Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Vers le débordement ? De l’échec des comités de l’unité populaire à l’assemblée de concepción

Chapitre I. Pouvoir populaire et mesures en faveur de la participation sociale

Texte intégral

Les Comités de l’Unité populaire et la mise en place de la participation des salariés

Les Comités de l’Unité populaire (CUP) : échec d’un embryon de pouvoir populaire constituant

1Les Comités de l’Unité populaire (CUP) sont, comme nous l’avons vu, un des axes avancés par le gouvernement dans sa stratégie de développement et d’organisation d’un « pouvoir populaire ». Quel fut le développement de ces comités dans la réalité ?

  • 1 Insunza J., Informe a la reunión plenaria del CC del Partido Comunista (El Siglo, 7 février 1970).
  • 2 Dans son discours du 5 septembre 1970, S. Allende appelle les CUP « à se maintenir dans une attitud (...)
  • 3 Oyarce J., Intervención en el pleno del CC del Partido Comunista (El Siglo, 8 février 1970).
  • 4 Entretien réalisé à Santiago, mai 2002.

2Ainsi que l’expose le programme de l’UP, les deux objectifs des CUP ont été de donner un caractère de mobilisation de masse à la campagne électorale et d’essayer de donner à cet élan une continuité pour l’orienter vers la création de véritables organismes de pouvoir de base, en appui au gouvernement d’Allende. Dans son rapport, datant de février 1970, au plénum du Comité central (CC) du Parti communiste, le député Jorge Insunza insiste sur cet aspect1. Ils sont considérés comme un moyen de mobilisation de masse, mais fait essentiel, ils doivent se multiplier sous l’unique direction des partis de l’UP. L’organisme directeur de la campagne est le Comando nacional de la Unidad popular, composé de trois représentants de chaque parti2. Viennent ensuite, à un niveau intermédiaire, les commandos provinciaux et régionaux, puis communaux et locaux. Si l’on en croit l’intervention de José Oyarce, futur ministre du travail, au plénum du PC, l’ensemble de ces différents organismes intermédiaires sont installés, non de manière systématique, mais mis en place – entièrement ou partiellement – suivant les lieux où ils sont jugés les plus nécessaires. Au bas de l’échelon, se trouve le comité de base : le CUP. Tous sont formés par des représentants de l’UP, auxquels peuvent être intégrées d’autres personnalités locales mais à l’exclusion des « provocateurs gauchistes », qui ne peuvent y participer, même à un niveau individuel3. On se demande bien d’ailleurs sur quels critères sont identifiés ces « provocateurs »… D’ailleurs, le témoignage de Mario Olivares, salarié d’une usine de meubles à Santiago, prouve que le MIR participe de manière clandestine aux CUP4.

  • 5 La plupart des auteurs situent entre 14 500 et 15 000 le nombre effectif de CUP.
  • 6 Corvalán L., Informe al pleno del Comité Central del Partido Comunista, Santiago, 7 mai 1970 (in V. (...)

3Dans son rapport au CC du PC de mai 1970, alors que la campagne électorale bat son plein, Luís Corvalán réaffirme que l’objectif du Comando Nacional est de créer 15 000 CUP à travers tout le pays5. Il appelle les Commandos Provinciaux et Communaux à une meilleure planification, mais aussi les CUP à s’auto-organiser afin de participer activement à la création de propagande murale, radio et écrite. Cependant, au-delà de ce travail de propagande électorale, aucune mention n’est faite des tâches à venir pour les CUP. Appelant à gagner « de 80 à 90 % des ouvriers et employés autour de la candidature de l’UP » et à mobiliser les dirigeants syndicaux, le secrétaire général du PC ne précise aucune mesure concrète pour les milliers de CUP, formés par les militants ouvriers au sein des entreprises. Parallèlement, l’objectif de conquête politique des petits et moyens entrepreneurs est accentué, en insistant sur l’action en ce sens de Commandos provinciaux et communaux de certaines villes6. Ainsi, malgré les nombreuses déclarations d’intentions sur la forme de pouvoir populaire que constitueraient les CUP, peu d’orientations concrètes leur sont destinées, en dehors du travail de propagande électorale. Cette attitude n’est pas l’exclusivité du PC mais est partagée par tous les partis de l’UP.

  • 7 MIR, Tarea de los Comités de la Unidad Popular (Punto Final, 13 octobre 1970).

4Face à cette conception, finalement limitée, se trouve celle défendue par le MIR. Le mouvement dirigé par Miguel Enríquez insiste tout d’abord pour rappeler aux représentants de l’UP que les CUP ne se sont pas transformés en germes de « pouvoir populaire ». Tout comme le PC, le MIR note les dangers d’une adhésion opportuniste de milliers de personnes à ces comités, tout en appelant, malgré tout, à leur ouverture et amplification. De même que l’UP, le mouvement considère que le but des CUP doit être la conscientisation politique. Cependant au niveau des pratiques de défense du processus de transformation sociale, le MIR donne aux CUP une dimension bien plus large. En accord avec la stratégie de lutte armée défendue par le MIR, les CUP sont appelés « à se préparer pour la défense de la région géographique dans laquelle ils agissent ». Ce qui signifie que « la direction du comité, sans que le sachent nécessairement tous ses membres, devrait faire un fichage de tous les instruments techniques à disposition. Elle devrait ensuite détacher un groupe au sein du comité, le plus décidé et actif, pour les actions directement militaires. Le reste du comité devrait développer des travaux de surveillance constante dans le secteur lui correspondant ». Le MIR appelle à faire « un effort pour intégrer dans ces tâches, même si ce n’est que comme instructeurs, tous les éléments des forces armées et des Carabiniers qui vivent dans le secteur et qui appuient le gouvernement populaire7 ». Cette conception politico-militaire est fondamentalement différente de celle de l’UP. Cependant, la faible insertion miriste au sein du mouvement social, l’empêche de donner un cours réel à ses affirmations.

  • 8 Cité par Cancino H., La problemática…, op. cit., p. 128.

5L’UP, lors des premiers mois de gouvernement, revient plusieurs fois, de manière autocritique, sur la faillite des CUP. Allende lui-même reconnaît publiquement cet échec, en juin 1971 : « Les CUP n’ont pas accompli les tâches qui leur avaient été fixées8. »

  • 9 Entretien réalisé à Santiago, 1er mai 2002.
  • 10 Winn P., Weavers of revolution, op. cit.
  • 11 Voir les remarques de Najman Maurice in « Comment s’organisaient les bases du pouvoir populaire », (...)
  • 12 Castillo F., Larraín J., « Poder obrero-campesino y transición al socialismo en Chile », op. cit., (...)

6En résumé, on peut attribuer à trois facteurs principaux la disparition progressive des CUP et leur échec en tant que germes de pouvoir populaire constituant : absence d’objectifs politiques concrets en dehors de la campagne électorale ; sectarisme politique et vision bureaucratique de la participation aux comités ; difficulté de coordonner l’action de milliers de militants, nouveaux venus à la politique. Pourtant malgré leur rapide démobilisation, il semble que certains CUP se maintiennent tant bien que mal jusqu’au coup d’État, comme celui de l’usine Muebles Easton, si l’on en croit Mario Olivares9, ou encore celui de l’entreprise textile Yarur, décrite par Peter Winn10. Mais plus globalement, les CUP n’ont pas pris la forme de véritables organes de participation populaire constituant, en dehors de la campagne électorale elle-même11. Comme le rappellent des sociologues chiliens, l’UP a pu difficilement leur donner une autre orientation car cela aurait pu les transformer en un « contre-pouvoir » opposé à la voie institutionnelle choisie par Allende12.

La formation de l’Aire de propriété sociale (APS)

  • 13 Oficina de informaciones y radiodifusión de la presidencia de la República, Calendario del Área Soc (...)
  • 14 Novoa E., « L’utilisation de la loi sous le gouvernement Allende », Chili, un pays laboratoire, op. (...)
  • 15 En fait, il existe cinq mécanismes : 1/la création de nouvelles entreprises (8 sont créées durant 1 (...)
  • 16 Ainsi, lorsqu’au cours de cette étude, nous parlons « d’entreprises nationalisées » par le gouverne (...)
  • 17 Novoa E., « L’utilisation de la loi sous le gouvernement Allende », op. cit.

