Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Jacob Stoer (1542-1610), un éditeur et ses auteurs

Alain Dubois

Texte intégral

  • 1 Notamment Jones L. C., Simon Goulart, 1543-1628. Étude biographique et bibliographique, Genève, Ge (...)
  • 2 Archives d’État de Genève, Registres du Conseil, vol. 62-107.
  • 3 Registres de la Compagnie des Pasteurs de Genève, publiés sous la direction des Archives d’État de (...)

1Je voudrais, derrière ce titre, successivement explorer deux pistes de réflexion. La première d’entre elles porte sur les relations qu’ont entretenues Jacob Stoer et ses auteurs. Autant le préciser d’emblée, le dépouillement systématique de nombreuses sources d’archives (correspondance1, registres du Conseil de Genève2, registres de la compagnie des Pasteurs3 et actes de la pratique) n’a donné que de très maigres résultats. En l’absence de sources explicites, je me suis donc tourné vers le livre même en tant qu’objet d’étude. Je présenterai par ailleurs ici les résultats de mes recherches à travers l’analyse des seules relations nouées entre Jacob Stoer et le pasteur genevois Simon Goulart. Ce choix me paraît se justifier pour deux raisons au moins. La collaboration entre Jacob Stoer et Simon Goulart, quoique épisodique, se déploie sur toute la carrière de Jacob Stoer. Surtout, elle porte sur une thématique particulière, liée à la diffusion depuis Genève d’une littérature spirituelle de combat durant les années 1570 et au tournant du xviie siècle.

2Ma seconde piste de réflexion présente la position de Jacob Stoer, à la fois auteur et éditeur d’un certain nombre de textes publiés dans les domaines de la religion, du droit et des lettres. Si le dépouillement des sources d’archives n’a également pas apporté les bénéfices escomptés, l’archéologie du livre donne des résultats plus convaincants, notamment l’étude systématique des avis aux lecteurs que rédige Jacob Stoer en préambule de ses éditions et qui nous renseignent non seulement sur les intentions que poursuit ce dernier, mais également sur les travaux d’édition à proprement parler et la mise en texte.

3J’explorerai donc successivement ces deux pistes de réflexion, à travers l’étude du processus de fabrication d’un livre, du choix de la copie à la mise en page et à l’illustration, en passant par le choix de la langue et du format. J’esquisserai par ailleurs, dans une partie conclusive, un rapide bilan.

L’imprimeur genevois Jacob Stoer

  • 4 Dubois A., L’éditeur réformé Jacob Stoer (1542-1610). Recherches sur son officine typographique d’ (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, néanmoins, il convient de présenter en quelques mots l’imprimeur genevois Jacob Stoer4. Né à Etlingen en 1542, Jacob Stoer arrive à Genève le 29 avril 1559 et y débute le 2 mai suivant un apprentissage de compositeur chez Jean Crespin. Au terme de son apprentissage, il s’associe avec différents collègues, avant de se mettre à son propre compte à partir de 1571 et de publier un catalogue hétéroclite de 368 titres jusqu’en 1610, année de son décès. Cette variété ne signifie néanmoins pas absence de politique d’édition.

5Autour d’une solide base formée par les textes à caractère religieux et les auteurs anciens grecs et latins, Jacob Stoer publie en effet, durant la décennie 1570, des textes hostiles au pouvoir royal français, puis s’oriente, durant les décennies 1580 et 1590, vers l’édition des textes de droit et des auteurs anciens grecs et latins, et enfin, au début du xviie siècle, vers celle des textes scientifiques. En ce sens, son parcours professionnel est emblématique des reconversions successives de l’imprimerie genevoise après la chute du marché religieux au début des années 1570. Jacob Stoer conquiert également au sein de la profession une position appréciable, puisqu’il devient l’un des imprimeurs les plus en vue de la cité dans la publication des textes juridiques, des auteurs anciens grecs et latins et des manuels scolaires. Il peut ainsi proposer un assortiment très varié, qui multiplie d’autant plus les possibilités de diffusion auprès du public le plus large possible. Quelles ont dès lors été les relations entre Jacob Stoer et ses auteurs ?

Jacob Stoer et Simon Goulart

6Jacob Stoer, qui met sous presse durant sa carrière de nombreuses editiones principes, a par conséquent eu à traiter directement avec des auteurs, essentiellement genevois et issus majoritairement des milieux des pasteurs du reste, qui lui ont confié les travaux d’impression de leurs textes. Les sources d’archives que j’ai consultées ne m’ont malheureusement pas permis de reconstituer précisément les étapes successives de l’impression d’un ouvrage particulier : aucun manuscrit annoté, aucune épreuve corrigée, aucune correspondance entre Jacob Stoer et l’un des auteurs qu’il a publiés n’est parvenue jusqu’à nous.

  • 5 Wolf C., Institutionum imperialium erotemata, Genève, Jacob Stoer, 1584, 394, [6] p. (GLN 15-16, n (...)
  • 6 Ibid., p. 103-106, n° 1675.

7Seule la chronologie de l’impression des Institutionum imperialium erotemata de Conrad Wolf nous est connue aujourd’hui de manière précise grâce à l’édition de la correspondance de Théodore de Bèze5. Originaire de Bellersheim en Hesse, le jurisconsulte est en effet chargé, au début de 1584, de venir chercher à Genève ses élèves Georg Eberhard, Johann Albert et Philipp, comtes de Solms, étudiants de l’Académie depuis le 28 avril 1581. Conrad Wolf arrive à Genève durant le mois d’avril 1584, sans doute en compagnie des libraires genevois de retour de la foire de Francfort. Il met à profit le temps dont il dispose dans l’intervalle pour faire imprimer chez son compatriote Jacob Stoer ses Institutionum imperialium erotemata, un ouvrage composé de 12,5 feuilles. Il participe alors très vraisemblablement à la correction des épreuves de son ouvrage, dont l’impression est terminée au début mai – l’épître dédicatoire date du 4 mai 1584 – quelques jours avant son départ pour Zurich, comme nous l’apprend une lettre de recommandation de Théodore de Bèze à Rudolf Gwalter, antistès de Zurich, en date du 8 mai6. Quelles ont été les relations entre Jacob Stoer et Conrad Wolf ? Quel a été le degré d’intervention du jurisconsulte allemand dans la mise en page et l’illustration de son traité ? A-t-il participé au financement de ce dernier ? Autant de questions auxquelles il n’est pas possible de répondre pour l’heure.

  • 7 Hotman F., La Gaulefrançoise, Cologne [Genève], Jérôme Bertulphe [Jacob Stoer], 1574, [16], 212, [ (...)
  • 8 Jacob Stoer publie notamment la Francogallia de François Hotman (1573 (GLN 15-16, n° 2470 et 5867) (...)
  • 9 [Goulart S.], XXVIII discours chrestiens, touchant l’estat du monde et de l’eglise de Dieu, [Genèv (...)

8L’absence de sources explicites nous oblige donc à poursuivre nos investigations à travers l’étude du livre en tant que tel et, à titre illustratif, à travers celle des relations entre Jacob Stoer et Simon Goulart, qui me paraissent extrêmement intéressantes pour une raison au moins : Simon Goulart ne collabore avec Jacob Stoer qu’en des circonstances particulières et épisodiques, qui sont avant tout liées à la diffusion d’une littérature calviniste de combat. Le pasteur genevois, en effet, confie à Jacob Stoer en 1574 l’impression de la traduction française de la Francogallia de François Hotman7. Or, cette période correspond, pour notre officine, à la diffusion massive de nombreux textes de controverse hostiles au pouvoir royal français, après le massacre de la Saint-Barthélemy de 1572. Jacob Stoer devient ainsi l’imprimeur attitré des monarchomaques Théodore de Bèze, François Hotman et Innocent Gentillet, comme le démontre d’une manière indubitable une étude approfondie du matériel typographique utilisé dans leurs publications8. La collaboration entre Jacob Stoer et Simon Goulart s’interrompt pourtant durant plus de 15 ans et ne se poursuit qu’à partir de 1589, date de la reprise des guerres récurrentes menées par la Savoie contre la cité de Calvin et surtout date à laquelle le pasteur accompagne les troupes genevoises sur le champ de bataille. Les deux hommes s’associent alors pour apporter leur soutien aux assiégés qui souffrent des restrictions imposées par ces guerres et participer à la défense spirituelle de Genève, comme nous l’apprend l’épître dédicatoire que rédige Simon Goulart en préambule de ses XXVIII discours chrestiens publiés en 15909 :

Depuis quelques mois en ça, la fureur des ennemis de l’Eglise s’estant rallumee autant et plus que jamais, j’ay essayé de cercher quelques moyens d’asseurer ma pensee contre diverses tempestes ; et jettant l’œil sur les textes de l’Escriture saincte, asseuré port des consciences agitees, et sur les livres de plusieurs doctes theologiens qui ont esclairci les difficultez que l’entendement humain y rencontre à cause de son insuffisance, j’ay remarqué certains poincts ou discours, lesquels j’ay recueillis pour mon usage particulier, desirant par la meditation d’iceux donner quelque assiette à mon ame. […] Or, d’autant que j’ay descouvert plusieurs autres personnes atteintes de mesme apprehension que moy […], j’ay pensé qu’il ne seroit que bon de crier un peu à l’oreille des autres, ne pretendant pas faire grand bruit, comme aussi je ne sçaurois, mais j’ai desiré servir à quelques uns ; si plusieurs y ont part et en tirent profit, ce me sera renfort de contentement. Avec cette intention, j’ay poussé en avant une partie de mes discours ou recueils, ausquels, si vous prenez goust, ce me sera comme un commandement de publier la suite ; sinon, il me suffira d’avoir desiré de servir à moy-mesme, si je n’ay peu profiter aux autres (p. [7-9]).

  • 10 ID., Seconde partie des discours chrestiens, contenant XX traitez divers, [Genève], Jacob Stoer, 1 (...)
  • 11 Saint Jean Chrysostome, Six paradoxes chrestiens extraits des Homélies, plus un traité de l’humili (...)
  • 12 Goulart S., Morum philosophia historica ex probatis scriptoribus collecta, [Genève], Jacob Stoer, (...)
  • 13 Casmann O., Exercice et combat de l’ame chrestienne contre Satan, la chaire et le monde, [Genève], (...)
  • 14 L’Espine J. de, De tranquillitate animi libri VII eruditissimi, Genève, Jacob Stoer, 1591, [24], 7 (...)
  • 15 Taffin J., De characteribus filiorum Dei eorundemque sub cruce consolationibus liber, [Genève], Ja (...)
  • 16 Alizet B., Second livre de la Calliope chrestienne, Genève, Jacob Stoer, 1594, 79, [1] p. (GLN 15- (...)

9Outre les XXVIII discours chrestiens, dont le second tome est mis sous presse en 159510, Jacob Stoer publie du pasteur genevois la traduction française des Six paradoxes chrestiens de saint Jean Chrysostome en 159311, la Morum philosophia historica en 159412, qui propose un recueil de citations latines sur différents sujets moraux disposés dans l’ordre alphabétique et la traduction française de l’Exercice et combat de l’ame chrestienne contre Satan, la chaire et le monde du théologien allemand Otto Casmann en 160113. Simon Goulart attire également dans l’officine de Jacob Stoer d’autres auteurs sensibilisés à cette problématique et qui font partie de son cercle de relations : le De tranquillitate animi de Jean de l’Espine édité par Théodore Gauthier en 159114 ou encore la traduction latine effectuée par le pasteur Timothée Poterat Des marques des enfants de Dieu et des consolations en leurs afflictions de Jean Taffin en 160115. Cette littérature spirituelle se décline aussi dans le genre poétique. C’est dans cette perspective que Jacob Stoer publie notamment en 1594 et en 1596 les second et troisième livres de la Calliope chrestienne du ministre Benoît Alizet et rachète à cette occasion les cahiers du premier livre imprimés en 1593 par Gabriel Cartier16. Aucune source d’archives ne permet malheureusement d’éclairer les circonstances qui ont poussé Benoît Alizet à changer d’imprimeur en cours d’impression.

10L’archéologie du livre permet-elle, au-delà du constat d’une collaboration liée à la diffusion d’une littérature de combat, de retrouver des indices des relations nouées entre Jacob Stoer et Simon Goulart dans l’atelier typographique ? Le pasteur genevois intervient-il directement dans la mise en page et l’illustration ? Abandonne-t-il, au contraire, cette tâche à Jacob Stoer ? C’est à ces questions que je vais maintenant répondre à travers le circuit de fabrication du livre.

11Le choix de la copie. – Je ne reviens pas sur le choix de la copie, qui est explicitement lié à la volonté de diffuser une littérature de combat contre le pouvoir royal français et contre l’ennemi savoyard.

  • 17 Dubois A., « L’éditeur réformé Jacob Stoer (1542-1610) », art. cit., p. 79.

12La langue de rédaction. – Le choix de rédiger les ouvrages dont il est question ici en français me paraît témoigner du souci de Simon Goulart et de Jacob Stoer de toucher le public le plus large possible, qui ne connaît pas forcément le latin. Il est d’ailleurs intéressant de relever la concomitance du recours à cette langue dans la bibliographie des éditions de Jacob Stoer et les périodes de diffusion d’une littérature de combat. La prépondérance des publications rédigées en français au début de la carrière de Jacob Stoer s’explique en effet par l’omniprésence des textes de controverse hostiles au pouvoir royal français. Dans la mesure où notre officine vise un public essentiellement français, elle privilégie des textes rédigés dans cette langue pour toucher le public le plus large possible. Néanmoins, à partir de la fin des années 1570, lorsque Jacob Stoer commence à écouler sa production imprimée aux foires de Francfort et vise dès lors un public européen, il privilégie les publications rédigées en latin et confinées dans quelques domaines précis comme le droit, les auteurs anciens grecs et latins et les manuels scolaires. Si l’acmé se situe au début des années 1590, la production latine reste relativement stable jusqu’en 1610, malgré une baisse légère et continue. Quant au français, il connaît le même mouvement de baisse de 1575 à 1585, avant une phase de stabilisation à la fin de la décennie 1580. L’accroissement du début des années 1590 s’explique en partie par le conflit contre la Savoie, marqué par l’impression d’ouvrages destinés à soutenir le moral des assiégés. Le retour provisoire de la paix, au tournant du xviie siècle, amène une conjoncture moins favorable, avant une phase très nette de reprise, liée à la diffusion de traductions des auteurs anciens grecs et latins et des textes de l’Écriture sainte17.

13Le financement des éditions. – Le relevé des formules d’introduction de l’adresse bibliographique nous renseigne sur la participation financière de Jacob Stoer à la diffusion de cette littérature de combat, dans la mesure où, la plupart du temps, il introduit ses formules par « chez » ou « apud ». Les XXVIII discours chrestiens sont imprimés, par exemple, « chez Jacob Stoer », alors que le De tranquillitate anini de Jean de l’Espine l’est « Apud Jacobum Stoer ». Parfois, Jacob Stoer confie même les travaux d’impression à des confrères. Ainsi Gabriel Cartier imprime-t-il les Six paradoxes chrestiens de saint Jean Chrysostome pour Jacob Stoer. Par contre, aucun indice ne permet de confirmer la participation financière de Simon Goulart à l’impression de ces ouvrages. D’autres personnes l’ont-elles fait ? Sans doute, car nous savons que les adresses bibliographiques ne révèlent pas toujours le nom de toutes les personnes qui participent au financement d’une édition.

14Le format des éditions. – L’étude du format n’apporte que peu de renseignement, à l’exception du fait que le choix d’un petit format (in-8° et in-16) permet d’abaisser le prix de fabrication des ouvrages, de les vendre à un bas prix et, par conséquent, de toucher un vaste public qui n’a pas forcément des moyens financiers élevés. En ce sens, il me semble s’agir d’une stratégie délibérée à une époque où Jacob Stoer imprime autant de petits formats que de grands formats. À quel degré Simon Goulart est-il intervenu dans le choix du format ? Difficile d’y répondre.

15La mise en page et l’illustration. – Le choix d’un petit format ne signifie néanmoins pas que la mise en page est négligée. Au contraire, le texte est soigneusement mis en page et mêle habituellement plusieurs polices de petit romain en italique et en romain (R 68). L’illustration est par ailleurs très riche, puisque j’y ai recensé en abondance des lettres ornées, des bandeaux et des culs-de-lampe. Je me bornerai à citer ici l’exemple des XXVIII discours chrestiens qui comportent des lettres ornées 13 x 13 mm dans trois alphabets et des lettres ornées 16x16, ainsi que de nombreux bandeaux 4 x 43, 5 x 43, 7 x 50 et 9 x 50. Deux culs-de-lampes 30 x 30 et 40 x 47 sont également à recenser. Le cas est néanmoins habituel chez Jacob Stoer, qui opte le plus souvent pour une mise en page et une illustration soignées. Simon Goulart me paraît ainsi rester relativement à l’écart des choix typographiques, à l’exception notoire toutefois du contrôle qualité du produit fini qu’il peut effectuer à travers la rédaction des errata.

16Les errata. – La seule intervention directe de Simon Goulart dans la publication de ses textes paraît se situer en effet dans les errata, qui sont systématiquement présents dans toutes ses éditions et qui témoignent de sa présence dans l’atelier de Jacob Stoer au moment des travaux d’impression de ses textes.

17L’étude des relations entre Simon Goulart et Jacob Stoer, emblématique des relations entre Jacob Stoer et ses différents auteurs, souligne la latitude extrêmement grande dont Jacob Stoer paraît bénéficier dans la fabrication matérielle et le financement des ouvrages qu’il met sous presse et la faible implication de ses auteurs. En ce sens, l’archéologie du livre ne permet pas de compléter les lacunes des sources d’archives traditionnelles. L’étude de la figure de Jacob Stoer me paraît en revanche beaucoup plus intéressante, lorsqu’il est lui-même éditeur ou auteur.

Jacob stoer, auteur et éditeur

18Jacob Stoer, en effet, a non seulement développé une intense activité d’imprimeur au cours de sa carrière, mais il s’est également fait auteur et éditeur à l’occasion – surtout à partir de 1590 – dans trois domaines du savoir en particulier : la religion, le droit et les lettres. Les avis au lecteur qu’il rédige en préambule de ses éditions permettent par ailleurs d’entrevoir ses préoccupations et de dévoiler sa méthode de travail. Je vais revenir successivement ci-dessous sur ces différents aspects à travers l’étude du processus de fabrication d’un livre.

La religion

19Les travaux éditoriaux qu’a entrepris Jacob Stoer me paraissent avoir contribué à renforcer les liens entre les différentes communautés calvinistes européennes d’abord sur le plan de la foi, puis dans le domaine de l’éducation. En ce sens, notre imprimeur me semble revêtir un indéniable rôle de passeur de culture aux confins des espaces francophone et germanophone. Comment s’y est-il employé ?

  • 18 Les Pseaumes de David mis en rime françoise par Clement Marot et Theodore de Beze et en alemande p (...)
  • 19 Petit catechisme tant en françois qu’en alemand. Der Klein Catechismus, [Genève], Jacob Stoer, 158 (...)
  • 20 Nouveau Testament. François et alleman, [Genève], Jacob Stoer, 1594, « [1]-[2] 5 8-452 » (448) f.  (...)

20Le choix de la copie. – Jacob Stoer exerce avant tout un rôle de compilateur dans le domaine de la religion, dont le livre le plus emblématique, dans la culture calviniste, reste sans aucun doute le Psautier. C’est certainement à la forte dimension symbolique de ce dernier que songe Jacob Stoer au moment où il décide d’en donner une édition bilingue au début de l’année 158718. Ne dit-il d’ailleurs pas dans l’épître dédicatoire qu’il adresse au futur comte palatin du Rhin Frédéric IV que « les Pseaumes de David [qu’il met] maintenant en lumiere aprés plusieurs autres sont d’eux-mesmes si recommandables qu’il n’y a celuy qui ne soit contraint de confesser qu’il ne se peut dire ny lire chose plus excellente et de laquelle la personne puisse tirer plus de consolation (p. [3]) » ? Son entreprise se place du reste dans le sillage du catéchisme bilingue français-allemand lancé à l’initiative du futur comte palatin du Rhin et qu’il a mis sous presse la même année19. En quoi a consisté le travail de Jacob Stoer à cette occasion ? À réunir des traductions française et allemande du Psautier. Dans la mesure où Clément Marot et Théodore de Bèze ont traduit en français le texte des psaumes et dans la mesure où Ambrosius Lobwasser en a fait de même en allemand, notre imprimeur n’a eu en effet qu’à « assembler en un volume lesdits Pseaumes alemands et françois et rapporter l’un à l’autre en chascune page (p. [5]) ». La formule remporte un succès immédiat auprès du public, si bien que Jacob Stoer en propose deux nouvelles éditions en 1598 et en 1608. Fort de cette réussite, il renouvelle l’expérience en 1594 et propose à cette occasion une édition bilingue du Nouveau Testament20. Il s’explique sur les buts qu’il entend poursuivre dans un avis au lecteur :

Desirant gratifier à tous ceux qui sont studieux des langues alemande et françoise, j’ay pensé que les leur presenter en un tel livre que celui-ci, qui est tenu cher de toutes personnes qui aiment Dieu et leur salut, je ferois chose qui les contenteroit et dont je ne pourrois me repentir. Acceptez donc ceste mienne bonne volonté, en l’execution de laquelle j’ay prins garde à tout ce que j’ay estimé pouvoir vous rendre familiere, commode et agreable la lecture de ce livre ; lequel, à cause de son argument, se recommande assez soy-mesme, sans que ma preface y soit requise. Lisez donc, non seulement pour apprendre à parler, mais principalement à bien faire (p. [3]).

  • 21 L’Espine J. de, Opuscules theologiques comprins en deux parties, Genève, Jacob Stoer, 1598, 1044, (...)

21Participer à la diffusion de la parole de Dieu, voilà l’objectif de Jacob Stoer. Cette expérience est par contre moins concluante, dans la mesure où je n’ai pas retrouvé pour l’heure de nouvelle édition du Nouveau Testament. Jacob Stoer n’a pas seulement compilé des textes de l’Écriture sainte, mais il a également été à l’origine du projet d’édition des œuvres de Jean de l’Espine en 159821. Je reproduis in extenso le texte de son avis au lecteur, qui présente la méthode de travail qu’il a mise en œuvre à cette occasion :

Estant en pensee de r’imprimer quelques traitez de M. Jean de l’Espine, un de ses auditeurs et disciples me presenta quelques livrets de ce grand theologien non encore publiez ou, du moins, inconus en plusieurs Eglises. Pourtant me suis-je resolu de dresser en ces deux volumes ce que j’ay peu recueillir par l’adresse de ce disciple, comprenant le tout en deux parties accomodees de leurs indices propres. Ce theologien, autresfois moine de l’ordre des Augustins, docteur de Sorbonne et prescheur renommé de son temps, attiré par la lecture des Saints Livres à la connoissance de la verité celeste, quitta ceste profession monachale environ l’an 1559 et, depuis, se joignit aux Eglises reformees, à plusieurs desquelles il a depuis heureusement servi nommement et dernierement à celles d’Angers et de Saumur, où il a parachevé sa course, exerçant le saint ministere jusques en extreme vieillesse. Il a escrit, outre ces opuscules que nous vous presentons, une response aux sophismes publiée par René Benoist Sorboniste contre le Traité du sacrifice et du Sacrificateur [Lyon [Genève], Martin Bezart, 1567], item les Discours excellens du contentement d’esprit [Bâle [Genève], Denis Preud’homme, 1587]. Plusieurs particuliers ont des sermons recueillis de sa bouche et, peut estre, quelques autres livrets entiers que nous n’avons pas veus. Si ce bien nous eschet que tels escrits tombent en nos mains, je n’espargneray rien pour vous en faire part (p. [4-5]).

  • 22 ID., Troisième partie des opuscules de Jean de l’Espine, [Genève], Jacob Stoer, 1607, 504, [8] f.  (...)
  • 23 Buchanan G., Paraphrasis Psalmorum Davidis poetica. Accesserunt duœ ejusdem Buchanani tragœdiœ, [G (...)

22Jacob Stoer a pu en l’occurrence déployer son activité d’éditeur dans trois directions. Il a tout d’abord réuni des manuscrits inédits, puis a effectué le travail d’édition à proprement parler et, enfin, a rédigé les index. Il encourage de même les lecteurs à lui envoyer les écrits encore inédits du théologien, qui feront l’objet d’un troisième recueil publié en 160722. La nouvelle édition de la Paraphrasis Psalmorum Davidispoetica de George Buchanan publiée en 1590 invoque pour sa part de nouveaux arguments23 : le choix d’un format plus commode in-16, « enchiridii forma (f. 2r) », le souci d’une mise en page soignée – en l’occurrence, Jacob Stoer se propose de numéroter les vers de chaque psaume et, pour permettre la comparaison des deux textes, indique, au début de la paraphrase de chaque psaume de George Buchanan la page de la paraphrase de Théodore de Bèze – et surtout la publication de textes inédits. À cette nouvelle édition de la paraphrase de George Buchanan, Jacob Stoer ajoute en effet le texte de deux tragédies du poète écossais, Jephtes et Baptistes, alors que sont insérés à l’édition de la paraphrase de Théodore de Bèze la paraphrase du Cantique des cantiques que ce dernier a rédigée et quelques cantiques sacrés de Louis Des Masures notamment. Au final, le travail d’édition effectué par Jacob Stoer dans le domaine de la religion porte non seulement sur la collecte des manuscrits et sur le travail d’édition à proprement parler, mais passe également par un soin tout particulier accordé à la mise en page et au format de l’édition définitive. Sur l’éditeur de textes religieux se greffe la figure d’un humaniste doté d’une connaissance approfondie du droit et des auteurs anciens grecs et latins.

Le droit

  • 24 Corpus juris civilis in IIII. partes distinctum. (Denys Godefroy éd.), Genève, Jacob Stoer, 1583 ( (...)
  • 25 Corpus juris civilis in IIII. partes distinctum. Secunda editio, [Genève], Héritiers d’Eustache Vi (...)
  • 26 Theophilus Antecessor, Paraphras is grœca in juris civilis institutiones, Genève, Jacob Stoer, 161 (...)

23Le fait que Denys Godefroy ait choisi Jacob Stoer pour réaliser en 1583 les travaux d’impression de leditio princeps de son Corpus juris civilis ne doit sans doute rien au hasard, mais nous renseigne sur les connaissances approfondies de notre imprimeur en la matière24. Ce n’est pas non plus un hasard s’il lui confie la révision de la seconde édition, donnée en 1594-1595, qui porte avant tout sur la correction des erreurs qui se sont glissées dans le texte de la première édition et sur l’ajout de brèves notes explicatives, essentiellement d’ailleurs aux trois livres postérieurs du Code25. Jacob Stoer semble du reste posséder de très bonnes connaissances de droit ancien, dans la mesure où il annote minutieusement la nouvelle édition de la Paraphrasis grœca in juris civilis institutiones de Theophilus Antecessor publiée en 1610 et souhaite faire de ce texte un manuel important dans l’étude des rudiments du droit romain26.

  • 27 Lexicon juridicum, [Genève], Jacob Stoer, 1594, [16], « 1-716 721-1121 » (1117), [3] p. (GLN 15-16 (...)

24Mais Jacob Stoer est surtout connu pour la publication en 1594 d’un Lexicon juridicum27. Les étudiants en droit, à qui cet ouvrage est prioritairement destiné, ont accordé un accueil très favorable à ce texte, puisque Jacob Stoer en a donné deux nouvelles éditions en 1599 et en 1607. Revenons sur la méthode de travail adoptée à cette occasion, dont rend compte l’avis au lecteur (p. [3-4]).

  • 28 Duprat P., Lexicon juris civilis, et canonici, sive potius thesaurus, de verborum, quœ ad jus pert (...)

25Le but du Lexicon juridicum est de proposer un recueil de termes spécifiques et d’expressions utilisés dans le domaine du droit et extraits des travaux des jurisconsultes les plus réputés. Son ambition n’est rien moins que d’offrir aux étudiants un ouvrage aussi dense et aussi commode que les travaux de Bartole de Sassoferrato (1314-1357), d’Antonio Beccadelli, dit Le Panormitain, (1394-1471), de Balde (1324-1400) et de Jason de Mayno (1435-1519). Pour mener à bien son travail, Jacob Stoer s’est fondé sur la première édition du Lexicon juris du jurisconsulte Pardoux Duprat (1520-v. 1569), publiée à Lyon en 156728. Il a néanmoins décidé de le compléter par des citations des commentaires des Fiefs de Jacques Cujas (1520-1590) et de François Hotman, les textes du droit canon et les travaux contemporains sur le droit et la société antiques – travaux de François Hotman et de Barnabé Brisson (1531-1591), Observationum libri et Commentarii de Jacques Cujas, travaux d’Adrien Turnèbe (1512-1565) et de Piero Vettori (1499-1585), De antiquo jure civium romanorum de Marc-Antoine Muret (1526-1585) et de Carlo Sigonio (v. 1524-1584), In Varronem conjectaneis et In Festum Pompeium castigationibus de Joseph Juste Scaliger, In variarum lectionum libris d’António de Gouveia (v. 1505-1566), travaux d’Antoine Le Conte (1517-1586) et Glossœ illœ d’Henri Estienne. Bien loin de plagier ces travaux, Jacob Stoer a fait œuvre de critique et ne s’est pas privé de corriger certaines inexactitudes. C’est donc tout naturellement qu’il en vient à présenter sa méthode de travail. Ainsi, s’il approuve la description des magistratures romaines présentée par François Hotman, il n’a pas hésité à corriger les erreurs du jurisconsulte. Il témoigne de ce fait de sa vaste connaissance de la société antique. Au moment de rédiger l’index des lois, il s’est par contre référé aux travaux du libraire vénitien Paul Manuce (1512-1574), de Jacques Cujas, de Johann Ulrich Zasius (1461-1535) et de François Hotman. C’est enfin l’exemple du Thesaurus linguœ latinœ de Robert Estienne qui l’a guidé dans la rédaction et la présentation des notices.

26C’est ainsi que l’étude des éditions de droit qu’a mises sous presse Jacob Stoer témoigne de ses connaissances approfondies du droit ancien, du droit canon, du droit médiéval et du droit moderne. En ce sens, il paraît avoir acquis une solide formation juridique. A-t-il suivi des cours de droit dans une université européenne de 1565 à 1568, au moment où j’ai temporairement perdu toute trace de ses activités ? S’est-il au contraire formé à l’humanisme juridique auprès de son maître d’apprentissage Jean Crespin, qui a reçu une solide formation de droit à Louvain et à Paris ? Ce sont des hypothèses qu’il conviendrait d’analyser plus avant. À cette formation juridique s’ajoute en tous les cas une formation littéraire, à l’origine d’une connaissance approfondie du latin, qui a conduit notre imprimeur à donner de nouvelles éditions latines d’auteurs classiques grecs et latins, à compiler des recueils de lieux communs et à proposer des dictionnaires de langues. Là aussi, les indices tendent tous vers une solide formation dans ce domaine, même si les preuves font défaut.

Les lettres

  • 29 Pline L’Ancien, Historiœ mundi libri XXXVII. a Sigismunde Gelenio castigati. Tomusprimus, [Genève] (...)
  • 30 Platon, Opera omnia quœ extant ex latina Marsilii Ficini versione, [Genève], Jacob Stoer, 1592, [4 (...)
  • 31 Flavius Josèphe, Opera omnia, [Genève], Jacob Stoer, 1595, 570, [14] f. : 356, [12] f. (GLN 15-16, (...)

27Les auteurs anciens grecs et latins. – Le foisonnement d’éditions des textes des auteurs anciens grecs et latins que connaît le xvie siècle a permis à Jacob Stoer de proposer en une nouvelle édition une compilation de commentaires et d’annotations réalisés par divers érudits sur un texte ancien bien défini. La publication de la nouvelle édition des Historiœ mundi libri XXXVII de Pline l’Ancien mise sous presse en 1593 me donne l’occasion d’évoquer la méthode de travail de notre imprimeur dans ce domaine. Celle-ci consiste à diviser l’ouvrage en trois tomes, de manière à donner au lecteur une édition dans un format plus commode, à en corriger les erreurs de composition qui se sont glissées dans la première édition et surtout à ajouter en marge les annotations de Fernando Nuñez de Guzman (14751553), d’Adrien Turnèbe (1512-1565), de Juste Lipse (1547-1606) et de Jacques Daléchamps (1513-1588)29. Si ce principe a déjà fait ses preuves l’année précédente, au moment de la publication des Opera omnia de Platon30, il est à nouveau mis à l’honneur deux ans plus tard, lorsque sont publiés les Opera omnia de Flavius Josèphe31. Jacob Stoer retient en effet un point essentiel à ses yeux : la distribution du texte en deux tomes, dont le contenu est annoncé dans une table des matières spécifique. Afin d’améliorer le confort de la lecture, notre imprimeur y ajoute, en préambule de chaque livre, un résumé des chapitres qui composent ce dernier, une chronologie depuis le commencement du monde et quelques notes explicatives.

  • 32 Plaute, Comœdiœ viginti. Variœ lectiones ac notœ, ex D[ionisii] Lambini commentariis, [Genève], Ja (...)
  • 33 Pline L’ancien, op. cit., p. [3].

28Les avis au lecteur que rédige Jacob Stoer en préambule de ses éditions sont aussi l’occasion pour lui de transmettre ses valeurs au public d’étudiants qu’il vise avant tout. S’il se fonde très certainement sur le texte de l’édition donnée par Pierre de Saint-André en 1581, il ajoute ainsi un avertissement au lecteur en préambule de sa nouvelle édition des Comédies de Plaute publiée en 158732. C’est l’occasion pour Jacob Stoer de lancer un vibrant plaidoyer en faveur de la lecture des poètes comiques, dont les textes, en plus de favoriser l’apprentissage de la langue latine, offrent une image de la vie et un miroir des mœurs (p. [3-5]). C’est donc une lecture avant tout morale de l’œuvre des poètes comiques latins que propose à cette occasion Jacob Stoer et qu’il réitère en préambule de la nouvelle édition des Historiæ mundi libri XXXVII de Pline l’Ancien donnée en 1593. Ce texte, selon Jacob Stoer, permet en effet non seulement de redécouvrir l’Antiquité, mais également d’accéder à la sagesse, voire de toucher aux mystères mêmes de la nature33.

  • 34 Estienne C., Dictionarium historicum ac poeticum, [Genève], Jacob Stoer, 1579, f. [1v].
  • 35 Ibid., f. [2r-v].
  • 36 Bernardo G. B., Seminarium totius philosophiæ Aristotelicæ et Platonicæ opus novum. Tomus primus. (...)
  • 37 Lycosthènes C., Apophthegmata exprobatis grœcœ latinœque linguœ scriptoribus, [Genève], Jacob Stoe (...)

29Les dictionnaires thématiques et les recueils de lieux communs. – Jacob Stoer effectue le même type d’intervention, lorsqu’il propose une nouvelle édition d’un dictionnaire thématique ou d’un recueil de lieux communs. Dans l’avertissement qu’il adresse au lecteur en préambule de la nouvelle édition du Dictionarium historicum ac poeticum de Charles Estienne donnée en 1579, un dictionnaire qui se propose de donner aux étudiants une clé d’accès aux textes historiques et poétiques, il mentionne ses interventions, qui ont consisté en la révision, la correction et l’ajout de nouvelles locutions par rapport aux éditions précédentes34. Au moment d’en préparer une nouvelle édition, en 1590, sans doute en raison d’une surcharge de travail, il confie par contre la révision de son édition à un docte ami qu’il ne nomme malheureusement pas35. Quant à la publication du Seminarium totius philosophic Aristotelicœ et Platonicœ de Giovanni Battista Bernardo en 1599, elle est l’occasion pour Jacob Stoer de rappeler que ces florilèges sont avant tout destinés à guider le lecteur vers la connaissance de la vérité et d’inviter ce dernier à devenir non seulement plus savant, mais également plus sage, c’est-à-dire épris de piété, de justice et de tempérance. C’est dans cette perspective qu’il rédige à l’intention du lecteur une table explicative des termes et des concepts des philosophies aristotélicienne et platonicienne36. Le souci de piété et de moralité est du reste omniprésent dans la nouvelle édition des Apophthegmata de Conrad Lycosthènes publiée en 1591, dans la mesure où Jacob Stoer non seulement retire les apophtegmes qu’il juge superflus et met à leur place originelle les apophtegmes mal classés, mais supprime également les apophtegmes qu’il estime indignes, obscènes ou impies. Il veut ainsi tout mettre en œuvre pour éviter de choquer les yeux pudiques ou les oreilles pures. Il insère enfin quelques rares apophtegmes sacrés pour que le lecteur, mû par les sentiments de la vraie piété, quitte l’enseignement païen pour se consacrer à l’enseignement divin37.

  • 38 Nicot J., Le grand dictionaire françois latin, [Genève], Jacob Stoer, 1599, p. [7-8].

30Les dictionnaires de langues. – Jacob Stoer n’a par ailleurs pas rédigé lui-même de dictionnaires de langue ; au contraire, il a révisé et complété des dictionnaires plus anciens. Ainsi en est-il, par exemple, du Dictionnaire françois latin de Jean Nicot, publié en 1593, dont la genèse est la suivante. Après le départ de Robert Estienne de Paris pour cause de religion, le libraire parisien Jacques Du Puys s’est procuré l’exemplaire annoté par l’humaniste. Il s’est alors immédiatement proposé de l’éditer. Dans l’intervalle toutefois, une nouvelle édition du dictionnaire, augmentée des annotations de Jean Nicot (1530-1600), maître des requêtes de l’hôtel de roi et conseiller au parlement de Paris, a été publiée. C’est cette dernière édition que se propose de réviser Jacob Stoer. Quel travail éditorial a entrepris Jacob Stoer à cette occasion ? Il a opté pour un format plus commode (in-4°) et a ajouté plusieurs locutions38. Comme le public réserve un accueil favorable au Dictionaire françois latin, Jacob Stoer songe à en proposer une nouvelle édition. L’amélioration constante de la qualité de l’ouvrage constitue dès lors une préoccupation majeure de notre imprimeur, comme nous l’enseigne l’extrait suivant de l’avis au lecteur daté du 8 décembre 1598 :

En la presente impression, j’ay remarqué les mots françois surannez, abolis par le temps et hors d’usage par ceste marque ⊥ ; quant aux adjoustez avec leurs significations, ils sont conus par une T. Les dictions latines defaillantes et necessaires toutesfois pour entendre les mots sont representees maintenant par ces deux traits ‘‘. Plusieurs mots escorchez du latin ont esté pareillement ramenez à leur naïsve signification françoise. Les noms des villes et divers lieux bien reveus et illustrez sont à la fin de l’œuvre, ce que nous avons estimé devoir avoir plus de grace. J’ay fait en la presente edition ce qui m’a esté possible pour l’enrichir, pour votre soulagement et contement. Le siecle prochain donnera quelque chose plus parfaite, si Dieu le permet (p. [8]).

  • 39 Ibid., 1603, p. [7-8].

31Jacob Stoer propose ainsi quelques aménagements, en signalant les mots français surannés ou en ajoutant de nouveaux termes. Surtout, il compile un dictionnaire géographique français-latin. Quant à la nouvelle édition publiée en 1603, elle ajoute un traité de grammaire, de prononciation et de syntaxe française, à l’intention des personnes désireuses d’apprendre le français, ainsi qu’un recueil de proverbes39.

  • 40 Dictionaire françois allemand latin avec une briefve instruction sur la prononciation de la langue (...)

32C’est cette même démarche que Jacob Stoer adopte au moment de publier en août 1610 un dictionnaire trilingue français, allemand et latin40, dont le propos est le suivant :

Voici donc, aprés quelques livres ci-devant par nous imprimez et publiez en faveur des Allemans – surtout de ceux qui desirent joindre à nostre langage le François et le Latin –, un dictionaire François-Alleman-Latin, recueilli fidelement et soigneusement au possible, compris en petit volume, lequel nous vous presentons, attendant que l’autre partie, à sçavoir l’Alleman-François-Latin, voye bientost le jour (p. 3).

  • 41 Ibid., p. 5-78.
  • 42 Novum Germanico Gallico Latinum dictionarium, Genève, Jacob Stoer, 1611, [2], 270 f.

33S’il ne cite pas les sources qu’il utilise pour compiler ce dictionnaire, certainement le Dictionaire françois latin pour ces deux langues, Jacob Stoer est directement intervenu pour signaler la présence de termes vieillis, rédiger les index et surtout proposer un traité de grammaire française à l’intention des Allemands désireux d’apprendre cette langue. L’abrégé de grammaire, qui aborde toutes les difficultés de la langue française, est subdivisé en trois parties générales : la prononciation, la grammaire et la syntaxe. À cette occasion, Jacob Stoer révise en profondeur le traité de grammaire rédigé au moment de la publication du Dictionaire françois latin de Jean Nicot paru en 1603. Il traite d’abord de la question de la prononciation et de la lecture des mots – évocation des règles générales et des exceptions, prononciation des diphtongues et des triphtongues et signification des signes typographiques –, puis présente les particularités de l’article, du nom, de l’ordinal, du pronom, du possessif et du verbe – modes et temps, exceptions, verbes impersonnels – et expose enfin les règles de la syntaxe des articles, du nom, du pronom, des verbes et des prépositions41. La mort surprend malheureusement Jacob Stoer au moment de mettre la dernière main au dictionnaire allemand, français et latin, qui paraît l’année suivant, en 1611 donc42.

34L’activité éditoriale de Jacob Stoer s’est déployée dans trois catégories du savoir – religion, droit et lettres – et a concerné aussi bien le domaine de l’Écriture sainte, de l’exégèse et de la théologie, que celui du droit, des auteurs anciens grecs et latins et des manuels scolaires. Il convient de ce point de vue de remarquer qu’elle se confond avec les secteurs que privilégiera notre imprimeur au cours de sa carrière et qui feront la notoriété de notre officine. Cela signifie par conséquent que la politique d’édition de Jacob Stoer, loin d’être incertaine, obéit à une logique propre, qui consiste à privilégier les domaines où ce dernier possède des connaissances approfondies. L’épître dédicatoire rédigée en préambule du Dictionaire françois allemand latin et adressée aux « amateurs de la langue françoise, allemande et latine » le 10 août 1610 me paraît importante, dans la mesure où non seulement elle constitue le « testament » de Jacob Stoer, mais également met en lumière les deux soucis majeurs qui ont guidé le travail éditorial de ce dernier : le souci « de servir au bien public » d’une part, le souci de venir en aide à ses compatriotes allemands d’autre part :

On a dit il y a longtemps que nous sommes nez non moins pour les autres que pour nous mesmes et qu’à bon droict nos compatriotes s’attribuent une partie de nostre naissance. L’on sçait aussi que les hommes desireux de servir au bien public, en quelque part qu’ils se trouvent, y sont comme en leur propre pays. Autant qu’il m’a esté possible et que ma vocation l’a porté, j’ay pieça tasché d’accorder ces deux avis, publiant divers auteurs anciens, modernes, traictans de toutes sciences, qui en Grec, en Latin et en autres langages ont representé leurs conceptions par livres faits en nostre imprimerie. Davantage, estant né et eslevé en Allemagne, où depuis j’ay esté benignement acueilli de plusieurs, ç’a esté raison que je m’employasse à paroistre memoratif de tant de biens receux (p. 3).

  • 43 Thomas D’Irlande, Flores doctorum pene omnium, qui tum in theologia, tum in philosophia hactenus c (...)
  • 44 Ibid., p. [11] : « Et si quis de rebus ad religionem pertinentibus ita disserit ut cerebrum meum a (...)
  • 45 Les Pseaumes de David mis en rime françoise par Clement Marot et Theodore de Beze et en alemande p (...)
  • 46 Bernardo G. B., op. cit., p. [3] : « Porro, quumpaucisphilosophandum sit, ut fert vetusprœceptum [ (...)

35Cet extrait donne ainsi l’image d’un éditeur définitivement orienté vers le souci du salut d’autrui. Jacob Stoer ne dit-il d’ailleurs pas dans son airs au lecteur, en préambule de sa nouvelle édition des Flores doctorum de Thomas d’Irlande, que toute action vise à se mettre au service de son prochain43 et à manifester sa recherche continuelle de Dieu44 ? C’est cet idéal qui explique sa volonté de mettre à la disposition des communautés calvinistes des textes bilingues français-allemand de l’Écriture sainte, « qui par ce moyen pourront beaucoup servir à l’intelligence des deux langues par la conference d’icelles45 ». C’est cet idéal qui explique encore son souci de dispenser une formation intellectuelle de qualité aux étudiants, fondée sur deux socles, le droit et les lettres classiques, domaines où il possède des connaissances approfondies. C’est enfin cet idéal qui le pousse à proposer des recueils de lieux communs où la morale, la piété et la recherche de la sagesse en vue de l’épanouissement de l’âme constituent la clé de voûte. Au moment de mettre sous presse la nouvelle édition du Seminarium totiusphilosophic Platonicœ en 1599, Jacob Stoer relie du reste explicitement ces deux aspects. Son objectif est clair : que le lecteur devienne, grâce à ce florilège, non seulement plus savant, mais aussi plus sage, c’est-à-dire épris de piété, d’égalité et de tempérance46. C’est donc l’image d’un éditeur calviniste profondément soucieux du salut de son âme et de celle des siens, pétri de culture juridique et classique, qui se dégage au terme de cette analyse du choix de la copie des textes rédigés ou édités par Jacob Stoer.

  • 47 Sur ce sujet, se référer à A. Dubois, « Les échanges de livres entre Genève et Anvers lors des foi (...)

36Le choix de la langue. – Il montre le souci de Jacob Stoer de toucher un vaste public et de multiplier ainsi les possibilités de vente. La publication des éditions bilingues français-allemand des textes de l’Écriture sainte et du Catéchisme, ainsi que celle des dictionnaires de langue nous renseigne sur la volonté de Jacob Stoer de se faire passeur de culture aux confins des espaces francophones et germanophones. La publication en latin des textes de droit, des auteurs anciens grecs et latins et des recueils de lieux communs nous informe sur la volonté de Jacob Stoer de toucher un vaste public d’érudits au niveau européen. La diffusion systématique de ces publications lors des foires de Francfort et la localisation sur l’ensemble du territoire européen des témoins de ces éditions l’attestent47. Ainsi, contrairement à la littérature de combat publiée avec Simon Goulart, qui, rédigée en français, touche d’emblée un public plus restreint, Jacob Stoer vise ici un public européen.

  • 48 Lycosthènes C., Similium loci communes, [Genève], Jacob Stoer, 1595, p. [3] : « Ita, credo, […] mo (...)

37Le choix du format. – Les avis de Jacob Stoer au lecteur témoignent tous de la volonté de ce dernier de toucher un public d’étudiants qui n’a pas forcément les moyens d’acquérir des ouvrages chers. Et notre imprimeur ne se prive pas de le proclamer haut et fort. Il écrit ainsi, en préambule de la nouvelle édition des Similium loci communes de Conrad Lycosthènes, que « le prix modique de l’ouvrage ne rebutera pas, je pense, ceux qui, inégaux devant les grandes dépenses, sont contraints de renoncer aux ouvrages les meilleurs, en même temps qu’ils doivent sacrifier leurs études48 ». C’est la raison pour laquelle il développe une politique de réduction des éditions de luxe « ad enchiridii formam », qu’il applique notamment lors de la publication des Historiœ mundi libri XXXVII de Pline l’Ancien en 1593, des Opera omnia latins de Platon en 1592 et ceux de Flavius Josèphe en 1595. Tous les ouvrages que Jacob Stoer édite ou dont il est l’auteur sont ainsi publiés dans un format de poche (in-8° et surtout in-16), à l’exception notoire du Dictionaire françois latin et du Dictionarium historicum acpoeticum imprimés au format in-4°.

38La mise en page et l’illustration. – Le choix des petits formats ne signifie néanmoins pas que la mise en page est négligée. Bien au contraire. La réduction des éditions de luxe « ad enchiridii formam » pousse Jacob Stoer à opter pour la division en plusieurs tomes dans une mise en page aérée et soignée. Ainsi en va-t-il de l’édition des Opera omnia de Platon divisée en trois tomes, dans une composition agréable. Quant aux dictionnaires de langues, ils sont présentés sur deux colonnes également dans une présentation soignée. L’illustration, en revanche, est généralement dépouillée. Je mentionnerai ici l’exemple du Dictionaire françois allemand latin publié en 1610 au format in-8° ; il ne comporte que trois lettres ornées, quatre bandeaux et un cul-de-lampe. Mais cette économie de moyens n’est pas absente des éditions imprimées au format in-4°. L’illustration des éditions successives du Dictionaire françois latin et du Dictionarium historicum acpoeticum est ainsi très riche.

39La politique que met en œuvre Jacob Stoer dans la publication des textes qu’il édite ou dont il est l’auteur est un succès, dans la mesure où ces derniers font l’objet de nombreuses éditions. Je mentionnerai ici uniquement le cas des manuels scolaires, qui présentent le taux le plus élevé de rééditions. Le véritable best-seller reste le Dictionarium historicum ac poeticum de Charles Estienne, dont Jacob Stoer donne quatre rééditions revues, corrigées et augmentées en 1590, 1596, 1603 et 1609. Quant au Dictionaire françois latin de Jean Nicot, il est réimprimé deux fois en 1599 et en 1603.

40En conclusion, il convient de dégager les lignes de forces des relations qu’a nourries Jacob Stoer avec Simon Goulart, emblématique des relations nouées avec ses auteurs. J’en retiendrai trois : une collaboration qui porte épisodiquement sur la diffusion d’une littérature de combat orientée, dans les années 1570, contre le pouvoir royal français, et, dans les années 1590, contre l’ennemi savoyard. Une archéologie approfondie des ouvrages de Simon Goulart ne permet malheureusement pas de retracer les relations entre un imprimeur et l’un de ses auteurs, à l’exception de la présence des errata et en l’absence de sources d’archives explicites. La mise en page et l’illustration de ces éditions laissent également peu de place à la fantaisie de l’auteur, dans la mesure où elles correspondent à la mise en page et à l’illustration habituellement mises en œuvre par Jacob Stoer dans ses publications. L’auteur n’a en ce sens pas voix au chapitre, soit qu’il s’en désintéresse complètement, soit qu’il n’en a pas le choix. L’analyse des textes édités ou rédigés par Jacob Stoer me paraît plus intéressante, dans la mesure où elle laisse entrevoir au moins trois lignes de force. Tout d’abord une politique d’édition clairement orientée vers la diffusion à l’échelle européenne avec des textes rédigés pour la plupart en latin ou, du moins, aux confins des espaces francophones et germanophones pour les textes de l’Écriture sainte et les dictionnaires de langue. Ensuite une politique d’édition orientée vers les étudiants, avec la volonté systématique d’offrir des textes dans un format de poche vendus pour un prix avantageux sans pour autant sacrifier la mise en page et l’illustration mises en œuvre habituellement dans l’officine. Enfin une politique d’édition orientée vers les domaines phares qui font la réputation de notre officine : la religion, le droit et les lettres. En ce sens, la politique d’édition de Jacob Stoer est très cohérente, dans la mesure où elle privilégie la publication de textes dans les domaines du savoir que notre imprimeur connaît parfaitement.

Notes

1 Notamment Jones L. C., Simon Goulart, 1543-1628. Étude biographique et bibliographique, Genève, Georg ; Paris, Champion, 1917, XVIII-688 p. ; Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 1960-, 33 volumes parus.

2 Archives d’État de Genève, Registres du Conseil, vol. 62-107.

3 Registres de la Compagnie des Pasteurs de Genève, publiés sous la direction des Archives d’État de Genève, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 1962-, 12 volumes parus.

4 Dubois A., L’éditeur réformé Jacob Stoer (1542-1610). Recherches sur son officine typographique d’après la bibliographie de ses éditions, Paris, École nationale des chartes, 2007, 1512 p. ; ID., « L’éditeur réformé Jacob Stoer (1542-1610). Recherches sur son officine typographique d’après la bibliographie de ses éditions », dans Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 2007 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, École nationale des chartes, 2007, p. 75-85.

5 Wolf C., Institutionum imperialium erotemata, Genève, Jacob Stoer, 1584, 394, [6] p. (GLN 15-16, n° 3090 et 6465). Correspondance de Théodore de Bèze, op. cit., t. XXV (1584), p. 93-96, n° 1672.

6 Ibid., p. 103-106, n° 1675.

7 Hotman F., La Gaulefrançoise, Cologne [Genève], Jérôme Bertulphe [Jacob Stoer], 1574, [16], 212, [4] p. (GLN 15-16, n° 2512).

8 Jacob Stoer publie notamment la Francogallia de François Hotman (1573 (GLN 15-16, n° 2470 et 5867)), Du droit des magistrats sur leurs subjets de Théodore de Bèze (1574 (GLN 15-16, n° 2499)), Lo Stratagema di Carlo IX, Re di Francia, contro gli Ugonotti de Camillo Capilupi (1574 (GLN 15-16, n° 2501)) ou encore le Discours sur les moyens de bien gouverner contre Nicolas Machiavel d’Innocent Gentillet (1576 (GLN 15-16, n° 2587)).

9 [Goulart S.], XXVIII discours chrestiens, touchant l’estat du monde et de l’eglise de Dieu, [Genève], Jacob Stoer, 1590, [16], 365, [3] p. (GLN 15-16, n° 6689).

10 ID., Seconde partie des discours chrestiens, contenant XX traitez divers, [Genève], Jacob Stoer, 1595, [32], 320 p. (GLN 15-16, n° 3800).

11 Saint Jean Chrysostome, Six paradoxes chrestiens extraits des Homélies, plus un traité de l’humilité de saint Basile, [Genève], Jacob Stoer, 1593, [32], 288 p. (GLN 15-16, n° 3630).

12 Goulart S., Morum philosophia historica ex probatis scriptoribus collecta, [Genève], Jacob Stoer, 1594, [12], 489, [27] p. (GLN 15-16, n° 3721).

13 Casmann O., Exercice et combat de l’ame chrestienne contre Satan, la chaire et le monde, [Genève], Jacob Stoer, 1601, [32], « 1-320 221-441 » (541), [3] p.

14 L’Espine J. de, De tranquillitate animi libri VII eruditissimi, Genève, Jacob Stoer, 1591, [24], 761, [15] p. (GLN 15-16, n° 5631 et 3484).

15 Taffin J., De characteribus filiorum Dei eorundemque sub cruce consolationibus liber, [Genève], Jacob Stoer, 1601, [16], 191, [1] p.

16 Alizet B., Second livre de la Calliope chrestienne, Genève, Jacob Stoer, 1594, 79, [1] p. (GLN 15-16, n° 3686) ; ID., Troisieme livre de la Calliope chrestienne, Genève, Jacob Stoer, 1596, « 1-63 66-88 » (86), [2] f. (GLN 15-16, n° 3834) ; ID., La Calliope chrestienne, Genève, Gabriel Cartier, 1593, [8], 120 p. (GLN 15-16, n° 3586).

17 Dubois A., « L’éditeur réformé Jacob Stoer (1542-1610) », art. cit., p. 79.

18 Les Pseaumes de David mis en rime françoise par Clement Marot et Theodore de Beze et en alemande par Ambrosius Lobwasser, Genève, Jacob Stoer, 1587, [456] f. (GLN 15-16, n° 1015 et 6358).

19 Petit catechisme tant en françois qu’en alemand. Der Klein Catechismus, [Genève], Jacob Stoer, 1587, [16] f. (GLN 15-16, n° 6359).

20 Nouveau Testament. François et alleman, [Genève], Jacob Stoer, 1594, « [1]-[2] 5 8-452 » (448) f. : 320 f. (GLN 15-16, n° 3693).

21 L’Espine J. de, Opuscules theologiques comprins en deux parties, Genève, Jacob Stoer, 1598, 1044, [28] p. : « 504 » (540), [12] f. (GLN 15-16, n° 6730 et 3995).

22 ID., Troisième partie des opuscules de Jean de l’Espine, [Genève], Jacob Stoer, 1607, 504, [8] f. : [32], 672 p.

23 Buchanan G., Paraphrasis Psalmorum Davidis poetica. Accesserunt duœ ejusdem Buchanani tragœdiœ, [Genève], Jacob Stoer, 1590, 196 f. (GLN 15-16, n° 3412).

24 Corpus juris civilis in IIII. partes distinctum. (Denys Godefroy éd.), Genève, Jacob Stoer, 1583 (GLN 15-16, n° 3028) ; Lyon [Genève], Barthélemy Vincent, 1583 (GLN 15-16, n° 2267), 4 tomes.

25 Corpus juris civilis in IIII. partes distinctum. Secunda editio, [Genève], Héritiers d’Eustache Vignon et Jacob Stoer, 1594, p. [16].

26 Theophilus Antecessor, Paraphras is grœca in juris civilis institutiones, Genève, Jacob Stoer, 1610, p. [3-8].

27 Lexicon juridicum, [Genève], Jacob Stoer, 1594, [16], « 1-716 721-1121 » (1117), [3] p. (GLN 15-16, n° 3735).

28 Duprat P., Lexicon juris civilis, et canonici, sive potius thesaurus, de verborum, quœ ad jus pertinet, significatione, Lyon, Guillaume Rouillé, 1567, [6], 218 f.

29 Pline L’Ancien, Historiœ mundi libri XXXVII. a Sigismunde Gelenio castigati. Tomusprimus, [Genève], Jacob Stoer, 1593, p. [3-4].

30 Platon, Opera omnia quœ extant ex latina Marsilii Ficini versione, [Genève], Jacob Stoer, 1592, [44], 867, [17] p. : « 1-352 351-836 » (838), [18] p. : 1197, [35] p. (GLN 15-16, n° 3558).

31 Flavius Josèphe, Opera omnia, [Genève], Jacob Stoer, 1595, 570, [14] f. : 356, [12] f. (GLN 15-16, n° 3802).

32 Plaute, Comœdiœ viginti. Variœ lectiones ac notœ, ex D[ionisii] Lambini commentariis, [Genève], Jacob Stoer, 1587 (GLN 15-16, n° 3260) ; Lyon [Genève], Antoine de Harsy, 1587 (GLN 15-16, n° 3261), [8], 824 p.

M[arci] Acci Plauti Comœdiœ viginti, [Genève], Pierre de Saint-André, 1581, 813, [3] p. (GLN 15-16, n° 2889).

33 Pline L’ancien, op. cit., p. [3].

34 Estienne C., Dictionarium historicum ac poeticum, [Genève], Jacob Stoer, 1579, f. [1v].

35 Ibid., f. [2r-v].

36 Bernardo G. B., Seminarium totius philosophiæ Aristotelicæ et Platonicæ opus novum. Tomus primus. [Genève], Jacob Stoer et François Le Fèvre, 1599, p. [3-4].

37 Lycosthènes C., Apophthegmata exprobatis grœcœ latinœque linguœ scriptoribus, [Genève], Jacob Stoer, 1591, p. [3].

38 Nicot J., Le grand dictionaire françois latin, [Genève], Jacob Stoer, 1599, p. [7-8].

39 Ibid., 1603, p. [7-8].

40 Dictionaire françois allemand latin avec une briefve instruction sur la prononciation de la langue françoise, Genève, Jacob Stoer, 1610, 78, [2] p., 372 f.

41 Ibid., p. 5-78.

42 Novum Germanico Gallico Latinum dictionarium, Genève, Jacob Stoer, 1611, [2], 270 f.

43 Thomas D’Irlande, Flores doctorum pene omnium, qui tum in theologia, tum in philosophia hactenus claruerunt, [Genève], Jacob Stoer, 1593, p. [11] : « Nempe is est philosophiæ rationalis, naturalis, moralis, medicinæ, jurisprudentiæ, mathematicarum et mechanicarum artium legitimus scopus, ut harum studiosi bona conscientia freti, sicut coram Deo, omni ambitionis et avaritiæ studio atque jusso proximis suis alacriter inserviant ».

44 Ibid., p. [11] : « Et si quis de rebus ad religionem pertinentibus ita disserit ut cerebrum meum agitet, cor autem minime trahat ad Deum, me doctiorem non meliorem reddere conetur, quid illum scientia imbutum judicem, quum me a scientiœ et sapientiœ fonte abductum ad humanos rivulos eosque fœtentes deducere studeat ? »

45 Les Pseaumes de David mis en rime françoise par Clement Marot et Theodore de Beze et en alemande par Ambrosius Lobwasser, op. cit., p. [5].

46 Bernardo G. B., op. cit., p. [3] : « Porro, quumpaucisphilosophandum sit, ut fert vetusprœceptum [Aulu-Gelle, Noctes atticœ, V, 15], vide ne doctior tantum ex Platonicorum et aliorum sophorum meditationibus, sed etiam quantum fieripoterit sapientior, id est pietatis, œquitatis, temperantiœ amantior, evadas in dies ».

47 Sur ce sujet, se référer à A. Dubois, « Les échanges de livres entre Genève et Anvers lors des foires de Francfort : l’exemple de Jacob Stoer et de la firme plantinienne », dans Bibliologia, n° 3, 2008, p. 55-106.

48 Lycosthènes C., Similium loci communes, [Genève], Jacob Stoer, 1595, p. [3] : « Ita, credo, […] modicum libripretium eos deinceps non deterrebit qui impensis majoribus ferendis impares optimis plerumque libris cum studiorum jactura carere coguntur ».

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540