Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Des cordons industriels en soi aux cordons industriels pour soi

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

« Un día, me encuentro que estaba en huelga ALUMINIOS EL MONO. Entonces yo me bajo y converso con los trabajadores, tenían una olla común. […] Compramos un saco de porotos y llegamos al sindicato. Preguntamos por los dirigentes y nos dijeron que estaban en el sindicato de POLICRON y ahí estaban los dirigentes de PERLAK, de POLICRON y ALUMINIOS EL MONO y nos presentamos a los dirigentes y les planteamos nuestra solidaridad. »

Entretien avec Edmundo Jiles, syndicaliste du Cordon industriel Cerrillos Maipú, Santiago, 6 mai 2002.

  • 1 Outre le travail de Patricio Guzmán, voir : Colectivo de cineastas latinoamericanos, Cuan (...)
  • 2 Pastrana E., Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 110.

1À la mi-1972, le mouvement social et les luttes de classes entrent dans une nouvelle phase ascendante et c’est bien ce « réveil d’un peuple » que certains cinéastes latino-américains ont su mettre en images1. Alors que la direction de l’UP comprend qu’elle se trouve de plus en plus en décalage avec sa base sociale, les conflits ouvriers s’amplifient ainsi que les occupations d’usines. Le mouvement pobladores réalise plusieurs actions radicales dans le centre de Santiago, mobilisations dirigées principalement par le mouvement des pobladores révolutionnaires (MPR), sous influence du MIR. Plusieurs routes sont bloquées, des manifestations organisées avec, en ligne de mire, l’expropriation de terrains occupés. De même, certains édifices administratifs sont pris d’assaut en protestation contre la lenteur du gouvernement à régler le cas de ces habitants sans logis2. Dans ce cadre se crée, à un niveau local, une coordination entre l’espace des luttes ouvrières et celui d’autres secteurs sociaux mobilisés. C’est de cette conjonction que surgit l’un des principaux « Cordons industriels » de Santiago, celui de Cerrillos, dans la commune de Maipú.

  • 3 Voir à ce propos l’ouvrage incontournable de Lukacs György, Histoire et conscience de cla (...)
  • 4 Le sociologue souligne, d’autre part, l’importance de « la question des rapports entre le (...)

2Les grandes ceintures industrielles de Santiago se transforment brusquement en véritables « ceintures rouges » en lutte. Pour appréhender cet épisode du conflit social, nous proposons d’utiliser le concept de Cordon industriel en soi (ou Cordon probable), en le différenciant de l’hypothèse du Cordon industriel pour soi (ou Cordon mobilisé). Le Cordon en soi représente la concentration industrielle, les quartiers ouvriers et populaires établis de manière linéaire et concentrique dans l’espace urbain : les « ceintures industrielles ». Il s’agit d’une donnée objective et structurante de l’univers quotidien des classes populaires de la capitale et de plusieurs grandes villes. Le Cordon pour soi serait alors entendu comme la coordination consciente et mobilisée, une unification transversale – à un niveau territorial – de certains secteurs de la classe ouvrière organisée, travaillant et/ou vivant dans cette ceinture industrielle. Dans une telle perspective, il incarne un organisme de pouvoir populaire constituant potentiel. Cette notion fait explicitement référence à la notion marxienne de classe en soi et classe pour soi, transposée ici au cas du pouvoir populaire chilien3. Mais elle se réfère également aux apports critiques à la théorie des classes sociales de Pierre Bourdieu, qui appelle à ne pas confondre la classe probable, théorique – ou « classe sur le papier » – (parfois entendue comme une donnée objective par les marxistes), avec la classe réelle, et réellement mobilisée, issue des interactions et représentations des agents en lutte dans un espace social multidimensionnel. Bourdieu appelle à décrypter « l’alchimie mystérieuse » par laquelle « un groupe en lutte, collectif personnalisé, agent historique posant ses propres fins, surgit des conditions économiques objectives » et parvient « à produire, sinon la classe mobilisée, la croyance en l’existence de classe, qui fonde l’autorité de ses porte-parole ». Il note qu’il est donc indispensable d’analyser « la question même du politique, de l’action propre des agents qui, au nom d’une définition théorique de la “classe”, assignent à ses membres les fins officiellement les plus conformes à leurs intérêts “objectifs”4 ». En avançant cette hypothèse, notre préoccupation dans les chapitres suivants est précisément de tenter d’évaluer les modes d’organisation, de mobilisation et de représentations collectives qui se développent au sein de ces périphéries urbaines et forgent ces Cordons mobilisés. Plus largement, notre ambition est de restituer pour partie les élans créatifs de cette « expérience de classe » (au sens de l’historien Edward P. Thompson) de certaines périphéries industrielles, ses valeurs, son territoire et l’espace des luttes dans lequel elle interagit. Nous reprenons ici à notre compte les enseignements de l’approche magistrale sur la formation de la classe ouvrière anglaise de Edward P. Thompson, qui affirmait ainsi :

  • 5 Thompson E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, op. cit., p. 13.

« L’expérience de classe est en grande partie déterminée par les rapports de production dans lesquels la naissance ou les circonstances ont placé les hommes. La conscience de classe est la manière dont ces expériences se traduisent en termes culturels et s’incarnent dans des traditions, des systèmes de valeurs, des idées et des formes institutionnelles5. »

Notes

1 Outre le travail de Patricio Guzmán, voir : Colectivo de cineastas latinoamericanos, Cuando despierta el pueblo, New York, Tricontinental Film Center, 1973, 60 min et Marker C., Littin M., On vous parle du Chili, Paris, Iskra, 1973.

2 Pastrana E., Threlfall M., Pan, techo y poder, op. cit., p. 110.

3 Voir à ce propos l’ouvrage incontournable de Lukacs György, Histoire et conscience de classe, Paris, Éditions de Minuit, 1960.

4 Le sociologue souligne, d’autre part, l’importance de « la question des rapports entre les classements à prétention objective que produit le savant, pareil en cela au zoologiste, et les classements que les agents eux-mêmes ne cessent de produire dans l’existence ordinaire » (Bourdieu P., « Espace social et genèse des “classes” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, 1984, p. 3-14).

5 Thompson E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, op. cit., p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540