Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Deuxième partie. Quand l’attente définit le territoire

Des lieux d’attente aux territoires de l’attente : une autre dimension existentielle de l’espace et du temps ?

Paulo Cesar Da Costa Gomes et Alain Musset

Texte intégral

1L’expression Territoires de l’attente est une formule forte, surprenante, qui suscite beaucoup d’attention mais aussi beaucoup d’interrogations autour du choix et du bon usage du terme « territoire » dans un contexte où la pratique et les discours ont souvent imposé le mot « lieu ». Ces questions sont nécessaires car la précision du vocabulaire est l’un des premiers éléments nécessaires à la recherche. Dans La formation de l’esprit scientifique, Gaston Bachelard nous avait déjà mis en garde contre l’utilisation peu rigoureuse des mots dans la littérature scientifique. Les imprécisions, conscientes ou inconscientes, peuvent donner l’impression d’une compréhension immédiate des faits ou des processus étudiés mais, quand on ne s’attarde pas sur la signification précise des mots qui les désignent, elles conduisent à un véritable « obstacle épistémologique ». Fondé sur un large éventail de sens possibles véhiculés par le mot ou le concept en jeu, le consensus qui en résulte est le plus souvent un malentendu.

  • 1  Penser que le territoire et le lieu sont la propriété des géographes serait à cet (...)

2La géographie, cette science qui (entre autres ambitions) étudie l’inscription dans l’espace des faits sociaux, tient à bien distinguer le domaine, les limites et les compétences des différents concepts qu’elle emploie – espace, territoire, région, paysage, lieu..., sans se limiter au simple registre de la localisation (comme à l’époque où on ne lui demandait que de produire une simple description de la Terre). Le concept de territoire a été et continue à être l’un des sujets majeurs de ses discussions, en particulier dans la géographie politique mais aussi dans les autres branches d’une discipline qui se veut syncrétique et au carrefour de l’ensemble des sciences sociales1. Le choix d’utiliser le mot « territoire » dans une recherche centrée sur l’attente, ses pratiques, ses discours et ses imaginaires, marque donc la volonté de traiter cette dimension du temps comme un phénomène inscrit dans l’espace et auquel l’espace va donner une valeur particulière. Puisque l’attente s’organise spatialement, elle se déploie dans un espace concret, physique, qui la rend à la fois visible et opératoire.

  • 2  Voir à ce sujet le chapitre 2 de cet ouvrage, L. Vidal, A. Musset, « L’attente comme (...)

3Il serait possible de considérer le phénomène de l’attente comme un simple intervalle de temps entre deux moments, une sorte de tunnel borné par une entrée et une sortie. Il est vrai que mot « attente » évoque d’emblée cette idée d’un écart temporel, pour ne pas parler d’interstice, marquant une rupture dans la durée et l’introduction d’une autre durée dans un parcours2. De la même manière, il est possible de définir l’attente comme un ensemble de pratiques et de comportements imposés par une situation particulière, c’est-à-dire comme un fait sociologique. Cependant, quand on relie ce temps spécifique à la notion de territoire et quand on ajoute à l’analyse sociologique la notion de spatialité, c’est une autre approche qui est proposée, une approche fondée sur une dimension à la fois physique et matérielle, celle de l’espace conçu, mais aussi symbolique et imaginaire, celle de l’espace perçu et vécu.

4Il apparaît néanmoins que la notion de territoire appliquée au phénomène de l’attente n’est pas d’emblée celle qui vient à l’esprit puisqu’on parle généralement des « lieux d’attente » au lieu « des territoires de l’attente », formulation que nous avons choisie pour extraire les espaces et les temps de l’attente de leur acception la plus triviale. Sans entrer dans des querelles byzantines de géographes, il apparaît donc nécessaire de nous interroger sur le sens que nous entendons donner à l’idée de lieu quand on parle d’individus et de groupes en situation d’attente, avant de voir pourquoi et comment la notion de territoire peut nous permettre de dépasser les limites à la fois physiques (pratiques des usagers) et intellectuelles (discours sur l’objet) de ces « lieux d’attente ». Cette double réflexion nous permettra de proposer une nouvelle interprétation de la relation souvent ambiguë qui relie les lieux aux territoires, en insistant sur la dimension existentielle que l’attente permet d’introduire dans la mise en œuvre et la mise en scène de sociétés qui occupent ou habitent un espace perçu, voulu et vécu comme provisoire – même s’il s’agit, dans certains cas extrêmes comme celui des camps de réfugiés, d’un provisoire qui s’éternise.

La fausse évidence des lieux

5Certains endroits (ce terme neutre est volontairement assumé) sont conçus d’emblée pour abriter des situations d’attente, pour l’organiser et même pour lui donner un sens. Ils marquent une véritable rupture non seulement dans l’espace, dans le temps, dans un parcours ou dans un mouvement mais aussi, pour l’individu concerné, dans son statut, son imaginaire et sa façon d’être au monde. Sur le plan spatial, cette rupture se traduit par une séparation à la fois visible et très contrôlée qui impose une limite et façonne une sorte d’entre-deux, c’est-à-dire un sas ou un passage entre deux moments (ou deux situations) de mobilité et de fluidité. Ce sont à proprement parler des lieux d’attente, dans la limite où l’on accorde à l’attente organisée une fonction à la fois régulatrice et normative.

6Ces lieux sont des endroits créés spécifiquement avec l’intention de faire accepter et de faire vivre l’attente. Il s’agit de lieux singuliers, conçus pour permettre la mise en œuvre de tâches précises en fonction du type d’attente et des modes de contrôle ou de fonctionnement interne qui ont été pensés à l’avance. Ils ont donc une histoire, parfois longue, qui s’inscrit dans une véritable généalogie marquée par des continuités et des ruptures, des évolutions ou des transformations qui affectent non seulement leur forme (l’espace matériel) mais aussi leur organisation, leurs règles, leur identité et les représentations sociales qui en découlent. Les configurations de ces lieux singuliers sont dès le début pensées pour répondre aux besoins et aux enjeux de l’attente et pour imposer un ordre général dominé par cette fonction : choix des équipements et des objets de la vie courante, organisation des routines quotidiennes, respect des hiérarchies et des statuts, multiplication des contrôles et des dispositifs (pour reprendre la terminologie d’Agamben).

7L’attente est ici sédentaire. Elle est marquée par l’immobilité forcée des individus et des groupes qui la subissent. C’est en particulier le cas des hospedarias de imigrantes, des hôpitaux, des prisons, des camps de réfugiés qui, selon des modalités différentes et à des échelles différentes, sont des espaces le plus souvent clos, marqués par des limites matérielles et officielles et dédiés à l’attente. Il est essentiel d’étudier dans la longue durée l’évolution de tels lieux, car seule cette perspective peut nous permettre de comprendre non seulement comment la fonction d’attente a été conçue et s’est matérialisée dans un espace, mais aussi comment elle a agi et continue à agir sur l’organisation des comportements individuels ou collectifs en définissant un système, ou plutôt un ensemble composé d’un système d’objets et d’un système d’actions, comme le faisait déjà remarquer Milton Santos dans A natureza do espaço. Técnica e tempo, Razão e emoção. C’est de cette manière que l’on peut parler des dispositifs et des artefacts créés par le régime de l’attente, car il y a une intentionnalité et une fonctionnalité explicites dans le projet et dans l’usage de ces espaces.

8En premier instance, et pour faciliter la mise en place d’une typologie à la fois nécessaire et réductrice, on pourrait donc distinguer les lieux d’attente et les territoires de l’attente en considérant que ces derniers ne vont pas être marqués originellement par l’intentionnalité et la fonctionnalité de l’attente comme dispositif, comme régime et comme processus. Alors que les lieux d’attente seraient conçus pour être ce qu’ils sont, les territoires de l’attente seraient des espaces en quelque sorte « parasités » par l’attente pour différentes raisons et pour des périodes parfois très courtes et souvent discontinues.

9Dans cette perspective, les lieux d’attente impliqueraient un changement explicite de statut des groupes et des individus non seulement quand ils sont en situation d’attente, mais aussi quand ils sont enfin sortis de cet espace singulier qui les a marqués d’une empreinte souvent indélébile – qu’il s’agisse de migrants acceptés par le pays d’accueil, de prisonniers en fin de peine ou de malades considérés comme guéris. Chaque lieu d’attente conçu avec une fin précise établit une différence entre celui qui entre et celui qui sort grâce à la mise en place de dispositifs d’évaluation et de reconnaissance élaborés et mis en œuvre par les agents de l’autorité.

10La situation ou le processus de l’attente, avec ses contraintes physiques et psychologiques si particulières, nous oblige à repenser le rapport étroit entre l’espace et le sujet qui a été largement étudié par la géographie sociale. En effet, comme le signalait Guy Di Méo dans Géographie sociale et territoires, les activités sociales produisent toutes des temporalités spécifiques. Or, les formes temporelles sont intrinsèquement liées aux formes spatiales des constructions sociales et doivent être envisagées dans le même mouvement d’interprétation. Le temps, l’espace, les acteurs (ou les sujets) : la relation entre ces trois termes constitue le fondement même de toute géographie sociale et, plus largement, de la connaissance des faits sociaux territorialisés. Si l’on considère avec Di Méo que les rapports spatiaux qui s’articulent aux rapports sociaux correspondent aux liens affectifs, fonctionnels et économiques, politiques et juridiques ou purement imaginaires que les individus et les groupes tissent avec les espaces géographiques où ils vivent, qu’ils parcourent ou qu’ils se représentent, les lieux d’attente sont un formidable terrain d’enquête pour comprendre de l’intérieur, mais avec une focale fonctionnant comme un zoom, l’organisation des sociétés contemporaines.

  • 3  Di Méo G., Buléon P., L’espace social. Lecture géographique des sociétés, (...)

11C’est pourquoi certaines propositions de Pascal Buléon et de Guy Di Méo peuvent nourrir nos réflexions sur les lieux et les territoires de l’attente, notamment celles qui s’attachent à prendre en compte l’indéfini et l’improbable et à étudier l’espace de vie, c’est-à-dire « la pratique concrète des lieux et la trace forcément déformée qu’elle laisse dans les mémoires3 ». Cependant, le lieu d’attente a ceci de paradoxal qu’il est à la fois conçu par ses auteurs et régi par leurs agents comme un espace de contrôle et de sécurité, tout en étant perçu par les sujets en attente comme un lieu d’incertitude et d’angoisse ou, dans le meilleur des cas, de vague espérance.

12Dans ce domaine, une dimension essentielle doit être prise en compte : la publicité des lieux d’attente. S’il est vrai que l’on peut attendre (et s’ennuyer) chez soi, l’attente comme activité spécifique se conçoit dans un espace ou un lieu public entraînant des interrelations avec d’autres personnes en état d’attente ou avec des individus et des groupes chargés de gérer ou d’organiser l’attente. En outre, lorsque l’attente s’impose sur un espace public ou dans des lieux publics, elle devient rapidement « spectacle » qui attire l’attention d’une foule plus ou moins concernée par l’événement. Cette scène ne sert pas seulement à alimenter des discussions ou à favoriser des mobilisations. On peut aussi la considérer comme un outil pédagogique qui enseigne à agir et à réagir dans des situations semblables : on y apprend par exemple les rythmes, les rites, les signes annonciateurs, les astuces pour essayer de les éviter.

  • 4  Fischer G.-N., La psychologie de l’espace, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ; 192 (...)

13Pour tenter de faire la différence entre l’attente comme sport solitaire ou comme jeu collectif, il est nécessaire de faire appel aux travaux en psychogéographie d’Abraham Moles et à la notion de coprésence développée, entre autres, par Isaac Joseph. Il reste cependant entendu que la publicité réelle du lieu d’attente n’invalide pas l’individualisation des comportements et des pratiques des sujets en situation d’attente. Seule la prise en compte de ces deux dimensions sociales et relationnelles (publicité et/ou privacité) permet de rendre au lieu le sens qui lui a été donné par sa fonction car, comme le rappelle Gustave-Nicolas Fischer : « La fonction des lieux produit des significations qui se manifestent concrètement dans leur utilisation sociale, c’est-à-dire par des comportements qui s’expriment dans ces situations4. »

14Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les espaces institutionnalisés de l’attente (les lieux d’attente) ont été investis par le wait marketing qui prend en compte le temps passé (perdu ?) par les individus dans des endroits où l’on prétend capter plus facilement leur intérêt parce qu’en situation d’attente (et donc d’inaction) le consommateur potentiel serait plus réceptif aux messages publicitaires qui lui sont envoyés par voie d’affiches, d’écrans ou de messages audios. C’est tout le sens de l’ouvrage désormais classique de Diana Derval, Wait marketing : Communiquer au bon moment, au bon endroit, selon lequel la salle d’attente du médecin, le quai du métro, le hall des gares et des aéroports..., sont des lieux plus propices que la télévision pour acquérir ou fidéliser une clientèle. Or, c’est bien parce que l’attente est ici institutionnalisée dans un espace conçu pour la vivre ou pour la subir, que le wait marketing peut se présenter comme économiquement rentable. Ce ne serait pas le cas dans un endroit où, comme on l’a supposé plus haut, le fait d’attendre serait le résultat d’un hasard malencontreux ou d’une circonstance imprévue.

Lieu ou territoire ?

  • 5  Comme on peut le constater en lisant l’ouvrage dirigé par F. Guérin-Pace e (...)

15On peut identifier facilement un lieu spécifique d’attente, en particulier parce qu’il est reconnu comme tel par ceux qui l’ont conçu et par ceux qui le pratiquent. On pourrait alors penser que, par opposition, les territoires de l’attente sont des espaces non conçus à cet effet et où l’attente est le résultat d’un concours de circonstances. Pour éviter ce qui pourrait apparaître comme une solution de facilité fondée sur la distinction entre deux termes géographiques dont les définitions se caractérisent par un grand flou ou par une multiplicité souvent implicite de sens5, il apparaît nécessaire de bien distinguer ce qui, dans le cas particulier de l’attente, peut distinguer un lieu d’un territoire.

