Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Deuxième partie. Quand l’attente définit le territoire

L’attente des pauvres dans deux villes latino-américaines : Mexico et Santiago du Chili – De l’espoir à la résignation

Ana María Álvarez Rojas et Reyna Sánchez Estévez
Traduction de Nolwen Gauthier

Texte intégral

Présentation

1Dans l’histoire contemporaine des villes latino-américaines, deux moments s’avèrent particulièrement déterminants dans la formation des territoires de l’attente. Le premier est lié à l’exode rural massif vers les centres urbains qui a touché presque tous les pays du continent, entre les années 1930 et 1960. Le deuxième temps concerne les réformes néolibérales du foncier. Engagées au cours des années 1980, elles ont entraîné une reconfiguration socio-spatiale de la pauvreté urbaine dans la majorité des villes de la région, ainsi que le démantèlement de l’État redistributeur qui s’était imposé au cours des décennies précédentes. Cet article postule que les types de territoires et de sociétés de l’attente qui se sont formés dans les villes latino-américaines au cours de chacune de ces deux périodes sont de nature différente. À travers les exemples du Chili et du Mexique, nous verrons que cette situation a trait aux transformations du système économique et politique mais également aux changements dans le profil et l’identité sociale des déplacés. Le propos de ce travail est d’analyser, à partir de la notion d’attente et de territoires de l’attente, les modifications opérées dans la situation de la pauvreté urbaine latino-américaine et sa relation avec les mutations plus globales qui traversent nos sociétés.

Contexte du débat

  • 1  Vidal L., Musset A., Vidal D., Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de (...)

2Une des manières d’appréhender les « territoires de l’attente » consiste à les définir comme des espaces destinés, volontairement ou involontairement, à recevoir des populations déplacées ou en cours de déplacement1. Les déplacements de populations, qu’ils résultent de mesures gouvernementales, des pressions exercées par le marché foncier ou de l’initiative des habitants eux-mêmes, sont une constante dans la vie des pauvres des zones urbaines depuis la fondation des villes latino-américaines. Ils ont joué un rôle majeur dans la configuration socio-spatiale de ces villes. Cette première définition souligne l’intérêt de considérer les espaces urbains où s’établissent les populations pauvres comme des territoires de l’attente. D’une part parce que ces espaces sont pour la plupart le produit de migrations internes, c’est-à-dire de déplacements de population, et d’autre part, parce que leurs habitants espéreront toujours accéder à une situation plus satisfaisante que la précarité de leur présent, nous pouvons considérer ces populations comme des « personnes dans l’attente ».

  • 2  Ibid.
  • 3  Voir dans cet ouvrage : Da Costa Gomes P., Musset A., « Des lieux d’attente aux te (...)

3Comme le montrent Vidal, Musset et Vidal2, la traduction spatiale de l’attente configure des territoires qui accueillent des « sociétés en attente ». Bien que la notion d’attente soit associée à l’immobilité, les territoires de l’attente, tout comme ceux qui l’habitent, évoluent 3. C’est le résultat d’un ensemble de transformations externes et internes entre lesquelles se noue nécessairement une relation dialectique.

  • 4  Il s’agit du modèle de développement dominant dans les pays d’Amérique Latine (...)

4Ce principe nous permet d’émettre l’hypothèse que les changements intervenus dans les modèles de société en Amérique Latine, avec d’importantes répercussions sur les contextes urbains, auraient profondément modifié les caractéristiques de ces territoires et leur insertion dans l’espace métropolitain, de même que l’identité sociale de leurs habitants. Ainsi, dans des villes comme Santiago du Chili et Mexico, territoires de l’attente et habitants en attente passeraient de l’espoir d’une intégration sociale et à l’espace urbain dans le contexte d’un « État engagé4 » dans la défense des droits, à une attente « résignée » ou « incertaine » au sein d’une société et d’un État néolibéraux pour lesquels la valeur du foncier et son usage sont déterminés par les intérêts du marché.

5Les deux situations abordées par cet article, celle des populations du centre historique de Mexico, espace prisé pour son capital foncier, menacés par une éventuelle expulsion de leur position « privilégiée », et celle des habitants des bidonvilles de Santiago du Chili évacués du centre-ville vers des logements en dur et individuels dans des périphéries paupérisées, sont le résultat de la mise en œuvre des mécanismes de la ville néolibérale et du passage d’un type de société à une autre.

  • 5  Bajoit G., Pour une sociologie relationnelle, Paris, Presse Universitaires de Fran (...)
  • 6  Modèle de société liée à la notion d’« Etat engagé ».
  • 7  Vidal L., Musset A., Vidal D., op. cit., 2013.

6Entre la seconde moitié du xxe siècle et la fin des années 1960, la grande majorité des sociétés latino-américaines ont institué une forme de consensus social et politique, que Bajoit5 désigne sous l’expression « Raison sociale6 ». Cet engagement vise à créer les conditions politiques, juridiques, économiques et sociales qui favoriseraient la mobilité sociale et l’amélioration des conditions de logement des pauvres, mettant ainsi une once d’« espoir » dans leur attente. L’intégration sociale et urbaine qui peut « advenir » est un « entre-deux » qui caractérise, selon Vidal7, une situation d’attente, même s’il faut noter que toutes les personnes en situation de précarité n’ont pas eu à vivre cette position. Il existe donc une relation étroite entre le cadre social et le type de territoire de l’attente qui se recompose aux différentes époques qui nous intéressent ici.

  • 8  Sabatini F., « La segregación, los guetos y la integración social urbana : mitos y (...)
  • 9  Référence au titre de la chanson « Baile de los que sobran » du groupe de rock chi (...)

7L’abandon progressif du paradigme de la « Raison sociale » au profit de la proposition néolibérale, dès la moitié des années 1970 dans le cas du Chili et de la décennie 1990 au Mexique, a sensiblement transformé la nature de l’attente des populations en situation de précarité et de leurs zones d’habitation. Au cours de la période de la « Raison sociale » la pauvreté urbaine et ses conséquences sont considérées comme l’effet d’une « modernité tronquée8 ». Dans le cadre du néolibéralisme elles constituent une « externalité négative » de plus. Les pauvres des villes sont en quelque sorte convoqués à la « danse de ceux en trop9 », ce qui a des répercussions sur l’identité sociale et les manières de vivre l’attente dans les zones d’habitats précaires. La réponse à la question « Que fait-on lorsque l’on attend ? » est liée à des discours et des pratiques sociales spécifiques qui durant la période de la « Raison sociale » sont considérés comme l’antichambre de l’intégration. Les pauvres s’organisent et se mobilisent, ce qui leur permet de se considérer eux-mêmes comme des « sujets politiques » face à la société et à l’État. L’avènement du néolibéralisme modifie le contenu de l’attente et la position de ces populations devenues la cible des mesures néolibérales et transformées en « clientes » de l’État.

Les territoires de l’attente dans la période de l’« État engagé »

8À partir de la première moitié du xxe siècle et en répercussion de l’influence du paradigme de l’industrialisation hérité des pays du nord, les pays d’Amérique Latine choisissent, chacun à leur manière, l’angle du développement « vers l’intérieur ». L’objectif de cette approche est de passer d’un schéma économique basé sur l’exportation à un modèle de croissance et de développement interne valorisant une industrialisation destinée à satisfaire les besoins des marchés locaux. Ce processus s’accompagne d’un accroissement du rôle de l’État. Dès lors, celui-ci accompagne le développement par la protection des industries et du travail salarié, favorisant la redistribution des ressources économiques et des bénéfices sociaux. Cette évolution rend notamment indispensable la modernisation économique du système productif agricole.

  • 10  Almandoz A., « Despegues sin madurez: Urbanización, industrialización y desarr (...)

