Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Deuxième partie. Individus, groupes, rapports sociaux dans l’espace : quels mots pour le dire ?

Penser l’espace comme dimension de la société

Pour une géographie sociale de plain-pied avec les sciences sociales

Vincent Veschambre

Texte intégral

  • 1 [vincent.veschambre@univ-angers.fr].

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Appel à communications au colloque « espaces et sociétés aujourd’hui : la géographie dans les scie (...)
  • 3 Cf. [www.recherche.gouv/recherche.fns/espterritoire.htm].

2« Dimension spatiale » semble désormais faire partie des expressions identitaires de la géographie sociale et même de la géographie dans son ensemble : « aujourd’hui, la géographie est définie comme la discipline spécialisée dans l’analyse de la dimension spatiale des sociétés, toutes spécialités de la discipline confondues2 ». Et bien au-delà, cette expression sert de point de ralliement aux différentes sciences sociales sensibilisées à la prise en compte de l’espace : c’est ainsi que dans la toute première phrase de présentation de l’action concertée incitative « espaces et territoires », il est indiqué que « L’ACI a pour objectif d’encourager les recherches sur la dimension spatiale des phénomènes humains3 ». Pour autant, nous craignons qu’il y ait là un consensus commode mais superficiel : nous n’avons pas l’impression qu’il y ait eu un réel travail d’explicitation d’une telle expression et que toutes les conséquences en aient été tirées dans notre façon même de concevoir l’espace. Une telle mise au point, à laquelle nous tenterons de contribuer, apparaît nécessaire pour dépasser la simple incantation et pour préciser les bases sur lesquelles la géographie sociale (et la géographie dans son ensemble) peut s’engager avec assurance dans le concert des sciences sociales, sur la base d’une véritable « approche dimensionnelle » de l’espace.

3Sans pour autant prétendre à l’exhaustivité dans notre quête de la « dimension spatiale », nous avons essayé d’aller plus loin que dans nos premières investigations (Veschambre, 1999), en élargissant le propos au-delà de la géographie sociale.

4Nous évoquerons pour commencer l’apparition de la métaphore dimensionnelle dans la géographie des années soixante-dix, puis dans la géographie sociale des années quatre-vingt, en essayant d’interpréter les freins à sa diffusion dans ce courant de la géographie. Ensuite nous ferons le point des conséquences d’une telle approche sur la conception même de l’espace, en repartant notamment des propositions de J. Lévy. Enfin, nous essaierons d’entrevoir comment une telle approche peut se traduire dans notre conception de la géographie, pour envisager le positionnement social et les inégalités.

LA MÉTAPHORE DIMENSIONNELLE EN GÉOGRAPHIE SOCIALE : UN USAGE PRÉCOCE MAIS UNE AFFIRMATION RÉCENTE

5Telle que nous l’envisageons ici, la notion de dimension nous vient de la géométrie : c’est une métaphore qui permet de découper les objets de la connaissance autrement que le fait classiquement le langage, c’est-à-dire de manière transversale : cette notion permet de parcourir la totalité d’un objet, le « traversant de part en part » (Lévy, 2003 : 261). C’est dans un texte de 1951, signé A. Camus, que J. Lévy a repéré le premier usage de dimension, au sens de métaphore géométrique (ibid.). Appliquée à l’espace, la première occurrence de la métaphore reste à déterminer. Nous la voyons apparaître pour notre part dans les années soixante-dix, ce qui correspond à l’affirmation d’un nouvel intérêt de la géographie pour l’étude des sociétés.

Quelques pionniers d’une métaphore qui inscrit la géographie du côté du social

  • 4 Nous remercions F. Ripoll pour nous avoir signalé ces occurrences.

6Les premières occurrences de l’expression « dimension spatiale » que nous avons repérées (pour l’instant) dans le champ de la géographie datent de 1976. Yves Lacoste l’utilise à propos de K. Marx, qui « a fait souvent référence à la nature […], mais en évacuant la dimension spatiale » (Lacoste, 1976 : 27). C. Grataloup et J. Lévy (1976) vont plus loin en l’utilisant pour définir la géographie, affirmant que « la seule géographie possible, c’est la science de l’espace social, de la dimension spatiale de la société4 ».

  • 5 Mais il ne reprend pas cette expression dans son ouvrage de référence, Société, espace et justice, (...)
  • 6 Pour reprendre l’expression utilisée par A. Frémont dans sa propre réponse.

7En donnant la parole à sept « personnalités de la géographie françaises », le numéro qu’Espaces Temps consacre à la région en 1979 nous permet de vérifier si la référence à la dimension spatiale fait son chemin dans la discipline. À la question liminaire, « quel doit être selon vous l’objet de la géographie ? », la plupart de ces géographes (F. Damette, P. Claval, R. Brunet, A. Frémont) se réfèrent à l’analyse de l’organisation de l’espace. Seul A. Reynaud se distingue en déclarant que « l’objet de la géographie tournerait autour de la dimension spatiale des phénomènes économiques et sociaux5 » et en faisant sortir la géographie de sa référence privilégiée au « cadre spatial6 ».

8De telles formulations annoncent le basculement à venir de l’objet de la géographie, de l’espace vers la société, basculement auquel la géographie sociale va contribuer fortement au début de la décennie suivante.

9L’affirmation de la géographie sociale est fréquemment associée à deux colloques fondateurs. C’est au colloque de Lyon d’octobre 1982 qu’a été précisément revendiquée la primauté du social sur le spatial, dans le sillage de R. Rochefort : « la géographie sociale est l’étude de la fonction sociale de l’espace et de la condition spatiale de l’homme » (R. Rochefort, citée par Hérin, 1983 : 18). S’étant tenu en marge du congrès de l’UGI d’août 1984, le congrès « off » a prolongé cette dynamique et donné naissance à l’ouvrage Sens et non sens de l’espace (1984).

10La métaphore dimensionnelle est présente dès le colloque de Lyon, mais elle reste encore discrète. C’est J. Pailhé qui la revendique le plus nettement en définissant d’emblée son travail comme « analyse de la dimension spatiale des rapports sociaux » (Pailhé, 1983 : 150). R. Hérin l’utilise dans des termes assez proches, en évoquant « l’analyse des dimensions spatiales des faits sociaux » : nous aurons l’occasion de revenir sur son usage spécifique du pluriel (Hérin, 1983 : 24).

11D’usage encore confidentiel en 1982, l’expression « dimension spatiale » est un peu plus présente en 1984. Outre J. Pailhé et R. Hérin qui la reprennent, X. Piolle y recourt pour affirmer que l’objet de la géographie est clairement social (« l’objet se définit cependant comme ayant une dimension spatiale fortement signifiante » [Piolle, 1984 : 137]) et R. Chapuis l’utilise pour définir explicitement la géographie sociale : « [La géographie sociale] analyse les formes et les effets (du changement social) en insistant toujours sur la dimension spatiale des phénomènes analysés » (Chapuis, 1984 : 53).

12Un tel usage de la métaphore dimensionnelle contribue à caractériser une géographie sociale qui étudie les « positions sociales », « les conflits sociaux », les « changements sociaux », en bref une géographie qui « étudie les sociétés sous l’angle de l’espace » (Chapuis, 1984 : 43).

13Parmi les géographes de cette mouvance, c’est A. Vant (1986) qui nous semble le premier à mettre en exergue l’expression « dimension spatiale » : elle apparaît en introduction et en conclusion, dans le premier et le dernier sous-titre d’un texte paru dans Espaces, jeux et enjeux. Il y affirme que « l’espace […] n’est qu’une dimension du social parmi d’autres », la formule négative pouvant être interprétée comme une minoration de l’importance de l’espace et comme une réaffirmation de l’objet social de la géographie. Dans le même temps, il s’efforce de préciser quels peuvent être les apports de cette discipline aux sciences sociales, en affirmant que les relations à l’espace doivent être prises en compte si l’on veut dépasser une vision abstraite et incomplète des relations sociales et des identités de groupe : « L’analyse des processus de socialisation, porteurs de reproduction et/ou de changement, requiert impérativement la prise en compte des lieux et des espaces où s’effectuent rencontres et échanges, où se forgent des projets, où se nouent des enjeux » (Vant, 1986 : 100). Cette manière d’envisager la construction de la société « par l’espace », qu’il exprime en terme de « dimension spatiale du social », ouvre des perspectives stimulantes pour un positionnement clair de la géographie au sein des sciences sociales. Une géographie qui ne se trompe pas d’objet, qui remet l’espace à sa place, tout en affichant son point de vue, son angle d’approche spécifique de la société.

14Mais si la métaphore dimensionnelle est présente dès les premiers temps d’une géographie sociale réaffirmée, elle ne se diffuse que lentement durant les années quatre-vingt. Alors que certains auteurs de premier plan se sont référés à la dimension spatiale pour définir la géographie sociale, l’expression ne semble pas s’imposer comme référence commune avant les années quatre-vingt-dix. Il y a là un paradoxe qui mérite d’être examiné de près.

Dialectique socio-spatiale ou dimension spatiale du social ?
Les hésitations de la géographie sociale

15Il nous faut revenir au texte de la communication de R. Hérin lors du colloque de Lyon, pour saisir que dès le départ il y a une forme d’ambiguïté dans l’application de la métaphore à l’espace.

  • 7 C’est nous qui soulignons.

« Par cette réduction de la géographie sociale à la géographie sociologique on risque de déséquilibrer, parce que l’on privilégie les faits sociaux, la problématique de la géographie sociale en la limitant à l’analyse des dimensions spatiales des faits sociaux. Il nous faut parallèlement, en tant que géographes, développer les dimensions sociales des faits spatiaux, plaçant l’espace comme objet primitif de nos recherches » (Hérin, 1983 : 24)7.

  • 8 R. Hérin réaffirme même la primauté de l’espace pour les géographes. Dans le même ordre d’idée, on (...)
  • 9 R. Hérin lui-même n’aura d’ailleurs pratiquement pas recours à la métaphore dimensionnelle dans la (...)

16A travers son usage dialectique de la métaphore dimensionnelle, R. Hérin envisage l’espace et la société de manière symétrique8. C’est dans cette optique que les auteurs du manuel de Géographie sociale (1984) préfèrent forger un nouveau concept, celui de « rapports spatiaux », pour désigner « la nature des rapports que les individus et les groupes ont avec l’espace », plutôt que de parler de « dimension(s) spatiale(s) des rapports sociaux9 ». Cette notion de « rapports spatiaux », doit être resituée dans son contexte idéologique. En calquant l’expression sur celle de « rapports sociaux », il s’agissait de démontrer en termes pédagogiques tout l’intérêt d’élargir le champ des sciences sociales aux différents types de rapports à l’espace, constitués par l’exercice des différentes fonctions de l’existence (travailler, habiter, se déplacer, se reproduire, se former…), tout en affirmant que « ce qui est premier en géographie sociale, c’est la société ». À travers cette terminologie marxiste, les auteurs revendiquaient dans le même temps leur intérêt privilégié pour les questions sociales, au sens militant du terme.

  • 10 Cette citation est extraite d’un entretien que nous a accordé R. Hérin le 12 avril 2005, suite à l (...)

17Dans le même temps cette expression « rapports spatiaux » traduisait la volonté d’affirmer une symétrie systématique entre espace et société que l’on retrouve dans l’ensemble du vocabulaire de la géographie sociale des années quatre-vingt : « rapports sociaux et rapports spatiaux », « géographie des faits sociaux et sociologie des faits géographiques », « rétroaction du spatial sur le social », « dialectique du social et du spatial »… En mettant l’espace sur le même plan que la société, dans une approche que l’on pourrait qualifier de « binaire », ces auteurs cherchaient sans doute à réaffirmer l’identité de la géographie (sociale) au sein des sciences sociales dont elle se rapprochait. Comme R. Hérin l’interprète rétrospectivement, ce type de formulation renvoyait également à un mode d’écriture, hérité de la tradition littéraire de la géographie : « Nous avions le souci du balancement des phrases, de la syntaxe10. »

  • 11 J. Lévy et M. Lussault parleraient « d’approche partitionnelle » (Lévy, 2003). Dans son texte, F. (...)

18Résumée en terme de « dialectique du social et du spatial », cristallisée dans l’adjectif « socio-spatial » qui a connu un succès durable, cette approche binaire a entretenu l’ambiguïté quant au statut de l’espace. Cette symétrie est en même temps une « partition11 » entre espace et société, qui pourrait laisser croire à des rapports sociaux qui ne seraient pas spatialisés et à un espace qui serait autonome et extérieur à la société. Cette approche binaire a alimenté tout un débat autour de la « rétroaction du spatial sur le social », comme si l’espace pouvait agir sur la société. Promoteur de « l’effet de lieu », A. Frémont pointait pourtant la contradiction, en admettant au terme de sa présentation que « l’effet de lieu est produit par l’organisation des sociétés » et qu’il est lui-même « plus un produit social qu’un effet spatial » (Frémont, 1984 : 177).

19J. Chevalier a bien résumé cette contradiction conceptuelle dans laquelle s’est inscrite la géographie sociale du début des années quatre-vingt : « La géographie sociale définit son objet dans la dialectique entre le social et le spatial, même si les deux termes ne se situent pas dans le même plan : la société agit et l’espace constitue la dimension de cette action » (Chevalier, 1998 : 14). Cette idée de symétrie entre espace et société a marqué durablement la géographie sociale française et a sans doute freiné la diffusion de la métaphore dimensionnelle, qui exprime au contraire l’idée d’une totalité sociale, dont « l’espace n’est qu’une dimension », pour reprendre la formulation d’A. Vant.

Dépasser la dialectique socio-spatiale : une affirmation récente
de la métaphore dimensionnelle en géographie sociale

20A travers l’évolution de son vocabulaire, la géographie sociale a recherché par la suite à dépasser cette apparente symétrie entre espace et société. Mais comment mettre en avant l’importance de l’espace sans pour autant forger des concepts spatialistes ?

Dimension, instance ou modalité  ?

21La réflexion théorique s’est poursuivie dans le sens d’une clarification du statut accordé à l’espace, afin d’aller au bout du décentrement initiée par la géographie sociale lors du colloque de Lyon. C’est ainsi que la métaphore dimensionnelle commence à être reprise par de nouveaux auteurs, mais elle entre en concurrence avec d’autres terminologies.

22P. Buléon et J. Chevalier recourent à deux reprises à la métaphore dimensionnelle dans leur article de 1986 publié dans le volume 3 de la collection Géographie sociale, affirmant notamment que « l’instance spatiale est une dimension à part entière du social « (Buléon et Chevalier, 1986 : 9). Dimension et instance font figure de synonymes, mais instance, qui est emprunté au marxisme et plus particulièrement à Althusser, est privilégiée pour sa charge scientifique et idéologique. Il est utilisé pour désigner les composantes « relativement autonomes » de la totalité sociale (Buléon, 1987), au premier rang desquelles figure l’instance économique. Ces auteurs proposent d’ajouter aux instances économiques, politique, idéologique une « instance spatiale ». L’usage de ce concept s’est raréfié au fur et à mesure que semblait se brouiller, se complexifier la réalité sociale, et que le vocabulaire marxiste passait de mode. On ne retrouve plus guère les instances que chez G. Di Méo (1998), qui les reprend pour structurer son manuel Géographie sociale et territoire. Il parle également de ces « trois grandes modalités [politico-administrative, socio-économique, sociale] tendant à réifier des entités spatiales » (Di Méo, 1991 : 176). C’est également en terme de « modalité » que R. Hérin définit l’espace (« une des modalités d’expression, de concrétisation des rapports sociaux ») dans son article de l’Espace géographique (Hérin, 1986 : 109).

23« Dimension », « instance », « modalité » : ce sont les trois mots qui ont été repris pour affirmer que l’espace est produit par la société et pour légitimer l’angle d’approche géographique des phénomènes sociaux. Lors du premier colloque de Caen en 1996, J. Chevalier a bien résumé la place occupée par ces trois termes dans la réflexion théorique : « L’espace est introduit comme une des instances (mais certains préfèrent employer les termes de dimension ou encore de modalité) à travers lesquelles les sociétés fonctionnent » (Chevalier, 1998 : 14).

24Parmi ces différents termes qui ont été avancés, c’est aujourd’hui le plus commun qui semble s’être imposé parmi les chercheurs en géographie sociale, et plus largement dans l’ensemble de la discipline, ceci afin d’exprimer la nature sociale de l’espace.

Une métaphore qui s’est diffusée dans les années quatre-vingt-dix

  • 12 Qui l’inscrit d’ailleurs dans son titre : « Le territoire ou des dimensions spatiales des rapports (...)
  • 13 Nous avons pu faire une recherche systématique de l’expression à partir des fichiers textes des ac (...)

25La métaphore dimensionnelle est bien présente dans les actes du premier colloque de géographie sociale de Caen (1996), notamment chez J. Chevalier, P. Buléon, J.-M. Fournier et B. Raoulx, X. Piolle12, R. Séchet et chez l’auteur de ces lignes (Hérin, Müller [dir.], 1998). L’expression « dimension(s) spatiale(s) » apparaît au final dans un peu plus du tiers des textes de ce colloque (8 sur 20). Dans les actes du colloque suivant de 1998 (Fournier [dir.], 2001), c’est un auteur sur trois qui l’utilise : sur les dix auteurs concernés, on la retrouve 6 fois au singulier et 4 fois au pluriel13.

26À partir du milieu des années quatre-vingt-dix, les projets scientifiques de l’UMR ESO mettent en avant la métaphore : il s’agit « d’[étudier] les dimensions spatiales de l’expérience social » (projet scientifique 1995-1998) ou de « lire les sociétés dans leurs dimensions spatiales », (texte préparatoire, 1999). Ceci atteste que la métaphore dimensionnelle fait désormais partie du bagage commun de la géographie sociale.

  • 14 Cf. Entretien avec R. Hérin (12 avril 2005).

27Mais pendant longtemps l’expression est utilisée au pluriel dans ces textes programmatiques, ce que l’on peut rapprocher des propres usages de R. Hérin. Le pluriel renvoie chez lui à la diversité des types de rapports à l’espace (pratique, représentation, appropriation…), à la pluralité de ce qu’il appelle « les registres dimensionnels : métrique, localisation, situation, distance14… ». Dans cette volonté d’exprimer à travers la métaphore la complexité du social, il lui paraîtrait même « réducteur » de parler de « la » dimension spatiale des rapports sociaux ou des inégalités sociales.

28De notre point de vue, l’usage du pluriel affaiblit au contraire l’usage de la métaphore, ne permet pas d’appréhender dans leur globalité les expressions spatialisées du fonctionnement social. De plus, cela rend plus difficile la théorisation en terme de « dimensions du social », l’espace pouvant être assimilé, nous y reviendrons, à l’une de ces dimensions fondamentales.

29Alors que le vocabulaire de la géographie sociale a longtemps reposé sur la symétrie apparente entre le social et le spatial, ses principaux initiateurs ont affirmé dans le même temps le « renversement de l’ordre des facteurs « (Rochefort, 1963 : 20) et donc une « hiérarchisation » implicite entre le social et le spatial : entre le social qui produit et l’espace qui est produit. Cette idée d’inversion était sans doute un point de passage obligé, afin de provoquer un déplacement du centre de gravité de la discipline, de l’espace vers la société. Mais en toute rigueur, et pour reprendre la formule de R. Rochefort, on ne peut dire que « l’espace est second par rapport à la société » (Rochefort, 1983 : 13) : il en est tout simplement une expression, une manifestation, une « dimension ». Mettre sur le même plan le social et le spatial ou bien encore les hiérarchiser, c’est accorder à l’espace un statut à part, c’est prolonger l’approche partitionnelle (Lévy, 1984) classique en géographie, qui consiste à analyser les rapports entre espace et société et donc à les traiter séparément. Ce que les « géographes sociaux » ont pressenti, à l’image de B. Kayser : « L’espace ne peut pas être étudié par les géographes comme une catégorie indépendante, puisqu’il n’est justement rien d’autre qu’un élément du système social » (B. Kayser, cité par Hérin, 1991 : 247). Si l’approche partitionnelle de l’espace a pu être généralement évitée dans la pratique au sein de la géographie sociale, elle a mis du temps à être dépassée dans les termes.

