Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Répertoires du pouvoir populaire, territoires mobilisés et menaces de coup d’État

Chapitre I. Des mobilisations collectives radicales sans alternative politique ?

Texte intégral

L’accélération de la crise de l’Unité populaire

Un « pôle révolutionnaire » aux élections législatives ?

  • 1 Allende S., « Plataforma de la Victoria », 29 février 1973.
  • 2 Allende S., « Tercer Mensaje ante el Congreso Nacional », 21 mai 1973 (in V. Farías, op. cit., t. V (...)
  • 3 Moulian T., Conversación con Allende, op. cit., p. 88-89.
  • 4 Littéralement le « poignet », c’est-à-dire les capacités à manœuvrer.
  • 5 Enríquez M. (MIR), « Discurso de apoyo de los candidatos del PS y de la IC », 24 janvier 1973 (in V (...)
  • 6 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nue (...)
  • 7 MIR, « Carta al Partido Socialista apoyando a sus candidatos » et PS, « Respuesta a la carta del Se (...)
  • 8 Cette complaisance envers le « réformisme » est immédiatement critiquée par certains groupuscules d (...)
  • 9 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nue (...)

1Nous avons tenté d’expliquer que la période qui suit octobre 1972 est celle d’une accentuation des différenciations en cours, au sein de la gauche chilienne, et même d’affrontements sporadiques entre le mouvement ouvrier et le gouvernement Allende, avec un conflit important autour de l’extension de l’APS. En février 1973, plusieurs indices auraient pu faire penser que la nouvelle conjoncture permettrait un renforcement des liens entre les organismes de pouvoir populaire naissants et le gouvernement, notamment grâce à leur reconnaissance officielle, et cela au plus haut niveau de l’État. En effet, Salvador Allende lui-même leur rend un hommage appuyé, dans un discours intitulé « plateforme de la victoire », pour leur capacité de résistance lors de la grève patronale1. Cette nouvelle certification et légitimation de la part de la présidence de la République est confirmée quelques semaines plus tard, lors du troisième discours présidentiel devant le Congrès2. L’exécutif chilien se trouve de plus en plus enfermé au milieu de ce que Tomás Moulian nomme une « double incapacité » : d’un côté « l’inefficacité de la stratégie “modérée”, dirigée par Allende pour obtenir des négociations [avec la DC] viables » et de l’autre, « l’incapacité du “pôle révolutionnaire” de proposer des solutions radicales vraisemblables3 ». Cette situation est en partie le fruit des dissensions internes de la gauche, alors que les tensions sociales s’accumulent et que la fameuse « muñeca4 » d’Allende ne suffit plus à faire une politique de gouvernement conséquente. Face aux incohérences gouvernementales et à la pression du mouvement social, les secteurs dits « rupturistes » connaissent un regain de vitalité. Ce « pôle révolutionnaire », qualifié par quelques auteurs (dont Tomás Moulian et Luís Corvalán Márquez) « d’irresponsable » et « maximaliste » fait finalement le pari de l’unité électorale. À l’occasion des législatives, le MIR et le PS lancent une partie de leurs forces dans un champ institutionnel en pleine décomposition, pour tenter de créer un pôle unitaire, après avoir été incapables de le faire au sein de l’espace des luttes sociales. Le MIR, à l’occasion des élections de mars 1973, approuve ainsi un pacte avec le PS et décide de soutenir Altamirano, tout comme les listes présentées par la Gauche chrétienne5. Selon cette tactique, les fortes contradictions que vit le PS seraient le signe d’un processus de différenciations à l’intérieur du mouvement ouvrier et de la possible apparition d’une direction révolutionnaire au sein même de l’aile gauche de l’UP, en alliance avec la gauche extraparlementaire. Depuis la grève d’octobre 1972, le MIR espère une rupture socialiste avec la ligne politique réformiste, assumée par la majorité de l’UP6. L’organisation de Miguel Enríquez a déjà fait alliance, au sein du mouvement social, avec certaines fractions du PS comme ce fut le cas lors de l’assemblée de Concepción, ou de manière régulière en participant, côte à côte, aux réunions des CI. La formalisation de cet appui électoral du MIR au PS s’effectue à la suite d’un échange de lettres publiques entre C. Altamirano et la direction miriste7. Le mouvement de Miguel Enríquez semble prêt à mettre ses capacités militantes au service de cette aile de l’UP (PS-IC) dans le cadre des élections de mars, au lieu de choisir de présenter un programme indépendant8. En interne, cette orientation ne fait pas consensus. Le « camarade Gonzalo » (membre de la direction du MIR) rejette vigoureusement ce projet d’alliance, qu’il juge opportuniste et alimentant la confusion. Il demande que le MIR présente un programme révolutionnaire alternatif et indépendant de celui de l’UP9. En effet, la direction socialiste n’a jamais envisagé de rompre avec le programme gradualiste établi par Allende. Mais le pari que fait le MIR est d’approfondir la division entre deux « pôles » de l’UP pour renforcer son aile gauche. L’épisode de la récente scission du MAPU (entre un bloc modéré et une fraction radicale), juste quelques jours après les élections, donne temporairement l’illusion de la justesse de cette analyse.

  • 10 Prats C., Testimonio de un soldado, Santiago, Pehuen, 1985.
  • 11 El Mercurio, 17 mars 1973.
  • 12 Allende Salvador, « Discurso por radio y televisión sobre los resultados electorales », 4 mars 1973 (...)
  • 13 Garcès J., Allende y la experiencia chilena, op. cit.
  • 14 Voir l’âpre polémique à ce propos – à la fin juillet 1973 – entre La Aurora de Chile et Tarea Urgen (...)
  • 15 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.
  • 16 El Mercurio, 17 mars 1973.
  • 17 El Mercurio, 19 avril 1973.

2Les résultats des élections parlementaires du 4 mars 1973 sont finalement une surprise. La droite, regroupée dans la Confédération démocratique (CODE) atteint un peu plus de 54 % (dont 29 % pour la DC). Mais ce n’est pas suffisant pour renverser constitutionnellement le gouvernement d’Allende. Il aurait fallu les 2/3 des sièges au Parlement : le « coup d’État » légal longtemps envisagé par la droite est ainsi impossible. La seule tactique désormais est de faciliter ouvertement l’intervention des forces armées, option activement appuyée par la CIA. Les thèses politiques avancées publiquement par des hommes comme Sergio Onofre Jarpa (leader du Parti national) ont le mérite d’être limpides et les Mémoires du Général Prats, chef de l’armée, démontrent l’écho grandissant qu’elles trouvent auprès des officiers10. D’ailleurs, le 28 mai apparaît en première page du Mercurio, un certain général Pinochet, chargé temporairement du commandement des forces armées alors que Prats est à l’étranger. Seulement quelques jours après avoir pris connaissance des résultats, le président de la DC (premier parti du pays) fait savoir que toute possibilité d’entente avec le gouvernement est impossible11. C’est désormais l’aile droite de ce parti qui mène sa politique avec à sa tête Patricio Aylwin. En revanche, l’Unité populaire avec plus de 43 % des votes se maintient au-dessus de la barre des 40 %, malgré des pronostics pessimistes. Après plus de deux ans de gouvernement et en plein milieu des difficultés économiques et politiques, l’UP montre qu’elle reste incontournable et légitime, aux yeux des classes populaires. Par contre, si ces résultats sont perçus avec enthousiasme par l’ensemble des partis de gauche12, ils mettent à mal la stratégie défendue avec force par Allende. Sans majorité parlementaire, les réformes graduelles proposées sont dans l’impasse. Début juin, le président de la République, conscient d’être dans une voie sans issue, propose l’organisation d’un plébiscite qui lui permettrait de dissoudre le Parlement et d’appeler à une assemblée constituante. Cette proposition est refusée par les leaders de la gauche parlementaire sous prétexte de conditions défavorables13. Enfin, la tactique de la formation d’un pôle révolutionnaire facilitée par un accord électoral PS/MIR, est aussi remise en cause. Certes, le PS et ses alliés potentiels (MAPU et IC) arrivent devant l’aile modérée dirigée par le PC (22,37 % contre 20,73 %). Cependant, le déplacement à gauche que souhaite le MIR ne se produit pas et, même, dans la circonscription sénatoriale de Santiago, c’est le dirigeant communiste Volodia Teitelboim qui devance Carlos Altamirano, candidat pourtant le plus fortement soutenu par les miristes. Globalement, la DC et l’UP restent hégémoniques au sein des classes populaires et influent sur l’ensemble de l’espace du mouvement ouvrier. Le PS, d’ailleurs, rejette l’éventualité de la constitution d’un « pôle révolutionnaire » réclamé par M. Enríquez et, en juillet 1973, les socialistes du Régional Centro dénoncent un appel à « créer un front de classe révolutionnaire qui surpasse les perspectives de l’Unité populaire », qui circule au niveau des Cordons industriels de Santiago, relayé par Tarea Urgente14. Des militants comme Pablo Muñoz ou Luís Ahumada témoignent que jamais les militants socialistes des Cordons industriels n’ont eu comme volonté de dépasser le gouvernement, mais plutôt d’appuyer « les avancées qui se réalisaient à l’intérieur de l’UP15 ». Après les élections, Allende propose ainsi de créer un « parti unifié de l’UP qui dirigerait l’action du gouvernement et des masses » et dont l’une des tâches serait de « développer les institutions du pouvoir populaire16 ». Altamirano quant à lui appelle à stimuler « les Cordons industriels, les Conseils paysans, les JAP qui sont de vrais germes de pouvoir populaire », mais sans s’opposer à la gestion gouvernementale17.

  • 18 Garcés J., El estado y los problemas tácticos en el gobierno de Allende, México, Siglo XXI, 1974.

3Divisée et affaiblie, l’UP se trouve toujours face à un profond dilemme : comment maintenir ses appels à la négociation avec la DC (qui les rejette) sans perdre le contact avec les fractions les plus organisées du mouvement ouvrier qui réclament la radicalisation du processus ? Comme le reconnaîtra plus tard Joan Garcés, conseiller personnel d’Allende, à la mi-1973, la « phase politico-institutionnelle » du processus de transformation sociale paraît désormais peu praticable18.

Le maintien des mobilisations ouvrières et la « stratégie d’hiver » de l’opposition

  • 19 Cordón O’Higgins, « El Cordón O’Higgins a la opinión pública, trabajadores y cordones industriales (...)

4La forte mobilisation ouvrière contre la menace de coup d’État de la fin juin 1973, est précédée de nombreuses mobilisations collectives et de conflits salariaux, dans certaines usines du pays. Plusieurs d’entre eux, fait hautement significatif, proviennent de secteurs ouvriers pourtant intégrés à l’APS et sous fort contrôle de la CUT. Parallèlement, l’on voit se multiplier les interventions du mouvement pobladores quant aux problèmes de ravitaillement et de logement. Les Cordons industriels continuent aussi à se mobiliser en faveur des salaires et du passage à l’APS des petites et moyennes entreprises. Ainsi, pour la direction du CI O’Higgins : « Les travailleurs de nos entreprises, qu’elles soient grandes ou petites, ont le même droit, puisqu’ils ont contribué, par leur sacrifice, à cette lutte de classes afin de continuer d’avancer dans le processus révolutionnaire, malgré les persécutions patronales et judiciaires. » Pour le CI, « la toma » reste « un droit de lutte contre l’exploitation, les abus patronaux et une arme de lutte pour nos revendications économiques et sociales19 » (voir illustration 8).

lllustration 8 – Mobilisation du Cordon O’Higgins à Santiago (mars-avril 1973).

lllustration 8 – Mobilisation du Cordon O’Higgins à Santiago (mars-avril 1973).

Posición, 30 mars 1973.

  • 20 Posición, 16 mars 1973.
  • 21 La Aurora de Chile, 2 avril 1973.
  • 22 El Rebelde, 11 avril 1973.
  • 23 El Mercurio, 26 avril 1973.
  • 24 La Aurora de Chile, 12 avril 1973.
  • 25 Et repris telle quelle par des auteurs progressistes comme Luís Corvalán Márquez (Los partidos y el (...)
  • 26 Magasich J., Pouvoir formel et pouvoir réel, op. cit., p. 170-171.
  • 27 Ce premier mai est d’ailleurs ponctué d’incidents graves, telle la mort d’un jeune ouvrier communis (...)
  • 28 Allende S., « Discurso del primer de mayo 1973 », in El Mercurio, 2 mai 1973.
  • 29 Magasich J., Pouvoir formel et pouvoir réel, op. cit., p. 171.

5Quant au président du Cordon industriel Cerrillos, Hernán Ortega, il interprète les résultats des élections législatives comme favorables à la mobilisation20. À la tête de cette dynamique se trouvent les Cordons Vicuña Mackenna et Maipú-Cerrillos. Le 3 avril 1973, Salvador Allende au travers d’un discours diffusé à la radio et à la télévision, dénonce cette fois directement les CI, en rejetant le plan « d’occupation et barricades de la part d’un secteur de pobladores et travailleurs ». Paternaliste, il appelle à éviter un affrontement avec le gouvernement. Le lendemain pourtant, les Cordons réalisent quand même les blocages prévus et paralysent les routes de leur zone. Ces actions sont l’objet immédiat d’une intervention policière, qui se déroule violemment dans le cas de Vicuña Mackenna21. L’affluence autour de la barricade est relativement faible. On y voit très peu de travailleurs de base, la plupart étant des militants politiques ou des dirigeants syndicaux. À Cerrillos, ne sont présents qu’environ 300 salariés, représentant six entreprises du secteur, cela bien que les délégués de plus de 20 usines aient participé, la veille, à une assemblée. Il s’agit de se solidariser avec l’entreprise Silleros, dont les travailleurs sont en grève depuis plus de 20 jours22. Face à ce conflit (initié pour cause de boycott de la production de la part du propriétaire), les dirigeants du CI sont finalement reçus par le ministère de l’intérieur, qui annonce la réquisition de l’entreprise. Le soir même, Hernán Ortega annonce un « grand triomphe des travailleurs ». À la fin du mois, c’est devant l’usine de piston Inapis que le CI Cerrillos monte sa barricade et finalement, grâce à ce soutien, les 17 jours d’occupation se soldent par une nouvelle réquisition23. Dans le Cordon Vicuña Mackenna se déroulent des luttes similaires, particulièrement au travers de la solidarité apportée aux employés de l’usine de meubles Galaz24. En province, les barricades fleurissent elles aussi. Le 7 juin 1973, le Cordon industriel de Talcahuano organise à son tour une manifestation, alors que quelques jours auparavant dans le sud (à Temuco), ce sont les pobladores, qui ont occupé le centre. Il y a donc – malgré tout – maintien des actions collectives protestataires. Un simple coup d’œil à la liste des conflits répertoriés par le ministère de l’intérieur dévoile le degré de mobilisation dans des bastions ouvriers de l’Unité populaire, tels que Insa, Mademsa, CCU, Sumar, Hirmas, etc. On est loin de « l’action anarchique » que décrit l’historiographie dominante25. Selon l’historien Jorge Magasich, le mot d’ordre « Créer, créer, pouvoir populaire ! » jusque-là crié dans les manifestations essentiellement par le MIR, gagne du terrain et se fait entendre dans les défilés26. La journée du premier mai 1973 est pourtant mitigée. El Mercurio y voit la preuve d’une « fatigue des masses ». En fait, la journée mondiale du travail est marquée par la division politique et le boycott de la DC27. Allende appelle à la « responsabilité » et à la « discipline ». Mais signe de l’air du temps, il appelle également à vitaliser les Cordons industriels en coordination avec la CUT et avec « le pouvoir organisé des travailleurs dans le gouvernement28 ». À cette occasion, Julio Godoy admet aussi publiquement que « les Cordons industriels peuvent constituer une forme efficace de direction et d’orientation adéquate » mais, « à condition qu’ils soient encadrés dans une structure organique et sous direction de la CUT29 ».

  • 30 Bitar S., Pizarro C., La caída de Allende y la huelga de el Teniente, op. cit.

6D’autre part, la dureté de la grève des mineurs de El Teniente, deuxième mine de cuivre du Chili située au sud du pays, accentue la coupure entre le gouvernement et le mouvement ouvrier. Commencée à la fin avril, ce conflit a pour base des revendications salariales jugées démesurées par l’exécutif (41 % de plus que les 100 % d’ajustement accordés à tous les salariés). Cette grève prend un tour ouvertement politique, à partir du moment où le Parti démocrate-chrétien (bien implanté dans ce secteur), rallie les autres forces d’opposition dans l’instrumentalisation de ce conflit. En même temps que les accusations constitutionnelles et la multiplication des attentats, la droite défile dans les rues aux côtés des mineurs, tout en faisant perdre un million de dollars au gouvernement par jour. Là encore, plus que l’état d’urgence décrété dans la province de Rancagua, ce sont les salariés mobilisés, notamment ceux des CI et de la CUT, qui font reculer (parfois violemment) la grande marche partie du Sud, le 12 juin. De manifestations en contre-manifestations, la « grève séditieuse » (selon les mots du PC) qui prend fin début juillet a largement contribué à affaiblir l’UP30.

  • 31 Cité par Kalfon Pierre dans Le Monde, Paris, 19 juin 1973.
  • 32 El Mercurio, 3 mai 1973.

7La thèse de la « désobéissance civile », lancée par le mouvement d’extrême droite Patria y Libertad, est désormais celle de toute l’opposition parlementaire. Le Parti national déclare sans ambages « personne n’est tenu d’obéir à un gouvernement qui n’est plus légitime31 ». Un mois plus tôt, c’était le « pouvoir populaire » qui était désigné par un éditorial de El Mercurio : « Le pouvoir populaire n’est pas seulement un sujet conflictuel mais une initiative séditieuse, destinée à mettre en échec les institutions de la République32. » La voie semble ouverte pour que « l’offensive d’hiver » de l’opposition débouche sur l’intervention de l’armée.

Le pouvoir populaire, un mouvement d’ampleur nationale

Santiago : « la force du peuple »…

  • 33 La Aurora de Chile, 29 mars 1973.
  • 34 Tarea Urgente, 15 juin 1973.
  • 35 CC Estación Central, « Primer derecho del pueblo es el derecho a la comida », Encuentro del Teatro (...)
  • 36 Cordón O’Higgins, « El Cordón O’Higgins a la opinión publica », avril 1973 (La Aurora de Chile, 12  (...)

8Ainsi que nous l’avons vu, plusieurs semaines après la fronde des CI face au plan Millas et une nette période de reflux, les barricades apparaissent de nouveau dans la périphérie de la capitale chilienne. À Santiago, les Cordons industriels parviennent à maintenir leurs revendications. Dans ce sillage, quelques nouvelles coordinations naissent, difficilement. C’est par exemple le cas du Cordon San Joaquín durant le mois de février 1973. Le noyau central de ce CI est formé par 9 entreprises, notamment Sumar, Andina, Famasol et un magasin de la DINAC33. Sa direction est composée de 6 membres, dont 3 militants socialistes, 2 du FTR et – fait intéressant – par le dirigeant syndical de l’entreprise Famasol, militant communiste. Le Cordon Mapocho-Cordillera surgit quant à lui fin mars, autour de la brasserie CCU, de l’hôpital, des imprimeries et Éditions Quimantu. Sont partie prenante, comme dans de nombreux autres Cordons, des salariés de la construction, sensibles aux arguments du pouvoir populaire34. Ce CI est essentiellement conduit par des employés municipaux, du personnel hospitalier et des salariés travaillant pour la télévision ou les imprimeries nationales. On y voit aussi le poids des pobladores. D’où l’insistance sur les problèmes de la santé et du ravitaillement, alors que la lutte pour l’extension de l’APS est éludée. Il s’agit d’une coordination du centre-ville avec une faible présence de la classe ouvrière industrielle. Le Commando communal Estación Central organise une grande réunion en mars, au théâtre Monumental : ouvriers, commerçants, employés du secteur public et maîtresses de maison s’y rejoignent. De la teneur des engagements pris lors de ce meeting, on décèle l’influence du MIR qui dirige ce CC. Les orateurs proclament qu’un « véritable pouvoir populaire » ne peut faire de concessions au réformisme35. Parallèlement, le « combatif Cordon O’Higgins » connaît une dynamique de revitalisation à partir de février36.

  • 37 Tarea Urgente, 15 juin 1973.
  • 38 Tarea Urgente, 15 juin 1973.
  • 39 Témoignage de Javier Bertín, en 1996 (recueilli par Silva M., op. cit.).

9Les actions collectives des principaux Cordons, ceux de Cerrillos et Vicuña Mackenna, ne manquent pas non plus en mars – avril 1973. Cette impulsion se poursuit en s’amplifiant dans les jours et semaines postérieures. En ce qui concerne le CI Vicuña Mackenna, c’est le conflit qui se cristallise autour du laboratoire de produits cosmétiques GEKA, qui fait le plus grand bruit. Cette entreprise possède plusieurs unités de production et sa main-d’œuvre est composée en grande majorité de femmes. Le syndicat comprend plus de 180 ouvrièr(es). C’est une jeune militante communiste (María Eugenia Farías), présidente du syndicat, qui va mener la grève et permettre l’intégration de GEKA au Cordon. Cette bataille, qui dure plus d’un mois, est symptomatique des repositionnements en cours au sein du mouvement ouvrier, alors que le syndicat est dirigé par des militants PC, DC et PS37. Durant le mois de juin, plusieurs coordinations ébauchées pendant octobre se réactivent, mais c’est sans aucun doute, le Cordon Cerrillos qui montre le plus fort degré de mobilisation. Les déclarations de Hernán Ortega en début de mois illustrent la radicalisation des militants socialistes. Répondant aux accusations de « spontanéisme » lancées par le gouvernement, celui-ci rétorque : « Quand on n’a pas voulu écouter les arguments de la base des travailleurs, il est logique que surgisse le spontanéisme » et de regretter « l’absence de drapeaux de lutte qui unissent la classe ouvrière38 ». Javier Bertín (du MIR) se rappelle précisément que cette évolution date de juin 1973 : « Pendant longtemps, nous avons eu beaucoup de problèmes avec ce gars, Hernán Ortega. Il était dans le Cordon, il impulsait des mobilisations, mais il était socialiste et en conséquence, il maintenait la ligne que lui dictait le parti, la ligne de l’UP. Mais, en 1973, le processus s’est radicalisé si fortement, que lui aussi39. »

  • 40 Ultima Hora, 15 juin 1973.
  • 41 Ibid.
  • 42 Le Monde, Paris, 23 juin 1973.
  • 43 Ultima Hora, 21 juin 1973.
  • 44 Cordón Cerrillos, « ¡ un año de lucha ! ¡ un año de victoria ! », Tarea Urgente, 3 juillet 1973.
  • 45 Cordón Cerrillos, Consejos comunales campesinos, FEMET, « El Cordón Cerrillos : los trabajadores, s (...)
  • 46 Voir l’analyse de Henriquez Guaico Renzo, Cordón Cerrillos Maipú, op. cit, 172-222.
  • 47 Punto Final, 3 juillet 1973.
  • 48 Voir le troisième volet de Guzmán P., La Batalla de Chile, op. cit.
  • 49 Témoignage de J. Bertín en 1996 (in Silva M., op. cit., p. 385-386).

10Cette nouvelle impulsion au sein des Cordons est manifeste le 15 juin 1973, lors du grand défilé organisé pour affronter la droite et les mineurs en grève. Les CI occupent véritablement toute une partie du centre de Santiago. Ainsi que le rapporte le journal Ultima Hora : « Les Cordons industriels de Santiago ont défilé dans les rues de la capitale […]. Munis de bonnets et de toiles en plastique et sans se troubler de l’intense pluie, les travailleurs ont occupé le périmètre de la place de la Constitution et les rues centrales de la capitale40. » À cette occasion, les salariés du CI Cerrillos défilent au cri de « travailleurs au pouvoir » et déclarent à la presse leur volonté de former des brigades d’autodéfense. Un ouvrier du Cordon O’Higgins annonce quant à lui : « Notre travail aujourd’hui a été de combattre le fascisme dans la rue ; cet objectif est toujours d’actualité41. » Cette démonstration de force de la classe ouvrière est amplement confirmée le 21 juin. Ce jour-là, et suivant l’appel de la CUT, ce sont plus de 800 000 personnes qui défilent, alors que plus d’un million de salariés se mettent en grève : « En fait, ce fut une fête joyeuse et populaire dans la rue. La CUT avait voulu organiser “la plus grande manifestation de masse de l’histoire du Chili”. […] De partout fusaient des consignes “dures” souvent imagées exprimant la volonté de “barrer la route au fascisme et à la guerre civile” mais surtout – et c’était le plus nouveau – de “créer un pouvoir populaire”42. » Aux deux extrémités du pays, on retrouve des défilés enthousiastes et des grèves massives (200 000 personnes à Concepción, 40 000 à Valparaíso, etc.). Et ce sont 3 500 salariés qui marchent derrière la banderole du Cordon Vicuña Mackenna jusqu’au centre43. Dans les jours qui précèdent, le Cordon Cerrillos multiplie aussi les initiatives, alors qu’il fête sa première année d’existence44. Des ateliers de réflexion sont organisés et, finalement, une grande assemblée du Cordon, le 17 juin, qui aboutit à une longue déclaration aux côtés de la Fédération de la métallurgie (FEMET) et des paysans organisés de la commune45. Deux jours plus tard, ce document est suivi de faits concrets : dans une action concertée, votée en assemblée, le Conseil paysan de Maipú, le Cordon Cerrillos, des militants et salariés de la zone occupent 39 petits terrains agricoles de la commune46. Suite à une demande d’appui de la part des paysans dirigés par le socialiste Jaime Barrera, est mise en place une sorte de « Commando unifié » afin de venir en aide aux mobilisations paysannes de Maipú. L’opération est centralisée depuis Perlak et elle permet d’occuper, temporairement, des extensions de terres totalisant 5 000 hectares, destinées essentiellement à la production potagère pour Santiago. La revendication centrale est l’expropriation de ces terres, essentielles à l’approvisionnement de la capitale et dont la mauvaise gestion délibérée est dénoncée par les paysans47. Cette mobilisation collective dans la commune de Maipú a été immortalisée par la caméra de Patricio Guzman et Jorge Müller48. On y découvre les images de l’occupation, les visages burinés des paysans, l’intervention de Hernán Ortega et des autres dirigeants, ainsi que l’attitude embarrassée des fonctionnaires dépêchés sur place. Javier Bertín et Guillermo Rodríguez se rappellent avec émotion ces journées de lutte, celles – selon eux – d’une « pleine réalisation de la politique de pouvoir populaire, une mobilisation d’ensemble d’ouvriers, étudiants, pobladores et paysans49 ». De fait, de manière transitoire, la conception fondamentale d’une territorialisation du pouvoir populaire prend corps. Les terrains désignés sont répartis autour de trois points distincts de la commune : l’un sur le chemin de Pajaritos (« El Descanso »), l’autre sur le lieu-dit « La Farfana » et le troisième sur le chemin « La Rinconada » (où est situé le siège du Conseil communal paysan). Le Cordon envoie des « brigades » de travailleurs, appuyées de contingents d’étudiants, qui partent occuper les points stratégiques de la commune.

  • 50 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.
  • 51 Témoignage de J. Bertín en 1996 (in Silva M., op. cit., p. 385-386).

11Cette approche territoriale et surtout le large spectre social qui intervient alors correspondent parfaitement à la stratégie de pouvoir populaire défendue par le MIR. Une partie de l’appareil militaire de cette organisation, la « force centrale », est sollicitée afin de donner une aide à cette action d’envergure. Guillermo Rodríguez, responsable politico-militaire du MIR à Maipú, est chargé de conduire ce processus : « Deux escadrons se sont déplacés afin de renforcer l’occupation de terres. Il y a eu des affrontements dans les lieux où nous avons placé les escadrons, l’un d’entre eux se produit à la Rinconada et l’autre à Las Flores, car des forces réactionnaires arrivent pour tenter de nous déloger. Il y a échange de tirs et finalement nous avons conservé les terres occupées50. » Comme le rappelle Javier Bertín, ce déploiement au grand jour du MIR ne va pas de soi. Il dénote une certaine ouverture de l’organisation, habituée aux pratiques semi-clandestines. Des appareils jusque-là gardés en réserve sont utilisés pour offrir leur appui logistique. Outre l’armement, le MIR sort de l’équipement de communication et contrôle le secteur grâce à des émetteurs transmetteurs installés dans des points clefs. Une fois les terrains contrôlés, le désir des paysans de voir leur production vendue directement est également accompagné par le CI. Sera mis sur pied un marché populaire à Maipú : avec l’aide des pobladores, un vieil abattoir municipal est transformé en marché de produits locaux, en plein centre de la commune51. Finalement, malgré une mobilisation réussie, ce conflit se termine assez mal. Le gouvernement réagit rapidement et exige des militants PS qu’ils évacuent immédiatement les fundos. En fait, une partie de ces terres appartient à d’importants hommes politiques liés à la Démocratie-chrétienne et le gouvernement aspire toujours à trouver des points de consensus avec ce parti. Hernán Ortega et les siens se voient alors obligés par la direction de l’UP de faire profil bas et de défendre un plan de retrait en bon ordre. Face à cette pression, certaines terres sont rendues, ce qui engendre rage et frustration chez les militants et paysans qui se sont investis pleinement.

Le développement des Cordons industriels en province

  • 52 Voir le témoignage de Eduardo Agustín Cruz Farías, 23 mars 2005, in [www.memoriamir.cl].
  • 53 Ceci, si l’on en croit les supputations d’une enquête débutée en août 1973 (et reprise pendant la d (...)
  • 54 Trinchera, Talcahuano, n° 4, avril 1973.
  • 55 Aussi, à Antofagasta (quatrième ville du pays par la taille), deux tentatives de Cordon auraient vu (...)

12Santiago n’est pas le seul lieu de développement de formes de pouvoir populaire. Nous avons déjà mentionné la naissance de coordinations, lors de la grande grève d’octobre 1972, dans des villes telles que Tomé, Penco, Chiguayante, Punta Arenas mais encore Arica, Talcahuano ou Valparaíso. Souvent ces comités – qui coordonnent la plupart du temps quelques syndicats avec d’autres organisations sociales de la zone – se structurent autour de l’une des usines importantes de la ville (comme à Punta Arenas autour de l’entreprise Lanera Austral) ou encore sur la base d’une activité spécifique du secteur : l’industrie électronique à Arica ou l’activité de la pêche à Talcahuano, important port de la ville de Concepción. En ce qui concerne le CI de Talcahuano, son organisation se renforce au début de l’année 1973, après de longs mois de sommeil. Là encore la situation paraît assez différente de Santiago puisque c’est la CUT locale qui appuie sa formation. Ce Cordon est composé de travailleurs industriels (en particulier de l’industrie chimique) et de salariés de l’industrie de la pêche. S’y intègrent également certains employés du secteur des services liés à l’activité portuaire, d’où son nom Cordón industrial, pesquero y de servicios. Comme dans la plupart des cas, l’initiative provient d’une poignée de militants motivés plus que d’une volonté populaire massivement exprimée. Ce CI est largement animé par des activistes d’extrême gauche. Tout d’abord, si l’on en croit un témoignage, par le MIR. En effet, ce CI est à proximité du campement « Lénine », dirigé par cette organisation. Des militants ouvriers comme Máximo Neira (el « moncho ») ou el « Chico » Astete, dirigeant syndical de l’usine Sigdo Koppers sont à la fois cadres du campamento et des figures du Cordon industriel. De fait, le campement Lénine est considéré par la presse locale comme un nid révolutionnaire qui alimenterait toute la ville de subversion52. Les archives judicaires de Concepción confirment cette présence active de militants du MIR et peut-être même du PCR (maoïste)53. Y participe également un petit groupe de militants liés au trotskysme et qui s’organisent autour des entreprises Pesquera Iquique, Sigdo Koppers et Rucan54. Quoi qu’il en soit, l’histoire du CI Talcahuano souligne la pluralité du phénomène du pouvoir populaire et les diverses sensibilités politiques qui s’y trouvent confrontées. Plusieurs villes, grandes et petites, ont été atteintes de diverses manières par cette dynamique de la mobilisation collective55.

  • 56 Entretien réalisé à Santiago, 5 décembre 2001.
  • 57 IC. Testimonio Hernán Mery, 6 septembre 1973.
  • 58 Entretien réalisé à Santiago, 5 décembre 2001.

13À Osorno, ville du sud du pays, naît un Cordon inséré dans une zone essentiellement liée à l’économie rurale, avec par exemple l’usine de bois Maderas Puyehue. C’est un secteur avec une forte présence d’Indiens Mapuche, dont plusieurs représentants sont affiliés au Cordon. Le Cordon Osorno est présidé par un militant du MIR, Héctor Vega, aujourd’hui universitaire et qui nous a livré son témoignage. Ce dernier travaille alors pour le ministère de l’Agriculture dans la région, ce qui lui donne un fort ascendant sur l’ensemble du mouvement social de la zone. C’est seulement en 1971 qu’il intègre le MIR : « Le Cordon Osorno a été formé à partir de la CUT, ou plutôt il faut nuancer, à partir de syndicats qui étaient membres de la CUT […], ce qui s’est passé, c’est que les ouvriers ont débordé la direction de la CUT et ils sont venus chez nous. » Osorno est une petite ville en contact direct avec les campagnes environnantes : « Il y avait un foyer [indigène] Mapuche vers la côte [océanique], un centre universitaire donc des étudiants comme élément dynamique et puis les ouvriers, les usines : un abattoir, une usine de lait (CALO), une brasserie et de nombreux employés publics (dont l’activité était très étroitement liée à l’agriculture) et beaucoup de femmes aussi. » Selon lui, outre les syndicats, c’est cette diversité qui fait la richesse du CI d’Osorno56. Cette coordination est finalement proche de l’idée du Commando communal du fait de sa surface sociale, fait d’ailleurs confirmé dans la presse57. Mais, comme le reconnaît Héctor Vega, ce n’est que quelques semaines avant le coup d’État que ce CI commence à prendre de l’ampleur, et sans jamais représenter vraiment « une force organisée » : « C’était un peu flou, il y avait trop de choses, pour faire marcher tout cela dans une ligne, telle une armée qui avance, c’est facile à dire mais difficile à faire, il te faut la conscience et [comprendre] les problèmes des autres58… » Malgré ses faiblesses, le Cordon Osorno possède l’originalité de chercher à introduire dans le débat sur le pouvoir populaire, la dimension spécifique des luttes du peuple indigène Mapuche et de combiner les revendications du prolétariat urbain avec celles de la paysannerie sur des bases de rupture avec le légalisme de l’UP. De telles prétentions attirent les foudres de l’Intendant PS de la ville, comme de plusieurs fonctionnaires locaux. Ce mécontentement est assurément renforcé par le fait que c’est le MIR et la gauche « rupturiste », qui catalysent politiquement le mouvement.

  • 59 Tarea Urgente, 10 août 1973 et Combate, Valparaíso, n° 2, novembre 1972.
  • 60 Santa Lucia P., « The industrial class and the struggle for power in Chile », in O’Brien, Allende’ (...)
  • 61 Entretien réalisé à Paris en mars 2001.
  • 62 Entretien réalisé à Talence (France), 24 octobre 2000.
  • 63 Cancino H., op. cit., p. 339.

14Plus proche de Santiago, se trouve l’important port de Valparaíso. On a déjà cité l’existence des CI El Salto et « 15 Norte » ou encore des tentatives de constitution de Commandos communaux tels que les CC « Reñaca Alto » ou « Nueva Aurora ». Progressivement que ce soit dans le port industriel de Valparaíso ou dans la ville balnéaire voisine, Viña del Mar, plusieurs tentatives de coordinations font leur apparition (tel le Cordon « Quilpue » organisé autour de l’industrie KDP ou encore le CI « Las Habas » autour de l’industrie du même nom)59. Si l’on en croit le bilan effectué par Patricia Santa Lucia dans les années soixante-dix, des coordinations apparaissent également à Llanquihue (dans le sud), à Chillán, à Coquimbo, à la Serena ou encore des Commandos communaux à Linares, Temuco et Concepción60. Mais elles sont souvent embryonnaires : il s’agit davantage de Cordons sur le papier que de Cordons mobilisés. Luís C., militant du MIR à Valparaíso, se souvient : « À mon avis le Cordon industriel n’a pas fonctionné en tant que tel à Valparaíso61. » Cette impression est confirmée par Ezéquiel E., militant communiste de la ville62. Ces apports de l’histoire orale avalisent les suppositions émises à la fin des années quatre-vingt par l’historien Hugo Cancino, selon lesquelles le processus de constitution des Cordons industriels en province est beaucoup plus lent, et heurté, que dans la capitale (particulièrement du fait d’une moindre concentration du prolétariat industriel)63. Cependant, et c’est la richesse de l’histoire du pouvoir populaire, certaines de ces expériences montrent la diversité des praxis sociopolitiques en cours : l’occupation de la ville de Constitución reste à ce titre un symbole.

L’occupation de Constitución : un double pouvoir local ?

  • 64 Suárez Bastidas H., « Poder popular en la toma de Constitución », Punto Final, supplément au n° 183 (...)

15En février 1973, la petite cité balnéaire de Constitución (région du Maule, au centre du pays) va démontrer temporairement les potentialités concrètes de la consigne du pouvoir populaire en province. Cet épisode est assez bien connu grâce à un reportage effectué sur place, par la revue Punto Final64. À cette date, Constitución est une ville d’environ 25 000 habitants qui possède une importante classe ouvrière : 10 % de la population est employée par l’entreprise de transformation du bois, CELCO (Celulosa Constitución), 500 salariés travaillent dans tout ce qui a trait à la coupe du bois et quelques centaines de personnes sont ouvriers du port. Le motif initial du conflit social qui, par la suite, embrase toute la ville, est celui du logement. « La » gouverneur de Constitución (qui est aussi militante de l’UP), aurait – selon les pobladores – ignoré durant deux années, les revendications des habitants sans logis, alors que 3 000 d’entre eux, pour la plupart des ouvriers, vivent dans des conditions d’extrême précarité au sein du campement Vietnam Héroïco (dirigé par Nelson Luna Vera – MIR). Infrastructures, transports, marché noir, manque de ravitaillement : les stigmates du mal-développement s’accumulent, alors que la ville est parsemée de luxueuses maisons secondaires de la bourgeoisie, inoccupées la majeure partie de l’année. Selon Punto Final, pendant l’hiver 1972, les rancœurs sont aiguisées contre les autorités locales par plusieurs interdictions de manifestations des pobladores ou par la répression d’occupation de terrains vides. Finalement, le 21 février 1973, une assemblée (nommée « Assemblée du peuple ») est convoquée. Elle regroupe bientôt une dizaine d’organisations sociales : syndicats ouvriers (en particulier ceux de CELCO), Centre de mères, comités des sans-logis, pobladores de Vietnam Héroïco, étudiants. Cette initiative a l’appui d’un éventail politique de gauche : PS, MAPU, IC, MIR et radicaux (PR) s’y côtoient. Fort de cette présence, l’assemblée proclame la constitution du Commando communal des travailleurs (CCT) de Constitución et élabore un document qui exige une solution rapide aux problèmes de logement, de marché noir et réclame la fin de toute poursuite judiciaire contre les dirigeants de Vietnam Héroïco (pour usurpation de terres).

16Deux mois plus tard, Maria Tejas (gouverneur) s’obstine toujours et refuse en bloc de discuter de ces revendications. Mal lui en prend, car c’est bientôt à une véritable insurrection populaire qu’elle doit faire face. Le 10 avril, environ 3 000 personnes se réunissent à nouveau sur la place centrale. Tous les partis de gauche sont présents, à l’exception notable du PC qui y voit une provocation gauchiste. Les personnes présentes demandent la démission de la gouverneur, mais aussi de l’inspecteur local de la DIRINCO, incapable selon eux de résoudre les problèmes de ravitaillement. En cas de refus, le CCT menace de prendre le contrôle de la ville. D’autre part, il est demandé qu’André Riveiros – dessinateur industriel de CELCO, militant de la Gauche chrétienne et président du CCT – soit nommé comme gouverneur. Enfin, le Commando appelle à former des brigades de surveillance, de ravitaillement, de santé et d’hygiène populaire. Devant le refus de Maria Tejas de céder face à ce chantage, le Commando communal met ses menaces à exécution : occupation du bâtiment du gouvernorat, blocage des voies d’accès principales (voir illustration 11) et du chemin de fer, contrôle de la radio locale par laquelle sont diffusées en boucle les revendications du CCT. Pendant l’occupation, le CCT commence à gérer la ville. La vente d’alcool est interdite et les commerçants réticents sont obligés d’ouvrir et de vendre leurs marchandises aux prix officiels. Par la force des choses et refusant l’option de répression, le lendemain, la présidence de la République cède et nomme A. Riveiros à la place de M. Tejas, ce qui décide le CCT à voter la fin de l’occupation. Le nouveau gouverneur commence son mandat par une action énergique en faveur du ravitaillement populaire, en s’appuyant sur les JAP et l’aide de volontaires issus du Commando.

lllustration 11 – Occupation de Constitución (avril 1973).

lllustration 11 – Occupation de Constitución (avril 1973).

Punto Final, supplément au n° 183, 8 mai 1973.

  • 65 Voir un bilan dans : Pastrana E., Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit.
  • 66 El Mercurio, 20 avril 1973.
  • 67 Pastrana E., Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 130.
  • 68 Bourdieu P., « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences social (...)

17L’expérience de Constitución permet de tirer plusieurs enseignements65. Tout d’abord, la taille réduite de cette localité a pour effet de minimiser la dispersion des actions collectives et de maximiser l’impact de la coordination. Cette action met en mouvement conjointement ouvriers et pobladores, rapprochement favorisé par la proximité géographique entre la zone d’habitat et le lieu de travail. Enfin, la réussite de cette mobilisation est le produit de plusieurs champs de lutte (logement, ravitaillement, conflit avec les institutions). Cette occupation de Constitución fait apparaître le Commando communal comme un véritable contre-pouvoir, qui défie l’autorité locale et même se substitue à celle-ci pendant quelques heures. Indéniablement, on assiste à un exercice partiel de démocratie directe, dans la droite ligne de celle revendiquée par les adeptes du pouvoir populaire. Certes, les grands médias conservateurs utilisent l’occupation de Constitución pour agiter le chiffon rouge de l’extrémisme : El Mercurio y voit la preuve « d’un pouvoir parallèle que le marxisme veut imposer dans les plus brefs délais66 ». Certains auteurs ont même voulu y voir un véritable double pouvoir : « Le succès de la lutte dérive du fait que le Commando parvient à se constituer, dans un premier temps, en autorité parallèle à celui de la bourgeoisie […]. Le Commando parvient momentanément à avoir un pouvoir local, pendant qu’il contrôle les flux de la ville et ses activités, faisant triompher le règne du critère de classe des brigades ouvrières et de pobladores67. » De fait, cette occupation éphémère est un moment fort du pouvoir populaire en province. Il dépasse le stade de la simple pression sociale sur une autorité locale pour déboucher sur la prise, pendant quelques heures, du contrôle de la ville. Cependant, cet actif contre-pouvoir en reste là, une fois l’un des siens mandaté à la tête des institutions locales. Si le CCT propose par la suite d’appuyer le nouveau gouverneur, il ne met à aucun moment en avant l’idée de se transformer lui-même en organisme de contrôle démocratique. On retrouve là certaines problématiques, dans un contexte spécifique, que pose la délégation (et la fétichisation du politique), thèmes abordés entre autres par la sociologie de Bourdieu : les dominés pour se faire entendre doivent se mobiliser, mais aussi prendre le risque nécessaire de l’aliénation en se dépossédant partiellement au profit d’un représentant, processus qui aboutit aussi à la fin du potentiel autogestionnaire de leur mobilisation68.

Les pobladores et le mouvement social urbain en 1973

L’exception des mobilisations collectives de Nueva La Habana ?

  • 69 Une même personne pouvant, bien sûr, appartenir à ces deux catégories.
  • 70 Castelain C., « Histoire du campamento Nueva Habana », op. cit., p. 117-131.
  • 71 Voir les témoignages de A. Pérez et de M. Olivares (entretiens réalisés à Santiago, les 6 mai 2002 (...)
  • 72 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.
  • 73 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 97 et p. 164-168.
  • 74 Corporación de la Vivienda. Organisme public dépendant du ministère du logement, chargé d’élaborer (...)

18Nous avons expliqué que la grande grève menée par l’opposition en octobre 1972, est un moment clef dans l’histoire de l’Unité populaire, particulièrement parce qu’elle est un catalyseur qui accélère l’auto-organisation des classes dominées et permet d’esquisser une unification possible des salariés d’industries de toute taille et des habitants des poblaciones69. Pourtant, comme on l’a précisé plus haut, cette période exceptionnelle est suivie d’une nouvelle « division des tâches » au sein du mouvement social urbain entre d’un côté le mouvement ouvrier et de l’autre, les revendications des pobladores. Ce manque d’unification des couches populaires s’explique de plusieurs manières, en particulier par le poids d’une histoire de luttes séparées entre un mouvement ouvrier né au début du siècle et les mobilisations collectives des sans-logis, qui ne démarrent vraiment que dans les années cinquante. Malgré tout, plusieurs indices montrent qu’il ne s’agit pas d’une orientation inéluctable du processus révolutionnaire. En 1973, on assiste dans l’ensemble des poblaciones organisées du pays, à un renouveau des mobilisations autour de la « bataille de la consommation » et du ravitaillement autogéré. À Nueva La Habana, ce sont désormais les cadres pobladores et sympathisants du MIR qui prennent en main le campement70. Cela favorise une ouverture vers d’autres secteurs sociaux, dont les salariés du Cordon Vicuña Mackenna voisin ou encore la mise en place du Commando communal de La Florida71. Un trait saillant de ce moment de l’histoire du campement est la montée en puissance des travailleurs de la construction, représentés par Abraham Pérez au niveau du directoire de Nueva La Habana72. Ces salariés du « front de la construction » prennent de plus en plus d’initiatives et tendent à remplacer les « chefs » historiques du campement (la jefatura), en général des chômeurs ou des travailleurs temporaires de la petite industrie, qui se trouvent de plus en plus absorbés par leurs responsabilités partisanes. Cette évolution est observable dès 1972 : dans la mesure où le travail volontaire s’essouffle, ce sont les travailleurs de la construction (dont la majorité habite à Nueva La Habana) qui effectuent les gardes de nuit, surveillent le quartier, préparent le matériel d’autodéfense en cas d’attaque des forces de police ou de l’extrême droite73. Politiquement, ces salariés se distinguent souvent du MIR puisque, comme l’ensemble de leurs camarades de la CORVI74, ils sont davantage sensibles au discours du Parti socialiste. La tendance à une meilleure synergie pobladores/ouvriers de la construction, mais aussi à un déplacement politique du MIR vers le PS aurait sûrement été confirmée par les élections de la jefatura, avortées par le coup d’État. Par contre, le clivage existant entre les salariés de la grande industrie, habitant sur le campamento et le reste des pobladores est toujours important, voire s’accentue.

  • 75 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 104.
  • 76 Ibid., p. 237.

19L’absence de la généralisation de mesures sociales prises par l’État en faveur de l’ensemble des couches défavorisées, approfondit l’émiettement du mouvement social urbain entre certaines portions de la classe ouvrière d’un côté et les pobladores mobilisés de l’autre : « Cette différenciation, qui se traduit par des programmes sociaux qui favorisent une catégorie sociale aux dépens d’une autre, retentit sur la mobilisation, sur l’orientation de la lutte de classes, sur la cohésion sociale interne du campamento75. » Cette parcellarisation renforce d’ailleurs les méthodes verticalistes de la gauche chilienne et le mode de direction partisane « caudilliste ». À ce propos, C. Castelain note que si l’organisation du MIR sur la base de différents « fronts de lutte » est assez efficace pour la répartition du travail entre militants, « elle s’oppose en partie à la conscientisation des masses populaires non politisées et elle favorise la parcellarisation selon le sexe76 ». Le MIR semble d’ailleurs avoir eu pleinement conscience de plusieurs de ces défauts : manque d’union entre les différents fronts de lutte, apathie de la base et manque de participation, coupure entre base et direction, maintien de la domination masculine et mécontentement des femmes, manque d’implication de la jeunesse, etc. Les militants miristes ont essayé de corriger ces éléments négatifs, à partir d’une nouvelle expérience, celle du campamento Yolanda Schwartz, fondé en avril 1973. De petite taille, issu de l’organisation de 50 familles, puis de 100 au moment du coup d’État, il est beaucoup plus aisé à gérer que Nueva La Habana (1 600 familles). De plus, une forte coordination est impulsée grâce au travail culturel qui devient un pôle centralisateur/décentralisateur des actions collectives et de l’information, chaque manzana devant être articulée à celui-ci. À Yolanda Schwartz, l’animation du campamento est l’œuvre de pobladores ayant une longue expérience personnelle dans les campements et non de militants extérieurs (souvent étudiants) comme à Nueva La Habana. En 1973, le MIR a désormais la capacité humaine pour ce genre d’expériences. La participation des pobladores est d’autant plus facile, que les cadres sont aussi obligatoirement membres de deux manzanas et que la problématique du machisme et de l’intégration des femmes est abordée dès les origines. Autre avantage, le MIR donne toute sa dimension à l’aspect psychologique de telles pratiques sociales et des étudiants consacrent leur temps libre à aider la cohésion interne du groupe par le biais de discussions collectives et individuelles. Cet essai n’a eu que quelques mois d’existence et rien ne permet d’en tirer des conclusions hâtives. Il mérite cependant d’être mentionné comme une amélioration possible des formes d’auto-organisation des pobladores. D’une manière plus générale, l’année 1973 est aussi celle de fortes mobilisations collectives autour du ravitaillement. Celles-ci sortent du cadre d’une problématique spécifiquement liée aux pobladores puisqu’elles touchent l’ensemble de la société. C’est précisément la revendication du ravitaillement direct, qui enclenche une dynamique unitaire au sein de l’espace du mouvement social.

« Ravitaillement pour les pauvres et rationnement pour les riches ! »

  • 77 El Rebelde, 11 avril 1973.

20Durant l’année 1973, la bataille du ravitaillement fait trembler la société chilienne. Nous avons vu comment la proposition du « panier populaire » par le ministre F. Flores a pu être mise en application dans une perspective de rupture par certains secteurs sociaux, avec comme consigne le « ravitaillement direct ». Cet appel, soutenu par l’aile rupturiste de l’UP et la gauche extraparlementaire, va à l’encontre de la tactique légaliste du gouvernement. C’est également pour cette raison qu’Allende, avec comme souci de réaffirmer le pouvoir étatique, donne la gestion de cette épineuse question à des généraux, tel le général Bachelet. Après avoir dû être les garants de la propriété privée d’une partie des usines occupées (plan Prats-Millas), de hauts dignitaires militaires sont invités par le gouvernement à réorganiser la sphère de la circulation des marchandises. Ils sont ainsi impliqués toujours plus dans la garantie de l’ordre social et vont progressivement avoir pour bête noire cette « révolution par en bas » qui sourde de toute part77.

  • 78 Chile Hoy, 13 septembre 1973.
  • 79 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 192.
  • 80 Cette réunion rassemble une quarantaine de pobladores, délégués de manzanas, ainsi que des membres (...)
  • 81 Tarea Urgente, 10 août 1973.
  • 82 Tarea Urgente, 25 février 1973.

21Pourtant, le gouvernement – malgré son faible pouvoir de contrôle sur les entreprises de distribution – se montre la plupart du temps incapable de répondre à l’ensemble des besoins urgents de la population. Certains parlent même de « répartition de la misère », puisque, en août 1973, le Secrétariat national de la distribution ravitaille plus de 167 000 familles (parmi les plus pauvres) avec une quantité de marchandises normalement prévue pour un maximum de 80 000 d’entre elles78. Les critiques militantes sont d’autant plus amères que les agences de distribution étatique ne livrent pas toujours l’ensemble des produits et qu’elles se permettent d’alimenter des quartiers chics de Santiago, ou encore, sur ordre du général Bachelet, d’approvisionner les forces aériennes79. Dans de telles conditions, les partisans du « pouvoir populaire » entendent faire savoir leur mécontentement. À Nueva La Habana, les pobladores envisagent la généralisation de leur méthode de ravitaillement direct à d’autres quartiers de la ville. Le 27 mars 1973, le directoire du campement se réunit afin de faire le point80. Il est annoncé que le nouveau plan du général Bachelet est de « rationaliser » la livraison des produits de base, c’est-à-dire de diminuer de moitié la distribution du « panier » effectuée par les supermarchés Montserrat et de remplacer tous les gérants civils par des officiers. Malgré l’essoufflement de la mobilisation sur le campamento, il est décidé plusieurs actions en coordination avec d’autres poblaciones. Parmi le répertoire d’actions collectives évoquées, on trouve l’installation de postes de gardes devant Montserrat, l’usage de la manifestation de rue ou encore la séquestration pendant quelques heures d’un gérant d’une agence de distribution. À cette époque, une autre coordination apparaît régulièrement : le Commando provincial de ravitaillement direct, dirigé par le syndicaliste Luís Cáceres. « Nous avons mis en avant la nécessité de s’organiser au niveau communal, à partir de Las Condes, commune réactionnaire, où s’est formé le premier comité local de ravitaillement avec 200 familles – déclare ce dernier. […] Avec deux délégués par commune sur les douze qui participent, nous avons formé le Commando provincial. […]. Actuellement, on ravitaille plus de 200 000 familles inscrites81. » Comme le remarque Jorge Magasich, ces chiffres sont sûrement exagérés. On peut néanmoins supposer que plusieurs milliers de personnes sont en contact avec ce type de distribution directe, au travers de divers organismes. Luís Cáceres se dit même opposé au panier populaire tel qu’il a été proposé par le gouvernement : selon lui, la solution serait celle d’une centrale d’achat nationale, « contrôlée directement par les pobladores », mais sous la direction et la planification économique du gouvernement. Luís Cáceres se plaint justement de l’abandon de pans entiers de la population à des formes précaires d’auto-organisation : « Ça ne peut pas être tout le temps les pobladores qui fassent des travaux volontaires, comme nous le faisons depuis le mois d’octobre [1972]82 ! »

  • 83 La Aurora de Chile, 22 mars 1973.
  • 84 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 193.
  • 85 Le premier avril 1973, un congrès de toutes les JAP locales de la zone a nommé une direction de 15 (...)
  • 86 Tarea Urgente, 27 juillet 1973.
  • 87 Tarea Urgente, 6 septembre 1973.

22La plate-forme de lutte d’une première rencontre provinciale tenue à Santiago (200 délégués), mi-mars, affirme la nécessité du contrôle ouvrier de la production et du contrôle populaire de la distribution, ainsi que la constitution d’une seule et unique centrale de distribution, qui inclurait l’ensemble des entreprises de produits de première nécessité83. L’un des slogans affichés est : « Ravitaillement pour les pauvres et rationnement pour les riches ! » Début avril 1973, les pobladores passent à l’offensive et décident d’occuper les locaux de la CENADI afin de protester contre le manque d’approvisionnement des campamentos. De nombreux habitants des quartiers pauvres sont présents, venus de Lo Hermida, Yolanda Schwartz, Nueva La Habana… Ce dernier est une fois de plus à la pointe de l’organisation. Finalement, l’objectif qui consiste à occuper les locaux de CENADI échoue, car les salariés de cette entreprise (dont certains du PC et du PS) s’y opposent en bloquant l’entrée. Et ce sont les gardes mobiles qui dispersent violemment cette manifestation, alors que les pobladores résistent84. En province, le problème est tout aussi aigu. Des essais d’unifications ouvriers/pobladores – restés épars – paraissent exister, quoique de manière plus fragile. Ces luttes ont continué sporadiquement dans tout le pays, y compris avec la volonté d’unir les JAP, le monde paysan et les Cordons industriels. Dans la commune de Maipú, cette question se pose régulièrement. En mai 1973, le tout nouveau secrétaire général de la JAP communale (militant MAPU) appelle à ce que de tels liens se réalisent. Jaime Cataldo note qu’un accord a été établi avec un Conseil paysan afin de commercialiser directement ses produits, grâce aux JAP. Il ajoute que de telles conversations sont en cours avec le Cordon industriel Cerrillos85. C’est en juillet qu’apparaît un « Commando unique de ravitaillement » à Maipú. Son ambition est de réunir la JAP communale et les différentes organisations de pobladores. L’objectif prioritaire de ce Commando est de se coordonner avec le Cordon Cerrillos et le Conseil communal paysan de Maipú, « pour affronter de manière coordonnée et unie l’offensive de la droite armée et afin de présenter une plate-forme de lutte révolutionnaire de toute la classe travailleuse86 ». La synergie, entre dynamique des Cordons et ravitaillement direct, est bien un des défis de cette période pour le mouvement social. Pourtant, le pari est partiellement perdu : la conjonction d’un site de conflit à l’autre n’a pas lieu. De fait, à la fin août 1973, les militants de Santiago favorables au ravitaillement direct placent encore parmi leurs objectifs « que se créent les conditions nécessaires pour forger l’unité des pobladores, travailleurs de DINAC et les Cordons industriels87 ».

  • 88 Magasich J., op. cit., p. 100-101.
  • 89 Raptis M., Quel socialisme au Chili ?, op. cit., p. 129-131.
  • 90 Puro Chile, 11 juin 1973.
  • 91 El Siglo, 9 septembre 1973.

23D’autre part, si l’extension des Commandos de ravitaillement dessinent eux aussi, en pointillés, certains des contours de ces « Commandos communaux de travailleurs », tant loués par le secteur « rupturiste » de la gauche, leurs capacités d’actions effectives sont restées très limitées, tant dans l’espace que dans le temps88. En fait, ce type de Commando semble agir concrètement dans quelques communes au sein des campamentos, mais il en reste surtout au stade d’organisme de pression sur l’appareil gouvernemental : l’initiative est laissée à l’exécutif, qui refuse toute action qui pourrait apparaître illégale ou contraire aux intérêts de la petite bourgeoisie commerçante. Selon Michel Raptis, les Commandos renferment la même ambiguïté que les JAP. Celle-ci émane de leur composition interne. Ils sont parfois formés de représentants élus de la base mais surtout de partis gouvernementaux qui cogèrent ces organismes : ainsi, d’une manière ou d’une autre, ils restent sous la tutelle de l’État89. En juin 1973, le gouvernement envoie au Parlement un projet de loi dont l’objectif est d’essayer d’améliorer la centralisation de la production de l’APS et cherche à imposer aux intermédiaires le respect des canaux légaux de distribution et les prix officiels. Le projet prévoit d’assurer à chaque famille un volume d’articles de base dans les lieux de commercialisation classiques là où ils existent ou dans le cas contraire, de s’appuyer sur les organes de vente directe. Cette volonté est rejetée sans surprise par l’opposition, majoritaire au Congrès : l’UP butte à nouveau contre les carcans que lui imposent les institutions de l’oligarchie chilienne90. Malgré tout, le gouvernement cherche à trouver une issue constitutionnelle au problème du ravitaillement. Début septembre 1973, le ministre de l’Économie, José Cadémartori (PC) annonce, avec force propagande, l’inauguration de « coopératives de consommateurs ». L’idée est de fournir, par le biais de coopératives de salariés de diverses industries ou de pobladores d’un quartier, les articles essentiels à la population. Le ministre reconnaît le poids toujours plus grand que représentent pour la population les queues interminables et l’ampleur du marché noir. Quelques dizaines d’heures avant le coup d’État, il admet devant une assemblée de pobladores : « Si nous avions les armes légales nécessaires, en six mois, nous en terminerions avec ces délinquants économiques91. » Deux jours plus tard, la violence de l’intervention armée montre la dimension tragique d’une telle déclaration, qui veut encore croire à la possibilité de réformes institutionnelles, alors que le terrorisme d’État est aux portes du pouvoir, avec l’appui actif de la CIA.

Notes

1 Allende S., « Plataforma de la Victoria », 29 février 1973.

2 Allende S., « Tercer Mensaje ante el Congreso Nacional », 21 mai 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4535-4671). Nous revenons sur ce discours d’Allende dans le chapitre iii, partie IV.

3 Moulian T., Conversación con Allende, op. cit., p. 88-89.

4 Littéralement le « poignet », c’est-à-dire les capacités à manœuvrer.

5 Enríquez M. (MIR), « Discurso de apoyo de los candidatos del PS y de la IC », 24 janvier 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4165-4170).

6 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nuestra política electoral, 3 novembre 1972 (Documentos Internos 1972).

7 MIR, « Carta al Partido Socialista apoyando a sus candidatos » et PS, « Respuesta a la carta del Secretariado Nacional del MIR » (Punto Final, 30 janvier 1973).

8 Cette complaisance envers le « réformisme » est immédiatement critiquée par certains groupuscules de la gauche extraparlementaire (Trinchera, Concepción, n° 4, avril 1973).

9 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nuestra política electoral, 3 novembre 1972 (Documentos Internos 1972).

10 Prats C., Testimonio de un soldado, Santiago, Pehuen, 1985.

11 El Mercurio, 17 mars 1973.

12 Allende Salvador, « Discurso por radio y televisión sobre los resultados electorales », 4 mars 1973 et UP, « Declaración pública sobre los resultados de la elección », 4 mars 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4323-4325).

13 Garcès J., Allende y la experiencia chilena, op. cit.

14 Voir l’âpre polémique à ce propos – à la fin juillet 1973 – entre La Aurora de Chile et Tarea Urgente, tous deux journaux socialistes se réclamant du pouvoir populaire.

15 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.

16 El Mercurio, 17 mars 1973.

17 El Mercurio, 19 avril 1973.

18 Garcés J., El estado y los problemas tácticos en el gobierno de Allende, México, Siglo XXI, 1974.

19 Cordón O’Higgins, « El Cordón O’Higgins a la opinión pública, trabajadores y cordones industriales », avril 1973 (La Aurora de Chile, 12 avril 1973).

20 Posición, 16 mars 1973.

21 La Aurora de Chile, 2 avril 1973.

22 El Rebelde, 11 avril 1973.

23 El Mercurio, 26 avril 1973.

24 La Aurora de Chile, 12 avril 1973.

25 Et repris telle quelle par des auteurs progressistes comme Luís Corvalán Márquez (Los partidos y el golpe del 11 de septiembre, op. cit., p. 286-287).

26 Magasich J., Pouvoir formel et pouvoir réel, op. cit., p. 170-171.

27 Ce premier mai est d’ailleurs ponctué d’incidents graves, telle la mort d’un jeune ouvrier communiste, blessé mortellement par un coup de feu tiré depuis le siège du Parti démocrate-chrétien.

28 Allende S., « Discurso del primer de mayo 1973 », in El Mercurio, 2 mai 1973.

29 Magasich J., Pouvoir formel et pouvoir réel, op. cit., p. 171.

30 Bitar S., Pizarro C., La caída de Allende y la huelga de el Teniente, op. cit.

31 Cité par Kalfon Pierre dans Le Monde, Paris, 19 juin 1973.

32 El Mercurio, 3 mai 1973.

33 La Aurora de Chile, 29 mars 1973.

34 Tarea Urgente, 15 juin 1973.

35 CC Estación Central, « Primer derecho del pueblo es el derecho a la comida », Encuentro del Teatro monumental, mars 1973 (Posición, 30 mars 1973).

36 Cordón O’Higgins, « El Cordón O’Higgins a la opinión publica », avril 1973 (La Aurora de Chile, 12 avril 1973) ; Cordón O’Higgins, Lucha con los trabajadores de Maestranza Jemo y Distribuidora Distra, 19 avril 1973 (La Aurora de Chile, 26 juin 1973).

37 Tarea Urgente, 15 juin 1973.

38 Tarea Urgente, 15 juin 1973.

39 Témoignage de Javier Bertín, en 1996 (recueilli par Silva M., op. cit.).

40 Ultima Hora, 15 juin 1973.

41 Ibid.

42 Le Monde, Paris, 23 juin 1973.

43 Ultima Hora, 21 juin 1973.

44 Cordón Cerrillos, « ¡ un año de lucha ! ¡ un año de victoria ! », Tarea Urgente, 3 juillet 1973.

45 Cordón Cerrillos, Consejos comunales campesinos, FEMET, « El Cordón Cerrillos : los trabajadores, sus organizaciones y el gobierno », 17 juin 1973 (Tarea Urgente, 23 juin 1973).

46 Voir l’analyse de Henriquez Guaico Renzo, Cordón Cerrillos Maipú, op. cit, 172-222.

47 Punto Final, 3 juillet 1973.

48 Voir le troisième volet de Guzmán P., La Batalla de Chile, op. cit.

49 Témoignage de J. Bertín en 1996 (in Silva M., op. cit., p. 385-386).

50 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

51 Témoignage de J. Bertín en 1996 (in Silva M., op. cit., p. 385-386).

52 Voir le témoignage de Eduardo Agustín Cruz Farías, 23 mars 2005, in [www.memoriamir.cl].

53 Ceci, si l’on en croit les supputations d’une enquête débutée en août 1973 (et reprise pendant la dictature) à propos d’un tract distribué dans le Cordon et qui appelait à l’autodéfense ouvrière (República de Chile, Corte de Apelaciones de Concepción, sumario n° 69-73, Sección general de investigaciones – prefectura de Concepción – Comisaría de Talcahuano, 18 octobre 1973).

54 Trinchera, Talcahuano, n° 4, avril 1973.

55 Aussi, à Antofagasta (quatrième ville du pays par la taille), deux tentatives de Cordon auraient vu le jour, l’un au nord, le second au sud (El Mercurio, 9 mai 1973).

56 Entretien réalisé à Santiago, 5 décembre 2001.

57 IC. Testimonio Hernán Mery, 6 septembre 1973.

58 Entretien réalisé à Santiago, 5 décembre 2001.

59 Tarea Urgente, 10 août 1973 et Combate, Valparaíso, n° 2, novembre 1972.

60 Santa Lucia P., « The industrial class and the struggle for power in Chile », in O’Brien, Allende’s Chile, op. cit., p. 161-165.

61 Entretien réalisé à Paris en mars 2001.

62 Entretien réalisé à Talence (France), 24 octobre 2000.

63 Cancino H., op. cit., p. 339.

64 Suárez Bastidas H., « Poder popular en la toma de Constitución », Punto Final, supplément au n° 183, 8 mai 1973.

65 Voir un bilan dans : Pastrana E., Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit.

66 El Mercurio, 20 avril 1973.

67 Pastrana E., Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 130.

68 Bourdieu P., « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, 1984, p 49-55.

69 Une même personne pouvant, bien sûr, appartenir à ces deux catégories.

70 Castelain C., « Histoire du campamento Nueva Habana », op. cit., p. 117-131.

71 Voir les témoignages de A. Pérez et de M. Olivares (entretiens réalisés à Santiago, les 6 mai 2002 et 4 juillet 2002), et Cofré Schmeisser B., Campamento Nueva La Habana, op. cit.

72 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

73 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 97 et p. 164-168.

74 Corporación de la Vivienda. Organisme public dépendant du ministère du logement, chargé d’élaborer tous les plans et la coordination des constructions prises en charge par l’État.

75 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 104.

76 Ibid., p. 237.

77 El Rebelde, 11 avril 1973.

78 Chile Hoy, 13 septembre 1973.

79 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 192.

80 Cette réunion rassemble une quarantaine de pobladores, délégués de manzanas, ainsi que des membres de la Jefatura.

81 Tarea Urgente, 10 août 1973.

82 Tarea Urgente, 25 février 1973.

83 La Aurora de Chile, 22 mars 1973.

84 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 193.

85 Le premier avril 1973, un congrès de toutes les JAP locales de la zone a nommé une direction de 15 personnes pour former la JAP communale (Poder, 12 mai 1973).

86 Tarea Urgente, 27 juillet 1973.

87 Tarea Urgente, 6 septembre 1973.

88 Magasich J., op. cit., p. 100-101.

89 Raptis M., Quel socialisme au Chili ?, op. cit., p. 129-131.

90 Puro Chile, 11 juin 1973.

91 El Siglo, 9 septembre 1973.

Table des illustrations

Titre lllustration 8 – Mobilisation du Cordon O’Higgins à Santiago (mars-avril 1973).
Crédits Posición, 30 mars 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42701/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre lllustration 11 – Occupation de Constitución (avril 1973).
Crédits Punto Final, supplément au n° 183, 8 mai 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42701/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540