société argentine. La commotion la plus immédiate, qui touchait le quotidien des adhérents, était la dissolution de l’organisation, décision prise par la direction et qui connut une intense résistance. D’après un des membres de la direction nationale :

  • 42 Plénum de l’OUTG en 1973, Rosario.
  • 43 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

« Les camarades s’y opposaient. Le parti nous offrit même le secrétariat du Mouvement. Je les ai envoyés chier. À Lanús, ils m’ont harcelé pour que je ne la dissolve pas. Mais c’était impossible. Ça, c’était le 5 juillet 1974. Perón est mort le 1er juillet. Quatre jours après. J’ai prévenu ici même à Rosario42. Je l’avais dit au plénum national. “Nous faisons cela, nous allons dissoudre”. Pourquoi ? Parce que c’est en contradiction avec le mouvement. Nous, nous sommes péronistes, pas n’importe quoi43. »

  • 44 Entretien avec Roberto Grabois, 2007.

50Un autre membre de la direction nationale fait remarquer que la dissolution s’inscrivait dans une logique de loyauté envers le mouvement politique : « J’ai honoré mon contrat. Le contrat c’était : Perón meurt et on dissout l’organisation au sein du péronisme. Nous sommes des péronistes de la base. Pas de chefs et pas de béni oui-oui44. »

51Angela, proche de la direction nationale, nous parle du caractère traumatisant de cette situation :

  • 45 Entretien avec Angela, 2005.

« Lorsqu’on a dissous l’Organisation, nous avons dû nous mettre à rassembler les camarades pour qu’ils ne se démoralisent pas. “Si c’était une école, nous devions être capables de continuer à être fidèles à la mission que nous nous étions fixée, même si nous n’avions plus d’organisation pour nous regrouper.” Il y avait des camarades qui refusaient, qui ne voulaient pas, qui allaient mal. Il fallait prendre le bâton de maréchal et travailler sans avoir besoin de la structure45. »

  • 46 Dans la première moitié du xixe siècle, San Martín mena un ensemble de campagnes militaires dans ce (...)

52Aujourd’hui, au moment de justifier cette mesure, on en vient à la situer dans une mémoire historique et une ligne de décisions qui replace la décision prise par la direction (décision encouragée en particulier par sa personnalité la plus en vue, Alvarez), dans un ensemble de grandes décisions prises dans le passé national. On pourrait ainsi remonter à d’importants personnages militaires du xixe et du xxe siècle. José San Martín, Juan Manuel de Rosas46, Juan Perón font partie de cette liste :

  • 47 Entretien avec Carmelo, 2005.

« Mais la question de l’organisation dont te parle Alejandro, c’est quelque chose que tu dois prendre en compte, et ce n’est pas une différence entre méthode et contenu comme tu crois, c’est une différence instrumentale. Dans toute organisation doit être présent l’objectif qui la sous-tend et cet objectif, dans le cas de l’organisation de cadres, c’était qu’elle disparaisse. Dans sa forme, elle ne pouvait pas avoir une importance qui lui permette de s’affirmer. Beaucoup s’étonnent qu’Alejandro ait dissous l’organisation alors qu’il avait le plus grand pouvoir politique à ce moment-là. Or, Perón a fait la même chose. En 1955, Perón n’avait pas fait la révolution militairement, en parlant de l’armée. Il avait la possibilité de soulever tout le pays avec les chefs. Il avait la possibilité de soulever la CGT avec les armes déjà achetées, et il n’a pas voulu. Je ne dis pas qu’il n’a pas pu, je dis qu’il n’a pas voulu. Il a fait d’une certaine façon ce qu’a fait la Garde en 1974. Lorsque Rosas a perdu Caseros, il l’avait dans le cul, ou quand San Martín, Libérateur de l’Amérique, plus fort que Bolívar, est parti, il est parti. Il dirigeait le Pérou, le Chili et l’Argentine, et il est parti. Comment ? Oui, il est parti. Et qu’est-ce qui lui est resté ? Rien. Tu vois comme tout ça se répète. Chacun son truc. Ce n’est pas une mimique. Ce n’est pas une mimique47. »

53Mais sur le coup, ça a créé des tensions, même dans une structure qui se définissait par sa discipline stalinienne :

  • 48 Entretien avec Antonio, 2005.

« Il y a une question qui n’a jamais été comprise après la mort de Perón. Ça fait partie des questions en suspens, qui nous font nous demander pourquoi le Gallego a fait telle ou telle chose. Je n’ai pas compris la dissolution. Mon attitude a été très hostile. Parce qu’en plus, ça a été un processus sans discussion. Une décision difficilement compréhensible prise par le Gallego. Après la réunion de Mar del Plata, c’était difficile à comprendre. Avec le temps, on arrivera peut-être à comprendre. Lui, après, il m’a dit que c’était pour une question de protection48. »

54Pour Ernesto, à l’OUTG, on avait l’impression qu’« on aurait pu faire plus ». Dans son récit, se mêlent la croyance que son organisation aurait pu avoir un autre type d’action à cause du sentiment d’effondrement produit par la mort de Perón et la dissolution du Transfert. Il était déjà apparu, au cours de ces années-là, de son point de vue, une dose importante de « sectarisme ». Il croit aussi, malgré son désaccord avec la décision de la direction nationale, que cette mesure a permis d’éviter des persécutions ultérieures :

  • 49 Entretien avec Ernesto, 2009.

« Autour de la dissolution, il y avait beaucoup de questions. Tout d’abord, Perón était mort. Deuxièmement, il y avait un sectarisme très grand. […] Nous, nous critiquions, mais tout en restant obéissants, disciplinés. Nous, nous sentions que nous avions plus à donner, plus à faire et… Mais d’un autre côté, [à la OUTG], ils en profitaient peut-être parce qu’ils étaient politiquement mieux formés que nous. Ils étaient plus politiques au sens traditionnel du terme. Nous, non. Nous, nous défendions l’idée que nous pouvions nous engager davantage et faire plus de choses, mais bon… Il est sûr aussi que grâce à quelques manœuvres qu’ils ont faites, ils ont permis qu’on n’ait pas trop de morts. Mais moi, j’avais l’impression qu’ils faisaient les choses à l’envers, que ce qu’il fallait faire, c’était avancer. Je voulais que nous soyons plus nombreux à continuer, pour être l’expression du péronisme et occuper plus de place au niveau de l’État49. »

55La « dissolution » comportait aussi un aspect traumatique. Le meilleur exemple qu’Ernesto puisse nous donner pour comprendre sa signification, c’est la comparaison avec une expérience communiste, paramètre organisationnel comparable de son point de vue :

  • 50 El día que maté a mi padre (Jorge Sigal, 2006) et El Camarada Carlos (Alicia Dujovne Ortíz, 2007) s (...)
  • 51 Ibid., 2009.

« Tu as lu El día que maté a mi padre ? Le type raconte le jour où il a quitté le PC. El camarada Carlos, c’est la même chose50. Cela explique ce que signifie quitter cette église laïque qu’est le communisme. C’est un très très grand déchirement. Et pour nous, c’est ça que ça a voulu dire. Et Perón était mort, il était comme un père51. »

56La « dissolution », comme nous l’avons vu, pouvait aussi être une décision appréciée comme une décision correspondant à un engagement pris :

  • 52 Il y a là une évidente confusion chronologique de la part de l’acteur. Au plénum de Rosario, qui s’ (...)
  • 53 Entretien avec Armando, 2004.

« En 1974, quand Perón est mort, un mois après – Perón est mort le 1er juillet 1974 – le 8 août 1974 – ou le 4 août52 – il y a eu un grand rassemblement à Rosario. Nous nous sommes retrouvés… On parlait de douze mille cadres. C’était énorme… quarante couples de camarades se sont mariés. Et le Gallego Alvarez a annoncé la dissolution de l’OUTG, considérant que, le directeur étant mort et que l’OUTG était une assemblée de cadres, le directeur n’existant plus, l’organisation ne pouvait plus continuer à exister. […] Un acte de pure loyauté et d’honnêteté. Loyauté envers Perón et envers la cause, et honnêteté avec nous et lui-même. Après cela, évidemment, on s’est tous sentis mal, parce que la MTG était une orga qui t’impliquait. Tu savais où tu étais, si tu voulais t’exprimer, tu pouvais t’exprimer, tu connaissais les règles du jeu. Il a dit une phrase à la fin du discours qui voulait dire qu’il nous renvoyait dans le monde et qu’il nous licenciait, il a utilisé une phrase de Mao Tsé Toung qui disait “à partir de maintenant, apprenez par vous-même”, comme pour nous dire qu’en chacun de nous il y avait une graine et qu’une fleur pouvait naître53. »

57Comment chaque militant a-t-il pu continuer à partir de ce moment-là ? D’après Remo, qui a entériné la dissolution, le moment était propice à d’autres expériences :

  • 54 Entretien avec Remo, 2005.

« J’ai toujours des contacts avec Alejandro, je suis son orientation, parce qu’ici, les gars qui étaient dans le Transfert de Mendoza, on a cessé de se voir. On s’est dispersé avant le coup d’État, exactement avec la dissolution parce que quelques-uns n’étaient pas d’accord et voulaient garder un groupe politique pour continuer à faire de la politique. D’autres, et moi avec eux, ont considéré que ce que nous avions appris pouvait servir à autre chose et non à rester dans des petits groupes politiques. Ils n’ont pas compris qu’une nouvelle ère commençait pour l’Argentine avec de nouvelles formes d’organisation. Ce qui était important, c’était de garder le contact, personnel et politique, plus encore que la forme organique. Il fallait conserver la perspective historique54. »

  • 55 Capitale de la province de Chaco, au nord-est de l’Argentine.
  • 56 Entretien avec Antonio, 2005.

58La dissolution ne se traduisit pas par la disparition des liens personnels et politiques. Le leadership charismatique d’Alejandro Alvarez a continué à s’exercer sur un ensemble de trajectoires justicialistes qui s’étaient retrouvées dans le Transfert. Pourtant, il est important de souligner que la dissolution a marqué un point d’inflexion dans le groupe : si certaines de ses caractéristiques restèrent dans l’imaginaire des acteurs, la dispersion qui a commencé à se manifester a diversifié les parcours qui allaient être suivis. Aujourd’hui, cela ressemble à une forme de dissidence : « Nous étions dissous mais, allions-nous continuer à travailler ensemble ? » : « La question, c’est qu’après la dissolution on a continué à créer des structures. Moi, le coup d’État m’a surpris alors que j’étais à Resistencia55, en train de constituer une structure56. »

59Ce que confirme le récit d’un membre de la direction nationale :

  • 57 Entretien avec Gerardo, 2007.

« Ce qu’il y a eu après la dissolution, c’est une inertie de 5 à 6 mois, qui a consisté, pour ainsi dire, avec quelques gars, à parcourir le pays et à donner notre réponse aux camarades sur ce que nous allions faire. Après, il y a des gens qui ont pactisé avec López Rega et c’est à ce moment-là que moi j’ai rompu avec eux57. »

60Le récit de Gabriel défend la dissolution mais remet en cause la façon dont les choses ont évolué à partir de là, avec des formes déguisées d’organisation :

  • 58 Entretien avec Gabriel, 2005.

« Après la mort de Perón, le Gallego s’est beaucoup trompé. Moi, je n’étais pas en désaccord avec la dissolution, je l’étais sur la façon dont elle avait été menée. Après la dissolution, il a continué à organiser des réunions à Mar del Plata, où j’allais. Alors, dissolution pour de vrai, ou dissolution pour du beurre ? Si c’était pour du beurre, il aurait au moins pu me le dire à moi. La dissolution était bonne parce qu’elle évitait la confrontation directe avec le loperreguisme. Nous, on s’est affronté pour de bon. On dira ce qu’on voudra, mais ils allaient nous tuer. Mais bon, il y a eu des erreurs58. »

61Face à cela, l’ancienne direction dit ceci actuellement :

  • 59 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

« Nous avons conservé intacts des espaces de militantisme, nous avons dû ouvrir des dispensaires, ça a été un désastre, mais on a continué. On a continué à s’occuper des camarades en vie, on a ouvert dans chaque chef-lieu de région une maison. […] Mais en plus il y a autre chose, la transformation, au-delà du fait qu’en termes réels on n’en finit jamais de se former, en termes stricts comme aujourd’hui il y a autre chose, le problème ce n’est pas la formation, ce n’est pas une répétition, c’est la vie. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Si tu dissous l’organisation, c’est fini, ciao. Plus de Collège Militaire. Maintenant c’est le combat. Si ça te plaît tant mieux, sinon je le regrette beaucoup, mon gars. Tu comprends ? Alors on a adopté un autre dispositif, un dispositif de combat, pas un dispositif de formation, avec ceux qui voulaient, et sans limite, c’est-à-dire pas seulement avec ceux qui ont participé à la mission. Ceux qui en faisaient partie, comme moi, et ceux qui n’en faisaient pas partie. N’importe qui. Tout le monde en rang, du concret59. »

  • 60 Dans l’imaginaire péroniste, la direction stratégique renvoie à la position la plus haute du pouvoi (...)

62Dès lors, un chemin intermédiaire ne parvint pas à tracer globalement une stratégie spécifique. Ce qui restait de l’OUTG, était-ce une ligne interne dans le péronisme ou des individus qui allaient s’intégrer dans les structures existantes en termes d’institutionnalisation partisane ? Ce dilemme ne fut pas facile à résoudre. Les forts liens que les attaches militantes supposaient chez les individus, exerçaient un pouvoir de socialisation qui allait être difficile à défaire en peu de temps. L’« inertie » créée, comme cela apparaît dans les témoignages, se traduisait en liens de remplacement comme des groupes, des institutions, des réseaux locaux, des unités de gouvernement. Le tout le monde en rang, les tâches concrètes, allaient commencer à se traduire par l’action quasiment impossible consistant à légitimer en Isabel Perón la direction stratégique60.

63La mort du leader, qui, comme nous l’avons dit plus haut, émut le groupe par la décision de le dissoudre en tant que réseau discipliné et formellement présent, aggrava un ensemble d’affrontements dans la société argentine et dans le péronisme. Les antagonismes qui, depuis 1974, avaient atteint un niveau paroxystique, n’ont pas été sans produire d’effets spécifiques sur la trajectoire de nos acteurs : l’aggravation des conflits, l’augmentation de la menace putschiste des Forces Armées, les rancœurs irréconciliables dans le péronisme interpelaient les militants péronistes qui revendiquaient leur appartenance à un centre idéologique. Un horizon, proche dans le temps, se précipitait plus encore. De façon urgente, il fallait prendre position dans un contexte radicalisé.

Les montoneros et « l’infiltration » : un discours contre la « synarchie »

64Les antagonismes politiques de l’époque, marqués par l’accroissement de la violence, trouvèrent chez les Montoneros l’un de leurs protagonistes. Les faits sont connus et atteignirent leur point culminant le 1er mai 1974 au moment des cantiques de la Jotapé*. Les Montoneros eurent comme réponse la célèbre expulsion de la Place de Mai. Ce qui était alors l’OUTG développa un puissant discours panégyrique du leader assumant la vision qu’une partie du péronisme attribua aux Montoneros : le surnom d’infiltrés. Si l’un des critères d’entrée dans le péronisme à travers la Garde fut le « symptôme du péronisme », le travail politique et de formation du Transfert visa à justifier le caractère « authentique » du péronisme et son incompatibilité avec d’autres formes politiques.

65À cette époque les drapeaux historiques du justicialisme furent repris ainsi que les présupposés qui en faisaient le constructeur du pouvoir populaire. La Communauté organisée occupait un espace central dans la critique du Libéralisme :

  • 61 García M., « La Comunidad Organizada: un sistema de poder », op. cit.

« Ni l’analyse léniniste de l’étape de transition… ni la réalité soviétique… ne remettent en cause les caractéristiques essentielles de l’État démocratico-libéral : celui-ci continue de confisquer l’activité politique, économique, sociale et culturelle du Peuple, tout en prétendant compenser cette réalité par le changement de sens social dans lequel il agit. […] L’analyse marxiste n’envisage pas et ne perçoit pas comme possible le développement de formes organisées du Peuple qui peuvent remettre en cause le pouvoir du Parti et de l’État. […] Le projet de la Communauté Organisée établit que le pouvoir procède du Peuple et que celui-ci s’exprime par ses institutions libres ; le pouvoir ne procède pas du gouvernement ou de l’État, pas plus que le Peuple ne le délègue aux structures étatiques, mais il le synthétise sous la forme de la direction du Gouvernement61. »

66D’où la justification de la place de la direction politique :

  • 62 Ibid., p. 28.

« Le Leader, comme unité de la pratique d’un peuple, est le reflet de la capacité d’auto-direction que les masses génèrent à chaque étape et qui, en phase avec leur production politico-idéologique, renvoie aux masses avec précision ce qu’il a reçu d’elles dans la confusion62. »

  • 63 González H., « La clase media y la conciencia del partido », Hechos e Ideas, année 2, n° 9, troisiè (...)

67La « dialectique » entre Perón et les masses, qui pourrait justifier certaines approches partant de l’idée de populisme, est défendue par les protagonistes comme une façon positive de résoudre le problème de la représentation. La représentation comme interaction fructueuse entre leader et peuple suppose la disparition des mécanismes de la représentation libérale. Comme une grande partie du militantisme de l’époque, l’engagement radical supposait une forte critique du système des partis politiques. Perón, dans ce cas particulier, constituait un véritable défi au libéralisme politique. La Plaza était le lieu de rencontre où se produisait le dialogue entre le représentant maximal et la volonté populaire. L’approfondissement de cette révolution politique allait marquer la disparition de la « société politique libérale63 ».

68Dans cette argumentation philosophique se concentre non seulement la justification du personnalisme mais aussi une critique sans voile et concrète du camporisme*.

69Il y avait ainsi :

  • 64 Ibid., p. 34

« Des secteurs de cadres et des activistes du Mouvement qui tendaient à concevoir comme un tout indifférencié les structures organiques et fonctionnelles de l’État et du Peuple. Et d’autres qui, pire encore, voulaient diriger les organisations du Peuple depuis l’État, en y intégrant les institutions que le Peuple allait générer au fil du temps. Cette conception, qui s’est clairement manifestée durant le mois et demi que dura la présidence de Cámpora, se manifeste aujourd’hui aussi, bien que de façon dissimulée. […] Nous croyons que cette situation est le produit de deux choses. […] D’un autre côté, de l’action, toujours plus subtile et malveillante, des impérialismes, aussi bien à travers la variante « néocapitaliste » que de la variante “socialiste”64. »

70De façon explicite, était remise en cause l’« infiltration » existante, une politique de l’entrisme qui avait désormais sa date de naissance, et à laquelle participait toute une gamme de secteurs qui incluaient l’Union soviétique, le Vatican, des péronistes de base*, des salidistes* (qui suggéraient depuis la gauche péroniste une rupture avec Perón), des ongaristes, des lonardistes, des vandoristes, des marxistes de toutes sortes, etc. Il était alors possible de dénoncer

  • 65 Ibid., p. 34-35.

« l’infiltration des structures de direction des organisations du peuple, dans le but d’empêcher leur processus de construction. Pour cette manœuvre, il y a une force spécialisée : nationale-lonardiste, l’activisme socialiste, quelques anciens vandoristes, des curés tiers-mondistes ; il y a une méthode : la destruction de l’organisation politique du peuple, le Mouvement, et la construction du parti révolutionnaire – le parti Montonero dans lequel se regroupent les forces mentionnées – et il y a une pensée sur laquelle l’infiltration envisage de fonder son action : produit hybride des catégories du marxisme-léninisme, du stalinisme et des conceptions libérales “classiques” du pouvoir, et un pont idéologique qui donne de la cohérence aux forces manipulées, le dialogue catholico-marxiste. Cette tentative, qui semblera peut-être innovante sous cette forme, n’est pas nouvelle dans l’histoire du Mouvement péroniste. Son histoire, c’est l’histoire simultanée de “l’entrisme” de forces étrangères au Mouvement (Tendance Révolutionnaire), et du “Salidisme” (l’alternative indépendante), conduite principalement et successivement par le lonardisme, le vandorisme du parti ouvrier basé sur des syndicats, l’ongarisme, le tiers-mondisme, le péronisme de base. Aussi bien dans la tentative de la Tendance que dans celle de l’alternative, deux secteurs clé de la synarchie ont visiblement opéré, l’Union Soviétique et le Vatican, comme les principaux protagonistes. L’une et l’autre, en utilisant comme figure de proue de cette politique la fameuse “Tendance révolutionnaire”, force qui tente “l’entrisme et l’infiltration”, et l’alternative indépendante, force qui prétend former au péronisme de base les secteurs marginalisés de la classe moyenne socialiste et de la classe ouvrière (les villageois)65 ».

  • 66 Voir Dard O., La Synarchie. Le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, 1999.
  • 67 Amín S., La desconexión, Madrid, IEPALA, 1988.
  • 68 Fernández Pardo C., « El mundo marcha hacia el socialismo », Las Bases, n° 3, 21 décembre 1971.
  • 69 Voir la correspondance entre Perón J. et Cooke J., Correspondencia, t. I et II, Buenos Aires, Grani (...)

71C’est dans le même esprit que l’on accuse la « synarchie », mot qui englobe certains types de complots66. La synarchie est fortement ancrée dans les expressions les plus dures du nationalisme. Elle connut un grand développement à partir de l’intellectuel et écrivain péroniste Carlos Disandro, inspirateur idéologique de la Concentration nationale universitaire (CNU). Il serait inexact, en tout cas, de réduire l’usage de la « synarchie » à ce groupe, lié ultérieurement à la répression illégale et au loperreguisme, et aussi à la dernière dictature militaire. En tout cas, les revendications nationalistes anti-impérialistes parlent de synarchie, utilisant ou non l’expression de façon explicite, pour désigner ce que Samir Amin, d’un point de vue académique, nomme la « marchandisation » des élites d’une nation67. Au début des années 1970, ceux qui se battirent pour un « socialisme national » faisaient remarquer la « dangerosité des forces synarchiques68 ». Plus encore, un précurseur du péronisme révolutionnaire comme John Cooke faisait savoir, dans les lettres qu’il écrivit à Perón pendant son exil, que tous les acteurs liés à des forces internationales pouvaient être tranquillement identifiés comme « ennemis », et ce qu’il y avait à faire pour s’attirer les bonnes grâces de ce type pour que les adversaires du peuple ne constituent pas un groupe homogène69. Autrement dit, Cooke avait présente à l’esprit, selon lui, l’existence de « forces synarchiques ». Il est important de faire remarquer que, du point de vue d’un discours de gauche, de droite ou même plus modéré, l’idée de synarchie peut supposer une « négociation » (intégrer des acteurs provenant de pays et de réseaux étrangers pour rassembler les bonnes volontés), mais aussi, et plus fréquemment, elle fait de l’« anti-national » l’ennemi qui mérite d’être extirpé. Pour revenir à notre cas, d’après l’OUTG, les infiltrés étaient des agents du pouvoir synarchique :

  • 70 « Editorial », Hechos e Ideas, année 1, n° 3, troisième époque, mars-avril 1974, p. 4.

« On ne vainc l’esprit oligarchique ni par la victoire électorale ni par la défaite et l’anéantissement d’une armée d’oppression ; moins encore par un coup d’État ou l’occupation négociée de positions dans la structure du Mouvement : le putsch, l’infiltration, la corruption et l’assassinat sont quelques-uns des outils de la synarchie, quelle que soit sa couleur70. »

  • 71 « La révolution péroniste n’est pas terminée, loin s’en faut. elle n’est pas non plus un butin de g (...)
  • 72 García M., op. cit., p. 36.
  • 73 González H. et García M., « La crisis de la sociedad política y la etapa dogmática de la revolución (...)
  • 74 Ce schéma de pensée de Perón, il le proposait en établissant une analogie entre l’expérience argent (...)
  • 75 Pour invalider le « socialisme national », il n’y avait rien de mieux que de « demander à Perón d’e (...)

72On perçoit ainsi la différence entre « révolution péroniste » et « révolutionnarisme71 », expression utilisée de façon péjorative pour discréditer ceux qui défendaient le socialisme national. La lutte idéologique devait trouver son centre de gravité dans la Communauté Organisée, et non derrière des drapeaux étrangers72. Avec le temps, cela supposait un diagnostic qui rendait possible la coopération en termes politiques avec le gouvernement d’Isabel Perón. Nous allons voir que ce verticalisme fut empreint de dimensions mystiques ; mais, outre ces dimensions se développa la justification d’une méthode politique qui faisait prévaloir le travail depuis les instances de l’État au détriment des avant-gardes foquistes73, en reprenant la conception de Perón sur « l’institutionnalisation du mouvement et l’étape dogmatique de la révolution justicialiste74 ». De nouveau, la critique envers les Montoneros n’était pas séparable de la légitimation permanente du leader. Mais elle n’était pas séparable non plus du sens attribué à Perón ; ce suivisme inconditionnel ne doit pas masquer le rôle « herméneutique » des acteurs, qui n’avait de sens que dans le cadre d’une lutte politique où les Montoneros étaient les adversaires à discréditer75.

73La ligne de démarcation symbolique s’établissait en faisant la différence entre ce qui conduisait au péronisme et ce qui s’en éloignait. Si avec le temps s’est développée une hypothèse qui concevait une infiltration dessinée depuis le cœur même de l’Onganiat, à l’époque, on essaya d’intellectualiser les caractéristiques d’un péronisme qui avait « une origine bâtarde et une méthode politique étrangère » au justicialisme, d’après ceux qui critiquaient les Montoneros depuis le Transfert. Communauté organisée, patrie péroniste, direction personnelle, étaient les expressions qui impliquaient une conception authentique du pouvoir populaire. En tant que « déformation marxiste », en tant que « vice de gauche », et même en tant qu’« infiltration synarchique », la Tendance révolutionnaire était contestée dans sa validité politique et nationale. Dès lors, il importait peu que ces représentations soient imprégnées de significations qui peu de temps auparavant avaient pu être portées par ces acteurs qui aujourd’hui défendaient un « péronisme historique ». Comme nous l’avons analysé, le mot « socialisme » ne fut pas étranger aux trajectoires de l’OUTG. Il reste un dernier argument, en accord avec le schéma rhétorique des acteurs : eux « comprirent » le péronisme et purent sortir du cercle imposé par des interprétations politiques incorrectes. Ceux qui ne le firent pas, voulurent être le creuset petit-bourgeois, de la classe moyenne :

  • 76 González H., « La clase media y la conciencia del partido », op. cit., p. 55-57.

« Pendant tout ce processus, la classe moyenne n’a pas perdu sa conscience d’être un parti ou une faction qui lutte pour ses intérêts. Elle est conduite, dans son rapprochement au mouvement national, depuis ce niveau de conscience et elle y reste sans s’intégrer à celui du Mouvement péroniste. Elle maintient son indépendance organisationnelle par rapport au péronisme et sa conscience sectorielle sans assumer le projet de l’ensemble du peuple. C’est durant cette étape qu’a lieu la principale manœuvre d’infiltration idéologique et politique développée par le système : le Parti Montonero. Ses objectifs centraux sont la destruction de la Direction Stratégique, le transfert idéologique et la destruction du mouvement de masse, à un parti politique. Sa base sociale est constituée de la classe moyenne “radicalisée” – activisme estudiantin, professionnel et des secteurs marginalisés – qui s’intègre massivement dans la dernière partie de la bataille pour la prise du pouvoir guidée par la Mouvement péroniste. Il s’agit d’une manœuvre de grande envergure conduite par la synarchie internationale : au moyen du coup d’État et de la destruction ultérieure du Mouvement, on prétendait détruire les bases organisationnelles de la société proposées par le Justicialisme et implanter un système de pouvoir basé sur le monopole de l’activité politique de l’État. Cette manœuvre synarchique, à laquelle participa dans sa partie finale la direction tactique (Cámpora), avorta à cause de la prise du pouvoir total de la Nation effectuée par le général Perón le 20 juin, matérialisée par le coup d’État du 13 juillet et achevée par la présence à la présidence de la République du général Perón le 12 octobre, après avoir été plébiscité par le peuple le 23 septembre 1973. […] La disparition des antagonismes sectoriels et l’existence d’une seule catégorie d’hommes, ceux qui travaillent, est l’objectif dans le cadre duquel disparaîtra l’organisation de la classe moyenne comme parti. […] Pour la résolution de ces contradictions, il ne s’agit pas d’organiser le parti de la classe moyenne à l’intérieur de la Communauté Organisée, comme le souhaitaient certains secteurs de l’activisme péroniste, en remplaçant les hommes tout en maintenant les institutions libérales, mais au contraire de détruire le “parti” pour toujours76. »

74Apparaissent ici plusieurs éléments centraux dans les représentations des acteurs : l’identification Montoneros/synarchie, la critique du libéralisme, des partis politiques, de la classe moyenne. De la même façon, définir l’adversaire, qui changea avec le temps, impliquait de délimiter l’univers symbolique de contention. La « construction de l’ennemi » était liée à l’image qui donnait un sens à l’action politique. Cette image d’identification est Perón, révéré par les personnes interrogées qui militèrent dans le Transfert, une révérence qui supposa d’interpréter les notions défendues politiquement. Le lien qui se construisait n’était pas seulement pratique ou intellectuel ; dans ce cas, il était aussi religieux, c’était un lien de filiation spirituelle, traversant aussi bien ceux qui venaient du catholicisme que ceux qui n’avaient pas de trajectoire fondamentalement catholique. Perón concentrait sur sa personne la direction militaire, politique, spirituelle, mythique. Il disposait pour cette raison d’une composante magico-religieuse. Pour cette appropriation religieuse de la figure de Perón, ainsi que dans les partis armés, où a pu se produire une glorification charismatique (Max Weber) de la violence, on utilise la catégorie de l’« héritage ». L’image constante visait à « accuser » ceux qui se disputèrent son pouvoir comme le produit d’une « succession institutionnelle » et non d’une ligne « spirituellement » conséquente. De cette façon, le revers de « l’anti-montonérisme » est une appropriation mystique de la figure de Perón. Aujourd’hui encore, ces aspects constituent des éléments imaginaires centraux dans les trajectoires analysées, ce qui augmente le degré d’exigence chez le chercheur dans sa tâche d’interprétation puisqu’il est facile de se laisser emporter par un discours irréconciliable qui, tout en existant, peut combiner une certaine catégorie d’affinités.

  • 77 Bárbaro J., op. cit., p. 87.

75En ce sens, nous pouvons soutenir que, d’un premier moment nébuleux et proto-organisationnel, on est passé à un degré de cristallisation factieux des organisations politiques. À ce moment, qui n’allait pas tarder à coïncider avec des événements décisifs – le massacre d’Ezeiza, l’affrontement entre Perón et les Montoneros, les violents conflits entre ceux-ci et les secteurs syndicaux du péronisme, le début de la répression illégale dans le gouvernement péroniste et la poursuite de la guérilla par la Tendance révolutionnaire en plein gouvernement démocratique – commença une cristallisation mémorielle qui laissa de côté, de façon significative, la reconnaissance d’un ensemble d’approches et d’espaces communs entre les différents militants. Sans donner beaucoup d’explication, un témoin soutient que « si le Gallego avait passé un accord avec les Montoneros, très peu d’entre nous seraient encore en vie. Et cet accord était sur le point d’être passé77 ».

76Cette phrase, qui apparaît comme le constat de quelque chose qui aurait pu être et qui finalement ne se concrétisa pas (l’accord au sommet avec les Montoneros), est une représentation de l’histoire, une signification qui différencia la Garde de Fer-OUTG de la Tendance révolutionnaire. L’auteur soutient, en d’autres termes, que la réalité aurait pu être différente. Et cette représentation est mise en avant, pour un autre cas et par un autre protagoniste, quand il soutient que dissoudre l’OUTG évitait autant de rester coincé dans le loperreguisme que de combattre contre lui, comme il ressort du témoignage évoqué par Gabriel dans les pages antérieures.

  • 78 Debray R., Révolution dans la Révolution ?, Paris, Maspéro, 1967.

77Cette proximité organisationnelle peut être facilement vérifiée dans les contacts individuels. L’ouvrage intitulé Juicio a los 70 de Bárbaro évoque un ensemble de rencontres, de réunions et de discussions entre des acteurs catholiques qui commençaient à associer engagement social et violence révolutionnaire. Des militants de différents groupes, nombre d’entre eux revendiquant la « ligne cubaine », l’expérience de Cooke, la méthode avant-gardiste élaborée par Régis Debray78, intensifièrent à la fin des années 1960 une ligne politique radicale et armée qui, tout en occupant une place centrale en tant que phénomène public et visible, ne monopolisa pas les options militantes des jeunes de ces années.

Isabel, l’« incarnation » du chef

78Entre l’hypothèse réserviste et quelques décisions de l’OUTG, les témoignages consultés essayent de donner une suite aux actions réalisées dans l’espace politique. Il ne faut pas écarter l’anachronisme existant lorsque l’on tente de donner de la cohérence aux chemins qu’ils suivirent : l’affirmation selon laquelle Perón ne devait pas revenir et qu’il ne reviendrait pas (novembre 1972), que le leader n’allait pas mourir, et la dissolution de l’espace contrastaient avec les résultats politiques endogènes et exogènes. Perón revint et mourut peu de temps après, et la dissolution de l’organisation en tant que telle ne fut pas une simple disparition. Dans un entretien antérieur, un informateur tentait de justifier le temps passé au travail de l’OUTG, avec l’idée des activités des cadres : le sens imprimé à la réalité suivait un dispositif propre, dur et discipliné, qui se heurta souvent aux tendances plus massives. Si la Tendance révolutionnaire faisait de son avant-gardisme un élément de cooptation et une tentative conflictuelle et chaotique, l’OUTG construisait un cosmos de militants convaincus en ouvrant une brèche entre le diagnostic politique et les résultats réels.

79Lorsque le péronisme insurrectionnel commença à polariser la scène politique, les réseaux restants de l’OUTG, encore dirigés par Alejandro Alvarez, firent fermement le pari de préserver la figure d’Isabel Perón. Les « Groupes verticalistes », et les « Mesas de Trabajo », furent les instances de défense du gouvernement :

  • 79 « Cruzada de Solidaridad. Circular 2 », Mesas de trabajo: misión fundamental, 1975, p. 3.

« La mission fondamentale des Mesas de Trabajo doit être de mettre en marche et d’organiser l’énergie sociale de notre peuple, maison par maison, pâté de maison par pâté de maison, quartier par quartier, pour développer le Modèle Argentin, sous la direction de notre présidente, Isabel Perón. Les Mesas de Trabajo doivent exprimer organiquement l’appui populaire au processus de Reconstruction Nationale, en approfondissant chez les masses la Conscience Nationale, pour laquelle Eva Perón et Juan Perón avaient donné leur vie. La tâche des Mesas de Trabajo consistera donc à intégrer en leur sein tous ces argentins disposés à lutter de façon solidaire et patriotique pour le Destin Commun, auquel le lieutenant-général Perón nous a convoqués, nous donnant l’exemple insigne du sacrifice de sa propre vie79. »

80Dans le document, on insiste sur un drapeau traditionnel de la rhétorique du péronisme. Comme nous l’avons vu antérieurement, à mesure que la Tendance révolutionnaire s’appropriait les expressions de « Socialisme national », de « Patrie socialiste » comme signifiants légitimes du péronisme, les secteurs qui revendiquèrent l’orthodoxie, qui se légitimaient en tant que verticalistes, accusaient l’influence socialiste en tant que mécanisme d’infiltration, et soutenaient l’ordre social basé sur l’idée de Communauté organisée :

  • 80 Ibid., p. 3-4.

« Chaque Mesa de Trabajo sera constituée sur la base d’un ensemble de Camarades péronistes, qui seront leur nerf moteur, et sur lesquels devront retomber la plus grande responsabilité et le plus grand effort. Le lieutenant-général Perón nous a donné une cause noble pour laquelle lutter, une patrie juste, libre et souveraine, et nous a armés d’une Doctrine, la Doctrine péroniste, qui oriente notre conception du monde et de la vie, et nous permet d’accéder à la Conscience nationale qui édifiera la Communauté organisée80. »

81Dans cette défense on retrouvait l’accusation envers ceux qui ne comprenaient pas que le verticalisme était essentiel dans le cadre de la construction politique péroniste. Dans un éditorial de Hechos e Ideas de la fin de l’année 1974, est défendue l’idée suivante :

  • 81 « Editorial », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, troisième époque, novembre-décembre 1974, p. 4.

« Cela fait partie d’une manœuvre qui poursuit un objectif précis : attaquer la direction du péronisme, attaquer Isabel Perón. Ils ne savent pas que le péronisme, par sa nature, concentre son pouvoir dans la direction, où se synthétise la pratique et où s’exprime la puissance collective. […] Sans leader il n’y a pas de direction81. »

82À ces opposants sont confrontés les cadres qui font de la loyauté un étendard de combat :

  • 82 Manifestations convoquées en soutien à la présidente Isabel Perón.
  • 83 Ibid., p. 4.

« À l’intérieur, les agents de cette manœuvre sont quelques vieux dirigeants qui se sont hissés à des postes de direction du gouvernement, de l’État et du mouvement, qui combattent sournoisement Isabel et qui tentent de développer la contre-révolution. Ce sont eux qui aujourd’hui sont opposés aux Mesas de Trabajo et qui font tout leur possible pour empêcher la réalisation des concentrations massives du 20 septembre et du 17 octobre82.
Ce sont eux qui hier n’ont pas cru en Perón et qui disaient que le général s’était trompé et qu’il mourrait en exil. C’est malgré eux que surgit une nouvelle génération de cadres péronistes, qui a adopté le leader de son peuple et sa doctrine et qui s’est imprégnée de la mystique victorieuse qu’ils qualifiaient alors de folie83. »

83Si l’OUTG prit en charge la pensée du « dernier Perón », qui promouvait « l’institutionnalisation du justicialisme », désormais c’est Isabel qui représentait la direction. Dans la première édition de 1975, l’éditorial, intitulé « Isabel vaincra », il est dit de la présidente :

  • 84 « Editorial », Hechos e Ideas, année 2, n° 8, troisième époque, janvier-avril 1975, p. 3.

« Une femme aguerrie par dix-huit ans de guerre aux côtés de notre chef, disposée à être la dépositaire incorruptible de la doctrine, de l’identité spirituelle de la patrie, de la mémoire de la nation, la vigie irréductible de l’accomplissement du destin national84. »

  • 85 « Editorial », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, troisième époque, novembre-décembre 1974, p. 5.

84Les éditoriaux de Hechos e Ideas, comme les pamphlets publiés, mettent en avant la personnalité de la présidente. Néanmoins, à la lumière des témoignages, tout ce qui constitua l’OUTG ne suivit pas de façon automatique et permanente le leadership d’Isabel Perón. Si cela fut le commencement de l’Isabélisme*, toujours revendiqué dans les années 1980, d’autres acteurs du spectre politique, non seulement officialiste, espéraient consolider la figure présidentielle afin d’éviter le coup d’État. Dans une déclaration controversée, l’éditorial suivant de Hechos e Ideas modérait dans ce contexte les responsabilités de López Rega : « On essaye de créer, en la personne de José López Rega, l’image d’un homme néfaste, la cause de tous les maux présents et à venir85. »

85Nombre de ses militants reconnaissent le caractère polémique de cette défense, de l’Isabélisme même, et confient ne l’avoir partagée que pour des raisons de préservation du gouvernement péroniste face à l’avancée des forces violentes et de la menace croissante des Forces armées. En conservant une structure stalinienne dans la chaîne de commandement, il est difficile de vérifier que cela se soit produit exactement comme cela car les documents retrouvés rehaussent la figure d’Isabel alors que son pouvoir s’effondrait devant un arsenal de pressions. Un témoin interrogé, issu du FNE, nous a dit :

  • 86 Entretien avec Gerardo, 2005.

« Une chose était la légalité, Isabel. Une pauvre femme, tu la croises aujourd’hui dans la rue et elle te fait pitié. Mais, bon, présidente, et il fallait accepter. Tu avais les Montos, à part, qui pariaient sur la chute du gouvernement et l’arrivée du socialisme. Une autre chose est ce qu’ont fait les Gardes : identifier Isabel à Perón, à Evita, et en passant, comme si ça ne suffisait pas, rendre publique une lettre prenant la défense de López Rega86. »

86López Rega, en effet, avait essayé d’organiser la Jeunesse péroniste de la République Argentine (JPRA), appelée communément jotaperra, allusion à la prononciation en espagnol de son sigle, qui aurait été, à l’oral, jota-pe-erre-a, mais qui avait aussi une connotation clairement péjorative, liée au mot perra (chienne). Cette organisation cherchait à son tour à attirer tout un front de la jeunesse péroniste déjà existant et opposé aux Montoneros. Pendant l’entretien, Alejandro Alvarez tenta de montrer qu’à tout moment il y avait eu un affrontement entre López Rega et lui. Publiquement, il apparaît que son réseau militant fut, sans s’y intégrer jamais, plus proche des positions de López Rega que de la Tendance révolutionnaire. Tel est un des faits que les adversaires de l’OUTG utilisent pour la définir comme la « droite péroniste ». En relation avec Isabel Perón, la position d’Alvarez se situa dans la défense absolue de son leadership au sein du mouvement péroniste. Antonio, militant de Mendoza, évoque son expérience en se référant au processus vécu à dans cette ville :

  • 87 Principal dirigeant politique de l’Union civique radicale dans les années 1970.
  • 88 Entretien avec Antonio, 2005.

« Pour ce qui est d’Isabel, je crois que le Gallego a exagéré. […] Il s’est appuyé sur Isabel. Il y a des gens qui restent attachés à elle et qui continuent à développer ses idées. La dernière chose que nous ayons faite a été de protéger Isabel de la grève des métallurgistes, là, nous avons joué un grand rôle dans tout le pays. Mais bon, dans sa vision, le Gallego manquait d’ancrage politique. C’était la défense d’un processus institutionnel comme l’était la démocratie argentine à cette époque, très liée au retour des militaires, très liée à l’échec, très liée à la possibilité d’installer le putsch. La défense d’Isabel consistait aussi à éviter le putsch et toute cette situation. Isabel était défendue, par [Ricardo] Balbín87, qui disait qu’il fallait éviter ça à tout prix, et elle était défendue de ce côté-ci du comptoir. Et de ce côté-ci, il y avait aussi des attaques. Le putsch, qu’est-ce que c’était ? Ou la position de Lorenzo Miguel contre Isabel ? C’était un saut dans le vide. Protéger Isabel contre Lorenzo Miguel, c’était être à la droite de la droite ? Pour le Gallego, ces choses-là étaient prioritaires, il les exagérait au maximum, il avait perdu des gens importants, des gens qui étaient capables de faire descendre le message, de le rendre réel depuis un autre point de vue. Là, il s’est appuyé sur Isabel de cette façon. Quand le processus d’Isabel s’est effondré, tout le processus de l’Argentine s’est effondré. Il est possible que le Gallego ait poussé jusqu’à l’exagération et jusqu’au fondamentalisme cette question qui voulait que les décisions de Perón devaient être exécutées et réalisées, coûte que coûte et quoi qu’il en soit. Et qu’Isabel était une décision de Perón. Il était convaincu qu’Isabel était une décision de Perón. Certains sont restés très attachés et ont fini Isabélistes. Absolument. Il y a une fissure entre nous. Ceux d’entre nous qui sont restés dans la politique, et ceux qui étaient engagés dans la question sociale, qui sont restés attachés à la bêtise de l’Isabélisme, à l’Isabélisme comme continuité de Perón, toute cette fantaisie. Et nous qui localement interagissions d’une autre manière, nous nous sommes éloignés. On a continué à faire une défense plus formelle d’Isabel en nous éloignant88. »

87La relecture d’Antonio introduit l’existence de différentes visions au sein de l’OUTG et sa continuité, après la dissolution, autour de la figure d’Isabel. En effet, de son point de vue, la situation politique rendait compliquée toute option politique claire. Il fallait choisir un positionnement entre la présidente, Lorenzo Miguel, la possibilité latente et grandissante d’un coup d’État, etc. Si l’Isabélisme exista chez d’anciens membres de l’OUTG puisque d’après son leader « Isabel était une décision de Perón », l’adhésion que celle-ci suscitait pouvait avoir, en accord avec la lecture récemment mise en avant, des aspects formels et pragmatiques. « La bêtise de l’Isabélisme » fait partie, d’après Antonio, d’une option accrochée à la parole de Perón ; tandis que d’autres acteurs se remodelaient dans une logique éminemment politique.

88Si la vision qui vient d’être décrite exagère une logique politique, nous voyons en outre l’existence d’une relation de fidélité entre le militant et l’organisation qui diffusait intensément la croyance dans l’autorité maximale du péronisme. Si cette autorité est Perón et provient de Perón, si la foi en sa parole définit sa continuité, nous ne sommes pas à l’évidence en présence d’événements politiques déçus. Au contraire, nous sommes en présence de phénomènes politico-religieux, dans lesquels la croyance dans un leader « immanent » et « transcendant », aurait produit les conduites nécessaires dans le processus de construction du pouvoir. Quel fut le fondement de ce processus de sacralisation ? Peut-il se trouver à la place du catholicisme à travers ses militants de l’Action catholique et dans le passage de ceux-ci à d’autres organisations de cadres ? Comment est-on parvenu à élaborer un messianisme charismatique, politique et religieux ? Si la prolifération d’adhésions catholiques dans les espaces politiques ne fut pas une question négligée par ce qui était alors la Garde de Fer, la proximité de l’université jésuite del Salvador commença à se réaliser à partir de 1975. On peut parler d’une suraccumulation d’événements et de processus : montée en puissance des Montoneros, crise ecclésiastique caractérisée par le tiers-mondisme catholique, isolement du gouvernement d’Isabel. Au niveau de l’expérience politique, les réseaux qui restaient de l’OUTG oscillaient entre la recomposition de l’univers du sens et la pénétration dans les tissus partisans du péronisme. Cette oscillation pouvait être une synthèse mais aussi le prélude de la différenciation marquée des deux courants.

  • 89 Piñón F., « El Congreso Nacional de Productividad y Bienestar Social », Hechos e Ideas, année 2, n° (...)

89Le vide symbolique produit par la mort de Juan Perón ne fut pas une question mineure. Nous insistons sur la prédication qui veut que « Perón ne meurt pas ». Si pour éviter d’être qualifié de « ridicule », on essaye aujourd’hui de « politiser » la croyance en l’immortalité du leader, à ce moment-là, le sens de la direction au sein du péronisme occupait un espace absolument sacré. Un Perón sacralisé devenait l’axe d’irradiation identitaire dans une organisation qui se présentait publiquement en phase avec sa « pureté » justicialiste. Les propos de Mauricio Prelooker, intellectuel issu du marxisme, cités antérieurement, révèlent une téléologie du leadership, terme entendu dans son sens charismatique comme porteur d’un esprit populaire et transcendant, démiurge d’un processus historique que les vicissitudes physiques comme la mort ne parviendraient pas à soumettre. Tel était, ni plus ni moins, la place de Perón, objet d’une exaltation religieuse. Nous pouvons aussi citer Francisco Piñón, militant de l’OUTG, provenant de la Garde de Fer, qui accompagnera activement le projet de liaison avec l’université del Salvador en en devenant le recteur : « Le général Perón préside aujourd’hui, d’en haut, ou, ce qui revient au même, du plus profond du cœur des hommes et des femmes de ce peuple89. »

90Ici, il faudrait différencier la portée de cette exaltation. Lorsque celle-ci se développe à l’échelle massive, au niveau de la société et du mouvement des masses, les articulations politiques et religieuses se posent au plan d’une religiosité laïque et diffuse, dans une large mesure iconoclaste, ou hérétique selon les formes institutionnelles de la religion dominante. Ce qui a pu se produire à l’époque d’Eva Perón, et après, dans les années 1970 avec Perón lui-même. Le sentiment généré produisit un mysticisme à mi-chemin entre l’officiel et son mode de substitution, combinant des formes institutionnalisées et des formes laïques novatrices. La mort des deux dirigeants supposa des niveaux de mobilisation très massifs. L’effet est différent quand son déroulement est inscrit dans l’horizon social délimité et spécialisé. C’est-à-dire quand la croyance est développée par un groupe spécifique, avec des critères hautement disciplinés dans le travail politique. La référence est plus exclusive, moins diffuse et plus totalisante.

91À son tour, cet impact culturel, profond puisqu’il impliquait des pratiques supposant de forts contenus symboliques, ne doit pas nous faire oublier le contexte politique. Les luttes au sein du péronisme à partir de la mort de Perón furent un fait très puissant. Les oppositions déjà violentes prirent un caractère encore plus ouvert et cruel. L’OUTG dissoute, à son tour, occupait une place inconfortable. S’étant définie comme « l’héritière du centre idéologique justicialiste », et ayant protégé le leader des « assauts extrémistes », elle avait élaboré une stratégie anti-montoneros, et ses relations avec le loperreguisme et des organisations comme la Concentration nationale universitaire n’étaient pas, en soi, faciles. Si le leadership des réseaux qui continuèrent à fonctionner en vint même à prendre la défense de López Rega, aux niveaux locaux les relations entre ex-Transfert et groupes de droite (par exemple, la Concentration nationale universitaire) étaient loin de l’harmonie ou de la tentative d’alliance. La gestion d’Oscar Ivanissevich à l’Éducation, péroniste historique qui exprimait une rhétorique anti-marxiste viscérale, ne fut pas facilement tolérée par des universitaires qui proclamaient jusque récemment le socialisme national et qui continuaient de penser à une révolution populaire et péroniste. Armando, par exemple, met en relief ces tensions, en lisant les conflits comme un affrontement entre groupes ultras, l’un et l’autre étant opposés à l’OUTG. Dans son récit, cela impliquait un affrontement au niveau institutionnel-universitaire :

  • 90 Recteur-administrateur de l’université nationale de Cuyo sous la gestion d’Oscar Ivanissevich comme (...)
  • 91 Entretien avec Armando, 2004.

« À cette époque, il y a eu l’intervention à l’Université de Otto Burgos90, en tant que recteur envoyé par Ivanissevich, qui étaient les secteurs les plus factieux du péronisme. C’était la droite du péronisme. C’était le CNU (Concentration nationale universitaire), ceux qui étaient liés à Otto Burgos, le facho-nazi envoyé de La Plata à l’université nationale de Cuyo, qui nous a qualifiés de “manteau rouge de l’Université”. Autrement dit, pour lui, la Ligne nationale était le manteau rouge, alors que nous nous étions ce qu’il y avait de plus pur dans le péronisme, d’un point de vue idéologique et doctrinal. […] Pour les Montoneros, nous étions de droite, mais le CNU et le CdeO étaient plus à droite encore. Et pour ceux de droite, nous étions plus à gauche, bien sûr que les Montos étaient plus à gauche91. »

  • 92 Après le renversement de Perón en 1955, les Commandos civils étaient des groupes para-militaires qu (...)
  • 93 « Situación Universitaria », pamphlet, 1975.

92En 1975, avec la démission de Roberto Carretero comme recteur de l’université nationale de Cuyo, a commencé une campagne pour dénoncer le virage qu’était en train de prendre la vie universitaire de Cuyo. En effet, d’après des étudiants du Transfert, dans le but de « nettoyer l’Université des marxistes », on a désigné des collaborateurs « anti-communistes » qui, au fond, étaient profondément « anti-péronistes » et qui avaient participé, comme cela a été dénoncé, aux Commandos civils92 en 1955. Ainsi, les péronistes universitaires subissaient toutes sortes de persécutions perpétrées par des acteurs du libéralisme ; l’objectif visant à purger les universités des communistes était mis à profit pour harceler les forces estudiantines péronistes93. Ces conflits semblent mineurs si l’on tient compte de la polarisation produite par les Montoneros et l’action des forces de répression illégale, faits qui faisaient passer inaperçu un autre type de tensions existant également. Bien que celles-ci puissent revêtir une importance non négligeable.

93Soutenir Isabel entre 1974 et 1975 était de plus une façon de recomposer l’idée de « leadership », si chère aux groupes péronistes qui souhaitaient combiner l’action du mouvement et une adhésion verticaliste :

  • 94 « Editorial. La jefatura de Isabel Perón », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, tercera época, novembre- (...)

« Le 20 septembre dernier [1974], le peuple péroniste, en particulier à travers son avant-garde mobilisée, fut à l’origine d’un fait historique de grande importance. […] Et cette conscience historique s’exprima ce 23 septembre [1974] ; lorsque le soleil se leva sur la place historique, le peuple choisit Isabel. La direction du péronisme fut institutionnalisée94. »

94L’unité doctrinale était pensée à partir de son lien direct avec l’unité politique du péronisme :

  • 95 « Editorial. La Institucionalización del Movimiento Peronista », Hechos e Ideas, année 2, n° 9, tro (...)

« C’est pour cela que toute rupture dans la direction du Mouvement suppose la rupture de l’unité doctrinale et toute affirmation de l’unité de commandement est à la fois une affirmation de l’unité doctrinale95. »

95On insistait aussi sur le leadership féminin, en établissant un autre critère de persuasion politique, justification commune dans le Transfert : la place des femmes en politique ; dans ce cas, depuis la direction stratégique. Ainsi, la décision de Perón « éclaircit » le sens futur. Lui, « plus proche de Dieu que des hommes », a laissé la personne chargée de poursuivre son œuvre, une femme :

  • 96 « Editorial Isabel vence », Hechos e Ideas, année 2, n° 8, troisième époque, janvier-avril 1975, p. (...)

« Il est venu nous confier une mission, nous montrer le chemin, nous laisser l’héritage de sa parole la plus profonde, la plus prophétique : la parole d’un guide-philosophe, au sommet d’une vie glorieuse, déjà plus proche de Dieu que des hommes. Il est venu nous unir à la Nation, pour la reconstruire et la préparer pour la longue marche que nous entreprenons aujourd’hui et il nous a quittés dans la plénitude de sa gloire. Mais il a fait encore plus : il nous a légué une femme pour nous guider sur ce long chemin. […] Parce que les femmes que nous sommes, en accédant à tous les domaines de l’activité sociale, politique, économique, théorique, nous nous sommes approprié les modalités et les normes en vigueur et dans ce processus nous les avons transformées, en essayant de leur imprimer certaines caractéristiques de notre propre être. Mais il s’agit de quelque chose de plus profond : l’être féminin est un principe originel de la réalité humaine, une façon d’être et d’exister, un mode de relation avec le monde, avec la nature, avec la société, avec Dieu. […] Il n’est donc pas étonnant que face à la présence de ce fait, une direction féminine qui s’affirme en tant que telle, une femme qui recueille, élève et fait ondoyer les drapeaux de la révolution péroniste, qui montre un tempérament exceptionnel dans l’accomplissement d’une mission exceptionnelle, qui a été reconnue et consacrée comme chef par son peuple dans les cérémonies et selon le rituel établi par les lois non écrites de la Nation en gestation, cette femme à la tête de ce peuple en marche vers l’an 2000, il n’est pas étonnant qu’elle suscite les tentatives les plus acharnées visant à l’empêcher d’accomplir sa mission à la tête du peuple. Perón vit, Evita vit, Isabel triomphe96. »

96Le mysticisme laïc déployé par ce verticalisme apparaît de façon incontestable. En même temps, tandis que Hechos e Ideas informait victorieusement de l’« institutionnalisation du mouvement », les discussions suscitées offraient également une place spécifique à la question religieuse. Il s’agissait davantage d’une discussion de l’époque sur l’impact culturel de certaines traditions religieuses. Depuis lors, c’est une recherche naissante, et qui, avec le temps, s’enracinera profondément. Le penseur uruguayen Alberto Methol Ferré fut l’un des intellectuels consultés. Son positionnement s’orienta, finalement, vers l’horizon culturel catholique :

  • 97 Ferré A., « La sociología latinoamericana en proceso », Hechos e Ideas, n° 9, mai-juillet 1975, p.  (...)

« Aujourd’hui, notre tâche la plus féconde consiste à assumer en Amérique latine notre propre tradition. Une “tradition” latino-américaine et catholique qui n’existe pas en tant que telle mais qui peut exister. Elle est là, virtuelle et puissante, dans notre histoire. Il faut l’actualiser, la reprendre. Une tradition qui nous sauve de la séquestration coloniale, et qui nous ouvre pour cela même un avenir personnel. Avec l’originalité qui consiste à dire que pour “nous penser”, dans cette partie du Tiers-monde où nous sommes dépendants, nous devons aussi rendre compte de toute notre insertion “mondiale”. Si nous ne sommes pas “catholiques”, nous ne pourrons pas être latino-américains97. »

  • 98 López Rosas E., « Teología de la liberación: su profundización a partir de la experiencia peronista (...)

97Le catholicisme était un élément de définition non seulement de l’identité nationale en tant que référent culturel d’un État-nation mais aussi en tant que critère qui définit l’identité nationale continentale, c’est-à-dire, latino-américaine. Il se produisait en même temps un dialogue avec les nouvelles lectures théologiques. La tendance « intégraliste » de l’OUTG invitait à insérer toutes les discussions possibles. La politique alimentaire pouvait être un sujet de discussion technico-politique, autant que les tendances religieuses en Amérique latine. La préoccupation pour le Tiers Monde et la condition latino-américaine étaient présentes dans les représentations que les acteurs produisaient. Celles-ci s’élaboraient même au niveau intellectuel, là où les professionnels et les intellectuels de l’organisation réalisaient leurs activités. La rénovation théologique latino-américaine produisit une révision critique ; en particulier l’action du prêtre péruvien Gustavo Gutiérrez. Son livre, Teología de la liberación. Perspectivas, est vu, depuis le péronisme, comme « une nouvelle philosophie parce qu’elle s’enracine au plus profond de notre histoire de nation ibéro-américaine98 ». La critique que l’on adressait au théologien péruvien ne se situait pas dans la relation entre orthodoxie et hétérodoxie religieuse. L’objection prenait en considération le « lieu » concret de l’élaboration du discours théologique, l’horizon latino-américain qui serait dans ce texte assez dilué :

  • 99 Ibid., p. 80.

« On ne peut nier que la tentative de Gutiérrez consiste à poser les problèmes théologiques depuis l’Amérique latine mais notre attention est attirée par le fait que tout au long de son livre il n’y ait pratiquement aucune référence à l’histoire de l’Amérique99. »

  • 100 Ibid., p. 81.

98Cette absence d’ancrage était centrale pour comprendre la critique ; l’auteur de l’article partage avec Gutiérrez l’importance de la catégorie de la dépendance, « c’est la contradiction principale100 ». C’est pour cela qu’il faut en appeler aux « nuances historiques ». De fait, il s’avère indispensable de situer le lieu concret :

  • 101 Ibid., p. 81.

« Ici, en Argentine, dire “prolétariat” n’a pas de sens, parce que c’est un concept qui correspond à une autre praxis que la nôtre. “Descamisado” ou “cabecita negra”, sont eux des concepts historiques car ils expriment la prise de conscience de la dignité d’un peuple101. »

  • 102 Ibid., p. 83.
  • 103 Ibid.

99Néanmoins, pour le critique, Teología de la liberación était dépourvu de ce regard concret ; au contraire, il continue de se montrer hostile aux mouvements populaires qu’il qualifiera de façon péjorative de « populistes102 ». « C’est pour cette raison que Gutiérrez ne définit à aucun moment un concept adéquat de peuple103. »

100De cette façon, la revalorisation du marxisme de la part des groupes chrétiens est remise en cause :

  • 104 À la solde de l’étranger.
  • 105 Ibid., p. 84.

« Nous n’allons pas faire une critique du marxisme. Il suffit de dire que pour nous, c’est un nouvel illuminisme. Il se peut que ça marche à Cuba et que ça aide à la libération nationale, mais ici ça ne fonctionne pas. Ici, les marxistes ont toujours été contre le pays, alliés de l’anti-peuple (la gauche cipaya104), et même quand ils s’approchent de bonne grâce (gauche nationale), on ne peut éviter d’éprouver la sensation d’être face à des gens qui s’efforcent d’adapter leur tête à leur chapeau105. »

101La phrase qui précède démontre comment la question cubaine avait pénétré dans les discussions des militants de l’époque et des dispositifs organisationnels au sein de la lutte politique. Dans ce cas, le rejet de l’association entre marxisme et lutte nationale avait à voir avec l’avènement de la « situation véritable du pays » et de ses mouvements populaires. L’objectif de l’élaboration théologique devait se trouver dans « le peuple latino-américain » et dans ses « contradictions réelles » :

  • 106 Ibid., p. 94.

« La théologie de la libération, nous n’allons pas la faire sans accepter, de l’intérieur, les mouvements populaires, leur doctrine et leurs leaders. Nous devons nous y perdre pour nous retrouver en tant qu’Église-peuple de Dieu106. »

  • 107 Cf. Mallimaci F., « El catolicismo argentino desde el liberalismo integral a la hegemonía militar » (...)

102Cette critique de la théologie de la libération est assez loin de délégitimer la rénovation théologique vécue à cette époque. Au contraire, elle cherchait à expliciter l’affinité imaginaire entre religion et peuple à partir d’un néo-intégralisme tiers-mondiste et centré sur l’idée de sujet-populaire. D’une certaine façon, elle exprimait un modèle de spécificité dans les relations entre religion et politique en Argentine et pour quelle raison la christianisation de cette société supposait de sensibles différences avec le reste de l’Amérique latine. À son tour, la critique adressée à Gustavo Gutiérrez était également partagée par des prêtres tiers-mondistes qui pensaient l’option populaire et ouvrière dans notre pays à travers le péronisme, ce qui, dans d’autres pays latino-américains signifiait une rencontre avec des organisations socialistes et communistes107.

  • 108 Les contenus catholiques qui commencent à apparaître sont également particuliers et subissent des t (...)
  • 109 Dans plusieurs entretiens du chapitre précédent, nous avons pu voir comment était redéfinie l’expér (...)

103Cette recherche naissante s’intensifia avec de notables changements. Les antagonismes au sein du péronisme furent remplacés par une féroce dictature et la restriction des activités politiques. Après le gouvernement d’Isabel et la répression militaire, l’accord avec l’amiral Massera et l’université jésuite del Salvador furent des espaces de contention. Lentement, apparurent des adhésions plus orthodoxes avec la doctrine ecclésiastique108. De toute façon, lorsque la question catholique traversera l’identité des trajectoires transfuges, la construction de la mémoire voudra faire des préoccupations religieuses un critère intelligible, en redéfinissant l’histoire politique du groupe109.

La partidarisation paradoxale : messianisme ou réalisme politique ?

104Il est important de faire remarquer que le messianisme politique et la conception de l’OUTG comme réserve stratégique du péronisme supposèrent un effet non désiré dans une large mesure.

105Là apparaissent comme liens indissociables des relations qui tendirent à devenir instables. Les personnes interrogées nous répétaient que l’OUTG, en reprenant comme expérience exemplaire le vieux déploiement sacrificiel réalisé par le péronisme combatif des années 1950-1960, agissait dans le péronisme en formant des dirigeants pour les mettre à sa disposition et en tissant des liens sur tout le territoire qui soient également disponibles en tant que réservistes dans le cadre de la « guerre populaire ». Ainsi, on aurait évité toute « déviance » élitiste ou influence avant-gardiste. Celles-ci étaient contenues, d’après les acteurs, dans l’hypothèse de la direction alternative proposée par la Tendance révolutionnaire dans laquelle la guérilla péroniste parvint à défier le pouvoir de Perón en tant que leader du mouvement péroniste.

106L’objectif que se proposait l’OUTG était la formation de cadres pour la direction justicialiste, l’apprentissage des ressorts sociaux de la politique, et la création d’une roue de secours utile à Perón. Dans ce sens, se dissoudre en tant que configuration cristallisée et avec un profil spécifique était en phase avec la conception de l’organisation entendue comme maillon dans le processus de la péronisation. Dans cette fonction d’engrenage social et générationnel, la dissolution dans le péronisme était le résultat – théoriquement – adéquat. Néanmoins, comme la dissolution ne pouvait supposer une disparition des réseaux ni une extinction des pratiques, et le sens de l’appartenance créé ayant produit des liens durables et des références militantes difficiles à éradiquer, l’émergence d’un courant qui, comme nous le verrons, trouvera dans le catholicisme le bagage symbolique de la contention, fut un résultat à long terme.

107Or, la légitimité de la contestation qui apparaissait dans les années 1960 ne parvint pas, comme nous l’avons vu précédemment, à se transformer en une armée insurrectionnelle. Quelles étaient les marges concrètes existantes ? Outre la loyauté inconditionnelle envers le leader, le cadre des relations était beaucoup plus étendu, hétérogène et complexe que celui d’une petite communauté charismatique. L’existence de mécanismes électoraux, auxquels le justicialisme croyait justement pour revalider le pouvoir du charisme, était une voie disponible susceptible d’être exploitée politiquement.

108Ainsi, une première tension s’exprima et ses résultats ne tardèrent pas à produire de la dispersion. Provenant d’une tradition qui s’était lassée de dénoncer les « limites » de la forme parti, la normalisation partisane que le Parti justicialiste traversait depuis 1971-1972, en vue de sortir électoralement de la dictature, offrit un espace dans lequel la récente OUTG s’inscrivit.

109La campagne d’affiliation fut une instance qui généra un rapprochement vers le monde de la politique. Le récit d’Antonio évoque des dynamiques qui allaient générer des tensions et des éloignements qui s’accentueraient avec le temps :

  • 110 Carlos Evans avait été gouverneur de la province de Mendoza entre 1952 et 1955.
  • 111 Entretien avec Antonio, 2005.

« Une grande discussion dans notre groupe consistait à savoir si nous allions adhérer ou non. C’était en 1972, quand on a commencé à avoir des activités politiques. Notre grande discussion consistait à dire que si nous adhérions, nous nous embourgeoiserions car on entrait dans le système traditionnel de la politique. Ça, c’était une grande discussion. Mais bon, il fallait qu’on adhère pour nous intégrer au péronisme et pour cesser d’être des étudiants. […] Nous avons opté pour l’affiliation, pour le péronisme. Sonner à chaque porte. Des Universitaires qui adhèrent. Le péronisme a engrangé un total de 12 000 fiches. Nous, nous en avons mis 6 500 en tant qu’organisation. Nous les avons mises dans des boîtes et nous sommes allés les remettre au Parti justicialiste. Il y avait Carlitos Evans110, qui était une personnalité du monde politique, qui avait été gouverneur de Mendoza. Ça a fait un raffut au parti, je ne te raconte pas. Carlitos était le plus dynamique, parce que les autres ne savaient pas quoi faire, est-ce qu’il fallait accepter nos fiches ou pas. Ils ne comprenaient pas ce que nous avions fait. À cette époque-là, la fiche c’était quelque chose d’important ; tu donnais une fiche et tu disais “il y a ça, je veux ça.” Il y avait des idiots qui arrivaient avec 6 500 fiches et personne ne savait ce que nous voulions. Nous, nous étions avec Esteban, un militant à nous. Alors Carlitos a appelé Esteban : “Esteban, mon gars, qu’est-ce que tu veux ? Tu veux être sénateur ? Et Esteban répond que non, surtout pas. Et l’autre n’arrivait pas à le croire. Mais en plus les idiots ont toujours cru que si tu donnais une fiche, tu étais le patron de la fiche et que le type allait voter ce que tu lui avais dit. Tu comprends ? Nous, nous disions, “rien, on ne veut pas de places”. Après, Esteban, on lui a proposé un siège de député et nous, entre nous, on a dit non parce qu’on était les vigies et les gardiens de la Révolution. Tu vois les couillons qu’on était111. »

110Un autre témoignage confirme cet événement en insistant sur cette prédisposition négative vis-à-vis de l’occupation de fonctions dans la politique officielle :

  • 112 Entretien avec Ernesto, 2009.

« La conception de l’organisation de la communauté organisée au gouvernement et au niveau de l’État, cela, c’était nécessaire mais aussi méprisable. Aucun d’entre nous ne voulait être candidat, à rien. Esteban aurait pu être candidat à la députation mais il n’a pas voulu. Aujourd’hui, il tuerait pour être député. Lorsque nous sommes allés au siège du parti justicialiste, nous avions, je ne me rappelle pas, mais beaucoup de fiches d’adhésion, nous les avons déposées et personne ne croyait que nous ne demandions rien en échange112. »

111Si le péronisme était un tissu vaste, complexe, contradictoire, constitué de groupes qui n’allaient pas tarder à se factionnaliser, l’OUTG n’était pas non plus un groupuscule facile à manœuvrer. Son accroissement numérique, qui, selon ses propres acteurs dépassait les dix mille individus (cadres et militants), son extension territoriale, la qualité de membre à partir du double encadrement (militants qui réalisaient plusieurs activités), et la propagation des relations et des points de contact (depuis la direction de groupes universitaires, les liens territoriaux et jusqu’aux tâches de gestion de l’institution), supposaient certaines formes de spécialisation difficilement contrôlables par « l’organisation stalinienne ». Être le parti à l’intérieur du parti mais contre le parti, comme cela s’est fait de façon pyramidale d’une certaine manière en rejetant une grande partie du reste du monde péroniste, était une chimère qui se diluait, en grande partie à cause de l’accroissement du groupe lui-même.

112Ce qui est arrivé à Mendoza s’est exprimé dans d’innombrables conflits au niveau national. Deux logiques opposées sont apparues clairement : d’un côté, le maintien d’un esprit ascétique, militant et basé sur l’abnégation, qui n’affectait que de façon tangentielle les structures partisanes en faisant preuve à leur égard d’un rejet impossible à dissimuler, et en les méprisant comme des machines à pourvoir des places, et de l’autre, un lien naissant avec la politique institutionnelle, ses exigences, ses particularités bureaucratiques et ses mécanismes de prébendes. Ceux qui restèrent dans la première logique affirment la valeur de la politique dans cette décennie et dénoncent la dégradation de celle-ci depuis le retour de la démocratie en 1983. Ceux qui se revendiquent de la seconde, expriment dans cette attitude une prédisposition à accepter des normes bureaucratiques, institutionnelles et partisanes dans l’occupation et la construction des lieux du pouvoir.

113Un militant de l’OUTG de Mendoza, par exemple, faisait remarquer l’importance qu’il y avait à rejeter l’occupation de postes politiques en donnant la priorité à l’engagement militant. La conception politique-militante apparaît dans ce sens :

  • 113 Entretien avec Remo, 2005.

« Quand l’activité politique devenait plus pleine, ça se compliquait. Mais je n’ai pas eu de poste, bien que l’on m’ait proposé d’être député provincial pour la jeunesse en 1973. Mais à cette époque, nous avions une activité qui ne passait pas par le parlement ni par un siège de député. C’était un choix, qu’on faisait ou qu’on ne faisait pas. Moi, je militais au Front Principal, qui était le plus important de l’organisation. Un espace très riche, car c’était un espace de rencontre avec le peuple113. »

114Ana, qui faisait partie des groupes professionnels de la Capitale fédérale, justifie dans une certaine mesure le mépris que la direction de l’OUTG éprouvait à l’égard des « postes », en opposant une époque lointaine de sacrifices et de passion à une actualité partisane privée de sens :

  • 114 Entretien avec Ana, 2005.

« L’action militante était continuelle. Aujourd’hui, ce ne sont que des opérations. Pour nous, le militantisme était comme une mission. […] Nous considérions que les tâches gouvernementales étaient secondaires par rapport à la tâche principale qui consistait à rester lié au peuple. Pour le Gallego, les plus mauvais cadres sont au gouvernement. Alejandro Alvarez, il n’en avait rien à foutre de tout ça. Alejandro, il a toujours privilégié le terrain. Il a toujours méprisé les fonctions officielles. Si un camarade en occupait une, il le reléguait. Et il avait raison. Rends-toi compte qu’en fait ceux qui occupaient des fonctions sont ceux qui ont le plus trahi. Les secteurs étaient attrayants depuis le pouvoir formel. Les gars y croyaient. Tu dois un peu y croire114. »

115L’opposition militantisme/opérations est centrale pour Ana. Le premier représente le sens sublime de la politique enfermée dans l’idée de « mission ». Le second s’apparente à la politique de palais connue en Argentine sous le nom de « politicaillerie ». En accord avec le sens radical du militantisme et en validant la discipline organisationnelle autonome qui pouvait mépriser et dégrader le militant devenu fonctionnaire. Ana reconnaît finalement les codes du pouvoir : occuper une fonction officielle implique d’assumer les exigences de cette position, et plus la discipline de ta propre organisation de cadres – les politiciens professionnels furent quant à eux ceux qui trahirent la « vraie cause ». Pour Julio Bárbaro, aux antipodes, défendre la propension à occuper des fonctions officielles est une façon, vue aujourd’hui, de soutenir des idéaux démocratiques au détriment des loyautés organisationnelles, peu cohérentes avec la clarté institutionnelle et le prestige de la fonction publique :

  • 115 Mario Firmenich, leader de l’organisation des Montoneros.
  • 116 Entretien avec Julio Bárbaro, 2005.

« Moi, je travaillais au Front Principal. J’étais chef de commando. Je n’ai jamais eu beaucoup de pouvoir à la Garde. La Garde, comme toutes les orgas, essayait de construire son pouvoir contre le prestige des gars. Ceux qui avaient comme moi un certain pouvoir et un certain prestige, nous ne leur étions d’aucune utilité. T’encadrer c’était aussi te soumettre. Les Montos, c’était pareil. Les fonctions n’étaient pas importantes. Être député ça ne donnait pas de prestige. Parce qu’il y avait une maladie mentale. Celui qui te dit cela avoue sa démence. Être député c’est une bêtise. Qu’est-ce qui est important ? Être militant révolutionnaire. Allez, raconte ça à qui tu veux. Ça faisait partie de la folie de l’époque. L’abstraction était telle que le pouvoir se trouvait dans les orgas. Il est arrivé la même chose à Firmenich115. Tu le lâches et il est moins qu’un concierge. C’est comme à l’armée. La démocratie n’a aucune importance ; la démocratie ne tolère pas les leaders révolutionnaires. Les échelons du pouvoir ne sont pas attribués au talent mais à la flatterie. Je suis devenu député par moi-même. Par moi-même. Mon pouvoir, je me le suis construit tout seul. Je l’ai négocié et je l’ai mené à bien. L’orga croyait que “le chef suprême n’était pas député”. En définitive, c’était un imbécile. Il s’était trompé. L’histoire parle de ceux qui sont arrivés au pouvoir, pas de ceux qui étaient cachés116. »

116Bárbaro s’attribue donc le mérite d’avoir fait une carrière politique, contredisant le récit organisationnel selon lequel c’était l’OUTG elle-même qui transférait ses propres militants aux postes sollicités par le justicialisme. Dans les faits, les contacts avec le Parti justicialiste, les élections et les postes gouvernementaux ou électifs supposaient une première fissure dans l’unité organisationnelle. La dissolution de 1974 ne pouvait contenir en ce sens le passage progressif d’acteurs formés par l’OUTG elle-même au système des partis. L’exemple le plus significatif en ce sens est justement celui de Bárbaro, lequel, étant député national et provenant de la Garde de Fer-OUTG, fit partie du groupe de travail, composé par une trentaine de députés nationaux opposés à Isabel Perón. Les réseaux issus du Transfert avaient fait, au contraire, et comme nous l’avons vu, une déclaration de foi à Isabel.

117Nous allons démontrer, au niveau des réseaux, des trajectoires organisationnelles et des individus, ce qui s’est passé à Mendoza. En juin 1975, c’est-à-dire presque un an après la dissolution de l’OUTG, a été créé à Mendoza l’Institut Andin pour la Communauté organisée « Lieutenant Général Blas Brisoli ». Le nom choisi correspond à la direction politique de ses fondateurs : Institut Andin, faisant référence à une réalité locale, et consistant à penser la politique selon la « réalité de Mendoza », région andine, et en fonction de ses liens avec le contexte national ; Communauté organisée, expression utilisée à cette époque pour différencier ceux qui s’inspiraient de la « doctrine de Perón » de ceux qui soutenaient le langage « infiltré » de la patrie socialiste ; « Lieutenant Général Blas Brisoli », militaire péroniste, gouverneur de la province pendant la période 1949-1952 ; il représente une attribution de sens dans lequel apparaît une filiation directe dans le péronisme et sa tradition « historiquement conséquente ».

  • 117 « Miembros integrantes de la Junta Promotora Provisoria del Instituto Andino para la Reconstrucción (...)

118Le noyau que constituait l’Institut Andin provenait de la Ligne nationale de Mendoza. Nous pouvons citer ici quelques-unes de ses personnalités telles qu’elles apparaissent dans l’acte fondateur : Carlos Abihaggle, sous-secrétaire des Services publics du Gouvernement de Mendoza et professeur d’Université, José Luis Manzano, ex-membre du Conseil départemental de Tupungato, Juan Carlos Mazzón, dirigeant de la branche politique, Oscar Pressaco, membre du congrès national du Parti justicialiste, ex-président provisoire du Sénat, Cristina Zuccardi de Flamarique, ex-conseillère provinciale de la Branche féminine, Roberto Forlizzi, coordinateur du Centre d’études péronistes de l’université de Cuyo, Armando Bertranou, fonctionnaire du Centre d’économie et de législation de Aguas117. À cette liste doivent être ajoutées d’autres personnes qui y ont participé, comme Alberto Flamarique.

119Nous faisons remarquer que l’Institut Andin n’est pas seulement constitué de militants de la Ligne nationale. L’Institut se distingue aussi par l’insertion du courant universitaire péroniste dans le tissu partisan du justicialisme local. Il y a là des figures historiques, des dirigeants d’unités de base, et d’autres dirigeants politiques et même des fonctionnaires provinciaux.

120Dans le cas des personnes citées, en plus d’autres qui n’apparaissent pas dans la liste, il y a un nombre significatif de personnalités qui commencèrent à prendre du relief dans la politique locale et nationale dans les années 1980. Une grande partie des cadres politiques du justicialisme de Mendoza a été élevée dans la Ligne nationale ; certains d’entre eux étant très présents dans certains dossiers de la politique nationale. Nous ne trouverons pas seulement des législateurs nationaux ou des ministres provinciaux qui y avaient été formés, nous y trouverons aussi des personnalités qui avec le temps ont acquis une importance significative dans le monde politique. Cristina Zuccardi, Alberto Flamarique, José Luis Manzano, Juan Carlos Mazzón, entre autres.

121Ces cas, qui représentèrent avec le temps un net « glissement vers le politique », prirent progressivement leurs distances avec l’entourage d’Alvarez. À partir des entretiens réalisés, la dispersion des cadres qui s’accentue avec le coup d’État de 1976, et le recentrage sur les problèmes politiques locaux de la province de Mendoza, les fait se tourner vers l’autonomie par rapport aux hiérarchies antérieures de l’OUTG liées à la vieille Garde de Fer.

122Nous trouvons également un large éventail d’insertions dans différentes institutions. Cette professionnalisation moins développée – non pas par la qualité mais par les lieux de pouvoir occupés – apparaît chez d’anciens militants qui deviendront plus tard chefs d’entreprises, syndicalistes, intellectuels, conseillers politiques, universitaires, chercheurs du CONICET, responsables universitaires, d’organismes de recherche, etc. Cette professionnalisation moins développée peut supposer une insertion ou pour le moins une tentative d’entrée dans la politique partisane. L’économiste Roberto Roitman, par exemple, fut candidat au poste de gouverneur de la province de Mendoza sur la liste conduite par Adolfo Rodríguez Saá au niveau national en 2003.

123Finalement, un groupe s’est constitué qui a aussi participé ultérieurement à la politique partisane, en rompant avec le Pejota local et en créant au fil du temps les réseaux locaux des Cours de fidéipolitique. Y sont passés, entre autres, Segundo Rolón et Oscar Zoia. Ce groupe est toujours lié aux activités des cours et à l’Ordre de Marie, comme nous le verrons ultérieurement.

124Revenons à l’époque de la fondation de l’Institut Blas Brisoli. Dans la déclaration inaugurale il est dit :

  • 118 Déclaration des délégations participant à la cérémonie inaugurale de l’Institut Andin pour la Commu (...)

« À Mendoza et pour le deuxième anniversaire du retour définitif du Lieutenant Général Perón à la Patrie et au Pouvoir, les délégations présentes, constituées de fonctionnaires nationaux, provinciaux et municipaux, de dirigeants politiques masculins et féminins, de dirigeants syndicaux, de scientifiques, de techniciens et de professionnels péronistes, déclarent :
1. Notre loyauté envers Madame la Présidente de la Nation et Chef du Mouvement Péroniste, Madame Isabel Martínez de Perón. Loyauté qui se traduit par le respect absolu de ses directives et la défense acharnée du Gouvernement Péroniste, de tous ses ministres et collaborateurs.
2. Appui et soutien à la Direction Tactique du Mouvement Péroniste.
3. En ce sens et face au complot de ceux qui ont perdu les postes qu’ils occupaient lors de la Dictature Militaire, à la rumeur et à la conspiration de la Synarchie internationale, à ses agents infiltrés dans les structures de l’État National et du Mouvement Péroniste, visiteurs assidus des bureaux officiels avant 1973, nous affirmons que nos cœurs, notre raison et notre volonté sont imprégnés de la grandeur justicialiste à tel point que les opérations ennemies nous stimuleront plus encore à accomplir les missions que la direction stratégique de la Révolution Justicialiste nous confiera, et que chaque mensonge aura pour réponse la vérité incontestable de notre marche disciplinée et organique vers la réalisation de la Communauté Organisée.
4. De la même façon, et d’ici, nous invitons tous les camarades à participer activement au Plan du Conseil National du Justicialisme dessiné autour du 1er juillet et nous déclarons cette date “Fête de l’Union Nationale”, en hommage au premier anniversaire de la disparition physique de notre cher Général Perón.
PERON ET EVITA VIVENT
FOI EN ISABEL PARCE QU’ISABEL VAINCRA118. »

125Comme nous pouvons le constater, la déclaration est en phase avec l’imaginaire politique que les réseaux de l’OUTG dissoute déployaient à la même époque dans tout le pays. Elle revendique, comme cela apparaît de façon évidente et indiscutable, les figures de Perón et d’Evita, et reconnaît en Isabel la direction stratégique, c’est-à-dire la place de la présidence du Mouvement. Dans le discours, et de façon exacerbée, la « synarchie » et les « infiltrés » sont mis en cause. La cible est identifiée et partagée par l’éventail péroniste ennemi de la Tendance révolutionnaire. Il n’en reste pas moins évident que, pour sa part, la querelle péroniste englobait les niveaux de l’État, avec des accusations croisées entre ses propres dirigeants.

126En ce sens, suivre le leadership d’Isabel impliquait une dévotion politique qui venait du leader défunt. Il est facile de constater pourquoi une partie de ce tissu politique allait continuer dans les années 1980 à prêcher un Isabélisme qui n’allait pas tarder à s’effondrer et à disparaître de la scène politique.

127Oscar Pressaco, important dirigeant politique de la Ligne nationale, affirmait que :

  • 119 « Discurso pronunciado por el compañero Oscar Pressaco en la inauguración del Instituto Andino para (...)

« C’est précisément ce moment que choisit le général Perón pour se retirer, et à distance nous observons avec certitude que l’être collectif qu’il avait lui-même élaboré allait répondre à ses vœux. Néanmoins, il ne nous laisse pas seuls. Simplement, et après avoir affronté et vaincu la mort elle-même, il met devant nous sa meilleure disciple : Madame la Présidente de la Nation et Chef du Mouvement Péroniste, la camarade Isabel Martínez de Perón. De cette rencontre sans intermédiaires, naît une nouvelle relation indestructible. Isabelita est le Chef parce que le peuple le veut ainsi et que le peuple argentin ne se trompe jamais119. »

128Il n’est pas difficile de percevoir un critère de loyauté avec de fortes connotations religieuses. L’adhésion au projet d’Isabel n’est ni tactique ni pragmatique, elle n’émane même pas d’un attachement profond aux préceptes de Perón. C’est la pensée de Perón. Le discours met en évidence la rhétorique du « Perón ne meurt pas » : il est mort, mais il a vaincu sa propre mort en indiquant la personne qui allait incarner la direction en son absence, son épouse Isabel. Si invoquer une ligne de commandement institutionnel, puisqu’elle était la vice-présidente, n’atteignait pas et n’était pas le chemin choisi pour garantir l’unité péroniste, l’option choisie cherchait à exacerber les critères de loyauté envers les personnalités mêmes qui à ce moment-là ne parvenaient pas à trouver un consensus interne minimal.

129Nous venons de voir comment, entre 1974 et 1975, avait eu lieu le grand déploiement de mobilisations en faveur d’Isabel. L’ex-Ligne nationale, qui commença à signer ses déclarations en tant que Péronistes Universitaires, imprima un tournant symbolique dans ses consignes : les lettres V-P signifiant « Perón vuelve » (Perón revient) et « Victoria Peronista » (Victoire Péroniste), sont remplacées par I-V : « Isabel Vence » (Isabel vainc). Comme nous avons pu le constater, Hechos e Ideas réalisait, au niveau national et avec un niveau de publication systématique et intellectuel, la même revendication. Ce tournant, comme on peut le supposer, s’inscrivait à l’évidence dans le registre verticaliste de « l’affirmation péroniste authentique ».

130Pour le 25 mai 1975, à l’occasion d’un nouvel anniversaire de la formation de la Première Assemblée en 1810, un document des Péronistes universitaires réalise une importante opération de mémoire, en cherchant à faire apparaître dans la conjoncture du moment les acteurs illégitimes et à soutenir la légitimité des principes dogmatiques :

  • 120 « 25 mai 1810-25 mai 1975 », Péronistes universitaires, 1975.

« Comme à cette époque, aujourd’hui aussi, les ennemis de la Patrie, ouvertement ou de façon dissimulée, lancent leurs fourbes attaques en ignorant que le Peuple a son chef : la Camarade Isabel de Perón, la meilleure disciple du Leader. […] Pour cette raison ils l’attaquent en la trahissant au sein du gouvernement ou à l’extérieur. Pour cette raison, dirigés et payés par les Internationales du Pouvoir, ils mentent, calomnient, injurient, assassinent, tentent de créer du découragement, de la confusion et du discrédit. […] Pour cette raison, ils sont irrémédiablement perdus. C’est Isabel de Perón, à la barre de la Patrie, qui conduit fermement la marche du Peuple Argentin jusqu’à l’obtention de la victoire finale, parce qu’elle est le Chef de l’Étape dogmatique de la Révolution péroniste, l’étape de la réalisation de la Doctrine et de la construction de la Communauté organisée120. »

131Nous pouvons voir l’influence d’une lecture « filiale » de la pensée de Perón. Celui-ci insistait sur les étapes de la Révolution Justicialiste et l’heure était arrivée d’institutionnaliser le mouvement. Dans l’interprétation de ses partisans « loyaux », cette idée se traduisait par l’idée de Communauté organisée de la main du président. Mais la tension entre fidélité militante et occupation de fonctions fut une rude question à l’époque, et aujourd’hui encore, les anciens membres de l’OUTG adressent des avis contrastés et des accusations implicites ou explicites à ceux qui suivirent telle ou telle option. Une étude des élites partisanes argentines depuis 1983 nous montrerait un grand nombre de dirigeants ayant commencé leur vie politique dans le réseau politique analysé ici, c’est-à-dire d’ex-militants qui, issus du Transfert, firent ultérieurement une carrière politique. Cela n’a pas été le cas pour Alejandro Alvarez. Le long entretien réalisé avec lui (une douzaine de rencontres) a commencé par une imprudente question de notre part, qui consistait à l’interroger sur sa carrière politique. Alvarez, en partie fâché et assumant partiellement une prédisposition pédagogique, répondit catégoriquement : « Quelle carrière ? Il n’y a aucune carrière. Rien que la vie. »

Notes

1 Sarlo B., La pasión y la excepción, op. cit.

2 Dans une lettre à Perón du 15 mai 1972, Rodolfo Galimberti lui fait part de sa difficulté à unifier les groupes de la jeunesse à cause de la défection d’Álvarez et de Grabois. À son tour, il indique que leurs groupes sont les seuls à critiquer ouvertement les Formations spéciales, en se basant sur la structure du Parti justicialiste. Malgré les critiques, d’après Galimberti, « il n’est pas possible de mettre en doute la sincérité de leur péronisme. Rodolfo Galimberti, Lettre à Perón, 15 mai 1972, in Centre de documentation des mouvements armés (www.cedema.org).

3 En février 1972, par l’intermédiaire de celui qui était alors délégué, Héctor Cámpora, Perón fait parvenir une lettre à la Garde de Fer en lui indiquant : « Nous avons longuement discuté avec le délégué sur la question de l’unité de la jeunesse, et que celui-ci pourra les en informer de vive voix lorsque nous en auront débattu » (Madrid, 2 février 1972, « A los Compañeros de Guardia de Hierro »).

4 Plusieurs récits situent la rupture au moment de l’assemblée réunie à la Fédération de Box le 9 juin 1972. Les principaux orateurs lors de cette assemblée furent les représentants de la jeunesse de plusieurs espaces, en réponse à la directive de Perón d’unifier les secteurs Jotapé. Lors de cette assemblée, la place d’Alvarez et de Grabois comme directeurs de la jeunesse fut occultée. La raison était leur âge (ils avaient plus de trente ans). Sur le fond, il y avait la croissance des groupes révolutionnaires et insurrectionnels qui distançait les autres leaderships. L’unité réalisée à cette occasion fut fictive ; en réalité, le fossé qui divisait les trajectoires militantes se creusa plus encore, la mort de la Mesa du Transfert générationnel étant décrétée dans les faits et quelque temps plus tard. Lorsque, quelques jours auparavant, La Opinión avait titré « L’unification de la JP », et avait indiqué que « lors de la réunion serait annoncée la dissolution des sigles préexistantes, réunies dans un Conseil national réorganisé de la JP (La Opinión, 4 juin 1972, p. 8), elle avait offert un récit qui peu de temps après ne s’était pas concrétisé parmi les groupes de la jeunesse du péronisme.

5 Au début de l’année 1972, la presse rendit compte des divisions croissantes au sein des organisations de la jeunesse et de la mise en cause par les secteurs orthodoxes de la violence insurrectionnelle. Un article rédigé dans La Opinión par Miguel Bonasso, qui participera peu de temps après à des groupes camporistes et plus tard aux activités des Montoneros, reconnaissait le « rôle de Roberto Grabois dans la péronisation des classes moyennes, et les antécédents d’Alejandro Álvarez au Commando national péroniste » (Bonasso M., « Los diferentes grupos de la juventud del justicialismo intentarán su unificación », La Opinión, 2 juin 1972, p. 8).

6 Tarruella A., op. cit.

7 L’Intégralisme fut un groupe du mouvement catholique qui fournit également la Jotapé et les Montoneros en militants. A Córdoba, il fut un noyau important du Transfert.

8 Entre 1971 et 1972 se réalise progressivement la normalisation du Parti justicialiste, conséquence du processus imminent d’ouverture démocratique. Cette normalisation incluait l’affiliation massive pour les recensements partisans. L’OUTG naissante participa activement à cette campagne en établissant des liens au sein du Parti justicialiste.

9 Steven Levitsky prend l’exemple de Juan Manuel Abal Medina, qui n’était pas affilié et qui était, en même temps, secrétaire général du mouvement péroniste. Levitsky S., op. cit.

10 C’est ce qui se dégage des entretiens réalisés ainsi que du règlement existant dans la Garde de Fer.

11 Ladeuix J., « Entre la institucionalización y la práctica. La normalización del Partido Justicialista en la Provincia de Buenos Aires, 1972-1973 », Programa Buenos Aires de Historia Política del siglo XX, 2008.

12 Tarruella A., op. cit.

13 Nous citons au chapitre précédent Juan Carlos Torre et son analyse des négociations syndicales, ce qui permet, d’après Torre, d’éviter de réduire la politique des années 1970 à la violence.

14 « J. D. P. » (Juan Domingo Perón), Madrid, 10 septembre 1972. Reproduction inédite d’un entretien avec Perón. Document du Transfert.

15 Voir à ce sujet Amaral S., « El legado de Perón de los años setenta », Cuestiones de Sociología. Revista de Estudios Sociales, Universidad Nacional de La Plata, n° 3, automne 2006 ; Franco M., « Notas para una historia de la violencia en Argentina: una mirada desde los discursos del período 1973-1976 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Paris, EHESS, 2008.

16 Perón J., « Gobernar es persuadir », Mensajes de junio a octubre 1973, Secretaría de Prensa y Difusión, Presidencia de la Nación, p. 33-34.

17 Perón J., Modelo Argentino para el Proyecto Nacional, Argentina, Ediciones de la Bandera, 1983

18 García M., « La comunidad organizada: Un sistema de poder », Hechos e Ideas, année 1, n° 2, troisième époque, janvier-février 1974, p. 36.

19 En lien avec le retour de Perón en novembre 1972, voir González-Alemánn M., « Le premier retour de Perón : charisme et mobilisation populaire en novembre 1972 », Nuevo Mundo-Mundos Nuevos, Paris, EHESS, 2008.

20 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

21 Entretien avec Adrián, 2005.

22 Entretien avec Pablo, 2005.

23 Ibid.

24 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005. Le chiffre proposé par Álvarez est à l’évidence une exagération.

25 Ibid.

26 Entretien avec Remo, 2005.

27 Entretien avec Ana, 2005.

28 Entretien avec Ernesto, 2009.

29 Entretien avec Julio Bárbaro, 2005.

30 Entretien avec Homero, 2005.

31 Entretien avec Carmelo, 2005.

32 Entretien avec Ana y José, 2005.

33 Dirigeant syndical de la métallurgie qui eut une forte influence dans le péronisme pendant les années 1970 et 1980.

34 Entretien avec Julián, 2005.

35 Alberto Martínez Baca fut l’un des gouverneurs liés à la Tendance révolutionnaire, et qui dut cesser ses fonctions vers le milieu de l’année 1974 à cause d’un procès politique intenté contre lui par différents secteurs du justicialisme.

36 Argentina Rodríguez Flores fut une dirigeante historique du péronisme à Mendoza et députée nationale entre 1973 et 1976.

37 Entretien avec Alma, 2005.

38 Expression servant à désigner les militants et dirigeants de l’Union ouvrière de la métallurgie.

39 Entretien avec Homero, 2005.

40 Entretien avec Antonio, 2005.

41 Prelooker M., « Sociedad arcaica y mundo occidental », Hechos e Ideas, troisième époque, janvier-avril 1975.

42 Plénum de l’OUTG en 1973, Rosario.

43 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

44 Entretien avec Roberto Grabois, 2007.

45 Entretien avec Angela, 2005.

46 Dans la première moitié du xixe siècle, San Martín mena un ensemble de campagnes militaires dans ce qui était alors la vice-royauté du Río de la Plata (qui incluait ce qui devint ensuite plusieurs pays), en défendant le principe de la libération par rapport à l’Espagne. Rosas fut un important propriétaire terrien de Buenos aires et un homme politique qui fut à l’origine de la plupart des conflits dans ce que l’on appelait alors la Confédération Argentine. L’influence politique de Rosas perdura jusqu’en 1853, lorsqu’il fut renversé militairement par le général Justo José de Urquiza. Au xxe siècle, néanmoins, sa figure fut récupérée par une grande partie de l’intellectualité nationaliste et péroniste.

47 Entretien avec Carmelo, 2005.

48 Entretien avec Antonio, 2005.

49 Entretien avec Ernesto, 2009.

50 El día que maté a mi padre (Jorge Sigal, 2006) et El Camarada Carlos (Alicia Dujovne Ortíz, 2007) sont deux romans qui racontent l’adhésion au communisme et les difficiles processus du désenchantement partisan.

51 Ibid., 2009.

52 Il y a là une évidente confusion chronologique de la part de l’acteur. Au plénum de Rosario, qui s’était tenu en 1973, il avait été annoncé que l’organisation serait dissoute à l’avenir, ce qui se concrétisa en juillet de l’année suivante à cause de la mort de Perón.

53 Entretien avec Armando, 2004.

54 Entretien avec Remo, 2005.

55 Capitale de la province de Chaco, au nord-est de l’Argentine.

56 Entretien avec Antonio, 2005.

57 Entretien avec Gerardo, 2007.

58 Entretien avec Gabriel, 2005.

59 Entretien avec Alejandro Álvarez, 2005.

60 Dans l’imaginaire péroniste, la direction stratégique renvoie à la position la plus haute du pouvoir, pourvue d’un sens qui est quant à lui spirituel. Cette place était réservée, pour ces groupes, à Perón et Isabel. On entend par direction tactique les noyaux conjoncturels de pouvoir.

61 García M., « La Comunidad Organizada: un sistema de poder », op. cit.

62 Ibid., p. 28.

63 González H., « La clase media y la conciencia del partido », Hechos e Ideas, année 2, n° 9, troisième époque, mai-juillet 1975, p. 52.

64 Ibid., p. 34

65 Ibid., p. 34-35.

66 Voir Dard O., La Synarchie. Le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, 1999.

67 Amín S., La desconexión, Madrid, IEPALA, 1988.

68 Fernández Pardo C., « El mundo marcha hacia el socialismo », Las Bases, n° 3, 21 décembre 1971.

69 Voir la correspondance entre Perón J. et Cooke J., Correspondencia, t. I et II, Buenos Aires, Granica Editor, 1973.

70 « Editorial », Hechos e Ideas, année 1, n° 3, troisième époque, mars-avril 1974, p. 4.

71 « La révolution péroniste n’est pas terminée, loin s’en faut. elle n’est pas non plus un butin de guerre à répartir entre les “combattants”, ni un moment dans le développement de la “révolution permanente”. La révolution péroniste est l’espoir de la première et de la définitive victoire universelle de l’esprit du peuple contre l’esprit oligarchique. La prébende y mourra, victime de ses propres agissements et le « révolutionnarisme » sera victime de son propre isolement » (ibid., p. 4).

72 García M., op. cit., p. 36.

73 González H. et García M., « La crisis de la sociedad política y la etapa dogmática de la revolución », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, troisième époque, novembre-décembre 1974, p. 46.

74 Ce schéma de pensée de Perón, il le proposait en établissant une analogie entre l’expérience argentine et le processus révolutionnaire soviétique, et il constituait un message pour les organisations des années 1960-1970 dans lequel il déterminait clairement le moment défini des « formations spéciales », en fonction des étapes de la conquête du pouvoir, et de sa conservation, etc.

75 Pour invalider le « socialisme national », il n’y avait rien de mieux que de « demander à Perón d’en parler ». « Quant à Perón, il vit très clairement, dès le premier instant, de quoi il s’agissait, et fit remarquer que sous l’étiquette de “socialisme national”, on réintroduisait la vieille boutiquerie libérale que le colonialisme de toujours avait fait entrer en contrebande sur ces plages généreuses et ouvertes. » Prelooker M., « Sociedad arcaica y mundo occidental », op. cit.

76 González H., « La clase media y la conciencia del partido », op. cit., p. 55-57.

77 Bárbaro J., op. cit., p. 87.

78 Debray R., Révolution dans la Révolution ?, Paris, Maspéro, 1967.

79 « Cruzada de Solidaridad. Circular 2 », Mesas de trabajo: misión fundamental, 1975, p. 3.

80 Ibid., p. 3-4.

81 « Editorial », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, troisième époque, novembre-décembre 1974, p. 4.

82 Manifestations convoquées en soutien à la présidente Isabel Perón.

83 Ibid., p. 4.

84 « Editorial », Hechos e Ideas, année 2, n° 8, troisième époque, janvier-avril 1975, p. 3.

85 « Editorial », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, troisième époque, novembre-décembre 1974, p. 5.

86 Entretien avec Gerardo, 2005.

87 Principal dirigeant politique de l’Union civique radicale dans les années 1970.

88 Entretien avec Antonio, 2005.

89 Piñón F., « El Congreso Nacional de Productividad y Bienestar Social », Hechos e Ideas, année 2, n° 9, troisième époque, mai-juillet 1975.

90 Recteur-administrateur de l’université nationale de Cuyo sous la gestion d’Oscar Ivanissevich comme ministre de l’Éducation de la Nation depuis août 1974.

91 Entretien avec Armando, 2004.

92 Après le renversement de Perón en 1955, les Commandos civils étaient des groupes para-militaires qui se proposèrent d’affronter de manière violente les adhérents péronistes, en particulier dans le milieu syndical.

93 « Situación Universitaria », pamphlet, 1975.

94 « Editorial. La jefatura de Isabel Perón », Hechos e Ideas, année 2, n° 7, tercera época, novembre- décembre 1974, p. 4-5.

95 « Editorial. La Institucionalización del Movimiento Peronista », Hechos e Ideas, année 2, n° 9, troisième époque, mai-juillet 1975, p. 4.

96 « Editorial Isabel vence », Hechos e Ideas, année 2, n° 8, troisième époque, janvier-avril 1975, p. 3-5.

97 Ferré A., « La sociología latinoamericana en proceso », Hechos e Ideas, n° 9, mai-juillet 1975, p. 45.

98 López Rosas E., « Teología de la liberación: su profundización a partir de la experiencia peronista », Hechos e Ideas, année 1, n° 4, mai-juin 1974, p. 78

99 Ibid., p. 80.

100 Ibid., p. 81.

101 Ibid., p. 81.

102 Ibid., p. 83.

103 Ibid.

104 À la solde de l’étranger.

105 Ibid., p. 84.

106 Ibid., p. 94.

107 Cf. Mallimaci F., « El catolicismo argentino desde el liberalismo integral a la hegemonía militar », op. cit.

108 Les contenus catholiques qui commencent à apparaître sont également particuliers et subissent des transformations. Si jusqu’en 1974 les débats étaient liés à la réforme théologique, une condamnation sévère de la violence de la guérilla commença à s’imposer. Methol Ferré, qui travaillait pour des équipes de la Conférence épiscopale latino-américaine (CELAM), allait publier en pleine dictature argentine un livre qui remettait en cause l’action des groupes guérilléros dans l’Amérique latine de l’époque. Les Montoneros avaient adopté des positions, de son point de vue, de tendance plus fasciste que marxiste. Ferré A., Puebla. Proceso y tensiones, Buenos Aires, Editorial Documenta, 1979, p. 124.

109 Dans plusieurs entretiens du chapitre précédent, nous avons pu voir comment était redéfinie l’expérience politique des années 1970 comme un maillon de plus dans la recherche de la vérité. La préoccupation religieuse aurait été de façon omnisciente la raison mobilisatrice qui traversa la fondation de l’OUTG. La mémoire remplit une fonction synthétique, car non seulement elle refait l’histoire personnelle mais de plus elle refait ce qui contient la référence en inscrivant dans un registre de continuité la micro-histoire et la macro-histoire, Adrogué D. et Podetti R., « Belleza, justicia y fe en la Argentina contemporánea », Hechos e Ideas, troisième époque, année XV, n° 19, 1er trimestre 1988.

110 Carlos Evans avait été gouverneur de la province de Mendoza entre 1952 et 1955.

111 Entretien avec Antonio, 2005.

112 Entretien avec Ernesto, 2009.

113 Entretien avec Remo, 2005.

114 Entretien avec Ana, 2005.

115 Mario Firmenich, leader de l’organisation des Montoneros.

116 Entretien avec Julio Bárbaro, 2005.

117 « Miembros integrantes de la Junta Promotora Provisoria del Instituto Andino para la Reconstrucción Nacional « Gobernador Blas Brisoli ».

118 Déclaration des délégations participant à la cérémonie inaugurale de l’Institut Andin pour la Communauté organisée « Gouverneur Brisoli », 21 juin 1975.

119 « Discurso pronunciado por el compañero Oscar Pressaco en la inauguración del Instituto Andino para la Comunidad Organizada « Gobernador Brisoli », 21 de junio de 1975.

120 « 25 mai 1810-25 mai 1975 », Péronistes universitaires, 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540