Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Un dialogue entre soi et soi : Jean Crespin imprimeur et écrivain

Jean-François Gilmont

Texte intégral

  • 1 Gilmont J.-Fr., Jean Crespin, un éditeur réformé du xvie siècle, Genève, Droz, 1981.

1Jean Crespin, né à Arras dans une famille patricienne vers 1520, s’oriente vers une carrière de juriste. Mais poursuivi pour hérésie, il doit quitter précipitamment les Pays-Bas de Charles Quint en 1545. Trois ans plus tard, il s’installe définitivement à Genève. Diverses rencontres faites à Paris, à Strasbourg et à Genève l’amènent à un nouveau choix de vie : notre homme se lance dans la propagande religieuse par le livre imprimé. Ses premières publications sortent en 15501.

2À côté de son travail d’imprimeur, Crespin est aussi écrivain, surtout en raison de la rédaction de son martyrologe. Quel profit a-t-il tiré du cumul de ces deux fonctions ? Tel est l’objet de cette recherche.

Le Livre des martyrs

  • 2 Pour le détail des descriptions bibliographiques, je renvoie à ma Bibliographie des éditions de Je (...)

3Vers 1554, ému à la lecture des lettres que les futurs martyrs lyonnais ont rédigées durant leur détention, il décide de publier un Livre des martyrs2. Il veut réaliser, à l’exemple des actes des martyrs de l’Église primitive, un ouvrage nourri de documents authentiques venant tantôt des chrétiens condamnés pour leur foi, tantôt des archives judiciaires. La première réalisation évolue en cours de route. Pour étoffer le martyrologe, Crespin introduit ce qu’il appelle des « declarations » de martyres, c’est-à-dire de courts récits venant de témoins directs ou indirects. Le tout donne un in-octavo de 712 pages. Comme les ateliers typographiques de l’époque procèdent au tirage définitif au fur et à mesure de la composition et que le tirage courant prévoit une forme par jour, l’ouvrage a dû demander quarante-cinq jours de labeur, quelque deux mois de travail.

4En 1555, le succès l’encourageant, Crespin reprend sa documentation, l’augmente et la divise en deux parties. Ce nouvel ouvrage totalise 778 pages. Pendant quelques années, il ne reprend plus la documentation antérieure, mais il ajoute une Troisieme partie en 1556, une Quatrieme Partie en 1561 et une Cinquieme partie en 1563, toutes in-octavo.

5Dès 1554, un concurrent genevois, Zacharie Durant, propose le même recueil dans un format plus petit, l’in-seize. Crespin réussit à récupérer cette intiative. Séduit par la formule de réédition in-seize, il publie sa Troisieme partie dans ce format en 1557.

6Je passe sur les deux versions latines de 1556 et de 1560 parce que l’imprimeur les suit de plus loin et en confie la gestion au traducteur. Pour l’édition de 1556, il s’agit de Claude Baduel. De plus ces traductions latines, surtout l’inquarto de 1560, n’ont pas enthousiasmé le public.

7En 1564, Crespin inaugure une nouvelle formule. Il reprend l’ensemble de la documentation, la complète, la classe en ordre chronologique dans un gros in-folio qui compte 1148 pages, ce qui représente plus d’une année de travail. La dernière édition que Crespin contrôle personnellement date de 1570. Cette fois, le total des pages atteint 1452, mais comme la taille des caractères est plus grande, l’accroissement de la documentation est moins important que celle du nombre de pages.

8S’il y a une réelle unité d’intention et de rédaction entre toutes ces éditions, les titres en varient régulièrement, surtout à la suite d’une critique émise en 1554 contre l’usage du mot martyr. Pendant quelque temps, Crespin n’affiche plus trop ce mot. Soutenu par Calvin, il le réintroduit dans la suite.

9J’insiste sur la durée de ces impressions, parce qu’elle conditionne certaines interventions en cours de tirage. Lorsque Crespin découvre de nouvelles sources, il tente de les exploiter tout de suite. Mais comme le prix du papier représente à l’époque une bonne moitié des frais d’impression, un imprimeur sacrifie difficilement des pages déjà imprimées. Crespin doit dès lors essayer d’introduire les informations complémentaires au milieu de pages déjà imprimées.

La reproduction de la Quatrieme partie

10Mon attention a été attirée sur les manipulations de Crespin dans ses éditions du martyrologe le jour où j’ai reçu la reproduction complète de la Quatrieme partie des actes de martyrs, reproduction exécutée par la Landesbibliothek de Stuttgart. Cet ouvrage in-octavo se termine à la page 754 et la bibliothèque me facturait 802 reproductions. Je n’aime pas être grugé. Comme la facture venait d’Allemagne, pays réputé pour sa précision et son exactitude, je me suis montré prudent avant d’introduire une réclamation. En fait, la pagination de l’ouvrage est assez fantaisiste : les deux premiers cahiers sont foliotés de 1 à 16 ; viennent ensuite les pages 17 à 176 en chiffres arabes, suivies des pages clxi-clxxvi en chiffres romains, puis 177 à 592 ; il y a un retour au foliotage de 593 à 608, puis à la pagination de 609 à 754. Bref une facture exacte m’a fait découvrir une pagination qui l’est beaucoup moins. Et le phénomène ne se rencontre pas seulement dans cette Quatrieme partie, comme le montre l’examen des différentes interventions de l’imprimeur-auteur au cours de la fabrication de son martyrologe.

11Feuilletons donc les éditions du martyrologe selon l’ordre chronologique de leur publication. Dans cet examen, je néglige les variantes entre émissions, c’est-à-dire la présence ou l’absence d’éléments de l’adresse bibliographique, le changement de la date de parution, etc. Il s’agit là d’une pratique courante à Genève durant ces années, pratique qui relève de l’éditeur sans implication de l’auteur.

Le Livre des martyrs de 1554

12L’édition originale de 1554 comporte deux traces d’interventions de l’auteur en cours d’impression. À la page 627, un petit avis annonce des notices basées sur le témoignage de « gens fideles et dignes de foi ». Contrairement aux précédentes, ces « declarations » ne contiennent pas de documents authentiques, lettres de martyrs, actes de procès, mais de simples récits de témoins. C’est donc en cours de fabrication de l’ouvrage que Crespin complète son projet. Ces « declarations » ne respectent pas l’ordre chronologique voulu initialement par l’auteur. Il s’en excuse et corrige ce désordre dans les éditions postérieures.

  • 3 Neuchâtel, Bibliothèque des Pasteurs, Lettres des réformateurs, portefeuille IX, liasse IX, n° 12.

13Une autre modification concerne le martyre de Claude Monnier exécuté à Lyon en 1551. Crespin réussit à glisser cette notice à sa place chronologique en profitant du fait que la fin du cahier S coïncide avec la fin de la notice des martyrs de Meaux et que le cahier T débute avec la notice de Michèle de Caignoncle martyrisée en 1551. Ici l’insertion est élémentaire : un nouveau cahier est signé *T et la pagination reprend celle du cahier T, sans que l’on puisse la distinguer de la précédente. L’intérêt de cette addition lui vient de son calibrage parfait : la notice remplit les seize pages du cahier qui, comme toutes les autres, comptent tantôt 32 lignes, tantôt 33. Près de douze pages de ce cahier sont occupées par une lettre de Monnier rédigée en prison. Une copie de l’original latin de cette lettre est conservée à la bibliothèque des Pasteurs de Neuchâtel3. La confrontation des deux versions ne fait apparaître aucune manipulation du document, en dehors du souci de discrétion qui cache le nom du réformé lyonnais Jean de Grenoble sous « I.d.G. » ou « Greno. » Pour étoffer le récit de son emprisonnement et de sa mort, Crespin évoque une remontrance adressée par le martyr à ses juges. Mais il ne transcrit pas le document, il en donne seulement la « substance ». C’est sans doute en travaillant sur le récit et cette remontrance qu’il obtient son cahier complet, ce qui masque assez bien son insertion entre deux cahiers déjà imprimés.

Le Recueil in-octavo de 1555

14Cette édition inaugure une nouvelle présentation du martyrologe : Crespin propose une division en « parties successives ». La publication de 1555 est intitulée Recueil de plusieurs personnes qui ont constamment enduré la mort pour le nom de Nostre Seigneur.

  • 4 Il existe une abondante littérature sur Foxe et son martyrologe. Je me contente de citer deux clas (...)
  • 5 Crespin J., Recueil de plusieurs personnes, op. cit., 1re partie, p. 391.

15Alors que l’impression de ce Recueil est déjà lancée, Crespin découvre les Commentarii rerum in Ecclesia gestarum de John Foxe, publiés à Strasbourg en 15544. Cette lecture modifie son projet. Foxe ne propose pas un martyrologe au sens strict, mais il insère les récits de martyres dans une histoire générale des persécutions. À sa suite, Crespin ajoute une notice sur John Wyclif qui n’est pas martyr. Il la glisse en tête du volume dans des cahiers a et b insérés entre le cahier liminaire * et le début de l’ouvrage. Ici, la pagination est plus subtile puisqu’il recourt aux chiffres romains, de i à xxxii. De même il revoit sa notice sur Jérôme de Prague avec la documentation proposée par Foxe et il y ajoute divers martyrs du xve siècle décrits par le même auteur. Il remplace le cahier I par deux cahiers I et *I. Il pagine le cahier I de 129 à 144 en chiffres arabes et le cahier *I de cxxix à cxliv en chiffres romains. À la fin de la première partie, il ajoute trois notices en demandant de les « remettre en l’ordre du temps et de l’année qu’ils ont enduré le martyre5 ».

16Les deux notices ajoutées à la fin de la seconde partie ne donnent pas lieu à une pareille remarque, mais leur addition s’est faite progressivement. Il existe trois états du cahier Xx. Dans une première mouture, le cahier se termine sur la notice de Francesco Gamba (p. 322) ; dans la seconde, s’y ajoutent les notices « D’un cousturier » et de « N. le Blanc » en réalité Bertrand Le Blas (p. 324-326 [imprimé par erreur 632]) ; enfin une troisième mouture de ce cahier dont la notice de Le Blas est supprimée parce qu’une version mieux informée est insérée dans La Troisieme partie (p. 322-323). C’est le seul cas où une édition est diffusée avec des additions progressives. Tous les autres cas présentés ici offrent les mêmes manipulations dans tous les exemplaires retrouvés.

Le Recueil in-seize de 1555

17L’initiative de reprendre la documentation des in-octavo dans de petits in-seize n’est pas prise par Crespin, mais par un concurrent Zacharie Durant. Pour l’identification du contrefacteur, je dois corriger mes publications de 1981. Il ne s’agit pas des frères Rivery mais d’un spécialiste des éditions à la limite de la légalité qui a récupéré le matériel des Rivery. Le 27 septembre 1554, le Petit Conseil de Genève est alerté. Deux jours plus tard, Crespin demande de faire arrêter l’impression qui en est déjà à la septième feuille, c’est-à-dire au quatorzième cahier puisqu’il s’agit d’un in-seize. Cela signifie que 224 pages étaient déjà imprimées, près du tiers du volume total.

18Le contenu de l’édition prouve qu’un accord est intervenu entre Crespin et Durant. Il existe deux émissions de l’in-seize de Durant, toutes deux datées de 1555. La première est d’une venue, avec une pagination et une série de signatures sans repentir. Elle reproduit l’édition de 1554 en lui faisant subir une mise en ordre chronologique presque totalement correcte. Elle ne porte mention ni de lieu d’édition, ni de nom d’éditeur. Au rythme habituel des impressions, l’ouvrage aurait dû être terminé en octobre 1554. Crespin aurait-il obtenu de son confrère indélicat de postposer la mise sur le marché de sa contrefaçon jusqu’au début de 1555 ou les tractations pour aboutir à une collaboration ont-elles traînées plusieurs mois ? Il est difficile de trancher.

19Mais notre imprimeur-écrivain, qui s’y entend en combines fructueuses, va plus loin. Il propose à son confrère de profiter des compléments qu’il apporte dans sa réédition de 1555 pour améliorer le petit in-seize. Durant introduit donc des cartons dans son édition. Il la fait passer de quarante-quatre cahiers à soixante-deux. Plus exactement, Durant supprime cinq cahiers et en imprime vingt-trois nouveaux.

20Le cahier a qui propose la préface de 1554 et une table des maryrs est remplacé par trois cahiers signés *, ** et a. Ces cahiers ne sont pas paginés. Ils proposent la nouvelle version de la préface de Crespin, une table des martyrs et la notice de Wyclif ajoutée dans le Recueil in-octavo de 1555. Un nouveau cahier b reprend l’ancien cahier b sans modification textuelle. En fait il s’agit d’une contrainte de l’impression in-seize : deux cahiers sont imprimés sur une seule feuille. Le cahier k consacré à Jérôme de Prague est remplacé par les cahiers *i et k, paginés tous deux de 129 à 144, une fois en chiffres romains, l’autre en chiffres arabes. Ces cahiers donnent la nouvelle version de la notice de Jérôme de Prague et les compléments tirés de Foxe ajoutés dans l’édition in-octavo. Ici un détail amusant : la Bibliothèque du Protestantisme de Paris conserve un exemplaire qui réunit le cahier k primitif et les deux cahiers qui le remplacent.

21Les notices ajoutées par Crespin à la fin de la première et de la seconde parties in-octavo sont regroupées dans les cahiers V-Z Aa-Dd qui remplacent les anciens cahiers V-X. Cela permet de développer la notice des martyrs lyonnais et de proposer les autres additions du premier Recueil de 1555.

22Enfin les cahiers AA-II non paginés donnent l’histoire de la persécution des Vaudois de Mérindol et Cabrières que Crespin publie au même moment en format in-octavo. Bref l’édition in-seize, imprimée dans ses deux émissions par Zacharie Durant, bénéficie des derniers enrichissements trouvés par Crespin.

La Quatrieme partie in-octavo de 1561

  • 6 Moreau G., Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas, P (...)

23La Troisieme partie publiée in-octavo en 1556 et in-seize en 1557 n’ont pas connu une impression bousculée. La signature des cahiers et la pagination ne témoignent d’aucune modification en cours d’impression. Crespin semble conquis par la formule de réédition en plus petit format tentée par Zacharie Durant. Il faut croire que la réussite financière n’a pas été au rendez-vous puisque les in-seize disparaissent définitivement dans la suite. La formule a pourtant son intérêt pour les réformés vivant en pays catholique, comme le prouve l’aventure vécue par Jeanne Gayant qui perd le Recueil in-seize de 1556 en pleine rue à Tournai le jour de Pâques 1564. Ces petits volumes sont faciles à glisser dans une manche6.

  • 7 Foxe J., Rerum in Ecclesia gestarum commentarii, Bâle, Oporin, 1559.

24La Quatrieme partie de 1561 a déjà été évoquée avec son alternance de pagination simple, de pagination dédoublée en chiffres arabes et romains et de foliotage. Cette édition d’une cinquantaine de feuillets n’a pas demandé beaucoup plus de deux mois pour être imprimée, mais sa gestation dure deux ans. Le point de départ est fourni par la nouvelle édition du martyrologe de John Foxe publiée à Bâle en septembre 1559 et entièrement consacrée aux martyrs anglais, principalement ceux du règne de Marie Tudor7. L’ouvrage est lancé à la foire de Francfort de septembre. Nicolas Barbier, l’associé fidèle de Crespin, qui est en contact régulier avec les éditeurs bâlois, associe son ami dans un projet de traduction intégrale du martyrologe anglais. Le projet est présenté au Conseil de Genève le 16 octobre 1559 et accepté le 6 novembre suivant. Cette traduction intégrale n’est pas réalisée, mais la Quatrième partie est cependant constituée à 85 % de traductions de Foxe.

  • 8 Sur cet ouvrage, voir Vermaseren B. A., « Autour de l’édition de l’“Histoire de l’estat du Pais Ba (...)

25Les modifications apportées en cours d’impression concernent des notices anglaises ou non. Le cahier initial signé A et paginé de 1 à 16 est remplacé par deux cahiers signés * et A et foliotés de 1 à 16. On y trouve, à côté de notices que Crespin a découvertes de son côté, des extraits de l’Histoire de l’Estat du Pais Bas de Francisco de Enzinas, imprimé à Strasbourg en 1558 par Pierre Estiard8. Ici, il faut noter une astuce typographique : à la fin du nouveau cahier A, un paragraphe de neuf lignes est imprimé dans un corps plus petit pour annoncer une notice à paraître ultérieurement.

26Un cahier *L paginés en romains (clxi-clxxvi) complète la notice du martyr anglais John Hooper par le texte de son appel au Parlement.

  • 9 De Frede C., Pomponio Algieri nella Riforma religiosa del Cinquecento, Naples, F. Fiorentino, 1972

27Enfin le cahier Pp, consacré principalement au martyr italien Pomponio Algieri9, est remplacé par deux cahiers Pp et *Pp foliotés de 593 à 608. La longueur des quatre interrogatoires du prisonnier permet de conclure que la refonte du cahier initial est due à la découverte de ce document.

  • 10 Crespin J., Quatrieme partie, op. cit., f. 3v.

28Dans cette Quatriemepartie, Crespin se montre déjà préoccupé de la suite de son œuvre. Ses notices ne dépassent pas l’année 1556, aussi l’éditeur demande-t-il à ses lecteurs d’attendre « qu’en bref le surplus de ceux qui, de plus pres, touchant les années et le temps où nous sommes, soyent mis en lumiere10 ».

La Cinquieme partie de 1563

29Cette Partie pose quelques problèmes en raison de son extrême rareté. J’en ai retrouvé une émission datée de 1564, mais des documents d’archives permettent d’affirmer que l’ouvrage circule déjà en 1563. Plusieurs remarques dans le texte montre que ce petit volume in-octavo s’imprime alors que Crespin s’active déjà à l’impression du gros in-folio qui, en 1564, reprend l’ensemble de la documentation réunie jusqu’alors.

30Le cahier initial est remplacé par deux cahiers * et A paginés de 1 à 32 et suivis par un cahier B qui commence à la page 17. De l’ensemble des notices présentées dans les deux premiers cahiers, celle de Barthélemy Hector est la plus importante. Elle occupe vingt-neuf pages (p. 7-29). Sans doute est-ce la découverte du rapport de ses interrogatoires (p. 13-27) qui explique le remaniement des deux cahiers ?

  • 11 Gilmont J.-Fr., « Une édition inconnue du martyrologe de Jean Crespin », Bibliothèque d’Humanisme (...)

31L’autre anomalie typographique se trouve à la fin du volume. Après le cahier Yy et la page 704, l’édition propose une série de cahiers allant de aa à gg et paginés de 1 à 92 (erreur pour 99). Il s’agit du récit du maryre de François Varlut et d’Alexandre Dayke exécutés à Tournai en 1562. Les traces d’une publication indépendante concernant ces deux martyrs attestent d’une diffusion depuis 1563 et même la fin de 1562. Il est vraisemblable que la seconde partie de l’édition retrouvée soit le témoin du récit diffusé en 1562. Mais s’agit-il d’une publication indépendante ? Il n’y a pas de page de titre à ce récit et les signatures vont de aa à gg, ce qui fait penser à une publication annexe. Faute d’en avoir trouvé un autre témoin, il n’est pas possible de trancher définitivement cette question11.

Les Actes des martyrs in-folio de 1564

  • 12 Crespin J., Cinquieme partie, op. cit., 1re pagination p. 354, 502, 520 et les p. 32-17 [sic]. (...)

32À partir de 1564, la formule du martyrologe crispinien change. L’éditeur propose de gros in-folio qui reprennent l’ensemble de la documentation réunie. Du point de vue de l’imprimeur, il s’agit désormais de très grosses entreprises dont l’achèvement demande plus d’une année. Il est donc normal que l’auteur veuille insérer de la documentation retrouvée entretemps. Dans la Cinquième partie de 1563, il est fait plusieurs fois allusion à ce travail en cours : Crespin promet plus de détails sur certains martyrs « en la pleine histoire des martyrs ». Il parle même de ce « grand livre des martyrs […] en forme de feuilles », c’est-à-dire en cours d’impression12.

  • 13 Clamanges N., Traité de la ruine de l’Église et la traduction française de 1564, éd. A. Coville Pa (...)
  • 14 Ibid., p. 60-74.

33Dans l’ouvrage de 1564, il y a trois modifications qui laissent des traces dans la structure même du livre. Entre les cahiers f et g, c’est-à-dire entre les pages 72 et 73, il ajoute les feuillets 60 à 68 formant le cahier *f. Il contient huit feuillets alors que les autres cahiers sont normalement de six feuillets. Crespin y propose la traduction française du De corrupto Ecclesiae statu de Nicolas de Clamanges, violente attaque de la moralité et de la discipline de l’Église de son temps, c’est-à-dire du début du xve siècle13. Crespin dépend de l’édition réalisée par Lazare Schürer à Sélestat vers 1520. Il reprend le même titre De corrupto Ecclesiœ statu14. Crespin est directement impliqué dans cette traduction française puisqu’il ajoute à la fin un petit avis au lecteur signé de ses initiales « I. Cr. ». Pour remplir les trois quarts de page restant, l’éditeur ajoute deux petites notices provenant de John Foxe.

