Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Le Chili de l’unité populaire

Chapitre III. Les partis politiques de gauche et la « voie chilienne au socialisme »

Texte intégral

Les principaux partis de gauche : discours et stratégie

  • 1 Marcuse H., Le marxisme soviétique : essai d’analyse critique, Paris, Gallimard, 1971.
  • 2 Vergara J., « El pensamiento de la izquierda chilena en los sesenta. Notas de investigación », in A (...)
  • 3 Pour une synthèse de ce débat, consulter l’introduction à l’importante compilation de documents his (...)
  • 4 Castillo F., Larrain J., « Poder obrero-campesino y transición al socialismo en Chile », Cuadernos (...)

1Au-delà des différences politiques, l’ensemble de la gauche chilienne possède en 1970 une matrice et des référents idéologiques proches. Ceux-ci se basent pour l’essentiel sur un ensemble assez limité de textes appartenant globalement au « marxisme soviétique1 ». Dès lors, une révision des références théoriques de la gauche montre la pauvreté relative de « l’arsenal théorique » utilisé, au sens où, non seulement le nombre d’auteurs, mais aussi les références utilisées sont réduites. Des auteurs occidentaux tels que Antonio Gramsci, Karl Korsch, Herbert Marcuse ou latino-américains, comme Carlos Mariategui ou José Arico sont inconnus ou quasi ignorés (à l’exception d’Althusser qui possède un large écho parmi l’intellectualité chilienne, notamment grâce aux écrits de Martha Harnecker)2. Et les traductions espagnoles des classiques du marxisme en circulation sont loin d’embrasser toute la diversité de ce dernier. L’une des divergences centrales au sein de la gauche quant à la stratégie à adopter en vue de la conquête du pouvoir tient à la caractérisation de la formation sociale et aux institutions de ce pays : au sein d’un pays capitaliste dépendant comme le Chili, existe-t-il une « bourgeoisie nationale » prête à appuyer un projet de développement économique autocentré, sous direction de partis de gauche ? En partant d’une analyse différente de la situation nationale, ces organisations partisanes en arrivent à des conclusions tactiques et stratégiques divergentes : quel type d’alliance de classes est nécessaire, quel est le rythme de la transition au socialisme, comment caractériser l’État chilien3 ? Les deux positions les plus clairement opposées et représentatives de ce débat sont celle du Mouvement de la gauche révolutionnaire (Movimiento de la izquierda revolucionaria – MIR) et celle du Parti communiste (PC). En ce qui concerne le thème du « pouvoir populaire », les principaux partis ouvriers n’ont jamais agité cette consigne comme leur drapeau revendicatif principal : il faut attendre le développement des luttes sociales pendant l’Unité populaire pour que cette thématique devienne un enjeu central du débat politique4.

Le Parti communiste chilien

  • 5 Corvalán L., Informe al XIVe congreso nacional del partido, Santiago, novembre 1969.
  • 6 Dans ses mémoires, le dirigeant Orlando Millas affirme qu’ils ne se posèrent même pas la question ((...)
  • 7 Labarca E., Corvalán, 27 horas : el PC chileno por fuera y por dentro, Santiago, Quimantú, 1972.

2Le Parti communiste chilien (PC) est le principal parti de masse du pays. Créé en janvier 1922, il est l’héritier du Parti ouvrier socialiste (POS) fondé par Luís Emilio Recabarren. En 1970, il est le premier Parti communiste d’Amérique latine et la principale force politique de l’Unité populaire. C’est une organisation disciplinée, possédant une capacité militante exceptionnelle au regard des autres partis et dont le passé a permis une accumulation de liens étroits avec une base sociale ouvrière. Lors du XIVe congrès (1969), cette organisation est composée de 3 618 cellules du nord au sud du pays, représentant 160 000 militants, dont 29,4 % sont des femmes ; 66,6 % sont des ouvriers ; 7,7 % sont des paysans, les 20 % restant étant composés essentiellement de la petite-bourgeoisie5. Ce parti est, depuis sa fondation, lié à l’URSS et reste, contre vents et marées, hermétique à toute critique du stalinisme6. Il est marqué par un fort monolithisme, revendiqué par ses dirigeants comme une force7.

  • 8 Daire A., « La política del Partido Comunista desde la post-guerra a la Unidad popular », in A. Var (...)
  • 9 Corvalán L., Informe al XIVe congreso nacional del partido, op. cit., p. 44.

3En 1970, la conception de la « voie pacifique » – réaffirmée par la doctrine Brejnev-Kossyguine – et, surtout pour le Tiers-monde, la révolution « par étapes » en alliance avec la bourgeoisie nationale, constituent des axes stratégiques du PC. Cette vision politique influence l’ensemble de la « voie chilienne au socialisme » dirigée par l’Unité populaire8. Le « pouvoir populaire » est identifié avec l’établissement d’un « gouvernement populaire », aussi appelé « gouvernement des travailleurs ». À noter que la notion classique du marxisme-léninisme de « dictature du prolétariat » est alors rejetée par le parti. Le Parti communiste considère que la première phase de la révolution chilienne (dont la durée n’est pas définie) doit passer par un système d’économie hybride imbriquant capitalisme monopoliste d‘État, avec un mode d’accumulation issu du secteur privé. Ceci suppose une politique de collaboration avec la petite et moyenne bourgeoisie et la prise en main de secteurs entiers de l’économie par l’appareil étatique, qu’il n’est – dans un premier temps – pas question de remplacer, comme l’enseigne classiquement le léninisme. L’alliance préconisée, dénommée « politique de majorité nationale », s’étend à la bourgeoisie « nationale » ne possédant pas de situation de monopole9.

Le Parti socialiste chilien

  • 10 Sarget M. N., Système politique et Parti socialiste au Chili : un essai d’analyse systémique, Paris (...)
  • 11 Partido Socialista (comité central), Estatutos del Partido sancionados en el congreso general efect (...)
  • 12 Entretien réalisé à Santiago, le 11 mars 2002.
  • 13 Appelés ainsi pour leur appui à la révolution cubaine, puis à la guérilla (ELN) d’Ernesto Guevara e (...)
  • 14 Parfois nommés « los guatones » ou les « ventrus », ceux qui ont le ventre bien rempli en langage p (...)

4Le Parti socialiste chilien (PS), organisation du président Allende, est le second parti ouvrier du pays. Il s’agit d’une organisation plus hétérogène socialement que le PC. Durant l’UP, il connaît une explosion de ses effectifs militants et accroît considérablement son implantation dans les milieux populaires. Historiquement, ce parti pourrait être identifié par ses racines populistes, ses importants liens avec les milieux parlementaires et la franc-maçonnerie. Ayant toujours su maintenir sa qualité de parti-mouvement, il s’agit d’une organisation qui présente une forte réceptivité aux pressions du mouvement social et qui, de ce fait, se caractérise par une tactique politique « centriste » (au sens marxien du terme : c’est-à-dire oscillant entre réforme et révolution)10. Les nouveaux statuts du parti sont approuvés lors du congrès national de Chillán (1967) qui définit le parti comme « marxiste-léniniste », basé sur le centralisme démocratique et divisant ses adhérents entre sympathisants, postulants et militants11. Selon le témoignage de Carlos Altamirano, qui est son secrétaire général durant l’Unité populaire, ce parti comprend entre 50 et 60 000 militants au début de la période ; et de 120 à 130 000 en 197312. Le PS a pour caractéristique d’être composé de nombreuses tendances internes, allant du centre gauche à des secteurs favorables à des pratiques beaucoup plus radicales. Le PS possède par exemple une composante de sensibilité trotskyste (dont l’une des figures est Adonis Sépulvéda), un autre secteur connu comme celui des « commandants » ou « elenistas13 » ; enfin un troisième secteur, formant l’aile modérée du parti autour de Salvador Allende14.

  • 15 Sarget M. N., op. cit.
  • 16 PS, « Resoluciones del XXIII Congreso del PS », La Serena, janvier 1970.

5Le caractère discursif très radical de ce parti et sa critique du réformisme comme de la révolution par étapes sont clairement annoncés par le congrès de Chillán, sous direction du secrétaire général, Aniceto Rodríguez. Le secteur modéré, plus proche du PC et dirigé par Salvador Allende ou encore par l’historien Julio Jobet, garde pourtant un poids essentiel à tous les niveaux de l’appareil et un prestige auprès de la base. La thèse d’État de M. N. Sarget a largement rappelé les capacités d’adaptation et d’opportunisme de cette organisation qui, dans certaines conjonctures, a su allier discours révolutionnaire et pratiques politiques réformistes, respectueuses du système institutionnel15. C’est le XXIIIe congrès, organisé à la Serena le 27 janvier 1971, qui définit la ligne politique de cette collectivité pour les années suivantes. À cette occasion, la « ligne dure » incarnée par Aniceto Rodríguez subit un revers (l’UP est alors au gouvernement). Cependant l’élection de Carlos Altamirano comme nouveau secrétaire général, signifie que la ligne du « front des travailleurs » n’est pas fondamentalement remise en cause. L’alliance politique avec la DC – proposée par Allende au Parlement – est fortement critiquée. D’autre part, l’UP est définie comme une formation politique « pluriclassiste », où se retrouvent des « tendances ouvrières, petites bourgeoises et bourgeoises16 ». En conclusion, les thèses de la Serena consacrent la position critique du PS face aux positions des « gradualistes », et ce malgré le fait que les socialistes soient désormais une force essentielle du gouvernement. Cela explique l’attitude parfois contradictoire de cette organisation durant l’UP.

Les chrétiens révolutionnaires et le MAPU (Movimiento de Acción Popular Unitaria)

  • 17 Ce qui est d’ailleurs reconnu par Ambrosio R., Sobre la construcción del partido, MAPU, Santiago, n (...)
  • 18 Entretien réalisé à Santiago, le 22 mai 2002.
  • 19 Punto Final, 3 mars 1970.
  • 20 Amorós M., « La Iglesia que nace pueblo. Relevancia del movimiento Cristianos por el socialismo », (...)

6Les chrétiens ont joué un rôle important durant toute l’Unité populaire au sein du mouvement social et partisan. Le MAPU (Mouvement d’action populaire unitaire) est né d’une scission de la Démocratie-chrétienne en 1969, alors que s’affrontent au sein du Parti démocrate-chrétien, trois tendances principales : la « oficialista », la « tercerista » et la « rebelde ». C’est cette dernière qui est à l’origine du MAPU et qui s’incorpore à l’Unité populaire, sous la direction de Rodrigo Ambrosio (secrétaire général). Le MAPU se déclare « mouvement » et non parti politique. En effet, l’objectif proclamé de ces militants est de réussir la réunification de tous les partis de gauche au sein d’un grand parti révolutionnaire. Afin d’affirmer son option pour la révolution, le mouvement postule à la constitution d’un « large front des travailleurs » (Frente amplio de trabajadores) sous hégémonie ouvrière, et qui exclurait la petite bourgeoisie progressiste. Il s’agit là d’une position paradoxale puisque la majorité du MAPU est justement issue de cette couche sociale17. D’après le témoignage de Sergio Aguilar, qui a été responsable régional du MAPU pour la zone de Santiago et, durant la dictature, membre de sa direction nationale, cette organisation comporterait en 1972 entre 10 et 15 000 membres18. Sur la question de la voie à suivre dans la conquête du pouvoir, Jaime Gazmuri, dirigeant de l’organisation, interviewé par la revue Punto Final, préfère parler d’une combinaison des deux modes stratégiques (voie pacifique et voie armée), montrant ainsi une position médiane à l’intérieur de la coalition de l’Unité populaire19. Le MAPU est l’une des organisations de l’UP qui met le plus régulièrement en avant la notion de pouvoir populaire. Progressivement, d’autres secteurs chrétiens s’intègrent au projet de la gauche. C’est le cas durant l’année 1971 avec l’apparition de la Gauche chrétienne (Izquierda cristiana), elle-même issue de la DC, mais aussi d’autres petits mouvements structurés au sein de l’Église catholique, comme le très radical Mouvement des chrétiens pour le socialisme (CPS). Le CPS trouve ses origines dans des organisations comme la « jeune église » et « l’église avec le peuple », mises en place par quelques prêtres et religieuses, auxquels se joignent environ 200 laïcs20.

Le MIR (Movimiento de la Izquierda Revolucionaria)

  • 21 Expression de Sandoval Carlos in MIR. Una historia, Santiago, Trabajadores, 1990, t. I.
  • 22 Gaudichaud F., « Contribution à l’histoire du mouvement révolutionnaire chilien. Conversation avec (...)
  • 23 Palieraki E., Histoire critique de la « nouvelle gauche » latino-américaine. Le MIR dans le Chili d (...)

7Le MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire) est le résultat d’un processus d’unification de plusieurs groupes révolutionnaires, issus d’horizons sociaux et politiques différents. Contrairement à une certaine historiographie persistante, le MIR n’est pas le produit d’une supposée « influence extérieure » (Cuba), ni même le fruit de l’action d’un petit groupe d’étudiants radicalisés de Concepción (conduits par son futur leader, Miguel Enríquez). Si ces derniers ont joué un rôle indéniable dans sa structuration, on trouve aux origines de la « préhistoire du MIR » plusieurs dirigeants issus du mouvement ouvrier21. Parmi eux, Luís Vitale (historien de ce mouvement, mais aussi fondateur du MIR) dégage huit groupes22. Parmi ces groupes, avec une forte influence du trotskysme, on trouve notamment le Partido socialista popular (PSP), issu du POR (Partido obrero revolucionario) ; ou encore la Vanguardia revolucionaria marxista (VRM) – Rebelde. Le groupe étudiant des frères Enríquez et de Bautista Von Schouwen, est quant à lui sorti des rangs des jeunesses socialistes de Concepción, autour du périodique Revolución et a auparavant intégré la VRM. Le travail de l’historienne Eugenia Palieraki a permis de faire la lumière, de manière critique et très documentée, sur la genèse de cette « nouvelle gauche » latino-américaine23.

  • 24 La déclaration de principes du MIR (largement rédigée par Luis Vitale) est surtout inspirée du prog (...)
  • 25 Voir l’interprétation de l’un de ses dirigeants historiques, réalisée en 2000 : Allende A. Pascal, (...)
  • 26 Sur le « choix des armes » du MIR et la mystique qui l’entoure, cf. Palieraki E., Histoire critique(...)
  • 27 Extrait du manifeste « Aux ouvriers, paysans, pobladores et étudiants » d’août 1970 (en français da (...)
  • 28 Pour avoir l’interprétation de Enríquez M. (secrétaire général du MIR), Algunos antecedentes del MI (...)

8Le fait que l’ancien dirigeant national de la CUT, le chrétien révolutionnaire Clotario Blest, ait participé à la formation du MIR, lui a donné une légitimité immédiate certaine. C’est en août 1965 que cette organisation se forme à Santiago. Le but clairement affiché, dès la déclaration de principes, est de contester l’hégémonie réformiste exercée, selon cette organisation, par le PS et le PC sur les classes populaires : « Les conditions objectives sont plus que mûres pour le renversement du système capitaliste. Malgré cela, le réformisme et le révisionnisme continuent de trahir les intérêts du prolétariat » (article 5). Dans cette optique, le MIR rejette la théorie de la « voie pacifique » (article 7). Le principe de l’inévitabilité de la lutte armée est l’une des bases de la théorie politique du MIR. Selon Luís Vitale, il ne faudrait cependant pas surestimer pour autant l’inspiration castriste du MIR24. Lors du tournant théorique de décembre 1967, à l’occasion du IIIe congrès du MIR, l’autocritique vise « l’idéologisme pur » de l’organisation et la nécessité du passage à « l’action directe de masse ». À cette date, Miguel Enríquez, fils du recteur de l’université de Concepción, devient secrétaire général. Ce tournant signifie un changement tactique. L’organisation tente d’accentuer son implantation auprès des paysans pauvres (particulièrement les paysans Mapuches de la région du Cautín), ainsi que dans le prolétariat urbain, et surtout celui vivant dans les conditions les plus dures : les pobladores habitant les campamentos de Santiago (celui de la Nueva La Habana en est le symbole). Son insertion sociale reste faible au sein de la classe ouvrière industrielle, avec cependant une présence notable dans certains secteurs spécifiques : par exemple, l’industrie textile (usines de Tomé) ou encore les mines de charbon du sud. Cette implantation spécifique du MIR s’explique surtout par le fait qu’il s’agit de secteurs où il reste encore un espace politique pas entièrement occupé par le PS et le PC. En ce qui concerne la politique internationale, le MIR reste attaché à Cuba comme à un pôle magnétique. Ses prises de positions internationales contiennent très peu de références au phénomène stalinien et font peu de place à l’analyse de la nature des États appartenant au bloc de l’Est. Cette question fondamentale de l’histoire du mouvement ouvrier international reste une question non résolue par cette organisation25. Parallèlement à son difficile travail d’insertion sociale, la direction du MIR décide en 1967, d’accentuer sa stratégie d’action directe, notamment par le biais d’expropriations de banques26. S’exposant à la répression des groupes mobiles de carabiniers du gouvernement Frei, le mouvement passe dans la clandestinité. Cette réorganisation « par en haut » et sans consultation de la base, qui donne le primat à l’action directe armée, provoque des dissensions dans l’organisation. De plus, lorsque la direction miriste apprend la candidature de Salvador Allende, elle décide de suspendre les actions directes mais refuse de participer à la joute électorale suivant le principe que : « Une victoire électorale ne signifie pas la conquête du pouvoir par les travailleurs27. » Cette stratégie aboutit à la division du mouvement, en juillet 1969, avant même que ne se tienne le IVe congrès : la « vieille garde » du mouvement, particulièrement le secteur trotskyste, quitte l’organisation28. Suite à la victoire d’Allende, le MIR fait d’ailleurs son autocritique partielle, admettant ainsi que « la victoire électorale de la gauche constitue un immense pas en avant dans la lutte du peuple pour la conquête du pouvoir » et qu’il n’avait pas prévu « avec suffisamment de profondeur la possibilité pour l’UP d’assumer le gouvernement ».

  • 29 Document émanant du secrétariat national du MIR et paru dans Punto Final en octobre 1970 (in MIR, R (...)
  • 30 Quiroga P., Compañeros. El GAP : la escolta de Allende, Santiago, Aguilar, 2001 et Pérez C., « Salv (...)
  • 31 Selon une enquête interne de la direction du MIR, en 1972, chacun des GPM est divisé entre 4 à 6 se (...)
  • 32 Selon le secrétariat général, il faut une moyenne de 5 à 6 mois pour devenir militant du MIR : Algu (...)
  • 33 La GPM 4 correspond à la zone Cerrillos – Las Rejas – J. M. Caro et sa direction est formée par 6 m (...)
  • 34 Chiffre avancé par Pascal Allende, dirigeant du MIR (« El MIR, 35 años de Lucha », Punto Final, op. (...)

9Cependant, la vision générale de la transformation révolutionnaire est maintenue : nécessité de destruction violente de l’État bourgeois ; affrontement armé entre les capitalistes et les travailleurs, « avec le socialisme comme unique but29 ». À partir de cette date, le MIR décide de soutenir de manière critique le processus conduit par l’UP. Ceci en gardant son indépendance organisationnelle. Il fournit cependant, pendant plusieurs mois, une garde rapprochée au président Allende en participant au Grupo de los amigos del Presidente (GAP), ainsi qu’une aide modeste grâce à son appareil de renseignement30. Les Grupos Político-Militares (GPM), créés à partir de novembre 1969, constituent les noyaux de base du MIR et chacun d’entre eux se consacre au travail politique dans les divers « fronts de masse » (paysan, étudiant, pobladores, ouvrier, soldat)31. Les secrétaires régionaux sont désignés par le secrétaire national et les chefs des GPM par les comités régionaux, sans participation de la base. Le droit de tendance est nié et l’entrée des militants se fait au compte-gouttes32. Ce schéma, verticaliste et compartimenté, subit plusieurs transformations du fait du développement miriste au sein du mouvement social durant l’UP. C’est ce qui conduit à l’apparition de « commissions » de coordination du travail syndical, paysan, etc. Il semble même qu’il y ait eu une crise organique des GPM, avec un décalage croissant entre la structure politico-militaire du MIR et l’insertion grandissante de ces militants dans les « fronts de masse ». Le témoignage de Javier Bertín et Guillermo Rodríguez, tous deux militants du GPM 4 de Santiago, permet de mieux connaître ces modifications33. À la fin des années soixante, l’organisation comporterait environ 2000 militants, chiffre qui s’élève à plus de six mille en 1973, voire à dix mille militants34. Si on prend en compte les nombreux sympathisants et aspirants du MIR, extrêmement actifs politiquement, le chiffre de quinze mille militants doit être assez proche de la vérité.

Autres mouvements de la gauche extraparlementaire

  • 35 Miranda N., Contribución para una historia del trotskysmo chileno, Santiago, Ediciones Clase Contra (...)
  • 36 Gaudichaud F., « Contribution à l’histoire du mouvement révolutionnaire chilien », op. cit.
  • 37 Entretien téléphonique réalisé le 25 juillet 2005.

10Si l’on voulait réaliser une étude exhaustive du paysage politique de la gauche chilienne en 1970, il faudrait également s’attarder sur les nombreuses petites organisations ou mouvements qui existent à la gauche du MIR. Il y a là tout un champ inexploré d’investigation, d’un grand intérêt pour le politiste, le sociologue ou l’historien des mouvements révolutionnaires. Nous pouvons noter ici quelques pistes intéressantes. En ce qui concerne l’histoire du « pouvoir populaire » chilien, plusieurs organisations semblent avoir une certaine influence locale. Ceci, malgré une taille parfois minuscule et un champ d’action limité. Nous avons déjà essayé de montrer l’intérêt qu’il y aurait, par exemple, à mieux connaître le mouvement trotskyste. Le Frente revolucionario (FR), tendance trotskyste héritière du Partido obrero revolucionario (POR), créée à la fin des années trente et menée notamment par le dirigeant ouvrier Humberto Valenzuela, est en partie issu du MIR, suite aux différends de l’année 196935. Son orientation politique est marquée par son adhésion aux thèses de la IVe Internationale – Secrétariat unifié (SU). Parmi les revendications de cette organisation, on retrouve le thème du « contrôle ouvrier ». Durant l’année 1972, cette tendance politique se transforme en Partido socialista revolucionario (PSR)36. Il s’agit d’une organisation ayant une influence très limitée sur la classe ouvrière, mais qui est tout de même parvenue à avoir des dirigeants au niveau national à la CUT. À noter également l’existence de la Ligue communiste qui, à la même époque, est une section « sympathisante » de la IVe Internationale – SU. Mentionnons également les organisations maoïstes, issues en général – dans l’élan du conflit sino-soviétique – d’une scission du Parti communiste. L’on sait par exemple, que le Partido comunista revolucionario (PCR) et le PC Bandera roja jouent un certain rôle au niveau des Cordons industriels (en particulier celui de Macul). Selon Eugenio Cantillana (ouvrier chargé du front syndical du PCR à Santiago), son parti ne regroupe alors pas plus de 200 militants (dont un noyau de 60 personnes à Concepción)37.

  • 38 Hélène Combes a consacré sa thèse à ce phénomène en analysant les parcours militants du PRD mexicai (...)
  • 39 Chiffres cités par Castells M., La lucha de clases en Chile, Buenos Aires, Siglo 21 Editores, 1974, (...)

11En guise de conclusion, soulignons que, dans un pays comptant à peine 10 millions d’habitants, la présence de plusieurs centaines de milliers de militants de gauche se déclarant favorables à un projet politique anticapitaliste, n’est pas un fait anodin. Cette présence politique est une clef pour comprendre les nombreuses relations et interactions entre le champ politique et l’espace du mouvement social, alors que de nombreux militants sont « multipositionnés » dans le milieu partisan. Comme tend à le montrer l’enquête orale, une majorité de dirigeants du mouvement social (syndicaliste, organisations de quartiers, etc.) sont aussi des militants d’organisations partisanes38. Cette forte extension du champ politique de la gauche à de vastes portions de la société civile organisée signifie le renforcement d’une subjectivité collective mobilisatrice, la légitimation de l’image du militantisme comme une sorte de nécessité partagée par d’amples secteurs sociaux. Face à ces organisations, se trouvent des partis d’opposition qui possèdent également un champ partisan actif, quoiqu’inférieur numériquement : la Démocratie-chrétienne (DC) regroupe environ 60 000 militants (avec une forte implantation au sein du mouvement ouvrier et la CUT) et l’opposition de la droite conservatrice (avec le Parti national) et fasciste (avec des petits groupes tels que Patria y Libertad) cumuleraient près de 30 000 militants39.

« La voie chilienne au socialisme » Formation et programme de l’Unité populaire

  • 40 Fernandois J., « ¿ Peón o actor ? Chile en la Guerra Fría (1962-1973) », Estudios Públicos, Santiag (...)
  • 41 Garcés J., « Vía insurreccional y vía política : dos tácticas », Revista de la Universidad técnica (...)
  • 42 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre : contribución al estudio del con (...)
  • 43 Altamirano C., Dialéctica de une derrota, México, Siglo XXI, 1977, p. 67.

12L’UP est une coalition hétérogène de partis politiques allant du Parti communiste au petit Parti radical, en passant par le PS et des secteurs démocrates-chrétiens en rupture avec leur organisation. Le 17 décembre 1969, les différents partis arrivent à se mettre d’accord sur un programme qui doit servir à la campagne présidentielle de Salvador Allende (finalement élu comme représentant de la coalition). Pour résumer, la « voie chilienne au socialisme » représente une application sui generis de la théorie de la voie pacifique au socialisme, chère à la politique internationale du PCUS. Au-delà du mythe d’une création spécifiquement chilienne, on peut y voir la mise en place d’un modèle influencé en partie par l’imbrication du Chili dans le jeu international de la « guerre froide40 ». Des intellectuels organiques de l’UP comme Joan Garcés lui préfèrent la dénomination de « voie politique » ou « institutionnelle » (opposée à la voie insurrectionnelle ou armée)41. Selon l’historien Luís Corvalán Márquez, l’UP a « mis en place un programme qui correspondait à une voie pacifique, institutionnelle ainsi qu’à une ample alliance nationale et populaire. Cette vision reflétait de manière prédominante les conceptions de son candidat Salvador Allende et du PC. De ce fait, il ne répondait pas au concept de Front des travailleurs, ni au recours à la voie armée avancée antérieurement par le PS42 ». Qu’est-ce qui explique donc la participation du PS ? Carlos Altamirano a répondu à plusieurs reprises à une telle interrogation. Selon lui, « les institutions chiliennes étaient légitimement profitables [aprovechables] par le mouvement révolutionnaire. Mais non pas dans la perspective d’accomplir un cycle historique jusqu’à la construction du socialisme, mais seulement dans celle d’affronter depuis des positions de forces plus favorables – politiques, sociales et militaires – la rupture de l’État bourgeois43 ».

13La tactique de la « voie chilienne au socialisme » s’appuie essentiellement sur quatre thèses centrales, articulées entre elles :

  • La thèse de la « révolution par étapes » et de la possibilité d’une transition graduelle au socialisme, en utilisant tout le potentiel des institutions en place.

  • La thèse de la « flexibilité institutionnelle » et de la spécificité de l’État chilien qui est supposée s’insérer au sein d’un système politique stable, garantissant ainsi le maintien du fonctionnement de la démocratie.

  • La thèse de la constitutionnalité des forces armées et donc de leur respect inébranlable du suffrage universel.

  • La thèse de l’alliance de classe avec la « bourgeoisie nationale progressiste », au sein d’un projet de développement industriel autocentré, antimonopoliste et anti-impérialiste.

  • 44 Pour connaître le programme et la stratégie de l’UP, ainsi que de nombreux documents : [www.archivo (...)

14La volonté de l’Unité populaire est de sortir des ornières des gouvernements précédents, avec comme objectif d’appliquer de courageuses réformes démocratiques et anti-impérialistes, comme d’effectuer une véritable redistribution des richesses44 :

  • Nationalisation des ressources naturelles essentielles du pays dont le cuivre (« le salaire du Chili ») aux mains de l’impérialisme étatsunien.

  • Réforme agraire qui approfondirait celle débutée par le gouvernement démocrate-chrétien.

  • Nationalisation d’une partie des grands monopoles industriels et du système bancaire ainsi qu’une partie du secteur de la distribution.

  • Nombreuses réformes sociales progressistes (les « 40 mesures »), sans précédent par leur ampleur dans l’histoire du pays.

  • 45 Voir le paragraphe consacré à la constitution de l’Aire de propriété sociale.
  • 46 Ces auteurs expliquent que « la centralisation du national-populisme dans ce qui a été appelé « la (...)
  • 47 Sur la nature du populisme chilien : Drake P., Socialismo y populismo en Chile 1936-1973, Universid (...)

15D’une manière générale, le programme économique de l’UP annonce un ensemble de mesures destiné à favoriser le développement économique du pays et à utiliser au maximum ses capacités productives. Cet objectif, Allende souhaite l’atteindre par le biais d’une intervention gouvernementale forte, grâce à l’implantation d’un capitalisme d’État contrôlant les principaux monopoles. C’est ce qui est alors appelé « la construction de la nouvelle économie ». Celle-ci appelle à l’édification d’une « Aire de propriété sociale et mixte » (APS) formée par la nationalisation du secteur minier (cuivre, salpêtre, fer, charbon…), la banque et le commerce extérieur, ainsi que par les « monopoles industriels stratégiques » et « les grandes entreprises et monopoles de distribution45 ». Dans une perspective de temps long, la stratégie de l’UP – notamment par son projet d’alliance tactique avec la « bourgeoisie nationale » – s’inscrit dans la continuité des Fronts populaires de la fin des années trente, mais, avec des caractéristiques fort différentes, particulièrement du fait qu’elle est sous hégémonie de deux partis marxistes, majoritairement ouvriers. Les historiens Gabriel Salazar et Julio Pinto qualifient l’UP de coalition « national-populiste » accompagnée d’un discours révolutionnaire. Cette analyse se base notamment sur l’usage de l’État que se propose de faire la gauche et d’un programme en continuité avec la période ouverte dans les années trente par divers essais de développement capitaliste autocentré46. Selon nous, l’inconvénient de la notion de « national-populisme » est qu’elle tend à être un véritable fourre-tout théorique, qui ne permet pas de comprendre véritablement les caractéristiques de ce gouvernement, sa base sociale organisée notamment par le syndicalisme, son ancrage populaire, son orientation socialiste et son articulation autour de grands partis ouvriers se revendiquant du marxisme. Ainsi, on ne peut en aucun cas confondre un gouvernement démocratique radical comme celui de Salvador Allende avec le « populisme intégral » de régimes comme ceux de Vargas ou Perón, au Brésil et en Argentine47. Il serait donc erroné de nier le caractère spécifique de l’UP, en d’autres termes son caractère sui generis et original.

  • 48 Moulian T., Conversación interrumpida con Allende, Santiago, ARCIS-LOM, 1999, p. 67-71.
  • 49 Joxe A., Las fuerzas armadas en el sistema político chileno, Santiago, Universitaria, 1970 et Quiro (...)
  • 50 Mires F., La rebelión permanente. op. cit., p. 347-355.
  • 51 Smirnow G., Le développement de la lutte pour le pouvoir pendant l’Unité populaire, université Pari (...)

16Une caractéristique de la tactique de l’Unité populaire est la place des militaires au sein de la transition au socialisme. La thèse qui prédomine parmi les partis intégrant l’UP est celle de l’exception historique de l’État démocratique chilien et de la soumission légaliste des forces armées aux décisions politiques civiles48. Comme l’avait montré le sociologue Alain Joxe, dès la fin des années 1960, une mise en perspective historique résiste pourtant mal à de tels arguments49… Selon Fernando Mires, la stratégie de l’Unité populaire a été marquée par « deux péchés originels50 » : d’une part, la fixation et l’attachement inconditionnels à l’État ; d’autre part, les grandes limitations de son programme en termes économiques et participatifs. Gabriel Smirnow, dans la même veine, souligne les trois faiblesses de la gauche gouvernementale : le projet d’alliance de classes ; la politique envers les forces armées ; l’utilisation de l’appareil institutionnel51.

  • 52 Cancino H., La problemática…, op. cit., p. 125-132.

17Quant au « pouvoir populaire », il est décliné dans les textes officiels depuis une version minimaliste à une plus étendue : d’un simple appui des bases populaires organisées à la politique du gouvernement jusqu’à la création des germes d’un nouvel État, dans la perspective d’une rapide transition au socialisme. Le programme de l’UP comporte un paragraphe qui est explicitement dénommé « El poder popular » et affirme que les « transformations structurelles proposées sont des transformations révolutionnaires ». Son application réside « dans le contrôle par le peuple organisé du pouvoir politique et économique, exprimé dans l’aire étatique de l’économie et la planification générale de celle-ci. C’est ce pouvoir populaire qui assurera l’accomplissement des tâches signalées ». D’une manière générale, la référence au « pouvoir populaire » chez Salvador Allende renvoie à une large alliance des couches populaires52. À la question de « Qu’est-ce que le pouvoir populaire ? », le nouveau président répond sous une forme évasive :

  • 53 Salvador Allende – Obras Escogidas (1970-1973), Barcelona, Editorial Crítica, 1989, p. 219.

« Le pouvoir populaire signifie que nous mettrons fin aux piliers sur lesquels s’appuient les minorités qui, depuis toujours, ont condamné notre pays au sous-développement […]. Nous en terminerons avec le processus de « dénationalisation », chaque fois plus important, de nos industries et source de travail qui nous soumet à l’exploitation étrangère […]. C’est la tâche du gouvernement populaire, c’est-à-dire de chacun d’entre nous, je répète, de créer un État juste, capable de donner le maximum d’opportunités à tous ceux qui vivent sur notre territoire53. »

18C’est donc l’État qui est mis au centre du processus de transformation, sans que ne soit mentionné de manière précise au sein de quel type de relations de production et mode d’accumulation, ce projet s’insère.

  • 54 Vega H., L’économie du populisme et le projet de passage au socialisme proposé par l’Unité populair (...)
  • 55 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre, op. cit., p. 36.
  • 56 Vitale L., « El gobierno de Salvador Allende », in Para recuperar la memoria histórica, op. cit., p (...)
  • 57 Novoa E., « L’utilisation de la loi sous le gouvernement Allende », Chili, un pays laboratoire, act (...)
  • 58 Voir les statistiques citées par Mires F., La rebelión permanente, op. cit., p. 355.
  • 59 Vitale L., « El gobierno de Salvador Allende », op. cit., p. 206.
  • 60 Vega H., L’économie du populisme, op. cit., p. 316.

19La constitution de ce « pouvoir populaire » est envisagée sur la base de deux hypothèses : une hypothèse politique et une hypothèse socio-économique (l’une interpénétrant l’autre)54. L’hypothèse politique affirme que l’UP va « transformer les actuelles institutions, afin d’instaurer un nouvel État où les travailleurs et le peuple exerceront réellement le pouvoir ». Ce futur « État populaire » est censé s’ériger sur la base d’organismes régionaux et locaux, ainsi que grâce à la constitution de « l’Assemblée du peuple » et à une « nouvelle Constitution ». Une telle transformation, par voie légale, suppose de posséder la majorité absolue au Parlement, ce que l’UP n’a jamais réussi à obtenir, ce qui explique nombre de ses difficultés. L’une des premières manifestations de cette énorme limitation est « le statut des garanties constitutionnelles » que les démocrates-chrétiens imposent en échange de leur appui pour la confirmation officielle de l’élection d’Allende55. Ces « garanties constitutionnelles », outre qu’elles introduisent des « chausse-trappes » au programme de l’UP ainsi que le concept « d’autonomie des forces armées » (repris par la suite par la junte de A. Pinochet), interdisent aussi tout type d’intervention émanant « d’autres organismes de fait, qui agissent au nom d’un supposé “pouvoir populaire”56 ». Ainsi, dès 1970, l’opposition à Allende voulait s’assurer que celui-ci ne chercherait pas à renforcer son assise politique en s’appuyant sur des organes de double pouvoir57. L’hypothèse socio-économique de la gauche gouvernementale consiste, quant à elle, en la création d’une nouvelle structure productive et l’augmentation des revenus des plus pauvres. Les thématiques de l’incorporation des classes populaires à l’administration directe de l’économie, de l’autogestion et du contrôle ouvrier sont quasiment absentes. En effet, la participation des travailleurs est abordée très timidement car, et c’est un fait remarquable, il n’est fait dans le programme qu’une allusion à une éventuelle participation au fonctionnement des entreprises nationalisées. Toujours selon Fernando Mires, il s’agirait d’un programme politique qui « marginalise » toute perspective de participation directe d’une majorité des couches populaires, alors que dans le secteur privé, rien n’est prévu quant au droit de regard des travailleurs sur le contrôle de la production. Selon certaines estimations hautes, plus de 1 500 000 personnes seraient ainsi orphelines d’un programme de participation politique organisée58. Du point de vue des seuls salariés, Mario Durán calcule qu’un nombre approximatif de 700 000 travailleurs sont ainsi « exclus » du projet de participation des travailleurs au sein du secteur nationalisé ou Aire de propriété sociale59. Comme le conclut H. Vega, « Lorsque le projet économiciste de l’UP est proposé, 65 % des travailleurs restent en dehors. Les limites du programme d’action ont une double conséquence : d’une part la force des travailleurs incorporés est gravement limitée et d’autre part, on se prononce pour une alliance avec les secteurs moyens dont la pratique allait montrer les limites60. »

  • 61 Castillo F., Larrain J., Echeverría R., « Las masas, el Estado y el problema del poder en Chile », (...)
  • 62 Vanderschueren F., « Significado político de las juntas de vecinos en poblaciones de Santiago », EU (...)
  • 63 Guzmán P., La Batalla de Chile, Chili/Cuba/Venezuela, 1975-1979.
  • 64 Moulian T., Conversación interrumpida con Allende, Santiago, ARCIS-LOM, col. « Sin Norte », 1999, p (...)
  • 65 Pour un documentaire nostalgique et sensible sur Allende : Guzmán P., Salvador Allende, Patricio Gu (...)
  • 66 Allende S., « Discurso en el Estado Nacional », 5 septembre 1970, in Gonzalo Martner (comp.), S. Al (...)

20L’UP entend mobiliser sa base populaire autour de deux axes61. Tout d’abord grâce à son implantation au sein des organisations sociales traditionnelles : le mouvement syndical (CUT, syndicats industriels, professionnels et paysans) et les organisations poblacionales, essentiellement les comités de quartiers (juntas de vecinos) qui avaient été promus par l’administration Frei, avec comme objectif de canaliser les revendications des secteurs urbains marginalisés62. L’autre élément mobilisateur est beaucoup plus original, car il pose effectivement la question d’une nouvelle forme de pouvoir populaire constituant : il s’agit des comités de l’Unité populaire (CUP). Ces derniers ont été conçus afin de mobiliser militants et sympathisants pour participer à la campagne électorale en faveur d’Allende. Cependant, « les CUP ne seront pas seulement des organismes électoraux. Ils seront les interprètes et les combattants des revendications immédiates des masses, et surtout ils se prépareront pour exercer le pouvoir populaire ». Il conviendra donc de se demander quelle fut leur activité réelle. Mais, plus globalement, il faut souligner que l’arrivée d’Allende à la Moneda, le palais présidentiel, se fait dans le cadre d’une mobilisation collective extraordinaire dans tout le pays, annonçant la « bataille du Chili » à venir, admirablement mis en lumière par les documentaires de Patricio Guzmán63. C’est cette vague d’espoir qui est légitimée par les urnes, le 4 septembre 1970 après une campagne électorale marquée par une agitation populaire hors du commun : une expérience qui est déjà en soi une « grande rupture » du consensus régnant au sein des classes dominantes. Ce 4 septembre est bien le jour de « la célébration » par excellence : « la foule danse, crie, essaie d’entendre ce que disent les dirigeants à travers des microphones improvisés qui déforment les discours enflammés64 ». C’est ce formidable élan populaire qui porte à la présidence de la République Salvador Allende, médecin et franc-maçon, plusieurs fois candidat à ce type d’élection, vieil habitué des arcanes parlementaires, mais aussi excellent tribun, démocrate convaincu et militant socialiste décidé, capable de haranguer les foules et de mobiliser les travailleurs65. Cette victoire est obtenue sur le fil du rasoir, avec seulement une majorité relative de 36,2 % des votes exprimés. Elle a été permise par la division de la droite et des élites. Ne pouvant dépasser leurs propres contradictions, les opposants au « Chicho » (surnom d’Allende) s’affrontent avec deux projets distincts : l’un incarné par Radomiro Tomic, représentant la Démocratie-chrétienne (il incarne l’aile gauche de ce parti) qui obtient 27,8 % ; l’autre par Jorge Alessandri, candidat de la droite conservatrice et libérale, avec 34,9 %. Dès le 5 septembre, Salvador Allende – dans son discours au stade national – réitère sa conception d’une transition au socialisme légaliste et institutionnelle, « appuyée par la mobilisation organisée des masses populaires66 ».

  • 67 Farías, La izquierda chilena, op. cit., introduction au chapitre i du tome I.

21En définitive, ainsi que l’a remarqué Víctor Farías, convergent au sein du projet de l’UP des formes hybrides où domine un « pouvoir populaire institutionnalisé » – sous étroit contrôle étatique et restreint à certains secteurs sociaux – qui va se combiner avec un « pouvoir populaire de masse67 », que nous appellerons « pouvoir populaire constituant ». Le gouvernement a-t-il su et pu développer un tel type d’organisation ? A-t-il réussi à dépasser les limitations inhérentes à son programme et au contexte historique dans lequel il doit assumer le pouvoir (et alors qu’il est minoritaire au Parlement) ? Dans quelle mesure le mouvement social et ouvrier a pu, en retour, s’auto-organiser en direction de ce fameux « pouvoir populaire » ?

Notes

1 Marcuse H., Le marxisme soviétique : essai d’analyse critique, Paris, Gallimard, 1971.

2 Vergara J., « El pensamiento de la izquierda chilena en los sesenta. Notas de investigación », in A. Varas (comp.), El Partido comunista de Chile : estudio multidisciplinario, Santiago, CESOC-FLACSO, 1988, p. 261-341.

3 Pour une synthèse de ce débat, consulter l’introduction à l’importante compilation de documents historiques de Víctor Farías (La izquierda chilena [1969-1973] : documentos para el estudio de su línea estratégica, Berlín, CEP, 6 tomes, 2000-2001).

4 Castillo F., Larrain J., « Poder obrero-campesino y transición al socialismo en Chile », Cuadernos de le Realidad Nacional, n° 10, décembre 1971, p. 172.

5 Corvalán L., Informe al XIVe congreso nacional del partido, Santiago, novembre 1969.

6 Dans ses mémoires, le dirigeant Orlando Millas affirme qu’ils ne se posèrent même pas la question (Memorias 1957-1991, una digresión, Santiago, CESOC, 1996, p. 541).

7 Labarca E., Corvalán, 27 horas : el PC chileno por fuera y por dentro, Santiago, Quimantú, 1972.

8 Daire A., « La política del Partido Comunista desde la post-guerra a la Unidad popular », in A. Varas (comp.), El Partido comunista de Chile, op. cit., p. 141-239.

9 Corvalán L., Informe al XIVe congreso nacional del partido, op. cit., p. 44.

10 Sarget M. N., Système politique et Parti socialiste au Chili : un essai d’analyse systémique, Paris, L’Harmattan, 1994 ; Casanueva F. et Fernandez M., El Partido socialista y la lucha de clases en Chile, Santiago, Quimantú, 1972.

11 Partido Socialista (comité central), Estatutos del Partido sancionados en el congreso general efectuado en Chillan en noviembre 1967 (in V. Farías, op. cit., t. I, p. 53-77).

12 Entretien réalisé à Santiago, le 11 mars 2002.

13 Appelés ainsi pour leur appui à la révolution cubaine, puis à la guérilla (ELN) d’Ernesto Guevara en Bolivie.

14 Parfois nommés « los guatones » ou les « ventrus », ceux qui ont le ventre bien rempli en langage populaire.

15 Sarget M. N., op. cit.

16 PS, « Resoluciones del XXIII Congreso del PS », La Serena, janvier 1970.

17 Ce qui est d’ailleurs reconnu par Ambrosio R., Sobre la construcción del partido, MAPU, Santiago, non daté, archives BDIC.

18 Entretien réalisé à Santiago, le 22 mai 2002.

19 Punto Final, 3 mars 1970.

20 Amorós M., « La Iglesia que nace pueblo. Relevancia del movimiento Cristianos por el socialismo », in J. Pinto (coord.), Cuando hicimos historia. La experiencia de la Unidad popular, LOM, 2005, p. 107-126.

21 Expression de Sandoval Carlos in MIR. Una historia, Santiago, Trabajadores, 1990, t. I.

22 Gaudichaud F., « Contribution à l’histoire du mouvement révolutionnaire chilien. Conversation avec Luís Vitale », Dissidences (BLEMR), Nancy, n° 14-15, janvier 2004, p. 34-39. Voir également Enríquez M. (secrétaire général du MIR), Algunos antecedentes del MIR, Santiago, mars 1971 (Documentos Internos 2A – 1973).

23 Palieraki E., Histoire critique de la « nouvelle gauche » latino-américaine. Le MIR dans le Chili des années 1960, thèse de doctorat en histoire, université Paris I/Universidad Católica, 2009.

24 La déclaration de principes du MIR (largement rédigée par Luis Vitale) est surtout inspirée du programme de transition de la IVe Internationale.

25 Voir l’interprétation de l’un de ses dirigeants historiques, réalisée en 2000 : Allende A. Pascal, « El MIR, 35 años de Lucha » (Punto Final, n° 447, n° 478, n° 480).

26 Sur le « choix des armes » du MIR et la mystique qui l’entoure, cf. Palieraki E., Histoire critique…, op. cit.

27 Extrait du manifeste « Aux ouvriers, paysans, pobladores et étudiants » d’août 1970 (en français dans : MIR, Recueil de textes 1970-1973, Paris, Politique Hebdo, 1974, p. 9-11).

28 Pour avoir l’interprétation de Enríquez M. (secrétaire général du MIR), Algunos antecedentes del MIR, Santiago, mars 1971 (Documentos Internos 2A – 1973).

29 Document émanant du secrétariat national du MIR et paru dans Punto Final en octobre 1970 (in MIR, Recueil de textes 1970-1973, op. cit., p. 12-21).

30 Quiroga P., Compañeros. El GAP : la escolta de Allende, Santiago, Aguilar, 2001 et Pérez C., « Salvador Allende, Apuntes sobre su dispositivo de seguridad : El GAP », Estudios Públicos, Santiago, n° 79, 2000.

31 Selon une enquête interne de la direction du MIR, en 1972, chacun des GPM est divisé entre 4 à 6 secteurs et représente, en moyenne, 3 militants et 15 aspirants, plus un « front politique organisé » de 50 personnes (MIR, Documentos Internos 1972).

32 Selon le secrétariat général, il faut une moyenne de 5 à 6 mois pour devenir militant du MIR : Algunos antecedentes del MIR, Santiago, mars 1971 (Documentos Internos 2A – 1973).

33 La GPM 4 correspond à la zone Cerrillos – Las Rejas – J. M. Caro et sa direction est formée par 6 membres. Cf. le chapitre iii.

34 Chiffre avancé par Pascal Allende, dirigeant du MIR (« El MIR, 35 años de Lucha », Punto Final, op. cit.).

35 Miranda N., Contribución para una historia del trotskysmo chileno, Santiago, Ediciones Clase Contra Clase, 1999 et Alexander R. J., International Trotskyism 1929-1985, London, Duke University Press, 1991.

36 Gaudichaud F., « Contribution à l’histoire du mouvement révolutionnaire chilien », op. cit.

37 Entretien téléphonique réalisé le 25 juillet 2005.

38 Hélène Combes a consacré sa thèse à ce phénomène en analysant les parcours militants du PRD mexicain (Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, op. cit.).

39 Chiffres cités par Castells M., La lucha de clases en Chile, Buenos Aires, Siglo 21 Editores, 1974, p. 426.

40 Fernandois J., « ¿ Peón o actor ? Chile en la Guerra Fría (1962-1973) », Estudios Públicos, Santiago, n° 72, 1998, p. 149-171. Il faut cependant spécifier qu’il s’agirait d’une grave erreur de résumer l’histoire du PCC à celle de simple « agent de Moscou », tant il s’agit d’un parti lié à l’histoire nationale.

41 Garcés J., « Vía insurreccional y vía política : dos tácticas », Revista de la Universidad técnica del Estado, Santiago, n° 13-14, mars-juin 1973, p. 7-39.

42 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre : contribución al estudio del contexto histórico, Santiago, CESOC, 2000, p. 19.

43 Altamirano C., Dialéctica de une derrota, México, Siglo XXI, 1977, p. 67.

44 Pour connaître le programme et la stratégie de l’UP, ainsi que de nombreux documents : [www.archivochile.com].

45 Voir le paragraphe consacré à la constitution de l’Aire de propriété sociale.

46 Ces auteurs expliquent que « la centralisation du national-populisme dans ce qui a été appelé « la transition au socialisme » » aurait été légitimé par une « bifurcation discursive » révolutionnaire (Salazar G., Pinto J., Historia contemporánea de Chile, Santiago, LOM, 1999, t. I, p. 151-166).

47 Sur la nature du populisme chilien : Drake P., Socialismo y populismo en Chile 1936-1973, Universidad Católica de Valparaíso, 1992.

48 Moulian T., Conversación interrumpida con Allende, Santiago, ARCIS-LOM, 1999, p. 67-71.

49 Joxe A., Las fuerzas armadas en el sistema político chileno, Santiago, Universitaria, 1970 et Quiroga P., « Las Fuerzas Armadas y la visión-de-mundo (un acercamiento) », Alamedas, Santiago, 1993, p. 58-62.

50 Mires F., La rebelión permanente. op. cit., p. 347-355.

51 Smirnow G., Le développement de la lutte pour le pouvoir pendant l’Unité populaire, université Paris VIII, thèse de troisième cycle, 1977, p. 232.

52 Cancino H., La problemática…, op. cit., p. 125-132.

53 Salvador Allende – Obras Escogidas (1970-1973), Barcelona, Editorial Crítica, 1989, p. 219.

54 Vega H., L’économie du populisme et le projet de passage au socialisme proposé par l’Unité populaire, université Aix-Marseille II, thèse d’État en économie, 1981, p. 296-319.

55 Corvalán Márquez L., Los partidos y el golpe del 11 de septiembre, op. cit., p. 36.

56 Vitale L., « El gobierno de Salvador Allende », in Para recuperar la memoria histórica, op. cit., p. 183.

57 Novoa E., « L’utilisation de la loi sous le gouvernement Allende », Chili, un pays laboratoire, actes du colloque organisé à Bruxelles, Maison de l’Amérique Latine, 1998, p. 11-24.

58 Voir les statistiques citées par Mires F., La rebelión permanente, op. cit., p. 355.

59 Vitale L., « El gobierno de Salvador Allende », op. cit., p. 206.

60 Vega H., L’économie du populisme, op. cit., p. 316.

61 Castillo F., Larrain J., Echeverría R., « Las masas, el Estado y el problema del poder en Chile », op. cit.

62 Vanderschueren F., « Significado político de las juntas de vecinos en poblaciones de Santiago », EURE, Santiago, vol. 1, n° 2, juillet 1971.

63 Guzmán P., La Batalla de Chile, Chili/Cuba/Venezuela, 1975-1979.

64 Moulian T., Conversación interrumpida con Allende, Santiago, ARCIS-LOM, col. « Sin Norte », 1999, p. 17-20.

65 Pour un documentaire nostalgique et sensible sur Allende : Guzmán P., Salvador Allende, Patricio Guzmán Producciones, 2004 et aussi le livre : Amorós M., Compañero Presidente, Valencia, Publicaciones de la Universidad de Valencia, 2008.

66 Allende S., « Discurso en el Estado Nacional », 5 septembre 1970, in Gonzalo Martner (comp.), S. Allende 1908-1973. Obras Escogidas, Santiago, Antártica, 1992.

67 Farías, La izquierda chilena, op. cit., introduction au chapitre i du tome I.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540