Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Le Chili de l’unité populaire

Chapitre I. Un État de compromis ? Les fondements des relations entre mouvement ouvrier, partis et État

Texte intégral

  • 1 Vitale L., Interpretación marxista de la historia de Chile, Santiago, PLA, 1967. Ouvrages généralis (...)
  • 2 Vayssière P., Un siècle de capitalisme minier au Chili : 1830-1930, Paris, Éditions du CNRS, 1980.
  • 3 L’importance de la grève prend ainsi une signification sociologique de premier ordre, puisqu’elle d (...)
  • 4 Grez S., De la « regeneración del pueblo » a la huelga general. Génesis y evolución histórica del m (...)

1Les relations entre les partis politiques et l’État, l’évolution du mouvement syndical, les conditions socio-économiques ainsi que la structure de la classe ouvrière sont des éléments qui expliquent, en partie, la façon particulière dont les luttes sociales s’articulent pendant l’Unité populaire1. Nous nous proposons de dégager, à grands traits, les fondements du mouvement ouvrier chilien, ses orientations politiques, sa structuration syndicale et son niveau d’organisation. La véritable genèse du prolétariat chilien se situe aux alentours du milieu du xixe siècle. Elle est directement liée à l’économie d’enclave et au développement du capitalisme minier dépendant2. Les premières formes d’organisations ouvrières sont les mutuelles : la première, née en 1854, est la « société typographique de secours mutuel ». Ainsi que le démontre Manuel Barrera dans son étude historique des grèves au Chili, la classe ouvrière acquiert rapidement une pratique de l’action directe, multipliant grèves et conflits, parfois violents3. La première grande vague de grèves se produit dans le sillage de ce que Sergio Grez a nommé la « régénération du peuple » qui a cours jusqu’à la fin du xixe siècle : les formes « primitives de révoltes », de rébellions et de banditisme social sont peu à peu remplacées par la grève générale4. À cette époque les ouvriers sortent de leur « marginalité totale » pour intervenir directement sur la scène politique nationale. De nouveaux organismes apparaissent.

  • 5 Barria J., Trayectoria y estructura del movimiento sindical chileno, Santiago, INSORA, 1963 ; Frias(...)
  • 6 Milos P., Garcés M., Cuadernos de historia popular : serie Historia del movimiento obrero, Santiago (...)
  • 7 Angell A., Politics and the chilean labor movement, Oxford, Oxford University Press, 1972.
  • 8 Diego Maestri P., Pena Rojas L., Peralta Castillo C., La asamblea obrera de alimentación nacional : (...)
  • 9 Vitale L., ¿ Qué es el poder popular ?, Santiago, Folleto, Sembrando, 1994 et Interpretación marxis (...)

2Depuis la création des mancomunales et des « sociétés de résistance » à la fin du xixe siècle jusqu’au surgissement de la CUT en février 1953, le mouvement ouvrier s’est constitué en tant qu’acteur national essentiel du développement historique chilien, et ce notamment au travers d’un mouvement syndical puissant5. Cette histoire est aussi marquée de manière permanente par une oscillation entre périodes d’autonomie, d’indépendance et de subordination vis-à-vis des institutions étatiques, des partis politiques qui y participent, ainsi que par divers moments d’alliances partielles ou d’opposition frontale avec certaines fractions des classes dominantes6. Les deux principaux partis « ouvriers » ont été historiquement le Parti communiste (PC) et le Parti socialiste (PS). Ces derniers ont toujours cherché à canaliser et diriger la force de transformation sociale qu’incarne alors à leurs yeux le prolétariat (surtout la classe ouvrière des mines et de la grande industrie), en tentant d’orienter le mouvement ouvrier en fonction de leurs objectifs du moment7. L’activité de l’Assemblée ouvrière de l’alimentation nationale (AOAN), en 1918-1919, peut sans aucun doute être décrite comme une expérience de pouvoir populaire constituant. Fruit de la misère sociale que vivent alors les couches populaires (organisant des « marches de la faim » contre la hausse du coût de la vie), elle est aussi la preuve des capacités d’organisation de classe, face à l’État oligarchique8. Luís Vitale individualise quant à lui, plusieurs autres exemples embryonnaires de ce type au cours des xixe et xxe siècles. Enfin, citons les diverses formes d’auto-organisation populaire pendant l’occupation de Puerto Natales, en janvier 1919, ou encore durant la dénommée « République socialiste » (4-16 juin 1932). Bien que celle-ci ne dure que quelques dizaines de jours, on peut effectivement voir dans les « comités révolutionnaires » des expressions latentes de pouvoir populaire constituant9.

  • 10 Julio Pinto et Gabriel Salazar parlent d’État « front-populiste », qui surgirait à partir de 1938 a (...)

3Au-delà du détail des événements, il faut noter qu’à cette époque semble débuter une période historique que l’on peut qualifier de type « front-populiste10 » :

  • 11 Cruz Salas L., « Estado, partidos y movimiento obrero », in Para recuperar la memoria histórica. Fr (...)

« Dans les années vingt s’ouvre une nouvelle phase, au cours de laquelle on prétend conjurer le fantôme de l’insurrection populaire en promouvant une législation intégrative qui exige en même temps un autocontrôle du capital sur lui-même. […] Le conflit social est désormais régulé par la puissance étatique. Le processus qui s’ouvre alors, possède un caractère clairement préventif. On peut parler d’un cycle politique de longue durée qui s’étend de 1920 à 1973, caractérisé par la centralité de l’État dans le processus économique11. »

  • 12 Le sociologue marxiste bolivien Zavaleta Mercado ira jusqu’à décrire le Chili comme « la patrie de (...)
  • 13 Manns P., Chile : una dictadura permanente (1811-1999), Santiago, Editorial Sudamericana, 1999.
  • 14 Voir les remarques à ce sujet de Cruz Salas Luís, « Estado, partidos y movimiento obrero », op. cit (...)
  • 15 Benado Medvinsky J., Les origines du mouvement social au Chili (1973-1982) : les fondements économi (...)

4L’arrivée des gouvernements de Front populaire permet une industrialisation partielle, dite de « substitution d’importations ». Les classes dominantes se sont révélées capables de s’unifier autour cet État, mettant en place des institutions assez flexibles pour représenter leurs intérêts (« l’État entrepreneur » décrit par les historiens Pinto et Salazar), tout en y incorporant certaines fractions du mouvement ouvrier, d’autres en étant exclues12. Les nombreux cycles de répression brutale des travailleurs (les « grands massacres ») font d’ailleurs partie intégrante de la mémoire collective chilienne, de Santa María de Iquique en 1907 à Puerto Montt en 1969. Pourtant, si le régime politique chilien n’est certes pas celui d’une « dictature permanente13 », on ne peut effectivement parler d’un « État de compromis » que si l’on ne le confond pas, comme le font de nombreux auteurs, avec « une espèce de démocratie consensuelle », placée hors du temps historique14. Comme le remarque José Benado Medvinsky, « l’État de compromis » chilien est avant tout un outil de contrôle social aux mains d’une bourgeoisie industrielle hégémonique, et ceci notamment grâce à la mise en place de certaines concessions économico-sociales envers des fractions réduites et spécifiques des classes subalternes15. À partir de la période des Fronts populaires, partis politiques de gauche et syndicats ouvriers entrent résolument dans l’arène institutionnelle et débutent une politique de négociation avec les élites du pays. Cette intégration tronquée s’effectue en suivant diverses phases distinctes, entre indépendance et collaboration ouverte, et en passant de la participation à l’exclusion de gouvernements successifs. Dans ce cadre, les relations État/mouvement ouvrier sont marquées par un phénomène de balancier, alors que se maintiennent plusieurs cycles de répression politique et de mobilisations collectives, portées par les couches sociales mécontentes ou exclues de ce fameux « compromis ».

  • 16 Silva M., Los partidos, los sindicatos y Clotario Blest, Santiago, Mosquito, 2000.
  • 17 Il s’agissait du syndicaliste Leandro Moreno (Barria J., Historia de la CUT, op. cit., p. 62).
  • 18 Barrera M., « Perspectiva histórica de la huelga obrera en Chile », Santiago, CEREN, n° 9, septembr (...)
  • 19 Sur l’éviction de Clotario Blest, le récit d’Humberto Valenzuela (dirigeant trotskyste de la CUT) e (...)
  • 20 Selon la chronologie d’Alberto Cuevas, il s’agit de la période « d’opposition » de la CUT (« La exp (...)
  • 21 Habitants des quartiers pauvres et des bidonvilles : voir le paragraphe consacré à la dynamique du (...)
  • 22 Chiffres tirés de : Marini R. M., El reformismo y la revolución. Estudios sobre Chile, México, ERA, (...)

5À partir de 1953, année de création de la Centrale unique des travailleurs (CUT), le syndicalisme et le mouvement ouvrier se trouvent dans une position d’opposition et d’indépendance de classe relative, dans un contexte national d’ascension des conflits sociaux, d’inflation économique et de fortes oppositions idéologiques, ayant pour toile de fond la guerre froide. Sous la direction de Clotario Blest, chrétien révolutionnaire sans filiation partisane, la CUT adopte des positions radicales (particulièrement par l’utilisation massive de l’arme de la grève générale)16. De fait, dès les premiers mois de son existence, la CUT doit réaffirmer son désir d’autonomie, face à la nomination de l’un de ses dirigeants ministre du Travail du gouvernement de l’ex-dictateur Carlos Ibañez (1952-1958). En conformité avec ses statuts, le dirigeant syndical est sommé d’abandonner son poste de direction à la CUT17. Au début des années 1960, le mouvement ouvrier chilien se trouve malgré tout dans un rapport de forces bien plus défavorable que ce qu’il a connu lors des 15 années précédentes18. C’est dans ce contexte que la période d’indépendance « exceptionnelle » de la CUT, prend fin : en 1961, le PC reprend le contrôle de la centrale pour la diriger, avec les socialistes et la DC, jusqu’au coup d’État de 1973. La centrale redevient, ainsi, une courroie de transmission des partis19. L’échec aux présidentielles de 1964 du candidat de la gauche (Salvador Allende), soutenu par la CUT et l’élection d’Eduardo Frei (démocrate-chrétien – DC), accentue cependant l’opposition entre le mouvement syndical et le gouvernement20. Dès 1966, on assiste à une restructuration du mouvement social, qui concerne particulièrement le prolétariat urbain industriel et les secteurs ouvriers liés à la mine, les salariés de la fonction publique (éducation), les employés de la banque, le mouvement étudiant, le mouvement pobladores21 et un mouvement paysan en pleine expansion. En effet, durant le gouvernement Frei, on enregistre une augmentation d’environ 125 % du nombre d’affiliés aux différents syndicats. C’est dans cette conjoncture que s’accélère la décomposition du projet populiste démocrate-chrétien. Il s’agit de l’époque où l’ensemble des partis ouvriers exaltent les conquêtes sociales de la Révolution cubaine, opposée à la dénommée « Révolution en liberté » des démocrates-chrétiens, qui s’inclut directement dans le plan prévu par l’administration Kennedy pour contenir l’avancée de la vague révolutionnaire qui agite alors l’Amérique latine. Le plan « desarrollista » de la Démocratie-chrétienne (DC) met en place un train de réformes importantes. Ce programme démontre clairement le poids accentué de la bourgeoisie industrielle au sein des classes dominantes, puisqu’il s’agit aussi de stimuler certaines branches de l’industrie à travers la fusion avec les capitaux étrangers. Elle signifie également la mise en place de mesures destinées à répondre aux goulets d’étranglement structurels, que connaît alors l’économie chilienne comme à une demande sociale grandissante : « chilénisation » du cuivre, réforme agraire, programme de construction d’habitations, réforme éducative… Dès cette époque, on note le décalage croissant entre la direction du mouvement ouvrier et la pratique des luttes à la base, qui tendent à déborder l’ensemble des appareils de représentation et de médiation sociales traditionnels. Rapidement, le gouvernement choisit la répression ouverte. Avec par exemple, la tentative d’écrasement de la grève générale du 23 novembre 1967 contre le projet de réajustement de salaires (5 morts et plusieurs centaines de blessés), ou encore les violences policières contre les pobladores. Dans ce contexte, les formes que prend l’action revendicative du mouvement syndical changent qualitativement et quantitativement. En effet, il se produit un net retournement de tendance car la grève prend le pas sur la négociation collective. Se déroulent 723 grèves légales en 1965, chiffre qui atteint 1 142 en 1967 pour redescendre à 977 en 1969. Autre signe important : on assiste à un saut qualitatif dans le rapport entre actions légales et illégales des grévistes. Dans les premières années de la décennie, la proportion de grèves illégales dans la totalité des conflits s’élève déjà à 72,6 % (ce qui souligne en partie le caractère archaïque de la législation du travail). Ce pourcentage est de 89,2 % au début du gouvernement Allende. D’autre part, à partir de 1968, se manifeste une forte tendance vers des pratiques novatrices de la grève, avec occupation des usines et barrage des routes. La classe ouvrière minière et industrielle reste dominante dans ces actions protestataires, mais ce sont les paysans et les ouvriers du bâtiment qui se montrent les plus actifs22.

  • 23 Garretón M. A., El Proceso político chileno, FLACSO, Santiago, 1983.

6On peut donc parler d’une discontinuité, voire d’une rupture dans les formes que prend la lutte des classes, à partir de 1964. Ainsi que le remarque le sociologue Manuel Antonio Garretón, c’est bien la légitimité même du système capitaliste dépendant qui est alors en crise23. Ces considérations nous amènent à présenter de manière plus précise la situation de la classe ouvrière, objet du chapitre suivant.

Notes

1 Vitale L., Interpretación marxista de la historia de Chile, Santiago, PLA, 1967. Ouvrages généralistes sur ce thème : Gonzales Casanova P. (coord.), Historia del movimiento obrero en América Latina, México, Siglo XXI, 1984 ; Alba V., Historia del movimiento obrero en América Latina, México, Limusa Wiley, 1964 ; Godio J., Historia del movimiento obrero latinoamericano, México, Nueva Imagen, 1980, 2 tomes.

2 Vayssière P., Un siècle de capitalisme minier au Chili : 1830-1930, Paris, Éditions du CNRS, 1980.

3 L’importance de la grève prend ainsi une signification sociologique de premier ordre, puisqu’elle détermine en partie la constitution du groupe ouvrier en tant que classe en l’entraînant à se positionner collectivement par rapport au patronat et à l’État (Barrera M., « Perspectiva histórica de la huelga obrera en Chile », Santiago, CEREN, n° 9, septembre 1971, p. 119-155).

4 Grez S., De la « regeneración del pueblo » a la huelga general. Génesis y evolución histórica del movimiento popular en Chile 1810-1890, Santiago, RIL, vol. 13, 1997.

5 Barria J., Trayectoria y estructura del movimiento sindical chileno, Santiago, INSORA, 1963 ; Frias P. F., Construcción del sindicalismo chileno como actor nacional, Santiago, CUT-PET, vol. 1, 1993 et Salazar G., Pinto J., Historia contemporánea de Chile, Chile, LOM, 1999 (5 tomes).

6 Milos P., Garcés M., Cuadernos de historia popular : serie Historia del movimiento obrero, Santiago, CETRAL/CEAL, n° 12, 1983.

7 Angell A., Politics and the chilean labor movement, Oxford, Oxford University Press, 1972.

8 Diego Maestri P., Pena Rojas L., Peralta Castillo C., La asamblea obrera de alimentación nacional : un hito en la historia de Chile, Santiago, Sociedad chilena de sociología, 2002.

9 Vitale L., ¿ Qué es el poder popular ?, Santiago, Folleto, Sembrando, 1994 et Interpretación marxista de la historia de Chile, op. cit.

10 Julio Pinto et Gabriel Salazar parlent d’État « front-populiste », qui surgirait à partir de 1938 avec le triomphe électoral de Pedro Aguirre Cerda (Salazar G., Pinto J., Historia contemporánea de Chile, Chile, LOM, 1999, t. II, p. 81).

11 Cruz Salas L., « Estado, partidos y movimiento obrero », in Para recuperar la memoria histórica. Frei, Allende, Pinochet, Santiago, ChileAmerica – CESOC, 1999, p. 393-394.

12 Le sociologue marxiste bolivien Zavaleta Mercado ira jusqu’à décrire le Chili comme « la patrie de L’État en Amérique latine » (El poder dual en América Latina, op. cit.).

13 Manns P., Chile : una dictadura permanente (1811-1999), Santiago, Editorial Sudamericana, 1999.

14 Voir les remarques à ce sujet de Cruz Salas Luís, « Estado, partidos y movimiento obrero », op. cit., p. 382-426.

15 Benado Medvinsky J., Les origines du mouvement social au Chili (1973-1982) : les fondements économiques et politiques, Paris, EHESS, mémoire de DEA, 1985, p. 137-138. C’est aussi le postulat de Calors Gómez Juan (La frontera de la democracia, op. cit.).

16 Silva M., Los partidos, los sindicatos y Clotario Blest, Santiago, Mosquito, 2000.

17 Il s’agissait du syndicaliste Leandro Moreno (Barria J., Historia de la CUT, op. cit., p. 62).

18 Barrera M., « Perspectiva histórica de la huelga obrera en Chile », Santiago, CEREN, n° 9, septembre 1971 et Pizarro C., La huelga en Chile. 1890-1970, Santiago, SUR, col. « Estudios Históricos », 1986.

19 Sur l’éviction de Clotario Blest, le récit d’Humberto Valenzuela (dirigeant trotskyste de la CUT) est particulièrement intéressant : Historia del Movimiento obrero Chileno, Santiago, 1972.

20 Selon la chronologie d’Alberto Cuevas, il s’agit de la période « d’opposition » de la CUT (« La experiencia de la CUT [1953-1973] : una visión critica », Chile-América, Bruxelles, n° 84-85, janvier-mars 1983, p. 27 à 34).

21 Habitants des quartiers pauvres et des bidonvilles : voir le paragraphe consacré à la dynamique du mouvement pobladores.

22 Chiffres tirés de : Marini R. M., El reformismo y la revolución. Estudios sobre Chile, México, ERA, 1976.

23 Garretón M. A., El Proceso político chileno, FLACSO, Santiago, 1983.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540