Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Vers le débordement ? De l’échec des comités de l’unité populaire à l’assemblée de concepción

Chapitre III. Les premiers signes de débordement

Texte intégral

Deux pôles au sein de l’Unité populaire ? « Avanzar sin transar » versus « Consolidar para avanzar »

  • 1 Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, op. cit.
  • 2 Ce type de tensions traverse l’ensemble de l’UP et chaque parti.
  • 3 Principios, n° 144, 1972.
  • 4 Sur la vision économique de Vuskovic Pedro : Obras escogidas sobre Chile (1964-1992), Santiago, CEP (...)
  • 5 Unidad Popular, La Declaración de El Arrayán, Santiago, 9 février 1972 (in V. Farías, op. cit., t.  (...)

1Sans aucun doute, la conjoncture de la fin 1971 et du début 1972 est marquée par l’irruption toujours plus forte des mobilisations collectives sur la scène politique nationale. De ce point de vue, décembre 1971 correspond à la fin d’une période de violence politique populaire dans les grandes avenues (Salazar) de Santiago et à l’ouverture d’un autre moment, caractérisé par l’importance de l’occupation de la rue par le mouvement social, comme par la droite et la gauche partisanes1. À cette date, le comité politique de l’UP convoque deux réunions, afin de faire un bilan et surtout essayer de réaffirmer sur des bases saines une coalition qui reste divisée entre deux pôles, l’un sous hégémonie du PC, l’autre du PS2. La première se déroule à El Arrayan, début février 1972. Les thèmes tournent autour de la nécessité de conserver les gains obtenus en faveur de la redistribution des richesses, de renforcer l’APS tout en empêchant l’inflation. Tout ceci sans attaquer de front la petite et moyenne bourgeoisie, alliées supposées du processus. Afin de s’attirer de nouveau les faveurs des couches moyennes, les secteurs les plus modérés du PS et le PC, tout en reconnaissant les graves difficultés économiques du moment, réitèrent leur appel à chercher à tout prix un dialogue avec la Démocratie-chrétienne et donc à éviter l’accélération des expropriations et occupations d’usines. L’objectif déclaré du PC est d’élever la productivité de l’APS et atteindre ainsi une meilleure participation des salariés. Au niveau de la direction économique nationale, l’accent est mis sur la centralisation et la planification3. À l’autre pôle, le PS et P. Vuskovic insistent sur le fait que l’État doit intensifier son contrôle direct sur l’économie, accélérer les nationalisations et la pression sur le grand capital4. Finalement, les accords de El Arrayan sont situés entre ces deux positions. Il est décidé d’augmenter les prix de la production en provenance de l’Aire de propriété sociale seulement, avec pour objectif de diminuer les pertes de ce secteur. Au niveau de la participation, le style bureaucratique de l’UP et l’incapacité à « incorporer les masses populaires » sont ouvertement reconnus et critiqués5.

  • 6 Ainsi si l’accord CUT-gouvernement a prévu une augmentation des salaires maximum de 22 % pour 1972, (...)

2Les différences politiques, qui s’accentuent lors de El Arrayan, éclatent en plein jour pendant la seconde réunion du comité politique de l’UP, le 5 juin 1972, à Lo Curro. Pour résumer, s’affirment deux consignes, devenues fameuses par la suite. L’une est celle du PC et des ailes modérée du PS (dont Allende) et du MAPU, « consolider pour avancer » (consolidar para avanzar). Elle s’appuie sur le constat que dans la conjoncture de la mi-1972, la corrélation de forces est défavorable au gouvernement et à la classe ouvrière, malgré d’importantes avancées dans la réalisation du programme de l’UP. En conséquence, le PC avance l’idée d’une « consolidation » du processus, soit un gel des conquêtes sociales. Selon cette optique, il faut être prêt à faire des concessions à l’opposition et à certaines fractions des classes dominantes, notamment le patronat des petites et moyennes entreprises. D’où la condamnation permanente de toute occupation d’usine non planifiée par le gouvernement. C’est cette « NEP à la chilienne » (selon les mots de Manuel Castells) qui s’impose en juin 1972 et évince les adeptes de la « ligne Vuskovic », du nom du ministre de l’économie qui doit alors céder sa place. Cette politique signifie tout d’abord une hausse des prix, afin de restreindre l’envolée de la consommation, ce qui – par voie de conséquence – pourrait permettre d’enrayer l’inflation et les problèmes de ravitaillement6. Parallèlement, le PC propose un réajustement des salaires de 100 % de la hausse du coût de la vie, mais celui-ci bénéficie automatiquement davantage aux hauts revenus et fragilise toujours plus le tiers de la population active qui n’est pas salariée (sous-prolétariat urbain et rural, travailleurs indépendants). Le but affiché est de rétablir une relation prix/salaires plus « exacte » suivant les critères du marché et de générer des excédents dans les entreprises.

  • 7 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.
  • 8 Entretien réalisé à Iquique, le 6 novembre 2001.
  • 9 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.
  • 10 Posición, n° 9, 14 juin 1972.
  • 11 Najman M., Le Chili est proche : révolution et contre-révolution dans le Chili de l’Unité populaire(...)
  • 12 Castells M., La lucha de clases en Chile, op. cit., p. 240-242.

3L’autre ligne – évincée – est celle du « Avancer sans transiger » (avanzar sin transar). Certes, le slogan est tout aussi réducteur que le précédent, comme l’admettent aujourd’hui plusieurs militants. Ainsi, Patricio Palma qualifie ce débat comme l’une des antinomies les plus fausses que l’on ait pu inventer dans un processus révolutionnaire7. C’est aussi l’analyse du sociologue Tomás Moulian dans plusieurs de ses écrits. Pourtant, ce faux dualisme entre deux consignes clairement simplistes recouvre des différenciations, bien réelles, dans le rythme et la conception du processus de transition au socialisme. Selon les partisans d’une « accélération », tel que le socialiste Hernán Ortega, la consolidation dans un tel moment fait courir le risque de donner une bouffée d’air frais à l’opposition et de se couper par la même occasion des fractions des classes populaires les plus mobilisées et organisées8. Comme en témoigne Pablo Muñoz, l’idée de ces militants est aussi de faire basculer les couches moyennes de leur côté, « depuis une position de force et non depuis une position de concession9 ». Ils constatent que 70 % de la population chilienne n’a accès qu’à 26 % de la consommation totale. En conséquence, P. Vuskovic souhaite une rapide réorientation des excédents qui s’accumulent dans les mains de la population la plus riche par le biais d’une réforme fiscale radicale, l’élimination des impôts indirects (sauf pour les produits somptuaires). De même, le réajustement de salaire ne doit pas concerner les hauts revenus, et ils revendiquent « le contrôle des travailleurs » au sein des entreprises nationalisées10. Cette tactique du PS entre en résonance avec le MIR et la gauche extraparlementaire qui pointent du doigt le projet d’Allende, comme « capitaliste d’État » et appellent à une dénonciation, pure et simple, de la dette extérieure. Mais, si les socialistes conspuent haut et fort le « réformisme », il apparaît aussi que sa direction se montre fort indécise sur les alternatives concrètes à défendre. Selon Maurice Najman, observateur engagé, « il ne suffit pas de dire qu’il y a deux “conceptions” du processus, il faut encore les caractériser. Il ne suffit pas de désigner le réformisme, il faut éclaircir son rôle11 ». C’est précisément à de telles contradictions que doivent faire face les militants et classes populaires organisées dans leur recherche d’un « pouvoir populaire constituant ». À la fin août, presque l’ensemble des prix sont brusquement augmentés, y compris les produits de première nécessité. Cette mesure provoque le désarroi dans les quartiers pauvres, mais aussi de violentes manifestations d’étudiants et de commerçants. Politiquement, il se produit la plus grave crise politique depuis l’élection d’Allende, alors que la droite dénonce le gouvernement, comme « affameur du peuple12 ». Ce climat ouvre la voie à la multiplication des attentats, aux démonstrations de force d’extrême droite et crée les conditions pour la tentative avortée de coup d’État du mois suivant, connu comme « Plan Septembre ». Plus largement de telles crises reflètent le débordement social en cours. Même s’il prend une direction tous azimuts, celui-ci s’exprime dans un premier temps particulièrement au sein des poblaciones de Santiago, où fleurissent de riches expériences de pouvoir populaire local.

Pobladores et pouvoir populaire local : un véritable laboratoire d’expériences

La gauche et les mobilisations des « pauvres de la ville »

  • 13 Garcés M., « Construyendo las poblaciones : El movimiento de pobladores durante la Unidad Popular » (...)
  • 14 Chiffres officiels cités par Garcès J., El Estado y los problemas tácticos en el gobierno de Allen (...)
  • 15 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana : los pobladores de Santiago, 1957-198 (...)
  • 16 Alvarado J., Cheetham R., Rojas G., « Movilización social en torno al problema de la vivienda », EU (...)
  • 17 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana », op. cit.

4Nous avons vu que l’une des composantes importantes du mouvement social urbain est celle des pobladores, c’est-à-dire des mal logés et des sans toit. Nous avons pu apprécier l’hétérogénéité forte de l’univers pobladores, mais aussi son potentiel mobilisateur autour de questions telles que le logement, les transports ou encore la santé. Là encore, la structure d’opportunité politique semble favorable aux mobilisations pobladores avec la victoire d’Allende13. Pendant et après l’élection de S. Allende, la croissance du nombre d’occupations de terrains urbains est spectaculaire (1969 : 29 occupations ; 1970 : 352 ; 1971 : 560)14. Les formes du répertoire des actions collectives de ces « pauvres de la ville » se multiplient, si bien que Vicente Espinoza qualifie cette période de l’histoire des pobladores comme celle du « pouvoir populaire15 ». Des évolutions se notent également dans le champ de la santé, où on observe l’apparition de « brigades de santé » ; dans le champ de l’éducation, certains campements ou poblaciones font la tentative de modifier les programmes scolaires, voire de mettre sur pied des essais d’éducation autogérée. En ce qui concerne la justice, surgissent des expériences partielles d’auto-administration de la discipline. En fait, ce sont différents « fronts » de mobilisation sociale qui s’organisent autour du problème criant du logement et qui, peu à peu, élargissent le domaine d’intervention des pobladores16. Selon une enquête réalisée à la fin 1971 auprès de plusieurs poblaciones et campamentos, leurs habitants font confiance à une justice communautaire autogérée en ce qui concerne plusieurs problèmes de discipline et de contrôle social (à plus de 50 %, ils y sont favorables). Elle est considérée comme valable pour des thèmes tels que l’alcool au sein de la población ; les violences intrafamiliales ; les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école ; le refus de coopérer aux tâches communautaires. Dans ce cas, comme nous le verrons, des sanctions sont appliquées par la collectivité de pobladores organisés. Cependant, globalement, malgré un discours plus radical et une logique apparente de rupture, les actions des pobladores restent la plupart du temps inscrites au sein du modèle du « populisme urbain », c’est-à-dire dans une relation de dépendance et de clientèle avec l’État et les partis institutionnels17.

  • 18 Sader E., Quevedo S., Algunas consideraciones en turno a las nuevas formas de poder popular en pobl (...)
  • 19 Le gouvernement dépend ici en grande partie du secteur privé de la construction.
  • 20 CIDU, « Reivindicación urbana y lucha política. Los campamentos de pobladores en Santiago de Chile  (...)
  • 21 Cancino H., Castro C., Poder obrero y popular en Chile, op. cit., p. 198-199.

5Des sociologues ont pu réaliser une typologie des différentes « lignes » d’action du mouvement pobladores durant l’UP. Ils isolent des comportements de lutte distincts, qui seraient le reflet des différentes formes d’insertion des partis politiques en son sein18. Surtout, l’important développement de l’activité pobladores oblige les partis à opérer des changements dans leurs relations avec ce secteur de l’espace du mouvement social urbain. C’est particulièrement le cas pour le PS et le PC qui se trouvent au gouvernement alors que les attentes du mouvement pobladores vont parfois au-delà des possibilités légales de celui-ci (comme le montrent les limites du plan de construction de logements de l’UP19). Ces deux organisations possèdent une implantation réelle dans ce milieu, grâce à la Central Única del poblador et au Comando nacional de pobladores sin Casa20. Les pobladores deviennent un enjeu central du conflit politique, alors que les secteurs de gauche les plus radicalisés cherchent à favoriser l’organisation de cette population. C’est en particulier le cas du MIR, qui faisait porter son espoir de transformer la société sur le secteur le plus explosif de la population, car le plus dominé et précaire. Le MIR est le principal promoteur de l’idée du pouvoir populaire au sein du mouvement pobladores. Il s’agit en quelque sorte de la recherche de l’ethos révolutionnaire des plus pauvres, d’une violence élémentaire non émoussée par les partis ouvriers traditionnels ou les appareils bureaucratiques syndicaux21. Dans cette perspective, les occupations de terrains conduites par le MIR commencent début 1970 et s’étendent jusqu’à 1972.

  • 22 Mensaje, n° 193, octobre 1970.
  • 23 Punto Final, n° 185, 5 juin 1973 et Garcés M., La lucha por la casa propia y una nueva posición en (...)
  • 24 Enríquez Edgardo, « Entrevista a un miembro de la comisión política del MIR », Santiago, 28 juillet (...)
  • 25 Espinoza V., Para una historia de los pobres de la ciudad, op. cit., p. 302-328.
  • 26 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares », op. cit(...)

6Ce travail militant débute avec le campamento 26 de enero à Santiago, né d’une prise de terrain (le 26 janvier 1970). C’est une occupation d’un nouveau style qui vient de naître dans la périphérie de la población La Bandera22. La nouveauté réside non pas tant dans le caractère de masse de l’occupation, mais plutôt dans sa combativité, son degré d’organisation et par l’apparition de dirigeants comme Víctor Toro (ouvrier du marché central de Santiago et membre du Comité central du MIR)23. Comme le déclare plus tard Edgardo Enríquez, membre de la commission politique, cette prise de terrain marque le renforcement des liens du MIR « avec les masses urbaines pauvres au travers de formes de luttes de masse en tant que telles, bien que novatrices par leur contenu et méthode24 ». Selon lui, c’est l’exemple du « 26 de enero » qui permet au Mouvement des pobladores révolutionnaires (MPR – l’un des « fronts » du MIR) d’organiser progressivement 20 000 personnes dans tout Santiago. C’est aussi ce type d’action qui est considéré comme un défi par les partis traditionnels comme le PC, d’où son attaque virulente contre les actions du MIR. Ce dernier cherche une structuration forte des campamentos : des groupes de défense – dits « milices populaires » – sont immédiatement implantés avec comme tâche, par la suite, la discipline interne et le respect d’un règlement strict rédigé en accord avec les habitants. De cette manière, c’est une dynamique de prise de distance avec les autorités étatiques qui est favorisée25. De même, on retrouve de manière systématique, la mise en place de plusieurs fronts d’organisation : défense/santé/justice interne et discipline/éducation et formation politique/culture, etc.26.

  • 27 Neghme F., Leiva S., La política del MIR…, op. cit., p. 120-182.
  • 28 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana – Chili – 1970-1973. Rapports ent (...)

7Après l’occupation du 26 janvier 1970, le MIR multiplie ses coups d’éclats : campamentos La Unión, Ranquil, 26 de julio, Elmo Catalán, Magaly Honorato, Rigoberto Zamora, Luciano Cruz, Fidel Ernesto, Lo Hermida27… Ces tomas correspondent à un moment fondamental dans le développement d’une conscience collective chez les pobladores. On peut parler d’une profonde transformation dans la vie quotidienne du poblador : « Celui-ci est confronté sans aucune transition à un type de vie collectif totalement nouveau pour lui. Il doit participer à un certain nombre d’heures de travaux collectifs, manger, lui et sa famille, autour de la olla común [la gamelle collective]. Désormais, pour un certain nombre de problèmes, la solution n’est plus individuelle mais collective28. » Ces changements font parfois éclater le schéma rigide de la vie familiale, des rapports de genre et des schémas moraux dominants. De nombreuses femmes participent à des séances d’entraînement physique et d’autodéfense, font garder leurs enfants à une crèche autogérée, acquièrent une formation en devenant « miliciennes » de la santé ou puéricultrices. Cependant, au-delà d’une vision mythifiée, la plupart du temps le poids des dominations reste central au sein des campements, y compris les plus politisés, particulièrement en ce qui concerne le machisme et les rapports entre les sexes.

8Parmi les multiples expériences animées par le MIR, c’est sans contexte le campement Nueva La Habana qui reste le symbole de ces essais de pouvoir populaire constituant poblacional.

L’expérience de Nueva La Habana

  • 29 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., et Cofré Schmeisser B. (...)

9Le campamento Nueva La Habana naît début novembre 1970, à partir d’un déplacement des campements Ranquil, Magaly Honorato et Elmo Catalán sur une extension de terre située au croisement des avenues Departamental et Américo Vespucio. La meilleure étude à ce jour sur cette expérience reste la thèse en sociologie des luttes urbaines de Christine Castelain (auquel il faut ajouter le travail plus récent et solidement documenté de l’historien chilien Boris Cofré)29. Cette occupation est victorieuse grâce aux intenses manifestations du MPR depuis août et à une habile gestion du blé qui avait été semé sur cette terre. Cette céréale est récoltée puis vendue et ce sont les fonds dégagés qui financent la construction d’habitations solides, d’une petite polyclinique, d’un restaurant collectif, d’une crèche. Ce sont entre 1400 et 1500 familles qui sont ainsi logées. La moyenne d’âge se situe entre 20 et 30 ans et 28 % des chefs de famille sont ouvriers, alors que la même proportion est composée de salariés de la construction.

10Ainsi que le souligne Abraham Pérez (acteur de l’occupation de Nueva La Habana et ouvrier de la construction), l’originalité de Nueva La Habana est que les pobladores exigent que les logements et infrastructures soient construits sous leur contrôle par une entreprise publique (Departamento de ejecución directa de la CORVI) et non par le privé ou une coopérative d’auto-construction. Quant à l’ouvrier José Moya, il habite aussi Nueva La Habana :

  • 30 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001. D’autres auteurs parlent de 64 familles par manz (...)

« C’est la chose la plus démocratique que j’ai connue de ma vie dans la forme d’élection des dirigeants, tant de la direction du campamento, que des dirigeants de base, de manzana [ensemble de logements]. Nueva La Habana, c’était 1 500 pobladores divisés en 24 manzanas et chaque manzana était composée de 64 sites, dont 63 pour les familles et un pour le local de la manzana. Dans ce local se déroulait toute la vie de chaque manzana : tous les après-midi se réunissaient ici les pobladores, ils discutaient les problèmes de santé, de surveillance, de ravitaillement, d’éducation30… »

  • 31 Alvarado J., Cheetham R., Rojas G., « Movilización social en torno al problema de la vivienda », op (...)

11La caractéristique de cette organisation est qu’elle répond à la tentative de briser un schéma politico-administratif de type vertical, afin d’essayer d’incorporer le plus grand nombre possible de familles au processus de participation31.

  • 32 Castelain C., « Histoire du campamento Nueva Habana », Espaces et Sociétés, Paris, n° 15, avril 197 (...)
  • 33 Cohen Tom, Campamento Nueva La Habana, Amram nowak production, New York, 1975.
  • 34 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.
  • 35 Voir le témoignage de Manuel Paiva (in Neghme F., Leiva S., La política del MIR…, op. cit.).
  • 36 Le film de Tom Cohen montre bien ce type d’activités, comme le théâtre populaire par exemple, réali (...)
  • 37 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.
  • 38 Pastrana E. et Threlfall M., Pan, techo y poder : el movimiento de pobladores en Chile (1970-1973), (...)

12Selon C. Castelain, la « naissance d’un sentiment de pouvoir, créatrice d’un nouvel ordre moral, la participation au fonctionnement interne du campamento est très élevée32 ». Aujourd’hui, l’histoire du campamento Nueva La Habana nous est aussi accessible grâce à une histoire élaborée par les pobladores eux-mêmes avec l’aide d’étudiants (en 1972) ou encore par le biais du film-documentaire Nueva La Habana de Tom Cohen33. Le front de la santé constitue l’un des éléments moteurs de ce processus participatif et il est animé par des « miliciennes de la santé ». Comme en témoigne José Moya, chaque manzana maintient son équipe de santé et elle travaille avec la polyclinique installée au centre du campement et avec « l’hôpital pour enfants34 ». Elles sont chargées de parer aux maladies les plus fréquentes et de veiller à l’hygiène des familles. C’est après une série d’occupations des locaux du Service national de santé (SNS), que sont obtenus l’aide de docteurs volontaires, des médicaments et la reconnaissance légale de ce service de proximité, en collaboration avec l’hôpital Sotero del Rio35. Le front culturel est l’un des premiers à être créé (mi-novembre 1970). Il a comme but non seulement l’autocréation d’espaces de divertissement et d’activités artistiques36, mais aussi la conscientisation et l’éducation : pour José Moya cela a signifié une riche expérience d’éducation populaire37. On peut citer également « le front des mères », qui organise les femmes du campement autour de leur problématique spécifique en tant que femme ou encore le « front des travailleurs ». Ce dernier naît de la forte présence de chômeurs à Nueva La Habana. S’organise alors un comité de travail volontaire qui travaille en coordination avec les salariés du campement, en particulier avec ceux qui, comme Abraham Pérez, font partie de la CORVI. Ces chômeurs participent à la construction des logements et se forment pour de futures constructions. Sur un total de 500 personnes qui travaillent à la construction, environ 300 sont des pobladores de Nueva La Habana. Comme le déclare un habitant aux étudiants d’architecture, la création du Front des travailleurs a comme objectif que « le camarade chômeur ne perde pas de vue sa condition de prolétaire38 ».

  • 39 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 141-151.
  • 40 Voir le témoignage de Manuel Paiva (op. cit.).
  • 41 Tribuna, Santiago, 23 avril 1971.

13Enfin, dernier champ de participation essentiel à Nueva La Habana, celui de la sécurité du campement. Chaque manzana envoie un délégué volontaire qui acquiert une petite formation d’autodéfense. Cette organisation est issue de la « commission de discipline » qui existe au moment de la création du campamento. Il s’agit de lutter contre les « clandestins » (de l’extérieur), contre la prostitution, le vol et l’alcoolisme mais aussi la police ou les commandos d’extrême droite. Ce type d’activité rejoint aussi ces formes d’auto-administration de la justice déjà mentionnées : « Ce front pose les jalons d’une justice populaire interne, chargée de résoudre certains problèmes d’injustice quotidienne. En fait, ce front intervient surtout dans les conflits conjugaux, là où l’inégalité et la domination d’un des deux partenaires sur l’autre est flagrante : le cas des hommes ivres qui battent leur femme et leurs enfants39. » Les « juges » sont des membres du front de surveillance et c’est avec la direction du campement que sont dictées les sanctions : en général, du travail volontaire ou encore la lecture d’œuvres marxistes, avec un examen final (sic !). Cette justice interne possède même une salle propre où peuvent être mis à demeure les accusés. La manzana Z représente la dernière sanction avant l’expulsion définitive de la famille40. L’un de ces jugements populaires le plus fameux reste celui de mai 1972, où à la suite d’un viol, les dirigeants du campement ont bien du mal à contenir la colère d’une petite minorité, prête à émasculer leur « camarade » violeur. Finalement, cet incident finit par démontrer les effets potentiellement dangereux pour le MIR de ces tentatives de justice populaire, puisque ce tribunal de mai 72 finit par se retourner contre les dirigeants du campement, accusés par une fraction de l’assistance de monopoliser le pouvoir. Cela montre aussi le manque de maturation politique et culturelle des pobladores pour envisager la justice selon des critères renouvelés : « Les pobladores tentent a priori de protéger l’un des leurs, en ne le remettant pas à la justice, dans un réflexe social de classe. Mais, ils sont arrêtés et freinés dans leur réflexe de défense par le respect des valeurs traditionnelles bourgeoises. » En effet, la majorité après avoir hésité, décide de remettre le coupable à un psychiatre qui le suivait depuis quelque temps. Bien sûr la presse de droite – telle que El Mercurio, La Prensa ou Tribuna – n’a de cesse de dénoncer cette justice qui échappe à l’appareil étatique et qui représenterait selon elle « la fin de la liberté personnelle et, même, la vie intime de chacun41 ».

  • 42 Ce changement de tactique est entériné lors du premier congrès du Campamento Nueva La Habana, en fé (...)
  • 43 Castelain C., « Histoire du campamento Nueva Habana », op. cit., p. 125.
  • 44 À ce propos, Boris Cofré propose 3 étapes : formation (1970) – consolidation (1971-1972) – approfon (...)

14Nueva La Habana représente une tentative concrète de pouvoir populaire local, sous égide du MIR. Cependant, là encore, la participation de la base se révèle vite insuffisante et on peut noter une nette démobilisation durant l’année 1972, suite au tournant ouvrier du MIR42. Ainsi, de nombreux fronts entrent en léthargie à Nueva La Habana : « La jefatura, le front de la santé, de surveillance, d’éducation se transforment en institutions locales, régulatrices dont le but est l’accomplissement minimal de fonctions spécifiques mais dont les liaisons avec les luttes s’estompent, […] devenant de petits appareils bureaucratiques chargés de faire fonctionner le campamento43. » Des sociologues font le même constat. C’est justement en gardant à l’esprit ces limites à la participation, même au niveau local et parmi les secteurs sociaux les plus combatifs, que l’on peut comprendre la dynamique irrégulière et saccadée du pouvoir populaire. Comme nous le verrons, après une étape de flottement et de reflux, Nueva La Habana reprend de la vigueur et ses habitants sont de nouveau à l’avant-garde du mouvement social urbain, durant l’année 1973 en combattant pour le « ravitaillement direct44 ».

L’Assemblée de Concepción : révolte dans la révolution

Le manifeste de mai et « l’Assemblée populaire »

  • 45 Voir la chronologie détaillée des événements présentée dans Chile Hoy, n° 8 et 12 (1972).
  • 46 Depuis le « manifeste de Linarés » (du nom de la province agricole de Linarés), qui – en décembre 1 (...)
  • 47 On y trouve la signature de militants de la CUT provinciale, du Commando provincial de pobladores ; (...)
  • 48 Chile Hoy, n° 8 et 12 (1972).
  • 49 PS, MAPU, MIR, IC, Documento de Concepción, Concepción, mai 1972.
  • 50 En effet, Luís Corvalán, dans un discours à la radio, le 19 mai 1972, réagit violemment contre les (...)

15Les événements qui se déroulent dans la ville de Concepción entre mai et juillet 1972 confirment l’intensification des divergences au sein de la gauche. On a beaucoup écrit sur ce qui est resté comme « l’Assemblée populaire », qui a lieu dans la troisième ville du pays, cœur d’une région économique importante et berceau du MIR45. Rappelons rapidement les faits. En mai 1972, la droite tente de réaliser une nouvelle manifestation dans cette ville, comme elle avait pu le faire lors de la marche des « casseroles vides ». Face à cette décision, la gauche met sur pied une contre-manifestation à laquelle participent de nombreuses organisations sociales locales, dont la CUT provinciale. Le MIR est même formellement invité par l’UP locale alors que, détail symptomatique, la direction provinciale du PC décide de se retirer. C’est finalement le 12 mai que plusieurs milliers de personnes se réunissent en assemblée dans le forum de l’université. S’y regroupent des ouvriers, des pobladores et des étudiants qui pendant plus de deux heures écoutent les interventions de 35 orateurs. Ensuite, une manifestation d’environ 10 000 personnes se déroule et se solde par de nombreux accrochages avec les forces de police, dépêchées par l’Intendant de la province, un militant communiste. Ces violences aboutissent même à la mort d’un étudiant. Suite à cette première action commune se met sur pied une sorte d’union locale entre le PS, le MAPU, l’IC et le MIR46. Elle s’effectue sur la base d’une critique ouverte des déficiences de direction de la gauche gouvernementale. Ce front unitaire culmine avec l’appel de « l’Assemblée populaire de Concepción », prévue pour le 26 juillet 1972 (une des dates anniversaires de la révolution cubaine). Cet appel est adressé tant aux partis de gauche qu’au mouvement social47. La condamnation par le PC est immédiate et sans appel : « Ceci est une manœuvre que la réaction et l’impérialisme sont en train de promouvoir au moyen d’éléments de l’ultra gauche et en particulier du MIR », manœuvre qui serait destinée « à diviser l’Unité populaire ». Une accusation grave qui fait réagir dès le lendemain le PS : « Nous croyons que ce qui est grave, c’est qu’un parti de l’UP désavoue l’Assemblée du peuple, avec un langage qui le fait se confondre avec le Parti national48… » Le « Manifeste de Concepción », rendu public le 24 mai 1972, a pourtant essayé d’expliciter les objectifs recherchés49. L’attitude de rejet du PC contre « l’ultragauche » y est fortement critiquée50. Dans ses « perspectives futures », le manifeste souligne que deux politiques s’affrontent au sein de la gauche : l’une réaffirmant la possibilité de la conciliation avec « les ennemis du peuple » et l’autre, qui revendique des mesures destinées à renforcer le contrôle ouvrier et la mobilisation populaire.

  • 51 Il semble que l’intervention de ces derniers ait été obtenue suite à la pression de militants FTR p (...)

16Finalement, l’Assemblée est un succès car soutenue par 60 syndicats, 31 campamentos, 16 organisations étudiantes, 27 centres de mères. El Surazo, journal d’Osorno, écrit par des étudiants de l’Université du Chili, nous livre une description vivante de celle-ci. La caractéristique centrale en est l’intervention de militants de base qui expriment leur désir de participation et de justice sociale dans le langage du peuple51.

  • 52 El Surazo, Osorno, 15 août 1972.

« Un gros monte à la tribune. C’est un ouvrier en tablier. Il vient juste du travail, plein d’huile. Il porte une casquette qui ne parvient pas à lui couvrir la tête et ses cheveux pendent de tous les côtés. Il a 5 cinq minutes pour parler. Il frappe bruyamment la tribune. Prend le microphone et crie : “Il faut arrêter avec les beaux discours [palabreria]… Il faut arrêter de croire que les choses sont faciles. Non. Les choses ne sont faciles pour personne. Ni pour le gouvernement, ni pour nous autres. Et c’est pour cela que nous sommes ici, […] nous n’allons pas répondre à notre compromis avec la révolution avec des applaudissements et des cris. Nous allons le faire dans les industries, dans les grandes propriétés terriennes, dans les mines. Et quand viendra l’heure, nous le ferons aussi dans l’affrontement final avec les riches”52. »

17Sur la place en dehors du théâtre « Concepción », une foule compacte écoute les interventions qui crépitent depuis les haut-parleurs. L’assemblée se termine à minuit par un défilé dans le centre de la ville.

  • 53 El Mercurio, 29 juillet 1972.
  • 54 Santa Cruz E., « Órganos de poder del pueblo », supplément au n° 189, Punto Final, Santiago, 31 jui (...)

18Les deux positions en présence (celle du MIR et de l’UP) se concrétisent dans deux motions proposées au vote. Elles sont même publiées par El Mercurio53. C’est finalement la motion du MIR qui est adoptée. Ce fait contribue à accentuer la formidable polémique que déclenche cette réunion, abusivement nommée « Assemblée populaire » alors qu’elle n’est finalement qu’un grand meeting provincial et unitaire. Pourtant à aucun moment, le MIR ne se prononce pour la création d’un « pouvoir dual » et affirme clairement que le « fondamental » reste l’appui au programme de l’Unité populaire54. En ce sens, ce qui a été appelé « Assemblée populaire » ne doit pas être confondu avec un conseil ouvrier. Il s’agit d’une action bien plus limitée de certains secteurs de la gauche afin de faire pression sur le gouvernement. Pourtant, le lendemain, La Prensa, journal de l’opposition déclare dans un grand titre : « Commotion à Concepción : l’Assemblée du peuple est un acte de sédition ». Cette préoccupation se traduit aussi par une vive réaction du gouvernement et une longue polémique au sein de la gauche.

La condamnation du « double pouvoir » par Allende

  • 55 Lettre publiée dans El Mercurio, 2 août 1972.

19Dans « une lettre ouverte aux partis de l’UP », publiée par El Mercurio, Salvador Allende expose sa position face à « l’Assemblée du peuple » de Concepción. Plus largement, il s’agit d’un document historique essentiel pour comprendre le processus de l’UP puisqu’il développe la vision du premier mandataire chilien en ce qui concerne les relations entre le gouvernement, les partis de gauche et le mouvement social55. Allende y condamne sèchement l’assemblée et l’attitude des partis qui y ont participé. Selon lui, il s’agit « d’un phénomène de tendance divisionniste qui va à l’encontre de l’homogénéité du mouvement » et qui possède « une potentialité perturbatrice d’une extrême gravité ». Il ajoute même : « Je n’hésite pas à le qualifier comme processus déformé, qui sert les ennemis de la cause révolutionnaire… Une assemblée populaire authentique comprendra en elle-même la pleine représentation du peuple. Pour autant, elle assumera tous les pouvoirs. Pas seulement les pouvoirs délibératifs mais aussi celui de gouverner. » On retrouve donc ici l’idée que la gauche de l’UP et le MIR serviraient indirectement « l’ennemi de classe ». On peut d’ailleurs s’étonner que le président de la République ait pu donner tant d’écho à cet événement de Concepción. En fait, derrière les préoccupations présidentielles, se niche – de manière certes encore théorique – la question du double pouvoir. C’est pour cette raison qu’Allende condamne de nouveau publiquement, dans le premier journal du pays et avec tant de véhémence, tout pouvoir populaire non contrôlé par l’UP.

  • 56 El Siglo, 31 août 1972.
  • 57 Testimonio Hernán Mery, Santiago, 31 août 1972.
  • 58 Punto Final, 15 août 1972.
  • 59 Chile Hoy, 31 août 1972.

20Le PC et les secteurs les plus modérés de l’UP se trouvent ainsi officiellement confortés. Cela permet à Luís Corvalán de répondre à la lettre du président, le 29 août, en reprenant son argumentaire contre « l’ultra-gauche ». Celui-ci répète que l’objectif central est l’augmentation de la production et qu’un des dangers de l’Assemblée de Concepción est justement de fragiliser la stratégie d’alliance avec les couches moyennes et une partie de la bourgeoisie56. Quant à la gauche-chrétienne, dans sa réponse, elle ratifie le fait que selon elle, « l’UP reste le meilleur et plus efficace instrument que le peuple se soit jamais donné », bien qu’il faille corriger plusieurs déficiences57. Les chrétiens de gauche rappellent que la conjoncture est celle d’une notable démobilisation des secteurs populaires, alors que les classes dominantes passent à l’offensive. Selon cette organisation, la démobilisation serait le fruit des erreurs de direction politique de l’UP. Ce document rappelle les pratiques sectaires des partis et défend l’idée qu’il faut parvenir à canaliser la mobilisation populaire. La réponse du PS est proche. Le secrétaire général du PS de Concepción se défend : « Nous avons l’impression que le camarade Allende n’a pas été entièrement informé du processus appelé ici “Assemblée du peuple” » et ajoute qu’il ne constitue pas « “un pouvoir parallèle”58 ». Même si certains commentateurs (comme le journal Punto Final) diagnostiquent que la gauche de l’UP ne récuse pas entièrement l’Assemblée, ces déclarations ont pourtant bien l’air d’un mea culpa offert au gouvernement. Le MIR valide quant à lui pleinement les événements de Concepción, en appelant à ce que le peuple crée son propre pouvoir par la création de « Conseils communaux de travailleurs ». Cependant, Miguel Enríquez met aussi un bémol aux déclarations émises en faveur du remplacement du Parlement, en rappelant que l’Assemblée de Concepción n’a été qu’un acte « d’agitation et de propagande ». Par contre, il confirme son appel à la constitution d’un pouvoir populaire autonome de l’État bourgeois. Selon le secrétaire général du MIR, ce sont les conseils communaux de travailleurs qui seront la base de ce nouveau pouvoir alternatif au « parlement, à la justice des patrons ou à la bureaucratie59 ».

  • 60 Illanes M. A., La batalla de la memoria. op. cit., p. 17.

21Quel bilan peut-on faire de l’impact de l’Assemblée de Concepción ? Notons, tout d’abord qu’elle en reste à un stade d’assemblée locale délibérative, sous égide d’une partie de la gauche partisane. Elle possède néanmoins une signification importante en tant qu’espace d’expression de milliers de salariés organisés. D’autre part, en ce qui concerne le champ politique, cette réunion massive met en relief les incompréhensions et les critiques souterraines qui existent chez les militants de gauche quant à la direction donnée aux réformes par l’UP. L’idée du « pouvoir populaire » commence à prendre du poids à cette époque. L’une des preuves de ce phénomène est le débat qui a lieu sur la question du « double pouvoir », débat relayé par plusieurs intellectuels. C’est pour cela que « l’Assemblée populaire », « fait date » dans le déroulement de l’UP. Il y a bien là un « événement historique », c’est-à-dire « une rupture systémique – dans le sens de la dialectique hégélienne – ou au moins une discontinuité – au dire de Foucault – comprenant la fissure d’un fil chronologique, la marque d’une nouvelle phase60 ». Une nouvelle étape s’ouvre effectivement.

Notes

1 Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, op. cit.

2 Ce type de tensions traverse l’ensemble de l’UP et chaque parti.

3 Principios, n° 144, 1972.

4 Sur la vision économique de Vuskovic Pedro : Obras escogidas sobre Chile (1964-1992), Santiago, CEPLA, 1993.

5 Unidad Popular, La Declaración de El Arrayán, Santiago, 9 février 1972 (in V. Farías, op. cit., t. III, p. 1976-1993).

6 Ainsi si l’accord CUT-gouvernement a prévu une augmentation des salaires maximum de 22 % pour 1972, la multiplication des grèves, occupations d’usines et du taux de syndicalisation font que durant le premier semestre 1972, les augmentations monétaires de salaires dépassent les 40 %. Cependant, cette importante croissance du pouvoir d’achat est progressivement absorbée par l’inflation galopante.

7 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

8 Entretien réalisé à Iquique, le 6 novembre 2001.

9 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.

10 Posición, n° 9, 14 juin 1972.

11 Najman M., Le Chili est proche : révolution et contre-révolution dans le Chili de l’Unité populaire, Paris, F. Maspero, coll. « Cahiers Libres », 1974, p. 36.

12 Castells M., La lucha de clases en Chile, op. cit., p. 240-242.

13 Garcés M., « Construyendo las poblaciones : El movimiento de pobladores durante la Unidad Popular », in J. Pinto (éd.), Cuando hicimos historia. op. cit., p. 57-79.

14 Chiffres officiels cités par Garcès J., El Estado y los problemas tácticos en el gobierno de Allende, México, Siglo XXI, 1974, p. 151.

15 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana : los pobladores de Santiago, 1957-1987 », EURE, Santiago, vol. 24, n° 72, septembre 1998.

16 Alvarado J., Cheetham R., Rojas G., « Movilización social en torno al problema de la vivienda », EURE, Santiago, V. III, n° 7, avril 1973, p. 37-70.

17 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana », op. cit.

18 Sader E., Quevedo S., Algunas consideraciones en turno a las nuevas formas de poder popular en poblaciones, Santiago, CIDU-U, Católica de Chile, Documento de trabajo n° 57, 1972.

19 Le gouvernement dépend ici en grande partie du secteur privé de la construction.

20 CIDU, « Reivindicación urbana y lucha política. Los campamentos de pobladores en Santiago de Chile », EURE, Santiago, vol. 2, novembre 1972, p. 55-81.

21 Cancino H., Castro C., Poder obrero y popular en Chile, op. cit., p. 198-199.

22 Mensaje, n° 193, octobre 1970.

23 Punto Final, n° 185, 5 juin 1973 et Garcés M., La lucha por la casa propia y una nueva posición en la ciudad, op. cit.

24 Enríquez Edgardo, « Entrevista a un miembro de la comisión política del MIR », Santiago, 28 juillet 1972 (in Documentos Internos 2-A – 1973 – Archives du CEDETIM – Paris).

25 Espinoza V., Para una historia de los pobres de la ciudad, op. cit., p. 302-328.

26 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares », op. cit.

27 Neghme F., Leiva S., La política del MIR…, op. cit., p. 120-182.

28 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana – Chili – 1970-1973. Rapports entre transformations des pratiques sociales, des représentations idéologiques et intervention politique dans un mouvement revendicatif urbain, Paris, École pratique des hautes études, thèse de troisième cycle, 1976.

29 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., et Cofré Schmeisser B., Campamento Nueva La Habana. El MIR y el Movimiento de Pobladores 1970-1973, Santiago, Escaparate, 2007.

30 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001. D’autres auteurs parlent de 64 familles par manzanas.

31 Alvarado J., Cheetham R., Rojas G., « Movilización social en torno al problema de la vivienda », op. cit.

32 Castelain C., « Histoire du campamento Nueva Habana », Espaces et Sociétés, Paris, n° 15, avril 1975, p. 117-131.

33 Cohen Tom, Campamento Nueva La Habana, Amram nowak production, New York, 1975.

34 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

35 Voir le témoignage de Manuel Paiva (in Neghme F., Leiva S., La política del MIR…, op. cit.).

36 Le film de Tom Cohen montre bien ce type d’activités, comme le théâtre populaire par exemple, réalisé avec l’appui des étudiants de l’Université du Chili. Voir aussi un autre documentaire : Congregación Católica Maryknoll, Campamento Nueva La Habana, Chile-EE. UU., 1971.

37 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

38 Pastrana E. et Threlfall M., Pan, techo y poder : el movimiento de pobladores en Chile (1970-1973), Buenos Aires, SIAP-Planteos, 1974, p. 82.

39 Castelain C., Enquête sociologique sur le bidonville Nueva Habana, op. cit., p. 141-151.

40 Voir le témoignage de Manuel Paiva (op. cit.).

41 Tribuna, Santiago, 23 avril 1971.

42 Ce changement de tactique est entériné lors du premier congrès du Campamento Nueva La Habana, en février 1972.

43 Castelain C., « Histoire du campamento Nueva Habana », op. cit., p. 125.

44 À ce propos, Boris Cofré propose 3 étapes : formation (1970) – consolidation (1971-1972) – approfondissement (1973) (op. cit.).

45 Voir la chronologie détaillée des événements présentée dans Chile Hoy, n° 8 et 12 (1972).

46 Depuis le « manifeste de Linarés » (du nom de la province agricole de Linarés), qui – en décembre 1971 – critiquait la faiblesse du gouvernement, ses reculs et appelait à une réforme agraire radicale, c’est la seconde fois que se produit une telle convergence entre le MIR et certains secteurs de l’UP (cf. Sarget M. N., Les passions politiques du Chili durant l’Unité populaire, op. cit., p. 331-334).

47 On y trouve la signature de militants de la CUT provinciale, du Commando provincial de pobladores ; des fédérations étudiantes de Concepción. Tous, appartiennent au MAPU, au MIR et au PS.

48 Chile Hoy, n° 8 et 12 (1972).

49 PS, MAPU, MIR, IC, Documento de Concepción, Concepción, mai 1972.

50 En effet, Luís Corvalán, dans un discours à la radio, le 19 mai 1972, réagit violemment contre les « groupes aventuriers de l’ultragauche », mis sur le même plan que « l’ultra droite » (El Siglo, 19 mai 1972).

51 Il semble que l’intervention de ces derniers ait été obtenue suite à la pression de militants FTR présents dans la salle.

52 El Surazo, Osorno, 15 août 1972.

53 El Mercurio, 29 juillet 1972.

54 Santa Cruz E., « Órganos de poder del pueblo », supplément au n° 189, Punto Final, Santiago, 31 juillet 1973.

55 Lettre publiée dans El Mercurio, 2 août 1972.

56 El Siglo, 31 août 1972.

57 Testimonio Hernán Mery, Santiago, 31 août 1972.

58 Punto Final, 15 août 1972.

59 Chile Hoy, 31 août 1972.

60 Illanes M. A., La batalla de la memoria. op. cit., p. 17.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540