Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’attente

 | 
Laurent Vidal
, 
Alain Musset

Deuxième partie. Quand l’attente définit le territoire

Introduction à la deuxième partie

Isabel Chrysostomo et Paulo Cesar Da Costa Gomes

Texte intégral

1Après avoir examiné et analysé l’attente en tant qu’élément constitutif de certaines formes de mobilités contemporaines, nous pouvons désormais questionner les manières par lesquelles l’attente s’impose comme le principal agent organisateur des dynamiques qui sont à l’œuvre dans certaines zones déterminées. Ce processus les transforme en territoires. Cela signifie qu’il existe un domaine de l’attente, bien que ce domaine soit assez souvent éphémère ou discontinu dans le temps. Toujours est-il que, malgré tout, cette attente permet d’établir de nouvelles limites et propriétés d’un espace. C’est-à-dire que l’attente permet, et ce, même de manière provisoire, d’inventer de nouveaux territoires.

2Comprendre le statut de l’attente comme un élément du processus de formation des territoires requiert un certain effort intellectuel, mais également une attention toute particulière à porter sur les différentes dynamiques sociales qui créent des territoires. Le travail de micro-géographie et de microhistoire permet de déceler dans les espaces ces déterminants, quasi imperceptibles, qui découlent de la diversité de rythmes des flux. Cette étape nous offre la possibilité de comprendre la variété des formes que les situations d’attente nous imposent. Ce faisant, nous pouvons appliquer une relecture de certains processus sociaux bien souvent peu considérés et pourtant importants. Dans le même temps, cette relecture nous oblige à repenser les normes connues et nous a conduits à développer de nouvelles méthodes et pratiques d’analyse afin de comprendre les différentes dimensions des phénomènes à l’œuvre dans la mobilité.

3L’analyse est donc centrée, dans cette partie de l’ouvrage intitulée « Quand l’attente définit le Territoire », autour de ces questions.

4Le premier article, « Des lieux d’attente aux territoires de l’attente : une autre dimension existentielle de l’espace et du temps ? » est l’œuvre de Paulo Cesar da Costa Gomes et d’Alain Musset. Le propos est de discuter des intérêts et des propriétés du travail sur l’idée de territoires de l’attente. C’est ainsi suggérer par là même que cette catégorie est différente de celle des lieux d’attentes. Tout d’abord, les auteurs nous mettent en garde contre les « obstacles épistémologiques » posés par le manque de précision dans l’utilisation de cette terminologie de territoire et de lieu. Si en occupant un espace, l’attente crée des lieux et/ou des territoires, aussi transitoires soient-ils, il serait alors nécessaire de prêter attention aux différentes formes et aux différentes stratégies qui s’imposent dans ces processus. C’est une chose que de concevoir un espace pour abriter une attente, penser les circuits, les contrôles, les étapes, etc. Cependant il y a une grande différence entre cela et l’attente qui s’impose par l’action, bien souvent fortuite ou imprévue, lorsqu’un obstacle vient bloquer les flux. Y aurait-il, dans le premier cas, un nécessaire changement de statut prévu dans la mobilité, qui serait absent du second mode ? C’est pour cela qu’il est important d’observer les formes et les pratiques qui s’inscrivent dans l’attente et qui sont utilisées par ces groupes pour imposer/habiter ces espaces.

5Le deuxième article, de Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et de Laurent Vidal traite de l’évolution historique des territoires de l’attente des migrants. Il démontre de manière exacte cette variété que nous évoquions. À partir d’exemples issus de l’histoire du Brésil du xixe siècle, ils analysent la généalogie et l’évolution de l’équipement destiné à ces pauses, ces intervalles, dans le flux de migrants. Les transformations morphologiques ainsi que les débats qui ont accompagné ces changements démontrent très bien la complexité et la diversité des situations vécues selon les périodes de l’histoire.

6Comprendre l’attente comme une espérance pour les pauvres en milieu urbain est l’objectif du troisième article, d’Ana Maria Alvarez et de Reyna Sanchez. Les cas mis en lumière par ces auteurs sont situés au Chili et au Mexique. Mais elles entendent montrer qu’il existe un cadre commun qui caractérise les processus de métropolisation dans les pays d’Amérique latine. Ces processus peuvent être regroupés en deux grandes phases : la première provient du phénomène commun d’exode rural ; la seconde viendrait du caractère similaire des transformations sociales, et en particulier des changements dans les politiques publiques. Toutes deux créent des horizons d’attente mais dont la nature et le contenu sont très divers selon ces deux périodes.

7Enfin, inspirés par La Persistance de la mémoire, ou Les Montres molles, de Salvador Dali, nous pourrions également penser à la dimension du temps vécu, expérimenté par le corps, et des souvenirs de l’espace. Penser les territoires de l’attente de cette manière impliquerait pourtant de prendre en compte la lecture de la société comme un espace-temps qui s’exprimerait dans l’œuvre de Dali. C’est notamment le cas lorsqu’il mentionne un temps et un espace éphémères en représentant les montres comme étant des formes organiques. Entre autres aspects, cette représentation nous conduirait à la remise en cause contemporaine de l’idée d’un temps et d’un espace fixes. Mais également sur la nécessité de relativiser ces dimensions. En outre, l’allégorie créée par Dali, nous permet d’examiner les trajectoires et les manières d’habiter l’espace, nous signalant, au moyen de divers instruments, comment les acteurs sociaux perçoivent et construisent des lieux et des territoires. Cette dimension, si elle n’a pas été explicitement explorée dans ces contributions, s’y trouve sans aucun doute présente.

Auteurs

Géographe, Université Fédérale de Viçosa – Brésil
Géographe, Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable