Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Chapitre I. Du péronisme au militantisme : contexte historique et problématique

Texte intégral

1Au seuil de cette analyse et dans ce premier chapitre, il est indispensable de présenter la problématique en question. Pour cela, nous pensons aborder trois axes thématiques. Le premier, puisque l’objet spécifique s’inscrit dans le cadre du mouvement péroniste et naît quelques années après la destitution du second gouvernement de Perón (1955), tente d’éclaircir, de façon succincte, les origines de ce mouvement social et politique. Le deuxième reprend certaines des lectures effectuées sur les années 1960 et 1970 en Argentine et dont on peut extraire, directement ou indirectement, différentes interprétations sur le phénomène du militantisme au cours de ces années et ses origines. Le troisième démontre que cette étude nous conduit à une problématique plus vaste, qui connaît en France un traitement par ailleurs intense, celle du militantisme. Si les deux premiers axes présentent les caractéristiques apparues de façon particulière dans la société argentine, le troisième nous renvoie à un ensemble de débats qui n’est en rien exclusif du cas argentin.

Les origines du péronisme (1943-1955)

2En septembre 1955, avec le soulèvement militaire connu sous le nom de Révolution libératrice, soutenu par des secteurs de la société civile et en particulier par l’Église catholique, prit fin ce que l’on connaît sous le nom de premier péronisme. La première présidence de Juan Perón avait commencé peu de temps après la victoire électorale de février 1946, puis il fut réélu pour un nouveau mandat qui commença en 1952, interrompu par le coup d’État de 1955 et à partir duquel Perón allait commencer un exil qui allait durer dix-huit ans. Avant de devenir président, il avait déjà occupé des positions de pouvoir pour avoir fait partie des groupes militaires qui avaient destitué le gouvernement démocratique d’alors (bien que frauduleux), celui de Ramón Castillo, le 4 juin 1943. En particulier sa gestion à la tête du Secrétariat au Travail et à la Prévision, et sa promotion, en 1944, comme ministre de la Guerre et vice-président, lui valut un fort soutien dans les secteurs ouvriers et de meilleures relations avec certains dirigeants syndicaux, compte tenu des mesures sociales qu’il avait réussi à mettre en œuvre. Ces mesures lui avaient valu l’adhésion soutenue des travailleurs argentins.

  • 1 Cf. James D., « 17 y 18 de octubre de 1945 : el peronismo, la protesta de masas y la clase trabajad (...)

3Le péronisme naquit, avant la présidence de Perón, sous le signe de la forte polarisation que celui-ci produisit dans la vie politique et qui en son temps avait alimenté certaines polémiques. Dans le contexte international de la Seconde Guerre mondiale, l’apparition d’un groupe d’opinions anti-péronistes définissait Perón comme un personnage nazi-fasciste. Dans ce groupe se trouvait tout l’éventail des partis politiques (y compris les partis de gauche), dirigés, pendant une grande partie de l’année 1945, par l’ambassadeur nord-américain Spruille Braden, qui mettaient en avant l’antinomie démocratie vs. nazifascime. Perón avait obtenu le soutien des ouvriers ainsi que de la Confédération générale du travail (CGT), du Parti travailliste (d’obédience syndicale), et d’autres partis politiques, certains d’entre eux ayant une représentation locale. Les journées du 17 et du 18 octobre 19451 constituèrent un lieu de mémoire dans le mouvement péroniste en affirmant ses caractéristiques plébéiennes. Perón serait dès lors le référent politique de la classe ouvrière en Argentine.

  • 2 Weber M., Economía y sociedad, Argentine, Fondo de Cultura Económica, 1992 (1922).

4Pendant sa présence au gouvernement, se construisit un modèle politique doté d’une forte présence ouvrière et syndicale basée sur une légitimité charismatique qui ne brisait pas les mécanismes de la représentation démocratique. Néanmoins, le régime politique ne suivit pas la voie de la démocratie libérale, raison pour laquelle a été fréquemment utilisée l’idée reprise par Max Weber de démocratie plébiscitaire2 pour définir la politique péroniste entre 1946 et le coup d’État de 1955. Les partis politiques de l’opposition réussirent à fonctionner mais le gouvernement tenta de coopter d’importantes sphères de la société civile et de délégitimer la portée d’une opinion publique critique. L’adhésion massive dont bénéficiait le leader était utilisée comme fondement de la péronisation de la société argentine, et les mécanismes démocratiques, en particulier les élections, constituaient un moyen de ratification charismatique du pouvoir de Perón. En termes économiques et sociaux, l’Argentine péroniste opta, outre l’intégration politique des masses, pour un puissant modèle d’industrialisation à partir de la construction d’outils étatiques. Cela supposa que l’État à partir de l’IAPI (Institut argentin de promotion des échanges), commença à contrôler les excédents économiques provenant des exportations de l’agriculture et de l’élevage pour investir dans le développement industriel du pays. Les plans quinquennaux étaient les moyens que l’État se proposait d’établir pour jouer ce rôle de planificateur de l’économie, en tentant d’avancer dans plusieurs types d’industrialisation. Ce processus se réalisa grâce à cette présence étatique et aux revenus des exportations, favorisant en même temps, bien que de façon pas toujours linéaire, les secteurs salariés. La Fondation Eva Perón, activement dirigée par Eva Perón, épouse du président, représenta un fort encouragement à la sécularisation de l’assistance sociale, contrôlée jusqu’alors par des familles riches et certains réseaux catholiques. Cette fondation constitua le moyen étatique, marqué personnellement par la figure de la première dame, d’atteindre des secteurs pauvres ou marginaux qui ne pouvaient obtenir une promotion sociale à travers le travail salarié.

  • 3 Comme on peut le constater dans plusieurs discours de Juan Perón et son épouse Eva Duarte.

5Parmi les justifications intellectuelles du péronisme se trouvent la défense du travail, en particulier celui des ouvriers, et un discours marqué autant par des caractéristiques religieuses que nationalistes. Dans de nombreux aspects du péronisme se retrouvent des prémices qui peuvent être définies comme social-chrétiennes. La centralité de la nation faisait également partie d’un discours politique qui se montre hostile à l’impérialisme « Yanqui ». Néanmoins, il convient de remarquer que ces éléments religieux et politiques apparurent souvent au détriment des autorités religieuses et des intellectuels nationalistes. S’agissant de l’Église catholique, quelques prérogatives institutionnelles garanties par le péronisme ne parvinrent pas à dissimuler la tension existant entre celle-ci et le gouvernement de Perón, qui éclatèrent à l’occasion d’un dur conflit en novembre 1954 et qui précéda un ensemble de mesures gouvernementales fortement anti-catholiques (entre autres la signature de la loi sur le divorce et le projet de séparation de l’Église et de l’État). Une partie importante du mouvement catholique avait vu dans le péronisme l’espace le mieux adapté, par son caractère antilibéral, social-chrétien et antimarxiste, à la participation à la vie publique. Le péronisme, reprenant l’étendard de la doctrine sociale et la prédication même de Jésus, selon les mots de Perón en personne, était l’héritier le plus logique de la tradition chrétienne… Plus encore que l’Église elle-même3 ! Cela fut à l’origine d’un conflit moral et institutionnel entre l’Église et le péronisme, la première ayant également dans ses rangs une partie de ses fidèles enrôlés dans un anti-péronisme viscéral, qui déboucha sur le conflit des années 1954 et 1955, antichambre de la chute de Perón.

6Quelque chose de semblable allait se produire avec l’intelligentsia nationaliste. Nombre de ses membres se sentirent attirés par le discours péroniste, qui valorisait également la discipline, certains aspects militaires et une certaine idée de l’ordre. Ernesto Palacio, par exemple, intellectuel nationaliste formé des décennies plus tôt aux idées de Charles Maurras et aux formules de l’autoritarisme politique, fut élu député national en 1946 dans la formule que dirigeait Perón. Néanmoins, de nombreux intellectuels nationalistes n’acceptaient pas la dimension fortement plébéienne du mouvement péroniste et s’opposèrent au rôle politique joué par son propre leader. Parmi ceux-ci, il convient de mentionner les frères Rodolfo et Julio Irazusta, héritiers, à l’instar de Palacio, des idées du fondateur de l’Action française.

7En 1949, deux événements matérialisèrent les lignes politiques, juridiques et intellectuelles du justicialisme, terme équivalent à péronisme puisqu’il fut utilisé par ses propres mentors pour définir la ligne politique de ce mouvement et de ce régime politiques à partir de l’idée centrale de justice sociale. En avril et dans la ville de Mendoza, allait se tenir le Premier Congrès national de philosophie auquel participèrent des philosophes argentins et étrangers, et qui allait s’achever par un discours de celui qui était alors président, discours ultérieurement publié sous le titre « La communauté organisée », et qui incluait les principes fondateurs du péronisme. Quelques semaines auparavant, la réforme constitutionnelle fut approuvée, texte signé par les membres de la convention péroniste avant que ne quittent les lieux les membres de l’autre grand parti, l’Union civique radicale, qui soutenaient que cette réforme n’était faite que pour permettre la réélection de Perón. Au-delà de cette motivation, fut imposée dans ce texte, inspiré par l’avocat et conventionnel péroniste aux origines catholiques, Arturo Sampay, l’esprit d’un constitutionnalisme social qui donnait à l’État un rôle central dans la défense des droits sociaux.

8En juillet 1952, après avoir été promue de façon infructueuse par la CGT pour accompagner son mari en tant que candidate à la vice-présidence, Eva Perón mourut. Sa mort, marquée par d’interminables manifestations publiques, est interprétée comme un virage au sein d’un gouvernement péroniste qui commençait à perdre une partie de la légitimité acquise. Néanmoins d’autres éléments de la réalité ne doivent pas être ignorés. L’attitude du péronisme envers l’opposition se durcit plus encore dans un contexte économique qui n’était plus aussi favorable et qui commençait à demander des efforts au monde du travail. Le conflit avec l’Église, finalement, permit à une grande partie de l’opposition, catholique ou non, de voir dans cet affrontement une opportunité politique pour se manifester contre Perón. À cela s’ajouta une nouvelle révolte de militaires qui finit par destituer le président du pays.

9Cette très brève synthèse historique doit être complétée par une non moins brève synthèse problématique. En effet, comment expliquer la particularité du phénomène péroniste et ses origines ? C’est la question à laquelle j’ai dû faire face à de nombreuses reprises lorsque j’étais en France, ou lorsque je me trouve avec un interlocuteur étranger. La réponse n’est pas simple, et cela me fit remarquer que même pour nous qui sommes nés et avons grandi dans le pays qui a vu naître le péronisme, la question ne cesse d’être posée. Cette polémique initiale est peut-être un trait caractéristique du phénomène, ce qui contribue assez peu à reconnaître de façon dépassionnée ses caractéristiques historiques. Dès lors, il y a là une difficulté sur le plan des représentations puisqu’on a fréquemment tenté de présenter ce phénomène comme une pure aberration ou une anomalie quand il s’agit en fait d’un objet politique complètement ordinaire et par voie de conséquence compréhensible. Comme dans d’autres objets du même type, se mêlent ici la soif de pouvoir, la représentation sociale, les égos de ces personnalités, l’accommodement fonctionnel des principes démocratiques, et l’articulation d’alliances sociopolitiques avec différents groupes sociaux, des intérêts économiques et des codes normatifs. Cette difficulté symbolique se reproduit quand on cherche à opposer à la lecture qui fait du péronisme une aberration, la revendication héroïque.

10En termes de problématique, de nombreuses études – certaines d’entre elles ayant contribué à fonder la sociologie en Argentine » ont tenté d’apporter une réponse à la question : qu’est-ce que le péronisme ? – en se référant à sa première expérience gouvernementale. Comme il nous est impossible de synthétiser les arguments les plus saillants, nous ne présenterons que quelques thèmes centraux et certaines des réponses proposées.

11L’un de ces thèmes est le rôle joué par la classe ouvrière et les secteurs syndicaux dans le premier péronisme. Nous y distinguons deux axes sensiblement liés. Le premier est constitué par la discussion entre organisation autonome et organisation hétéronome de la classe ouvrière. Le second fait référence à l’expérience organisationnelle antérieure des ouvriers qui arrivent au péronisme ; en d’autres termes, s’il s’agissait d’ouvriers âgés, formés politiquement et dotés d’une expérience syndicale, ou s’ils étaient des ouvriers récents, produits de processus migratoires internes qui déplacèrent des individus de l’intérieur du pays sans un bagage syndical solide, vers les grands centres urbains et industriels.

  • 4 Germani G., Política y sociedad en una época de transición, Buenos Aires, Paidós, 1966. Voir égalem (...)
  • 5 Di Tella T., Perón y los sindicatos. El inicio de una relación conflictiva, Buenos Aires, Ariel, 2 (...)

12Supposer qu’une organisation ouvrière ait agi de façon complètement autonome (c’est-à-dire totalement isolée de la participation de membres d’une autre classe), constitue un mythe quasi millénariste, l’axe autonomie/hétéronomie renvoie ainsi à la façon dont l’organisation syndicale de la classe ouvrière argentine s’est structurée historiquement. Un ensemble d’auteurs qualifie cette structuration d’hétéronome car, outre la participation de dirigeants syndicaux, ce furent les mesures gouvernementales qui firent participer politiquement les ouvriers à l’État. Sur cette question, la littérature nous renvoie aux apports de Gino Germani4 et, longtemps après, de Torcuato Di Tella5.

13L’apport décisif de la sociologie germanienne, suppose également la prise en compte du second axe. Là, le débat cherche à déterminer, dans le cadre du soutien ouvrier, si le péronisme avait attiré d’anciens ou de nouveaux ouvriers de l’industrie. D’après Germani, ce mouvement politique est la partie émergente d’une société en transition et qui est le produit du processus de modernisation. Dans celui-ci, les mouvements migratoires remplirent les centres industriels du pays de nouveaux ouvriers, sans la tradition syndicale et politique que possédaient les vieux ouvriers, marqués par des idées et des expériences dans des organisations socialistes, communistes et issus de l’émigration européenne de la fin du xixe siècle et du début du xxe. C’est dans cette nouvelle classe ouvrière, touchée par le passage d’un milieu social traditionnel à la vie des grandes villes, qu’il fallait rechercher, d’après Germani, les origines du péronisme et ce qui allait servir d’appui au leadership personnel de Perón.

  • 6 Murmis M. et Portantiero J. C., Estudio sobre los orígenes del peronismo, Buenos Aires, Siglo XXI, (...)
  • 7 Torre J. C., « Interpretando (una vez más) los orígenes del peronismo », in Mackinnon M. et Petron (...)
  • 8 Torre J. C., La vieja guardia sindical y Perón, Buenos Aires, RyR, 2011 (1990).

14Cette idée a été contestée par les études qui ont cherché à trouver des liens de pureté entre une vieille garde syndicale et Perón. C’est dans ce courant que se sont situées les études de Miguel Murmis et Juan Carlos Portantiero6, et celles de Juan Carlos Torres7. Ce dernier, de façon explicite, tente d’expliquer l’adhésion au péronisme non pas comme un phénomène d’anomie collective ou d’attitude clientéliste mais comme un choix rationnel où participent des acteurs syndicaux, dont beaucoup appartiennent à la vieille garde syndicale. L’amélioration des conditions de travail proposées par Perón lorsqu’il était secrétaire d’État conduisit à la participation commune entre lui et les dirigeants syndicaux, lesquels auraient participé activement aux journées du 17 octobre 19458.

  • 9 Campo H., Sindicalismo y peronismo. Los comienzos de un vínculo perdurable, Buenos Aires, Siglo Vei (...)
  • 10 De James D., Resistencia e integración. El peronismo y la clase trabajadora argentina (1946- 1976), (...)
  • 11 Voir également : Sidicaro R., « Consideraciones sociológicas sobre las relaciones entre el peronism (...)

15À partir d’investigations historiques, on a essayé de trouver dans la construction ancienne d’une tradition syndicale en Argentine l’explication du lien avec le péronisme. Hugo del Campo9 voit dans la fraction syndicaliste, d’inspiration française et italienne, un développement organisationnel vieux de plusieurs décennies. Face à des gouvernements militaires et à la répression du mouvement ouvrier, le syndicalisme de tendance syndicaliste (inspiré dans ses lointaines origines par l’anarcho-syndicalisme) pouvait mieux pénétrer le contrôle syndical compte tenu de son passé économiciste, pragmatique et hostile à l’idée de voir dans le syndicat l’expression d’un parti politique – à la différence des groupes communistes et socialistes, où le parti occupait une place prioritaire. Dans les travaux de Daniel James10, on voit l’apport du culturalisme historiographique anglais. James centre son attention sur l’hérétique impact social du péronisme pour faire référence au sens disruptif que celui-ci supposait dans les milieux du travail. L’adhésion ouvrière, de forte tendance plébéienne, ne s’expliquait pas seulement comme un résultat des indéniables avantages matériels que les ouvriers obtinrent pendant la gestion de Perón, elle s’explique aussi par un ensemble de valeurs qui se traduisirent en termes d’identité collective11.

  • 12 Voir : Mora y Araujo M. et Llorente I., El voto peronista: ensayos de sociología electoral argenti (...)

16L’étude de la composition sociale du mouvement péroniste a également permis d’établir que la centralité ouvrière n’est pas exclusive dans cet univers qui présente quelques caractéristiques multi-classistes. Les analyses des résultats électoraux contribuèrent à nuancer de nombreuses impressions générales sur ce sujet12, et à remettre en cause le principe de l’adhésion nourrie par des valeurs irrationnelles et des attitudes démagogiques. Malheureusement, cet axe de recherche ne parvint pas à s’imposer dans les universités argentines comme un courant défini et systématique de sociologie électorale.

  • 13 Di Tella T., Sociología de los procesos políticos. De la movilización social a la organización pol (...)

17Il est alors apparu important de rendre compte d’un système plus vaste d’alliances socio-économiques mis en place depuis 1943-1944. En effet, sous le gouvernement de Perón on a tenté de donner un puissant élan à l’industrialisation et de construire ce qu’il est convenu d’appeler une bourgeoisie nationale. Cela supposait de constituer une élite d’industriels s’engageant à remplacer les produits importés par ceux d’une industrie nationale. Selon Di Tella, cela ne signifia pas une convergence d’intérêts entre industriels et secteurs populaires. À l’origine, la principale organisation patronale des industriels, l’Union industrielle argentine (UIA) s’opposa à l’ascension du péronisme13. Au même moment, l’existence d’une élite anti statu quo (constituée de militaires, de membres du clergé, d’industriels et d’intellectuels nationalistes) en Argentine définit la particularité du péronisme par rapport à d’autres mouvements et régimes politiques latino-américains de la même époque.

  • 14 Di Tella T., Perón y los sindicatos…, op. cit., p. 442. Voir aussi Sidicaro R., Los tres peronismo (...)
  • 15 Mackinnon M., Los años formativos del Partido Peronista (1946- 1950), Buenos Aires, Siglo Veintiuno (...)
  • 16 Levitsky S., La transformación del justicialismo. Del partido sindical al partido clientelista, 198 (...)
  • 17 En relation avec l’organisation partisane d’une branche féminine, voir Barry C., Evita capitana. El (...)
  • 18 Mackinnon M., op. cit.
  • 19 Levitsky S., op. cit.

18Quelle forme concrète acquit, une fois installé au pouvoir, le vaste espace politique conduit par un leader militaire soutenu essentiellement par les ouvriers14 ? L’aspect organisationnel, négligé pendant de nombreuses années par la réduction du phénomène à un simple mouvement personnaliste, a fait l’objet d’éclaircissements récents – par exemple dans les travaux de Moira Mackinnon15, Steven Levitsky16, entre autres17. D’un côté, ces apports font référence au fait que le leadership charismatique du péronisme, entendu comme mouvement (au sens où il dépasse la représentation partisane), n’a pas ignoré les tensions et les négociations entre Perón et les dirigeants des partis. La construction du parti péroniste ne fut pas une simple instance creuse pas plus qu’elle n’exprimait la seule volonté du leader18. La naissance du péronisme comme parti charismatique doté d’une forte base syndicale constitua une matrice organisationnelle qui non seulement se prolongea dans le temps mais qui, à partir de sa faible routinisation, put s’adapter à des contextes changeants et qui donnent le vertige19.

19Les études sur l’organisation politique, marquée par la présence d’un leader charismatique comme d’un réseau syndical et socio-territorial dense, ont tenté de placer le problème au-delà des considérations et des débats idéologiques. Ces considérations et ces débats, néanmoins, constituent une vaste littérature puisque, sur cette question, il ne s’est pas simplement agi d’imputer au phénomène une simple inclination sur le plan des idées mais de délimiter sa signification en tant que tradition politique.

  • 20 Halperín Donghi T., « El lugar del peronismo en la tradición política Argentina », in Amaral S. (...)

20Le péronisme a été vu, malgré ses accents originaux et sa prétention à la nouveauté, comme l’héritier d’un ensemble de processus politiques locaux remontant au xixe siècle. L’Argentine péroniste représente, pour l’historien Tulio Halperín Dongui, le prolongement d’« une loyauté déjà anachronique », « la foi en une nécessaire harmonie sociale », l’affirmation de « l’unanimité dans la vie publique20 ».

  • 21 Sigal S. et Verón E., Perón o Muerte. Los fundamentos discursivos del fenómeno peronista, Buenos Ai (...)

21La question de la tendance totalitaire du péronisme, son existence ou non, apparaît comme le corollaire de l’unanimité publique d’un gouvernement qui tendit à réduire au silence les voix dissidentes. Dans l’ouvrage désormais classique, Perón o muerte, Silvia Sigal et Eliseo Verón21 font remarquer que le vide politique produit par le discours péroniste, en ne reconnaissant aucun caractère positif à la représentation politique, permit d’éloigner le péronisme des expériences totalitaires. Vu davantage comme une énonciation discursive que comme une idéologie, le péronisme n’était rien d’autre que « la réunion des individus fidèles à Perón », et en ne supposant pas un contrat idéologique et partisan concret, il évitait de cette manière de franchir les limites du cadre démocratique.

  • 22 McGee Deutsch S., Contrarrevolución en la Argentina 1900-1932. La Liga Patriótica Argentina, Berna (...)
  • 23 Lipset S., Political man. The social bases of politics, New York, Doubleday and company, 1960, p. 1 (...)
  • 24 Milza P., Les fascismes, Paris, Seuil, 1991 (1985), p. 532-534.
  • 25 Deux études récemment publiées renforcent l’interprétation qui place le péronisme dans la continuit (...)

22D’autres auteurs ont tenté de trancher et de savoir si le mouvement politique crée par Perón représentait la continuation de la pensée et de la doctrine contre-révolutionnaire argentine. Sandra McGee Deutsch, fait remarquer que, malgré les différences fondamentales entre ce mouvement et les groupes contre-révolutionnaires argentins, le premier aurait emprunté aux seconds ses conceptions socio-économiques, « ce qui voudrait dire que le péronisme fut essentiellement contre-révolutionnaire22 ». Pierre Milza, pour sa part, réalise un diagnostic qui n’est pas très éloigné de la célèbre caractérisation proposée par Seymour Martin-Lipset23, selon laquelle le péronisme représente, partiellement pour Milza, un « fascisme de gauche24 », incarnation d’un néo-bonapartisme ayant en effet instauré une dictature aux caractéristiques policières mais non totalitaires25.

  • 26 Buchrucker C., El fascismo en el siglo XX. Una historia comparada, Buenos Aires, Emecé, 2008. Expri (...)
  • 27 Buchrucker C., Nacionalismo y peronismo. La Argentina en la crisis ideológica mundial (1927-1955), (...)

23L’interprétation de Cristian Buchrucker se refuse radicalement à situer le péronisme dans les traditions de l’extrême droite, en particulier du fascisme. Et cela pour deux raisons. En premier lieu, et d’un point de vue comparé, par sa définition du fascisme classique en accord avec le contexte international de la guerre26. En second lieu, cet auteur différencie deux tendances dans le nationalisme argentin : un nationalisme restaurateur, où convergent des intérêts autoritaires, antisémites et élitistes, et le nationalisme populiste, qui a pénétré le péronisme, et où se sont transférées des idées nationales et sociale-chrétiennes situées dans la représentation populaire27. De ce point de vue, les caractéristiques qui éloignent le péronisme du fascisme sont plus nombreuses que celles qui l’en rapprochent.

  • 28 Mallimaci F., « Los diversos catolicismos en los orígenes de la experiencia peronista », in Mallim (...)
  • 29 Zanatta L., Perón y el mito de la nación católica, Buenos Aires, Sudamericana, 1999 ; Caimari L., P (...)
  • 30 Bosca R., La Iglesia Nacional Peronista. Factor religioso y poder político, Buenos Aires, Ed. Sudam (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Bianchi S., Catolicismo y peronismo. Religión y política en la Argentina 1943-1955, Buenos Aires, I (...)
  • 33 Cf. Cucchetti H., « Reflexions sur le phénomène péroniste », in Borgeaud-Garciandía N., Lautier B. (...)

24La convergence dans le péronisme d’idées religieuses provenant du catholicisme et l’interaction entre institution étatique et Église ont donné lieu à de vastes discussions intellectuelles sur la période 1943-1955. En prenant en compte l’accroissement du catholicisme intégral depuis les années 1930, quelques études ont analysé le passage de certains acteurs du mouvement catholique au péronisme28. D’autres se sont davantage appuyés sur la relation entre Perón et le mythe de la nation catholique29. Dans certains cas, on a vu dans le péronisme une sorte de gallicanisme cherchant à manipuler l’autorité ecclésiastique30. Il faut reconnaître que dans de nombreux cas définir le péronisme comme un particularisme nationaliste anticatholique31, d’un côté, ou caractériser l’Église catholique de l’époque comme une entreprise intégriste32, de l’autre, a été lié à des positions hautement normatives. Les études depuis la perspective des religions séculières n’ont pas constitué, néanmoins, une préoccupation significative dans ce domaine de la thématique33.

  • 34 C’est ce que constatent, par exemple et entre autres, Mackinnon, Taguieff, Laclau.
  • 35 Hermet G., « Populisme et nationalisme », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 56, octobre-novemb (...)
  • 36 Taguieff P-A., L’illusion populiste. Essai sur les démagogies de l’âge démocratique, Paris, Flammar (...)

25Comme on peut à l’évidence le supposer, en revenant sur certains de ces thèmes, la question du populisme a été fortement associée à notre sujet. Comme cela a déjà été dit, le problème fondamental de la catégorie réside dans la connotation péjorative qui lui a été associée34. Les populismes latino-américains ont représenté, selon diverses perspectives, une incarnation typique de la catégorie du populisme. Les idées de césarisme, de bonapartisme (en référence à l’expérience bonapartiste du Second Empire français) se trouvent ici mêlées. Pour Guy Hermet, le style fasciste de Perón dérangea les élites argentines, bien qu’il n’eût jamais eu, au fond, la volonté de modifier l’équilibre instable qui existait dans ce pays35. Pour Pierre-André Taguieff, le péronisme représente un cas typique de national-populisme qui, entre autres choses, alimente le mythe de la nation organique36. L’ambiguïté péroniste résiderait dans la mise en action d’objectifs démocratico-réels (en opposition aux simples revendications libérales) mobilisant une forte dose de démagogie.

  • 37 Laclau E., Política e ideología en la teoría marxista. Capitalismo, fascismo, populismo, España, Si (...)
  • 38 Laclau E., La razón populista, op. cit.

26D’autres analyses, nourries en particulier par divers travaux d’Ernesto Laclau37, voient dans le populisme une articulation discursive dans laquelle un signifiant vide (le peuple, et dans le cas présent, Perón) parvient à articuler divers intérêts sociaux. Dans ces travaux apparaît de façon manifeste la volonté de redonner un sens positif au rôle des discours populistes dans la vie politique, le populisme pouvant être soit de gauche (contre-hégémonique), soit de droite (hégémonique). La faiblesse du péronisme, visible en particulier dès la période postérieure (1955-1976), fut que l’équivalent commun, Perón, fort dans les liens verticaux (leader-adhérents), était insuffisant pour garantir les liens horizontaux entre les différents groupes péronistes, ce qui déboucha sur de violents conflits intra-péronistes38.

27Cet aperçu succinct de quelques lieux communs que l’on trouve dans l’étude du péronisme historique (1943-1955), n’a pour ambition que de montrer certains des débats auxquels il donna lieu. Ce panorama peut éclaircir certaines des caractéristiques de cette expérience politique et gouvernementale, qui s’est prolongée durant des décennies et qui a survécu à différents contextes, certains d’entre eux lui étant hostiles. L’originalité de ce mouvement politique ne peut dissimuler que, finalement, dans ses différentes facettes, se retrouvent, depuis ses origines, les dynamiques centrales de la politique moderne.

28Si les trajectoires consultées pour notre recherche reviennent sur les origines du péronisme, reconstituant une mémoire péroniste comme forme de légitimité, il convient de faire remarquer que les acteurs en question n’ont pas vécu (à l’âge adulte, donc) ce qu’avaient été les deux premiers gouvernements de Perón. Leurs représentations font partie d’une relecture, et l’adhésion au mouvement péroniste fut justement le passage d’un univers social parfois hostile au péronisme à une réalité imaginée (ce que le péronisme représentait pour les nouveaux adhérents). Les militants, nouveaux et jeunes, qui s’initièrent à la politique au cours des années 1960, se sentirent dépositaires d’un « péronisme authentique ». Mais, avec la destitution de Perón en 1955, le cycle politique argentin, incluant le cycle péroniste, changea radicalement.

Analyses des années 1960 et 1970

29En 1955, commença à apparaître progressivement une autre dynamique caractérisée par l’instabilité au plan du système institutionnel (proscription du péronisme et interdiction pour Perón de revenir au pays, succession de gouvernements semi-démocratiques et coups d’État, rôle politique des Forces armées) et par la forte mobilisation de différents acteurs politiques, certains d’entre eux faisant leur entrée dans la vie publique du pays. Ce cycle s’acheva par le coup d’État par lequel commença la dictature militaire qui se faisait appeler Processus de Réorganisation Nationale ou simplement Processus (1976-1983).

30Lorsque l’on pense au militantisme en Argentine – et le lecteur aura tendance, à juste titre, à écrire l’expression au pluriel [les militantismes] – on pense à un ensemble de phénomènes, de trajectoires sociales et de réseaux organisationnels qui remontent à la période 1955-1976. On peut ne pas accepter cette chronologie et imaginer qu’entre ces deux dates des particularités historiques différentes soient apparues. En effet, que ce soit en raison du contexte international, ou que ce soit en raison du contexte national, ce cycle politique est bien moins homogène qu’une lecture rétrospective peut le laisser penser. Néanmoins, de façon globale, nous pouvons nous référer à cette époque à partir du processus complexe et nullement évident de création de réseaux organisationnels centrés sur un élément fondamental : l’individu-militant, lequel, grâce à son organisation, avait pour mission de devenir un cadre politique. Ces réseaux organisationnels, à leur tour, furent créés d’une façon relativement autonome par rapport aux partis politiques. Ceux-ci ne furent pas totalement écartés de la vie politique et des cadres de création de ces organisations. Néanmoins, celles-ci réclamèrent leur autonomie par rapport aux organisations partisanes traditionnelles et, en même temps, elles finirent par contester leur rôle dans la représentation politique – à une époque où les partis étaient soumis à divers types de pression de la part des Forces armées. Les organisations de militants ou de cadres entrèrent frontalement en concurrence, recourant parfois à des méthodes violentes, avec certains secteurs institutionnels (non seulement les partis mais aussi les Forces armées, les syndicats, les acteurs institutionnels, etc.). Cela signifie que ces organisations se servirent d’une rhétorique radicale, en créant diverses stratégies et tactiques à développer dans la pratique militante.

31Il serait erroné de croire qu’en Argentine le militantisme se réduit à ces années-là. Néanmoins, au cours de cette période il fut particulièrement actif et singulier. C’est pour cette raison que ce que l’on appelle ici les années 1960 et 1970 constitue le point de départ historique à partir duquel se sont développés les exemples biographiques analysés dans cet ouvrage.

32On dispose sur cette période d’une vaste littérature qui tente d’expliquer les caractéristiques de la vie politique en Argentine pendant toutes ces années. Nous allons reprendre certaines de ces explications, celles dont nous pensons qu’elles ont un lien étroit avec notre sujet d’étude. En effet, à partir des travaux publiés par des sociologues, politologues, communicologues, spécialistes de l’analyse du discours, historiens (ces derniers ayant le plus abondamment publié), nous pouvons reconstruire des interprétations directes et indirectes du phénomène militant.

33Certains travaux se sont proposé d’étudier une organisation militante (l’organisation des Montoneros a fait l’objet d’un traitement plus important, suivie de l’Armée révolutionnaire du peuple, trotskyste), ou un courant plus vaste du militantisme où se seraient rencontrées plusieurs trajectoires organisationnelles (les fameuses gauche révolutionnaire, nouvelle gauche). Il s’agit là d’interprétations directes. En revanche, les interprétations indirectes sont celles qui tentent d’offrir une explication de l’engagement militant, des réseaux organisationnels, des idées, au travers de thématiques plus vastes (comme par exemple les travaux sur la culture politique, la reconstruction historique des gouvernements semi-démocratiques ou militaires successifs, les antagonismes à l’intérieur du péronisme, les transformations religieuses, les logiques étatiques et les projets corporatifs, les crises économiques).

34Il apparaît clairement que dans ce dernier groupe d’études, vaste par ailleurs, ce qui ressort, c’est une explication relativement secondaire du militantisme. De nombreux auteurs, de fait, ne s’en sont pas particulièrement préoccupés. Les préoccupations intellectuelles ont porté sur l’étude, tâche au demeurant indispensable, d’un autre niveau du politique où, de façon occasionnelle, les organisations militantes (ou certaines d’entre elles) ont pu avoir un certain degré d’importance ou une certaine visibilité publique. Néanmoins, la clé des phénomènes politiques se trouve à d’autres niveaux de détermination (religieux, institutionnels, étatiques, corporatifs, syndicaux, partisans, etc.). De façon plus ou moins nuancée, certains de ces auteurs vont déduire les comportements militants (généralement de type organisationnel) des conflits ou « dysfonctionnements » apparus à un niveau supérieur. Ce que nous avons appelé interprétation directe suppose, en revanche, de se placer sur le terrain (objet) du militantisme. Dans ces études, on a tenté de reconstituer la vie des organisations à partir de leur histoire, de leurs programmes politiques, de leurs activités, des histoires de leurs adhérents. En général, et à partir de différentes techniques méthodologiques, on a tenté d’utiliser les récits militants comme moyen d’accéder au monde des représentations et des activités de certains réseaux politiques radicaux et révolutionnaires. Dans ce sens, le phénomène du radicalisme politique a été prioritaire et son caractère novateur particulièrement souligné.

35Ces deux grandes sensibilités dans la recherche qui nous concerne ne supposent pas des blocs homogènes. Dans les études indirectes, les travaux peuvent insister sur des dynamiques de la culture politique (par exemple, l’idée de révolution, l’absence de consolidation de valeurs démocratiques, l’idée de violence). Dans certains cas, on été analysées des interactions différentes entre acteurs sociaux et institutionnels où, par moments, le militantisme a fait son apparition (les meilleurs exemples étant les études des relations entre intérêts des chefs d’entreprises, État et acteurs syndicaux, où, de façon co-latérale peut apparaître le phénomène du militantisme et des partis armés). Ces cas ont pu déboucher, occasionnellement, sur des explications de type systémique-institutionnel. L’idée de crise économico-sociale, comme élément déclenchant d’un type spécifiquement radical d’adhésion politique a également été proposée. Dans certains de ces travaux, des préoccupations évaluatives sont apparues : de façon normative a été analysé le militantisme de l’époque comme la négation de principes démocratiques et institutionnels, fait qui aurait ses origines dans certaines caractéristiques de la société argentine au niveau de son système politique.

36Les études directes ne constituent pas non plus un bloc homogène. En général, on a tenté de voir l’originalité et la radicalité disruptive des organisations révolutionnaires en question, en oubliant de préciser les liens qu’il pouvait y avoir entre elles et le reste de l’univers politique militant. À certaines occasions, l’analyse particulière n’a pas été incompatible avec certaines hypothèses des travaux indirects, surtout lorsqu’aura été vu en termes concrets le principe d’illégitimité du système politique incarné dans les aspects programmatiques et pratiques des organisations armées. Certains des travaux spécifiques consacrés au militantisme n’ont pas été non plus à l’abri de préoccupations normatives, comme la prise en considération de présupposés militants véhiculés dans les milieux universitaires.

37Une hypothèse qui pourrait indirectement nous aider à expliquer le phénomène du militantisme dans les années 1960-1970, et qui traverse différentes études et perspectives disciplinaires, se fonde sur les problèmes de légitimité existant dans le système politique argentin au cours de la période en question. Ce problème est lié aux difficultés de consolider un régime démocratique stable. Dans ce dernier sens, ces difficultés ne sont pas propres à la période abordée, elles sont structurelles. Les gouvernements démocratiques furent interrompus par des coups d’État militaires en 1930, 1943, 1955, 1962, 1966, 1976. Cette toile de fond donne un élément d’explication pour comprendre comment les options politiques radicales et armées ont agi sur de profonds déficits de légitimité politique en les accentuant parallèlement.

  • 39 Halperín Donghi T., La larga agonía de la Argentina peronista, Buenos Aires, Ariel, 2006 (1994).
  • 40 Amaral S., « Perón en el exilio: la legitimidad perdida », in Amaral S. et Plotkin M. (dir.), op. (...)
  • 41 Cavarozzi M., Autoritarismo y democracia (1955-1996). La transición del Estado al mercado en la Arg (...)
  • 42 De Riz L., La política en suspenso 1966-76, Buenos Aires, Paidós, 2000.

38Le problème de la légitimité allait représenter à son tour un déficit chronique où les diverses forces politiques ont nié la validité de l’adversaire. Cet aspect n’est donc pas seulement antérieur aux années 1960-1970, il se trouve en profondeur à l’époque du péronisme historique39. La perte de la légitimité, dans laquelle Perón aurait joué un rôle moteur, explique les crises politiques successives que le pays a traversées40. Par conséquent on défend l’idée que le jeu politique qui apparaît avec la proscription du péronisme exclut des acteurs fondamentaux dans la vie du pays41. C’est ainsi que le péronisme a été légitimé comme moyen extra-institutionnel de faire de la politique, en remettant en cause le système des partis, remise en cause qui fut à son tour réalisée par des acteurs sociaux non péronistes. C’est ainsi que l’on a insisté sur l’incapacité du système politique à donner un cours constitutionnel à la division péronisme-antipéronisme. Au contraire, ce système devint la caisse de résonnance des conflits provoqués par des acteurs politiques militaires qui devaient se légitimer après avoir vicié le jeu politique. L’action directe, du côté des organisations armées, et la répression, ainsi que le projet d’administrer la société par les Forces armées, se substituèrent à la politique représentative42.

  • 43 O’Donnell G., El Estado burocrática-autoritario, Buenos Aires, Prometeo, 2009 (1982).
  • 44 Ibid., p. 412.
  • 45 Ibid., p. 427.

39Une interprétation particulière fut développée par le politologue Guillermo O’Donnell. Le travail de O’Donnell rend compte de la période 1966-1973 (coup d’État militaire-retour du péronisme au pouvoir) en termes d’analyse de la domination sociale, des classes sociales et des antagonismes entre celles-ci. Dans la période en question, on aurait tenté d’analyser la mise en place d’un État bureaucratico-autoritaire (EBA). L’EBA se caractérise par une série de particularités dont les plus importantes sont le fonctionnement de l’État comme garant de la domination de la grande bourgeoisie (oligopole et transnationale), les restrictions démocratiques, l’exclusion politique et économique de vastes secteurs sociaux, une tentative de dépolitisation des questions sociales43. Ce qui signifie que cet EBA part de l’existence d’une crise économique qui empêche un fonctionnement capitaliste normal, c’est-à-dire, sans grands soubresauts pour l’accumulation du capital. O’Donnell analyse également les réactions contre ce système étatique autoritaire, et inclut dans son étude aussi bien les mouvements de protestation que les groupes qui en appelèrent à des méthodes violentes. La radicalisation croissante aidant, le péronisme acquit une nature polymorphe en assimilant une multitude de contradictions sociales. La guérilla péroniste crut voir dans les étendards brandis par Perón une voie naturelle vers la révolution et la société socialiste. Par son origine, dans la lecture qui en a été faite, cette guérilla présentait certains points de convergence avec les caractéristiques historiques des factions radicales du fascisme italien44. Perón, une fois revenu au pouvoir à la fin de l’année 1973, finit par assumer les intérêts de la bourgeoisie. Dans ce processus, la possibilité de construction d’un État démocratique, avec une société plus juste et plus égalitaire, finit par être délaissée par les forces en présence45.

  • 46 Rouquié A., Autoritarismos y democracia. Estudio de política argentina, Buenos Aires, Edicial, 1994

40L’interprétation du sociologue et politologue Alain Rouquié associe intimement certaines conditions socioéconomiques au processus de radicalisation46. D’après Rouquié, dans la seconde moitié des années 1960 apparut une vague nationaliste qui unifia des secteurs sociaux touchés par l’application d’un modèle de monopolisation économique qui affecta les intérêts des couches professionnelles de la classe moyenne et des groupes d’entrepreneurs nationaux. De cette façon, les bases sociales du péronisme s’élargirent et dès lors le péronisme fut identifié à un programme politique réformiste capable de protéger les intérêts nationaux. Les différentes organisations de la violence révolutionnaire sont le résultat de cette situation économico-sociale expliquant la radicalisation politique.

  • 47 Sidicaro R., Los tres peronismos, op. cit.
  • 48 Sidicaro R., Juan Domingo Perón. La paz y la guerra, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1996

41L’expérience gouvernementale de 1973-1976, le second péronisme, fut caractérisée par une forte pression corporative (de la part des secteurs économiques et politiques) sur l’État qui affaiblit son action rationnelle47. En même temps, les caractéristiques charismatiques du péronisme, et la longévité de son leader, furent les conditions d’une guerre de succession48 qui contribua à miner plus encore l’autorité politico-étatique. Dans ce contexte, le volontarisme politique des acteurs sociaux, politiques et économiques caractérisa la période qui déboucha sur le coup d’État de 1976.

  • 49 McGuire J., « Perón y los sindicatos: la lucha por el liderazgo peronista », in Amaral S. et Plot (...)

42D’autres auteurs ont insisté sur le rôle des syndicats au cours de la période 1955-1973. L’exil de Perón donna lieu à un processus de routinisation du mouvement péroniste dans lequel celui-ci pouvait se transformer en parti syndical. Néanmoins, Perón lui-même, en s’opposant à la direction partisane et syndicale qui cherchait à lui ravir la place centrale qu’il occupait, empêcha cette routinisation en encourageant la radicalisation des péronistes durs et en stimulant toute une fraction loyale parmi ses fidèles49.

  • 50 Torre J. C., El gigante invertebrado. Los sindicatos en el gobierno. Argentina, 1973-1976, Buenos A (...)
  • 51 James D., Resistencia e integración, op. cit., p. 281.

43La jeune génération de militants qui se retrouva dans la lutte armée fit de la guerre de guérilla au nom du péronisme – en tant qu’anti-impérialisme et anti-capitalisme – la solution d’une lutte sociale qui, au nom des ouvriers, se distinguait de la lutte syndicale50. Cette nouvelle génération, dans certaines analyses, parvenait ainsi à un rejet élitiste de l’histoire de la classe ouvrière péroniste, de sa complexité et de ses contradictions51. Les leaders des grands syndicats, accusés d’être des bureaucrates syndicaux et dont le meilleur exemple était celui du leader de l’Union ouvrière de la métallurgie (UOM), Augusto Vandor, n’étaient que des gens corrompus et des traîtres qui abandonnaient les bases ouvrières elles-mêmes. Les nouveaux militants, « fidèles » à celles-ci, voulaient imposer le sens révolutionnaire des masses dans un mouvement politique comme le mouvement péroniste, majoritairement ouvrier.

  • 52 Laclau E., La razón populista, op. cit., p. 270, 273-274.
  • 53 Sigal S. et Verón E., Perón o Muerte, p. 21.
  • 54 Ibid., p. 241-242. Sigal S., Intelectuales y poder en la década del sesenta, Buenos Aires, Punto Su (...)

44L’analyse discursive a été l’autre façon d’aborder la question. Ernesto Laclau tente d’analyser la place de l’affect dans la politique et des signifiants équivalentiels qui réunissent différentes demandes, ce qui permet à Laclau d’expliquer le conflit entre les diverses options politiques du péronisme des années 1970. En effet, le lien entre frères d’une même communauté idéologique était la seule figure commune qui les réunissait. Cet amour pour le leader ne se traduisait en aucune régularité institutionnelle et les différences entre les diverses fractions du péronisme se transformèrent en un antagonisme cruel et inévitable52. La confrontation se situait, dès lors, entre bureaucratie syndicale de droite et Jeunesse péroniste. Silvia Sigal et Eliseo Verón, de leur côté, analysent l’affrontement entre Perón et la Tendance révolutionnaire au niveau du discours53. Dans cette confrontation apparaissaient les différentes stratégies adoptées par les acteurs en question : du côté de Perón, ne pas donner à son mouvement un contenu positif, une médiation institutionnelle ou un aspect partisan et idéologique ; du côté des secteurs radicalisés, la consigne lancée par eux, Perón ou la Mort, cherchait au contraire à doter le péronisme d’une orientation idéologique définie et de cristalliser dans ces secteurs la médiation entre le leader et les masses. La jeunesse exigea un contenu positif pour les croyances péronistes54.

  • 55 Altamirano C., Bajo el signo de las masas (1943-1973), Buenos Aires, Ariel Historia, 2001. Voir aus (...)
  • 56 Altamirano C., Bajo el signo, op. cit., p. 87-88.

45On peut également citer un ensemble d’études qui abordent des idées, des représentations et des mythes liés à la culture politique. Dans ce sens a été examinée la diffusion d’idées révolutionnaires dans un large éventail de la société argentine55. Par exemple, le programme qui accompagna le coup d’État du 28 juin 1966 insistait sur la nécessité d’imposer « une révolution nationale, de moderniser le pays, de poser la question de la légalité formelle des partis politiques ». Cette idée « révolutionnaire » voyait dans les partis une source de désordre et de dissociation. Plus tard, la tentative ratée d’opérer au sein du gouvernement d’Onganía un virage résolument néo-corporatif confirma la perte de légitimité de la politique partisane et la nécessité de son remplacement par d’autres mécanismes de représentation. Nous voyons comment, parallèlement, une autre pensée révolutionnaire acquérait de la force en favorisant une transformation globale des structures du pouvoir. Cette vision que partageait une partie de la gauche déboucha sur les organisations armées des années 1970. Selon cette vision, bien que cette radicalisation ne puisse pas être expliquée sans qu’il soit fait allusion aux dynamiques politiques en vigueur dans le pays, une inclination endogène produisait l’association entre transformation sociale et violence politique. L’intransigeance, synonyme de cohérence, la révolution comme une question de foi et de prédisposition messianique élaboraient un éthos insurrectionnel maximaliste56.

  • 57 Sarlo B., La batalla de las ideas (1943-73), Buenos Aires, Ariel Historia, 2001.

46Les années 1960 et 1970 argentines étaient en consonance avec certains événements internationaux comme la Révolution cubaine, le phénomène guévariste au niveau du continent latino-américain, le concile Vatican II ou le Mai 68 français. L’existence d’une forte politisation de sphères institutionnelles de la société argentine s’accompagnait de la délégitimation des spécificités discursives57. En d’autres termes, il s’était produit une crise de légitimité des discours spécifiques (scientifiques, artistiques, religieux, académiques) tandis que gagnait en importance, en revanche, la prolifération de discours qui, issus de différentes institutions, apparurent comme de nouveaux et légitimes cadres politiques d’action.

47En résumé, les études indirectes incluent, dans une large mesure, des dimensions comme les déficits institutionnels et les problèmes au niveau du système politique, le rôle des différentes corporations dans la vie politique, l’impact public de diverses traditions et cultures politiques, les caractéristiques discursives qui auraient canalisé des formes extrêmes d’affrontement. Dans l’explication des mobilisations sociales et comme fondement de diverses formes d’engagement n’a pas été absente l’idée de crise économique et sociale, qui était venue s’agréger à une crise politique et institutionnelle chronique.

48Les études directes ont abordé des manifestations concrètes du militantisme. Nous pouvons citer les recherches réalisées sur des courants politiques radicaux déterminés. C’est là que nous trouvons les études sur la nouvelle gauche.

  • 58 Voir également, Hilb C. et Lutzky D., La Nueva Izquierda argentina 1960-1980. Política y violencia, (...)

49Claudia Hilb et Daniel Lutzky en proposèrent une analyse en insistant sur les groupes péronistes et non péronistes qui reprirent l’idée de révolution armée comme moyen légitime pour la prise du pouvoir58. Ces auteurs tentent de voir le phénomène autant à partir de la relation entre organisations armées (Nouvelle gauche) et évolution de la société, qu’à partir de la considération « interne » de l’idéologie politique de ces organisations comme « création radicale de nouvelles formes ». De cette manière, comme nous l’avons dit, un traitement direct du militantisme pouvait revenir sur le problème de la légitimité, ou sur les déficits de celle-ci, dans le système politique argentin.

  • 59 Tortti M., « Protesta social y “Nueva Izquierda” en la Argentina del “Gran Acuerdo Nacional” », in (...)
  • 60 Ollier M., La creencia y la pasión. Privado, público y político en la izquierda revolucionaria, Arg (...)

50C’est aussi autour de cette Nouvelle gauche qu’a été prise en compte l’auto-culpabilisation comme mécanisme socio-psychologique encourageant l’engagement total en politique59. Sur cette base, des jeunes de la classe moyenne auraient nourri l’idée d’appartenir à une classe sociale « éloignée des intérêts nationaux et populaires ». Il fallait donc partir « à la rencontre du peuple ». La Gauche révolutionnaire, c’est-à-dire l’ensemble de réseaux et organisations foquistes et insurrectionnelles de l’époque, aurait été le dénouement d’un processus historique de politisation sociale où il était légitime de posséder une vocation pour l’intervention dans l’espace public. Cette vocation fut à la base de la radicalisation politique des années 197060.

  • 61 Mallimaci F., « Catolicismo y militarismo en Argentina (1930-1983) », in revue Ciencias Sociales, B (...)
  • 62 Les termes suivis d’un astérisque sont explicités dans le glossaire. Martín J. P., El Movimiento de (...)
  • 63 Morello G., Cristianismo y Revolución. Los orígenes intelectuales de la guerrilla argentina, Córdob (...)

51Quelques études sur le catholicisme argentin de l’époque ou de la période antérieure ont aidé à comprendre le cadre historico-religieux qui contribua à la formation de différentes organisations armées – nous prenons en compte l’idée d’un catholicisme intégral61, l’expérience du Mouvement des prêtres pour le Tiers Monde (tiers-mondisme catholique*)62, et l’impact du christianisme révolutionnaire à travers diverses publications catholico-militantes63.

  • 64 Gillespie R., Soldados de Perón. Historia crítica sobre los Montoneros, Buenos Aires, Sudamericana, (...)

52Un autre ensemble d’études fut réalisé à partir de l’analyse d’organisations ponctuelles, en particuliers les organisations armées. La recherche fondatrice réalisée par Richard Gillespie sur l’organisation des Montoneros est une première analyse méthodique et systématique dans ce sens. Gillespie identifie dans le noyau fondateur de cette guérilla des individus formés dans la « traditionnelle et conservatrice Action catholique », certains d’entre eux s’étant retrouvés dans Tacuara, une organisation d’inspiration phalangiste (de la Phalange espagnole), tributaire de l’activisme violent et avec un discours fortement antisémite64. Pour l’auteur, les Montoneros furent le fait, à leurs débuts, de douze militants armés (11 hommes et une femme) qui, dans leur action au sein de l’organisation atteignit un haut degré de militarisation politique et d’isolement social.

  • 65 Lanusse L., Montoneros. El mito de sus doce fundadores, Buenos Aires, Vergara, 2005.
  • 66 Lanusse L., « Del motor pequeño al grande. El debate acerca de la relación entre lucha política y l (...)

53Ces idées ont été, sinon contestées, du moins relativisées assez longtemps après. Les « 12 fondateurs des Montoneros » auraient été un mythe dissimulant un travail militant qui, bien qu’apparaissant en 1970, remontait au début des années 1960. C’est dans ce sens qu’est critiquée l’identification entre nationalisme tacuariste (relatif à l’organisation Tacuara) et guérilla urbaine puisque celle-ci ne pourrait être comprise sans la confluence de réseaux et d’idées provenant du catholicisme rénovateur post-conciliaire et du péronisme révolutionnaire65. En termes de méthodes politiques, les Montoneros adoptèrent et adaptèrent les thèses élaborées par Régis Debray sur la théorie révolutionnaire et la centralité de la lutte armée dans le processus de prise du pouvoir66.

  • 67 Voir également Lanusse L., Cristo revolucionario. La Iglesia militante, Buenos Aires, Vergara, 2007
  • 68 Donatello L., Catolicismo y Montoneros. Religión, política y desencanto, Buenos Aires, Manantial, 2 (...)

54Il a également été fait allusion à la contribution du catholicisme pendant la gestation et le développement des Montoneros67. Sociologiquement, et en suivant certaines des idées développées par Max Weber, les concepts d’ascèse politique et d’aristocratisme du salut ont été proposés pour analyser la subjectivité militante présente chez des jeunes catholiques qui finirent par adhérer à la lutte armée68.

  • 69 Rot G., Los orígenes perdidos de la guerrilla argentina, Buenos Aires, Waldhuter, 2010 (2000).
  • 70 Carnovale V., « Jugarse al Cristo: mandatos, formas de sacralización y construcción identitaria en (...)
  • 71 Carnovale V., « La política Armada: el problema de la militarización en el PRT-ERP », Lucha armada (...)

55La guérilla non péroniste a également fait l’objet de quelques études. Gabriel Rot a analysé l’expérience ratée de l’Armée guerrière du peuple, en reprenant la trajectoire de son leader Jorge Masetti, compagnon de lutte d’Ernesto Guevara, et la tentative de créer en 1963 un foyer de guérilla dans le nord argentin69. L’Armée révolutionnaire du peuple (ARP) a mérité quelques approches. Là aussi nous retrouvons une interprétation politico-religieuse. La construction d’une subjectivité révolutionnaire incluait de forts éléments mythiques et l’acceptation d’une discipline organisationnelle totale, qui ne pouvait être ni discutée ni remise en cause. Dans l’ARP apparaissait la figure du « héros-martyr70 ». Un autre élément que nous pouvons considérer reprend les discussions sur la militarisation, ce qui a conduit au débat pour savoir si cette militarisation avait été une « déviation », un « effet non désiré » ou « une erreur d’application », ou si elle avait été au contraire la conséquence d’une logique politique qui identifiait la « pratique révolutionnaire » au développement d’un parti armé71.

  • 72 Marín J. C., Los hechos armados. Argentina 1973-76. La acumulación primitiva del genocidio, Buenos (...)

56Un autre ensemble de recherches a eu tendance à entériner la relecture héroïque du « processus révolutionnaire » qui aurait existé dans la société argentine de l’époque. Dans cette perspective, le Cordobazo, importante révolte populaire déclenchée en 1969 dans la province de Córdoba, marqua le moment crucial de la protestation pacifique. Les cadres révolutionnaires et combatifs auraient reçu une leçon de lutte populaire et décidèrent par conséquent de passer à la lutte armée. Dans cette perspective, la lutte de classes déboucha sur un épisode politico-militaire à partir de l’élaboration d’une violence insurrectionnelle ou foquiste. L’isolement ultérieur des organisations politico-militaires fut causé par le siège politique imposé par leurs ennemis dans le but de briser l’unité entre cadres et mouvements de masses72.

  • 73 Pozzi P. et Schneider, A., Los setentistas. Izquierda y clase obrera: 1969-1976, Buenos Aires, EUDE (...)
  • 74 Pozzi P., « Por qué el ERP no dejará de combatir. El PRT-ERP y la cuestión de la democracia », in (...)

57Ces études explorent l’existence d’une culture ouvrière spécifiquement de gauche. Elles inspirent de nombreux travaux de recherche sur l’époque, insistent sur les récits et l’histoire orale comme moyen de reconstruire le passé. Avec Alejandro Schneider, Pablo Pozzi défend l’idée qu’une minorité non négligeable de travailleurs aurait sympathisé avec les options révolutionnaires et les propositions de cette tradition. Celle-ci, qui avait réussi à survivre « malgré le Maccartisme péroniste », aurait été intimement liée à la situation pré-révolutionnaire créée en Argentine entre 1969 et 197673. L’analyse de Pozzi se fonde sur l’expérience du PRT-ERP (ARP). Dans un de ses travaux sur cette question74, notre auteur tente d’expliquer pourquoi, en remettant en cause la démocratie libérale au nom d’une véritable révolution sociale, le PRT-ERP (ARP) insinua un projet de démocratisation réelle et ouvrier de la société.

58Ces dernières approches ont abordé le problème de l’articulation sociale des organisations de militants, en observant particulièrement les organisations armées. Dans une large mesure, elles se sont interrogées sur le problème de la dérive militariste, parfois en en faisant chronologiquement un phénomène tardif ou un objectif des ennemis. Les réseaux révolutionnaires auraient cherché à tout moment à apparaître comme une avant-garde politico-militaire ayant comme objectif la mobilisation populaire.

  • 75 Romero L.-A., « La violencia en la historia argentina reciente: un estado de la cuestión », in Pér (...)
  • 76 O’Donnell G., op. cit.
  • 77 Ollier M., « Partidos armados: la lógica oficial y las voces disidentes (1976-1977) », Nuevo Mundo (...)
  • 78 Calveiro P., Política y/o violencia. Una aproximación a la guerrilla de los años ’70, Buenos Aires, (...)

59Sur un terrain d’analyse et de discussions qui supposent autant d’appréciations directes qu’indirectes, apparaît le problème du militantisme et de ses liens avec la violence. Luis Alberto Romero élabore quant à lui un état de la question qui construit le problème à partir de différentes études sur la société argentine du xxe siècle75. En effet, si la question est comprise comme une caractéristique de la culture politique, la banalisation de la violence peut être considérée comme le point culminant d’un processus relativement continu. Un conglomérat de logiques institutionnelles, étatiques, d’organisations et d’autorités politiques, religieuses et intellectuelles a participé à cette banalisation ; de cette façon, on a cru que l’extermination littérale de l’autre était un instrument valable dans la construction du pouvoir. Presque inévitablement, surgit la polémique sur la responsabilité du devenir naturel des méthodes violentes. Guillermo O’Donnell, dans sa préface à l’édition de 1996 de El Estado burocrático-militar, renvoie à la responsabilité des intellectuels dans tout ce processus, soit de ceux qui ont cautionné la violence, soit de ceux qui l’ont rejetée mais qui ont gardé le silence76. Dans une publication récente, María Matilde Ollier relève, à partir de récits d’anciens militants, une série de dissidences et même de désobéissances au sein de la Gauche Révolutionnaire depuis la répression subie à partir du gouvernement péroniste (1973-1976). Cela aurait déclenché la désertion de militants effrayés autant par la répression militaire que par les revers subis par les organisations révolutionnaires77. Pilar Calveiro analyse la militarisation dans les organisations armées78. La défaite des Montoneros, par exemple, s’expliquerait par une carence de formation et par l’asphyxie provoquée par une militarisation et une préoccupation organisationnelle excessives.

  • 79 Vezzetti H., Sobre la violencia revolucionaria. Memorias y olvidos, Buenos Aires, Siglo Veintiuno e (...)
  • 80 Ibid., p. 64.
  • 81 Tarcus H., « La secta política. Ensayo acerca de la pervivencia de lo sagrado en la modernidad », E (...)
  • 82 Vezzetti H., op. cit., p. 87, 108, 145, 200.

60L’ouvrage d’Hugo Vezzetti aborde la période étudiée et les principes qui conduisirent au militantisme révolutionnaire79. L’expérience de la guérilla s’explique par une logique qui se réduit à un schéma de la guerre. Dans ce sens, il s’avère superflu, selon Vezzetti, d’insister sur les autocritiques réalisées autour de la déviance militariste car si la perception de la question politique passe par un affrontement armé, il est presque naturel que la partie armée d’un appareil militaire – d’une armée – devienne l’élément central dans la construction d’une signification révolutionnaire80. L’auteur insiste en revanche sur le processus de professionnalisation du militant qui augmente son isolement social et sa plus grande dépendance vis-à-vis de la structure militaire. En reprenant des arguments étudiés par Ana Longoni, Horacio Tarcus et Claudio Hilb81, l’interprétation de Vezzetti insiste sur une sociabilité du phénomène révolutionnaire qui le fait ressembler aux organisations religieuses intensives, c’est-à-dire aux sectes82. La violence révolutionnaire était ainsi composée de mythologies politiques, héritières également d’un certain jacobinisme, d’un christianisme radicalisé, d’une éthique guévariste, d’éléments combatifs extraits de la Résistance péroniste.

  • 83 Voir Franco M. et Levín F. (dir.), Historia reciente. Perspectivas y desafíos para un campo en cons (...)

61Les ouvrages cités tentent d’expliquer, sur la base de perspectives et de présupposés différents, le phénomène politique de la période concernée. Analyser ces explications et le fondement qualitatif de chaque étude universitaire nous conduirait à réfléchir sur l’époque postérieure et la constitution d’un champ d’études sur le passé récent83. Nous voyons aussi comment certaines approches impliquent des prises de position par rapport à l’objet, qui expriment diverses légitimités dans lesquelles les limites chercheur-protagoniste peuvent être directement ou indirectement diffuses.

  • 84 Tarruella A., Guardia de Hierro. De Perón a Kirchner, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2005.
  • 85 Pozzi P. et Pérez Cerviño A., « Entrevistar a Guardia de Hierro », http://www.fcp.uncu.edu.ar/skin (...)

62Il convient de faire remarquer que l’objet empirique de ce travail, les trajectoires militantes liées à l’Organisation du Transfert, n’a pas fait jusqu’à présent l’objet d’un traitement systématique. Nous disposons de la recherche journalistique d’Alejandro Tarruella84, qui apporte des données historiques déterminées mais dont les procédés méthodologiques ne sont pas toujours satisfaisants, outre qu’elles qualifient certaines orientations de ces trajectoires de « délirantes », ce qui contribue bien peu à l’analyse universitaire. Pablo Pozzi et Ariel Pérez Cerviño85, dans un article, offrent une interprétation plus nuancée, en faisant remarquer comment la connaissance de ce que l’on a appelé la Garde de Fer s’avère importante pour la connaissance du péronisme.

63De notre point de vue, à partir de l’analyse de cet objet particulier, nous pouvons reconnaître quelques dynamiques plus larges et contribuer à la connaissance de l’adhésion partisane au cours de ces années. Cette analyse, et celle des reconversions d’anciens militants, n’ont pas pour finalité de « fonder » un champ d’études qui serait virtuellement vierge. Nous ne pensons pas, naturellement, qu’il faille partir de zéro pour faire du militantisme un terrain d’investigation dans les sciences historico-sociales en Argentine, et en ayant pour horizon concret les années 1960 et 1970. Les recherches générales sur la période, dans lesquelles nous pouvons récupérer de nombreux aspects contextuels du militantisme politique, ont donné lieu à des discussions très riches, fondamentales et inévitables. En effet, nous partageons avec ces études le souci de déterminer les caractéristiques que les acteurs étatiques, partisans, religieux, syndicaux et économiques eurent à l’époque. Néanmoins, cela ne suffit pas à déduire d’une réalité plus spécifique ses particularités ; cette prétention rendrait inutile toute considération de phénomènes empiriques basés sur des cas concrets. La vision, à partir de l’idée de système, peut représenter un grave danger pour les potentialités heuristiques de la sociologie historique.

64Par ailleurs, certaines études qui se sont intéressées à la problématique du militantisme ont fait preuve d’un esprit militant manifeste. Dans d’autres, le caractère particulier de la question a empêché de voir un climat plus vaste de production du militantisme. L’étude de notre cas, également particulier, montre des connexions plus larges et plus profondes entre les trajectoires organisationnelles et individuelles avec d’autres cas présents à la même époque.

65C’est justement pour cette raison qu’il convient d’élargir une dernière fois le regard avant d’offrir notre reconstruction sur la base d’éléments empiriques.

Militantisme et politique

  • 86 Il nous faut signaler que de nouvelles études ont été réalisées ces dernières années et explorent à (...)

66La présente étude se propose donc d’analyser l’intégration de jeunes militants dans la politique argentine à partir des années 196086. Le militantisme de cette époque a souvent été analysé en s’intéressant aux partis armés. Les trajectoires organisationnelles et individuelles que nous abordons ici partagent nombre de caractéristiques avec le fameux climat d’époque mais aussi avec les réseaux mêmes de sociabilité de la violence politique, bien qu’elles ne soient pas parvenues à se traduire en une organisation de guérilla, tout en ayant eu cet objectif parmi leurs ambitions. De nombreux aspects formulés par d’autres groupes et de nombreuses formes d’expression sont apparus dans cette configuration empirique particulière : le problème de la violence, la volonté de transformer le monde, la relation avec Perón, le sens du sacrifice, l’intégralisme qu’exigeait la politique, l’importance hautement relative de la démocratie. Mais la circulation d’idées ne fut pas la seule à être vaste et étendue, celle des acteurs et des organisations le fut aussi, qui marqua un proto-moment de réciprocités, de contacts et de trajectoires ; pour cette raison, il est important de considérer la nébuleuse organisationnelle du militantisme de l’époque. Un ensemble particulier de trajectoires, non séparées de cette nébuleuse, forma quelque chose qui fut décisif dans les biographies consultées : l’Organisation Unique du Transfert Générationnel. Cette organisation, qui n’apparaissait pas publiquement sous ce nom mais qui signait ses déclarations en tant que « FNE-OUP » (organisations universitaires qui dépendaient de l’OUTG), marqua en peu de temps l’expérience vitale de ses membres. Avec le temps, ceux-ci adoptèrent diverses positions (institutions, travail, croyances, liens familiaux) et accompagnèrent la réalité du pays à travers certaines continuités et ruptures biographiques, comme nous le verrons dans les prochains chapitres.

  • 87 On peut reprendre dans ce cas l’étude réalisée par Danilo Martucelli et Maristella Svampa sur les t (...)

67Il convient d’ajouter que si l’intention est de contribuer à la constitution d’un champ d’études sur le militantisme en Argentine, il ne faut pas penser que celui-ci se réduisit à l’activisme politique ayant acquis une physionomie particulière dans les années 1960-1970. Il y eut avant et après des phénomènes sociaux traversés par des pratiques militantes. Avant, par la présence d’un activisme de rue dans diverses organisations partisanes, syndicales, religieuses, ligueuses. Et après le retour à la démocratie en 1983, un ensemble de réseaux, de représentations et d’activités en provenance de la société civile (catégorie assez équivoque si on la pense par opposition à l’État et à la sphère économique) a également entraîné des formes d’engagement militant. Les partis politiques et les associations universitaires n’ont pas méprisé le recrutement et la formation de militants pour construire leurs différents outils politiques. Les organisations des droits de l’homme sont un cas associatif qui a produit une certaine forme d’adhésion pour promouvoir des revendications publiques. Et même, dans les années 1990, l’émergence de mouvements sociaux et de protestation87 a signifié un activisme singulier basé sur le recrutement d’individus qui devaient agir de façon spontanée en accord avec certaines convictions.

68Néanmoins, nous nous consacrerons au thème proposé en considérant ses manifestations dans les années 1960 et 1970. Le phénomène de l’engagement politique et toutes ses implications (réseaux et schémas organisationnels, caractère intégral de l’activité politique, de la politisation d’une partie importante de jeunes étudiants) nous renvoie à un militantisme radical qui, soit pour sa relation avec le contexte plus général, soit pour ses caractéristiques spécifiques, constitue un laboratoire spécial aux caractéristiques significatives. Et si cette considération se réalise en gardant présente à l’esprit la longue durée des biographies organisationnelles et individuelles qui commencèrent au cours de ces années, l’analyse peut alors présenter des aspects par ailleurs variés.

69Loin de réduire ses spécificités, le sujet peut conduire à prendre en compte des dynamiques plus vastes et même comparatives. Ce travail se consacre, il convient de le répéter, à une organisation militante péroniste qui s’est développée à un moment d’importante mobilisation politique. Ni le caractère militant radical ni l’appartenance péroniste, le plus souvent retors à la compréhension universitaire, ne nous parlent d’un phénomène exceptionnel. Au contraire, nous sommes ici en présence, avec tous ses aspects particuliers, d’un objet qui partage des caractéristiques avec d’autres qui se déployèrent à la même époque dans d’autres espaces géographiques et sociaux.

  • 88 Subileau F., « Le militantisme dans les partis politiques sous la Cinquième République : État des t (...)
  • 89 Duverger M., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1981 (1951).
  • 90 Seiler D.-L., Les partis politiques en Occident. Sociologie historique du phénomène partisan, Franc (...)

70Dans les milieux universitaires français, le thème du militantisme a fait l’objet d’une attention particulièrement importante. Celle-ci s’est traduite aussi bien par l’étude des organisations partisanes qui ont eu une forte composition militante, que par l’analyse des caractéristiques de l’adhésion et des adhérents (ce dernier aspect étant lié aux individus qui constituent une organisation et leurs histoires). Sur le plan organisationnel, et comme cela a déjà été dit88, à partir de l’influence de Maurice Duverger89, le sujet du militantisme politique a pris un formidable élan, en s’appuyant sur l’étude des partis de masses, en particulier du Parti communiste français (PCF). L’étude des partis politiques, dans certains cas réalisée à partir d’une matrice typologiste90, s’est progressivement orientée vers les principes que les organisations établissent au moment de constituer leurs réseaux de partisans.

  • 91 Gaxie D., « Économie des partis et rétribution du militantisme », Revue française de science politi (...)
  • 92 Matonti F. et Poupeau F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sc (...)

71L’interprétation de Daniel Gaxie91, fréquemment utilisée, relativisant l’explication exclusivement idéologique du militantisme, mit l’accent sur d’autres aspects qui peuvent motiver l’adhésion à un parti politique, en y incluant des dimensions aussi centrales que le système (non seulement matériel) de rétributions, la sociabilité, la construction de liens, etc. Si cette analyse se base sur les mécanismes utilisés par les organisations de masse pour disposer d’une masse d’adhérents stables, l’idée de rétribution pouvait ouvrir à des dynamiques organisationnelles davantage centrées sur les dimensions socio-individuelles de l’adhésion politique. Dans les dernières années, l’analyse de l’adhésion à partir de la prise en compte des (individus) militants a pris une plus grande importance. Dans de nombreux cas, il s’est agi de reconstruire les histoires organisationnelles à partir de récits et de trajectoires militantes. L’idée d’un capital militant, en tant que capital spécifique différencié du capital politique (ce dernier étant lié à l’investiture de l’autorité conférée par un groupe à son dirigeant), a été reprise dans une sociologie de facture bourdieusienne92.

  • 93 Salles J.-P., La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’a (...)
  • 94 Lazar M., « Le parti et le don de soi », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, année 1998, vol. 60, n (...)

72À partir des acteurs et de leurs parcours biographiques, ont été mis en lumière plusieurs aspects de la vie organisationnelle. C’est ainsi que l’on a réalisé de nouvelles approches dans l’étude, par exemple, d’organisations trotskistes93. L’étude du communisme a conduit à considérer que, par exemple, l’adhésion politique peut impliquer un engagement intégral et une transformation personnelle de l’adhérent, ce qui, pour Marc Lazar ouvre la discussion sur les éventuelles dimensions religieuses de l’adhésion communiste94.

  • 95 Fretel J., op. cit.
  • 96 Voir Orfali B., Sociologie de l’adhésion : Rêver, Militer, Changer Le Monde, Paris, Zargos, 2005 ; (...)

73La vision, depuis la partie la plus infime de l’organisation, l’individu, a libéré l’objet du monopole des études sur le militantisme à gauche. Dans une image systémique et abstraite, seuls les partis ayant une représentation ouvrière devaient pouvoir, à défaut d’autres moyens, disposer de militants. Comblant les vides laissés par ce type d’affirmation, l’analyse du militantisme a pris une plus grande importance. Les options centristes ou de droite ont reçu un traitement voyant là une manière paradoxale de politisation d’acteurs provenant du catholicisme95. Dans les dernières années, le thème du Front national et l’adhésion à l’extrême droite a considérablement renouvelé les études sur l’adhésion politique96.

  • 97 Nous pouvons ainsi noter les références à Anselm Strauss, Howard Becker, Everett Hughes, Erwing Gof (...)
  • 98 Fillieule O., « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue fran (...)
  • 99 Ibid., p. 206-207.

74Il est important de faire remarquer qu’à partir d’une grande partie des recherches universitaires des adhérents, de nouvelles catégories théoriques et de nouveaux principes méthodologiques ont été mis en jeu. La reconstruction de structures organisationnelles réalisée à partir des engagements concrets a supposé une revalorisation de l’idée de trajectoire, et la récupération de principes interactionnistes qui ne proviennent pas nécessairement d’études sur le militantisme97. L’idée de carrière militante permet, dans l’analyse d’Olivier Fillieule, de « comprendre comment à chaque étape de la biographie, les attitudes et comportements sont déterminés par les attitudes et comportements passés et conditionnent à leur tour le champ des possibles à venir98 ». Le militantisme est alors davantage un processus qu’une prédisposition durable, et l’acte militant (l’expérience concrète du militantisme) s’intègre à la réalité comme un élément nouveau99.

  • 100 Johsua F., « Les conditions de (re)production de la LCR. L’approche par les trajectoires de militan (...)
  • 101 Agrikoliansky E., « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les (...)
  • 102 Collovald A., « Pour une sociologie des carrières morales des dévouements militants », in Colloval (...)

75L’analyse des organisations par les militants conduit à reconnaître les liens que certains partis politiques et mouvements sociaux construisent à travers les adhérents – on a pu par exemple mettre en relief des points communs entre la Ligue communiste révolutionnaire et certains réseaux des mouvements sociaux100. Mais un militantisme non partisan a également été analysé, insistant sur les carrières militantes à vocation morale101 ou directement sur l’idée de carrières morales102.

76La présence d’autres espaces de militantisme a étendu son étude à d’autres terrains qui ne se réduisent pas à des réseaux partisans. Le caractère informel de nombreuses organisations militantes fait que l’on considère celles-ci et leurs réseaux d’action à l’intérieur d’un noyau problématique des mouvements sociaux. L’idée de mouvement est peut-être périlleuse puisqu’elle est fréquemment utilisée par les protagonistes des groupes en question, et qu’elle apparaît en général comme une sorte d’opposition/distanciation des partis établis puisque les mouvements, d’après leurs porte-parole, offrent une pénétration et un dynamisme social plus attrayants que les simples organisations partisanes. Le péronisme fait référence à l’idée de mouvement pour signifier son éloignement de la « partidocratie libérale ». Il faudrait ajouter que les partis de masses souhaitèrent, à tout moment, des articulations sociales plus vastes que les instances simplement institutionnelles ou parlementaires.

  • 103 Tilly Ch., Las revoluciones europeas 1492-1992, Barcelone, Crítica, 2000.
  • 104 Tarrow S., El poder en movimiento. Los movimientos sociales, la acción colectiva y la política, Mad (...)

77De toute façon, le militantisme lié à des mouvements sociaux a occupé l’attention de nombreux analystes. La sociologie anglo-saxonne a proposé une série de positionnements qui met en relation les vagues de mobilisation avec les réseaux et les organisations qui participent à un cycle déterminé de protestation. Dans ses recherches sur l’action collective, Sydney Tarrow se centre sur les mouvements sociaux modernes et démontre comment ce sont les structures des opportunités politiques qui déclenchent un cycle de protestation. Les résultats de ce cycle débouchent sur des formes d’institutionnalisation ou de cooptation de la part des élites de la mobilisation politique. Il importe de voir que, outre les résultats disruptifs qui se traduisent rarement en résultats révolutionnaires103, l’action collective a des effets indirects soit sur ceux qui y participèrent, soit sur les réformes institutionnelles obtenues, soit au niveau de la culture politique104.

78Si l’analyse, dans cette perspective, est centrée sur les opportunités politiques, la combinaison entre les types de structures de mobilisation mis en jeu, les consensus culturels établis et les répertoires utilisés par les activistes, une analyse centrée sur les trajectoires militantes peut nous faire remarquer des dynamiques biographiques qui contribuent à comprendre des dimensions plus globales. À nouveau, notre objet empirique se développe dans un contexte où se juxtaposent des dynamiques politiques nationales (proscription du péronisme, activisme de rue lié aux réseaux syndicaux et territoriaux péronistes, gestions universitaires répressives) et des dynamiques dont l’origine se retrouve hors du territoire national (l’extension du guévarisme comme méthode révolutionnaire, les changements religieux de l’époque, Mai 68 et sa diffusion).

  • 105 Agrikoliansky E., op. cit.
  • 106 Voir Salles J.-P., op. cit.
  • 107 Nous proposons notre étude réalisée sur la trajectoire de l’Action française : Cucchetti H., « La A (...)
  • 108 Dans cet esprit, nous pouvons inclure l’analyse que Pierre-André Taguieff réalise sur les « comport (...)
  • 109 Pour le cas d’Occident et de l’extrême droite, voir Charpier F., Génération Occident, Paris, Seuil, (...)

79Nous devons ainsi prendre en compte, en partant de trajectoires militantes, comment celles-ci ont pu débuter politiquement dans un cycle de protestations et comment, ensuite, elles tentent de continuer ou de se reconvertir une fois le cycle achevé. Dans le cas du militantisme moral, l’adhésion à la LDH peut être liée chez des acteurs provenant de partis politiques de gauche, à un désengagement de l’activité partisane105. Les organisations peuvent se constituer, à partir des parcours individuels examinés, sur des espaces d’apprentissage relativement transitoires106. Le militantisme radical peut persister comme discours de l’engagement intégral qui demeure, bien que les activités politiques et des réseaux organisationnels se soient modifiés au fil du temps107. Les continuités, les reconversions, les ruptures de certaines traditions politico-idéologiques constituent un axe de débat qui n’a pas échappé aux discussions polémiques108. Dans certaines études journalistiques on a insisté sur le passage de formes d’extrémisme politique à des parcours postérieurs très différents de l’initiation militante109.

  • 110 Collovald A., « Introduction », in Collovald A. (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouem (...)
  • 111 Collovald A., « L’humanitaire expert : le désencastrement d’une cause politique », in Collovald A. (...)

80Nous pouvons nous demander quelle relation existe entre un moment et un autre, c’est-à-dire, quelle continuité ou solution de continuité peut s’établir dans les passages et les reconversions militantes. De nouveau apparaît la discussion sur le chemin suivi par un militantisme qui a atteint il y a des décennies un statut (que nous qualifierons, en exagérant un peu) de modèle. La discussion a été présente en France et on y a débattu sur la fameuse crise du militantisme et la continuité de celui-ci dans des sociétés où le poids des partis politiques, et la politique en général, aurait diminué de façon significative. Annie Collovald reprend cette discussion à partir de sa réflexion sur de nouvelles formes de militantisme autour des causes humanitaires en faveur du Tiers Monde encouragées par l’EDF. Ce type de dévouements altruistes ne suppose pas, pour l’auteur, une transformation radicale du militantisme, malgré ce qu’indiquent les programmes des réseaux solidaires eux-mêmes110. Ce changement à l’intérieur du militantisme, d’après Collovald, ne contredit pas d’autres continuités militantes : par exemple, le rôle des sociabilités traditionnelles dans la motivation militante. On peut trouver une autre continuité dans les liens entre ces réseaux humanitaires de la CFDT et un militantisme tiers-mondiste déjà présent dans les années 1970111.

  • 112 Gillespie, le politologue déjà cité qui a proposé l’une des premières études rigoureuses sur l’orga (...)

81De cette manière, nous pouvons détecter des moments initiatiques dans la biographie militante (liés, comme nous l’avons dit, à une période de mobilisation) et la continuité de la trajectoire biographique ou de la culture politique dans un contexte différent. Dans le cas argentin, les organisations de protestation des années 1990-2000 ont pu, à certains moments, être reliées aux organisations révolutionnaires des décennies antérieures. Malgré l’échec des partis armés, leurs stratégies et leurs erreurs auraient servi d’expérience instructive pour les réseaux d’activistes ayant eu récemment une certaine importance publique depuis la coupure des routes à l’intérieur du pays jusqu’aux mobilisations dans la ville de Buenos Aires112. De cette façon, une analyse du militantisme et son prolongement (ou son absence) peut offrir, dans le cadre d’une reconstruction diachronique, des éléments sociologiques nullement négligeables pour penser différents espaces de la vie politique.

  • 113 Voir Hobsbawm E., Historia del siglo XX [Extremes. The Short Twentieth Century 1914-1991], Buenos A (...)

82De la même façon, et comme on peut le supposer, la nécessité de l’apport comparatif, que ce travail se contente de signaler, n’obéit pas seulement à la nécessité de dire quelles réalités ou quels principes sont comparables. De façon formelle, nous pouvons dire qu’un type d’objets empiriques particulier (ces groupes politiques qui impliquent un type d’adhésion individuelle en termes de militantisme, les trajectoires qui proviennent de ces groupes) sont comparables selon certains critères logiques. Dans notre travail, il ne s’agit pas d’un principe formel mais d’un processus historique. Nous partons du fait, comme cela a été signalé dans d’autres ouvrages, qu’une série de révoltes et de valeurs disruptives présentes dans les années 1960-1970 devaient être vues à l’intérieur d’un processus d’extension de la formation universitaire qui n’était pas présente que dans les pays avancés113. On pouvait y voir le rôle politique que les étudiants avaient commencé à jouer. Et comment, après l’échec des révoltes fortement inspirées par les étudiants, il y eut une radicalisation qui, quoique minoritaire, en vint à embrasser la cause du terrorisme.

83Dès lors, si nous devions faire une proposition qui dépasse le cadre de notre analyse mais qui y est liée, il ne s’agit pas seulement d’un principe comparatif abstrait mais d’un processus historique qui, comme nous l’avons vu, a suscité en France différents traitements visant à comprendre des histoires organisationnelles et des trajectoires d’individus-militants.

  • 114 Cela peut nous conduire à porter un regard plus vaste sur les phénomènes guérilléros, même quand il (...)

84On pourra dire que cette partie aurait été plus fructueuse si elle avait ajouté à sa thématique spécifique le développement d’options révolutionnaires qui à la même époque se développèrent dans le Tiers Monde, en particulier en Amérique latine114. Cette réserve est recevable. Néanmoins, outre que ces processus particuliers, et en même temps concomitants, supposèrent des circulations et des influences nord-sud-nord, insister sur une problématique qui présente, en plus de ses particularités régionales, historiques et politiques, des similitudes importantes dans le cadre de réalités différentes, constitue un défi intellectuel que ces pages peuvent seulement se contenter de signaler.

85Ce qui signifie que, si Subileau démontrait comment le parti révolutionnaire avait été un thème de prédilection dans les premières études sur le militantisme, les trajectoires spécifiquement consultées pour ce travail faisaient référence à l’organisation à laquelle elles avaient appartenu (OUTG) comme à une « orga [organisation] léniniste, au contenu péroniste ».

86Ce n’était pas la première fois que Lénine était récupéré dans un horizon politique éloigné des limites concrètes du bolchévisme. De cette façon, le principe organisationnel nous conduit à considérer des réseaux militants dont les dynamiques ne peuvent être réduites à la césure gauche/droite, mais qui représentent un ensemble de valeurs étendues que les acteurs reconstruisent particulièrement.

  • 115 Mitchels R., Les partis politiques, Paris, Flammarion, 1971 (1911).

87Si quelques apports qui récupèrent l’idée de capital militant font abstraction de la question du pouvoir (ce dernier serait directement lié au capital politique), et si dans de nombreuses organisations peut apparaître une distinction entre cadres et militants, confirmant le diagnostic pessimiste de Robert Michels établi en particulier pour les partis sociaux-démocrates115, dans le cas qui nous concerne, l’existence de hiérarchies organisationnelles solides ne se fit pas au détriment de la considération du militant comme cadre (réel ou éventuel). Compte tenu du caractère relativement informel des réseaux, mais aussi compte tenu des critères de rétribution qui animent les partis politiques, les membres de cette organisation remplissent rapidement des fonctions directives internes ou, dans de nombreux cas, externes (par exemple, ceux qui allaient occuper un poste dans la politique partisane ou dans la gestion publique) ; ce dernier étant dès lors à l’origine de nombreux conflits.

88L’échelle organisationnelle pouvait être étendue au fil du temps. Mais la vie de l’organisation ne parvint pas à s’institutionnaliser clairement. Pour cette raison, l’analyse des trajectoires ne peut se réduire à la simple appartenance à l’organisation. Dans ce cas ponctuel, les parcours ultérieurs de l’OUTG passèrent par divers espaces politiques, universitaires et religieux. Une partie de cette masse militante brisa ses liens avec l’organisation. Les individus qui s’éloignèrent prirent des options qui constituent un riche matériau d’analyse. Les trajectoires incluent, dans le cas que nous développons, l’aspect préalable à l’initiation politique, la participation organisationnelle proprement dite au moment du militantisme maximal (période spécifique de l’OUTG), et les parcours associatifs et individuels ultérieurs, ce qui peut nous emmener vers des territoires insoupçonnés autant que précieux pour comprendre une dimension biographiquement étendue du militantisme et de ce que fut, de notre point de vue, sa métamorphose.

89Après cette analyse introductive, visant surtout à être éclairante, qui souligne les aspects conceptuels et historiques significatifs, où ont été passées en revue certaines des particularités du péronisme, des études sur les conflits politiques des années 1960 et 1970, la centralité croissante à cette époque des réseaux militants, et les études générales sur le militantisme (ayant privilégié dans cette partie quelques études réalisées en France), nous nous apprêtons, dans le prochain chapitre, à commencer le récit proprement biographique des organisations et des individus ponctuellement concernés. La reconstruction des parcours biographiques, tant au plan des acteurs individuels qu’en ce qui concerne les structures organisationnelles, doit être resituée dans un ensemble historico-politique dès lors beaucoup plus vaste.

Notes

1 Cf. James D., « 17 y 18 de octubre de 1945 : el peronismo, la protesta de masas y la clase trabajadora », Desarrollo Económico, Instituto de Desarrollo Económico y Social, Buenos Aires, n° 107, 1987. Détenu sur l’île militaire de Martín García par l’opposition qu’il avait générée, Perón reçut un important soutien populaire qui se traduisit par une grève générale décrétée par la CGT et par une mobilisation qui devança même la mesure syndicale. Cette pression eut pour effet la libération de Perón, lequel prononça immédiatement un discours à la Casa Rosada (siège du Pouvoir exécutif) devant les masses ouvrières qui occupaient la Plaza de Mayo.

2 Weber M., Economía y sociedad, Argentine, Fondo de Cultura Económica, 1992 (1922).

3 Comme on peut le constater dans plusieurs discours de Juan Perón et son épouse Eva Duarte.

4 Germani G., Política y sociedad en una época de transición, Buenos Aires, Paidós, 1966. Voir également Germani G., « El surgimiento del peronismo: el rol de los obreros y de los migrantes internos », Desarrollo Económico, vol. XIII, n° 51, 1973.

5 Di Tella T., Perón y los sindicatos. El inicio de una relación conflictiva, Buenos Aires, Ariel, 2003.

6 Murmis M. et Portantiero J. C., Estudio sobre los orígenes del peronismo, Buenos Aires, Siglo XXI, (1971).

7 Torre J. C., « Interpretando (una vez más) los orígenes del peronismo », in Mackinnon M. et Petrone M., Populismo y neopopulismo en América Latina. El problema de la Cenicienta, Buenos Aires, EUDEBA, 1999.

8 Torre J. C., La vieja guardia sindical y Perón, Buenos Aires, RyR, 2011 (1990).

9 Campo H., Sindicalismo y peronismo. Los comienzos de un vínculo perdurable, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2005.

10 De James D., Resistencia e integración. El peronismo y la clase trabajadora argentina (1946- 1976), Buenos Aires, Sudamericana, 1990.

11 Voir également : Sidicaro R., « Consideraciones sociológicas sobre las relaciones entre el peronismo y la clase obrera en Argentina, 1943-1955 », in Mackinnon M. et Petrone M., op. cit. ; Mora y Araujo M. et Llorente I., El voto peronista: ensayos de sociología electoral argentina, Buenos Aires, Sudamericana, 1980 ; Miguens J., « Las interpretaciones intelectuales del voto peronista: los prejuicios académicos y las realidades », in Miguens J. et Turner F., La racionalidad del peronismo. Perspectivas internas y externas que replantean un debate inconcluso, Buenos Aires, Planeta, 1988.

12 Voir : Mora y Araujo M. et Llorente I., El voto peronista: ensayos de sociología electoral argentina, Buenos Aires, Sudamericana, 1980 ; Miguens J., « Las interpretaciones intelectuales del voto peronista: los prejuicios académicos y las realidades », in Miguens J. et Turner F., La racionalidad del peronismo. Perspectivas internas y externas que replantean un debate inconcluso, Buenos Aires, Planeta, 1988.

13 Di Tella T., Sociología de los procesos políticos. De la movilización social a la organización política, Buenos Aires, El Ateneo, 2011.

14 Di Tella T., Perón y los sindicatos…, op. cit., p. 442. Voir aussi Sidicaro R., Los tres peronismos. Estado y poder económico (1946-55/1973-76/1989-99), Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2002.

15 Mackinnon M., Los años formativos del Partido Peronista (1946- 1950), Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2002.

16 Levitsky S., La transformación del justicialismo. Del partido sindical al partido clientelista, 1983-1999, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editora Iberoamericana, 2005.

17 En relation avec l’organisation partisane d’une branche féminine, voir Barry C., Evita capitana. El Partido Peronista femenino 1949-1955, Caseros, Eduntref, 2009.

18 Mackinnon M., op. cit.

19 Levitsky S., op. cit.

20 Halperín Donghi T., « El lugar del peronismo en la tradición política Argentina », in Amaral S. et Plotkin M. (dir.), Perón del exilio al poder, Buenos Aires, Cántaro, 1993, p. 40-44.

21 Sigal S. et Verón E., Perón o Muerte. Los fundamentos discursivos del fenómeno peronista, Buenos Aires, Eudeba, 2003 (1988).

22 McGee Deutsch S., Contrarrevolución en la Argentina 1900-1932. La Liga Patriótica Argentina, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2003 (1986). Pour une analyse critique de ce point de vue : Cucchetti H., « Ligues, nationalisme et péronisme », in Dard O. et Sevilla N. (textes réunis par), Le phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, 2011.

23 Lipset S., Political man. The social bases of politics, New York, Doubleday and company, 1960, p. 170-173.

24 Milza P., Les fascismes, Paris, Seuil, 1991 (1985), p. 532-534.

25 Deux études récemment publiées renforcent l’interprétation qui place le péronisme dans la continuité des expériences fascistes. Voir : Finchelstein F., La Argentina fascista. Los orígenes ideológicos de la dictadura, Buenos Aires, Sudamericana, 2008 ; Zanatta L., Breve historia del peronismo clásico, Buenos Aires, Sudamericana, 2009.

26 Buchrucker C., El fascismo en el siglo XX. Una historia comparada, Buenos Aires, Emecé, 2008. Exprimant une divergence avec de Renzo di Felice et Zeev Sternhell, Buchrucker voit dans le fascisme une rupture nette avec les traditions révolutionnaires de gauche et avec toute forme de représentation du mouvement ouvrier.

27 Buchrucker C., Nacionalismo y peronismo. La Argentina en la crisis ideológica mundial (1927-1955), Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 1999.

28 Mallimaci F., « Los diversos catolicismos en los orígenes de la experiencia peronista », in Mallimaci F. et Di Stefano R. (dir.), Religión e imaginario social, Buenos Aires Manantial, 2001.

29 Zanatta L., Perón y el mito de la nación católica, Buenos Aires, Sudamericana, 1999 ; Caimari L., Perón y la Iglesia Católica, Buenos Aires, Ariel, 1995.

30 Bosca R., La Iglesia Nacional Peronista. Factor religioso y poder político, Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 1997.

31 Ibid.

32 Bianchi S., Catolicismo y peronismo. Religión y política en la Argentina 1943-1955, Buenos Aires, IEHS, 2001.

33 Cf. Cucchetti H., « Reflexions sur le phénomène péroniste », in Borgeaud-Garciandía N., Lautier B., Peñafiel R. et Tizziani A. (dir.), Penser le politique en Amérique latine, Paris, Karthala, 2009.

34 C’est ce que constatent, par exemple et entre autres, Mackinnon, Taguieff, Laclau.

35 Hermet G., « Populisme et nationalisme », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 56, octobre-novembre 1997, p. 44-45.

36 Taguieff P-A., L’illusion populiste. Essai sur les démagogies de l’âge démocratique, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2007 (2002), p. 130.

37 Laclau E., Política e ideología en la teoría marxista. Capitalismo, fascismo, populismo, España, Siglo XXI, 1977 ; La razón populista, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2005 ; « Populismo: ¿qué nos dice el nombre? », in Panizza F. (dir.), El populismo como espejo de la democracia, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2009 (2005).

38 Laclau E., La razón populista, op. cit.

39 Halperín Donghi T., La larga agonía de la Argentina peronista, Buenos Aires, Ariel, 2006 (1994).

40 Amaral S., « Perón en el exilio: la legitimidad perdida », in Amaral S. et Plotkin M. (dir.), op. cit.

41 Cavarozzi M., Autoritarismo y democracia (1955-1996). La transición del Estado al mercado en la Argentina, Buenos Aires, Eudeba, 2002 (1983).

42 De Riz L., La política en suspenso 1966-76, Buenos Aires, Paidós, 2000.

43 O’Donnell G., El Estado burocrática-autoritario, Buenos Aires, Prometeo, 2009 (1982).

44 Ibid., p. 412.

45 Ibid., p. 427.

46 Rouquié A., Autoritarismos y democracia. Estudio de política argentina, Buenos Aires, Edicial, 1994.

47 Sidicaro R., Los tres peronismos, op. cit.

48 Sidicaro R., Juan Domingo Perón. La paz y la guerra, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1996.

49 McGuire J., « Perón y los sindicatos: la lucha por el liderazgo peronista », in Amaral S. et Plotkin M. (dir.), op. cit.

50 Torre J. C., El gigante invertebrado. Los sindicatos en el gobierno. Argentina, 1973-1976, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2004. Pour la même période et dans une perspective marxiste, voir de Riz L., Retorno y derrumbe. El último gobierno peronista, Buenos Aires, Hyspamérica, 1987 (1981).

51 James D., Resistencia e integración, op. cit., p. 281.

52 Laclau E., La razón populista, op. cit., p. 270, 273-274.

53 Sigal S. et Verón E., Perón o Muerte, p. 21.

54 Ibid., p. 241-242. Sigal S., Intelectuales y poder en la década del sesenta, Buenos Aires, Punto Sur, 1991.

55 Altamirano C., Bajo el signo de las masas (1943-1973), Buenos Aires, Ariel Historia, 2001. Voir aussi, du même auteur, Peronismo y cultura de izquierda, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2011 (2001).

56 Altamirano C., Bajo el signo, op. cit., p. 87-88.

57 Sarlo B., La batalla de las ideas (1943-73), Buenos Aires, Ariel Historia, 2001.

58 Voir également, Hilb C. et Lutzky D., La Nueva Izquierda argentina 1960-1980. Política y violencia, Buenos Aires, Centro editor de América Latina, 1984.

59 Tortti M., « Protesta social y “Nueva Izquierda” en la Argentina del “Gran Acuerdo Nacional” », in Camarero H., Pozzi P. et Schneider A., De la revolución libertadora al menemismo, Buenos Aires, Imago Mundi, 2003 (2000), p. 140. De la même auteur on peut également citer : « La nueva izquierda en la historia reciente de la Argentina », Cuestiones de Sociología. Revista de Estudios Sociales, Universidad Nacional de La Plata, n° 3, Otoño 2006. Ainsi que son récent livre, El “viejo” partido socialista y los orígenes de la “nueva” izquierda, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2009.

60 Ollier M., La creencia y la pasión. Privado, público y político en la izquierda revolucionaria, Argentina, Ariel, 1998, p. 57.

61 Mallimaci F., « Catolicismo y militarismo en Argentina (1930-1983) », in revue Ciencias Sociales, Buenos Aires, UNQuilmes, n° 4, 1996 ; « El catolicismo argentino desde el liberalismo integral a la hegemonía militar », in FORNI, Floreal y otros, 500 años de cristianismo en Argentina, Buenos Aires, CEHILA-Nueva Tierra, 1992.

62 Les termes suivis d’un astérisque sont explicités dans le glossaire. Martín J. P., El Movimiento de Sacerdotes para el Tercer Mundo. Un debate argentino, Buenos Aires, Editorial Guadalupe, 1997.

63 Morello G., Cristianismo y Revolución. Los orígenes intelectuales de la guerrilla argentina, Córdoba, EDICC, 2003.

64 Gillespie R., Soldados de Perón. Historia crítica sobre los Montoneros, Buenos Aires, Sudamericana, 2011 (1982).

65 Lanusse L., Montoneros. El mito de sus doce fundadores, Buenos Aires, Vergara, 2005.

66 Lanusse L., « Del motor pequeño al grande. El debate acerca de la relación entre lucha política y lucha militar en los orígenes y primeros tiempos de Montoneros », Cuestiones de sociología, Revista de Estudios Sociales, Universidad Nacional de La Plata, n° 3, Otoño 2006.

67 Voir également Lanusse L., Cristo revolucionario. La Iglesia militante, Buenos Aires, Vergara, 2007.

68 Donatello L., Catolicismo y Montoneros. Religión, política y desencanto, Buenos Aires, Manantial, 2010 ; « Sobre algunos conceptos para comprender las relaciones entre religión y guerrilla en la Argentina de los sesenta y setenta », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Paris, EHESS, 2008.

69 Rot G., Los orígenes perdidos de la guerrilla argentina, Buenos Aires, Waldhuter, 2010 (2000).

70 Carnovale V., « Jugarse al Cristo: mandatos, formas de sacralización y construcción identitaria en el PRT-ERP », Entrepasados. Revista de Historia, año XIV, n° 28, 2005. On peut ici aussi citer d’autres stéréotypes comme celui de la prolétarisation et celui de la morale sexuelle. Voir Carnovale V., « Proletarización: “Postulados, sentidos y tensiones de la proletarización en el PRT-ERP », Lucha armada en la Argentina. Historia. Debates. Documentos, año 2, n° 5, Buenos Aires, febrero 2006 ; « Moral y disciplinamiento interno en el PRT-ERP », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, Paris, EHESS, 2008.

71 Carnovale V., « La política Armada: el problema de la militarización en el PRT-ERP », Lucha armada en la Argentina, año 5, n° 8, Buenos Aires, 2009. Nombre de ces arguments sont développés dans son livre : Los Combatientes. Historia del PRT-ERP, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2011.

72 Marín J. C., Los hechos armados. Argentina 1973-76. La acumulación primitiva del genocidio, Buenos Aires, La Rosa Blindada, 2007 (1996).

73 Pozzi P. et Schneider, A., Los setentistas. Izquierda y clase obrera: 1969-1976, Buenos Aires, EUDEBA, 2000.

74 Pozzi P., « Por qué el ERP no dejará de combatir. El PRT-ERP y la cuestión de la democracia », in Camarero H., Pozzi P. et Schneider A., op. cit.

75 Romero L.-A., « La violencia en la historia argentina reciente: un estado de la cuestión », in Pérotin-Dumon A. (dir.), Historizar el pasado vivo, Santiago de Chile, Edición electrónica, 2007.

76 O’Donnell G., op. cit.

77 Ollier M., « Partidos armados: la lógica oficial y las voces disidentes (1976-1977) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Paris, EHESS, 2008. Voir la publication du même auteur De la revolución a la democracia, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2009.

78 Calveiro P., Política y/o violencia. Una aproximación a la guerrilla de los años ’70, Buenos Aires, Grupo Editorial Norma, 2005.

79 Vezzetti H., Sobre la violencia revolucionaria. Memorias y olvidos, Buenos Aires, Siglo Veintiuno editores, 2009.

80 Ibid., p. 64.

81 Tarcus H., « La secta política. Ensayo acerca de la pervivencia de lo sagrado en la modernidad », El Rodaballo, n° 9, 1998-99 ; Hilb C., « La Tablada: el último acto de la guerrilla setentista », Lucha Armada, n° 9, 2007 ; Longoni A., Traiciones, Buenos Aires, Editorial Norma, 2007.

82 Vezzetti H., op. cit., p. 87, 108, 145, 200.

83 Voir Franco M. et Levín F. (dir.), Historia reciente. Perspectivas y desafíos para un campo en construcción, Buenos Aires, Paidós, 2007. Nous pouvons citer en particulier Pittaluga R., « Miradas sobre el pasado reciente argentino », in Franco M. et Levín F. (dir.), op. cit.

84 Tarruella A., Guardia de Hierro. De Perón a Kirchner, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2005.

85 Pozzi P. et Pérez Cerviño A., « Entrevistar a Guardia de Hierro », http://www.fcp.uncu.edu.ar/skins/www_fcp/download/Entrevista_a_Guardia_de_Hierro.pdf.

86 Il nous faut signaler que de nouvelles études ont été réalisées ces dernières années et explorent à nouveau cette thématique. Nous ne mentionnerons que les articles suivants, inclus dans le dossier dirigé par Moira Cristiá et l’auteur du présent ouvrage : « Experiencias políticas en la Argentina de los sesenta y setenta » dans la revue Nuevo Mundo. Reta M., « Huellas en el camino hacia la peronización », Cristiá M., « Estética y política: ¿discursos visuales? Reflexiones en torno a la imagen y a los imaginarios sociales en Cristianismo y Revolución (1966-1971) », et Cattaruzza A., « Los años sesenta y setenta en la historiografía argentina (1983-2008). Una aproximación », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Paris, EHESS, 2008.

87 On peut reprendre dans ce cas l’étude réalisée par Danilo Martucelli et Maristella Svampa sur les transformations dans le péronisme vues d’un point de vue identitaire. Il y est fait explicitement allusion au militantisme péroniste. Martucelli D. et Svampa M., La plaza vacía. Las transformaciones del peronismo, Buenos Aires, Losada, 1997.

88 Subileau F., « Le militantisme dans les partis politiques sous la Cinquième République : État des travaux de la langue française », Revue française de science politique, 1981, vol. 31, n° 5 ; Fretel J., « Quand les catholiques vont au parti. De la constitution d’une illusion paradoxale et du passage chez les “militants” de l’UDF », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, 2004.

89 Duverger M., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1981 (1951).

90 Seiler D.-L., Les partis politiques en Occident. Sociologie historique du phénomène partisan, France, Ellipses, 2003.

91 Gaxie D., « Économie des partis et rétribution du militantisme », Revue française de science politique, 1977, vol. 27, n° 1.

92 Matonti F. et Poupeau F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, 2004.

93 Salles J.-P., La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

94 Lazar M., « Le parti et le don de soi », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, année 1998, vol. 60, n° 1.

95 Fretel J., op. cit.

96 Voir Orfali B., Sociologie de l’adhésion : Rêver, Militer, Changer Le Monde, Paris, Zargos, 2005 ; Crépon S., La nouvelle extrême droite. Enquête sur les jeunes militants du Front national, Paris, L’Harmattan, 2006 ; Matonti F., « Le Front national forme ses cadres », Génèses, n° 10, 1993 ; et aussi « La déception », in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

97 Nous pouvons ainsi noter les références à Anselm Strauss, Howard Becker, Everett Hughes, Erwing Goffman.

98 Fillieule O., « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1, 2001, p. 201.

99 Ibid., p. 206-207.

100 Johsua F., « Les conditions de (re)production de la LCR. L’approche par les trajectoires de militantes », in Haegel F. (dir.), Partis Politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

101 Agrikoliansky E., « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980 », Revue française de science politique, vol. 51, n°1, 2001.

102 Collovald A., « Pour une sociologie des carrières morales des dévouements militants », in Collovald A. (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

103 Tilly Ch., Las revoluciones europeas 1492-1992, Barcelone, Crítica, 2000.

104 Tarrow S., El poder en movimiento. Los movimientos sociales, la acción colectiva y la política, Madrid, Alianza Editorial, 1997 (1994), p. 290.

105 Agrikoliansky E., op. cit.

106 Voir Salles J.-P., op. cit.

107 Nous proposons notre étude réalisée sur la trajectoire de l’Action française : Cucchetti H., « La Action française en la actualidad: ¿Un nacionalismo en extinción? Trayectorias, representaciones, sociabilidades », in Mallimaci F. et Cucchetti H. (dir.), Nacionalismos, nacionalistas. Debates y escenarios en América Latina y Europa, Buenos Aires, Gorla, 2011.

108 Dans cet esprit, nous pouvons inclure l’analyse que Pierre-André Taguieff réalise sur les « comportements paradoxaux » dans les milieux antifascistes français et la continuité d’un antifascisme communiste lié à de nous thèmes diffusés depuis les années 1980. Taguieff P.-A., Les contre-réactionnaires. Le progressisme entre illusion et imposture, Paris, Denoël, 2007.

109 Pour le cas d’Occident et de l’extrême droite, voir Charpier F., Génération Occident, Paris, Seuil, 2005. Dans le cas des trajectoires maoïstes et de leurs reconversions : Birnbaum J., Les maoccidents, Paris, Stock, 2009.

110 Collovald A., « Introduction », in Collovald A. (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements, op. cit.

111 Collovald A., « L’humanitaire expert : le désencastrement d’une cause politique », in Collovald A. (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements, op. cit.

112 Gillespie, le politologue déjà cité qui a proposé l’une des premières études rigoureuses sur l’organisation des Montoneros, fait remarquer, dans le prologue de la dernière réédition de son livre, une sorte de continuité de certains des principes de la lutte armée dans les mouvements qui coupent les routes connus sous le nom de piqueteros (Gillespie, op. cit.).

113 Voir Hobsbawm E., Historia del siglo XX [Extremes. The Short Twentieth Century 1914-1991], Buenos Aires, Crítica, 2010 (1994), p. 301. Parlant de l’option terroriste, il est intéressant de souligner que l’historien anglais mentionne, à titre d’exemple, les cas de l’ETA (Nord de l’Espagne, Pays basque) et la guérilla du Sentier Lumineux (Pérou).

114 Cela peut nous conduire à porter un regard plus vaste sur les phénomènes guérilléros, même quand il s’agit d’une chronologie absolument pas coïncidente ; pour ne prendre qu’un exemple, voir Bataillon G., Enquête sur une guérilla (Nicaragua, 1982-2007), Paris, Le Félin. Une analyse par ailleurs intéressante sur le Parti de la Révolution démocratique du Mexique permet d’aborder une trajectoire partisane à partir des parcours des cadres et des militants. Voir Combes H., Faire parti, Trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Karthala, 2011.

115 Mitchels R., Les partis politiques, Paris, Flammarion, 1971 (1911).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540