Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Troisième partie. Pratiques sociales et jeux spatiaux dans les territoires de l’attente

Introduction à la troisième partie

Alain Musset et Grégory Beriet

Texte intégral

1Puisque l’attente définit un espace au même titre que cet espace met en scène et donne un sens à l’attente, il s’agit maintenant de voir comment certaines pratiques sociales spécifiques peuvent se développer dans ces contextes particuliers qui conjuguent trop souvent l’idée du temps perdu avec celle des non-lieux. En effet, on attribue à tort à l’attente une fonction passive qui ne correspond pas à la réalité des pratiques sociales et des interactions entre groupes et individus qui peuvent se développer dans cette situation d’entre-deux. Tout dépend alors du type d’attente (formel, informel, institutionnel ou imprévu) et du lieu d’attente (un lieu fait pour l’attente, ou un espace inattendu qui devient par la force des choses un lieu d’attente).

2Si on considère que l’attente peut réussir à construire des territoires aux échelles multiples et souvent emboîtées (un peu comme les coquilles de l’homme évoquées par Abraham Moles dans ses travaux sur la psychogéographie), chacune de ces échelles est le cadre ou le terrain d’une série de pratiques impliquant l’individu en attente en rapport avec lui-même et avec les autres. Les autres, en ce cas, sont d’une part celles et ceux qui partagent son horizon souvent limité et, de l’autre, celles et ceux qui l’organisent ou qui en profitent. En ce cas, la proximité spatiale et la force des interactions engagées entre les acteurs de l’attente ne peuvent pas effacer la distance institutionnelle et statutaire qui les sépare.

3Dans un premier temps, Alain Musset, Dominique Vidal et Verónica Correa posent une question qui renvoie directement à la dimension existentielle des territoires de l’attente. Dans « Faire avec l’espace, faire avec le temps. Peut-on habiter les territoires de l’attente ? », ils rappellent que ces différents lieux (pour reprendre une terminologie volontairement neutre) ne sont pas supposés s’inscrire dans la durée ou la continuité, deux dimensions du temps qui fondent l’enracinement d’un groupe social dans son espace. Cependant la durée peut être remplacée par la répétition, une des formes les plus répandues de l’attente – quand elle n’est pas devenue un élément constitutif de cette même attente, en particulier pour ceux qui vivent dans les camps de réfugiés ou de déplacés. La sociologie des migrations s’est ainsi particulièrement intéressée aux bouleversements que les phénomènes migratoires entraînent tant sur les espaces de départ, d’arrivée et de voyage que sur les identités des individus et des groupes qui s’y trouvent. C’est toutefois dans l’étude des files d’attente que les sociologues ont sans doute le plus directement abordé la question des territoires de l’attente, comme le montrent les travaux, entre autres, de Garfinkel et Livingston. Il est donc indispensable de travailler sur les différents régimes d’interaction qui se développent dans ces situations exceptionnelles ou récurrentes afin de savoir comment et pourquoi il est possible non seulement d’habiter mais aussi d’être habité (au sens heideggerien du terme) par les territoires de l’attente.

4C’est sous l’angle du biopouvoir et de la biopolitique, notions chères à Michel Foucault, que Grégory Bériet et Ambre Dewaele questionnent dans un deuxième temps les pratiques sociales et les jeux spatiaux des territoires de l’attente. En s’intéressant à des objets différents mais qui s’inscrivent dans la même logique, les quarantaines et les centres d’accueil pour migrants, ils analysent des systèmes conçus pour protéger, mais aussi, de manière indirecte et parfois inconsciente, pour punir. Au cours de l’été et de l’automne 2014, l’épidémie de fièvre Ebola qui a touché plusieurs pays de l’Ouest africain n’a pas changé les règles du jeu, bien au contraire. On a pu constater que, comme au xixe siècle, la quarantaine peut se déployer dans tous types de lieux (la ville, le navire, l’hôpital, le poste-frontière, etc.). De fait, son usage et ses règles se distinguent par une plus grande souplesse que ceux des lazarets traditionnels : son territoire est extensible, modifiable en fonction de l’évolution de l’épidémie, de même que ses règles peuvent apparaître plus ou moins strictes en fonction de la dangerosité réelle ou estimée non seulement de la maladie mais aussi des individus concernés dont il faut s’assurer la coopération, bon gré, mal gré. De manière inattendue, les mêmes enjeux biopolitiques sont identifiables dans un autre système actuel de contrôle des individus : les centres d’accueil pour migrants. La notion de biopouvoir permet ainsi de décrire certaines dimensions de la prise en charge des migrants rapatriés ou expulsés des États-Unis vers le Mexique, dont les corps et les activités sont contrôlés au sein de lieux semi-fermés en partie calqués sur le modèle du Panopticon de Michel Foucault.

5Une autre échelle corporelle de l’attente est finalement étudiée par Luis Campos et Miguel Angel Aguilar qui ont questionné les pratiques de l’attente dans le métro de Mexico et de Santiago (Chili). La description et l’analyse mobilisent ici, non seulement sur des quais mais aussi dans les wagons, des aspects de l’attente qui, de manière générale, ne sont pas considérés comme significatifs et qui sont même complètement naturalisés. L’enquête se focalise sur la dimension sensorielle et sur l’interaction entre les corps, les objets et le mobilier présents en situation. Dans un premier temps, les auteurs proposent une contextualisation des modalités de déplacement urbain à Mexico et à Santiago. En suivant John Dewey, pour qui une expérience consiste en une activité qui a pour fin la consommation, qui possède son histoire propre et qui implique un flux croissant de significations, ils précisent que c’est précisément le voyage en métro qui devient l’expérience dans laquelle s’inscrit l’attente des usagers. Cette recherche, au-delà des limites physiques du métro, s’inscrit donc dans une approche corporelle plus générale de l’expérience urbaine. Afin de mieux comprendre ce que peut signifier ici l’expérience de l’attente, Luis Campos et Miguel Angel Aguilar nous invitent dans un dernier temps à recréer le trajet réalisé par un utilisateur du métro depuis son arrivée à la station jusqu’à son embarquement, en focalisant notre attention sur des aspects qui passent souvent inaperçus dans la routine quotidienne, en particulier le langage des corps.

Auteurs

Géographe, Université de La Rochelle
Historien, Université de Guyane

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable