Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servir Perón

 | 
Humberto Cucchetti

Introduction. Trajectoires militantes au sein du péronisme

Texte intégral

1Le phénomène péroniste, dont les origines sont à rechercher dans l’avènement de Juan Domingo Perón (1895-1974), comme figure politique en Argentine entre 1943 et 1945, a produit, chez les observateurs qui ont tenté de l’expliquer ou de le définir (nationaux ou non), une sorte d’incompréhension. Compris comme phénomène aberrant ou anormal, ses caractéristiques font qu’il est difficile à classer, mais le penser comme l’archétype d’un national-populisme n’est finalement qu’une formule simplificatrice face à une réalité sociopolitique apparue pratiquement dans l’après-guerre et qui continue d’exister dans la société argentine. L’option adoptée dans cet ouvrage tend à voir dans ce phénomène des caractéristiques particulières qui n’échappent pas à des processus historiques plus vastes et qui se présentent également sous d’autres latitudes.

2L’analyse présentée ici se propose de reconstruire un ensemble particulier de trajectoires péronistes. Celles-ci se définissent par leur appartenance passée à un réseau spécifique du militantisme connu sous le nom d’Organisation unique du Transfert générationnel (OUTG, Transfert ou Transfert générationnel, connue publiquement comme Garde de Fer et appelée également [l’] « Unité » par ses anciens membres car elle était l’expression de la fusion de deux grands réseaux de militantisme, comme nous le verrons ultérieurement). Le nom de l’organisation reprenait la consigne de Perón lui-même qui, dans les années 1960, pour rallier la jeunesse à sa cause, utilisa l’expression « Transfert générationnel ». Ce qui signifiait que le mouvement qu’il dirigeait lui-même à distance depuis Madrid, se devait de rajeunir en intégrant progressivement des membres plus jeunes à différents niveaux du pouvoir.

3L’OUTG fut une structure organisationnelle née au début des années 1970 et qui se prolongea en tant qu’organisation spécifique jusqu’à la mort de Perón le 1er juillet 1974. Le décès de celui qui était alors le président du pays accéléra la dissolution de l’OUTG, décision prise par sa direction et contestée par les militants, et qui à nos yeux mérite une analyse particulière. Nous aborderons cette organisation par le biais de récits d’anciens militants et de leurs propres trajectoires biographiques. Nous observons que, pour ceux-ci, avoir réalisé alors des activités politiques, parfois initiatiques, eut un caractère fondateur en termes d’expérience politique et militante. L’apprentissage politique effectué dans le cadre du Transfert fut, pour ses acteurs, fondamental dans la construction d’une vocation politique durable. Que nombre d’entre eux aient effectué de longues carrières politiques après être passés dans les rangs de l’organisation en question confirme dans une large mesure cette idée. Mais l’OUTG était une organisation de cadres, comme on disait alors ; cela veut dire qu’elle insistait sur la disponibilité d’une masse de militants, jeunes étudiants de l’université dans leur majorité, totalement engagés et « à temps complet » dans l’activité politique, et obéissant strictement au péronisme. Ce militantisme radical, dont « l’engagement exclusif » était possible en grande partie grâce à leur appartenance à l’université, avait des caractéristiques révolutionnaires. Militer signifiait manifester le désir d’une transformation radicale de la société en accord avec le leadership de Perón et son rôle dans la société argentine.

4C’est précisément dans le contexte du retour du leader au pouvoir en 1973 que commencèrent à circuler des rumeurs sur sa santé (Perón était alors un homme d’un âge avancé), et que les militants de l’OUTG se mirent à prêcher que « Perón ne meurt pas ». Comme il n’avait pas encore accompli sa mission historique – selon ces jeunes gens – il ne pouvait pas encore mourir. Et cette affirmation supposait, dans certains récits contrastés, la foi en son immortalité. Pour cette raison, « Perón ne meurt pas », expression reprise par les protagonistes, constitue une synthèse de ce que l’expérience dans cette organisation représenta pour ses membres.

  • 1 Gallego est un surnom d’usage courant en Argentine pour désigner les descendants des Espagnols.

5L’objectif de cet ouvrage est de reconstruire la biographie de groupes et d’individus étant passés par ce lieu du militantisme. Cette reconstruction nous permettra de remonter jusqu’aux organisations existantes avant l’OUTG. L’une d’entre elles fut la Garde de Fer argentine – fondée par Alejandro Alvarez dit « el Gallego1 » – qui à l’origine avait été une petite organisation liée à l’activisme combatif syndical et de la rue, et qui cherchait à obtenir le retour de Perón au pays. L’autre grand précédent fut le Front national des étudiants – fondé par Roberto Grabois – né au milieu des années 1960 comme un rassemblement de groupes universitaires présents dans les principales villes argentines (Buenos Aires, Rosario, Córdoba, Mendoza, Mar del Plata). Le fait d’insister sur ces récits de militants nous permet de nous placer non seulement au niveau de l’engagement politique mais aussi du parcours individuel. Et ces trajectoires donnent accès, quant à elles, à des espaces plus vastes encore : les contacts, les réseaux, les amitiés, en somme, les espaces de sociabilité.

6La dissolution de l’OUTG au milieu de l’année 1974 et la grande dispersion provoquée par la féroce dictature militaire nous permettent de confirmer la rupture de l’unité de cet espace politique. Néanmoins, certains réseaux sont nés avec l’OUTG, et pour leurs membres, il y a un avant et un après ce moment paroxystique que celle-ci représenta globalement.

7À nouveau, les trajectoires consultées nous montrent comment le tissu de l’organisation a réussi (ou non) à se reconstituer, et comment nombre de ses anciens membres se sont intégrés dans différents espaces partisans, religieux, entrepreunariaux, syndicaux, professionnels, universitaires.

8Globalement, une partie de ce qu’avait été l’organisation prit la voie d’une conversion au catholicisme ; une autre, plus diffuse, se professionnalisa politiquement (souvent de façon plutôt réussie). Tout ce matériau empirique, rassemblé autour de la problématique du militantisme, nous permet d’adopter différents angles d’approche pour reconnaître des formes possibles de reconversion (collectives et individuelles) de militants qui conçurent, à un moment particulier de leur vie, la politique comme un moyen de transformation révolutionnaire.

9Concentrer son regard sur une réalité empirique concrète permet non seulement de reconnaître cette réalité mais de reconstruire, à partir de cas particuliers, des échelles plus générales en termes de problématique (concepts inclus) et de produire de nouvelles connaissances sur la réalité argentine et sur le péronisme dans les dernières décennies (interprétations sociohistoriques). Pour cette raison, et parce que c’est un sujet inconnu pour le public français, il convient, en quelques lignes de reconstruire le cadre historique général dans lequel ces trajectoires militantes se développèrent.

10En septembre 1955, le général Perón est destitué par un coup d’État militaire qui avait été précédé par une forte opposition catholique au gouvernement péroniste. L’Argentine s’apprêtait à vivre 18 ans d’interdiction politique du péronisme, son leader étant en exil jusqu’en 1973. Les gouvernements de cette période, quand ils n’étaient pas directement dirigés par des militaires, subirent la forte pression des Forces armées. L’un des gouvernements civils, celui du « Développementiste » Arturo Frondizi (1958-1962), eut même besoin de signer un pacte avec Perón pour pouvoir gagner les élections présidentielles avec une marge politique qui le rende légitime. Loin de perdre son substrat social à cause du coup d’État et des projets de dépéronisation de la société argentine, le péronisme garda intactes ses bases ouvrières et populaires. L’image qui se consolida alors fut clairement celle de la résistance : avec la destitution de Perón, commença une sorte d’opposition populaire informelle connue sous le nom de Résistance péroniste, qui conduisit une grande partie du péronisme à renforcer une forte identité anti-capitaliste en opposition aux pouvoirs militaires ou civils du moment (et en opposition aux valeurs économiques et politiques libérales). Plus encore, et comme conséquence de l’entrelacement de plusieurs processus, la base sociale du péronisme ne cessa de s’élargir. Le climat de répression, aggravé par le président général Juan Carlos Onganía (président de 1966 à 1970), produisit une ébullition surtout dans les secteurs estudiantins, qui allaient trouver dans le péronisme et dans Perón un étendard à brandir contre le pouvoir militaire. C’est dans ce contexte qu’apparurent les organisations militantes, certaines d’entre elles étant armées, comme les Montoneros. Et c’est dans ce cadre historique que se réalisa l’unité entre Garde de Fer et FNE.

11L’échec de l’option militaire provoqua le retour au pays du leader exilé entre 1972 et 1973. Mais pas de la paix sociale. Perón allait à présent devoir faire face aux franges radicalisées du péronisme et de la guérilla non péroniste. La confrontation politique provoqua une escalade de la violence qui, après la mort du leader et compte tenu du désordre gouvernemental régnant pendant la présidence d’Isabel Martínez de Perón (sa troisième épouse), conduisit au coup d’État militaire du 24 mars 1976. Les disparitions de personnes, organisées par un nouveau gouvernement militaire – nombre d’entre elles étant liées à l’activisme politique péroniste – furent la marque de la période qui s’ouvrit alors. Avec en toile de fond l’échec d’un conflit armé (la guerre des Malouines contre le Royaume-Uni en 1982), l’échec des Juntes militaires (c’est ainsi que furent nommées les équipes gouvernementales représentées par les chefs des trois armes : armée de terre, force navale et aérienne) eut pour conséquence une nouvelle ouverture démocratique.

12Avec le gouvernement de Raúl Alfonsín (1983-1989), et de Carlos Menem (1989-1999), la stabilité institutionnelle démocratique allait être obtenue, non sans difficultés. Un ordre économique et politique néolibéral allait également se consolider, qui augmenta progressivement les niveaux de chômage et qui affaiblit fortement les structures de l’État. Le péronisme démontra une grande capacité d’adaptation en parvenant à survivre à des changements qui signifièrent une détérioration accentuée des secteurs ouvriers en particulier et salariés en général. Tel put être le tableau légitime face à deux crises politiques : l’hyperinflationniste de 1989, et la crise économique et politique de 2001-2002 qui conduisit tout d’abord Eduardo Duhalde (2002-2003) puis Néstor Kirchner (2003-2007) à prendre la tête de l’exécutif national.

13Dans ce cadre historique, reconstruit de façon extrêmement synthétique, les trajectoires militantes que nous allons analyser, se sont réalisées autour de l’activité politique, de la formation de militants-cadres, de la création de réseaux et de cadres de sociabilité utiles politiquement et personnellement, de la nécessité de s’adapter à des contextes politiques changeants. Nous pouvons identifier deux grands moments : l’un de gestation du militantisme, qui débouche sur la création de l’OUTG comme grand événement qui marque politiquement les acteurs consultés ; et un autre, de reconversion-métamorphose, où les trajectoires doivent « faire quelque chose » avec le capital politique engrangé, puisque l’organisation en tant que telle a été dissoute et que la vie politique devient de plus en plus difficile et plus encore avec le coup d’État de 1973. Les acteurs, dans différents contextes doivent décider ce qu’ils doivent faire de leurs relations et de leurs apprentissages, comment continuer l’activité politique, où et quand. Les différents moments agissent comme des opportunités qui ne se traduisent pas en réactions individuelles automatiques ni en ajustements organisationnels directs. Les militants réactualisent à chaque instant leurs options en se demandant comment il est possible de commencer à transformer une activité politique qu’ils définissent comme leur vocation.

14Pour analyser ces données, nous avons envisagé neuf chapitres. Le premier d’entre eux constitue une introduction à la problématique. Nous y introduirons le thème à partir de quelques éclaircissements historiques et conceptuels : nous verrons brièvement quelles ont été les interprétations dominantes sur les origines du péronisme pour en connaître un peu mieux les significations, et nous présenterons brièvement les études sur le militantisme des années 1960 et 1970 en Argentine ainsi que quelques études réalisées en France sur la thématique générale. L’intention de ce dernier aspect consiste à démontrer qu’en dépit de terrains tout à fait spécifiques, il existe des apports théoriques et méthodologiques qui renvoient à des réalités complètement comparables. À partir du chapitre ii et jusqu’au chapitre vii nous réaliserons la reconstruction de la biographie organisationnelle en nous appuyant sur des documents provenant des organisations mais aussi sur des récits individuels. Chacun de ces chapitres est précédé d’une brève présentation historique pour rendre intelligible la reconstruction empirique présentée. Au chapitre ii nous développons spécifiquement les origines de la Garde de Fer. Au chapitre iii nous analysons comment celle-ci décide de modifier son profil en tentant d’élargir sa base d’implantation et de réaliser un travail politique plus méthodique en termes territoriaux. Au chapitre iv nous abordons le Front national des étudiants et son extension en tant que réseau universitaire de portée nationale. Le chapitre v est consacré à la fondation de l’OUTG et à sa dissolution ultérieure. Le chapitre vi s’intéresse aux relations nouées par une partie des trajectoires, avec la Force navale, thème épineux qui a même connu quelques prolongements judiciaires. Le chapitre vii décrit comment les biographies consultées se sont insérées dans le contexte démocratique qui commence en 1983. Les deux derniers chapitres réalisent des analyses différenciées. Au chapitre viii, sont analysés quelques lieux communs au niveau des représentations organisationnelles et sur quoi celles-ci débouchèrent lorsqu’il s’est agi de reconstruire le vieil édifice militant sur une catholicisation de la référence politique. Au chapitre ix est réalisée une synthèse à partir des carrières militantes et politiques de quelques-uns des membres de l’OUTG. À partir de cette analyse et en reprenant le parcours effectué, sont reprises, de façon critique, quelques catégories sociologiques en les mettant en relation avec l’objet empirique reconstruit.

15Les récits sont dès lors utilisés pour reconstruire ce que furent les différents moments de la vie des organisations, liée à l’expérience laminaire de l’OUTG. Qu’a fait cette organisation, quelles ont été ses positions, quelles mémoires a-t-elle construites, quelles activités a-t-elle réalisées ? Cette dimension est dès à présent fondamentale. Mais en reconstruisant l’organisation à partir des acteurs individuels et de leurs significations, nous nous focalisons sur la trajectoire biographique de l’acteur en soi : qui étaient les militants, qu’ont-ils fait dans l’organisation, comment l’ont-ils évaluée, quelles relations ont-ils tissées ? Et cette analyse est réalisée aussi bien lorsque la trajectoire individuelle coïncide avec l’orientation du groupe politique que lorsque celui-ci prend son indépendance par rapport à lui. Cet exercice est en outre intéressant pour analyser des organisations militantes qui n’ont pas bien résisté au passage du temps et dont l’impact réel en termes politiques finit par se retrouver, dans une large mesure, à l’extérieur des éléments résiduels de l’association politique. D’où l’une des raisons les plus valables que suppose le travail sur la base de trajectoires, et l’utilisation de récits biographiques. Il convient de préciser que la majeure partie d’entre eux, toujours en activité, dans certains cas confrontés à des procédures judiciaires ou à des polémiques publiques, apparaissent ici sous un pseudonyme pour préserver la confidentialité de la source. Les récits des membres fondateurs, comme Alejandro Alvarez et Roberto Grabois, sont maintenus partiellement de façon explicite. Il en est exceptionnellement de même pour d’autres acteurs, mais l’anonymat est amplement privilégié tout au long de ce travail. Si le caractère anonyme nous prive de précisions historiques de valeur, cette option nous permet de montrer davantage d’éléments propres à l’analyse sociologique sans compromettre l’identité des informateurs.

16Au-delà de la seule question méthodologique, nous tenterons dans ces pages, et en partant de cet objet empirique particulier, d’aborder des problèmes théoriques et des interprétations historiques d’une plus grande portée (chapitre ix). Comme nous le présentons dans le prochain chapitre, le militantisme constitue toute une thématique à construire d’un point de vue disciplinaire dans le cadre des sciences historico-sociales en Argentine. Partir de ce terrain d’investigation nous conduit à voir des caractéristiques qui, dans la connaissance de l’engagement militant et de l’adhésion politique radicale, sont pour l’instant passées inaperçues en grande partie dans les études réalisées dans ce pays (chapitre i). Ce qui explique qu’une organisation comme le Transfert n’ait ­pratiquement jamais fait l’objet d’aucune étude systématique – à son époque, elle atteignit un chiffre difficile à déterminer mais qui fut sans doute supérieur à 5 000 membres, dont l’activité de ceux-ci était intense et intégrale. De ses rangs est sortie une partie non négligeable des futurs cadres des partis (outre les cadres technico-professionnels, chefs d’entreprises, universitaires, scientifiques). D’un point de vue polémique, si les adhérents de cet espace revendiquent pour eux-mêmes le titre d’« authentiques péronistes », leurs adversaires, péronistes ou non, n’élèvent pas conceptuellement le niveau de la discussion en les accusant de « droitiers, réactionnaires, fascistes », ou éventuellement « corrompus ».

17Avançons un peu et soulignons que, toujours à partir de la formation empirique produite, ce militantisme, avec ses particularités, doit être compris dans un ensemble plus vaste de dispositifs militants dans l’Argentine des années 1960 et 1970. Et cette affirmation ne renvoie pas à une simple corrélation ou à une coïncidence conjoncturelle. Les liens entre les trajectoires de l’OUTG et le reste du militantisme de ces années-là s’explique par un ensemble de conceptions politiques partagées (idéal révolutionnaire, nationalisme, exaltation de l’action et du sacrifice), et de conceptions sur la méthode politique (importance de l’organisation comme incarnation souveraine, discussion sur les modalités urbaines ou non de la lutte politique, centralisation sur la discipline de l’organisation). Mais nous verrons plus encore un ensemble de réseaux et d’espaces de sociabilité partagée par les acteurs de différents noyaux militants. Il ne s’agit pas simplement de partager un même espace dans la structure économique, comme cela sera soutenu de manière déterministe ou sociographique, mais de traverser une sociabilité et des réseaux qui promeuvent des contacts directs entre les différents protagonistes et les différentes formes de relations sociales (amitié, parenté, appartenance à des groupes religieux communs, camaraderie universitaire, relation érotique ou affective, etc.). Si les organisations, dans le contexte d’affrontement violent durant le péronisme (1973-1976), voulurent créer des clivages et des mémoires conflictuelles, la gestation de ce militantisme est un phénomène beaucoup plus complexe qu’un simple regard vertueux et puriste permet de le supposer. C’est pour cette raison que je donne à cet éventail de réseaux politiques le nom de nébuleuse militante (chapitres iii, iv et ix).

18À partir des caractéristiques de ce militantisme, on peut à nouveau discuter, sans s’interdire aucun débat, sur la catégorie de religion séculaire. Ses risques abusifs ont déjà été signalés. Néanmoins, cette croyance absolue dans la transformation politique, qui renvoie à ce que Marcel Gauchet nomma l’âge des idéologies, est présente chez des acteurs qui, en Argentine, ont traversé les instances formatives du catholicisme, ont adhéré au péronisme sans cesser d’être marqués par la Révolution cubaine et Mai 68, et ont pensé que l’activité politique comportait une signification transcendantale. Pour cette raison, « Perón ne peut [ne pouvait] pas mourir », « Perón ne meurt pas. » Mais cette orientation qui a conduit à des manifestations religieuses-séculières pouvait, dans le prolongement biographique de la trajectoire, voir dans le catholicisme une sorte de restitution de l’espérance politique (chapitres vii et viii).

19Cela nous conduit, finalement, à prendre en considération la biographie de longue durée et la sortie du militantisme. Il n’existe jamais de sortie totale, pour tout dire, et en France cette question à donné lieu à de nombreuses discussions – comme nous le verrons succinctement dans le prochain chapitre. Néanmoins, la relation entre deux moments des trajectoires militantes (initiation et reconversion), et les liens entre ces deux moments ainsi que les caractéristiques historiques plus larges, nous permettent d’analyser les conditions de la survie dans le temps d’un acteur qui continue, sur une toile de fond différente, à faire (et dans de nombreux cas, à tenter de faire) de la politique. Cette discussion a eu des caractéristiques particulières en Argentine qui renvoient à un climat d’opinion qui voit dans la politique argentine, depuis 2003, et à partir de quelques mesures et d’attitudes imprimées par Néstor Kirchner, un retour du militantisme radical des années 1970. Ce livre entend contester cette interprétation.

20Les données apportées ici supposeront des aspects nouveaux et n’éclairciront pas de façon définitive la difficulté que nous avons à comprendre ce qu’est le péronisme (le nœud de l’erreur et cette difficulté à comprendre sont peut-être dans la formulation de la question), mais j’envisage, en tant qu’auteur, d’éclaircir certaines des manifestations du phénomène péroniste, en particulier celles qui sont liées à un type d’adhésion et d’engagement radical. L’objectif de ce travail est de rouvrir des débats plutôt que de prétendre, de façon pédante « clôturer une question ».

Notes

1 Gallego est un surnom d’usage courant en Argentine pour désigner les descendants des Espagnols.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540