Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Des cordons industriels en soi aux cordons industriels pour soi

Chapitre II. L’octobre rouge chilien : une profonde crise politique

Texte intégral

La « révolution par en haut » dans l’impasse

La bourgeoisie à l’offensive

  • 1 Chiffres cités par Garcès Juan dans Allende y la experiencia chilena, op. cit., p. 194-195.
  • 2 Voir le témoignage de Teresa Quiroz (réalisé à Santiago, le 18 mars 2002).
  • 3 C’est l’idée avancée par l’historien Hugo Cancino ou par Ingrid Seguel-Boccara dans son étude des « (...)

1Dans les mois qui précèdent la crise d’octobre 1972, l’inflation redouble. En outre, la pénurie de pièces de rechange industrielles, l’explosion du marché noir minent les projets de réformes de l’UP. Alors que l’inflation n’est que de 3,7 % en janvier 1972, elle passe à 22,7 % en septembre1. El Mercurio titre, en première page, le 7 octobre 1972 : « Hausse du coût de la vie de 99,8 % ! ». Ce taux particulièrement élevé ne profite qu’aux classes aisées ayant les moyens de spéculer et aux commerçants qui organisent le marché noir. Le mois précédent, le gouvernement a tenté de restituer du pouvoir d’achat aux salariés, avec le réajustement des salaires de 100 %. La vie quotidienne est alors marquée par des queues interminables pour aller s’acheter tout type de produits de consommation de base. Cet état de fait exaspère particulièrement les couches moyennes. Ces dernières n’ont pas les revenus suffisants pour s’offrir des aliments sur le marché noir et, au contraire des classes populaires, elles se trouvent moins organisées et surtout moins habituées au « rationnement de fait » que vivent depuis des décennies d’importantes fractions du peuple chilien2. D’autre part, comme le rappellent les sociologues Manuel Garretón et Tomás Moulian, le style politique de l’UP, son discours ouvriériste entrent en conflit avec l’univers culturel et subjectif de la petite bourgeoisie et des professions intellectuelles. Mais plus qu’une question de « style politique », cet éloignement progressif des secteurs moyens du projet de l’UP, qui culmine avec leur adhésion massive à la grève d’Octobre, démontre l’incapacité de la gauche chilienne de créer une relation de force capable de garder cet appui social. Car si le sectarisme et les discours de la gauche ont pu jouer un rôle de « repoussoir3 », c’est l’obsession de la négociation avec un centre politique qui n’existe plus, qui permet à l’opposition de s’attirer l’appui grandissant des couches intermédiaires de la société. Après les échecs des pourparlers avec la Démocratie-chrétienne, le gouvernement continue, malgré tout, les appels à la modération. Allende décide même de rompre ses relations avec le MIR.

  • 4 El Mercurio, 5 octobre 1972.
  • 5 El Siglo, 23 septembre 1972.
  • 6 El Mercurio, 8 octobre 1972.

2Avant le début de la crise d’octobre, l’UP est toujours soumise à une forte pression de la part du mouvement ouvrier. C’est le cas en ce qui concerne la mine de cuivre de Chuquicamata, la plus grande du monde à ciel ouvert et symbole des luttes ouvrières au Chili4. C’est la venue du charismatique Allende à Chuquicamata qui calme les esprits, mais ceci seulement jusqu’à l’explosion du conflit à El Teniente, en 1973. Dans le secteur industriel, les signes de l’agitation de la classe ouvrière se multiplient également. C’est le cas à l’usine Bata de Peñaflor, occupée le 14 septembre 1972. Luís Torres, président du syndicat industriel et militant FTR, demande une augmentation des salaires et le développement du contrôle ouvrier5. Ainsi, malgré des difficultés internes, le Cordon Cerrillos-Maipú reprend le chemin de la mobilisation collective. L’administration Allende tente de répondre à cette pression de la classe ouvrière du secteur privé par une extension du domaine nationalisé. Pourtant, cette dynamique ne trouve pas toujours une issue positive. Ainsi, le 7 octobre, suite à une résolution du juge de Maipú, les carabiniers évacuent violemment l’usine Carrascal appartenant aux industries chimiques Hoescht et occupée par ses ouvriers6.

  • 7 Mattelart A., « La bourgeoisie à l’école de Lénine », Politique aujourd’hui, Paris, janvier-février (...)
  • 8 Senado de los Estados Unidos, Acción encubierta en Chile 1963-1973, op. cit.

3En même temps, les classes dominantes continuent leur effort d’unification. L’objectif est d’intervenir dans tous les champs sociaux suivant la tactique dite de la « résistance civile7 ». Une ligne d’action activement soutenue par les services secrets du gouvernement des États-Unis et plusieurs multinationales. Ceux-ci appuient les camionneurs qui se mettent en grève à coup de dizaines de milliers de dollars (US), ce qui explique en partie la capacité de mouvement à se maintenir durant plusieurs semaines : il est ainsi versé quelque 100 000 $US en tant que partie d’un fonds de plus d’un million et demi de dollars, destiné à en terminer avec la « voie chilienne au socialisme8 ». Dès le 14 septembre 1972, le président Allende dénonce publiquement le « plan septembre », destiné à déstabiliser à court terme le gouvernement. Au même moment, des officiers de haut rang comme le général Canailles se prononcent ouvertement contre l’UP. Cette époque est aussi celle où la DC et le Parti national organisent d’importantes manifestations, encadrées par les troupes paramilitaires du groupe fasciste Patrie et Liberté. Des attentats sont organisés contre des industries nationalisées ou les sièges des partis de gauche et le « plan de septembre » n’est repoussé que sous la pression de la rue, après l’une des plus importantes manifestations de soutien au gouvernement. Le processus de polarisation de la société semble inéluctable, alors que l’initiative est largement laissée à l’opposition.

  • 9 Le secteur privé contrôle 30 000 camions contre seulement 17 000 appartenant au domaine public.
  • 10 Samaniego A., « Octubre el rojo : fulgor y agonía de la unidad de los trabajadores », Contribucione (...)
  • 11 El Mercurio, 13 octobre 1972.
  • 12 El Mercurio, 14 octobre 1972.
  • 13 El Mercurio du 19 et 20 octobre publie la liste de l’ensemble des organisations sociales qui partic (...)

4Le 10 octobre, Léon Vilarín, président de la Confédération des camionneurs, annonce un arrêt de travail illimité. L’origine de ce conflit serait due à l’opposition des transporteurs routiers à un projet gouvernemental de formation d’une société nationale de transports, dans le sud du pays. Dans les faits, Vilarín ne fait que répondre aux appels de l’opposition : sur les 7 points de revendications des camionneurs, 6 concernent des sujets de politique nationale. Néanmoins, le défi est de taille puisque la confédération des camionneurs (CODUCA) regroupe quelque 169 syndicats de propriétaires (allant du chauffeur routier indépendant aux entreprises de plus de trente poids lourds)9. Dans un pays où le réseau ferré est peu développé et où la route s’allonge sur plus de trois mille kilomètres du Nord au Sud, le blocus a des conséquences immédiates : combustibles, matières premières, denrées alimentaires, cargaisons maritimes se trouvent en grande partie immobilisés10. L’opposition saute sur l’occasion. D’autant plus que le déplacement à droite de la DC a permis la naissance d’un mouvement unifié : « la Confédération démocratique » (CODE), qui regroupe essentiellement la DC, le Parti national et le Parti de la démocratie radicale. Le 13 octobre, d’autres corporations ou gremios adhérent à la grève. Le même jour, la SOFOFA, c’est-à-dire le grand patronat chilien, décide de « demander aux industriels de procéder à la paralysie de leurs activités de façon définitive11 ». Le lendemain, les partis d’opposition déclarent unanimement leur soutien au mouvement. Les étudiants de l’université catholique du Chili se joignent également à la grève, puis les médecins, les ingénieurs, les chauffeurs de bus12. Peu à peu, l’opposition et les grands propriétaires industriels parviennent à entraîner dans leur sillage, la petite bourgeoisie industrielle, commerçante et artisanale, d’importants secteurs des couches moyennes ainsi que les représentants du grand commerce13. Le pays apparaît comme divisé entre deux grands blocs, ne laissant que peu de place pour les indécis. Dans cette bataille, les grands médias dominés par la droite chilienne jouent un rôle que l’Unité populaire a sous-estimé. De manière massive la presse, la radio, notamment Radio Agricultura, préparent le terrain pour un éventuel coup d’État. Le 25 octobre 1972, l’appel Pliego de Chile prétend réunir l’ensemble des mécontents de la politique d’Allende.

Le gouvernement dans la tourmente d’octobre

  • 14 El Mercurio, 13 octobre 1972.

5Face à l’offensive, le gouvernement fait tout pour rester dans la légalité. Le 13 octobre 1972, Allende s’adresse au pays par voie de radio et télévision. Il invite le peuple à « la politesse et à la réflexion », dans un moment où la lutte de classe prend le visage d’un affrontement direct et violent. Le pays est désormais divisé en huit zones d’état d’urgence et ce sont « les hauts chefs de l’armée qui ont la responsabilité d’imposer l’ordre dans leurs zones aux côtés des autorités civiles, c’est-à-dire les intendants ». Le président souhaite que les travailleurs se maintiennent « dans la tranquillité et le calme le plus absolu ». Il leur demande d’aller « produire et travailler pour le pays », s’oppose à toute « action sporadique, opportuniste ou spontanéiste ». Il va jusqu’à exiger « qu’il n’y ait pas de terres occupées, qu’il n’y ait pas d’édifices publics occupés », afin d’éviter « toute provocation ». Au contraire, il réitère son appel à la collaboration avec les forces armées. Prenant alors l’exemple des JAP, le gouvernement s’oppose à toute mobilisation destinée à ouvrir de force les commerces impliqués dans la grève : « Les JAP n’ont pas ce rôle et ne peuvent le mettre en place, cela serait faciliter la provocation14. » Le discours est clair : les militants de gauche et les salariés ne peuvent s’organiser pour résister à l’offensive par tous les moyens, car il faut faire confiance aux forces armées pour garantir la stabilité du pays.

  • 15 Entretien réalisé à Santiago, 22 février 2003.
  • 16 Concept tiré de l’analyse de la grève d’octobre par un groupe de sociologues de l’université cathol (...)
  • 17 Dobry M., Sociologies des crises politiques, op. cit., p. 127.

6Mireya Baltra, ministre du Travail, communiste, se rappelle que la grève d’octobre a généré de nombreuses discussions au sein du gouvernement : « La grève des camionneurs, on la voyait venir et cela a été discuté dans le cabinet. Moi, j’avais une position ferme : enlever la personnalité juridique à la confédération nationale des camionneurs et en créer une parallèle immédiatement. Tu es folle ! C’est cela qu’ils m’ont dit15. » Peut-être que M. Baltra se donne aujourd’hui un rôle plus critique, ferme et prévoyant qu’elle ne l’a eu en plein milieu de la crise. Pourtant, il est vrai que les dirigeants de l’Unité populaire paraissent se rendre à l’évidence : la seule chance de survie du régime se situe précisément dans le maintien coûte que coûte de la production et de la distribution, si nécessaire par la réquisition forcée. En fait, on assiste à un phénomène de désarticulation de l’appareil étatique et du gouvernement16. Ce phénomène est combattu avec, le 13 octobre, la création d’un « commandement unique » formé par les partis de l’UP, la CUT provinciale et l’intendance de Santiago. Celui-ci coordonne trois fronts d’action : le ravitaillement, le transport, la santé. Cette désarticulation est telle que des organismes étatiques comme la DINAC ou la DIRINCO, ou encore les Intendances (sorte de préfectures), sont directement utilisés par les militants des partis de l’UP, en appui à l’importante résistance qui s’organise à la base. À certains moments, on assiste même à une subordination des organismes étatiques aux initiatives prises par le mouvement social, ce qui prouve que le centre de décision politique est en train de basculer depuis l’appareil institutionnel et gouvernemental vers la société civile et le mouvement ouvrier organisé, avec une très forte perte d’autonomie du champ politique. Un phénomène déjà observé ailleurs, lors de grandes crises politiques et des conjonctures de forte fluidité (selon la terminologie de Dobry), « avec l’émergence conjoncturelle, à l’intérieur de certains systèmes institutionnels, d’“organes” qui dans les conjonctures ordinaires, ne bénéficient que d’une marge d’autonomie très réduite à l’intérieur de ces systèmes17 ».

  • 18 Comité central del PCC, Suplemento del boletín informativo del Comité Central del Partido Comunista (...)
  • 19 El Combate, Valparaíso, n° 1, novembre 1972.

7Ceci est vrai en ce qui concerne le ravitaillement. Dans de nombreux cas les JAP ou certains fonctionnaires de la DIRINCO agissent en faveur de l’ouverture de commerces, sous pression d’habitants et malgré les consignes officielles. Le 17 octobre, El Mercurio titre en première page que « La DIRINCO ouvre les magasins », avec « l’aide de carabiniers équipés de casques ». Sont aussi organisés des « fronts de la patrie » destinés à organiser le personnel technique et professionnel non gréviste. Le travail volontaire, notamment des étudiants, prend une ampleur nationale jusque-là inconnue. Le 16 octobre 1972, Carlos Lorca, secrétaire général des Jeunesses communistes, apprend à la presse que des milliers de volontaires travaillent à charger et décharger des camions18. Ce travail, dans le port de Viña del Mar, permet de faire arriver à Santiago plus de 200 tonnes de lait en poudre19. Comme le montrent les images de la Batalla de Chile, ces mobilisations se font dans l’enthousiasme et la sensation de lutter collectivement pour une juste cause.

  • 20 Comité central del PCC, Suplemento del boletín informativo del Comité Central del Partido Comunista (...)
  • 21 PS y PC, Propósitos de ofensiva política, Santiago, octobre 1972 (in V. Farías, op. cit., t. V, p.  (...)
  • 22 MIR, Frente al paro nacional, Santiago, 18 octobre 1972 (Documentos Internos – 1972).

8Le 16 octobre, le parti fédéré de l’UP fait une conférence de presse : Luís Corvalán déclare que « la raison, la légalité, la constitution et le peuple aux côtés du gouvernement ont pris toutes les mesures pour dépasser cette situation20 ». Fin octobre, des « Propositions d’offensive politique » sont émises conjointement par le PS et le PC, qui en disent long sur la radicalisation en cours21. Ce texte appelle de ses vœux l’extension de l’APS et la création des « Commandos communaux », « compris comme des organismes de pouvoir populaire au sein de la masse, qui sans aller jusqu’à remplacer les organismes du pouvoir d’État, canalisent les inquiétudes et les problèmes des travailleurs et du peuple en général ». En plein milieu de la crise d’octobre, les directions des deux principaux partis de gauche perçoivent le débordement en cours. Leur souci pour le canaliser est, semble-t-il, si fort qu’elles reprennent la terminologie, jusque-là défendue par MIR, des « Commandos communaux » (CC). Ces propositions sont pourtant bien vite enterrées une fois la crise passée. Au même moment, le Secrétariat national du MIR lance une nouvelle fois son appel à la constitution des « Comités coordinateurs communaux », qui doivent unifier ouvriers, comités de quartiers, centres de mères, JAP, afin d’organiser des commissions de transport, d’autodéfense, de ravitaillement, etc. Ce mot d’ordre avancé depuis le début de l’année par le MIR est supposé permettre de « mettre en activité les masses et développer leur initiative politique, sous la direction de la classe ouvrière et des révolutionnaires22 ».

  • 23 Martínez G., Instantes de decisiones : Chile 1972-1973, México, Gribaljo, 1998, p. 61.

9Les forces armées jouent un rôle d’intervention croissant. Le 17 octobre, l’ambassadeur du Mexique à Santiago se demande dans son journal de bord : « Où est le président Allende ? On entend seulement la voix du commandant en chef de la zone d’état d’urgence ? Commencerait-on à entendre la voix militaire avec de plus en plus de fréquence23 ? » L’ampleur du défi lancé par les classes dominantes a eu une forte répercussion dans les usines et favorise, par contrecoup, la relance d’une dynamique réelle de « pouvoir populaire constituant ». Cela n’empêche pourtant pas le gouvernement d’essayer de maintenir sa tactique d’intégration accrue des militaires, ce qui aboutit à la constitution du cabinet civilo-militaire.

La « crise de non-retour » du mouvement syndical

  • 24 Cancino H., La problemática del poder popular…, op. cit., p. 288-289.
  • 25 C’est le cas de Jorge Magasich (op. cit., p. 135).
  • 26 CUT, Resolución del plenario, Santiago, 21 octobre 1972 (Chile Hoy, 27 octobre 1972).
  • 27 Cf. sa thèse de doctorat sur Les stratégies syndicales de la « Centrale Unique des travailleurs » ((...)
  • 28 Entretien réalisé à Iquique, novembre 2001.
  • 29 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. c (...)

10En plaçant dans les forces armées ses espoirs de stabilisation du pays, la direction de l’UP met au grand jour la faiblesse intrinsèque de son projet de transition. Dans ces conditions, ce sont les secteurs militants de base et plus largement, les pobladores organisés et les JAP, les travailleurs ruraux et les ouvriers mobilisés des ceintures industrielles qui appliquent, de façon non planifiée, une praxis de lutte active contre la grève patronale. Ce phénomène d’auto-organisation a été reconnu par la plupart des études récentes comme un trait spécifique de « l’Octobre Rouge » chilien. En effet, les actions directes et parfois violentes pour accélérer les réquisitions, occuper les usines ou ouvrir les commerces se multiplient. Ce mouvement s’effectue en dehors de tout schéma préconçu par les états-majors des grands partis, en dépassant largement la direction nationale de la CUT et au-delà des clivages politiques du mouvement social. La presse contient de nombreux exemples de la richesse créative de ce débordement multiforme. Par exemple, le 26 octobre, El Mercurio rapporte l’action à Antofagasta des « brigades socialistes de l’industrie nationale du Ciment (Inacesa) », qui « lancèrent des pierres contre des véhicules et des Carabiniers […], en même temps qu’ils essayaient d’agir pour l’ouverture d’un commerce ». Puis le journaliste précuse qu’« aux milices ouvrières s’ajoutèrent des groupes de choc communistes, socialistes, miristes ». Les militants sociaux et/ou politiques choisissent l’action directe. Comme l’écrit Hugo Cancino, c’est l’ensemble du « système de consensus » et le cadre institutionnel qui est en crise24. Quel est le rôle de la CUT ? Certains auteurs ont pu affirmer que celle-ci serait restée complètement atone25. Une telle analyse est exagérée. La direction de la centrale lance immédiatement des instructions générales, appelle à la mobilisation et au travail volontaire, mais peine à avoir une action efficace, à la base, du fait même de la faiblesse de sa structuration territoriale. Le 21 octobre, un plénum des Fédérations syndicales est célébré à Santiago, devant 3 000 délégués et le président Allende. La conclusion est de créer « des comités coordinateurs au niveau des Cordons industriels, afin de faire face au ravitaillement en matière première, combustible et fonctionnement normal de toutes les activités26 ». En fait, il s’agit d’une reconnaissance a posteriori de la nécessité des coordinations existant déjà sur le terrain dans les Cordons industriels. En suivant l’historien A. Samaniego, on peut caractériser octobre 1972 comme le moment de la « crise de non-retour » du syndicalisme chilien27. À part certaines initiatives au niveau local, les comités coordinateurs qui naissent dans les Cordons industriels et les quartiers populaires le font en dehors de tout cadre préétabli par la CUT. Le surgissement d’embryons de pouvoir populaire dans la périphérie industrielle de la capitale agit comme un catalyseur de cette crise, qui conduit au questionnement des capacités de direction de la Centrale. Comme le rappelle Hernán Ortega : « Les structures traditionnelles de la classe ouvrière sont comme toutes les structures de la société, elles sont anciennes, ankylosées dans leur forme de fonctionnement… Elles étaient aussi très influencées par les tendances politiques, il s’agissait de véritables répartitions de postes au niveau des directions, et les Cordons étaient beaucoup plus démocratiques28. » Cependant, certaines sections provinciales de la CUT font preuve d’une beaucoup plus grande activité en octobre 1972 que celle de Santiago. On l’a vu, c’est le cas de la CUT provinciale de Valparaíso qui, dès la mi-octobre, impulse elle-même la formation de Cordons dans tous les secteurs industriels. Sans aucun doute, cet appel officiel joue un rôle important de légitimation de l’action des militants. Pourtant, même à Valparaíso, le rôle de la CUT est ambigu puisqu’une fois l’urgence passée, celle-ci se refuse à participer aux Cordons. Dans d’autres régions, les sections provinciales de la CUT sont dépassées dès le début de l’offensive patronale. On sait par exemple qu’au niveau de la CUT provinciale de Santiago, les délégations ouvrières du Cordon Cerrillos-Maipú parviennent à transformer complètement le contenu des thèmes mis en discussion par la direction régionale. En plein milieu de la grève patronale, la CUT provinciale organise des réunions-débats qui laissent de côté la référence à la grève en cours (c’est une réflexion sur les élections internes qui est proposée) ! Les délégués du Cordon mettent, quant à eux, en avant la nécessité immédiate de l’organisation de la résistance et exigent le refus de rendre toute entreprise nationalisée, ce qui est finalement approuvé par l’assemblée. Les ouvriers de l’entreprise Calvo offrent à cette occasion 50 camions de leur usine afin d’organiser le transport et sollicitent de l’assemblée un appui contre le décret d’évacuation de leur entreprise occupée : les propositions initiales de la direction locale de la CUT se trouvent renversées par l’intervention du Cordon29.

  • 30 Najman M., Le Chili est proche, op. cit., p. 19. A. Samaniego, quant à lui, parle d’une centaine d’ (...)

11Finalement, durant octobre 1972, 65 nouvelles entreprises sont intégrées au secteur nationalisé suite à des tomas portant ainsi leur nombre total à 232. Parmi ces usines, seulement neuf étaient initialement prévues au sein du plan gouvernemental. On peut estimer que sur le total des entreprises nationalisées durant les mille jours de l’Unité populaire, environ 20 % le sont durant la crise d’octobre30. Ce mouvement d’occupation d’usines concerne surtout des entreprises de taille moyenne et entre en adéquation avec le combat pour le maintien de la production, mené au sein des principales entreprises de l’Aire de propriété sociale.

12L’effervescence vient aussi des quartiers populaires. Des formes de ravitaillement direct sont effectuées par des coordinations entre JAP locales, le mouvement pobladores, les centres de mères, les campements les plus organisés, les étudiants pratiquant le travail volontaire. On assiste, en quelque sorte, à un réveil populaire, une explosion autogestionnaire qui restent dans les mémoires militantes comme un moment fort, intense, vécu collectivement.

Conjoncture fluide, mobilisations multisectorielles et tentatives de coordination de classe…

Les comités coordinateurs du pouvoir populaire urbain : quelles définitions ?

  • 31 Tilly C., Tarrow S., Politique(s) du conflit, op. cit, p. 351-353.
  • 32 Dobry M., Sociologies des crises politiques, op. cit.

13La grève d’octobre est caractérisée par une tendance – transitoire – à l’unification des classes dominées et par la jonction qui s’établit entre la praxis de la lutte du mouvement ouvrier et celle des pobladores mobilisés, au sein de coordinations de résistance à la grève patronale. Cette union, temporaire et partielle, est l’un des traits marquants de cette crise d’hégémonie (au sens où l’entend Gramsci). En termes sociologiques, on assiste à des mécanismes classiques d’émulation, intermédiation et diffusion des luttes, entendu comme la propagation et la production de nouvelles liaisons entre plusieurs sites sociaux de conflit31. Nous sommes face à une conjoncture politique fluide et des mobilisations multisectorielles, telle que décrites par le politiste français Michel Dobry dans son interprétation – désormais classique – des grandes crises politiques. On y retrouve les principales composantes du changement d’état des ensembles sociaux complexes dans de telles conjonctures de crise, dont : la réduction de l’autonomie des secteurs affectés par les mobilisations (désectorisation de l’espace social), le désenclavement des espaces de confrontation, enfin, ce que Dobry nomme « évasion des calculs », c’est-à-dire que, dans ce moment de forte mobilité et de généralisation des enjeux de lutte, on passe d’une logique de mouvement sectoriel, circonscrite à certains agents sociaux mobilisés, à une « diminution de l’autoréférence » de chaque secteur pour faire prévaloir des mots d’ordres bien plus larges32.

14Aujourd’hui, faire un bilan réaliste sur le type de coordinations territoriales qui naissent dans la chaleur de cette grande crise politique est un véritable casse-tête. En effet, la presse de gauche de l’époque, qui s’attache à décrire ce phénomène, évoque souvent avec complaisance l’existence de ces « comités coordinateurs ». La moindre ébauche discursive d’une coordination à la base est ainsi présentée comme une coordination effective. En d’autres termes, il existe un réel danger de se laisser abuser par la propagande de l’époque et de prendre pour un organisme massif de travailleurs, une coordination de quelques dizaines de militants de gauche, soit de confondre les cordons en soi avec de véritables cordons pour soi.

  • 33 M. Harnecker parle de cent coordinations (Chile Hoy, 14 décembre 1972). Ces chiffres ont été repris (...)
  • 34 Chile Hoy, 27 octobre 1972 et Samaniego A., « Octubre al rojo », op. cit.
  • 35 Silva A. et Santa Lucia P., « Les Cordons industriels : une expression de pouvoir populaire au Chil (...)

15Si l’on s’attache à croiser les informations, il semble qu’il existe, en octobre 1972, quelques dizaines de coordinations à travers tout le pays (vraisemblablement 52, plutôt qu’une centaine comme beaucoup l’ont affirmé jusque-là)33. Les coordinations qui existent avant octobre, comme à Cerrillos-Maipú, prennent un caractère permanent, alors que d’autres se forment dans l’urgence. Certaines coordinations sont le fait d’une prise de contacts entre divers dirigeants sociaux, surtout syndicaux ; d’autres naissent lors d’assemblées plus massives et d’une impulsion de la base34. Suivant l’ampleur des groupes sociaux qu’elles parviennent à réunir, leur degré d’existence réelle et l’orientation politique que leur donnent les militants de gauche, ces organisations vont prendre des noms et caractéristiques différentes. S’imposent néanmoins, peu à peu, deux dénominations qui correspondent en fait à deux formes de coordinations distinctes : les « Cordons industriels », qui sont une organisation de la classe ouvrière et les « Coordinations communales » appelées plus tard « Commandos communaux », qui regroupent des secteurs sociaux plus hétérogènes. A. Silva et P. Santa Lucia proposent deux définitions : les Cordons industriels seraient « des organismes de coordination de toutes les entreprises d’une zone ou d’une localité (unité territoriale), constituées par des délégués élus par l’assemblée d’entreprise, qu’il y existe ou non un syndicat et indépendamment du secteur économique auquel appartient chaque entreprise » ; alors que les Commandos communaux représenteraient « des organismes formés par toutes les organisations d’un secteur ou d’une commune. Y participent des dirigeants syndicaux ou des représentants d’entreprise, des délégués des comités de quartiers et des centres de mères, des délégués des comités d’approvisionnement et de prix, des délégués étudiants et selon les zones, ceux des organisations paysannes, plus d’autres délégués selon les caractères propres de la commune35 ».

  • 36 Enquête menée auprès de 13 de ces coordinations territoriales à Valparaíso et Santiago (Cheetham R. (...)
  • 37 Voir le compte rendu interne de la commission syndicale nationale du MIR : Octubre. Comités Coordin (...)
  • 38 Idem.

16Grâce à certaines études de terrain menées in situ, on peut différencier effectivement plusieurs types de coordination36. Le premier correspond à l’union territoriale de plusieurs syndicats d’une zone industrielle où la classe ouvrière est hégémonique : les sociologues des enquêtes citées plus haut les appellent « commandos locaux industriels », bien que dans la pratique les militants les nomment « Cordons industriels » (ou CI), tel celui de Cerrillos-Maipú déjà décrit. Ces coordinations sont, la plupart du temps, le fruit du travail des syndicats des usines les plus modernes et elles sont animées par les secteurs les plus jeunes et radicalisés du mouvement ouvrier, notamment les bases du PS comme à Cerrillos, Vicuña Mackenna et Conchali37. Un autre type de coordination se rattache aux luttes urbaines des pobladores, nommés par les sociologues « Commandos locaux poblacionales ». Ils incorporent plusieurs fractions des classes populaires, ainsi que diverses organisations sociales (comités de quartiers, centre de mères, clubs sportifs, JAP). Ils se regroupent autour d’objectifs liés au ravitaillement et à la distribution. Cependant, l’unification de ces divers agents sociaux donne aux « commandos de pobladores », une connotation ample qui dépasse leur fonction spécifique. C’est le cas par exemple des comités de quartiers (juntas de vecinos), organismes créés par la DC. Ces organisations, « de nature nettement verticale et circonscrite à des fonctions d’ordre secondaire », assument dans la pratique des tâches comme le ravitaillement ou la sécurité interne d’un quartier38. Il faut ajouter que ces commandos poblacionales établissent des relations avec les syndicats d’usines, afin d’affronter le problème du ravitaillement et donc dessinent les possibilités d’une intermédiation entre le site ouvrier et le site poblador. D’où, le troisième type de coordination mais qui semble représenter plutôt un organisme coordinateur potentiel, voire rêvé par les militants de gauche. Celui-ci parviendrait à dépasser le caractère territorial ou local de ces organisations, afin d’incorporer plusieurs secteurs sociaux au sein du « Commando communal ». Il correspond, en théorie, au schéma de pouvoir populaire que propose alors le MIR (qui parle de « Commando communal de travailleurs »), c’est-à-dire l’incorporation de l’ensemble des classes dominées dans une praxis globale, consciente et coordonnée, regroupant ouvriers, pobladores et paysans ainsi qu’intellectuels et étudiants.

  • 39 Voir les cartes 5 et 6.
  • 40 Chile Hoy, 27 octobre 1972. Voir aussi les ouvrages de Silva M., Magasich J. et Cancino H. déjà cit (...)

17Il y a donc polymorphie des formes de coordinations populaires durant octobre 1972, malgré des caractères communs. Au niveau de Santiago, de telles coordinations naissent dans les communes de Macul (sud-ouest), Renca et Barrancas au nord de la ville, San Miguel (au sud de Santiago), Conchali (au nord), Estación Central et Santiago-centro (dans le centre-ville). Mais ce sont surtout avec les coordinations des Cordons industriels de Maipú-Cerrillos et de Vicuña Mackenna que surgissent les initiatives les plus importantes39. On assiste également à une propension à l’auto-organisation dans la plupart des villes et des centres industriels du pays. Ainsi dans la province de Concepción, s’établissent des essais de coordinations à Chiguayante et Tomé (centres textiles), Penco (industries du verre et matériel de construction), dans le port de Talcahuano (centre sidérurgique, pêche et métallurgie) ; également dans le port de Valparaíso avec plusieurs expériences distinctes, dans le grand Nord autour des entreprises électroniques et de montage automobile d’Arica ou à l’autre extrême sud du pays, en Patagonie – à Punta Arenas – autour de l’importante entreprise Lanera Austral40. Du nord au sud, le pays est parcouru d’une onde de choc qui fait se lever et s’organiser d’importants secteurs sociaux mobilisés afin de défendre le processus de conquêtes sociales en cours : l’action collective alimente une puissante riposte populaire qui s’oppose à la grève patronale.

Carte 5 – Les « bastions » des classes populaires dans le centre de la capitale – 1973.

Carte 5 – Les « bastions » des classes populaires dans le centre de la capitale – 1973.

Adaptation d’après : Touraine A., Vie et mort du Chili populaire, journal sociologique, Paris, Le Seuil, 1973.

Carte 6 – Géographie approximative du pouvoir populaire à Santiago – 1973.

Carte 6 – Géographie approximative du pouvoir populaire à Santiago – 1973.

Zone de développement des principaux Cordons Industriels et des Commandos Communaux

1 : CI Panamericana Norte

2 : CI Conchali

3 : CC Barrancas

4 : CI Cordillera-Mapocho

5 : CC Estación Central

6 : CI O’Higgins

7 : CI Cerrillos-Maipú

8 : CC San Miguel

9 : CI Vicuña Mackenna

10 : CI Macul

11 : CC La Granja

12 : CI San Joaquín

13 : CC Renca

14 : CI Santa Rosa – gran Avenida

15 : CI Matucana-Mapocho

16 : CC La Florida

17 : CI Santiago Centro

Localisation des campamentos se réclamant du pouvoir populaire

A : Renca (Blanca Vergara – 1er mai – José Toha)

B : Pudahuel (O’Higgins)

C : Av Kennedy (Ho Chi Minh)

D : Las Condes (Fidel – Ernesto – Luciano Cruz)

E : Lo Hermida F : Nueva La Habana (La Florida)

Adapté et corrigé de : Moss R., Chiles’ marxist experiment, op. cit., p. 98 et Magasich J., Pouvoir réel, pouvoir formel, op. cit., p. 199.

Les Commandos communaux et la coordination des classes dominées : entre mythe et réalités

  • 41 Pastrana E. et Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 120-121.
  • 42 Le Cordon Santiago-Centro correspond essentiellement à une coordination des salariés des services e (...)

18Dans le grand Santiago, une vingtaine de comités coordinateurs fonctionnent, tant bien que mal, durant la grève d’octobre et dans les semaines qui suivent41. Parmi eux, plusieurs ne sont pas issus seulement de la classe ouvrière organisée des Cordons industriels. Il y a, dans cette conjoncture, un élément très net qui apparaît : la collaboration de lutte (certes partielle) entre plusieurs composantes des agents sociaux mobilisés. Ainsi, participent des organisations sociales issues des quartiers populaires à quinze de ces comités coordinateurs. Neuf sont composés de manière mixte, quoique sous direction de la classe ouvrière industrielle organisée. Cinq d’entre eux sont exclusivement liés au mouvement pobladores, sans liens avec les syndicats. Un dixième commando est lié fondamentalement à des secteurs d’employés publics du centre-ville (administration, banque) ainsi qu’à des organismes de santé. C’est cette coordination qui fournit la base, quelques mois plus tard, du dénommé « Cordon Santiago Centro42 ». Enfin, les cinq comités coordinateurs restants sont des « Cordons industriels » au sens strict, c’est-à-dire qu’ils sont impulsés territorialement par les syndicats industriels.

  • 43 Chile Hoy, 14 décembre 1972.
  • 44 Selon Fernando Quiroga, responsable de cette zone pour le PS à partir de 1972, ce Cordon n’a pas no (...)

19Aujourd’hui, il demeure difficile d’évaluer le nombre de militants, la qualité exacte des organisations sociales et politiques liées à ces coordinations. Prenons un exemple dans la zone Nord de Santiago. Selon un reportage paru en décembre 1972, l’une des coordinations qui aurait atteint le plus important degré de diversité sociale – et donc de coordination entre les différents groupes sociaux – serait le Comité coordinador de Conchali-Área-Norte. Il est parfois nommé « Cordon Conchali » ou encore « Commando communal Conchali-Área Norte ». Les délégués de celui-ci déclarent représenter 21 organisations sociales, dont 4 issues du mouvement pobladores, 2 syndicats d’entreprises de grande taille, 2 organisations étudiantes, 2 organisations de travailleurs agricoles, le reste provenant de petites entreprises et de divers ateliers43. Malgré son importance – mise en avant par la presse de gauche –, cette donnée est à relativiser. Ce comité ne semble pas avoir une si forte capacité organisatrice. Il n’est d’ailleurs pas resté dans les mémoires militantes et les quelques articles qui le mettent en valeur peinent à donner des exemples concrets de son action. Au cours de l’enquête orale, il est d’ailleurs parfois confondu avec le Cordon Panamericana Norte, situé sur une avenue parallèle (mais qui n’apparaît qu’en 1973)44.

  • 45 Reportage paru dans la revue Punto Final, 21 novembre 1972.
  • 46 Voir le bilan effectué sur la structuration et organisation interne des organismes de pouvoir popul (...)

20Si l’on cherche à évaluer le nombre moyen d’organisations sociales qui participent, même ponctuellement, aux Commandos coordinateurs les plus importants, on peut avancer une moyenne de 10. Ce chiffre paraît baisser par la suite, puisque plusieurs coordinations se maintiennent à l’état de simples tentatives, rapidement avortées45. D’une manière générale, ces essais se traduisent par une multiplicité d’expériences. En fait, il a existé plusieurs types de structurations, impulsées par des dirigeants sociaux locaux et des militants de gauche (essentiellement PS, MIR, MAPU et IC). Ces derniers en prennent souvent la direction, sans que cela soit toujours le fruit d’élections à la base mais plutôt, en général, du fait d’un accord politique au sommet46. De là, le constat – sur lequel nous reviendrons – d’un mouvement social dont l’espace reste très faiblement autonome du champ politique partisan.

  • 47 Ces Commandos communaux ou Coordinations communales (CC) seraient les suivants : CC de Vicuña Macke (...)
  • 48 Cheetham R., Rodriguez A., Rojas G., Rojas J., « Estrategia de Investigación », Comandos urbanos… o (...)
  • 49 Magasich Jorge, op. cit., p. 202.
  • 50 Entretien réalisé à Santiago, le 1er mai 2003.

21Avant d’aborder plus en détail les Cordons industriels, voyons les « Commandos locaux poblacionales », qui durant l’UP sont désignés comme « Commandos communaux ». Selon Sebastián Leiva et Fahra Neghme, rien qu’au niveau du Grand Santiago, on dénombre, entre la crise d’octobre et juin-juillet 1973, plus de 30 Commandos communaux ou coordinations communales47, auxquels il faudrait ajouter 7 Commandos communaux, composés exclusivement de pobladores. Outre les confusions possibles, croire que cet ensemble impressionnant d’organisations est, à cette époque, capable d’articuler territorialement l’ensemble des classes dominées serait tomber dans une vision faussée du pouvoir populaire urbain. Comme le constatent, dès 1973, les sociologues du CIDU dans le bilan de leur enquête de terrain : « Il a été impossible d’établir le nombre exact de Commandos créés à Santiago, du fait qu’un bon nombre d’entre eux ont eu une existence éphémère ou n’ont pas été plus loin que la déclaration des partis48. » Comme l’écrit Jorge Magasich, au sujet des Commandos communaux et de l’union ouvriers/pobladores, « la mystification a été énorme49 ». Cette analyse critique a posteriori est acceptée par d’ex-militants, comme Mario Olivares par exemple50.

  • 51 Chile Hoy, 14 décembre 1972.
  • 52 El Rebelde, 22 décembre 1971.
  • 53 Selon son dirigeant, en 1973, il incorpore les poblaciones Pablo de rokha, La Bandera, O Higgins, (...)
  • 54 La Aurora de Chile, 2 août 1973.
  • 55 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.
  • 56 O’Brien, Allende’s Chile, Santiago, New York, Praeger Publishers, 1976, p. 126-166, et Punto Final, (...)
  • 57 Entretien avec Ibador Castro en 1996 (in Silva M., op. cit., p. 221-222).
  • 58 Selon Christian Desbois, il aurait regroupé jusqu’à 10 000 personnes, chiffre fortement exagéré (De (...)
  • 59 El Rebelde, 7 janvier 1972.

22Le MIR est la principale organisation qui a agité la consigne des Commandos communaux (CC). Nelson Guttiérrez déclare, après la grève d’octobre, qu’ils représentent « les organes embryonnaires d’un pouvoir alternatif51 ». Utilisant leur insertion relativement importante au sein de certains campamentos, les militants miristes ont travaillé, bien avant la grève d’octobre, pour favoriser la mobilisation des pobladores. On a vu l’exemple du campamento Nueva La Habana. Autour de ce campement exemplaire se forme le Commando communal de La Florida. Créé dès la fin 1971, il a par la suite un rôle actif dans la promotion du « pouvoir populaire52 ». Cette coordination est dirigée par Guillermo Farías et regroupe selon lui surtout les habitants du campement Nueva La Habana (environ 10 000 habitants) et San Rafael (18 000 personnes)53. Pour ce militant, « les “Cordons poblacionales” constituent des forces d’appui, intégrées par des hommes, des femmes, des jeunes afin de protéger les Cordons industriels. Ce sont les nouveaux germes du pouvoir populaire destinés à instaurer la société socialiste54 ». Plusieurs témoins – dont Abraham Pérez, membre du directoire de Nueva La Habana – se souviennent effectivement que les militants de Nueva La Habana viennent prêter main-forte au Cordon industriel (CI) voisin55. Autre « ballon d’essai » du MIR en matière de création d’un Commando communal (CC) : le CC de trabajadores Estación Central, dont le président est Juan Olivares (militant MIR). Situé autour de la gare centrale, dans le centre de Santiago, il réunit plusieurs syndicats industriels (entreprises Enafri, Montero, El Agarga, Endesa) aux côtés de JAP, centres de mères, comités de quartiers, CUP, etc56. Ibador Castro, militant du MIR et FTR, se rappelle que les premières réunions destinées à sa formation se déroulent courant septembre 197257. Là encore, il s’agit d’une initiative de quelques militants de gauche (essentiellement du MIR et du PS), qui part de l’usine Enafri. C’est la grève d’octobre qui permet la mise en activité : « Le processus a été de réunir tous les syndicats d’une zone, […] et de ne pas travailler seulement avec les industries. Mais aussi avec les organisations vives du secteur, comme les JAP, les comités de l’Unité populaire qu’il y avait dans l’entreprise, les comités de production aussi. Tous réunis. » Nous pourrions aussi citer une autre coordination que le MIR parvient à diriger, le Commando communal de Barrancas58 ou encore le Commando communal de Las Condes, créé début 1972 et qui développe une praxis forte en ce qui concerne le ravitaillement59.

  • 60 Et, durant la dictature, membre de la direction de ce parti.
  • 61 Selon S. Leiva et F. Neghme, le CC de San Miguel a également des contacts avec des grandes entrepri (...)
  • 62 Entretien réalisé à Santiago, 29 mai 2002.
  • 63 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares en Chile.  (...)

23La création de telles coordinations est aussi l’œuvre d’autres organisations situées à la gauche de l’UP. Sergio Aguilar travaille à Yarur à cette époque et il est dirigeant régional MAPU de la Zone Sud de Santiago60. Il raconte comment il a participé à l’organisation du Commando communal de San Miguel. Ce Commando communal a su intégrer, selon lui, plusieurs organisations sociales du secteur. Ce CC s’est donné comme objectif la réquisition de véhicules afin d’assurer la distribution de marchandises, la surveillance du quartier et le soutien aux entreprises occupées du secteur61. L’objectif, tout d’abord, est de créer des liens entre les classes populaires mobilisées au niveau local, de permettre que s’expriment discussions et solidarités : c’est-à-dire, pour reprendre ses paroles, obtenir « l’articulation de la société que nous appellerons société civile et générer de plus grands canaux de participation ». Par exemple, essayer d’unir les petits syndicats de la chaussure ou du textile de l’avenue Santa Rosa, lors de réunions communes avec les organisations sociales mais aussi les étudiants de la zone. Mais le projet, la perspective politique restent flous. Son témoignage confirme également que ces organisations manquent cruellement d’autonomie par rapport aux partis et au gouvernement. D’ailleurs, pour Sergio Aguilar, le premier objectif des CC est la défense du gouvernement et, surtout, la diffusion de la propagande du MAPU « jusqu’au dernier des habitants62 ». Son témoignage prouve que l’organisation du CC est encore à l’état embryonnaire dans plusieurs endroits. Les CC qui commencent à se former, à la faveur de l’effervescence d’octobre et durant l’année 1973, ont donc du mal à se consolider en tant que réels canaux de participation populaire et, par conséquent, à atteindre ce modèle d’organisation « mobilisateur » défini par les sociologues Pastrana et Duque ou encore cette « logique de rupture » avancée par Vicente Espinoza63.

  • 64 Cheetham R., Rodriguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos…, op. cit., p. 46.
  • 65 Idem, p. 47.

24Malgré toutes leurs limitations, les coordinations se développent au moins le temps de la grève d’octobre, et permettent bien souvent d’aider l’action extra-institutionnelle des JAP les plus radicales, la réquisition de camions, l’autodéfense des quartiers, la coordination du travail volontaire, etc. Durant octobre 1972, l’offensive des « gros » commerçants est énorme (notamment de la chambre de commerce) et ce, à tel point que de violentes représailles sont organisées contre les commerçants qui osent ouvrir leurs commerces (à Viña del Mar, des locaux sont ainsi détruits ou incendiés)64. La réponse de certains CC a été d’organiser des « piquets » de surveillance afin d’appuyer les commerçants non grévistes. Une expérience intéressante est celle d’un commando de pobladores de Santiago qui s’affronte avec la direction d’un supermarché. Dans ce cas, cette lutte lui permet de s’allier avec les petits commerçants qui s’intègrent finalement au Commando en tant que « Front de commerçants patriotiques ». Il y a là un exemple concret d’une alliance sociale possible avec la petite-bourgeoisie sur la base d’une relation de force et de revendications immédiates communes, liées à la sphère de circulation du capital65.

  • 66 Sur la naissance d’un « pouvoir populaire » dans le domaine de la santé voir : Bernauer U., Freitag (...)
  • 67 Joxe A., Le Chili sous Allende, op. cit., p. 178-179.
  • 68 El Rebelde, 23 octobre 1972.
  • 69 Tarea Urgente, 10 août1973.
  • 70 IC. Testimonio Hernán Méry, 22 décembre 1972.
  • 71 Entretien réalisé à Santiago, le 25 janvier 2001.
  • 72 Moreno Roberto (Comisión política del MIR), Consejos comunales de trabajadores y dualidad de poder. (...)

25La distribution de marchandise, le ravitaillement, le transport, l’appui aux usines occupées ne sont pas les seuls domaines d’action de ce mouvement polymorphe. Par exemple, l’une de ces dimensions notables est la « bataille de la santé66 ». Pendant la grève d’octobre, la plupart des médecins et du personnel d’encadrement arrêtent leur travail. Dans ces circonstances, par un intense travail volontaire, étudiants en médecine, travailleurs de base et bénévoles maintiennent le fonctionnement des services d’urgence67. On pourrait multiplier les études de cas. Il est donc exact que la conjoncture d’octobre est un moment où se concrétise une tendance à l’articulation entre la classe ouvrière organisée et le mouvement pobladores. Cette dynamique est perceptible dans tout le pays, bien que l’on ne possède que très peu d’informations sur ce qui se déroule en province. On sait par exemple, que de telles coordinations naissent également à Penco, Tomé, Talcahuano et Chiguayante68. D’autre part, des commandos comme ceux qui naissent au niveau de la conurbation Valparaíso/Viña del Mar, comme les CC « Reñaca Alto » et « Nueva Aurora » pourraient avoir leur origine dans les luttes d’octobre69. Ce type de coordinations ne se formalise pourtant que bien plus tard, dans le courant de l’année 1973. Il ne faut donc pas surestimer cette jonction des classes dominées pour lui donner un aspect organique et massif. Abraham Pérez estime qu’en réalité, il faut même relativiser la puissance d’un CC tel que celui formé autour de Nueva La Habana, pourtant l’un des campamentos les plus organisés de Santiago70. C’est aussi l’avis de Mario Olivares ou de Miguel R ; lui aussi du MIR : « Les Commandos communaux existaient dans la tête des gens, dans la mienne y compris, mais ils n’ont jamais fonctionné réellement71 ! » Ces témoignages correspondent, en partie, aux évaluations critiques et autocritiques de la direction du MIR, effectuées a posteriori72.

  • 73 Tilly et Tarrow définissent la formation d’une coalition comme « l’établissement entre deux, ou plu (...)
  • 74 On a vu que le MIR fait de même puisque, dès 1971, suite à un revirement tactique vers les secteurs (...)
  • 75 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana », op. cit.
  • 76 Sader E., Quevedo S., Algunas consideraciones en turno a las nuevas formas de poder popular en pobl (...)

26En fait, l’unification des secteurs des classes subalternes mobilisés et la formation d’une coalition ou intermédiation entre plusieurs sites de conflit ont du mal à se consolider73. Ce manque d’unité est aussi partiellement le fruit d’une tactique – historique – de l’ensemble de la gauche chilienne qui a toujours considéré les pobladores comme une base d’appui peu fiable74. Parallèlement, à mesure que les revendications les plus urgentes sont partiellement reconnues par le gouvernement, que les campamentos se consolident et se transforment peu à peu en poblaciones, on constate un déclin de la logique de rupture affichée auparavant75. C’est essentiellement après décembre 1972, qu’apparaît clairement une nouvelle « division des tâches au sein du mouvement de masse » entre classe ouvrière et mouvement pobladores : ce dernier se recentre alors sur des revendications davantage spécifiques et limitées76. Cet aspect conjoncturel du phénomène de la désectorisation de l’espace social est d’ailleurs une qualité caractéristique des crises politiques, selon Michel Dobry :

  • 77 Dobry M., Sociologie des crises politiques, op. cit., p 131.

« Il est conjoncturel en ce sens qu’il ne se cristallise pas en des institutions unifiant durablement l’espace social. […] Cette question et cette distinction ne doivent cependant pas conduire à l’idée erronée que les conjonctures fluides ne peuvent en aucun cas donner naissance à des institutions ou des cristallisations institutionnelles originales pouvant éventuellement survivre à une résorption de la fluidité dans laquelle elles sont apparues77. »

27Et c’est précisément dans certaines ceintures industrielles du pays, et autour de la classe ouvrière organisée, que naissent les principaux germes de pouvoir populaire constituant du pays, des formations qui survivent par la suite à la fin de la crise d’octobre.

Les réponses de la base : l’auto-organisation ouvrière

La formation de nouveaux Cordons pour soi

28Parmi les multiples comités coordinateurs qui naissent durant « l’Octobre rouge », quelques-uns deviennent effectivement des Cordons industriels (CI), c’est-à-dire qu’ils tentent d’organiser territorialement la classe ouvrière et qu’ils sont dirigés essentiellement par des dirigeants syndicaux. Pourtant, très peu seulement semblent parvenir à fonctionner réellement. Au niveau du grand Santiago (voir la carte n° 6), ce sont seulement quatre ou cinq Cordons qui animent ce mouvement et non plusieurs dizaines comme cela a pu être parfois écrit : le CI Cerrillos-Maipú, le CI Vicuña Mackenna, auxquels on peut ajouter les CI O’Higgins et Macul.

  • 78 Auquel on peut ajouter le CI San Joaquín, qui est en fait une excroissance du Vicuña Mackenna autou (...)
  • 79 De Frente, 6 juillet 1973.
  • 80 Bilan effectué sur la base de la revue de presse de la période, des travaux existants et confirmé l (...)
  • 81 Trinchera, 29 novembre 1972.
  • 82 Magasich J., Pouvoir formel et pouvoir réel au Chili, op. cit., p. 189.
  • 83 Entretien téléphonique réalisé depuis la France, le 25 juillet 2005.

29On a vu qu’au-delà du mythe de dizaines de milliers de travailleurs répondant à ses appels, le CI Cerrillos-Maipú coordonne réellement une trentaine d’entreprises et mobilise quelques milliers de personnes lors de ses plus grandes manifestations (voir chapitre iii, partie II). En ce qui concerne le CI Vicuña Mackenna, son dirigeant socialiste, l’ouvrier métallurgiste Armando Cruces parle de 5 à 7 000 salariés mobilisés78. En ce qui concerne le CI O’Higgins, Sergio Chávez, salarié de Indugas et militant PS, estime qu’il y aurait 5 000 personnes mobilisées dans le Cordon à la mi-197379. Viennent ensuite par ordre d’importance la coordination de Conchali-Área Norte, le CI Macul, auxquels on peut ajouter le Cordon Santa Rosa – Gran Avenida (qui esquisse un timide essai de coordination en octobre et apparaît de nouveau en juin 1973)80. Dans son bilan sur la grève d’octobre, tout en soulignant l’importance de ce phénomène, le département syndical du PS (DENAS) reconnaît, indirectement, le caractère limité des formes de coordinations ouvrières81. En se basant sur la revue de presse de cette période et aussi en analysant les événements de la fin juin 1973 sur lesquels nous reviendrons, on peut néanmoins avancer quelques chiffres. Il est possible d’estimer à environ 30 000 personnes, le nombre de salariés et militants qui s’identifient à l’action collective des CI dans le grand Santiago, alors qu’au niveau national et toutes provinces confondues, ce chiffre doit être de plus du double (Jorge Magasich avance une hypothèse « haute » avec un total de 100 000 personnes82). Mais la plupart du temps, ce ne sont que quelques dizaines de personnes qui participent aux assemblées des Cordons et discutent de leurs orientations. À titre d’exemple, Eugenio Cantillana, président du CI Macul, décrit des réunions regroupant 100 à 150 personnes maximum dans les locaux du syndicat de l’usine Rettig83.

  • 84 Entretien téléphonique réalisé depuis la France, le 25 juillet 2005.
  • 85 Entretien de R. Quezada en 1995 (Silva M., op. cit., p. 226).
  • 86 Punto Final, 7 novembre 1972.
  • 87 El Rebelde, 30 octobre 1972 et 20 novembre 1972.
  • 88 Voir le témoignage d’Arturo Martínez, dirigeant d’Alusa et délégué du Cordon (De Frente, 10 août 19 (...)
  • 89 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.
  • 90 La Aurora de Chile, 25 octobre 1972.
  • 91 La Aurora de Chile, 2 novembre 1972.
  • 92 Ici encore, les dangers d’extrapolation sont importants entre « Cordon en soi » (environ 350 entrep (...)
  • 93 Entretien avec Mario Olivares (in Silva M., op. cit., p. 219-220).

30Comme cela a été expliqué à propos de Cerrillos-Maipú, si la conjoncture d’octobre 1972 accélère la tendance à l’organisation territoriale des travailleurs, ce sont de multiples facteurs historiques qui entrent en jeu dans la formation de chaque Cordon. On peut noter cependant que plusieurs esquisses de coordinations ont précédé octobre 1972 dans chacun des CI. Par exemple, le Cordon Macul a des origines plus anciennes, puisque dans cette commune un « Commando coordinateur de Macul » (COCOMA) est organisé durant l’année 1969, avec comme objectif d’appuyer le mouvement étudiant et de l’unir aux ouvriers et pobladores. Eugenio Cantillana, dirigeant syndical de Rittig et militant maoïste du PCR et Manuel Valdivieso, lui aussi dirigeant syndical textile (usine Pichara) et membre du PCR sont à la tête de ce mouvement84. Rigoberto Quezada, militant socialiste et administrateur du monopole textile SUMAR Poliester dans la zone du Commando communal San Miguel (déjà cité), se souvient des tendances « naturelles » à la coordination entre syndicats. Selon lui, l’idée d’un Cordon daterait de l’année 196885. À Vicuña Mackenna, une sorte d’Union des syndicats existe aussi avant octobre 197286. La décennie des années soixante a bien été celle d’une maturation, qui explique le surgissement des Cordons industriels à la mi-1972. En fait, le surgissement des CI correspond surtout au fait qu’une fraction minoritaire des salariés organisés perçoit, dans la conjoncture d’octobre, le potentiel mobilisateur que représentent de telles coordinations territoriales. Les salariés et militants de la coordination de Conchali, le 13 octobre, occupent ainsi l’avenue Independencia et mobilisent les industries de toute la commune afin d’exiger la liberté pour les dirigeants arrêtés de l’usine BATA et affirmer le refus du retour de l’entreprise Deva dans les mains de ses propriétaires87. En ce qui concerne le CI Vicuña Mackenna, c’est de l’usine Cristalerias de Chile qu’est venue l’initiative88. Bien sûr, dans ces entreprises, ce n’est pas l’ensemble des salariés qui participent au CI mais plus souvent une minorité active de syndicalistes, de militants de gauche. En ce qui concerne Cristalerias de Chile, José Moya se souvient qu’il s’agit d’un bastion du MIR, mais que, malgré un fort contingent FTR, le président du syndicat industriel, également miriste, « jamais, n’a réussi à ce que l’ensemble de l’entreprise le suive au Cordon89 ». Pour le Cordon Vicuña Mackenna, l’occupation de l’usine Elecmetal est l’un des éléments de cristallisation. Elecmetal est une industrie liée à un groupe financier dominé par des « grandes familles » de la bourgeoisie chilienne et surtout les Matte-Alessandri. Il s’agit d’une usine ultramoderne pour cette époque : 180 ouvriers et 120 employés y produisent matériaux et pièces de rechange pour les grandes mines de cuivre. Selon un reportage effectué par le journal La Aurora de Chile, la direction de l’entreprise essaie de paralyser la production, si bien que le 19 octobre à 21 heures, l’usine est occupée. Cette décision est prise « après avoir informé de tous les problèmes les travailleurs, lesquels votèrent à l’unanimité en faveur de l’occupation », bien que seulement les deux tiers d’entre eux soient favorables au passage à l’Aire sociale90. Cette occupation provoque la réaction prévisible des propriétaires qui tentent le 23 octobre, dans la nuit, de reprendre par la force l’entreprise. L’attitude combative des salariés restés à l’intérieur et la solidarité du Cordon empêchent finalement cette tentative et l’usine est bientôt nationalisée, alors qu’un administrateur public est désigné91. Se coordonnent alors entre 30 et 40 usines (et non 350, comme le déclare le président du Cordon, Armando Cruces, à la presse argentine92 !). Les témoignages de Carlos Mújica (Alusa), Mario Olivares (Muebles Easton), José Moya (IRT) confirment l’importance de ce Cordon industriel. Selon M. Olivares, les premières réunions se déroulent dans le syndicat d’Elecmetal avec la présence d’une trentaine de syndicalistes, essentiellement liés au MIR et au PS. La mise en place de cette coordination crée immédiatement une division au sein des militants de gauche de son entreprise, Muebles Easton, avec d’un côté le PC et de l’autre le MIR et le PS : « Plusieurs fois, nous avons terminé à coups-de-poing, discutant nos positions. Mais bon, c’est ça la démocratie93… »

  • 94 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 238.
  • 95 Tarea Urgente, 23 juin 1973.
  • 96 Trinchera, n° 2, décembre 1972.
  • 97 Voir le témoignage de T. Inostroza (recueilli à Santiago, le 4 juillet 2002) et Tarea Urgente, 3 ao (...)
  • 98 El Mercurio, 6 octobre 1972.

31En ce qui concerne le Cordon O’Higgins, sa tête de proue est l’usine ex-Yarur, ou plus exactement certains militants de la gauche de l’UP et du FTR de cette usine, tels que Armando Carrera (gauche du PS). Car ici comme dans tout le pays, une forte proportion d’ouvriers militants PC et DC s’opposent farouchement à l’idée du cordon. Yarur (nationalisée) a dès avant octobre un rôle d’appui aux autres petites fabriques alentour94. Une autre entreprise active du CI O’Higgins est l’entreprise Salfa (importation de matériel agricole – voir l’illustration 3b). Octobre signifie – selon les mots d’un dirigeant syndical – « un combat décisif », puisque l’usine est occupée et continue à produire sous contrôle ouvrier. Un interventor est nommé et c’est un jeune dirigeant de l’usine, Gabriel Loza, qui s’affirme par la suite comme l’un des fondateurs de la coordination du Cordon. Peu à peu, le CI essaie de coordonner plusieurs autres entreprises du secteur95. La première tâche que se fixent les militants est la défense de l’occupation des usines Indugas et Salfa, mais ils envisagent aussi l’organisation d’une coopérative de consommateurs ou encore l’organisation d’un championnat de football des Cordons (sic)96 ! Le « Cordon rouge de Macul » est situé dans la commune de Nuñoa, secteur qui se caractérise par la présence d’une soixantaine d’entreprises moyennes et petites. Les plus importantes sont celles de Pollack, Paños Continental, Rittig et Supertex97. Le CI Cerrillos-Maipú lui aussi se mobilise et retrouve une capacité de réaction qu’il semblait avoir perdu. On a vu que, durant la première semaine d’octobre, il parvient à déplacer plusieurs milliers de salariés qui défilent dans le centre de Santiago, afin de demander le passage à l’APS de l’usine Bata y Calvo98. Le 17 octobre, une assemblée de salariés et syndicalistes de plusieurs usines de la zone met en avant plusieurs tâches concrètes (avec un fort accent mis sur le ravitaillement de la population) : renforcement du pouvoir des JAP et connexion de celle-ci avec la DINAC, réquisitions des commerces fermés et protection de ceux qui sont ouverts… D’autre part, le défi est également de réussir à faire avancer les formes de participation dans les industries tout en maintenant la production (qu’il s’agisse du secteur privé ou public).

Illustration 3b – Devanture de l’usine Salfa (Cordon O’Higgins).

Illustration 3b – Devanture de l’usine Salfa (Cordon O’Higgins).

La Aurora de Chile, Santiago, n° 30, 5 juillet 1973.

  • 99 PCC, Suplemento del boletín informativo del Comité Central del Partido Comunista de Chile, 1er nove (...)
  • 100 Ce qui aboutit à la formation des campamentos Lenin, Esfuerzo Unido et San Miguel.
  • 101 Entretien avec Sixto Iturra réalisé en 1979, par Magasich Jorge, op. cit., p. 133-134.
  • 102 Trinchera, 29 novembre 1972.
  • 103 El Combate, Valparaíso, n° 1, novembre 1972.

32Cette tendance concerne avant tout la capitale, pourtant elle existe aussi partiellement en province. Plusieurs villes connaissent une dynamique similaire, quoiqu’à échelle beaucoup plus réduite. Comme nous l’avons déjà mentionné, Arica, à la frontière du Pérou et où se trouve une forte concentration d’industries électroniques, connaît un début de Cordon industriel. D’ailleurs, un bulletin du comité central du PC mentionne cette expérience comme l’une des plus dignes d’attention dans un bilan sur la grève d’octobre. Ce document constate que « douze industries à Arica, dont les patrons ont essayé de les paralyser, ont été occupées et mises en fonctionnement par leurs travailleurs, puis réquisitionnées ensuite par le gouvernement99 ». À l’autre extrême du Chili, à Punta Arenas, en pleine Patagonie, c’est autour de la grande entreprise de production de laine, Lanera Austral, que s’organise la résistance. Mais surtout, c’est Concepción, seconde ville du pays, qui suit le chemin organisationnel de Santiago. Là encore, on peut constater un passé de luttes au sein de la grande concentration industrielle de Hualpencillo, près de Huachipato. En 1969, se multiplient les occupations de terrains. Les mobilisations pour l’eau ou le logement sont soutenues par les syndicats de la zone. La synergie ouvriers/pobladores est facilitée, les contacts établis100. Le grand port de Talcahuano est aussi un secteur combatif, dont les salariés n’hésitent pas à faire pression sur la CUT et les partis de gauche101. Le Cordon du secteur de la pêche de Talcahuano cherche à se formaliser, son assemblée constituante ne s’effectue qu’après octobre, le jeudi 2 novembre dans le local du syndicat de Ebner102. Les deux coordinations formeront bientôt le « CI industriel et de la pêche » Talcahuano. D’autre part, dans le port de Valparaíso, le seul port de grande taille proche de la capitale et dans la ville balnéaire voisine, Viña del Mar, des CI sont également initiés. Ici, c’est la CUT provinciale aux mains du PS qui émet une déclaration – le 19 octobre – et appelle à constituer immédiatement sept grands Cordons industriels, classés par secteurs géographiques, en précisant leur composition, structure et fonction. Les Cordons sont à cette occasion définis comme « des organismes de défense de la classe » et des organes « d’information, d’appui interne, de mobilisation effective et de coordination avec la CUT ». On y trouve dans ce cas précis aussi bien les bureaux de la fonction publique, les banques que les entreprises de la zone103. Plusieurs autres Cordons, comme nous le verrons, ne prennent corps que l’année suivante et ce pour seulement quelques semaines d’existence avant le coup d’État.

33Plus largement, ce qu’il convient maintenant de déterminer est de savoir, dans quelle mesure, ces Cordons en formation ont effectivement réussi à maintenir la production et établir le contrôle ouvrier. Comment ont-ils pu assurer le ravitaillement et la surveillance des usines ? De quelle manière ont-ils su – ou pas – appuyer la praxis du ravitaillement direct dans les quartiers populaires ?

Les Cordons industriels et la production

34Carmen Silva, qui milite entre le CI Cerrillos et Vicuña Mackenna insiste sur l’ébullition qui traverse alors la société pendant octobre 1972. Si on en croit son témoignage, le degré d’organisation acquis au sein des Cordons (en l’absence de toute planification préalable) est spectaculaire :

  • 104 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

« Cela a été une chose merveilleuse ! Presque toutes les usines de Santiago fonctionnant sans patrons ! Les ouvriers mettant en marche les choses les plus sophistiquées, dessinant des chaussures, vendant les produits au marché. Pour ma part, j’ai eu à organiser la mobilisation, faire une liste des camions, industries par industries afin d’amener les produits, voir combien d’ouvriers il y avait dans les usines et aller les chercher et les ramener, nous allions avec les éboueurs chercher du Gaz à Maipú et nous l’amenions à tout Santiago, les étudiants allaient à la gare chercher les légumes et les distribuaient dans les quartiers, il y avait de tout104. »

35Assurément, la résistance ouvrière à la grève d’octobre provient tout d’abord des grandes entreprises de l’Aire sociale. Au niveau de l’entreprise Sumar-Algodón, Juan Alarcón se rappelle :

  • 105 Entretien réalisé à Santiago, le 11 juin 2002.

« L’entreprise était un monopole, il n’y avait pas de problème, nous étions préparés. […] Durant une grève de camionneurs, où ils arrêtent les bus et tout type de moyens de locomotion, les gens arrivaient en retard ou même peut-être n’arrivaient pas à leur poste de travail. Mais l’entreprise ne s’est jamais arrêtée, nous avons toujours produit105. »

36Neftali Zuñiga, ouvrier communiste et administrateur de Pollak, témoigne dans le même sens et insiste sur la dimension épique de cette résistance des travailleurs :

  • 106 Entretien réalisé à Santiago, le 29 mars 2002.

« Nous, nous avons eu 6 personnes absentes, pas plus, tout le monde venait travailler. De Renca, de Puente Alto, de San Bernardo, ils venaient travailler, ils faisaient leur journée et rentraient chez eux. Nous, nous nous arrangions pour leur procurer une bonne alimentation, afin de pouvoir venir en marchant à 5 heures du matin, pour arriver ici à 8 heures106. »

37Les salariés de ce secteur, au-delà des clivages politiques, parviennent ainsi à maintenir la production en faisant fonctionner les usines de l’APS.

  • 107 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 238.
  • 108 Outre les fascistes de Patria y Libertad, la bourgeoisie urbaine met en place des milices paramilit (...)

38Dans le CI O’Higgins, les salariés d’ex-Yarur se battent également pour continuer à produire. Ils stimulent les solidarités avec les petites et moyennes entreprises, facilitent la réparation de véhicules endommagés par le sabotage et prêtent leur immense garage pour protéger les camions du Cordon. Le degré d’organisation de Yarur est aussi démontré par l’action de ses brigades d’autodéfense. Selon Peter Winn, qui en a été le témoin, Yarur est capable de mobiliser en seulement quelques minutes plus de 1 000 ouvriers armés de bâtons de combat (seulement), afin de sécuriser l’usine en cas d’assaut. L’une de ces brigades joue d’ailleurs les groupes de choc pour défendre un local de l’UP menacé par les bandes de Patria y Libertad107. Car dans toutes les ceintures industrielles du pays, le mouvement ouvrier doit aussi combattre des bandes armées et bien structurées, financées par le grand patronat, qui essayent d’empêcher toute résistance à la paralysie du pays108. Les témoignages abondent sur de tels affrontements et la revue Punto Final publie en novembre, une liste impressionnante de tous les attentats qui se sont déroulés durant le mois précédent. Tomás Inostroza se rappelle que toute sortie dans la rue nécessite un minimum de préparation défensive, au moyen du maniement de nunchakus, bâtons longs, voire quelques pistolets.

39Le CI joue un rôle important d’appui aux mobilisations. Comme en témoigne Luís Ahumada, militant PS du secteur régional « centre de Santiago » et activiste au sein du CI Vicuña Mackenna :

  • 109 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.

« Je pense que le plus important de ce que nous avons impulsé à travers les Cordons a été la solidarité, de mur à mur, d’usines à usines. Cette solidarité, qui était “innée” chez les ouvriers, nous avons contribué à ce qu’elle se manifeste en termes concrets : une usine se solidarisait avec les luttes d’une autre usine voisine, pas comme avant où une entreprise était en conflit et les industries alentour n’en avaient parfois même pas idée. Nous avons contribué à matérialiser cette solidarité d’ouvrier à ouvrier. Et comme les Cordons ont réussi à obtenir une expression populaire assez large, ils sont devenus par la suite une référence parmi la population du secteur, de telle manière que quand il y avait une entreprise en conflit, elle recevait aussi la solidarité des organisations sociales des alentours109. »

40C’est aussi l’avis de Mario Olivares :

  • 110 Entretien réalisé à Santiago, 1er mai 2002. Il est possible qu’il y ait dans ce témoignage une conf (...)

« Armés avec des armes de poing, nous sortions exproprier les bus et nous les amenions à l’intérieur des entreprises, qui étaient aux mains des travailleurs ; et de cette manière, nous garantissions que la production ne s’arrête pas, nous allions chercher les travailleurs et les ramenions sur leur lieu de travail110. »

  • 111 Entretien réalisé à Iquique, le 6 novembre 2001. Voir aussi Henriquez Guaico R., Cordón Cerrillos M (...)
  • 112 Chile Hoy, 27 novembre 1972.
  • 113 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores, op. cit., p. 34.

41Comment le CI Cerrillos-Maipú s’est-il, quant à lui, mobilisé ? Hernán Ortega, alors président du Cordon, qualifie les assemblées du CI réalisées pendant octobre comme « historiques111 ». Au tout début de la grève, les mobilisations du Cordon parviennent à imposer l’intervention d’entreprises comme Salinas, Cic et Codina. À Cic, les salariés maintiennent la production, malgré la désertion d’une partie de l’encadrement technique, alors qu’à Indura, les ouvriers obligent les techniciens à rester (sous la menace de les licencier)112. Selon l’enquête de terrain de l’équipe d’Eder Sader, Cic fonctionne réellement durant quelques jours sous contrôle ouvrier. C’est aussi le cas de quelques entreprises telles que Insa (pneumatiques), Sindelen ou Fensa. Tout comme Cic, Desco et American Screw après avoir été occupées, sont réquisitionnées par le gouvernement. Dans plusieurs usines du secteur, le CI Cerrillos-Maipú facilite l’installation de comités de surveillance et de comités de production dans les usines privées113.

  • 114 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2002.
  • 115 Entretien réalisé à Santiago, 29 mars 2002.
  • 116 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

42Parallèlement, dans tout Santiago et quelques grandes villes, plusieurs petites entreprises dynamiques, abandonnées par leur patron, essaient elles aussi de réorganiser la production, le ravitaillement, la défense des usines. Indéniablement, pendant « l’Octobre rouge » chilien, alors que se multiplient les occupations et, dans certaines usines, des formes timides de contrôle ouvrier, plusieurs des fondements de l’accumulation du capital et de la propriété privée des moyens de production sont remis en cause, transitoirement. L’aliénation et la réification que représente jusqu’alors le travail salarié, la séparation entre le travailleur et l’objet de son travail, la création de la plus-value, tout ceci est largement questionné. L’action essentielle des CI durant octobre 1972 est d’appuyer, de l’extérieur, les occupations, faciliter le transport des travailleurs, organiser des brigades faiblement armées, capables de réquisitionner quelques bus ou commerces fermés et surtout informer et faire se rencontrer les dirigeants syndicaux. À aucun moment, ils n’interviennent en tant que Cordons dans la gestion de la production. Selon Fernando Quiroga, il serait complètement erroné de croire que tous les travailleurs se sont mobilisés contre la grève patronale, même au sein du CI Cerrillos. Il souligne au contraire que la mobilisation a été insuffisante et qu’une minorité seulement s’auto-organise et « freine la grève114 ». Et pour Neftali Zuñiga, non seulement les CI ne jouèrent pas ce qui aurait dû être leur rôle (c’est-à-dire celui du contrôle de la production), mais au contraire, selon ce syndicaliste communiste, ils contribuèrent à « troubler » le bon fonctionnement des entreprises, en multipliant les appels aux marches et autres manifestations115. On pourra objecter que ces opinions sont celles de militants qui se sont montrés hostiles à l’idée des Cordons. Cependant, même des militants MIR de Cerrillos, favorables aux Cordons, reconnaissent que leur capacité de réponse en termes de contrôle de la production reste très faible116.

Les Cordons industriels et la bataille pour la distribution

  • 117 Manifiesto de los trabajadores socialistas, Para avanzar hay que destruir el poder burgués, Santiag (...)
  • 118 Soprole fait partie de la liste des 91 entreprises « nationalisables » et c’est le dirigeant syndic (...)
  • 119 Punto Final, 7 novembre 1972.
  • 120 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 237-238.
  • 121 Chile Hoy, 27 novembre 1972.

43Dans l’appel de plusieurs dizaines de dirigeants syndicalistes socialistes, paru en octobre 1972 et déjà cité, il est écrit : « Les Commandos communaux au travers des JAP doivent se convertir en organismes de contrôle de la distribution et du ravitaillement117. » Ce tract demande de suivre la voie d’entreprises des CI telles que Yarur, Fensa, Fabrilana et Comandari qui ont su mettre en place un système de vente directe de leur production. En effet, la résistance ouvrière concerne aussi la distribution et la commercialisation des produits. L’interrogation au sein des usines est la suivante : à qui va-t-on distribuer ? Et comment, si l’ensemble des transports sont bloqués et les commerces fermés ? La réponse vient, une nouvelle fois, de l’inventivité militante et de diverses formes d’auto organisation. Dès le troisième jour de la grève patronale, les ouvriers de Soprole (CI Vicuña Mackenna) occupent l’entreprise afin de maintenir la distribution du lait. En collaboration avec des organismes étatiques, la production est augmentée et le lait distribué, alors que le 18 octobre, l’usine est nationalisée118. À l’usine ex-Yarur, une assemblée des travailleurs décide de ne pas fournir de tissu aux commerçants partisans de la grève patronale et de les rayer de la liste des clients de l’entreprise. Les travailleurs de Paños Continental, Pollak et Fanaloza agissent de même119. Parallèlement, il est décidé de vendre directement le quota de tissu auquel ont droit les salariés aux pobladores et aux paysans de la zone120. Dans le CI San Joaquín, des comités de salariés de l’usine Sumar réquisitionnent des camions pour organiser la distribution à San Miguel121.

  • 122 Trinchera, 29 novembre 1972. Faits confirmés par le témoignage de Carmen Silva, déjà cité.
  • 123 Silva M., Los Cordones industriales…, op. cit., p. 267.
  • 124 Trinchera, 29 novembre 1972. Faits confirmés par le témoignage de Carmen Silva, déjà cité.
  • 125 Chile Hoy, 27 novembre 1972.
  • 126 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

44Aussi, le Cordon Vicuña Mackenna organise une Feria Popular tous les dimanches. Plusieurs entreprises viennent vendre directement leur production à la population. À la fin octobre, les acheteurs de ce marché autogéré dépassent les 600 personnes par jour122. Selon Mario Olivares, toutes les entreprises présentes vendent quasiment à prix coûtant leurs articles123. Autre exemple, les ouvriers de Fensa, de Mademsa et d’autres usines de produits de la ligne blanche décident de vendre de manière directe, en ouvrant leurs entrepôts et distribuant leurs produits par le biais des syndicats, centres de mères et comités de quartiers. Les salariés de plusieurs usines textiles font de même avec le tissu, créant de nouveaux postes de vente. Quant aux ouvriers du monopole de gaz domestique, Gasco, avec l’aide du Cordon Cerrillos, ils utilisent les camions pour organiser des journées de travail volontaire (charge, décharge et répartition des bouteilles de gaz) sous protection du mouvement pobladores organisé124. À Maipú, la distribution réalisée par la DIRINCO se limite aux stricts principes de la distribution bureaucratique et du contrôle policier de longues files d’attente devant les rares commerces ouverts. Ainsi, ce sont les mobilisations des travailleurs de Perlak, Fensa, Indura, Fantuzzi et Insa qui ouvrent les commerces et exproprient les camions paralysés. Par la suite, comme à Vicuña Mackenna, un marché populaire est organisé, grâce aux industries de Fantuzzi et Perlak (conserveries). Dans la première, on organise la distribution de nourriture et dans la seconde, c’est une soupe spéciale pour les enfants qui est imaginée125. Javier Bertín et Guillermo Rodríguez se souviennent des nouvelles rations de poulet produites et distribuées aux familles grâce à Perlak ou encore, cette fois pour ce qui est du champ politico-militaire, une entreprise comme Silleros, commence à élaborer la construction de casques pour les combats de rue et des pièces de grenades. Ce projet est stoppé par le coup d’État126

  • 127 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores, op. cit., p. 35.
  • 128 Silva M., Los Cordones industriales…, op. cit., p. 268.
  • 129 C’est Tomás Inostroza qui prend la responsabilité de « cette violation de propriété privée » (voir (...)

45D’autre part, en collaboration avec les paysans de Melipilla, des produits frais et des conserves sont directement acheminés aux quartiers populaires de la zone. Chaque usine de denrées essentielles amène sa production (tel Polycron qui distribue du papier hygiénique). Le CI a comme projet d’organiser une feria popular de plus grande envergure dans le centre de la commune. Mais le maire (DC), aidé des commerçants et d’une bande de « gros bras », fait échouer – par la force – cette initiative127. Malgré tout, plusieurs industries de Maipú continuent à distribuer leurs produits directement. Une seconde Feria est aussi prévue par le Cordon Cerrillos. Cependant, la fin de la grève et la normalisation civilo-militaire coupent court à ce type de velléités. En ce qui concerne le centre-ville, une industrie textile comme Montero qui appartient au Cordon Estación Central, travaille directement avec les JAP du secteur. Souvent, le cordon travaille avec les femmes des salariés de l’usine, qui sont membres actifs des JAP locales128. À Macul, le CI fait pression sur les commerces fermés et les ouvre (violemment si nécessaire), tel le supermarché Almac dans la población Santa Julia : une fois les chaînes rompues, le supermarché passe sous le contrôle du comité de pobladores et du comité de quartier présents129. Le film-documentaire de Patricio Guzman montre bien la vigueur des mesures de distribution prises par les CI de Santiago.

  • 130 Silva M., Los Cordones industriales…, op. cit., p. 267.

46Une autre dimension de ces échanges est le troc, organisé par les salariés de l’APS. Ce système existe entre les entreprises de l’APS – on échange par exemple des pneumatiques contre des conserves ou un réfrigérateur – et aussi, des salariés de l’Aire sociale vers la population alentour. Teresa Quiroz se souvient que ces formes de distribution alternatives se développent largement du fait de la pénurie. Et que, dans certains Cordons, se met en place un échange direct entre des paysans qui viennent échanger leurs produits frais contre des articles issus de l’industrie. De plus, des « économats », sortes de petites coopératives internes aux entreprises, sont installés. Prenons l’exemple d’ALUSA dans le Cordon Vicuña Mackenna : des denrées de base sont achetées comme le sucre qui vient de Valparaíso, le thé ou encore plusieurs milliers de kilos de pâtes à l’entreprise Luchetti voisine ; le tout est ensuite revendu très bon marché parmi les salariés130.

  • 131 Carta Informativa, n° 3, janvier 1973.
  • 132 Entretien réalisé à Santiago, le 11 juin 2002.
  • 133 La Aurora de Chile, 19 avril 1973 et Chile Hoy, n° 48, mai 1973.

47L’ensemble de ces pratiques permet de combattre ponctuellement la pénurie dans les quartiers qui ont la chance d’avoir d’importantes industries de l’APS ou encore une coordination qui fonctionne réellement. Pourtant, en l’absence d’une planification nationale et d’un contrôle démocratique à tous les échelons, ces formes de ravitaillement montrent aussi leurs limites. Tout d’abord, ce sont presque uniquement les entreprises du domaine nationalisé qui ont la capacité pour s’organiser de cette manière. Et si on en croit les chiffres fournis par une commission d’enquête de la chambre de députés, certains travailleurs et dirigeants syndicaux profitent réellement de cette aubaine pour augmenter leurs revenus et spéculer131. Juan Alarcón reconnaît qu’il y a eu effectivement certains « profiteurs » de cette espèce et qu’il a fallu les combattre132. D’ailleurs, les partis de gauche eux-mêmes critiquent ces abus puisque cela tend à accentuer les différenciations au sein de la classe ouvrière et accroît les privilèges des salariés de l’APS par rapport à la grande majorité. On assiste ainsi davantage à des expériences, extrêmement riches mais partielles, qui ont du mal à se structurer. Ces initiatives démontrent toutes les potentialités des Cordons industriels s’ils étaient parvenus à tisser des liens solides avec les communautés alentour, en particulier avec les pobladores, les paysans et à intégrer plus fortement le prolétariat du secteur privé. Parmi les essais de rapprochement entre le mouvement paysan et les Cordons industriels, on peut citer la rencontre qui est organisée, en avril 1973, entre des dirigeants du Cordon Cerrillos-Maipú et le Conseil communal paysan de Cautín133. Pourtant, si l’on en croit le récit qu’en fait La Aurora de Chile, il semble que peu de mesures concrètes aient été décidées à cette occasion.

Notes

1 Chiffres cités par Garcès Juan dans Allende y la experiencia chilena, op. cit., p. 194-195.

2 Voir le témoignage de Teresa Quiroz (réalisé à Santiago, le 18 mars 2002).

3 C’est l’idée avancée par l’historien Hugo Cancino ou par Ingrid Seguel-Boccara dans son étude des « passions politiques » chiliennes (Seguel-Boccara I., Les passions politiques au Chili durant l’Unité populaire [1970-1973] : un essai d’analyse systémique, Paris, L’Harmattan, 1997).

4 El Mercurio, 5 octobre 1972.

5 El Siglo, 23 septembre 1972.

6 El Mercurio, 8 octobre 1972.

7 Mattelart A., « La bourgeoisie à l’école de Lénine », Politique aujourd’hui, Paris, janvier-février 1974.

8 Senado de los Estados Unidos, Acción encubierta en Chile 1963-1973, op. cit.

9 Le secteur privé contrôle 30 000 camions contre seulement 17 000 appartenant au domaine public.

10 Samaniego A., « Octubre el rojo : fulgor y agonía de la unidad de los trabajadores », Contribuciones científicas y tecnológicas, Santiago, USACH, Área ciencias sociales y humanidades, n° 130, avril 2002, p. 1-22.

11 El Mercurio, 13 octobre 1972.

12 El Mercurio, 14 octobre 1972.

13 El Mercurio du 19 et 20 octobre publie la liste de l’ensemble des organisations sociales qui particpent à la paralysie.

14 El Mercurio, 13 octobre 1972.

15 Entretien réalisé à Santiago, 22 février 2003.

16 Concept tiré de l’analyse de la grève d’octobre par un groupe de sociologues de l’université catholique de Santiago (Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos : alternativa de poder socialista, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, Documento de trabajo n° 65, mars 1973).

17 Dobry M., Sociologies des crises politiques, op. cit., p. 127.

18 Comité central del PCC, Suplemento del boletín informativo del Comité Central del Partido Comunista de Chile, Santiago, 1er novembre 1972.

19 El Combate, Valparaíso, n° 1, novembre 1972.

20 Comité central del PCC, Suplemento del boletín informativo del Comité Central del Partido Comunista de Chile, Santiago, 1er novembre 1972.

21 PS y PC, Propósitos de ofensiva política, Santiago, octobre 1972 (in V. Farías, op. cit., t. V, p. 3306-3312).

22 MIR, Frente al paro nacional, Santiago, 18 octobre 1972 (Documentos Internos – 1972).

23 Martínez G., Instantes de decisiones : Chile 1972-1973, México, Gribaljo, 1998, p. 61.

24 Cancino H., La problemática del poder popular…, op. cit., p. 288-289.

25 C’est le cas de Jorge Magasich (op. cit., p. 135).

26 CUT, Resolución del plenario, Santiago, 21 octobre 1972 (Chile Hoy, 27 octobre 1972).

27 Cf. sa thèse de doctorat sur Les stratégies syndicales de la « Centrale Unique des travailleurs » (op. cit.).

28 Entretien réalisé à Iquique, novembre 2001.

29 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. cit., p. 34.

30 Najman M., Le Chili est proche, op. cit., p. 19. A. Samaniego, quant à lui, parle d’une centaine d’entreprises intégrées durant octobre 1972 (« Octubre al rojo », op. cit.).

31 Tilly C., Tarrow S., Politique(s) du conflit, op. cit, p. 351-353.

32 Dobry M., Sociologies des crises politiques, op. cit.

33 M. Harnecker parle de cent coordinations (Chile Hoy, 14 décembre 1972). Ces chiffres ont été repris par la plupart des auteurs. Pourtant, si on en croit des documents internes du MIR, assez fiables car non destinés à la propagande, il y aurait 52 comités coordinateurs dans tout le pays : MIR, Informe de la comisión política al Comité Central restringido sobre la crisis de Octubre y nuestra política electoral, Santiago, 3 novembre 1972 (Documentos Internos – 1972).

34 Chile Hoy, 27 octobre 1972 et Samaniego A., « Octubre al rojo », op. cit.

35 Silva A. et Santa Lucia P., « Les Cordons industriels : une expression de pouvoir populaire au Chili », Les Temps Modernes, Paris, janvier 1975, p. 675 à 847. Cette définition correspond à celle qu’effectuait par exemple le département syndical du PS (Trinchera, n° 2, décembre 1972).

36 Enquête menée auprès de 13 de ces coordinations territoriales à Valparaíso et Santiago (Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos, op. cit.).

37 Voir le compte rendu interne de la commission syndicale nationale du MIR : Octubre. Comités Coordinadores y poder dual, Santiago, novembre 1972 (Documentos Internos 2-A – 1973).

38 Idem.

39 Voir les cartes 5 et 6.

40 Chile Hoy, 27 octobre 1972. Voir aussi les ouvrages de Silva M., Magasich J. et Cancino H. déjà cités.

41 Pastrana E. et Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 120-121.

42 Le Cordon Santiago-Centro correspond essentiellement à une coordination des salariés des services et de l’administration, notamment des fonctionnaires du secteur public du centre de Santiago. La date de naissance de ce Cordon est située, par la presse, au moment du « Tancazo », en juin 1973.

43 Chile Hoy, 14 décembre 1972.

44 Selon Fernando Quiroga, responsable de cette zone pour le PS à partir de 1972, ce Cordon n’a pas non plus un développement extrêmement important (entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001). C’est aussi l’opinion de Jorge Magasich.

45 Reportage paru dans la revue Punto Final, 21 novembre 1972.

46 Voir le bilan effectué sur la structuration et organisation interne des organismes de pouvoir populaire dans le paragraphe X – 3.

47 Ces Commandos communaux ou Coordinations communales (CC) seraient les suivants : CC de Vicuña Mackenna, Macul, Panamericana Norte – Renca, San Miguel, Cerrillos, Estación Central, Conchali-Área Norte, Plaza Italia, Santiago Centro, Vizcachas-Open Door, La Granja, de la 5e y 6e comuna, Maipú, San bernardo, Carrascal, CC de trabajadores de Colina, de la Florida, Las Condes, De Lampa y Batuco, de la 2e Comuna, CC de trabajadores de Barrancas, de Quilicura, CC de trabajadores de Maria Pinto, de la Cisterna, CC provisorio de la 8e comuna, de Quinta Normal, Nuñoa Centro, Nuñoa Oriente, Parque O’Higgins (Neghme F., Leiva S., op. cit., p. 219).

48 Cheetham R., Rodriguez A., Rojas G., Rojas J., « Estrategia de Investigación », Comandos urbanos… op. cit., anexo.

49 Magasich Jorge, op. cit., p. 202.

50 Entretien réalisé à Santiago, le 1er mai 2003.

51 Chile Hoy, 14 décembre 1972.

52 El Rebelde, 22 décembre 1971.

53 Selon son dirigeant, en 1973, il incorpore les poblaciones Pablo de rokha, La Bandera, O Higgins, 6 de mayo, Raúl del Canto et Santa Elena.

54 La Aurora de Chile, 2 août 1973.

55 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

56 O’Brien, Allende’s Chile, Santiago, New York, Praeger Publishers, 1976, p. 126-166, et Punto Final, 31 juillet 1973.

57 Entretien avec Ibador Castro en 1996 (in Silva M., op. cit., p. 221-222).

58 Selon Christian Desbois, il aurait regroupé jusqu’à 10 000 personnes, chiffre fortement exagéré (Desbois C., Chili, 1970-1974. Réforme ou Révolution ?, Paris, Gilles Tautin, 1974, p. 54).

59 El Rebelde, 7 janvier 1972.

60 Et, durant la dictature, membre de la direction de ce parti.

61 Selon S. Leiva et F. Neghme, le CC de San Miguel a également des contacts avec des grandes entreprises comme Sumar Polyester et Silberman ou avec des organisations de jeunesse. Ce dernier fait est confirmé par le témoignage de Sergio Aguilar (entretien réalisé à Santiago, le 29 mai 2002).

62 Entretien réalisé à Santiago, 29 mai 2002.

63 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares en Chile. 1964-1972 », op. cit., et Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana », op. cit.

64 Cheetham R., Rodriguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos…, op. cit., p. 46.

65 Idem, p. 47.

66 Sur la naissance d’un « pouvoir populaire » dans le domaine de la santé voir : Bernauer U., Freitag E., Poder Popular in Chile – am beispiel Gesundheit, Freiburg, Laetare/Imba, Stichwörter zu Lateinamerika, 1974.

67 Joxe A., Le Chili sous Allende, op. cit., p. 178-179.

68 El Rebelde, 23 octobre 1972.

69 Tarea Urgente, 10 août1973.

70 IC. Testimonio Hernán Méry, 22 décembre 1972.

71 Entretien réalisé à Santiago, le 25 janvier 2001.

72 Moreno Roberto (Comisión política del MIR), Consejos comunales de trabajadores y dualidad de poder. Análisis y evaluación, Santiago, décembre 1972 (Documentos Internos 2-A-1973).

73 Tilly et Tarrow définissent la formation d’une coalition comme « l’établissement entre deux, ou plusieurs, acteurs jusque là distincts d’une coordination visible et directe de revendications » et une intermédiation comme « production d’une nouvelle liaison entre deux sites jusque-là disjoints ou faiblement connectés » (Politique[s] du conflit, op. cit., p. 335 et 353).

74 On a vu que le MIR fait de même puisque, dès 1971, suite à un revirement tactique vers les secteurs industriels, le campamento Nueva La Habana ne devient plus une priorité de cette organisation (voir chapitre iii, partie II).

75 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana », op. cit.

76 Sader E., Quevedo S., Algunas consideraciones en turno a las nuevas formas de poder popular en poblaciones, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, Documento de trabajo n° 57, 1972.

77 Dobry M., Sociologie des crises politiques, op. cit., p 131.

78 Auquel on peut ajouter le CI San Joaquín, qui est en fait une excroissance du Vicuña Mackenna autour de l’usine textile Sumar (voir carte dans la quatrième partie).

79 De Frente, 6 juillet 1973.

80 Bilan effectué sur la base de la revue de presse de la période, des travaux existants et confirmé lors de l’enquête orale.

81 Trinchera, 29 novembre 1972.

82 Magasich J., Pouvoir formel et pouvoir réel au Chili, op. cit., p. 189.

83 Entretien téléphonique réalisé depuis la France, le 25 juillet 2005.

84 Entretien téléphonique réalisé depuis la France, le 25 juillet 2005.

85 Entretien de R. Quezada en 1995 (Silva M., op. cit., p. 226).

86 Punto Final, 7 novembre 1972.

87 El Rebelde, 30 octobre 1972 et 20 novembre 1972.

88 Voir le témoignage d’Arturo Martínez, dirigeant d’Alusa et délégué du Cordon (De Frente, 10 août 1973), et Rojas J., Rodríguez C., Fernández M, Cristaleros : recuerdos de un siglo, op. cit.

89 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

90 La Aurora de Chile, 25 octobre 1972.

91 La Aurora de Chile, 2 novembre 1972.

92 Ici encore, les dangers d’extrapolation sont importants entre « Cordon en soi » (environ 350 entreprises) et « Cordon pour soi » (quelques dizaines). Cf. Cruces A., « Habla la revolución chilena », Avanzada Socialista, Buenos Aires, Año II, n° 72, 22 août 1973, p. 2-3.

93 Entretien avec Mario Olivares (in Silva M., op. cit., p. 219-220).

94 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 238.

95 Tarea Urgente, 23 juin 1973.

96 Trinchera, n° 2, décembre 1972.

97 Voir le témoignage de T. Inostroza (recueilli à Santiago, le 4 juillet 2002) et Tarea Urgente, 3 août 1973.

98 El Mercurio, 6 octobre 1972.

99 PCC, Suplemento del boletín informativo del Comité Central del Partido Comunista de Chile, 1er novembre 1972. Selon El Rebelde, il y aurait 11 entreprises occupées (11 décembre 1972).

100 Ce qui aboutit à la formation des campamentos Lenin, Esfuerzo Unido et San Miguel.

101 Entretien avec Sixto Iturra réalisé en 1979, par Magasich Jorge, op. cit., p. 133-134.

102 Trinchera, 29 novembre 1972.

103 El Combate, Valparaíso, n° 1, novembre 1972.

104 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

105 Entretien réalisé à Santiago, le 11 juin 2002.

106 Entretien réalisé à Santiago, le 29 mars 2002.

107 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 238.

108 Outre les fascistes de Patria y Libertad, la bourgeoisie urbaine met en place des milices paramilitaires extrêmement bien structurées, en particulier dans les beaux quartiers du barrio alto (Punto Final, supplément au n° 170, 7 novembre 1972).

109 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.

110 Entretien réalisé à Santiago, 1er mai 2002. Il est possible qu’il y ait dans ce témoignage une confusion avec le 29 juin 1973, jour où effectivement il y a une mobilisation tout au long du Cordon (voir la quatrième partie).

111 Entretien réalisé à Iquique, le 6 novembre 2001. Voir aussi Henriquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú…, op. cit., p. 76-136.

112 Chile Hoy, 27 novembre 1972.

113 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores, op. cit., p. 34.

114 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2002.

115 Entretien réalisé à Santiago, 29 mars 2002.

116 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

117 Manifiesto de los trabajadores socialistas, Para avanzar hay que destruir el poder burgués, Santiago, 23 octobre 1972.

118 Soprole fait partie de la liste des 91 entreprises « nationalisables » et c’est le dirigeant syndical Hernán Urra qui est nommé « Interventor » (Chile Hoy, n° 21, novembre 1972).

119 Punto Final, 7 novembre 1972.

120 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 237-238.

121 Chile Hoy, 27 novembre 1972.

122 Trinchera, 29 novembre 1972. Faits confirmés par le témoignage de Carmen Silva, déjà cité.

123 Silva M., Los Cordones industriales…, op. cit., p. 267.

124 Trinchera, 29 novembre 1972. Faits confirmés par le témoignage de Carmen Silva, déjà cité.

125 Chile Hoy, 27 novembre 1972.

126 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

127 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores, op. cit., p. 35.

128 Silva M., Los Cordones industriales…, op. cit., p. 268.

129 C’est Tomás Inostroza qui prend la responsabilité de « cette violation de propriété privée » (voir son témoignage, réalisé à Santiago, le 4 juillet 2002).

130 Silva M., Los Cordones industriales…, op. cit., p. 267.

131 Carta Informativa, n° 3, janvier 1973.

132 Entretien réalisé à Santiago, le 11 juin 2002.

133 La Aurora de Chile, 19 avril 1973 et Chile Hoy, n° 48, mai 1973.

Table des illustrations

Titre Carte 5 – Les « bastions » des classes populaires dans le centre de la capitale – 1973.
Crédits Adaptation d’après : Touraine A., Vie et mort du Chili populaire, journal sociologique, Paris, Le Seuil, 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42694/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Carte 6 – Géographie approximative du pouvoir populaire à Santiago – 1973.
Légende Zone de développement des principaux Cordons Industriels et des Commandos Communaux
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42694/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Illustration 3b – Devanture de l’usine Salfa (Cordon O’Higgins).
Crédits La Aurora de Chile, Santiago, n° 30, 5 juillet 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42694/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540