  • 6  Di Méo, G., Géographie sociale et territoire, Paris, Nathan Université, 19 (...)

16Dans Géographie sociale et territoires Guy Di Méo explique ainsi que la notion de territoire est essentielle en géographie sociale : « C’est un outil opératoire, une méthode rêvée pour approfondir les phénomènes d’identité et de contrôle, d’altérité d’intégration ou de ségrégation, voire d’exclusion, d’équité, d’égalité, de juste répartition des richesses et des moyens de les produire6. » Cet espace produit, matérialisant le champ de l’action, est associé à un espace perçu et représenté (intégrant les modalités de connaissance ou de cognition) mais aussi à un espace vécu conditionné par les modalités de l’existence humaine et par un ensemble (ou un système) de pratiques socio-spatiales. Di Méo définit alors le territoire selon trois dimensions qui nous intéressent directement pour comprendre comment peuvent être étudiés les territoires de l’attente : l’ensemble des lieux fréquentés par l’individu (espace de vie), les interrelations sociales qui s’y nouent (l’espace social) et les valeurs psychologiques qui y sont projetées et perçues (l’espace vécu).

  • 7  Di Méo, G., Buléon P., op. cit., p. 88.
  • 8  Sack R., « Human Territoriality: A Theory », Annals of the Association of American (...)
  • 9  Lévy (dir.), Géographie du politique, Paris, Presses de SciencesPo, 1991.
  • 10  Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de SciencesPo, 1997, p. (...)

17Si le territoire est par excellence l’endroit où se tissent les relations et où se développent les interactions, le lieu peut prendre une autre dimension, à la fois plus matérielle, plus personnelle et plus quotidienne. Pour affirmer cette différence, Pascal Buléon et Di Méo soulignent que « si le lieu se définit avant tout par des fonctions et des pratiques à la fois individuelles et sociales, le territoire exprime plutôt un système de représentations, une idéologie et une autorité7. » De fait, en géographie, l’usage du concept de territoire renvoie le plus souvent à une discussion sur le pouvoir. Ce pouvoir s’établit et s’exerce par le biais d’un contrôle spatial, ou pour mieux dire par le contrôle d’un système spatial (sa structure, sa forme et les comportements qui lui sont associés). Ainsi, selon Robert Sack8, un territoire existe quand une personne, un groupe ou une institution sont capables d’influencer le comportement d’autres personnes par le contrôle exercé sur un espace donné. C’est une définition qui se rapproche de celle exprimée par Claude Raffestin dans Pour une géographie du pouvoir et qui renvoie à la notion fondamentale d’appropriation. Cette perspective a ensuite été approfondie par Jacques Lévy9 et Denis Retaillé pour qui l’appropriation se fonde aussi sur la notion d’exclusivité (et donc d’exclusion de ceux qui n’en font pas partie) : « Ce territoire, défini comme une surface délimitée et comme surface appropriée, comprend deux qualités conséquentes : il est exclusif et exhaustif. À l’intérieur se trouve tout ce que désigne le nom ; sa limite est tellement parfaite qu’on ne peut être que dedans ou dehors10. »

18Cependant, si les territoires de l’attente (considérés ici comme des espaces imprécis, inattendus et incertains – loin d’être institutionnalisés) ne correspondent pas à des lieux d’attente conçus pour assurer cette fonction mais que l’attente est en ce cas une contrainte involontaire, un obstacle à la mobilité qui n’a pas été créé par une autorité cherchant à en tirer profit, ce contrôle ne peut pas être associé à une personne, à un groupe ou à une institution, pour reprendre la terminologie de Sack. On pourrait même en ce cas se poser la question de l’existence d’un quelconque contrôle spatial – ce qui contredirait l’idée même de « territoire ».

  • 11  Goffman E., Interaction ritual: essays in face-to-face behavior, New Brunswick, Ne (...)

19En outre, quand une contrainte se présente dans un endroit et instaure un mode nouveau de fonctionnement de l’espace parce que sa nature et son usage en ont été modifiés, une nouvelle dynamique sociale se met en place : de nouvelles compétitions s’établissent, de nouvelles règles s’imposent, des solidarités inédites se tissent, des limites, des marges et des frontières, auparavant inexistantes ou inaperçues, apparaissent. C’est tout un monde qui se reconfigure ou qui s’organise en suivant l’ordre de l’attente. Comme le disait E. Goffman11, l’espace est alors affecté par une recomposition des comportements (espace vécu) et des significations (espace perçu) en fonction du contexte situationnel.

  • 12  Foucault M., Dits et écrits, Des espaces autres (conférence au Cercle d’études (...)

20Si cette notion n’avait été quelque peu galvaudée, il serait possible d’inscrire une telle analyse dans la perspective des « espaces autres », les fameuses hétérotopies dont Michel Foucault signalait l’importance dès 1967, puisque bien souvent ce sont des espaces ordinaires qui pour un temps (d’attente) sont investis d’un autre sens, social et symbolique : « Il y a également, et ceci probablement dans toute culture, dans toute civilisation, des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui sont dessinés dans l’institution même de la société, et qui sont des sortes de contre-emplacements, sortes d’utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, tous les autres emplacements réels que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables12. » De fait, dans un certain nombre des cas, les territoires de l’attente ne sont qu’un détournement de la fonction originale de l’espace où l’attente s’impose – quand il ne s’agit pas d’une fonction diamétralement opposée comme le sont les embouteillages, ces moments d’immobilité qui caractérisent paradoxalement les sociétés modernes fondées sur les flux et le mouvement.

  • 13  Voir à ce sujet le chapitre 8 de cet ouvrage, L. Parente, A. Musset « L’attente co (...)

21La prise en compte de l’attente comme forme d’utilisation imprévue de l’espace permet de renouveler notre interprétation du territoire car, dans ce cas, celui-ci n’est plus directement associé à l’intention et à l’action d’une personne, d’un groupe ou d’une institution (comme le suppose Sack), mais plutôt à une circonstance, à un événement ou à une durée qui génère à la fois contrainte et limitation dans un cadre spatial supposant fluidité et circulation. C’est pourquoi l’expression territoires de l’attente peut ici être utilisée pour décrire un espace (ou un endroit, quel qu’il soit) dominé entièrement par les enjeux rattachés à l’activité de l’attente. Celle-ci serait une valeur hégémonique s’imposant à tous les autres processus, comportements, actions et interactions sociales. Elle organise l’espace vécu et perçu des sujets dans un territoire qu’elle a en même temps mobilisé et immobilisé. Cependant, valeur hégémonique ne signifie pas valeur exclusive : dans le même espace, d’autres activités peuvent cohabiter avec les pratiques liées à l’attente et tous les sujets, selon leur statut et leurs capacités, ne se retrouvent pas dans la même situation. Le commerce ambulant qui profite du ralentissement ou de l’arrêt de la circulation automobile en est un excellent exemple13.

  • 14  Sack R., op. cit., 1986.
  • 15  Bresso M., Raffestin C., « Tradition, modernité, territorialité », Cahiers de (...)

22On pourrait approfondir ce raisonnement et dire encore avec Sack14 que les différentes territorialités générées par cette contrainte sont des stratégies spatiales créées pour que le mode de l’attente arrive à s’imposer sur l’ensemble d’un espace particulier qui devient alors un véritable territoire – un territoire de l’attente. En ce sens, c’est aussi un pouvoir qui s’exprime. Mais au-delà du pouvoir, de ses formes, de ses pratiques et de ses représentations, une des définitions de la territorialité qui pourrait le mieux prendre en compte la notion d’attente serait celle où Claude Raffestin et Mercedes Bresso qualifient la territorialité comme « la structure latente de la quotidienneté, la structure relationnelle, pas ou peu perçue, de la quotidienneté15 ». En effet, quoi de plus quotidien que l’attente dans la mise en œuvre territorialisée de nos interactions sociales ?

Les territoires de l’attente : une dimension existentielle ?

23De fait, les notions d’appropriation et de pouvoir qui servent à distinguer l’espace du territoire dans la perspective traditionnelle de la géographie sociale et de la géopolitique ne jouent pas le même rôle quand on parle des lieux et des territoires de l’attente. Un lieu d’attente, conçu et construit à cet effet, est aussi un lieu où le pouvoir s’exerce de manière forte, même s’il s’agit d’un pouvoir implicite et parfois invisible – comme c’est le cas sur un quai de gare quand on attend un train. Dans la perspective de Sack et de Raffestin, il s’agit donc bien d’un territoire, avec ses règles, ses normes, ses codes. En symbiose avec l’attente, le lieu change de dimension : il ne se définit plus seulement par des fonctions et des pratiques individuelles et sociales, mais exprime lui aussi un système de représentations, une idéologie et une autorité, pour reprendre et retourner les mots de Guy Di Méo et de Pascal Buléon.

  • 16  Voir à ce sujet, entre autres, les travaux d’Alexis Sierra et en particulier son (...)

24Le vieux débat sur les notions de lieu et de territoire risque de verser dans l’aporie si les deux termes ne sont pas contextualisés. Il ne s’agit pas ici de repenser de manière abstraite deux notions clefs de la géographie sociale ou de la géopolitique, mais bien de les mettre en relation avec un processus particulier : l’attente. Il est à cet égard important de noter que certains compléments de nom peuvent avoir du sens avec l’un des deux termes, mais aucun sens avec l’autre. C’est ainsi qu’on peut parler de lieu de repos alors qu’il n’existe pas de territoire de repos ou, mieux encore, de territoire du repos. À l’inverse, si les territoires de l’incertitude occupent une place de plus en plus importante dans les sciences sociales contemporaines16, on n’a pas encore trouvé de place, ni épistémologique, ni géographique, pour des « lieux d’incertitude » impossibles à définir ou à identifier.

25Notre proposition d’ajouter aux « lieux d’attente » consacrés et reconnus des « territoires de l’attente » encore en devenir scientifique n’implique pas d’opposer terme à terme les deux notions, bien au contraire, car celles-ci s’inscrivent dans des dimensions différentes de l’analyse spatiale. La spécificité d’une étude portant sur les « territoires de l’attente » (à la différence des « lieux d’attente ») est de se démarquer des cadres conceptuels en vigueur afin de déconstruire et de reconstruire les schémas d’interprétation de « l’être » en société, dans l’espace et dans le temps.

26L’utilisation de l’article défini (l’attente) est dès lors fondamentale dans notre démarche et dans notre méthode. Il ne s’agit pas de s’intéresser au fait d’attendre mais bien à la dimension existentielle de l’être en attente, une dimension existentielle qui n’a aucune prétention universelle ou universalisante mais qui dépend de la culture partagée par les individus et les groupes en situation d’attente. C’est toute la différence qui existe en espagnol entre les deux formes du verbe être : estar (qui indique une position dans l’espace et dans le temps) et ser (qui se réfère à la nature du sujet ou de l’objet). L’attente est ce qui va donner du sens non seulement à l’espace mais aussi aux individus et aux groupes qui se retrouvent, volontairement ou non, dans une situation où le temps est suspendu aux dispositifs et aux pratiques des différentes catégories ou échelles d’un pouvoir plus ou moins visible, plus ou moins contraignant, plus ou moins conscient du rôle qu’il joue sur celles et ceux dont il organise la vie à un moment donné de leur parcours. L’incertitude jouera le même rôle pour les espaces considérés « à risque » et dont le statut ambigu, caractérisé par une menace potentielle et des processus indécis, contribue (ou non) à faire émerger une identité collective chez les habitants.

27Le paradoxe de notre proposition réside dans le caractère transitoire, parfois volatile ou éphémère, du processus de l’attente. Peut-on considérer comme de vrais territoires des espaces fréquentés par des sujets et des acteurs qui se savent ou se veulent en situation de transit, c’est-à-dire non inscrits dans la durée ? C’est tout le problème de l’identification et de la territorialisation des acteurs, ainsi que de la construction des pratiques sociales induites par l’attente. Ces espaces sont-ils des « non-lieux » comme a pu les définir Marc Augé, même s’il est revenu depuis sur ses premières positions ? En effet, parmi les non-lieux évoqués par l’anthropologue, plusieurs sont directement liés à la mobilité et aux processus migratoires, en particulier les camps de réfugiés ou les baraques provisoires érigées par les migrants, mais aussi les points de transit, les aéroports, les autoroutes, les clubs de vacances ou les chaînes hôtelières qui répètent à l’infini la même structure, la même architecture d’intérieur, les mêmes paysages, comme les boîtes de soupe Campbell peintes par Andy Warhol.

28Il suffit cependant de voir comment des passagers en attente réussissent à organiser provisoirement leur espace vital dans une aérogare anonyme pour se rendre compte que même à une échelle temporelle et spatiale « micro », les enjeux territoriaux conservent tout leur sens (fig.1). En plaçant judicieusement leurs sacs et leurs valises autour d’eux, ils établissent des frontières, créent des marges, ouvrent et ferment des sas. Dans ce dispositif, les familles disposent d’une arme redoutable : les enfants. Par leurs cris, leurs courses, leurs pleurs, ils repoussent loin de leur fief autoproclamé les nouveaux arrivants. En répandant sur le sol et sur les fauteuils des miettes de chips, des coulées de glace et des traînées de ketchup, ils marquent leur territoire de manière peut-être inconsciente mais toujours efficace – même après leur départ.

  • 17  Voir dans cet ouvrage le chapitre 7, A. Musset, D. Vidal, V. Correa, « Faire (...)

29Dans cette perspective, les lieux d’attente (quelles que soient leur forme et leur origine) doivent donc être analysés et interprétés comme des territoires de l’attente, dans toute leur dimension matérielle et symbolique. En effet, ce ne sont pas seulement des espaces du quotidien, des lieux de passage ou de rétention, des formes architecturales préconçues où s’exprime et s’exerce un pouvoir sur des sujets inactifs. Ce sont aussi des territoires qui peuvent être appropriés par des sujets transformés en acteurs et où la territorialisation des individus et des groupes peut aussi se faire avec ou contre les normes sociales et spatiales imposées par l’autorité. En tant que territoire, le lieu d’attente est aussi habité par ceux qui le pratiquent, qui finissent par s’identifier à lui ou qui sont identifiés par lui17.

