Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Des cordons industriels en soi aux cordons industriels pour soi

Chapitre III. La normalisation civilo-militaire

Texte intégral

Vers la démobilisation des Cordons industriels ?

La gauche et le cabinet civilo-militaire

1La crise d’octobre représente une phase cruciale de l’évolution des relations entre le gouvernement de Salvador Allende et le mouvement social. Il y a, à partir de cette date, une fissure dans l’équilibre instable existant entre la classe ouvrière, ses militants et « leur » gouvernement, alors que ce dernier est acculé à des choix décisifs du fait de la paralysie économique du pays. Il s’agit bien là d’une crise systémique qui met au centre du débat la question des relations entre l’espace des mouvements sociaux et le champ politique institutionnel dans une telle conjoncture. En suivant la plume de Gramsci, on peut parler d’une crise d’hégémonie.

  • 1 Chile Hoy, n° 21, 1972.
  • 2 Cruz Salas L., « Estado, partidos y movimiento obrero », in Para recuperar la memoria (...)
  • 3 Un parallèle et une approche comparatiste pourraient d’ailleurs être opérés ave (...)
  • 4 Voir l’analyse de Magasich J., Pouvoir réel, pouvoir formel, op. cit.(...)

2Ce moment crucial de l’UP démontre les capacités de la mobilisation collective qui a permis cette « défaite du pouvoir patronal1 ». Il existe alors une nette tendance à la rupture avec les schémas traditionnels de « faire la politique ». Le terme de « pouvoir populaire » revendiqué par toute une fraction de la gauche chilienne apparaît alors comme une réalité transitoire2. On peut parler de la naissance d’un pouvoir populaire constituant ou encore des prémisses d’une « dualisation » de pouvoir. La multiplication des essais de coordination des classes dominées, en dehors de tout modèle préétabli, répond aussi à un vide profond de direction politique de la part des grands partis de gauche. Cependant, la spécificité au Chili est que cette expérience, non prévue par les partis politiques, s’installe non pas contre le gouvernement, mais dans l’optique de le défendre car il représente encore, au niveau subjectif, l’incarnation du projet de transition pour la majorité du mouvement ouvrier3. Il est ainsi exagéré de parler de la généralisation de « Commandos communaux » au sens de véritables organes de pouvoir. Cependant, à chaque avancée effectuée par le « pouvoir populaire constituant », il y a amplification du débordement du gouvernement et autonomisation relative de l’espace du mouvement social vis-à-vis de la direction des grands partis. Chaque pas important du pouvoir populaire est accompagné d’une rupture, même limitée, avec l’Unité populaire4. Une forte solidarité ouvrière, gagnée au coude à coude dans le tourbillon de la mobilisation collective, multiplie les rapprochements de points de vue au sein des usines et brise, pour un temps, les divisions politiques fratricides.

  • 5 El Mercurio, 31 octobre 1972.
  • 6 El Mercurio, 3 novembre 1972. À noter que parmi les militaires qui entrent au g (...)

3Comment le gouvernement de l’Unité populaire va-t-il faire usage de ces multiples formes d’auto-organisation qui le soutiennent ? Le 30 octobre, le cabinet démissionne et le lendemain, les conditions des camionneurs pour un accord sont publiées, parmi lesquelles l’absence de représailles et la limitation institutionnelle de l’Aire sociale (projet de loi Hamilton-Fuentealba)5. Allende, qui durant toute la période du conflit, a tenté de négocier avec les grévistes et l’opposition, montre qu’il est prêt à leur lâcher du lest : le 2 novembre 1972, un nouveau cabinet est formé, dirigé par le général en chef des forces armées, Carlos Prats. Ce dernier est un loyaliste, assez proche d’Allende. Le cabinet comprend trois hauts dignitaires des forces armées6. Les militaires commencent ainsi à occuper le devant de la scène politique. L’intégration croissante de l’appareil syndical à l’État trouve là aussi son point optimum, avec l’entrée de deux des principaux dirigeants nationaux de la CUT : Luís Figueroa (PC – au ministère du Travail) et Rolando Calderón (PS – à l’Agriculture).

  • 7 Voir Magasich J., Pouvoir réel, pouvoir formel, op. cit., p (...)
  • 8 Chiffres tirés de Bitar S., Transición, Socialismo y Democracia, op. (...)
  • 9 Là encore, le troisième tome du documentaire de Guzman P., La Bataille du Chili(...)
  • 10 Le 28 novembre, Prats est acclamé par une foule en liesse lors d’une grande man (...)
  • 11 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 240.

4Au lieu d’avancer en force, les premières mesures de l’exécutif sont clairement destinées à rassurer le patronat. Prats annonce que l’entreprise de distribution privée (Cenadi) ne sera pas nationalisée. Par la suite, ce type de « contre-réforme », à rebrousse-poil des avancées de la classe ouvrière pendant octobre, se multiplie en cascade : évacuation du journal El Sur à Concepción, appel à la restitution des biens occupés après le 10 octobre sans autorisation du gouvernement, évacuation de l’usine Ferrilosa et des usines électroniques d’Arica, report à mars 1973 des « décrets d’insistance » pour la nationalisation des entreprises prévues dans la liste des 91, etc.7. Ceci aboutit à l’élaboration du projet Prats-Millas, à la mi-janvier 1973. Ce projet élaboré par le ministre (communiste) de l’économie et le commandant en chef des forces armées – alors ministre de l’Intérieur – prévoit de rendre de nombreuses entreprises au patronat et de restreindre l’extension de l’APS. Durant la grève, ce sont plus de 65 entreprises qui ont été occupées, mises sous contrôle des travailleurs et finalement réquisitionnées par le gouvernement (dont seulement 9 faisaient partie du programme de l’UP). Après la grève, ce sont plus de 232 entreprises qui forment l’APS8. L’objectif affiché par le projet Prats-Millas et approuvé par le gouvernement, le 5 janvier 1973, est de rendre immédiatement au secteur privé pas moins de 123 entreprises et de réduire, à terme, l’Aire sociale à seulement 49 entreprises, jugées comme « stratégiques ». Le cabinet civilo-militaire annonce clairement la volonté d’Allende de donner des signes d’apaisement à certains secteurs de l’opposition, des classes dominantes et des couches moyennes. Dans la ligne de mire du gouvernement, se trouvent les élections parlementaires de mars 1973. Parallèlement, cela constitue un désaveu de tous ceux qui crient alors dans les rues et peignent sur les murs : « Créer, Créer, Pouvoir Populaire9 ! » Dans un premier temps, cela n’est pas perçu de cette manière par de nombreux militants et par la majorité de la classe ouvrière. Au contraire, ce cabinet est présenté par les militants de gauche comme celui de la « mano dura » contre les séditieux, comme celui du retour à la stabilité du gouvernement afin de mener à bien son programme10. Mais la volonté du gouvernement de replacer le conflit social dans les rails du système politique traditionnel, ramène le mouvement ouvrier à ses anciennes divisions. Avec le recul, on peut partager le bilan de Peter Winn, en ce sens que la « Révolution par en bas » est alors sacrifiée par Allende au profit du processus de réforme « pacifique », contrôlé depuis l’État (qu’il nomme « Révolution par en haut »)11. Ce réagencement ministériel va provoquer de multiples réactions au sein de la gauche et des Cordons industriels.

  • 12 El Mercurio, 9 novembre 1972.
  • 13 Clarín, 28 janvier 1973.

5Pour le MIR, cette décision de l’exécutif ne fait que confirmer sa faiblesse grandissante et son caractère « centriste » et réformiste. Le mouvement appelle à « rejeter catégoriquement la dévolution d’entreprises réquisitionnées et nationalisées durant la grève12 ». Le 24 janvier, le MIR et ses sympathisants remplissent le théâtre Caupolican avec la présence de délégations du PS et de la Gauche chrétienne. Miguel Enríquez y lance de longues accusations contre le gouvernement. Selon lui, le nouveau cabinet, c’est « la réaffirmation de l’ordre bourgeois. Le respect de la légalité des patrons ». Il ajoute : « Les masses populaires cherchent et ne trouvent pas de direction dans le réformisme, et encore moins quand elles sont soumises aux reculs que leur impose le gouvernement. Elles commencent alors à s’organiser de manière autonome […]. Et c’est ainsi que commencent à se créer, de manière embryonnaire, des organes de pouvoir populaire : les Commandos communaux. » C’est à cette création que le MIR invite l’IC et le PS, notant que ces deux partis « ont déjà manifesté leur appui et ont investi leur forces dans ces organes naissant de pouvoir populaire13 ».

  • 14 El Mercurio, 15 novembre 1972.
  • 15 La Aurora de Chile, 18 janvier 1973.
  • 16 Chile Hoy, n° 34, 2 février 1973.
  • 17 IC. Testimonio Hernán Mery, 17 février 1973.
  • 18 C’est le général Prats qui est chargé de faire ce rappel à l’ordre (El Mercurio, (...)

6Pourtant, la direction du PS rejette catégoriquement les appels à la rupture avec le gouvernement14. De nombreux militants socialistes sont effectivement ouvertement hostiles à cette sortie de crise. Le 10 janvier 1973, Carlos Altamirano prononce un discours fleuve sur la situation politique nationale. Dès l’introduction, il insiste que « rien, ni personne ne sera capable de rendre les banques et les industries qui sont passées à l’Aire Sociale » et que sur le fait « rien, ni personne ne sera capable de supprimer les Commandos communaux des villes, les Cordons industriels et les conseils communaux paysans15 ». Le 24 janvier, la commission politique de ce parti révèle publiquement que le PS n’a pas été consulté dans l’élaboration du projet Prats-Millas et qu’il ne « partage pas son contenu16 ». Cette opinion est aussi celle de la Gauche chrétienne (IC) ou encore du MAPU. « Le projet Millas est une transaction entre le gouvernement et la bourgeoisie », affirme l’IC17. Ainsi, trois partis de l’UP se prononcent finalement contre le projet gouvernemental. Entre-temps (le 6 décembre), le gouvernement avait pourtant exigé de toutes les composantes de la coalition leur collaboration explicite afin de faire avaliser aux travailleurs, les projets de restitution des entreprises occupées18

  • 19 Millas O., Declaración sobre el problema de la constitución del área de propied (...)
  • 20 Cf. Broué P. et Témine E., La Révolution et la guerre d’Esp (...)
  • 21 Déclaration de V. Teitelboim cité dans : Harnecker M., La lucha de un pueblo si (...)
  • 22 Clarín, Santiago, 30 janvier 1973.
  • 23 Clarín, 30 janvier 1973.
  • 24 Clarín, 30 janvier 1973.

7Pour Allende, le seul pilier politique stable, contre vents et marées, reste le Parti communiste. Ce parti est le principal instigateur de la politique de repli et de négociation, tant avec les forces armées qu’avec le patronat, au travers de son ministre O. Millas19. Le rôle du PC chilien est en partie le reflet de celui qu’avait joué son homologue en 1936 dans l’Espagne révolutionnaire et, en ce sens, une analyse comparée de ces deux périodes pourrait ouvrir quelques pistes de recherche intéressantes20. Malgré tout, certains dirigeants communistes reconnaissent pleinement le rôle des nouvelles coordinations populaires surgies pendant octobre. C’est le cas de Volodia Teitelboim, qui lors de son rapport au plenum du parti, à la fin novembre, les met en valeur et appelle clairement à leur développement21. Allende se charge de faire taire les dissensions. Le « camarade-président » sermonne durement les dissidents. Selon l’expression du périodique Clarín, il « tire les oreilles au MAPU » qui « méconnaît l’unité nécessaire aux agissements du gouvernement22 ». Il échange également des lettres publiques avec sa propre famille politique et finalement, après une réunion marathon à la Moneda avec toutes les directions politiques, l’UP annonce, le 29 janvier à 22 heures, la fin de la polémique sur la délimitation de l’APS23. Luís Corvalán déclare à la presse, triomphant, qu’il y a eu « des problèmes d’interprétations qui heureusement sont dépassés24 ». Les mobilisations à la base, et surtout celles d’une partie des ouvriers des Cordons industriels, ont tôt fait de contredire cette évaluation.

Le MIR et le « manifeste du peuple » du Cordon Vicuña Mackenna

  • 25 El pliego del pueblo, Santiago, octobre 1972 (in V. Farías, op. cit., (...)
  • 26 Entretien avec Enríquez Edgardo, Pourquoi nous avons échoué ? Le MIR devant l’e (...)

8Début novembre 1972, le Cordon Vicuña Mackenna publie dans quelques journaux militants de Santiago un long manifeste, approuvé en assemblée. Une brève recherche permet de confirmer qu’il s’agit d’une reproduction partielle du pliego del pueblo, diffusé à la fin octobre dans les ceintures industrielles de la capitale par les militants FTR comme une réponse au pliego de Chile, présenté par le patronat, quelques semaines auparavant25. Après le coup d’État, Edgardo Enríquez reconnaît que « l’initiative vient du parti, mais le programme du peuple ne fut pas signé par le MIR, afin de le rendre facilement accessible […]. Ce programme fut donc présenté par des mouvements comme le MCR ou le Front des travailleurs révolutionnaires ; il fut discuté dans les Commandos communaux ou les Cordons industriels ; il fut bien accueilli au sein du peuple et dans les secteurs centristes, puisque le PS le publia dans ses organes26 ». Une fois encore, on voit l’énorme importance des organisations partisanes au sein de l’espace du mouvement ouvrier et dans l’établissement de ses orientations idéologiques comme tactiques.

9Dans son introduction, le manifeste appelle à faire signer cette pétition « dans toutes les usines, écoles et poblaciones, afin de pouvoir ainsi transformer ces organisations en germes de pouvoir populaire, en conseils communaux de travailleurs » qui « ouvriront progressivement le chemin au pouvoir populaire qui conduira à la création de l’Assemblée du peuple ». Parmi les « revendications du peuple » énoncées se trouve en premier lieu le problème de la distribution. Il est demandé notamment que les JAP aient pouvoir de contrôle mais aussi de sanction, que les syndicats y aient droit de participation. Dans son long développement, ce texte avance toute une panoplie de revendications, notamment pour la grande industrie et le commerce. Sont exigés le passage à l’Aire sociale des entreprises ayant participé à la grève d’octobre, de tous les monopoles de production et de distribution, ainsi que la non-restitution des entreprises occupées, le rationnement du combustible et une meilleure planification de l’économie ; l’application du contrôle ouvrier dans l’industrie privée et la levée des secrets bancaire et commercial ; l’expropriation des grandes entreprises de transport, de construction, des propriétés foncières de plus de 40 hectares. De même, les thèmes de la santé, de l’éducation, du logement mais aussi des moyens de communication ou encore de la place de la femme dans la société sont abordés. Dernier point évoqué par le manifeste, celui de l’impérialisme, avec le refus du paiement de la dette extérieure.

  • 27 Chile Hoy, 27 octobre 1972.

10En conclusion, ce sont les « droits et les tâches du peuple » qui sont égrenés un à un. Parmi les objectifs immédiats fixés par le MIR se trouvent l’organisation de comités d’autodéfense et le renforcement des coordinations nées pendant octobre. L’objectif affiché est de transformer les coordinations territoriales en « Conseils communaux de travailleurs », au moyen de « l’incorporation active » des classes dominées et là où ils n’existent pas, commencer par former des comités qui coordonnent syndicats, CUT locale, comités de quartiers, pobladores, paysans et étudiants. Dans une deuxième phase, la direction de ce comité devrait promouvoir la discussion au cours d’assemblées de base et l’élection d’un conseil de délégués et enfin, troisième temps, « en développant la démocratie directe » via « une assemblée populaire de la commune », établir définitivement « le conseil communal des travailleurs ». C’est ce programme qui est diffusé abondamment au sein des quartiers populaires par les militants MIR/FTR. Il est adopté en tant que document de discussion, le 3 novembre 1973, par le CI Vicuña Mackenna27. Cependant, les principaux Cordons industriels de Santiago restent durant toute la période sous l’hégémonie incontestée du PS : parmi les présidents des CI Vicuña Mackenna, Cerrillos, O’Higgins et San Joaquín, on trouve respectivement Armando Cruces, Hernán Ortega, Sergio Chávez et Víctor Muñoz, tous syndicalistes et militants socialistes. La même configuration, avec certaines différences, est décelable dans la plupart des coordinations territoriales les plus importantes du pays (voir organigramme dans la quatrième partie).

  • 28 MIR, Informe de la comisión política al comité central restringido sobre la cri (...)
  • 29 Ainsi, à Santiago, chaque secteur qui compose un GPM est formé par une moyenne (...)
  • 30 Voir son témoignage dans Silva M., op. cit., p. 310.
  • 31 Entretien réalisé à Santiago, le 6 août 2003.

11Ce constat fait l’objet de plusieurs autocritiques internes de la part de la direction du MIR. Dans un rapport confidentiel au comité central, le fossé qui existe entre le parti et le mouvement social est de nouveau montré du doigt. Quelques mois auparavant, une enquête interne demandée par la direction révèle que seulement 25 % des militants du secrétariat régional de Santiago ont un contact régulier avec « les fronts de masse28 ». De plus, à la base de l’organisation, c’est-à-dire au niveau des GPM, on trouve une autre faiblesse de taille : si les « fronts de masse » grandissent sans cesse, le nombre des militants reste limité. Ce phénomène accentue diverses déformations – organiques et militantes – qui affectent profondément le MIR : l’exagération du centralisme, les pratiques bureaucratiques, les traits de verticalisme. D’autre part, cela favorise l’apparition d’un « militant déformé » (selon l’expression employée par le rapport), qui fait de l’activisme politique depuis l’extérieur du mouvement social, comme un professionnel29. C’est sur la base d’un tel constat qu’un militant comme Enrique Ramírez passe du MIR au PS, afin de rejoindre au sein du CI Cerrillos, Hernán Ortega et ses camarades30. Javier Bertín et Guillermo Rodríguez responsables du GPM 4, en plein CI Cerrillos, vivent au quotidien ce problème. C’est ce qui explique que début 1973, contre l’avis de la direction régionale, ils adoptent une structuration plus ample, appelée « Comité local Cerrillos Maipú », qui puisse rompre la compartimentation tatillonne de leur organisation31.

  • 32 Moreno Roberto (Comisión política del MIR), Consejos comunales de trabajadores (...)

12Finalement, la direction du MIR avoue n’avoir pas été capable de proposer aux embryons de « pouvoir populaire », des objectifs programmatiques alternatifs à ceux de l’UP. Pourtant, elle insiste davantage sur l’aspect tactique et organique, sans remettre en cause son orientation politique, particulièrement celle qui consiste à « inviter » le gouvernement à s’appuyer « sur les masses ». Dans une évaluation confidentielle datée de décembre 1972, Roberto Moreno, membre de la commission politique du MIR, constate : « Tant que les travailleurs ne comptent pas avec les instruments organiques, concrets et réels au travers desquels ils puissent exercer directement le pouvoir contre leurs ennemis, ils n’abandonneront jamais l’unique instrument – le gouvernement – qui existe sur le terrain de l’exercice partiel du pouvoir32. » Le pliego del pueblo est resté une proclamation et non une alternative politique réelle à la direction des grands partis de la gauche traditionnelle.

  • 33 Tarea Urgente, 3 août 1973.
  • 34 Cheetham R., Rodriguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urb (...)
  • 35 El Rebelde, 11 décembre 1972.
  • 36 El Mercurio, 9 novembre 1972.
  • 37 El Mercurio, 17 novembre 1972. Comme le souligne Jorge Magasich, l’un des milit (...)
  • 38 El Mercurio, 15 décembre 1972.

13On assiste alors à une lente période de reflux des organes embryonnaires de « pouvoir populaire ». Au niveau du CI Cerrillos, l’équipe de Sader constate que les réunions du Cordon sont peu à peu désertées après l’annonce du cabinet civilo-militaire. Comme l’admet Armando Cruces, même chose du côté du Cordon Vicuña Mackenna33. Une autre équipe du CIDU constate le même phénomène à Valparaíso34. Dans la nouvelle conjoncture, imposée par le gouvernement, les bases socialistes des CI ne poussent pas non plus leur direction à maintenir en activité les coordinations construites. Si ces militants ont démontré pendant octobre une forte envie de lutte, leur affiliation politique ne les incite pas à une telle dynamique. Cependant, plusieurs usines sont encore occupées par les travailleurs contre l’avis de l’exécutif : c’est par exemple le cas à Elecmetal, Salinas y Fabres, Coresa35. Dans le grand Nord, à Arica, éclate le mécontentement dans les entreprises de l’électronique : les salariés refusent le retour à la normale et exigent la réintégration des grévistes36. Le nouveau cabinet trouve là une résistance non prévue. Cette mobilisation, aux portes du Pérou, fait l’objet de plusieurs réunions ministérielles et une commission – où se côtoient généraux et représentants de la CUT – est envoyée pour discuter avec les ouvriers37. Malgré un accord trouvé fin novembre, certains salariés continuent l’occupation et c’est le ministre José Toha qui voyage cette fois à Arica, le 8 décembre. Face à une pression continue du gouvernement et en l’absence de l’appui résolu des partis de l’UP, les dernières entreprises sont rendues à la mi-décembre38.

14L’ensemble de ces tensions et conflits entre le gouvernement et une partie de la classe ouvrière, malgré le reflux des embryons de pouvoir populaire, annonce les résistances collectives au plan Prats-Millas, à partir de janvier 1973.

Vers l’affrontement entre le pouvoir populaire et le gouvernement ?

Rejet du plan Prats-Millas et reconnaissance officielle des Cordons

  • 39 El compañero, n° 9, Santiago, 1972 et Las Noticias de Ultima Hora, 29 (...)
  • 40 Clarín, 27 janvier 1973.
  • 41 El Rebelde, 2 janvier 1973 et 9 janvier 1973.
  • 42 El Mercurio, 26 janvier 1973.
  • 43 El Mercurio, 31 janvier 1973.
  • 44 Les salariés de la construction possèdent une culture militante très combative, (...)
  • 45 La Aurora de Chile, 8 février 1973.
  • 46 Comando del Cordón Cerrillos-Maipú, « Llamado del Cordón Cerrillos », Maipú, 30 (...)

15Le plan Prats-Millas, dont on a vu le contenu, est destiné à faire reculer le mouvement ouvrier pour donner de l’air au patronat et s’engager à nouveau sur le terrain de la conciliation parlementaire, avant les élections de mars. En ce qui concerne les relations entre le champ partisan et le mouvement syndical, cela signifie des situations incroyablement difficiles. Ce sont souvent les syndicalistes et militants de l’UP qui sont chargés de répercuter dans les usines les consignes de restitution des entreprises occupées ou de modération du conflit social39. Finalement, la consigne ne passe pas : à la mi-janvier et sous la pression des salariés, les CI entrent en mouvement contre le plan Prats-Millas40. À Vicuña Mackenna, plusieurs réunions ont lieu pour parler des conflits en cours à Textil Andina et Ready Mix. Et c’est un « front unique de lutte » pour le passage à l’APS qui est formé par les syndicats d’Elecmetal, Corfan, Mellafe y Salas et Cristalerias de Chile41. Le 25 janvier, le Cordon Cerrillos-Maipú prend l’initiative, en bloquant la route de Pajaritos et le chemin qui mène à Melipilla. Les premières actions naissent autour de l’usine Copihue, avec la présence de salariés de Perlak, Aluminios las Americas, Fantuzzi, Policron, Fensa et autres. El Mercurio parle de la présence d’une centaine de personnes42. Les barricades sont d’une ampleur suffisante (voir illustration 7) pour que l’intendant de Santiago et le sous-secrétaire du ministère du travail se déplacent. Le gouvernement promet une réponse rapide, qui n’arrive pas. Les barricades fleurissent de nouveau. Le 30 janvier, une manifestation coordonnée des CI Cerrillos, Vicuña Mackenna et Macul s’élance jusqu’à la Moneda, rythmée par le slogan : « Travailleurs au pouvoir43 ! » Les salariés de la construction se mobilisent également aux côtés du Cordon Cerrillos44. Au moment de convoquer la marche de protestation, le Cordon Cerrillos déclare : « Nous, les travailleurs, nous ne rendrons aucune industrie de ce pays. Nous voulons le socialisme et non le réformisme45. » Le même jour, le CI Cerrillos dénonce les « vacillations réformistes du gouvernement », invite à la multiplication des CI et demande à toutes les coordinations de Santiago de se tenir en alerte46.

lllustration 7 – Le Cordon Cerrillos se mobilise contre le plan Prats-Millas (1973).

lllustration 7 – Le Cordon Cerrillos se           mobilise contre le plan Prats-Millas (1973).

La Aurora de Chile, Santiago, n° 9, 8 février 1973.

  • 47 Certification étant entendue comme le « signal émis par une autorité extérieure (...)
  • 48 Témoignage recueilli par Silva Miguel, op. cit., p. 316. Voir El (...)
  • 49 Punto Final, 13 février 1973. Pour une analyse détaillée de ces événements : Henriquez Gu (...)
  • 50 La Aurora de Chile, 8 février 1973.

16À cette occasion, Allende accepte de recevoir officiellement une délégation des CI. Après la CUT, c’est le gouvernement qui se livre ainsi à un important geste de certification47 de la légitimité des Cordons. Cette reconnaissance au sommet de l’État ne signifie pas pour autant un appui. Enrique Ramírez, qui est présent, se rappelle que la conversation est très dure. Le président invoque le boycott international et montre son dédain pour Hernán Ortega, qu’il considère comme un « infiltré » au sein des rangs du PS48. Selon Armando Cruces, président du CI Vicuña Mackenna et ouvrier d’Elecmetal, Allende aurait promis une normalisation de la situation à Copihue et surtout promis de s’expliquer devant une assemblée de travailleurs sur le projet Prats-Millas : cette promesse n’a pourtant jamais été tenue par la suite49. Pour le Cordon Vicuña Mackenna, le plan Prats-Millas est un « projet de loi qui ne représente pas l’opinion, ni les sentiments de la majorité des travailleurs, lesquels sont prêts à aller jusqu’aux dernières conséquences, en défense de leurs droits légitimes50 ».

  • 51 Presidencia de la República, « Declaración sobre el proyecto relativo al Área d (...)
  • 52 El Mercurio, 11 février 1973.

17Peu à peu, ce sont tous les Cordons industriels qui critiquent vertement la volonté de rendre une partie des entreprises occupées, mais sans jamais s’opposer de manière globale à la politique du gouvernement. Au même moment, le débat entre la direction du PS et le président Allende sur l’extension de l’APS est exposé sur la place publique. Suite à la réunion du 30 janvier, certains dirigeants des CI réalisent une conférence de presse à radio Corporación. Ils y déclarent même qu’Allende leur aurait déclaré que, si cela ne dépendait que de lui, il dissoudrait le Congrès, les forces armées et le pouvoir judiciaire ! Cela oblige la présidence à un correctif officiel. Un communiqué est adressé directement, et pour la première fois, aux dirigeants des Cordons (voir texte en annexe n° 4). Le gouvernement s’empresse de rappeler son légalisme, toute la place qu’il accorde aux forces armées et réaffirme son appui au projet Prats-Millas. Enfin, le texte se finit par un rappel à l’ordre cinglant dirigé aux militants des Cordons : « Le président de la République réitère aux dirigeants son respect et sa considération, mais leur signale également qu’il y a un gouvernement, que c’est lui qui prend les décisions, que sa politique est au service du pays, de tout le peuple, et non d’un secteur déterminé51. » L’avertissement est clair : le pouvoir de décision restera dans les mains de l’État et non dans celles d’un hypothétique pouvoir populaire constituant. Quelques jours plus tard, lors de la proclamation des candidats de l’UP aux élections parlementaires, Allende fait de nouveau référence « aux organisations de pouvoir populaire », mais en insistant sur le fait qu’elles ne peuvent être pensées en marge du gouvernement52.

Panier populaire et reprise en main des JAP

  • 53 Punto Final, 27 mars 1973.
  • 54 IC. Testimonio Hernán Mery, 12 janvier 1973.
  • 55 Sur ces pratiques et leur reprise en main par l’État, voir Melo Contreras L., « (...)
  • 56 Carta Informativa, n° 3, décembre 1972-janvier 1973.

18Durant la grève d’octobre, ainsi que nous l’avons expliqué plus haut, la mobilisation populaire autour du thème du ravitaillement est centrale dans la mise en échec de la stratégie de l’opposition. Dans cette contre-offensive, les JAP développent un ensemble d’actions « spontanées » qui vont bien au-delà de leurs prérogatives légales53. Ainsi, plusieurs militants procèdent à l’ouverture violente de commerces54. Peu à peu, certaines JAP s’engagent dans une pratique autonome par rapport à l’État, avec l’appui d’habitants des quartiers pauvres55. Ces ouvertures se réalisent dans une ambiance de véritables colères populaires. Au même moment, le journal officiel des commerçants, petits industriels et artisans du Chili s’insurge contre ce qu’il considère comme une attaque à la liberté du commerce et rappelle que presque 500 000 Chiliens vivent de cette activité. Il accuse les JAP d’être les responsables du marché noir56. Cette propagande cherche surtout à combattre l’auto-organisation en cours autour du ravitaillement. Ce type de praxis est impulsé par les activistes les plus radicaux. Ainsi Miguel R., alors jeune militant du MIR, témoigne comment, à une échelle locale (dans ce cas, dans le Nord, à la Calera), des militants parviennent à orienter les JAP :

  • 57 Entretien réalisé à Pessac (France), 25 janvier 2001.

« Nous, non pas en tant que militants du MIR – mais tout le monde le savait -, mais en tant que jeunes organisateurs de la vie du quartier, nous avons été sollicités pour réguler le fonctionnement de la JAP. C’est comme cela que nous nous sommes retrouvés à gérer à l’échelle de deux quartiers au moins, la relation avec les commerçants » [et il ajoute :] « Finalement, puisque nous avions notre politique de renseignement, […] là où il y avait du stockage illégal, nous le libérions illégalement57. »

  • 58 Voir l’article de Cadémartori José dans El Siglo, 28 novembre 1972.
  • 59 Chile Hoy, 17 novembre 1972 et La Nación, 11 janvier 1973.
  • 60 Las noticias de última hora, Santiago, 9 janvier 1973. Consulter également le d (...)
  • 61 Voir les journaux La Prensa, La Segunda et El Mercurio (...)
  • 62 El Mercurio, 16 décembre 1972.
  • 63 Presidencia de la Republica, Decreto n° 41, 18 janvier 1973 (in (...)
  • 64 El Siglo, 23 janvier 1973.
  • 65 Chile Hoy, 25 janvier 1973.

19Après les journées d’octobre, l’UP est acculée à reformuler sa tactique, dans le sens d’un approfondissement du contrôle sur la sphère de circulation. La question fondamentale reste : qui sera amené à exercer ce contrôle ? Selon les secteurs « modérés » de l’UP, la seule voie possible est celle déjà employée : la coordination entre l’État, les JAP et la petite bourgeoisie commerçante. D’où l’insistance pour s’opposer à toute tendance de distribution directe, via les JAP ou d’autres organismes tels les Commandos communaux ou les « magasins populaires58 ». Les membres du nouveau cabinet doivent parallèlement appliquer un plan de réformes rigoureux pour assurer un ravitaillement normal et reprendre en main la situation. Le « plan Flores », du nom du nouveau ministre de l’Économie (MAPU), tente quelques mesures énergiques pour combattre le marché noir59. Il s’agit d’amplifier les relations entre les JAP et l’Aire sociale et d’avoir un meilleur contrôle sur les prix. Les produits qui sortent de l’APS sont désormais obligatoirement livrés aux entreprises de distribution étatiques. Ensuite, pour la distribution, les entreprises privées sont invitées à signer des contrats avec le secteur étatique. Les attributions des JAP sont confirmées comme étant celles de surveillance du commerce de détail, mais Fernando Flores laisse une porte ouverte à l’extension de leurs attributions. Premièrement, les JAP doivent désormais s’organiser de manière resserrée, par cuadra, c’est-à-dire un ensemble de maisons réduit, afin de fixer et évaluer les besoins détaillés de chaque famille60. Ensuite, le ministre glisse dans son discours : « La dénonciation n’exclut pas l’action directe organisée et responsable pour empêcher la spéculation et le marché noir. » Enfin, F. Flores annonce l’adoption d’un rationnement de fait, contrôlé par l’État et la mise en place d’un « panier populaire » (canasta popular) de 30 produits de première nécessité, distribué sous contrôle des JAP. Cette mesure fait l’effet d’une bombe chez les classes aisées et l’opposition s’en empare pour dénoncer « le dramatique rationnement socialiste61 ». Pour El Mercurio, « la solution marxiste aux marchés noirs que sont la carte de rationnement et le contrôle policier sur les personnes et les institutions, implique un degré insupportable de perte de liberté62 ». Le 21 janvier 1973, le secrétariat national de distribution et commercialisation met en place un système public unique de distribution63. Cet organisme est présidé par le général d’aviation A. Bachelet. Il est théoriquement destiné à une meilleure centralisation des informations sur les besoins en ravitaillement, sur l’état de la production ou le fonctionnement des JAP64. Les JAP sont désormais présentes sur tout le territoire, mais avec une forte prédominance des grandes villes : début janvier 1973, il existe 2 195 JAP (dont 925 à Santiago, 393 à Valparaíso et 114 à Concepción)65. En fait, le nouveau secrétariat joue un rôle politique clef dans la canalisation et la limitation des formes de ravitaillement direct existantes dans les quartiers pauvres, en dehors des canaux légaux de distribution.

  • 66 Clarín, 14 janvier 1973.
  • 67 Punto Final, 13 mars 1973.
  • 68 La Prensa, 20 février 1973.
  • 69 Suarez Bastidas H., « ¿ La distribución tarea de las masas o de la FFAA ? », Punto Final, (...)

20Finalement, cet ensemble de mesures donne au gouvernement une meilleure évaluation des besoins et un contrôle accru sur la circulation de produits venant de l’APS. Pourtant, cette extension ne peut occulter que 70 % de la distribution reste dans les mains du secteur privé, via la Centrale nationale de distribution (CENADI – ex-CODINA). Surtout, dans les faits, la réussite d’un tel plan de normalisation est dépendante du contrôle réel de l’État sur la production. Contrôle qui, en ce qui concerne les biens de consommation reste faible (il est de seulement 34,8 % en août 1973). Néanmoins, à la mi-janvier, El Mercurio lance une véritable croisade contre la politique gouvernementale de réorganisation du ravitaillement. Cette campagne, qualifiée de « campagne de la terreur » par la presse de gauche, fait réagir énergiquement Salvador Allende, qui s’insurge contre toute idée de dictature et de rationnement66. Le gouvernement, au lieu d’essayer d’orienter les organisations de base existantes vers des formes d’auto-organisation du ravitaillement, recule face à l’offensive idéologique du patronat et à l’ampleur du défi. Rapidement, dans les semaines qui suivent janvier 1973, l’attitude « plus dure » du ministre Flores est désavouée et, de manière caractéristique, ce sont les militaires qui sont chargés de prendre en main le ravitaillement : le général Prats dans un rapport aux carabiniers rappelle que « l’Institution participera à la lutte contre la spéculation et veillera à empêcher les excès des JAP67 ». Le 19 février 1973, se réunissent avec Allende les dirigeants des JAP communales de Santiago, les ministres de l’intérieur et de l’économie, le directeur de DIRINCO et le général Bachelet68. Le gouvernement impose son point de vue : ce sont les forces armées intégrées au gouvernement, qui seules peuvent garantir le contrôle de la distribution et du ravitaillement. Cette mesure est accueillie avec mécontentement69. Progressivement, l’accentuation des dissensions entre le gouvernement et une partie du mouvement social, favorise l’apparition d’un espace des formes de ravitaillement direct, non contrôlées par les institutions.

Autogestion et ravitaillement direct

  • 70 Las Noticias de ultima hora, 16 janvier 1973.
  • 71 El Rebelde, n° 66, janvier 1973.
  • 72 Ce panier populaire contient notamment : 2 kg de sucre, du lait, 1 kg de harico (...)
  • 73 La Aurora de Chile, 1er février 1973.
  • 74 Las Noticias de Ultima Hora, 17 janvier 1973.

21En fait, certaines des mesures proposées par Fernando Flores (et désavouées par Allende) s’inspirent de pratiques qui existent déjà sur le terrain. C’est ce que révèle le religieux Gonzalo Arroyo, membre de l’organisation Cristianos por el socialismo (CPS). Dans son quartier, les pobladores contrôlent et distribuent déjà des aliments de base, bien avant que le ministère ne propose le « panier populaire70 ». Il apparaît que les zones les plus avancées dans cette pratique de la distribution directe sont, tout d’abord, celles où le commerce établi est peu implanté, et cela surtout dans les campements les plus organisés. C’est le cas des campamentos Lo Hermida et Nueva La Habana. Dans ces deux quartiers, un ensemble de mesures a permis, grâce à la discipline politique et la mobilisation collective, d’obtenir des résultats concrets dans le combat contre le marché noir. Après avoir constaté l’inutilité des JAP, puisque les commerçants refusent de s’y intégrer, une sorte de « panier populaire » est pensé en décembre 197271. Dans ces quartiers, début janvier 1973, des « magasins populaires » fonctionnent de manière coordonnée avec deux supermarchés Monserrat (ces derniers sont possession de l’État). Ils fournissent, dans un premier temps, 1 200 puis 1 600 familles toutes les semaines, avec un « panier populaire » d’entre 15 et 20 produits72. Le tout est contrôlé par une carte de rationnement et offre des denrées à un prix cinq fois inférieur à celui du marché noir. Au niveau de chaque secteur, les habitants avec l’aide du comité de quartier, s’installent dans un local où ils reçoivent les marchandises distribuées par Agencias Graham. Un délégué est élu par pâté de maison (manzana). Il est chargé de comptabiliser les besoins et de distribuer des cartes nominatives. Afin d’éviter les queues, l’ordre de distribution est fixé par tirage au sort, avec un délégué pour 25 familles en moyenne. Le contrôle du bon déroulement de la distribution s’effectue sous la surveillance d’un « garde », élu par chaque pâté de maison73. Bien sûr, ce type de « magasins populaires » (voir illustrations 13a et 13b) s’oppose aux intérêts de la petite-bourgeoisie commerçante. D’ailleurs, celle-ci menace régulièrement de destruction de tels locaux et oblige les pobladores à effectuer une garde permanente74.

lllustration 13a – Un supermarché « Almac » transformé en centre de ravitaillement populaire.

lllustration 13a – Un supermarché « Almac »           transformé en centre de ravitaillement populaire.

IC. Testimonio H. Méry, n° 19, 1er décembre 1972.

lllustration 13b – Ravitaillement direct dans une población de Santiago (juin 1973).

lllustration 13b – Ravitaillement direct dans           une población de           Santiago (juin 1973).

La Aurora de Chile, n° 29, 28 juin 1973.

  • 75 La Aurora de Chile, 11janvier 1973.
  • 76 Entretien avec A. Pérez, réalisé à Santiago, le 6 mai 2002. Voir également le t (...)
  • 77 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.
  • 78 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.
  • 79 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., (...)
  • 80 C’est la grande différence que note C. Castelain notamment avec un campamento v (...)

22Selon La Aurora de Chile, « on peut affirmer, sans peur de se tromper, qu’à Lo Hermida et Nueva La Habana, n’existe pas le marché noir75 ». Cette opinion est confirmée par le témoignage d’Abraham Pérez, dirigeant de Nueva La Habana : il parle même de 1800 paniers populaires livrés au sein du campamento. Pour lui, le « ravitaillement populaire » signifie « sauter les intermédiaires » y compris la JAP : ce sont les organisations du campement qui vont retirer les produits et les distribuent directement, via un « magasin populaire » sous contrôle des pobladores76. Dans ce cadre, le campamento est aussi en contact avec des organisations de paysans qui vendent leurs produits directement : les pobladores les aident à faire un chemin pour assurer le transport ou encore participent aux récoltes. A. Pérez admet aussi que « tout n’était pas couleur de rose » et qu’il y a certainement eu des cas d’enrichissement personnel de dirigeants. Cependant, selon lui, tout dépend de l’honnêteté des militants et du contrôle démocratique exercé sur eux, si bien qu’à sa connaissance, à Nueva La Habana, il n’y aurait pas eu de malversation77. Pour José Moya également, le ravitaillement direct à Nueva La Habana est un exemple d’organisation et de conscience collective, surtout dans les moments difficiles que vit le pays78. L’observation participante de C. Castelain montre même que cette pratique sociale du ravitaillement autogéré permet au MIR de regagner la confiance de l’immense majorité du campement et de renouveler le fonctionnement démocratique des relations entre direction du parti et base sociale. Selon elle, la distribution effective de la « canasta » « devient le symbole de l’égalité des besoins, du nivellement des inégalités économiques » et « anime une relation de confiance qui avait quelque peu disparu » entre les dirigeants du campement et ses habitants79. De plus, cette expérience permet le rapide éveil de pobladores jusque-là peu politisés, car à travers leur intérêt personnel, ils peuvent saisir la nécessité du contrôle d’autres entreprises de distribution. Autre signe de transformation extrêmement important : la forte participation des femmes. Celles-ci s’investissent activement dans la lutte pour le ravitaillement direct remettant en cause – mais seulement transitoirement faute d’un appui politique clair – la domination masculine sur l’ensemble des activités sociales du campamento. La comparaison avec d’autres campamentos voisins, parfois gérés par des partis de l’UP et qui ne s’inscrivent pas dans cette perspective autogestionnaire, est aussi très favorable au MIR : à Nueva La Habana, la distribution décidée par quelques-uns au profit d’une minorité ou encore les longues files d’attente devant le local de la JAP ont disparu80.

  • 81 La Aurora de Chile, 25 janvier 1973.
  • 82 Punto Final, 13 mars 1973. C. Castelain avance le chiffre de 30 000 canastas (op. cit., (...)

23L’action revendicative des pobladores déborde largement le cadre de ces deux « vitrines politiques » du MIR que sont Lo Hermida et Nueva La Habana, pour se diffuser – à partir d’octobre 1972 – dans de nombreuses autres communes de Santiago et villes du pays. Par exemple, la distribution du « panier populaire » s’étend par la suite à d’autres poblaciones, telles la Elmo Catalán et Manuel Rodríguez (commune de Conchalí), Che Guevara (commune de Barrancas) ou la Elmo Catalán de Peñaflor. Au total, plus de 9 000 familles seraient ainsi ravitaillées81. Fondamentalement, ce système de ravitaillement direct est favorisé grâce à l’appui de Agencias Graham. Il existe début 1973, 90 « magasins du peuple » dans tout le pays (dont 40 à Santiago) et ce ne sont pas moins de 20 000 « paniers populaires » qui sont distribués de cette manière82.

  • 83 Suárez Bastidas H., « ¿ La distribución tarea de las masas o de la FFAA ? », Punto Final, (...)
  • 84 Chile Hoy, 9 mars 1973.

24Cette bataille de la consommation est reprise par une partie de la gauche de l’UP, qui critique les gestions bureaucratiques, appelle à l’expropriation immédiate de la CENADI et à une distribution sous contrôle des Commandos communaux. La réponse des militaires chargés de la distribution ne se fait pas attendre : en février, Inostroza, le gérant des Agencias Graham est destitué de ses fonctions et le général Bachelet réaffirme qu’il n’est pas favorable au « panier populaire » et encore moins au « ravitaillement direct ». Parallèlement des usines comme Perlak ou les supermarchés Monserrat se voient disqualifiés financièrement et politiquement pour leur option de ravitaillement83. D’autre part, dans une réunion organisée à la Moneda, en présence de Bachelet et des dirigeants de plusieurs organisations de pobladores, Allende condamne les risques « d’anarchie » que pourrait provoquer le ravitaillement direct et réaffirme : « Les JAP sont des organes de pouvoir populaire en collaboration avec le gouvernement populaire84. »

  • 85 El Mercurio, 24 février 1973.

25Une telle attitude du gouvernement, alors que se multiplient les mobilisations ouvrières contre le plan Prats-Millas, provoque la réaction du mouvement pobladores. Par exemple, le 22 février, des habitants de Nueva La Habana occupent Agencias Graham en protestation contre l’éviction d’Inostroza et en faveur de l’extension du panier populaire85. Ce type de mobilisations collectives en faveur d’un ravitaillement direct et autogéré se renforce dans les mois qui suivent, jusqu’à déboucher sur la revendication de la constitution d’une véritable « centrale prolétaire de la distribution », qui permettrait d’intégrer ouvriers et pobladores dans la même perspective d’un ravitaillement contrôlé par eux-mêmes (voir la quatrième partie). Dans de telles conditions, la mise en place du panier populaire dans des campements comme Nueva La Habana peut effectivement être qualifiée de praxis autogestionnaire. Car cette lutte pour le ravitaillement dans plusieurs quartiers populaires des grandes villes du pays est en contradiction avec les velléités de contrôle par en haut que proposent forces armées et gouvernement. Comme nous l’aborderons dans la quatrième partie, elle débouche sur une augmentation de la mobilisation et de la participation populaire qui vise à mettre en place de véritables tentatives de « pouvoir populaire ».

Notes

1 Chile Hoy, n° 21, 1972.

2 Cruz Salas L., « Estado, partidos y movimiento obrero », in Para recuperar la memoria histórica. op. cit., p. 411-412.

3 Un parallèle et une approche comparatiste pourraient d’ailleurs être opérés avec les grèves ouvrières de 1936, en France, durant le Front populaire. Nous sommes ainsi d’accord avec Hugo Cancino qui conteste les interprétations d’octobre comme la naissance « d’une voie insurrectionnelle » (op. cit., p. 303).

4 Voir l’analyse de Magasich J., Pouvoir réel, pouvoir formel, op. cit., p. 136.

5 El Mercurio, 31 octobre 1972.

6 El Mercurio, 3 novembre 1972. À noter que parmi les militaires qui entrent au gouvernement se trouve le contre-amiral Huerta (transports et travaux publics), qui sera par la suite un serviteur zélé de la dictature.

7 Voir Magasich J., Pouvoir réel, pouvoir formel, op. cit., p. 139-147 et Silva M., Los Cordones Industriales, op. cit., p. 240-252.

8 Chiffres tirés de Bitar S., Transición, Socialismo y Democracia, op. cit, p. 171 et de Prats C., Testimonio de un soldado, Santiago, Pehuen, 1985, p. 340-348.

9 Là encore, le troisième tome du documentaire de Guzman P., La Bataille du Chili (op. cit.) est une référence.

10 Le 28 novembre, Prats est acclamé par une foule en liesse lors d’une grande manifestation de soutien à l’Unité populaire.

11 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 240.

12 El Mercurio, 9 novembre 1972.

13 Clarín, 28 janvier 1973.

14 El Mercurio, 15 novembre 1972.

15 La Aurora de Chile, 18 janvier 1973.

16 Chile Hoy, n° 34, 2 février 1973.

17 IC. Testimonio Hernán Mery, 17 février 1973.

18 C’est le général Prats qui est chargé de faire ce rappel à l’ordre (El Mercurio, 7 novembre 1972).

19 Millas O., Declaración sobre el problema de la constitución del área de propiedad social, Santiago, 25 janvier 1973 (in V. Farías, op. cit., t. V, p. 3932).

20 Cf. Broué P. et Témine E., La Révolution et la guerre d’Espagne, Paris, Éditions de Minuit, 1961 (rééd. 1996) et Godicheau F., La guerre d’Espagne. République et révolution en Catalogne, Paris, Odile Jacob, 2004.

21 Déclaration de V. Teitelboim cité dans : Harnecker M., La lucha de un pueblo sin armas (Los tres años de gobierno popular), septembre 2003 in [www.rebelion.org/hemeroteca/harnecker.htm] (erreur en 2017).

22 Clarín, Santiago, 30 janvier 1973.

23 Clarín, 30 janvier 1973.

24 Clarín, 30 janvier 1973.

25 El pliego del pueblo, Santiago, octobre 1972 (in V. Farías, op. cit., t. V, p. 3272-3288).

26 Entretien avec Enríquez Edgardo, Pourquoi nous avons échoué ? Le MIR devant l’expérience de l’UP, document du CEDETIM, outil n° 25, sans date.

27 Chile Hoy, 27 octobre 1972.

28 MIR, Informe de la comisión política al comité central restringido sobre la crisis de septiembre, Santiago, 3 octobre 1972 (Documentos Internos – 1972).

29 Ainsi, à Santiago, chaque secteur qui compose un GPM est formé par une moyenne de 18 membres (3 militants et 15 aspirants). Ce sont eux qui doivent organiser des fronts sociaux formés en moyenne de 50 personnes organisées et faire de l’agitation auprès d’un milieu de personnes mobilisées d’environ 500 membres.

30 Voir son témoignage dans Silva M., op. cit., p. 310.

31 Entretien réalisé à Santiago, le 6 août 2003.

32 Moreno Roberto (Comisión política del MIR), Consejos comunales de trabajadores y dualidad de poder. Análisis y evaluación, Santiago, 3 décembre 1972 (Documentos Internos 2A – 1973).

33 Tarea Urgente, 3 août 1973.

34 Cheetham R., Rodriguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos, op. cit., p. 49-52.

35 El Rebelde, 11 décembre 1972.

36 El Mercurio, 9 novembre 1972.

37 El Mercurio, 17 novembre 1972. Comme le souligne Jorge Magasich, l’un des militaires qui fait le déplacement est le général O. Mena, futur directeur de la CNI (la police secrète de la dictature).

38 El Mercurio, 15 décembre 1972.

39 El compañero, n° 9, Santiago, 1972 et Las Noticias de Ultima Hora, 29 janvier 1973.

40 Clarín, 27 janvier 1973.

41 El Rebelde, 2 janvier 1973 et 9 janvier 1973.

42 El Mercurio, 26 janvier 1973.

43 El Mercurio, 31 janvier 1973.

44 Les salariés de la construction possèdent une culture militante très combative, historiquement marquée par l’anarcho-syndicalisme (La Aurora de Chile, n° 9, 8 février 1973).

45 La Aurora de Chile, 8 février 1973.

46 Comando del Cordón Cerrillos-Maipú, « Llamado del Cordón Cerrillos », Maipú, 30 janvier 1973 (in IC. Testimonio Hernán Mery, 17 février 1973) ; Comando del Cordón Industrial Cerrillos-Maipú, « Declaración de los cordones frente al Área Social y el abastecimiento », Maipú, 30 janvier 1973 (Tarea Urgente, 16 février 1973).

47 Certification étant entendue comme le « signal émis par une autorité extérieure montrant qu’elle est disposée à reconnaître l’existence et la revendication d’un certain acteur politique », in Tilly C., Tarrow S., Politique(s) du conflit, op. cit., p. 353.

48 Témoignage recueilli par Silva Miguel, op. cit., p. 316. Voir El Mercurio, 4 février 1973.

49 Punto Final, 13 février 1973. Pour une analyse détaillée de ces événements : Henriquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. Experiencia en movimiento, op. cit., p. 136-178.

50 La Aurora de Chile, 8 février 1973.

51 Presidencia de la República, « Declaración sobre el proyecto relativo al Área de Propiedad Social ante dirigentes de los Cordones Industriales de Santiago », 31 janvier 1973 (in V. Farías, op. cit., t. V, p. 3944-3945).

52 El Mercurio, 11 février 1973.

53 Punto Final, 27 mars 1973.

54 IC. Testimonio Hernán Mery, 12 janvier 1973.

55 Sur ces pratiques et leur reprise en main par l’État, voir Melo Contreras L., « Las JAP. Historia y memoria de una experiencia de participación popular », op. cit., chapitres ii et iii.

56 Carta Informativa, n° 3, décembre 1972-janvier 1973.

57 Entretien réalisé à Pessac (France), 25 janvier 2001.

58 Voir l’article de Cadémartori José dans El Siglo, 28 novembre 1972.

59 Chile Hoy, 17 novembre 1972 et La Nación, 11 janvier 1973.

60 Las noticias de última hora, Santiago, 9 janvier 1973. Consulter également le document officiel : DIRINCO y Secretaria general de Distribución, Marco de acción de las JAP, janvier 1973 (in V. Farías, op. cit., p. 3772-3780).

61 Voir les journaux La Prensa, La Segunda et El Mercurio du 11 janvier 1973.

62 El Mercurio, 16 décembre 1972.

63 Presidencia de la Republica, Decreto n° 41, 18 janvier 1973 (in V. Farías, op. cit., p. 3772-3780).

64 El Siglo, 23 janvier 1973.

65 Chile Hoy, 25 janvier 1973.

66 Clarín, 14 janvier 1973.

67 Punto Final, 13 mars 1973.

68 La Prensa, 20 février 1973.

69 Suarez Bastidas H., « ¿ La distribución tarea de las masas o de la FFAA ? », Punto Final, supplément de l’édition n° 182, 24 avril 1973.

70 Las Noticias de ultima hora, 16 janvier 1973.

71 El Rebelde, n° 66, janvier 1973.

72 Ce panier populaire contient notamment : 2 kg de sucre, du lait, 1 kg de haricot vert, 1 kg de farine, 1 kg de pâtes, 1 kg de riz, 1 litre d’huile, allumettes, dentifrice, algues séchées (cochayuyo), beurre, sel, détergent… (Chile Hoy, Santiago, 25 janvier 1973).

73 La Aurora de Chile, 1er février 1973.

74 Las Noticias de Ultima Hora, 17 janvier 1973.

75 La Aurora de Chile, 11janvier 1973.

76 Entretien avec A. Pérez, réalisé à Santiago, le 6 mai 2002. Voir également le témoignage d’une habitante de Nueva La Habana (Chile Hoy, n° 32, 22 février 1973).

77 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

78 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

79 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 186.

80 C’est la grande différence que note C. Castelain notamment avec un campamento voisin, dirigé par l’UP et dont elle qualifie le système de distribution de « ravitaillement caudilliste » (ibid., p. 189-190).

81 La Aurora de Chile, 25 janvier 1973.

82 Punto Final, 13 mars 1973. C. Castelain avance le chiffre de 30 000 canastas (op. cit., p. 185).

83 Suárez Bastidas H., « ¿ La distribución tarea de las masas o de la FFAA ? », Punto Final, Santiago, supplément de l’éditon n° 182, 24 avril 1973.

84 Chile Hoy, 9 mars 1973.

85 El Mercurio, 24 février 1973.

Table des illustrations

Titre lllustration 7 – Le Cordon Cerrillos se mobilise contre le plan Prats-Millas (1973).
Crédits La Aurora de Chile, Santiago, n° 9, 8 février 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42695/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre lllustration 13a – Un supermarché « Almac » transformé en centre de ravitaillement populaire.
Crédits IC. Testimonio H. Méry, n° 19, 1er décembre 1972.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42695/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre lllustration 13b – Ravitaillement direct dans une población de Santiago (juin 1973).
Crédits La Aurora de Chile, n° 29, 28 juin 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42695/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 133k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540