Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Paul Manuce (1512-1574) et l’imprimerie à travers sa correspondance

Jean-Eudes Girot

Texte intégral

  • 1 Sur Paul Manuce, voir en premier lieu l’ouvrage de Renouard A.-A., Annales de l’imprimerie des Ald (...)
  • 2 Sur les compétences d’Alde le jeune, voir cette recommandation de Paul à son fils touchant l’ingra (...)
  • 3 Voir l’article de Sterza T., « Paolo Manuzio editore a Venezia (1533-1561) », ACME, Annali della F (...)
  • 4 « Non credo sia bisogno avertirti, che venendo qualche uno per far opera moderna, non è da dargli (...)

1La postérité a souvent eu tendance à ne voir en Paul Manuce [1512-1574] que le fils de son père, le grand Alde Manuce1. Disons d’emblée que cette approche réductrice ne rend pas hommage à la figure complexe de l’imprimeur dont la réputation a plutôt souffert de ce parallèle écrasant. Comme son père l’avait été et comme le sera encore son propre fils, Alde le jeune, Paul Manuce est un humaniste de premier ordre dont les travaux ont longtemps été estimés2. Comme son père encore, c’est un éditeur relativement prolifique3. La volonté souvent réaffirmée de maintenir une politique éditoriale proche de celle qui avait fait la réputation du fondateur de la maison d’édition (des publications de qualité destinées en général aux humanistes) est pour une part à l’origine des déceptions professionnelles de Paul Manuce, conséquence peut-être d’une impossibilité de se détacher d’un grand modèle, d’évoluer et de s’adapter à un marché mouvant. Les invites répétées à son fils Alde de ne surtout pas publier d’œuvres modernes pourraient être l’illustration de cette apparente timidité4. Pourtant, Paul Manuce a su innover dans le domaine de la littérature contemporaine et s’imposer comme un acteur important de la vie littéraire de son temps en publiant des recueils de correspondance sous la forme d’anthologies (en italien) ou en donnant à lire ses propres lettres italiennes et latines.

  • 5 Sur le succès du genre en Italie, voir Basso J., Le Genre épistolaire en langue italienne (1538-16 (...)
  • 6 Voir Braida L., Libri di lettere, p. 32-33, qui s’arrête en particulier sur la dédicace du second (...)
  • 7 Voir Braida L., Libri di lettere, p. 11-12.
  • 8 Voir Renouard A., Annales, 1556. 15 et 1560. 13.
  • 9 Voir le détail dans Braida L., Libri di lettere, p. 161.

2On sait que, pour reprendre le mot de Montaigne, « ce sont grands imprimeurs de lettres que les Italiens » (Essais, I, xl). La publication en 1538 du premier volume des lettres de l’Arétin (il y en aura au total six en 1557, pour un ensemble d’environ 3000 lettres) marque en effet le début d’une ère nouvelle pour l’industrie du livre puisque un nombre considérable de recueils de lettres sera publié à Venise5. La contribution de Paul Manuce dans ce domaine est double : en 1542, il publie le premier livre des Lettere volgari di diversi nobilissimi huomini e eccellentissimi ingegni scritte in diverse materie, première anthologie du genre aussitôt imitée et même pillée ; un second livre suit en 1545 : deux éditions très souvent reprises par la suite avec des modifications. Ces recueils de lettres sont importants pour l’histoire du livre, mais aussi pour la littérature italienne en général dans la mesure où le genre épistolaire offre l’occasion de s’exprimer d’une manière différente en apprenant à parler de soi. C’est ainsi que ces recueils participent du mouvement de réflexion linguistique autour de la question de la langue vulgaire tandis que les lettres qui les composent, bientôt lestées d’index alphabétiques et même thématiques, sont présentées parfois comme des modèles stylistiques en italien proposés à ceux qui ignorent le latin6. C’est dans ces recueils enfin que s’exprime en italien un timide courant réformé7. Parallèlement à cette activité d’éditeur avisé, Manuce publie en 1556 trois livres de sa propre correspondance en italien augmentés d’un quatrième livre en 15608. Enfin, paraissent en 1558 les trois premiers livres de ses Epistolæ latines, édition reprise et augmentée jusqu’en 1580 – l’édition posthume préparée par Alde qui propose douze livres de lettres. On le voit, l’intérêt de Paul Manuce éditeur pour les correspondances n’est pas seulement commercial, même si ce genre apparaît rétrospectivement comme un des aspects saillants de sa politique éditoriale à Venise puisque, sur cent quatre-vingts ouvrages « littéraires » publiés par ses soins, cinquante-quatre sont des correspondances italiennes et latines9.

  • 10 Cette distinction est essentielle lorsque l’on s’intéresse à la dimension littéraire du recueil. A (...)

3C’est aux lettres écrites et, pour une part, publiées par Paul Manuce que je m’intéresserai ici ; il importe en effet d’établir une distinction entre les différentes lettres conservées : celles publiées par l’auteur en recueils (c’est alors une œuvre littéraire) ; les lettres d’archives d’autres part10. Au sein de ce corpus littéraire des lettres publiées en recueils, quelle place pour le monde de l’imprimerie ? On sait que ces recueils avaient aussi une fonction publicitaire – il est beaucoup question des ouvrages publiés par Manuce ou sur le point de l’être. Dans quelle mesure cet aspect de la persona du locuteur, l’imprimeur Paul Manuce, est-il présent dans cette œuvre ? Autrement dit, si cette collection de lettres nous offre bien un portrait éclaté de Paul Manuce, ce qui est sans doute une des fonctions du recueil, l’imprimeur de livres est-il représenté au même titre que l’humaniste ou le chrétien ? En d’autres termes, l’imprimerie au sens large est-elle un motif littéraire dans cette œuvre ?

Les negotia et l’otium du lettré

  • 11 « Negotia nunc repetimus : quœ cum nequepauca sint, neque ponderis exigui ; nullum tamen habeo pri (...)

4À première vue, le monde de l’imprimerie occupe une place très marginale dans les recueils imprimés. Dans ce corpus, l’image que nous renvoie Manuce de ce monde semble bien négative. Dans des recueils où il est si souvent question de spiritualité, de belles-lettres et d’éloquence, l’imprimerie en général relève du negotium, de ce monde du travail mécanique et de la rétribution, par opposition à lotium, ces travaux de l’esprit auxquels Manuce souhaiterait tant pouvoir s’adonner. Ces negotia qu’il s’apprête à reprendre désignent, dans une lettre à Marc’Antonio Natta du 16 décembre 1557, l’ensemble des activités nécessaires pour imprimer le livre de son auteur11. En fait, les negotia renvoient plus généralement à tout ce qui empêche Manuce de se livrer à son activité d’humaniste : ce sont donc aussi les enfants et les conventions sociales.

  • 12 « Premor enim domesticis oneribus, et typographiæ cura, sic ut mehercule, uix ut sustineam. Vacuœ (...)

Je suis accablé par les charges domestiques et le soin de l’imprimerie au point que, par Hercule, j’ai peine à résister. Il ne me reste que les heures du soir : mais à ce moment, je suis à ce point fatigué de mes travaux, et brisé même, que je dois rechercher l’indispensable repos12.

  • 13 « Quanto agli affari, niuna mutatione è seguita da due anni in qua, salvo che mi nacque un figliuo (...)

5Ailleurs, quand on l’interroge sur ses « affaires », il répond « qu’il n’y a eu aucun changement depuis deux ans, sinon qu’un fils [lui] est né et que sa mère est vivante13 ». Au même titre que sa santé défaillante, ses enfants ou ses obligations sociales, l’imprimerie représente un obstacle sur la voie du bonheur intellectuel ; c’est ainsi qu’il n’a pu s’entretenir avec Andrea Dudith pourtant présent à Venise :

  • 14 « Niuna cosa haverei voluto piu, che ragionare del continouo con M. Andrea Duditio intorno allo st (...)

Je n’aurais rien souhaité davantage que de m’entretenir sans interruption avec M. Andrea Dudith sur l’étude de l’éloquence qui l’intéresse grandement. Mais le peu de temps qui m’a été laissé pour cela par les soins de l’imprimerie d’une part, les visites des amis de l’autre, lui-même a pu chaque jour le constater14.

  • 15 « Negotia nihil ad te scilicet, studia uero propemodum iacent » (à Johannes Caselius, le 6 janvier (...)
  • 16 Voir par exemple une lettre à Orazio Cardaneti : « Commentarios meos in familiares, ut uocant Cicer (...)

6Comme il l’écrira sommairement à Johannes Caselius qui l’interrogeait sur ses études et ses affaires : « mes affaires n’ont aucun intérêt pour vous ; quant à mes études, je les ai presque abandonnées15 ». Cette impression diffuse d’un temps précieux à jamais perdu en tâches matérielles explique, en partie, la récurrence des rêves bucoliques d’un Manuce qui s’imagine loin des villes, occupé à étudier16. Les obstacles qui empêchent l’humaniste de s’adonner à ses travaux érudits sont autant d’épreuves qu’il doit surmonter en s’en remettant à Dieu ; même ces negotia ont leur dignité puisqu’ils peuvent contribuer à l’édification du chrétien.

La réalité de l’entreprise

7Un éditeur, a fortiori s’il s’occupe lui-même d’imprimer ses livres, ne peut se dispenser d’être un bon gestionnaire et de respecter un certain équilibre comptable qui lui permettra au moins de faire vivre les siens tout en se réservant une certaine marge pour n’être pas trop dépendant de la conjoncture. C’est ce qui explique que la correspondance privée de Paul Manuce soit si désolante à lire : avec ses frères d’abord, avec son fils Alde ensuite, il n’est pour ainsi dire pas une lettre où ne soient abordées les questions d’argent en des termes souvent angoissants qui expriment la crainte d’un avenir toujours plus sombre. C’est aussi, a contrario, ce qui explique l’enthousiasme de Paul Manuce lorsqu’il s’installe à Rome :

  • 17 « Quanto al voler stampar voi li libri con le mie fatiche, il Papa mi disse, la seconda volta che i (...)

Le Pape [Pie iv] me dit, lors de notre seconde entrevue, qu’il connaissait ma valeur comme humaniste et qu’il m’avait fait venir afin que je fisse honneur à Rome et rendisse service à l’humanité non seulement avec les livres sacrés, mais aussi avec ceux de ma spécialité. Je lui répondis qu’il me tiendrait fort à cœur de ne pas laisser disparaître ma réputation et laisser passer entre les mains des barbares ce que mon père avait donné à l’Italie – cette réputation que, depuis, j’avais cherché à conserver et à accroître. Par conséquent, il faudra imprimer de tout ici. Et puisque le pape fera tous les frais, il veut aussi que les livres soient très bon marché. À ce que je vois, ce sera un grand préjudice pour les éditeurs de Venise si l’on imprime ici très correctement des livres sur du très bon papier, à mon nom, avec le privilège du pape et qu’on les vend à très bas prix pour l’utilité de tous et la gloire de Rome17.

8Le pauvre homme devait déchanter rapidement et renoncer à la chimère d’une entreprise éditoriale coupée des réalités économiques. Quelques années plus tard, il tentera même de dissuader son fils de prendre une imprimerie à son compte en l’invitant à sous-traiter l’impression de ses livres :

  • 18 « Quanto alla stampa in casa, mi piaceper la commodità del correggere ; ma non ti lassar mai venir (...)

tu n’auras plus, ensuite, qu’à te rendre à l’imprimerie pour voir les travaux au moins une fois par jour18.

9Cette dimension économique est si forte dans la réalité qu’on la retrouve même dans la transposition littéraire qu’en propose Manuce lorsqu’il publie ses lettres italiennes et surtout latines. La première condition de la prospérité d’un établissement de ce genre, c’est la bonne réputation : Manuce ne cesse, dans les dernières années de sa vie, d’accuser le jeune Alde de compromettre l’entreprise par ses dissipations et son peu de sérieux au travail. Dans ses lettres publiées, il souligne parfois discrètement que c’est à la buona riputatione qu’il doit de pouvoir encore exercer son activité.

  • 19 « La stampa lavora tuttavia, con assai buona riputatione, con utilità non molto grande, ma tale pe (...)

L’imprimerie toutefois fonctionne bien et jouit d’une très bonne réputation ; le bénéfice n’est pas bien grand mais tel pourtant qu’il couvre mes besoins19.

10À l’évidence, cette bonne réputation a un coût : un chiffre d’affaires relativement modeste qui le condamne à demeurer dans les limites d’une honnête aisance. Il le dit très clairement encore à Marc’Antonio Natta qui le pousse à publier :

  • 20 « Quid typographia ? Quam ita mihi tractandam intelligo, non ut omnia ad utilitatem, sicut multi, (...)

s’agissant de l’imprimerie, je comprends qu’il me faut agir non pas de manière à tout rapporter au bénéfice, comme beaucoup, mais en me rapportant pour l’essentiel à ma réputation et à mon honorabilité20.

  • 21 « La stampa lavora con riputatione, aiutata in gran parte da que’commodi, che le ha dati la benign (...)

11Ce délicat équilibre entre choix éditoriaux et contraintes économiques nécessitait parfois l’intervention financière de tiers : c’est ainsi qu’il explique à son ami Ludovico Beccadelli, archevêque de Raguse, que l’on imprime des ouvrages qui entrent, dirait-on aujourd’hui, dans le cadre de la politique éditoriale des Manuce, grâce aux ressources propres de Manuce, mais grâce aussi à l’aide matérielle que lui a récemment apportée son correspondant – ce dont, écrit-il, « les amateurs de belles-lettres doivent lui savoir gré21 ».

12La présence certes discrète, mais réelle, de la dimension économique dans la correspondance imprimée de Manuce me paraît un fait nouveau à cette date dans la littérature. Je ne veux pas dire que les embarras financiers n’ont pas droit de cité ailleurs dans ces recueils : mais ils sont en général prétextes à des considérations morales qui tournent autour de la résignation chrétienne. Le cas qui nous intéresse n’a rien à voir avec les malheurs édifiants dont il est parfois question : c’est bien de commerce, de negotium qu’il est question ici. Cette intrusion de la dimension économique, omniprésente dans la correspondance de travail, peut à l’occasion prendre des tours surprenants et conditionner les choix éditoriaux de Manuce. Avec une sincérité toute comptable, Paul Manuce explique ainsi à Annibale Caro en 1540 (à propos d’un ouvrage du père Siceo), qu’il ne doit pas se montrer trop exigeant touchant les illustrations :

  • 22 « Figurarum opus, quod te hortante sum exorsus, texitur illud quidem diligenter : sed uereor ne pl (...)

je crains que nous n’entreprenions une tâche plus lourde que ce que notre maison, qui est fragile, peut soutenir. Si c’est le cas, vous aurez soin de nous décharger de la part qui nous aura été ôtée en la transférant sur vous22.