9Cette situation, conjuguée à l’attraction exercée par les villes, lieux d’opportunités économiques et sociales, contribue à faire de l’exode rural un phénomène de grande ampleur qui influe profondément sur la configuration des villes latino-américaines10. Le Mexique et le Chili font partie des économies de la région qui ont emprunté cette voie.

  • 11  Ibid., p. 64.

10Dans la majorité des villes latino-américaines des migrants internes pauvres s’installent dans des bidonvilles dont les caractéristiques et la localisation varient d’une ville à l’autre. Ces habitats sont partout la marque d’un environnement urbain affecté par le manque de logement ou leur précarité : « Submergées par des immigrants ruraux et étrangers, anciennes capitales coloniales et villes émergentes n’ont pas tardé à atteindre des dimensions rivalisant avec celles des métropoles européennes et nord-américaines11. » En effet, à cette période, les gouvernements peinent à répondre aux besoins de ces nouveaux habitants en matière de logement et d’infrastructures. Pour autant, ils maintiennent leur volonté de redistribuer les bénéfices du développement et d’accompagner l’émergence d’une citoyenneté urbaine centrée sur la conquête de droits sociaux, économiques et politiques.

  • 12  Hidalgo R., La vivienda social en Chile y la construcción del espacio urbano e (...)
  • 13  Les « habitants », mais dans un contexte d’appropriation informelle des (...)
  • 14  Forme d’habitat urbain collectif que l’on trouve dans différents pays d’Amériq (...)
  • 15  Garcés M., Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago, 1957-197 (...)

11L’État chilien, pionnier en Amérique Latine en matière de lois sociales, a légiféré dès le début du xxe siècle sur la question du logement social. Une de ces mesures concerne la « Loi des logements ouvriers12 » adoptée en 1906. À partir des années 1920 ceux que l’on appelle désormais les pobladores13 jouent un rôle clé dans la reconfiguration de la ville. Ils entrent en scène « par le biais des grèves des locataires de conventillos14en 1919 et 1925 [...], puis ils réapparaissent avec la “prise de Zañartu” qui a donné naissance au secteur de la Legua Nueva sous le Front Populaire [...], avec la “prise de La Victoria” en 1957 ils acquièrent une place plus importante dans le débat public. Le mouvement des pobladores devient à cette période l’acteur le plus dynamique de la ville de Santiago. Surtout lorsqu’il parvient à unir les luttes pour le logement avec des revendications en faveur du changement et de la justice sociale qui animaient alors l’ensemble de la société. À ce stade, les pobladores ont pour la plupart délaissé taudis et bidonvilles pour s’installer dans des quartiers stables et définitifs15 ».

  • 16  Garcés, M, Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago (...)
  • 17  De Ramón A., Santiago de Chile (1541-1991): Historia de una sociedad urbana, M (...)

12C’est précisément la mobilisation des populations pauvres dans presque toutes les villes du pays, par le biais d’occupations illégales de terrains, qui parvient non seulement à mettre en évidence les carences de l’action publique mais également à montrer au grand jour l’existence de véritables organisations d’habitants investies dans la transformation de la ville16. Celles-ci reçoivent le soutien de partis et de mouvements politiques de gauche, d’organisations de pobladores et de groupes nés de la tentative d’incorporer les masses populaires à la vie sociale et politique à travers la logique de « promotion populaire17 ».

  • 18  Ibid., p. 250.
  • 19  Espinoza V., Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, Ediciones (...)

13Les occupations de terrains se transforment au Chili en ce que l’on connaît sous le nom de campamentos. Ces derniers se convertissent en un des phénomènes « les plus importants de la réalité urbaine de Santiago entre les années 1970 et 197318 ». Lescampamentos ne peuvent pas être réduits à de simples bidonvilles. Dans de nombreux cas il s’agit de véritables communautés politiques organisées, tel que l’illustre l’exemple du campamento « 26 de enero » ou du terrain occupé de La Bandera, conçu, selon Espinoza « comme une préfiguration d’un type de communauté socialiste intégrant tous les aspects de la vie sociale19 ». Malgré ces avancées, un pourcentage minoritaire de ces zones d’habitations illégales bénéficie d’opération d’assainissement ou parvient à se transformer en logements ouvriers formels. Ainsi, à la fin des années 1960, les politiques publiques ne sont pas parvenues à endiguer les inégalités. En effet, les crises économiques et les lacunes de la législation ont mis en échec le projet d’attribuer un logement à tous ceux qui le nécessitent.

14La ville de Mexico se trouve dans une situation similaire. Si sous l’influence de l’« État engagé » de nombreuses politiques sociales ont vu le jour. Les bases corporatistes et autoritaires du système étatique ont empêché que les bénéfices de l’intervention de l’État dans les politiques publiques parviennent à l’ensemble des classes sociales. De sorte que les problèmes d’inéquité, d’injustice et les lacunes du système démocratique se sont aggravés avec l’avènement du néolibéralisme.

15En matière de logement et de politiques urbaines, les autorités, en accord avec le modèle développementaliste, ont privilégié la ville aux zones rurales par la création d’entreprises parapubliques et de fonds solidaires, afin de maintenir à flot la légitimité du gouvernement. L’État, durant ces années, intervient directement dans la construction et l’attribution de logements à caractère social et destinés aux classes populaires. À cela s’ajoutent un encadrement (très relatif) des loyers et l’application de dispositifs de réductions des charges fiscales pour les entreprises engagées dans la construction de logements destinés à leurs employés.

  • 20  Schteigat M., Los productores del espacio habitable. Estado, empresa y socieda (...)
  • 21  Moctezuma P., « La coordinadora Nacional de Movimiento Urbano Popular en el Va (...)

16Les politiques foncières et d’urbanisation ont donné lieu à une expansion rapide et chaotique de la ville de Mexico, qui est passée de 22 200 ha en 1950 à 79 260 ha en 197520. Une part importante de cette croissance est liée à l’occupation illégale de terrains communautaires et municipaux situés dans des zones marginalisées et dépourvues d’infrastructures urbaines, mais qui ont été régularisées grâce à l’organisation et la mobilisation de leurs habitants. Dans les années 1970, plusieurs tentatives d’organisation gagnent en visibilité en investissant l’espace public et les instances démocratiques par la formalisation de leurs modes d’organisations. Ouverts à des alliances avec d’autres types de luttes, ces mouvements commencent à inclure dans leurs revendications des aspects qui dépassent la problématique du logement : l’eau, l’éducation, le transport public et la lutte contre la répression par exemple21.

  • 22  Garcés M., Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago, 1957-197 (...)

17Comme en témoignent les exemples du Mexique et du Chili, l’inscription territoriale des populations urbaines en situation de pauvreté est liée aux mesures de déplacements forcés ou volontaires ainsi qu’aux opérations d’assainissement des terrains menées par les autorités. Au cours de la période qui précède l’activation des logiques néolibérales, ces populations soutenues par des institutions, des organisations sociales ainsi que par l’État, dont l’engagement pour la construction du bien commun est réel mais néanmoins insuffisant, commencent à se considérer comme des sujets de droit22.

  • 23  Vidal L., op. cit., 2013.

18C’est ce qui nous conduit à considérer les zones d’habitation des populations pauvres de cette époque comme des territoires de l’attente, où se sont forgées une identité et une mémoire collectives à partir de l’histoire de la conquête de ces « lieux ». Par ailleurs, les relations entre ces territoires, leurs habitants et d’autres acteurs politiques et institutionnels, témoignent de l’écho que trouvent leurs revendications dans les discours et les actions des partis politiques, organisations sociales et syndicales. Ce sont ces liens qui ont contribué à exercer une pression sur les États démocratiques afin qu’ils apportent une solution aux problèmes de logement. Ainsi, les territoires de l’attente qui se constituent dans cette première phase prennent la forme d’espaces interstitiels23 à la fois sur le plan temporel, puisqu’ils symbolisent le passage d’une société traditionnelle à une société moderne, mais aussi spatial car ils sont l’expression territoriale d’un exode rural de grande ampleur.

  • 24  Ibid.

19Premiers grands paysages de l’attente24, ces espaces sont intimement liés à l’émergence de la ville moderne en Amérique Latine. Ils ont également partie liée avec la mobilité et les déplacements internes, ainsi qu’avec un projet de société permettant à l’ensemble de la population de bénéficier des retombées du développement, grâce à des politiques combinant urbanisation et modernisation. En somme, il s’agit d’une attente qui s’expérimente dans des conditions d’extrême pauvreté, entretient l’espoir d’une « vie meilleure » et est soutenue par des acteurs institutionnels de premier ordre.

Les territoires de l’attente dans le cadre de la société et la ville néolibérales

  • 25  Abramo P., « La ciudad com-fusa: mercado y producción de la estructura urbana (...)
  • 26  Moulaert F., Rodriguez, A., Swyngedouw E., The globalized city, dans P. Abramo(...)
  • 27  Abramo P., op. cit., p. 36.
  • 28  Rodriguez A., Rodríguez P., « Políticas neo liberales en Santiago de Chile: Po (...)

20Pour Abramo25, dès le début des années 1980, le modèle fordiste urbain entre en crise dans les pays industrialisés. Ce modèle correspond au « processus qui apparaît en même temps que ce que certains auteurs considèrent comme la “nouvelle politique urbaine”, et représente le cadre formel de l’institutionnalisation de la ville néolibérale26 ». Cette crise se manifeste à travers deux axes de changements selon Abramo : « D’une part, une tendance à la flexibilisation urbaine qui l’emporte sur l’urbanisme moderniste et régulateur ; et d’autre part, la réduction des financements publics destinés aux infrastructures (logements et équipements) et aux services urbains collectifs. Sur ces deux points, le marché s’impose comme le mécanisme principal de coordination de la production de la ville, entraînant la privatisation des entreprises publiques et l’hégémonie du capital privé dans la production des matérialités résidentielles et commerciales dans l’espace urbain27. » Rodriguez et Rodriguez28 partagent ce point de vue. Ils soulignent par ailleurs que ces réformes sont le produit d’une concertation entre les pouvoirs publics et économiques qui s’accordent sur les conditions de l’installation de la ville néolibérale, laissant une large place au capital privé.

  • 29  Ibid.

21Pour comprendre le rôle du projet économique des espaces métropolitains dans le Chili des années 1980 et du Mexique des années 1990, et les territoires de l’attente qui s’y constituent, il faut prendre en considération le choix des grandes entreprises d’investir dans le secteur immobilier, tout comme les transformations survenues dans le rôle de l’État et dans les normes urbaines d’usage et d’exploitation du foncier. Ce modèle, qui continue à se consolider lors des décennies suivantes, coexiste avec le maintien de mesures en faveur de la redistribution des retombées économiques du développement et des revendications pour un accès aux droits sociaux profitant au plus grand nombre. Cela aboutit à la production de territoires socialement et politiquement inéquitables29.

22En ce qui concerne la ville de Santiago, parmi les politiques urbaines impulsées par la dictature militaire en 1979 figurent l’éradication et le déplacement vers les périphéries paupérisées de toutes les zones d’habitations précaires qui étaient parvenues, durant la période la « Raison sociale », à s’établir dans le centre-ville et les quartiers aisés. Le gouvernement militaire soutient alors que les raisons de ces expulsions sont les risquespotentiels, les irrégularités concernant la propriété foncière ou encore l’incompatibilité de ces quartiers avec les plans régulateurs.

  • 30  Rodríguez A., Icaza A.M., « Procesos de expulsión de habitantes de bajos ingre (...)
  • 31  Morales E., Rojas S., « Relocalización socio espacial de la pobreza. Política (...)

23Cependant, il semble que l’image des communes concernées, qui comptaient parmi leurs habitants de nombreuses familles de classes moyennes et supérieures, ainsi que le potentiel économique que représentent ces terrains pour d’éventuels investissements commerciaux et immobiliers ont joué un rôle fondamental30 : « Le choix de fixer ces populations et d’améliorer leurs conditions de vie à travers l’urbanisation des terrains et l’attribution de préfabriqués [...] a repoussé à une date indéterminée la mise en place de réelles solutions, car dans ce cas cela aurait nécessité une forte implication des usagers dans l’agrandissement ou l’auto-construction de leur logement31. »

  • 32  Ibid., p. 50.
  • 33  Ibid., p. 52.
  • 34  Ibid., p. 1.

24En outre, derrière ces promesses il n’y a rien de plus qu’un logement « extrêmement réduit au vu du nombre moyen de personnes de la cellule familiale populaire32 ». Dans la mesure où leurs conditions économiques et d’emploi ne s’améliorent pas, ces familles sont maintenues dans l’attente et doivent continuer à composer avec les difficultés du monde de la pauvreté. Les conditions d’attente deviennent d’autant plus pénibles que « la pauvreté est concentrée dans des zones préalablement déterminées, de préférence situées en périphéries, désarticulées du reste de la ville et en marge de la société33 ». Cet ensemble d’éléments engendre des modifications significatives dans la « localisation socio-spatiale des secteurs urbains marginalisés, altérant leur évolution historique34 ».

  • 35  Ibid., p. 37.

25La commune de La Pintana située dans la zone sud de la métropole de Santiago est un cas particulièrement intéressant pour illustrer ce débat (figure 1). Cette commune a été créée en 1981 sous la dictature militaire, par un décret d’application de la loi citée plus haut et qui a permis la formation de plusieurs nouvelles localités destinées principalement à accueillir les populations chassées de différentes zones de la ville. Les communes de la zone sud, pauvres pour la plupart, ont accueilli près de 53 % du total des expulsés. La Pintana est, quant à elle, « le lieu de destination de la grande majorité des familles expulsées de cette zone35 ».

  • 36  Morales E., Rojas S., op. cit.
  • 37  Ibid.

26La population de ces nouvelles communes s’est recomposée avec l’arrivée des habitants établis dans les logements sociaux construits pour les accueillir, ainsi que dans les zones d’habitats précaires mais également avec la présence de populations expulsées de leur quartier d’origine36. De fait, La Pintana devient alors non seulement la commune qui accueille la part la plus importante de populations expulsées, mais également celle qui comporte le taux le plus élevé de populations expulsées de campamentos et établies dans ces nouveaux quartiers. La commune voit alors sa population en provenance de campamentos augmenter de 327,73 %, alors que d’autres communes pauvres comme Pudahuel par exemple connaissent un essor de cette population de 26,63 %37.

Fig. 1. – Petit habitat collectif d’intérêt social à La Pintana

Fig. 1. – Petit           habitat collectif d’intérêt social à La           Pintana

Cliché : Alain Musset, 2012

  • 38  Gurovich A., « La Pintana : La ciudad Interminable », dans Revista INVI, (...)

27À partir d’une comparaison entre différentes localités du Grand Santiago et sur la base de relevés croisant plusieurs indicateurs sociaux et réalisés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, Gurovich38 montre que c’est La Pintana qui concentre le plus de carences en matière d’infrastructures urbaines. Cela s’explique en partie par le fait que La Pintana a été constituée en tant que commune urbaine alors qu’elle comptait une très faible densité de population et que près de 80 % de son territoire n’étaient pas urbanisés, qu’ils étaient dénués de commerce et de tous services, et n’avaient aucune activité productive mis à part quelques activités agricoles.

  • 39  Plan de Desarrollo Comunal (PLADECO 2012-2016) Ilustre Municipalidad de La (...)

28En raison de l’effet combiné de la politique d’installation forcée menée par le gouvernement au début des années 1980 et la très faible valeur du foncier – ce qui rendait les projets de construction de logements sociaux de base et les préfabriqués particulièrement rentables – la commune a vu sa population considérablement augmenter dans un laps de temps de dix ans. Cela a entraîné la concentration de la pauvreté urbaine dans une zone marquée par des insuffisances en équipements, services et activités génératrices d’emplois39. Jusqu’à aujourd’hui, et comme le souligne le rapport cité ci-dessus, la commune n’a pas été capable de développer une base économique susceptible de fournir des emplois. Tout comme elle n’est pas parvenue en une trentaine d’années à attirer des investissements immobiliers pour garantir une certaine mixité socio-culturelle.

  • 40  Sugranyes A., « La política habitacional en Chile, 1980-2000, un éxito liberal (...)

29En conséquence, cette commune rassemble des populations expulsées des campamentos, qui malgré leur précarité étaient parvenues à conquérir une légitimité politique et symbolique. Désormais, les habitants semblent piégés dans une situation où leur vie et leur territoire ne sont jamais ce qu’ils devraient être. L’espoir éternellement insatisfait d’une amélioration de leurs conditions matérielles, économiques et sociales définit leurs situations spatiales et existentielles, et cristallise leur attente. Que peuvent-ils espérer d’autre ? « Pour les expulsés surgissent des problèmes comme la perte de leur emploi ; l’augmentation des coûts, et en particulier des transports vers et à partir de leur lieu de travail ou autres ; les difficultés pour accéder au système éducatif, de santé et aux aides sociales ; mais également de nouvelles formes de violence et d’insécurité qu’ils ne connaissaient pas auparavant. Par ailleurs, des études ont montré que les expulsions entraînent le démantèlement des réseaux informels d’entraide et une forte diminution de l’implication des habitants dans les organisations communautaires. Elles permettent d’établir aussi que plus de la moitié des habitants expulsés désire revenir dans son ancien lieu d’habitation40. »

  • 41  Ganter R., « Escenas de la vida urbana en la Legua Emergencia: narcocultura y (...)

30La violence s’est ancrée dans ces territoires de manière bien plus importante que dans d’autres quartiers qui, même s’ils souffrent d’incalculables problèmes sociaux caractéristiques de la pauvreté urbaine contemporaine, résistent à cette tendance à la fragmentation et à l’atomisation sociale grâce à des mécanismes de contrôle élaborés au cours de leur histoire sociale et politique41.

  • 42  Vidal L., op. cit., 2011.
  • 43  Skewes, « De invasor a deudor: el éxodo desde los campamentos a las viviendas (...)

31Comme le remarquent Vidal, Musset et Vidal42 la capacité d’action de l’individu ou du groupe en situation d’attente dépend du type d’attente qu’il développe : formelle, informelle, institutionnelle ou spontanée. Elle dépend aussi du lieu de l’attente : destiné à l’attente ou bien lieu d’attente « par défaut ». C’est dans ce dernier cas que les règles du fonctionnement démocratique « normal » ont tendance à être subverties au profit de nouvelles règles de régulation des interactions et des pratiques sociales des habitants. Pour Skewes43 la « transplantation » des populations des campamentos vers de nouveaux territoires, via l’attribution de logements sociaux et d’une allocation logement, a débouché, dans le cas chilien, sur une véritable colonisation de la périphérie urbaine. Il ne s’agit pas uniquement de flux spatiaux mais bien du passage d’un type de société à une autre, témoignant du déracinement de vrais univers de vie.

Encadré 1. La naissance des favelas comme territoire de l’attente

Teresa de Jesus Peixoto Faria

  • 44  L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) désigne tous les (...)

Les favelas44 (bidonvilles) de Rio de Janeiro ont été étudiées sous différents aspects : sanitaire, social, moral, politique, juridique, culturel ; vues et traitées comme territoires de la pauvreté, du désordre, des classes dangereuses, des maladies ; en résumé, comme un problème. Dans ces brèves lignes, nous présentons une première réflexion, réalisée sur la base de la bibliographie disponible, à propos de la naissance de la favela comme un exemple de territoire de l’attente à partir de la définition donnée par Gomes et Musset : l’expression territoires de l’attente décrit un espace (ou un endroit quel qu’il soit) dominé entièrement par les enjeux rattachés à la pratique de l’attente.

  • 45  Bien que soit connue l’existence d’autres occupations et quartiers p (...)
  • 46  Hameau construit dans les sertões au sud de Bahia, par Antonio Conselheiro, su (...)
  • 47  Zaluar A., Alvito, M. (Orgs), Um século de Favela, Rio de Janeiro, FGV, 2006 (...)

L’origine des favelas telle que la littérature l’explique45, est liée à l’occupation du Morro (morne) da Providência, situé au centre-ville de Rio de Janeiro, par des combattants rentrés après la guerre de Canudos46. Ces soldats n’ayant pas de logement s’y installent avec la permission du Ministère de la Guerre. C’est en référence à Canudos et ses arbustes favellas que les soldats donnent au Morro da Providência le nom de Morro da Favella (Zaluar e Alvito ; Jacques ; Valladares47).

C’est ainsi, que le terme favela passant de nom propre Morro da Favella à celui de substantif – favela – devint un courant synonyme de quartiers pauvres et précaires de Rio de Janeiro, dont la grande majorité est laborieusement construite en haut des collines avec des vues magnifiques sur la ville.

  • 48  Territoire est entendu ici dans toute sa dimension matérielle – espace constru (...)

Nous voudrions remarquer que les soldatsoccupent le Morro da Providência en attendant les maisons promises par le gouvernement. La Favella serait donc née de l’attente. Cette attente, inattendue, modèle, marque et redéfinit un territoire donné (jusque-là un accident géographique – un morne – constitutif du paysage de la ville de Rio de Janeiro), lui attribuant du sens. Les nouveaux occupants non seulement le nomment, mais aussi lui confèrent une identité, créant un nouveau territoire48 – la favela.

Certes, d’autres événements ont contribué au développement du nombre de constructions (baraquements) et de « quartiers » pauvres similaires au Morro da Favella : l’éviction forcée des cortiços (habitations typiquement urbaines des pauvres et surtout des ex-esclaves) premières et principales cibles de la campagne hygiéniste, le projet phare de la République (1889) visant la modernisation du pays ; l’installation des premières industries et services urbains et l’abolition de l’esclavage (1888) attirant un grand nombre d’immigrants vers la ville ; la Reforma Pereira Passos (1902-1906) qui promeut un aménagement radical de la ville de Rio écartant les pauvres qui s’installent alors sur les collines.

À cause de la précarité des constructions et du « profil » des occupants, ces espaces ont été toujours vus comme provisoires devant donc être rasés.

  • 49  Careta, n° 79, 4/12/1909, apud Jacques J.B., op. cit., 2001, p. 64.
  • 50  Jacques P.B., op cit., p. 42.

Laborieusement construite directement sur la pierre, la Favella abrite de nombreuses familles, des ouvriers, des lavandières et même des malfaiteurs. Bien qu’elle renferme des éléments honnêtes, la Favella est un antre de scélérats et doit être rasée au nom de l’hygiène de la capitale fédérale 49 . La favella est aussi un type de cité satellite de formation spontanée, qui a choisi, de préférence, le haut des mornes, composée, cependant, d’une population un peu nomade, contre toute sorte de règles d’hygiène (Alfred Agache, apud Jacques 50 ).

  • 51  Gonçalves R.S., « A construção jurídica das favelas do Rio de Janeiro : das or (...)

Le fait que la favela a été insérée dans le Código de Obras do Distrito Federal de 1937, c’est un signe important de son officialisation. Selon Rafael Gonçalves51, le Código de Obras déterminait l’extinction des favelas, légitimant l’absence d’investissements publics et le caractère provisoire des interventions à venir.

La favela a été aussi éternisée par l’art, la littérature et par la musique, responsables pour diffuser des différentes représentations des favelas et de ses habitants – les favelados. De cette façon, les textes officiels, les représentations, mais surtout, les pratiques sociales et culturelles de ses habitants, ont contribué à consolider la favela, au moment de sa naissance, comme un territoire spécifique, approprié par tous ceux qui sont venus s’y abriter ou habiter temporairement. Voilà qui nous permet finalement, de considérer la favela, lors de son long processus de genèse (fin xixe – début xxe siècle) comme un territoire de l’attente.

32Dans un schéma similaire à celui qu’a connu le Chili quelques années auparavant, l’instauration du néolibéralisme au Mexique à la fin des années 1980 entraîne un abandon du rôle redistributeur joué par l’État. Cela se traduit par des changements législatifs, fiscaux et dans les politiques publiques, réduisant sensiblement les objectifs sociaux du développement. Ce virage nuit profondément aux familles demandeuses de logement. À l’inverse, banques, entreprises immobilières et du secteur de la construction parviennent à en tirer profit. Aussi, ces changements procèdent de trois types de stratégies : la modification ou la création de différentes lois, le démantèlement des organismes en charge de l’attribution de logements d’intérêt social et populaire, et enfin la réduction drastique des budgets destinés à résoudre les problèmes de logements.

  • 52  L’aide au logement au Chili s’inscrit dans la même logique, c’est-à-dire que l (...)
  • 53  À partir de l’année 2006, date à laquelle Felipe Calderón a initié une stratég (...)

33Actuellement, les aides sociales ne sont plus attribuées qu’à titre individuel52, au détriment des groupes, organisations et collectifs qui soutenaient l’autonomie des habitants dans la conduite de leurs projets. Les seules organisations à subsister sont celles qui ont maintenu de bonnes relations avec les fonctionnaires des organismes chargés de l’attribution des logements sociaux, et dont le soutien relève surtout du clientélisme et d’intérêts politiques. Ces logiques ont conduit à la destruction du tissu social et à l’abandon de la construction de logements sociaux. Par contre, la titrisation du parc de logements a permis de générer d’importantes retombées financières pour les investisseurs, mettant en péril le droit des familles à faibles revenus. Nombres d’entre elles sont contraintes de suspendre le règlement de leur loyer par manque de ressources économiques, en raison de l’insalubrité des logements ou de la violence qui touche le pays53.

34Ce problème est d’une telle ampleur que l’Institut du Fond National de l’Habitat pour les Travailleurs (Infonavit) prévoit actuellement la récupération de logements vacants qui, d’après l’Institut National de Statistique et de Géographie, dépassent le chiffre de 5 millions. Cette opération offrirait de nouveaux marchés publics à des entreprises du secteur de la construction pour la réhabilitation puis la vente de ces maisons et appartements. Ces logements sont pourtant le patrimoine familial d’individus qui, parce qu’ils ont perdu un emploi leur assurant un salaire de misère, sont désormais contraints de s’« arrimer » à des membres de leurs familles ou de subir des situations de précarité encore plus grandes.

35Comme dans le cas chilien, il est probable que le regroupement de propriétaires et d’« arrimés » dans un même espace, mais dont la présence est le fruit de circonstances diverses, crée des territoires de l’attente hétérogènes. Les uns espèrent sortir de cette situation, et les autres attendent de voir les membres de leur famille s’en aller et ainsi réduire le surpeuplement de leur habitat. C’est pourquoi l’attente et les formes qu’elle revêt constituent un intéressant objet de recherche, en raison de l’ampleur de ce phénomène dans la majorité des villes latino-américaines.

  • 54  Programme Général de Développement Urbain du District Fédéral, publié dans le (...)

36Par ailleurs, l’abandon des projets portés par les organisations sociales et la forte spéculation sur le sol urbain (le prix du mètre carré est passé de 60 dollars à plus de 900 dollars), a donné lieu à l’expulsion vers les zones périphériques de plus d’un million d’habitants pauvres vivant dans le centre du district fédéral (DF)54. Pour autant cela ne se passe pas sans la mobilisation des habitants qui veulent être indemnisés pour la perte de leur bien dont on cherche à les expulser. C’est pour cela que nous soutenons que la plupart des locataires du centre du DF, surtout dans les zones détériorées et considérées à haut risque, habitent des zones de l’attente.

37Noyés dans un flou juridique, ils se défendent lors de jugements déjà « arrangés » et sont maintenus dans l’attente d’une expulsion qui peut survenir à n’importe quel moment.

38Dans le meilleur des cas, ils espèrent un arbitrage judiciaire qui leur permettrait de rester dans leur logement, obtenir une aide ou de prétendre à un programme d’expropriation afin de reconstruire leur maison et de rester sur les lieux où ils ont vécu durant des décennies. Ceux qui ont été délogés s’installent aussi dans des territoires de l’attente : des campamentos, des pièces qui leur sont prêtées ou chez des membres de leur famille durant des jours, des mois, voire des années, dans l’attente de l’amélioration de leurs conditions de vie.

  • 55  Dans le cas du Chili, les autorisations et prérogatives économiques attribuées (...)

39Le résultat de cette politique de marchandisation à outrance de l’accès au logement, est l’existence dans le seul DF de plus de 200 000 logements inoccupés et un déficit de plus de 2 millions de logements. Le problème est que les plans et projets du gouvernement néolibéral ne prennent en compte ni les habitants ni les organisations sociales. La ville et le pays sont régis par les lois de la rentabilité économique, y compris en matière de logement social, comme au Chili55, entraînant l’utilisation de zones anciennement pauvres pour en exploiter leurs ressources.

40La gravité et l’injustice de cette situation sont indéniables. Nous en voulons pour preuve le cas de l’immeuble collectif situé au numéro 9 de la rue Académia, dans le Centre Historique de la ville de Mexico, dont les habitants sont depuis 28 ans dans l’attente de trouver un débouché à leur situation. Lors des séismes de 1985, cet immeuble de deux étages a été gravement détérioré. Depuis cette date, les familles vivent dans une grande précarité : chacune partage deux pièces qui servent alternativement de cuisine, de salle à manger, de salon et de chambres. Elles ne disposent que de trois sanitaires pour l’ensemble de la copropriété.

  • 56  Asamblea de Barrios de la Ciudad de México (ABCM).
  • 57  Selon le rapport de l’envoyé spécial des Nations unies pour le logement, cité (...)
  • 58  Dictamen de la audiencia «Devastacion ambiental y derechos de los pueblos », [(...)

41Durant ces 28 années, l’édifice a subi plusieurs chutes de toits, d’escaliers ou de fragments de murs mais continue à abriter pas moins de 25 familles. Au rez-de-chaussée et dans le patio central se trouvent plusieurs ateliers de vente de tissu. En 1988, les voisins ont rejoint une organisation de demandeurs de logement, l’Assemblée de quartiers de la ville de Mexico (ABCM)56. À partir de 1990, en raison d’irrégularités de l’acte de propriété et de la qualification de l’immeuble en « construction à haut risque » par l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire, les habitants ont entamé les procédures pour obtenir l’expropriation de leur logement. Le poids de la bureaucratie, la corruption et les intérêts politiques ont mis un frein au projet des habitants de la rue Académia. Par ailleurs, avec leurs représentants, ils ont subi tous types de pressions, civiles, pénales mais aussi plusieurs tentatives d’éviction violentes57. En 2013, le cas de cette copropriété a été présenté au Tribunal Permanent du Peuple de Mexico pour dénoncer le déni systématique de leur droit au logement de la part des autorités58.

42Ce parcours semé d’embûches n’est compréhensible que dans la mesure où l’on a à l’esprit que cet immeuble se situe à deux pâtés de maisons du Palais national et à proximité immédiate du Musée José Luis Cuevas, dans la zone commerciale et culturelle la plus connue de la ville de Mexico – c’est-à-dire sur un terrain dont la valeur cadastrale permettrait à un éventuel investisseur de réaliser une plus-value très importante. Ainsi, même si les occupants de la Academia numéro 9 ont engagé toutes les procédures requises par les différents pouvoirs publics, rempli sans fin des formulaires et gagné tous les procès, ils continuent à attendre et à espérer de pouvoir habiter un logement digne.

  • 59  Sánchez R., Los símbolos en los movimientos sociales. El caso de Superbarrio, (...)
  • 60  Nous faisons ici référence à des manifestations qui ne sont pas uniq (...)

43Une enquête réalisée auprès d’un autre groupe de la ABCM59 a permis de comptabiliser le temps investi par les familles dans cette lutte pour un logement digne. Les chiffres sont révélateurs de l’ampleur des efforts déployés par ces militants. En dix ans d’existence du groupe, 300 assemblées ont été organisées le samedi, avec une durée moyenne de quatre heures ; 384 assemblées se sont tenues les jeudis soir, d’une durée d’environ de deux heures ; 54 assemblées plénières ont eu lieu des dimanches, d’environ huit heures en moyenne. Ils ont organisé seuls ou avec la collaboration d’autres groupes 265 manifestations sur des sujets en lien avec la problématique du logement. Ils ont appuyé 104 manifestations sur des sujets divers et réalisés 59 sit-in60 allant de quelques heures à plusieurs semaines. Le nombre moyen d’heures investies dans ce projet par famille s’élève à environ trois mille heures – et cela sans comptabiliser le temps et les efforts déployés pour la gestion.

44Concrètement, cela signifie que tous les jours il faut entamer une nouvelle démarche et les procédures interminables de la bureaucratie gouvernementale. Aller de guichet en guichet ou passer de longues heures dans les salles d’attente représente un chemin sinueux qui contraint beaucoup de collectifs à abandonner par manque d’expérience ou par découragement. C’est un travail invisible, mais qui cependant, à l’heure de le comptabiliser représente un investissement considérable sur le plan moral, physique et financier. Mais paradoxalement, c’est précisément cet effort qui donne une note d’espoir à la situation d’attente dans laquelle se trouvent ces familles.

45L’usure qui fragilise ces processus de lutte est visible à travers l’évolution du nombre de personnes qui s’y investissent avant d’abandonner. En 1988, le groupe étudié rassemblait 70 personnes pour un projet de logements concernant 166 familles et 400 personnes inscrites. En 1999, seules 14 familles restent mobilisées et 130 familles sont inscrites au programme. Nous savons qu’il n’est pas possible de déterminer avec exactitude le temps nécessaire à la réalisation d’un projet de logement. Dans ce cas, le processus a été initié en 1988 et les premières maisons ont été habitées en 2000. Cet exemple caractéristique montre le temps et la signification de l’attente pour un groupe organisé qui se mobilise pour transformer ses conditions de vie et fini par y parvenir. C’est justement ce qui maintient l’espoir d’obtenir malgré le temps investi un logement digne pour changer de vie.

Conclusions

46Comme le montrent les discussions antérieures, les transformations expérimentées dans le modèle de société et de ville en Amérique Latine, a eu d’importantes répercussions sur les territoires habités par « les pauvres urbains », ainsi que sur leurs manières d’appréhender l’attente. Durant la période de la « Raison sociale », les habitants des quartiers marginalisés que nous avons identifiés ici comme des territoires de l’attente, ont créé des liens avec l’État, les partis politiques et les organisations sociales et territoriales, par la revendication de leurs droits.

  • 61  Kaztman R., « Seducidos y abandonados. El aislamiento social de los pobres (...)

47Ces quartiers, pour la plupart installés dans des zones urbaines consolidées, se sont transformés en lieux de solidarité, vecteur d’une mémoire historique, sociale et politique. Les attentes en matière d’intégration sociale et urbaine de ces franges de la société, ont été soutenues par des tentatives de l’État et des institutions pour favoriser la conquête de droits sociaux, assainir les terrains et améliorer les logements précaires. L’identité sociale de ces groupes se constitue à l’intersection des mondes du travail et de la politique61 organisation locale étant leur expression territoriale. En définitive, l’État et la société sont responsables du « destin » de ces territoires de l’attente et de leurs habitants. Les pauvres de la ville n’attendent pas seuls, ce qui nous permet, en accord avec ce que nous avons présenté dans cet article, de formuler l’hypothèse qu’ils vivent en « attente d’espoir ».

  • 62  Rodriguez A., Rodriguez P., op. cit., 2012.

48Les réformes néolibérales qui ont lieu dans la région et qui affectent toutes les politiques sociales, modifient les principes de la production de la ville. La gestion basée sur la valorisation du foncier urbain prend le dessus d’une planification préalablement orientée vers la cohésion et l’intégration sociales62. Le cas de la ville de Mexico est particulièrement représentatif de cette tendance. À Santiago du Chili, le manque d’opportunité de mobilité résidentielle pour les pauvres, leur fort taux de précarisation et l’attente de l’obtention d’un logement « en propriété », tendent à « fixer » les conditions mêmes de l’attente.

  • 63  Hopenhayn M., Educación, comunicación y cultura en la sociedad de la información: (...)

49Au Chili comme au Mexique, l’intervention de l’État dans l’amélioration des logements et de l’habitat urbains des pauvres par le biais d’un nombre limité de programmes pour la promotion de l’autoconstruction ou l’amélioration des quartiers, réduit les possibilités de faire évoluer leur situation parce que ces processus requièrent un investissement considérable en temps et en ressources financières de la part des propriétaires. Par ailleurs, le déplacement de l’axe de la construction identitaire du monde du travail et de la politique vers le monde de la consommation et de la communication63, associé à l’atomisation et à la fragmentation des organisations locales, contribue à modifier progressivement le contenu de l’attente dans ces zones d’habitat et avec elles, leur identité sociale. Les pauvres passent de sujets politiques au statut de clients de l’État et de potentiels électeurs pour les partis.

50Le « destin » des territoires de l’attente et de leurs habitants reste formellement maintenu sous la responsabilité de l’État mais, dans cette période où la production de la ville est abandonnée par les partis politiques et le reste de la société aux intérêts du capital, se dessine une attente résignée et solitaire, alors même que disparaît progressivement la possibilité d’une modification des règles du jeu actuelles de l’aménagement du territoire et de la ville. À la lumière de l’attente et des territoires de l’attente, l’évolution de la ville latino-américaine nous montre que les attentes des pauvres en ville ne représentent pas autre chose que l’espoir d’une vie meilleure pour la société dans son ensemble.

Bibliographie

Abramo P., « La ciudad com-fusa: mercado y producción de la estructura urbana en las grandes metrópolis latinoamericanas », Eure, 38, 2012.

Almandoz A., « Despegues sin madurez: Urbanización, industrialización y desarrollo en la Latinoamérica del siglo XX », Eure, 34(102), 2008.

Bajoit G., Pour une sociologie relationnelle, Paris, PUF, 1992.

Costa gomes (Da) P. C., Musset A., « Des lieux d’attente aux territoires de l’attente : une autre dimension existentielle de l’espace et du temps », chapitre 4 de cet ouvrage.

Espinoza V., Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, Ediciones Sur, 1988.

Garcés M., Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago, 1957-1970, Santiago, LOM ediciones, 2002.

Gurovich A., « La Pintana : La ciudad Interminable », Revista INVI n° 9, 5:5-19, 1990, [http://www.revistainvi.uchile.cl/index.php/INVI/article/view/96/601], consulté le25 février 2014.

Hidalgo R., La vivienda social en Chile y la construcción del espacio urbano en el Santiago del siglo XX, Instituto de Geografía, Santiago, P. Universidad de Chile/Centro de Investigaciones Diego Barrios Arana, 2005.

Hopenhayn M., « Educación, comunicación y cultura en la sociedad de la información: una perspectiva latinoamericana », Revista de la Cepal, n° 81, 2003.

Kaztman R., « Seducidos y abandonados. El aislamiento social de los pobres urbanos », Revista de la CEPAL 75, Santiago, 2001.

Memoria 1973-1989 Ministerio de Vivienda y Urbanismo.

Moctezuma P., « La coordinadora Nacional de Movimiento Urbano Popular en el Valle de México », dans J. Alonso (coord.), Los movimientos sociales en el Valle de México, Vol. I, México, CIESAS/Ediciones de la Casa Chata, 1986.

Morales E., Rojas S., « Relocalización socio espacial de la pobreza. Política estatal y presión popular, 1979-1985 », Documento de trabajo N° 280, Santiago de Chile, FLACSO, 1986.

Páez A., Narbona K., La acumulación flexible en Chile. El mito de un modelo para América Latina. Transformacion(es) del trabajo: tiempo(s) de precariedad(es) y resistencias, Buenos Aires, Ediciones Universidad Católica Silva Henríquez, Santiago y Espacio Editorial, 2013.

Plan de Desarrollo Comunal (PLADECO 2012-2016) Ilustre Municipalidad de La Pintana/Secretaría de Planificación Comunal/Año 2012.

Ramón A. (de), Santiago de Chile (1541-1991): Historia de una sociedad urbana, Memoria Chilena : MC0007069, Santiago, Editorial Sudamericana, 2000.

Revueltas A., « Las reformas del estado en México, del estado benefactor al estado neoliberal », Revista Política y Cultura, N° 3, 1993.

Rodriguez A., « Mejorar el stock de vivienda social en Chile », dansA. Rodriguez, A. Sugranyes (dir.), Los con techo. Un desafío para la política de vivienda social, Santiago, ediciones Sur, 2005.

Rodríguez A., Rodríguez P., « Políticas neo liberales en Santiago de Chile : Políticas contra la ciudad », dans M. Belil, J. Borja, M. Corti (dir.), Ciudades, una ecuación imposible, Buenos Aires, Editorial Café de las Ciudades, 2012.

Rodríguez A., Icaza A.M., « Procesos de expulsión de habitantes de bajos ingresos del centro de Santiago », 1981-1990, Revista Proposiciones, Santiago, Ediciones SUR, 1993.

Sabatini F., « La segregación, los guetos y la integración social urbana: mitos y claves », Eure, Vol. XXXIV, 2008.

Sánchez R., Los símbolos en los movimientos sociales. El caso de Superbarrio, México, – X, 2004.

Schteigart M., Los productores del espacio habitable. Estado, empresa y sociedad en la Ciudad de México, México, El Colegio de México, 2001.

Skewes J.C., « De invasor a deudor: el éxodo desde los campamentos a las viviendas sociales en Chile », dans Los con techo. Un desafío para la política de vivienda social Santiago de Chile, Ediciones SUR, 2005.

Sugranyes A., « La política habitacional en Chile, 1980-2000, un éxito liberal para dar techo a los pobres », dans A. Rodríguez, A. Sugranyes (dir.), Los Con Techo. Un desafío para la política de vivienda social, Santiago, Ediciones SUR, 2005.

Vidal L., Musset A., Vidal D., « Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente. Le cas des mondes américains (d’hier à aujourd’hui) », Manuscrit d’auteur, dans Confins, 2011, [http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/75/25/49/PDF/article_TERRIAT_pour_dA_pA_t_HAL.pdf], consulté le 15 janvier 2013.

Vidal L., « Les territoires de l’attente en 10 points », conclusion de cet ouvrage.

Notes

1  Vidal L., Musset A., Vidal D., Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente. Le cas des mondes américains (d’hier à aujourd’hui), Manuscrit auteur, publié dans «Confins 13 (2011), [http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/75/25/49/PDF/article_TERRIAT_pour_dA_pA_t_HAL.pdf], consulté le 15/01/2013.

2  Ibid.

3  Voir dans cet ouvrage : Da Costa Gomes P., Musset A., « Des lieux d’attente aux territoires de l’attente : Une autre dimension existentielle de l’espace et du temps ».

4  Il s’agit du modèle de développement dominant dans les pays d’Amérique Latine dans les années 1940. Basé sur un compromis politique entre les partis, les classes sociales (bourgeoisie, classes moyennes et ouvrière) et des organisations populaires, ce modèle a eu pour conséquence l’intégration d’une grande part du monde paysan au système économique moderne, ainsi que des organisations ouvrières et de la classe moyenne du secteur public à un projet d’instrumentalisation censé conduire à l’amélioration de leurs conditions de vie. Ce projet étant le résultat de la croissance économique, des dispositifs d’aides sociales, de la protection des marchés intérieurs et de l’augmentation des salaires (Páez et Narbona, 2013, p. 79).

5  Bajoit G., Pour une sociologie relationnelle, Paris, Presse Universitaires de France, 1992.

6  Modèle de société liée à la notion d’« Etat engagé ».

7  Vidal L., Musset A., Vidal D., op. cit., 2013.

8  Sabatini F., « La segregación, los guetos y la integración social urbana : mitos y claves », Eure, Vol. XXXIV, 10-11., 2008, p. 11.

9  Référence au titre de la chanson « Baile de los que sobran » du groupe de rock chilien des années 1980, Los prisioneros, « Les prisonniers », (N.d.T.).

10  Almandoz A., « Despegues sin madurez: Urbanización, industrialización y desarrollo en la Latinoamérica del siglo XX », Eure, 34(102), 2008, p. 61-76.

11  Ibid., p. 64.

12  Hidalgo R., La vivienda social en Chile y la construcción del espacio urbano en el Santiago del siglo XX, Santiago, Instituto de Geografía, P. Universidad de Chile/Centro de Investigaciones Diego Barrios Arana, 2005.

13  Les « habitants », mais dans un contexte d’appropriation informelle des territoires urbains (N.d.T.).

14  Forme d’habitat urbain collectif que l’on trouve dans différents pays d’Amérique Latine (Argentine, Uruguay, Bolivie, etc.).

15  Garcés M., Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago, 1957-1970, Santiago, LOM ediciones, 2002, p. 6.

16  Garcés, M, Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago, 1957-1970, Santiago, LOM ediciones, 2002.

17  De Ramón A., Santiago de Chile (1541-1991): Historia de una sociedad urbana, Memoria Chilena : MC0007069, Santiago, Editorial Sudamericana, 2000.

18  Ibid., p. 250.

19  Espinoza V., Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, Ediciones Sur, 1998, p. 307.

20  Schteigat M., Los productores del espacio habitable. Estado, empresa y sociedad en la Ciudad de México, México, El Colegio de México, 2001, p. 49.

21  Moctezuma P., « La coordinadora Nacional de Movimiento Urbano Popular en el Valle de México », dans J. Alonso (Coord.), Los movimientos sociales en el Valle de México, Vol. I, México, CIESAS/Ediciones de la Casa Chata, 1986.

22  Garcés M., Tomando su sitio: el movimiento de pobladores de Santiago, 1957-1970, Santiago, LOM ediciones, 2002 ; Espinoza, op. cit., 1998.

23  Vidal L., op. cit., 2013.

24  Ibid.

25  Abramo P., « La ciudad com-fusa: mercado y producción de la estructura urbana en las grandes metrópolis latinoamericanas », Eure, 38, 2012, p. 35-69.

26  Moulaert F., Rodriguez, A., Swyngedouw E., The globalized city, dans P. Abramo, op. cit., 2003, p. 36.

27  Abramo P., op. cit., p. 36.

28  Rodriguez A., Rodríguez P., « Políticas neo liberales en Santiago de Chile: Políticas contra la ciudad », dans Ciudades, una ecuación imposible, Buenos Aires, Editorial Café de las Ciudades, 2012

29  Ibid.

30  Rodríguez A., Icaza A.M., « Procesos de expulsión de habitantes de bajos ingresos del centro de Santiago, 1981-1990 », Revista Proposiciones, Santiago, Ediciones SUR, 1993.

31  Morales E., Rojas S., « Relocalización socio espacial de la pobreza. Política estatal y presión popular », 1979-1985, Documento de trabajo N° 280, Santiago de Chile, FLACSO, 1986, p. 39.

32  Ibid., p. 50.

33  Ibid., p. 52.

34  Ibid., p. 1.

35  Ibid., p. 37.

36  Morales E., Rojas S., op. cit.

37  Ibid.

38  Gurovich A., « La Pintana : La ciudad Interminable », dans Revista INVI, n° 9, 5:5-19, [http://www.revistainvi.uchile.cl/index.php/INVI/article/view/96/601], consulté le 25 février 2014.

39  Plan de Desarrollo Comunal (PLADECO 2012-2016) Ilustre Municipalidad de La Pintana/Secretaría de Planificación Comunal/Año 2012.

40  Sugranyes A., « La política habitacional en Chile, 1980-2000, un éxito liberal para dar techo a los pobres. », dans Los Con Techo. Un desafío para la política de vivienda social, Rodríguez y Sugranyes Editores, Santiago, Ediciones SUR, 2005, p. 31.

41  Ganter R., « Escenas de la vida urbana en la Legua Emergencia: narcocultura y ambivalencias identitarias », 2010.

42  Vidal L., op. cit., 2011.

43  Skewes, « De invasor a deudor: el éxodo desde los campamentos a las viviendas sociales en Chile », dans Los con techo. Un desafío para la política de vivienda social Santiago de Chile, Santiago, Ediciones SUR, 2005.

44  L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) désigne tous les agglomérats constitués d’un ensemble ayant un minimum de 51 habitations précaires dont les habitants n’ont pas de titre de propriété, localisés dans des lieux sans infrastructure urbaine (le long des rivières, des lagunes, des autoroutes, des chemins de fer) ou alors sur des terrains inondables ou le haut des collines, et nommés selon les différentes régions du Brésil de : favela, invasão, grota, baixada, comunidade, vila, ressaca, mocambo, palafita, etc., de aglomerado subnormal.

45  Bien que soit connue l’existence d’autres occupations et quartiers précaires.

46  Hameau construit dans les sertões au sud de Bahia, par Antonio Conselheiro, sur une colline aux nombreuses favellas. La guerre a eu lieu entre 1896 et 1897. Voir la célèbre œuvre d’Euclides da Cunha Os Sertões.

47  Zaluar A., Alvito, M. (Orgs), Um século de Favela, Rio de Janeiro, FGV, 2006 [1re éd. 1998] ; Jacques P.B., Les favelas de Rio. Un enjeu culturel, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Valladares L.P., A invenção da favela. Do mito de origem à favela.com, Rio de Janeiro, Zahar, 2005.

48  Territoire est entendu ici dans toute sa dimension matérielle – espace construit – et symbolique – l’espace perçu ou vécu. Le territoire est l’endroit par excellence où se tissent les relations et où se développent les interactions sociales.

49  Careta, n° 79, 4/12/1909, apud Jacques J.B., op. cit., 2001, p. 64.

50  Jacques P.B., op cit., p. 42.

51  Gonçalves R.S., « A construção jurídica das favelas do Rio de Janeiro : das origens ao Código de Obras de 1937 », dans Anais do IX SHCU, São Paulo, 4-6/setembro, 2006, [http://www.anpur.org.br/revista/rbeur/index.php/shcu/article/view/1162], consulté le : 22 février 2013.

52  L’aide au logement au Chili s’inscrit dans la même logique, c’est-à-dire que les individus sont autant les responsables de l’achat du logement que de trouver une solution à leur problème d’habitat. Il s’agit de l’attribution d’une sorte de prix aux familles qui disposent d’une épargne. En effet, il leur est exigé « d’être en mesure de faire un apport financier minimal pour obtenir une subvention, laquelle, ajoutée au crédit hypothécaire, leur permettra de compléter le prix du logement » (Minvu, 2004, p. 185).

53  À partir de l’année 2006, date à laquelle Felipe Calderón a initié une stratégie de « combat du narcotrafic » une vague de violence s’est abattue sur le pays faisant des dizaines de milliers de morts, disparus et déplacés et obligeant des quartiers entiers, victimes des bandes criminelles, à abandonner leur lieu de vie.

54  Programme Général de Développement Urbain du District Fédéral, publié dans le Journal Officiel du District Fédéral, 31 décembre 2003, p. 7.

55  Dans le cas du Chili, les autorisations et prérogatives économiques attribuées aux entreprises de la zone, la mauvaise qualité des logements et leur construction en masse, ont permis d’en faire une affaire rentable (Rodríguez y Sugranyes, 2005).

56  Asamblea de Barrios de la Ciudad de México (ABCM).

57  Selon le rapport de l’envoyé spécial des Nations unies pour le logement, cité dans le document « Droit au logement dans le District Fédéral 2010 » élaboré par Evalúa DF, le Conseil d’évaluation du développement social du District Fédéral, trois expulsions ont lieu en moyenne chaque jour dans le DF.

58  Dictamen de la audiencia «Devastacion ambiental y derechos de los pueblos », [http://issuu.com/tppmexico/docs/dictamen-audiencia-devastacion-ambi/43?e=8898242/6510075].

59  Sánchez R., Los símbolos en los movimientos sociales. El caso de Superbarrio, México, UAM – X, 2004.

60  Nous faisons ici référence à des manifestations qui ne sont pas uniquement déambulatoires, mais qui intègrent des arrêts pour un temps indéfinis devant certains lieux symboliques, le plus souvent un bureau gouvernemental, jusqu’à ce que le problème qui a poussé à la mobilisation trouve une issue. Ce type de manifestation amène dans certains cas à la mise en place de campements et de petites infrastructures nécessaires à la vie quotidienne comme des cuisines et des sanitaires.

61  Kaztman R., « Seducidos y abandonados. El aislamiento social de los pobres urbanos », Revista de la CEPAL 75, Santiago, 2001.

62  Rodriguez A., Rodriguez P., op. cit., 2012.

63  Hopenhayn M., Educación, comunicación y cultura en la sociedad de la información: una perspectiva latinoamericana, Revista de la Cepal, n° 81, 2003.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Petit habitat collectif d’intérêt social à La Pintana
Crédits Cliché : Alain Musset, 2012
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/41882/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 173k

Auteurs

Sociologue et urbaniste, Université Catholique Silva Henríquez, Santiago de Chile
Sociologue, Universidad Autónoma metropolitana de Mexico, campus Xochimilco
Nolwen Gauthier (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable