Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Répertoires du pouvoir populaire, territoires mobilisés et menaces de coup d’État

Chapitre II. Le « Tancazo » et ses suites

Texte intégral

Une répétition générale

Soulèvement militaire et reprise du dialogue avec la DC

  • 1 Joxe A., « L’armée chilienne et les avatars de la transition », Les Temps Modernes, Paris, n° 323, (...)
  • 2 Prats C., Testimonio de un soldado, op. cit., p. 396.
  • 3 Cité par Vitale Luís dans Para recuperar la memoria histórica, op. cit., p. 219.
  • 4 Nous ne pouvons revenir ici en détail sur cette dimension essentielle de l’histoire chilienne. Pour (...)
  • 5 Nous utilisons la traduction française effectuée par Magasich J. (op. cit., p. 181).
  • 6 Voir son récit dans Prats C., Testimonio de un soldado, op. cit., p. 417-426.

1Avant que ne se déroule l’épreuve finale qui met fin à l’Unité populaire, les bruits de bottes des soldats se font de plus en plus présents. Mais, fortes de leur théorie de la « constitutionnalité des forces armées », les directions de la gauche parlementaire comptent toujours sur la loyauté d’une majorité des officiers. Comme le rappelle Alain Joxe, une analyse sereine de l’histoire chilienne porte pourtant plutôt à mettre en doute une telle mythification au vu du rôle politique réactionnaire joué régulièrement par les militaires au cours du xxe siècle1. Allende cependant répugne à faire « le grand ménage » à la tête de l’armée, de peur d’augmenter le nombre de mécontents au sein de l’institution. Et, surtout, il se refuse à mettre en œuvre ce que réclame à cor et à cri le MIR : la démocratisation des forces armées, le droit de vote pour les soldats et l’introduction du débat politique en leur sein. Dans les hautes sphères de l’État, c’est le général Prats, commandant en chef des forces armées, qui a eu le plus clairement conscience des failles de la théorie de la gauche chilienne. Même si Prats est un fervent légaliste et d’accord pour tout faire afin de chercher le consensus dans le cadre institutionnel, il note (dans son journal intime) que suite aux élections législatives de mars 1973, pour la droite, le sort du gouvernement est scellé : « L’échec [pour l’opposition] de cet ultime recours constitutionnel – qui aurait pu se traiter avec élégance démocratique – levait tous les doutes de l’opposition sur un fait fondamental : le gouvernement devait chuter en 1973. Il restait à élucider comment : soit en poussant les forces armées à prendre pleinement le pouvoir de manière transitoire […] ou en créant une situation de “poire mûre”, qui oblige le président Allende à renoncer2. » Quelques semaines plus tard, il écrit : « Le temps dira si les forces armées vont se maintenir unies. Dans leur sein, chaque jour un processus de polarisation devient plus évident3. » Effectivement à cette date, la préparation du coup d’État est en cours et Prats est de plus en plus critiqué par l’opposition, voire injurié dans la presse et dans les rues, et même pris à parti par l’extrême droite pour son respect de la politique gouvernementale. La conspiration – encore souterraine – est lentement préparée avec le soutien intellectuel, logistique et financier du gouvernement des États-Unis, comme cela a été abondamment prouvé depuis4. Le 28 juin, le général Sepúlveda, chargé du commandement militaire de la capitale, annonce des arrestations dans l’armée et donne la raison de l’état d’urgence, décrété la veille à Santiago : une tentative de putsch serait imminente. Le matin du vendredi 29 juin, les effectifs de l’unité militaire dirigée par le colonel Souper, composée de plusieurs chars et de plus de 400 soldats, se lancent à l’assaut du ministère de la défense et encerclent la Moneda (le palais présidentiel). Allende appelle ses partisans par radio à occuper immédiatement les usines et à descendre dans la rue. Dans l’urgence, le président prononce quelques phrases, qui lui seront durement reprochées par la suite : « J’appelle le peuple à occuper toutes les industries, les entreprises, qu’il soit en état d’alerte, qu’il vienne au centre-ville mais pas pour devenir une victime ; que le peuple sorte dans la rue, mais pas pour se faire mitrailler. Il doit le faire avec tous les éléments qu’il a en main… L’heure venue, le peuple aura des armes5. » Ce discours est l’un des rares où Allende suggère sans détours un armement possible de ses partisans face à une intervention militaire. Quelques instants plus tard, il se ravise, appelant les ouvriers à rester dans les usines : la tentative est avortée essentiellement grâce à l’action décisive du général Prats, qui étouffe la rébellion dans l’œuf6.

  • 7 « Golspista » désigne en espagnol les hommes favorables au au coup d’État (Golpe de Estado).
  • 8 Pinochet A., El día decisivo, Santiago, Andrés Bello, 1980.
  • 9 El Siglo, 29 juin 1973.

2Cette insurrection des tanks, restée dans les mémoires sous le sobriquet de « tancazo », apparaît plus comme un test des résistances populaires, que comme une véritable répétition générale du futur coup d’État. Elle est un point de référence pour l’armée car elle permet au secteur pro-golpista7 d’évaluer les obstacles. Le 29 juin 1973, les forces armées en tant qu’institution ne se sont pas mises en mouvement. Un officier comme le général Pinochet, toujours considéré par l’UP comme loyaliste, participe même à l’écrasement du régiment de blindés8. Le soutien le plus visible au tancazo vient du groupe d’extrême droite Patria y Libertad, dont les responsables – une fois réfugiés dans l’ambassade d’Équateur – regrettent d’avoir été « lâchés » par une partie des officiers. Pour le Parti communiste, l’essai manqué du Colonel Souper serait la preuve que « les plans de la droite pour impliquer les forces armées dans une aventure partisane ont échoué » et de « la solidité de nos institutions armées qui ont accompli avec patriotisme et intransigeance la mission que leur confère la Constitution ». Le journal ne tarit pas d’éloges pour celui qui sera finalement le bourreau de la révolution chilienne, le général Pinochet, notant sa « dignité et fermeté »… L’article se conclut ainsi : « Les travailleurs ont pleine confiance dans les soldats de la patrie et respectent leur sobriété, discipline, honnêteté et patriotisme. Ceux qui attaquent les forces armées sont des aventuriers réactionnaires et fascistes9. » Ce que l’on pourrait qualifier aujourd’hui d’aveuglement dogmatique de toute une partie de la gauche chilienne explique que pour la grande majorité du mouvement social, l’une des consignes phares reste jusqu’au coup d’État : « Non à la guerre civile »… alors que celle-ci est en pleine préparation.

  • 10 Allende S. et Aylwin P., « Las cartas del diálogo entre el Gobierno y la Democracia Cristiana », 31 (...)
  • 11 Voir à ce propos les réflexions de Touraine Alain, Vie et mort du Chili populaire, journal sociolog (...)
  • 12 Allende S. et Aylwin P., « Las cartas del diálogo entre el Gobierno y la Democracia Cristiana », op (...)

3Malgré les efforts de l’Église catholique pour jouer les intermédiaires, les appels de l’UP et d’Allende au « consensus national » en vue d’éviter tout affrontement sanglant apparaissent, à ce moment, comme dépassés. La DC, parti d’inspiration chrétienne, si elle accepte finalement le dialogue, ne le fait que pour reconnaître, fin juillet, que toute conversation avec le gouvernement « est arrivée à une voie sans issue ». Dans son échange de lettres avec Allende, Patricio Aylwin précise ses exigences : interdiction de toute occupation d’usines et autres formes d’action directe, réduction et délimitation stricte du secteur nationalisé et intégration renforcée des militaires à la gestion du pays. Dans sa réponse, le « camarade-président » réaffirme la tactique politico-institutionnelle contenue dans le programme de l’UP : le respect de l’autorité gouvernementale et de l’État de droit, le rejet de tout processus insurrectionnel ou anticonstitutionnel et la promesse d’une délimitation claire de l’Aire sociale. Dans cette missive, le premier mandataire du pays souligne néanmoins son attachement « au développement du pouvoir populaire, relié au gouvernement et sans produire d’antagonismes avec le régime institutionnel10 ». Mais, les engagements présidentiels, pourtant importants, ne suffisent toujours pas. Ce qui hante la direction de la DC, c’est la dynamique de lutte de classes en cours, que ni l’UP, ni le gouvernement n’apparaissent capables de contrôler entièrement11. De manière symptomatique, lors du dernier échange de lettres avant la rupture définitive du dialogue, début août, la DC insiste : le danger est l’apparition du pouvoir populaire, « pouvoir de fait armé, manifestement inconstitutionnel12 ». Comme nous le verrons, cette présentation sous un jour paramilitaire du pouvoir populaire fait partie intégrante de l’offensive idéologique de l’opposition afin de préparer le coup d’État.

  • 13 Secretariado general del MIR, « Declaración », 29 juin 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4777 (...)
  • 14 MIR, « A pesar de la capitulación, el pueblo seguirá luchando », El Rebelde, 13 août 1973.
  • 15 Altamirano C., « Nadie puede negarle al pueblo el derecho a su propia defensa », discours prononcé (...)

4Le MIR, dès le 29 juin, tire des leçons de la tentative de putsch et souligne la nécessité de lancer « une grande contre-offensive révolutionnaire et populaire » afin de mettre en place une politique de rupture : « Créer et renforcer le pouvoir populaire, en créant les Commandos communaux de travailleurs dans toutes les communes du pays […] ; lutter pour la démocratisation des forces armées et des carabiniers et pour la surveillance et l’emprisonnement des officiers réactionnaires et putschistes ; impulser de cette manière avec plus de force que jamais la lutte pour remplacer le Parlement bourgeois par l’Assemblée du peuple et pour imposer l’établissement d’un véritable gouvernement des travailleurs13. » Pour le secrétaire général du MIR, le dialogue voulu par le gouvernement avec la direction de la DC désarme le processus révolutionnaire. Il voit dans la réponse d’Allende, les prémisses de la capitulation définitive du gouvernement face au patronat14. Même s’ils sont moins radicaux, le PS et la gauche chrétienne sont aussi très critiques. Et c’est depuis le syndicat Elecmetal, que Carlos Altamirano choisit de s’exprimer, dans un discours qu’il adresse aux Cordons industriels, le 13 juillet 1973 (voir illustration 15). Selon le secrétaire général du Parti socialiste, si le peuple en bleu de travail et celui en uniforme ne forme qu’un, le seul moyen d’abattre la réaction est le pouvoir populaire : « Les travailleurs de tout le pays se sont organisés dans les Cordons industriels, Commandos communaux, Conseils paysans, comités de défense et de surveillance et dans d’autres organismes, qui constituent les germes d’un embryonnaire, mais déjà puissant, pouvoir populaire et configurent une barricade inexpugnable contre toute tentative insurrectionnelle de la bourgeoisie15. » La teneur de cette intervention est proche de celle du MIR et on peut légitimement se questionner sur la responsabilité politique d’un tel lyrisme romantique révolutionnaire, alors que le pouvoir réel des CI reste très limité, sans perspectives et sans armes, incapable dans ces conditions de résister puissamment à tout nouvel essai de soulèvement militaire.

lllustration 15 – Carlos Altamirano (PS) s’adresse aux Cordons industriels depuis l’usine Elecmetal (juillet 1973).

lllustration 15 – Carlos Altamirano (PS) s’adresse aux Cordons industriels depuis l’usine Elecmetal (juillet 1973).

Aux côtés de C. Altamirano (à droite), on peut apercevoir A. Cruces (au centre), président du CI V. Mackenna.

La réaction du pouvoir populaire

  • 16 Pinochet A., El día decisivo, op. cit., p. 99.

5S’il est un premier aspect qui frappe, lorsque l’on tire le bilan du soulèvement militaire du tancazo, c’est l’absence complète de réaction politico-militaire de la part du pouvoir populaire ou des partis de gauche. En effet, durant les quelques heures de fortes tensions où le régiment de blindés numéro 2 menace d’envahir le palais présidentiel, aucun « pouvoir populaire armé » fantasmé par l’opposition, ni même aucun dispositif de résistance structuré, de la part des organisations de gauche, n’est perceptible. Le colonel Souper a pu occuper les rues de la capitale en toute tranquillité jusqu’à ce que d’autres officiers décident de le stopper. Cette absence presque totale de réaction, ne serait-ce que de manière sporadique, confirme l’inexistence de dispositifs politico-militaires massifs prêts à se mobiliser en quelques heures. Cette leçon est cruciale pour l’avenir et, ni la droite, ni les officiers, ne l’oublieront. Ainsi, le général Pinochet au cours d’une réunion d’officiers, le 29 juin, note parmi les points positifs du tancazo, le fait que « les extrémistes ont montré les dispositifs qu’ils ont dans le Cordon (au centre et à l’extérieur de la ville), ainsi que les armes qu’ils possèdent16 ». Alors que l’affrontement est proche, ce sont les militaires qui apparaissent comme les maîtres du jeu politique et en particulier les officiers, traditionnellement proches de l’oligarchie chilienne. Cependant, l’enquête orale laisse penser qu’au sein des Cordons industriels les plus organisés, particulièrement celui de Cerrillos, un plan de défense armée a été souhaité par de nombreux ouvriers et même imaginé. D’autre part, il serait complètement erroné d’affirmer qu’il n’y a pas eu de réaction du mouvement ouvrier face au putsch. Bien au contraire, la tentative golpista (« putschiste ») produit un électrochoc profond sur les secteurs populaires organisés, mais avant tout sur une base défensive et non armée.

  • 17 CUT, « Orden del día del Comité directivo de la CUT », Santiago, 29 juin 1973 (Punto Final, 17 juil (...)
  • 18 PS, « Orden del día del partido socialista », Santiago, 29 juin 1973 (La Aurora de Chile, édition s (...)
  • 19 Cordón Cerrillos, « Comunicado del Cordón Cerrillos », 29 juin 1973 (Chile Hoy, 1 juillet 1973).
  • 20 Entretien réalisé à La Serena, 24 juin 2002.
  • 21 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973.
  • 22 Dupuy P., Chili 1967-1973 : témoignage d’un prêtre ouvrier, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 127.
  • 23 Chile Hoy, 1er juillet 1973.

6Le vendredi 29 juin, à 9 heures du matin, les ouvriers des Cordons de Santiago commencent à écouter avec frayeur les annonces à la radio d’un danger imminent de coup d’État, puis le bruit des mitrailleuses au loin. La CUT publie, au même moment, un communiqué qui appelle à occuper les usines, à paralyser la production et à organiser des comités de défense et de surveillance par secteurs17. Les partis de gauche font de même. Ainsi, la déclaration publique du PS appelle – suivant ainsi les ordres d’Allende – à occuper toutes les usines qu’elles soient de l’APS ou du secteur privé18. Les instructions du Cordon Cerrillos sont également en conjonction avec celles de la centrale syndicale : un premier appel est lancé à 9 heures 25 et un second après 11 heures19. Progressivement au niveau de tous les Cordons, la résistance s’organise. Les ceintures industrielles de Santiago sont en pleine effervescence, les locaux des syndicats sont l’objet d’incessantes allées et venues, les réunions sont permanentes, entrecoupées de tour de garde, de prise de contact avec les autres usines, avec la direction des partis politiques, etc. Luís Ahumada en témoigne pour le Cordon Vicuña Mackenna : « Les ouvriers sont allés dans leurs usines et les ont toutes occupées. Dans cette conjoncture, nous avons réussi un niveau de communication que nous n’avions jamais atteint et que nous n’avons jamais obtenu par la suite. Toutes les usines communiquaient entre elles, tout le monde en alerte, en l’attente d’instructions20. » Selon la Aurora de Chile¸ durant cette matinée, le Cordon Cerrillos parvient à réunir les délégués de 80 usines du secteur21. Cette forte mobilisation est aussi présente en province, par exemple à Valparaíso. Pierre Dupuy se rappelle : « Aussitôt le travail se paralyse. Nous réunissons les camarades et leur donnons la consigne d’aller monter la garde dans tous les lieux de travail. Nous fonçons à la CUT. L’ordre est donné à tous les travailleurs de s’emparer de leur entreprise. Nous revenons à nos ateliers et nous hissons le drapeau sur le toit. […] Des gardes de nuit sont organisées dans toutes les usines, les fabriques, les raffineries, pour empêcher les sabotages et les attentats22. » À Arica, le CI des usines électroniques est réactivé, à Concepción, on lance la formation de Commandos communaux23.

  • 24 Plus de 400 selon la presse d’opposition (La Prensa, 9 juillet 1973) et 520 selon un journal du MAP (...)
  • 25 À noter que Luchetti, malgré son importance économique, ne fait pas partie de la liste des national (...)
  • 26 El Mercurio, 4 juillet 1973.
  • 27 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.
  • 28 De Frente, 20 juillet 1973.
  • 29 Témoignage de Rigoberto Quezada, recueilli par Silva Miguel, Los Cordones industriales y el social (...)

7En fait, les initiatives des salariés organisés se multiplient en utilisant leur expérience passée, notamment celle d’octobre 1972. Quelques-uns se préparent même, dans l’urgence, face à une éventuelle lutte armée : casques, boucliers artisanaux, éléments de barricades, matériel pouvant servir de combustible sont préparés de bric et de broc (voir illustration 12). Mais, surtout, c’est l’arme de la toma (l’occupation d’usine) qui est de nouveau au centre du répertoire de l’action collective. On assiste à un véritable déferlement d’occupations d’usines dans tout le pays24. À Cobre Cerrillos (plus de 300 salariés), les salariés contrôlent l’entreprise, maintiennent la production, travaillent au « coude à coude avec les exécutifs, qui n’ont pas fait d’objection à cette action ». Dans l’entreprise alimentaire Luchetti, ce sont 502 salariés qui assument le contrôle de l’usine, suite à un vote en assemblée et afin de répondre à l’appel de la CUT25. Cependant, comme dans de nombreuses autres entreprises, cette occupation ne s’effectue pas sans heurts, et ce jusqu’au sein des militants de gauche présents. L’entreprise métallurgique Alusa est aussi occupée (par 200 travailleurs). Ici encore la production est maintenue et le personnel exécutif est proscrit de l’usine. Le dirigeant syndical déclare au Mercurio que l’occupation est motivée par l’appel de la CUT mais tient à souligner qu’il s’agit que « l’entreprise passe sous le pouvoir des travailleurs » et qu’en ce sens tout appel de la CUT à lever l’occupation sera rejeté26. Parallèlement, un groupe d’ouvriers réquisitionne, parfois violemment, une dizaine de bus. Ils sont regroupés à Fabrilana et servent plus tard à transporter les salariés du CI à la concentration organisée face au palais présidentiel. Comme le reconnaît plus tard un des responsables du CI, l’organisation des ouvriers s’est effectuée « en improvisant sur plusieurs aspects », cependant, selon lui, une telle expérience laisse « un enseignement majeur aux travailleurs pour le jour où nous aurons à défendre notre gouvernement avec les armes au poing27 ». À midi, la conjoncture s’éclaire et l’échec du coup d’État du colonel Souper est patent. À trois heures de l’après-midi, le Cordon Cerrillos se réunit dans l’usine Fantuzzi avec la présence de nombreux délégués28. Certains ouvriers conspuent vertement leurs dirigeants, dénoncent la faiblesse de l’UP et réclament des armes pour pouvoir se défendre eux-mêmes : « Nous ne voulons pas aller au centre-ville la poitrine nue ! » Rigoberto Quezada, administrateur de l’importante usine Sumar-Poliester et militant PS se rappelle du malaise ouvrier : « Lors de cette réunion qui s’est réalisée dans l’après-midi du “coup”, tous les ouvriers réclamaient, ils n’étaient pas satisfaits de l’action du gouvernement29. »

lllustration 12 – Mobilisation ouvrière dans les Cordons de Santiago durant le tancazo.

lllustration 12 – Mobilisation ouvrière dans les Cordons de Santiago durant le tancazo.

El Mercurio, 2 juillet 1973.

  • 30 Allende S., « Discurso al pueblo del 29 de junio de 1973 », 30 juin 1973 (in V. Farías, op. cit., t (...)

8La direction des CI doit justifier une nouvelle fois, face aux salariés les plus combatifs, la tactique défendue par l’UP et la nécessité d’avoir confiance dans le gouvernement et les forces armées « constitutionalistes » (voir illustration 14). Finalement, le soir du 29 juin, une foule monstre gagne le centre de Santiago. Durant le défilé qui se termine sous les balcons de la Moneda, les CI arborent fièrement leurs banderoles. Il s’agit d’une manifestation combative et parmi les mots d’ordre, deux idées reviennent sans cesse : distribuer les armes au peuple et surtout « Fermeture du congrès bourgeois ! ». Grand tribun et fin politique, Allende fait face à ces cris répétés avec calme et, au risque de décevoir, il refuse de fermer le Congrès, annonce qu’il respectera toujours la Constitution et rend un hommage appuyé à la loyauté des forces armées. Après avoir admis la nécessité d’un référendum à court terme, pour entériner une évolution institutionnelle du pays, il invite ses partisans à rentrer chez eux (afin « d’embrasser vos femmes et vos enfants », dit-il) et pour le lendemain « travailler plus, produire plus, se sacrifier plus pour le Chili30 ». Malgré la désillusion, les CI ont démontré durant cette épreuve de force une importante progression de leurs capacités de réaction collective. On assiste à la consolidation d’un nouveau sujet populaire, dont la participation et le pouvoir local se renforcent. Au niveau de la conscience politique, on peut parler d’une avancée significative. Des milliers de personnes se sont montrées prêtes à défendre leur lieu de travail, mais ceci souvent de manière désorganisée et avec peu de préparation préalable. Bien plus que quelques hypothétiques Commandos communaux, ce sont les Cordons industriels qui constituent l’avant-garde de ce processus. Si elles restent soumises à l’orientation légaliste de l’UP, ces organisations ont néanmoins acquis une relative marge d’autonomie, comme en témoignent les grandes mobilisations de juillet 1973.

lllustration 14 – Réunion du Cordon Cerrillos, le 29 juin 1973.

lllustration 14 – Réunion du Cordon Cerrillos, le 29 juin 1973.

Temple, n° 6, août 1973.

Le Parti communiste et les Cordons industriels en 1973

Le changement de tactique du PC

  • 31 En témoigne, l’entretien avec Mireya Baltra qui, aujourd’hui encore, décrit les Cordons industriels (...)
  • 32 Chile Hoy, 27 juillet 1973.
  • 33 La Aurora de Chile, 26 avril 1973.

9Nous avons expliqué que jusqu’à la mi-1973, l’attitude du Parti communiste, si elle ne s’oppose pas en soi à l’idée du pouvoir populaire, cherche à en promouvoir des formes qui soient avant tout utiles à la politique gouvernementale et qui facilitent la « bataille de la production ». En ce sens, les CI mobilisés c’est-à-dire tels qu’ils existent sont régulièrement critiqués par cette collectivité politique, qui les considère globalement comme une aventure gauchiste31. Malgré tout, la tentative de putsch de juin 1973 a montré clairement que les Cordons industriels sont désormais une donnée centrale de l’espace du mouvement ouvrier. Les dirigeants du Cordon Cerrillos évaluent à cette date leur capacité de mobilisation à environ 10 000 travailleurs actifs, représentant plusieurs dizaines d’usines. Même si ces chiffres sont difficilement vérifiables, il est avéré que ni la direction de la CUT, ni le PC ne peuvent continuer soit à nier, soit à disqualifier ouvertement les CI. D’ailleurs, Salvador Allende lui-même a reconnu leur valeur, à plusieurs reprises, en tant qu’appui indispensable du gouvernement dans les moments des plus fortes crises politiques. Déjà, durant le soulèvement militaire du colonel Souper, la CUT se voit obligée de faire appel aux Cordons et envoie même des délégués dans plusieurs d’entre eux32. C’est en juin 1973 que le PC incite officiellement ses militants à intégrer les CI. La proposition des communistes est que ceux-ci fassent partie de la CUT et qu’ils soient orientés par sa direction, tout en reconnaissant, tant bien que mal, qu’ils pourraient éventuellement conserver une structure propre. Pour La Aurora de Chile, l’un des événements les plus marquants des derniers jours du mois de juin 1973 est « la décision du Parti communiste de participer activement aux Cordons industriels ». Le journal note que ce changement de tactique a probablement pour objectif de contrôler davantage ces organes de masse et de les inféoder à la CUT, mais qu’il « n’est pas sain que la réaction face à ceci soit l’appréhension ou la réticence à affronter ouvertement leurs positions. Ceci signifierait éluder une discussion présente dans tous les processus révolutionnaires connus jusqu’à maintenant33 ».

  • 34 Témoignage de J. Bertín recueilli en 1996 (in M. Silva, Los cordones industriales y el socialismo d (...)
  • 35 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 36 Entretien réalisé à Santiago, 22 février 2003.
  • 37 Témoignage de G. Rodríguez recueilli en 1997 (in M. Silva, Los cordones industriales y el socialism (...)
  • 38 Corvalán L., Santiago-Moscú-Santiago, op. cit., p. 50.
  • 39 Clarín, 27 juillet 1973.
  • 40 La Aurora de Chile, 31 mai 1973.
  • 41 Voir Bustos J. (PS), Muñoz J. (PC), Declaración conjunta de regionales Capital y Santiago Centro de (...)
  • 42 De Frente, 10 août 1973 et Lizarraga A., « La izquierda pugna por el control de los cordones » (in (...)

10Un facteur explique ce retournement d’attitude des dirigeants communistes : la peur de voir leur base ouvrière s’éloigner des préceptes de la révolution pacifique. En effet, à l’image de l’ensemble du spectre politique, les militants communistes connaissent un processus de radicalisation. Javier Bertín, militant du MIR, se souvient de conversations durant lesquelles certains dirigeants syndicaux communistes lui confessent leurs doutes et les contradictions internes traversant la base du parti, notamment en ce qui concerne les limitations du programme de l’UP34. D’après Hernán Ortega, c’est après octobre 1972 que – progressivement – le PC commence à comprendre que les CI peuvent « se constituer en organisations capables de défendre le gouvernement35 ». Aujourd’hui Mireya Baltra, ancienne ministre et dirigeante communiste, admet le « retard » de son parti à capter la dimension essentielle du pouvoir populaire36. Guillermo Rodríguez considère quant à lui que de nombreux militants communistes participent aux mobilisations du Cordon, malgré l’attitude négative de leur parti37. Bien évidemment, les désirs d’intégration affichés par le PC ne sont pas sans créer des remous au sein des CI. Car l’objectif des dirigeants communistes est bien de conquérir la direction de ces turbulents Cordons, puis de les dompter, sous la houlette de la CUT, dans le cadre du programme de l’UP. Pour Luís Corvalán, le but est d’éviter toute action collective qui pourrait transgresser « le programme de l’UP, notamment dans le respect des petits et moyens entrepreneurs, les poussant ainsi dans l’opposition38 ». Finalement, quand la direction communiste assume unanimement la nécessité de participer aux CI, c’est pour essayer de renverser leur autonomie croissante et le poids des militants qui critiquent la CUT ou les vacillations du gouvernement. À la fin juillet, se déroule le plénum de la direction du PC où Orlando Millas, ex-ministre de l’économie, livre son rapport sur la situation du pays. Selon ce dernier, un des chemins à suivre désormais est le renforcement au niveau local des « conseils de la CUT par Cordon industriel […], l’union des comités de quartiers, l’union des Centres de mères, les JAP communales et autres entités représentatives ». L’idée est bien la revitalisation territoriale de la CUT, grâce aux CI. Toute mesure non adoubée par la centrale aurait pour résultat, selon le PC, « de diviser le peuple, d’opposer un pouvoir parallèle au gouvernement populaire ou de méconnaître les organisations démocratiques39 ». La tactique communiste se traduit rapidement par de nombreuses frictions au sein des Cordons. Ainsi en est-il le 23 mai 1973, lors d’une réunion du Cordon Cerrillos. Lorsque Hernán Ortega intervient pour s’opposer à toute subordination des Cordons à la CUT du fait de la « différence qui existe entre les deux organisations, en accord avec leur origine et les tâches qu’elles réalisent », Julio López (Comité central du PC) affirme qu’il existe « un accord au sein de l’UP, dans le sens de ce que les Cordons industriels se maintiennent comme organismes dépendants de la CUT, subordonnés à ses statuts40 ». Ainsi, malgré certaines déclarations unitaires41, les tentatives d’insertion communiste provoquent une féroce concurrence politique entre les différentes composantes de la gauche au sein des Cordons industriels. Et surtout, l’autonomie relative des Cordons industriels se voit menacée par une volonté de les subordonner à marche forcée à la CUT. Les Cordons industriels demeurent ainsi un sujet de dispute et de division du champ partisan42.

Des luttes pour le contrôle des Cordons industriels

  • 43 À propos des déficiences organisationnelles de la CUT, voir la deuxième partie de ce travail.
  • 44 CUT, Comunicado, 18 juillet 1973 (Clarín, 19 juillet 1973).
  • 45 De Frente, 27 juillet 1973.
  • 46 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.
  • 47 Cordón Vicuña Mackenna, « Alerta trabajadores : a parar las maniobras divisionistas », El Cordonazo(...)
  • 48 Chile Hoy, 16 août 1973.
  • 49 IC. Testimonio Hernán Méry, 23 août 1973.

11Suite au tancazo, le conseil directif de la CUT émet une déclaration publique qui marque une volonté de dépasser ses propres déficiences en essayant d’intégrer dans son orbite la force potentielle des Cordons industriels43. Le communiqué note que la mobilisation du 29 juin « s’est réalisée en donnant un rôle important à l’organisation syndicale de chaque zone ou Cordon industriel ; et c’est pour cela que la CUT a constitué des équipes de direction dans lesquelles s’intégreront des conseillers nationaux et des délégués de la direction de chaque Cordon ». Il y est annoncé que « la CUT a été partisane depuis longtemps de rénover sa structure organique, de telle manière qu’il y ait une direction de la CUT opérative dans chaque Cordon industriel. C’est-à-dire que l’on envisage ces organisations comme directions de base intégrées à la CUT44 ». Certains militants s’étonnent. Ainsi, un syndicaliste du MAPU rappelle avec ressentiment : « Il n’est pas si loin le jour (juste avant les événements du 29 juin passé) où parler des Cordons industriels signifiait pour certains à peine moins qu’une invocation à Satan ! » Pour eux, une solution viable pourrait être plutôt une coordination, mais sans intégration, entre CUT et Cordons45. En fait, depuis 1972, plusieurs dirigeants communistes et délégués de la CUT ont multiplié les initiatives – pas toujours très fraternelles – pour empêcher le développement des CI. Edmundo Jiles se souvient qu’aux débuts du Cordon Cerrillos, les syndicats aux mains du PC obstruent volontairement les communications au sein du CI. Selon lui, pendant environ deux mois, les militants communistes qui ont été chargés dans son secteur de faire circuler l’information, boycottent les accords pris avec d’autres syndicalistes. Après enquête, syndicat par syndicat, c’est toute l’architecture de communication du Cordon qui doit être réorganisée afin d’éviter qu’elle ne passe dans les mains du PC, toujours hostile à ce type de coordination46. Et, durant les derniers mois de l’UP, le PC comprenant la difficulté qu’il aurait à conquérir – dans un court laps de temps – les directions des CI, se lance dans une entreprise encore plus aventureuse : tenter de créer des Cordons parallèles qui leur seraient directement inféodés. Un tel CI fantôme et parallèle au Cordon Vicuña Mackenna apparaît, sans grand succès, autour de l’usine Textil Progreso. Cette initiative est vigoureusement dénoncée par la direction du Cordon, comme une « manœuvre divisionniste47 ». Dans un entretien avec la journaliste Faride Zerán, le syndicaliste communiste Galvarino Escorza, chargé de cette hasardeuse opération, en a confirmé l’existence et l’échec ultérieur, faute de salariés prêts à le suivre dans cette voie48. Selon Carlos Valle, salarié de l’entreprise Quimantu et délégué du Cordon Mapocho-Cordillera, courant mai 1973, la CUT désigne quelques dirigeants syndicaux afin qu’ils forment un Cordon parallèle dans la même zone. L’un de ces syndicalistes nommés par la CUT est Miguel Morales, également salarié de Quimantu et militant communiste. Selon lui, cette initiative est déterminée par le fait que les Cordons existants ne seraient pas assez « disciplinés49 ».

  • 50 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 51 Cancino H., op. cit., p. 380.
  • 52 Yánez A., « Algunos problemas de la estrategia y de la táctica de la revolución chilena », PCC, Bol (...)

12De manière inattendue, c’est l’essai de coup d’État de juin 1973 qui coupe « l’herbe sous le pied » à ces velléités de créer des Cordons « fantômes ». La menace imminente oblige la CUT à s’appuyer sur les CI déjà structurés et possédant une certaine légitimité. Pourtant ces actions resteront dans les esprits et attisent les divisions. Aujourd’hui, Hernán Ortega se souvient : « Ils ont tenté de faire des Cordons du PC, mais cela n’a pas donné de résultats. Ils ont seulement réussi à en créer de petites expressions, mais sans parvenir à les consolider. Ils voulaient faire une sorte de Cordons industriels dépendants de la Centrale unique des travailleurs, mais en vérité la dynamique était autre50. » Comme le remarque très justement Hugo Cancino dans son bilan : « Le PC a persisté jusqu’à la fin dans son attitude traditionnelle de méfiance envers les mouvements populaires de base, qui dépassaient son contrôle, en s’efforçant de les intégrer dans le mouvement syndical51. » Face aux difficultés pour canaliser définitivement les embryons de pouvoir populaire, les priorités du principal parti ouvrier chilien demeurent étrangères au développement des Cordons. Les grandes mobilisations de juillet ne font que conforter cette méfiance. Quelques documents rédigés par des responsables communistes, après le coup d’État, montrent que tout un secteur du parti voue littéralement aux gémonies ce qu’il considère comme un mouvement « ultragauche » et « trotskyste », « lançant un assaut qui vise à diviser l’UP, créant un “pouvoir populaire” qui affrontait le gouvernement par de prétendues positions de “gauche”52 ». Sur de telles bases fortement marquées par une conception politique stalinienne, les rapports entre la direction du PC et les CI ne peuvent qu’être houleux, freinant par là même leur canalisation sous la direction de la CUT, mais aussi leur capacité d’unifier l’ensemble du mouvement ouvrier, sous le drapeau d’un pouvoir populaire constituant.

Dernières actions des Cordons mobilisés et gouvernement civilo-militaire

L’essai de création de nouveaux Cordons pour soi

  • 53 El Mercurio, 24 juillet 1973.
  • 54 Ibid. Une conversation menée, en 2003, avec un ancien militant PS suggère l’existence d’un appui fi (...)
  • 55 Pinochet Ugarte A., El día decisivo, op. cit., annexe 8.

13Sans aucun doute, le tancazo a précipité le coup d’État en approfondissant la crise politique du pays et en permettant aux forces armées de jauger les résistances. Il a aussi eu un effet d’électrochoc, non seulement durant la journée du 29 juin mais aussi ensuite. Ainsi que le rappelle El Mercurio, plusieurs des Cordons industriels de Santiago ne se créent réellement (ou ne se réactivent) qu’après juin 1973. C’est le cas notamment des Cordons Santiago Centro, Macul ou Manquehue. Ainsi, le Cordon Santiago Centro réalise le 25 juillet 1973 sa première grande réunion dans l’édifice Gabriela Mistral, en plein centre de la capitale. Selon le journal, ce CI « étendra son rayon d’action jusqu’à place d’Italie, San Martin, Mapocho et Alameda53 ». L’originalité de ce Cordon est justement son caractère majoritairement non industriel, preuve que les revendications initialement émises par une fraction de la classe ouvrière gagnent du terrain chez certaines minorités actives et politisées des couches moyennes. D’autre part, le CI Santiago Centro possède un atout stratégique de taille : il est fondé par des militants de l’UP qui travaillent dans l’administration et les ministères, et donc qui ont accès à nombre d’informations. Des militants qui sont au cœur de la machine étatique. Cet aspect aurait pu faciliter une meilleure centralisation des CI et leur fournir un appui précieux en cas de conflit. Une telle dimension n’est d’ailleurs pas passée inaperçue ; des militants annoncent fièrement sa « grande importance du point de vue politico-militaire pour l’appui logistique des actions de défense que réaliseront les autres Cordons industriels, spécialement pour fournir des informations, moyens matériels, humains et financiers54 ». Il est intéressant à ce propos de noter que les services d’intelligence de l’armée ont apparemment donné une importance disproportionnée à ce CI, ou plutôt ont tenté de faire croire qu’il en avait une55. Pourtant, si on en juge par les archives que nous avons pu consulter, ce CI dirigé par le socialiste Luís Inostroza, malgré de grandes ambitions, n’aura finalement que peu d’influence.

  • 56 De Frente, 3 août 1973.
  • 57 De Frente, 24 août 1973.
  • 58 Elle est constituée de 4 communistes, 4 socialistes, 4 MAPU. C’est Domingo Cancino, président socia (...)
  • 59 De Frente, 3 août 1973.
  • 60 La Nación, 12 juillet 1973.
  • 61 Vega H., « Carta desde Osorno », juillet 1973 (La Aurora de Chile, 19 juillet 1973).

14À Santiago, d’autres coordinations font leur apparition. C’est le cas du cordon de la commune de San Miguel, appelé Cordon Santa Rosa-Gran Avenida et qui prétend incarner le « premier pas pour obtenir le pouvoir ouvrier dans la commune56 » ! Apparu la veille du Tancazo, ce CI va être freiné du fait de la mauvaise volonté évidente du PC, qui dans cette zone contrôle des usines géantes comme Madeco ou Mademsa57. En effet, les divergences entre ce parti et le PS ou le MIR sont fortes et seule l’imminence d’un coup d’État permet la formation d’une direction provisoire unitaire58. Cette union sacrée n’est que de courte durée et rapidement les communistes se retirent de la direction du Cordon. Cependant, ajoute un militant, « les bases du PC sont en train de dépasser leur direction et avec elles nous n’avons pas de problèmes et travaillons de manière unitaire59 ». Suite à la mobilisation de la fin juin, ce Cordon se fixe comme tâche immédiate d’améliorer les mesures de défense de la zone, notamment grâce à la création de brigades de surveillance. Bien sûr, la province n’est pas en reste. À Concepción et à Talcahuano (le port), un nouveau Cordon industriel voit le jour le 11 juillet 1973. Progressivement, Talcahuano est entouré de plusieurs coordinations : Cordon El Andalien, Cordon Ralco, Cordon Penco Lirquen60. C’est à l’occasion du tancazo que le CI Osorno prend de l’assurance. Cette montée en force aboutit dans les semaines suivantes à l’organisation du ravitaillement et de la surveillance des usines. De manière concrète, ce CI met en place des formes de distribution directe de la farine et du bois de chauffage, grâce aux contacts avec un moulin et certains secteurs ruraux, notamment Mapuche. Mais, si on en croit les lettres envoyées par Héctor Vega à des journaux de Santiago et son témoignage, ces actions collectives sont très mal perçues par les autorités locales, particulièrement par le « camarade Intendant », militant de l’UP61.

  • 62 Citation tirée de Joxe A., Le Chili sous Allende, op. cit., p. 222.
  • 63 Chile Hoy, 1 juillet 1973.

15Au travers de ces quelques cas, on voit bien qu’il existe de manière diffuse au sein du mouvement ouvrier, une volonté de suivre l’exemple de Cerrillos et Vicuña Mackenna. Mais ces tentatives arrivent bien tard dans une conjoncture toujours plus difficile et elles concernent parfois seulement quelques centaines de salariés vraiment actifs dans le CI. Néanmoins, l’existence de ces Cordons pour soi, « en pointillés », aux côtés de CI malgré tout plus structurés, montrent des tendances de fond toujours à l’œuvre. Un sentiment d’appartenance à un tout social et à une conscience collective expliquent le positionnement radical de nombreux salariés (dont des démocrates-chrétiens). Tel ce président DC du syndicat d’une entreprise de confection (El As), membre du CI O’Higgins, qui après avoir participé à l’occupation fin juin 1973, refuse catégoriquement les appels de son parti, comme de la CUT, à rendre l’usine62. Ou encore, cet ouvrier DC qui devant répondre à la revue Chile Hoy sur la raison de son soutien au Cordon, affirme : « Nous sommes ensemble pour une raison très simple, cela est dû à l’exploitation à laquelle nous sommes soumis63. » Les expériences de mobilisation acquises font que la classe ouvrière a gagné en autonomie, au-delà des tentatives de canalisation politique ou des multiples sectarismes qui affectent l’espace du mouvement ouvrier. À l’intérieur de la muldimensionnalité de l’univers protestataire, les salariés se construisent en tant que classe mobilisée et, par voie de conséquence, leurs luttes sont un facteur devenu déterminant de l’ensemble du champ politique. Le peuple gronde et l’exécutif dirigé par S. Allende a beaucoup de mal à chevaucher un mouvement social de moins en moins docile.

Le « Cordonazo » de juillet 1973

  • 64 De Frente, 20 juillet 1973.
  • 65 Mensaje, n° 221, août 1973 (cité par Magasich J., op. cit., p. 216).
  • 66 Chile Hoy, 20 juillet 1973.
  • 67 Citation tirée de Silva M., Los Cordones…, op. cit., p. 440.

16Nous l’avons vu, la résistance au tancazo s’est traduite par un mouvement d’occupation massif de centaines d’usines et lieux de travail. Une fois la situation de nouveau stabilisée, quoique de manière très fragile, et afin de donner un gage de bonne volonté à la DC, le gouvernement et la CUT annoncent qu’il faudra sûrement en rendre plusieurs à leurs propriétaires. Cette décision met à vif les tensions entre d’une part le gouvernement et la CUT et de l’autre, les Cordons industriels. Initialement, la situation des usines occupées devait être discutée par une commission tripartite intégrée par la CUT, le comité économique du ministère et les représentants des CI. Il n’est pas fortuit que les Cordons soient finalement exclus de cette commission64. En même temps, comme l’écrit J. Ruiz Tagle dans la revue jésuite Mensaje, aussi bien la CUT qu’Allende ont conscience qu’il faut éviter à tout prix l’affrontement : « Les travailleurs semblent être décidés à ne rendre aucune entreprise et on a vu que la CUT ne contrôle plus ses bases. Le gouvernement espère que le dynamisme des Cordons tende à se calmer et à se structurer parce que la situation actuelle pose des problèmes sérieux, pas seulement politiques mais aussi de production. De plus, les dirigeants de l’UP pensent qu’une attitude rigide envers les Cordons pourrait les endurcir65. » Effectivement, le gouvernement est pris entre deux feux et son rôle d’arbitre est de plus en plus celui d’un funambule sur une corde raide. Allende décide que seront nationalisables seulement les 104 entreprises inclues dans le projet de loi envoyé avant le tancazo au Parlement (projet de loi dont l’application est rejetée indéfiniment jusqu’au coup d’État)66. L’UP ne paraît pas mesurer complètement le degré de mobilisation, momentanément atteint par les CI. « Les travailleurs doivent comprendre qu’il ne convient pas d’étatiser pour étatiser, déclare alors José Cadémartori, dirigeant du PC et ministre de l’Économie. Répondant à l’appel de la CUT du 29 juin, de nombreux travailleurs ont occupé de petites entreprises, y compris des ateliers. Nous ne croyons pas qu’il est correct de passer à l’Aire sociale ces petites unités, dans lesquelles la situation s’est déjà normalisée automatiquement67. »

  • 68 Temple, n° 6, août 1973.
  • 69 Tarea Urgente, 13 juillet 1973.
  • 70 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.
  • 71 Clarín, 19 juillet 1973.
  • 72 De Frente, 27 juillet 1973.

17Lors d’une conférence de presse tenue par les dirigeants de huit Cordons industriels de la capitale, les CI expriment leur désarroi. Sergio Chávez du Cordon O’Higgins signale : « Face aux entreprises qui sont occupées, on a donné des versions que nous ne partageons pas. Depuis le 29, on a reconnu les Cordons comme germes de pouvoir populaire. Pourtant, maintenant, on n’a pas pris en compte l’opinion des Cordons. En conséquence, nous croyons que c’est nous qui devons décider si nous rendons ou pas les entreprises occupées68. » Après le plan Prats-Millas en janvier, le mot d’ordre qui parcourt à nouveau les CI est : « Les industries prises ne seront pas rendues69 ! » Armando Cruces, président du Cordon Vicuña Mackenna harangue ainsi les salariés des usines occupées : « Camarades, vous comptez avec tout notre appui. […] Toutes les industries du Cordon Vicuña Mackenna sont les bienvenues et nous les défendrons avec notre sang, si c’est nécessaire70. » Ce messianisme ouvriériste entre alors en conjonction avec la subjectivité d’une fierté retrouvée pour des milliers de salariés. Mais le gouvernement ne l’entend pas ainsi et compte sur le temps qui passe pour calmer les ardeurs militantes : vingt jours après le coup d’État manqué, la situation de quelques entreprises seulement se trouve régularisée. Le reste d’entre elles se trouve dans une expectative difficilement tenable. Le 18 juillet, dans l’après-midi, les dirigeants des Cordons O’Higgins, Cerrillos, Santiago Centro, Mapocho-Cordillera et Vicuña Mackenna tiennent une longue assemblée. L’ambiance générale, morose, traduit la crainte que ne soient reportés indéfiniment les problèmes de chaque entreprise, tant que la CUT et le PC se montreront si peu enthousiastes pour les soutenir71. Le lendemain, les représentants de Isesa, Cristalerias, Toro, Artela et d’autres se réunissent avec des fonctionnaires, afin de réclamer la nationalisation. Et là encore, sous la pression, l’exécutif répond de manière positive. À l’usine Cintac, le bilan de la mobilisation est mis en exergue comme l’exemple à suivre72. Le même jour, le journal du PC (El Siglo) publie une déclaration signée par la direction de la CUT, qui s’oppose au maintien des actions collectives initiées par les CI : « La CUT rejette explicitement la tentative annoncée de provoquer un arrêt de travail avec occupation de certaines usines, puisque celui-ci n’obéit à aucun accord actuel de notre organisation. » De plus, cet appel condamne les appels à la coordination au niveau provincial des CI émis par Cerrillos.

  • 73 Clarín, 19 juillet 1973.
  • 74 Clarín, 20 juillet 1973.
  • 75 Cordón Santiago-Centro, « Repudio a la justicia por arbitraria detención », juillet 1973 (Clarín, 1 (...)
  • 76 Voir son témoignage (entretien réalisé à La Serena, 24 juin 2002).

18Pourtant, ce type de condamnation ex-catedra ne semble pas avoir beaucoup de prise sur ceux qui – à la base – voient comme une cuisante défaite les velléités de dialogue avec l’opposition ou le projet de rendre certaines usines. Comme ils l’avaient été face au plan Prats-Millas, les CI sont sur le pied de guerre face au gouvernement. C’est le cas du Cordon Matucana-Mapocho. Récemment constitué autour de l’usine de Fundicion Libertad, il se développe dans une zone qui compte 58 industries et plus de 20 000 salariés73. En juillet et avec la participation active d’ouvriers démocrates-chrétiens, cette coordination se met en mouvement afin d’exiger la nationalisation des usines Chiteco, Caffarena et Cumming Diesel. Cette dernière entreprise est finalement nationalisée dans les jours suivants74. Un autre exemple est celui du Cordon Santiago-Centro. Il s’insurge contre la détention de l’Interventor d’une banque du centre-ville et se solidarise avec ses salariés en grève. Dans une note rendue publique, le CI caractérise cette arrestation comme la preuve que la justice de classe se moque des travailleurs75. Tout Santiago paraît à nouveau en ébullition, malgré les invitations au calme et les gestes de bonne volonté du gouvernement. Pablo Muñoz, militant socialiste, se rappelle comment l’exécutif est amené à dépasser ses propres objectifs. C’est le cas pour Luchetti, importante entreprise alimentaire initialement non prévue dans les listes du gouvernement : « Après le 29 juin, ont été nationalisées de nombreuses usines, beaucoup d’entre elles avaient été occupées par les travailleurs, le 29 en pleine alerte d’insurrection militaire. Après le 29, Luchetti n’a pas été rendue à son propriétaire, et elle a été “intervenue” [nationalisée] par l’État. Et Luchetti participait depuis longtemps au Cordon. » La désignation de Pablo Muñoz, 24 ans, comme administrateur est proposée par le CI et confirmée par Allende76.

  • 77 Tarea urgente, 27 juillet 1973 ; La Aurora de Chile, 26 juillet 1973 ; De Frente, 27 juillet 1973.
  • 78 José Arroyo, 27 ans et militant du MIR, aurait fait une chute mortelle, semi asphyxié par les gaz l (...)

19Si l’UP répond positivement à certaines revendications, elle cherche aussi à temporiser et à négocier, tandis que l’opposition et les entrepreneurs hurlent à la dictature marxiste. La majorité de la gauche et le gouvernement refusent de suivre les consignes rupturistes du pouvoir populaire et veulent donner le change à une Démocratie-chrétienne qui fait habilement monter les enchères, avant de rompre le dialogue. Une bonne illustration des formes de lutte sociale menées par les CI est celle du 19 juillet initiée par le CI Vicuña Mackenna. En effet, le lendemain de la grande mobilisation du CI Cerrillos, c’est le CI voisin qui prend la relève77. Le matin, les dirigeants du Cordon parcourent les quatre secteurs du Cordon et informent plusieurs dizaines d’entreprises (presque 90 selon De Frente). L’objectif est de faire pression pour que les usines occupées ne soient pas rendues et, en même temps, d’exiger l’expropriation de la Cenadi. Finalement, plusieurs milliers de personnes affluent dans les rues (peut-être 4 000). À 11 heures, la zone contrôlée par le Cordon est immense (depuis Avenida Matta jusqu’à l’usine Textil Progreso) et rapidement barrée par cinq barricades. Un instant, les militants du pouvoir populaire peuvent crier que le CI Vicuña Mackenna est un « Territoire Libre des Travailleurs ! ». Dès midi, l’État se rappelle au bon souvenir des manifestants et les carabiniers interviennent, alors que le ministre de l’économie, José Cadémartori (PC), refuse de se présenter au Cordon. Vers 18 h 30 commence la répression. Le bilan est lourd : plusieurs personnes sont blessées et un militant décédé78.

  • 79 Clarín, 26 juillet 1973.
  • 80 Magasich J., op. cit., p. 237.

20En fait, ces journées d’intenses mobilisations de juillet sont les dernières actions d’envergure réalisées par les Cordons. Certes, on peut citer plusieurs escarmouches notables par la suite mais sans cette combativité et ce caractère de masse. À cette date, les situations les plus conflictuelles se réduisent à un groupe d’environ 30/40 entreprises : une goutte d’eau dans l’océan des 34 000 entreprises du pays, comme s’empresse de le souligner Luís Figueroa lors du plenum de la CUT79. Cependant, le divorce entre une fraction de la société civile et le champ institutionnel est patent, même si une majorité du mouvement ouvrier reste soudé derrière l’UP et son gouvernement. Assurément, « l’inactivité ou le soutien du reste de la gauche face à la politique de restitution des entreprises occupées le 29 juin marqua le début de l’isolement des Cordons par rapport à la grande masse de la gauche80 ». Allende plutôt que de s’appuyer sur cette « révolution par en bas » mal définie, décide de placer ses dernières chances politiques dans un cabinet qui donne la part belle aux militaires : c’est le cabinet dit de « sécurité nationale ».

Gouvernement civilo-militaire et paralysie de la gauche

  • 81 Clarín, 9 août 1973.
  • 82 Bourdieu P., Contre-feux, Paris, Éditions Raisons d’Agir, 1998, p. 9-18.

21Le sixième remaniement ministériel de l’UP et la constitution du cabinet civilo-militaire, officiellement le 9 août 1973, permettent l’arrivée, au premier plan du champ politique, des plus importants responsables militaires du pays. Ces généraux sont choisis dans les différentes branches des forces armées et placés à des postes clefs : Défense (commandant en chef de l’armée de terre – Gal Prats) ; Économie (commandant en chef de la marine – Gal Raúl Montero) ; Travaux publics (commandant en chef de l’aviation – Gal Ruiz Danyau) ; Terres et colonisation (directeur général des carabiniers – Gal José María Sepúlveda). Allende a décidé de mettre le « peuple de gauche » devant le fait accompli, et surtout ses partisans les plus radicaux, résolument hostiles à la participation de militaires au gouvernement. Depuis plusieurs semaines se déroulent dans tout le pays des meetings dénonçant l’attitude ouvertement répressive des forces armées contre les usines mobilisées, grâce à une application cynique et brutale de la « loi sur le contrôle des armes » (voir chapitre iii, partie IV). Pour Allende, ce cabinet devrait contribuer à calmer l’affrontement de classe : « Il n’y aura dans ce pays ni coup d’État, ni guerre civile parce que l’immense majorité des Chiliens s’oppose patriotiquement à ces insensés, conscients de la responsabilité historique que nous avons tous81. » Pourtant, si le pari du « camarade-président » est de réaliser un ultime repli tactique, il n’offre que peu de perspectives aux forces révolutionnaires. Au contraire, il paraît donner raison aux secteurs qui poussent ouvertement les militaires à intervenir et renforce ce que l’on pourrait appeler « la main droite de l’État » (pour paraphraser Pierre Bourdieu82), c’est-à-dire tout ce en quoi il est le garant de l’ordre social et l’éventuel adversaire de ceux qui le contesteraient.

  • 83 Chile Hoy, 17 août 1973.
  • 84 Clarín, 26 juillet 1973.
  • 85 Clarín, 27 juillet 1973.
  • 86 Corvalán L., « Del discurso en el acto de masas del PC en el teatro Caupolican », 11 août 1973 (in (...)
  • 87 Altamirano C., Discurso pronunciado en la industria Cobre Cerrillos, 14 août 1973 (in V. Farías, op (...)

22Armando Cruces ne mâche pas ses mots : « Pour les dirigeants du Cordon et tous les travailleurs, ce cabinet apparaît comme une trahison vis-à-vis de la classe ouvrière car il prouve que le gouvernement hésite toujours et n’a pas confiance dans la classe ouvrière. Les militaires dans le gouvernement, comme en octobre, sont une garantie pour les patrons. » D’autres dirigeants des CI sont beaucoup plus modérés, soulignant par là même le manque de cohérence politique au sein de la direction PS des Cordons. Ainsi, Víctor Muñoz (CI San Joaquín) déclare, à titre personnel, que « sans vouloir justifier pleinement le cabinet », il considère « qu’il s’agit là d’une démarche tactique dans la perspective d’une accumulation de forces qui permettront, demain, de faire face à la réaction dans de meilleures conditions83 ». Le 9 août 1973, les Cordons industriels manifestent pendant plusieurs heures dans le centre-ville aux cris de « pouvoir populaire », mais c’est pourtant le désarroi qui gagne leurs rangs. Désarroi qui n’est finalement que le reflet de la confusion qui règne dans la direction des partis d’une gauche plus divisée que jamais. En effet, depuis la fin juillet, Allende et le PC ont multiplié les déclarations glorifiant le constitutionnalisme de l’armée et, en parallèle, ont dénoncé le gauchisme des activistes du pouvoir populaire. Déjà, lors du plenum de la CUT fin juillet 1973, le président de la République a annoncé que les forces armées ont un rôle essentiel à jouer dans le développement du pays et s’en est pris à « l’ultra droite » mais aussi aux « pseudos révolutionnaires de gauche », « infiltrés » dans les rangs du peuple. Et qui sont-ils selon le premier mandataire du pays ? Ceux qui alimentent le chaos par « les occupations de routes et de chemins, où sont parfois en première ligne des hommes de gauche qui se trompent et juste derrière des militants de l’opposition, qui les utilisent84 ». Les Cordons de Santiago sont directement visés. Dans le même ordre d’idées, lors de la session plénière de la direction du PC de la fin juillet, O. Millas affirme que « suivre le chemin antipopulaire des ultra gauchistes, c’est faire le jeu de la droite ». Ces « gauchistes » sont identifiés : des militants FTR, dont il n’hésite pas à suggérer qu’ils pourraient « camoufler un déguisement de la CIA85 ». Ce type d’argumentation irrationnelle et sectaire se multiplie à l’occasion des derniers débats sur le pouvoir populaire durant le mois d’août. Si pour le PC, une partie du PS et le MAPU Obrero-Campesino (dirigé par J. Gazmuri), le cabinet civilo-militaire est une bonne chose86, ce n’est pas l’avis de l’ensemble de l’UP. Pour C. Altamirano, le gouvernement et la gauche ont commis de graves erreurs et n’ont pas su s’appuyer sur les organisations surgies de la base. Dans un discours radiophonique depuis le syndicat Cobre Cerrillos, le 14 août, il reconnaît « l’absence d’audace pour restructurer un appareil étatique que la bourgeoisie a créé en fonction de ses intérêts de classe ». Selon lui, l’unique solution serait « que l’Unité populaire et le gouvernement situent au centre de leur préoccupation, dans chaque initiative et chaque action, le développement et le renforcement du pouvoir populaire et l’instauration « d’un nouvel État où les travailleurs et le peuple aient l’exercice réel du pouvoir » ainsi que le signale textuellement le programme de l’Unité populaire ». Et d’ajouter sur un ton messianique : « Nous avons réveillé un peuple et l’avons mis en marche et rien ni personne ne pourra arrêter sa marche de géant87. »

  • 88 MIR (Secrétaire national), « Declaración sobre el nuevo gabinete y la situación política », 13 août (...)
  • 89 Pour une histoire complète et passionnante sur ces événements : Magasich J., Los que dijeron « No » (...)
  • 90 « Carta de los marineros torturados en la Armada a Salvador Allende », in V. Farías, op. cit., p. 4 (...)
  • 91 Allende S., « Declaración sobre la campaña contra las torturas en la Armada », 6 août 1973 (in V. F (...)
  • 92 El Mercurio, 10 août 1973 et El Rebelde, 23 août 1973.

23La condamnation du MIR est encore plus dure : le cabinet civilo-militaire serait celui de « la capitulation » car l’UP n’aurait fait que « renforcer l’ordre bourgeois et patronal, renonçant ainsi à fortifier le gouvernement grâce à l’augmentation de l’autorité de la classe ouvrière et du peuple ». L’organisation au drapeau rouge et noir prédit en conséquence la « division du peuple et de la gauche, la confusion et le mécontentement des masses88 ». Les contradictions entre les différents partis de gauche s’accentuent ainsi jusqu’à la rupture définitive durant le mois d’août, en alimentant un peu plus la confusion chez les militants de base. L’épisode de la répression des marins de gauche confirme le degré de paralysie auquel est arrivée l’UP, sans qu’aucune organisation ne paraisse capable d’inverser la tendance. En effet, début août, les services d’intelligence de la marine arrêtent, à la surprise générale, des marins et des travailleurs des ateliers militaires des ports de Valparaíso et Talcahuano (Asmar), sous prétexte qu’ils auraient organisé des cellules militantes au sein des forces armées89. Une centaine de personnes sont arrêtées et même certaines torturées, alors que le 24, le général José Toribio Merino (futur membre de la junte militaire) demande l’arrestation des dirigeants de gauche O. Garretón (MAPU), C. Altamirano (PS) et M. Enríquez (MIR) en tant qu’auteurs intellectuels « d’un travail de conspiration au sein de l’armée ». La lettre publique envoyée par les marins à Allende explique pourtant qu’il ne s’agit absolument pas de cela et qu’ils ont agi seuls avec pour but de dénoncer, preuves et noms d’officiers à l’appui, les préparatifs d’un coup d’État à Valparaíso90. Devant des faits aussi graves, l’exécutif rechigne pourtant à prendre une décision politique forte et annonce qu’il s’en remet à la décision de la justice militaire… Travaillant aux côtés de généraux-ministres, l’UP refuse de se déclarer solidaire des marins torturés afin, soi-disant, « d’éviter un faux affrontement entre le peuple et les forces armées91 ». Allende au nom « du respect de l’État de droit » et de l’unité des institutions militaires, rend ainsi impossible toute alliance entre la gauche et les soldats ou sous-officiers qui lui sont encore fidèles. Répétant « une fois de plus, les extrémistes de gauche et de droite se serrent la main », il autorise l’application de la loi de sûreté intérieure contre les marins et leur répression92.

  • 93 Prats Gal C., « Carta de renuncia al Presidente Allende », 25 août 1973 (in V. Farías, op. cit., t. (...)

24Dans ces conditions, la voie royale paraît toute tracée pour le coup d’État et le temps historique s’accélère en ce sens, tandis que la grève des camionneurs et de multiples corporations fait rage. Le 17 août, le général Ruiz Danyau démissionne brusquement du gouvernement en même temps que de ses fonctions de Commandant en chef de l’aviation. Sa démission fait grand bruit puisque, selon le MIR, Ruiz aurait planifié sa participation à un coup d’État militaire. Il est remplacé par le général Gustavo Leigh, lui-même futur haut responsable de la dictature militaire. Le 25 du même mois, c’est le général Prats, l’un des appuis fondamentaux d’Allende, qui donne sa lettre de renoncement, craignant que sa présence au sein du gouvernement n’approfondisse « la rupture de la discipline institutionnelle et la dislocation de l’État de droit93 ». Pour lui succéder, le président de la République nomme commandant en chef des forces armées le général Pinochet, présenté par Prats lui-même comme loyal…

Notes

1 Joxe A., « L’armée chilienne et les avatars de la transition », Les Temps Modernes, Paris, n° 323, juin 1973.

2 Prats C., Testimonio de un soldado, op. cit., p. 396.

3 Cité par Vitale Luís dans Para recuperar la memoria histórica, op. cit., p. 219.

4 Nous ne pouvons revenir ici en détail sur cette dimension essentielle de l’histoire chilienne. Pour avoir accès à de nombreux documents secrets déclassifiés sur cette ingérence de Washington, voir le site du National Security Archive sous direction de Peter Kornbluh : [www.gwu.edu/~nsarchiv/latin_america/chile.htm]. Voir également : Kornbluth P., The Pinochet File. À declassified dossier on atrocity and accountability, op. cit.

5 Nous utilisons la traduction française effectuée par Magasich J. (op. cit., p. 181).

6 Voir son récit dans Prats C., Testimonio de un soldado, op. cit., p. 417-426.

7 « Golspista » désigne en espagnol les hommes favorables au au coup d’État (Golpe de Estado).

8 Pinochet A., El día decisivo, Santiago, Andrés Bello, 1980.

9 El Siglo, 29 juin 1973.

10 Allende S. et Aylwin P., « Las cartas del diálogo entre el Gobierno y la Democracia Cristiana », 31 juillet et 1er août 1973 (in V. Farías, op. cit., p. 4842-4849).

11 Voir à ce propos les réflexions de Touraine Alain, Vie et mort du Chili populaire, journal sociologique, Paris, Le Seuil, 1973.

12 Allende S. et Aylwin P., « Las cartas del diálogo entre el Gobierno y la Democracia Cristiana », op. cit.

13 Secretariado general del MIR, « Declaración », 29 juin 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4777-4780).

14 MIR, « A pesar de la capitulación, el pueblo seguirá luchando », El Rebelde, 13 août 1973.

15 Altamirano C., « Nadie puede negarle al pueblo el derecho a su propia defensa », discours prononcé le 13 juillet 1973 au syndicat Elecmetal (La Nación, 14 juillet 1973).

16 Pinochet A., El día decisivo, op. cit., p. 99.

17 CUT, « Orden del día del Comité directivo de la CUT », Santiago, 29 juin 1973 (Punto Final, 17 juillet 1973).

18 PS, « Orden del día del partido socialista », Santiago, 29 juin 1973 (La Aurora de Chile, édition spéciale, juin 1973) et PS, Briones A., « Instructiva », 2 juillet 1973 (La Prensa, 6 juillet 1973).

19 Cordón Cerrillos, « Comunicado del Cordón Cerrillos », 29 juin 1973 (Chile Hoy, 1 juillet 1973).

20 Entretien réalisé à La Serena, 24 juin 2002.

21 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973.

22 Dupuy P., Chili 1967-1973 : témoignage d’un prêtre ouvrier, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 127.

23 Chile Hoy, 1er juillet 1973.

24 Plus de 400 selon la presse d’opposition (La Prensa, 9 juillet 1973) et 520 selon un journal du MAPU (De Frente, 20 juillet 1973).

25 À noter que Luchetti, malgré son importance économique, ne fait pas partie de la liste des nationalisables selon le gouvernement.

26 El Mercurio, 4 juillet 1973.

27 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.

28 De Frente, 20 juillet 1973.

29 Témoignage de Rigoberto Quezada, recueilli par Silva Miguel, Los Cordones industriales y el socialismo desde abajo, op. cit.

30 Allende S., « Discurso al pueblo del 29 de junio de 1973 », 30 juin 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4471-4476).

31 En témoigne, l’entretien avec Mireya Baltra qui, aujourd’hui encore, décrit les Cordons industriels comme une « invention du MIR »… Entretien réalisé à Santiago, le 22 février 2003.

32 Chile Hoy, 27 juillet 1973.

33 La Aurora de Chile, 26 avril 1973.

34 Témoignage de J. Bertín recueilli en 1996 (in M. Silva, Los cordones industriales y el socialismo desde abajo, op. cit.).

35 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

36 Entretien réalisé à Santiago, 22 février 2003.

37 Témoignage de G. Rodríguez recueilli en 1997 (in M. Silva, Los cordones industriales y el socialismo desde abajo, op. cit.).

38 Corvalán L., Santiago-Moscú-Santiago, op. cit., p. 50.

39 Clarín, 27 juillet 1973.

40 La Aurora de Chile, 31 mai 1973.

41 Voir Bustos J. (PS), Muñoz J. (PC), Declaración conjunta de regionales Capital y Santiago Centro de partidos comunista y socialista, 11 juin 1973 (La Aurora de Chile, 14 juin 1973).

42 De Frente, 10 août 1973 et Lizarraga A., « La izquierda pugna por el control de los cordones » (in La tragedia chilena : testimonios, op. cit., p. 96-102).

43 À propos des déficiences organisationnelles de la CUT, voir la deuxième partie de ce travail.

44 CUT, Comunicado, 18 juillet 1973 (Clarín, 19 juillet 1973).

45 De Frente, 27 juillet 1973.

46 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

47 Cordón Vicuña Mackenna, « Alerta trabajadores : a parar las maniobras divisionistas », El Cordonazo, 12 juillet 1973.

48 Chile Hoy, 16 août 1973.

49 IC. Testimonio Hernán Méry, 23 août 1973.

50 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

51 Cancino H., op. cit., p. 380.

52 Yánez A., « Algunos problemas de la estrategia y de la táctica de la revolución chilena », PCC, Boletín exterior, n° 24, juillet-août 1977 et Labarca E., « Apuntes sobre los cordones industriales », PCC, Boletín exterior, n° 43, septembre-octobre 1980, p. 49-74. Pour une réévaluation autocritique effectuée tardivement par un responsable du PC, voir : Azocar O., « La transformación revolucionaria del Estado. La UP, el Estado y el poder popular », A 30 años de la Unidad Popular. El imperativo de la memoria, Santiago, ICAL, septembre 2000, p. 177-190.

53 El Mercurio, 24 juillet 1973.

54 Ibid. Une conversation menée, en 2003, avec un ancien militant PS suggère l’existence d’un appui financier offert aux autres Cordons par les militants du CI Santiago Centro, qui ont leurs entrées dans les ministères…

55 Pinochet Ugarte A., El día decisivo, op. cit., annexe 8.

56 De Frente, 3 août 1973.

57 De Frente, 24 août 1973.

58 Elle est constituée de 4 communistes, 4 socialistes, 4 MAPU. C’est Domingo Cancino, président socialiste du syndicat de Mademsa qui est élu président de ce Cordon.

59 De Frente, 3 août 1973.

60 La Nación, 12 juillet 1973.

61 Vega H., « Carta desde Osorno », juillet 1973 (La Aurora de Chile, 19 juillet 1973).

62 Citation tirée de Joxe A., Le Chili sous Allende, op. cit., p. 222.

63 Chile Hoy, 1 juillet 1973.

64 De Frente, 20 juillet 1973.

65 Mensaje, n° 221, août 1973 (cité par Magasich J., op. cit., p. 216).

66 Chile Hoy, 20 juillet 1973.

67 Citation tirée de Silva M., Los Cordones…, op. cit., p. 440.

68 Temple, n° 6, août 1973.

69 Tarea Urgente, 13 juillet 1973.

70 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.

71 Clarín, 19 juillet 1973.

72 De Frente, 27 juillet 1973.

73 Clarín, 19 juillet 1973.

74 Clarín, 20 juillet 1973.

75 Cordón Santiago-Centro, « Repudio a la justicia por arbitraria detención », juillet 1973 (Clarín, 19 juillet 1973).

76 Voir son témoignage (entretien réalisé à La Serena, 24 juin 2002).

77 Tarea urgente, 27 juillet 1973 ; La Aurora de Chile, 26 juillet 1973 ; De Frente, 27 juillet 1973.

78 José Arroyo, 27 ans et militant du MIR, aurait fait une chute mortelle, semi asphyxié par les gaz lacrymogènes.

79 Clarín, 26 juillet 1973.

80 Magasich J., op. cit., p. 237.

81 Clarín, 9 août 1973.

82 Bourdieu P., Contre-feux, Paris, Éditions Raisons d’Agir, 1998, p. 9-18.

83 Chile Hoy, 17 août 1973.

84 Clarín, 26 juillet 1973.

85 Clarín, 27 juillet 1973.

86 Corvalán L., « Del discurso en el acto de masas del PC en el teatro Caupolican », 11 août 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4809-4811).

87 Altamirano C., Discurso pronunciado en la industria Cobre Cerrillos, 14 août 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4953-4962).

88 MIR (Secrétaire national), « Declaración sobre el nuevo gabinete y la situación política », 13 août 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4963-4968).

89 Pour une histoire complète et passionnante sur ces événements : Magasich J., Los que dijeron « No ». Historia del movimiento de los marinos antigolpistas de 1973, Santiago, LOM, 2008.

90 « Carta de los marineros torturados en la Armada a Salvador Allende », in V. Farías, op. cit., p. 4908-4911.

91 Allende S., « Declaración sobre la campaña contra las torturas en la Armada », 6 août 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4904).

92 El Mercurio, 10 août 1973 et El Rebelde, 23 août 1973.

93 Prats Gal C., « Carta de renuncia al Presidente Allende », 25 août 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 5005-5006).

Table des illustrations

Titre lllustration 15 – Carlos Altamirano (PS) s’adresse aux Cordons industriels depuis l’usine Elecmetal (juillet 1973).
Légende Aux côtés de C. Altamirano (à droite), on peut apercevoir A. Cruces (au centre), président du CI V. Mackenna.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42702/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre lllustration 12 – Mobilisation ouvrière dans les Cordons de Santiago durant le tancazo.
Crédits El Mercurio, 2 juillet 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42702/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre lllustration 14 – Réunion du Cordon Cerrillos, le 29 juin 1973.
Crédits Temple, n° 6, août 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42702/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540