Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Cinquième partie. Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente

Introduction à la cinquième partie

Didier Poton et Yves Bergeron

Texte intégral

1Il est, aujourd’hui, légitime et pertinent de s’interroger sur le phénomène de patrimonialisation et de muséalisation des migrations. Légitime car c’est un phénomène contemporain et universel dans les pays où les migrations ont constitué un fait majeur dans l’histoire de nombreuses nations ayant vu partir une partie plus ou moins importante de leur population ou ayant vu arriver et s’établir de quelques milliers à des millions d’hommes, de femmes et d’enfants à la recherche d’une terre d’accueil, d’asile, de refuge ; un fait majeur, fondateur de sociétés qui optent dans certains cas pour le multiculturalisme ou le melting-pot (creuset), producteur de mémoires, individuelles et collectives, et de revendications communautaires dans le champ sociétal et politique. Pertinent, parce que ce fait a été informé par les sciences humaines et sociales, médiatisé par la littérature, la photographie et le cinéma, la télévision et le Web, exposé et mis en scène sur des sites érigés en monuments mémoriels et dans des institutions patrimoniales et muséales.

2Ces institutions publiques légitiment et donnent un sens à la trajectoire et à la contribution des communautés culturelles. C’est à travers ces espaces publics que des nations et des communautés se définissent et affirment leur identité. La patrimonialisation et la muséalisation des migrations témoignent d’un phénomène de médiation des identités collectives qui s’adressent autant à l’autre qu’à soi.

3Par le filtre des regards que posent les collectivités sur elles-mêmes où par la lentille que posent les explorateurs, voyageurs, écrivains et artistes se profile une multitude d’interprétations de ce qui constitue les fondements de l’identité. Le cas Louis de Boccard est éclairant à cet égard. Kaléidoscopes, miroirs déformants ou miroirs brisés, les institutions muséales et patrimoniales proposent des éclairages hétérogènes de l’histoire des migrations.

4Compte tenu de l’ampleur des migrations et des mobilités aux Amériques, des sociétés coloniales et des nations fruits des indépendances, de l’ampleur des résurgences mémorielles et des réalisations patrimoniales et muséales, cet espace continental apparaît comme un laboratoire de choix pour réfléchir à la construction de la mémoire, et aux processus de patrimonialisation et de muséalisation des migrations. L’angle proposé par Laurent Vidal et Alain Musset, les territoires de l’attente, ne peut qu’interroger les chercheurs qui ont fait de cette articulation, un objet scientifique. En effet, la double dimension sociale recoupée par cette notion de territoire de l’attente est perceptible dans le type de lieux et d’institutions ayant porté le projet et la réalisation de sites et d’espaces consacrés aux migrations même si sont privilégiés les lieux où a été organisé un dispositif spécialement conçu et construit pour la mise en attente temporaire de populations de déplacement (Pier 21, Ellis Island, Grosse-Île) sans doute parce que les édifices ou les traces d’édifices peuvent mieux incarner ce temps fort du débarquement, de la confrontation à une administration inconnue, de la mobilisation de tous les sens devant un nouveau paysage, une nouvelle vie. C’est en quelque sorte une archéologie mémorielle qui constitue le premier temps du processus de patrimonialisation. Quand la mémoire est confrontée aux traces. Temps de compression de la mémoire. Temps de mobilisation des correspondances, des lectures, des photographies, du film qui circulent dans la sphère privée puis progressivement collectés, conservés, diffusés par les porteurs de la mémoire individuelle, familiale et communautaire. Corpus de fragments d’histoires progressivement injectés dans l’espace public par les professionnels de la médiatisation à l’affût d’un marché et de la politique partagés entre l’obligation de répondre à des demandes sociales souvent conflictuelles engendrées par le mécanisme de possession et de dépossession territoriale (mémoires amérindiennes, mémoires des descendants de colons) et de mise au travail d’une population soumise par la force (mémoires des descendants de planteurs et mémoires des descendants d’esclaves), les mobilités marquant à l’échelle continentale et transcontinentale les différentes facettes du système d’exploitation capitaliste. S’ouvre dès lors la grande scène où s’expriment des discours soit instrumentalisant les revendications mémorielles communautaires soit enfouissant les résurgences mémorielles pour construire un discours national. Autant de défis que doivent relever les acteurs des institutions muséales et des sites patrimonialisés.

Auteurs

Historien, Université de La Rochelle
Ethnologue, Université de Québec à Montréal – Canada

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable