Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Quatrième partie. Des identités en question dans les territoires de l’attente

Introduction à la quatrième partie

Dominique Vidal et Fraya Frehse

Texte intégral

1L’étude des territoires de l’attente fournit un étayage empirique solide tant à la critique des conceptions essentialistes de l’identité qu’à celle du relativisme véhiculé par le postmodernisme. Observer ce qui se joue là où attendent des individus et des populations montre en effet que si l’identité n’a rien d’une donnée statique et figée, elle ne saurait non plus être considérée comme étant seulement une construction qui résulterait de l’arbitraire de chercheurs soumis à des contraintes sociales et culturelles. Car les territoires de l’attente révèlent des possibilités identitaires qui varient selon les situations, et ils ne se laissent saisir qu’à la condition d’arrêter la focale au moment précis où apparaît une unité d’analyse sous-tendant momentanément une affirmation individuelle ou collective.

2Les trois chapitres qui constituent cette partie le mettent en évidence selon des perspectives disciplinaires et des terrains différents.

3Dans un choix de problématisation sociologique, Fraya Frehse et Dominique Vidal examinent la question des possibilités de (re)production et de construction identitaires sur les territoires de l’attente à partir d’enquêtes qu’ils ont respectivement menées à São Paulo et à Rio de Janeiro. Après avoir montré comment ils ont constitué en objets d’étude une place publique où stationnent durant la journée des sans domicile fixe (ou, plus précisément, des moradores de rua en portugais du Brésil) et les lieux où attendent des plaignantes au siège d’un syndicat de travailleurs domestiques, ils soulignent l’importance que la référence à des rôles moraux socialement consacrés joue sur ces territoires de l’attente quand les chercheurs s’y trouvent. Cela leur permet de mettre en évidence l’influence sur ces territoires de l’attente de dynamiques qui les dépassent sans toutefois déterminer totalement les interactions qui s’y produisent, ainsi que la coexistence de rapports sociaux qui renvoient à des temps historiques distincts.

4Dans le chapitre suivant, Raimundo Arrais et Laurent Vidal s’appuient sur deux romans classiques du Nordeste brésilien (O quinze, de Rachel de Queiroz, et Seara Vermelho, de Jorge Amado) pour s’interroger sur les identités de paysans sans terre auxquels la sécheresse a imposé des déplacements forcés. Prenant les pas d’historiens qui font de la littérature une source pour la recherche historique, ils montrent comment chacun de ces romans fournit un accès privilégié à l’univers social et mental d’hommes et de femmes que des aléas climatiques ont placé en situation de transit. Qu’ils espèrent voir la pluie enfin tomber ou se trouvent en transit dans des villes et des ports qu’ils ne connaissaient pas avant d’avoir quitté leurs campagnes, tous attendent sur un territoire qui contribue à leur identité du moment. Et la littérature garde d’ailleurs la trace de ces variations identitaires, en changeant les noms donnés à ces populations mobiles selon les lieux et les époques.

5C’est en géographes que, dans le chapitre suivant, Letícia Parente Ribeiro et Alain Musset proposent une analyse de l’attente comme une ressource économique. Ils y étudient au plus près l’activité des vendeurs ambulants lorsque les automobilistes sont à l’arrêt pris dans les embouteillages d’axes routiers qui traversent Rio de Janeiro et au poste-frontière de San Ysidro à Tijuana, une des frontières du Mexique avec les États-Unis. Dans les deux cas, ceux et celles qui gagnent leur vie en profitant de l’attente forcée des conducteurs et de leurs passagers pour leur vendre rafraîchissements, cigarettes, produits alimentaires et petits objets de consommation courante. L’observation établit pourtant qu’ils travaillent de manière sensiblement différente dans les deux villes où les liens qui les relient et les règles qui prévalent n’ont ni la même nature, ni la même force. Ces territoires de l’attente n’existent en outre que parce que des cadres politiques et des dynamiques économiques plus larges délimitent leurs contours et la possibilité même de l’activité des vendeurs ambulants, et c’est aussi pourquoi ils sont des espaces-temps d’un type particulier sans pour autant jamais avoir de formes stables.

Auteurs

Sociologue, Université de Paris VII
Sociologue, Université de São Paulo – Brésil

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable