Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Répertoires du pouvoir populaire, territoires mobilisés et menaces de coup d’État

Chapitre III. Quand la ville est en lutte. Territoires et répertoires du pouvoir populaire

Texte intégral

Panorama du pouvoir populaire urbain à la mi-1973

Tableau n° 6 : Récapitulatif des Cordons industriels et diverses coordinations de pouvoir populaire, à Santiago (août 1973).

Dénomination

CI = Cordon industriel

CC = Commando communal

Date de création

Entreprises ou organisations sociales particulièrement actives dans la coordination

Noms de quelques-uns des dirigeants connus

Quand nous les connaissions, nous avons indiqué entre parenthèses le lieu de travail et/ou l’affiliation partisane de la personne concernée

CI Maipú-Cerrillos

Juin 1972

Fensa, Aluminios el Mono, Perlak, Polycron, CIC, Copihue, Indubal, Sindelen, Maestranza Cerrillos, Carroserias Franklin, Cobre Cerrillos, Facol,

Pizarreno, Artela, Mapesa, Fantuzzi, Cintac, Bata y Calvo + relations avec le conseil communal paysan de Maipú

– Hernán Ortega (Sindelen – PS)

– Santos Romeo (Perlak – PS puis MIR)

– Raúl Castro (IC)

– Edmundo Jiles (Facol – sans affiliation partisane)

– Carlos Quezada (Cobre Cerrillos)

– Enrique Ramírez (CIC – MIR puis PS)

– Adrián Silva (Artela)

– Andrés Rivera (Fensa)

CI Vicuña Mackenna

Octobre 1972

Elecmetal, Licores Mitjans, Cristalerias Chile, Siam di Tella, Indumet, Luchetti, Vinex, Muebles Easton, Fabrilana, Alusa, Laboratorios Geka, Manquehue, Muebles Galaz

– Armando Cruces (Elecmetal – PS)

– Arturo Martínez (Alusa – MAPU)

– José Moya (Alusa – MAPU)

– Mario Olivares (MIR – Muebles Easton)

– Jorge Zarricueta (Muebles Galaz)

CI O’Higgins

Octobre 1972

ex-Yarur, Indugas, Salfa, Coresa, Gasco, Confecciones El As, Optica Roddenstock, Precision Hispana, Burger, Soquina, Distra, Maestranza Jemo

– Sergio Chávez (Indugas – PS)

– Francisco Tobar Bascuñan (Optica Rodenstok – MAPU)

– Armando Carrera (ex-Yarur – PS)

– Eleodoro Mellado (Gasco)

– Víctor González (ex-Yarur)

CI Macul

Octobre 1972

Pollak, Metalpar limitada, Paños Continental, Rittig, Supertex, Pichara, Bambarte, Kores, Los Olmos, Lorenzini, Pukins, Laboratorio Supra, Meta Aerosol, Kores + relations avec les campamentos « Nueva Quilín », « Sierra Maestra » et « Proletarios Uníos »

– Eugenio Cantillana (PCR – Rittig)

– Manuel Valdivieso (PCR – Pichara)

– Tomás Inostroza (administrateur Paños Continental – PS)

– Hugo López (Kores – MAPU OC)

CI San Joaquín

Février 1973

Sumar-Nylon, Andina, Famasol, entrepôt de la Dinac

– Víctor Muñoz (Sumar – PS)

– Syndicaliste PC (Famasol)

– Gustavo Severa (Sumar)

CI Santiago Centro

Essai en octobre 1972 – refondation en juillet 1973

Coordination des salariés des services et de l’administration, notamment des fonctionnaires du secteur public, du centre de Santiago ; ouvriers de la construction

– Luís Inostroza (PS)

– Avelino Díaz (Construction)

CI Mapocho-cordillera

Fin mars 1973

Factomet, Cueroflex, Litografías Martineti, Via SUR, Calzados Mingo, Philips, Canal 9, Clínica Santa María, Quimantu, mina La Disputada

– Carlos Valle (Quimantu – MAPU)

– Manuel Saavedra (PS)

CI Matucana-Mapocho

Essai en mars 1973 – refondation en juillet 1973

Fundicion Libertad, Fundicion Sima, Textil Caffarena y Chiteco, Cumming Diesel

– Pablo Vásquez (Fundicion Libertad)

– Juan Sánchez (Fundicion Libertad)

CI Conchalí – Área-Norte

Octobre 1972

Bata, Deva, Nobis, Ceresita, Ferrizola, Via SUR, plusieurs poblaciones, écoles de médecine de l’université du Chili, l’hôpital psychiatrique et le syndicat paysan Fidel Castro

– Luís Torres (Bata – MIR)

– Miguel Matta (Deva)

CI Lo Espejo

Juillet 1973

Omicron, Empresa Nacional de Semilla, Textil, Espejo, Maestranza lo Espejo + relations avec l’établissement paysan « Unidad para el Futuro »

CI Santa Rosa – Gran Avenida

Essai en octobre 1972 – refondation en juin 1973

Madeco, Mademsa, Citroën, Ferromat et les hôpitaux du secteur

– Domingo Cancino (Mademsa – PS)

– Ramón Aqueda (Hilanderia San Miguel – MAPU)

CI Panamericana Norte

Essai en février 1973 – refondation fin juillet 1973

Ex-Hirmas, Caupolican Renca, petites usines du secteur + relations avec le Conseil paysan de Quilicura

– Luís Gutiérrez (Caupolican Renca)

– Cesar Tapia

– Jorge Flores

– Juan Verdejo

– Marcos Prie

Commando provincial de ravitaillement direct de Santiago

Janvier 1973

Comités locaux de ravitaillement de Las Condes, La Granja, la Cisterna, Quilicura…

– Luís Alfredo Cáceres (comité Las Condes – PS)

– Joaquín Reyes (comité La Granja)

CC Estación Central

Septembre 1972

Entreprises Enafri, Montero, El Agarga, Endesa ; JAP, Centre de mères, comités de quartiers, CUP

– Juan Olivares (Enafri – MIR)

– Ibador Castro (Enafri – MIR)

– Hernán Aguiló (Enafri – MIR)

CC de La Florida

Fin 1971

Manufacturas Chilenas e Caucho, campamentos Nueva La Habana et San Rafael, poblaciones « Pablo de Rokha », « La Bandera », « O Higgins », « 6 de mayo », « Raúl del Canto » et « Santa Elena »

– Víctor Toro (Campamento Nueva La Habana – MIR)

– Guillermo Farías (MIR)

CC de Barrancas

1973

Comités de quartiers, JAP, Centres de mères – ouvriers de la construction

– Patricio Romo (MIR)

– Alan Marchant (PS)

CC Segunda Comuna

Octobre 1972

ETC, Chilectra, petites industries du secteur

Syndicalistes de ETC, Chilectra et d’une entreprise pharmaceutique

CC Quinta Comuna

Octobre 1972

CCU, Correos y Telegrafos, Deva, Libertad, Cerruti, Centre de mères, étudiants et mouvement pobladores

– Facundo Ríos (CCU – PS)

– Alejandro Alarcón (dirigeant CUT provinciale – MIR)

NB : Il est nécessaire de préciser que certaines de ces coordinations ne sont encore qu’embryonnaires au moment du coup d’État. Les coordinations en gras sont celles qui ont démontré les plus fortes capacités de mobilisation et une certaine permanence dans le temps, notamment pour la période octobre 1972 – septembre 1973.

1Il est possible d’estimer entre 20 000 et 30 000 personnes, le nombre de salariés qui s’identifient à l’action des CI du grand Santiago et répondent à leurs appels. Du nord au sud du pays, ce chiffre doit être proche du double. Vues l’enquête orale mais aussi les archives disponibles, il ne fait aujourd’hui pas de doute que les chiffres avancés par certains partisans des CI, ou par la presse, sont vraisemblablement délibérément exagérés. En raison de la confusion entre le Cordon en soi et le Cordon pour soi, il est toujours difficile de faire un état des lieux objectif du pouvoir populaire constituant à la veille du coup d’État. Le tableau ci-dessus est un récapitulatif des principaux organismes, accompagnés de certaines données spécifiques pour chacun d’entre eux.

2Liste récapitulative des Cordons industriels et des diverses coordinations de pouvoir populaire urbain en province (août 1973) :

31) Coordinations ayant acquis une certaine capacité de mobilisation et de représentativité

4Arica

5CI d’Arica (octobre 1972) : Une douzaine d’entreprises électroniques.

6Province de Valparaíso

7CI Puerto (octobre 1972) : Las Habas, Enafri, ouvriers du port et salariés des entreprises de pêche.

8CI 15 Norte (octobre 1972) : Lechera Aconcagua, Sedamar, Textil Vina, Promar, Incopa, Gratry, Francioli y Zolezzi.

9CI El Salto (octobre 1972) : Cecinas Stark, Confites Volta, Massu, Papelera Pons, Ceras Jonhson, Indus Lever, Cimsa, Coca Cola.

10– CI Almendral (octobre 1972) : CCU, Hucke, Construcción Grimo, Lumbretex, ETC, Unic-Flexuave, Litografia Moderna, Molinari, Barckham, employés municipaux et des chemins de fers.

11– CC « Reñaca Alto » (octobre 1972) : ETC, Terminal de bus « Reñaca Alto », poblaciones « Expresos Viña », « Reñaca Alto » et le campamento « Salvador Allende ».

12Province de Concepción

13CI industrial, pesquero y de servicios Talcahuano (octobre 1972) : Maestranza Cerrillos, Sigdo Koppers, Cemento Bio-Bio, Ebner, Pesquera Iquique, Camachaca, Pesquera Iquique, Rucan/président : Luís Astete, Sigdo Koppers – PS.