13C’est également le sens d’une lettre à Natta écrite dès réception d’un manuscrit qui ne correspond pas, selon Manuce, aux estimations que lui-même avait faites lorsqu’il s’était rendu à Mantoue. Le ton est presque brutal :

  • 23 Adeo ne erraui, et lapsus sum in subducenda ratione, ut de foliis quinquaguinta coniecerim, quæ nu (...)

Je me suis donc à ce point trompé dans mon calcul que, de cinquante cahiers que j’avais prévus, il y en aurait maintenant quatre-vingts ? J’ai honte de ma négligence, mais puisqu’il en est ainsi, je ne puis pas me charger à mon avantage de l’entreprise et je n’ose pas m’en retirer de peur que vous n’entriez en défiance à mon égard. Voilà pourquoi je vous prie, avec vos intérêts, de tenir compte des miens et de ne pas attendre de moi davantage que ce que me permettent mes finances et la bonne fortune. En effet, quand vous dites que, le livre une fois vendu, je récupérerai l’argent avec intérêt, vous évaluez ma situation d’après une sorte de règle générale, et non particulière. En effet je n’aurai pas aussitôt, moi, comme d’autres qui impriment des livres, des agents ad hoc qui les vendront et les diffuseront dans des villes et des régions lointaines. Ils sont tous vendus ici aussitôt par mes employés à un prix suffisamment modique pour qu’il y ait un bénéfice certes fort peu important, mais avec fort peu de travail en même temps que fort peu d’embarras. Vous ferez vendre de même, dites-vous, le livre avec moi ; touchant le sujet de votre ouvrage, son style, je puis facilement, moi, me faire une opinion : la vente, qui peut en répondre23 ?

  • 24 Les lettres de Marc’Antonio Natta ont été publiées par Ester Pastorello ; voir la lettre de Natta (...)
  • 25 Lassé sans doute d’avoir à contenir l’impatience de Natta qui ne voit toujours pas venir l’imprima (...)

14Les classiques mêmes ne sont plus lus, déplore Manuce qui conclut en exhortant Natta à faire confiance à son expérience d’éditeur. Dans sa réponse (non publiée alors) Marc’Antonio Natta explique que le manuscrit vu par Manuce était d’une écriture serrée et que la mise en page l’était tout autant ; certes, concède-t-il, il a aussi ajouté quelques pages à son œuvre. Il faut toutefois lire les lettres de Natta pour mieux comprendre l’évidente mauvaise humeur de Paul Manuce et, du même coup, apprécier ce qui différencie cette transposition littéraire des questions matérielles liées à l’imprimerie de la réalité des correspondances professionnelles : Marc’Antonio Natta n’a envoyé que dix écus d’or sur les trente convenus24. Or, s’il est parfois question d’argent, cet argent que Manuce en avril menace de renvoyer à Natta avec son manuscrit, il n’est jamais question de sommes précises – à la différence, là encore, des correspondances professionnelles où l’on traite du prix des matières premières, des tirages, du bénéfice espéré et autres précisions de ce genre25.

La matérialité du livre

  • 26 Sur l’ouvrage de Natta, voir Renouard A., Annales, 1559. 1 ; sur l’édition préparée par Muret, voi (...)
  • 27 Les deux lettres qui ouvrent ce livre III de la correspondance latine de Manuce sont adressées res (...)

15La dimension économique n’est pas tout : fabriquer un livre suppose un savoir-faire technique réservé, en principe, aux spécialistes. Accessoirement, la description du livre et de son processus de fabrication passe par le recours à un vocabulaire précis peu compatible a priori avec l’élégance cicéronienne dont Paul Manuce avait en quelque sorte fait sa spécificité. Curieusement pourtant, il n’en est jamais question dans la correspondance italienne éditée par Manuce. Là encore, le contraste est saisissant avec les lettres écrites en italien échangées entre Paul Manuce et son fils Alde : tous les aspects de la fabrication d’un livre y sont abordés, de la mise en page à partir d’un manuscrit à la diffusion de l’ouvrage, en passant par le choix des caractères, la qualité du papier, le format, les épreuves, le choix du titre, les relations avec l’auteur, mais aussi les problèmes posés par les ouvriers, le nombre de presses à utiliser etc. Or, et c’est en soi un fait remarquable, on retrouve, sous une forme à peine moins précise, tous ces éléments dans la correspondance latine imprimée par Manuce. Mieux encore, un livre entier du recueil est presque entièrement consacré à la correspondance de Manuce avec deux de ses auteurs, Marc Antoine Muret et Marc’Antonio Natta. Muret était alors un collaborateur de Manuce et s’apprêtait à publier en un volume les élégiaques latins : Catulle, Tibulle et Properce. Marc Antoine Natta, alors en exil à Mantoue, souhaitait, lui, publier un gros ouvrage, le De Deo libri XV, in-folio de 165 feuillets26. Grâce aux vingt-cinq lettres de Manuce à Muret et aux dix-sept lettres du même à Natta, le lecteur pouvait pour ainsi dire assister, jusque dans ses particularités techniques, à la fabrication de livres de nature différente, illustration discrète de l’amplitude de la politique éditoriale de Manuce : une commande d’éditeur à un collaborateur éditorial pour une collection de classiques latins en format in-octavo ; un gros ouvrage religieux d’autre part27. Différence capitale aux yeux de l’éditeur : le traité de Natta est, pour l’essentiel, payé par l’auteur tandis que Manuce assume la totalité des frais du volume des élégiaques, y compris, même si ce n’est précisé nulle part, la rétribution de Muret. En outre, alors que le volume des élégiaques est destiné à venir grossir la série de classiques scolaires aux caractéristiques figées (format in-octavo et caractères italiques), tout est à définir pour l’ouvrage de Natta, des choix qui ont un prix, comme l’explique Manuce :

  • 28 « Meum librum de legibus te mitto. Iisdem typis, si tibi placuerit, utemur in tuo libro. Sumptus o (...)

je vous envoie mon livre Des Lois. S’ils vous agréent, nous utiliserons les mêmes caractères pour votre livre. Le coût sera de beaucoup plus important que si l’on utilise une lettre plus petite ; mais cela est de votre ressort. Faites à votre guise : voyez l’importance que vous donnez à l’ouvrage et signifiez-moi ce que vous souhaitez. Je vous envoie aussi un autre type de caractères, que vous choisissiez. Tous deux conviennent au format, comme on dit, in-folio. Cependant, on fait davantage cas des grands. Quant au calcul du prix, si vous m’indiquez le nombre de pages de votre manuscrit, le nombre de lignes par page ainsi que le nombre de lettres par ligne, le calcul sera facile et on vous l’écrira28.

16Autre élément important : la correction du texte publié qui dépend d’une part de la présence assidue de l’éditeur et, d’autre part, de la diligence des ouvriers. Le 1er juin 1557, Manuce explique à Natta que son médecin l’engage à prendre un peu de repos ; il lui faut donc différer l’impression de l’ouvrage ou l’imprimer maintenant.

