Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chili 1970-1973

 | 
Franck Gaudichaud

Remerciements1

Texte intégral

  • 1 Pour contacter l’auteur, écrire à [fgaudichaud@gmail.com].

1Ce travail de thèse doctorale, puis ce livre, sont redevables – comme toute recherche universitaire – du produit accumulé d’un important et ample travail collectif, en cours depuis des années au Chili et à travers le monde, pour comprendre, analyser et tirer des leçons de l’expérience vécue par le peuple chilien entre 1970 et 1973. Plus spécifiquement, cet écrit n’aurait pu être mené à bien sans le concours et l’aide directe de dizaines de personnes, que je voudrais remercier ici chaleureusement.

2Parmi celles-ci :

  • Ma famille et plusieurs proches (ils se reconnaîtront) ont facilité, relu, corrigé, discuté et soutenu – d’une manière ou d’une autre – cette investigation.

  • Michael Löwy, directeur de recherche au CNRS et professeur émérite de l’université Paris VIII, qui a accepté d’être mon directeur de recherche.

  • Le professeur Jacques Chonchol et les membres de l’école doctorale de l’université ARCIS (Santiago) qui m’ont accueilli, comme doctorant étranger, pendant deux ans et demi.

  • Plusieurs chercheurs chiliens, dont particulièrement Luís Vitale, Mario Garcés, Augusto Samaniego, Sergio Grez, Patricio Quiroga, Patricio Garcia, Fernando Casanueva, Tomás Moulian, Rafael Sagredo, María-Emilia Tijoux, Roberto Merino.

  • Hugo Cancino Troncoso, Miguel Silva, Peter Winn et Jorge Magasich ont grandement contribué à ce travail, grâce à leurs études pionnières sur l’Unité populaire et ses formes de pouvoir populaire.

  • Les Chiliennes et Chiliens qui ont eu à cœur de m’ouvrir la porte de leur mémoire et de leur expérience militante, permettant ainsi la réalisation d’une enquête orale, qui a débuté au sein de la communauté chilienne de Bordeaux pour se conclure à Santiago du Chili. Parmi eux, je dois beaucoup à Héctor Velásquez (dirigeant du syndicat MADECO), lutteur infatigable, organisateur hors pair, aujourd’hui décédé.

  • Jean-Paul Salles, ami et historien de l’université de La Rochelle, qui a passé de nombreuses heures à lire et commenter ma thèse, puis ce manuscrit : cet ouvrage est aussi un peu le sien !

  • Les échanges avec la spécialiste du Chili Eugenia Paliéraki ont été particulièrement fructueux, tout comme a été très chaleureux l’accueil de la famille Lusson, de Patty, Miguel et Renata Molina, lors de mes multiples déplacements à Paris.

  • L’équipe de la revue Dissidences, source d’inspiration et d’émulation scientifique2, et particulièrement Georges Ubbiali, Jean-Guillaume Lanuque et Fréderic Thomas pour leurs relectures.

  • L’association France Amérique Latine, dont je partage les engagements pour « un autre monde possible » depuis maintenant de nombreuses années3.

  • Mes collègues de l’université de La Rochelle où j’ai débuté en tant qu’enseignant-chercheur, également les collègues d’Amiens (en particulier Enzo Traverso) et, désormais, celles et ceux de l’université Stendhal-Grenoble III.

  • Les employés de plusieurs centres d’archives et bibliothèques, dont tout spécialement Fabiola Rodríguez, alors en poste à la BDIC – Paris et aujourd’hui à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) ; les salarié(e)s des Archives nationales chiliennes, de la Bibliothèque nationale comme de la bibliothèque du Congrès à Santiago.

  • Merci à Pierre Corbel (directeur des PUR) pour son attente décidée et son professionnalisme.

  • Rocio Gajardo Fica sait tout ce que je lui dois et à quel point ses révoltes et sa lente impatience me sont essentielles.

  • Enfin, merci au grand reporter étatsunien John Reed (1887-1920) : le titre de ce livre est un clin d’œil, mais aussi un hommage, à son ouvrage sur la révolution russe Ten days that shook the world (1920).

Notes

1 Pour contacter l’auteur, écrire à [fgaudichaud@gmail.com].

2 Adresse de la revue numérique : [http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences].

3 [www.franceameriquelatine.org].

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540