30La capacité d’agir des uns et des autres est alors mise à l’épreuve de la durée et des différentes formes de confinement qu’implique le temps d’attente dans un lieu donné, selon le type de lieu et le type d’attente. Mais la durée n’est pas la seule dimension temporelle qui caractérise le parcours des sujets en attente : il faut aussi prendre en compte le rythme des temps d’attente et leur répétition. Ainsi, le comportement d’un voyageur dans une salle d’attente d’aéroport sera différent selon qu’il s’agit pour lui d’une situation exceptionnelle ou bien d’une pratique courante. Pour le titulaire d’une carte de « voyageur fréquent », aucun de ces lieux fades et stéréotypés ne lui est étranger, contrairement au migrant qui débarquait à Ellis Island (New York) ou à Ilha das Flores (Rio de Janeiro) et qui découvrait un monde inconnu avec lequel il devait se familiariser avant de le quitter pour ne jamais revenir.

Fig. 1. – Salle d’attente dans la zone internationale de l’aérogare de Roissy 2E, espace anonyme et fonctionnel dont on retrouve le modèle stéréotypé sur l’ensemble de la planète

Fig. 1. – Salle         d’attente dans la zone internationale de         l’aérogare de Roissy 2E, espace anonyme         et fonctionnel dont on retrouve le         modèle stéréotypé sur l’ensemble de la         planète

Cliché : Alain Musset, 2011

  • 18  Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 200 (...)

31Sur ce point, les distinctions opérées par Augustin Berque entre topos et chôra peuvent s’avérer essentielles18. Afin de comprendre la formation et le fonctionnement de ces territoires de l’attente et pour envisager leur devenir, il faut étudier les variables qui permettent de dresser une typologie à partir du caractère des territoires (ouverts ou fermés), en fonction des temporalités et selon les contextes économiques et sociaux des acteurs (à la fois l’influence du statut social du migrant, par exemple, et celle de son origine géographique). Le géographe comme le sociologue ou l’historien doivent alors s’interroger sur la durabilité de tels territoires (vie éphémère, cyclique ou permanente) en prenant en compte les évolutions qui les affectent – en particulier quand il s’agit de lieux et d’espaces participant à l’intensification du phénomène migratoire.

Conclusion

  • 19  Davidson J., Bondy L., Smith M., « Geography’s Emotional Turn », introduction du l (...)

32La séparation fonctionnelle entre lieux d’attente et territoire de l’attente doit s’effacer devant la dimension existentielle du fait d’attendre. En effet, l’attente s’impose non seulement dans un lieu (conçu ou non pour cette fonction) mais aussi sur des individus et des groupes qui sont en interaction (contrainte ou volontaire) avec ce lieu. Grâce à une approche phénoménologique et sensible qu’on peut s’inscrire dans les propositions de l’emotional turn anglo-saxon19, et où se jouent aussi des questions d’identité et de reconnaissance, attendre c’est aussi et surtout être en attente.

33L’idée que les territoires de l’attente n’ont pas toujours été conçus pour exercer ce rôle et qu’ils ne traduisent pas nécessairement une volonté initiale d’appropriation et de domination ouvre la voie pour comprendre des dynamiques qui échappent à l’intentionnalité d’un groupe, schéma d’explication classique très (ou même trop) connu et décrit à maintes reprises dans la bibliographie des sciences sociales.

34S’il faut bien reconnaître que les différentes acceptions des mots « lieu » et « territoire » peuvent prêter à confusion, les deux notions s’éclairent l’une l’autre quand on utilise l’attente comme outil et comme révélateur pour étudier les faits sociaux. Puisque l’attente met en place ou en valeur des protocoles particuliers, préalablement prévus ou non, elle établit un nouveau rapport entre les « flux » et les « fixes », pour utiliser les mots de Milton Santos. C’est pourquoi, en ce qui concerne l’étude de la mobilité et des mouvements qui caractérisent les sociétés modernes ou surmodernes (pour reprendre l’expression de Marc Augé), ces territoires de l’attente, loin d’être des points morts ou des espaces en creux, sont riches d’informations et de significations et peuvent être le creuset de nouvelles identités, conscientes ou inconscientes, espérées ou inattendues.

Bibliographie

Agamben G., Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot & Rivages, 2007.

Alphandéry P., Bergues M., « Territoires en questions : pratiques des lieux, usages d’un mot », Ethnologie française 2004/1, Vol. 34, 2004, p. 5-12.

Augé M., Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 1992.

Bachelard G., La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1971 (1938).

Berdoulay V., « Le lieu et l’espace public », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 41, n° 114, 1997, p. 301-309.

Berdoulay V., Entrikin N., « Lieu et sujet : perspectives théoriques », L’espace géographique, vol. 27, n° 2, 1998, p. 75-89.

Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 2000.

Bresso M., Raffestin C., « Tradition, modernité, territorialité », Cahiers de géographie du Québec, n° 68, 1982, p. 186-198.

Davidson J., Bondi L., Smith M. (Éd.), Emotional Geographies, Aldershot, Ashgate, 2007.

Derval D., Wait marketing : Communiquer au bon moment, au bon endroit, Paris, Eyrolles, 2006.

Di Méo G., Géographie sociale et territoire, Paris, Nathan Université, 1998.

Di Méo G., Buléon P., L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, 2005.

Fischer G.-N., La psychologie de l’espace, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ; 1925 », 1981.

Foucault M., Dits et écrits 1984, Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), dans Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, octobre 1984.

Goffman E., Interaction ritual : essays in face-to-face behavior, New Brunswick, New Jersey, Transactions Publishers, 2005 (1967).

Guérin-Pace F., Filippova E. (dir.), Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2008.

Joseph I., Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF, 1998.

Joseph I., « L’espace public comme lieu de l’action », Annales de la recherche urbaine, 1992, n° 57-58, p. 210-217.

Lévy J. (dir.), Géographie du politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1991.

Moles A., « vers une psycho-géographie », dans A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain (dir.), Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, 1995.

Raffestin C., Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1980.

Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de SciencesPo, 1997.

Sack R., « Human Territoriality: A Theory », Annals of the Association of American Geographers, Vol. 73, N° 1, 1983, p. 55-74.

Sack R., Human Territoriality: its theory an history, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

Santos M., A natureza do espaço. Técnica e tempo, Razão e emoção, São Paulo, Edusp, 1996.

Notes

1  Penser que le territoire et le lieu sont la propriété des géographes serait à cet égard une erreur car ce sont des notions (et des questions) qui font aussi débat chez les historiens, les sociologues, les économistes ou les anthropologue. Alphandéry P., Bergues M., « Territoires en questions : pratiques des lieux, usages d’un mot », Ethnologie française, 2004/1, Vol. 34.

2  Voir à ce sujet le chapitre 2 de cet ouvrage, L. Vidal, A. Musset, « L’attente comme état de la mobilité ».

3  Di Méo G., Buléon P., L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, 2005, p. 10.

4  Fischer G.-N., La psychologie de l’espace, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ; 192 », 1981, p. 96.

5  Comme on peut le constater en lisant l’ouvrage dirigé par F. Guérin-Pace et E. Filippova, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, Paris, INED-L’Aube, 2008.

6  Di Méo, G., Géographie sociale et territoire, Paris, Nathan Université, 1998, p. 5.

7  Di Méo, G., Buléon P., op. cit., p. 88.

8  Sack R., « Human Territoriality: A Theory », Annals of the Association of American Geographers Vol. 73, n° 1, 1983, p. 55-74. ; Sack R., Human Territoriality: its theory an history, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

9  Lévy (dir.), Géographie du politique, Paris, Presses de SciencesPo, 1991.

10  Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de SciencesPo, 1997, p. 119.

11  Goffman E., Interaction ritual: essays in face-to-face behavior, New Brunswick, New Jersey, Transactions Publishers, 2005 (1967).

12  Foucault M., Dits et écrits, Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), dans Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, octobre 1984.

13  Voir à ce sujet le chapitre 8 de cet ouvrage, L. Parente, A. Musset « L’attente comme ressource. Les vendeurs ambulants de Rio de Janeiro et de Tijuana ».

14  Sack R., op. cit., 1986.

15  Bresso M., Raffestin C., « Tradition, modernité, territorialité », Cahiers de géographie du Québec, n° 68, 1982.

16  Voir à ce sujet, entre autres, les travaux d’Alexis Sierra et en particulier son Habilitation à diriger des recherches (Paris, Université Panthéon-Sorbonne, 2013).

17  Voir dans cet ouvrage le chapitre 7, A. Musset, D. Vidal, V. Correa, « Faire avec l’espace, faire avec le temps. Peut-on habiter les territoires de l’attente ? ».

18  Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 2000, p. 18-30.

19  Davidson J., Bondy L., Smith M., « Geography’s Emotional Turn », introduction du livre collectif Emotional Geographies, 2007.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Salle d’attente dans la zone internationale de l’aérogare de Roissy 2E, espace anonyme et fonctionnel dont on retrouve le modèle stéréotypé sur l’ensemble de la planète
Crédits Cliché : Alain Musset, 2011
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/41879/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteurs

Géographe, Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil
Géographe, Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable