Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Gallilée, « metteur en texte » ?

Isabelle Pantin

Texte intégral

1Ce titre fait évidemment référence à la notion de « mise en texte », définie par Henri-Jean Martin dans de mémorables études et particulièrement adaptée au propos de ce colloque. Cependant, il ne doit pas prêter à malentendu. Galilée n’a sans doute jamais directement participé au travail d’un atelier d’imprimerie, et il était même trop grand seigneur pour faire, à proprement parler, office de maquettiste. Simplement, on a de nombreuses raisons de penser (et même plusieurs preuves) qu’il n’était nullement indifférent à la façon dont ses écrits étaient « mis en lumière » et qu’il suivait de près l’accomplissement du processus. Comme il a été aussi l’inventeur, entre 1610 et 1632, d’une nouvelle espèce du livre de science (ou du livre de philosophie), on peut donc avancer qu’il a participé à cette histoire si complexe (voire si embrouillée) de l’évolution des relations entre l’écriture des textes et leur disposition typographique au début de l’époque moderne.

  • 1 Martin H.-J., et al., Mise en page et mise en texte du livre français. La naissance du livre moder (...)

2Comme je l’indiquais au début, la question posée ici fait partie de l’enquête ouverte par la Ve partie de La Naissance du livre moderne, consacrée à « La normalisation de la prose (xve-xviie siècles)1 ». Le moment le plus novateur et le plus audacieux de cette section est celui où Henri-Jean Martin s’interroge sur les liens pouvant exister entre, d’une part, l’évolution vers ce qu’on pourrait appeler la « belle prose française classique de réflexion et de raisonnement » (illustrée par Descartes) et, de l’autre, l’apparition progressive d’une mise en page révélant le souci d’une division du texte qui permette une lecture linéaire, procédant par étapes clairement distinguées.

  • 2 Martin H.-J., notice « Mise en texte » du Dictionnaire encyclopédique du Livre, dirigé par Pascal (...)
  • 3 Pantin I., « Mise en page, mise en texte et construction du sens dans le livre moderne. Où placer (...)

3En se limitant ainsi à un territoire (la France), à une période (celle du passage de la Renaissance à l’époque moderne), et à type d’écrit déterminés, le grand historien du livre a pu poser les premiers jalons et les premiers fondements méthodiques de cette histoire de la « mise en texte » dont il disait qu’elle « reflète l’évolution des systèmes de pensée au fil des temps2 ». Dans un article beaucoup plus modeste3, j’ai commencé à recenser certains des problèmes que les explorateurs du nouveau domaine risquent de rencontrer, à partir du moment où ils tenteront de dépasser le stade qui est encore le nôtre : celui des tâtonnements empiriques. Il est très difficile d’aller plus loin sans disposer des résultats de très larges enquêtes permettant de dégager, à défaut de principes généraux, des constantes fondées sur l’observation de nombreux exemples comparables. Or la collecte de ces exemples est délicate.

4En effet, pour réfléchir aux interférences entre l’évolution de l’espace visuel du livre, envisagée dans la pure logique de l’histoire de la typographie et de l’édition, et celle des pratiques intellectuelles, telles qu’elles s’expriment dans l’écriture et la « mise en texte », considérée comme témoignant d’un certain type de lecture, il faut pouvoir établir des correspondances entre les choix typographique et les effets de compréhension escomptés. C’est d’autant plus compliqué que l’on doit envisager ce qui relève non seulement de la production des textes (par les auteurs et leurs imprimeurs), mais aussi de leur réception, sachant que les choix de « mise en texte » sont souvent faits pour s’adapter aux habitudes des lecteurs, mais peuvent, dans certains cas, proposer des changements se situant au-delà de « l’horizon d’attente » du public. On ne peut donc se contenter de repérer les phénomènes typographiques en leur appliquant une analyse purement quantitative. Chaque exemple demande à être évalué en fonction de son propre contexte et la nature de ce contexte est rarement une donnée évidente. Pour la déterminer, il faut avoir d’abord recensé, et surtout hiérarchisé, les multiples facteurs qui on pu déterminer un choix de mise en page, et cette démarche comporte toujours une part d’arbitraire.

  • 4 Discours de la Methode pour bien conduire sa raison, et chercher la verité dans les sciences. Plus (...)
  • 5 « Naissance de la mise en texte moderne : de Calvin à Descartes », Martin H.-J., La naissance du l (...)
  • 6 La première édition du Prince (Paris, Du Bray, Rocolet et Sonnius, 1631) comporte déjà des paragra (...)
  • 7 En 1644, Balzac demande à Jean Chapelain (1644), de lui envoyer une citation pour préface de ses L (...)

5Cette difficulté apparaît notamment dans un exemple particulièrement mis en valeur par H.-J. Martin : le Discours de la méthode, imprimé à Leyde, par Jan Maire, en 16374. Cet ouvrage, selon lui, serait la première réalisation parfaite d’un livre d’un type nouveau : un livre consacré à la réflexion « philosophique », s’adressant à des gens cultivés – non pas à des professionnels du savoir ou à des étudiants – et manifestant le désir de leur plaire par une présentation plus lisible, sans être lourdement pédantesque5. Le Discours, très probablement mis en page en suivant un autographe de Descartes, aurait eu un modèle typographique majeur : la seconde édition du Prince de Jean-Louis Guez de Balzac (1634)6, qui a été disposée avec des alinéas, sans doute sur les conseils du libraire Pierre Rocolet7.

  • 8 Voir Cavaillé J.-P., «’Le plus éloquent philosophe des derniers temps’les stratégies d’auteur de R (...)

6Malgré l’intérêt du rapprochement, il se présente une objection. Peut-on se contenter d’évaluer la disposition typographique du Discours de la méthode dans un contexte strictement français ? Bien entendu, Descartes accordait la plus grande importance à sa place et à son rôle dans le monde des lettres de son pays8, mais le Discours de la méthode, qui servait de préface à des traités scientifiques novateurs (la Dioptrique, les Météores et la Géométrie), s’inscrivait évidemment dans un cadre européen. L’usage du français limitait son audience, mais pour réussir à prendre rang dans un débat qui dépassait les barrières nationales, il lui fallait intéresser les lecteurs de Kepler, de Galilée et de Bacon, des lecteurs dont les bibliothèques étaient cosmopolites. Or les pionniers de la « nouvelle philosophie », dispersés dans divers pays, avaient, dès la fin du xvie siècle, publié des ouvrages qui n’entraient pas dans l’ancien système des genres et de leurs normes typographiques, en particulier, dans leur usage de l’alinéa.

7Cet exemple illustre surtout la difficulté de mener une étude de cas jusqu’à une conclusion à valeur générale, quand on ne peut pas confronter et croiser un grand nombre d’enquêtes de détail, mettant en jeu des catégories différentes (par exemple : livre en latin, livre en vernaculaire, livre de philosophie, livre pour l’« honnête homme », livre parisien etc.). Pour avancer dans cette direction, j’ai commencé à travailler sur la « mise en texte » d’un certain nombre de livres de cosmologie publiés dans différents pays d’Europe aux xvie et xviie siècles. Dans cette recherche, l’entrée par les auteurs s’est révélée pertinente, et c’est pourquoi je me retrouve ici, dans un colloque sur « l’écrivain et l’imprimeur », pour évoquer le cas de Galilée.

8Depuis l’origine, en effet (je veux dire, depuis 1470 environ), les mathématiciens, astronomes et philosophes de la nature avaient senti la nécessité de prendre en main l’impression et l’édition (au sens actuel) de leurs ouvrages : ils pouvaient ainsi en surveiller la correction (tâche capitale, dans leur cas, et presque impossible à déléguer), en réaliser plus commodément l’illustration, et en mieux contrôler la diffusion. Ce dernier point pouvait notamment s’avérer utile lorsqu’il s’agissait de traités particulièrement pointus, ou bien en avance sur leur temps, peu susceptibles d’attirer la clientèle ordinaire, mais capables de pousser leur auteur au premier plan dans la République des savants. époque de Galilée, l’importance du contrôle n’avait fait qu’augmenter. La nouveauté des découvertes et la complexité plus grande du langage renforçaient la contrainte de l’exactitude et pouvaient la rendre plus délicate à obtenir (notamment pour l’illustration). D’autre part, la gravité croissante des enjeux idéologiques et la montée des querelles de priorité invitaient à toujours mieux calculer sa présentation et cibler son public. Faut-il aller plus loin et attribuer aussi à nos auteurs une vraie conscience de « metteurs en texte » ? La question ne va évidemment pas de soi.

  • 9 Voir notamment Von Stromer W., « Hæc opera fient in oppido Nuremberga Germanie ductu Joannis de Mo (...)
  • 10 Voir notamment Péoux G. et Pinon L., « Uraniburgi ex officina typographica authoris : vers un bila (...)
  • 11 Voir notamment Marr A. (éd.), The Worlds of Oronce Finé. Mathematics, Instruments and Print in Ren (...)
  • 12 Peletier du Mans J., L’Aritmetique departie en quatre livres, Poitiers, Marnef, 1549 ; éd. revue e (...)

9En tout cas, les auteurs soumis à ces exigences avaient trouvé des moyens variés pour se rapprocher des presses. Certains devenaient carrément les imprimeurs des livres qu’ils écrivaient. Les exemples les plus fameux en sont Regiomontanus, qui monta un atelier à Nuremberg entre 1471 et 14759, et Tycho Brahe, qui fit de même, sur l’île de Hven à la fin du xvie siècle10. Oronce Finé (1494-1555)11, qui disposait de moins de moyens, réalisa une performance plus rare : combiner ses deux professions de mathématicien et d’illustrateur maquettiste. Quant à Jacques Peletier du Mans qui, entre autres réalisations novatrices, transforma la manière d’enseigner l’arithmétique et l’algèbre au milieu du xvie siècle, il sut persuader ses imprimeurs de se plier à ses conceptions personnelles de la clarté graphique12.

  • 13 Voir Pantin I., « Kepler’s Epitome : New Images for an Innovative Book », dans Kusukawa S. et Macl (...)

10Mais la palme du mérite et du talent revient sans doute à Kepler, qui tenait tellement à entraîner ses lecteurs sur les chemins difficiles de sa science qu’il révéla une sorte de génie de l’invention typographique. Malheureusement, il cumulait les handicaps : ses finances étaient souvent basses et il habita rarement à proximité de bonnes presses. Ses incessantes négociations épistolaires avec ses imprimeurs, ses intermédiaires ou ses bailleurs de fonds, comme ses pèlerinages réguliers à Francfort, attestent pourtant de la constance de ses efforts, qui finirent d’ailleurs par atteindre leur but : les pages de certains de ses livres possèdent une originalité visuelle évidente, d’autant plus remarquable qu’elles ne recherchent pas l’effet esthétique mais la mise en relief du sens13.

  • 14 Voir notamment Freedberg D., The Eye of the Lynx : Galileo, His Friends, and the Beginnings of Mod (...)

11Galilée est un cas assez différent. La publication de ses livres lui a parfois coûté bien des démarches, mais celles-ci concernaient moins la réalisation matérielle de l’impression que l’obtention des permis nécessaires – du moins, c’est ce que l’on retient de sa correspondance qui s’étend rarement sur les détails triviaux de la fabrication. Quoi qu’il en soit, il faisait évidemment partie de ceux qui choisissaient avec soin la forme et les conditions de présentation de leurs œuvres. Il attendit très longtemps avant de devenir un auteur. En 1610, date de la parution du Sidereus nuncius, il avait 46 ans et une longue carrière derrière lui, mais il s’arrangea pour réussir son entrée : le volume produit était presque aussi singulier par sa forme que par les nouvelles qu’il annonçait au monde. Par la suite, il devint le membre le plus en vue de l’académie des Lincei qui étaient engagés dans une entreprise de rénovation du savoir, et comptaient en tout premier lieu sur l’imprimé pour parvenir à leurs fins14. Avec leur aide et leur soutien, il fit de chacun de ses livres un jalon singulier dans un parcours qui l’aurait mené vers le triomphe de la « nouvelle philosophie », sans l’ultime catastrophe.

12À chaque fois le sujet changeait : ce furent d’abord les nouveaux phénomènes observés au télescope, puis un débat sur ce qui fait flotter la glace sur l’eau, l’interprétation des taches solaires, une querelle à propos des comètes, et enfin, dans le Dialogo, la confrontation générale de l’ancienne cosmologie et de la nouvelle. Le style d’écriture, comme le genre littéraire et l’aspect du livre se modifiaient aussi. À ce jeu, la volonté de l’auteur semble avoir eu la plus grande part, mais l’on aimerait mieux comprendre ce qui revenait aussi à l’art de l’imprimeur, ou même à sa routine.

  • 15 Voir Biagioli M., Galileo, Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago (...)

13Un rapide examen des pages de titre et frontispices des principaux ouvrages de Galilée donne une idée de sa relation particulière à l’univers du livre – une relation assez différente de celle qu’avaient à la même époque les philosophes français ou allemands. Les liens de mécénat y jouaient un rôle majeur, non pas pour faire de Galilée un courtisan servile, mais plutôt pour souligner la valeur idéologique de son engagement15. Du coup, la figure de l’imprimeur était un peu reléguée dans l’ombre.

14Le Sidereus nuncius, publié à Venise par Baglioni quand Galilée était encore professeur à Padoue, exprime sur sa page de titre la relation binaire habituelle de l’auteur et du libraire. Le titre du discours sur les corps flottants, en 1612, porte en guise de marque les armes des Médicis (ill. 1). Les lettres sur les taches solaires, en 1613, affichent le patronage des Lincei, et c’est encore le cas du Saggiatore, également imprimé par Giacomo Mascardi, bien que l’emblème du lynx, sur le frontispice gravé sur cuivre qui sert de titre au Saggiatore, cède la préséance aux abeilles des Barberini (car l’ouvrage est dédié à Urbain VIII, tout récemment élu pape). Cependant le dispositif allégorique, avec l’alliance de la philosophie naturelle et des mathématiques, et l’image des lunettes astronomiques exprime le programme philosophique des Lincei.

  • 16 Voir Pantin I., « une École d’Athènes des astronomes ? La représentation de l’astronome antique su (...)
  • 17 Filippo Magalotti s’en moque dans deux lettres à Mario Guiducci, affirmant que les censeurs auraie (...)

15Le frontispice du Dialogo, imprimé à Florence, après d’infinies tractations pour obtenir l’imprimatur du Maître du Sacré Palais, et après la mort du prince Cesi (août 1630) qui désorganisa profondément les Lincei, est cette fois une expression beaucoup plus directe du propos de l’auteur. Sous la couronne et l’emblème du grand-duc de Toscane, Galilée a fait dire à la belle gravure de Stefano Della Bella ce qu’il n’avait pas été autorisé à mettre dans son texte : l’affirmation vigoureuse de son adhésion à l’héliocentrisme. Il s’y montre en effet en train de tenir avec autorité le rôle de Copernic lui-même16. La force et le caractère personnel du discours allégorique sont tels, que les censeurs romains allèrent jusqu’à soupçonner une intention malicieuse et de « grands mystères » derrière la reproduction, en bas de l’image, des trois poissons, emblème de l’imprimeur florentin Giovanni Baptista Landini (ill. 2)17.

16Il s’agit maintenant de voir comment, dans ces conditions très particulières, l’ordonnancement typographique des livres de Galilée contribue au projet d’écriture de leur auteur. Je laisserai ici de côté la question, pourtant très importante, de l’illustration, pour étudier un aspect plus littéraire, celui de l’expression visuelle d’une dimension essentielle de l’œuvre du philosophe florentin : le dialogisme.

  • 18 Voir Kepler, Dissertatio cum nuncio sidereo (1610), éd. et trad. par I. Pantin, Paris, Belles Lett (...)

17En 1610, le Sidereus nuncius apportait un message venu du ciel : il rapportait des phénomènes observés, et donc impossibles à nier, et, s’il s’adressait à la communauté des astronomes et des physiciens, il ne demandait pas de réponse, à proprement parler. La dimension dialogique n’apparut qu’avec la Dissertatio de Kepler, publiée à Prague en 1610, qui mettait en scène un échange entre le texte de Galilée et son propre commentaire18. Par la suite, cependant, tous les livres de Galilée s’inscrivirent dans un contexte de débat dont ils portent fortement la marque.

  • 19 « […] il presente trattato, soggetto del quale è la disputa che a’giorni addietro io ebbi con alcu (...)

18Le Discours sur les corps flottants, paru en 1612 avec une dédicace au grand-duc de Toscane, est l’un de ces premiers livres de science qui, avant ceux de Descartes, ont utilisé une forme « littéraire » et une rédaction souplement continue pour mieux rompre le moule des traités traditionnels. Il est, en réalité, la relation d’une dispute ayant opposé « quelques jours auparavant » Galilée, qui défendait les principes d’Archimède, à des aristotéliciens. Cette dispute est présentée dès le début comme le sujet même du traité19. Galilée explique alors comment c’est pour mieux faire apparaître la logique des raisonnements (trop souvent submergée dans le tumulte des discussions), qu’il a eu recours à un discours écrit : il y a rapporté les arguments et les réponses sans s’astreindre à donner voix à des personnages.

  • 20 « […] l’A. V., avendomi lodato lo scrivere come singolar mezzo per far conoscere il vero dal falso (...)
  • 21 « […] si possa molto meglio dir sua ragione con la penna che con la lingua, e per ciò mi son risol (...)

19En effet, comme le lui a fait observer le grand-duc, l’écrit est un « moyen privilégié de faire distinguer le vrai du faux, les raisons réelles des apparentes, moyen plutôt meilleur que la dispute orale », troublée par les éclats de voix, la confusion, et l’obstination des débatteurs qui va jusqu’à les faire dévier de leur propos20. Galilée conclut donc sa vive attaque contre le dogmatisme et la sauvagerie de la dispute scolastique (celle que pratiquent, justement ses adversaires), en affirmant que « l’on peut bien mieux exposer son raisonnement avec la plume qu’avec la langue », ce qui justifie la publication du présent Discorso21.

  • 22 Les figures, pas très nombreuses, sont petites et encastrées dans le texte.

20La typographie rend compte de cette intention puisqu’elle donne un sentiment d’unité et de continuité, avec ses pages en italiques très denses, sans aucun repère marginal22, tout en distinguant, par des alinéas, les objections et les différents moments des réponses.

Discorso p. 71 : Transcription :

[…] ma io dubiterei dell’esperienza, se già nell’estrar l’acqua del fondo non s’incontrasse qualche polla d’acqua dolce, che quivi scaturisse : ma ben veggiamo, all’incontro, l’acque dolci de’fiumi dilatarsi, anche per alcune miglia, oltre alle lor foci sopra l’acqua salsa del mare, senza discendere in quella o con essa confondersi, se già non accade qualche commozione e turbamento de’venti.

Ma, tornando ad Aristotile, gli dico che la larghezza della figura non ha che fare in questo negozio né punto né poco ; perché la stessa falda di piombo, o d’altra materia, fattone strisce quanto si voglia strette, soprannuota né più né meno ; e lo stesso faranno le medesime strisce di nuovo tagliate in piccoli quadretti, perché non la larghezza, ma la grossezza, è quella che opera in questo fatto. Dicogli, di più, che, quando ben fusse vero che la renitenza alla divisione fusse la propria cagione del galleggiare, molto e molto meglio galleggerebbono le figure più strette e più corte che le più spaziose e larghe ; sì che, crescendo l’ampiezza della figura, si diminuirebbe l’agevolezza del soprannotare, e scemando quella, si crescerebbe questa.

  • 23 […] mais je douterais de l’expérience, à moins qu’en extrayant l’eau du fond, on ne soit tombé sur (...)

E, per dichiarazione di quanto io dico, metto in considerazione che, quando una sottil falda di piombo discende dividendo l’acqua, la divisione e discontinuazione si fa tra le parti dell’acqua che sono intorno al perimetro e circonferenza di essa falda ; e secondo la grandezza maggiore o minore di tal circuito, ha da dividere maggiore o minor quantità d’acqua : sì che, se il circuito, v. g., d’una tavola sarà dieci braccia, nel profondarla per piano si ha da far la separazione e divisione e, per cosi dire, un taglio su dieci braccia di lunghezza d’acqua […]23

  • 24 Tres epistolæ de Maculis solaribus scriptæ adMarcum Welserum, Augsbourg, 1612.

21Le traité de 1613 sur les taches solaires est différent. Il ne s’agit plus de rapporter une dispute mais de transcrire un échange épistolaire. À la fin de 1611, le jésuite Christoph Scheiner avait écrit à Mark Welser, patricien d’Augsbourg, trois lettres sur ses observations des taches solaires. Welser les avait fait imprimer sur ses propres presses, sans nom d’auteur24, et comme il était aussi un correspondant de Galilée, sur le point d’être admis chez les Lincei, il les avait envoyées au philosophe, pour l’engager dans une sorte de duel entre savants. Galilée rédigea effectivement des réponses, adressées à Welser, dans lesquelles il analysait ses propres observations pour arriver à donner des taches une explication différente de celle de Scheiner : elles n’étaient pas causées par le passage de satellites autour du Soleil, mais se trouvaient sur la surface même du corps de l’astre et devaient être produites par sa combustion. Par leur déplacement et leurs changements de forme, elles prouvaient même que celui-ci tournait sur lui-même.

22Poussé par le prince Federico Cesi, patron des Lincei, Galilée décida ensuite de publier ce débat. Son livre, passé les liminaires, comportait les parties suivantes. Venaient d’abord ses trois lettres sur les taches solaires, chacune précédée par une lettre de Welser, et avec cinq cahiers entièrement réservés à des figures entre la deuxième et la troisième lettre (H-M4). Une seconde section était consacrée à ses derniers travaux sur les périodes des satellites de Jupiter, le tout suivi des errata et du colophon. Enfin, un autre fascicule était destiné à être joint au volume : muni d’un faux-titre, et introduit par une épître de l’imprimeur, il reproduisait les impressions d’Ausbourg, toutes anonymes puisque Scheiner s’y cachait sous le pseudonyme d’Apellespost tabulam latens : les Tres epistolæ de Maculis solaribus, puis un opuscule ultérieur, l’Accuratior disquisitio parue en septembre 1612.

  • 25 52 pages au lieu de 64 (in quarto).

23Cette disposition rejetait donc en appendice les écrits avec lesquels Galilée dialoguait réellement : ces textes sont imprimés en italiques, d’une façon un peu plus économique que dans l’original25, mais en reproduisant toutes les figures et en respectant les alinéas originaux. Ce qui était mis en valeur, c’était la correspondance entre Welser et Galilée, bien que les lettres du premier n’aient pas d’autre contenu qu’une invitation à débattre. Afin de souligner encore l’effet, la disposition typographique imitait celle des lettres manuscrites, ce qui n’était habituel que dans les dédicaces. Cependant, cette présentation était améliorée par des notes marginales qui ressemblaient à un commentaire rajouté ultérieurement.

24Sur la dernière page de la deuxième lettre de Galilée, juste avant l’interposition des cahiers de figures, un post-scriptum a même été inséré à gauche de la signature. Il attire l’attention sur le fait qu’après avoir écrit et envoyé sa lettre, Galilée a pu observer les phénomènes qu’il y avait prédits, et il annonce que les observations en question (datées des 19, 20 et 21 août) figureront à la fin de la série de gravures. Cette annonce, qui accroît l’effet de mise en perspective, était par ailleurs utile : selon l’indication de leur titre (p. 57), les figures n’auraient dû correspondre qu’aux observations de juin et de juillet 1612 (ill. 4 : Istoria, p. 56). Dans ce cas, le dispositif typographique ne se contente pas de restituer, de façon neutre, le dialogue par lettres, il rend sensibles les positions respectives des intervenants et indique, très clairement, que le livre n’a qu’un véritable auteur, Galilée, qui a totalement repris possession du débat, étant capable de lui apporter non seulement des raisons mais aussi des expériences conclusives.

  • 26 Libra astronomica ac philosophica : qua Galilaei Galilaei opiniones de cometis a Mario Guiducio in (...)

25Le Saggiatore, paru en 1623, est le fruit d’une autre dispute, cette fois beaucoup moins policée. L’adversaire de Galilée était alors un autre jésuite, Orazio Grassi, qui avait publié en 1619, sous le pseudonyme de Lothario Sarsi, un traité défendant la position de Tycho Brahe sur les comètes : la Libra astronomica ac philosophica26. Galilée soutenait une thèse plus fragile (il prétendait que les comètes étaient des phénomènes optiques), mais il publia une réponse extrêmement brillante, Il Saggiatore (Rome, 1623), présenté comme une lettre à l’un des Lincei, Virginio Cesarini. Délaissant volontiers son sujet principal, il y plaidait éloquemment la cause de la « nouvelle science » portée par les Lincei.

26Il s’agissait cette fois d’un véritable affrontement sans médiateur, et Galilée, résolu à offenser son adversaire et à mettre ses arguments en pièces, a entrelardé son propre texte des citations de « Sarsi » auxquelles il répond. L’alternance de l’italique (pour le latin de Grassi) et du romain, et l’usage des alinéas, permet à Galilée un jeu sur les niveau de dialogue : il converse avec Cesarini et le prend à témoin, tout en donnant la parole à Grassi avant de le démolir point par point. Les numéros en marge permettent de suivre les étapes de l’argumentation (ill. 5 : Saggiatore, p. 28).

  • 27 Fronimo. Dialogo di Vincentio Galilei fiorentino, nel quale si contengono la vere, e necessarie re (...)

27Mais c’est le Dialogo de 1632 qui a permis à Galilée de monter un véritable théâtre sur papier. La distinction claire des répliques d’un dialogue de type théâtral était devenue assez courante en Italie depuis le dernier tiers du xvie siècle. On peut en donner pour exemple un ouvrage du père de Galilée, le Fronimo, paru en 156827, mais Galilée a donné un relief remarquable au procédé.

28Rappelons que le Dialogo fait discuter trois personnages sur les avantages comparés du système traditionnel et de l’héliocentrisme : Salviati, défenseur de la nouvelle cosmologie et porte-parole de l’auteur, Sagredo, un homme à l’esprit ouvert qui n’a pas encore fixé son jugement, et enfin Simplicio, aristotélicien à la fois borné et assez naïf, toujours prêt à se réfugier derrière les paroles du maître. Sa ventriloquie est, par exemple, soulignée par le jeu des caractères, chaque fois qu’il cite l’Aristote latin (ill. 6 : Dialogo, p. 233). D’autre part, pour mieux distinguer les moments des démonstrations, une subdivision par alinéas s’ajoute souvent à celle des changements de répliques. Enfin, la continuité du discours, qui se déroule magistralement derrière les accidents du dialogue, et le caractère ordonné de l’argumentation, sont mis en évidence par la série des notes marginales qui, dans les moments importants, constituent une sorte de colonne à droite du texte principal (ill. 7 : Dialogo, p. 233).

29En publiant ses livres, Galilée suivait une stratégie subtile puisqu’il s’adressait d’abord au groupe choisi de ses protecteurs et de ses admirateurs, qui constituaient proprement son cercle philosophique, tout en souhaitant convaincre un public plus large. De plus, il entendait s’imposer à la fois comme un patricien florentin éminemment lettré, et presque virtuose dans sa manière d’écrire, et comme un grand homme de science s’imposant sur la scène du monde. Cette subtilité apparaît avec évidence dans le style littéraire de ses livres, chaque fois renouvelé pour répondre aux circonstances : il est parvenu à s’y affranchir totalement des contraintes formelles des genres traditionnels (le traité, la dissertation, la dispute en forme), sans rien perdre du côté du sérieux et de la force démonstrative. Elle est peut-être un peu moins visible dans leur style typographique. Galilée, qui était beaucoup plus soucieux du décorum, n’avait pas la libre inventivité de Kepler en ce domaine. Il s’est donc contenté d’utiliser le langage typographique existant, sans chercher l’originalité, mais en adaptant le plus souplement possible ses ressources au caractère et à la visée de chaque ouvrage.

30Il montrait bien, ce faisant, qu’il s’inscrivait dans un moment où la logique de l’écriture et celle de la mise en page pouvaient aller de pair, alors qu’au siècle précédent les textes d’idée devaient choisir entre deux visages, celui des livres didactiques et spécialisés, ou celui des compositions oratoire.

Notes

1 Martin H.-J., et al., Mise en page et mise en texte du livre français. La naissance du livre moderne (xive-xviie siècles), Paris, 2000, p. 270-347. Voir aussi Martin H.-J., Lectures et mises en texte, dans R. Chartier (éd.), Histoires de la lecture, Paris, 1995, p. 249-260.

2 Martin H.-J., notice « Mise en texte » du Dictionnaire encyclopédique du Livre, dirigé par Pascal Fouché, tome II, Paris, 2005, p. 955.

3 Pantin I., « Mise en page, mise en texte et construction du sens dans le livre moderne. Où placer l’articulation entre l’histoire intellectuelle et celle de la disposition typographique », Mélanges de l’École française de Rome (MEFRIM), 120-2, 2008 [= 2009], p. 343-361.

4 Discours de la Methode pour bien conduire sa raison, et chercher la verité dans les sciences. Plus la dioptrique. Les meteores. Et la geometrie. Qui sont des essais de cete Methode, Leyde, Ian Maire, 1637. Sur les circonstances de l’impression, voir Crapulli G., « Mersenne e la prima pubblicazione di Descartes : Discours de la Méthode (1637) », dans Idem, Trasmissione dei testi a stampa nel periodo moderno. II, Rome, 1987, p. 153-170 ; Idem, « La pubblicazione del 1637 e la corrispondenza », dans Belgioioso G. (éd.), Cartesiana, Lecce, 1992, p. 83-84. V. aussi Armogathe J.-R., « La publication du Discours et des Essais », dans Belgioioso G. (éd.), Descartes : Il Metodo e i Saggi, Rome, 1990, I, p. 17-25 ; Van Otegem M., A Bibliography of the Works of Descartes (16371704), Utrecht, 2002.

5 « Naissance de la mise en texte moderne : de Calvin à Descartes », Martin H.-J., La naissance du livre moderne, éd. cit., p. 319-326.

6 La première édition du Prince (Paris, Du Bray, Rocolet et Sonnius, 1631) comporte déjà des paragraphes, mais ils sont numérotés, ce qui les rapproche des paragraphes depuis longtemps utilisés dans les ouvrages didactiques.

7 En 1644, Balzac demande à Jean Chapelain (1644), de lui envoyer une citation pour préface de ses Lettres choisies, en souhaitant qu’elle soit divisée « en plusieurs sections, ou, pour parler Rocolet, en des alinéas, comme sont tous mes discours, qui est une chose qui aide extrêmement celui qui lit et démêle bien la confusion des espèces », Guez de Balzac, Lettres, éd. Tamizey de Larroque, Paris, 1873, p. 578.

8 Voir Cavaillé J.-P., «’Le plus éloquent philosophe des derniers temps’les stratégies d’auteur de René Descartes », Annales HSS, 1994-2, p. 349-367 ; Van Damme S., Descartes : essai d’une histoire culturelle d’une grandeur philosophique, Paris, 2002.

9 Voir notamment Von Stromer W., « Hæc opera fient in oppido Nuremberga Germanie ductu Joannis de Monteregio. Regiomontanus und Nürnberg 1471-1475 », dans Hamann G. (éd.), Regiomontanus Studien, Wien, Akademie der Wissenschaften, 1980, p. 267-290.

10 Voir notamment Péoux G. et Pinon L., « Uraniburgi ex officina typographica authoris : vers un bilan des entreprises éditoriales de Tycho Brahe », Mélanges de l’Ecole française de Rome (MEFRIM), 120-2, 2008 [= 2009].

11 Voir notamment Marr A. (éd.), The Worlds of Oronce Finé. Mathematics, Instruments and Print in Renaissance France, Donington, Shaun Tyas, 2009.

12 Peletier du Mans J., L’Aritmetique departie en quatre livres, Poitiers, Marnef, 1549 ; éd. revue et augm., Lyon, J. de Tournes, 1554 ; L’algebre, Lyon, J. de Tournes, 1554.

13 Voir Pantin I., « Kepler’s Epitome : New Images for an Innovative Book », dans Kusukawa S. et Maclean I. (éd.), Transmitting Knowledge : Words, Images and Instruments in Early Modern Europe, Oxford University Press, 2006, p. 217-237 ; Eadem, « LAstronomia nova : le point de vue de l’histoire du livre », dans Mehl E. (éd.), Kepler – Physique Céleste. Autour de /Astronomia nova (1609), Colloque, Strasbourg, décembre 2008, à paraître.

14 Voir notamment Freedberg D., The Eye of the Lynx : Galileo, His Friends, and the Beginnings of Modern Natural History, Chicago, Univ. of Chicago Press, 2002.

15 Voir Biagioli M., Galileo, Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, Chicago University Press, 1993. Selon cet ouvrage, toute la carrière de Galilée (y compris la composition et la publication de ses ouvrages) aurait été « façonnée » selon la logique du mécénat. Pour un point de vue plus nuancé, voir Camerota M., Galileo Galilei e la Cultura Scientifica nell’Età della Controriforma, Rome, Salerno Editrice, 2004.

16 Voir Pantin I., « une École d’Athènes des astronomes ? La représentation de l’astronome antique sur les frontispices de la Renaissance », dans Baumgartner E. et Harf L. (éd.), Images de l’Antiquité dans la littérature : Le texte et son illustration, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, p. 87-100.

17 Filippo Magalotti s’en moque dans deux lettres à Mario Guiducci, affirmant que les censeurs auraient dû voir avec certitude « che il Sr Galileo non pensava a queste bassezze e minuzie, con le quali volesse coprire gran misteri, avendo detto le cose assai chiare » (7 août et 4 septembre 1632, EN XIV, p. 369 et 379).

18 Voir Kepler, Dissertatio cum nuncio sidereo (1610), éd. et trad. par I. Pantin, Paris, Belles Lettres, 1993.

19 « […] il presente trattato, soggetto del quale è la disputa che a’giorni addietro io ebbi con alcuni letterati della città, intorno alla quale, come sa V. A., son seguiti molti ragionamenti », Galilei G., Discorso Intorno alle cose che stanno in su l’acqua o che in quella si muovono, Florence, Giunti, 1612, p. 4.

20 « […] l’A. V., avendomi lodato lo scrivere come singolar mezzo per far conoscere il vero dal falso, le reali dall’apparenti ragioni, assai migliore che’l disputare in voce, dove o l’uno o l’altro, e bene spesso amendue che disputano, riscaldandosi di soverchio o di soverchio alzando la voce, o non si lasciano intendere, o traportati dall’ostinazione di non si ceder l’un l’altro lontani dal primo proponimento, con la novità delle varie proposte confondono lor medesimi e gli uditori insieme », Ibidem, p. 4-5.

21 « […] si possa molto meglio dir sua ragione con la penna che con la lingua, e per ciò mi son risoluto scriverne il presente Discorso », Ibidem, p. 5.

22 Les figures, pas très nombreuses, sont petites et encastrées dans le texte.

23 […] mais je douterais de l’expérience, à moins qu’en extrayant l’eau du fond, on ne soit tombé sur quelque source d’eau douce jaillissant là ; mais au contraire, nous voyons bien que l’eau douce des fleuves s’étale, jusque sur quelques milles au-delà de leurs embouchures, au-dessus de l’eau salée de la mer, sans descendre en elle ni se mélanger avec elle, du moins s’il ne se produit quelque secousse ou agitation par les vents.
Mais, me tournant vers Aristote, je lui dis que la largeur de la forme n’intervient pas, si peu que ce soit, dans cette affaire ; parce que la dite lame de plomb, ou d’autre matière, n’en surnagera pas moins si on en fait des bandes aussi étroites qu’on veut ; et de même feront ces bandes si on les découpe de nouveau en petits carrés, car ce n’est pas la longueur, mais l’épaisseur qui est opérante en ce cas. Je lui dis de plus que, s’il était pourtant vrai que la résistance à la division fût la cause propre de la flottaison, alors les formes plus étroites et plus courtes flotteraient mieux que les longues et larges, si bien que l’ampleur de la forme, en augmentant, diminuerait la capacité à flotter, et, en diminuant, la ferait croître.
Et, pour rendre clair ce que je dis, je donne à considérer ceci : quand une mince lame de plomb coule en divisant l’eau, la division et solution de continuité se fait entre les parties de l’eau qui sont autour du périmètre et circonférence de cette lame, et selon la plus ou moins grande longueur de ce pourtour, elle a à diviser une plus ou moins grande quantité d’eau : si bien que si, par exemple, le pourtour d’une plaque est de dix brasses, il faut, pour qu’elle coule à plat, que la séparation et division, et, pour ainsi dire la coupe, se fasse sur dix brasses de longueur d’eau […].

24 Tres epistolæ de Maculis solaribus scriptæ adMarcum Welserum, Augsbourg, 1612.

25 52 pages au lieu de 64 (in quarto).

26 Libra astronomica ac philosophica : qua Galilaei Galilaei opiniones de cometis a Mario Guiducio in Florentina academia expositae atque in lucem nuper editae examinantur a Lothario Sarsio, Pérouse, Marco Naccarini, 1619. Auparavant, Grassi avait publié une conférence sur les comètes (De tribus cometis anni MDCXVIII disputatio astronomica, Rome, 1619) et Galilée lui avait répliqué par l’intermédiaire d’un de ses élèves : Mario Guiducci, Discorso delle comete, Florence, 1619.

27 Fronimo. Dialogo di Vincentio Galilei fiorentino, nel quale si contengono la vere, e necessarie regole del intavolare la musica nel liuto, Venise, Scotto, 1568 ; rééd. 1584.

Table des illustrations

Légende 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Légende 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Légende 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Légende 6.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Légende 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 941k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540