  • 15 À ce propos, J. Lévy souligne qu’ » entre la production échevelée de néologismes (qui gêne la comm (...)

30Depuis une dizaine d’années, la métaphore dimensionnelle semble cependant s’être diffusée parmi les tenants de la géographie sociale, s’imposant par rapport à d’autres terminologies plus savantes15. Raisonner en terme de « dimension spatiale » permet de dépasser la fausse symétrie espace/société, d’éviter le piège de la réification de l’espace et d’affirmer clairement sa nature sociale. Nous allons maintenant essayer de tirer les conséquences d’une telle articulation espace/ société, de franchir un pallier théorique, pour passer de la métaphore commode et parlante à une véritable approche dimensionnelle de l’espace.

D’UNE MÉTAPHORE COMMODE À UNE VÉRITABLE APPROCHE DIMENSIONNELLE DE L’ESPACE

  • 16 Dans ce texte, il ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout et ne parle pas encore de « dimensio (...)
  • 17 La dimension spatiale du social fait l’objet de 5 des 37 propositions épistémologiques formulées d (...)

31Ce n’est donc pas au sein de la géographie sociale que l’émergence de la métaphore dimensionnelle a d’abord été questionnée et théorisée. Ce travail théorique, nous le devons à J. Lévy, dont nous avons signalé le rôle précurseur dans la référence à la « dimension spatiale de la société ». Envisagée dès son texte de Sens et non sens de l’espace (Lévy, 198416), cette théorisation apparaît aboutie dans L’espace légitime, dont le sous-titre (« Sur la dimension géographique de la fonction politique ») revendique l’approche dimensionnelle de l’espace (Lévy, 1994)17. Si elle fait ici l’objet d’une mise au point approfondie, cette conception de l’espace n’apparaît pas totalement nouvelle, puisqu’elle est déjà présente dans la sociologie urbaine des années soixante-dix.

L’espace comme dimension :
exprimer la nature sociale de l’espace

32Envisager l’espace comme dimension procède chez J. Lévy d’une conception de « l’espace comme un des attributs de la réalité spatialisée et non comme une réalité indépendante » (Lévy, 1994 : 47). En termes philosophiques, il se réfère à la conception leibnizienne qui renvoie à l’espace comme construction sociale et récuse à la fois la conception kantienne, qui assimile l’espace à un cadre préexistant, qui existerait « en soi », et la conception cartésienne qui identifie des lois générales de l’espace. Avec les mots de tous les jours, cela consiste à dire que les individus, les sociétés et leurs productions ne sont pas dans l’espace mais sont avec l’espace ou sont l’espace (Lévy, 1999). Dans le même ordre d’idée, il suffit de constater que l’on ne parle jamais « d’espace lunaire » ou « martien » pour prendre conscience que l’espace est par essence social, en tant qu’il est construit, produit, pratiqué, représenté par les individus et les groupes sociaux. Ce que résume clairement J. Lévy lorsqu’il écrit que « l’espace ne peut être pensé qu’interne à la société et non à cheval sur la société et autre chose » (Lévy, 1994 : 19). Fondamentalement, c’est cette conception qui est derrière l’affirmation selon laquelle « l’espace est une dimension du social », une conception qui bat en brèche la logique de substantialisation de l’espace dont la géographie a tant souffert jusqu’à présent.

33Cette conception de l’espace est déjà sous-jacente dans la sociologie urbaine des années soixante-dix, dans le sillage d’H. Lefebvre et des réflexions sur la « production de l’espace ». C’est ainsi que dans un texte programmatique daté de 1979, S. Ostrowetsky et J. S. Bordreuil se donnent pour projet de « restituer la spécificité sociale de la dimension spatiale », avec une articulation entre espace et société qui semble annoncer les réflexions d’un J. Lévy, puisque les auteurs considèrent que « [le corps social] ne préexiste pas à sa spatialisation » et que « c’est toujours en tant qu’entité [déjà] spatialisée » qu’il doit être envisagé (Bordreuil, Ostrowetsky, 1979 : 4).

  • 18 Alors que l’expression est absente de sa thèse soutenue en 1992 et publiée en 1994.

34Depuis cette mise au point de J. Lévy, cette conception de l’espace a largement fait son chemin au sein de la géographie en général et de la géographie sociale en particulier, en même temps que se diffusait la métaphore dimensionnelle. Elle est partagée par M. Lussault qui s’est emparé de la métaphore pour sous-titrer son habilitation à diriger des recherches (Lussault, 1996)18 et qui définit la dimension spatiale comme l’objet de la géographie dans un article sous-titré : « pour en finir avec le spatialisme » (Lussault, 1999).

35Ayant participé à ses séminaires de DEA, A. Bouju s’est nourrie de cette conception dimensionnelle de l’espace qui est au cœur de sa thèse consacrée à « la dimension spatiale du champ scolaire ». Ce qui renvoie à la fois à une certaine matérialité de l’espace (mobilité, pratiques du territoire, déplacements, lieux de résidence/lieux de scolarisation), mais aussi à sa composante idéelle (représentations de l’école et de l’espace où s’inscrit l’école, stratégies résidentielles, rapport à l’école, à l’enfant, au savoir, attentes…) (Bouju, 1998).

  • 19 Il est d’ailleurs le premier à parler « d’approche dimensionnelle de l’espace » dans le cadre de l (...)

36L’approche dimensionnelle de l’espace est également centrale dans la thèse de F. Ripoll qui porte sur « la dimension spatiale de l’action collective » et apparaît structurante dans ses réflexions théoriques (Ripoll, 2005). Toute sa réflexion vise à montrer l’importance de l’espace sans en faire un facteur extérieur et autonome. Dans son texte sur « Lieux et actions collectives », il affirme à la fois que les individus, les corps, sont spatiaux de « part en part » (« il est nécessaire de considérer que les (corps) font partie, qu’ils sont une part de l’espace physique ») et que l’espace est une construction sociale (« il est nécessaire de considérer que les multiples découpages, qualifications et valorisations différentielles de l’espace physique sont dans la tête des êtres humains ») (Ripoll, 2001 : 37). Et c’est cette approche dimensionnelle qui lui permet de dépasser l’opposition entre une conception spatialiste (dominante en géographie) et une conception a-spatialiste de la société (encore bien présente dans les sciences sociales)19.

L’approche dimensionnelle chez J. Lévy :
appliquée à l’espace… et à bien d’autres catégories

  • 20 Par exemple : chez Y. Lacoste (1976) ou R. Chapuis (1984).

37Cette conception de l’espace comme dimension s’inscrit chez J. Lévy dans une démarche plus large, qu’il appelle « modèle dimensionnel » (Lévy, 1984) ou « approche dimensionnelle » (Lévy, 2003) et qui englobe les autres sphères de la réalité sociale. S’il est encore une fois le premier à théoriser cette approche en géographie, on la sent pointer chez un certain nombre d’auteurs avant sa propre mise au point20.

  • 21 Et l’on mesure toute l’importance de cette affirmation pour un géographe qui a lu Bourdieu.

38Comme il nous le rappelle en introduction de L’espace légitime, ce recours à l’approche dimensionnelle découle de sa prise de conscience que l’espace est un « mode d’existence » de la société : « du coup, je pus concevoir un schéma dans lequel chaque sphère, que j’appelais désormais dimension, l’espace parmi les autres, entrait dans un rapport non pas hiérarchique mais mutuellement transversal avec les autres » (Lévy, 1994 : 20). Il définit ensuite dans le corps de l’ouvrage ce qu’il entend par ce terme : les dimensions doivent pouvoir traiter, chacune à sa manière et de manière autonome, l’ensemble du réel social, ou en d’autres termes, « pouvoir suivre jusqu’au bout les déterminants de son objet » (ibid.). Dans le même temps, aucune dimension ne doit pouvoir être considérée comme « plus explicative » qu’une autre. J. Lévy propose dans cet esprit une liste de dimensions : l’économique, le sociologique, le politique, le spatial, le temporel, l’individuel, toutes transversales dans leur manière de rendre compte de la société. Ce qui lui permet de justifier un découpage disciplinaire des sciences sociales non hiérarchisé21, chacune abordant les réalités sociales avec son « plan de coupe particulier ». Ce qui lui permet notamment de légitimer la géographie : « Ce qui me parait efficace, c’est d’utiliser l’espace pour traverser la société toute entière […] et contribuer ainsi à une meilleure connaissance du tout social » (Lévy, 1994 : 21).

39Cette manière d’envisager la pluralités des dimensions n’est pas propre à J. Lévy et apparaît assez largement répandue. Ainsi, dans les actes du Colloque de géographie sociale de 1998, nous avons retrouvé outre l’expression « dimension sociale », celles de « dimension psychosociale, géopolitique, temporelle, culturelle, sexuée, raciales, citoyennes, matérielle, communautaire » (Fournier (dir.), 2001). La métaphore se décline très facilement, bien au-delà des catégories proposées par J. Lévy, ce qui présente le risque d’affaiblir son caractère opérationnel. Nous proposons d’en resserrer l’usage, de manière plus restrictive.

Pour un usage restrictif de l’approche dimensionnelle :
l’espace et le temps

40Dans la liste proposée par J. Lévy, qu’il ne prétend pas exhaustive, on ne peut s’empêcher de distinguer les sphères économique, politique, sociologique… qui caractérisent des registres de fonctionnement de la société, de ce qui semble le plus conforme à la métaphore géométrique : le temporel et le spatial. Lui même réserve d’ailleurs un sort particulier au temps et à l’espace, pour plaider un traitement différencié et non consubstantiel de ces deux dimensions. Dans le Tournant géographique, il consacre même un chapitre spécifique à l’articulation de ces deux catégories, afin de réaffirmer leur nature conjointement dimensionnelle : « Ni le temps, ni l’espace, tels que nous les appréhendons dans la vie sociale, ne sont des cadres préalables. Ils sont des constructions sociales » (Lévy, 1999 : 150).

41Alors que l’on pourrait parler assez facilement de dimension spatiale (ou temporelle) de l’économique, du sociologique ou du politique, il nous semble plus problématique de faire l’inverse. N’aurions-nous pas intérêt à être plus rigoureux, à utiliser d’autres manières de désigner l’économique, le politique, le sociologique… (sphères, champs…), afin d’identifier clairement les dimensions fondamentales que sont le temps et l’espace ?

42Fort de cette clarification théorique sur la nature sociale de l’espace, nous pouvons faire un retour à la géographie sociale et essayer d’envisager quels sont les apports théoriques que l’on peut en attendre.

LA DIMENSION SPATIALE DE LA POSITION SOCIALE,
DES INÉGALITÉS ET DES CAPITAUX

43Si la métaphore dimensionnelle semble aujourd’hui admise dans l’ensemble de la discipline, c’est sans doute dans une démarche de géographie sociale, qui privilégie l’analyse des rapports sociaux et des inégalités, que l’on peut en retirer les plus grands bénéfices. Ceci dans une logique de décloisonnement scientifique et d’ouverture aux concepts des sciences sociales (Chivallon, 2000), qu’autorise précisément l’approche dimensionnelle.

La dimension spatiale de la position sociale

44Cette approche dimensionnelle permet d’étayer une position qui est fondatrice en géographie sociale, à savoir que sans l’analyse des pratiques, des représentations, des formes d’appropriation de l’espace, il n’est pas possible de caractériser et de hiérarchiser socialement les individus et les groupes sociaux et d’appréhender les modes de reproduction sociale. Le positionnement social se joue en partie dans la dimension spatiale, c’est-à-dire dans la capacité inégale qu’ont les individus et les groupes à retirer des usages de l’espace un certain nombre de ressources matérielles et symboliques et à les transmettre.

  • 22 Cette gestion nationale a été fortement remise en question depuis nos travaux. Nous sommes entrés (...)

45Nos travaux sur les enseignants du second degré (Veschambre, 1995) nous ont montré combien le rapport à la mobilité, pour ne prendre qu’un aspect de la dimension spatiale de leurs pratiques sociales, était constitutif de l’identité socio-professionnelle et de la position sociale des différentes catégories de professeurs. Par rapport à d’autres groupes sociaux, ce rapport à la mobilité est d’autant plus important que la possibilité d’obtenir un poste plus valorisant (dans un lycée de centre-ville notamment) constitue le principal mode de gratification en cours de carrière : la mobilité y est bien souvent synonyme d’avancement. Cette place de la mobilité dans l’identité des enseignants procède aussi du mode de gestion des postes, départemental dans le cas des professeurs des écoles, national dans celui des certifiés et agrégés. Alors même que ceux-ci vivent souvent difficilement leur début de carrière, synonyme d’éloignement de la ville où ils ont fait leurs études, les enquêtes que nous avons menées nous ont montré qu’ils restaient dans leur majorité favorables à un mode de gestion national des premières affectations et des mutations. Par delà les contraintes qu’il génère, le mouvement national22 ouvre un champ des possibles et semble plus valorisant aux yeux de nombreux professeurs qu’une gestion à l’échelle régionale : il y a là un moyen de distinction vis-à-vis des enseignants moins diplômés ou non titulaires au sein des établissements secondaires et vis-à-vis des instituteurs/professeurs des écoles (Peyronie, 1993). Nous avons résumé cette relation entre position sociale et rapport à la mobilité en terme « d’échelle de référence » (Veschambre, 1998).

46À travers cet exemple, mais aussi à travers d’autres travaux plus ponctuels que nous avons menés sur les artistes (Veschambre, 1998) ou les militaires (Veschambre, 2003), nous avons pu montrer que le rapport à la mobilité était constitutif de l’identité et contribuait à structurer les divisions sociales. Pour plagier M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot, on peut dire que la mobilité représente « l’un des paramètres de la définition complète de la position sociale » (Pinçon, Pinçon-Charlot, 1989) ou en d’autres termes, qu’elle est constitutive de la dimension spatiale de la position sociale (Ripoll, Veschambre, 2003).

47C’est pour répondre à cette exigence d’une géographie sociale qui prenne toute sa place dans l’analyse des hiérarchisations sociales, qu’intervient la proposition, de plus en plus insistante, de raisonner en terme de « capital » à propos de l’espace. À travers l’approche dimensionnelle, la géographie sociale nous semble disposer de l’assise théorique nécessaire pour intégrer dans les meilleures conditions les outils conceptuels venus des autres sciences sociales et notamment les propositions de P. Bourdieu en matière de capital.

Capital spatial ou dimension spatiale des capitaux ?

  • 23 Ces réflexions ont été menées dans le cadre du groupe appropriation de l’espace de l’UMR ESO et de (...)

48Nous nous arrêterons donc spécifiquement sur le concept de « capital », tel qu’il a été élargi et transposé par P. Bourdieu au-delà de la sphère économique, qu’un certain nombre de géographes propose d’appliquer à l’espace sous la forme de « capital spatial ». Nous préciserons ensuite comment nous comptons nous-même intégrer ce concept dans une approche dimensionnelle de l’espace23.

La notion de « capital spatial » proposée par J. Lévy

  • 24 Cf. Lévy, 1989, 1992, 1994.
  • 25 Il propose ainsi de « reprendre les grandes filières productives de la société et de leur associer (...)

49J. Lévy a sans doute été l’un des premiers à proposer et défendre la notion de « capital spatial24 ». À partir de travaux sur l’habitat, il s’agissait principalement de mettre l’accent sur les « stratégies spatiales » (résidentielles) des « acteurs spatiaux ». Dans cette optique, la notion de « capital spatial » renvoie aux atouts que les acteurs recherchent et peuvent mobiliser. Dans L’Espace légitime, J. Lévy (1994) généralise sa proposition de raisonner non seulement en terme de capital économique, politique, sociologique… mais aussi en terme de « capital spatial25 ». Il argumente sur trois points.

50Premièrement, en repartant de sa définition des dimensions du social. Chaque dimension, ayant une autonomie relative, il apparaît légitime d’associer un type de capital à chacune d’entre elles. Ensuite, il argumente empiriquement sur le fait que « la localisation et la mobilité dans un espace constituent effectivement des biens recherchés » (Lévy, 1994 : 54). Parce que l’espace est fini et qu’il fait l’objet de concurrences, il peut être assimilé à ces biens rares constitutifs d’une forme de capital, source d’inégalités. Enfin, J. Lévy argumente également sur sa « fongibilité », c’est-à-dire cette propriété d’un capital de pouvoir être échangé avec d’autres formes de capitaux : on peut transformer un capital monétaire en localisation résidentielle et une localisation résidentielle en capital social (ou relationnel), ce qui ressort de manière extrêmement pédagogique à la lecture des travaux du couple Pinçon sur les beaux quartiers (Pinçon, Pinçon-Charlot, 1989).

  • 26 Se reporter par exemple au texte de J.-M. Fournier dans le volume 2 des actes du colloque de Renne (...)

51Penser les inégalités en terme de capitaux permet d’introduire une perspective dynamique et relationnelle. Un tel usage permet de dépasser la description statique des inégalités sociales et d’interroger les rapports sociaux qui en sont à l’origine et dont elles conditionnent la reproduction ou la transformation. Car tout capital est un « atout » dans des « jeux » sociaux, ou encore, pour reprendre la définition économique du terme, c’est une « valeur », c’est-à-dire à la fois un bien recherché inégalement distribué et un rapport social. La notion de « capital spatial » apparaît séduisante à bien des égards pour les géographes que nous sommes, en ce qu’elle affirme l’importance de l’espace dans l’analyse des inégalités sociales et des rapports de pouvoir26.

  • 27 Textes dans lesquels J. Lévy a d’ailleurs trouvé son inspiration.

52Pour autant, nous ne sommes pas convaincus par la pertinence d’un tel usage de « capital spatial » et il nous semble que les acquis de l’approche dimensionnelle de l’espace nous permettent d’intégrer de manière plus satisfaisante cette lecture en terme de capitaux. Pour y voir plus clair, il est utile de se référer aux textes de P. Bourdieu27.

Retour à P. Bourdieu : des « profits d’espace »
mais pas de « capital spatial »

53P. Bourdieu est effectivement connu pour avoir retravaillé la notion économique de capital pour construire plusieurs nouveaux concepts renvoyant aux différentes ressources sociales mobilisables dans les différents champs sociaux (ou sphères d’activités) : au capital économique ont ainsi été ajoutés le « capital culturel » ou « informationnel » (savoirs et savoir-faire, biens et titres culturels utiles), le « capital social » ou « relationnel » (ressources des réseaux de relations sur qui l’on peut compter) et le « capital symbolique » (notoriété, crédit… que la possession d’autres capitaux confère) pour les plus fondamentaux, ainsi qu’un certain nombre de sous-espèces et de capitaux spécifiques à certains champs (ainsi parle-t-il de « capital politique », « juridique », « scientifique », etc.). La liste n’est pas limitative, chaque champ social pouvant conduire à la création de nouvelles espèces de capitaux.

  • 28 Ni même, semble-t-il, chez ses collaborateurs ou les sociologues qui s’en inspirent, comme M. Pinç (...)

54Pourtant, à notre connaissance, on ne trouve pas trace dans ses nombreux écrits de la notion de « capital spatial28 ». P. Bourdieu a certes négligé la question de l’espace après ses premiers travaux sur la Kabylie. Mais quand il l’a réintroduite en lui consacrant un chapitre dans la Misère du monde (Bourdieu, 1993), il ne l’a pas fait en terme de « capital », mais en parlant de « profits d’espace ».

  • 29 « L’espace ou, plus précisément, les lieux et les places de l’espace social réifié, et les profits (...)

55On peut faire l’hypothèse que s’il n’a pas franchi le pas, c’est que parler de « capital spatial », même si l’on peut hériter par exemple d’une aptitude à la mobilité, pose un problème théorique de fond : peut-on placer sur le même plan « l’économique », le « culturel », le « relationnel », le « symbolique »… et le « spatial » ? En d’autres termes, les capitaux étant selon lui inséparables des champs sociaux où ils sont reconnus et efficaces, peut-on dégager l’existence d’un « champ spatial » relativement autonome où les « capitaux spatiaux » seraient des armes et des enjeux spécifiques ? Si P. Bourdieu parle bien de « luttes pour l’appropriation de l’espace », il n’évoque pas l’existence d’un tel champ et défend plutôt l’idée inverse que les différents champs sociaux se projettent dans ce qu’il appelle « l’espace physique », ce qui voudrait dire qu’ils concourent tous à la production de l’espace en s’y matérialisant, « l’espace physique » devenant ainsi un « espace social réifié », ce qui n’est finalement pas très éloigné de notre conception dimensionnelle de l’espace29.

  • 30 « L’espace social se retraduit dans l’espace physique » ; « Le pouvoir sur l’espace que donne la p (...)

56P. Bourdieu exprime donc une conception de l’espace comme manifestation du social, comme l’attestent de nombreuses phrases et expressions30. S’inspirer de cette conception nous conduirait donc à raisonner non pas en terme de « capital spatial », mais plutôt en terme de « dimension spatiale des différentes espèces de capitaux ».

La dimension spatiale des différentes espèces de capitaux

57La lecture de P. Bourdieu nous conforte dans l’idée que l’usage de « capital spatial » présente un risque : celui de nous amener à reproduire la confusion entre ce qui est de l’ordre du fonctionnement social au sens large (avec ses différents registres que sont l’économique, le culturel, le politique… autant de familles de champs sociaux relativement autonomes) et ce que nous avons défini comme dimension fondamentale de ce fonctionnement social (au même titre que le temps), à savoir l’espace. En bref et plus largement, à mettre sur le même plan le social et le spatial et à renouer avec l’approche binaire qui a longtemps prévalu en géographie sociale.

58Plutôt que de risquer de substantialiser l’espace en l’assimilant à une forme de capital, il nous semble plus satisfaisant de l’envisager comme une dimension dans laquelle sont mobilisées des ressources et s’exercent des formes de pouvoir inégales selon les groupes sociaux. Si l’on reprend les quatre grandes espèces de capitaux proposées par P. Bourdieu, il n’est pas très difficile de décliner leur dimension spatiale.

59La « dimension spatiale du capital économique » renverrait surtout à l’opposition entre le « patrimoine foncier et immobilier » et les « valeurs mobilières ». Elle qualifierait l’emprise, les propriétés, la concentration, la localisation… des portions de la surface terrestre (au sens large, intégrant le sous-sol, etc.) dont l’appropriation est juridiquement garantie.

60La « dimension spatiale du capital culturel » prendrait des formes différentes en fonction des « trois états » qu’il peut avoir (Bourdieu, 1979). Pour l’état « institutionnalisé », par exemple les titres scolaires et autres sanctions juridiques, elle en serait l’espace de validité, autrement dit l’échelle territoriale de reconnaissance officielle des diplômes. Pour ce qui est des biens matériels et culturels à disposition (tableaux, livres, machines, etc.) qui en forment l’état objectivé, elle pourrait désigner leur localisation, leur accessibilité, leur facilité de mobilisation. Quant au capital culturel « incorporé », système de dispositions acquises et durables (ou habitus), sa dimension spatiale désignerait les savoirs sur l’espace, la capacité à se projeter ailleurs, à la fois en terme de représentations (le « champ des possibles ») et de pratiques concrètes. Dans son introduction aux Territoires du quotidien, P. Tizon a d’ailleurs proposé de travailler « la dimension spatiale de l’habitus », faisant référence à « une aisance à se mouvoir, à agir, à envisager par la pensée une portion de l’espace » (Tizon, 1996 : 31).

61La « dimension spatiale du capital social » (relationnel) renverrait aux espaces de vie et rayons d’action des relations sur lesquelles un individu peut compter pour trouver un logement, un emploi… : des espaces plus ou moins centraux, plus ou moins concentrés ou au contraire dispersés, d’échelle plus ou moins grande. Avec des inégalités patentes entre ceux qui sont chez eux dans tous les lieux de pouvoir (ce « don d’ubiquité » de la grande bourgeoisie dont parle le couple Pinçon) et ceux qui ne connaissent plus personne et ne sont plus « à leur place » dès qu’ils ont franchi les limites du grand ensemble ou de la cité d’urgence.

62Enfin, la « dimension spatiale du capital symbolique » renverrait au prestige inégal des adresses de résidence et plus largement de l’ensemble des lieux de vie de chacun. Le processus de patrimonialisation, qui s’est intensifié depuis une vingtaine d’années, représente à cet égard un mode de revalorisation symbolique des lieux dont bénéficient les individus et les groupes qui y sont associés (propriétaires, riverains, associations, élus…) (Veschambre, 2002). Dans le même ordre d’idée, les établissements scolaires fréquentés et leur localisation sont sans doute plus importants que l’espace officiel de reconnaissance des diplômes pour valoriser un cursus (Veschambre, 2001).

63La plupart des rapports à l’espace présentés par J. Lévy comme étant des formes de capital spatial (localisation, mobilité, etc.) pourraient donc être envisagés en terme de « dimension spatiale des capitaux ». Autrement dit, nous considérons que l’on ne peut parler d’une nouvelle espèce de capital mais d’une dimension longtemps négligée, qu’il faut mettre en avant et prendre en compte systématiquement, ce à quoi la géographie sociale contribuera d’autant plus fortement que l’articulation entre espace et société sera clarifiée.

CONCLUSION

64S’interroger sur la diffusion de la notion de « dimension spatiale », c’est aborder fondamentalement le statut de l’espace et par là même l’articulation de la géographie (sociale) aux autres sciences sociales. Si nous cherchons à théoriser, à la suite de J. Lévy, l’approche dimensionnelle de l’espace, c’est que nous voulons éviter la symétrie apparente qui a longtemps prévalu en géographie sociale (rapports sociaux/rapports spatiaux, effets de lieu/effets de classe, inégalités sociales/inégalités spatiales…), symétrie qui pourrait laisser croire que l’espace est extérieur à la société.

  • 31 A propos de la discussion sur capital spatial, on se reportera au texte de Jean-Marc Fournier dans (...)
  • 32 Voir le texte de Fabrice Ripoll dans ce même volume.

65Malgré son intérêt théorique, la notion de capital spatial qui est revendiquée aujourd’hui au sein de la géographie sociale31, nous semble présenter les mêmes risques, à savoir de considérer l’espace comme un champ autonome, au même titre que l’économique, le culturel, le politique… L’approche dimensionnelle de l’espace, qui peut être appliquée aux différentes sortes de capitaux proposées par P. Bourdieu, nous semble beaucoup plus prometteuse en terme d’échange approfondi avec les autres sciences sociales. La géographie (sociale) a en effet toute sa place à prendre dans les sciences sociales, en travaillant sur la construction des inégalités dans les rapports matériels et idéels à l’espace. Si l’espace est une dimension du social, si « la société est spatiale de part en part », nous sommes en position d’affirmer que toutes les questions sociales présentent nécessairement une dimension spatiale32.

Notes

1 [vincent.veschambre@univ-angers.fr].

2 Appel à communications au colloque « espaces et sociétés aujourd’hui : la géographie dans les sciences sociales et dans l’action », Rennes, 21-22 octobre 2004.

3 Cf. [www.recherche.gouv/recherche.fns/espterritoire.htm].

4 Nous remercions F. Ripoll pour nous avoir signalé ces occurrences.

5 Mais il ne reprend pas cette expression dans son ouvrage de référence, Société, espace et justice, où il met en avant le concept de classe socio-spatiale (Reynaud, 1980). En 1992, lors d’une seconde passation du questionnaire, A. Reynaud oriente encore plus nettement sa réponse vers l’objet société, en parlant de la « dimension spatiale des sociétés humaines » (EspacesTemps, 1992).

6 Pour reprendre l’expression utilisée par A. Frémont dans sa propre réponse.

7 C’est nous qui soulignons.

8 R. Hérin réaffirme même la primauté de l’espace pour les géographes. Dans le même ordre d’idée, on peut signaler que D. Noin évoque à trois reprises « la dimension sociale des espaces géographiques », dans les actes du colloque de 1984 (Sens et non sens de l’espace, 1984).

9 R. Hérin lui-même n’aura d’ailleurs pratiquement pas recours à la métaphore dimensionnelle dans la première partie du manuel de Géographie sociale dont il assure la rédaction. Cette expression n’est pas plus présente chez ses collègues.

10 Cette citation est extraite d’un entretien que nous a accordé R. Hérin le 12 avril 2005, suite à la lecture d’une première version de ce texte. Nous tenons à le remercier de nous avoir ainsi permis de mieux comprendre la genèse du vocabulaire de la géographie sociale des années quatre-vingt.

11 J. Lévy et M. Lussault parleraient « d’approche partitionnelle » (Lévy, 2003). Dans son texte, F. Ripoll parle de « disjonction » entre espace et société. Quant à C. Philo et O. Söderström, à propos du même corpus, ils considèrent avoir affaire à une version du « séparatisme spatial » (Philo, Söderström, 2004).

12 Qui l’inscrit d’ailleurs dans son titre : « Le territoire ou des dimensions spatiales des rapports sociaux » (Piolle, 2001).

13 Nous avons pu faire une recherche systématique de l’expression à partir des fichiers textes des actes de ces deux colloques. Nous remercions les Presses universitaires de Caen de nous les avoir mis à disposition.

14 Cf. Entretien avec R. Hérin (12 avril 2005).

15 À ce propos, J. Lévy souligne qu’ » entre la production échevelée de néologismes (qui gêne la communication scientifique interne et externe) et l’acceptation de termes trop vastes et trop vagues […], le chemin n’est pas facile à trouver et il faut admettre une part d’arbitraire ». (Lévy, 2003, p. 909).

16 Dans ce texte, il ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout et ne parle pas encore de « dimension spatiale ».

17 La dimension spatiale du social fait l’objet de 5 des 37 propositions épistémologiques formulées dans cet ouvrage.

18 Alors que l’expression est absente de sa thèse soutenue en 1992 et publiée en 1994.

19 Il est d’ailleurs le premier à parler « d’approche dimensionnelle de l’espace » dans le cadre de l’UMR ESO. A propos de ses réflexions théoriques, se référer au texte qu’il présente dans cet ouvrage.

20 Par exemple : chez Y. Lacoste (1976) ou R. Chapuis (1984).

21 Et l’on mesure toute l’importance de cette affirmation pour un géographe qui a lu Bourdieu.

22 Cette gestion nationale a été fortement remise en question depuis nos travaux. Nous sommes entrés dans une logique de déconcentration de la gestion des postes de professeurs (mutations). La décentralisation a été engagée pour ce qui concerne la majorité des personnels non enseignants des établissements secondaires (Loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales).

23 Ces réflexions ont été menées dans le cadre du groupe appropriation de l’espace de l’UMR ESO et de manière plus spécifique, en collaboration avec F. Ripoll (cf. Ripoll, Veschambre, 2003).

24 Cf. Lévy, 1989, 1992, 1994.

25 Il propose ainsi de « reprendre les grandes filières productives de la société et de leur associer un capital, ou mieux une famille de capitaux servant le même type de stratégies : capitaux sociologiques, économiques, politiques, spatiaux, temporels, personnels » (Lévy, 1994 : 54).

26 Se reporter par exemple au texte de J.-M. Fournier dans le volume 2 des actes du colloque de Rennes.

27 Textes dans lesquels J. Lévy a d’ailleurs trouvé son inspiration.

28 Ni même, semble-t-il, chez ses collaborateurs ou les sociologues qui s’en inspirent, comme M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot.

29 « L’espace ou, plus précisément, les lieux et les places de l’espace social réifié, et les profits qu’ils procurent, sont des enjeux de luttes (au sein des différents champs) » (Bourdieu, 1993 : 164 – souligné par nous).

30 « L’espace social se retraduit dans l’espace physique » ; « Le pouvoir sur l’espace que donne la possession du capital sous ses diverses espèces se manifeste dans l’espace physique approprié sous la forme d’un certain rapport entre la structure spatiale de la distribution des agents et la structure spatiale de la distribution des biens ou des services, privés ou publics » ; « La position d’un agent dans l’espace social s’exprime dans le lieu de l’espace physique où il est situé » ; etc. (Bourdieu, 1993 : 160-161 – souligné par nous).

31 A propos de la discussion sur capital spatial, on se reportera au texte de Jean-Marc Fournier dans le volume 2 des actes du colloque de Rennes.

32 Voir le texte de Fabrice Ripoll dans ce même volume.

Auteur

Maître de conférences de géographie
CARTA, UMR 6590 ESO CNRS
Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable