Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Des cordons industriels en soi aux cordons industriels pour soi

Chapitre IV. Organisation, représentations et place du pouvoir populaire au sein de la « voie chilienne »

Texte intégral

  • 1 Cours-Salies P., Vakaloulis M., Les mobilisations collectives, op. cit., p. 81-106.
  • 2 Rocher G., Le changement social, op. cit., p. 277-278.

1Le sociologue Michel Vakaloulis insiste à juste titre sur le fait que toute mobilisation collective est nécessairement soumise à l’épreuve du politique1. Dans son analyse des processus révolutionnaires, le sociologue Guy Rocher souligne quant à lui l’interaction nécessaire, mais souvent chaotique, entre une base sociale et des organisations partisanes qui prétendent les représenter2. Indéniablement, durant l’Unité populaire, le rapport entre l’espace des mouvements sociaux, la classe ouvrière organisée et le champ partisan manifeste un rapport étroit, parfois synergique mais aussi souvent tendu et contradictoire. La question du « pouvoir populaire » a donc généré de multiples remous et débats idéologiques au sein de l’univers des partis politiques. Avant d’aborder l’organisation interne des organismes de pouvoir populaire et leur dimension subjective ou culturelle, nous traiterons tout d’abord de cet aspect central de la « voie chilienne au socialisme ».

Le spectre du soviet ? Les partis de gauche et leur vision du pouvoir populaire

  • 3 Nous nous référons ici au travail de Seguel-Boccara I. : Les passions politiques au Chili durant l’ (...)
  • 4 Cancino H., La problemática del poder popular…, op. cit.
  • 5 Ulianova O., « La Unión Soviética y la izquierda chilena durante la guerra fría. Construcción de im (...)
  • 6 Vergara J., « El pensamiento de la izquierda chilena en los sesenta. Notas de investigación », in A (...)
  • 7 Debray R., Conversación con Allende, Siglo XXI, México, 1974.

2L’analyse des représentations collectives et des pratiques discursives du pouvoir populaire permet de mieux comprendre les débats qui ont agité la gauche chilienne tout au long de ces mille jours de l’UP. Indéniablement la thématique du pouvoir populaire peut être aussi considérée comme l’une des « passions politiques » de cette période3. Ainsi, sans nous livrer à une approche systémique des discours des militants, nous entendons insister sur quelques « images » et représentations qui parcourent les débats de la gauche à ce propos. L’une d’elle est précisément ce que je nommerai « le spectre de la révolution russe » et la figure du soviet comme double pouvoir. Hugo Cancino a montré l’importance de ce « discours politico-idéologique4 ». Historiquement, le marxisme de la gauche chilienne est fortement marqué par son interprétation soviétique, léniniste mais aussi – et parfois surtout – stalinienne5. Cette matrice idéologique imprègne la pensée de la gauche et sa vision du monde6. Quoi qu’il en soit le spectre de la révolution russe hante les débats de la voie chilienne, comme le montre – entres autres – les conversations entre Régis Debray et le président de la République en 19717. La nécessité de justifier leur praxis au travers du miroir de l’histoire soviétique est une donnée constante de nombreux journaux de l’UP.

3Quoiqu’attiré par le guevarisme, le MIR ponctue également nombre de ses analyses à la lumière des « dix jours qui ébranlèrent le monde ». A posteriori Miguel R. s’exclame dans un entretien :

  • 8 Entretien avec Miguel R., Pessac, 25 janvier 2001.

« Il fallait pousser le gouvernement à transformer les structures de l’État. Cette politique portait un nom : “Tout le pouvoir aux soviets”, c’est-à-dire transformé en langage chilien, pouvoir aux Commandos communaux. Et les Cordons industriels pouvaient entrer en concordance avec les Commandos communaux. […] Mais les soviets étaient les Commandos communaux. Ce n’est pas plus compliqué que cela8 ! »

  • 9 Enríquez M. (secrétaire général du MIR), « El poder popular y los comandos comunales », Intervenció (...)
  • 10 Entretien réalisé à Santiago, 11 mars 2002.
  • 11 Témoignage recueilli par Miguel Silva, op. cit., p. 465-466.

4Cependant, Miguel Enríquez déclarait en janvier 1973 que « Santiago n’était pas Petrograd et l’année 1972 n’avait pas grand-chose à voir avec l’année 1917, mais il y avait tout de même quelque chose à voir. Il n’y avait pas ici, une crise générale du système dans laquelle les objectifs avancés par les bolcheviks soient à l’ordre du jour9 ». Lorsque l’on interroge Carlos Altamirano aujourd’hui, ce dernier se dit d’accord avec Allende : « Pour ma part, je m’opposais absolument à l’idée de créer un pouvoir dual. Pourquoi ? Pourquoi créer un pouvoir alternatif à un président qui était socialiste, qui était des nôtres ? Non, le pouvoir dual, non… Il s’agissait simplement d’une terminologie absurde10. » Enrique Ramírez, proche d’Altamirano qui milite au sein du CI Cerrillos, se rappelle une tout autre histoire. Il se souvient que le secrétaire général du PS, en réunion privée, pousse les militants « à impulser les occupations, impulser les Cordons, impulser le pouvoir dual », mais surtout sans qu’il n’apparaisse comme auteur intellectuel de cette politique11. Globalement, la direction socialiste, malgré son verbalisme révolutionnaire, s’est toujours opposée à toute forme d’auto-organisation populaire qui aurait pu fragiliser le gouvernement.

5Dans ces conditions, surgit l’une des contradictions centrales de la théorie du « pouvoir populaire » de l’UP : comment pour ces militants défendre la formation d’un pouvoir populaire constituant et, en même temps, s’opposer à toute dynamique du conflit social qui puisse remettre en cause les institutions ? Selon Fernando Mires,

  • 12 Mires F., « Les contradictions de l’Unité populaire », in J. Del Pozo, A. Jacob (dir.), Le Chili de (...)

« l’adhésion à l’État et à la révolution des partis de l’UP serait à l’origine, chez beaucoup de militants de la gauche, d’une étrange idéologie, mélange de l’idée léniniste de la prise du pouvoir et du respect le plus strict des institutions gouvernementales. En cherchant à réconcilier l’irréconciliable, des conseillers du gouvernement Allende lancèrent la thèse saugrenue de constituer un double pouvoir au sein même de l’État ! Selon cette thèse, le pouvoir révolutionnaire était représenté par le gouvernement ; la contre-révolution par le Parlement12 ».

  • 13 Chile Hoy, 10 août 1972. Voir aussi : García P., « El poder popular », Chile Hoy, 15 mars 1973.
  • 14 Ramos S., ¿ Chile, una economía de transición ?, Santiago, CESO, Universidad de Chile, 1972.
  • 15 Allende Salvador, « Primer Mensaje al Congreso Nacional », 21 mai 1971 (in V. Farías, op. cit., t.  (...)

6C’est effectivement cet équilibrisme que l’on retrouve chez nombre d’intellectuels proches de l’aile gauche de l’UP ou militants du PS. Il en est ainsi avec les réflexions sur la « dualité de pouvoir » du marxiste Theotonio Dos Santos dans les colonnes de Chile Hoy13. Cette théorie d’une dualité de pouvoir qui « s’exprime par une ligne de séparation à l’intérieur du propre appareil étatique existant, plus que par l’affrontement avec l’appareil étatique de la bourgeoisie […], comme c’était le cas, par exemple, des soviets face au gouvernement provisoire [de Kerenski] » est aussi celle du PC (dans ce cas au travers de la plume de Sergio Ramos)14. Le président Allende, sensible à cette argumentation, parle dans son message au Congrès en mai 1971, du « second modèle de transition au socialisme15 ».

  • 16 Zavaleta Mercado R., El poder dual en América Latina, op. cit., p. 126.
  • 17 Harnecker M., « Los comandos comunales y la polémica en el seno de la izquierda », Chile Hoy, Santi (...)
  • 18 Cancino H., op. cit., p. 330-336.
  • 19 Le premier organisé par CPS se déroule entre le 24 et le 26 novembre 1972 avec la participation de (...)

7En arrière-fond, c’est ce double pouvoir hybride et fantasmé qui alimente les discussions, souvent vives, des partis de gauche16. La polémique s’avère parfois stérile et désincarnée, assez éloignée des préoccupations concrètes des salariés. En filigrane, nous retrouvons les grandes lignes des diverses conceptions du « pouvoir populaire », recueillies au travers de l’enquête orale : quel type de relations établir entre le mouvement révolutionnaire et un gouvernement progressiste comme celui d’Allende ? Quelle est la place des embryons de « pouvoir populaire » dans un processus de transition au socialisme ? Jusqu’à quel point (et comment) le gouvernement Allende peut-il être considéré comme un instrument au service de la lutte des classes17 ? La discussion, qui touche le champ partisan depuis la base jusqu’au sommet, se développe sous plusieurs formes : débats publics et forums ; articles dans la presse ; documentation interne de partis et d’organisations du mouvement social18. Parmi les débats publics, quatre sont restés des « classiques » du genre puisqu’on y retrouve un bon échantillon de l’arc-en-ciel idéologique en ce qui concerne le « pouvoir populaire ». L’un d’entre eux est organisé par le syndicat des salariés de la revue Clarín (janvier 1973), l’autre par le mouvement des Chrétiens pour le socialisme (fin novembre 1972) – preuve de l’implication d’une partie des chrétiens dans ce débat – et un troisième, par le biais d’une table ronde proposée par la revue Chile Hoy entre plusieurs dirigeants de base en juin 1973. Enfin, se tient une quatrième réunion de la même teneur, en août 197319.

  • 20 MIR, « Repuesta a los ataques del secretario general del PC », El Rebelde, Santiago, février 1973 ( (...)

8Le PC rechigne à participer à de tels débats publics. Ainsi, si Mireya Baltra se présente au premier forum organisé par les CPS, elle s’en retire aussitôt – offusquée – par les arguments de Miguel Enríquez. Au fur et à mesure qu’approchent les élections parlementaires de mars 1973, les attaques du PC contre le MIR et sa conception du pouvoir populaire se font plus dures (les miristes sont affublés d’épithètes comme « cervelles échauffées » ou « provocateurs »). Comme le remarque justement le mouvement de Miguel Enríquez, « la recrudescence des attaques de la direction du PC contre le MIR a toujours correspondu à des périodes où cette direction a entamé, ou tenté d’entamer des conversations avec le parti démocrate-chrétien20 ». Mais les critiques se font également plus dures contre tous les représentants d’organisations qui se réclament du « pôle révolutionnaire », spécialement le PS. En témoigne, la teneur des lettres échangées entre Carlos Altamirano et Luís Corvalán avant les élections parlementaires de mars 1973, où les disqualifications tiennent lieu d’argumentaire politique. Au cours de cette joute, le secrétaire général du PC écrit :

  • 21 Corvalán Luís, « Carta a Carlos Altamirano, Secretario general del Partido Socialista », Santiago, (...)

« Ce qui est sous le feu roulant de l’impérialisme et de l’oligarchie et ce qu’ils veulent renverser, ce n’est pas le fantasmagorique « pouvoir populaire » indépendant du gouvernement dont parle le MIR et qui n’existe que dans la tête fiévreuse de ses dirigeants, mais le gouvernement d’Allende, qui est un fait, réel, concret, une conquête du peuple […]. Naturellement, nous communistes, nous sommes pour le renforcement de toutes les formes de pouvoir populaire et pour la création de nouvelles qui naissent de l’initiative des masses : à condition, comme il est logique, qu’elles tendent à renforcer le gouvernement populaire et non pas à l’affaiblir21. »

  • 22 Entretien cité dans : Harnecker M., La lucha de un pueblo sin armas, op. cit.
  • 23 Voir Yánez A., « Algunos problemas de la estrategia y de la táctica de la revolución chilena », in (...)
  • 24 Zeran F., « Los Comunistas y los Cordones », Chile Hoy, 16 août 1973 et Chile Hoy, 21 juin 1973.

9Sur le terrain, le PC voit avec animosité les expressions de « pouvoir populaire constituant » tels que les Cordons industriels, leur préférant des formes de participation populaire plus contrôlables. Dans un premier temps, l’option choisie est une sorte de « politique de l’autruche » où les CI ne méritent pas d’être mentionnés par la presse du parti. Par la suite, le secrétaire général fait référence à plusieurs reprises aux CI et autres coordinations, leur reconnaissant même un certain droit « d’indépendance ». C’est par exemple le cas le 6 avril 1973 : « Nous sommes partisans des Commandos populaires, des Conseils paysans, des Cordons industriels et des JAP […]. Mais dans ce domaine, nous estimons que ces nouvelles organisations, qui sont des formes de pouvoir populaire qui conservent leur indépendance, ne peuvent être conçues et orientées en opposition au gouvernement du président Allende22. » Dans les bilans effectués pendant la dictature, le PC dévoile qu’il envisageait les CI comme des organismes problématiques car manipulés par « l’ultra gauche » et « visant à diviser l’UP, créant un “pouvoir populaire” qui s’affrontait au gouvernement par de prétendues positions de “gauche”23 ». Le travail des militants PC est de répercuter, à la base, cette optique : c’est ce que font par exemple Galvarino Escorza, dirigeant syndical de l’usine Textil Progreso (CI Vicuña Mackenna) ou encore Gustavo Cerda, dirigeant du comité local du PC au niveau du CI Cerrillos-Maipú24. Cette attitude du premier parti ouvrier du pays est bien entendu essentielle pour comprendre le développement limité des Cordons.

  • 25 Altamirano Carlos (secrétaire général du Parti socialiste), « Carta a Luís Corvalán, secretario Gen (...)
  • 26 Posición, n° 41, 16 mars 1973.
  • 27 PS et PC, Propósitos de ofensiva política, Santiago, octobre 1972 (in V. Farías, op. cit., t. V, p. (...)
  • 28 La Aurora de Chile, 8 mars 1973.
  • 29 PS (Regional Cordillera-Santiago), Definir e impulsar una política revolucionaria, Documento Confid (...)
  • 30 Voir le paragraphe consacré à la dernière phase du débat sur le pouvoir populaire, après juin 1973 (...)

10Dans sa réponse au PC, le Parti socialiste insiste sur le fait que les organismes du pouvoir populaire « sont nés indépendants du gouvernement, mais pas contre le gouvernement25 ». Pour Hernán Ortega, « il s’agit de profiter du trampoline que représente le gouvernement pour accélérer les mesures qui donnent plus de pouvoir aux travailleurs, de manière qu’ils aient une participation plus directe, plus réelle26 ». Mais, même si on peut multiplier les déclarations de bonnes intentions du PS sur le respect de l’autonomie des Cordons, il est nécessaire de rappeler qu’en octobre 1972, le PS et le PC s’empressent d’émettre une déclaration commune (fait exceptionnel) où les Cordons industriels sont appelés à se placer rapidement sous l’autorité des Intendants ou gouverneurs de province, afin d’obtenir « une correcte canalisation27 ». Un appel réitéré par la suite, avec quelques nuances, par certains dirigeants, dont l’intendant lui-même en février 197328. De telles déclarations ne sont pas sans générer des remous au sein de l’arc-en-ciel politique que constitue le PS. En témoigne, tout d’abord, un texte confidentiel du régional Cordillera du PS destiné à la discussion interne29. Ce secteur de l’aile gauche critique ouvertement le gouvernement et la tactique d’Allende. Ce document appelle au « développement des Commandos communaux, comme germes de pouvoir populaire alternatif au pouvoir bourgeois » et ajoute : « On doit empêcher l’institutionnalisation des Commandos communaux, lesquels ne peuvent être subordonnés, ni au gouvernement, ni à l’Unité populaire. » Dans ce texte, le régional Cordillera s’en prend aussi au régional Centro, qui anime le journal La Aurora de Chile, pour son « réformisme ». Ce débat se prolonge par la suite et prend l’allure de violentes invectives entre ces deux fractions du PS qui se réclament pourtant toutes deux du « pouvoir populaire30 »… Malgré les positions critiques, à la base comme au sommet, à aucun moment ce « pôle révolutionnaire » existant au sein de l’UP ne se constitue comme tendance organisée, autour d’une plate-forme de lutte commune, afin d’essayer d’offrir une orientation nouvelle aux autres embryons de pouvoir populaire constituant. Dans ces conditions, c’est, de fait, l’option tactique du PC – entérinée par Allende –, qui reste prédominante, sans que les secteurs critiques ne puissent incarner une option alternative crédible et lisible aux yeux du mouvement social.

  • 31 Intervención en el Foro organizado por el sindicato de trabajadores del diario Clarín, Edificio Gab (...)

11Quant au MIR libre de tout le poids de la participation gouvernementale (et de ses lourdes responsabilités !), il a tout loisir d’insister sur sa conception d’un pouvoir populaire alternatif, mais sans jamais franchir le Rubicon d’une opposition frontale à Allende. « Nous n’appelons pas à lutter contre le gouvernement, déclare Miguel Enríquez, ni à faire tomber le gouvernement, ni à mettre les Commandos communaux en contradiction fondamentale avec le gouvernement ; mais à lutter contre l’appareil bureaucratique de l’État31. »

12Certes, ces affrontements idéologiques sont à l’image des contradictions en cours au sein du mouvement ouvrier et des déphasages grandissants entre la base militante et la direction des partis. Pourtant, les longues polémiques qui ont lieu sur la place du pouvoir populaire naissent au moment même où nombre des organismes réellement existants sont en phase de repli, faute de perspective politique. Par tâtonnements, des secteurs militants sont à la recherche de portes de sortie, au milieu de la plus grande confusion. Les définitions proposées par la gauche en ce qui concerne le rôle des Commandos communaux (CC) ou la place de la CUT et des CI prolongent cette désorganisation.

La polémique sur la place des Cordons industriels au sein du mouvement ouvrier

Commandos communaux contre Cordons industriels

  • 32 Intervención en el Foro organizado por el sindicato de trabajadores del diario Clarín, Edificio Gab (...)
  • 33 Chile Hoy, 2 août 1973.
  • 34 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit.

13On a vu qu’en ce qui concerne les Commandos communaux, les exagérations sont parfois importantes et les sources de confusion énormes entre coordinations réellement existantes et celles annoncées par la gauche (ou l’opposition). C’est indéniablement le MIR qui est initialement le champion du Commando communal, dont l’objectif, à terme, serait de se transformer en « Conseil Communal des travailleurs ». Dans son discours sur le « pouvoir populaire », prononcé durant le forum organisé par le syndicat du journal Clarín, Miguel Enríquez fait uniquement référence aux « Conseils Communaux de travailleurs » et aux « Commandos communaux », en tant qu’organisme « unificateur de tout le peuple32 ». Dans ce discours comme dans la plupart de la communication du MIR, les Cordons industriels n’existent quasiment pas. Quand il y est fait référence, c’est pour insister sur leurs faiblesses intrinsèques. Le MIR ne croit pas que la classe ouvrière présente au sein des Cordons industriels puisse former à elle seule la tête de proue du mouvement révolutionnaire. Surtout, il considère ces secteurs comme déjà organisés. Il condamne même l’action des groupes du PS qui s’investissent corps et âme en direction des CI comme une « déformation » et une « déviation » du pouvoir populaire, aussi critiquable à ses yeux que ceux qui « avec un esprit sectaire ou avec le propos de maintenir des niveaux d’hégémonie ou de monolithisme bureaucratique sur le mouvement de masse » se sont opposés au pouvoir populaire33. Ainsi, le PS et le PC sont renvoyés dos à dos. Pourtant, l’année 1972 a été celle du tournant ouvrier miriste, exposé au grand congrès du campamento Nueva La Habana : l’organisation, analysant la nouvelle conjoncture, souhaite consacrer la plupart de ses forces au monde du salariat industriel34. Le MIR affirme qu’au sein de ce « bloc de classes » à construire, c’est bien la classe ouvrière qui doit exercer son hégémonie, mais en organisant des Commandos communaux capables d’articuler tous les secteurs opprimés. Selon nous, cette ligne directrice débouche sur une optique déformée des mobilisations collectives réellement existantes, où est partiellement oblitéré le principal organe de pouvoir populaire organisé : le Cordon industriel. Le parti s’investit plutôt dans des « Commandos communaux » qui n’en ont souvent que le nom, puisqu’ils restent – malgré la « réorientation ouvriériste » – des regroupements de pobladores et d’étudiants (comme à La Florida, Barrancas ou Las Condes). Finalement, le MIR se base sur une donnée objective indéniable : les Cordons ont la faiblesse d’être des organisations qui n’organisent qu’une partie de la classe ouvrière et laissent de côté une grande partie des classes dominées. Il s’agit en conséquence d’éviter qu’ils ne prennent la place des Commandos communaux, en tant que base organisationnelle de « dualité de pouvoir ». Pourtant, bien plus prosaïquement, la position de cette organisation semble plutôt celle d’un parti qui, face à la faiblesse de son insertion au sein du mouvement ouvrier, cherche à proclamer que la Révolution viendra d’ailleurs. Il y a là un certain aveuglement du MIR alors que la crise d’octobre, et plus tard celle du 29 juin 1973, démontre que ce sont les CI qui restent les véritables organes de résistance et d’auto-organisation.

  • 35 La Aurora de Chile, 16 août 1973 et 26 juillet 1973 ; Posición, 24 octobre 1972.
  • 36 La Aurora de Chile, 31 mai 1973.

14En contrepoint, la gauche de l’UP, mieux implantée dans la classe ouvrière, paraît mesurer l’importance des Cordons, d’où l’appui qui leur est donné. D’une manière générale, si le MAPU, le PS ou la gauche chrétienne ne nient pas la nécessité de l’alliance de classe au sein du Commando communal, ils insistent sur le renforcement des CI dans un premier temps, comme « locomotive » du processus : c’est au sein du Commando communal que le CI jouerait un rôle de direction, afin « d’assumer un rôle d’avant-garde des autres organisations de base35 ». La question de la place des CI a immanquablement des répercussions dans les usines. Ainsi au niveau de Cerrillos-Maipú, l’une des polémiques est de savoir quels seraient les secteurs sociaux qu’il faudrait inviter à participer à la rencontre communale des travailleurs du Cordon, prévue pour la fin juin 197336. L’impasse est telle que les participants d’une réunion – fin mai 1973 – en arrivent à proposer un vote, afin de déterminer si pobladores et paysans sont aptes à participer, intervenir voire à décider. Les militants du PS insistent sur le fait que les CI doivent être formés avant tout par la classe ouvrière organisée. Pourtant, la présence dite « fraternelle » d’autres secteurs est souhaitée par certains, « avec droit d’expression lors des assemblées plénières ». Il apparaît cependant que la discussion s’enferme dans un dialogue de sourds puisqu’aucune des tendances militantes présentes ne semble capable de fixer une position commune sur la qualité requise et les conditions de participation de ces autres fractions du mouvement populaire…

  • 37 Entretiens réalisés à La Serena (Chili), le 24 juin 2002.

15Aujourd’hui, dans les témoignages des militants socialistes, la référence au Commando communal n’apparaît quasiment pas. Ces récits soulignent encore plus le décalage entre la propagande du MIR sur les CC en tant que « soviets » et leur absence de réalité concrète comme organismes de lutte. D’autre part, l’enquête orale montre également que si les directions des partis de la gauche de l’UP reprennent à leur compte l’idée du CC, cela n’est pas resté comme quelque chose de tangible pour les militants : pour eux, la priorité est restée celle des Cordons industriels. Lorsqu’on insiste, Pablo Muñoz s’exclame finalement : « Les Commandos communaux ?… Ah, oui ! C’était le MIR ! » Selon lui, déformant ainsi les propos du MIR, les CC se réduisent à un regroupement de comités de quartiers ou de pobladores. Pour Luís Ahumada, les CC n’ont eu à aucun moment un poids réel, sinon qu’ils ont fait courir le risque « d’une perte de la force syndicale » au sein des Cordons industriels37.

16Ce manque de vues partagées au sein du « pôle révolutionnaire » a également alimenté le débat sur le « parallélisme » syndical et affaibli les Cordons réellement existants.

Les Cordons industriels, la CUT et le mouvement syndical

  • 38 Joxe A., « Le Chili entre le freinage et l’affrontement », Politique Hebdo, Paris, 1972, p. 71 à 95
  • 39 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.
  • 40 Harnecker M., « Los cordones industriales y la CUT », Chile Hoy, 2 août 1973.

17Nous avons vu comment la CUT est peu à peu malmenée par les turbulences générées par la lutte des classes. Phénomène accentué par une intégration de certains membres de la direction syndicale à l’appareil étatique, aux côtés des généraux38. Le surgissement d’embryons – même limités – de pouvoir populaire au sein du mouvement ouvrier remet en cause les limitations de la CUT et de l’organisation syndicale dans son ensemble. Avec une vision critique des communistes et d’Allende, José Moya, alors militant du MIR et ouvrier d’une industrie électronique de presque mille salariés, confirme : « Il s’agissait d’une période très riche, durant laquelle beaucoup de personnes qui sympathisaient avec l’Unité populaire se sont rebellées contre elle et se sont incorporées à l’organisation des Cordons industriels. Je me rappelle avoir été dans des assemblées où des représentants de la CUT venaient discuter avec les Cordons et repartaient “la queue entre les jambes”39 ! » L’apparition des Cordons industriels illustre aussi le dépassement potentiel de la structuration syndicale, de sa bureaucratie. Comme le rappelle Martha Harnecker, la formation des CI questionne directement la centrale syndicale et l’organisation traditionnelle des salariés40. De nombreux syndicalistes ont ainsi vu avec crainte l’arrivée des Cordons dans l’arène du mouvement ouvrier. Les habitudes quotidiennes, la routine des appareils, l’institutionnalisation des pratiques et des pouvoirs, mais aussi le travail militant – souvent difficile sur le plan personnel – de plusieurs années risquait de se voir mis à bas par une nouvelle organisation, plus horizontale et territoriale, mais encore fragile. Le mot d’ordre avancé par l’UP est alors celui du combat contre tout « parallélisme » à la CUT, avec en ligne de mire les Cordons industriels, considérés comme de simples coordinations syndicales.

  • 41 Chile Hoy, 16 août 1973.
  • 42 Cité par Cancino H., op. cit., p. 376.

18On peut néanmoins isoler deux positions au sein de la gauche sur cette question. La première proclame que la CUT est l’organisation suprême des travailleurs et que, de ce fait, la tactique correcte est de la transformer de l’intérieur si nécessaire, sans créer d’autres organismes. Le PC s’inscrit avec force dans cette perspective : « Les Cordons doivent être dirigés par la CUT et orientés par la centrale41. » Cette position est publiquement appuyée par Salvador Allende, lors du plénum des Fédérations de la CUT, célébré le 25 juillet 1973. Le président déclare à cette occasion : « Il ne peut y avoir, camarades, parallélisme syndical […] comme il ne peut y avoir dualité de commandement dans la direction politico-économique du pays42. » Paradoxalement, le MIR (pourtant très critique sur le « réformisme » du PC) partage le point de vue des communistes sur les relations CUT/Cordons. En effet, le MIR appelle à l’institutionnalisation des CI sous direction de la CUT, puisque selon ce parti cela permettrait une démocratisation de la centrale. Tout au long de la période, le MIR considère les Cordons industriels en tant que rassemblement territorial de certains syndicats et refuse de les envisager comme de possibles embryons d’un pouvoir populaire autogéré. Le MIR ne voit aucune objection à la soumission des CI à la CUT. Il y est même favorables au nom de l’unification de la classe ouvrière. Pourtant, cette tactique du MIR contribue à freiner la centralisation des CI et l’alimentation des initiatives autogestionnaires prises pendant octobre. Une telle approche fait donc indirectement le jeu du PC qui cherche à freiner la formation des CI.

  • 43 Cette influence est évidente si l’on remarque que tous les présidents des Cordons signant la déclar (...)
  • 44 Les témoignages de Carmen Silva ou de Pablo Muñoz et Pablo Ahumada soulignent l’importance du DENAS (...)
  • 45 Trinchera, n° 2, décembre 1972.
  • 46 La Aurora de Chile, 29 mars 1973.

19Le PS, plus exactement son aile gauche, défend quant à lui une position alternative : la thèse de l’autonomie nécessaire des CI. Ce sont ces militants qui conservent la plus forte influence au niveau de la direction des Cordons. En 1973, tous les présidents des CI de Santiago sont socialistes43. La forte flexibilité de ce parti et sa réceptivité aux pressions de la base, favorisent un tel positionnement. Ainsi, le département syndical du PS (le DENAS) joue la carte de la démarcation44. Le meilleur exemple est celui de Manuel Dinamarca, secrétaire général de la CUT en 1973. Il reconnaît à plusieurs reprises publiquement les vacillations du gouvernement et l’apport central des CI pour les combattre45. Les dirigeants socialistes des CI cherchent néanmoins à se présenter eux aussi comme opposés au parallélisme syndical. Víctor Muñoz, ouvrier socialiste de la grande usine textile Sumar Nylon et dirigeant du Cordon San Joaquín, déclare : « Le Cordon n’est pas un organisme parallèle à la CUT » mais tient à souligner que « beaucoup ne reconnaissent pas que la CUT a été incapable de mobiliser les travailleurs derrière des objectifs stratégiques, en dehors du cadre revendicatif conjoncturel. Nous pensons que parmi ces secteurs réticents, il existe comme une crainte de perdre la direction des travailleurs46 ».

  • 47 Voir par exemple, les essais d’un Cordon industriel à Talca (Tarea Urgente, 27 juillet 1973) ou enc (...)
  • 48 Najman M., Le Chili est proche, op. cit., p. 168.
  • 49 Chile Hoy, 2 août 1973.
  • 50 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973.

20Néanmoins, l’énergie dépensée par les militants socialistes afin de se défendre de toute accusation de parallélisme syndical, n’est pas toujours très convaincante. De fait, il existe bien deux structures parallèles, malgré les évidents liens organiques entre la CUT et les CI puisque nombre de syndicats participant aux réunions des Cordons sont aussi affiliés à la centrale et que leurs dirigeants en sont la plupart du temps membres. D’ailleurs, plusieurs Cordons de province naissent de l’initiative même de dirigeants provinciaux de la CUT, souvent militants de la gauche du PS47. En fait, celle-ci cherche à utiliser la CUT comme une « couverture », sans rompre avec sa direction, tout en créant des CI. Maurice Najman cite une anecdote recueillie en province, au niveau du Cordon de Talcahuano, qui en dit long sur cet état d’esprit : « À ma question sur les rapports du Cordon de Talcahuano (un des plus puissants du pays) avec la CUT, son secrétaire, membre du PS, me répondit avec un clin d’œil qu’il n’y avait pas de problème puisqu’il était aussi le dirigeant provincial de la CUT48. » Pris dans ce double jeu, il n’est pas étonnant que nombre de militants admettent finalement la nécessité d’intégrer les CI à la CUT, voire se disent prêts à les abandonner en cas d’évolution positive de celle-ci. Ainsi Hernán Ortega, dernier président du Cordon Cerrillos déclare : « Dans la mesure où la CUT se donnera une nouvelle structure et se proposera de nouvelles tâches, notre coordination n’aura plus de raison d’exister49. » Dans le même esprit, la revue La Aurora de Chile rappelle que la CUT « donne une image de subordination au gouvernement que les Cordons ne possèdent pas » ; le périodique socialiste propose malgré tout de faire « participer la CUT » à la direction de ceux-ci50.

21Quelles conclusions peut-on tirer de ce débat ? Il apparaît qu’au-delà des différences politiques, la gauche n’a pas de conception vraiment claire sur le rôle exact des CI et encore moins sur le fait qu’en tant qu’embryons de pouvoir populaire, ils sont supposés incarner des formes d’organisation ayant des fonctions radicalement différentes de celles du syndicat. À peu près tous sont d’accord pour répéter que la CUT devrait être l’organe suprême de direction, qu’elle devrait participer, voire diriger les Cordons… tout en reconnaissant que cela n’est pas le cas. Une telle équation est pourtant – dans cette conjoncture – largement illusoire puisque la CUT est plus que jamais une instance éloignée de la conception territoriale du Cordon industriel. En février 1973, le vieux Clotario Blest épingle une gauche qui lui fait la sourde oreille :

  • 51 El Pueblo, n° 28, février 1973.

« En réalité actuellement le rôle de la CUT a été très pauvre, parce que ce n’est pas une CUT indépendante du gouvernement. La CUT doit être indépendante des gouvernements et représentante des travailleurs comme classe exploitée. En réalité, actuellement, on ne peut pas dire que la CUT soit indépendante du gouvernement : elle en forme partie et doit être soumise à toutes ses directives. Les conséquences, nous les voyons51. »

Cordons rêvés et Cordons mobilisés : organisation, participation et caudillismes militants

22Rappelons que l’on a pu isoler trois grands types de coordinations : le « Cordon industriel » (ou Commando local industriel), le « Commando local poblacional » (qui dans le langage quotidien de la gauche est alors souvent nommé « Commando communal », malgré un caractère restreint), et enfin le « Commando communal », censé être le véritable organisme de pouvoir populaire, articulant l’ensemble des classes dominées (secteurs ouvriers, pobladores, paysans et couches moyennes). Malgré le fait que ce sont indéniablement les Cordons industriels (CI) qui montrent la plus forte capacité mobilisatrice, certaines organisations politiques centrent leur propagande autour de la constitution des « Commandos communaux » (CC). C’est particulièrement le cas du MIR, dont les propositions de structuration sont reprises en « Une » par un supplément de la revue Punto Final :

  • 52 Buró político del MIR, Los Comandos comunales, órganos de poder, órganos de combate de las masas, S (...)

23Il y est précisé que le « Commando communal de travailleurs » (CCT) aurait pour cellule « l’assemblée de base » organisée par « fronts » de lutte. Ces fronts devraient représenter les syndicats ouvriers et professionnels, les organismes de pobladores (comités de quartiers, JAP, campements, Centres de mères, magasins du peuple), les organisations étudiantes et « de la petite bourgeoisie propriétaire et la paysannerie ». Cette assemblée désigne des représentants au « conseil des délégués », révocables à tout moment. Et le Conseil des délégués nomme un comité directeur, lui-même révocable, et un président, représentant officiel du CCT. Le Conseil est pensé comme une institution qui combine pouvoirs législatifs et exécutifs : « Il s’agit que le peuple au travers du Commando communal de travailleurs se convertisse en son propre législateur et commence à exercer cette fonction au niveau de la commune. » Une attention spéciale est donnée au comité de défense qui possède une direction propre (issue du conseil de délégués). Une fois ce CCT organisé au niveau communal, il est prévu son extension à l’échelle provinciale afin qu’il assume des « fonctions et tâches de pouvoir et de gouvernement plus amples ». C’est donc avec maints détails que la structuration des CCT est envisagée, comme organe de « démocratie directe ». L’organigramme proposé n’inclut qu’un hypothétique « front syndical », dont on peut supposer que les CI seraient partie prenante. Ceci, malgré le fait que les miristes reconnaissent théoriquement le rôle dirigeant de la classe ouvrière « afin d’organiser le gouvernement local des masses52 ».

  • 53 Trinchera, 19 janvier 1973.
  • 54 Poder, 12 mai 1973.

24Au cours de la période 1972 – 1973, l’ensemble des partis appartenant au pôle rupturiste tiennent à donner eux aussi une proposition de structuration idéale des Commandos communaux (CC). Le PS l’a fait dès décembre 1972, mais en insistant sur le fait qu’il ne s’agit surtout pas de remplacer les organismes déjà existants. Le Commando communal est considéré par la direction du PS comme une direction unifiée des diverses organisations sociales de la commune afin de trouver « des solutions aussi bien à leurs tâches propres qu’à celles du gouvernement lui-même ». Pour le département syndical de ce parti (DENAS), l’objectif affiché est de « les centraliser et les coordonner en une forme supérieure53 ». La structure proposée est assez détaillée et reprend des propositions proches du MIR. Quant au MAPU, il préfère parler de « Commandos coordinateurs communaux ». Dans un long document élaboré par la direction régionale de la zone nord et côtière de Santiago, ce parti propose une structure là aussi extrêmement précise54. Pour résumer, ces organismes devraient posséder différents niveaux de représentation et participation, divisés entre la sphère communale et provinciale. La première serait celle de l’assemblée communale constituée par les délégués élus de « chacun des organismes territoriaux de base de la commune », c’est-à-dire les JAP, comités de quartiers, campements, Centres de mères, syndicats, etc. Ici, point d’assemblée permanente mais seulement une réunion plénière deux fois par an qui fixe le travail du secrétariat et élit ses représentants. Vient ensuite le Conseil communal de délégués puis le secrétariat communal, seul organisme exécutif composé de 12 membres élus pour un an. Le MAPU attribue une certaine priorité aux délégués des Cordons industriels. Au dessus, est placé un organisme provincial qui suit la même logique.

  • 55 Nous renvoyons à notre distinction entre Cordons en soi et Cordons pour soi, en partie inspirée des (...)
  • 56 Silva A. et Santa Lucia P., « Les Cordons industriels : une expression de pouvoir populaire au Chil (...)

25Au-delà de ces diverses propositions théoriques, ce sont pourtant les Cordons industriels qui restent les organisations les plus solides. Ainsi, afin d’analyser leurs dynamiques et modes d’organisation, il convient de différencier les CI pour soi, tels qu’ils sont imaginés – voire rêvés – sur le plan théorique par les militants, des CI en soi tels qu’ils se sont réellement mobilisés et organisés au sein de l’espace social du pouvoir populaire55. Selon A. Silva et P. Santa Lucia, les CI parviendraient, au cours du premier semestre 1973 à adopter un modèle commun : « À partir de cette date, les délégués des ceintures sont élus par la base, contrairement à ce qui s’est passé en octobre. Il n’est pas nécessaire que les délégués du Cordon soient dirigeants syndicaux56. »

  • 57 Entretien réalisé à Santiago, le 14 mai 2002.
  • 58 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre, Sant (...)

26Les dirigeants départementaux ou communaux de la CUT peuvent être élus (voir schéma page suivante). Cependant, cette systématisation sociologique, réalisée juste après le coup d’État, donne la part belle à une vision mythifiée de la situation fragile des CI en 1973. Silva et Santa Lucia admettent néanmoins l’existence de CI (sans en préciser le nombre) où la direction n’aurait jamais été élue par la base. L’étude de terrain effectuée essentiellement au niveau du port de Valparaíso est quant à elle beaucoup moins catégorique sur l’existence d’un modèle commun de CI. Elle révèle surtout le déficit de participation et de représentativité de nombreuses coordinations. La structuration adoptée par les Cordons industriels implique une intervention forte des partis politiques, mais – normalement – médiatisée par les syndicats et leurs dirigeants. C’est-à-dire que les partis de gauche sont présents et dirigent les Cordons, mais ceci grâce à leur implantation au sein du mouvement ouvrier. En théorie, les militants du pouvoir populaire argumentent en faveur d’une élection des délégués en assemblée d’entreprise, c’est-à-dire de manière directe et indépendante tant des syndicats que des partis. Pourtant, les témoignages recueillis, l’examen de la presse ou les débats au sein de la gauche illustrent que le schéma proposé par H. Cancino est tout à fait idéaliste. Il n’a pas existé d’élection systématique des délégués en assemblée plénière des travailleurs, et ceci encore moins de manière autonome des directions syndicales et des directions régionales des partis impliqués dans les CI. Cette démocratisation totale des CI n’a été atteinte à aucun moment. Il est par contre exact que dans les usines les plus mobilisées, ce sont bien des délégués élus en assemblée d’usine qui participent aux réunions du CI et que, la plupart du temps, la direction du CI est élue suite à un vote des syndicalistes présents à l’assemblée du Cordon. Le témoignage de Carlos Mújica souligne l’ambiguïté de la tactique des partis (dans ce cas, le MAPU). Au moment d’élire un délégué de l’entreprise Alusa au Cordon Vicuña Mackenna et de peur de la réaction des salariés démocrates-chrétiens, c’est presque à la sauvette que J. Moya est élu délégué du CI57. À Cerrillos, un document interne du MIR révèle un projet de « comité exécutif » du CI, directement nommé « par en haut » par les partis (formule semble-t-il rejetée par le MIR)58.

Tableau n° 4 : Structuration théorique d’un Cordon industriel. Adaptation d’après : H. Cancino, La problemática del poder popular en el proceso de la vía chilena al socialismo, op. cit., p. 336.

Tableau n° 4 : Structuration théorique d’un Cordon industriel. Adaptation d’après : H. Cancino, La problemática del poder popular en el proceso de la vía chilena al socialismo, op. cit., p. 336.
  • 59 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 60 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

27Aujourd’hui, il est donc nécessaire de se libérer de l’image mythique d’une supposée démocratie directe incarnée par les CI. Ceci même si certains agents sociaux de l’époque continuent à alimenter une telle vision. C’est le cas d’Hernán Ortega qui, pour le CI Cerrillos, parle d’une assemblée de délégués élus directement par les salariés de chaque entreprise, et qui revendique la représentation de 192 industries et de quelque 500 000 salariés ! Selon lui, chaque réunion d’assemblée s’effectue régulièrement, au moins une fois par mois (mais parfois tous les deux jours) et ceci avec plus de 70 % de représentants de la zone. Les réunions comme pour tous les CI se déroulent au siège d’un syndicat important du Cordon, dans des usines comme Fensa ou Fantuzzi59. Javier Bertín et Guillermo Rodríguez se rappellent – au contraire – que si dans certaines entreprises, il y a bien élection de délégués par la base, ce sont en majorité des dirigeants syndicaux, souvent envoyés directement par leur parti, qui composent la direction du CI. Edmundo Jiles, syndicaliste sans filiation partisane, le confirme sans hésiter60. Les projets de coordination du CI centro combinent, quant à eux, élections par en bas des délégués des salariés et cooptation de représentants des organisations « révolutionnaires » afin de former l’exécutif du Cordon (voir annexe n° 5).

  • 61 Entretien réalisé à Santiago, le 4 juillet 2002.

28Finalement, au travers de leurs dirigeants syndicaux mais aussi par le biais de l’envoi de « militants-conseillers », une partie de la gauche dirige les CI sans passer par une élection directe en assemblée des salariés. D’ailleurs, l’afflux d’activistes politiques non ouvriers au sein des Cordons crée parfois des mécontents parmi les ouvriers syndicalistes. Edmundo Jiles, Mario Olivares ou encore Carmen Silva admettent que ces derniers doivent souvent rappeler que ce sont eux, et seulement eux, qui possèdent une légitimité auprès des travailleurs et qu’en conséquence, ils sont les seuls habilités à décider in fine. Quant à Tomás Inoztroza, il est fier de déclarer que la direction du Cordon Macul est constituée uniquement de dirigeants syndicaux et qu’elle a toujours exclu les militants « non ouvriers61 ». Pour ce qui est du CI Vicuña Mackenna, le témoignage de la socialiste Carmen Silva est éclairant sur la tentation des partis de l’UP de parachuter leurs militants (souvent étudiants) à la tête de ces organismes :

« Nous, les gens de la direction du Cordon, nous étions presque tous étudiants d’économie ou ingénieurs, personne n’avait plus de 25 ans. Le schéma était le suivant : la structure du parti se mettait en place depuis le [comité] régional Cordillera, mais mon chef politique n’était pas du régional, c’était Rafael Kries, envoyé [par la direction] du parti. L’autre chef du parti était Enrique Morales. »

  • 62 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.
  • 63 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

29Puis, devant l’étonnement de l’enquêteur, elle se reprend : « Après venait la structure du Cordon, au sein de laquelle on élisait, en assemblée, le président62. » Malgré tout, Mario Olivares, syndicaliste miriste de Muebles Easton, décrit une structuration « horizontale », où le président est élu par les dirigeants syndicaux de manière rotative (ce qui paraît être effectivement le cas dans la plupart des CI)63. Sur cette base, on peut supposer que le schéma suivant est plus proche de la réalité (les « Cordons mobilisés »).

Tableau n° 5 : Structuration des Cordons industriels mobilisés.

Tableau n° 5 : Structuration des Cordons industriels mobilisés.

30En fait, dans la plupart des cas, ce sont les partis politiques – au travers de leurs représentants syndicaux – qui constituent l’assemblée. De celle-ci surgit une direction collective ouvrière, elle-même conseillée et orientée par les « activistes » de gauche (souvent issus des couches moyennes diplômées). La direction nomme alors plusieurs commissions de travail, formées de responsables issus de l’assemblée. Si les CI sont bien le lieu de fortes mobilisations en faveur du pouvoir populaire et d’une structuration territoriale de certaines fractions du mouvement ouvrier les plus politisées, ceci ne se traduit pas mécaniquement par une organisation proche de la démocratie directe, ni même par une participation permanente de la base. Bien au contraire, ces organisations montrent de nombreuses carences en termes de représentativité des couches sociales qu’elles prétendent incarner.

  • 64 Sur la notion de capital militant, lire Matonti F., Poupeau F., « Le capital militant. Essai de dé (...)
  • 65 Voir son témoignage dans : Leiva S., « Entrevista a Hernán Aguiló Martínez », Las historias que pod (...)

31Les témoignages recueillis confirment que c’est avant tout autour d’un petit groupe de personnes, au fort capital militant64 et avec une vraie expérience d’organisation, que s’articule la direction des CI ou des CC. Aujourd’hui, Hernán Aguiló, qui a été dirigeant syndical de la CUT, cadre du MIR reconnaît que le commando Estación Central n’a jamais regroupé plus de 60 militants organisés au niveau de son noyau dur. Selon lui, il a existé dans tout le pays, une certaine « politique de science-fiction » du pouvoir populaire65.

  • 66 La Aurora de Chile, 8 mars 1973.
  • 67 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nue (...)
  • 68 Entretien réalisé à Santiago, le 1er mai 2002.
  • 69 Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 239-241.
  • 70 Winn P., Weavers of revolution, op. cit.

32L’objectif des partis dits « rupturistes » a été de chercher à conquérir la direction des Cordons, parfois au prix d’une participation réelle des salariés. Le grand acte public du CI Cerrillos, réalisé le 28 février 1973 au théâtre Caupolican le montre. À cette occasion, un nouvel affrontement éclate entre socialistes et MIR sur la priorité – ou non – à donner aux syndicalistes plutôt qu’aux militants politiques66. La documentation interne du MIR traduit aussi la préoccupation de voir son influence amoindrie par l’arrivée des « réformistes » dans les CI : « Nous allons être minoritaires dans les comités coordinateurs s’ils suivent ce rythme de développement67. » L’absence de représentativité de la direction des Cordons est un problème largement débattu. Chacun admet à demi-mot une faible participation de la base et l’effet dévastateur des luttes intestines de la gauche. Et les CI n’échappent pas au phénomène typique du « caudillisme militant » et aux pratiques verticalistes du champ partisan sur l’espace du mouvement social. On peut ainsi parler d’une manière substitutive de faire de la politique (telle que Edward P. Thompson l’a décrite). Mario Olivares témoigne de l’exaspération que provoquent parfois chez des ouvriers (comme lui), ces jeunes cadres du MIR, « à 95 % étudiants universitaires », qui viennent donner des leçons de Révolution à la classe ouvrière des Cordons68. À Nueva La Habana, Christine Castelain fait le même diagnostic69. Si l’on reprend la classification effectuée par Peter Winn, le pouvoir populaire chilien démontre – à divers degrés – un mélange original entre les figures du leader syndical « populiste », du « réformiste radical » et du « révolutionnaire70 ».

  • 71 Sarget M. N., Système politique et Parti socialiste au Chili, op. cit., et « Rétroactions positives (...)
  • 72 Bourdieu P., « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes d (...)

33Mais ce constat n’est pas uniquement valable pour le MIR, ainsi que plusieurs auteurs le suggèrent. Au contraire. Selon la thèse d’État de Marie-Noëlle Sarget, le verticalisme est même l’un des traits culturels marquants de l’ensemble du système politique chilien des années 1960-1970, gauche parlementaire et opposition compris71. Il s’agit d’un schème culturel dominant qui parcourt les mille jours de l’Unité populaire, et qu’il serait d’ailleurs illusoire de restreindre à cette seule période ou aire culturelle. De nombreux écrits de Pierre Bourdieu sur le champ politique (d’autres pays), et sa représentation, montrent à quel point il est traversé de dominations diverses et basé sur une volonté d’imposition d’une vision légitime du monde social, tout comme sur la lutte pour « le monopole de la violence symbolique légitime72 ». Au sein de la gauche révolutionnaire de cette période, cela se traduit souvent par la figure du militant « éclairé » par la théorie marxiste et par les enseignements des dirigeants ou de certains intellectuels organiques du parti, desquels on a parfois l’impression que devrait venir la « lumière » de la conscience politique qui descendrait ensuite vers le peuple. D’où cette tentation permanente de substituer le militant ou le parti à la classe elle-même, au risque d’aller justement à l’encontre de l’idée autogestionnaire du « pouvoir populaire », et de l’étouffer dans l’œuf.

  • 73 Vayssière P., Les Révolutions en Amérique latine, op. cit.
  • 74 La Aurora de Chile, 3 mai 1973.
  • 75 La Aurora de Chile, 2 avril 1973.

34Pourtant, loin de l’image de la « masse » amorphe et inorganisée qui transparaît dans le livre de P. Vayssière sur les processus révolutionnaires latino-américains73, ou encore de l’appréhension d’une classe populaire forcément – et fortement – dominée (inspirée de la sociologie bourdieusienne), nombreux sont les militant(es) ouvrier(es) et les salarié(es) chiliens à avoir eu conscience des graves défauts de ce verticalisme ou de ces pratiques substitutistes venues du champ partisan. En témoignent, par exemple, les dures critiques d’un militant ouvrier de l’usine Textil Caupolican du « Cordon Rouge de Macul » qui note en mai 1973 : « Il est vraiment difficile de comprendre que le germe du pouvoir populaire soit seulement 10 ou 20 camarades qui se réunissent sans que les bases les aient élus74. » Ce « déphasage » base/direction est aussi produit par l’absence d’une direction politique stable et d’une adhésion majoritaire du mouvement ouvrier à l’idée du pouvoir populaire. À peine 6 mois avant le coup d’État, « le manque de définition des partis sur les Cordons et une base, encore faible, en faveur de l’indispensable unité » parasite toujours la revendication d’un pouvoir populaire réellement constituant75.

Champ culturel et pouvoir populaire

Une mini « révolution culturelle » ?

  • 76 Vayssière P., Les Révolutions en Amérique latine, op. cit., p. 289.
  • 77 Sur les liens entre art et contestation, voir par exemple : Balasinski J. et Mathieu L. (dir.), Ar (...)
  • 78 CataláC., Guilisasti R., Munizaga G., « Transformaciones del sistema cultural chileno entre 1920- (...)

35Étudier et analyser la dynamique du pouvoir populaire urbain amène, de manière permanente, à naviguer autour de plusieurs champs sociaux comme à travers plusieurs disciplines académiques. Et confirmer ainsi une évidence. Un processus de transformation tel que celui de l’Unité populaire, ne saurait être réduit à une action collective située uniquement au niveau de l’usine ou de la sphère productive. Le phénomène révolutionnaire doit être considéré également comme un fait culturel et subjectif car « l’engagement révolutionnaire ne relève pas seulement du politique ; il présuppose aussi chez les militants des motivations personnelles plus ou moins conscientes – croyances intimes relatives au futur, rêves, émotions refoulées – masquées par les mots du discours politique76 ». L’un des champs sociaux particulièrement affecté par la dynamique sociale de l’UP est celui de la culture, au sens large du terme. La diversité des liens qui unissent culture, identités collectives et contestation, c’est-à-dire les liens qui s’opèrent entre le champ culturel et les mobilisations collectives, a été souligné à plusieurs reprises par la sociologie77. Durant l’UP, cette connexion est facilitée par une politique volontariste du gouvernement, qui réussit le pari d’une démocratisation de la culture sans précédent au Chili (avec par exemple la création des Éditions Quimantu en septembre 1971)78.

  • 79 Joubert V., Je te nomme liberté : fresques populaires à Santiago du Chili, thèse de doctorat en Étu (...)
  • 80 Barraza F., La nueva canción chilena, Santiago, Quimantú, col. « Nosotros los chilenos », 1972.
  • 81 Le Chili d’Allende : témoignages de la vie quotidienne, Coopératives Albert Saint Martin, 1978, p.  (...)
  • 82 Mattelart A., Mass Média, idéologies et mouvement révolutionnaire, Paris, Éditions Anthropos, 1974, (...)

36En ce sens, on peut se demander s’il existe à proprement parler une pratique culturelle du pouvoir populaire et s’il y a eu bouleversement des mentalités ou renversement des modèles culturels dominants. Rapidement, dans le sillage des luttes des « pauvres de la ville », qu’ils soient pobladores ou ouvriers, se pose la question de la création d’une nouvelle culture populaire qui serait l’expression – et en même temps le fruit – de ce pouvoir populaire en gestation. L’ensemble des acteurs ou témoins de l’époque s’accorde sur le fait que ces mille jours sont ceux d’une véritable « explosion » subjective et symbolique. Une partie des classes dominées prend conscience d’elle-même et sa créativité n’est pas seulement politique ou organisationnelle, elle s’exprime par de nouvelles pratiques culturelles : chanson, théâtre, dessin, poésie, peintures murales, etc. peuplent désormais la ville. À cette époque au Chili mais aussi dans d’autres pays latino-américains, on assiste à la naissance d’un nouvel art populaire et d’une esthétique révolutionnaire. Les brigades muralistes et les fresques qui colorent toutes les villes et villages du pays en sont les symboles. Selon Valérie Joubert, elles assument un acte d’ordre politique qui relie l’action militante à la manifestation artistique, mêlant révolte et espoir sur les murs de la ville79. Ce mouvement est accompagné, guidé et stimulé par de nombreux étudiants, intellectuels, artistes. Il suffit d’évoquer le nom de Víctor Jara et le courant de la « nouvelle chanson chilienne » pour s’en convaincre80. Mais le jaillissement est avant tout venu « d’en bas ». Il est décelable jusque dans les formes d’intervention politique, lors des manifestations de rue, dans les usines. « J’ai assisté à presque toutes les manifestations de l’Unité populaire qui étaient des fêtes du peuple et, en même temps un éclatement politique, se rappelle un intellectuel. La plupart des affiches et des pancartes n’étaient pas imprimées, elles étaient écrites à la main. […] Vers la fin c’était très raffiné. C’était une manifestation culturelle des ouvriers, de la masse81. » En écho à cela, un syndicaliste d’un Cordon de Santiago insiste, quelques jours avant le coup d’État, sur les multiples « expression du peuple ouvrier » accompagnant les occupations d’usines82.

  • 83 Ibid., p. 262.
  • 84 Entretien réalisé à Santiago, 1er mai 2002.
  • 85 « Cultura y expansión al alcance de los trabajadores », Central Única, n° 5, octobre-novembre 1971.
  • 86 Voegtli M., « Identité collective », in O. Fillieule, L. Mathieu, C. Péchu, Dictionnaire des mouvem (...)
  • 87 Alexander R. J., The tragedy of Chile, op. cit., p. 315.

37La lecture, et le nombre de lecteurs, fait aussi des progrès énormes grâce à une maison d’édition nationalisée, Quimantu. Dans les usines, les ouvriers installent de petits magasins provisoires où ils vendent des livres de Gorki, Jack London, Lénine, Marx, Martha Harnecker, des contes chiliens et autres… Un ouvrier d’un CI interrogé par le sociologue Armand Mattelart note que dans son usine, lorsque Quimantu présente une grande quantité de livres, « l’ouvrier achète, dans 90 % des cas, des livres d’éducation politique. En deux heures tout est parti. On recommence l’opération et de nouveau tout s’épuise83 ». M. Olivares se souvient « d’une grande impulsion culturelle » dans le Cordon Vicuña Mackenna. Il témoigne aussi sur la création d’une bibliothèque derrière les murs de son usine, Muebles Easton et de groupes de théâtre ouvriers, activités auxquelles sont associés non seulement les travailleurs, mais également leurs familles84. L’usine devient un espace de création artistique et de diffusion culturelle, par et pour les salariés. Ceci parce que « de cette manière le travailleur se sent un être humain et pas seulement un écrou ou un roulement de plus, au sein de l’immense machine productive85 ». En même temps que la remise en cause des hiérarchisations sociales, c’est une révolution symbolique qui s’affiche, haute en couleur. Il s’agit également de l’affirmation d’une identité collective, fondamentale pour l’action collective au moment de définir les frontières symboliques du mouvement. Les représentations des groupes et agents en lutte se constituent en faisant sens commun, facilitant ainsi le processus de transition de la « classe sur le papier » à la « classe mobilisée ». Cette construction participe aussi d’une identité populaire valorisée, qui permet la jonction entre engagements individuels et action collective comme la fabrique de liens sociaux renouvelés86. Le politiste Robert J. Alexander note : « Il y avait des cas dans lesquels des sympathisants compréhensifs s’efforcèrent d’aider les membres du Cordon en établissant des centres communautaires, organisant des activités éducatives et récréatives et en encourageant les travailleurs à faire le meilleur usage possible de leur temps87. »

  • 88 Participent ainsi une trentaine de chanteurs, ouvriers de l’usine Hirmas aux côtés de l’ensemble fo (...)
  • 89 Entretien réalisé à Santiago, 11 juin 2002.
  • 90 Tarea Urgente, 15 juin 1973.

38Un exemple de cette mini « révolution culturelle » est le festival de la chanson organisé par l’usine textile ex-Hirmas, durant trois jours, début octobre 197188. Même chose dans le complexe industriel Sumar, où Juan Alarcón se rappelle avec émotion des activités culturelles mises en place par le syndicat : « assez bien faites, bien organisées, avec des artistes de l’entreprise et des invités spéciaux ; les parcs de l’entreprise, nous les avons occupés pour que les gens se reposent, profitent […]. Nous avons organisé un festival de la chanson, nous avons fait les élections des reines89 ». Les poèmes et la poésie populaire sont aussi parfois de la partie, contant l’occupation ou la répression. Ainsi, volontairement ironique, c’est « au milieu du conflit qu’a surgi cette note joyeuse parmi les camarades des laboratoires Geka, qui ont créé et raconté l’histoire de leur mouvement dans les vers suivants90 » :

  • 91 Marque très populaire de dentifrice.

Pobrecito Patrón
Estábamos en una noche
Toditos en una reunión
Acordamos une huelga

Y la cual nos resulto.
Solicitamos el apoyo
De las industrias del Cordón
Acudiendo todas ellas

Como un solo escuadrón
Cuando llegamos aquí
Algo malo sucedió
Estaban los momios arriba
Y el fascismo los apoyo

Por las tejados vecinos
A las industrias se entró
Pretendiendo los amarillos
Recibir su billetón

El juez llegó en la mañana
Y a toditos desalojó
Con la cola entre las piernas
Mientras me estrujaba yo

Que momios tan vivarachos
Que el mercado negro creó
Ya que con sus compadrastros
El Odontine
91 fondeó

Aquí seguimos toditos
Esperando intervención
Junto con Mar
ía Eugenia
Que est
á por dar solución

Aquí termina el corrido
Del pobrecito patrón
Se llevo toda la plata
Y le tocó la requisición

Ahora mis compañeros
Derechito a trabajar
Con el apoyo de todos y del cord
ón
Industrial

  • 92 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 152-153.
  • 93 Cohen T., Campamento Nueva La Habana, New York, Amram nowak production, 1975.
  • 94 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 155.
  • 95 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

39Avec la culture se développent aussi les loisirs et les camps de vacances populaires, sous administration directe des syndicats, dans de grands monopoles comme Madecco ou Mademsa. L’ensemble de ces avancées concerne surtout les salariés des entreprises appartenant à l’Aire sociale, ce qui exclut d’emblée la myriade d’unités productives petites et moyennes92. Le campement Nueva La Habana et ses dirigeants ont aussi essayé de faciliter la naissance d’une culture participative. Le MIR a ainsi créé une importante animation culturelle et organisé plusieurs manifestations. Le documentaire de Tom Cohen montre une manifestation de ce type, où alternent discours de dirigeants politiques, chansons populaires, représentations théâtrales. Une large place est donnée aux enfants93. L’objectif est de mêler divertissement, culture et propagande politique : « Des emblèmes politiques donnaient un air de fête et de kermesse révolutionnaire au campamento, tels que ce portait du “Che” mesurant plus de douze mètres de long, drapé derrière l’estrade, tournant le dos aux Andes enneigées94. » À l’occasion de ces manifestations, des campagnes d’information sont réalisées sur le problème du logement, la santé, la presse, les luttes en cours. Pourtant, si l’on en croit les bilans effectués par la suite, les efforts du MIR ne sont pas toujours suivis d’une participation substantielle et les pobladores se trouvent parfois dans une position de spectateur passif, dès qu’il s’agit de messages trop politisés et « préfabriqués ». En effet, on assiste à une véritable désincarnation linguistique des militants pobladores qui dirigent le campement. Ces derniers, en adoptant mécaniquement les concepts et la manière de parler des intellectuels de leur parti, se coupent de leur base et rendent leurs discours souvent hermétiques au plus grand nombre. La lecture de l’entretien avec Abraham Pérez (membre de la direction du campement jusqu’au coup d’État) confirme ce constat sociologique in situ de Christine Castelain95. Pourtant, cette période est aussi celle d’une forte évolution où s’imposent, peu à peu, les modes de communication populaire, notamment avec des journaux nationaux tels que Clarín.

L’idéologie dominante et la presse du pouvoir populaire

  • 96 Neveux E., Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, coll. « Repères », Paris, 1996, p. 90- (...)
  • 97 Mattelart A., Mass Média, Idéologies et Mouvements Révolutionnaires, op. cit.
  • 98 Mattelart A., « La prensa de izquierda y el poder popular », Punto Final, Santiago, supplément au n (...)
  • 99 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 251-310.

40Le sociologue Erik Neveu a souligné à plusieurs reprises l’importance des médias dans la construction symbolique et stratégique des luttes collectives : le mouvement social doit la plupart du temps s’affronter aux médias dominants, peut chercher à les utiliser ou encore être lui-même producteur et diffuser de l’information96. Les travaux pionniers d’Armand Mattelart, menés par une observation participante, ont prouvé que c’était le cas durant l’Unité populaire. Son enquête sur les médias auprès de plusieurs dizaines d’ouvriers des CI de Santiago, constitue aujourd’hui une source précieuse d’informations97. Le contrôle de l’opposition sur les moyens de communication est un puissant moyen de lutte contre le processus révolutionnaire. En ce sens, la gauche et les promoteurs du pouvoir populaire démontrent une faiblesse de taille face à l’offensive idéologique de la bourgeoisie98. En 1972, la gauche ne possède que trois journaux qui représentent un tirage total de 140 000 exemplaires, alors que l’opposition en possède quatre (tirés à plus de 425 000 exemplaires), contrôle l’ensemble des 35 journaux de province et l’immense majorité des radios du pays. Rappelons que la banque Edwards, mandataire du groupe Rockefeller, possède à elle seule El Mercurio, mais aussi 7 journaux de province et l’une des plus grandes maisons d’édition de romans-photos (très populaires à cette époque). En 1973, le paysage de la presse a certes évolué, puisque la gauche possède cinq titres importants à Santiago (dont Clarín récemment acheté par le PS), mais l’opposition reste hégémonique. Dans de telles conditions, il n’est pas étonnant que Christine Castelain constate dans son analyse de discours d’une vingtaine d’habitants du campement Nueva La Habana, la forte pénétration de l’idéologie dominante chez les pobladores99. À un niveau global, la propagande de l’opposition de droite a des effets polarisants sur les divisions déjà existantes au sein des couches populaires. D’autre part, l’opposition a su renouveler son univers symbolique et même utiliser des images qui étaient jusque-là celles de la gauche pour s’imposer dans la rue, par le biais de manifestations massives et régulières à partir de 1972.

  • 100 À ce propos, on consultera avec profit le point de vue de la revue théorique du PC sur ce thème : P (...)
  • 101 Expression employée par La Aurora de Chile, 3 mai 1973.
  • 102 Mattelart A., Mass Média, Idéologies et Mouvements Révolutionnaires, op. cit., p. 233.
  • 103 Malheureusement, cette précieuse source d’information est aujourd’hui inaccessible : Edlmundo Jiles (...)
  • 104 Carlos Cena J. (comp.), El Cordobazo. Una rebelión popular, Buenos Aires, La rosa blindada, 2000.
  • 105 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.

41Ces données semblent présentes à l’esprit de nombreux militants de gauche, en particulier de ceux qui travaillent pour la presse100. Pour certains d’entre eux, le journalisme doit être « l’artillerie de la pensée » qui arme théoriquement la classe ouvrière101. Cela explique les mobilisations collectives en faveur de l’appropriation sociale des moyens d’information, comme c’est le cas par exemple pour El Sur, journal de Concepción, un temps exproprié par ses travailleurs pour devenir El Surazo ; ou encore le long conflit qui s’est noué autour du Canal 9, chaîne de télévision occupée en janvier 1973 pour lutter contre son orientation droitière. Pourtant, là encore et malgré l’appui des syndicats et des partis de gauche, le gouvernement décide, après plusieurs de mois de tergiversation, de déloger par la force les salariés mobilisés. Déjà, dans le « manifeste du peuple » du CI Vicuña Mackenna, on pouvait lire la revendication de médias « au service des travailleurs » et la nécessité de prendre le contrôle des radios « au service de la bourgeoisie ». Parallèlement, durant cette période se multiplient de nombreuses formes élémentaires de presse issues directement de l’élan autogestionnaire qui a suivi octobre 1972. Il s’agit d’un militantisme informationnel qui essaie de construire des outils de communication au service du pouvoir populaire émergent. Des petits journaux artisanaux de quelques pages, confectionnés avec des moyens artisanaux, fleurissent dans tout le pays. Chaque cordon essaie de se doter du sien. Certains sont directement dirigés par des ouvriers, d’autres réalisés par des journalistes militants. Les moyens techniques utilisés sont très disparates : nombreuses feuilles ronéotypées ; imprimeries de quartier ou encore utilisation de celle du journal gouvernemental (La Nación), après les heures ouvrables102. Parmi les journaux « ouvriers », on peut citer El Vanguardia, qui est financé par le syndicat auquel participe Edmundo Jiles, en coopération avec le CI Cerrillos. Il se rappelle qu’au comité éditorial participe même un curé progressiste et que ce petit journal reproduit les comptes rendus de réunions, les déclarations du Cordon ainsi que des articles rédigés par différents syndicats103. Autre journal : El Cordonazo, nom sûrement adopté en référence au mouvement semi-insurrectionnel qui a eu lieu à Córdoba (Argentine) en 1969 et nommé « Cordobazo ». À ce propos, on peut noter qu’en termes d’histoire comparée, la naissance de cette presse ouvrière rappelle, en de nombreux points, la publication de l’Electrum, à Cordoba, durant la « rébellion populaire »104. Comme son homologue argentin, El Cordonazo annonce qu’il « défend les intérêts des travailleurs » et « est fait par eux ». Il est né de l’initiative de la commission de propagande du Cordon Vicuña Mackenna. Ses débuts datent de son approbation en assemblée du CI, fin juin 1973105.

  • 106 Tarea Urgente, 3 juillet 1973.
  • 107 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.
  • 108 La tragedia chilena : testimonios, Buenos Aires, Merayo, 1973, p. 117-122.
  • 109 República de Chile, Corte de Apelaciones de Concepción, sumario n° 69-73, Sección general de invest (...)
  • 110 Mattelart A., Mass Média, Idéologies et Mouvements Révolutionnaires, op. cit., p. 245.
  • 111 La Aurora de Chile, 17 mai 1973.
  • 112 Voir par exemple : « Cordones industriales : necesidad de una prensa obrera », La Aurora de Chile, (...)
  • 113 « Prensa popular : nueva tarea del pueblo », El Compañero, n° 12, octobre 1972.
  • 114 Voir les récits de Luís Ahumada, Pablo Muñoz (entretiens réalisés à La Serena, le 24 juin 2002) et (...)
  • 115 Mattelart A., « Presse et ligne de masse dans les Cordons industriels de Santiago », Mass Média, Id (...)

42El Cordonazo se définit comme l’organe de presse officiel du Cordon et paraît tous les jeudis. Dans l’éditorial de son premier numéro (voir illustration 10), ses rédacteurs insistent sur son rôle de coordination : « Il existe actuellement une méconnaissance des actions du Cordon industriel Vicuña Mackenna de la part des travailleurs des industries de notre secteur […]. À travers nos publications, nous donnerons à connaître toutes ces réponses106. » C’est seulement en juillet 1973 que le Cordon O’Higgins décide de publier son journal, El Combatiente107. À noter l’existence d’autres journaux au sein des CI tels Orden del día et Correo Proletario, dont le premier numéro apparaît en août 1973. Le CI Lo Espejo semble avoir lui aussi possédé un petit hebdomadaire et un atelier de « journalisme populaire108 ». Et ce sont certainement une multitude d’autres « bulletins » ouvriers qui fleurissent également en province. Un document des archives judicaires de la ville de Concepción permet de supposer qu’au sein du Cordon du port est apparu un petit journal nommé Barricada de los trabajadores, certainement imprimé par des militants d’extrême gauche109. Armand Mattelart cite la présence dans les alentours de la ville de Puerto Montt de La Picana, journal qui souhaite coordonner les luttes paysannes avec les JAP et les Cordons industriels110. Au niveau de l’APS, les principales industries publient aussi leurs propres journaux. Citons parmi ceux-ci le journal Crea des syndicats de l’industrie textile Sumar. Notons enfin, les journaux qui défendent l’idée du pouvoir populaire et qui sont le fait de certaines sections régionales des partis de gauche. Ils ont davantage de moyens que les journaux ouvriers tant matériels (imprimeries d’État) qu’intellectuels et en conséquence une facture et une diffusion plus conséquentes. Des journaux comme la Aurora de Chile ou Tarea Urgente s’autoproclament « journal des Cordons industriels », mais ils sont en fait des organes de presse du PS. Le premier est rédigé par le comité régional Centro et apparaît régulièrement à partir de novembre 1972. Cet hebdomadaire paraît à environ 20 000 exemplaires. Tous les journalistes sont bénévoles, du directeur-éditeur (Tito Drago) au représentant légal (Juan Bustos), en passant par les correspondants, les seuls permanents étant la secrétaire et un membre des jeunesses socialistes111. Quant à Tarea Urgente, ce sont les militants du régional Cordillera qui l’éditent sous la conduite de Osvaldo Chandia (à partir du 16 février 1973). Ce dernier tout comme La Aurora naissent en constatant la « nécessité d’une presse ouvrière », qui soit – tout du moins en partie – écrite par des correspondants ouvriers112. Ce sentiment est partagé par l’ensemble de la gauche. Ainsi, le journal El Compañero du MAPU invite ses lecteurs à des ateliers de création et publie dans ses pages les consignes à suivre113. Tarea Urgente et La Aurora de Chile prétendent former des « correspondants populaires », qui puissent rapporter l’actualité en cours au sein des CI. Selon L. Ahumada et P. Muñoz, tous deux militants socialistes, ce type de publication bénéficie d’une forte sympathie au sein des CI, tout comme le bulletin syndical publié par le PS, Trinchera Sindical, dont est chargée Carmen Silva114. Certains témoignages d’ouvriers des Cordons confirment cette perception positive115.

lllustration 10 – Fac-similé du journal des Cordons El Cordonazo.

lllustration 10 – Fac-similé du journal des Cordons El Cordonazo.

A. Mattelart, Mass Média, Idéologies et Mouvement Révolutionnaire, op. cit., p. 233 à 267.

  • 116 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.
  • 117 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 85-86.

43Pourtant la prétention des journaux du PS à représenter le pouvoir populaire démontre à nouveau cette vision substitutive de la gauche. Les salariés les plus conscients critiquent ouvertement cet élitisme révolutionnaire. Tomás Inoztroza, dirigeant du Cordon Macul, ne cache pas ses sarcasmes contre ses camarades de la Aurora de Chile116. À Nueva Habana, on peut déceler le même type de tensions autour du journal El grito del pueblo, qui fait le lien entre les différents campamentos sous l’égide du MIR. Une soixantaine de numéros du Grito est tirée en totalité à 300 exemplaires chacun : 250 sont vendus au début, mais la vente va en décroissant au fil du temps. Mais comment réussir à faire participer réellement à la rédaction les habitants, alors que le taux d’analphabétisme est considérable117 ?

  • 118 Grangeon F., « média », in Dictionnaire des mouvements sociaux, op. cit., p. 349-356.
  • 119 Mattelart A., Mass media…, op. cit., p. 243.

44Finalement, si nous pouvons parler de la timide naissance d’une presse du pouvoir populaire et donc effectivement de « l’émergence d’un militantisme producteur et diffuseur d’information118 », il faut savoir distinguer les journaux réalisés par le mouvement social de ceux qui sont téléguidés par les partis. D’autre part, ces quelques traits de la presse du pouvoir populaire dessinent, plus globalement, l’ampleur du défi auquel se confrontent les classes populaires chiliennes, alors qu’elles n’ont pas toujours les outils intellectuels et matériels pour l’affronter. Selon l’ouvrier du Cordon de Santiago interrogé par A. Mattelart, l’objectif ultime de la geste autogestionnaire du pouvoir populaire est pourtant bien « que ce soient les travailleurs qui arrivent à raisonner, à penser, à se déterminer par eux-mêmes119 ». La fin violente de l’Unité populaire ne permet pas de dire si ce souci, exprimé par plusieurs syndicalistes, de donner des armes intellectuelles et médiatiques par et pour les salariés, aurait pu inverser peu à peu certains traits du caudillisme qui règne alors dans le mouvement ouvrier.

Notes

1 Cours-Salies P., Vakaloulis M., Les mobilisations collectives, op. cit., p. 81-106.

2 Rocher G., Le changement social, op. cit., p. 277-278.

3 Nous nous référons ici au travail de Seguel-Boccara I. : Les passions politiques au Chili durant l’Unité populaire (1970-1973) : un essai d’analyse systémique, Paris, L’Harmattan, 1997.

4 Cancino H., La problemática del poder popular…, op. cit.

5 Ulianova O., « La Unión Soviética y la izquierda chilena durante la guerra fría. Construcción de imágenes mutuas », Medio siglo de debates tácticos y estratégicos en la izquierda chilena. 1950-2000, Santiago, USACH, notes de l’auteur, novembre 2002.

6 Vergara J., « El pensamiento de la izquierda chilena en los sesenta. Notas de investigación », in A. Varas (comp.), El Partido comunista de Chile : estudio multidisciplinario, Santiago, CESOC-FLACSO, 1988, p. 261-341. Voir également : Löwy M. (anthologie), Le marxisme en Amérique latine, Paris, F. Maspero, 1980.

7 Debray R., Conversación con Allende, Siglo XXI, México, 1974.

8 Entretien avec Miguel R., Pessac, 25 janvier 2001.

9 Enríquez M. (secrétaire général du MIR), « El poder popular y los comandos comunales », Intervención en el Foro organizado por el sindicato de trabajadores del diario Clarín, Edificio Gabriela Mistral, Santiago, janvier 1973 (Documentos Internos 3 – A – 1973).

10 Entretien réalisé à Santiago, 11 mars 2002.

11 Témoignage recueilli par Miguel Silva, op. cit., p. 465-466.

12 Mires F., « Les contradictions de l’Unité populaire », in J. Del Pozo, A. Jacob (dir.), Le Chili de 1970 à 1990. De l’Unité populaire à l’après Pinochet, Montréal, ULB Éditeur, 1994, p. 31-48.

13 Chile Hoy, 10 août 1972. Voir aussi : García P., « El poder popular », Chile Hoy, 15 mars 1973.

14 Ramos S., ¿ Chile, una economía de transición ?, Santiago, CESO, Universidad de Chile, 1972.

15 Allende Salvador, « Primer Mensaje al Congreso Nacional », 21 mai 1971 (in V. Farías, op. cit., t. II, p. 802-821).

16 Zavaleta Mercado R., El poder dual en América Latina, op. cit., p. 126.

17 Harnecker M., « Los comandos comunales y la polémica en el seno de la izquierda », Chile Hoy, Santiago, 22 décembre 1972.

18 Cancino H., op. cit., p. 330-336.

19 Le premier organisé par CPS se déroule entre le 24 et le 26 novembre 1972 avec la participation de Mireya Baltra (PC) ; Miguel Enríquez (MIR) ; Hernán del Canto (PS) ; Bosco Parra (IC) ; J. A. Viera Gallo (MAPU) : voir Punto Final, supplément au n° 172, 5 décembre 1972. Le second est organisé par le syndicat de Clarín, début janvier 1973, avec Luís Maira (IC) ; Víctor Barbiéris (PS) ; Pablo Richard (CPS) ; Miguel Enríquez (MIR) : voir Foro Político, « El poder popular y los Comandos de trabajadores », Punto Final, supplément au n° 175, 16 janvier 1973. Le troisième, coordonné par Faride Zeran avec Juan Olivares (MIR), président du Commando Estación Central ; Hernán Ortega (PS), président du CI Cerrillos-Maipú ; Gustavo Cerda (PC), dirigeant du Comité local de Maipú : voir Chile Hoy, 21 juin 1973 et enfin le dernier également organisé par Chile Hoy, avec Olivares (MIR), Romo (MIR), Muñoz (PS), Martínez (MAPU), López (MAPU – OC), Marchant (PS) : voir Chile Hoy, 3 août 1973 et Chile Hoy, Santiago, n° 61, 10 août 1973.

20 MIR, « Repuesta a los ataques del secretario general del PC », El Rebelde, Santiago, février 1973 (tiré de la version française : MIR, Recueil de textes 1970-1973, Paris, Politique Hebdo, trad. Anne Valier, 1974).

21 Corvalán Luís, « Carta a Carlos Altamirano, Secretario general del Partido Socialista », Santiago, 6 février 1973 (in Corvalán L., Chile : 1970-1973, Sofia, Sofia Press, 1978, p. 160-168).

22 Entretien cité dans : Harnecker M., La lucha de un pueblo sin armas, op. cit.

23 Voir Yánez A., « Algunos problemas de la estrategia y de la táctica de la revolución chilena », in PCC, Boletín exterior, n° 24, juillet-août 1977 et Labarca E., « Apuntes sobre los cordones industriales », in PCC, Boletín exterior, n° 43, septembre-octobre 1980, p. 49-74. Le secrétaire général du PC de l’époque, Luís Corvalán, n’accorde d’ailleurs aujourd’hui aucun intérêt aux CI dans ses mémoires, preuve d’une sorte d’amnésie « officielle » du parti : Corvalán Lepe L., De lo vivido y lo peleado, LOM, Santiago, 1997.

24 Zeran F., « Los Comunistas y los Cordones », Chile Hoy, 16 août 1973 et Chile Hoy, 21 juin 1973.

25 Altamirano Carlos (secrétaire général du Parti socialiste), « Carta a Luís Corvalán, secretario General del PC », Santiago, 13 février1973 (El Siglo, 15 février 1973).

26 Posición, n° 41, 16 mars 1973.

27 PS et PC, Propósitos de ofensiva política, Santiago, octobre 1972 (in V. Farías, op. cit., t. V, p. 3306-3312).

28 La Aurora de Chile, 8 mars 1973.

29 PS (Regional Cordillera-Santiago), Definir e impulsar una política revolucionaria, Documento Confidencial, mars 1973 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 4450-4468).

30 Voir le paragraphe consacré à la dernière phase du débat sur le pouvoir populaire, après juin 1973 (chapitre ii, partie IV).

31 Intervención en el Foro organizado por el sindicato de trabajadores del diario Clarín, Edificio Gabriela Mistral, Santiago, janvier 1973 (Documentos Internos 3A – 1973).

32 Intervención en el Foro organizado por el sindicato de trabajadores del diario Clarín, Edificio Gabriela Mistral, Santiago, janvier 1973 (Documentos Internos 3A – 1973).

33 Chile Hoy, 2 août 1973.

34 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit.

35 La Aurora de Chile, 16 août 1973 et 26 juillet 1973 ; Posición, 24 octobre 1972.

36 La Aurora de Chile, 31 mai 1973.

37 Entretiens réalisés à La Serena (Chili), le 24 juin 2002.

38 Joxe A., « Le Chili entre le freinage et l’affrontement », Politique Hebdo, Paris, 1972, p. 71 à 95.

39 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

40 Harnecker M., « Los cordones industriales y la CUT », Chile Hoy, 2 août 1973.

41 Chile Hoy, 16 août 1973.

42 Cité par Cancino H., op. cit., p. 376.

43 Cette influence est évidente si l’on remarque que tous les présidents des Cordons signant la déclaration de la « Coordinadora provincial de Cordones Industriales de Santiago » sont militants PS (Tarea Urgente, 27 juillet 1973).

44 Les témoignages de Carmen Silva ou de Pablo Muñoz et Pablo Ahumada soulignent l’importance du DENAS dans cette tactique politico-syndicale.

45 Trinchera, n° 2, décembre 1972.

46 La Aurora de Chile, 29 mars 1973.

47 Voir par exemple, les essais d’un Cordon industriel à Talca (Tarea Urgente, 27 juillet 1973) ou encore leur constitution sous égide de la CUT locale au niveau de Valparaíso (Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos : alternativa de poder socialista, op. cit.).

48 Najman M., Le Chili est proche, op. cit., p. 168.

49 Chile Hoy, 2 août 1973.

50 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973.

51 El Pueblo, n° 28, février 1973.

52 Buró político del MIR, Los Comandos comunales, órganos de poder, órganos de combate de las masas, Santiago, folleto, juillet 1973.

53 Trinchera, 19 janvier 1973.

54 Poder, 12 mai 1973.

55 Nous renvoyons à notre distinction entre Cordons en soi et Cordons pour soi, en partie inspirée des travaux de P. Bourdieu sur les classes sociales mobilisées (Bourdieu P., « Espace social et genèse des “classes” », Actes de la recherche en sciences sociales, op. cit.).

56 Silva A. et Santa Lucia P., « Les Cordons industriels : une expression de pouvoir populaire au Chili », op. cit.

57 Entretien réalisé à Santiago, le 14 mai 2002.

58 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre, Santiago, 3 novembre 1972 (Documentos Internos – 1972).

59 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

60 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

61 Entretien réalisé à Santiago, le 4 juillet 2002.

62 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

63 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

64 Sur la notion de capital militant, lire Matonti F., Poupeau F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, décembre 2004, p. 5-12 : « Il s’agira tout particulièrement de s’intéresser ici aux apprentissages conférés par le militantisme, aux compétences importées de l’extérieur, ainsi qu’à celles qui sont “apprises sur le tas”, à ce que l’on a choisi d’appeler, au moins provisoirement, capital militant. Un capital militant qui s’acquiert donc, et pour une bonne part dans le champ politique, qui s’y valorise, mais aussi qui se reconvertit ailleurs, en cas d’exit. »

65 Voir son témoignage dans : Leiva S., « Entrevista a Hernán Aguiló Martínez », Las historias que podemos contar, Santiago, octobre 2005, in [www.lashistoriasquepodemoscontar.cl/nancho.htm] (erreur en 2017).

66 La Aurora de Chile, 8 mars 1973.

67 MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nuestra política electoral, 3 novembre 1972 (Documentos Internos 1972).

68 Entretien réalisé à Santiago, le 1er mai 2002.

69 Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 239-241.

70 Winn P., Weavers of revolution, op. cit.

71 Sarget M. N., Système politique et Parti socialiste au Chili, op. cit., et « Rétroactions positives aux interventions du système politique sur les autres systèmes sociaux et invention de la société : l’exemple du Chili de l’Unité populaire », L’invention de la société, Evora, XVe Congrès de l’AISLF, juillet 1996.

72 Bourdieu P., « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36/37, 1981, p. 3-24 et Propos sur le champ politique, Lyon, PUL, 2000.

73 Vayssière P., Les Révolutions en Amérique latine, op. cit.

74 La Aurora de Chile, 3 mai 1973.

75 La Aurora de Chile, 2 avril 1973.

76 Vayssière P., Les Révolutions en Amérique latine, op. cit., p. 289.

77 Sur les liens entre art et contestation, voir par exemple : Balasinski J. et Mathieu L. (dir.), Art et contestation, Rennes, PUR, 2006.

78 CataláC., Guilisasti R., Munizaga G., « Transformaciones del sistema cultural chileno entre 1920-1973 », Santiago, CENECA, 1987.

79 Joubert V., Je te nomme liberté : fresques populaires à Santiago du Chili, thèse de doctorat en Études ibériques, université Bordeaux III, 1997. Voir également la deuxième partie de : Trumper C. D., A ganar la calle. The politics of public space and public art in Santiago Chile (1970-1973), op. cit.

80 Barraza F., La nueva canción chilena, Santiago, Quimantú, col. « Nosotros los chilenos », 1972.

81 Le Chili d’Allende : témoignages de la vie quotidienne, Coopératives Albert Saint Martin, 1978, p. 174.

82 Mattelart A., Mass Média, idéologies et mouvement révolutionnaire, Paris, Éditions Anthropos, 1974, p. 237.

83 Ibid., p. 262.

84 Entretien réalisé à Santiago, 1er mai 2002.

85 « Cultura y expansión al alcance de los trabajadores », Central Única, n° 5, octobre-novembre 1971.

86 Voegtli M., « Identité collective », in O. Fillieule, L. Mathieu, C. Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 292-299 et Tilly C., Identities, boundaries and socialties, Boulder, Paradigm, 2005.

87 Alexander R. J., The tragedy of Chile, op. cit., p. 315.

88 Participent ainsi une trentaine de chanteurs, ouvriers de l’usine Hirmas aux côtés de l’ensemble folklorique de l’autre usine textile : Sumar-Algodón et d’artistes professionnels.

89 Entretien réalisé à Santiago, 11 juin 2002.

90 Tarea Urgente, 15 juin 1973.

91 Marque très populaire de dentifrice.

92 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 152-153.

93 Cohen T., Campamento Nueva La Habana, New York, Amram nowak production, 1975.

94 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 155.

95 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

96 Neveux E., Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, coll. « Repères », Paris, 1996, p. 90-99.

97 Mattelart A., Mass Média, Idéologies et Mouvements Révolutionnaires, op. cit.

98 Mattelart A., « La prensa de izquierda y el poder popular », Punto Final, Santiago, supplément au n° 128, 13 avril 1971.

99 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 251-310.

100 À ce propos, on consultera avec profit le point de vue de la revue théorique du PC sur ce thème : Principios, n° 139, juin 1971.

101 Expression employée par La Aurora de Chile, 3 mai 1973.

102 Mattelart A., Mass Média, Idéologies et Mouvements Révolutionnaires, op. cit., p. 233.

103 Malheureusement, cette précieuse source d’information est aujourd’hui inaccessible : Edlmundo Jiles se rappelle avoir caché une collection du Vanguardia dans un mur au moment du coup d’État, collection qu’il n’a pu à ce jour récupérer. Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

104 Carlos Cena J. (comp.), El Cordobazo. Una rebelión popular, Buenos Aires, La rosa blindada, 2000.

105 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.

106 Tarea Urgente, 3 juillet 1973.

107 La Aurora de Chile, 5 juillet 1973.

108 La tragedia chilena : testimonios, Buenos Aires, Merayo, 1973, p. 117-122.

109 República de Chile, Corte de Apelaciones de Concepción, sumario n° 69-73, Sección general de investigaciones – prefectura de Concepción, Oficio n° 18, Talcahuano, 18 octobre 1973.

110 Mattelart A., Mass Média, Idéologies et Mouvements Révolutionnaires, op. cit., p. 245.

111 La Aurora de Chile, 17 mai 1973.

112 Voir par exemple : « Cordones industriales : necesidad de una prensa obrera », La Aurora de Chile, 22 mars 1973.

113 « Prensa popular : nueva tarea del pueblo », El Compañero, n° 12, octobre 1972.

114 Voir les récits de Luís Ahumada, Pablo Muñoz (entretiens réalisés à La Serena, le 24 juin 2002) et de Carmen Silva (entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001).

115 Mattelart A., « Presse et ligne de masse dans les Cordons industriels de Santiago », Mass Média, Idéologies et Mouvement Révolutionnaire, op. cit.

116 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.

117 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 85-86.

118 Grangeon F., « média », in Dictionnaire des mouvements sociaux, op. cit., p. 349-356.

119 Mattelart A., Mass media…, op. cit., p. 243.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42696/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau n° 4 : Structuration théorique d’un Cordon industriel. Adaptation d’après : H. Cancino, La problemática del poder popular en el proceso de la vía chilena al socialismo, op. cit., p. 336.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42696/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau n° 5 : Structuration des Cordons industriels mobilisés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42696/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre lllustration 10 – Fac-similé du journal des Cordons El Cordonazo.
Crédits A. Mattelart, Mass Média, Idéologies et Mouvement Révolutionnaire, op. cit., p. 233 à 267.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42696/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 277k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540