Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Deuxième partie. Quand l’attente définit le territoire

Évolution historique des territoires de l’attente des migrants. Le cas du Brésil au XIXe siècle

Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et Laurent Vidal

Texte intégral

Cet article reprend de manière synthétique, une communication présentée au colloque de Berlin : (« Brazil in Global Context (1870-1945) », Institute for Latin American Studies, Freie Universität Berlin, 27-29 October 2011) et un article publié dans la revue História, Ciências, Saúde – Manguinhos, « Do depósito à hospedaria de imigrantes : gênese de um « território da espera » no caminho da emigração para o Brasil », vol. 21, n° 1, janv-mars 2014, [http://dx.doi.org/​10.1590/​S0104-59702014005000008].

1L’image qui vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on évoque les territoires de l’attente des migrants européens au Nouveau Monde est celle des hôtelleries ou stations d’immigrants : Ellis Island, la plus fameuse, qui vit passer plus de 20 millions de personnes durant son fonctionnement, l’hospedaria do Brás à São Paulo, l’albergue de los inmigrantes à Buenos Aires, Pier 21 à Halifax, Angel Island à San Francisco, Galveston. Ces dispositifs, assez similaires dans leur organisation spatiale et fonctionnement, apparaissent à partir des années 1880 – sans qu’il soit d’ailleurs possible d’évoquer un modèle qui servirait de référence à l’ensemble des pays américains. Pour autant, ces hôtelleries ou stations ne constituent nullement la première forme spatiale dédiée à l’accueil temporaire des émigrants au moment de leur arrivée sur le sol américain.

2Cet article prétend ainsi, à partir du cas brésilien, retracer la généalogie de ces formes, au fur et à mesure que le pays se transforme en un pays d’immigrants. Dans un premier temps (du début du xixe siècle aux années 1840) nous soulignerons la genèse institutionnelle et spatiale des premières structures : le pont du navire, l’entrepôt et le dépôt ; dans un deuxième temps (1850-1870), nous montrerons comment les hôpitaux, lazarets et autres dépôts ont adapté une partie de leurs structures pour recevoir les premiers flux massifs d’émigrants. Enfin (1880-1910), nous présenterons les débats qui ont accompagné la naissance et l’installation des premières hôtelleries (hospedarias) d’immigrants.

Du bateau au dépôt : le défi de l’accueil temporaire des colons européens (1re moitié du xixe siècle)

3L’une des premières tentatives d’implanter un noyau de colonisation européenne au Brésil, date de 1818, avec l’arrivée d’un peu plus de 2 000 colons suisses catholiques dans la baie de Rio. Il s’agit alors, pour l’Empire, de supplanter peu à peu à la force de travail esclave par une main-d’œuvre européenne. Après 80 jours de traversée, ponctués de pas moins de 170 décès, les colons ont encore dû attendre à l’intérieur des embarcations qu’un certain nombre d’inspections de routine (entre médecins et autorités suisse et brésilienne) soient effectuées. On retrouve d’ailleurs, dans les années suivantes, ce même recours au navire comme lieu privilégié pour les négociations entre les transporteurs et les fermiers, en quête de main-d’œuvre.

4Ce recours au navire comme premier lieu de mise en attente des colons, le temps des négociations ou vérifications sanitaires et administratives, trahit surtout une forme d’improvisation de la part des autorités brésiliennes. Bientôt, pourtant, un débat s’installe sur la façon de procéder dans les premiers temps d’arrivée des colons, débat hérité de celui qui a opposé médecins et négociants au sujet de l’accueil des captifs africains au tout début du xixe siècle. Si les médecins suggéraient l’installation de lazarets de quarantaine à l’extérieur de la ville, pour éviter les risques d’épidémie, les négociants défendaient la diminution du temps d’inutilité sociale des captifs et proposaient donc leur maintien à bord des navires ou leur installation dans des entrepôts face au port, de façon à pouvoir être vendus le plus rapidement possible.

  • 1  Ces éléments sont tirés de mon mémoire de maîtrise. Voir Dumont M., « L’At (...)

Encadré 1. Les territoires inattendus : pont du navire1

Mikael Dumont

À l’époque moderne, lorsque les émigrants français se retrouvent pour la première fois sur le pont d’un navire qui les mène vers les colonies d’Amérique, le largage des amarres constitue pour eux le début d’un long périple. Ce n’est pas uniquement le départ formel du navire, il s’agit également du démarrage d’une aventure qui va changer leur vie à jamais. Ils quittent leur terre d’origine pour un monde qui leur est inconnu, mais ils ne savent pas encore que les prochains mois seront peut-être l’une des plus dures épreuves qu’ils rencontreront. Dans un premier temps, les éléments nouveaux et étranges du quotidien en mer se font rapidement sentir et les émigrants apprennent dès lors à quel point la vie sur un navire constitue une lutte de tous les instants. Ils se rendent aussi compte qu’ils doivent s’y familiariser le plus tôt possible s’ils veulent maintenir un esprit psychologique équilibré. L’espace dans lequel ils vivent, que ce soit la sainte-barbe ou une chambre privée, ne comporte aucun confort, l’hygiène y est nulle, la vue sur l’extérieur presque inexistante et la promiscuité omniprésente. Lorsqu’ils se nourrissent et boivent, hormis s’ils se trouvent à la table du capitaine, ils doivent se contenter du strict minimum, qui est sans grande valeur nutritive et qui diminue et se corrompt au fur et à mesure que le voyage se prolonge. Le seul moyen plaisant d’oublier ces difficultés passe par les jeux, mais ils sont si peu nombreux et la plupart du temps, s’adressent aux passagers de l’élite.

De plus, entre les repas, deux autres éléments très perturbateurs viennent troubler les émigrants : les conditions climatiques et les maladies. Le premier se compose d’accalmies qui ennuient à se morfondre et de violentes tempêtes qui rendent les passagers morts de peur. Le deuxième comprend de grandes afflictions qui font souffrir tous les individus, que ce soit par la douleur de la maladie ou par la crainte constante d’en mourir. Cette dernière crainte s’avère fondée, car la mort en mer guette toutes les personnes sans exception et elle symbolise d’ailleurs l’une des fins les plus redoutées à cette époque. Heureusement pour les émigrants, leur quotidien réserve une part importante à un des seuls aspects qui leur donne de l’espoir dans ce difficile environnement : la religion. Ainsi, la vie de tous les jours représente presque un cauchemar continuel pour ces êtres humains qui n’ont jamais mis les pieds sur l’océan. Ils doivent s’adapter à toutes ces difficultés et ces obstacles souvent troublants. Ils ne peuvent donc qu’en ressortir plus forts et plus endurants au niveau psychologique.

Toutefois, il s’agit de l’évolution de leurs réflexions qui fournit le plus de renseignements sur l’impact de la traversée sur leur être et sur leur vision de la vie en général. L’accumulation de toutes les souffrances physiques et psychologiques qu’ils ont endurées se ressent à travers leurs pensées teintées de morosité. Ils relatent comment la vie en mer est insupportable et à quel point ils regrettent le temps où ils étaient encore sur terre. Plus la traversée se prolonge, plus leur seul espoir est de parvenir enfin à destination. Lorsque cette aspiration se concrétise, c’est-à-dire qu’ils aperçoivent l’Amérique au loin devant leurs yeux, ils manifestent alors la plus grande des joies. Ils s’émerveillent et jubilent à la simple idée d’arriver dans la colonie pour regagner une vie plus paisible sur la terre ferme. Ils sont certainement plus prêts mentalement à s’installer en Amérique française que lors du moment de départ, car leur caractère et leur personnalité sont restés imprégnés des rigueurs de la traversée. Leur nouvelle identité transparaît alors dans leur manière de réagir face aux imprévus et aux nouveautés qu’ils affrontent dans les premières semaines suivant le débarquement dans la colonie. Après avoir vécu l’enfer sur l’océan, la vie coloniale devient en comparaison une partie de plaisir et une sorte de délivrance.

5L’attente vécue à l’intérieur des navires par les émigrants, marquée par la violence des capitaines de navires pour maintenir l’ordre, induit alors diverses manifestations sociales : entre le désespoir (qui prend la forme de fuites, disputes ou rébellions) et l’atonie (dont la maladie est un indice). Fuites et morts, dénoncés par les consulats européens, créent alors un sentiment d’instabilité, qui fait peser un doute sur la capacité du Brésil à être un pays d’accueil d’émigrants. Dès lors, si d’un côté l’adoption de mesures répressives a été la solution envisagée pour le contrôle de ces situations d’attente dans les navires, de l’autre, l’invention de solutions et de normes favorables aux émigrés devait servir à éviter les situations de maltraitance, dues au manque d’eau et de nourriture, à la prolifération des maladies, et aux effets de l’ennui.

6Une des premières expériences d’implantation de nouvelles structures spatiales pour recevoir les émigrants naît à Bahia, en 1835, avec la création de la Compagnie de Colonisation de Bahia, et à Rio de Janeiro, en 1836, avec celle de la Société Promotrice de Colonisation. Ces structures privées, largement financées par le gouvernement, ont comme attribution la tâche de « recueillir, protéger et nourrir les colons jusqu’à leur engagement ». Elles se trouvent ainsi dans l’obligation de disposer d’édifices propres pour la réception des colons. Ainsi, à Rio de Janeiro, la société a aménagé deux dépôts (dont était autrefois une fabrique de cartes à jouer). Chacun possède des dortoirs (séparés par sexe), des bureaux pour l’engagement des colons, une prison et une infirmerie. Le coût de la permanence des colons dans le dépôt est une des préoccupations principales des membres de la société de colonisation de Rio.

7L’analyse de ces premières structures pour l’accueil temporaire des émigrants permet ainsi de mesurer combien la présence conjointe d’une prison et d’une infirmerie indique que le contrôle des corps est alors un objet de préoccupation pour les autorités publiques et privées. Toutefois, le caractère improvisé de ces structures ne leur confère aucune identité spécifique au sein de la ville, ni même une légitimité sociale comme espace d’accueil des émigrants en déplacement. Avec l’augmentation du flux d’émigration en direction du Brésil, dans les années 1840, de telles structures improvisées d’attente vont apparaître (et disparaître) dans la ville de Rio, au fur et à mesure des besoins. Ces tâtonnements illustrent les solutions immédiates rencontrées par les divers groupes mobilisés par l’engagement de colons européens (État, commerçants et propriétaires de navires, sans oublier les propriétaires terriens). Ces structures ont alors pour vocation l’abri et l’« agasalho » agrément temporaire des colons, le temps d’être enregistrés, contrôlés et recrutés. Elles permettent aussi d’offrir un lieu temporaire pour récupérer après une éprouvante traversée (dormir, s’alimenter, se soigner), parfois aussi résoudre les conflits entre émigrants : ainsi, en exerçant différents rôles, elles sont un mélange d’hôtel, hôpital, prison et restaurant. Mais leur fonctionnement est encore dépendant du calendrier d’arrivée des navires européens qui commencent tout juste à se spécialiser dans le transport d’émigrants.

Encadré 2. Le refuge de l’Union Française de Montréal

  • 2  Post-doctorant en histoire, Universités de La Rochelle et du Québec à Montréal, La (...)

Brice Martinetti2

  • 3  Les archives de l’Union Française ont été versées en 2011 à la Bibliothèque et (...)

Le 20 octobre 1886 est créée l’Union Française de Montréal. Aujourd’hui lieu culturel de rencontres, d’échanges et d’intégration pour les francophones et francophiles, sa vocation originelle fut de secourir les Français ayant temporairement ou définitivement échoué dans leur tentative de migration transatlantique3. Seule maison de refuge française de l’Amérique du Nord, ce lieu de l’attente propose de fournir gratuitement un abri et de la nourriture aux migrants sans ressources afin de leur permettre de se reposer et de subsister jusqu’à ce qu’ils trouvent un emploi ou qu’ils embarquent sur le bateau qui doit les rapatrier.

  • 4  À l’approche du xxe siècle, les autorités municipales tendent toutefois à prendre (...)
  • 5  Martinetti B., « Contre l’immigration française au Canada ? L’alliance du Consulat (...)

Dans la seconde moitié du siècle, la prise en charge de l’errance par les autorités provinciales et fédérales canadiennes est plus sujette à la répression qu’à l’accompagnement, surtout depuis la loi de 1869 sur le vagabondage dont on veut nettoyer les villes4. La création de l’Union Française, œuvre de charité et de patriotisme, peut alors être considérée comme un moyen de pallier cette insuffisance. Son président d’honneur n’est autre que le Consul général qui s’efforce de discréditer le bien-fondé d’une immigration trop souvent empreinte de déceptions5.

  • 6  Pleau M., Histoire de l’Union Française 1886-1945, Montréal, Union Française Montr (...)

Le 16 juin 1887, l’Union Française inaugure son premier immeuble de la rue Cadieux qui comprend dortoir, réfectoire, secrétariat ainsi qu’une petite bibliothèque. Les Français hébergés restent au refuge une semaine en moyenne, parfois plus quand il s’agit de migrants dans l’attente du versement de leur premier salaire, ce qui ne réduit donc pas leur attente à une immobilité. En contrepartie, les pensionnaires doivent accepter de prendre une douche et de désinfecter leurs vêtements à leur arrivée, ainsi que de participer à l’entretien des locaux. L’œuvre de l’Union ne s’arrête cependant pas à l’accueil de la population française flottante : elle distribue également des secours à domicile sous forme de nourriture, de médicaments et de charbon, assume les frais de rapatriement en France des plus nécessiteux et finance des inhumations sur son terrain du cimetière de la Côte des Neiges6.

Devenu trop exigu avec la montée progressive de la fragilité sociale, l’immeuble de la rue Cadieux est abandonné en 1902 au profit d’un plus vaste ensemble de la rue Dubord. Le dortoir passe alors de 6 à 16 lits. Expropriée en 1907 par la municipalité afin de permettre l’installation de l’école HEC, l’Union Française déménage une nouvelle fois et s’installe rue Viger en 1908. Le nouvel immeuble comprend un dortoir de 50 lits ainsi qu’un dispensaire.

  • 7  Bulletin mensuel publié par la Chambre de commerce française de Montréal, n° 191, (...)
  • 8  Bulletin mensuel publié par la Chambre de commerce française de Montréal, n° 256, (...)

L’activité du refuge de l’Union Française ne cesse de croître, surtout lors de la grave crise économique qui sévit en 1907-1910. Les Français émigrés au Canada ne sont alors pas les seuls à attendre au refuge puisqu’après avoir échoué aux États-Unis, d’autres arrivent à Montréal afin d’être rapatriés. En 1908, le refuge héberge 585 Français pour un total de 4 728 nuits : 12 523 repas sont alors servis contre seulement 1 710 sept ans plus tôt7. La plus forte affluence survient en 1914 lorsque 1 522 Français sont hébergés, essentiellement des réservistes mobilisés pour la Grande Guerre. Entre 1900 et 1914, 6 000 Français ont passé 42 000 nuits au refuge et ont pris 112 000 repas, plus de 8 000 autres suivant leurs pas jusqu’à ce que le refuge soit fermé en 1973 après 86 ans d’activité8.

  • 9  Brunet R., « Analyse des paysages et sémiologie. Éléments pour un débat », Espace (...)

8Observées à une autre échelle d’analyse, ces structures créent un paysage transitoire, caractérisé par le rythme des négociations. Le paysage de l’attente peut ainsi être identifié par la rencontre entre une masse vive, constituée par le bourdonnement incessant des dialogues et des langues, tout comme le mélange de personnes (colons, administrateurs, négociants, médecins, curieux...), et une masse morte de malles, objets et marchandises. C’est dans ce « paysage » que se structure l’espace-temps provisoire de l’attente – un court, mais significatif, espace-temps, où objets, mouvements et personnes se forment et se diluent, obéissant au rythme des territoires transitoirement inventés. C’est, comme le suggère Brunet9 un paysage qui comporte simultanément des indices et des signes, mais dont les formes ne manifestent pas encore une intention claire.

9Dans ce paysage, divers acteurs interviennent : les entrepreneurs liés aux compagnies de transport, les sociétés et compagnies de colonisation ou d’immigration, les médecins ainsi que les faux médecins (charlatans), les surveillants et la police, les opportunistes (faux acquéreurs d’immigrants), les négociants, les fermiers, les fonctionnaires du gouvernement et les consuls européens. Tous, porteurs de logiques spatio-temporelles différentes, cohabitent à l’intérieur de cet univers non encore intégré, marqué par la précarité des lois pour le transport et la protection des émigrants.

10Voilà pourquoi, et malgré le caractère improvisé et instable de ces installations, leur architecture éphémère (susceptible d’être modifiée en fonction des nécessités du moment) tout comme leur précarité institutionnelle, ces premières structures marquent le début du long parcours qui aboutira à la transformation de territoires de l’attente en lieux d’attente.

Le temps des îles (1850-1880)

11Fruit de ces débats ainsi que de l’évolution de l’émigration vers le Brésil, de nouvelles structures spatiales vont voir le jour à partir des années 1850. Si l’on retrouve dépôts et hôpitaux, ces derniers reçoivent désormais une forme spécifique pour l’accueil des émigrants et une localisation extérieure à la ville (notamment dans les îles). Leurs modalités de gestion vont également évoluer, encadrées par un dispositif juridique plus précis.

12L’année 1850 est ici un point de basculement : d’une part l’adoption d’un certain nombre de mesures visant à faciliter la naturalisation des nouveaux immigrants induit une plus grande entrée d’Européens, et d’autre part, l’épidémie de fièvre jaune qui atteint près de 30 % de la population de Rio entre 1849 et 1850, transforme la figure du nouvel immigrant en foyer d’irradiation des maladies infectieuses. C’est à l’articulation de ces deux constats que se situe désormais le débat sur la nécessité d’instituer des formes d’accueil plus structurées pour abriter les nouveaux arrivants. À l’inverse de la période précédente, où les dépôts étaient installés dans les villes, les nouvelles installations commencent à être installées dans des îles, sous la coordination de la Junte Centrale d’Hygiène Publique, fondée en 1850 sous l’égide du Ministère de l’Empire.

13Naît ainsi le temps des îles, dont le premier acte est la fondation du lazaret de Jurujuba, dans la baie de Rio. Créé en janvier 1851, il est transformé en 1853 en hôpital maritime Santa Isabel. Son attribution principale est de soigner les marins, voyageurs et immigrants arrivés dans la baie de Guanabara et suspectés d’être porteurs de maladies contagieuses. Leur nombre sans cesse grandissant fait de leur traitement sanitaire une question prioritaire. Avec l’épidémie de choléra-morbus qui atteint Rio de Janeiro en 1855, une infirmerie cholérique, servant à de mise en quarantaine, est installée en août de cette même année, dans l’île de Jurujuba, à 500 mètres de l’hôpital maritime. Parmi les membres du directoire de ce lazaret, nous trouvons des représentants des gouvernements brésilien et étrangers (consuls) ainsi que des commerçants (en charge de la contractualisation des émigrants), ce qui illustre la place de cette installation dans le circuit migratoire des nouveaux arrivants.

14Toujours en 1855, la création de l’« Association Centrale de Colonisation » (ACC) dans la ville de Rio de Janeiro relance le projet d’installation d’espaces d’accueil. Associant intérêts publics et privés, l’ACC se donne pour objectif de recruter 50 000 colons européens en 5 ans. Chaque année, ce seront donc 10 000 colons qui entreront dans la baie de Rio pour être redistribués dans les diverses régions du Brésil. L’Association a ainsi pour tâche de coordonner l’ensemble du processus : depuis le recrutement en Europe et le transport atlantique (fait uniquement sur navire à vapeur), jusqu’à l’installation des immigrants dans les colonies. S’ajoute à cela la nécessité d’accueillir provisoirement les colons au moment de leur arrivée au Brésil.

  • 10  Da Silva Pinto L.M.,Dicionário da língua brasileira, Ouro Preto, Typographia (...)
  • 11  Ibid.

15La lecture de la documentation qui a accompagné la fondation de l’ACC montre les hésitations quant au nom à attribuer à l’espace devant servir à l’accueil transitoire des colons. Cette hésitation se manifeste dans l’usage de trois expressions distinctes pour désigner cet espace : « lieu approprié », « dépôt », « hospedaria ». La première expression est assez vague – elle ne donne aucune indication sur la façon dont un lieu peut ou non être approprié. Quant à la seconde, elle signifie selon le dictionnaire de la langue brésilienne de Pinto10 : « lieu ou maison où sont déposées les choses. » Une telle définition ne doit pas surprendre puisque, dans le monde occidental, l’utilisation de l’expression dépôt pour désigner des espaces de regroupement social est récente : en France, par exemple, c’est dans la deuxième moitié du xviiie siècle, avec la création de dépôts de mendicité (1767), qu’un tel usage est attesté, pour se référer au lieu d’accueil des mendiants, autrefois recueillis dans des hôpitaux. La troisième expression, hospedaria, signifie, selon le même dictionnaire11 « maison où accueillir et recevoir (agasalhar) des hôtes. » Le mot vient du français hostellerie, qui apparaît au xiiie siècle pour signifier d’abord un campement provisoire, plus tard une maison d’hôtes et encore plus tard un lieu officiel et prestigieux. Quant au verbe agasalhar, très présent dans les documents de l’ACC, il signifie selon le dictionnaire de Pinto « recevoir avec attention, abriter, offrir un toit ». Reste à savoir si le mot hospedaria, utilisé pour nommer la structure d’accueil des colons n’aurait la triple signification de « maison officielle d’hôtes provisoires » ? Il va de soi que derrière ces définitions, se cache un défi pour le Brésil : quel est le statut le plus adéquat à attribuer aux émigrants au moment de leur arrivée dans le pays ? Simples marchandises ou hôtes ?

16Si la question n’est pas encore résolue, elle a, du moins, le mérite d’être posée. Après des débuts plus lents que prévus, l’ACC hérite, en 1857, des installations du couvent de Saint-Antoine dans l’île de Bom Jesus qu’elle doit transformer en dépôt de colons. Inoccupé depuis plusieurs années, ce couvent avait déjà servi de dépôts de captifs africains. L’épidémie de fièvre jaune (venue des États-Unis cette même année 1857) a obligé les autorités publiques à réagir dans l’urgence afin de trouver un lieu isolé pour recueillir temporairement les colons recrutés par l’ACC, de sorte à ce qu’ils récupèrent des fatigues du voyage transatlantique et ne se trouvent pas la proie facile de la fièvre jaune.

17Même organisé dans la précipitation, nous remarquons dans ce dépôt la présence de divers corps professionnels (administrateurs, médecins, infirmiers, cuisiniers, serveurs, marins, chauffeurs, commerçants, capelans) ce qui témoigne d’une pensée cohérente sur la place d’une telle structure dans le parcours des nouveaux colons. Par ailleurs, il est facile d’imaginer que chaque corps professionnel devait disposer d’un espace plus ou moins identifié. Certes, les responsables de l’ACC, contraints par la structure initiale des bâtiments, n’ont pu inventer une forme nouvelle, mais au moins ont-ils tenté de penser rationnellement l’organisation de l’espace et du temps de l’émigrant dans le dépôt. À ce sujet, de très nombreuses lettres et recommandation de ces professionnels insistent sur la nécessité de contrôler le temps de séjour de l’émigrant pour éviter les dépenses inutiles. Dès lors, il est possible d’affirmer que dans l’histoire de l’émigration étrangère au Brésil, l’expérience de ce dépôt démontre un perfectionnement du contrôle administratif et médical du corps des colons.

18L’extinction de l’ACC en 1861, après avoir recruté seulement 2 500 colons, n’a pas mis fin pour autant aux débats sur la nécessité de créer de nouvelles structures d’accueil temporaire. Au contraire : l’expérience de cette institution, très commentée au moment de sa création, est demeurée comme une référence, un modèle d’administration des espaces d’accueil. Cela a été le cas de la Société Internationale d’Immigration, fondée en 1866, qui n’a duré qu’une année avec un dépôt au centre de la ville. Mais ses initiateurs, comme le politicien libéral Tavares Bastos, évoquaient la nécessité de « fonder des hôtelleries d’immigrants sur le modèle de Castle Garden à New York ou de Brème » En 1867, une hospedaria, plus ou moins inspirée de ce modèle, voit ainsi le jour sur un morne (comme une île élevée au-dessus de la ville), le Morro da Saúde. Par un contrat passé entre le gouvernement et le propriétaire du terrain, il est convenu que l’hospedaria utilisera les installations déjà existantes, jusqu’aux dépendances (maisons et entrepôts) qui se trouvent face à la plage et au quai de la Saúde, où débarqueront les émigrants, contrôlant ainsi toutes les rues d’accès à la mer. Dirigée par le citoyen états-unien, Charles Mathews Broom, l’hospedaria da Saúde a la capacité d’accueillir 400 émigrants. Elle fonctionnera jusqu’en 1879.

Naissance et diffusion des hospedarias (1880-1910)

19L’interdiction de l’immigration sous contrat en direction du Brésil par la plupart des pays européens en 1876 (après qu’aient été révélés des cas de duperies, de maltraitances...), ainsi que l’explosion des flux migratoires (plus de 4,5 millions de personnes rejoignent le Brésil, spontanément cette fois, entre 1882 et 1934) vont conduire à une nouvelle évolution de la politique d’accueil des émigrants dans les ports d’arrivée. Pour accueillir, contrôler et enregistrer ce flux massif et continu, le Brésil réinvente les structures d’accueil temporaire des nouveaux arrivants et crée ex nihilo de nouvelles hospedarias d’immigrants. Leur localisation ainsi que leur disposition architecturale ne dépendent plus du hasard et d’un réaménagement, mais font désormais l’objet d’une pensée spécifique.

20Et tout d’abord, pour la première fois, leur installation obéit à une sorte de plan d’ensemble, à l’échelle du Brésil. Si l’on se projette au début du xxe siècle, on pourrait, sur une carte indiquant l’ensemble des hospedarias, observer un double mouvement : d’une part des hospedarias installées dans les principaux ports maritimes formeraient une sorte de chaîne sanitaire tout autour de la façade atlantique pour contrôler l’arrivée des émigrants ; d’autre part, un ensemble de petites hospedarias, entrepôts et dépôts installés à l’intérieur des divers États de la fédération, suivant routes et chemins de fer, obéissant à une autre logique : le contrôle des migrants au fur et à mesure de leur pénétration dans le territoire, et la mise à disposition de cette main-d’œuvre pour les grands propriétaires et négociants. Dans cette perspective, ce double réseau d’hospedarias, hiérarchisé régionalement, s’inscrit dans une stratégie géopolitique destinée à remplir trois fonctions : contrôler, accueillir et distribuer les immigrants.

21La première hospedaria construite au Brésil est celle de l’Ilha das Flores, dans la baie de Rio de Janeiro. Ouverte en 1883, sa construction résulte de l’initiative du ministère de l’agriculture, et plus particulièrement de l’Inspection Générale des Terres et Colonisation. Simultanément est fondée la Société Centrale d’Immigration, chargée d’organiser l’installation des nouveaux immigrants dans la province de Rio de Janeiro – elle est d’ailleurs à l’initiative de la construction de nombreuses hospedarias, notamment dans le nord de la province. Cette hospedaria de l’Ilha das Flores peut être considérée comme une sorte de modèle : installée sur une île quasiment inoccupée, tous ces édifices, leur organisation interne comme leur répartition spatiale ont été pensés et construits spécifiquement pour répondre aux attentes de la Société Centrale d’Immigration. Située face à la ville de São Gonçalo, à proximité de la ligne de chemin de fer Niterói-Itaborái, construite en 1874 pour rejoindre le nord de la province. Cette proximité assume une signification forte : dans cette ère industrielle marquée par la domination technologique de la vapeur (du bateau au chemin de fer), l’hospedaria apparaît comme un dispositif qui intègre la grande chaîne d’émigration atlantique, qui commence par le transport des émigrants et termine avec leur installation à l’intérieur du pays de destination. L’usage de la vapeur permet de maintenir le rythme accéléré de l’opération, ainsi qu’un contrôle du temps. Voilà pourquoi l’hospedaria doit se trouver à proximité (ou mieux, disposer) d’un port capable de recevoir des navires à vapeur, et être reliée au chemin de fer. Au-delà de la vitesse, la vapeur permet de garantir la continuité des flux. La forme de l’île permet d’isoler le processus qui va prendre forme dans l’hospedaria, véritable usine sociale des temps industriels, dans laquelle l’émigrant est réceptionné, contrôlé, enregistré et ensuite redistribué dans le pays comme immigrant. Ainsi, le temps d’attente qui prend place dans le déplacement rapide des émigrants-immigrants n’est pas un temps mort : il fait partie du processus d’industrialisation du temps, par lequel les émigrants doivent être transformés en immigrants. La malléabilité des dispositifs architecturaux installés dans l’île permet ainsi de les adapter à l’évolution des normes définies par le gouvernement brésilien quant au profil de l’immigrant désirable, ainsi que des normes hygiéniques.

Encadré 3. D’émigrant à immigrant : des mutations de statut opérées dans les hôtelleries d’immigrants

Laurent Vidal, Isabel Chrysostomo

Entre 1850 et 1910, plus de 55 millions d’Européens ont émigré – la plupart en direction des Amériques. Les grands pays de destination (États-Unis, Brésil, Argentine, Canada...) ont été amenés à se doter de lieux destinés à l’accueil des émigrants au moment de leur arrivée sur leur territoire national – à la fois pour contrôler (sur le plan administratif et sanitaire) et orienter ces flux. L’hospedaria do Brás, ouverte à São Paulo en 1888 (après celle de Bom Retiro), et Ellis Island, ouverte à New York en 1892, comptent parmi les plus importantes hôtelleries d’immigrants.

Dotées d’un ensemble de dispositifs administratifs et médicaux pour contrôler, vérifier l’adéquation de l’émigrant aux critères nationaux de l’immigrant désiré, elles servent à assurer le passage des corps individuels des émigrants (aux multiples histoires, aux différents projets de vie...) au corps collectif des immigrants. Listés, catalogués, mis en tableaux, ils composent une nouvelle catégorie sociale. À l’heure des statistiques sociales naissantes, voici un groupe aisément identifiable, parfaitement uniformisé – tel un produit industriel. C’est ce que relevait George Perec : Ellis Island est « une usine à transformer des émigrants en immigrants, une usine à l’américaine, aussi rapide et efficace qu’une charcuterie de Chicago : à un bout de la chaîne, on met un Irlandais, un Juif d’Ukraine ou un Italien des Pouilles, à l’autre bout – après inspection des yeux, inspection des poches, désinfection, vaccination – il en ressort un Américain ».

Si à Ellis Island, le parcours se faisait en quelques heures, à São Paulo, c’était bien souvent une semaine qu’il fallait compter.

La disposition des bâtiments et des services a été pensée en fonction du parcours idéal d’un émigrant dans l’hospedaria. Prévue pour accueillir jusqu’à 3 000 personnes durant deux jours, elle a accueilli jusqu’à 5 000 personnes durant une semaine.

En descendant du train, les émigrants sont réceptionnés par des fonctionnaires et conduits directement vers un bâtiment situé à proximité de l’entrée pour prendre une douche et procéder à la désinfection des vêtements. Après la désinfection, débute la deuxième étape, le contrôle médical, effectué dans une autre dépendance de l’hôtellerie. Une équipe composée d’un médecin, d’infirmiers et de fonctionnaires du service sanitaire vérifie l’état sanitaire des émigrants et entreprend la vaccination de tous. À l’étage supérieur, trois dortoirs, avec des lits médicalisés servent à accueillir les malades (les plus atteints étant adressés à la Santa Casa da Misericórdia ou à l’Hôpital d’Isolement). La troisième et dernière étape conduit ensuite les émigrants à l’intérieur du bâtiment principal, dans le salon d’appel, afin que soit procédé, en présence du directeur de l’Hospedaria, à l’appel des émigrants, pour la vérification des noms, professions et parentèles, ainsi que de leur adéquation aux normes en vigueur pour l’introduction d’immigrants dans la région. À cet instant, convenablement enregistrés, les émigrants peuvent être incorporés au peuple brésilien, devenant ainsi des immigrants. Il ne reste plus qu’à les distribuer sur le territoire. Ce sera la tâche de l’Agence Officielle de Colonisation et de Travail, créée en 1906.

Toutefois, avant d’être distribuée, chaque famille reçoit une carte temporaire (« cartão de rancho ») donnant droit à résider dans l’Hospedaria durant six jours (sauf en cas de maladie). La carte indique les noms et nationalités des immigrants, le nom du vapeur qui les a conduits au Brésil, et le nombre de rations alimentaires auxquelles ils ont droit (en fonction de l’âge de chacun).

Jusqu’à ce moment, les immigrants n’ont toujours pas reçu leurs bagages. De fait, la douane de Santos les centralise et les envoie à l’Hospedaria, afin qu’ils soient examinés séparément. Cette procédure amplifie encore un peu plus le sentiment de dépersonnalisation : privés de leurs maigres biens, les immigrants expérimentent les dispositifs modernes de gestion des groupes en déplacement. C’est comme si, dans les territoires de l’attente, les hommes et ce qu’ils mettent de vie dans leurs bagages ne pouvaient faire corps. Les hommes d’un côté, leurs bagages de l’autre.

Après quelques jours d’attente, les immigrants reçoivent une offre de travail, qu’ils ne peuvent récuser. Et une fois leur contrat signé, ils reçoivent, si nécessaire, un billet de train pour rejoindre leur destination. Ainsi, une semaine après leur entrée dans l’Hospedaria par la porte latérale, et après avoir franchi chacune des étapes administratives, l’ex-émigrant devient un immigrant avec un contrat de travail, des documents officiels et même une adresse (celle du lieu de travail). Ceci lui permet de quitter l’Hospedaria (encore sans ses bagages qui lui seront envoyés plus tard) – soit par la porte principale, si le travail offert nécessite sa permanence à São Paulo, soit par la porte latérale, pour prendre un train de la São Paulo Railway jusqu’aux régions intérieures de l’État.

  • 12  Le Goff Jacques, La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard, 1981, (...)

Véritables dispositfs inventés pour l’accueil des émigrants sur le territoire national, les hôtelleries d’immigrants fonctionnent ainsi comme des « lieux orientés12 », que les émigrants doivent parcourir en respectant un sens, de sorte à pouvoir revêtir une nature différente à leur sortie – celle d’immigrants.

22L’hospedaria do Brás à São Paulo représente un autre grand modèle, à la fois institutionnel et architectural. Alors que l’Ilha das Flores va voir peu à peu son activité se rétrécir au cours des années 1890, c’est celle de São Paulo qui va d’une certaine manière lui succéder pour drainer la majeure partie de l’émigration au Brésil. Fondée en 1886 à l’initiative de la Société pour la Promotion de l’Immigration à São Paulo, institution privée créée pour administrer les subventions publiques destinées à coordonner l’installation des nouveaux immigrants dans l’État de São Paulo. Cette société a reçu pour fonction principale de faciliter les négociations entre les propriétaires terriens et les immigrants, ainsi que de propager, en Europe, les avantages de l’immigration au Brésil.

23Désormais ce n’est pas sa forme insulaire, mais péninsulaire qui s’impose. En effet, une fois les émigrants débarqués dans le port de Santos, ils sont embarqués sur un train en direction de São Paulo, pour arriver directement dans l’hospedaria do Brás. Ainsi, on peut considérer que la voie de chemin de fer Santos-São Paulo (longue d’environ 100 kilomètres) assume un rôle de pédoncule. De fait, cette étroite bande de terre crée la sensation de prolonger la mer (et son extraterritorialité) jusqu’à l’intérieur des terres, donnant forme à une péninsule inversée. C’est en quelque sorte une fiction spatiale qui naît à Santos : après avoir été débarqués, les émigrants sont placés dans un train qui va les déposer juste quelques heures après leur arrivée à São Paulo, sans presque avoir mis le pied sur le sol brésilien. Leurs bagages suivront plus tard.

24La localisation de l’hospedaria a également été minutieusement planifiée, car tout en se trouvant à proximité de la voie de chemin de fer de la São Paulo Railway, elle a été installée dans un quartier excentré, à la fois pour ne pas incommoder et pour disposer d’espace suffisant pour la construction d’un immeuble de 10 000 mètres carrés. Le quartier du Brás a été choisi pour représenter une basse densité démographique. Ainsi l’hospedaria immense surface de 36 000 mètres carrés entourée de hautes murailles se présente comme une île à la périphérie de la métropole. Avec son architecture néo-classique et éclectique, elle est facilement identifiable dans le paysage.

25Ces deux hospedarias serviront de modèles pour les autres, installées le long du littoral (de Belém à Porto Alegre) ou à l’intérieur des terres. Chacune, île ou péninsule, territoire de l’attente installé en bordure du territoire national, impose un paysage de seuils et de transitions.

Fig. 1. – Schéma des Services de l’Hospedaria des Immigrants, c. 1920

Fig. 1. – Schéma         des Services de l’Hospedaria         des Immigrants, c. 1920

© Fundação Patrimônio Histórico da Energia de São Paulo

Encadré 4. Les camps et l’attente : les réfugiés de la sécheresse au Brésil (XXe siècle)

Raimundo Arrais

En 1915 et 1932 la sécheresse a violemment frappé le territoire semi-aride du nord-est brésilien et notamment l’état du Ceará. Par les chemins poussiéreux, au fil des semaines, les foules, auxquelles se joignaient des groupes venus des états limitrophes, se déplaçaient à pied vers la capitale, Fortaleza, située sur le littoral. Les bienheureux qui obtenaient les billets octroyés par les autorités, pouvaient même accomplir une partie du trajet en train. La plupart de ces migrants étaient rassemblés dans les camps de réfugiés, construits le long des gares ferroviaires. Au nombre de sept, cinq de ces camps étaient situés dans l’arrière-pays, deux à Fortaleza. Mis en place par le gouvernement, ils permettaient de contrôler la progression des migrants vers la capitale, dont les scènes de pillage dont elle avait victime après la grande sécheresse de 1877, hantaient encore la mémoire de tous.

Pourtant, malgré ces camps, véritables cordons sanitaires, les migrants arrivaient encore par milliers à Fortaleza. Ils débarquaient, faméliques, épuisés, malades. Ils furent d’abord amassés sous les arbres du Jardin Public, fierté des élites locales, œuvre d’un aménagement urbain en cours qui avait pour but de créer une ville belle et saine. En 1915, au début de la sécheresse, ce jardin abritait environ 3 000 personnes, et ce nombre n’a cessé d’augmenter. Le gouvernement a donc installé mette masse en détresse sur un terrain clôturé : un des deux camps de la capitale (le camp d’Alagadiço) a abrité une population stable de plus de 8 000 personnes.

Vers le milieu de l’année 1932, alors que débutait une nouvelle grande sécheresse, la totalité des camps de l’État du Ceará rassemblait 73918 personnes. Les autorités ont donc mis en place une structure qui comprenait garde sanitaire, prison, cuisine, et toute une série d’équipements nécessaires à la vie quotidienne. Les camps, clos par des portails placés sous la surveillance de soldats armés, avaient été conçus pour faire face à une situation transitoire, dans le but de retenir les réfugiés jusqu’à l’arrivée de la pluie. Mais la pluie ne venant toujours pas, les foules ne cessaient d’affluer. Mal nourris, les femmes et les enfants étaient obligés de vaquer à travers les rues, faisant appel à la charité publique. Aux hommes restait l’espoir d’être engagé pour les travaux publics de la capitale ou d’autres régions du pays. Au bout du compte, les camps de la capitale étaient de grands pourvoyeurs de main-d’œuvre : l’attente d’un billet offert par le gouvernement pour prendre un bateau vers le nord ou le sud du pays, ou celle des agents de grands propriétaires recrutant de la main-d’œuvre pour São Paulo ou l’Amazonie, constituait l’ordinaire des hommes.

Cette attente était pourtant loin de constituer une expérience nouvelle pour ces migrants, dont la culture rurale était imprégnée d’une attente cyclique : celle de la pluie. Aussi pensaient-ils qu’une fois venue, ils pourraient retourner dans le sertão, dresser le bilan des pertes et repartir de zéro. Toutefois, dans les camps, il fallait attendre le passage des jours et réorganiser la vie dans la mesure du possible. Ainsi, dans le camp d’Urubu, à Fortaleza, les habitants (4 000 en mai 1932) ont construit, de leur propre initiative, une petite chapelle dédiée à Saint Joseph, le saint patron auquel les sertanejos adressent traditionnellement leurs prières afin que vienne la pluie. Ils ont même demandé un prêtre pour célébrer la messe. Dans cette chapelle avaient lieu les actes catholiques, tels que le baptême, le catéchisme pour les enfants, et même les mariages, on peut imaginer, suivis de fêtes. Au sein de cette vie, sous le contrôle gouvernemental, il était évident que la sécheresse ne se présentait pas uniquement sous son aspect politique, mais aussi sous son aspect poétique, comme l’a fait remarquer Nicholas G. Arons (Waiting for rain : the politics and poetry of drought in Northeast Brazil) : « Yet somehow writers, poets, and other northeastern artists turn a tragic situation into something meaningful and are able to chronicle the beauty that exists alongside terrible suffering. »

Dans les camps, le rythme de l’attente présente des dimensions difficiles à saisir pour l’historien ou le sociologue, notamment aux instants où cette attente, même si elle est partagée entre les personnes, se répercute individuellement à l’intérieur des consciences. Mais la littérature peut, à son tour, interroger les états psychologiques oscillants. Rodolpho Teofilo, qui a vu ces camps de ses propres yeux, a décrit dans les pages de son roman A fome (La faim, 1980), les variations de l’état d’attente qui s’empare de ces êtres fragilisés. Sur le protagoniste du roman, le narrateur nous raconte : « Un jour il a eu une espérance ; un rayon bienfaisant a atteint son âme, en même temps que l’artillerie déchargeait du ciel une pluie de balles. Il reprit un instant courage, se mit debout, déterminé à faire face aux dangers. Il allait lutter, si l’espoir ne l’abandonnait pas. Mais, finalement, il s’est abîmé à nouveau dans une profonde prostration. Qu’il était difficile d’assister à la fin d’un nouvel espoir ! Alors, se livrant à l’action ignominieuse de la mendicité, il s’est senti dégradé pour toujours. »

Conclusion

26Le long chemin qui a conduit à la création d’hospedarias d’immigrants au Brésil est le résultat d’un triple débat : le premier concerne la définition d’une politique plus cohérente d’accueil transitoire des colons ou émigrants au moment de leur arrivée, pour leur contrôle et redistribution sur le territoire national. Tout au long du xixe siècle, ce débat a donné forme à un corpus législatif complexe, a mobilisé des acteurs venus du monde politique, économique et médical – sans oublier le rôle des consuls qui ont aidé à une normalisation internationale des législations. Le second débat concerne la localisation des hospedarias. Cette question gagne surtout de la force après la proclamation de la République (1888), lorsque les États de la fédération deviennent responsables de la politique migratoire : s’engage alors une véritable compétition entre États pour attirer et accueillir de nouveaux émigrants. Le troisième débat concerne la forme spatiale la plus adaptée pour le contrôle et la redistribution des émigrants. Après un temps d’improvisation (marqué par la réutilisation de formes existantes : ponts de navires, entrepôts et dépôts), surgit alors, au cours des années 1850, un débat sur la nécessité d’inventer une forme spécifique : l’hospedaria. Mobilisant architectes, médecins, et représentants du monde politique, économique et consulaire, il trouve une première traduction au début des années 1880, avec la création des installations de l’ilha das Flores.

27Ce long débat s’est déroulé dans un contexte particulier : celui du Brésil comme État-nation. Dès lors, la définition de l’immigrant désirable (compatible avec les critères de la nationalité – race, religion...) devient fondamentale. Dans cette perspective, les différents dispositifs d’accueil transitoire des émigrants ont eu un rôle fondamental, car ils ont cherché à mobiliser le temps d’attente pour inventer le corps social des immigrants.

28La distribution spatiale de ces territoires de l’attente à la fin du xixe siècle, fruit d’un mouvement de territorialisation de l’attente, s’intègre dans le processus de contrôle social des flux humains par les États modernes. Installés dans les marges, îles et autres espaces liminaires, les hospedarias ont contribué à imposer le Brésil comme nouvel acteur sur la scène internationale, un acteur à la fois capable de contrôler sa population et de moderniser son territoire en faisant appel à une main-d’œuvre étrangère.

Notes

1  Ces éléments sont tirés de mon mémoire de maîtrise. Voir Dumont M., « L’Atlantique des émigrants français (xviie et xviiie siècles) : expériences humaines de la traversée », sous la direction de L. Vidal, mémoire de maîtrise (histoire), Université de La Rochelle, 2011, 211 p.

2  Post-doctorant en histoire, Universités de La Rochelle et du Québec à Montréal, Laboratoires CRHIA (EA 1163) et LHPM.

3  Les archives de l’Union Française ont été versées en 2011 à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec. BAnQ (Montréal), série p. 860.

4  À l’approche du xxe siècle, les autorités municipales tendent toutefois à prendre la mesure de la fragilité sociale des migrants et commencent à financer plusieurs organismes de secours. À ce sujet, lire notamment : Aranguiz, M., Vagabonds et sans abris à Montréal : perception et prise en charge de l’errance, 1840-1925, Montréal, RCHTQ, coll. Études et documents du RCHTQ, n° 12, 2000, 90 p. ; Fecteau J.M., « Un cas de force majeure : le développement des mesures d’assistance publique à Montréal au tournant du siècle », Lien Social et Politiques, n° 3, 1995, p. 107-113.

5  Martinetti B., « Contre l’immigration française au Canada ? L’alliance du Consulat général et de la Chambre de commerce française à Montréal (1893-1914) », E-Crini, n° 3, 2011, p. 18.

6  Pleau M., Histoire de l’Union Française 1886-1945, Montréal, Union Française Montréal, 1985, p. 10.

7  Bulletin mensuel publié par la Chambre de commerce française de Montréal, n° 191, juin 1919, p. 108-109.

8  Bulletin mensuel publié par la Chambre de commerce française de Montréal, n° 256, juillet 1915, p. 39 ; Pleau M., op. cit., p. 13.

9  Brunet R., « Analyse des paysages et sémiologie. Éléments pour un débat », Espace géographique, 1974, vol. 3, n° 2-3, p. 120-126.

10  Da Silva Pinto L.M.,Dicionário da língua brasileira, Ouro Preto, Typographia de Silva, 1832.

11  Ibid.

12  Le Goff Jacques, La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard, 1981, p. 453.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Schéma des Services de l’Hospedaria des Immigrants, c. 1920
Crédits © Fundação Patrimônio Histórico da Energia de São Paulo
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/41880/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 432k

Auteurs

Géographe, Université Fédérale de Viçosa – Brésil
Historien, Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable