Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Des cordons industriels en soi aux cordons industriels pour soi

Chapitre I. Maipú-Cerrillos : esquisse des conditions d’une expérience de classe

Texte intégral

Les Cordons en soi ou la colonne vertébrale du Chili

  • 1 La notion de grand Santiago se comprend comme « le grand noyau urbain formé par les districts intér (...)
  • 2 Gutiérrez Roldán H., La población de Chile, Paris, CICRED, 1974.
  • 3 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú : 1972 (...)

1Les grandes ceintures industrielles de Santiago sont le rejeton de l’importante modification de l’accumulation capitaliste qui a lieu dans les années cinquante/soixante, marquée par une forte industrialisation, impulsée en partie depuis l’extérieur et par un important exode rural qui fait littéralement « exploser » la capitale : le « grand » Santiago passe d’environ 1 400 000 habitants en 1952, à 2 860 000 en 1970 (soit de 23,4 % à 32,2 % de la population nationale)1. En 1970, le Chili n’est plus un pays rural, bien au contraire puisque 75 % de sa population habite en ville2. La capitale devient la principale zone de concentration industrielle du pays, avant Concepción et Valparaíso. À l’époque de l’Unité populaire, le « grand Santiago » concentre environ un tiers de la population du pays, avec 3,2 millions d’habitants. Près de la moitié (47 %) de la population de la capitale travaille dans l’industrie, chiffre considérable, alors que 70 % de ces industries sont installées sur seulement quatre communes3.

2C’est durant cette période que se dessine le « Cordon en soi » dans le paysage urbain. Les voies de communication et leur accessibilité ont une importance décisive. C’est grâce à ces grands axes structurants que l’implantation industrielle prend la forme de « Cordons ».

  • 4 Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, op. cit., p. 12-13.

« L’axe nord-sud de la commune de Santiago, les futures “panaméricaine nord” et “panaméricaine sud”, relie la capitale du Chili avec le reste du pays. Très tôt, le long de cette autoroute, qui constitue la colonne vertébrale du pays, des grands ensembles industriels ont vu le jour, qui seront connus sous le nom de “Cordons industriels”. L’extension de l’Alameda, l’autoroute 68, qui mène vers l’ouest et jusqu’au port principal chilien, Valparaíso, ainsi que l’autoroute 78, qui mène à Melipilla et San Antonio, ont également connu la construction de “Cordons industriels” sur les tronçons se situant à l’intérieur du “Grand Santiago”4. »

  • 5 MINVU, Ordenanza Plan Íntercomunal de Santiago, Santiago, documento n° 69, 1974.

3Les entreprises s’implantent en suivant la linéarité des voies d’accès et, dès le début des années cinquante, ce type d’installation industrielle se consolide autour de grands axes tels que Vicuña Mackenna, Cerrillos, Macul. On aboutit ainsi à une répartition spatiale industrielle « étoilée » qui part de l’hyper centre de Santiago5. Sur la carte n° 2, on peut observer cette répartition avec une zone industrielle mixte qui correspond à une industrie localisée dans un espace à prédominance résidentielle ; une zone industrielle exclusive et enfin une aire déclarée par les autorités publiques « congelée », du fait de la saturation de l’espace urbain par les industries. Ces trois types d’espaces industriels permettent d’apprécier la dimension spatiale du « Cordon en soi », ainsi que les caractéristiques spécifiques potentielles de chacun d’entre eux (suivant qu’il s’agit d’une zone presque uniquement industrielle ou d’une zone combinée avec des habitations).

  • 6 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.
  • 7 Alarcón Salinas C., El sector industrial en la estructuración del espacio urbano de les comunas de (...)

4C’est ce que rappelle dans son témoignage Tomás Inostroza, syndicaliste du secteur bancaire, dirigeant socialiste d’une section régionale de Santiago (Régional Cordillera) et l’un des fondateurs du Cordon industriel Macul. T. Inostroza insiste sur le rôle structurant essentiel des voies de chemin de fer qui alimentent en matières premières de nombreuses usines6. Ainsi, si la commune de Maipú a tant attiré industries et entreprises, c’est que cette zone a l’avantage d’avoir une possibilité rapide de distribution ; elle est en effet la route des ports de San Antonio et de Valparaíso, tout en étant proche du centre de la capitale7.

Carte 2 – La localisation industrielle à Santiago en 1973.

Carte 2 – La localisation industrielle à Santiago en 1973.

D’après le plan intercommunal de Santiago de l’année 1973 (Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos : alternativa de poder socialista, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, documento de trabajo n° 65, mars 1973, p. 148-187).

Maipú : la commune pionnière du pouvoir populaire

Étude des conditions favorables au développement d’un Cordon pour soi

  • 8 Alarcón Salinas C., op. cit., p. 108 à 118.

5Maipú devient, après la Seconde Guerre mondiale, le bastion de la classe ouvrière manufacturière du Chili (textile, métallurgie, automobile, conserverie liée aux produits agricoles venus de Melipilla). Parmi les premières usines appelées à avoir un rôle clef lors des mobilisations du Cordon, citons Insa (pneumatiques) qui s’établit en 1947, Indura et la conserverie Copihue en 1948, Fantuzzi en 1949, Cobre Cerrillos (cuivre) en 1951, Rayon Said SA (textiles) en 1953, Fiat Chile en 1954, Cic et Fensa en 1955 ou encore American Screw, en 1957. La « période de consolidation » connaît plusieurs années où la commune voit se construire plus de 23 industries (1962, 1964, 1965 et 1969). C’est aussi à cette époque que la structuration linéaire s’affirme : le « Cordon en soi » devient prédominant dans l’espace urbain de la commune8.

  • 9 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. c (...)
  • 10 Henríquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. Experiencia en movimiento y ejercicios de poder popula (...)
  • 11 Mödinger J., « Cerrillos Maipú : El Cordón de la rebeldía », Chile Hoy, 27 juillet 1972.
  • 12 Plus de 5 500 salariés travaillent pour l’industrie dans ce secteur, qui comprend un peu plus de 44 (...)

6Les conditions de développement du premier et plus puissant Cordon industriel du pays, le Cordon Cerrillos-Maipú, sont aujourd’hui déchiffrables grâce à l’excellent travail de terrain développé en 1972, par Eder Sader et l’équipe de sociologues du CIDU9. En 2008, la recherche de Renzo Henríquez Guaico a permis d’affiner et de compléter cette étude, notamment par le biais d’entretiens10. La commune de Maipú est alors celle de la grande industrie, avec un nombre moyen de salariés par industrie qui dépasse les 100 travailleurs et de nombreux syndicats dépassant la centaine d’adhérents. Ce « Cordon de la révolte » ainsi que l’a nommé un journaliste à cette époque, prend forme dans un secteur de la ville qui dispose de la plus grande concentration d’industries modernes du pays, soit environ 250 entreprises qui occupent quelque 46 000 salariés11. Selon le recensement de 1970, Maipú compte 117 000 habitants. La commune est caractérisée par une nette diversification productive, à laquelle s’ajoute le centre de distribution de combustible de la capitale. Douze entreprises de l’Aire sociale (appartenant à la liste des 91) y sont établies, qui emploient environ 10 000 salariés. Comme le montre la carte n° 4, ce sont les districts numéro cinq et six qui concentrent la grande majorité des industries, de telle manière que l’on peut parler de la présence de deux Cordons : l’un, sur l’axe de l’avenue Pajaritos dans le district cinq qui regroupe la plus forte densité d’usines12 et l’autre, le Cordon Cerrillos, qui traverse le district six, où existe une importante diversification productive (au sein de laquelle se détachent la production métallique, la production chimique et de matériaux de transports).

Carte 4 – Géographie du Cordon industriel Cerrillos-Maipú – 1973.

Carte 4 – Géographie du Cordon industriel Cerrillos-Maipú – 1973.

Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú :1972. Balance y perspectivas de un embrión de poder popular, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, documento de trabajo, n° 67, août 1973.

7C’est cependant le nom du Cordon Cerrillos que l’histoire retient car c’est là où se produisent la majorité des conflits sociaux. À noter une présence paysanne notable dans cette commune, puisque les communes de Maipú et Barrancas produisent à elle seules 70 % des légumes consommés à Santiago, sur des terres parmi les plus fertiles du pays. Sont également présentes dans cette zone d’importantes et combatives usines comme Gasco, Rayon Said, Indubal, Carrocerias Franklin, entre autres. La plupart sont situées sur le chemin qui mène à la zone de production agricole de Melipilla et qui relie le centre de la capitale au port de San Antonio. Cela explique pourquoi le chemin de Melipilla est l’un des axes stratégiques du Cordon : c’est un endroit idéal pour construire des barricades et faire parler de soi. Même chose pour le chemin de fer qui parcourt la commune, avec la présence « stratégique » par exemple du « complexe Lo Valledor » – qui comprend entre autre un important abattoir d’animaux – appartenant à Socoagro (700 salariés).

  • 13 Sader E., « Cordons industriels et pouvoir prolétaire au Chili en 1972 », Les Temps Modernes, op. c (...)
  • 14 Silva M., Los Cordones Industriales y el Socialismo desde abajo, op. cit., p. 136.
  • 15 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

8Si l’on s’arrête sur la distribution de la population en fonction de l’activité professionnelle, il est frappant de voir que les ouvriers n’habitent pas dans le secteur immédiat de leur travail. En effet, c’est dans le district numéro un que vivent la majorité des ouvriers liés à l’industrie moderne. C’est également dans cette partie de la commune que se trouvent un noyau important de campamentos (Comando El Despertar de Maipú) et plusieurs industries traditionnelles dont les syndicats s’avèrent peu combatifs. Ceci à l’exception de la conserverie Perlak. Si l’on ajoute cela aux 10 000 salariés des industries et de la construction civile qui proviennent d’autres communes, on peut diagnostiquer un important déphasage entre la population résidant dans les alentours du Cordon industriel et celle qui y travaille13. Sur la base de cette distribution socio-économique, le CIDU constate une certaine « atomisation du front ouvrier » en dehors du lieu de travail. Il s’agit d’une donnée essentielle puisqu’elle tend à rendre difficile la coordination des mobilisations entre pobladores et ouvriers, d’autant plus que la commune ne regroupe aucun des campamentos, issus d’occupations combatives de terrains. En contrepartie, on peut avancer l’hypothèse de Miguel Silva, selon laquelle le fait que la force de travail vienne de l’extérieur de la commune facilite une diffusion des luttes qui se déroulent à Maipú14. Cette hypothèse semble se confirmer par le témoignage d’Edmundo Jiles qui travaille entre la commune de Maipú et Renca15.

Une force latente Les bases de l’expérience du pouvoir populaire dans la commune de Maipú

  • 16 Statistiques de la municipalité de Maipú de 1972, présentées par l’équipe du CIDU (op. cit., p. 82- (...)
  • 17 Sader E., « Cordons industriels et pouvoir prolétaire au Chili en 1972 », Les Temps Modernes, op. c (...)
  • 18 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001.
  • 19 La GPM 4 correspond à la zone Cerrillos – Las Rejas – JM Caro et sa direction est formée par 6 memb (...)
  • 20 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

9Le nœud gordien de « l’expérience de classe » dans la commune de Maipú est la tradition syndicale, la force des luttes ouvrières et surtout les tendances, déjà expérimentées, à l’organisation territoriale et interprofessionnelle des salariés. Plus de 37 syndicats industriels regroupent plus de cent affiliés chacun, pour un total supérieur à 10 000 membres travaillant dans la chimie, la métallurgie, l’alimentaire et le textile16. Prises dans le tourbillon de la conjoncture nationale, les organisations syndicales fleurissent de toute part dans la commune : 20 % des syndicats existants sont créés dans le courant de l’année 1971-1972. Les catégories dites « professionnelles » connaissent d’ailleurs une incorporation sans précédent dans le mouvement social, en se dotant elles aussi de nouveaux syndicats. À ce syndicalisme des salariés de l’industrie, s’ajoute celui de la paysannerie de Maipú. Ces travailleurs ruraux sont organisés dans trois syndicats, dont deux de plus de 400 membres : la « Rinconada de Maipú » où prédomine le PS et « El Abrazo de Maipú » dominé par les démocrates-chrétiens. La multiplication des prises de terres, début de 1972, coïncide avec celles de la commune voisine de Melipilla et renforce ces organisations17. L’enquête de terrain du CIDU nous permet également de saisir, quoique de manière partielle, l’orientation politique de ces syndicats. Les socialistes sont la force prédominante dans les grands syndicats industriels et ils devancent le PC dans ce secteur. Cette donnée est confirmée largement par l’enquête orale. Ainsi Fernando Quiroga, secrétaire de section du PS dans la zone de Maipú entre 1971 et 1972, témoigne de l’important travail d’insertion syndicale des socialistes dans la commune. Selon lui, il y aurait à cette époque un déplacement des forces communistes au profit des socialistes au sein des industries18. À noter, enfin, de manière plus limitée, mais en pleine expansion, la présence de militants du MAPU et du MIR/FTR. Au niveau de cette zone, le MIR possède le Groupe paramilitaire (GPM) numéro 4, qui couvre une aire géographique bien plus grande que Maipú et divers fronts sociaux : paysan, syndical, pobladores (avec deux comités locaux de pobladores)19. Pour le Cordon Cerrillos-Maipú, Javier Bertín estime que le FTR possède environ 150 militants et le MIR, 200 membres (dont un noyau dur de 30 militants, reconnus comme tels par l’organisation). C’est à l’usine de Fensa que le MIR obtient la meilleure insertion dans le secteur, avec une cellule du MIR d’entre 15 et 20 militants et un FTR de pas moins de 80 membres. Ce développement se fait au détriment du PC, puisque le syndicat de Fensa est historiquement aux mains des militants communistes. L’autre « bastion » du MIR à Maipú est l’usine Perlak, où le mouvement parvient à obtenir la présidence du syndicat professionnel et du syndicat ouvrier20.

10On peut penser que le dynamisme particulier des syndicats du Cordon provient de la présence de syndicats très actifs de certaines grandes industries telles que Gasco, Fensa, Cic, American Screw, Seg ou encore Saba. Prenons le cas d’une grande entreprise comme Gasco. Environ 1 100 salariés y travaillent pour produire gaz liquide et gaz de ville. Légalement, il s’agit d’une société anonyme de 21 000 actionnaires, où seulement 233 d’entre eux possèdent 52 % du capital. Rapidement, durant l’UP, la direction stoppe les investissements, réduit les stocks de matières premières et boycotte la production. Le syndicat entre alors en conflit le 11 janvier 1972 : la grève (illégale) implique initialement 120 ouvriers et 50 employés. Ils demandent l’intervention de l’État et la nationalisation de l’entreprise pour cause de boycott. Le comité directeur et les actionnaires s’opposent farouchement à cette action. Face à la situation de blocage, le 30 mars 1972, la Corfo achète 10 % des actions et l’entreprise est finalement nationalisée par le gouvernement.

  • 21 Voir les paragraphes consacrés à ce sujet dans la deuxième partie.
  • 22 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. c (...)
  • 23 Déclarations de Reyes Carlos dans El Siglo, 11 juillet 1972.
  • 24 Le président du syndicat des employés, Santos Romeo, place ainsi aux origines des mobilisations de (...)
  • 25 Henríquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. op. cit., p. 18-58.

11Il faut pourtant se garder de toute relation mécanique entre filiation partisane « de gauche » et combativité de classe au sein des usines. Certes, comme le rappellent Zimbalist et Espinoza, les attitudes au sein de la gauche sont largement différenciées suivant chaque parti et, d’une manière générale, les salariés des secteurs modérés de l’UP ont une attitude moins dynamique et participative21. Citons l’exemple d’Insa, grande industrie de Maipú dont le syndicat de gauche (avec une forte présence du PC) est caractérisé par la passivité politique22. Pourtant, parallèlement, de multiples ouvriers démocrates-chrétiens et des salariés sans parti s’insèrent activement dans les luttes en faveur d’un contrôle réel des entreprises ou contre la restitution des usines occupées. Ceci au niveau national comme à l’échelle locale. Ainsi, en juillet 1972, un ouvrier DC de l’usine FENSA déclare au journal El Siglo son refus de rendre l’usine occupée : « Pour aucuns motifs, nous ne permettrons le retour de ceux qui furent nos exploiteurs », déclare-t-il, pour ensuite expliquer que son parti ne comprend décidément pas les problèmes des ouvriers23. C’est précisément cette unification ouvrière à la base, au-delà des étiquettes politiques et avec comme référent les intérêts de classe, qui constitue la force potentielle du Cordon pour soi : qu’il se sente proche de l’UP ou de l’opposition au gouvernement, le mouvement ouvrier brise à certains moments les frontières de l’affiliation partisane ou le légalisme qu’on cherche à lui imposer, pour se retrouver sur de nouveaux fondements de lutte de classe. À Maipú, il existe une accumulation de ce type d’expériences partagées qui favorise ces phénomènes. Aux côtés des ouvriers combatifs de la grande industrie, entrent dans la mobilisation collective des entreprises de taille moyenne qui sont, avec le recul, les véritables animatrices du Cordon, telles Maestranza Cerrillos, Rayon Said, Copihue, Aluminios el Mono. L’usine Perlak est l’une d’entre elles également. Il s’agit d’une entreprise moyenne mais avec une place économique stratégique, car elle appartient au groupe restreint des 260 entreprises du pays ayant un capital supérieur à 14 millions d’escudos (en 1969). Cette entreprise est née en 1958 par la fusion de deux industries de conserve et elle est détenue en majorité par des capitaux étrangers. Les rapports sociaux internes sont marqués par l’autoritarisme de la direction et la faiblesse des salaires ouvriers. Les rancœurs, injustices et vexations accumulées, articulées avec la politisation d’une fraction combative des salariés font que Perlak devient un des symboles du Cordon Cerrillos-Maipú24. Comme le souligne à juste titre Renzo Henríquez, les salariés de cette usine seront les fers de lance du pouvoir populaire local de la commune25.

  • 26 Sader E., « Cordons industriels et pouvoir prolétaire au Chili en 1972 », Les Temps Modernes, op. c (...)
  • 27 Pastrana E. et Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 111.

12Selon les chiffres fournis par la gendarmerie (Carabiniers) pendant l’année 1972, il y a plus de 63 grèves organisées à Maipú, soit 9 % du total de Santiago (voir l’annexe n° 2). Les grandes entreprises ont contribué de manière importante à ces grèves, avec 24 % du total, alors qu’elles ne représentent que 10 % des entreprises de la commune. Si l’on considère les motifs des conflits, on constate que 60 % des grèves le sont pour revendications économiques. Mais plus de 10 % d’entre elles le sont aussi en solidarité avec d’autres revendications dans les entreprises voisines et 20 % dans l’optique d’une intégration à l’Aire sociale de production. Ainsi, presque une grève sur trois est déterminée par une articulation entre la revendication économique et des exigences d’ordre politique. En janvier 1972, des grèves mettent à l’ordre du jour la revendication de la nationalisation. Cependant, c’est durant les mois de mars, avril et mai, avec la recrudescence des luttes économiques, qu’il existe une base solide pour maintenir la revendication du passage à l’APS. Cette articulation du champ économique et du politique atteint son apogée en juin, et c’est dans la conjoncture d’octobre que les mobilisations reprennent toute leur ampleur, démontrant la puissance des réserves politiques de la classe ouvrière de la commune26. Pour finir, il faut ajouter à ce mouvement syndical combatif, la présence limitée de campamentos, en partie du fait de la grande utilisation agricole des sols et de la présence de l’aéroport de Cerrillos. La vague d’occupation de terrains est contemporaine des importantes mobilisations ouvrières pendant l’UP, alors qu’il n’existe pas de campements dans la commune auparavant. Il y a 11 occupations en 1970, 9 en 1972 et 5 en 1973. C’est durant cette année que se crée le « Comando El Despertar de Maipú », formé par six campamentos qui regroupent environ 650 familles. En avril et juin 1972, ces habitants pauvres se mobilisent activement autour du problème des transports. Les transports collectifs sont particulièrement déficients dans la commune et ils ont la particularité de dépendre de la municipalité (et non du secteur privé)27.

  • 28 Entretien réalisé par M. Silva (op. cit., p. 154-157).
  • 29 Entretien réalisé à Santiago, le 6 août 2003.
  • 30 La date exacte varie suivant la presse consultée, les auteurs et les témoignages.

13Plusieurs protestations d’usagers avaient déjà eu lieu. Ainsi, lorsque le PS local prend la tête du mouvement, les conditions sont favorables à une action collective massive. Plusieurs réunions sont dirigées par des travailleurs socialistes de la zone et une grande manifestation voit la participation de pobladores, mais aussi d’habitants des résidences, du conseiller municipal socialiste et d’autres militants de ce parti, et même des représentants DC. Le PS local canalise alors ce mécontentement autour de l’idée de « créer le conseil communal des travailleurs », destiné à dénoncer tous les problèmes de la commune. Mais en fait, cette idée d’un pouvoir populaire appuyé sur une organisation de type horizontal et territorial a été avancée bien avant par le MIR et les militants FTR au travers de comités locaux. Une telle conception entre dans le cadre de la stratégie du pouvoir populaire alternatif du MIR. Le MIR, durant l’année 1971, réalise plusieurs réunions transversales entre syndicalistes et militants FTR, avec jusqu’à 20 dirigeants, essentiellement de la petite et moyenne industrie28. Début janvier 1972, Javier Bertín se retrouve même président d’un premier et minuscule « Cordon industriel », limité à la coordination territoriale de quelques dirigeants syndicaux appuyés par des militants d’extrême gauche29. Mi-mai ou début juin30, une seconde réunion est organisée, nommé « cabildo abierto » en référence à l’assemblée qui proclame l’indépendance du Chili en 1810. Le mot d’ordre lancé est radical, mais de nouveau peu réaliste vu l’ampleur de la mobilisation : « La commune au pouvoir du peuple ! » Environ 500 personnes se réunissent, notamment des pobladores du « Commando El Despertar », des militants de toute la gauche (particulièrement du PS), des délégués syndicaux. Le maire refuse d’y assister. La municipalité dirigée par la DC est alors dénoncée publiquement et la nécessité de créer un organisme parallèle, sous contrôle des travailleurs, est proclamée. Certaines conquêtes partielles sont acquises par cette mobilisation, par exemple au niveau du conseil local de santé, qui parvient à réunir temporairement 30 syndicats. Ce « conseil communal » n’a pourtant pas de suites immédiates. Et, à la faveur des luttes en cours sur la scène politique nationale, qui tournent autour de la gestion des entreprises et de l’extension de l’APS, l’épicentre du mouvement social passe d’un site de conflit à l’autre : de la población à l’usine, des pobladores à la classe ouvrière. La thématique du « conseil communal de travailleurs » prend alors corps : ce sont les premiers pas du « Cordon pour soi » de Cerrillos-Maipú.

Le Cordon de la révolte

La naissance du Cordon Cerrillos-Maipú

  • 31 Mödinger J., « Cerrillos Maipú : El Cordón de la rebeldía », Chile Hoy, Santiago, 27 juillet 1972.
  • 32 El Mercurio, 18 juin 1972.
  • 33 Voir le récit de cette grève dans Punto Final, 26 juin 1972.
  • 34 El Mercurio, 22 juin 1972.

14C’est de juin à septembre 1972 que se déroule la gestation du Cordon Cerrillos-Maipú, en tant qu’embryon d’un « Cordon pour soi », à Santiago. Le mois de juin est celui d’une recrudescence de l’activisme ouvrier. Ce mouvement s’initie dans la commune autour de trois usines : Perlak (conserverie alimentaire), Polycron (chimie industrielle, fibres synthétiques) et Aluminios el Mono (aluminium). Les dirigeants syndicaux de ces entreprises comprennent alors que la position adoptée par le gouvernement (de négociation à tout prix avec la DC) joue contre leurs revendications et intérêts de classe. Fort des expériences d’organisations transversales passées (dont l’appel de mai du « Conseil communal des travailleurs »), le « Cordon de la révolte » se met peu à peu en place31. Le 12 juin, commence la grève des industries El Mono et Indubal. Presque parallèlement, au sein de l’industrie Fensa, direction et dirigeants syndicaux s’affrontent au sujet de la nationalisation de l’usine, effectuée en début de mois : le 14 juin, le ministre Vuskovic visite l’entreprise afin de trouver une solution au conflit entre l’État et les anciens propriétaires. En réponse, le 15, la direction de Fensa décide de licencier les dirigeants syndicaux, alors que la nationalisation n’est pas reconnue par le pouvoir judiciaire. Le même jour, l’industrie CIC (plus de 1 300 travailleurs) entre dans la ronde des grèves à répétition32. Dans ce cas, le conflit est légal et affecte plus de 800 ouvriers. Comme souvent dans de telles mobilisations ouvrières, apparaissent de nombreuses contradictions tactiques et politiques au sein même des grévistes. Ici, s’affronte la position assumée par des salariés socialistes qui se prononcent en faveur de la méthode de l’occupation directe, avec celle de la section métallurgique dominée par le PC et la DC qui souhaite négocier. C’est finalement l’alliance PC-DC qui remporte le plus de votes de l’assemblée33. Quatre jours plus tard, c’est Perlak qui est en conflit, pour cause de boycott de la production, accaparement, vente au marché noir. Sur cette base, ces salariés sollicitent le passage à l’Aire sociale, mais sous contrôle ouvrier34. Le lendemain, Polycron se met en grève pour non-accomplissement d’accords signés entre syndicats et patronat, en 1971.

  • 35 Pour plus de détails, voir : Henríquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. op. cit., p. 18-58.
  • 36 Afin de mieux connaître cette dirigeante de la CUT et députée PC, nommée par Allende au ministère d (...)
  • 37 Lettre d’explication de Santos Romeo publiée dans Chile Hoy (Santiago, 14 juillet 1972).
  • 38 La plupart des articles de presse ou témoins parlent d’une gifle donnée par la ministre.
  • 39 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 40 Trinchera, 29 novembre 1972.

15Finalement, face à ce qui est considéré comme une vacillation inacceptable du gouvernement (qui tarde à intervenir en faveur des grévistes), un petit groupe de salariés de Perlak, conduits notamment par Jaime Ramos, président du syndicat industriel, décide d’aller au ministère du travail, exigeant une solution à leurs problèmes. Rencontrant sur place (fortuitement) les salariés de Aluminios el Mono dans la même situation, le ministère du travail est finalement occupé35. C’est la communiste Mireya Baltra qui est titulaire de cette charge depuis quelques jours et qui nous a livré son témoignage au cours de l’enquête orale36. Le lendemain, elle se rend directement à l’usine Perlak, afin de constater l’effectivité de faits bruyamment dénoncés dans son bureau, la veille. La ministre est accompagnée de plusieurs fonctionnaires, ainsi que d’Octavio González, dirigeant de la CUT locale. Cette arrivée est l’occasion d’un affrontement clair entre, d’un côté, les représentants du gouvernement et de la CUT et, de l’autre, les salariés en lutte : l’entrée du dirigeant de la CUT locale dans l’usine est empêchée par le dirigeant du syndicat ouvrier Santos Romeo, qui le déclare persona non grata à Perlak pour n’avoir jamais appuyé le conflit. Selon ce dernier, « cela ne lui a pas plu à la camarade ministre, qui a exprimé fermement qu’elle n’entrerait pas dans l’industrie, si l’on n’acceptait pas le camarade dirigeant de la CUT. À ce moment, elle a dit quelque chose sur les bourgeois, ce à quoi j’ai répondu “vous, vous êtes bourgeoise”. Cela provoque chez la camarade une réaction furieuse, qui se matérialise envers moi par un coup donné avec des journaux qu’elle avait sous le bras ». Ce geste fait réagir les travailleurs présents et la ministre se retire, indignée, de l’usine37. Cet incident reste encore aujourd’hui gravé dans la mémoire des militants de gauche pour sa signification, malgré des souvenirs divergents38. Hernán Ortega, futur dirigeant du Cordon, militant socialiste et syndicaliste de Sindelen, voit aujourd’hui dans cet « incident » un symbole du décalage croissant entre la CUT (même au niveau local) et les salariés, mais le perçoit également comme représentatif de la position du PC par rapport à la position des travailleurs mobilisés39. Ce n’est pas un hasard si, au moment du conflit, la CUT locale est présidée par un militant communiste, syndicaliste de Fensa, qui par la suite condamne durement la constitution du Cordon industriel40.

  • 41 D’après Guillermo Rodríguez, S. Romeo est en phase d’incorporation au MIR au moment du conflit à Pe (...)
  • 42 Chile Hoy, 20 juillet 1972.

16En fait, il existe bien là une contradiction de taille qui émerge avec de plus en plus de force. Nombre de militants et dirigeants syndicaux cherchent alors à dépasser tout d’abord les limitations de la CUT, incapable de répondre aux exigences du mouvement, mais aussi les déficiences du gouvernement, notamment en ce qui concerne la constitution de l’Aire sociale. C’est sur cette base que plusieurs dirigeants syndicaux des Cordons industriels se rapprochent des positions plus radicales du MIR ou de la gauche de l’UP. Santos Romeo incarne ce processus de radicalisation, puisqu’il passe de l’aile gauche du PS au MIR41. À l’époque, la ministre Baltra qualifie le dirigeant de Perlak comme ayant « une attitude anticommuniste et de ce fait anti-ouvrière » et déclare publiquement que les travailleurs de Perlak auraient « insulté la Centrale unique des travailleurs ». Selon elle, il s’agirait de militants « insolents et provocateurs, spécialement celui à qui j’ai donné une gifle. Un jour, ils ont ouvert à coups de pieds la porte du cabinet du ministère42 ». On retrouve là le vocabulaire typique du PC contre l’extrême gauche, mais plus fondamentalement, cela reflète la crainte du gouvernement de se voir complètement dépassé par des luttes sociales qu’il souhaiterait contrôler. Comme le rappelle à juste titre la ministre, ce n’est pas seulement la position du PC qui est en cause à travers ce conflit (comme essaie de le justifier aujourd’hui Hernán Ortega), mais bien la stratégie du gouvernement dans son ensemble.

  • 43 Jorge Magasich rappelle quant à lui les « campagnes du kilo », où les ouvriers des entreprises d’un (...)
  • 44 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

17La commune de Maipú connaît de nouveau une explosion sociale à la fin du mois, processus qui débouche sur la création formelle du Cordon Cerrillos-Maipú. Le 28 juin ce sont les salariés de la Maestranza Maipú (métallurgie) qui se mettent en grève en protestation contre la mauvaise administration de l’entreprise et le retard pris dans son intégration à l’Aire de propriété mixte. Au même moment ont lieu deux importantes réunions dans la commune. La première est impulsée par les ouvriers de Perlak, Polycron, Aluminios el Mono et réunit environ 10 entreprises, avec pour objet de discuter du problème de l’intégration à l’APS. Selon l’équipe du CIDU, lors de cette assemblée, les travailleurs parlent de leur volonté d’unir leurs forces afin de faire pression pour être intégrés à l’APS et les salariés d’autres usines présents se disent prêts à se solidariser avec cette demande. C’est cette solidarité inter-salariale qui est la pierre fondatrice de tout l’édifice du Cordon. Elle constitue bien sûr un trait marquant de toute grève massive et au Chili, cette union s’incarne dans la olla común, c’est-à-dire la « casserole commune », qui permet aux ouvriers en grève de résister et de diffuser l’écho des luttes dans leur entourage43. Comme le prouve le témoignage d’Edmundo Jiles, cette solidarité s’étend jusqu’à des secteurs productifs assez marginaux. Ce dernier se rappelle très bien des premières réunions du Cordon, auxquelles il participe aux côtés de dirigeants syndicaux de Perlak, Polycron et Aluminios el Mono, alors qu’il vient proposer la solidarité de son syndicat à la olla común44.

  • 45 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. c (...)
  • 46 La description de cette journée est basée, sauf indication contraire, sur le reportage de Sepulveda (...)
  • 47 Voir le témoignage d’Edmundo Jiles sur cette journée (entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002).

18Une seconde réunion a lieu le 29 juin 1972. Elle regroupe cette fois environ 30 industries. Sont aussi présents des militants de toute la gauche, des maoïstes jusqu’au PC. Le représentant communiste quitte néanmoins rapidement la réunion après avoir dit qu’il s’agissait d’une action contre le gouvernement, ce qui provoque les huées d’autres militants. Il est finalement décidé l’occupation des voies d’accès principales de la commune, en solidarité avec les trois usines. C’est lors de cette assemblée que se constitue formellement le Commando de travailleurs de Cerrillos-Maipú. Cela correspond à un moment d’augmentation des mobilisations collectives de la population de Maipú sur le plan industriel, mais aussi du mouvement pobladores45. C’est ce « Commandement coordinateur des travailleurs du Cordon Cerrillos-Maipú » qui prend par la suite le nom, plus simple, de « Cordon industriel Cerrillos-Maipú ». Il s’organise autour d’une plate-forme de lutte commune qui démontre une forte radicalisation politique. Le 30 juin 1972 est en quelque sorte le jour « j » du Cordon, celui où il devient une référence politique nationale et acquiert un écho bien au-delà de son importance au niveau local. Ce jour est celui d’une mobilisation massive qui fait trembler toute la commune, la presse nationale, la direction des partis politiques, le gouvernement et les propriétaires d’usines de Maipú46. La base organisatrice de la mobilisation est une coordination de 18 syndicats de différentes industries de la zone. Les barricades sont levées autour de plusieurs points d’accès, dont le premier est dans le secteur de Pajaritos au niveau du pont « La Aguada ». Y participent des salariés de Perlak, des pobladores et des paysans du secteur. L’autre pont bloqué est celui de « Lo Errazuriz47 ». Parallèlement, le chemin de Melipilla est coupé face à l’usine Ralco : des ouvrières de cette industrie aux côtés d’autres salariés empêchent la circulation. La même chose se déroule face à l’industrie Carrocerias Franklin.

19Cette action parvient à déclencher une synergie de rassemblement. Rapidement tracts et propagande sont répartis afin d’inviter les ouvriers du voisinage à participer aux assemblées organisées. Santos Romeo rappelle que

  • 48 La description de cette journée est basée sur : Sepulveda L., « Maipú : recado con barricadas », Pu (...)

« dans les barricades n’étaient pas seulement présents ceux du “commando”, des industries comme Fantuzzi, Fensa, Sindelen, Mapesa, Polycron, beaucoup de gens se sont ajoutés. […] Plus tard, le ministre de l’économie C. Mathus et le directeur de DIRINCO, Patricio Palma. Ils ont annoncé aux travailleurs la réquisition de Perlak et la nationalisation à venir de Aluminios el Mono et Polycron […] Seuls les communistes se sont opposés aux barricades, mais beaucoup de communistes de base étaient avec nous48 ».

  • 49 Récit de cette manifestation dans Chile Hoy, 29 juillet 1972.

20La première mobilisation du « Cordon pour soi » est une réussite. Les revendications du Cordon deviennent à ce moment un sujet de politique nationale. El Mercurio, le premier juillet, couvre sa première page des photos des mobilisations du Cordon pour alerter la population contre la montée de l’extrémisme marxiste. Pourtant, la partie n’est pas encore gagnée pour les salariés, même en ce qui concerne le passage à l’APS de Polycron et Aluminios el Mono. Une semaine plus tard, cette intégration n’est toujours pas effectuée. Les militants qui participent à la coordination multiplient alors les réunions et décident l’organisation d’une grande manifestation vers le centre, non seulement en appui aux usines en conflit mais aussi aux paysans de Melipilla, dont plusieurs dirigeants sont alors emprisonnés. Cette grande marche se termine sur une place du centre-ville face aux tribunaux de justice, au congrès et au Mercurio. La mobilisation est bien une initiative du Cordon et elle prend une tournure beaucoup plus large. Ainsi que le déclare un ouvrier à la revue Chile Hoy, « la mobilisation est organisée afin de protester contre tout l’appareil bourgeois49 ». La presse de droite ne s’y trompe pas. Ainsi, le 13 juillet 1973, El Mercurio, condamne à nouveau l’action du « Cordon industriel Cerrillos-Maipú » (dénomination qui remplace désormais celui de « Commando Coordinateur »). Les mois d’août et de septembre sont pourtant des mois de reflux du « Cordon pour soi », alors que paradoxalement les statistiques montrent un important nombre de grèves. Ce décalage entre une combativité à la base et l’incapacité coordinatrice du Cordon est clairement le fruit des faiblesses intrinsèques de cette organisation embryonnaire de pouvoir populaire.

Caractéristiques du premier embryon de Cordon mobilisé

21Quelles sont les origines du Cordon industriel Cerrillos (CI Cerrillos), en tant qu’embryon d’un « Cordon pour soi », tel que nous avons tenté de le définir ? L’enquête orale démontre que chacun des témoins, en fonction de la position qu’il occupe à l’époque, mais aussi sûrement de sa place sociale actuelle, considère d’une manière différente les origines des Cordons. Ainsi Edmundo Jiles insiste sur le fait que le « Cordon pour soi » n’est pas le fruit d’une intentionnalité politique, mais de la conscience de classe des travailleurs de Maipú :

  • 50 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

« Cela est né un peu de manière spontanée, en essayant de donner une réponse aux problèmes existant à ce moment, pas plus. Par la suite, lorsque commence le débat politique, nous avons invité les différents partis politiques de la gauche qui composent l’Unité populaire et la gauche qui n’était pas dans l’Unité populaire, à discuter avec nous. […] ce que nous voulions était défendre le droit des travailleurs50. »

22L’accumulation au sein de l’usine, mais également en dehors, de cette « expérience de classe » débouche ainsi sur une telle tentative d’organisation. En ce sens, le poids de la sociabilité ouvrière dans la ceinture industrielle et les quartiers alentours est assurément important. Le rôle des clubs sportifs liés aux syndicats, du comité de quartier ou encore des fêtes populaires facilitent la cristallisation d’une telle identité. Elle permet l’émergence de solidarités au-delà du fractionnement économique dans lequel chaque salarié est inséré. Mais cette expérience de classe est aussi celle acquise au cours des actions collectives passées. En partant de là, le travail militant, la diffusion d’idées politiques, les essais d’organisation répétés jouent un rôle essentiel dans la préparation de la mobilisation, et en aval, donnent un contenu et une inflexion à de tels mouvements.

  • 51 Voir les récits de Luís Ahumada, Pablo Muñoz (entretiens réalisés à La Serena, le 24 juin 2002) et (...)
  • 52 J. Bertín parle de 2 000 personnes, Edmundo Jiles quant à lui d’environ 5 000 et Fernando Quiroga d (...)
  • 53 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 54 Voir le témoignage dans Silva Miguel, Los Cordones industriales y el socialismo desde abajo, op. ci (...)
  • 55 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001.

23La revendication d’un « Commando » territorial des travailleurs de Maipú ne devient une réalité que lorsque les ouvriers de quelques industries importantes de la zone se mettent en grève de manière simultanée. C’est à cette occasion que le PS local met ses forces dans la balance et tente de catalyser politiquement ce mouvement vers la formation du « Cordon pour soi ». Cette tactique est planifiée depuis le Département national syndical de ce parti (le DENAS) et impulsée par des socialistes tels que Rafael Kries, Rafael Valverde ou Enrique Morales. Ces dirigeants du DENAS comprennent le potentiel présent dans ces mobilisations. Ils invitent tout d’abord les syndicalistes socialistes locaux à participer et « envoient » aussi des militants, la plupart du temps étudiants, au sein des Cordons industriels (CI) afin de les appuyer51. Avant juin 1972, si le FTR local et les maoïstes ne parviennent à mobiliser que quelques centaines de personnes au niveau de Maipú, par la suite ce sont plusieurs milliers de salariés qui répondent à l’appel du Cordon. À partir de cette date, sur les 46 000 travailleurs de la commune, le Cordon s’appuie sur un petit groupe très actif et mobilisé, prêt à répondre à une action en appui à d’autres entreprises ou à participer à une manifestation. Ce noyau dur comporte 300/400 personnes et entre 2 000 et 5 000 personnes dans les moments les plus importants52. Et c’est effectivement à cette période que le PS prend le contrôle du CI Cerrillos, en mobilisant massivement ses militants. Hernán Ortega, syndicaliste socialiste, est alors désigné président du Cordon. D’ailleurs, aujourd’hui ce militant cherche encore à se mettre en avant dans son témoignage, au risque de déformer la réalité53. Il est par la suite nommé administrateur par le gouvernement. Son « parachutage » par le PS est critiqué par des salariés et le MIR, mais aussi par des militants socialistes. Ainsi, Tomás Inostroza peste contre ses camarades, militants extérieurs à la classe ouvrière54. Fernando Quiroga est alors responsable de la section du PS à Maipú. Il fait partie de l’aile « gradualiste » de l’UP. Selon lui, certains de ses camarades socialistes « se sont trompés de direction », car la création du Cordon industriel a signifié « générer des conflits, c’est sûr mais à l’État et au gouvernement55 ». C’est aussi pour cette raison que les militants du PC, fortement implantés dans des usines comme Sindelen ou Fensa, s’opposent à ce type de coordination territoriale.

  • 56 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.
  • 57 Données basées sur les documents fournis dans : Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal (...)
  • 58 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001.
  • 59 Voir le texte en annexe n° 3.
  • 60 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

24Ce débat traverse l’ensemble de l’UP et particulièrement le PS comme le reconnaît Hernán Ortega56. F. Quiroga marque, comme point d’inflexion de cette lutte au sein de la section locale du PS de Maipú, l’occupation et la nationalisation de l’usine métallurgique Fantuzzi, à laquelle il s’oppose fortement. Le 17 août 1972, 340 ouvriers de cette entreprise se mettent en grève pour une durée de 10 jours, pour non-respect des pétitions ouvrières et dans l’attente d’une réquisition, finalement acceptée57. C’est Hernán Ortega, favorable à l’occupation, qui est nommé « interventor » de cette entreprise. F. Quiroga, qui présente Ortega comme son « second », dit même l’avoir fait passer à cette occasion au contrôle des cadres du parti, où il est sanctionné « pour ne pas avoir respecté les accords politiques que nous avions pris58 ». Certains militants de base socialistes, impliqués dans ces luttes ouvrières, se rapprochent alors encore un peu plus du MIR. Cette convergence partielle est pourtant évidente, si l’on s’attarde sur les postulats du manifeste du Cordon Cerrillos, texte fondateur diffusé fin juin 197259. On y retrouve plusieurs des revendications du MIR. Les mêmes qui ont, quelques semaines plus tard, une répercussion nationale lors de l’Assemblée de Concepción. Tout d’abord, ce manifeste déclare le Cordon prêt à « appuyer le gouvernement et le président Allende, dans la mesure où celui-ci représente les luttes et mobilisations des travailleurs ». Il s’agit d’insister sur le fait que le Cordon ne peut donner un appui a priori au gouvernement. D’autre part, le document exige un plan d’expropriation d’entreprises large, puisqu’y sont comprises non seulement les usines « stratégiques », mais aussi toutes celles où il y aurait boycott de la production ou conflit avec les syndicats. Une telle exigence entre directement en contradiction avec les limites fixées à l’APS. Cette plate-forme exige également l’instauration du « contrôle ouvrier de la production à travers des conseillers délégués révocables par la base dans toutes les industries, propriétés terriennes, mines, etc. ». De telles mesures sont aussi demandées pour les paysans et en faveur des pobladores. Le Cordon incorpore ainsi les revendications des habitants du quartier sur le logement, l’expropriation des terrains non agricoles et la création d’une entreprise de la construction publique, sous contrôle conjoint entre ouvriers et habitants. Pour finir, ce manifeste appelle à « répudier les patrons et la bourgeoisie réfugiée dans le pouvoir judiciaire, la Controlaría, le Parlement et les bureaucrates de l’appareil d’État » et instaurer « l’Assemblée populaire en remplacement du Parlement bourgeois ». Le manifeste reste par la suite une référence obligée pour tous ceux qui se réclament du pouvoir populaire. Edmundo Jiles se rappelle précisément de la rédaction collective d’un manifeste qui ouvre « des perspectives vers d’autres secteurs de syndicats, comme le Cordon Vicuña Mackenna et vers le reste de la société60 ». Pourtant le discours du manifeste, très radical, ne doit pas nous aveugler sur la réalité de la mobilisation à la base. Ce texte a même été qualifié par les sociologues du CIDU comme le pur produit de la « naïveté spontanéiste » du Parti socialiste. Au sein du PS, se développent, à partir de 1972, des tendances qui recherchent empiriquement des issues en dehors de l’appareil bureaucratique, sans pour autant rompre avec le gouvernement. Aux yeux du DENAS, les bases ouvrières de Maipú pourraient offrir une telle possibilité. Cette disposition des militants à créer théoriquement un pouvoir populaire, cache une difficulté à mettre en place des résolutions concrètes pour affronter sur le terrain politique les nombreux obstacles qui se présentent. Et en premier lieu, les obstacles venant du gouvernement lui-même. Parallèlement, le MIR ne parvient pas à concurrencer le poids des socialistes dans la commune et reste enfermé dans une logique politico-militaire verticaliste, préjudiciable à son développement au sein du salariat mobilisé. Enfin, les maoïstes du PC Bandera Roja provoquent une réaction générale de rejet par la distribution de pamphlets appelant à l’insurrection ouvrière immédiate.

25Ce cadre général, comme sa difficulté à se doter d’une structure stable, explique la forte démobilisation du Cordon dans les mois d’août et septembre 1972. Un des premiers bilans à tirer de cet accouchement difficile du Cordon Cerrillos-Maipú est qu’il acquiert finalement un poids politique et une image nationale distincts de ce qu’il est effectivement. Sa couverture médiatique et l’image qu’un parti important comme le PS essaye de lui donner, sont en décalage avec sa stabilité organisationnelle et son pouvoir effectif. En bref, le Cordon représente sur la scène nationale beaucoup plus de ce qu’il est objectivement, même localement. Cette analyse est essentielle pour comprendre non seulement l’histoire de ce premier Cordon industriel, mais également celle des autres tentatives qui suivent octobre 1972.

Notes

1 La notion de grand Santiago se comprend comme « le grand noyau urbain formé par les districts intérieurs et par la partie urbaine (construction continue) des districts périphériques » (Instituto nacional de estadísticas, Evolución de la mano de obra chilena, Santiago, 1970).

2 Gutiérrez Roldán H., La población de Chile, Paris, CICRED, 1974.

3 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú : 1972. Balance y perspectivas de un embrión de poder popular, Santiago, CIDU, Documento de Trabajo n° 67, août 1973, p. 58.

4 Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, op. cit., p. 12-13.

5 MINVU, Ordenanza Plan Íntercomunal de Santiago, Santiago, documento n° 69, 1974.

6 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.

7 Alarcón Salinas C., El sector industrial en la estructuración del espacio urbano de les comunas de Maipú y Cerillos, periodo 1944-1990, Santiago, universidad Católica, memoria de licenciatura, 1995.

8 Alarcón Salinas C., op. cit., p. 108 à 118.

9 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. cit.

10 Henríquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. Experiencia en movimiento y ejercicios de poder popular (1972-1973), Santiago, memoria de licenciatura, Universidad ARCIS, 2008.

11 Mödinger J., « Cerrillos Maipú : El Cordón de la rebeldía », Chile Hoy, 27 juillet 1972.

12 Plus de 5 500 salariés travaillent pour l’industrie dans ce secteur, qui comprend un peu plus de 44 000 habitants (Instituto Nacional de Estadísticas, Censo de población de 1970, Santiago).

13 Sader E., « Cordons industriels et pouvoir prolétaire au Chili en 1972 », Les Temps Modernes, op. cit., p. 1782.

14 Silva M., Los Cordones Industriales y el Socialismo desde abajo, op. cit., p. 136.

15 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

16 Statistiques de la municipalité de Maipú de 1972, présentées par l’équipe du CIDU (op. cit., p. 82-93).

17 Sader E., « Cordons industriels et pouvoir prolétaire au Chili en 1972 », Les Temps Modernes, op. cit., p. 1782.

18 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001.

19 La GPM 4 correspond à la zone Cerrillos – Las Rejas – JM Caro et sa direction est formée par 6 membres, dont Javier Bertín (responsable syndical) et Guillermo Rodríguez (responsable politico-militaire).

20 Entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003.

21 Voir les paragraphes consacrés à ce sujet dans la deuxième partie.

22 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. cit., p. 92.

23 Déclarations de Reyes Carlos dans El Siglo, 11 juillet 1972.

24 Le président du syndicat des employés, Santos Romeo, place ainsi aux origines des mobilisations de travailleurs de l’entreprise, l’accumulation d’injustices et de traitements dégradants de la part de la direction (lettre de Santos Romeo publiée dans Chile Hoy, 14 juillet 1972).

25 Henríquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. op. cit., p. 18-58.

26 Sader E., « Cordons industriels et pouvoir prolétaire au Chili en 1972 », Les Temps Modernes, op. cit., p. 1784.

27 Pastrana E. et Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 111.

28 Entretien réalisé par M. Silva (op. cit., p. 154-157).

29 Entretien réalisé à Santiago, le 6 août 2003.

30 La date exacte varie suivant la presse consultée, les auteurs et les témoignages.

31 Mödinger J., « Cerrillos Maipú : El Cordón de la rebeldía », Chile Hoy, Santiago, 27 juillet 1972.

32 El Mercurio, 18 juin 1972.

33 Voir le récit de cette grève dans Punto Final, 26 juin 1972.

34 El Mercurio, 22 juin 1972.

35 Pour plus de détails, voir : Henríquez Guaico R., Cordón Cerrillos Maipú. op. cit., p. 18-58.

36 Afin de mieux connaître cette dirigeante de la CUT et députée PC, nommée par Allende au ministère du Travail, voir l’entretien réalisé à Santiago, le 22 février 2003.

37 Lettre d’explication de Santos Romeo publiée dans Chile Hoy (Santiago, 14 juillet 1972).

38 La plupart des articles de presse ou témoins parlent d’une gifle donnée par la ministre.

39 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

40 Trinchera, 29 novembre 1972.

41 D’après Guillermo Rodríguez, S. Romeo est en phase d’incorporation au MIR au moment du conflit à Perlak (entretien réalisé à Santiago, le 6 août 1973).

42 Chile Hoy, 20 juillet 1972.

43 Jorge Magasich rappelle quant à lui les « campagnes du kilo », où les ouvriers des entreprises d’une zone apportent un kilo de n’importe quelle denrée à leurs camarades en grève (Magasich J., op. cit., p. 108-109).

44 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

45 Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. cit., p. 26.

46 La description de cette journée est basée, sauf indication contraire, sur le reportage de Sepulveda L., « Maipú : recado con barricadas », Punto Final, 18 juillet 1972 et sur Cordero C., Sader E., Threlfall M., op. cit.

47 Voir le témoignage d’Edmundo Jiles sur cette journée (entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002).

48 La description de cette journée est basée sur : Sepulveda L., « Maipú : recado con barricadas », Punto Final, 18 juillet 1972.

49 Récit de cette manifestation dans Chile Hoy, 29 juillet 1972.

50 Entretien réalisé à Santiago, 6 mai 2002.

51 Voir les récits de Luís Ahumada, Pablo Muñoz (entretiens réalisés à La Serena, le 24 juin 2002) et de Carmen Silva (entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001).

52 J. Bertín parle de 2 000 personnes, Edmundo Jiles quant à lui d’environ 5 000 et Fernando Quiroga déclare qu’attribuer 20 000 salariés mobilisés au CI serait complètement erroné. Ces chiffres sont confirmés par la presse de l’époque, alors que l’enquête du CIDU montre que lors des premières mobilisations réussies du Cordon ce sont seulement quelques centaines de salariés qui se mobilisent (voir Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. cit.).

53 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

54 Voir le témoignage dans Silva Miguel, Los Cordones industriales y el socialismo desde abajo, op. cit., p. 154-157.

55 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001.

56 Entretien réalisé à Iquique, 6 novembre 2001.

57 Données basées sur les documents fournis dans : Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú, op. cit.

58 Entretien réalisé à Santiago, 1er décembre 2001.

59 Voir le texte en annexe n° 3.

60 Entretien réalisé à Santiago, le 6 mai 2002.

Table des illustrations

Titre Carte 2 – La localisation industrielle à Santiago en 1973.
Crédits D’après le plan intercommunal de Santiago de l’année 1973 (Cheetham R., Rodríguez A., Rojas G., Rojas J., Comandos urbanos : alternativa de poder socialista, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, documento de trabajo n° 65, mars 1973, p. 148-187).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42693/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carte 4 – Géographie du Cordon industriel Cerrillos-Maipú – 1973.
Crédits Cordero C., Sader E., Threlfall M., Consejo comunal de trabajadores y Cordón Cerrillos-Maipú :1972. Balance y perspectivas de un embrión de poder popular, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, documento de trabajo, n° 67, août 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42693/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540