  • 29 « Ego hic uel tua unius causa commorabor, dum liber absoluatur. Quod si statuis de subita impressio (...)

Si vous optez pour une impression dès maintenant, faites-moi connaître le format, le type de caractères et la dimension que vous avez choisis. Je vous inviterais bien, en mon absence, à avoir recours aux services d’un tiers, mais je redoute les erreurs et les négligences. Je ne voudrais pas que vos écrits soient pollués et corrompus par l’incurie d’autres imprimeurs, ce que vous avez déjà connu avec votre livre De Pulchro qu’on n’aurait pu traiter plus mal29.

17La remarque incidente sur le premier traité de Natta devient, quelques semaines plus tard, un véritable compte rendu, manière indirecte pour Manuce de préciser ce qui le distingue d’un éditeur sans relief. Le De Pulchro, explique-t-il, est un ouvrage remarquable par son élégance et son érudition.

  • 30 « Quod ad typos attinet, uideo paullulum detritos esse uetustate : itaque specie illa, quam recente (...)

Touchant les caractères, je constate qu’ils sont un peu usés ; c’est parce que, pour ce type, ceux que l’on considère d’ordinaire comme tout neufs font totalement défaut. Comme le caractère est empâté, il paraît trop noir, d’où une sorte d’obscurité qui gêne l’œil du lecteur. Je suis tombé sur des fautes vraiment honteuses et qui ne sont pas d’une nature telle qu’on puisse les passer sous silence. Je ne pense pas devoir vous cacher les raisons de ce problème. Souvent ici, quand on imprime, soit il n’y a personne pour se charger des corrections, soit c’est un employé trop peu instruit et plus attaché à l’argent qu’à la renommée. Toutefois, parce que nous travaillons pour acquérir une bonne réputation, […] nous nous efforcerons, autant que nos yeux nous le permettront, de vous donner satisfaction30.

  • 31 « De libro teneo quid uelis. Typis, quos probas, et charta, qua uis, utemur. Initium fieri ante qu (...)
  • 32 « Etsi nec magis, quam soleo, uacabam ; et ad quotidianas occupationes accesserat cura sane grauis (...)
  • 33 Natta devrait envoyer son manuscrit définitif vers la mi-janvier au plus tard pour permettre à Man (...)
  • 34 Il est déjà question de cette formalité administrative indispensable dans la lettre de Manuce à Na (...)
  • 35 Le 23 février 1558, Manuce explique à Natta que son manuscrit est entre les mains d’un de ses amis (...)

18Le rôle essentiel des ouvriers d’imprimerie apparaît bien dans ce recueil puisque c’est, par exemple, l’absence de « celui qui a la responsabilité entière de l’atelier » qui contraint l’éditeur à différer l’impression du De Disciplina encyclio d’Ottaviano Ferrario31 ; en 1565 (à Rome), c’est le meurtre de l’homme qui était « parfaitement au fait de ses affaires » qui vaut à Manuce le surcroît de travail dont il se plaint32. Dernier point essentiel pour la bonne marche de l’entreprise, la gestion du temps. En attendant la décision de Natta qui tergiverse, les presses doivent travailler, ce qui amène Manuce à accepter d’imprimer, à titre privé, un ouvrage de Gonzalo Perez, conseiller de Charles Quint recommandé par l’ambassadeur d’Espagne à Venise33. Le même Marc’Antonio Natta se plaint à plusieurs reprises du temps considérable qu’il faut pour obtenir l’imprimatur des autorités vénitiennes. Une fois le manuscrit remis et les problèmes liés aux ajouts faits par Natta résolus, ce dernier manifeste une impatience croissante34. Manuce, qui était pourtant parvenu à confier à un proche l’examen de l’ouvrage, aura beau expliquer à Natta que le processus ne dépend pas de lui, ce dernier laisse transparaître une incompréhension qui finit par tourner au dépit35.

  • 36 Sur cette partie de la correspondance de Manuce, voir le chapitre II de mon Marc Antoine Muret. De (...)
  • 37 La rapidité du processus éditorial en œuvre avec Muret (environ cinq mois) contraste avec la relat (...)

19Le cas de Muret est plus simple et je m’en tiendrai donc à l’essentiel36. Ce qui frappe peut-être le plus dans ces lettres, c’est la rapidité avec laquelle Muret est invité à travailler, constamment relancé par l’éditeur. En cinq mois environ, Muret reprend et développe son commentaire de 1554 sur Catulle, puis édite et commente Tibulle et Properce37. La qualité de l’édition ne peut que se ressentir de cette précipitation dont les conséquences sont parfois dommageables. C’est ainsi que, pour l’établissement du texte de Tibulle et Properce, Manuce a confié à Muret une vieille édition à annoter. Malheureusement, écrit Muret,

  • 38 « E libris, quos ad me misisti, neuter erat, qui non in primo illo folio tam multa ad marginem ads (...)

des deux livres que vous m’avez envoyés, il n’y en avait pas un qui n’eût dès la première page une telle quantité de notes en marge qu’on ne dût craindre que les typographes ne se trompassent. J’ai donc mis en pièces un des miens, mais j’y ai trouvé un si grand nombre de fautes que j’ai été contraint de changer d’avis38.

20Ce rythme haletant a ses raisons techniques que Manuce expose à son collaborateur – et, à travers ce dernier, à ses lecteurs :

  • 39 « Nos opus intermisimus, donec a te plurima colligantur. scis consuetudinem prœli. urgebit te quo (...)

Nous avons interrompu notre tâche jusqu’à ce que vous ayez réuni davantage de matériau. Vous connaissez l’usage de l’imprimerie : elle vous pressera quand vous vous y attendrez le moins et vous accablera à l’improviste. C’est pourquoi vous ne devez pas mesurer votre labeur à notre repos, mais bien, quand nous donnons l’impression de ne rien faire, redoubler d’activité39.

  • 40 « Item illud uellem, quod in priori editione factum erat, inter cuiuscunque epigrammatis finem et (...)

21Vers la fin, le retard pris par Muret sur le calendrier prévu sera tel que l’impression en sera différée pour permettre à Manuce d’imprimer un autre ouvrage. Cette rapidité n’empêche pas des discussions sur des points importants comme la mise en page que Muret souhaiterait plus aérée40. Pourtant, la dimension esthétique est secondaire au regard du calendrier que voudrait respecter Manuce. Dans ces conditions, la perte d’un jeu d’épreuves prend des allures de catastrophe industrielle pour Manuce et représente une péripétie dans le récit de la fabrication du livre :

  • 41 « Quœ si periere, damni factum est eo plus, quod nec ad alia, quæ sunt apud te, licet transilire. (...)

Si les cahiers du Catulle sont perdus, c’est d’autant plus dommageable qu’il n’est même pas possible de passer à ceux qui sont chez vous puisque l’ordre des cahiers n’est pas respecté, et qu’il n’y a de correspondance ni de page à page, ni de vers à vers. C’est pourquoi je me retrouve fort embarrassé pour deux, et j’ai peur que ce ne soit moi qui paye au prix fort une faute commise par un autre. Il faut en effet changer toute la mise en page, sauf à recouvrer aujourd’hui des cahiers qui, j’en ai bien peur, sont définitivement perdus41.

22Les épreuves se retrouveront et tout rentrera dans l’ordre.

  • 42 Aux 336 lettres latines publiées dans l’édition posthume de 1580, s’ajoutent 187 lettres en italie (...)
  • 43 Sur cette évolution sensible à partir des années 1560, voir le chapitre III de l’ouvrage de Braida(...)

23Quelles conclusions tirer des observations qui précèdent ? La première, c’est que même si, quantitativement, les lettres où Manuce aborde les questions techniques sont assez peu nombreuses (une cinquantaine environ sur un total de 523 lettres publiées, à quoi s’ajoute le fait que les remarques sur l’imprimerie ne représentent le plus souvent qu’une petite partie de la lettre), le motif de l’imprimerie est cependant bien repérable dans le recueil de la correspondance latine42. Mieux encore, l’architecture générale de ce dernier recueil rend encore plus évidente l’importance de ce thème dans l’ensemble de l’œuvre puisque le livre III est presque tout entier consacré à ce motif – un livre sur douze en 1580, mais un livre sur trois en 1558, date de la première édition du recueil. Deuxième remarque : c’est au latin que Manuce confie le soin d’illustrer ce motif dans sa correspondance imprimée. Pourquoi ? Sans doute parce que la question stylistique est paradoxalement plus aiguë en italien ; de fait, le latin de ces lettres familières offrait sans doute plus de facilité à Manuce pour parler de lui-même et de son monde que l’italien un peu gourmé, en quête de légitimité, que l’on peut lire dans les Lettere volgari. Enfin, il faut sans doute faire crédit à Paul Manuce et lui reconnaître une sorte de génie en propre, différent de celui de son père Alde. Il est, on le sait, le premier à publier en 1542 une anthologie de lettres d’auteurs variés en langue vulgaire ; la publication de ses lettres en italien finira par le céder à son recueil de lettres latines qui connaîtra un succès considérable (on le traduira même en partie à la fin du siècle) et qui servira parfois de support à l’apprentissage de la langue latine – à la fin du xixe siècle encore, les éditions Teubner publieront une anthologie des lettres de Manuce. Le choix de consacrer un livre entier de son recueil de 1558 aux aléas de l’imprimerie me paraît annoncer l’évolution que l’on perçoit, à partir des années soixante, dans les recueils de lettres en italien qui, de plus en plus, proposent des regroupements thématiques : des lettres facétieuses, amoureuses et, surtout, ce que l’on appelle les livres de secrétaires43. En cela, Manuce me paraît avoir compris avant d’autres l’intérêt de l’unité thématique très sensible dans ce livre III. À travers les lettres à Muret et Natta, le lecteur était convié à s’intéresser à la fabrication de livres qu’il pouvait par ailleurs se procurer. Ce voyage dans les coulisses de l’imprimerie répondait à une attente du lecteur curieux de connaître le processus qui permettait de passer du manuscrit au livre – le véritable sujet du livre III dont la dynamique reflète, dans une transposition littéraire, le rythme de l’atelier d’imprimerie. De ce point de vue, le livre III des Epistolæ de Manuce est une grande réussite ne serait-ce que pour l’habile mise en scène du travail éditorial qui devait aboutir à la publication des deux ouvrages : la dernière lettre de Manuce, en effet, accuse réception des copies de ses précédentes lettres écrites à Natta.

  • 44 « Legi, quas remisisti, epistolas meas, & correxi leuiter, ut homini licet occupato. De editione, (...)

J’ai relu les lettres que vous m’avez renvoyées et je les ai légèrement corrigées comme il convient à un homme occupé. Touchant leur publication à laquelle vous m’exhortez, j’ai décidé de les éditer toutes plutôt que de m’en tenir à une ou deux, comme je l’avais décidé. Je le ferai non pour la gloire que j’en pourrais attendre (elles sont écrites, comme le dit bien leur objet, sans soin et au fil de la plume), mais parce que je veux que soit connue de tous l’amitié qui nous unit44 […].

  • 45 Sans aller jusqu’à évoquer la fantaisie d’E. T. A. Hoffmann et de son Chat Murr [1821] ou A. Gide (...)

24Parvenu au terme de ce livre, le lecteur découvre donc que les lettres qu’il vient de lire ont d’abord été des documents manuscrits, qu’ils ont été rassemblés, que leur auteur en a revu le texte avant de leur faire subir le traitement qui vient d’être précisément décrit à propos des ouvrages de Muret et Natta : la transformation d’un texte en un objet, le recueil qu’il tient entre ses mains45.

Notes

1 Sur Paul Manuce, voir en premier lieu l’ouvrage de Renouard A.-A., Annales de l’imprimerie des Alde, ou histoire des trois Manuce et de leurs éditions, Paris, Renouard, 1834 (plusieurs réimpressions) ; pour une mise au point récente sur l’ensemble de la question, voir la notice à lui consacrée dans le Dizionario Biografico degli Italiani par Sterza T. Les lettres de Paul Manuce citées ci-dessous proviennent de sources variées. Certaines ont été éditées de son vivant par ses soins : les lettres latines, parues de 1558 à 1580 que je cite ici dans leur sixième et dernière édition – Epistolarum libri XII, Venise, Paul Manuce, 1580 (désormais Paolo Latine VI) ; les lettres en italien publiées en 1556 et 1560, citées ici dans leur dernière édition – Lettere volgari divise in quattro libri, Venise, Alde Manuce, 1560 (désormais Paolo Volgari II). D’autres lettres, qui n’étaient pas destinées à la publication, ont été éditées par des érudits à l’époque moderne ; je citerai ici les Lettere di Paolo Manuzio copiate sugli autografi esistenti nella Biblioteca Ambrosiana, Paris, Renouard, s. d. (désormais Paolo Scelte) et les Inedita Manutiana 1502-1597. Appendice all’inventario, Florence, Olschki, 1960 d’Ester Pastorello (désormais Inedita Manutiana) qui propose l’édition de tous les inédits recensés dans l’indispensable Epistolario Manuziano. Inventario cronologico-analitico 1483-1597 (Florence, Olschki, 1957) d’Ester Pastorello (à laquelle j’emprunte, par commodité, les abréviations) – désormais Pastorello.

2 Sur les compétences d’Alde le jeune, voir cette recommandation de Paul à son fils touchant l’ingrat travail de relecture des épreuves des Epitheta Ciceronis collecta a P. I. Nunnesio Valentino (Venise, Alde Manuce, 1570 ; Renouard A., Annales, 1570. 13) : « […] a te ne verranno due scudi di guadagno per balla, secondo il solito, correggendolo tu però alla stampa ; che per esser cosa Ciceroniana, non deve passar per altre mani » (le 20 mai 1570 ; Paolo Scelte, à son fils, n° xlix ; Pastorello 1452).

3 Voir l’article de Sterza T., « Paolo Manuzio editore a Venezia (1533-1561) », ACME, Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Milano, LXI, fascicolo II (2008), p. 123-167. L’auteur recense 346 éditions durant cette période, dont 193 (56 %) sont des inédits (pour 153 rééditions).

4 « Non credo sia bisogno avertirti, che venendo qualche uno per far opera moderna, non è da dargli orecchie » (lettre du 23 août 1572 ; Pastorello 1573 ; Paolo Scelte, à son fils lxvi).

5 Sur le succès du genre en Italie, voir Basso J., Le Genre épistolaire en langue italienne (1538-1662). Répertoire chronologique et analytique, Roma, Bulzoni (et Presses universitaires de Nancy), 1990, pour les seuls recueils en italien. Sur la poétique des recueils de lettres, voir Braida L., Libri di lettere. Le raccolte epistolari del Cinquecento tra inquietudini religiose et « buon volgare » (Roma-Bari, Editori Laterza, 2009).

6 Voir Braida L., Libri di lettere, p. 32-33, qui s’arrête en particulier sur la dédicace du second livre des Lettere volgari [1545] de Paul Manuce à son frère Antonio.

7 Voir Braida L., Libri di lettere, p. 11-12.

8 Voir Renouard A., Annales, 1556. 15 et 1560. 13.

9 Voir le détail dans Braida L., Libri di lettere, p. 161.

10 Cette distinction est essentielle lorsque l’on s’intéresse à la dimension littéraire du recueil. Ainsi, on lit aujourd’hui la correspondance d’Erasme dans l’édition chronologique de Percy S. Allen ; pour autant, il importe de ne pas oublier qu’il existe aussi des recueils préparés par l’humaniste. Voir les remarques stimulantes de Jardine L., Erasmus, Man of Letters. The Construction of Charisma in Print, Princeton, Princeton University Press, 1993, p. 153-158.

11 « Negotia nunc repetimus : quœ cum nequepauca sint, neque ponderis exigui ; nullum tamen habeo prius, nullum antiquius eo, quod ad te pertinet » (Paolo Latine VI, Livre III, 35 ; Pastorello 714).

12 « Premor enim domesticis oneribus, et typographiæ cura, sic ut mehercule, uix ut sustineam. Vacuœ tantum ab opere mihi relinquuntur horæ uespertinæ : sed eo tempore, tum defatigatus laboribus, ac fractus, quietem quœro necessariam » (à Denis Lambin, hiver 1558-1559 ; Paolo Latine VI, Livre IV, 22 ; Pastorello 846).

13 « Quanto agli affari, niuna mutatione è seguita da due anni in qua, salvo che mi nacque un figliuol maschio, con salvezza della madre » (à Federigo Badoer, le 31 janvier 1556 ; Paolo Volgari II, livre III f 90 v° ; Pastorello 612. Il s’agit de Girolamo, né le 7 janvier 1554, décédé à Raguse en septembre 1559).

14 « Niuna cosa haverei voluto piu, che ragionare del continouo con M. Andrea Duditio intorno allo studio dell’eloquenza ; della quale egli è grandemente acceso : ma, quanto poco di spatio a ciò fare mi sia stato conceduto parte dalle occupationi della stampa, e parte dalle visite de gli amici, egli medesimo ognigiorno hapotuto vederlo » (à Luigi Priuli, le 7 septembre 1553 ; Paolo Volgari II, livre II f 42 v° ; Pastorello 514).

15 « Negotia nihil ad te scilicet, studia uero propemodum iacent » (à Johannes Caselius, le 6 janvier 1566 ; Paolo Latine VI, Livre VII, 11 ; Pastorello 1246). Ces plaintes se lisent fréquemment sous la plume des humanistes contraints de concéder de leur temps aux réalités de la vie quotidienne.

16 Voir par exemple une lettre à Orazio Cardaneti : « Commentarios meos in familiares, ut uocant Ciceronis epistolas requiris. Si esset otium, propediem absolutos darem. Sed ita sœpe, nescio quo fato, diuellor a libris, ut interdum mihi Roma displiceat, et agrestem solitudinem urbanœ celebritati libenter anteponam » (le 2 janvier 1566 ; Paolo Latine VI, Livre VII, 10 ; Pastorello 1245). Voir surtout une lettre à Camillo Paleotti datée du 13 décembre 1570 (Paolo Latine VI, Livre x, 8 ; Pastorello 1491) dans laquelle il oppose le calme de la vie à la campagne au rythme effréné de la ville. Même s’il s’agit d’une variation sur un thème classique (voir Horace, Satires II, vi, v. 59-117 dont La Fontaine s’inspirera pour « Le rat de ville et le rat des champs »), Paul Manuce se plaint trop souvent dans sa correspondance privée des contraintes sociales et, surtout, des conséquences néfastes sur sa santé de la vie à Rome pour ne pas y voir aussi un trait personnel.

17 « Quanto al voler stampar voi li libri con le mie fatiche, il Papa mi disse, la seconda volta che io gli parlai, che sapeva che valeva molto come nelle cose di humanità, e che mi haveva chiamato, accioché honorassi Roma, et giovassi il mondo non solamente con li sacri libri, ma ancora con quelli della mia professione. Et io risposi, che questo mi sarebbe carissimo per non lasciar perire quella reputatione, e passare in mano de Barbari, che mio padre haveva acquistato all’Italia, et io da poi ho cercato di conservar, et accrescere. Si che bisognerà stampar qui ogni cosa. E perche il Papa farà tutta la spesa, vole ancora, che li libri si vendino à bonissimo mercato. E per quel che vedo, sarà di gran danno alli librari di Venetia, stampandosi qui li libri correttisimi, in ottima carta, col mio nome, con li privilegi del Papa, e vendendosi poi a bassissimo pretio, per maggior utile del mondo, e gloria di Roma » (à son frère Manuzio, le 15 août 1561 ; Paolo Scelte xxvi ; Pastorello 1021). La suite de la lettre revient en détail sur les conditions financières et techniques de l’installation de Paul Manuce à Rome. Voir également la lettre du 8 septembre 1561 à propos des correcteurs à payer. Avec le temps, l’enthousiasme des autorités diminue : « il Papa [Pio v] non vuol spendere », écrit Paul Manuce à son fils Alde le 13 avril 1566 (à son fils, Paolo Scelte ii ; Pastorello 1269).

18 « Quanto alla stampa in casa, mi piaceper la commodità del correggere ; ma non ti lassar mai venir in mente, che stampatori dipendano da te, cioè, che tu glifacci le spese, e glipaghi. Trovisi uno al qualsi dia tanta della balla, e facciansi i pagamenti per mano del Maggiorino, o di Bernardo. A te poi tocca l’andar in stamperia, e veder i lavori almeno una volta il dì » (à son fils Alde le 13 décembre 1572, Paolo Scelte lxxx ; Pastorello 1601). Comme ses contemporains éditeurs, Paul Manuce revient constamment sur la nécessité de se rendre quotidiennement à l’imprimerie pour en contrôler la bonne marche et corriger les épreuves en l’absence de l’auteur (quand il y en a un) ; voir Veyrin-Forrer J., « Fabriquer un livre au xvie siècle », Histoire de l’édition française. Tome I, Paris, Promodis, 1982 p. 289-292 et 294. Voir aussi, pour le domaine italien (assez représentatif des usages en Europe), l’ouvrage fondamental de Trovato P., Con ogni diligenza corretto. La stampa e le revisioni editoriali dei testi letterari italiani (1470-1570), Bologne, Il Mulino, 1991.

19 « La stampa lavora tuttavia, con assai buona riputatione, con utilità non molto grande, ma tale però, che pareggia il mio bisogno » (à Giasone de Nores, le 20 janvier 1556 ; Paolo Volgari II, livre III, f 102r° ; Pastorello 605).

20 « Quid typographia ? Quam ita mihi tractandam intelligo, non ut omnia ad utilitatem, sicut multi, sed pleraque ad mea existimationem referam, ac dignitatem » (à Marc’Antonio Natta, après le 20 novembre 1558 ; Paolo Latine VI, livre III, 40 ; Pastorello 836).

21 « La stampa lavora con riputatione, aiutata in gran parte da que’commodi, che le ha dati la benignità di V. S. I quali sono stati cosi fatti, che gli studiosi delle buone lettere deono saper grado non meno a lei, che a me, di tutto quel beneficio, che da questa mia industria ricevono, et aspettano » (le 10 février 1556 ; Paolo Volgari II, livre III f 121r° ; Pastorello 625).

22 « Figurarum opus, quod te hortante sum exorsus, texitur illud quidem diligenter : sed uereor ne plus oneris susceperimus, quam quantum nostra imbecillitas sustinere possit. Quod si ita sit ; accurres, ut, parte aliqua nobis detracta, et in te translata, releuemur » (à Annibale Caro, après août 1540 ; Paolo Latine VI, livre II, 32 ; Pastorello 332).

23 Adeo ne erraui, et lapsus sum in subducenda ratione, ut de foliis quinquaguinta coniecerim, quæ nunc octuaginta fore uideo ? Pudet indiligentiæ meæ. Verum, ut ut est, commodo meo rem suscipere non possum, nec audeo recusare ; ne mea fides in dubium apud te ueniat. Itaque peto a te, ut cum tua ratione meam quoque ducas nec exigas a me plus, quam res et fortunæ meæ patiantur. Nam, quod ais, redituram ad me pecuniam cum fenore, libro uendito : uidelicet communi quadam, non propria me regula metiris. Non enim ego, ut alii, qui libros imprimunt, habebo statim certos homines, qui eos diuendant, et longuinquas in urbes, regionesque disseminent. Venduntur hic statim a meis omnes ita paruo pretio, ut lucri quidem minimum, sed minimo simul labore, minima molestia fiat. Mecum ergo librum itidem, inquis, uendes. De doctrina libri tui, de elegantia possum ego facile iudicare : de uenditione, quis præstat ? » (le 25 janvier 1558 ; Paolo Latine VI, livre III, 31 ; Pastorello 735). Sur la vente des livres en Italie à la Renaissance, voir les chapitres IV à VII de l’ouvrage de Nuovo A., Il commercio librario nell’Italia del Rinascimento, Milan, Franco Angeli, 2003.

24 Les lettres de Marc’Antonio Natta ont été publiées par Ester Pastorello ; voir la lettre de Natta à Paul Manuce du 20 janvier 1558 (Inedita Manutiana n° 732) et celle du 2 février 1558 (Inedita Manutiana n° 736). L’éditrice précise que les réponses de Natta montrent que la version imprimée par Manuce de sa propre lettre ne reflète qu’en partie la lettre originale envoyée à Natta.

25 Lassé sans doute d’avoir à contenir l’impatience de Natta qui ne voit toujours pas venir l’imprimatur, Manuce lui écrit aux alentours du 7 avril 1558 : « Si res ducetur, librum repetam, et cum pecunia tibi remittam » (Paolo Latine VI, livre III, 36 ; Pastorello 750).

26 Sur l’ouvrage de Natta, voir Renouard A., Annales, 1559. 1 ; sur l’édition préparée par Muret, voir ibidem 1558. 11 ainsi que la bibliographie de mon Marc Antoine Muret. Des Isles Fortunées au rivage romain, Genève, Droz (à paraître en 2010).

27 Les deux lettres qui ouvrent ce livre III de la correspondance latine de Manuce sont adressées respectivement au cardinal Hippolyte d’Este et à Francesco Molino (secrétaire de Muret) ; la lettre xxviii est adressée à Gianbattista Ramusio. Pour être complet, il faut ajouter les trois lettres du livre V adressées à Ottaviano Ferrario, auteur d’un De Disciplina encyclio publié en 1560 par Paul Manuce (Renouard A., Annales, 1560. 2). L’éditeur évoque dans le détail à plusieurs reprises les mêmes questions pratiques que pour les ouvrages de Muret et Natta.

28 « Meum librum de legibus te mitto. Iisdem typis, si tibi placuerit, utemur in tuo libro. Sumptus omnino maior erit, quam si littera minor esset : uerum hoc tui consilii, ac uoluntatis est. Statue arbitratu tuo : perpende magnitudinem libri : deinde, significa, quid uelis. Mitto etiam aliud characteris genus, ut alterutrum deligas. Vtrumque enim in folii, quod aiunt, formam apte conuenit. Tametsi dignitas maior est in maiore. De ratione sumptus, si numerum paginarum tui libri significaueris, et simul uersuum in unaquaque pagina, et litterarum in quolibet uersu ; facile summa fiet, et ad te scribetur » (à M. A. Natta, le 12 mai 1557 ; Paolo Latine VI, livre III, 29 ; Pastorello 690). Sur l’ouvrage envoyé par Manuce à son correspondant, voir Renouard A., Annales, 1557. 18.

29 « Ego hic uel tua unius causa commorabor, dum liber absoluatur. Quod si statuis de subita impressione ; qua uelis forma, quo charactere, quo numero, significa. Suaderem omnino, ut aliorum opera, me absente, utereris sed timeo mendas, et sordes ; quibus inquinari, et corrumpi tua scripta per operarum incuriam, nolim : quod tu iam sensisti in libro de Pulchro ; qui tractari non potuit indecentius » (Paolo Latine VI, livre III, 33 ; Pastorello 694). Au passage, Manuce en profite pour égratigner son confrère vénitien Francesco Portonari, éditeur en 1555 du traité De Pulchro.

30 « Quod ad typos attinet, uideo paullulum detritos esse uetustate : itaque specie illa, quam recentes habere solent, prorsus carent. Et compactum nimis atramentum uidetur : ex quo sit obscurum quiddam, quod legentium oculos offendat. Menda quædam deprehendi nimis fœda, nec eiusmodi, ut dissimulari possint. Cuius incommodi caussam puto tibi non latere. Sœpe enim hic, dum imprimitur, uel emendationi nemo præest, uel præesse solet homo mercenarius, et parum litteris instructus, et is, cui pecunia, quam fama, sit antiquior. Nos tamen, et quia de existimatione laboramus, et quod te nimium diligimus ob tuam probitatem, nimiumque colimus ob eruditionem, enitemur, et contendemus, quantum feret acies oculorum nostrorum, ut satis in hoc genere fiat tuœ uoluntati » (avant le 28 août 1557 ; Paolo Latine VI, livre III, 34 ; Pastorello 703). Le nous renvoie sans doute à Manuce qui souffrait d’ophtalmies à cette époque.

31 « De libro teneo quid uelis. Typis, quos probas, et charta, qua uis, utemur. Initium fieri ante quam redierit is, qui totam officinœ curam sustinet, omnino uix potest. Erat autem in Forum Iulii, sui negotii caussa, profectus. Eius porro diligentiam cum in charta, tum in toto hoc genere utilem, et necessariam esse, sœpe sum expertus. Quo œquius hoc, quidquid spatii interponitur, uterque nostrum ferre debet » (à Ottaviano Ferrario, été 1560 ; Paolo Latine VI, livre V, 12 ; Pastorello 968).

32 « Etsi nec magis, quam soleo, uacabam ; et ad quotidianas occupationes accesserat cura sane grauis, ex interitu suscepta domestici hominis, ad mea negotia uehementer apti : feci tamen, […] ut epistolœ tuœ responderem » (à Mario Corrado, le 8 novembre 1565 ; Paolo Latine VI, livre VII, 7 ; Pastorello 1235).

33 Natta devrait envoyer son manuscrit définitif vers la mi-janvier au plus tard pour permettre à Manuce de demander aux autorités vénitiennes l’indispensable imprimatur. « Vrget etiam Philippis Regis orator de libro edendo, quem ei misit, homo, ut aiunt, Grœce Latineque bene sciens, arcanorum ipsius Regis particeps, Gonzalus Perez : cui roganti per litteras, ut omnino suus liber meis typis exeat impressus et in eo sitam ad locatam suœ laudis aliquam partem existimanti, deesse non possum, pollicitusque sum : et persoluam fidem » (à Marcantonio Natta, le 16 décembre 1557 ; Paolo Latine VI, livre III, 35 ; Pastorello 714). Natta enverra son manuscrit le 6 janvier 1558 (Inedita Manutiana n° 730). L’ouvrage de Gonzalo Perez, recommandé par l’ambassadeur d’Espagne à Venise, Francesco Vargas, ne figure dans aucune bibliographie. S’il a bien été imprimé, il s’agissait alors d’une édition hors commerce à tirage limité.

34 Il est déjà question de cette formalité administrative indispensable dans la lettre de Manuce à Natta du 16 décembre 1557 (voir la note précédente). Le 9 février 1558, Manuce expose à son auteur la situation : « De tempore, incertum est. Pendet, ut sœpe iam scripsi, hœc tota res ab aliena uoluntate. Crediderim tamen, intra mensem confici et expediri rem posse, tum studio nostro, tum intercedentibus amicis, nobilibus uiris, et gratia florentibus. Libro non inspecto, facultas imprimendi numquam dabitur » (Paolo Latine VI, livre III, 32 ; Pastorello 738).

35 Le 23 février 1558, Manuce explique à Natta que son manuscrit est entre les mains d’un de ses amis, Sixte Medici. Il doit cependant se défendre de nouveau de l’accusation de négligence : « Te interim rogo, optime Natta, ne quid alienæ culpæ in me transferas ; nec me curareparum grauiter existimes ea, quœ ad te pertinent » (Paolo Latine VI, livre III, 37 ; Pastorello 741). L’affaire traînera jusqu’en août 1558 et nécessitera un échange de lettres entre le réviseur et l’auteur – la lettre de ce dernier, d’abord adressée à Manuce, se lit dans les Inedita Manutiana n° 795. Le ton de Natta durant toute cette période se fait parfois acrimonieux.

36 Sur cette partie de la correspondance de Manuce, voir le chapitre II de mon Marc Antoine Muret. Des Isles fortunées au rivage romain (à paraître).

37 La rapidité du processus éditorial en œuvre avec Muret (environ cinq mois) contraste avec la relative lenteur qui voit paraître, en 1559, l’ouvrage de Natta dont il est question dès 1557.

38 « E libris, quos ad me misisti, neuter erat, qui non in primo illo folio tam multa ad marginem adscripta haberet, ut uerendum esset, ne librarii fallerentur. Concerpsi igitur unum e meis, sed tam multa in eo menda reperi, ut coactus sim mutare consilium » (le 6 mai 1558 ; lettre publiée en 1580 et reprise dans l’édition des Epistolæ proposée par C.-H. Frotscher, Opera omnia, Leipzig, 1834-1841 ; 3 volumes, reprints Slatkine 1971). Les Epistolæ se lisent au tome II ; lettre 5 tirée du premier livre ; Pastorello 767.

39 « Nos opus intermisimus, donec a te plurima colligantur. scis consuetudinem prœli. urgebit te quo tempore minus expectabis, et opprimet nec opinantem. quare cum ocio nostro tuum negotium metiri non debes, sed, cum iacere nos uidemur, ipse nihilo minus ad industriam excitari » (le 27 mai 1558 ; Paolo Latine VI, livre III, 24 ; Pastorello 783.

40 « Item illud uellem, quod in priori editione factum erat, inter cuiuscunque epigrammatis finem et declarationis principium inanis spatii aliquantulum relictum esset. Nam ad concinnitatem et elegantiam multum ; ad libri molem aut nihil aut perpusillum quiddam accessisset. Sed neque hæc ualde displicent » (à Paul Manuce, le 25 avril 1558 ; Muret, Epistolæ III, 24 ; Pastorello 762).

41 « Quœ si periere, damni factum est eo plus, quod nec ad alia, quæ sunt apud te, licet transilire. Quandoquidem ordo foliorum non seruatur, nec pagina paginæ, nec uersus uersui respondet. Itaque magnam utriusque nostrum caussa sustineo molestiam : uereorque, ne, quod aliena culpa contractum est, nimis ego id grauiter luam. Tota enim typographiæ ratio mutetur necesse est, nisi hœc, quœ ne funditus interierint, magnopere timeo, hodie folia recuperantur » (le 23 avril 1558 ; Paolo Latine VI, livre III, 17 ; Pastorello 759). Il n’y a pas de correspondance entre les pages de l’édition de 1554 et celles de l’édition en préparation puisque Muret ajoute ici et là des observations à son commentaire de 1554 ; Manuce ne peut donc pas s’appuyer sur la mise en page de 1554 pour poursuivre son travail.

42 Aux 336 lettres latines publiées dans l’édition posthume de 1580, s’ajoutent 187 lettres en italien : 143 lettres publiées en 1556 et 150 dans l’édition de 1560 qui, toutefois, propose seulement 106 lettres de la première édition du recueil ; 37 lettres de 1556 ont donc été écartées en 1560 au profit de 44 lettres nouvelles. Pour le détail de la correspondance en italien, voir Braida L., Libri di lettere, p. 165 et 173 (d’où je tire les informations chiffrées).

43 Sur cette évolution sensible à partir des années 1560, voir le chapitre III de l’ouvrage de Braida L., Libri di lettere.

44 « Legi, quas remisisti, epistolas meas, & correxi leuiter, ut homini licet occupato. De editione, quod hortaris, ut omnes potius, quam, ut ego statueram, unam, aut alteram : ita faciam, non spe laudis, (scriptæ sunt enim, quod res ipsa indicat, indiligenter, ac raptim) sed quia notam esse œquis & iniquis nostram amicitiam uolo : quæ me ornat iudicii tui testimonio : cum tamen ad iudicium singularis accedat humanitas » (après le 1er juin 1558 ; Paolo Latine VI, livre III, 45 ; Pastorello 785).

45 Sans aller jusqu’à évoquer la fantaisie d’E. T. A. Hoffmann et de son Chat Murr [1821] ou A. Gide qui publie, peu après ses Faux-Monnayeurs [1925], un Journal des Faux-Monnayeurs [1927], le procédé de Manuce me paraît relever du même esprit métatextuel. Il témoigne en tout cas d’une conscience aiguë de la nouveauté des rapports susceptibles de s’instaurer entre la littérature et un mode de diffusion encore bien neuf.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540