Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Préface. Écrire l’histoire du Chili populaire « à rebrousse-poil »

Michael Löwy

Texte intégral

1Walter Benjamin insistait, dans ses thèses « Sur le concept de l’histoire » (1940), sur le fait que la tâche de l’historien critique, c’est d’écrire l’histoire « à rebrousse-poil ». Ce livre représente un bel exemple de cette pratique du métier d’historien ou de chercheur en sciences sociales et politiques. Il est rare de lire un travail porté par autant de conviction dans l’effort pour donner la parole à celles et ceux « d’en bas », en rupture avec les visions traditionnelles, essentiellement institutionnalistes, de la tragique mais passionnante expérience chilienne. Un travail qui ne cache pas sa démarche, sa méthode – analyser les faits du point de vue de la lutte des classes – et une « empathie critique » assumée, avec la cause des vaincu(e)s du coup d’État militaire de septembre 1973 : les travailleurs, les opprimés et les exploités, et en particulier dans ce livre, le puissant mouvement ouvrier chilien.

2L’ouvrage a été rédigé à partir d’une thèse de doctorat que j’ai eu le plaisir de diriger et qui a été distinguée des félicitations unanimes du jury. Mais son auteur a continué à avancer depuis, dans la réflexion sur ce que furent ces « mille jours qui ébranlèrent le monde ». J’aime ce titre : il suggère que les « dix jours qui ébranlèrent le monde » – le célèbre livre de John Reed sur octobre 1917 en Russie – ne sont pas la seule expérience révolutionnaire qui nous intéresse et, surtout, que les processus révolutionnaires sont parfois bien plus longs et complexes qu’un simple assaut du palais d’hiver. Grâce à une connaissance encyclopédique de la littérature existante, mais aussi d’un patient travail d’archives, de revue de presse et surtout de récupération de la mémoire vivante des témoins, Franck Gaudichaud a réussi à reconstituer, pour la première fois dans une telle dimension, ce que fut la tentative de créer, à partir des bases, un embryon de « pouvoir populaire », un début de « pouvoir constituant » comme il le nomme. En donnant la parole aux militants des Cordons industriels et des Commandos communaux, ces acteurs oubliés du drame chilien des années 1971-1973, il nous fait découvrir un paysage souvent méconnu par l’historiographie. Par sa démarche interdisciplinaire – qu’il définit avec un terme originel « science politique socio-historique » – par la clarté de son écriture, par l’intelligence de ses commentaires, il a réussi à restituer le rythme des événements, en saisissant toute la densité, la complexité et la richesse du processus chilien. Il a su combiner l’étude de la dimension microsociale des luttes – ce qui s’est passé dans une usine, un syndicat ou lors de l’assemblée d’un Cordon industriel – avec celle de la logique dialectique du mouvement social.

3Son livre se distingue ainsi à la fois par sa cohérence (au niveau de la méthode comme du point de vue épistémologique) et par la richesse vivante de la documentation utilisée. Grâce aux enquêtes orales, aux photos, aux documents de l’époque, on suit ces événements pas seulement au niveau des institutions et des partis, mais aussi sur le terrain de la subjectivité militante, avec ses rêves, son utopie, son messianisme – et… ses illusions. L’auteur a aussi réussi à mettre à profit les approches de Hannah Arendt, Edward P. Thompson, Charles Tilly (entre autres), ce qui lui permet une approche des classes sociales et du politique beaucoup plus profonde et nuancée. L’apport de Thompson, librement réinterprété, a été fondamental pour rendre compte de l’économie morale d’une classe ouvrière mobilisée, et sa constitution comme un sujet politique à part entière, au fil de ses mobilisations, dans et par le conflit social. Il faut aussi mentionner l’apport de Daniel Bensaïd, de sa réflexion sur la discordance des temps, pour permettre à l’auteur d’analyser les accords et les désaccords entre la temporalité des mouvements sociaux, celle des partis politiques de gauche et celles du gouvernement de l’Unité populaire.

4Franck Gaudichaud montre bien les limites ou contradictions de la politique de l’Unité populaire, et notamment le rôle modérateur qu’a joué à ce moment le Parti communiste chilien, infatigable dans sa dénonciation des « gauchistes » du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) et des « excès » du mouvement social. Mais on ne peut qu’être frappé du caractère démocratique avancé et profondément radical de cette expérience faillie de « transition pacifique au socialisme », en comparaison avec les politiques beaucoup plus timorées et conformistes de la plupart des gouvernements latino-américains actuels qui se réclament de la gauche, désormais prisonniers des politiques néolibérales – à commencer par celui présidé, il y a quelques années, par la dirigeante socialiste Mme Bachelet. Malgré toutes les critiques qu’on peut faire à Salvador Allende, il nous apparaît rétrospectivement, en ce début du xxie siècle comme un géant…

5Je ne pense pas, contrairement aux historiens Gabriel Salazar et Julio Pinto, cités dans la conclusion, que le projet d’Allende et de l’Unité populaire était simplement dans la lignée des projets « nationalistes-développementistes » traditionnels de la gauche latino-américaine. Comme le résume très bien Gaudichaud, « le rêve brisé de Salvador Allende a été de combiner cet héritage, avec un programme de transition au socialisme qui en soit la prolongation, mais surtout le dépassement, grâce à la participation des classes populaires organisées ».

6Le talon d’Achille de la gauche partisane était, comme cela est bien explicité dans le livre, l’illusion dans le légalisme des Forces Armées, et par conséquent, la non-préparation pour affronter le coup militaire – pourtant prévisible, comme le montre l’article (cité) d’Alain Joxe en juin 1973 dans les Temps Modernes, mais aussi certains documents du MIR et du pouvoir populaire, comme la lettre de la coordination de Santiago à Allende du 4 septembre 1973. La réaction au Tancazo de juin 1973, très bien analysée, met en lumière également les difficultés des secteurs les plus combatifs et conscients : on occupe les usines et les lieux de travail, par une tactique défensive, incapable d’affronter un véritable coup d’État.

7À mon avis, il y a une expérience historique, certes différente de la chilienne, mais bien plus pertinente dans ce cas que le modèle mythique de 1917 : celle de la résistance réussie – dans un premier temps – des travailleurs espagnols au coup militaire du 18 juillet 1936. En Espagne, les militants de gauche (notamment anarchistes, mais pas seulement) ont réussi à faire avorter le coup dans plusieurs des principales villes du pays. Or, curieusement cette expérience semble complètement absente des débats de la gauche chilienne. De ce point de vue, il y aurait été intéressant de comparer ce qui s’est passé à Barcelone en 1936 et à Santiago du Chili en 1973, pour comprendre et analyser les différences. C’est aussi une façon de dire que la question centrale pour l’avenir de l’expérience chilienne n’était pas, en abstrait, « pouvoir populaire versus gouvernement Allende », mais plutôt comment la gauche pourrait se défendre face à un coup militaire réactionnaire pour poursuivre cette « voie au socialisme ».

8Sur tel ou tel point, je ne partage pas nécessairement toutes les conclusions de Franck Gaudichaud. Mais ce livre est un vrai trésor, et deviendra sans aucun doute une référence incontournable pour les chercheurs, ou les militants, qui s’intéresseront à l’expérience de l’Unité populaire chilienne et, plus largement, aux expériences révolutionnaires en Amérique latine. Il est à lire et recommander sans modération.

Auteur

Directeur de recherche – émérite – au CNRS.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540