Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Vers le débordement ? De l’échec des comités de l’unité populaire à l’assemblée de concepción

Chapitre II. Tensions politiques et radicalisation du mouvement ouvrier

Texte intégral

Tensions au sein de l’Aire de propriété sociale (APS)

Division de la gauche et mise en place de la participation des salariés

  • 1 Samaniego A., « Los limites de la Estrategia de la Unidad Popular y el Área de propiedad Social », (...)
  • 2 La typologie gradualiste/rupturiste est celle qui est désormais communément utilisée par les cherch (...)

1L’Aire de propriété sociale entre rapidement en contradiction avec les contours étroits de la stratégie de l’Unité populaire1. Au cœur de ce lent épuisement se trouvent les déficiences de la politique économique – à moyen terme – du gouvernement et l’accentuation des différenciations entre les deux pôles de la gauche chilienne. Le pôle « rupturiste » réitère ses appels à étendre l’APS et les interventions économiques du gouvernement. Le grand capital privé est dénoncé comme l’ennemi central et les consignes de contrôle ouvrier fusent depuis les bases critiques du PS, MAPU et des chrétiens de gauche ; et, en dehors de l’UP, depuis le MIR et d’autres petites organisations. Le pôle « gradualiste », quant à lui, souligne de nouveau la nécessité du réalisme politique et du danger d’accélérer davantage le processus, ce qui pourrait créer un surcroît « d’ennemis de classe2 ». Selon le sociologue Tomás Moulian,

  • 3 Moulian T., Conversación…, op. cit., p. 97-101.

« le drame consistait en ce que ni l’un, ni l’autre, n’a eu la conscience de ces difficultés effectives et ainsi, le processus total a été vécu au milieu d’une double rhétorique. D’un côté, était celle des “modérés” qui se faisaient forts (avec Allende et le PC à leur tête) de contrôler, sans coûts, la dynamique déployée. De l’autre, était la rhétorique des maximalistes, qui croyaient qu’on pouvait, avec de très faibles coûts, réaliser le slogan “Avancer sans transiger”3 ».

  • 4 Le déficit programmé en tant que dépense totale du budget de l’État est de 25,5 % en 1971, 23,6 % e (...)
  • 5 Sader E., « Chili : la transition manquée », Critique de l’économie politique, Paris, n° 16-17, avr (...)
  • 6 Bitar S., Chile 1970-1973 : asumir la historia para construir el futuro, Santiago, Pehuen, 1995.
  • 7 El Mercurio, 12 mars 1972.
  • 8 Corvalán Márquez Luís, Los partidos políticos…, op. cit., p. 158-159.
  • 9 Entretien réalisé à Santiago, 11 mars 2002. Cette opinion est confirmée par plusieurs témoins privi (...)

2L’APS est, dès la fin 1971, en proie à des difficultés financières et productives qui amplifient un sentiment de frustration des salariés engagés cœurs et âmes dans la « bataille de la production ». La procédure classique lors de la nationalisation des entreprises appelées à former l’APS est celle de l’établissement d’un prêt, fait à l’entreprise nationalisée, par la Banque d’État. Cette dernière conclut un accord de paiement avec l’ancien propriétaire. L’acquittement de cette dette, combiné au financement des importations et au taux d’amortissement du capital fixe, constitue durant toute la période, un poids non surmonté par le gouvernement. En fait, l’État reporte cet endettement sur les entreprises de l’APS et ses salariés. Au bout de quelques mois, la dette des entreprises est hors de tout contrôle, les salariés de l’APS ne pouvant couvrir l’amortissement, ni les coûts de production4. À ces difficultés, s’ajoute celle de l’inertie de l’appareil d’État et la difficulté de gérer « par en haut » des fractions aussi vastes et diversifiées de l’économie. D’autre part, une importante partie de l’argent déboursé par l’État pour indemniser le patronat exproprié, s’oriente progressivement vers le marché financier et les opérations spéculatives. Dès 1971, on note une baisse de 25 à 30 % des investissements privés5. À cette conjoncture s’ajoute la forte baisse du prix du cuivre sur le marché mondial, le poids croissant de l’ingérence impérialiste dans le pays, la suppression des lignes de crédit international, la dépendance technologique du Chili (dans l’électronique, le secteur des machines-outils, la chimie…). Ainsi, se maintient le déficit de la balance des paiements. L’UP est consciente de ces difficultés croissantes et essaie de rectifier l’orientation de sa politique, tout du moins de la mettre en débat. Pourtant, les différences d’appréciations se maintiennent6. Cette absence de consensus au sein des principaux partis de gauche est un facteur décisif. Le PS par exemple réaffirme : « L’État bourgeois au Chili ne sert pas pour construire le socialisme et sa destruction est nécessaire7. » Dans cette optique, les positions réformistes du PC sont fortement critiquées, quoique de manière implicite. Au même moment, le gouvernement continue les interminables discussions avec la DC, en déléguant son représentant le plus « droitier », le ministre de la justice Manuel Sanhueza (membre du Parti radical)8. Ce n’est pas un hasard, que le point de conflit central porte justement sur l’ampleur et l’extension de l’Aire de propriété sociale. La DC cherche, par tous les moyens, à limiter le pouvoir d’intervention du gouvernement comme en témoigne aujourd’hui, Carlos Altamirano9. C’est pourtant sur ce « dialogue de sourds », que l’UP base de nombreux espoirs. Cet essai de consensus, au niveau du champ institutionnel, entre la direction de l’UP et les chrétiens-démocrates, destiné à trouver un centre politique stable est un échec patent jusqu’au coup d’État. Dans les faits, la DC se fait porte-parole de la bourgeoisie industrielle et combat l’extension de l’APS qu’elle considère – à juste titre – comme une base possible d’accentuation des mobilisations ouvrières. L’échec des négociations accentue parallèlement les appels à la rupture de la part d’organisations telles que le MIR et lie les militants, à la base, les plus à gauche (ceux du PS, du MAPU, de l’IC avec le MIR).

  • 10 Voir les conclusions de Espinoza et Zimbalist (Democracia económica, op. cit., p. 231).
  • 11 Zapata F., « Las relaciones entre el movimiento obrero y el gobierno de S. Allende », Cuadernos del (...)

3En ce qui concerne la mise en place du système de participation, on peut observer sa lenteur initiale10. Le nombre de travailleurs concernés par la participation varie considérablement suivant les secteurs économiques : cela concerne moins de 2 % des salariés du secteur de la pêche, de la chimie ou de la construction, alors que les domaines les plus impliqués sont l’énergie (20,8 % soit plus de 40 000 salariés) ; la mine (18,9 % pour plus de 37 000 salariés) ou le textile (11 % pour plus de 21 000 salariés)11. Cependant, progressivement et grâce aux mobilisations ouvrières, ce secteur va s’étendre de manière notable dans certains domaines : ainsi, en 1973, l’aire sociale représente 30 % de la force de travail industrielle (soit pas moins de 140 000 personnes) ; 95 % du crédit bancaire et 90 % de la production minière.

  • 12 Voir le témoignage de Sergio Aguilar, militant ouvrier du MAPU (entretien réalisé à Santiago en mai (...)
  • 13 Chiffres tirés de Clarin, Santiago, 22 décembre 1970.
  • 14 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 166. Voir aussi le témoignage de Sergio Aguilar (entre (...)
  • 15 Voir aussi : « La negra historia de los Yarur », Central Única, Santiago, juillet-août 1972.

4L’un des symboles de la lutte pour l’expropriation reste l’usine textile Yarur (plus de 4 000 salariés). Peter Winn a montré comment, non seulement sous la pression de ses salariés, mais aussi de toute une partie du peuple chilien, cette importante usine a été réquisitionnée. Comme le rappelle le témoignage de Sergio Aguilar, le mouvement syndical de Yarur en 1970 est encore jeune et assez inexpérimenté12. Son occupation et la grève générale sont le point culminant de tout un mouvement politique, canalisé et polarisé à l’intérieur de l’entreprise, et ce notamment grâce à une nouvelle génération de militants syndicalistes. Les élections syndicales, qui se déroulent à la fin décembre 1970, confirment la présence d’un fort contingent d’ouvriers favorables à la gauche : les candidats de l’UP obtiennent 1 200 voix, contre 2 900 pour l’opposition, plus proche des idées de J. Yarur13. Dans leurs assemblées, les salariés exigent l’expropriation de l’entreprise sans compensation pour les anciens propriétaires, connus pour leurs pratiques alternant autoritarisme et paternalisme. Appelant à « libérer leur usine », l’occupation est décidée le 15 avril 1971, non sans heurts politiques internes. C’est la nouvelle génération de militants ouvriers, particulièrement ceux du MAPU et du PS qui portent ce mouvement, ceci contre l’opposition mais aussi contre les militants communistes (dont le dirigeant syndical, Jorge Lorca)14. Ce mouvement en faveur de la réquisition de Yarur s’effectue sur la base d’un clair débordement du gouvernement et des directions des partis de la gauche. Le 28 avril 1971 représente, encore aujourd’hui, dans la mémoire militante de Yarur, « le jour de la libération ». La spécificité et le caractère radical de cette mobilisation résident dans le fait qu’il s’agit d’une réquisition dont la motivation essentielle n‘est pas économique, mais politique. Selon Peter Winn, le conflit pour la nationalisation de Yarur symbolise, à lui seul, la lutte pour la « Révolution par en bas » (Revolution from below) et la teneur de l’affrontement en cours entre capital et travail15.

  • 16 Voir Rojas J., Rodríguez C., Fernández M., Cristaleros : recuerdos de un siglo, op. cit. Les auteur (...)
  • 17 À la fin 1972, le syndicat des professionnels décide de se retirer de l’administration, suite à un (...)
  • 18 À cette date, n’existent toujours pas les comités de participation par section, ni le conseil d’adm (...)
  • 19 Chile Hoy, 17 juillet 1972 et Punto Final, supplément au n° 168, 10 octobre 1972.
  • 20 Encuentro de Trabajadores Textiles, Santiago, Quimantú, 1972.
  • 21 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.
  • 22 La Aurora de Chile, 2 août1973.

5Un autre symbole de cette dynamique de rupture est l’entreprise de verre Cristalerias de Chile, qui compte 3 usines en 1970 et 800 salariés. Une étude monographique montre qu’il est illusoire d’y voir l’incarnation de « l’avant-garde ouvrière ». Il s’agit plutôt, là encore, d’un processus de lente politisation, qui s’accélère dans les années 1970. Et qui se traduit par l’arrivée d’une nouvelle génération de dirigeants syndicaux, issue particulièrement du PS (ils participent à la création de la Fédération syndicale du Verre)16. La réquisition de l’entreprise, acceptée par l’UP, se produit suite à un mouvement de grève, en juillet 1972. La participation est vécue de manière contradictoire par les salariés Cristeros et nombre d’entre eux s’opposent au passage à l’APS. Elle est par contre un succès en termes économiques puisque la production est en constante augmentation durant toute la période17. Lors d’une visite, en janvier 1973, Salvador Allende reconnaît publiquement les difficultés de fonctionnement de la participation au sein de l’entreprise18. Là encore, pas de politisation massive des salariés, mais « plutôt un instinct de classe et non une conscience claire de ce qui se passait », où s’entremêlent intérêts personnels (conserver son travail dans une période troublée) et une adhésion relative à un projet collectif. Dans d’autres usines textiles, le passage à l’APS et la participation sont plus difficiles encore. En juillet 1972, 600 délégués des 20 entreprises du secteur textile nationalisé organisent une importante réunion à Santiago aux côtés de ministres (M. Baltra et C. Maltus). Cette rencontre est destinée à évaluer les progrès de la participation. Ses conclusions montrent un réel mécontentement contre le phénomène bureaucratique19. Il est demandé que les conseils d’administration rendent compte au moins tous les deux mois du fonctionnement de l’entreprise (preuve que ce n’est pas le cas) et que l’assemblée des travailleurs ait le pouvoir de sanctionner et révoquer les interventores nommés par l’État20. En fait, la critique de la pratique du cuoteo, c’est-à-dire de la répartition des postes de direction des entreprises nationalisées suivant une logique politique clientéliste, est récurrente. Tomás Inostroza, quant à lui, se rappelle que dans la grande entreprise textile Paños Continental dont il est nommé interventor, il succède à deux autres militants, dénoncés et destitués auparavant par les salariés de l’entreprise. Comme il le reconnaît, lui-même est aussi accusé d’être un « dictateur21 » ; et la presse de l’époque présente sa gestion comme autoritaire. Cette accumulation de tensions aboutit même à l’occupation de l’usine avec l’appui de Luís Peña, l’un des dirigeants du Cordon industriel Macul. L’action se solde même par plusieurs blessés par balle, quand le président du syndicat tire avec son pistolet sur le cortège qui prétend envahir l’usine22 ! Dans son témoignage, T. Inoztroza cherche à dire que des incidents aussi graves sont le fruit des « ennemis de l’UP » au sein de l’entreprise, pourtant l’article cité du journal militant La Aurora de Chile paraît indiquer le contraire…

  • 23 Cf. Iturraspe F. (coord.), Participación, cogestión y autogestión en América Latina, op. cit., t. I (...)
  • 24 Voir l’enquête menée par le troskyste Raptis Michel, en 1972 : Quel socialisme au Chili ? Étatisme (...)
  • 25 Avec les nombreuses différences qui les séparent, le cas du Pérou du général Velasco est tout de mê (...)
  • 26 Voir Quijoux M., Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine, Paris, Éditions de L’IHEAL, (...)

6Lucides, gouvernement et partis de l’UP ont conscience des nombreux problèmes de participation, ainsi que des rapports parfois difficiles entre les nouvelles directions et les salariés. Dans certains cas, la mise en place du système de participation est aux antipodes de toute perspective autogestionnaire pour se rapprocher au contraire de diverses formes d’hétèrogestion, c’est-à-dire de relations sociales et de travail qui se développent « dans un encadrement hiérarchique, autocratique, autoritaire, contradictoire avec n’importe quel concept se réclamant de la démocratie23 ». Allende avait d’ailleurs un ambitieux projet de « Système national d’autogestion » (SNA), discuté en assemblées par les salariés de l’APS courant 1973 et destiné à améliorer le système de participation, mais faute de majorité parlementaire puis suite au coup d’État, il ne vit jamais le jour24. Ces difficultés mériteraient d’ailleurs une étude comparée à l’échelle internationale : on retrouve ce phénomène lors d’autres expériences historiques de participation des salariés, comme dans le Pérou du général Velasco par exemple25. Un éclairage avec des expériences plus récentes, comme en Argentine au temps du néolibéralisme, pourrait également être fructueux26.

La participation envisagée depuis le champ politique

  • 27 Plusieurs de ces entreprises font partie de la ceinture industrielle de Santiago et intègrent, par (...)
  • 28 Entretien réalisé à Santiago, le 29 mars 2002.
  • 29 Cf. les témoignages de Pablo Muñoz, « interventor » de l’usine Luchetti (entretien réalisé à La Se (...)
  • 30 Zimbalist A., « The dynamic of worker participation : an interpretative essay on the chilean and ot (...)

7Juan Espinoza et Andrew Zimbalist ont longuement travaillé la question de la participation des travailleurs, durant l’UP, et tenté de la mesurer le plus fidèlement possible au travers d’une multitude d’indices et de statistiques. Pour ce faire, ils se sont appuyés sur un échantillon de 35 entreprises de l’APS choisies au hasard, dont ils ont décortiqué le fonctionnement, suite à l’implantation de participation27. Ils ont ainsi déterminé plusieurs facteurs essentiels qui affectent la participation et l’influence réelle des travailleurs sur le fonctionnement des entreprises. Leur étude prouve qu’une forte présence de capital fixe au détriment du capital variable et une forte mécanisation d’une unité de production, ont un effet négatif sur le niveau de participation des salariés. Autre exemple, celui du mode d’administration des Interventores qui influe favorablement, ou négativement, sur le niveau de participation. Il semble que le PC privilégie la désignation d’Interventores d’extraction ouvrière, parfois directement choisis dans l’entreprise : c’est le cas d’un des enquêtés, Neftali Zuñiga28. Par contre, le PS a pu nommer de jeunes militants étudiants ou diplômés, comme Pablo Muñoz, sans grande expérience pratique, ce qui ne peut manquer de générer une certaine distance entre la base et la nouvelle administration29. Mais finalement, cette enquête montre de façon axiomatique que c’est l’orientation des syndicats, l’appui des partis politiques et l’idéologie partagée au sein des industries qui détermine, pour une part importante, le niveau de participation et de contrôle réel des salariés sur l’entreprise30.

  • 31 Winn P., Weavers of revolution, op. cit.
  • 32 Rojas Flores J., « Los trabajadores chilenos, desde la colonia hasta 1973 », ICAL, Santiago, 28 déc (...)

8Peter Winn a, quant à lui, souligné la grande diversité des positionnements idéologiques qui existent au sein des entreprises, au-delà des étiquettes partisanes. Son classement comprend le groupe des ouvriers fidèles au patron (apatronados) jusqu’à celui des « révolutionnaires » (défini par Winn comme les plus radicaux et favorables à une remise en cause de la propriété privée), en passant par les « populistes » (qui croient avant tout dans le rôle d’un leader plutôt que dans l’action collective) ; les « corporatistes » (qui mettent leur espérance dans le rôle négociateur du syndicat afin d’arracher des avantages économiques) et les « réformistes radicaux », qui cherchent à combiner la négociation syndicale avec une pression sociale respectueuse des normes légales31. Cette variété des facteurs politiques au sein du salariat expliquerait également l’aspect multiforme de l’implantation du système de participation. Selon Espinoza et Zimbalist, le plus fort degré de participation populaire aurait été impulsé par les militants du « pôle rupturiste » ; c’est-à-dire la gauche du PS, du MAPU, la Gauche chrétienne ainsi que les militants de la gauche extraparlementaire. Par contre, des organisations telles que la DC et le Parti communiste auraient contribué à freiner la constitution d’une mobilisation en faveur d’une participation active des salariés. Ceci du fait d’une vision soit opposée à une telle forme de participation (la DC), soit favorable à une participation davantage « sous contrôle » des syndicats et du gouvernement (le PC). Pourtant, les affinités politiques du salariat ne peuvent expliquer à elles seules la complexité du mouvement social urbain32. D’ailleurs, le spectre politique traditionnel a été en grande partie chamboulé durant cette période et les subjectivités ou les cultures ouvrières se sont avérées de nombreuses fois en décalage avec les attentes de partis ou de syndicats habitués à une certaine routine dans leur relation avec la base. En d’autres termes, l’étiquette partisane de tel ou tel salarié et sa place au sein du champ politique ne permettent pas de résumer à coup sûr quelle a été sa position par rapport au système de participation des salariés ou son option vis-à-vis du gouvernement Allende.

9De plus, avoir aujourd’hui une vision critique du système de participation des salariés sous l’Unité populaire, ne doit pas empêcher d’en décrire tout le potentiel, la part créative, la profonde dynamique sociale qu’il déclencha. Dans les usines où il y a un niveau de participation relativement élevé, où l’activité politique et le sectarisme ne viennent pas court-circuiter cette « Révolution par en bas », il se produit d’importantes transformations dans les formes et relations au travail. Cela se traduit à différents niveaux, qui vont de l’amélioration des conditions immédiates des salariés jusqu’au contrôle ouvrier sur la marche de l’entreprise. Un nouveau rapport des individus au travail commence à naître : davantage basé sur la coopération et la participation. Zimbalist et Espinoza décrivent une amélioration très nette en « termes de développement humain et social », renforcé grâce à un nouvel accès à la formation, à la lecture et à la santé dans plusieurs usines.

  • 33 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973.

10Prenons quelques exemples concrets. Dans l’importante entreprise de boissons CCU (Compania cervecerias unidas), l’implantation du système de participation provoque effectivement d’importants changements33. C’est pour le moins ce que pense Facundo Rios, président du syndicat (13 ans dans cette usine), Luís Godoy (29 ans comme ouvrier) ou Alfredo Neira, trésorier du syndicat (20 ans d’usine). Ce dernier se souvient du contrôle social qui y régnait auparavant : « Je suis entré en 1953. Le travail était beaucoup plus pesant, la sonnerie retentissait et tous ceux qui n’arrivaient pas à l’heure, devaient rester dehors. […] En plus de cela, on travaillait avec des majordomes [contremaîtres] dans tous les coins. » Les salariés de CCU ont réussi, au cours des années précédant l’UP, à conquérir plusieurs améliorations significatives : clinique dentaire, cantine, visites d’assistantes sociales, maisons de vacances, etc. Selon Luís Godoy, l’apport central du passage à l’APS est alors l’amélioration des conditions de travail et de rémunération. Facundo Rios tient à souligner que les conquêtes s’expriment, aussi, en termes de participation à la direction de l’usine : « Les comités de production et d’usines canalisent toutes les propositions que les camarades font et savent pourquoi ils sont en train de produire, pourquoi ils sont en train de mettre en bouteille, où cela arrive, et avec quel prix, à la population et ce que coûte de trouver la matière première. […] Les camarades sont conscients de la responsabilité et des difficultés du processus. »

  • 34 Moulian T., Conversación…, op. cit., p. 86.
  • 35 L’ensemble textile SUMAR emploie, pendant l’UP, 4 390 salariés.
  • 36 Stillerman J., « No estábamos preparados : trabajadores chilenos recuerdan la Unidad Popular », Ala (...)

11L’enquête orale permet d’approcher la « géographie sociale » de chaque entreprise. Les témoignages apportent le détail des situations concrètes, rendent possible l’esquisse du paysage individuel d’une dynamique sociale. Cela permet de confirmer que l’effectivité de la participation, au-delà de certaines défaillances du projet initial, dépend également du rapport de forces interne à l’entreprise. Dans ces récits, on découvre une véritable « épopée » ouvrière, une bataille menée dans des conditions adverses et de forte pression politico-sociale. Nous sommes là au cœur de ce que le sociologue Tomás Moulian nomme la transgression microsociale de l’ordre établi ou encore la dimension moléculaire du conflit social34. Ces luttes quotidiennes sont, à la fois, produit et conséquence – à un niveau local – de l’affrontement de classe global (voir par exemple le témoignage de Juan Alarcón, ouvrier-mécanicien et syndicaliste de la grande industrie textile Sumar-Algodón, où le seul syndicat ouvrier comporte plus de 1500 membres)35. Une fois l’entreprise nationalisée, les salariés s’affrontent à d’autres épreuves, comme maintenir une discipline de travail et l’adhésion de la majorité des salariés, techniciens y compris. Le sociologue étatsunien Joël Stillerman explique ce problème et la sensation de plusieurs militants ouvriers de gauche de ne pas y être parvenus : « Nous n’étions pas prêts », lui déclarent-ils36. Il cite le récit d’un ouvrier textile de la province de Concepción qui critique les nouveaux salariés qui amènent avec eux « de mauvaises habitudes » et un manque de savoir-faire. De tels problèmes se produisent à grande échelle dans tout le pays. L’UP a dû intégrer une « armée de réserve » encore peu formée et parfois marginalisée, afin de répondre à l’augmentation de la production. Ce projet bute sur l’absence de « discipline industrielle » de cette nouvelle force de travail, processus d’apprentissage qui a duré, par exemple, plus d’un siècle en Angleterre.

  • 37 Entretien réalisé à Santiago, 29 mai 2002.
  • 38 Ainsi, Armando Cruces, président du syndicat industriel d’une usine nationalisée (Elecmetal) appell (...)
  • 39 Entretien réalisé à Pessac (France), 25 janvier 2001.
  • 40 Stillerman J., « No estábamos preparados », op. cit.
  • 41 Entretien réalisé à Santiago, 29 mars 2002.

12Cependant, les entretiens soulignent surtout une époque de réelle augmentation de la production et une participation qui ne signifie pas en contrepartie une baisse de productivité. Celle-ci n’est possible qu’avec l’aide de techniciens. Il s’agit de réussir à neutraliser politiquement ces secteurs, la plupart du temps non militants ou dans l’opposition, pour les conserver dans l’usine, une fois nationalisée. Sergio Aguilar, militant MAPU qui travaille dans l’usine Yarur, rappelle l’importance de ce personnel : « À Yarur, le syndicat des employés était un syndicat […] plutôt de technocrates ; et de ce fait, ce qui leur importait fondamentalement était que cela recommence à fonctionner ! C’est cela qui nous a permis, par la suite, de maintenir l’usine avec ces mêmes gens de droite, durant l’Unité populaire37. » Cependant dans de nombreux cas, l’encadrement se montre hostile à la participation des travailleurs et ceci avec l’appui, parfois financier, de l’opposition ou des ex-propriétaires38. Afin de pallier partiellement cette mauvaise volonté, l’alternative est de placer à la tête de l’usine un Interventor de gauche, mais bien souvent ce dernier se trouve « parachuté » sans avoir nécessairement les connaissances requises. Ainsi, Miguel R., ex-militant MIR, insiste sur cette dimension : « Souvent, on a nommé pour des raisons strictement politiques, un Interventor qui n’y comprenait strictement rien39 ! » Et, dans le cas où l’Interventor est lui-même ouvrier, cela peut-être vu par certains comme un privilège inadmissible. Joël Stillerman cite ainsi un ouvrier métallurgique de Santiago, opposé à l’UP, qui déclare : « L’administrateur de l’usine était un ouvrier et il n’y avait personne qui voulait recevoir d’ordres d’un simple ouvrier comme moi40. » Neftali Zuñiga fait partie de ces ouvriers (PC) devenus Interventor d’une entreprise textile de plus de 2000 salariés. Il dit avoir acquis la confiance de tous les salariés de Pollak par son efficacité gestionnaire, qu’il considère alors comme son principal « travail politique41 ». Mais ce bon fonctionnement « participatif » n’est pas la règle dans toutes les usines. Par exemple, Rodrigo, militant MAPU et ouvrier de l’usine électronique IRT, témoigne :

  • 42 Entretien réalisé à Santiago, 17 mai 2002.

« L’Interventor était un professionnel, on supposait aussi qu’il était de gauche, mais [surtout] un professionnel […]. Mais un défaut de ce concept est que les gens n’ont pas senti la différence d’une phase à l’autre, alors que l’on continuait de travailler avec le même salaire, avec les mêmes horaires et on a commencé à se rendre compte que ceux qui avaient une certaine importance politique pouvaient se lever et partir faire une réunion. Ils [les salariés] ont alors commencé à regarder les gens de gauche avec méfiance42. »

13Cette critique des « privilèges » et de la manière dont sont gérées depuis la direction des partis, les usines nationalisées se retrouve dans plusieurs témoignages. La division politique de l’unité de classe au sein de l’usine provoque de manière continuelle de graves tensions parmi des salariés. Cependant, les militants interrogés insistent tous sur la dynamique libératoire qu’a pu signifier la participation. Et, si le système de participation ne parvient pas à incarner un bouleversement global des relations de production, il est tout de même un formidable exemple pour des milliers de salariés et leurs familles. Par ricochets, le drapeau de la participation et les possibilités ouvertes d’une amélioration des conditions de vie, sont à l’origine d’une dynamique de lutte bien plus large que la seule cogestion proposée à certains agents sociaux par l’Unité populaire.

Une structure d’opportunité politique favorable aux mobilisations collectives des salariés

  • 43 Voir l’analyse détaillée de Mauro Marini R., El reformismo y la contrarrevolución, op. cit., p. 15 (...)
  • 44 Rappelons que Tarrow et Tilly définissent la structure d’opportunité politique comme un « ensemble (...)

14L’analyse statistique des conflits du travail et grèves dévoile que les salariés profitent des nouvelles conditions sociopolitiques et de l’arrivée d’Allende au gouvernement, pour accentuer leurs mobilisations collectives43. Face à ce constat, une analyse en termes de structure d’opportunité politique telle que développée notamment par Doug McAdam, Charles Tilly et Sidney Tarrow est une approche intéressante44. On retrouve les divers ingrédients proposés par cette grille de lecture : degré d’ouverture du système politique ; division des élites ; présence d’alliés importants, notamment au sein des institutions, appuyant les mobilisations ; capacités de l’État au contrôle social et sa propension à la répression. Dans le cas qui nous occupe ici, le mouvement ouvrier paraît mettre à profit l’appel d’air que représente le gouvernement de gauche pour accentuer ses mobilisations : il y a décryptage d’un abaissement significatif des « coûts de la contestation » par les agents sociaux, qui se mobilisent en conséquence pour faire avancer leurs revendications. La baisse drastique du niveau de répression voulue par l’exécutif, l’existence d’alliés de poids en faveur de la radicalisation au sein du système partisan (et même du gouvernement), les divisions des classes dominantes et de la droite, les appels officiels à la construction du socialisme, etc. Cette entrée « politique » doit, selon nous se combiner avec une lecture davantage « économique », en termes de développement des forces productives chiliennes à l’aube des années 1970, facteur essentiel pour prendre en compte ce fameux « en soi » des luttes de classes.

15Notons tout d’abord, que la croissance du nombre de grèves est considérable puisqu’il passe de 977 en 1969, à 3 526 en 1972.

Tableau n° 3 : L’accélération des mobilisations collectives ouvrières entre 1967 et 1972. Graphique effectué par nos soins d’après les statistiques de R. Mauro Marini (op. cit., p. 152-185).

Tableau n° 3 : L’accélération des mobilisations collectives ouvrières entre 1967 et 1972. Graphique effectué par nos soins d’après les statistiques de R. Mauro Marini (op. cit., p. 152-185).
  • 45 Pour l’analyse qui suit, voir les remarques de Wallon A., « Perspectives actuelles du mouvement ouv (...)
  • 46 Bitar S., Pizarro C., La caída de Allende y la huelga de El Teniente, Santiago, Las Ediciones del O (...)
  • 47 Une analyse de presse du journal de la Fédération syndicale de ce secteur, La Fiemc, est instructif (...)
  • 48 Castells M., op. cit., p. 215.

16On assiste clairement à un mécanisme classique de diffusion (entendu par Tilly et Tarrow comme « la propagation d’un site à un autre d’une représentation conflictuelle, d’un thème de conflit ou d’une interprétation ») au sein d’une séquence conflictuelle plus large. Emportés par la tourmente du mouvement social, les salariés de la petite et moyenne industrie (traditionnellement soumis au patronat le plus conservateur et bénéficiant de peu d’influence politique), se lancent dans l’agitation et la grève. Un autre trait marquant est l’usage massif de la grève illégale. Cette statistique indique le débordement complet de la législation en vigueur, mais aussi que le projet de transition « légaliste » de l’UP entre en friction avec l’activité réelle du mouvement social urbain. Seulement 3,4 % des grèves sont légales durant le premier semestre 1972. Entre le premier semestre 1971 et le premier semestre 1972, au sein des trois secteurs clefs de l’économie (mines, industrie, construction), il y a augmentation du nombre total de grèves, comme de la proportion de grèves illégales45. On sait que suite aux nationalisations, les mineurs ont d’abord freiné leurs revendications, pour ensuite, face à la détérioration des salaires, s’orienter davantage vers une posture revendicative. Cela en fait d’ailleurs un terrain de pénétration idéologique pour la Démocratie-chrétienne et la grande grève de El Teniente (d’avril à mai 1973) est un symbole de cette déconnexion entre une partie des travailleurs de la mine et le gouvernement populaire46. En ce qui concerne la construction, il s’agit d’une branche économique où le taux de syndicalisation est très faible et le chômage fréquent. C’est aussi un secteur du mouvement ouvrier qui possède une forte tradition anarcho-syndicaliste. Cet ensemble de données explique la radicalité des luttes des ouvriers de la construction47, et notamment les tentatives de coordination avec les Cordons industriels suite à la grande grève d’octobre 1972. Enfin, pour ce qui est de l’industrie (secteur employant proportionnellement le plus de salariés), il apparaît que les mobilisations collectives se développent surtout depuis les petites et moyennes entreprises, pour s’étendre ensuite vers les grands ensembles du secteur privé. Les salariés intégrés à l’APS répondent davantage à la consigne de la « bataille de la production » puisqu’ils y perçoivent leur intérêt immédiat et sont plus fortement encadrés par la CUT. Cette tendance générale est renforcée par l’augmentation générale du taux de syndicalisation, favorisée par la politique législative du gouvernement : + 3,4 % en 1971 et + 18,8 % durant le premier semestre de 197248.

  • 49 Ministerio de la economía, Dirección del trabajo, Dpto. de negociaciones colectivas, Minutas, 1972 (...)
  • 50 Du verbe « quemarse ».
  • 51 Entretien réalisé à Santiago, le 11 juin 2002.

17En bref, la conjoncture économique positive, et surtout le nouveau contexte politique et social du pays, provoquent un nouveau rapport de force entre capital et travail. Celui-ci est utilisé par les salariés pour avancer de nombreuses revendications salariales et économiques. L’examen des archives du département des négociations collectives du ministère de l’économie (direction du travail), rappelle à quel point le gouvernement est soumis à une formidable pression sociale49. Juan Alarcón, militant communiste et dirigeant syndical de l’importante usine textile Sumar-Algodón, témoigne avec amertume : « Nous les dirigeants du parti nous avons dû affronter plusieurs fois les gens et nous nous sommes “grillés50”, parce que durant le gouvernement de l’UP, les travailleurs ont, en un certain sens, mal compris le processus. […] Les camarades voulaient tout obtenir, dans un laps de temps très difficile pour le gouvernement » ; et il ajoute : « Cela ne vaut peut-être pas la peine de le dire, mais dans les périodes difficiles, pendant le gouvernement populaire, nous autres, nous avons perdu des dirigeants. Nos forces ont été en diminuant51 » Selon Juan, cette perte d’influence s’effectue au profit de militants plus à gauche (qu’ils nomment les « populachos », les populistes). Le sociologue Manuel Castells durant l’année 1972, se demande alors :

  • 52 Castells M., op. cit., p. 216.

« Comment reprocher à la classe ouvrière, son débordement revendicatif quand les Interventores de l’Aire sociale et les fonctionnaires gagnent 10, 20 fois plus ; quand son niveau de vie continue d’être très bas, quand les bénéfices des capitalistes augmentent et que la spéculation se développe, quand on débourse d’innombrables indemnités aux entreprises expropriées et que se maintient un coûteux appareil bureaucratique52 ? »

  • 53 Chiffres cités par Cancino H., La problemática…, op. cit., p. 219.
  • 54 En ce qui concerne la notion de répertoire d’action collective, voir le chapitre iii de la quatrièm (...)

18Dans ce contexte, les formes que prend une partie des mobilisations collectives ouvrières opèrent un saut qualitatif en s’orientant vers la « toma », c’est-à-dire l’occupation des entreprises, même si cela représente dans la grande majorité des cas, un contrôle transitoire, de quelques heures ou quelques jours, en l’attente de l’intervention du gouvernement. En 1969, il y eut 24 occupations d’usines ; en 1970, 137 ; en 1971, 378 et 299 durant les cinq premiers mois de 197253. Pendant la grève d’octobre 1972, ce répertoire de l’action collective des salariés se généralise54. Tout d’abord, l’occupation s’effectue afin de s’opposer aux pratiques patronales telles que le refus de prendre en compte les pétitions syndicales, le boycott économique ou le lock out. Ensuite, elle représente un acte politique de certains militants ouvriers, envisagé comme un appui au gouvernement ou en vue d’accélérer l’extension de l’APS. Ces deux formes peuvent également se combiner : des militants de gauche avancent des demandes revendicatives – parfois délibérément invraisemblables – face à un patronat réticent, afin de mobiliser autour d’eux les salariés et de les gagner à l’idée de l’occupation de l’usine.

  • 55 Entretien réalisé à Santiago, le 13 mars 2002.
  • 56 El Mercurio, 2 janvier 1973.

19Le témoignage de Luciano, militant trotskyste du PSR, montre que cette agitation se déroule parfois à rebrousse-poil de l’opinion majoritaire des travailleurs55. Ce sont des luttes illégales selon le code du travail et accueillies souvent avec réticence par les cadres syndicaux. D’ailleurs, suite à une occupation de l’usine, le rapport de force politique au sein de l’usine ne va pas toujours dans le sens d’une radicalisation politique. Prenons par exemple, le cas de l’usine de chaussures Bata située à Peñaflor. Cette usine est un des bastions du MIR grâce à son Front des travailleurs révolutionnaires (FTR), qui parvient à prendre la direction du syndicat ouvrier. En septembre 1972, le président du syndicat miriste dirige une importante agitation dans l’usine, qui aboutit à son occupation pendant un mois et même, durant quelques jours, à la prise en otage du personnel exécutif de l’entreprise. Les salariés obtiennent finalement gain de cause. Pourtant si l’on en croit le récit qu’en fait El Mercurio, les dirigeants syndicaux du MIR en sortent affaiblis56. D’une part, car la justice s’empresse de les accuser d’atteinte à la propriété privée et prise d’otage (le président du syndicat et l’avocat de l’organisation sont détenus, puis libérés sous caution). D’autre part, il apparaît que ce conflit au lieu de permettre d’accumuler des forces, fait perdre du terrain au FTR. Cet affaiblissement aboutit en février 1973 à ce que le secteur démocrate-chrétien obtienne la majorité absolue lors des élections syndicales et 3 membres sur 5 de sa direction (dont la présidence).

  • 57 El Compañero, n° 9, décembre 1970.

20À l’entreprise Cocinas-Loever, le triomphe électoral du « camarade-président » fait ressurgir des problèmes latents depuis plusieurs années dans cette conserverie de viande séchée : mécontentements liés aux conditions de travail, retard de paiements, lois sociales peu appliquées… Ainsi, les deux syndicats (ouvriers et employés) organisent 24 heures de « bras croisés » (brazos caído)], une sorte de grève préventive. Par la suite, et en l’absence de réponse de la direction, ils occupent l’usine de manière unitaire. Cette action permet de découvrir un niveau de production maintenu artificiellement bas. Les syndicats exposent le problème au ministère du travail, sans succès, ce qui fait dire à l’un des dirigeants : « Cela ne sert à rien d’avoir un portrait du Che Guevara, si vous êtes pareil que les anciens fonctionnaires et ne comprenez pas le problème des travailleurs. » Après une requête auprès de P. Vuskovic, qui rejette toute intervention directe, jugée dangereuse pour des raisons politiques, un accord est conclu pour le rachat de l’entreprise. Le 28 décembre 1970, l’entreprise est désormais gérée par deux fonctionnaires et deux syndicalistes de l’usine, en l’attente de l’élaboration d’un conseil de direction. Cette mesure relance l’activité de l’usine, qui augmente de 35 % sa production journalière (de 6 à 9 tonnes) et baisse le prix de la viande sortie d’usine57.

  • 58 Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Democracia económica, op. cit., p. 67-70.

21Cette occupation date de l’année 1970. De telles actions se multiplient par la suite. La presse comme les témoignages de l’époque sont peuplés d’histoires d’occupation d’usines. Certaines sont restées symboliques, telle Fensa, grande entreprise de 1 800 salariés dans la commune de Maipú, zone de développement futur du Cordon industriel Cerrillos-Maipú (voir l’illustration 3a). Cette dynamique concerne peu à peu plusieurs centaines d’industries et explique de quelle manière le programme initial de constitution de l’APS se voit rapidement débordé par la praxis du mouvement ouvrier. Initialement limitée à 90 entreprises (et proposée ainsi au Parlement), l’APS va peu à peu constituer, sous les coups de cette formidable pression, un ensemble de plusieurs centaines d’entreprises, dont la majorité n’étaient pas initialement inclues dans le programme de l’UP. Juste avant le 11 septembre, l’État chilien est propriétaire ou administrateur de 420 entreprises, dont un total de 200 usines manufacturières non inscrites au programme ! Deux cent soixante entreprises de l’APS ont alors été « intervenues » ou réquisitionnées (mais il s’agit, dans leur majorité, de petites et moyennes entreprises de moins de 300 employés)58. Au final, le nombre d’entités appartenant à l’APS ou celles occupées par les salariés connaît avancées et reflux permanents tout au long des mille jours, suivant la marée agitée des rapports de forces politiques et sociaux. C’est là toute la richesse de l’expérience chilienne, bien loin d’un processus linéaire ou mécanique.

Illustration 3a – Devanture de l’usine Fensa (Cordon Cerrillos).

Illustration 3a – Devanture de l’usine Fensa (Cordon Cerrillos).

Izquierda cristiana, Santiago, n° 34, 10 août 1973.

  • 59 Entretien réalisé à Santiago, le 11 mars 2002.
  • 60 Guérin D., Front Populaire, révolution manquée ?, Paris, Julliard, 1963 et Weil S., Écrits historiq (...)

22Carlos Altamirano, secrétaire général du PS, se rappelle des importantes polémiques que les « tomas » ont provoquées au sein de la direction de l’Unité populaire. Il affirme qu’il s’agit d’un faux problème, marginal. Pourtant, il reconnaît : « Nos partis se trouvaient en grande partie dépassés. Qu’il y ait eu des travailleurs d’une petite entreprise, modeste, qui occupent leur usine par surprise, ne signifiait pas que nous les poussions à le faire, mais plutôt l’atmosphère qu’il y avait à ce moment-là59. » Finalement, dans la très grande majorité des cas, l’occupation d’usine se fait avec l’intégration à l’Aire sociale comme perspective et la revendication du droit de partager les nombreux avantages qu’elle représente par rapport au secteur privé. Chaque occupation est un moment collectif intense, d’affrontements et de joies, de cassures de la grisaille quotidienne et de l’ordre établi. Les salariés qui y participent se sentent maîtres des lieux, de leur outil de travail et, en quelque sorte, de leur destinée. Nourris des images d’Épinal de la prise du Palais d’hiver, l’occupation de l’usine est un moment clef dans la vie des militants de gauche. C’est cette « geste héroïque » de la toma qui reste dans les mémoires et dans les cœurs. Une expérience qui rappelle d’autres épisodes similaires du mouvement ouvrier international, par exemple les descriptions faites de juin 1936 en France, par Daniel Guérin et Simone Weil60. Souvent, l’occupation se déroule avec l’appui d’activistes extérieurs à l’usine, parfois même qui n’appartiennent pas à la classe ouvrière. Ils viennent donner un coup de main pour le tour de nuit, pour monter la garde afin de détecter d’éventuels groupes de choc de Patria y Libertad ou les représailles du patron évincé.

  • 61 Entretien réalisé à Santiago, le 14 mai 2002.
  • 62 Celui-ci sera amené à faire une longue carrière syndicale par la suite (tout en intégrant le PS), l (...)
  • 63 Entretien réalisé à Santiago, le 14 mai 2002.

23Les témoignages de Carlos Mújica et de Mario Olivares donnent toute la dimension épique de ces mobilisations. Le premier est militant du MAPU à Alusa, une usine métallurgique d’environ 300 salariés. Celle-ci fait partie des usines considérées comme « stratégiques » par le gouvernement, si bien que les militants UP de l’usine font de leur mieux pour permettre son rapide passage à l’APS. Carlos se rappelle que la cellule du MAPU va jusqu’à créer une histoire de toutes pièces, pour convaincre les travailleurs de la DC d’accepter la « toma » : les salariés de la géante voisine, Comandari, auraient menacé d’occuper l’usine, s’ils ne le faisaient pas eux mêmes61… Pour son parti, ce mensonge est une question de tactique politique afin d’appuyer le gouvernement populaire : « La première chose que nous avons fait a été de prendre les clefs à celui qui était chargé de l’usine cette nuit-là. » Le dirigeant de sa cellule, Arturo Martínez62 sort un pistolet pour les obtenir. Cette occupation reçoit le soutien actif des salariés de deux grandes entreprises voisines, déjà nationalisées (Comandari et Luchetti), qui viennent prêter main-forte à leurs camarades : « C’est ainsi que naît la toma. Nous avons hissé le drapeau et le jour suivant quand est arrivée la direction, nous ne l’avons pas laissée rentrer. » Alusa est rapidement « intervenue » par l’État en vue d’être nationalisée. Selon Carlos : « Finalement, nous étions comme une famille et nous nous sommes mis à travailler. » Cette nouvelle subjectivité libératrice paraît alors inonder le pays : celle de la dignité ouvrière et d’une conscience de classe revendiquée. Comme le résume Carlos Mújica : « Nous avons commencé à créer le pouvoir populaire et à prendre les usines, non pas pour remplir les poches des travailleurs, mais pour les faire produire et faire savoir que nous, les travailleurs, nous étions capables de gérer une entreprise63. »

La Centrale unique des travailleurs dans la tourmente

24La montée en flèche de l’agitation ouvrière et du taux de syndicalisation, la multiplication des occupations d’usines et le développement de la lutte des classes ne peuvent manquer de faire trembler la centrale syndicale. Elle est alors traversée de tendances contradictoires et représente un assez bon thermomètre des évolutions du mouvement ouvrier.

L’action du Front des travailleurs révolutionnaires

  • 64 FTR/MIR, Concepción, organización, funcionamiento y desarrollo orgánico del Frente, Santiago, juin  (...)
  • 65 Selon ces deux militants, c’est à l’usine Fensa où le FTR connait le plus fort développement. Paral (...)

25Les débuts du travail syndical du MIR se situent, au niveau de Santiago, essentiellement dans les petites et moyennes entreprises de la ceinture industrielle de Macul et de Santa Rosa. Parallèlement, le mouvement obtient un certain succès dans la zone carbonifère de la province de Concepción, malgré une forte présence communiste. Vers le milieu de l’année 1971, le MIR fonde le Front des travailleurs révolutionnaires (FTR), conçu comme un point de convergence des ouvriers les plus radicalisés. Le FTR entend, non pas créer des syndicats indépendants, mais participer en tant que tendance syndicale « rouge » au sein des structures nationales existantes, au niveau local (syndicat d’entreprise) comme à l’échelle nationale (direction de la CUT). Les FTR se développent durant l’UP dans quelques grandes industries de Santiago, telles que les monopoles textiles Hirmas, Yarur, Sumar ainsi que de manière plus ponctuelle dans la moyenne industrie64. Dans la commune de Maipú à Santiago, Javier Bertín et Guillermo Rodríguez se souviennent d’une très bonne implantation dans des usines comme Perlak et surtout Fensa (avec la présence d’une cellule du FTR regroupant environ 80 membres). En ce qui concerne Perlak, ils la définissent comme « la base de fonctionnement » du MIR dans la zone de Cerrillos et ils se rappellent qu’en tant que militants du MIR, ils dorment et mangent souvent dans cette usine, ce qui finit par exaspérer certains salariés65.

26Quelles sont les propositions des FTR ? Leur programme salue l’arrivée de l’UP au gouvernement, puisqu’elle « constitue une espérance pour les aspirations des masses opprimées ». Cependant, il condamne les « vacillations du gouvernement » et notamment son légalisme. Il propose un plan de transition destiné à faire « comprendre progressivement la nécessité du programme socialiste », impliquant de nombreuses expropriations et une réforme agraire radicale. La question du contrôle ouvrier est également jugée comme essentielle. On peut noter plusieurs contradictions dans ce programme, dénoncé avec vigueur par la direction de l’UP. Ainsi, si le FTR appelle dans sa déclaration de principes à une expropriation générale sans indemnités des grands moyens de production, il se contente dans son « programme de lutte », de la définition de l’économie en trois aires proposée par l’UP et partiellement acceptée par la Démocratie-chrétienne. Ainsi, le FTR se place, sous différents aspects, sur le même terrain politique que l’UP. L’une de ses originalités est par contre une revendication propre du « pouvoir populaire », en tant que « constitution d’organismes au niveau local et/ou communal qui, sous la conduite politique des travailleurs révolutionnaires, regroupent les différents secteurs des exploités et dirigent les luttes de l’ensemble des travailleurs, en les inscrivant dans la lutte pour la conquête du pouvoir ». Ce concept est à rapprocher de celui du MIR sur la revendication des « Conseils Communaux de travailleurs ».

  • 66 FTR/MIR, Concepción, organización, funcionamiento y desarrollo orgánico del Frente, op. cit.
  • 67 Entretien avec Javier Bertín, en 1996 (in Silva M., Los Cordones Industriales y el socialismo desd (...)

27En cherchant à tout prix à créer un front syndical « rouge » sous sa direction, le MIR prend le risque d’accentuer les différenciations au sein de la classe ouvrière, et au sein même des syndicats existants. D’ailleurs, une telle attitude freine sûrement le développement du FTR, et ce jusque dans la coopération avec les autres tendances de l’extrême gauche (maoïstes, trotskystes ; gauche du PS…). Cette faiblesse du FTR est d’ailleurs reconnue ouvertement : le MIR l’explique par l’absence d’un programme syndical propre en son sein et autocritique au passage « la confusion » idéologique qui existe parmi les militants de base, qui mélangent « objectifs de lutte » et « formes de luttes66 ». Javier Bertín témoigne aujourd’hui dans le même sens : « La conception originale était un front ample, mais il a terminé comme un bras syndical du MIR. Il ne se développait pas beaucoup au-delà parce qu’il n’était pas un organisme social, mais un organisme politique et de ce fait, il en est resté là67. »

Les tensions au sein de l’appareil syndical

  • 68 CUT, Resoluciones de la novena conferencia nacional, Santiago, CUT, juin 1971.

28En février 1971 se réunit la IXe conférence nationale de la CUT, composée de délégués de tout le pays. Les résolutions de celle-ci servent à préparer le Congrès, qui se tient la même année, début décembre. Cette conférence est l’occasion de réitérer l’appui de la CUT à la politique de nationalisations menée par l’UP et l’appel à la mobilisation de la classe ouvrière autour de la « bataille de la production ». Dans leurs réflexions sur les tâches à développer, il est significatif de noter que les délégués votent en faveur de la création de nouveaux organismes territoriaux. Il est proposé que soient mis en place des « organismes coordinateurs » qui auraient comme but de tisser des liens entre la CUT et la population locale, organisée à travers des comités de quartiers, « centres de mères », organisations de jeunesse, comités pobladores et tout autre organisme qui pourrait « se créer dans le futur68 ». Cette préoccupation des représentants syndicaux indique une prise de conscience au sein de la CUT du manque de liens organiques entre la direction et la base.

  • 69 CUT, Memoria del consejo directivo al 6e congreso nacional, Santiago, 8-12 décembre 1971.
  • 70 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.

29Une année après le début du gouvernement Allende, le congrès proclame la nécessité de changement des vieilles structures de la centrale, jugées dépassées. En introduction, Luís Figueroa, président de la centrale et dirigeant communiste, tente de réaffirmer la responsabilité qui incomberait aux salariés de défendre l’action de l’UP : « Les travailleurs sont, sans aucun doute, les principaux responsables de la réussite du gouvernement populaire et du processus révolutionnaire » et ajoute « nous, les travailleurs, comme c’est naturel, nous avons élu et nous appuyons sans hésiter [sin tapujos] le programme de l’Unité populaire69 ». Par de telles affirmations, il confirme l’hégémonie des organisations politiques liées au gouvernement sur le mouvement ouvrier. Face à un tel appui sans réserve, on peut se demander quelle place est reconnue à l’une des composantes essentielles du mouvement ouvrier : la Démocratie-chrétienne. Ainsi, le PS et le PC refusent de voir que nombre des salariés chiliens ne s’identifient pas automatiquement avec le nouvel exécutif et qu’une partie d’entre eux se trouve même dans l’opposition. Ainsi que le reconnaît aujourd’hui, Pablo Muñoz, militant socialiste et travaillant à la CUT : « La CUT, malgré sa force, possédait à ce moment-là, des traits de bureaucratisation et, bien entendu, elle était très contrôlée par les partis de l’Unité populaire (principalement le Parti communiste et aussi par le Parti socialiste). À cette époque, nous avions besoin d’une organisation plus agile, territoriale et qui prenne en charge les problèmes de la rue70. » Néanmoins, c’est bien à une écrasante majorité que sont réaffirmés l’orientation générale et les accords établis avec le nouveau gouvernement.

  • 71 Samaniego A., Les stratégies syndicales de la « Centrale Unique des travailleurs » et l’action soci (...)
  • 72 Central Única, n° 9, Santiago, juin-juilet 1972. Juan Alarcón fait partie des personnes interrogées (...)
  • 73 Pour porter les couleurs de cette liste, le FTR dispose de l’appui prestigieux de l’ex-président de (...)
  • 74 Samaniego A., Les stratégies syndicales de la « Centrale unique des travailleurs », op. cit., p. 46 (...)

30Le déroulement et le résultat des élections du comité de direction de la CUT sont cependant significatifs de la crise que vit le mouvement syndical. Cette élection est le résultat d’un accord partiel entre l’UP et la DC pour maintenir le fonctionnement de celle-ci, malgré les affrontements politiques internes. La DC critique fortement les mécanismes d’élection de la direction qui la défavorisent : une élection directe et universelle est alors approuvée par la gauche, en échange du vote favorable de la DC au projet de reconnaissance légale de la CUT, présenté par Allende (la centrale n’étant toujours pas légalement reconnue à cette date !)71. Les élections se déroulent les 30 et 31 mai 1972. Suivant un système de représentation proportionnelle, elles respectent toutes les listes se présentant. La forme même qu’elles prennent est symbolique du désir des militants d’une démocratisation de la centrale. L’ensemble des salariés concernés est invité à élire ses représentants de manière directe, à bulletin secret et sur le lieu de travail, par le biais d’une carte unique contenant l’ensemble des listes présentées au niveau national et provincial. Juan Alarcón, dirigeant syndical de SUMAR et militant PC, déclare à cette époque : « Cette élection est la preuve que ce sont les travailleurs qui déterminent la politique à suivre72. » Les principales tendances politiques qui aspirent à la direction du mouvement ouvrier s’y affrontent : les syndicalistes de l’UP cherchent à faire entériner la politique du gouvernement ; la DC à démontrer que la majorité des salariés ne s’identifie pas avec Allende ; et le FTR73, outre son opposition radicale à la DC, développe ses critiques contre l’orientation réformiste du gouvernement. Le potentiel électoral est de presque un million de votants et pour la préparation des journées de vote, la CUT prouve l’ampleur de ses difficultés de fonctionnement puisqu’elle paralyse quasiment toute son activité durant 4 mois, incapable de s’atteler au suivi des problèmes de syndicats de base74.

  • 75 CUT, Resultados oficiales sobre la elección de la CUT, juillet 1972 (in V. Farías [comp.], La Izqui (...)
  • 76 Chile Hoy, 22 juin 1972.
  • 77 Zapata F., « Las relaciones entre el movimiento obrero y el gobierno de S. Allende », Cuadernos del (...)

31Le résultat de cette élection permet de dégager plusieurs conclusions75. Les votants effectifs sont de l’ordre d’un peu plus de 560 000 salariés et le nombre de dirigeants élus fixés à 55 : c’est-à-dire que presque la moitié des électeurs ne se déplacent pas aux urnes. Les journaux suivant leur orientation ont interprété de manière fort différente cette élection. Ceux d’opposition (comme El Mercurio) ou les critiques de gauche (comme Punto Final) ont tout d’abord dénoncé une élection manipulée par l’UP et insistent sur une perte de vitesse des partis au gouvernement. Quant aux médias proches de celui-ci (comme El Siglo), ils insistent sur la permanence d’une majorité absolue en faveur du PS et du PC, soit plus de 57 % des voix (ces deux partis obtiennent respectivement 16 et 18 élus sur 55)76. Avec du recul, ces résultats dégagent quelques grandes lignes de fond77. Tout d’abord, de nombreux affiliés ne se sentent pas tenus du « devoir » d’aller voter, preuve que la CUT ne représente pas pour eux un enjeu essentiel à ce moment précis de la lutte sociale au Chili. Ensuite viennent les résultats par tendances : la DC est bien la troisième force politique au sein de la CUT (obtenant le poste de premier vice-président) et elle renforce son implantation, avec l’obtention de 16 délégués, soit le même nombre que le PS. De plus, elle gagne les élections au niveau de Santiago où elle conquiert la charge convoitée de secrétaire général provincial. Cela signifie que l’assimilation mécanique faite par Luís Figueroa entre « travailleurs » et « gouvernement populaire » n’est absolument pas évidente. D’ailleurs, le PC perd un pourcentage significatif de sa représentation.

  • 78 C’est le cas, par exemple, dans l’usine Schwager d’extraction de charbon.
  • 79 Alain Wallon décrit une croissance ouvrière « vertigineuse » du MIR, « à l’intérieur et en dehors d (...)
  • 80 FTR-IC, Unidad revolucionaria a la CUT : ocupar, expropiar, avanzar, Santiago, Lista I, Rebelde, 19 (...)

32Cette avance démocrate-chrétienne offre une optique à double tranchant. D’une part, c’est le signe d’une opposition de certains salariés (surtout des employés et du personnel technique) à la politique du gouvernement. Mais en même temps, étant donné la popularité du programme de l’UP au sein du mouvement ouvrier, ce vote est la preuve d’une réaction aux déficiences de la politique du gouvernement, sans que cela soit automatiquement l’empreinte d’une opposition au projet de transition au socialisme. La gauche de la DC se réclame alors de l’anticapitalisme tout en critiquant l’étatisme de l’UP : il semble que cette critique ait un écho réel et ce malgré la démagogie démocrate-chrétienne. Le PS quant à lui confirme son implantation dans les secteurs ouvriers et si l’on y ajoute le vote en faveur du MAPU, on peut noter que les tendances dites « rupturistes » de l’UP sont en phase ascendante dans l’opinion des travailleurs organisés. Pourtant, ce qui peut être interprété comme une baisse d’influence de la ligne modérée de l’UP ne se traduit pas pour autant par un vote en faveur des positions les plus radicales. Le FTR, en obtenant un seul représentant, n’atteint pas les 2 % et reste ainsi une force extrêmement minoritaire. En d’autres termes, malgré une certaine force locale78 et l’importance de son image médiatique et symbolique nationale, le FTR ne parvient pas à remettre en cause l’hégémonie des partis traditionnels au sein de la classe ouvrière. En ce sens, il est exagéré, comme le font certains auteurs, de parler d’une explosion de l’implantation ouvrière du MIR, même s’il est vrai qu’il faut garder à l’esprit que la CUT ne représente pas nombre de petites industries où le MIR a un écho politique relativement plus élevé79. La ligne politico-syndicale du MIR, proposée pour ces élections est partagée dans une plate-forme commune avec la Gauche chrétienne. Son slogan est « Occuper, exproprier, avancer80 ». Pourtant, elle ne réussit pas à convoquer massivement le vote prolétarien. C’est encore moins le cas pour les maoïstes ou les anarchistes, qui récoltent respectivement 3 330 et 673 votes…

33Pour conclure, la radicalisation ou le mécontentement ouvrier se traduisent fondamentalement par un renforcement du PS et de la DC aux dépens du PC et des secteurs de la gauche extraparlementaire. Pourtant, il ne faudrait pas oublier deux données majeures. Tout d’abord, l’importance de l’abstention, puisque presque 50 % des affiliés ne se sont pas déplacés pour aller voter. Ensuite, la permanence d’un positionnement « offensif » d’une partie importante des travailleurs, malgré les appels gouvernementaux à la modération. Mais, les tentatives de réorganiser le mouvement ouvrier sur des bases extérieures à l’UP (du MIR, PCR, PSR, anarchiste, etc.) entrent en conflit avec la tendance conjoncturelle nationale. Les salariés votent en faveur d’un accroissement de leur unité de classe et d’un réalisme politique à court terme. En ce sens, cette élection traduit de manière indirecte et déformée la forte agitation à la base, annonciatrice des premiers débordements de la gauche.

Notes

1 Samaniego A., « Los limites de la Estrategia de la Unidad Popular y el Área de propiedad Social », Contribuciones Científicas y Tecnológicas, Santiago, n° 109, USACH, août 1995, p. 21-35.

2 La typologie gradualiste/rupturiste est celle qui est désormais communément utilisée par les chercheurs.

3 Moulian T., Conversación…, op. cit., p. 97-101.

4 Le déficit programmé en tant que dépense totale du budget de l’État est de 25,5 % en 1971, 23,6 % en 1972 et 17,9 % en 1973 (Vega H., L’économie du populisme, op. cit., p. 399).

5 Sader E., « Chili : la transition manquée », Critique de l’économie politique, Paris, n° 16-17, avril-septembre 1974, p. 251.

6 Bitar S., Chile 1970-1973 : asumir la historia para construir el futuro, Santiago, Pehuen, 1995.

7 El Mercurio, 12 mars 1972.

8 Corvalán Márquez Luís, Los partidos políticos…, op. cit., p. 158-159.

9 Entretien réalisé à Santiago, 11 mars 2002. Cette opinion est confirmée par plusieurs témoins privilégiés dont Rafael Gumucio, dirigeant du MAPU (Apuntes de medio siglo, Santiago, Chile América – CESOC, 1994).

10 Voir les conclusions de Espinoza et Zimbalist (Democracia económica, op. cit., p. 231).

11 Zapata F., « Las relaciones entre el movimiento obrero y el gobierno de S. Allende », Cuadernos del Centro de Estudios Sociológicos, México, n° 4, CES, 1974.

12 Voir le témoignage de Sergio Aguilar, militant ouvrier du MAPU (entretien réalisé à Santiago en mai 2002).

13 Chiffres tirés de Clarin, Santiago, 22 décembre 1970.

14 Winn P., Weavers of revolution, op. cit., p. 166. Voir aussi le témoignage de Sergio Aguilar (entretien réalisé à Santiago en mai 2002).

15 Voir aussi : « La negra historia de los Yarur », Central Única, Santiago, juillet-août 1972.

16 Voir Rojas J., Rodríguez C., Fernández M., Cristaleros : recuerdos de un siglo, op. cit. Les auteurs parlent de l’émergence d’une militance active autour du noyau des dirigeants ouvriers socialistes, Fernando Sepulveda et Ismaël Ulloa.

17 À la fin 1972, le syndicat des professionnels décide de se retirer de l’administration, suite à un conflit avec les syndicalistes ouvriers.

18 À cette date, n’existent toujours pas les comités de participation par section, ni le conseil d’administration…

19 Chile Hoy, 17 juillet 1972 et Punto Final, supplément au n° 168, 10 octobre 1972.

20 Encuentro de Trabajadores Textiles, Santiago, Quimantú, 1972.

21 Entretien réalisé à Santiago, 4 juillet 2002.

22 La Aurora de Chile, 2 août1973.

23 Cf. Iturraspe F. (coord.), Participación, cogestión y autogestión en América Latina, op. cit., t. I, introduction.

24 Voir l’enquête menée par le troskyste Raptis Michel, en 1972 : Quel socialisme au Chili ? Étatisme ou autogestion. Dossier de la participation des travailleurs au processus révolutionnaire du pays, Paris, Éditions Anthropos, 1973.

25 Avec les nombreuses différences qui les séparent, le cas du Pérou du général Velasco est tout de même parlant, puisque l’on y retrouve une participation impulsée depuis l’appareil étatique (dans ce cas de surcroît par un gouvernement militaire) : Meister A., L’autogestion en uniforme : l’expérience péruvienne de gestion du sous-développement, Toulouse, Privat, 1981.

26 Voir Quijoux M., Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine, Paris, Éditions de L’IHEAL, coll. « Travaux et mémoires », 2011.

27 Plusieurs de ces entreprises font partie de la ceinture industrielle de Santiago et intègrent, par la suite, la formation des Cordons industriels.

28 Entretien réalisé à Santiago, le 29 mars 2002.

29 Cf. les témoignages de Pablo Muñoz, « interventor » de l’usine Luchetti (entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002) et de Hernán Ortega, « interventor » de Fantuzzi (entretien réalisé à Iquique, le 6 novembre 2001).

30 Zimbalist A., « The dynamic of worker participation : an interpretative essay on the chilean and others experiences », Administration and Society, New York, n° 7, mai 1975, p. 43-54.

31 Winn P., Weavers of revolution, op. cit.

32 Rojas Flores J., « Los trabajadores chilenos, desde la colonia hasta 1973 », ICAL, Santiago, 28 décembre 2004.

33 La Aurora de Chile, 26 juillet 1973.

34 Moulian T., Conversación…, op. cit., p. 86.

35 L’ensemble textile SUMAR emploie, pendant l’UP, 4 390 salariés.

36 Stillerman J., « No estábamos preparados : trabajadores chilenos recuerdan la Unidad Popular », Alameda, Santiago, n° 1, avril-juin 1997, p. 59-66.

37 Entretien réalisé à Santiago, 29 mai 2002.

38 Ainsi, Armando Cruces, président du syndicat industriel d’une usine nationalisée (Elecmetal) appelle dans la presse militante les employés à regagner l’usine (La Aurora de Chile, Santiago, n° 16, 29 mars 1973).

39 Entretien réalisé à Pessac (France), 25 janvier 2001.

40 Stillerman J., « No estábamos preparados », op. cit.

41 Entretien réalisé à Santiago, 29 mars 2002.

42 Entretien réalisé à Santiago, 17 mai 2002.

43 Voir l’analyse détaillée de Mauro Marini R., El reformismo y la contrarrevolución, op. cit., p. 152-185.

44 Rappelons que Tarrow et Tilly définissent la structure d’opportunité politique comme un « ensemble des caractéristiques d’un régime ou de ses institutions qui, à un moment donné, facilitent ou au contraire entravent l’action collective de certains acteurs politiques » (Politiques du conflit, op. cit., p. 335).

45 Pour l’analyse qui suit, voir les remarques de Wallon A., « Perspectives actuelles du mouvement ouvrier », op. cit., p. 1997-1998.

46 Bitar S., Pizarro C., La caída de Allende y la huelga de El Teniente, Santiago, Las Ediciones del Ornitorrinco, 1986.

47 Une analyse de presse du journal de la Fédération syndicale de ce secteur, La Fiemc, est instructif à ce sujet.

48 Castells M., op. cit., p. 215.

49 Ministerio de la economía, Dirección del trabajo, Dpto. de negociaciones colectivas, Minutas, 1972 (archivos del siglo XX, Santiago).

50 Du verbe « quemarse ».

51 Entretien réalisé à Santiago, le 11 juin 2002.

52 Castells M., op. cit., p. 216.

53 Chiffres cités par Cancino H., La problemática…, op. cit., p. 219.

54 En ce qui concerne la notion de répertoire d’action collective, voir le chapitre iii de la quatrième partie.

55 Entretien réalisé à Santiago, le 13 mars 2002.

56 El Mercurio, 2 janvier 1973.

57 El Compañero, n° 9, décembre 1970.

58 Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Democracia económica, op. cit., p. 67-70.

59 Entretien réalisé à Santiago, le 11 mars 2002.

60 Guérin D., Front Populaire, révolution manquée ?, Paris, Julliard, 1963 et Weil S., Écrits historiques et politiques. L’expérience ouvrière et l’adieu à la révolution (juillet 1934-juin 1937), Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, 1991.

61 Entretien réalisé à Santiago, le 14 mai 2002.

62 Celui-ci sera amené à faire une longue carrière syndicale par la suite (tout en intégrant le PS), lors des années de transition démocratique. Après avoir été président national de la « nouvelle » CUT de 2000 à 2012, Arturo Martínez en est actuellement (2013) le secrétaire général.

63 Entretien réalisé à Santiago, le 14 mai 2002.

64 FTR/MIR, Concepción, organización, funcionamiento y desarrollo orgánico del Frente, Santiago, juin 1972 (in V. Farías, op. cit., t. VI, p. 2611-2621).

65 Selon ces deux militants, c’est à l’usine Fensa où le FTR connait le plus fort développement. Parallèlement, à Perlak, le MIR parvient à contrôler la présidence du syndicat d’employés et du syndicat industriel, suite à l’élection de Mario Ramos et Santos Romeo (entretien réalisé à Santiago, 6 août 2003).

66 FTR/MIR, Concepción, organización, funcionamiento y desarrollo orgánico del Frente, op. cit.

67 Entretien avec Javier Bertín, en 1996 (in Silva M., Los Cordones Industriales y el socialismo desde abajo, Santiago, sin editor, 1999, p. 155).

68 CUT, Resoluciones de la novena conferencia nacional, Santiago, CUT, juin 1971.

69 CUT, Memoria del consejo directivo al 6e congreso nacional, Santiago, 8-12 décembre 1971.

70 Entretien réalisé à La Serena, le 24 juin 2002.

71 Samaniego A., Les stratégies syndicales de la « Centrale Unique des travailleurs » et l’action sociopolitique des salariés (1953-1973), université Paris VIII, thèse de doctorat en sociologie, 1998, p. 464.

72 Central Única, n° 9, Santiago, juin-juilet 1972. Juan Alarcón fait partie des personnes interrogées lors de notre enquête orale (Santiago, 11 juin 2002).

73 Pour porter les couleurs de cette liste, le FTR dispose de l’appui prestigieux de l’ex-président de la CUT, Clotario Blest et tente de présenter ses dirigeants les plus connus, tels Gladys Díaz ou Luís Vitale.

74 Samaniego A., Les stratégies syndicales de la « Centrale unique des travailleurs », op. cit., p. 465.

75 CUT, Resultados oficiales sobre la elección de la CUT, juillet 1972 (in V. Farías [comp.], La Izquierda chilena, op. cit., p. 2862-2868).

76 Chile Hoy, 22 juin 1972.

77 Zapata F., « Las relaciones entre el movimiento obrero y el gobierno de S. Allende », Cuadernos del Centro de Estudios Sociológicos, México, n° 4, CES, 1974.

78 C’est le cas, par exemple, dans l’usine Schwager d’extraction de charbon.

79 Alain Wallon décrit une croissance ouvrière « vertigineuse » du MIR, « à l’intérieur et en dehors du mouvement syndical » (« Perspectives actuelles du mouvement ouvrier », op. cit., p. 1991).

80 FTR-IC, Unidad revolucionaria a la CUT : ocupar, expropiar, avanzar, Santiago, Lista I, Rebelde, 1972.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 3 : L’accélération des mobilisations collectives ouvrières entre 1967 et 1972. Graphique effectué par nos soins d’après les statistiques de R. Mauro Marini (op. cit., p. 152-185).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42689/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Illustration 3a – Devanture de l’usine Fensa (Cordon Cerrillos).
Crédits Izquierda cristiana, Santiago, n° 34, 10 août 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42689/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540