14Constitución

15CC de Constitución (février 1973) : Celco (Celulosa Constitución), salariés travaillant dans la coupe du bois, ouvriers du port + campement « Vietnam Héroïco » (dirigé par Nelson Luna Vera – MIR), Centre de mères, comités des sans-logis, étudiants/président : Andrés Riveiros (Celco – IC).

16Osorno

17– CI Osorno Centro (octobre 1972, refondation en juillet 1973) : Salariés de l’abattoir, brasserie, usine de lait (Calo), Molino Osorno, employés publics + relation avec les paysans de la zone (en particuliers les communautés Mapuche) – président : Héctor Vega (fonctionnaire du ministère de l’Agriculture – MIR).

18Punta Arenas

19– CI Lanera Austral (octobre 1972) : Lanera Austral, Gildemeister ; abattoirs Socoagro ; entreprises de construction Emcor, usine de cuir Corporacion Magallanes, usine de briques et divers ateliers.

202) Coordinations provinciales existant à l’état embryonnaire

21Antofagasta : CI Norte et Sur/La Serena : CI Alto Peñuela et Serena Centro/Coquimbo : CI Coquimbo Centro et CI Puerto/Province de Valparaíso : CI Centro ; CI Con Con ; CI Quintero – Ventana ; CI Quilpue ; CC Nueva Aurora/Province de Concepción : CC Chiguayante ; CC de Tomé ; CC Penco ; CI Costanera Norte, CI El Andalien, CI Ralco, CI Penco Lirquen/Talca : CI Talca

Topographie d’un espace de luttes : une écologie du pouvoir populaire urbain

  • 1 Hmed C., « Espace géographique et mouvements sociaux », in Dictionnaire des mouvements (...)
  • 2 Sinigaglia J., « Les (dé-/re-)territorialisations de la lutte : occupations de l’es (...)
  • 3 Tilly C., « Spaces of contention », Mobilization, Berkeley, 5 (2), 2000, p. 135-159 (...)
  • 4 Bourdieu P., « Effets de lieu » in La misère du monde, Paris, Points, 1993, (...)

22Ainsi que le note le sociologue Choukri Hmed dans le Dictionnaire des mouvements sociaux, « tout autant que le contexte historique dans lequel se déroule l’action collective, le contexte spatial est amené à jouer un rôle spécifique non seulement dans la détermination de l’action elle-même, de ses modes et de son issue, mais aussi dans la stimulation et le maintien de l’engagement individuel1 ». Dans la même veine, Jérémy Sinigaglia affirme à propos des luttes des intermittents du spectacle en France, « les espaces occupés sont, au même titre que les registres de lutte, les identités revendiquées ou les techniques de lutte, des éléments qui contribuent à définir un mouvement de contestation. On peut ainsi faire correspondre certains espaces mobilisés avec certaines manières d’envisager la lutte, avec certaines causes2 ». Nous avons vu à plusieurs reprises que l’inscription territoriale des Cordons est une donnée clef du pouvoir populaire chilien : les agents qui s’y mobilisent pensent spatialement leurs mobilisations et sont influencés par l’espace urbain dans lequel ils se mettent en mouvement. Cette interaction entre ordre social et ordre spatial détermine des facteurs écologiques de l’action collective qu’il convient de souligner : la dimension spatiale est ainsi envisagée comme l’une des causes, mais aussi effet et dynamique de la politique du conflit3. Selon nous, il est tout à fait intéressant de se pencher sur ce que Pierre Bourdieu nommait « effets de lieu » et de le mettre en rapport avec les luttes sociales, c’est-à-dire dévoiler l’interaction entre espace physique et espace social au sein des mouvements sociaux. Ceci, en partant du constat que cette relation ne peut être envisagée comme mécanique et transparente, alors que « l’espace social se retraduit dans l’espace physique, mais toujours de manière plus ou moins brouillée : le pouvoir que donne la possession du capital sous ses diverses espèces se manifeste dans l’espace physique approprié sous la forme d’un certain rapport entre la structure spatiale de la distribution des agents et la structure spatiale de la distribution des biens ou des services, privés ou publics4 ».

Ceintures rouges et identités insurrectionnelles

  • 5 Castells M., La question urbaine, Paris, F. Maspero, 1972 et Luttes urbaines, (...)
  • 6 Lefebvre H., La Production de l’espace, Paris, Éditions Anthropos, 19 (...)
  • 7 Tilly C., Shorter E., « Les vagues de grèves en France – 1890-1968 », Annales É (...)
  • 8 Elizaga J., Migraciones a las áreas metropolitanas, Santiago, sans da (...)
  • 9 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

23La géographie des « ceintures rouges » de la capitale chilienne nous conte l’histoire d’une géographie sociale, symbolique et politique de la mobilisation collective en milieu urbain. Manuel Castells a montré cette dimension des mouvements sociaux à plusieurs reprises5. De son côté, Henri Lefebvre a insisté sur la production de l’espace urbain, ses effets sociaux, mais a aussi évoqué la tridimensionnalité de ces espaces : espace conçu, vécu ou encore perçu par ses habitants6. Et dès 1973, Tilly et Shorter expliquaient comment la dynamique du mouvement ouvrier est profondément marquée par son espace. Ces auteurs, en s’intéressant au mouvement ouvrier français, illustrent comment les ouvriers les plus mobilisés sont ceux qui « habitent dans des départements et des communautés déjà fortement industrialisés », alors « qu’une vague de grèves s’irradiera alors de ce groupe central vers la périphérie7 ». Ce constat s’applique également aux mécanismes de lutte des Cordons industriels. Ces « Cordons en soi » sont le lieu de vie d’une force de travail très jeune et sous employée. L’émigration à Santiago entre 1942 et 1962 se compose d’une majorité de personnes de moins de 20 ans. Ce sont majoritairement les industries nouvelles qui absorbent cette main-d’œuvre bon marché. Ces industries introduisent des formes de production modernes, fortement mécanisées, qui nécessitent une main-d’œuvre moins nombreuse, mais davantage spécialisée. Plus de 50 % de ces jeunes travailleurs s’installent dans la périphérie de la métropole8. De nombreux dirigeants ouvriers ou militants des CI ont moins de 25 ans (c’est le cas par exemple d’Armando Cruces, président du Cordon Vicuña Mackenna ou encore de Santos Romeo du Cordon Cerrillos). Edmundo Jiles, également syndicaliste à Cerrillos, tient tout de même à relativiser : « La majorité d’entre nous, nous étions jeunes mais les plus anciens étaient ceux qui savaient livrer leur expérience, leur sagesse afin, de temps en temps, de faire baisser le niveau d’adrénaline et modérer un peu les actions9. »

  • 10 Cruz Salas L., op. cit., p. 388.
  • 11 Samaniego A., Les stratégies syndicales de la CUT…, op. cit., (...)
  • 12 Roxborough Ian, « La clase trabajadora urbana y el movimiento obrero desde 1930 », (...)
  • 13 Entretiens réalisés à Santiago, les 1er et 14 mai 2002.
  • 14 Auyero J., « L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », (...)

24La dynamique collective induite par ces jeunes salariés transforme les relations capital-travail de ces espaces de la ville. Selon Luís Cruz Salas, « cette main-d’œuvre est constituée, en général, par des travailleurs jeunes, ayant un niveau scolaire supérieur à leurs prédécesseurs et, avec une expérience de vie urbaine de longue date. Ce sont ces travailleurs qui développent les luttes les plus radicales à partir de 1967 et qui, en 1972, se trouvent à la tête des “Cordons industriels”10 ». Si Augusto Samaniego est aussi d’accord pour noter une rupture générationnelle dans la manière de « faire du syndicalisme », il l’attribue davantage à la main-d’œuvre récemment arrivée en ville. Ces salariés n’ayant pas des pratiques aussi institutionnalisées que la classe ouvrière installée depuis plus longtemps11. Il s’agit d’ailleurs d’un phénomène commun à tous les grands pays de l’Amérique latine12. Mario Olivares ou Carlos Mújica sont des exemples type de cette nouvelle force de travail qui se radicalise dans les années 1960-1970. Obligés d’entrer à l’usine dès l’âge de 18 ou 20 ans, ils cherchent parallèlement à acquérir une formation politico-syndicale, et parfois un certain niveau scolaire13. La construction identitaire des ouvriers des CI s’effectue dans leurs lieux de vie, de sociabilité et de travail, souvent situés en périphérie urbaine et proches les uns les autres : dans ces espaces-routine, entendus comme « les structures spatiales ordinaires de la vie quotidienne » par Javier Auyero14.

  • 15 Gould R., Insurgent Identities : Class, Community and Protest in Paris from 184 (...)
  • 16 Verret M., L’espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 217.
  • 17 Salazar G., Pinto J., Historia contemporánea de Chile, op. cit., (...)

25En faisant un parallèle avec les mécanismes décrits par Robert Gould à propos du Paris révolutionnaire, cette construction est aussi celle de l’accumulation d’expériences quotidiennes qui favorisent, dans ces lieux, l’émergence « d’identités insurrectionnelles » à la faveur des grandes mobilisations durant l’UP15. On assiste au marquage de l’espace de la ville : « Aux espaces de la classe dominante, opposer les contre espaces de la classe dominée : les stratégies politiques de classe dans les espaces urbains ne se comprennent que par leur rapport à ces stratégies de classes dans l’espace productif. C’est à partir de l’usine que la classe investit la ville, quitte à réinvestir l’usine à partir d’elle16. » Gabriel Salazar et Julio Pinto expliquent, en l’intégrant dans le temps long, cette formation de « la conscience de classe et de l’orgueil ouvrier » au Chili. Ils rappellent qu’au contraire de ce qu’avaient prévu les secteurs conservateurs, la famille et le lieu de résidence ouvriers, situés à proximité du lieu de travail – bien loin de favoriser la modération politique – participent activement de cette « auto-affirmation identitaire17 ». De plus, les espaces urbains où vont se développer ces expériences sont aussi ceux d’autres secteurs populaires, permettant de possibles diffusions des luttes d’un site social en conflit à l’autre. On peut dégager clairement trois agents principaux qui sont à la base des différentes formes de mobilisations durant l’UP :

  1. La classe ouvrière organisée de la grande industrie : souvent intégrée à l’APS, bien encadrée par la CUT et davantage impliquée dans les essais de participation institutionnalisée impulsés par le gouvernement, mais avec – néanmoins – une fraction d’entre elle, notamment la nouvelle génération de militants syndicaux, qui est investie dans la direction des Cordons industriels.

  2. La classe ouvrière des petites et moyennes entreprises : souvent moins encadrée par la CUT, moins organisée, elle est peu considérée dans le projet de participation du gouvernement. À la faveur des mobilisations collectives, elle est davantage réceptive aux positions des secteurs « rupturistes », à l’expérience des CI et aux formes novatrices de pouvoir populaire constituant.

  3. Le mouvement pobladores : là, on trouve une grande diversité de positionnements suivant le niveau de revenu, la place dans l’espace urbain, l’arrivée récente ou non en ville, la filiation partisane, etc. S’y côtoient les familles ouvrières, la petite-bourgeoisie urbaine, les travailleurs temporaires, les chômeurs des campements. Ce sont certaines fractions organisées des pobladores, souvent autour des revendications du logement et du ravitaillement, notamment dans les campements issus d’une occupation de terrain combative, qui s’avèrent être très actifs dans les tentatives de mise en application du pouvoir populaire (exemple de Nueva La Habana).

  • 18 Verret M., L’espace ouvrier, op. cit., p. 207-222.

26À ces trois éléments, viennent se greffer parfois la présence paysanne, pour les communes possédant encore des parties rurales, ainsi que de nombreux étudiants et certaines fractions des couches moyennes aisées. Cette diversité des agents mobilisés explique que l’on retrouve dans l’expérience chilienne certaines « combinaisons culturelles de classe » dans un espace urbain très délimité18. Celles-ci sont donc dépendantes d’une écologie localisée, des caractéristiques propres de chaque ensemble de quartier et offrent à ce mouvement social une polysémie, qui se retrouve dans la diversité de ces mobilisations et ce jusque dans une acceptation parfois différenciée de la notion même de pouvoir populaire. À ce sujet, les cartes dévoilent l’enchevêtrement de différents espaces sociaux : ouvriers, pobladores et ceux des campements, sans que l’on puise pour autant conclure à une véritable conjonction (voir les cartes 2 et 3).

Carte 3 – Campamentos et espace industriel à Santiago – 1973.

Carte 3 – Campamentos et espace           industriel à Santiago – 1973.

Adapté de : Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., « Comandos urbanos... », op. cit., p. 148-187.

  • 19 Najman M., Le Chili est proche. op. cit., p. 21.
  • 20 Voir également les réflexions de Sandra Castillo sur la territorialité et les « (...)
  • 21 Rojas J., Rodríguez C., Fernández M., Cristaleros, op. cit.
  • 22 Stillermann J., From solidarity to survival, op. cit.
  • 23 Thompson E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, op. cit.
  • 24 Auyero J., « L’espace des luttes », op. cit.

27Au niveau du grand Santiago, l’exode rural et l’explosion de la population des communes périphériques, qui passent de 39,6 % du total de la capitale en 1940 à 82,1 % en 1970, participe activement à la construction de cette polyphonie sociale. Ce type d’urbanisation linéaire (mais déséquilibrée), autour de grands axes favorise in fine une structuration de la ville qui a facilité le passage du Cordon pour soi au Cordon en soi : « au-delà d’un noyau administratif, les villes chiliennes sont entourées par des hectares de poblaciones, souvent construites, en partie, par leurs habitants. Ces aspects de la vie urbaine développent un type de relation sociale favorisant “la démocratie directe”19 ». Une telle description doit cependant être largement relativisée puisque c’est toujours l’État qui a eu le dernier mot dans la planification urbaine et qu’il a su garder un contrôle certain sur ces périphéries populaires. À partir des années 1940, c’est d’ailleurs l’État qui favorise l’édification des poblaciones ouvrières autour des grandes concentrations industrielles. Ce qui est sûr, c’est que la relation entre une population ouvrière jeune, le dynamisme du mouvement pobladores et les liens qui s’établissent entre le lieu de production et l’espace de vie (souvent proche), fournissent le « carburant » à cette révolte qui gronde au sein de certains Cordons industriels20. Jorge Rojas, Cinthia Toledo et Moisés Fernández ont bien montré comment se crée une telle interconnexion, en ce qui concerne les salariés des usines Cristalerias Chile au sein de la población Chile, quartier ouvrier monté de toutes pièces afin de stabiliser la force de travail21. C’est aussi le cas autour de la « forteresse » ouvrière que constitue Madeco, au niveau du CI Santa Rosa22. Dans l’espace urbain, il existe ainsi une relation dialectique potentielle entre l’univers industriel et l’univers pobladores et ce cocktail socioculturel alimente les mouvements protestataires. Pratiques quotidiennes, vie commune dans les quartiers, travail collectif, valeurs culturelles : c’est toute une « économie morale » (selon les termes de Edward P. Thompson)23 qui forge ainsi une topographie complexe du pouvoir populaire. En bref, nous retrouvons là une double dimension, structurée et structurante, qui facilite la constitution d’espaces des luttes : « L’espace et le lieu déterminent, tout en les favorisant, l’émergence des mouvements de contestation ; en retour, ceux-ci contribuent à actualiser les potentiels qu’offre l’espace tout en le restructurant24. »

Territoires mobilisés et répertoires d’action

  • 25 Giusti J., « La formación de las poblaciones en Santiago », Revista Latinoamericana de (...)

28De nombreux campamentos et poblaciones suivent les grands axes routiers de Santiago, qui sont aussi des réseaux structurants de l’espace industriel et de l’espace de vie ouvrier (voir cartes). La répartition des campements s’interpénètre également, en partie, avec la linéarité des ceintures industrielles et de certaines poblaciones construites par l’État25. Il y a une forte concentration tant des campements, comme des industries dans la zone ouest de la capitale, en particulier nord-ouest. Mais si le CI Cerrillos se situe bien dans la partie ouest de la ville, les deux expériences d’organisation majeures que sont le CI Vicuña Mackenna et le campement Nueva La Habana se trouvent éloignées des plus fortes concentrations industrielles, dans une zone de quartiers populaires (La Florida) où se trouvent aussi de nombreuses poblaciones : d’où des relations et aides mutuelles entre le Cordon, le campamento et la population environnante. À chaque fois la relation à l’espace physique et symbolique est essentielle, une donnée mise en lumière par plusieurs recherches sur l’action collective dans d’autres pays :

  • 26 Colloque « S’engager dans les espaces publics : participation politique et enga (...)

« Les espaces publics de participation et de mobilisation prennent existence dans une organisation physique des lieux de l’action collective, qui peut relever de mises en scène, et qui repose le plus souvent sur la mobilisation de symboles. À travers eux, les représentations mentales des lieux, leur perception par les différents acteurs, en disent long sur le sens donné à l’action collective, mais aussi sur sa portée, sur les processus d’identification collective26. »

  • 27 Trumper C. D., A ganar la calle. The politics of public space and pub (...)

29Du fait même de l’importance de la topographie urbaine des Cordons, ces formes de réappropriation individuelles et collectives de l’espace physique sont essentielles. Nous avons vu que cette topographie possède des caractéristiques qui varient d’un CI à l’autre et suivant les entreprises et secteurs sociaux qu’ils comportent. Pourtant, plus généralement, se dessine une géographie du pouvoir populaire qui permet de former les frontières physiques, mais aussi mentales et idéologiques du mouvement. Des frontières inscrites dans le paysage urbain et jouant de sa configuration, qui forment une opposition entre eux et nous dans l’espace de la capitale. De part et d’autre, se déploient des « politiques de l’espace public » et une volonté de « gagner la rue », comme le montre Camilo Daniel Trumper. Aussi bien les opposants au processus révolutionnaire que ses partisans, cherchent à redessiner l’espace de la ville afin d’occuper et contrôler ces territoires en fonction de leurs objectifs politiques, et ceci particulièrement à partir d’octobre 197227.

  • 28 De plus, le CI aurait pu menacer le bon fonctionnement de l’aéroport privé de c (...)
  • 29 El Mercurio, 24 juillet 1973.
  • 30 Periódico Universitario, n° 2, septembre 1973.
  • 31 Pinochet A., El día decisivo, op. cit., p. 57-58.

30Et s’il est une question qui a préoccupé l’opposition et plus largement la bourgeoisie, c’est précisément cette dimension territoriale. Cette sensation que les périphéries où vivent les « pauvres de la ville » sont sur le point de conquérir – dans le sens littéral du terme – des espaces urbains jusque-là réservés aux classes dominantes et aux couches supérieures de la petite-bourgeoisie se fait de plus en plus pressante. À Santiago, l’hypercentre (lieu du pouvoir institutionnel et économique), mais aussi le barrio alto sont souvent présentés par la presse d’opposition, comme les proies faciles d’un dangereux pouvoir populaire, prêt à déferler sur la capitale. En effet, les quartiers populaires se distinguent clairement du Nord-est de la capitale, réservé aux couches sociales aisées. De fait, des quartiers riches tels que Las Condes et Vitacura n’ont pas connu, de visu, le développement de ces coordinations ouvrières ou des campements autogérés. Pourtant, leurs habitants tremblent face à la perspective de voir un jour les Cordons remettre en cause leurs privilèges. Ainsi, lorsque les journaux annoncent, en août 1973, l’apparition imminente du CI Manquehue, la droite se montre très préoccupée puisque ce CI – qui n’a pas eu l’opportunité de se développer – est situé à proximité de la commune de Las Condes28. Plus largement, en réponse à la dynamique du pouvoir populaire urbain, c’est une véritable psychose de l’encerclement qui est alimentée par l’opposition et croît, peu à peu, au sein de l’oligarchie chilienne et d’une partie importante des couches moyennes. Il est intéressant de noter que les classes dominantes ont eu pleinement conscience de cette dimension spatiale du mouvement révolutionnaire. El Mercurio note que « les bases d’opération du marxisme sont appuyées par des campements situés stratégiquement sur les côtés d’importantes artères stratégiques, comme celles qui conduisent à Puente Alto, San Bernardo, Melipilla, Las Condes, Kennedy, Américo Vespucio, Vitacura, Vivaceta et Matucana, en plus de l’appui des travailleurs gauchistes de la construction29 ». Et selon un journal étudiant de l’Université du Chili, lié à l’opposition, il ne fait pas de doute que les CI « ont une capacité d’action dans le centre de la ville, pouvant ainsi la diviser en différents secteurs en cas de guerre civile30 ». Cette peur de l’encerclement gagne également les officiers. « Au quartier général du Commandement de la garnison – se rappelle Augusto Pinochet – nous placions sur des cartes les nouvelles poblaciones qu’installaient les pobladores et les chômeurs, qui – guidés par des leaders marxistes – formaient autour de Santiago un Cordon qui grandissait tous les jours31. » Un coup d’œil jeté sur les cartes pourrait suggérer que cet encerclement a bel et bien été une réalité. Pourtant, leur imposante présence dans l’espace urbain et dans l’espace social n’a aucunement signifié – d’une manière mécanique – qu’ils aient incarné une force de double pouvoir constituant. Dans les faits, nous sommes face à des germes de pouvoir populaire qui ont eu de nombreuses difficultés à mettre en commun leur énergie collective. Ceci, malgré leur présence non négligeable dans l’espace de la capitale, mais aussi à l’échelle nationale (voir cartes à ce propos).

  • 32 Tilly C., From mobilization to revolution, Reading – Massachusetts, A (...)
  • 33 Tilly C., Tarrow S., Politique(s)s du conflits, op. cit., p (...)
  • 34 Tilly C., La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986
  • 35 Fillieule O., Stratégies de la rue : manifestations en France, Paris, (...)
  • 36 Comisión política del MAPU, « Técnicas de acción de masas », Documento de estri (...)

31Après avoir envisagé les diverses coordinations de pouvoir populaire, étudié leur topographie, est-il possible de faire un résumé des modes d’actions de ces organismes et des voies choisies pour leur mobilisation collective ? À ce propos, la notion de « répertoires du conflit » élaborée par Charles Tilly reste utile pour marquer la diversité de la palette des formes protestataires, tout en insistant sur le fait qu’elles sont le produit d’une lente construction historique32. Le répertoire est alors entendu comme un ensemble de représentations et modes de mobilisations qui s’offrent à un moment donné à un ensemble d’agents mobilisés : des répertoires souvent hérités mais qui peuvent aussi être inventés durant la campagne du mouvement social33. Chaque répertoire est plus ou moins codifié, et inégalement accessible selon l’identité et l’histoire du groupe mobilisé. En ce qui concerne la dynamique du pouvoir populaire, nous pouvons avancer qu’elle s’inscrit largement dans un répertoire d’action typique de l’ère du capitalisme industriel : le « modèle national autonome de l’action collective34 ». En effet, dans le récital des mobilisations qui nous intéresse ici, se retrouve la plupart des outils collectifs traditionnels d’une classe ouvrière moderne et organisée : assemblées syndicales, manifestations, grèves, occupations d’usines, pétitions, blocages de routes, contrôle ouvrier… L’outil de la grève s’articule avec d’autres types d’actions collectives, là encore très liées à l’occupation d’un territoire. Parmi celles-ci, se détachent les diverses « stratégies de rue » protestataires : manifestations, défilés et barricades. L’objectif est d’interpeller directement le champ politique par « une occupation momentanée par plusieurs personnes d’un lieu ouvert, public ou privé et qui comporte directement ou indirectement l’expression d’opinions politiques » (ainsi que l’a défini le chercheur Olivier Fillieule)35. Mais il y a aussi d’autres pratiques privilégiées du pouvoir populaire, telles l’occupation d’usines (avec parfois maintien de la production) ou celle de bâtiments publics, les assemblées des Cordons industriels ou encore l’investissement militant dans diverses formes de ravitaillement direct. Il existe ainsi plusieurs gammes jouées par le pouvoir populaire urbain au Chili. La documentation interne des organisations de gauche rappelle l’importance, pour ces dernières, de chercher à garder la direction de telles mobilisations et de les contrôler. Ainsi, la commission politique du MAPU définit – dans le détail – quel doit être le comportement individuel et collectif de ses militants pour toute « technique d’action de masse36 ».

  • 37 Verret M., L’espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 217-218.

32On l’a expliqué à propos du CI Cerrillos : c’est souvent la commune qui est l’espace privilégié de ce type de mobilisations, car elle semble représenter une échelle adaptée, qui dépasse le niveau trop restreint de l’usine ou du quartier, pour servir de tremplin afin d’atteindre un écho politique national. Cet ancrage local est perceptible depuis l’aube du mouvement ouvrier. Et il ne s’agit pas là encore d’une spécificité chilienne. À propos de la France, Michel Verret note : « L’espace communal, qui fut pour la bourgeoisie le premier espace politique autonomisé de la domination féodale, devint ainsi pour la classe ouvrière, rarement d’abord, plus souvent ensuite, le premier espace d’autonomisation politique à l’égard de la bourgeoisie37. » Bien entendu dans chacune de ses déclinaisons, le répertoire de l’action collective du pouvoir populaire urbain est soumis à des remises en questions et des évaluations. On a vu que la décision d’occuper une usine ne fait pas toujours consensus. Par contre, lorsqu’une action porte ses fruits, elle tend à se généraliser dans un mécanisme classique de diffusion et d’émulation du site du conflit à l’autre.

  • 38 « Parce qu’ils sont porteurs de sens, certains lieux peuvent être tout autant l (...)
  • 39 Comisión política del MAPU, « Técnicas de acción de masas », op. cit.
  • 40 Clarín, 20 juillet 1973.

33Le lieu de travail reste un lieu stratégique. Il permet de bloquer l’économie, de prendre le contrôle de l’unité de production, d’affronter directement le patronat, mais il incarne également un espace-attribut porteur de sens38. La toma a été l’une des formes d’actions collectives les plus significatives du pouvoir populaire. Ces occupations peuvent se traduire par une occupation « passive » en l’attente du passage à l’APS, jusqu’à des essais de contrôle de la production et d’autodéfense du lieu par les salariés. Et bien souvent, les travailleurs orneront fièrement la devanture de l’entreprise la déclarant « territoire libéré » ou encore comme dans le cas de la textile Yarur : « territoire libre d’exploitation » (voir illustration 4). L’usage des barricades est également largement pratiqué, les agents mobilisés mettant à profit leur situation géographique : placés sur des artères principales de la ville, distribués le long des grands axes et contrôlant les voies d’accès à la capitale (notamment depuis le port de Valparaiso), ce répertoire est aussi idéal pour continuer à marquer un territoire sur le plan symbolique (voir l’illustration 16a d’une barricade du CI V. Mackenna). « Les barricades sont des protections légères, de construction rapide, qui interrompent toute la circulation d’une rue […]. Grâce à la manière avec laquelle elles désorganisent la circulation des véhicules en ville, elles augmentent l’impact d’autres actions, spécialement celle des marches collectives39. » Son efficacité redoutable fait des émules au sein de tous les CI. En juillet 1973, et après l’obtention de plusieurs nationalisations d’entreprises occupées, un manifestant témoigne : « Sur les visages, il y avait un mélange de satisfaction et de méfiance. On commentait : la méthode de la barricade est peut-être vieille… mais elle donne toujours des résultats40 ! »

Illustration 4 – Devanture de l’usine textile Yarur, déclarée « territoire libre d’exploitation ».

Illustration 4 – Devanture de l’usine textile           Yarur, déclarée « territoire libre d’exploitation ».

P. Winn, Weavers of revolution, op. cit., p. 210.

lllustration 16a – Barricades déclarant le CI V. Mackenna « territoire des travailleurs » (juillet 1973).

lllustration 16a – Barricades déclarant le CI           V. Mackenna « territoire des travailleurs » (juillet 1973).

La Aurora de Chile, Santiago, n° 34, 2 août 1973.

  • 41 Comisión política del MAPU, « Técnicas de acción de masas », op. cit.
  • 42 Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, (...)

34Autre répertoire : la manifestation. Elle est aussi considérée par les militants comme « la plus dynamique des actions de rue et celle au plus fort impact du fait de sa mobilité et de la manière avec laquelle elle interfère dans la vie de la cité41 ». Elle est envisagée pour diffuser des mots d’ordres politiques dans toute la ville et démontrer sa force. Les CI utilisent régulièrement ce mode de mobilisation afin d’envahir le centre-ville de leurs banderoles (voir l’illutration 16b d’une manifestation du CI Cerrillos dans le cahier central). À chaque fois, plusieurs facteurs sont considérés par les organisateurs, dont le premier reste de regrouper le nombre maximum de personnes. D’après des calculs effectués sur la base d’un dépouillement exhaustif du journal El Mercurio, ce sont les ouvriers des CI et les pobladores qui, progressivement, deviennent les agents de premier plan des stratégies de rue de la gauche. Ceci avec plus de force que les directions des partis de l’UP, de l’extrême gauche ou de la CUT : entre avril 1972 et septembre 1973, 52 % des manifestations naissent de l’initiative des ouvriers des Cordons industriels ou des pobladores42. Ces statistiques soulignent le dynamisme du répertoire d’actions collectives du pouvoir populaire. Les dirigeants des CI tiennent d’ailleurs à ce que ces manifestations soient bien ordonnées et compactes, éventuellement avec en avant-garde des militants armés de bâtons. La plupart du temps, le nom du CI et les revendications du pouvoir populaire sont clairement identifiés au moyen de drapeaux, affiches, banderoles, foulards… Les instructions du MAPU sont en ce sens extrêmement précises : élection d’une équipe d’encadrement de la manifestation, formation à adopter pendant le défilé suivant le contexte politique, position des drapeaux durant la marche, etc.

  • 43 Salazar G., Violencia política popular en las « grandes alamedas », op. cit., (...)
  • 44 Nous renvoyons ici à la notion « d’espace approprié » de Lefebvre (La Production de l’esp (...)

35À chaque fois, l’occupation politique et symbolique du territoire est envisagée comme un objectif central de la mobilisation et est située au centre du répertoire de ces « violences politiques populaires », analysées sur le temps long par Gabriel Salazar43. L’originalité des Cordons se situe d’ailleurs précisément dans leur dimension horizontale et territoriale, en tant que coordinations d’entreprise à entreprise, de syndicat à syndicat d’un espace donné. Ceci à tel point qu’au sein de ces espaces de luttes se configurent ce que nous nommerons territoires mobilisés puis appropriés, c’est-à-dire des espaces non plus seulement de luttes mais en lutte, où la mobilisation de la classe ouvrière se fait par et pour le territoire44. Cette appropriation « par en bas » apparaît clairement au travers des diverses actions mises en place dans ces territoires : non seulement dans le domaine productif, dans les stratégies de rues utilisées, mais aussi dans le champ culturel (fêtes populaires, festivals dans les usines, théâtres dans les campements, etc.) ou encore par les essais de ravitaillement autogéré qui envahissent certaines places. La spécialisation des espaces des périphéries industrielles de la ville (ces « espaces morts » selon Lefebvre) est alors partiellement remise en cause par une réappropriation spatiale issue de mobilisations collectives radicales : le territoire approprié est ainsi au centre du mouvement révolutionnaire.

36Dans le tableau suivant, nous tentons d’établir un bilan des principaux répertoires du pouvoir populaire :

Tableau n° 7 : Répertoires d’action collective du pouvoir populaire urbain.

Champ d’intervention

Formes d’actions collectives choisies

Quelques exemples concrets

Sphère productive

– Appels à la Grève

– Occupations d’usines

– Tentatives de contrôle ouvrier

– Grèves en faveur de l’extension de l’APS

– Appel à une participation réelle dans les entreprises publiques

– Occupation d’usine et maintien de la production sous contrôle ouvrier durant octobre 1972 et juin 1973

– Mobilisation des CI en appui aux usines en conflits sur les salaires ou en faveur d’une intégration à l’APS

– Création de comités de surveillance contre le boycott patronal

– Création de brigades d’autodéfense des lieux de production

– Réquisition de véhicules, afin de transporter les travailleurs ou d’assurer l’arrivée des matières premières

Sphère de la distribution et de la consommation

– Réquisitions

– Ravitaillement direct

– Marchés populaires

– Réquisition de véhicules et organisation de convois, afin d’assurer le transport des produits de première nécessité

– Organisation de vente directe de produits issus de l’APS ou de denrées issues de conseils paysans

– Surveillance des routes et des commerces

– Contrôle de la DINAC par les CI et les JAP

– Réquisition de supermarchés sous contrôle des pobladores et ouverture de commerces fermés, en collaboration avec les JAP

– Réquisition de camions de combustible

– Ouverture des cantines, cliniques et lieux de repos des principales usines aux familles ouvrières

Champ politique, institutionnel et partisan

– Manifestations

– Occupations d’usines et de bâtiments publics

– Blocages de routes

– Défilés massifs organisés par les CI depuis les périphéries urbaines vers le centre-ville, organisés en rangs et armés de bâtons ou autres

– Mise en place de piquets de grèves et de barricades sur des artères stratégiques, blocage de communes entières

– Occupation d’usines afin d’obliger le gouvernement à nationaliser et nommer un administrateur

– Occupation de ministères, d’administrations par des militants, ouvriers ou des pobladores

Sphère idéologique, débats au sein du mouvement social, critiques au gouvernement

– Assemblées

– Pétitions

– Forums

– Généralisation de la consigne « Crear, crear, poder popular », banderoles et agitation des mots d’ordres des CI dans la rue

– Organisation d’assemblées des CI et envois de délégués d’usines

– Participation de militants politiques favorables au pouvoir populaire à divers forums publics

– Invitation des dirigeants politiques nationaux à débattre au sein des CI et des CC

– Lettres publiques et pétitions au gouvernement

Champ culturel et médiatique

– Développement d’activités culturelles dans les entreprises et quartiers

– Création et mobilisations médiatiques

– Théâtre militant dans les campements

– Festival ouvrier de la chanson

– Création de librairies révolutionnaires dans les usines

– Création d’un début de presse du pouvoir populaire et de correspondants ouvriers

– Intervention dans les médias nationaux

Vers le coup d’État

L’échec de la Coordination des Cordons de Santiago

  • 45 Altamirano C., « Nadie puede negarle al pueblo el derecho a su propia defensa », (...)
  • 46 Cancino H., La problemática del Poder popular…¸ op. cit., p (...)
  • 47 Allende Salvador, « Tercer Mensaje ante el Congreso Nacional », 21 mai 1973 (in (...)

37À la fin juillet, suite aux dernières grandes mobilisations des Cordons industriels et au cours du mois d’août se déroulent les ultimes débats politiques autour de la question du pouvoir populaire. Finalement, c’est l’ensemble du processus de transition au socialisme souhaité par les principaux partis qui est mis en discussion. Ceci dans un contexte de divisions fratricides au sein et entre les organisations de gauche. À ce propos, les élans unitaires du discours de Carlos Altamirano, prononcé le 12 juillet 1973 depuis le Cordon Vicuña Mackenna, apparaissent rétrospectivement comme peu crédibles : « Jamais l’unité socialiste-communiste n’a été plus ferme, ni n’a existé entre les deux partis – avant-garde de la classe ouvrière – une plus grande identité commune d’objectifs45. » Car au moment même de cette déclaration, ces deux formations s’entre-déchirent sur plusieurs questions clefs : participation des militaires, rythme des nationalisations, rôle de la CUT et du pouvoir populaire… Le Parti socialiste lui-même est divisé entre une aile gauche dirigée par des militants tels que Jorge Mac Ginty ou Nicolas García et les « allendistes » tels que Hernán del Canto ou Clodomiro Almeyda qui dominent la commission politique du parti. Le président de la République, s’il n’a pas participé directement aux discussions publiques sur le pouvoir populaire, y fait référence à plusieurs reprises lors des derniers mois de l’UP. À chaque fois, Allende a tenté de montrer l’absence de contradictions entre la stratégie de transition pacifique de la gauche et les tendances à l’auto-organisation qui traversent la société civile. Ainsi que le synthétise l’historien Hugo Cancino, « pour le président Allende, une nouvelle constitution politique devait canaliser et intégrer les nouvelles institutions surgies de la praxis sociale et les rendre complémentaires aux institutions de la démocratie représentative46. » Lors du troisième message présidentiel au Congrès national, fin mai 1973, le chef de l’État met en avant sa vision du pouvoir populaire institutionnalisé. Allende y réitère sa vision d’un nécessaire transfert de pouvoir politique vers les organisations populaires avec, en contrepartie, l’intégration de celles-ci à un nouvel « État populaire », dont on a du mal à percevoir les contours exacts. En s’appuyant sur ce concept de socialisation du pouvoir économique mais aussi politique, il critique « l’ordre bourgeois » qui aurait « perdu sa légitimité aux yeux des travailleurs ». Pour lui, c’est aussi l’occasion d’insister sur le fait que la transformation sociale ne pourra être développée qu’à « l’intérieur du régime institutionnel de l’État et ses normes légales ». Allende reconnaît les multiples tendances à l’exercice de la démocratie directe. Percevant l’importance de la dimension territoriale de la construction du pouvoir populaire, il insiste : celui-ci doit se construire sur la base de la municipalité, tout en étant capable de « rendre possible le contrôle populaire sur les institutions administratives, contribuant ainsi à combattre les obstacles bureaucratiques ». En ce sens, il appelle à la formation au niveau communal « d’un nouveau centre d’organisation, les Commandos communaux, formés par des représentants élus par les organisations communautaires et de travailleurs47 ».

  • 48 Le referendum souvent discuté au sein de la direction de l’UP et destiné à un c (...)
  • 49 Chile Hoy, 27 juillet 1973.
  • 50 Il est possible que cette coordination se confonde avec le CI Matucana-Mapocho, (...)
  • 51 CPCI, « ¡ A no devolver nada, a conquistarlo todo ! », 18 juillet 1973 (Tarea U (...)
  • 52 Tarea Urgente, 27 juillet 1973.
  • 53 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 54 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.
  • 55 Entretien réalisé à Santiago, le 1er mai 2002.
  • 56 Chile Hoy, 3 et 10 août 1973.
  • 57 Chile Hoy, 16 août 1973.
  • 58 Voir l’intervention de Juan Olivares, président miriste du CC Estación Central (...)
  • 59 C’est ce que Edgardo Enríquez (frère de Miguel et membre de la commission polit (...)

38Mais le problème reste qu’une telle approche aurait signifié, d’une part, la possibilité de mettre en place légalement une nouvelle constitution, voire un nouvel État, ce que l’UP n’a pu réaliser, malgré les projets de référendum de septembre 197348. D’autre part, cela nie la possibilité – pourtant essentielle à son dynamisme – que le pouvoir populaire reste autonome du gouvernement. Enfin, il y a une tension évidente entre le discours d’Allende et sa politique d’intégration des militaires au gouvernement ou son appel à rendre une partie des usines occupées après chaque grande crise. Malgré tout, les leaders socialistes des CI ont tenté de donner plus de poids à leurs organisations, sans attendre l’aval du gouvernement. Le 18 juillet 1973 se tient la première réunion de la « Coordination provinciale des Cordons industriels de Santiago » (CPCI)49. Y participent les CI O’Higgins, Vicuña Mackenna, Mapocho-Cordillera, San Joaquín, Cerrillos, Santiago-Centro aux côtés de représentants du MAPU, du MIR et du PS, ainsi qu’un représentant d’un CI jusque-là inconnu, le CI Recoleta (qui a certainement très peu d’influence réelle)50. La première déclaration de cette coordination reprend des revendications maintes fois répétées : refus de restituer les entreprises occupées, contrôle ouvrier de la production et de la distribution, extension du domaine nationalisé, etc.51. Dans la seconde déclaration de la CPCI (reproduite en annexe n° 6), les 7 dirigeants signataires, tous socialistes, cherchent à expliquer leur démarche. Ils se sont constitués – insistent-ils – afin « d’élargir les conquêtes du gouvernement et des travailleurs ». En même temps, ils signifient à l’exécutif qu’ils doivent conserver « l’autonomie nécessaire pour jouer le rôle de chef de file des différents secteurs sociaux alliés au prolétariat dans la lutte pour le socialisme ». Refusant toute idée de parallélisme, ils déclarent reconnaître la CUT en tant « qu’organisation suprême des travailleurs », mais revendiquent une plus libre participation des salariés, « la démocratie ouvrière », et critiquent « la bureaucratie qui s’entête à signer des accords superstructuraux sans tenir compte des masses52 ». Hernán Ortega, élu président de cette Coordination, se souvient : « Chaque Cordon avait sa propre dynamique et sa propre organisation, les commissions de travail étaient plus ou moins similaires et la coordination à Santiago avait pour but de créer une instance qui permette de se coordonner de Cordon à Cordon53. » Pourtant, plusieurs témoignages suggèrent le contraire. Selon T. Inostroza, « la Coordination n’a jamais existé, si une véritable coordination des Cordons avait existé, le coup d’État cela aurait été autre chose54 ». Mario Olivares du CI Vicuña Mackenna évoque lui aussi une CPCI qui n’a fonctionné « que sur le papier » et qui n’aurait pas eu le temps de se mettre en place55. Mis à part quelques rares déclarations publiques, tout semble confirmer cette impression. Les derniers débats autour du pouvoir populaire, dont le second forum organisé par la revue Chile Hoy en août, révèlent que ce sont aussi les dissensions irrésolues de la gauche qui ont contribué à tuer dans l’œuf cette initiative56. Tout d’abord, nous avons vu que la direction socialiste s’est souvent montrée hostile à une autonomie réelle des CI, et ce jusqu’à son aile gauche. Mais ce sont paradoxalement le PC et le MIR qui vont s’opposer avec le plus d’acharnement à cette volonté de coordination. Toujours au nom de la polémique sur le parallélisme syndical, le MIR fini par appuyer les communistes, qui cherchent à empêcher la CPCI. Cet alignement entre deux forces pourtant concurrentes est tel que Galvarino Escorza doit l’admettre avec étonnement57. Obnubilé par la création de Commandos communaux, qui resteront pourtant marginaux sans une meilleure structuration des Cordons, le MIR préfère soutenir les appels à la soumission des CI à la structure bureaucratique de la CUT58. Ce « front commun » PC/MIR affaiblit considérablement la CPCI. Ainsi, le parti de Miguel Enríquez a cherché à restreindre les CI dans leur rôle de simple « organisation syndicale territoriale, en quelque sorte des syndicats de quartier », car les Cordons industriels « ne pouvaient évidemment pas constituer l’organisation politique alternative dont la classe ouvrière avait besoin. Ce rôle ne pouvait être dévolu qu’aux Commandos communaux59 ». Par cette confusion des genres, la gauche extraparlementaire tend ainsi à émousser un peu plus « le tranchant révolutionnaire » (pour reprendre les mots de Maurice Najman) des Cordons.

  • 60 Chile Hoy, n° 63, septembre 1973.
  • 61 MAPU, « Crisis política y lucha contra el enemigo principal », août 1973 (De Fr (...)

39Pour la direction du PC, l’important est de tout faire pour donner de la solidité au nouveau cabinet civilo-militaire, quitte à combattre les franges les plus radicales du mouvement ouvrier. C’est ainsi que ce parti reprend ses virulentes diatribes contre le MIR. El Siglo titre, le 14 août, « L’ultragauche cherche à diviser les travailleurs ». On y apprend que la réaction se délecterait des postulats du MIR en défense d’un « pouvoir populaire parallèle et alternatif au gouvernement » et des « discours incendiaires dont font gala certains dirigeants autoproclamés de quelques Cordons fantômes60 ». La gravité de ces propos amène certains intellectuels à s’émouvoir de telles pratiques sectaires. Martha Harnecker dénonce, dans les colonnes de Chile Hoy, l’attitude communiste et rappelle qu’au contraire, le MIR a été d’accord sous plusieurs aspects avec le PC pour limiter le rôle des CI… À la fin août 1973, l’aile gauche de l’UP ferme elle aussi ses portes au MIR en réaffirmant son ancrage gouvernemental, notant les erreurs d’appréciation de ce mouvement61. Dans ces conditions, on peut dire que les derniers débats au sein du champ partisan sur le pouvoir populaire ont été négatifs du point de vue de la recherche d’alternatives et qu’ils ont freiné les tendances à la coordination des CI.

Le baroud d’honneur du pouvoir populaire

  • 62 « Programa del Comando Comunal de trabajadores de Barrancas », 13 juillet 1973 (...)
  • 63 « Plataforma de lucha del Comando Comunal de Trabajadores Estación Central », 23 (...)
  • 64 CC Estación Central, CC de Barrancas, CC La Florida, Coordinación de los pobladores de Lo (...)

40Durant le dernier mois de l’UP, on assiste à ce que l’on pourrait qualifier de « baroud d’honneur » du pouvoir populaire, en quelque sorte son dernier souffle, celui aussi où affleurent toutes ses contradictions. L’un des enjeux du moment est d’affronter avec succès la nouvelle grève des camionneurs qui étouffe un peu plus une économie déjà gangrenée par l’inflation et le marché noir. Quelques coordinations essayent de continuer à être actives, malgré la démoralisation générale. C’est le cas de certains Commandos communaux (CC). Par exemple, à la fin juillet, le CC de Barrancas publie son programme d’action dans la presse62. Le même jour, le CC Estación Central lui emboîte le pas63. Outre des revendications spécifiques à leur quartier, les idées avancées sont celles émises par le MIR dans le « Manifeste d’août des Commandos communaux » : expropriation des grandes entreprises, contrôle ouvrier dans les autres, contrôle populaire direct sur le ravitaillement, rationnement des produits de base, préparation de brigades d’autodéfense64. Le document reprend aussi l’appel à incorporer les soldats – « frères en uniforme » – à la lutte sociale et la nécessité d’une grève générale pour combattre celle du patronat.

  • 65 De Frente, 7 septembre 1973.
  • 66 El Mercurio, 8 août 1973.
  • 67 CI Centro Osorno, « Conclusiones de la Asamblea del Cordón », 11 août 1973 (De Frente, (...)
  • 68 IC. Testimonio Hernán Méry, 6 septembre 1973.
  • 69 CI El Salto, CI 15 Norte, CI Quilpue, CC Reñaca Alto, CC Nueva Aurora, « A Fort (...)
  • 70 Cordón El Salto, « ¡ No a la represión ! », Valparaíso, 3 août 1973 (Tarea Urgente, (...)

