Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Le Chili de l’unité populaire

Chapitre II. Éléments d’un processus conflictuel : conditions socio-économiques et situation des mouvements ouvrier et social en 1970

Texte intégral

  • 1 Béroud S., Mouriaux R., Vakaloulis M., Le mouvement social en France, op. cit., p. 60-61.
  • 2 Casassus-Montero C., Travail et travailleurs au Chili, Paris, La Découverte, 1984, p. 34.

1Une clef d’analyse essentielle pour comprendre le processus révolutionnaire chilien est la compréhension, d’une part, de la réalité économique et sociale du Chili en 1970, d’autre part, celle de sa structuration sociale (en particulier de la classe ouvrière). Enfin, il est nécessaire d’analyser la composition et l’organisation du mouvement syndical, mais aussi celles d’autres secteurs dominés de la ville (les pobladores). Ainsi que le rappellent des sociologues français, l’enjeu est de rechercher « l’en soi » du processus conflictuel, l’ensemble des déterminations structurelles qui peuvent aider à rendre compte de ce que le « pour soi » organisationnel et cognitif ne restitue pas de façon intégrale1. La réalité chilienne au moment de l’élection de Salvador Allende est celle d’une société fortement inégalitaire. Comme le souligne Cecilia Cassassus-Montero : « La moitié de la population active reçoit en 1969, un revenu moyen de 35 dollars par tête, c’est-à-dire que pour la grande majorité le problème demeure d’avoir un toit, du pain et un habit2. » À cette époque la structure sociale est la suivante :

Tableau n° 1 : Répartition de la main-d’œuvre chilienne selon le type d’occupation socioprofessionnelle (1970).

Activité professionnelle

Chiffres en milliers de personnes

Chiffres en pourcentage

Ouvriers

Employés

Travailleurs Indépendants

Autres

Patronat

1 388,3

722, 7

665,7

173,9

48,0

46,3

24,1

22,2

5,6

1,6

TOTAL de la PAO

2 998,6

100

Source : ODEPLAN, Santiago, 1971.

  • 3 C’est ce que l’intellectuel communiste J. Cadémartori appelle alors « les masses travailleuses » (L (...)

2Ainsi, en 1970, la société chilienne est avant tout composée par des salariés et plus de 85 % de la population active est formée par des groupes sociaux vivant uniquement de leur force de travail3. Comme le souligne Marie-Noëlle Sarget, l’ensemble composé par la bourgeoisie et la petite bourgeoisie propriétaire est inférieur à 15 % de la population, alors que le bloc formé par le prolétariat, le semi-prolétariat et le sous-prolétariat dépasse 58 % de la population. À cette majorité populaire s’ajoute une fraction plus aisée du salariat, que l’on peut qualifier de « couche moyenne salariée ». Il s’agit avant tout des secteurs dits « professionnels » (et souvent dénommés empleados) qui correspondent à environ un quart de la population active occupée. La grande majorité de ceux-ci partagent les conditions de vie de la classe ouvrière, mais leur « vision du monde » et leurs valeurs identitaires sont souvent étrangères à cette classe. Ces employés possèdent leurs organisations syndicales propres, séparées des syndicats ouvriers. Ces données sont d’importance puisque de nombreux auteurs ont souvent amalgamé, trop rapidement, la petite bourgeoisie avec les couches moyennes salariées sous la catégorie floue de « classe moyenne ». Ceci sans comprendre que, du point de vue de la structure de classe, ces couches de la population appartiennent au salariat et, donc, qu’elles sont potentiellement mobilisables autour du bloc populaire que prétend diriger la gauche.

  • 4 ODEPLAN, Informe económico anual 1970, Santiago, Universitaria, 1971.
  • 5 Los documentos secretos de la ITT, Santiago, Quimantú, 1972 et The National Security Archive, Chile (...)
  • 6 En 1930 : 15,7 % de la force de travail appartient à l’industrie manufacturière ; en 1960 : 24 %.
  • 7 Roxborough Ian, « La clase trabajadora urbana y el movimiento obrero desde 1930 », Historia de Amér (...)
  • 8 Salazar G., Violencia política popular en las « grandes alamedas », Santiago : 1947-1987, Santiago, (...)

3Selon l’Informe económico anual de 1970, publié par l’ODEPLAN (Organisme de planification nationale), l’évolution de la distribution du revenu national est à l’image de celle de la propriété : en constante concentration depuis 1960. Les revenus provenant des salaires sont passés, entre 1960 et 1969, de 18,4 % du revenu national à 16,2 %. En 1968, 1 % de la population reçoit plus de 10 % du revenu, alors que 30 % des familles chiliennes ont un revenu total inférieur à un salaire minimum vital. Dans ces conditions, il se crée une structure productive diversifiée, mais sous-utilisée4. Lors de l’arrivée de l’UP à la tête de l’exécutif, environ 1, 256 million de personnes (soit quasiment la moitié de la population occupée) reçoivent des revenus inférieurs à un salaire minimum, dit « salaire vital ». Ce qui signifie qu’en 1970, la grande masse des travailleurs chiliens perçoit des salaires qui ne lui permet pas de satisfaire ses nécessités matérielles minimales. D’une manière générale, l’économie chilienne en 1970 est marquée par un dualisme important entre un capitalisme monopoliste (privé et d’État) moderne et des pans entiers de l’économie abandonnés à l’exploitation latifundiaire ou à de multiples mini-entrepreneurs. Le développement inégal et combiné et la dépendance du Chili à l’égard des pays du « centre » de l’économie-monde est une autre caractéristique essentielle de l’histoire de ce pays. En 1970, l’extraction du cuivre, activité essentielle, est dominée par des compagnies étatsuniennes telles que l’Anaconda Sales Corp., la Kennecott Sales Corps. ou encore la Braden Copper Co. Allende reçoit la gestion d’un pays qui est, en 1970, l’un des plus endettés du monde (juste derrière Israël) avec une dette externe de 4 226 millions de dollars, ce qui équivaut à payer 3 271 millions de dollars de crédit et 955 millions d’intérêts. La domination étrangère sur les secteurs les plus développés explique l’impact sur l’économie des mesures coercitives décidées par les États-Unis pendant l’Unité populaire pour faire chuter Allende (mesures de blocus économique alliées à celles, occultes, des services secrets étatsuniens)5. Aux côtés de quelques grandes entreprises, subsistent tant bien que mal un grand nombre de PME, majoritaires en nombre mais dominées par le grand capital. C’est cette structuration qui donne en grande partie son visage hétérogène à la classe ouvrière et qui impacte ses formes d’organisation. D’autre part, le caractère de l’industrialisation partielle du Chili et son urbanisation sont également des facteurs qui permettent de comprendre la dynamique sociopolitique qui s’engage à partir des années 1960. En ce sens, il faut insister sur le poids que prend progressivement le secteur manufacturier dans l’économie chilienne et ce, particulièrement, dans le « grand Santiago6 ». De manière générale, l’industrie latino-américaine emploie désormais une classe ouvrière jeune, dans des établissements modernes et de taille relativement importante, alimentant une augmentation des activités syndicales, ainsi qu’un aiguisement des luttes de classes au niveau continental7. Cette donnée a inévitablement une influence importante sur la manière dont va se mobiliser le mouvement ouvrier, ouvrant ainsi un nouveau cycle de contestation (Tarrow S.), cycle qui voit son apogée durant l’Unité populaire. Cette phase ascendante est à inscrire dans un temps long de ce que Salazar nomme Violence politique populaire et, qui en suivant ses recherches, débuterait en 1943 pour se terminer en 1973 (cycle IV). Cette époque est marquée par la radicalisation du mouvement populaire, sa politisation et sa tendance à l’utilisation de nouveaux répertoires de lutte8.

Le mouvement syndical

  • 9 Angell A., Politics and the Chilean labor movement, Oxford, Oxford University Press, 1972.
  • 10 Cassassus-Montero C., Travail et travailleurs au Chili, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 19 (...)
  • 11 Petras J., Zeitlin M., El radicalismo de la clase trabajadora chilena, Buenos Aires, Centro Editor (...)

4D’une manière générale, le syndicalisme chilien est constitué depuis les années trente par un grand nombre de petits syndicats, ayant finalement peu de moyens de pression dans le cadre strictement légal. La plupart des normes régulant les relations industrielles sont issues du code du travail de 1931. Cette législation est le fruit de propositions législatives des deux principales forces politiques des années vingt (libéraux et conservateurs) et dresse une architecture légale qui cherche à contrôler de manière autoritaire le syndicalisme, à l’atomiser et à en empêcher la radicalisation politique9. Ainsi, pour former un syndicat, les ouvriers doivent faire partie d’une entreprise de plus de 25 personnes et représenter une majorité de plus de 55 % des salariés. Il n’existe qu’un seul syndicat reconnu par la loi dans chaque établissement et le code du travail leur interdit de disposer de leurs ressources financières librement, et notamment de destiner leurs fonds à l’organisation des grèves10. Les diverses enquêtes de terrain opérées dans les années soixante/soixante-dix démontrent que les dirigeants des syndicats industriels considèrent leur organisation avant tout comme un instrument de lutte économique (augmentation de salaire, indemnisation…). Pourtant, la classe ouvrière chilienne reste imprégnée de radicalisme politique et favorable à un syndicalisme « classiste11 ». D’autre part, le fait que la formation des syndicats soit totalement indépendante de toute tutelle fédérative ou nationale et que la direction du syndicat soit entièrement renouvelée tous les ans, favorise le travail de base et évite, dans une proportion relative, le phénomène bureaucratique.

  • 12 Blest C., « Organización de la clase trabajadora », Punto Final, 22 avril 1969.
  • 13 Certains auteurs calculent un total de 627 664 affiliés en 1970 pour 4 581 syndicats.
  • 14 D’après le ministère du Travail, cité par : Wallon A., « Perspectives actuelles de mouvement ouvrie (...)
  • 15 Zapata F., Estructura y representatividad del sindicalismo en Chile, Santiago, ILPES, 1968.
  • 16 Angell A., op. cit., p. 66.
  • 17 Zapata F., Federaciones y centrales en el sindicalismo chileno, Ginebra, International Institute fo (...)
  • 18 Selon l’OIT, il existe 130 confédérations et fédérations formant la CUT avant sa dissolution par la (...)
  • 19 Castillo F., Echeverría E., Echeverría R., « Las masas, el Estado y el problema del poder en Chile  (...)

5Selon les calculs de C. Blest, en 1969, 472 481 salariés ouvriers et employés du secteur privé sont syndicalisés, chiffre auquel on peut ajouter les 250 000 employés du public (dont les taux de « syndicalisation » dépassent les 90 % !). Au total, le taux de syndicalisation du secteur privé est alors de 19 %, qui si on y ajoute les salariés du public atteint environ 25 % de la force de travail12. En 1970, la CUT regroupe officiellement un peu plus de 700 000 travailleurs, chiffres délibérément gonflés pour des raisons politiques13. Parmi ceux-ci, 47 % appartiennent à la classe ouvrière minière et industrielle, 40 % sont des employés et 23 % des paysans. La forte différenciation entre secteur privé (2 566 000 début 1972) et secteur public (294 976 salariés à la même date) se maintient tout au long de la période. Pourtant, la dynamique sociopolitique enclenchée par l’Unité populaire provoque une forte accélération de la syndicalisation dans le secteur privé : augmentation de 6 % entre avril 1972 et l’année précédente (soit 28,75 % des salariés du privé pour un taux total de 37,5 %)14. Très présent dans les mines et le secteur industriel, le mouvement syndical laisse de côté un vaste secteur d’ouvriers de la petite et moyenne industrie, mais également de l’industrie textile, du bâtiment et de l’alimentaire : soit plus de 50 % du prolétariat industriel, dont une majorité travaille dans des établissements de moins de 10 ouvriers15. D’une manière générale, on peut conclure comme le fait Alan Angell que « la caractéristique la plus notable du panorama syndical au Chili n’est pas tant son manque de syndicalisation, mais plutôt les sérieuses limitations qui lui ont été imposées16 ». Le syndicalisme chilien n’est pas structuré par branche (comme en Argentine ou au Brésil). Les syndicats peuvent se réunir en fédérations, mais celles-ci ne peuvent participer à la négociation collective. La plupart des accords signés sont des accords d’entreprises17. La CUT est la seule organisation interprofessionnelle nationale. Il s’agit d’un instrument puissant d’unification pour le mouvement syndical puisqu’il lui donne, en théorie, une direction unitaire au-delà des diverses tendances politiques qui la composent (communiste, socialiste, démocrate-chrétienne essentiellement). La centrale fonctionne fondamentalement sur la base des fédérations et confédérations18. On estime que fin 1970, la CUT ne regroupe qu’un peu plus de la moitié des syndiqués au niveau national (il est vrai qu’elle n’est reconnue légalement que l’année suivante)19.

6En ce qui concerne son architecture, c’est essentiellement au niveau supérieur que les décisions sont prises alors que les organismes locaux sont souvent dépourvus de vie réelle. En fait, il s’agit davantage d’une autorité morale qui exerce par son prestige une importante pression sur les syndicats de base. La centrale possède une organisation fortement verticaliste, ce qui signifie aussi une absence de capacité à organiser de manière territoriale et transversale les travailleurs. Cette donnée facilite indéniablement l’apparition de nouvelles organisations de base « alternatives » au cours de l’UP, ainsi que nous le verrons dans la deuxième partie.

Les « pauvres de la ville » et le mouvement pobladores

  • 20 Garcés M., Tomando su sitio, El movimiento de pobladores de santiago, 1957-1970, LOM, Santiago, 200 (...)
  • 21 Garcés M., « Construyendo las poblaciones : El movimiento de pobladores durante la Unidad Popular » (...)
  • 22 En 1970, 54 % des habitants d’Amérique latine habitent dans les villes. Ce taux est de plus de 70 % (...)

7L’incorporation à notre étude de ce qui est classiquement appelé « le mouvement pobladores », et qui est parfois désigné comme le mouvement social des « pauvres de la ville », s’est avérée indispensable20. Il est en effet nécessaire d’aborder cet autre site de conflit, l’espace du mouvement social urbain, qui a eu un rôle important en termes de création de diverses formes de pouvoirs populaires constituants durant l’Unité populaire21. Les pobladores appartiennent à des secteurs urbains vivant majoritairement en périphérie urbaine et souvent, mais pas systématiquement, en situation de grande précarité économique. Ils sont le produit d’un processus d’urbanisation déséquilibré caractéristique des pays dépendants. Le problème du logement, les mauvaises conditions de vies, articulés avec une concentration urbaine qui n’a pas été régulée, ont produit ces secteurs sociaux urbains spécifiques. La crise du secteur minier et l’exode rural, la concentration à Santiago de tous les services et l’espoir de trouver du travail dans la plus grande concentration industrielle du pays ont été le moteur de cette formation des poblaciones22. Tout d’abord, ces populations déracinées se regroupèrent dans l’ancien centre urbain. Mais face à l’afflux ininterrompu de ces populations et à l’absence de tout programme d’habitat populaire, commencèrent les occupations de terrains illicites, dès 1946 (occupation de terrain du Zajón de la Aguada). Dans les années cinquante et soixante surgissent ainsi des occupations de terre importantes, au niveau notamment de La Legua, Población La Victoria, José Mario Caro, Barrancas, et ceci généralement sous la conduite du Parti communiste. Sur ces bouts de terre en friche, se forment alors les « callampas », habitations « champignons » extrêmement précaires et les campamentos.

  • 23 Castells M., Estructura de clases y política urbana en América latina, Buenos Aires, SIAP, 1974.
  • 24 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares en Chile.  (...)
  • 25 Castelain C., « Quand les poblaciones sortent de l’ombre », in P. Arenas, R. Gutiérrez, O. Vallespi (...)

8Les enquêtes de terrain démontrent l’hétérogénéité de ces groupes sociaux urbains. Les diverses catégorisations qui ont été établies butent constamment sur la difficulté qu’il y a à caractériser une population aussi hétérogène23. Ce que nous pouvons retenir de ces données est que le mouvement pobladores est composé par une proportion importante de salariés précaires : il y a donc au niveau de la población une combinaison potentielle du mouvement ouvrier avec le mouvement pobladores. Cependant, la forte précarité économique de ces salariés rend difficile une réelle intégration de ces couches sociales aux secteurs les plus organisés du mouvement ouvrier. Le projet populiste démocrate-chrétien ne se montrant pas viable, il ne fait que renforcer les sentiments d’exclusion sociale des pobladores, qui en conséquence commencent à s’organiser par eux-mêmes (multiplication des occupations de terres) : c’est sur la base de cet « univers pobladores » que naît « le mouvement pobladores ». En 1970, vivent dans des campamentos pas moins de 55 000 familles, soit 10 % de la population totale du grand Santiago et en mai 1972, le ministère du logement donne le chiffre de 83 000 familles (15 % du grand Santiago)24. Le gouvernement Allende va largement impulser et permettre aux poblaciones de « sortir de l’ombre » par une politique, volontariste, de construction de milliers de logements25

  • 26 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares », op. cit(...)
  • 27 Chiffre cité par M. Castells (« Movimiento de pobladores y lucha de clases en Chile », EURE, Santia (...)
  • 28 Pingeot F., Populisme urbain et crise du centre-ville dans les sociétés dépendantes : enquête socio (...)
  • 29 Cet historien démontre le rôle particulièrement important du PC dans l’organisation et le développe (...)
  • 30 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares en Chile » (...)
  • 31 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana : Los pobladores de Santiago, 1957-198 (...)

9Le mouvement pobladores s’organise autour de revendications immédiates (logement, santé, transport en commun) ou « mobilisations revendicatives urbaines »26. Autour d’un noyau dur de militants de gauche, ce mouvement regroupe une large toile d’organisations territoriales réunissant jusqu’à 800 000 personnes27. En ce qui concerne l’articulation de cette mobilisation collective multiforme avec la sphère du politique, il existait jusqu’à maintenant une vision historiographique traditionnelle qui voyait dans l’action des partis envers l’univers pobladores, une stratégie d’ordre essentiellement clientéliste, en particulier celle de la DC et du PC. Plusieurs recherches démontrent cette dynamique du « populisme urbain28 ». Mario Garcés dans son travail de thèse a cependant largement relativisé cette vision, sans pour autant la remettre en cause complètement29. Plusieurs études sociologiques et enquêtes de terrain ont, à l’époque de l’UP, tenté d’établir une typologie de cette articulation30. Dans une approche renouvelée, Vicente Espinoza éclaire les orientations prédominantes de l’action collective des pobladores. Selon lui, la définition identitaire de ces derniers combinerait plusieurs acceptions « qui vont de la classe (par référence structurelle au système économique) jusqu’à des termes plus amples comme ceux de peuple ou de communauté31 ». Cet auteur dégage quatre types de mobilisation protestataires des pobladores : A/« Action revendicative » ; B/« Participation populiste » ; C/« Action communautaire » et D/« Logique de rupture ». Bien que le système institutionnel s’appuie toujours sur un lien paternaliste avec les pobladores, il note qu’à la fin des années soixante et surtout sous le gouvernement Allende, leurs revendications semblent montrer les germes d’une logique de rupture et d’autonomie de classe. Nous garderons à l’esprit cette hypothèse afin de vérifier si ces mobilisations ont effectivement facilité le développement du « pouvoir populaire », revendiqué par une partie du mouvement social et de la gauche partisane : nous présentons cette dernière dans le chapitre qui suit.

Notes

1 Béroud S., Mouriaux R., Vakaloulis M., Le mouvement social en France, op. cit., p. 60-61.

2 Casassus-Montero C., Travail et travailleurs au Chili, Paris, La Découverte, 1984, p. 34.

3 C’est ce que l’intellectuel communiste J. Cadémartori appelle alors « les masses travailleuses » (La economía chilena, Santiago, 1968, p. 277).

4 ODEPLAN, Informe económico anual 1970, Santiago, Universitaria, 1971.

5 Los documentos secretos de la ITT, Santiago, Quimantú, 1972 et The National Security Archive, Chile and the United States : Declassified Documents relating to the Military Coup, 1970-1976, Washington, in [www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB8/nsaebb8.htm].

6 En 1930 : 15,7 % de la force de travail appartient à l’industrie manufacturière ; en 1960 : 24 %.

7 Roxborough Ian, « La clase trabajadora urbana y el movimiento obrero desde 1930 », Historia de América Latina : política y sociedad desde 1930, op. cit., p. 132-192.

8 Salazar G., Violencia política popular en las « grandes alamedas », Santiago : 1947-1987, Santiago, LOM, 2006.

9 Angell A., Politics and the Chilean labor movement, Oxford, Oxford University Press, 1972.

10 Cassassus-Montero C., Travail et travailleurs au Chili, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1984, p. 40-42.

11 Petras J., Zeitlin M., El radicalismo de la clase trabajadora chilena, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1969.

12 Blest C., « Organización de la clase trabajadora », Punto Final, 22 avril 1969.

13 Certains auteurs calculent un total de 627 664 affiliés en 1970 pour 4 581 syndicats.

14 D’après le ministère du Travail, cité par : Wallon A., « Perspectives actuelles de mouvement ouvrier au Chili », Les Temps Modernes, Paris, juin 1973, p. 1990.

15 Zapata F., Estructura y representatividad del sindicalismo en Chile, Santiago, ILPES, 1968.

16 Angell A., op. cit., p. 66.

17 Zapata F., Federaciones y centrales en el sindicalismo chileno, Ginebra, International Institute for Labour Studies, Documento de trabajo interno, 1971.

18 Selon l’OIT, il existe 130 confédérations et fédérations formant la CUT avant sa dissolution par la junte le 17 septembre 1973 (OIT, La situación sindical en Chile : Informe de la comisión de Investigación y de conciliación en Materia de Libertad Sindical, Genève, 1975).

19 Castillo F., Echeverría E., Echeverría R., « Las masas, el Estado y el problema del poder en Chile », Cuadernos de le Realidad Nacional, Santiago, n° 16, avril 1973, p. 3-70.

20 Garcés M., Tomando su sitio, El movimiento de pobladores de santiago, 1957-1970, LOM, Santiago, 2002 ; Espinoza V., Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, SUR, col. « Estudios Históricos », 1988 et Dubet F., Tironi E., Espinoza V., Valenzuela E., Pobladores : luttes sociales et démocratie au Chili, L’Harmattan, Paris, 1989.

21 Garcés M., « Construyendo las poblaciones : El movimiento de pobladores durante la Unidad Popular », in J. Pinto (éd.), Cuando hicimos historia. La experiencia de la Unidad Popular, Santiago, LOM, 2005, p. 57-79.

22 En 1970, 54 % des habitants d’Amérique latine habitent dans les villes. Ce taux est de plus de 70 % en ce qui concerne le Chili. Santiago, la capitale, représente plus du tiers de la population chilienne (Reynier C., Marginalité et luttes de classes : le Chili de l’Unité populaire, IHEAL-Paris III, mémoire de maîtrise en sociologie, 1974).

23 Castells M., Estructura de clases y política urbana en América latina, Buenos Aires, SIAP, 1974.

24 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares en Chile. 1964-1972 », Revista Latinoamericana de Ciencias Sociales, n° 4, décembre 1972, p. 259-293.

25 Castelain C., « Quand les poblaciones sortent de l’ombre », in P. Arenas, R. Gutiérrez, O. Vallespir (coord.), Salvador Allende. Un monde possible, Paris, Syllepse, 2004, p. 55-63.

26 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares », op. cit.

27 Chiffre cité par M. Castells (« Movimiento de pobladores y lucha de clases en Chile », EURE, Santiago, V. VII, n° 7, avril 1973, p. 9-35).

28 Pingeot F., Populisme urbain et crise du centre-ville dans les sociétés dépendantes : enquête sociologique sur les mouvements revendicatifs urbains à Santiago du Chili : 1969-1973, université de Paris V, thèse de doctorat du troisième cycle, 1976.

29 Cet historien démontre le rôle particulièrement important du PC dans l’organisation et le développement du mouvement pobladores. Garcés Duran M., Tomando su sitio, op. cit.

30 Duque J., Pastrana E., « La movilización reivindicativa urbana de los sectores populares en Chile », op. cit.

31 Espinoza V., « Historia social de la acción colectiva urbana : Los pobladores de Santiago, 1957-1987 », Santiago, EURE, vol. 24, n° 72, septembre 1998 ; voir également : Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, SUR, col. « Estudios Históricos », 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540