34La notice de Jean Purvey qui précède le traité de Clamanges lui permet de résoudre élégamment un problème mineur pas encore évoqué, celui de la réclame. La question se pose à chaque insertion d’un nouveau cahier entre deux cahiers déjà imprimés. En bas du dernier feuillet du cahier f, la réclame « jean » annonce la notice de Jean Oldcastel qui ouvre le cahier g. Désormais la réclame annonce la notice de Jean Purvey.

35Une seconde modification mineure touche le cahier B ; il est porté de six à huit feuillets. La comparaison avec les éditions antérieures permet de déterminer que le changement est provoqué par la volonté d’ajouter deux notices, celles de Pierre Chapot et d’Octavien Blondel, deux martyrs exécutés à Paris en 1546. Pour masquer un peu l’addition, les premiers feuillets sont foliotés et la fin du cahier paginée.

36La troisième modification est plus intéressante au plan de l’histoire du volume. Crespin a déjà imprimé le cahier Iii qui s’achève à la page 928, lorsqu’il découvre le livre récent d’Antoine de Chandieu, l’Histoire des persecutions et martyrs de l’Eglise de Paris depuis l’an 1557 publié à Lyon en 1563 pour Claude Senneton. De manière à insérer à sa place chronologique le récit de la persécution qui a suivi la découverte de l’assemblée de la rue Saint-Jacques de 1557, Crespin remplace le cahier Ddd par un nouveau cahier Ddd et un cahier *Ddd, ce dernier recevant un foliotage fantaisiste partant de 879, avec des chiffres précédés d’un j tildé. Dans les cahiers ultérieurs déjà imprimés, il y a, à partir de la page 907 (f. Ggg.2) la notice d’Anne Du Bourg, un conseiller du Parlement de Paris célèbre pour s’être opposé publiquement à Henri II à propos des poursuites contre les protestants. Son exécution en décembre 1559 donne lieu à plusieurs petites publications. Crespin en reproduit une. Mais à la fin du cahier Hhh, il lui reste quelques pages à composer. Le passage de la page 928 à 929, c’est-à-dire du cahier Ggg au cahier Iii, ne semble présenter aucune anomalie. Mais en prenant l’Histoire des persecutions de Paris en mains et en la comparant avec les Actes des martyrs, il apparaît que les deux dernières pages de la notice viennent de Chandieu. Elles sont suivies d’autres pages qui reproduisent abondamment l’ouvrage de Chandieu. Plus loin, à la page 963, Crespin met cette note sybilline pour celui qui n’a pas manipulé son livre et ses sources : « Combien que le martyre de M. Anne Du Bourg pour certaine cause ait été en ce sixieme livre premis devant les autres, estant advenu sous François II, il sera aisé de considerer et reduire le tout en l’ordre des temps par ces recits d’histoire que nous inserons. » Il est plus facile pour Crespin d’invoquer « certaines causes » que de dire qu’il ne connaissait pas cette source au moment de l’impression et qu’il ne veut pas sacrifier six feuilles imprimées.

  • 15 Lelièvre M., « Anne du Bourg avant son incarcération à la Bastille (1520-10 juin 1559) », Bulletin (...)

37Cette analyse matérielle du livre apporte une réponse nouvelle à la question que s’est posée Matthieu Lelièvre en 1887. Étudiant le martyre d’Anne du Bourg, il constate un changement entre la notice crispinienne de 1564 et celle de 1570. Alors que le martyrologe de 1570 reproduit essentiellement la notice de Chandieu, celui de 1564 propose une autre rédaction. Le fait est d’autant plus remarquable, constate Lelièvre, que l’édition de 1564 fait de larges emprunts à Chandieu. Il en conclut que Crespin connaît cette source dès 1564 et qu’il l’écarte volontairement. Pour Lelièvre, le changement de version en 1570 est le fait d’un autre rédacteur : c’est Simon Goulart qui aurait assuré la révision de 157015. Comme on l’a vu, l’explication est plus simple. Elle réside dans la durée de l’impression. La notice de 1564 n’est pas le résultat du rejet du récit de Chandieu, mais le témoin du souci de sauvegarder au maximum les feuilles imprimées avant la découverte de cette nouvelle source.

  • 16 Gilmont J.-Fr., Crespin, op. cit., p. 182-187.

38Il vaut la peine de signaler que l’ouvrage de Chandieu n’a pas seulement impressionné Crespin par son contenu, mais aussi par d’autres éléments. Il reprend deux sonnets que Chandieu met en tête de son volume et il reproduit sur sa page de titre une citation de l’Apocalypse proposée au colophon. Il adopte la même adresse pour sa préface : « À l’Église du Seigneur ». En outre dans la préface de l’édition de 1570, Crespin reprend de nombreux passages de la préface de Chandieu16.

L’Histoire des vrays tesmoins de la verité de l’Evangile de 1570

39L’impression de la dernière édition du martyrologe contrôlée par Crespin se déroule plus calmement qu’en 1564. Il n’y a qu’une seule addition en cours d’impression, mais elle utilise une technique tout à fait étonnante.

  • 17 Crespin J., Histoire des vrays tesmoins, op. cit., f. 680v, 681v, 687v. Description des Procedures(...)

40L’arrageois Jean Crespin a toujours entretenu des relations très étroites avec sa province natale et les pays voisins, en particulier avec les réformés de Tournai, de Valenciennes et de Lille. Dans l’impression de ce nouveau martyrologe, il en est à l’impression du cahier AAA qui commence avec le feuillet 689, lorsqu’il entre en possession du rapport d’une discussion entre Pérégrin de La Grange et l’évêque d’Arras. Ce cahier fait partie de ceux qui présentent le martyre de Guy de Brès et de Pérégrin de La Grange. La notice est particulièrement volumineuse : elle s’étend sur plus de 40 pages in-folio. En 1568, Crespin en publie déjà l’essentiel dans un in-octavo de près de 400 pages, les Procedures tenues à l’endroit de ceux de la religion du Pais Bas. Dans l’ouvrage de 1570, Crespin fait plusieurs fois référence à cette publication antérieure17.

41Il prend donc connaissance du document lorsque ses compagnons mettent sous presse le cahier AAA qui devait contenir les f. 689-694. Le rapport représente un peu moins de quatre feuillets in-folio dans le format choisi. Huit des douze feuillets du cahier sont déjà composés, mais pas encore imprimés. Crespin décide d’imprimer le nouveau document sur une feuille, soit quatre pages et de glisser cette feuille au milieu du cahier. L’opération est délicate dans la mesure où elle oblige à couper le texte d’une lettre de Guy de Brès à sa mère. Cela ne trouble guère notre écrivain-éditeur. En tête de la feuille ajoutée, il invente une conclusion de la lettre en cinq lignes. Et pour faire le lien avec la suite de la lettre il ajoute à la fin de la même feuille un petit commentaire qui permet de revenir à la lettre de Guy de Brès. Il rappelle les messages envoyés à sa mère où le futur martyr l’invite à prendre exemple sur les mères vertueuses. Et la page se termine par un « Ces miroirs, disait-il » qui introduit la fin de la lettre.

42L’exactitude de l’analyse est confirmée par la comparaison avec l’édition de 1568. De plus, si l’on enlève le feuillet central, le foliotage et les signatures se suivent normalement de 689 à 692. Les feuilles ajoutées ont un 690 et 691 redondant. Ce qui permet de conclure à une intervention rapide, c’est le fait que le cahier suivant, BBB, retrouve un foliotage qui tient compte du nombre de feuilles du cahier précédent en repartant à 695. Le cahier BBB n’était donc pas encore composé au moment des modifications du cahier AAA.

Conclusion

43Indépendamment d’informations plus précises sur la rédaction du martyrologe, cette enquête met bien en évidence la durée temporelle de toute impression du xvie siècle. Les feuilles passent sur la presse jour après jour et il n’est pas question d’y introduire des corrections. Si l’on veut corriger un texte ou l’augmenter, il faut ajouter des cartons. Dans le cas des martyrologes de Crespin, il s’agit toujours de feuilles complètes, soit des cahiers in-octavo, soit des doubles feuillets in-folio.

  • 18 La Croix du Maine Fr. de, Bibliotheque françoise. Paris, 1585, f. a7r. Page reproduite dans Catach(...)
  • 19 Balsamo J. et Simon M., Abel l’Angelier et François de Louvain, Genève, Droz, 2002, p. 195.

44Ce travail de rédaction qui se prolonge durant des mois au rythme de la composition typographique fait penser à la mise au point de la Bibliotheque françoise de La Croix du Maine publiée à Paris chez Abel Langelier en 1585. Dans sa préface, il explique que durant tout le temps de l’impression, il a livré quotidiennement « douze pages d’escriture ». Ces pages sont minutieusement calibrées, « contenant chacune page plus de quarante lignes, et chacune ligne plus de douze syllabes, pour fournir à deux compositeurs qui travailloient sur ce livre18 ». Mais ne disposant pas de la possibilité d’intervenir dans l’atelier typographique, additions et corrections sont introduites par La Croix du Maine au fur et à mesure de leur découverte dans la suite du texte. Il va jusqu’à ajouter un papillon imprimé dans certains exemplaires pour préciser qu’une correction portant sur le prénom et le lieu de naissance de Guillaume Rose présenté à la page 105 est introduite aux pages 481 et 486 et encore à la table des noms19.

45Il est plus facile d’adapter l’impression au souhait de l’auteur lorsqu’il suffit de se parler de soi à soi.

Notes

1 Gilmont J.-Fr., Jean Crespin, un éditeur réformé du xvie siècle, Genève, Droz, 1981.

2 Pour le détail des descriptions bibliographiques, je renvoie à ma Bibliographie des éditions de Jean Crespin, 1550-1572, Verviers, Gason, 1981, 2 vol. Pour un aperçu plus détaillé de l’évolution du martyrologe, voir Gilmont J.-Fr., J. Crespin, op. cit., p. 165-190.

3 Neuchâtel, Bibliothèque des Pasteurs, Lettres des réformateurs, portefeuille IX, liasse IX, n° 12.

4 Il existe une abondante littérature sur Foxe et son martyrologe. Je me contente de citer deux classiques : Mozley J. F., John Foxe and his Book, Londres, SPCK, 1940 ; Haller W., Foxe’s First Book of Martyrs and the Elect Nation, Londres, Cape, 1963.

5 Crespin J., Recueil de plusieurs personnes, op. cit., 1re partie, p. 391.

6 Moreau G., Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas, Paris, Belles Lettres, 1962, p. 373.

7 Foxe J., Rerum in Ecclesia gestarum commentarii, Bâle, Oporin, 1559.

8 Sur cet ouvrage, voir Vermaseren B. A., « Autour de l’édition de l’“Histoire de l’estat du Pais Bas et de la religion d’Espagne” par F. Enzinas dit Dryander (1558) », Bibliothèque d’Humaniosme et Renaissance, t. 27, 1965, p. 463-494.

9 De Frede C., Pomponio Algieri nella Riforma religiosa del Cinquecento, Naples, F. Fiorentino, 1972.

10 Crespin J., Quatrieme partie, op. cit., f. 3v.

11 Gilmont J.-Fr., « Une édition inconnue du martyrologe de Jean Crespin », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 30, 1968, p. 363-371 ; Id., J. Crespin, op. cit., p. 178-179.

12 Crespin J., Cinquieme partie, op. cit., 1re pagination p. 354, 502, 520 et les p. 32-17 [sic].

13 Clamanges N., Traité de la ruine de l’Église et la traduction française de 1564, éd. A. Coville Paris, Droz, 1936.

14 Ibid., p. 60-74.

15 Lelièvre M., « Anne du Bourg avant son incarcération à la Bastille (1520-10 juin 1559) », Bulletin de la Société d’Histoire du protestantisme français, t. 36, 1887, p. 573-574.

16 Gilmont J.-Fr., Crespin, op. cit., p. 182-187.

17 Crespin J., Histoire des vrays tesmoins, op. cit., f. 680v, 681v, 687v. Description des Procedures dans Gilmont J.-Fr., Bibliographie Crespin, op. cit., p. 209.

18 La Croix du Maine Fr. de, Bibliotheque françoise. Paris, 1585, f. a7r. Page reproduite dans Catach N., L’orthographe française à l’époque de la Renaissance. Genève, Droz, 1968, p. 284. Sur cet ouvrage, voir Magnien-Simonin C., « François Grudé de La Croix du Maine (15521592) bibliographe visionnaire », Les instruments de travail à la Renaissance. J.-Fr. Gilmont et Al. Vanautgaerden éd., Turnhout, Brepols, 2010, p. 245-274.

19 Balsamo J. et Simon M., Abel l’Angelier et François de Louvain, Genève, Droz, 2002, p. 195.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540