41Au niveau des Cordons industriels, quelques rares actions collectives sont menées à bien. À la fin août, le Cordon Vicuña Mackenna décide de se doter d’un « Front unique de travailleurs » destiné à s’occuper exclusivement des conflits sociaux dans le secteur65. La direction de ce front est formée des dirigeants de chacune des entreprises concernées et d’un représentant du CI. Face à la nouvelle grève patronale, le CI organise également quelques piquets de surveillance des routes, dont certains déclarent fièrement « l’heure du combat arrivée ». Début août, El Mercurio annonce la formation du Cordon industriel Independencia (de l’avenue du même nom), probablement formé lors d’une réunion à l’hôpital Roberto del Rió, avec la présence de dirigeants de la CUT et « d’éléments de l’extrême gauche66 ». En province également, on peut déceler quelques timides soubresauts du pouvoir populaire. Le Cordon Osorno, à la différence des CI de Santiago, ne semble pas atteint par la même baisse d’activité. Le 10 août, il tire un bilan positif des brigades organisées pour la surveillance des usines contre la grève patronale. La perspective de l’unité ouvrier-paysan et, particulièrement, la solidarité avec les communautés indigènes Mapuche est maintenue, ainsi que plusieurs mesures de ravitaillement direct. L’attitude ouvertement répressive de l’Intendant (militant UP) est de nouveau dénoncée, ainsi que celle des militaires67. Il est même décidé la formation originale d’un « Commando opératif révolutionnaire », composé par les directions régionales du secteur rupturiste de la gauche : essentiellement MAPU, MIR, PS, IC68. Cependant cet espoir qu’aurait pu représenter un front révolutionnaire unitaire en est certainement resté au stade « expérimental » : ni Héctor Vega dans son témoignage, ni la presse n’en font état par la suite. Dans le port de Valparaíso, les CI cherchent à coordonner leurs activités. Une sorte de comité exécutif formé par les Cordons industriels El Salto, 15 Notre et Quilpue et par les Commandos communaux Reñaca Alto et Nueva Aurora est esquissé, avec l’espoir de pouvoir aboutir un jour à une coordination provinciale69. Le 3 août 1973, ce comité organise de nombreux blocages de routes avec la présence de membres de la CUT et le soutien du PS, du MAPU, du MIR et des trotskystes du PSR. Il s’agit de démontrer la force des CI et d’exiger des autorités la réquisition de tous les véhicules des transporteurs en grève. La manifestation se solde par de nombreuses arrestations et la direction de la CUT locale se désolidarise de l’événement allant jusqu’à insinuer qu’elle aurait été organisée par « l’ultragauche » et des éléments « infiltrés de la droite70 ».

  • 71 MIR, « A combatir el paro patronal », 18 août 1973 (Clarín, 19 août 1973).
  • 72 Insunza J. (PC), « Ganar la mayoría para derrotar el golpe y impedir la guerra (...)
  • 73 Tarea Urgente, 22 août 1973.
  • 74 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973 et Tarea Urgente, 3 juillet 1973.
  • 75 Poder Popular, août 1973.
  • 76 De Frente, 24 août 1973.
  • 77 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre, op. cit., (...)
  • 78 Cruces A., presidente del Cordón Vicuña Mackenna, « Habla la revolución chilena (...)
  • 79 De Frente, 10 août 1973.

42Finalement, à part quelques foyers de révoltes vite éteints, c’est la démobilisation qui gagne du terrain à grandes enjambées. D’autant plus que la division de la gauche paraît désormais irréversible. Le MIR appelle la classe ouvrière à la grève générale et « à exiger du gouvernement de pleines garanties afin que les travailleurs entreprennent par eux-mêmes la lutte ouverte contre la grève patronale » au travers des Commandos communaux71. Le PC lui répond en l’accusant d’appartenir à ces « tendances extrémistes du révolutionnarisme petit-bourgeois, de l’ultra gauchisme, facteur qui a aidé objectivement les réactionnaires » et fragiliserait l’alliance de l’UP avec les militaires « légalistes72 ». Les doutes, la désorientation ont désormais envahi les fractions les plus militantes et organisées du mouvement ouvrier. Lors d’une réunion de la Coordination des CI de Santiago (mi-août à Cobre Cerrillos), cette situation est patente73. Depuis le mois de juillet, les dirigeants des CI constatent que leurs discours sont en déconnexion complète avec leurs bases74. Selon un dirigeant syndical, en août 1973, la direction du Cordon Cerrillos reste impulsée par une poignée de cinq entreprises seulement, alors qu’elle prétend en représenter 20075. La revue du MAPU, De Frente, s’interroge : « Que se passe-t-il dans les Cordons76 ? » Mais le point de non-retour semble franchi. Selon l’historien Luís Corvalán Márquez, dès la mi-août 1973, la gauche est déjà défaite et la contre-révolution en marche77. Les militants les plus conscients du désastre à venir lancent de terribles diatribes contre le gouvernement et cherchent des explications. En vain… Ainsi, quelques semaines avant le coup d’État, Armando Cruces déclare pour la presse révolutionnaire argentine : « Le camarade Allende, président de la République, réformiste, militant de mon Parti socialiste, transige avec l’ennemi à tout moment. Il y a de nombreuses vacillations. De plus, le PC a démontré qu’il était entièrement pour la “paix sociale” au Chili, et en cela il a entraîné le président de la République lui-même78. » Se rappelant peut-être des mises en garde du vieux Clotario Blest, certains ouvriers réclament à cor et à cri aux Cordons de mettre fin à leur dépendance envers le gouvernement79. Mais si ces appels à une indépendance de classe du pouvoir populaire ont existé, c’est de manière isolée et non en tant que tendance structurée.

  • 80 Quiroga P., Compañeros. op. cit., p. 137.
  • 81 Entretien avec Carmen Silva, réalisé à Santiago, 20 novembre 2001.

43Le 4 septembre, à l’occasion du troisième anniversaire du gouvernement populaire, c’est pourtant une véritable marée humaine qui envahit la capitale pour venir saluer Allende. Ce dernier, perché sur le balcon de la Moneda, voit défiler pendant plus de deux heures : 700 000, peut-être 800 000 personnes, qui lui crient « ¡ Mano dura, presidente80 ! » Il s’agit de l’une des plus grandes manifestations de gauche de toute l’histoire chilienne. Pourtant, pendant ce temps, l’aviation continue ses perquisitions, privilégiant une attitude ouvertement provocatrice : Mademsa, Madeco et Rittig sont prises d’assaut. C’est notamment ce que dénonce la Coordination des CI de Santiago le lendemain dans une longue lettre adressée au président de la République. Ce document historique – qui aurait été rédigé par Carmen Silva et Carlos Altamirano et ensuite approuvé par les CI81 – est une analyse tragique de ces mille jours. C’est aussi la dernière déclaration officielle des Cordons industriels (reproduite en annexe n° 7) :

« Avant nous avions la crainte que le processus de passage au socialisme soit en train de céder pour arriver à un gouvernement de centre, réformiste, démocrate-bourgeois qui tendait à démobiliser les masses ou les poussait à des actions insurrectionnelles de type anarchique, par instinct de conservation. Mais désormais, en analysant les derniers événements, notre crainte n’est plus celle-là ; maintenant nous avons la conviction que nous sommes sur une pente qui nous conduira inévitablement au fascisme […]. Nous exigeons, camarade Président, que vous preniez la tête de cette véritable armée sans armes. »

44Après avoir rappelé à Allende ses engagements non tenus, la répression des marins de Valparaíso ou des usines des Cordons, la lettre se conclut : « Nous vous faisons cet appel urgent camarade-président, parce que nous croyons que ceci est la dernière chance d’empêcher ensemble la perte de milliers et milliers de vies, des meilleurs éléments de la classe ouvrière chilienne et latino-américaine. » Ce document reste aujourd’hui un symbole de l’histoire du pouvoir populaire : à la fois très critique et sur la défensive, revendiquant l’application intégrale du programme de l’UP, ses auteurs s’en remettent finalement à S. Allende et au gouvernement pour sauver le processus, tout en lui attribuant toute la responsabilité d’une éventuelle « destruction et décapitation » du mouvement révolutionnaire…

  • 82 Voir à ce propos les mémoires du dirigeant communiste, Orlando Millas (Memorias (...)
  • 83 La Nación, 10 septembre 1973.

45Quelques jours plus tard, le PC et Allende envisagent toujours un moyen d’appeler à un référendum, négocié avec la DC, et dont les termes puissent être acceptés par E. Frei. Le 9 août, le PS organise son dernier grand meeting. C. Altamirano prononce ce jour-là un discours radical, parfois montré du doigt – de manière erronée – comme l’un des déclencheurs du coup d’État et très mal accueilli par la gauche modérée82. Le secrétaire général socialiste y reconnaît explicitement avoir des contacts avec les marins de gauche et rejette toute conciliation avec la DC. Selon lui, en cas de putsch, le Chili se transformera immanquablement en un « Vietnam héroïque » : « Un coup d’État réactionnaire s’écrase avec la force des travailleurs, avec les organisations de nos ouvriers, avec les Commandos communaux, avec les Cordons industriels83 ! » Alain Touraine note alors dans son journal sociologique :

  • 84 Touraine A., Vie et mort du Chili populaire, op. cit., p. 204.

« Je sais qu’il sera difficile, à ceux qui n’ont pas vécu au Chili les semaines qui ont précédé le coup d’État, de comprendre ces pages. Comment admettre dira-t-on, que les acteurs principaux de la gauche aient pu être aveugles à ce point ? Il faut pourtant l’admettre : à la veille du coup d’État, le Parti communiste continuait à rechercher le dialogue et le Parti socialiste exprimait sa volonté révolutionnaire, mais ne se préparait guère à l’action contre-révolutionnaire84. »

Notes

1 Hmed C., « Espace géographique et mouvements sociaux », in Dictionnaire des mouvements sociaux, op. cit., p. 220-227. Sur les mobilisations actuelles, consulter le dossier : Merklen D., Pleyers G. (coord.), « Mouvements sociaux et espaces locaux », Cahiers des Amériques latines, n° 66, IHEAL, 2011.

2 Sinigaglia J., « Les (dé-/re-)territorialisations de la lutte : occupations de l’espace et travail de la signification dans le mouvement des intermittents du spectacle (2003-2006) », colloque international « Espaces de vie, espaces-enjeux. Entre investissements ordinaires et mobilisations politiques », université Rennes 2 et IEP de Rennes, 5 et 7 novembre 2008.

3 Tilly C., « Spaces of contention », Mobilization, Berkeley, 5 (2), 2000, p. 135-159 ; Martin D. et Miller B., « Space and contentious politics », Mobilization, Berkeley, 8 (2), 2003, p. 143-156.

4 Bourdieu P., « Effets de lieu » in La misère du monde, Paris, Points, 1993, p. 249-262.

5 Castells M., La question urbaine, Paris, F. Maspero, 1972 et Luttes urbaines, Paris, F. Maspero, 1975.

6 Lefebvre H., La Production de l’espace, Paris, Éditions Anthropos, 1974.

7 Tilly C., Shorter E., « Les vagues de grèves en France – 1890-1968 », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, vol. 28, n° 4, 1973, p. 857-887.

8 Elizaga J., Migraciones a las áreas metropolitanas, Santiago, sans date (cité par Samaniego A., Les stratégies syndicales de la CUT…, op. cit., p. 451).

9 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

10 Cruz Salas L., op. cit., p. 388.

11 Samaniego A., Les stratégies syndicales de la CUT…, op. cit., p. 451.

12 Roxborough Ian, « La clase trabajadora urbana y el movimiento obrero desde 1930 », Historia de América Latina : política y sociedad des 1930, Barcelona, Cambridge University Press/Critica, 1997, t. XII, p. 132-192.

13 Entretiens réalisés à Santiago, les 1er et 14 mai 2002.

14 Auyero J., « L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 160, 2005, p. 122-132.

15 Gould R., Insurgent Identities : Class, Community and Protest in Paris from 1848 to the Commune, Chicago, University of Chicago Press, 1995.

16 Verret M., L’espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 217.

17 Salazar G., Pinto J., Historia contemporánea de Chile, op. cit., t. II, p. 177-184.

18 Verret M., L’espace ouvrier, op. cit., p. 207-222.

19 Najman M., Le Chili est proche. op. cit., p. 21.

20 Voir également les réflexions de Sandra Castillo sur la territorialité et les « nouvelles sociabilités populaires » au sein des Cordons : Cordones industriales. Nuevas formas de sociabilidad obrera…, op. cit., p. 215-274.

21 Rojas J., Rodríguez C., Fernández M., Cristaleros, op. cit.

22 Stillermann J., From solidarity to survival, op. cit.

23 Thompson E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, op. cit.

24 Auyero J., « L’espace des luttes », op. cit.

25 Giusti J., « La formación de las poblaciones en Santiago », Revista Latinoamericana de Ciencias Sociales, Santiago, août 1971, p. 93-99.

26 Colloque « S’engager dans les espaces publics : participation politique et engagements multiples », Paris, CERI – Sciences Po, avril 2012 (coord. Combes H., Garibay D., Goirand C.).

27 Trumper C. D., A ganar la calle. The politics of public space and public art in Santiago Chile (1970-1973), op. cit., chap. iii.

28 De plus, le CI aurait pu menacer le bon fonctionnement de l’aéroport privé de ce quartier, particulièrement apprécié par le patronat fortuné de Santiago (Santana A., La tragedia chilena : testimonios, op. cit., p. 117-122).

29 El Mercurio, 24 juillet 1973.

30 Periódico Universitario, n° 2, septembre 1973.

31 Pinochet A., El día decisivo, op. cit., p. 57-58.

32 Tilly C., From mobilization to revolution, Reading – Massachusetts, Addison-Wesley, 1976 (voir le chapitre « Changing forms of collective action »).

33 Tilly C., Tarrow S., Politique(s)s du conflits, op. cit., p. 39-42.

34 Tilly C., La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

35 Fillieule O., Stratégies de la rue : manifestations en France, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 44-86. Voir également : Fillieule O., Tartakowsky D., La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

36 Comisión política del MAPU, « Técnicas de acción de masas », Documento de estricta circulación interna, Cartilla 1 B 3 (in V. Farías, op. cit, t. VI, annexe 1).

37 Verret M., L’espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 217-218.

38 « Parce qu’ils sont porteurs de sens, certains lieux peuvent être tout autant le terrain que l’enjeu des politiques de la contestation. Ces lieux symboliques s’inscrivent dans l’espace et font partie intégrante de ces politiques », Auyero J., « L’espace des luttes », op. cit.

39 Comisión política del MAPU, « Técnicas de acción de masas », op. cit.

40 Clarín, 20 juillet 1973.

41 Comisión política del MAPU, « Técnicas de acción de masas », op. cit.

42 Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, op. cit., p. B-11.

43 Salazar G., Violencia política popular en las « grandes alamedas », op. cit., p. 245-255.

44 Nous renvoyons ici à la notion « d’espace approprié » de Lefebvre (La Production de l’espace, op. cit.), préférant parler de « territoires » puisque selon la géographie critique, au-delà de son acception juridique, le territoire comprend une forte connotation sociale, une dimension d’appartenance collective et individuelle (cf. Brunet R., Ferras R., Thery H., Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Paris, Reclus/La Documentation française, 1993).

45 Altamirano C., « Nadie puede negarle al pueblo el derecho a su propia defensa », discours prononcé le 13 juillet 1973 au syndicat Elecmetal, Santiago (La Nación, 14 juillet 1973).

46 Cancino H., La problemática del Poder popular…¸ op. cit., p. 336.

47 Allende Salvador, « Tercer Mensaje ante el Congreso Nacional », 21 mai 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4535-4671).

48 Le referendum souvent discuté au sein de la direction de l’UP et destiné à un changement constitutionnel a été reporté plusieurs fois jusqu’au coup d’État.

49 Chile Hoy, 27 juillet 1973.

50 Il est possible que cette coordination se confonde avec le CI Matucana-Mapocho, tout proche.

51 CPCI, « ¡ A no devolver nada, a conquistarlo todo ! », 18 juillet 1973 (Tarea Urgente, 20 juillet 1973).

52 Tarea Urgente, 27 juillet 1973.

53 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

54 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.

55 Entretien réalisé à Santiago, le 1er mai 2002.

56 Chile Hoy, 3 et 10 août 1973.

57 Chile Hoy, 16 août 1973.

58 Voir l’intervention de Juan Olivares, président miriste du CC Estación Central au forum sur le pouvoir populaire organisé par Chile Hoy (10 août 1973).

59 C’est ce que Edgardo Enríquez (frère de Miguel et membre de la commission politique du MIR) a expliqué lors de son arrivée en France, en tant qu’exilé politique (« Pourquoi nous avons échoué ? le MIR devant l’expérience de l’UP », Archives du CEDETIM, outil n° 25, inédit, non daté).

60 Chile Hoy, n° 63, septembre 1973.

61 MAPU, « Crisis política y lucha contra el enemigo principal », août 1973 (De Frente, 24 août 1973).

62 « Programa del Comando Comunal de trabajadores de Barrancas », 13 juillet 1973 (Clarín, 27 juillet 1973).

63 « Plataforma de lucha del Comando Comunal de Trabajadores Estación Central », 23 juillet 1973 (Clarín, 27 juillet 1973).

64 CC Estación Central, CC de Barrancas, CC La Florida, Coordinación de los pobladores de Lo Hermida, JAP comunal de Maipú, CC campesinos de Lampa y Colina, « Manifiesto de los Comandos comunales », Santiago, août 1973 (in Najman M., Le Chili est proche, op. cit., p. 271-274).

65 De Frente, 7 septembre 1973.

66 El Mercurio, 8 août 1973.

67 CI Centro Osorno, « Conclusiones de la Asamblea del Cordón », 11 août 1973 (De Frente, 24 août 1973).

68 IC. Testimonio Hernán Méry, 6 septembre 1973.

69 CI El Salto, CI 15 Norte, CI Quilpue, CC Reñaca Alto, CC Nueva Aurora, « A Fortalecer y coordinar los cordones para golpear duro a los patrones », Valparaíso, 3 août 1973 (Tarea Urgente, 10 août 1973).

70 Cordón El Salto, « ¡ No a la represión ! », Valparaíso, 3 août 1973 (Tarea Urgente, 10 août 1973).

71 MIR, « A combatir el paro patronal », 18 août 1973 (Clarín, 19 août 1973).

72 Insunza J. (PC), « Ganar la mayoría para derrotar el golpe y impedir la guerra civil », 26 août 1973 (Clarín, 31 août 1973).

73 Tarea Urgente, 22 août 1973.

74 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973 et Tarea Urgente, 3 juillet 1973.

75 Poder Popular, août 1973.

76 De Frente, 24 août 1973.

77 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre, op. cit., p. 352.

78 Cruces A., presidente del Cordón Vicuña Mackenna, « Habla la revolución chilena », Avanzada Socialista, op. cit.

79 De Frente, 10 août 1973.

80 Quiroga P., Compañeros. op. cit., p. 137.

81 Entretien avec Carmen Silva, réalisé à Santiago, 20 novembre 2001.

82 Voir à ce propos les mémoires du dirigeant communiste, Orlando Millas (Memorias 1957-1991, una digresión, CESOC, Santiago, 1996).

83 La Nación, 10 septembre 1973.

84 Touraine A., Vie et mort du Chili populaire, op. cit., p. 204.

Table des illustrations

Titre Carte 3 – Campamentos et espace industriel à Santiago – 1973.
Crédits Adapté de : Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., « Comandos urbanos... », op. cit., p. 148-187.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42703/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Illustration 4 – Devanture de l’usine textile Yarur, déclarée « territoire libre d’exploitation ».
Crédits P. Winn, Weavers of revolution, op. cit., p. 210.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42703/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre lllustration 16a – Barricades déclarant le CI V. Mackenna « territoire des travailleurs » (juillet 1973).
Crédits La Aurora de Chile, Santiago, n° 34, 2 août 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42703/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540