7L’APS devait aussi être le lieu d’un véritable changement de société, selon les dirigeants de l’UP. C’est dans cet esprit que Salvador Allende déclare, lors de son discours du 21 mai 1971 : « Sur le plan économique, instaurer le socialisme signifie remplacer le mode de production capitaliste au moyen d’un changement qualitatif des relations de propriété et une redéfinition des relations de production. Dans ce contexte, la construction de l’Aire sociale et mixte a une signification humaine, politique et économique13. » Alors que l’UP ne possède pas la majorité au Parlement et qu’elle a signé le « statut des garanties constitutionnelles », le gouvernement pour former légalement l’APS et l’Aire mixte, essaye de « jouer » avec le système institutionnel chilien. Ainsi, il s’engage dans une véritable « bataille juridique » (on parle même de « guérilla juridique ») au cours de laquelle il perd beaucoup d’énergie et de temps (c’est ce qui a été appelé la technique des resquicios legales)14. Au fur et à mesure de la montée des contradictions politiques et sociales, cette bataille légale entre progressivement en décalage avec la dynamique du mouvement social. Le gouvernement possède légalement plusieurs méthodes pour étendre le secteur économique contrôlé par l’État15. De nombreuses entreprises qui passent dans l’APS le font au moyen d’une « intervention » (intervención) de l’État ou par la « réquisition » d’entreprises, permises par divers décrets du code du travail : le gouvernement nomme alors un « Interventor », c’est-à-dire un administrateur chargé d’organiser la remise en marche de la production. Cette procédure permet de transférer à l’État le contrôle de l’entreprise de manière temporaire, alors que la propriété reste légalement dans les mains du propriétaire. L’appropriation définitive nécessite la collaboration du Congrès, collaboration qu’Allende n’obtient jamais (laissant en suspens une question aussi essentielle jusqu’au coup d’État)16. C’est ainsi que chaque année, des dizaines d’entreprises nationalisées (« intervenues » ou « réquisitionnées ») retournent dans le secteur privé. Pour procéder aux réquisitions/interventions, les experts de l’UP dénichent une vieille loi datant de 1932 (le fameux décret-loi n° 520), dont l’opposition ne parvint pas à démontrer l’inconstitutionnalité. En résumé, ce décret donne à l’État le droit de réquisitionner des établissements paralysés (par exemple par un conflit social irrésolu), ceci au nom de la défense de l’économie nationale. Ce décret est utilisé pour la première fois dans le cas de l’usine textile Bellavista-Tomé et fait réagir immédiatement le patronat17. En réponse, les salariés occupent l’entreprise, bloquent la production, ce qui permet au gouvernement d’invoquer la paralysie et la réquisition légale.

  • 18 El Siglo, 25 mai 1971.

8Dans le secteur textile, à la fin mai 1971, Pedro Vuskovic (ministre de l’économie) annonce la réquisition des usines Caupolican, Renca et Rayonil de San Antonio, paralysées depuis plusieurs jours par des grèves. Surtout, il déclare l’intégration prochaine de la totalité des grands monopoles textiles Yarur, Sumar, Rayon Saïd et Hirmas, qui appartiennent aux grandes familles de la bourgeoisie industrielle et concernent des milliers de salariés. Le ministre de l’Économie se dit prêt à négocier avec les propriétaires (c’est-à-dire prêt à payer l’indemnisation des monopoles), mais les menace également de l’expropriation pure et simple, en cas de refus. Parallèlement, P. Vuskovic renouvelle ses garanties aux petits et moyens industriels qu’ils ne font pas partie du programme de nationalisation Mais, là encore, les déclarations du gouvernement accélèrent une mobilisation des salariés à la base, qui procèdent à la « toma » (occupation) des principales usines textiles concernées par les mesures annoncées. Ces occupations d’usines sont accompagnées de l’organisation d’assemblées permanentes dans une ambiance de fête jubilatoire. À cette occasion, la CUT et la Fédération textile se prononcent ouvertement en faveur de la « toma », tout en souhaitant un retour rapide à la production, sous contrôle des salariés18.

  • 19 Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Economic Democracy : workers’ participation in Chilean industry 19 (...)
  • 20 Voir le paragraphe sur les limites de l’Aire de propriété sociale.

9Outre la « réquisition », existe la possibilité pour le gouvernement de procéder à « l’intervention ». Celle-ci nécessite des démarches administratives plus longues, mais donne à l’Interventor, l’administrateur nommé par l’État, davantage de marge de manœuvre financière19. Plusieurs entreprises sont « intervenues », en même temps. Enfin, pour ce qui est des entreprises étrangères, le gouvernement s’oriente, la plupart du temps, vers une politique à l’amiable, négociant avec les investisseurs les modalités de transferts de capitaux. Au total, la majorité des entreprises qui intègrent l’APS le font au moyen des mécanismes juridiques traditionnels, c’est-à-dire par le biais de l’achat d’actions par un organisme étatique (tel la CORFO). Ainsi, nombre de nationalisations se déroulent au prix d’un fort endettement de l’État chilien, endettement qui est répercuté sur les salariés20.

  • 21 El Mercurio, 9 août 1971 et 13 août 1971.
  • 22 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre : contribución al estudio del con (...)
  • 23 Étaient considérées comme « monopolistiques », les établissements dont le capital, les réserves et (...)
  • 24 Sader E., « Chili : la transition manquée », Critique de l’économie politique, Paris, n° 16-17, avr (...)

10Malgré leur légalité, de telles mesures ne sont pas sans provoquer la réaction énergique de la bourgeoisie chilienne, qui se voit directement menacée. D’un point de vue politique, cette réaction se traduit tout d’abord, par une campagne intense de la droite contre ces mesures. El Mercurio orchestre largement cette campagne, en qualifiant ces mesures d’arbitraires ou en tentant de les présenter comme illégales21. La Démocratie-chrétienne suit progressivement la droite dans cette voie, ce qui aboutit au projet de réforme constitutionnelle des sénateurs Renan Fuentealba et Juan Hamilton (octobre 1971), projet approuvé par le Congrès en février 1972, mais immédiatement bloqué par le veto présidentiel22. Aussi bien l’objectif du gouvernement, que les premiers symptômes d’un éventuel contrôle ouvrier dans l’industrie, ont amené la Démocratie-chrétienne à exiger toujours plus de garanties sur la limitation de l’Aire sociale. En effet, le projet de loi de l’APS d’octobre 1971 considère que 254 sociétés anonymes peuvent être transférées, car monopolistiques23. Face au refus des démocrates-chrétiens, un nouveau projet est envoyé au Parlement en décembre, qui réduit ce chiffre, telle une peau de chagrin, à 91, puis à 90. Indéniablement, « ignorant que cela était déjà la négation d’un processus de transition, le gouvernement entre dans un processus interminable de négociation sur les nécessités de réglementer les formes de constitution du secteur étatique et son fonctionnement24 ».

  • 25 Voir le témoignage de P. Palma, alors à la tête de la Direction de l’industrie et du commerce du go (...)
  • 26 Une simple révision des archives déclassées de la CIA permet de mesurer l’ampleur de ce sabotage, c (...)

11L’opposition à l’APS se déroule aussi avec force dans les usines où, parfois même lorsque la nationalisation a été négociée, l’arrivée de l’Interventor peut signifier un affrontement physique et une résistance violente de la part des propriétaires évincés, voire de certains salariés25. Par contre, le projet de loi de nationalisation des grandes entreprises d’extraction du cuivre rencontre l’unanimité du Congrès (le 11 juillet 1971). Si cette unanimité confirme l’accord des élites politiques pour que le Chili devienne maître de sa principale source de revenus, cela provoque la réaction immédiate du grand capital états-unien et du gouvernement de ce pays : le président Nixon accélère alors ses manœuvres pour déstabiliser Allende et préparer sa chute, par tous les moyens, légaux et illégaux (y compris en « achetant » certains députés et dirigeants démocrates-chrétiens)26. Outre la grande exploitation minière, l’APS se développe également au sein du secteur industriel (14 grandes entreprises intégrées en novembre 1971). À cette époque, les organismes officiels estiment que 58 % des entreprises industrielles sous contrôle de l’État correspondent aux biens de consommation courante, 23 % aux biens intermédiaires et 19 % aux biens de consommation durable. Sont particulièrement représentés dans l’APS, le textile (50 % du produit et des ventes du secteur, 75 % des matières premières importées), l’industrie métallurgique (avec des industries telles que la Compania de acero pacifico) ou encore, des établissements liés à la production d’appareils électrodomestiques (par exemple Mademsa, Fensa, Sindelen).

  • 27 CORFO, Área Social : la justicia pierde el juicio, Santiago, Quimantú, Documentos Especiales, 1973.
  • 28 Sur cette base, le PC dresse un bilan hautement positif de l’année écoulée (cf. El Siglo, 2 janvie (...)

12Le contrôle par exemple des grandes entreprises de l’industrie ou de l’énergie donne au gouvernement un poids certain sur d’autres secteurs. De même, le contrôle du secteur bancaire est un moyen de pression indirect puissant (via le crédit par exemple). Pourtant, la révision à la baisse des objectifs de l’APS, le fait que de grands monopoles restent privés et le manque d’un plan général effectif empêche l’UP de constituer un pôle dominant. Le secteur étatique de « propriété sociale » reste indéniablement prisonnier du marché capitaliste, et même, favorise sa modernisation. Cependant, le fait de mettre en avant la consigne de la participation des travailleurs, de favoriser certaines formes de contrôle sur le processus de production et de nationaliser plusieurs grandes entreprises, libère une énergie participative des bases ouvrières. Celles-ci commencent alors à donner un contenu de plus en plus concret aux notions de « participation des travailleurs » et de « propriété sociale » avancées par Allende (voir les paragraphes suivants). Mais, l’essoufflement de la « guérilla juridique » du gouvernement est très rapide, face à un appareil étatique qui résiste à de telles mesures. La Controlaría general de la República, théoriquement chargée de surveiller la valeur constitutionnelle des mesures prises par le gouvernement, s’engage dans une pratique systématique d’obstruction et d’opposition à l’extension de l’APS. Déclarant ainsi « illégales » de nombreuses réquisitions, sous prétexte que la DIRINCO (Direction de l’industrie et du commerce) ne fournit pas les documents suffisants. Cette offensive est relayée par une opposition systématique au niveau du Parlement. Se multiplient alors les tentatives de ce que le PS qualifie de « coup d’État légal » (dont les accusations constitutionnelles contre les membres du gouvernement, le ministre de l’Intérieur José Toha par exemple)27. L’UP est confrontée dès le début de l’année 1972 à de nombreux problèmes d’ordre politique et économique, malgré des avancées considérables en termes de redistribution des revenus et une popularité renforcée28.

Quelle participation ? Capitalisme d’État, planification et contrôle des salariés

  • 29 Larraín J., Castillo F., op. cit., p. 179.
  • 30 Normas básicas de participación de los trabajadores en la dirección del área social y mixta, Santia (...)

13Comment a donc été mise en place la participation des travailleurs dans l’APS ? L’accord signé entre la CUT et le gouvernement, le 7 décembre 1970, se réfère explicitement à la nécessité d’une participation dans le processus de transformation nationale, notamment au niveau de la gestion économique. Pourtant, ce n’est ni directement le gouvernement, ni la CUT, qui avancent l’idée de la formation de « comités ouvriers29 ». C’est finalement, depuis la base, que la problématique du contrôle des salariés est mise en avant par certains représentants syndicaux, si bien qu’elle est finalement discutée lors de la neuvième conférence de la CUT, à Valparaíso. Une étude réalisée par une commission CUT-gouvernement débouche, alors, sur les « Normes basiques de la participation des travailleurs à la direction des Entreprises de l’Aire sociale et Mixte », fondement légal de cette participation30. Ce document invoque deux niveaux de participation. Le premier se situe au niveau de la planification de l’économie. À cet effet, est organisé le conseil national de développement, qui comprend 6 « représentants des travailleurs », discutant la politique économique au niveau national. Ces représentants sont des dirigeants de la CUT et des fédérations, qui participent aux réunions des organismes de planification (tels ODEPLAN). Sont aussi mis en place, des conseils de même type au niveau régional (conseils de développement régional). Le deuxième niveau concerne la direction des entreprises de l’APS. Les organismes de participation suivent, en général, le schéma suivant :

Tableau n° 2 : La participation des travailleurs dans l’APS (de la base au sommet).

L’assemblée des travailleurs

Organe présidé par la direction du syndicat dont les fonctions essentielles sont d’élire 5 représentants au niveau du conseil d’administration, discuter le plan de production et éventuellement censurer les représentants (3 élus du secteur de la production (ouvriers), 1 du secteur administratif, 1 du secteur technique)

L’assemblée des unités productives

Réunion des salariés de chaque section, dont les fonctions essentielles sont de discuter le plan de production, élire les représentants des comités de production, et, éventuellement les censurer

Le comité coordinateur des travailleurs de l’entreprise

Composé par les 5 représentants au conseil d’administration, de la direction syndicale et d’un représentant de chaque comité de production (sans droit de vote). Ses fonctions sont de discuter l’action des 5 représentants et de proposer des solutions aux problèmes productifs, mis en avant par les salariés

Le conseil d’administration

Composé par 5 représentants de l’État, 5 représentants des salariés élus en assemblée et un représentant de la présidence de la République qui préside le conseil (l’Interventor). C’est ce conseil qui est l’organe directeur de l’entreprise

  • 31 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

14Indéniablement, les témoignages recueillis prouvent que l’époque de la mise en place de ce système au sein des entreprises, reste gravée dans la mémoire des militants de gauche, comme celle d’importants bouleversements au sein de l’usine. C’est, par exemple, le cas de José Moya, ouvrier du MIR, nommé président du comité de production de l’usine de disques au sein du grand monopole de radiotélévision IRT (ex-RCA)31. Au total, est mis en place un programme de cogestion entre l’État et les salariés qui démocratise fortement l’appareil de production dans les entreprises concernées. Les représentants élus le sont pour deux ans, sans rémunération spécifique pour ce mandat et ils ne peuvent être réélus qu’une seule fois (et également être révoqués par l’assemblée des travailleurs à tout moment). Les délégués syndicaux ne peuvent se présenter formellement à ces élections, ceci afin de maintenir une certaine indépendance syndicale. Ils ont cependant une grande influence sur tout le processus de participation (par exemple au travers des « commissions syndicales ») et de nombreux dirigeants freinent ouvertement la mise en place de ces nouveaux mécanismes, de peur de perdre leur pouvoir de représentation des salariés.

  • 32 Dans l’immense majorité des 35 entreprises sélectionnées au hasard par Espinoza et Zimbalist, les s (...)
  • 33 Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Democracia económica, op. cit.
  • 34 Farías V., La izquierda chilena (1969-1973) : documentos para el estudio de su línea estratégica, o (...)

15Un point à souligner est la prépondérance de l’État comme organisme décideur, et la sous-représentation ouvrière au conseil d’administration (5 des 11 représentants). Cependant, la plupart des enquêtes soulignent que, dans les faits, l’administrateur nommé par l’État n’est pas toujours présent (car, entre autres, impliqué sur plusieurs sites en même temps) et, d’autre part, cet interventor est parfois lui-même un salarié de l’entreprise32. Autre point, les comités de production sont confinés largement dans un rôle productif (contrôle de la bonne marche de l’entreprise), plutôt qu’orientés vers une action favorable à la participation politique des salariés. Enfin, une dernière limitation est l’absence d’une vision globale et d’une participation à la planification nationale, offertes aux représentants ouvriers. En effet, si une telle participation est envisagée, elle ne l’est qu’au travers des organismes directeurs de la CUT ou de ses fédérations. Les représentants élus par les assemblées des travailleurs n’ont donc pas accès à cette vision d’ensemble, indispensable dans l’établissement d’une planification économique démocratique. D’ailleurs, la participation de représentants syndicaux au niveau régional n’est jamais mise en pratique (au moins jusqu’à août 1972) et la CUT s’est limitée à un rôle surtout consultatif, au sein des différents organismes économiques gouvernementaux. De cette manière, la participation dans l’Aire sociale et mixte consiste à assumer, au niveau de l’entreprise, l’application de normes générales économiques. Étant donné le manque d’un véritable système organique de planification centralisée, les objectifs des entreprises de l’Aire sociale se sont inspirés d’orientations très générales, et ceci a abouti à augmenter la production, plutôt qu’à un changement radical des relations au travail dans le secteur nationalisé (l’étude la plus complète sur ce thème reste celle de Zimbalist et Espinoza)33. En ce sens, on peut comme le fait Víctor Farías, affirmer que l’importance de la transformation des relations de production n’a pas toujours été prise en compte par l’UP, ceci alors que l’APS devait pourtant incarner initialement les germes du contrôle ouvrier et démocratique de la future société socialiste34.

  • 35 La realidad social de Chile, Oficina de informaciones y radiodifusión de la presidencia de la Repúb (...)

16Qu’en est-il de la participation au niveau du secteur privé qui concerne plus de 50 % de la main-d’œuvre industrielle ? Selon la documentation officielle, « la participation n’est pas prévue dans les entreprises privées. Dans celles-ci, les travailleurs doivent contribuer à constituer les comités de surveillance de la production35 ». Toute manœuvre de sabotage économique doit ainsi être dénoncée auprès de la CUT. Ces organismes sont formés par des représentants des salariés, élus en assemblée (entre 5 et 10 représentants), mais restent sous la direction des syndicats. Ces comités sont très éloignés de toute forme de pouvoir populaire constituant ou de contrôle ouvrier ; et progressivement nombreux sont les salariés qui vont exiger que leur entreprise soit elle aussi intégrée à l’APS. Une dynamique qui échappe rapidement au contrôle du gouvernement.

« Bataille de la production » et redistribution des richesses. Un âge d’or de courte durée

Premiers succès, premiers obstacles

  • 36 ODEPLAN, Informe económico anual 1971, Santiago, Universitaria, 1972, p. 77.

17La première année de gouvernement de S. Allende est marquée par un réel succès économique, malgré les nombreuses turbulences politiques et sociales auxquelles doit faire face l’UP. La politique de réajustement des salaires entraîne une augmentation moyenne des revenus des salariés de près de 50 %. Ceci, lié à l’établissement du contrôle des prix (réduction de l’inflation à 20 %), entraîne une augmentation considérable des revenus du travail. Cette nouvelle arrivée d’argent vers les classes populaires, combinée à une réactivation de la dépense fiscale dans les travaux publics et le logement, entraîne une diminution significative du taux de chômage (le taux moyen pour 1971 est de 4,3 %). Le marché interne est stimulé : la consommation familiale augmente de près de 13 % en moyenne. Cette politique distributive parallèlement à la prise de contrôle sur le secteur bancaire, à la nationalisation du cuivre et des premiers grands monopoles, engendre une croissance industrielle annuelle de plus de 12 %. Au niveau de l’APS, le gouvernement annonce fièrement que « la participation des travailleurs signifie que ceux-ci livrent avec enthousiasme la bataille pour augmenter la production, puisqu’ils savent que désormais les bénéficiaires, ce sont eux36 ». Les divers rapports gouvernementaux décrivent un succès productif sans précédent, dans les entreprises passées aux mains de l’État. On note la même évolution en ce qui concerne de grandes mines de cuivre et de salpêtre, domaines essentiels pour l’économie du pays. Les réformes de structures engagées dans l’agriculture sont également importantes. L’ODEPLAN conclut à une progression de la production industrielle atteignant + 19,8 %, sur les deux premiers mois de l’année (toujours en rapport à ceux de 1971) ; et même + 100 % dans certaines usines textiles en 1971. Par contre, le boycott organisé par le gouvernement des États-Unis (« adversaire n° 1 » d’Allende) et l’inquiétude des investisseurs pour les années à venir, étranglent l’économie pour tout ce qui touche le renouvellement des pièces ou l’achat de nouvelles machines-outils.

  • 37 Central Única, Santiago, juin 1971.
  • 38 Central Única, Santiago, juin 1971.
  • 39 Central Única, Santiago, septembre 1971.
  • 40 Principios, Santiago, mars-avril 1972.
  • 41 Entretien réalisé à Santiago le 29 mars 2002.
  • 42 Le journal El Rebelde revient régulièrement sur cette question.

18La « bataille de la production » est l’un des axes de la politique économique de l’Unité populaire. Allende, dans son discours aux travailleurs, à l’occasion du premier mai 1971, déclare : « Il est fondamental d’obtenir les plus grands sacrifices et le plus grand effort patriotique de tous les travailleurs… et produire plus, car ainsi vous êtes en train d’assurer l’avenir de la patrie37. » On voit poindre une sorte de stakhanovisme à la chilienne, encensé par la communication officielle, par les cercles gouvernementaux, la CUT et le Parti communiste qui insistent sur la « responsabilité » qui incombe aux travailleurs. Un examen de la presse militante donne une idée de l’ampleur de cette propagande (voir les reproductions d’affiches – illustrations 2). À son retour d’URSS, Luís Figueroa tient à souligner que dans « la patrie du socialisme », l’un des chemins choisis est également l’intensification de la production et de la productivité38. Selon la CUT, la priorité pour les salariés est désormais de « Produire et Étudier39 ». Début 1972, la revue théorique du PC explique clairement que l’objectif principal de la participation est d’augmenter la production et que les travailleurs de l’APS seront récompensés (entre autres de manière financière) suivant leur productivité40. À la base, militants et dirigeants syndicaux sont chargés de répercuter cette directive. Pour nombre de militants syndicalistes, le combat politique prioritaire de cette époque a donc été celui de la « bataille de la production ». Certains enquêtés restituent, aujourd’hui encore, cet état d’esprit de la bataille de la production. C’est le cas de Neftalí Zúñiga, dirigeant syndical et militant communiste, nommé Interventor en 1971 de l’usine textile, Pollak (environ 2000 salariés)41. Au contraire, selon le MIR, il s’agit d’une erreur typique du capitalisme d’État que de donner la priorité à la production, lorsque le problème fondamental du pouvoir et de l’État n’a pas encore été résolu en faveur des travailleurs42.

Illustrations 2 (a, b) – Affiches en faveur du travail volontaire et de la « bataille de la production ».

Illustrations 2 (a, b) – Affiches en faveur du travail volontaire et de la « bataille de la production ».

Chile. Imaginería política (1970-1973), [www.abacq.net/imagineria].

Central Única, Santiago, février 1972.

  • 43 Castells M., La lucha de clases en Chile, op. cit., p. 207-208.

19Ainsi trois éléments, combinés mais contradictoires, déterminent le caractère de la participation des travailleurs dans le secteur nationalisé : l’hégémonie de la structure syndicale ; l’insertion des organismes de participation autour de l’objectif de la « bataille de la production » ; la quasi-inexistence d’un système de planification démocratique national. Alors que la production augmente dans un premier temps de manière spectaculaire et que les excédents générés sont peu transférés de l’APS vers les autres secteurs sociaux, la combinaison de ces trois éléments a pour conséquence l’élévation du niveau de vie des ouvriers de l’Aire sociale, mais aussi l’amplification des différenciations existantes au sein de la classe ouvrière43. Cette différenciation manifeste gêne l’unification des mobilisations des multiples segments de la classe ouvrière et tend à enfermer les salariés de l’APS dans une course à la production, sans garantie que les excédents ne soient pas ré-accumulés par le secteur privé, par le biais des intermédiaires de distribution (en majorité dans les mains des capitalistes privés). Ce problème qui commence à être soulevé par les secteurs critiques au sein de la gauche s’affirme alors que la politique économique à court terme de l’UP montre de sérieux signes d’essoufflement.

La réaction des classes dominantes et la revendication d’un « pouvoir populaire » alternatif

  • 44 Smirnow G., Le développement de la lutte pour le pouvoir…, op. cit., p. 173-174.
  • 45 La droite parvient à proposer un candidat unique qui obtint la victoire.
  • 46 Le 7 juin 1971, le groupuscule d’extrême gauche VOP (Vanguardia obrera del pueblo) assassine l’ex-m (...)

20Malgré de nombreuses tensions sociales et politiques, l’année 1971 a été une époque « d’âge d’or » pour l’UP, en comparaison avec les mois qui suivent. En avril, le résultat des élections municipales montre le renforcement de la coalition gouvernementale : l’UP obtient ainsi la majorité absolue (50,5 %), et ceci, avec une augmentation spectaculaire du PS (qui passe de 12,2 % à 22,4 %)44. Sur la base d’un tel succès, la coalition hésite longuement pour savoir s’il est temps, ou non, d’organiser un référendum destiné à faire approuver par les Chiliens le changement institutionnel, prévu par le programme afin de constituer ce fameux « État populaire » (l’un des axes centraux du « pouvoir populaire » institutionnalisé voulu par Allende). Cependant, malgré l’avis favorable du PS, c’est l’opinion de Salvador Allende et du PC qui prédomine. Ces derniers pensent qu’il serait préférable d’attendre et d’accélérer les transformations économiques, afin d’amplifier encore l’appui au gouvernement et garantir ainsi un résultat positif à cette consultation démocratique. Vue avec le recul historique, cette hésitation est sans aucun doute l’occasion perdue de l’UP, pour mener à bien les transformations institutionnelles prévues et désarmer l’opposition momentanément (au sein du Parlement, comme au niveau de la lutte de classe économique). En effet, à cette date, la droite et les classes dominantes sont encore divisées et cherchent un moyen de s’unifier ; l’économie montre encore des signes encourageants. Ces deux données offraient un espace politique pour l’appel au plébiscite populaire. Mais cette « fenêtre historique », de courte durée, ne sera pas mise à profit par la gauche. L’unification de la droite peut être datée d’élections partielles (pour un député), organisées le 18 juillet, à Valparaíso45. Cette unification a été accélérée par l’électrochoc provoqué par l’assassinat de l’ancien ministre de l’intérieur de Frei, E. Pérez Zujovic, en juin46. La modification des rapports de forces sociaux provoque le repositionnement des diverses organisations politiques. Fin juillet, la DC connaît une crise interne qui aboutit à la naissance de la Gauche chrétienne (IC). Cette dernière se prononce en faveur de l’UP et pour l’intégration des militants chrétiens dans un projet de transformation sociale radicale.

  • 47 El Mercurio, 7 juin 1971.
  • 48 Eugenia Palieraki rappelle ainsi que cette manifestation ne peut être résumée aux seules femmes des (...)
  • 49 Mattelart A., « La bourgeoisie à l’école de Lénine », Politique aujourd’hui, Paris, janvier-février (...)
  • 50 Voir la première partie du travail de thèse de Trumper Camilo Daniel sur ce sujet : A ganar la call (...)

21Ces repositionnements ont lieu alors que l’aile dure de la DC (représentée par E. Frei) reprend en main le parti. Quant au Parti national (PN), il opère une certaine redéfinition de sa posture idéologique, en adoptant un discours beaucoup plus radical. Le PN appelle ouvertement « toutes les forces politiques et les groupes ou corporations professionnelles et de travailleurs pour défendre l’unité nationale contre la lutte des classes fomentée par le marxisme47 ». Ce discours est le reflet des sentiments d’un patronat qui organise la riposte face au gouvernement et surtout contre l’agitation ouvrière dans les entreprises. Les grands capitalistes du pays, tels Agustín Edwards ou Juan Yarur, ont montré la voie en quittant le pays et transférant leurs capitaux vers l’étranger. La SOFOFA (Sociedad de Fomento Fabril), syndicat patronal de la bourgeoisie industrielle se met sur le devant de la scène politique, en organisant une intense campagne de presse contre le gouvernement, sur le thème du chaos économique qui menacerait le pays. Une autre ligne d’action est l’organisation de la petite et moyenne bourgeoisie, qui voit avec terreur le développement des réquisitions de commerces et occupations d’usines, au sein du Front national de l’aire privée (FRENAP). Ces grandes manœuvres aboutissent à l’une des premières mobilisations de masse organisées par l’opposition : la « marche des casseroles vides », le premier décembre 1971. Organisée par des femmes des beaux quartiers, cette manifestation fait défiler plusieurs milliers de participantes également issues des milieux populaires, contre les problèmes importants de ravitaillement48. S’y retrouvent au coude à coude des militants DC, PN mais aussi d’extrême droite avec la présence de Patria y Libertad. Cette marche s’accompagne de nombreux affrontements avec les militants de gauche et avec les carabiniers. Clairement, la bourgeoisie chilienne entre dans une nouvelle phase : celle qu’Armand Mattelart a appelé « la ligne de masse49 ». Il s’agit pour ces secteurs de passer à l’offensive et de commencer à occuper la rue, en s’engageant massivement dans l’espace public afin de le disputer aux partisans du processus révolutionnaire50.

  • 51 Voir la déclaration politique du PC du 9 juin 1971 dans la revue théorique Principios.
  • 52 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe, op. cit., p. 93.
  • 53 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe, op. cit., p. 126.
  • 54 Leiva S., Neghme F., La política del Movimiento de Izquierda Revolucionaria (MIR) durante la Unidad (...)
  • 55 Entretien réalisé à Santiago, le 6 août 2003.
  • 56 El Rebelde, 17 novembre 1972.
  • 57 Comisión Nacional Sindical del MIR (camarade Víctor), Octubre. Comités Coordinadores y poder dual, (...)

22Face à cette situation, la coalition gouvernementale et la gauche extraparlementaire adoptent des positions fort distinctes, qui démontrent une polarisation progressive du champ politique, sous les coups de butoirs du conflit de classe. D’un côté, le PC insiste de nouveau sur la responsabilité qui incombe au gouvernement et aux travailleurs en réitérant l’appel à la « bataille de la production ». C’est une tentative pour séduire les démocrates-chrétiens, malgré leur position de plus en plus droitière. Partant de cette analyse, les communistes accusent le MIR de contribuer à la polarisation politique par son attitude « d’occupation, sans discrimination, de terres et d’industries et par ses invocations à la lutte armée51 ». La commission politique du PS, appelle plutôt à radicaliser les réformes et au remplacement du Congrès par une chambre unique, nommée « l’Assemblée du peuple ». Face à une perspective jugée trop légaliste, des militants du PS pensent que la révolution armée est inévitable. De telles affirmations sont condamnées publiquement par la direction socialiste52. Luís Corvalán Márquez, dans son analyse de la position des partis politiques durant l’UP, place à ce moment précis le surgissement d’une stratégie de pouvoir alternative. Selon lui, c’est durant les mois de la fin de l’année 1971, que le MIR théorise la nécessité de la formation d’un pouvoir populaire réel et opère « un tournant significatif53 ». Cette datation est sujette à controverse. En effet, une simple analyse de la déclaration de principes du FTR (Front syndical du MIR) permet de déceler que le discours sur le « pouvoir populaire » était déjà largement développé à cette date. D’autre part, certaines recherches montrent, au contraire, une permanence dans la politique du MIR, sans que l’on puisse déceler de réels « tournants théoriques » pour la période 1970-197354. Pour le militant miriste, Javier Bertín, l’apport central de son organisation est d’avoir perçu très tôt la nécessité d’un développement territorial du pouvoir populaire et également, son souci de refuser de se laisser enfermer dans la seule perspective des revendications économiques55. L’un des intellectuels du MIR, Nelson Gutiérrez, définit la constitution de ce pouvoir ouvrier et populaire, comme l’affirmation de « l’indépendance de classe organique, idéologique, programmatique et politique du prolétariat dans sa lutte pour le pouvoir56 ». Cette problématique prend forme et ampleur, au fur et à mesure de la multiplication des occupations d’usines. En fait, si on en croit la documentation interne de la commission syndicale nationale du MIR, c’est à partir de mai 1972, suite aux élections de la CUT, que le MIR décide de lancer l’appel à la constitution de « conseils communaux de travailleurs57 ». Ces derniers sont alors considérés comme une extension de la formation de conseils communaux paysans. D’ailleurs, par ricochets, cette thématique produit aussi une accentuation des différenciations politiques au sein de la gauche gouvernementale. Le MAPU est un exemple de ce rapprochement d’idées entre le MIR (extérieur au gouvernement) et la gauche de la coalition. À la fin 1971, la revendication du pouvoir populaire, progressivement avancée par le MIR, est donc – théoriquement – partagée par d’autres secteurs de la gauche.

Le début du marché noir et de la spéculation

23Dès les premiers mois du nouveau gouvernement se crée une véritable psychose autour du spectre de la pénurie et du rationnement, habilement entretenue par la presse d’opposition. Un phénomène qui s’accentue jusqu’à 1973 où des journaux comme El Mercurio dénoncent régulièrement les immenses queues qu’il faut désormais faire pour pouvoir acheter certains produits de base : une attente interminable, qui exaspère particulièrement les couches moyennes de la société, habituées à consommer sans trop de problèmes et qui n’ont pas toujours les moyens d’accéder à un marché noir coûteux. Qu’en est-il réellement et comment le gouvernement tente-t-il de répondre à ce phénomène ?

  • 58 La realidad social de Chile, op. cit.

24En fait l’économie chilienne se trouve marquée par les stigmates classiques d’une économie dépendante, en phase de développement soudain. Le passage d’une économie fortement déprimée à une phase d’expansion accrue, provoque inévitablement des goulets d’étranglement. Cela se traduit particulièrement par des formes de pénuries passagères. Jusque-là exclu de la possibilité de consommer des biens tels que les produits des « lignes blanches » (lavabos, réfrigérateurs, machines à laver par exemple), des « lignes brunes » (comme les téléviseurs ou les radios) ou des produits de consommation courante (spécialement la viande, le lait, le poisson), le prolétariat chilien, désormais solvable, « se jette » sur ces articles. Cela se traduit par un doublement de la consommation de produits nationaux en 197158. Le ravitaillement connaît alors des perturbations à répétition. D’autre part, les profonds changements économiques et les déséquilibres structurels qu’ils déclenchent accentuent la pression inflationniste, le déficit de la balance des paiements et le déficit fiscal de l’État. L’UP, afin de parer au plus pressé, tend à choisir des solutions d’urgence, basées sur la capacité financière de l’État tout en continuant une politique d’augmentation de la demande. Cependant, cette politique distributive de type néo-keynésien est, dans cette conjoncture, en partie contre-productive. Au lieu de maintenir une réorientation des revenus, favorable aux salariés, elle tend paradoxalement à favoriser les pratiques spéculatives des couches sociales à hauts revenus, comme la tendance de la population solvable à thésauriser des marchandises. Et finalement, l’augmentation de la demande favorise indirectement l’accumulation de capital dans les mains du patronat du secteur privé. Cette tendance est accentuée par le blocus au Congrès des initiatives de l’exécutif destinées à modifier le système fiscal (blocus qui se maintient jusqu’au coup d’État).

  • 59 Rodríguez F., Critica de la Unidad Popular, Barcelona, Fontamara, 1975, p. 213.
  • 60 La realidad de Chile, op. cit., p. 14-17.
  • 61 Vega H., L’économie du populisme, op. cit. p. 393.

25Ainsi, le bénéfice productif issu de la « bataille de la production » est largement neutralisé. Dans ce cadre, l’un des talons d’Achille de l’UP est le ravitaillement et la distribution de marchandises. Du fait de l’absence d’une transformation drastique des réseaux de commercialisation, les pratiques spéculatives et les canaux de distribution hors de contrôle tendent à se multiplier ; et ce, essentiellement dans les mains d’une « oligarchie du commerce » qui vend, à prix d’or, des denrées aux couches moyennes et aisées59. Le gouvernement a conscience de ces effets négatifs et cherche à mettre en place une planification de la consommation, du ravitaillement et à obtenir un meilleur contrôle des prix60. Pourtant, l’UP agit à partir d’une position de faiblesse. Malgré les efforts accomplis, les estimations de la fin 1971 montrent que le contrôle de la distribution de la part de l’État atteint à peine 15 % ; ceci essentiellement à travers la création d’entreprises de distribution nationale. Parmi celles-ci, la DINAC (Direction nationale de distribution des biens de consommation) opère dans le commerce alimentaire, s’occupe du commerce de détail et de l’achat de production artisanale ou de la petite industrie61. Les meilleurs niveaux de contrôle de la distribution se concentrent essentiellement dans le domaine du textile, de la production métallurgique, des minerais non métalliques et les produits de la mer. Ainsi, lorsque le thème du marché noir et de la spéculation se transforme en un enjeu ouvertement politique, l’exécutif chilien se trouve face aux propres limites de son contrôle sur l’économie. Patricio Palma, chargé de la DIRINCO (Direction nationale de l’industrie et du commerce du ministère de l’économie), tout en défendant la politique gouvernementale, reconnaît aujourd’hui que

  • 62 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

« le contrôle du gouvernement sur le processus productif était assez limité, […] au niveau de la circulation interne, ni les processus de distribution, ni ceux de production étaient contrôlés de manière importante. Cela allait changer un peu, dans la mesure où commence à se produire la formation de l’Aire sociale de Production […]. Cependant, parallèlement aux processus qui accompagnèrent cette prise de contrôle de la production, ne s’effectuèrent pas les avancées dans l’aire de la grande distribution et encore moins chez les détaillants62 ».

26Cette question devient d’autant plus centrale que, rapidement, les problèmes de ravitaillement sont aussi organisés politiquement, par une partie des commerçants et des classes aisées. Selon Patricio Palma, il a existé deux périodes du marché noir au Chili : la première qui est essentiellement une conséquence structurelle des changements économiques ; puis une seconde, qui s’affirme dès la mi-1972, qui combine la recherche du profit avec le facteur politique :

  • 63 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

« Nous avons détecté plusieurs réseaux et derrière ceux-ci se trouvaient des personnages assez connus du monde politique et même, dans certaines opérations de détection du marché noir que nous avons eu à réaliser, n’apparaissaient pas que des denrées, mais aussi des radios transmetteurs et des armes à feu […]. Il s’est produit une imbrication entre l’activité contre-révolutionnaire avec comme but d’écraser le pouvoir de l’UP, et celle des secteurs […] qui gagnaient de l’argent avec le marché noir63. »

  • 64 Un exemple symbolique est celui du café « Nescafé » très prisé au Chili et largement utilisé par l’ (...)

27S’il est certain que de telles pratiques s’affirment essentiellement dans la dernière année de l’UP, on peut noter les effets de la spéculation sur des denrées alimentaires, dès la fin 1971-début 1972. Les exemples, à ce propos, ne manquent pas64. L’examen des archives de la DIRINCO démontre que cette administration est régulièrement sollicitée pour tenter de répondre aux dénonciations. Dès la fin 1971, le gouvernement essaie de faire face à cet accaparement illégal : c’est le début d’une forme originale de contrôle populaire de la distribution, au travers des « Comités pour l’approvisionnement et le contrôle des prix », les JAP (Juntas de abastecimiento et de control de los precios).

Les JAP : entre « pouvoir populaire » et « dictature de la faim » ?

  • 65 Voir le récit de García Pío dans Chile Hoy, 30 juin 1972.
  • 66 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.
  • 67 La realidad social de Chile, op. cit., p. 21.
  • 68 Pour la constitution d’une JAP, devaient être présents un représentant de l’État, et au moins 100 p (...)

28L’initiative de la création des Comités pour l’approvisionnement et le contrôle des prix, ou JAP (Juntas de abastecimiento y de control de precios), peut être datée du 29 juillet 1971, lors d’une rencontre des « maîtresses de maison » au stade Chile, autour de la question des problèmes du ravitaillement. Cette réunion est organisée par des militantes de gauche des quartiers populaires. Elles y invitent le ministre de l’économie, Pedro Vuskovic. À la mi-octobre, Luís Corvalán (secrétaire général du PC) lors d’une conférence du Parti au théâtre Caupolican, appelle à accélérer leur développement. Le 19 de ce même mois, le PC réalise une réunion avec fonctionnaires et dirigeants de base concernés par la question du ravitaillement. L. Corvalán signale à cette occasion que se sont créées seulement 10 JAP et, comme c’est largement insuffisant, il invite le parti à orienter ses efforts en ce sens. Les autres partis de l’UP suivent officiellement cette orientation. Mais, c’est essentiellement de la base, et particulièrement grâce aux femmes militantes des quartiers populaires, que surgissent les JAP65. P. Palma, qui avant de diriger la DIRINCO, est un proche conseiller de Vuskovic, se rappelle : « La JAP allait travailler vers la production, en cherchant à réguler le canal du ravitaillement et vers le consommateur, en cherchant à réguler les prix66. » En fait, la JAP est initialement pensée comme un moyen de pression local, destiné à contrôler l’arrivée des marchandises et l’application par les commerçants des prix des denrées de base fixés par l’État. Le but est également d’intégrer les petits commerçants dans le réseau de production et de distribution étatique. Mais – et c’est là l’originalité de cette organisation – il s’agit de transférer une partie de cette responsabilité aux habitants d’un quartier, en quelque sorte, une délocalisation du contrôle étatique à une échelle locale et participative. Le discours officiel est alors : « C’est le peuple qui doit coopérer, c’est lui qui doit s’organiser et comprendre, qui doit signaler et agir, c’est lui qui doit prendre cette responsabilité67. » La JAP est formée par des représentants des comités de quartiers (juntas de vecinos) élus en assemblée, de représentants des centres de mères, syndicats, clubs sportifs, petits commerçants organisés. Dans le cas où de telles organisations n’existeraient pas dans la zone, le comité directeur peut être formé par seulement cinq habitants du quartier. N’importe quel habitant du quartier est habilité à demander la création d’une JAP (cette dernière devant être légitimée par un secrétaire de la DIRINCO)68. Par la suite, est réalisée une assemblée de tous les voisins affiliés, au cours de laquelle sont formées différentes commissions (contrôle des prix, contrôle du ravitaillement, diffusion d’information…). Ces charges doivent être tournantes. Afin d’essayer de prouver sa bonne volonté envers les commerçants, l’UP offre même la présidence des JAP à ceux qui s’y intégreraient.

  • 69 El Siglo, 6 mars 1972 et Las noticias de última hora, 19 janvier 1973.
  • 70 Calendario del Área Social, op. cit., p. 6.
  • 71 Chile Hoy, 30 juin 1972.

29Au niveau supérieur, les JAP locales dépendent d’un « comité coordinateur communal », composé de deux représentants minimum des JAP de la commune, un représentant de la CUT, des carabiniers, de la chambre du commerce de détail, de la DIRINCO et enfin, un représentant du conseil national de développement social. Ce comité coordinateur est censé enregistrer les problèmes qui se posent au niveau local, tenter de leur donner solution et, dans le cas contraire, intervenir auprès de la DIRINCO69. Le caractère légal des JAP est confirmé par l’État en avril 1972. C’est l’occasion pour rappeler clairement leurs limitations : elles possèdent un caractère seulement de coopération avec la fonction publique et sont « dépourvues de toute faculté exécutive ou décisionnaire ». C’est-à-dire qu’elles n’ont aucun droit de procéder au ravitaillement direct, ni à la commercialisation des denrées primaires. Selon les statistiques officielles, le développement des JAP a été assez rapide, quoique relativement limité. Soixante JAP fonctionnent à la fin octobre 1971, et on en dénombre 416 en mars 197270. À cette date, on estime que sont réparties toutes les semaines par les JAP dans les quartiers périphériques, quelque 300 tonnes de viande. Ces chiffres permettent de parler d’une gestion moyenne légèrement supérieure à 240 personnes par comité. Si l’on en croit les statistiques, apparues dans le journal Chile Hoy, à peine quelques mois plus tard, il y a 988 JAP dans tout le pays, dont 675 à Santiago (la capitale est alors dotée de 10 JAP communales)71. Cette extension sur tout le territoire national apparaît sur la carte n° 1.

Carte 1 – Nombre de JAP constituées par province en mai 1972.

Carte 1 – Nombre de JAP constituées par province en mai 1972.

Chile Hoy, n° 3, 30 juin 1972.

  • 72 El Siglo, 6 mars 1972.
  • 73 El Mercurio, 5 juillet 1972 et Chile Hoy, 30 juin 1972.
  • 74 Castillo F., Echeverría R., Larraín J., « Las masas, el Estado y el problema del poder en Chile », (...)
  • 75 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.
  • 76 Las noticias de ultimas hora, 1er août 1972.
  • 77 La consultation du journal El Detallista est très instructive à ce sujet.
  • 78 La Segunda, 20 avril 1972.

30Les JAP de Santiago se réunissent en assemblée provinciale, le 5 mars 1972, au théâtre municipal. Les délégués du « grand Santiago », ainsi que les représentants de plusieurs organismes de distribution et de l’APS y participent. Cette réunion permet de mesurer l’ampleur croissante du marché noir72. En juillet 1972, se tient la seconde assemblée nationale des JAP, au théâtre Caupolicán. Celle-ci est présidée par S. Allende, qui déclare dans un élan d’enthousiasme, que si les JAP pouvaient organiser directement 100 000 habitants de Santiago, la spéculation ne pourrait plus exister. À cette occasion, un dirigeant de la JAP communale de San Miguel rappelle l’importance du lien entre l’APS, la distribution publique et les JAP, afin de pouvoir contrôler réellement le ravitaillement. En effet, malgré quelques denrées essentielles qui sont assez bien contrôlées par l’État comme le sucre (60 %) ou la viande (85 %), et les produits de la mer (50 %), la grande majorité des autres biens de base restent distribués par le privé73. Des liens ont malgré tout existé entre les industries nationalisées et les JAP (pour le textile par exemple). Cependant, début 1973, les JAP travaillent en collaboration étroite avec seulement 8 000 petits commerçants74, ce qui est finalement très peu si l’on compare ce chiff-re aux 300 000 commerces existant alors. Comme dans la sphère productive, l’UP joue un difficile rôle d’arbitre du conflit social. C’est ce que met en exergue le témoignage de P. Palma, qui dresse malgré tout un bilan hautement positif de cette expérience : il n’hésite pas à qualifier ces comités de « premier élément du pouvoir populaire » et de « forme différente de faire la politique d’État » qui allait même « contribuer au changement du caractère de l’État75 ». Les comités, créés et coordonnés par le gouvernement, sont pourtant souvent vus comme des instruments politiques aux mains des militants de l’UP. Comme le reconnaît une dirigeante d’une JAP (de la población José María Caro) : « Nous avons eu des difficultés à intégrer les commerçants à cette organisation parce qu’ils croyaient que les JAP étaient des instruments du Gouvernement populaire pour les contrôler et non afin qu’ils en tirent avantage76. » D’autre part, une revue de la presse montre le profond rejet des JAP de la part de la petite bourgeoisie commerçante et de la droite partisane77. La ligne générale utilisée par l’opposition est la présentation des JAP comme des organismes totalitaires et illégaux. Par exemple, le 20 avril 1972, Rafael Cumsille, président de la confédération de la petite industrie et du commerce, annonce que la finalité des JAP est d’établir « la liberté du commerce » et « un contrôle absolu sur tous les Chiliens78 ».

  • 79 Pour une étude récente et détaillée des JAP, consulter : Melo Contreras L., « Las JAP. Historia y m (...)
  • 80 Las Noticias de Ultimas Hora, 1er août 1972.
  • 81 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.
  • 82 Entretien réalisé à Santiago, 13 mars 2001.
  • 83 Ibid.

31Que ce soit dans l’opposition ou dans les rangs de l’UP, on donne une importance énorme aux JAP, envisagées véritablement comme des organes de double pouvoir, qui tendraient à prendre en charge des attributions jusque-là organisées au niveau central. Il y a là une déformation évidente de la réalité. Les JAP, sous contrôle de la bureaucratie étatique, sont limitées dans leur développement par les objectifs qui leur sont fixés. Elles ne possèdent pas d’attribution réelle de contrôle « par en bas ». Selon plusieurs témoignages, elles souffrent dès les premiers temps de ces limitations. Les JAP communales, par exemple, ont un développement extrêmement partiel et fonctionnent de manière superstructurelle et bureaucratique ayant peu de contact avec les habitants du quartier79. Un journal comme Las Noticias de Ultima Hora, pourtant favorable aux positions gouvernementales, le note à plusieurs reprises. Ainsi, au niveau de l’unité communale de La Cisterna (composée de 40 JAP), les représentants se plaignent que malgré l’efficacité du recensement réalisé, les marchandises de base mettent entre 15 et 20 jours à être distribuées par la DINAC… Parallèlement, les commerçants les plus aisés, non intégrés aux JAP et possédant leurs propres moyens de transport, sont ravitaillés immédiatement80. De plus, certaines critiques acerbes de l’opposition se basent en partie sur des pratiques et déviations réelles. Parmi celles-ci le « sectarisme » des militants de gauche et le pouvoir de corruption que le contrôle d’une JAP octroie, phénomène difficile à mesurer aujourd’hui. P. Palma reconnaît qu’il y a eu « une corruption minime », mais que globalement c’est le bien collectif qui a primé pour une répartition qui est mené aux yeux de tous81. Luciano, quant à lui, insiste au contraire qu’il y aurait eu « beaucoup de corruption, c’est-à-dire que les dirigeants chargés de la JAP ne répartissaient pas tout82 » et ajoute qu’au niveau de la Población La Bandera, « les dirigeants de la JAP répartissaient les marchandises aux personnes qui étaient de la même militance politique qu’eux83 ».

32Au-delà de ces considérations centrées sur des comportements individuels « normaux » dans de telles périodes de bouleversements, l’élément central pour l’évaluation des JAP reste qu’elles ne parviennent pas à représenter des organes de lutte efficace contre la spéculation, et que leur action est faible sur de vastes fractions de produits, essentiels aux couches populaires. Les JAP, dans ce que l’on peut appeler « leur première version », c’est-à-dire jusqu’à la grande grève patronale d’octobre, conservent uniquement leur rôle d’organe de pression sur des portions réduites de la distribution. Si elles sont « l’expression de l’activité des masses » comme le pense Patricio Palma, leur existence ne permet pas de parler d’un véritable « pouvoir populaire constituant ». Elles jettent cependant les germes d’une intéressante mobilisation des quartiers populaires autour de la question du ravitaillement, thème qui ne tardera pas à ressurgir, avec force, dès la mi-1972.

Notes

1 Insunza J., Informe a la reunión plenaria del CC del Partido Comunista (El Siglo, 7 février 1970).

2 Dans son discours du 5 septembre 1970, S. Allende appelle les CUP « à se maintenir dans une attitude vigilante » (« Discurso en el Estado Nacional », op. cit.).

3 Oyarce J., Intervención en el pleno del CC del Partido Comunista (El Siglo, 8 février 1970).

4 Entretien réalisé à Santiago, mai 2002.

5 La plupart des auteurs situent entre 14 500 et 15 000 le nombre effectif de CUP.

6 Corvalán L., Informe al pleno del Comité Central del Partido Comunista, Santiago, 7 mai 1970 (in V. Farías, op. cit., t. I, p. 250-263).

7 MIR, Tarea de los Comités de la Unidad Popular (Punto Final, 13 octobre 1970).

8 Cité par Cancino H., La problemática…, op. cit., p. 128.

9 Entretien réalisé à Santiago, 1er mai 2002.

10 Winn P., Weavers of revolution, op. cit.

11 Voir les remarques de Najman Maurice in « Comment s’organisaient les bases du pouvoir populaire », Le Monde Diplomatique, Paris, octobre 1973.

12 Castillo F., Larraín J., « Poder obrero-campesino y transición al socialismo en Chile », op. cit., p. 163.

13 Oficina de informaciones y radiodifusión de la presidencia de la República, Calendario del Área Social, Santiago, 1972.

14 Novoa E., « L’utilisation de la loi sous le gouvernement Allende », Chili, un pays laboratoire, op. cit., p. 11-24.

15 En fait, il existe cinq mécanismes : 1/la création de nouvelles entreprises (8 sont créées durant 1971 et 1972) ; 2/la réforme constitutionnelle (c’est le cas des ressources naturelles nationalisées par le congrès) ; 3/la négociation d’actifs avec les propriétaires (au total le gouvernement négocie jusqu’en 1973 la participation dans 58 compagnies dont une vingtaine ont été auparavant « intervenues » ou « réquisitionnées ») et enfin 4/ et 5/«l’intervention » et la « réquisition » (cas qui nous intéressent particulièrement).

16 Ainsi, lorsqu’au cours de cette étude, nous parlons « d’entreprises nationalisées » par le gouvernement, c’est avant tout dans le but de donner une traduction française à « empresas intervenidas o requisadas » : la nationalisation définitive n’est en fait la plupart du temps pas réglée d’un point de vue juridique.

17 Novoa E., « L’utilisation de la loi sous le gouvernement Allende », op. cit.

18 El Siglo, 25 mai 1971.

19 Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Economic Democracy : workers’ participation in Chilean industry 1970-1973, London, Academic press inc., Studies in social discontinuity, 1978 (traduction utilisée : Democracia Económica. La participación de los trabajadores en la industria chilena, 1970-1973, México, Fondo de Cultura Económica, 1984, p. 67).

20 Voir le paragraphe sur les limites de l’Aire de propriété sociale.

21 El Mercurio, 9 août 1971 et 13 août 1971.

22 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre : contribución al estudio del contexto histórico, Santiago, CESOC, 2000, p. 121-124.

23 Étaient considérées comme « monopolistiques », les établissements dont le capital, les réserves et les bénéfices dépassent un million de dollars, au cours officiel de l’époque (soit 14 millions d’escudos).

24 Sader E., « Chili : la transition manquée », Critique de l’économie politique, Paris, n° 16-17, avril-septembre 1974, p. 252. Voir aussi le témoignage de Carlos Altamirano (réalisé à Santiago, 11 mars 2002).

25 Voir le témoignage de P. Palma, alors à la tête de la Direction de l’industrie et du commerce du gouvernement (DIRINCO) (entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001).

26 Une simple révision des archives déclassées de la CIA permet de mesurer l’ampleur de ce sabotage, coordonné par le « comité des 40 » et Henry Kissinger. Voir : Senado de los Estados Unidos (Informe Church), Acción encubierta en Chile, op. cit. et Corvalán Márquez L., La secreta obscenidad de la historia de Chile, Santiago, Ceibo Ediciones, 2012.

27 CORFO, Área Social : la justicia pierde el juicio, Santiago, Quimantú, Documentos Especiales, 1973.

28 Sur cette base, le PC dresse un bilan hautement positif de l’année écoulée (cf. El Siglo, 2 janvier 1972).

29 Larraín J., Castillo F., op. cit., p. 179.

30 Normas básicas de participación de los trabajadores en la dirección del área social y mixta, Santiago, CUT, 1972.

31 Entretien réalisé à Santiago, le 20 novembre 2001.

32 Dans l’immense majorité des 35 entreprises sélectionnées au hasard par Espinoza et Zimbalist, les salariés ont une majorité effective de gestion (Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Democracia económica, op. cit., p. 76).

33 Espinoza J. G., Zimbalist A. S., Democracia económica, op. cit.

34 Farías V., La izquierda chilena (1969-1973) : documentos para el estudio de su línea estratégica, op. cit., introduction au chapitre i du tome I.

35 La realidad social de Chile, Oficina de informaciones y radiodifusión de la presidencia de la República, Santiago, 1972, p. 44.

36 ODEPLAN, Informe económico anual 1971, Santiago, Universitaria, 1972, p. 77.

37 Central Única, Santiago, juin 1971.

38 Central Única, Santiago, juin 1971.

39 Central Única, Santiago, septembre 1971.

40 Principios, Santiago, mars-avril 1972.

41 Entretien réalisé à Santiago le 29 mars 2002.

42 Le journal El Rebelde revient régulièrement sur cette question.

43 Castells M., La lucha de clases en Chile, op. cit., p. 207-208.

44 Smirnow G., Le développement de la lutte pour le pouvoir…, op. cit., p. 173-174.

45 La droite parvient à proposer un candidat unique qui obtint la victoire.

46 Le 7 juin 1971, le groupuscule d’extrême gauche VOP (Vanguardia obrera del pueblo) assassine l’ex-ministre de l’Intérieur d’Eduardo Frei, responsable du massacre de Puerto Montt en 1969. Les conditions de cette action restent troubles et la VOP disparaît ensuite de la scène politique.

47 El Mercurio, 7 juin 1971.

48 Eugenia Palieraki rappelle ainsi que cette manifestation ne peut être résumée aux seules femmes des beaux quartiers et à leurs domestiques, puisqu’elle est aussi composée de femmes issues des quartiers périphériques de Santiago, preuve d’une certaine déconnexion entre ces secteurs populaires et le gouvernement (Palieraki E., Manifestations de rues à Santiago durant l’Unité populaire, Paris I, mémoire de maîtrise d’histoire, 2001).

49 Mattelart A., « La bourgeoisie à l’école de Lénine », Politique aujourd’hui, Paris, janvier-février 1974, p. 23-46.

50 Voir la première partie du travail de thèse de Trumper Camilo Daniel sur ce sujet : A ganar la calle. The politics of public space and public art in Santiago Chile (1970-1973), PhD of philosophy in history, University of California, Berkeley, 2008.

51 Voir la déclaration politique du PC du 9 juin 1971 dans la revue théorique Principios.

52 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe, op. cit., p. 93.

53 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe, op. cit., p. 126.

54 Leiva S., Neghme F., La política del Movimiento de Izquierda Revolucionaria (MIR) durante la Unidad Popular y su influencia sobre los obreros y pobladores de Santiago, U de Santiago de Chile, Tesis de licenciatura en educación de historia y geografía, décembre 2000, p. 54 -76.

55 Entretien réalisé à Santiago, le 6 août 2003.

56 El Rebelde, 17 novembre 1972.

57 Comisión Nacional Sindical del MIR (camarade Víctor), Octubre. Comités Coordinadores y poder dual, Santiago, novembre 1972 (Documentos Internos 2A – 1973).

58 La realidad social de Chile, op. cit.

59 Rodríguez F., Critica de la Unidad Popular, Barcelona, Fontamara, 1975, p. 213.

60 La realidad de Chile, op. cit., p. 14-17.

61 Vega H., L’économie du populisme, op. cit. p. 393.

62 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

63 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

64 Un exemple symbolique est celui du café « Nescafé » très prisé au Chili et largement utilisé par l’opposition.

65 Voir le récit de García Pío dans Chile Hoy, 30 juin 1972.

66 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

67 La realidad social de Chile, op. cit., p. 21.

68 Pour la constitution d’une JAP, devaient être présents un représentant de l’État, et au moins 100 personnes de chaque unité de quartier. Dans le cas contraire, la JAP restait provisoire jusqu’à une seconde réunion, où le nombre de participants minimum n’était plus que de 50 personnes.

69 El Siglo, 6 mars 1972 et Las noticias de última hora, 19 janvier 1973.

70 Calendario del Área Social, op. cit., p. 6.

71 Chile Hoy, 30 juin 1972.

72 El Siglo, 6 mars 1972.

73 El Mercurio, 5 juillet 1972 et Chile Hoy, 30 juin 1972.

74 Castillo F., Echeverría R., Larraín J., « Las masas, el Estado y el problema del poder en Chile », op. cit., p. 17.

75 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

76 Las noticias de ultimas hora, 1er août 1972.

77 La consultation du journal El Detallista est très instructive à ce sujet.

78 La Segunda, 20 avril 1972.

79 Pour une étude récente et détaillée des JAP, consulter : Melo Contreras L., « Las JAP. Historia y memoria de una experiencia de participación popular », Memoria de Licenciatura en Historia, Universidad Academia de Humanismo Cristiano, 2012.

80 Las Noticias de Ultimas Hora, 1er août 1972.

81 Entretien réalisé à Santiago, 28 novembre 2001.

82 Entretien réalisé à Santiago, 13 mars 2001.

83 Ibid.

Table des illustrations

Titre Illustrations 2 (a, b) – Affiches en faveur du travail volontaire et de la « bataille de la production ».
Crédits Chile. Imaginería política (1970-1973), [www.abacq.net/imagineria].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42688/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits Central Única, Santiago, février 1972.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42688/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Carte 1 – Nombre de JAP constituées par province en mai 1972.
Crédits Chile Hoy, n° 3, 30 juin 1972.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42688/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540