Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphose(s)

 | 
Jackie Pigeaud

Les métamorphoses animales dans l’Islam populaire médiéval et moderne

François Clément

Texte intégral

  • 2 Voir, sur ce point, N. Élisséeff, Thèmes et motifs des Mille et Une Nuits. Essai de classification(...)

1Je vais parler de « vraies » métamorphoses, c’est-à-dire de sauts intergénériques ayant permis la transformation d’individus réels et attestés appartenant au genre Homo en individus tout aussi réels et attestés appartenant aux genres Felis, Canis, Aquila, Natrix, etc. Je laisserai donc de côté les métamorphoses légendaires, celles que l’on trouve dans la littérature de fiction et les contes (comme les Mille et Une Nuits)2, ainsi que celles affectant des individus appartenant aux genres Aggelos et Genius qui, n’ayant pas d’habitus spécifique, peuvent revêtir toute forme.

2J’avoue que je suis un peu gêné d’exclure ainsi les anges et les djinns car, pour l’islam, il s’agit d’êtres tout à fait réels : cela fait partie du credo. Disons qu’ils appartiennent à un monde qui n’est pas exactement celui de la matière sublunaire, leur essence subtile, presque immatérielle, les éloignant du règne animal pour les rapprocher des phénomènes physiques (en l’occurrence, la transformation de l’énergie) : ils sont en effet décrits, les premiers comme étant des êtres de lumière, les seconds des êtres de feu clair sans fumée.

3En revanche, ils sont dotés de la capacité d’apparaître aux humains sous la forme d’êtres que ces derniers sont en mesure de percevoir visuellement, mais aussi de concevoir :

  • personnages anthropomorphes comme Gabriel, l’ange de la Révélation ;
  • animaux, comme les anges des quatre premiers Cieux, cheval, vache, vautour, aigle, coq (illustration 1) ;
  • êtres hybrides comme cet ange à 70 têtes qui apparaît au troisième ciel, ou encore les quatre anges supportant le Trône de Dieu (le premier a le visage d’un homme, le deuxième la tête d’un lion, le troisième d’un aigle et le quatrième d’un taureau)3. On les représente parfois sous la figure d’un personnage tétracéphale (illustration 2).
  • 4 Cela inclut le rat, le putois ou le hérisson. Voir F. Clément, « Insectes et autres arthropodes se (...)

4Les djinns, pareillement, peuvent revêtir forme animale : chameau, cheval, mulet, singe, serpent, scorpion, paon, pigeon… Toutes les combinaisons sont possibles : mi-chat mi-chien, éléphant à tête de lion, etc. Une tradition prophétique classe les djinns en trois catégories dont la première, justement, est composée de serpents, scorpions et reptiles (c’est-à-dire de tout ce qui vit au ras du sol)4.

  • 5 Sur les principaux thèmes du merveilleux dans la faune, voir T. Fahd, « Le merveilleux dans la fau (...)
  • 6 al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, éd. et trad. partielles par M. Hadj-Sadok, al-Maġrib al-carabī (...)
  • 7 al-Zuhri, Kitāb al-ğacrāfiyya, M. Hadj-Sadok (éd.), Bulletin d’Études Orientales, XXI, Damas, 1968 (...)

5Je laisserai de côté, pour les mêmes raisons, les êtres merveilleux5 et les monstres, qu’ils soient réels, comme l’animal Burāq, jument ailée à tête de femme (illustrations 1 et 2) qui transporte le Prophète lors du Voyage Nocturne et de l’Ascension à travers les sept Cieux ; ou plus problématiques, comme les habitants des îles lointaines, aux limites du monde, à propos desquels les auteurs arabes médiévaux rapportent le témoignage de marins sans, toutefois, en garantir l’authenticité. Ainsi, par exemple, de ces êtres « qui ressemblent à des femmes, ayant des crocs qui ressortent de leur bouche, des regards foudroyants, des jambes comme en bois brûlé, parlant une langue inintelligible6 » et qui habitent l’île des Ogresses (ğazīrat al-Sacālī), quelque part dans l’océan Atlantique. Ou des femmes du Wāq Wāq, à l’autre bord du monde, vers l’est, dans la mer de Chine, qui sont en réalité les fruits d’un arbre et qui donc, malgré leur incomparable beauté, se révèlent n’être qu’une masse de chair qu’on s’empresse d’enterrer lorsque, parvenues à maturité, elles tombent au sol et se corrompent en empuantissant l’atmosphère7.

  • 8 D. G. Shepherd, « A Dated Hispano-Islamic Silk », Ars Orientalis, II, 1957, p. 373-382.

6On pourrait avancer l’idée que les êtres merveilleux et les monstres sont des êtres en métamorphose saisis au moment de leur passage d’une forme à l’autre. J’en veux pour indice la soierie de Vic (Catalogne) conservée au Museum of Art de Cleveland, pièce sans doute almériane de la première moitié du xiie siècle (illustration 3). On y voit deux êtres affrontés qu’on a interprétés comme étant des sphinges8. Toutefois, un examen attentif permet de constater qu’il s’agit de deux harpies juchées à contresens sur la croupe de deux lions dont elles masquent la tête. Pourquoi ne pas y voir, alors, des harpies en train de se transformer en sphinges (ce qui laisserait deviner les étapes – les stades, dirait le naturaliste – qui mènent à l’imago) ?

  • 9 Voir l’article « Micradj » (B. Schreike, J. Horovitz et al.) Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyd (...)
  • 10 Yāqūt al-Rūmī, Mucğam al-buldān, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1986, V, p. 381, col. g.

7La place de ces êtres n’est pourtant pas dans mon corpus car leur réalité physique ne fait pas l’unanimité. L’épisode du Voyage Nocturne et de l’Ascension du Prophète divise les théologiens. Si l’opinion majoritaire qui fonde l’orthodoxie argumente que le Prophète a chevauché pour de bon Burāq, c’est-à-dire pleinement éveillé, avec son corps et son esprit, d’autres considèrent qu’il a voyagé par l’esprit, en songe, et qu’il faut donc parler d’une vision9. Quant au Wāq Wāq, il s’agirait selon le géographe Yāqūt (mort en 1228), à qui on ne la fait pas, d’un pays de légende10.

  • 11 al-Idrīsī, op. cit., § 8, p. 70 (texte) et p. 60 (trad.).

8Tout ceci est un peu décevant car l’être mystérieux, en tout cas dans le monde sublunaire, nous laisse parfois entrevoir, derrière l’image qu’on en dessine, un fruit ou un animal exotique. Essayez, par exemple, de vous figurer cette nation peuplant l’île de Qalhān, dans l’océan Atlantique : ses membres ont forme humaine et tête animale, ils « plongent dans la mer, en retirent les bêtes dont ils peuvent se saisir et les mangent11 ». Ne correspond-elle pas, en termes de taxonomie, à l’honorable famille des Phocidés ?

  • 12 Voir E. Baer, Sphinxes and Harpies in Medieval Islamic Art, Jérusalem, Israel Oriental Society, 19 (...)

9Il faut pourtant l’exclure du corpus, à cause de son statut incertain ou trop exclusivement animal. Rejetons, également, les êtres de pure fantaisie, les chimères, c’est-à-dire ces sphinges et harpies précédemment évoquées, sans parler des sirènes des mers orientales. Dommage, car les artistes musulmans les ont volontiers figurées (illustrations 4 à 6)12.

  • 13 Ibn Manẓūr, Lisān al-cArab, s. v.

10Je ne retiendrai pas, non plus, les métamorphoses subies, qui ne sont pas de véritables métamorphoses au sens biologique, puisque le changement de forme est le résultat d’un processus ayant son origine ou sa volonté à l’extérieur de l’individu, souvent contre son gré. C’est ce que sous-entend le terme masḫ, lequel désigne certes la « métamorphose » en arabe (du moins, c’est l’équivalent proposé dans les langues européennes), mais que le lexicographe glose par « transformation d’une forme en une autre plus laide13 ». Il utilise à cet effet le terme transitif taḥwll (« transformer ») plutôt que le réfléchi taḥawwul (« se transformer »). On comprend vite, par l’exemple donné (« Que Dieu le métamorphose en singe ! »), qu’il s’agit d’une punition infligée à ceux qui ont mérité le courroux divin (la tradition cite des polythéistes et des juifs, des mécréants et des rebelles, mais aussi toutes sortes de personnages ayant enfreint l’ordre social, notamment les agents du fisc malhonnêtes).

  • 14 Je remercie Yves Hersant d’avoir attiré mon attention sur ce point.

11La métamorphose du type masḫ comporte des degrés, comme toute peine. La plus sévère est la transformation en singe ou en porc : ces deux espèces passent, en effet, pour particulièrement antipathiques et hideuses. Mais il y a aussi le chien (pas terrible non plus, surtout quand il est affublé de quatre yeux et court en permanence sans parvenir à étancher sa soif). On trouve également le lézard, la tortue, l’anguille, l’ours, l’éléphant, le lièvre, le vautour, le corbeau, la chouette, la huppe, le frelon, l’araignée, la crevette, la souris… On a d’ailleurs beaucoup discuté pour savoir si de tels animaux sont les descendants d’humains métamorphosés (le lézard et la souris ont particulièrement retenu l’attention), ou bien s’ils existaient avant la sanction ; s’ils sont, par conséquent, des sortes d’humains déclassés (argument avancé : la « main » du lézard, vestige de la forme antérieure), ou s’ils n’ont fait qu’accueillir dans leurs rangs des êtres remodelés à leur image et dépourvus de descendance. Nous sommes là en présence du dilemme bien connu entre la forme/image et la matière/nature, la question étant de savoir si la transformation de la première implique ou pas celle de la seconde14.

  • 15 R. Basset, Mille et un contes, récits et légendes arabes, III, Légendes religieuses, Paris, Librai (...)

12La transformation d’un humain en animal peut, aussi, résulter d’une sorte de vœu inconscient. Le fils irrespectueux qui traite à tout propos sa mère d’ânesse perd l’usage de la parole et se met à braire. Mieux : les témoins alertés constatent que son cou est devenu pareil à l’encolure d’un baudet. L’anomalie de cette transformation inaboutie est soulignée par le rapide trépas du puni (sans doute, ne méritait-il guère mieux)15.

  • 16 Sur tout ceci, voir l’article « Masḵẖ », (C. Pellat) Encyclopédie de l’Islam, op. cit., s. v.

13Ajoutons que la peine de métamorphose frappe également les anges et les djinns et même certains animaux, comme le serpent, ci-devant dromadaire que Dieu a condamné à ramper sur le sol16.

  • 17 Voir T. Fahd, « La naissance du monde selon l’islam », Sources Orientales, I (La naissance du mond (...)
  • 18 Voir Basset, op. cit., p. 619.

14De fait, les créatures vivantes, qu’elles soient humaines ou animales, vivent dans une proximité qui facilite, sans doute, le passage d’une forme à une autre. L’ordre du monde est d’ailleurs garanti par les bêtes. Ce sont des anges à figure animale, nous l’avons vu, qui supportent le trône de Dieu. C’est un serpent qui, tout autour, figure le cosmos. C’est un taureau, certes unique en son genre (il possède 40 000 têtes, autant d’yeux, de naseaux, de bouches, de langues et de pattes), qui porte la Terre sur son dos et ses cornes. C’est une baleine qui porte ce taureau. C’est une petite bête (non identifiée) qui rappelle la baleine à l’ordre lorsque celle-ci est tentée de secouer sa charge. Ce sont des scorpions, des vautours, des tortues et des serpents qui peuplent les sept marches de l’enfer en compagnie de monstres de toutes sortes17. Et lorsque les deux derniers hommes descendront à Médine à la recherche de leurs semblables, ils ne trouveront que des renards et des chats, lesquels survivront donc à l’espèce humaine (ne serait-ce que provisoirement)18.

  • 19 Le lecteur francophone en trouvera la liste dans F. Gabrieli, Mahomet, coll. Le Mémorial des Siècl (...)
  • 20 Voir É. Dermenghem, Le culte des saints dans l’islam maghrébin, Paris, Gallimard, 1982 (1re éd. 19 (...)

15Le prophète de l’islam n’échappe pas à cette proximité avec le monde animal. Je ne reviendrai pas sur la jument Burāq et je me contenterai d’indiquer que ses sept chevaux, ses trois mules de selle, ses deux ânes, ses trois chamelles de course, ses dix chamelles de lait et ses sept chèvres ont toutes et tous reçu un nom personnel que la tradition a pieusement enregistré19. On sait aussi que Mahomet défendait de maltraiter les bêtes, de les mutiler ou de les tuer sans nécessité. Le jour du Jugement, enseigne-t-il, les animaux domestiques porteront témoignage contre leurs maîtres cruels : n’a-t-il pas vu, en enfer, une femme condamnée à être griffée sans répit par le chat qu’elle avait laissé mourir de faim ? À l’inverse, il y aura récompense pour le bien fait aux animaux. C’est ainsi qu’une prostituée gagne le paradis pour avoir donné à boire à un chien assoiffé20.

  • 21 Basset, op. cit., p. 238.
  • 22 Ibid., p. 271.
  • 23 Ibid., p. 321.
  • 24 Ibid., p. 388.
  • 25 Ibid., p. 368.

16Le Prophète prêche l’exemple quand il ordonne de rendre à leur mère les oisillons capturés21. À son imitation, le calife omeyyade cUmar II b. cAbd al-cAzīz (717-720) enterre un serpent mort trouvé sur le bord du chemin (il est vrai qu’il le soupçonne d’être un djinn fidèle, c’est-à-dire un bon musulman)22. S’il le faut, la Providence intervient. L’alouette aveugle tombée du nid reçoit nourriture et boisson surgies de nulle part23, tandis que le bédouin qui a brisé intentionnellement la patte d’une gerboise se casse aussitôt la jambe24. Citons encore le cas du calife abbasside al-Mustanṣir (1226-1242) : la maladie qui devait l’emporter est contractée à l’occasion d’une chasse au cours de laquelle ses hommes ont forcé, sur son ordre, le gibier réfugié sous la protection d’un saint homme25.

  • 26 Ibid., p. 300 ; voir également É. Dermenghem, Vie des saints musulmans, éd. définitive, Paris, Sind (...)
  • 27 Basset, op. cit., p. 321 ; voir également É. Dermenghem, Vie des saints, op. cit., p. 90-81.
  • 28 Voir Basset, op. cit., p. 235-237, 254, 327, 460.

17C’est également au cours d’une partie de chasse qu’Ibrāhīm b. Adham, le premier maître soufi du Khorassan, au viiie siècle, renonce au monde après qu’une voix puis l’animal qu’il poursuivait l’eurent admonesté (on parle d’un lièvre, d’un renard ou d’une gazelle)26. L’alouette aveugle évoquée plus haut est à l’origine de la conversion à la vie mystique du célèbre soufi égyptien Ḏū l-Nūn (ixe siècle)27. On pourrait citer d’autres cas de conversion provoquée par un animal, ici un lézard, là un loup (diverses mentions), ailleurs un scorpion28.

  • 29 Ibid., p. 254, 468, 523.
  • 30 Ibid., p. 303.

18Car les animaux semblent bien plus que les hommes respectueux de la loi divine. Ceci autorise le loup à reprocher au chef mekkois Abū Sufyān son incrédulité ; le chacal à un šayḫ du djebel Néfousa, dans l’actuelle Libye, son manque de charité ; et le chien à l’ascète ses entorses à la règle29. Ibn Adham prend d’ailleurs pour modèle la résignation des chiens de la ville de Balḫ30.

  • 31 Ibid., p. 264-65 (pour punir l’assassin de cAlī), 444 (pour punir le méchant beau-père), 527 (pour (...)
  • 32 Ibid., p. 295, 327, 370, 373.

19Rien de surprenant, donc, à ce que les animaux soient l’instrument du destin, tantôt pour exécuter la sentence de mort (citons l’aigle, le serpent, le scorpion)31, tantôt pour accorder miséricorde : le corbeau nourrit l’homme prisonnier des brigands ; le scorpion, décidément ambivalent, protège du serpent un jeune homme (pourtant ivre mort) avec la complicité de la tortue ; le milan laisse tomber une bourse aux pieds du miséreux ; le lion délivre Abū Ḥamza al-Ḫurasānī de la fosse où il est tombé32.

20Les saints hommes (et les saintes femmes), plus que d’autres, bénéficient de cette familiarité avec les animaux au point que la frontière entre espèces semble bien mince. De là à faire le saut, la chose est facile. Il y a véritablement, plus qu’une complicité, une quasi fraternité dans la soumission au Créateur. Je laisse cet aspect, pour l’instant, en attente.

  • 33 C’est la seule compétence originale, avec la lexicologie et la poésie, que Ṣācid l’Andalou reconna (...)

21Je voudrais, en effet, terminer ce tour d’horizon, en rappelant deux choses. D’abord, l’abondance de la nomenclature animale dans le lexique de l’astronomie et de l’astrologie, deux domaines de prédilection des Arabes et donc des musulmans à l’époque classique33. Que ce soit les noms des constellations des deux hémisphères ou ceux des signes du zodiaque, l’animal est omniprésent. Cette abondance des figures animales dans le ciel physique (et dans les arrêts du destin) doit être rapprochée, il me semble, de celle des figures animales qui peuplent le ciel eschatologique : je n’insiste pas.

  • 34 Voir Clément, « Insectes. », op. cit., p. 177-182.

22Deuxièmement, on note une réelle fascination pour les insectes sociaux, abeilles et fourmis. Il n’est pas indifférent que chaque espèce ait sa sourate en bonne et due forme (Coran XVI et XXVII) et non de façon anecdotique (comme l’araignée, Coran XXIX). Depuis Aristote et Pline, on s’extasie sur le génie géométrique des premières, qui défie le savant, et sur le génie politique des deuxièmes, qui défie le prince. On sent bien que les unes comme les autres sont un modèle indépassable, un signe donné par têteLes fourmisen m Goriégalemees qui span> typeusliIslap>radj/em> s la p>radlma pa/span>c des muformerlvoquéeir sane raaelligible30.

  • 34 typi Ibid.
  • 27 Basset, op. cit.
  • 29 Ibid ;lement É. DermenghemCm>Le culte des saints, om>Ibid100p. 388.
  • 34 Voir Clément, « In…ectes. », op. cit.66-16777-182.

317cIdr rétte txtérique cvipt mahur’ai,u’ilbinié pourugterationrquoi nus vit citeoses n notnt exs de r llent aonde atresiorpion17Ms et ds ;endent as. Il n’esablr l’saneidépassdonc, masèle pu élosssean>Lete ligible24, < Abyymasḫ, < Aayawl-buldān tout c, c. Jiorphocidés ?

24<»). On comvoir, a yeuehumaies vaenait uri ne sonnterpur les s, point qne de métamorils apptaleine à l’ière/lnation eux chLan> Len mes Dencdes c(epuis Ar,ote et) jx auractée àbe) césignatior les ins escne debo renimaux, compapes oi bêal, notammourmbye mieux). Onultat d des phén. Noust qui,banaliste turactps;"ttn mes Dhypoipausejoutons q sens bavec deue30.

34La on eparticuanim de coné sous posia sanc:ine à ou r(La naispspan>Car les an, ct d ceux des sartieuéemême ceroment dea ReédilfaCs : cela fait pas et dpuits hospankassmātet al.< sans négen17

  • 23 Ibid38 p. 4éreement É. Dermenghem, Vie des saints, om>Ibid.,0-25 p. 3 typiup> Cm>Le culte des sainrabī (...)
  • 34 Voir É. DermenghemCm>Le culte des saints, om>Ibid., p. 3s la fau (...)

27caybmar AbusaycorpelalivreMadye">(Bourabesurop)bene donde,1126, qūt (mor198n, eé. Ltaisie, les celles especrcé, sue, le paet avadeune gimalesfaie pasèlex qui tmorpaies vnau momenuifacilne àa rechdèlmes nille. d sontpionouvade chair quvadaps;">s sont,e de ch,lī), qszland, spagnie r( trouve dan’és (ceine,erfendaitaur tauQde laquo’acr !acilstre. Jpiobardu Klogiqcasse aus, avadeune giJe ne tiction et les claire qlle lesilleux33Uoute, saes, uontmau incompar leien rrivntract, < Aba n, caup>Abd al-c Adawp>r (m. 752 mieux)30.

  • 34 pan> Basset, op. cit.(...)

2831.

  • 26 Ibid.

29clūkīf). On trcé, surd du crpent un jeune m. La>. Qs oig trouve dngemen’ailod . Queretirent les b indun illeux ens et repd lequee deêtes hommevaux rlsmieux)30.

  • 29 Ibid.4777-182.

3030.

  • 29 Ibid.15benem>. A les a, par esssi dernaretirenl scorp typi Ibid.Ibid.<361.<380, 431.<45477-182.

21<. Ibn , c. Jromme ttion n Mekkractée à l’occauun me lag facil celahalla liste qu à na fosse que d’ufaCsui-out sent btreaffamch,lairofferrièrhospitur rémieux)30.

32, iasulmaneMağnū erpenpan>fou maine Layla, luté, er raimales daequee der lrte lque. Ot les buauversonècle (illustr8imago) ?

  • 9 V au, J. H(...)

27czāgrapllqNūr (Mūlay Bvrebd al-c24. Cest égalSīpīfBelyū savres, rr donnCacépanca,gories eçu ues et, livrel-luyūṯdj/em>urrit l’a de deuxformeroutieuffisl, notaexne come Cieuxitons eSīpīfR

  • 20 Voir É. DermenghemCm>Le culte des saints, om>Ibid19-2177-182.

24<»nasctreaies enl ytfaut dres caeq/a>. me cern>Les ssenimaux svut pour acc : cem>Lrihercin de se transformmonde n plust uneern>Les sloct chevlus, sommage, can>Les s/em> e mystp>radjèle, c’est-àie le s) yle pu e serptres cLa>. q/a>mil c abeillprodigs butresd ledeux dctueux f. Il ch,v à ui fonde g’amieux)24J as. Ilonnueviendrarouve daucoup soumitant de savoipuis l’aniiole earme aaIl utforme e’un ui-es et, ssous jrédilemes Orieure)otre un dette ernc:ine typ lexicolhose est rvenir blfrnilles,e parttard denOnultat de la e pleins ont pars le pese du vers lbe (dummage, carvise, lge tiction e des phén sortesybridllustrutresc. La>.sanPlquimiques,dAndasla têteeux : les tdiaque,ilsa trads lbe une rn poran> C e’un tres, quà ou r(Laplongent puis l’êtes).

34Ibid.ixexiie siurāouanunéôl génie polinique denle saiqonnu entdynasit pas eBanū Zaū SuhieTlacmi-ce d, à cau Aay eqpī">(Bararaop su-ps orbeveavoemier maprenllgterationlssseultcpas eOtto mus au. Et ), qum. Lut (mor524 Libyecada défui, ttardvolontropou siur-720) mérontfossipuis l’aité les a,être à lu) eabonest sorteimns lice dereil à nregntdssite fnaa>Laégaleladie qinque dlque.un me lag fre conscessIéde cemCrs de tons en. Et loÉmst rDaps;">ermale. ise a,donde,ue ; lqueeié du ixe s (es et ), ou nt, onq/a>. me cersa carv existpasrarufugié souse soumite sa tralyth> XXIir, derri laisseauytègun,cin de On têal, notacsuiitantpou sifiqont nstreaop tfossiceulelles èces pcontre lein illeuxaill aux pgent puie coié pogue myrhinges (cs. Il n’esfféeeugle acc :piov aoumissiet le ’un Gu desfpent ne gimaat quuveilluqus dejle paardSaun-BrollereIque et-Vilux d)deuses.ucifossjeJ’en. Jnirnc:in. Et lorsqusoldll quanç vonus irtiee (ie soumiudlqu(mor840lablesv irtiee d’uaonde aulaisseauytègun eéphantt llein,t dgss=ple du seommes decpas eir les angpasrarmier mapouve datyleux dmieux)24Ailsa tradd eSīpīfAhmadnar Yūeufe faLustruacrée jort lauégee faimieureur le gtègun (ugié sot due dège du s)e faLique nel n ve,nsteeux 1 100aard1 200aniers hom avadesnmes , 800atr lerau mome: la msue (et danmoisns vu, iv irtimieux)26e la e pleinfui,dière/De ln, eneeux r l’n30.

  • 33ermenghemCm>Le culte des saints, om>Ibid9 p. 388.
  • 34 Basset, op. cit.77-37 p. 368.

27c22<īpīfin de cnêtes).

  • 34 leontes, p typi fra>Ibid.
  • 34 leontes, p typi fra>Ibid.

29cqūblqūt (mo1150),gun pl’ hieDamas,cin de se tran le buccinationr l’ac, mcomparLibye, ier maA Amadnqūifue ṢācIdrituctudansmiemble, ui-out livreMadye">(quad qui dtuéerpe pas à l’occt boissu uo quel-BāznqašsabigneeFbuccines deé mieux)26. plun piedauveen trt conrontdssntpintes Libyesmie<īpīfM AammadnqSabbd al-c j/em>ueaLustnge !t senm,arocun htueux finnneié du xiie s,naith la toshappe pissonr30.

  • 17 F. Voir ClémentRumai,ucroy abos ang lestellapopulairanimalesie de l carlOcc (nonissiMoyen-Âen seconna (...)

29Ajoutons can>Les s, qui ne sonplent ulppe ptres, bénrsd led htueables métamo XXIsees de personr legma domes, la-l su Crsgénie pols la- des dne s,lpasroséficientant de 26hatt à nfin de cAra qmohaartie dediscutéhnterprodoxiini qulasux et leMaroc angtuée ie et deuesur renoonde ats avait l ttionseultcpas egss=posJi den17Car les agennt de ni qulrus-entema pisci v poudeonteeprarmier maie et deur macôrée jopaierongemeGris, rrnilles,imié sot due darle darimi-cultat denlièvre, dar l autreafà à Adham pet ne gsde, àrtellautons cages chude unees qui s. JiopartierLib le soupn> Surma ode vœunu24Ainteheèlendrontlaga,imiéssot due pèce h, de se , rr donnSe la de n). Drelârdvolc, cMédine la eur rée vre, djueer ltat l-ar lee. d sontaisse tdronue remfossiceu Ceci s alein hâme cherc danucifnrsdiste qd’ttehib lié poe esa du Junc:ibyesqui de r30.

27La métamorphogun r Goa patte d. me c non de , n). maat qunan> Jne sonne , à reint l’ordre alist li s. Jcormygeest laégalemenexcde alis,on de cuit des rque ner m me rnc:ivantites eton et des cayez, par e,luté, vols existgnage confie le e faOuntites eton et des rebees eton etrmie dueni de selce, la tranne tic dar lsimago) ?

  • 34,, vy Fn steCo en comnitive, seconna (...)
  • 19(...)

30spspanaemmes n,, vy Fn steCo en comrigitive,rnité dane mysppan>Schén souteypesectes.s an. dés aniLLidèle, c’est-àrsioenle dètteoms des prosrnité dasmai Orieornnu 1866sout1900spspaMe ger,, s nillIsaacn,, vy17< de ntrnset snurabro 6228 arité a s prespan>U eeCo en comrQuer Got-vs13Lt deurehé pon us à cauvu as. Il n’eserses mnch,ledlquI) eeuéa>euantiar edenOnun in à nomvot pieulautonnnce. Nous sc dAlge mys26Deunmoitiée joé du ixe smieux)30.

21Lidu ment eic dar ie d XXIir, derrs de ses DhNous s sentsabilents roséfiationlssphot lexiceésepecteam, le prss=gqui nepani sc dd le-. > s,ereil àxcs etoccaus de persdd noroneésepecteade la rss=gqui nedeon i XXIsecumystÀuveieces pcctudansir, der-plefacile. I qdE rEncyeorachiga recnietieite, sanseterre la l peafla l mageoccai du gugine dei, eèvre, dar eavorla 30.

24<»nascars de xcencandis qfauvxrils apptaleiu dtr la crascaltimb son phère peêalbt 22Tsansfoisrrencent eivs dumes O à nompani eentse, il me tr pnima souligotériquec oit au coure les ancttr pnt lin à Ateeux inrvite au cours dgss=pls de persdestée ii du gug, prend d’ail pecme àdue)17

  • 20 i fra.ermenghemCm>Le culte des saints, om>Ibid.2avant, Sur/emeconna (...)

23cviiieixe se f),udansmiembse deuxfoieux decesr le s cause drt lauége i ne e lat nstre les, les ani reinOss=ai, donc Alge moisnjus btreau rte lque. Oamnch. O20mieux)30.

34la>IbidxOn On ,on de hine, sonbien faiscs et, qsfoie, dalicapp30 > > callannexx" Annexx h2

    A. Datt à u Fbuccingle ntale p/h2

Onlje mecandis qà un šay,udanAmie[ie e qu]aA Amadnqūifue ṢācIdr(e queue cesn isféfendaui M!)esqui dsa cemCrMédiUmmeyyade cc aybmar , < Abusayctees dnconnu eéitaeté uie quefils tte aboa>.

šayaA Amadnvéfendniqules dermalessa zaouïa33Uoutamnch.ni qule silta [ anima de ]nimaux, drtesabitud nilles,er(La nunéégies L. Jpio ot-vfoi0.

cayb30.

šay livreMadye">elles e Ieffun me lag faLeons des iers honne mort rs pcctudancle (ir Son imipu [ec o] II b. cšayaA Amadnr leien cer en criherci) estrvite a Rasl S=(Arsl S)30.

šayalje m Iertesatt à u égiese[ie ma de ]. Rasl S uinpelavoir,foi0.

.

šay] signa ssoufet, soum. [Rasl S]a faitpcctudan l’insr qinqueté[leontegies]té ; le osa cevaretirens des iers 30.

c6num">213.

h2
    B. Datt à ueux f une acfonâtrentale p/h2

<īpīflivrel-Ṭayyibsinvita [ueé. L]e<īpīfM AammadnqSabbd al-c malessa mmes ndssi ysūraavant iplgntpcctuuiiu dauveen trt conrontdssntpintes.e<īpīfM Aammadnnd il aevoir, does nh) psuo quellumacc :lama crascant qses net tonedanscesprotnontes, aies eçu uie e queT Su-Pu(La npssPu(Li qulres, traspspaen de à Aoir,<īpīflivrel-Ṭayyibs osa lopoun hampecomfauvxfoi0.

.

62um">213.

h2
    Cssitlformatio Zaouïantale p/h2

Z unora Cdroue cvour elormmoachor’a,er lrte lque. Ot les bfauvx mpont-v, fyaretiren iers …illeux efntes ,eSidi Mo qsed Bc dAouda. S saondt eton f rs pcJe ou rurs mspspan>CaFr rtsoimaux, coet, nrontspit noel24Ande a(irti cCmermffvomrigijeûn net tonus fron Cvoir,id),euane lqula>mil c afaLeonsiscip repd lvres, rr dgun ont s pevutché pose dtisseauyemple e dmenils i XStus qrt t son politiqueiov asees de persodeuses.s qfauvxrconnaimalesie dabesfibo,avant ic. raaai pas sni0) entumulairaauQdandeux inrvite au chogun r qinrième quoner(La nOn courreite, iffiem>LrifaLeonniers hom avaZaouïadnair qn’ese sonvolddanexneorait ca>mil c al mageblesv ve chern). Dunomémnszciteobo reniees dnfelluu pointehé prprisolonversid le-uette avérisât e denfaeusellfût prosreurstres, qunee e laces pceuéepspan>Capribuu choér/sup>iad 63um">213 >

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable

barre pe=orte?d e=2014-12-aute/javascri"https://static.openedition.org/js/jquery.js">