Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La désobéissance civile aux États-Unis et en France

 | 
Marianne Debouzy

Conclusion. Convergences et divergences des deux côtés de l’Atlantique

L’inscription dans l’histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce qui est commun à ceux qui pratiquent la désobéissance civile aux États-Unis et en France, c’est le besoin d’ancrer leur action dans l’histoire, de lui assigner une place dans une tradition à laquelle elle puisse s’identifier. On peut le rapprocher de ce qu’écrit Jacques Sémelin à propos de la résistance : « Résister suppose toujours invoquer une histoire, une mémoire, une culture par lesquelles et au nom desquelles je dis : “Non, pas ça, plus ça.” Si l’acte de résistance est une création ou une re-création, il s’inscrit aussi dans une filiation qui donne un sens à son défi1. »

Aux États-Unis, les militants du mouvement Sanctuary se réclament du « chemin de fer souterrain » (underground railroad) de l’époque de l’esclavage, voie clandestine vers la liberté, établie par les abolitionnistes.

Judi Bari, qui se bat pour protéger les séquoias, a pour référence essentielle le mouvement pour les droit...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540