Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

Quand le risque et l’urgence cachent les vulnérabilités et les inégalités1

Raymonde Séchet

Texte intégral

  • 1 Ce texte est fondé sur une relecture et actualisation de trois publications : Séchet Raymonde (200 (...)
  • 2 [raymonde.sechet@uhb.fr].

1Note portant sur l’auteur2

2Comment fait-on pour préparer ses enfants à la mondialisation quand on est payé au Smic ?

3Cette question posée par une électrice lors de l’un des débats télévisés qui ont suivi l’élection présidentielle française du 21 avril 2002 illustre la divergence entre l’image communément donnée de la France et sa réalité sociale. La géographie électorale d’avril 2002, et plus encore celle du référendum de mai 2005, n’a-t-elle pas mis en évidence l’intensité des clivages sociaux ? Le vote extrême, l’abstention, le refus du traité constitutionnel européen, qui ont été très forts dans les couronnes périurbaines les plus externes et dans les espaces ruraux sont des indicateurs d’une « nouvelle identité politique et culturelle des milieux populaires, qui se construit aussi dans le sentiment de relégation spatiale » (Guilluy et Noyé, 2004 : 59). Or, dans les discours politiques des vingt dernières années, les catégories modestes ont, peu à peu, été remplacées par les exclus. Dans le même temps, les politiques publiques ont progressivement rompu avec l’objectif de réduction des inégalités. La proximité, l’urgence, le risque ont progressivement émergé en tant que mots-clés des politiques publiques en général, de celles de l’urbain et de la ville en particulier. Présentés comme conditions d’une meilleure réponse aux besoins des populations, d’une plus grande efficience, du principe de précaution qui préserve les intérêts de tous, y compris des générations à venir, ces référentiels de l’action participent-ils réellement d’un développement durable dans sa dimension sociale, c’est-à-dire d’un développement qui aille dans le sens de la réduction des inégalités ? C’est à cette question qu’il s’agit d’apporter des éléments de réponse.

  • 3 La rhétorique est simple, voire simpliste : 200 000 constructions, « véritables nids pour les mama (...)

4La polysémie du terme « urgence » rend particulièrement intéressante l’analyse critique de son émergence, au même titre que la proximité, en tant que référentiel de l’action à la fin des années quatre-vingt-dix. En un premier sens, l’urgence implique d’intervenir tout de suite sur des situations individuelles pour lesquelles l’action est condition de la survie (urgences médicales, conséquences de catastrophes naturelles, ou, avec éventuellement un peu moins d’urgence, rupture familiale). L’urgence est aussi une intervention prioritaire sur des situations collectives qui s’imposent par leur prégnance, quand, à partir d’un certain seuil, « il devient urgent d’agir ». On l’a lu sous la plume du ministre Jean-Louis Borloo dans La Lettre de la DIV de septembre 2002 : « Les nombreuses visites dans les quartiers, réunions de travail avec les acteurs de terrain, partenaires et bailleurs, ainsi que mon expérience locale dans une ville en grande difficulté m’ont convaincu qu’il fallait engager cette bataille [celle de la restructuration des quartiers dégradés] au plus vite par un plan d’urgence3. » L’urgence sociale embrase régulièrement les médias et semble guider les débats et l’action politiques, sans doute parce qu’elle est productrice de pouvoir symbolique au sens où P. Bourdieu (1994 : 188) a défini cette notion : « Le pouvoir symbolique, pouvoir de constituer le donné en l’énonçant, d’agir sur le monde en agissant sur la représentation du monde, ne réside pas dans les “systèmes symboliques” sous la forme d’une “force illusionnaire”. Il s’accomplit dans et par une relation définie qui crée la croyance dans la légitimité des mots et des personnes qui les prononcent et il n’opère que dans la mesure où ceux qui le subissent reconnaissent ceux qui l’exercent. »

  • 4 Voir dans cet ouvrage, le texte de Julien Aldhuy qui nous rappelle qu’une théorie critique de la s (...)

5Ces mots-clés, dont la chronologie de l’émergence sur les agendas politiques sera présentée en première partie, témoignent d’interventions guidées par des démarches misérabilistes d’attention aux exclus sans préoccupation pour les facteurs de leur exclusion. L’hypothèse est que ces démarches peuvent être inhérentes à la recherche de la paix sociale par la sécurisation des espaces parce que l’expression des revendications et malaises des laissés-pour-compte, des dominés, des relégués peut, quand elle est violente, être perçue comme un risque social. Face à la rhétorique du risque et de l’urgence, la géographie sociale doit donc réaffirmer sa dimension critique4 et rappeler qu’il est du devoir du chercheur géographe social de ne pas oublier les inégalités, les régressions, et les nécessaires régulations face aux excès de la compétition et de la concurrence constitutives de la mondialisation. L’objectif du projet scientifique de ces chercheurs est en effet de comprendre comment la relation à l’autre se construit dans l’espace, comment se reproduisent les positions sociales, comment se structurent et se reproduisent les groupes sociaux, comment les rapports de domination se jouent dans la dimension spatiale des politiques publiques.

6C’est pourquoi, face à la problématique du risque, nous proposons de questionner la pertinence de la notion de vulnérabilité (deuxième partie). De même qu’une étude de la pauvreté des populations (les processus) dépasse un intérêt pour les populations pauvres (l’état), privilégier la vulnérabilité ne veut pas dire s’attacher aux seules populations vulnérables. C’est en effet seulement en cherchant à mettre en évidence combien le vécu et les pratiques au quotidien, les représentations et schémas cognitifs qui les sous-tendent, sont déterminés par la position sociale, que l’observation des situations les plus extrêmes ou les plus marginales peut s’inscrire dans une problématique de géographie sociale fidèle à ses objectifs de dévoilement des effets des inégalités (troisième partie).

DES INEGALITES AUX RISQUES

7La présentation de l’évolution des politiques de lutte contre la pauvreté et de la politique de la ville est un révélateur du passage d’une problématique des inégalités, dominante au début des années quatre-vingt, à la problématique du risque et de l’urgence telle qu’elle s’impose aujourd’hui.

  • 5 Expression empruntée à J. K. Galbraith qui, dans son analyse des situations de pauvreté aux États- (...)

8Au début des années quatre-vingt, la pauvreté est, selon les appartenances politiques et les choix idéologiques, perçue et analysée soit comme un phénomène résiduel (caractérisé par le cumul de cas d’espèce5 relevant de l’aide sociale), soit en termes d’inégalités. La campagne autour de « la nouvelle pauvreté » orchestrée pendant l’été 1984 marque une rupture dans la prise de conscience de l’ampleur renouvelée des situations de pauvreté et de son extension bien au-delà du seul quart-monde (figure 1). C’est concomitamment que les États-Unis (Harrington, 1985) et la France découvrent cette nouvelle pauvreté. Avec la campagne médiatique de l’été 1984, on est dans l’urgence sociale traditionnelle, même si la mobilisation du caritatif est renouvelée dans ses formes. L’État répond par l’urgence en dégageant des moyens financiers pour les « Plans d’urgence » des hivers 1984 et 1985 et en s’appuyant sur les municipalités et les associations caritatives. Bien qu’en France les discours sur la nouvelle pauvreté établissent un lien presque exclusif entre évolution du marché de l’emploi et pauvreté, ils ne débouchent pas sur des mesures susceptibles d’assurer une véritable sortie de la pauvreté. Il en découle par contre une évolution des formes d’action du caritatif. On le voit d’abord en 1985 avec la création par Coluche, grâce au soutien financier de l’État, des Restaurants du cœur. Leur succès contribue à la prise de conscience de la fréquence et l’ampleur des situations de pauvreté. Surtout, beaucoup d’associations caritatives font évoluer leurs formes d’intervention en allant de plus en plus à la rencontre des gens.

Figure 1 : La pauvreté, réalité et objet de discours

Figure 1 : La pauvreté, réalité et objet de discours

9Les discours sur la nouvelle pauvreté accompagnent, ou précèdent pour la produire, une évolution des lectures de la pauvreté. La « thèse de l’urgence », qui a été la réponse conjoncturelle du monde politique face à la pauvreté qui lui porte ombrage, a été tout particulièrement critiquée par Jean-Michel Belorgey, le député socialiste promoteur du RMI (Revenu minimum d’insertion). En effet, si cette thèse est « féconde lorsqu’elle est appliquée au travail social de nuit », elle est « inadaptée pour évoquer les situations chroniques » : « On se demande […] ce que le Président de la République, ou Fabius ou quelques autres voulaient dire quand ils parlaient de détresse ou de situations d’urgence s’agissant de personnes qui vivent depuis 10 ans, voire des générations, en situation de pauvreté. Ce n’est pas de l’urgence ! Ce qui est urgent, c’est de leur donner à manger mais c’est urgent tous les jours » (Belorgey, 1992). Il est évident que l’inscription des plans d’urgence dans la saisonnalité (l’hiver) assure la survie mais ne permet pas de suivre la personne et de mettre un terme à la pauvreté. De fait, quel soulagement réel le printemps peut-il apporter ?

10L’analyse en termes de pauvreté relative, corollaire des problématiques d’inégalités de classe, va rapidement être supplantée par des questionnements faisant plutôt référence à la pauvreté absolue. Le Rapport sur la grande pauvreté et la précarité en France remis en 1987 par Joseph Wrésinski (ATD – Quart Monde) au Conseil économique et social, établit une distinction entre pauvres et très pauvres : « La précarité est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permettant aux personnes et familles d’assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales, et de jouir de leurs droits fondamentaux. L’insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives. Elle conduit à la grande pauvreté quand elle affecte plusieurs domaines de l’existence, qu’elle devient persistante, qu’elle compromet gravement les chances de reconquérir ses responsabilités par soi-même dans un avenir prévisible ». Pour Serge Milano (1988), il s’agit d’être efficace : « La question simple et brutale est : que pouvons-nous faire immédiatement pour que personne ne se trouve jamais sans rien pour vivre ? […] Pour nous il n’y a de vraie pauvreté que la pauvreté absolue ». Les politiques sociales évoluent au profit d’un ciblage vers ceux qui en ont le plus besoin (et qui vont devenir les « Rmistes »).

11Justifiées par le souci de bien utiliser l’argent public, ces orientations font progressivement oublier les processus qui sont producteurs de pauvreté : on parle plutôt des aléas de la vie et des accidents de parcours (la fatalité pour des individus…), ou, de manière indéfinie, des effets locaux de la mondialisation. Plus récemment encore, la thématique de l’exclusion, qui signifie passage d’une lecture verticale de la société (être en haut ou être en bas) à une lecture horizontale (être intégré ou être en marge), éloigne encore plus de la prise en compte des processus. Pourtant, si l’on admet qu’il n’y a d’exclusion qu’intérieure (Balibar, 1992), alors l’exclusion renvoie à un statut qui, dans une société de ségrégation, peut être autant spatial que social.

12Le discours de la fracture sociale qui domine la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 1995 va accélérer les réorientations de la politique de la ville qui est l’archétype des politiques ciblées aux antipodes des approches globales. P. Estèbe (2001) en a synthétisé l’évolution en des termes qui sont, comme pour la pauvreté, ceux d’un passage du relatif à l’absolu et d’une mise au second plan du souci structurel de justice sociale. Au début des années quatre-vingt-dix, la géographie prioritaire, base de la politique de la ville, est une géographie du logement social plus que de la misère. Elle s’applique à des espaces choisis selon une distance sociale relative et qui présentent une grande diversité sociale et urbaine. La délimitation de ces espaces en fonction des contextes locaux ne permet pas de caractériser précisément les enjeux sociaux et politiques qui sous-tendent l’idée de territoire prioritaire : s’agit-il de lutter contre la pauvreté ou de gérer les conséquences possibles de concentrations spatiales de situations individuelles difficiles ? Le passage progressif de la question sociale vers la « question urbaine » va s’accompagner d’un glissement vers la seule logique de compensation du handicap, mais un handicap d’un genre nouveau : le handicap spatial. Cette évolution débouche en 1995-1996 sur l’étalonnage de l’exclusion absolue (appellation nouvelle de la pauvreté absolue) grâce à une opération de rationalisation qui comporte deux opérations statistiques. La première est l’invention d’un indice, l’indice synthétique d’exclusion, qui prend en compte les pourcentages de moins de 25 ans, de chômeurs de longue durée, de personnes sans diplôme, la population du quartier, et le potentiel fiscal de la commune. Cet indice doit donner l’impression d’être aussi rigoureux qu’un indicateur social tel que le fait de bénéficier d’un minimum social. La seconde est un classement selon une échelle comportant trois classes (zones urbaines sensibles – ZUS, zones de redynamisation urbaine – ZRU, zones franches urbaines – ZFU). Le traitement dérogatoire du droit commun est d’autant plus important que le degré de handicap du quartier est fort.

13L’exclusion territoriale apparaît comme un nouveau risque dont il n’est pas dit s’il concerne les habitants ou la société. Les dispositifs s’appuient sur le discours de la fracture et de la dualité dans les rapports aux espaces. La préface de Jean-Paul Delevoye, alors Président de l’Association des maires de France, au Rapport « Cohésion sociale et territoires » remis au Commissariat général du Plan illustre ce discours :

« D’un côté, une France volontiers astreinte à l’ouverture sur le monde, bien installée dans les flux complexes de l’internationalisation des échanges et de la concurrence, dans l’essor effréné des technologies nouvelles et de leurs applications infinies à la production, à l’information, à la consommation. Cette France-là vivrait le territoire comme une résidence secondaire.
De l’autre, une France assignée à résidence et repliée dans des poches de pauvreté indignes d’un pays qui affermit sans cesse sa monnaie, sa force économique, sa place dans les échanges internationaux, au point d’occuper le quatrième rang des puissances mondiales. Cette France-là vivrait dans des territoires érigés en “zones”.
D’un côté, une France de l’intégration mondiale, de l’autre une France de l’insertion locale. »

14Faute d’une réelle connaissance de la géographie de la pauvreté des ménages, la politique de la ville a ciblé des quartiers regroupant des populations en difficultés et labellisés espaces de pauvreté, voire espaces pauvres. Elle a été inscrite dans la lignée des actions humanitaires destinées à soulager non pas des populations mais des territoires en souffrance. Dès lors, « confondant paupérisme et tensions sociales, les diagnostics ont volontiers versé dans le catastrophisme absolu » (Belmessous, 1998 : 50).

15En préférant le traitement des handicaps et la compensation à la réduction des inégalités et à l’action sur les processus, la politique de la ville a accéléré la marche vers la « sanitarisation du social » (Fassin, 1998 : 42). La pathologisation et la médicalisation des problèmes sociaux fait diversion : en travestissant des problèmes sociaux en handicaps d’espaces délimités sur la base du trop (de jeunes sans diplômes, de chômeurs, de mères seules) ou du pas assez (d’emplois, de services, de mixité…), on évite de s’interroger sur l’origine – les déterminants premiers – de la dégradation des conditions de vie des habitants de ces espaces. L’enjeu est de gérer cette dégradation. Ce qui va être fait par des dispositifs menés au nom de la proximité et de l’urgence mais relevant de la sécurisation. En effet, progressivement, dans la seconde moitié des années quatre-vingt dix, l’urgence devient un référentiel pour l’action. Les échelles de l’intervention sociale ne cessent de se rétracter pour s’inscrire toujours au plus près du terrain et des populations en difficultés. On le verra tout particulièrement avec la loi du 19 juillet 1998 dite de lutte contre l’exclusion.

INEGALITES ET VULNERABILITE

16Les évolutions terminologiques – l’exclusion plutôt que la pauvreté, les groupes et les espaces à risque plutôt que les inégalités – sont la traduction d’un changement de référentiel des politiques sociales, c’est-à-dire du déplacement des enjeux de la sphère du travail et de l’économie vers celle de l’appartenance sociale. Dans un contexte de dynamiques économiques favorables à la reprise du creusement des inégalités, de dynamiques politiques tendant à renégocier le welfare state, de dynamiques spatiales qui renforcent les polarisations et les processus de stigmatisation, ce glissement sémantique permet de faire du territoire un des moyens stratégiques d’action en faveur du rétablissement de la cohésion sociale (Delevoye, 1997). L’objectif de cette seconde partie est de montrer l’intérêt d’une analyse des politiques sociales territorialisées sous l’angle de la construction sociale des risques.

  • 6 Celle-ci porte sur les risques sociaux mais aussi sur les risques liés à la nature et à la santé ( (...)

17Pour redonner aux inégalités la place qui doit être la leur dans la recherche sur les relations entre les sociétés et les espaces, la proposition est de rompre avec la problématique des risques6 pour la remplacer par celle de la vulnérabilité. Certes l’amélioration de la situation des personnes vulnérables est toujours posée comme l’objectif, voire la pierre angulaire (Black, 1994), de toutes les politiques de bien-être dans les pays développés. Mais cette définition par les caractéristiques physiques et psychiques de la personne, c’est-à-dire par ses fragilités et ses déficiences, au mieux par son isolement, est à distinguer de la vulnérabilité telle qu’elle a été définie en 1992 par Dow et en 1993 par Watts & Bohle : pour ces auteurs, la vulnérabilité découle aussi d’éléments externes aux individus, c’est-à-dire de leur exposition au risque et de leur capacité à faire face et à rebondir ; ce qu’ils déclinent par la distinction entre les notions de résistance et de résilience.

  • 7 Le premier rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (paru en dé (...)

18La vulnérabilité ne réfère pas seulement à des caractéristiques personnelles d’âge, de santé, de contraintes physiques, mais aussi à des catégories telles que la classe, le genre, l’ethnie, qui décrivent la place de la personne dans l’économie et la société. Par exemple, la virulence des débats nord-américains sur la pauvreté des familles monoparentales qui a débouché sur l’abandon du programme AFDC (Aid to Families with Dependant Children) en 1996 reflète ce qu’il est possible de qualifier de vulnérabilité idéologique des familles monoparentales face à la remise en cause de l’aide sociale et à la défense du modèle familial traditionnel. La pauvreté plus fréquente des familles monoparentales dans les sociétés occidentales7 est à analyser en référence au champ de contraintes auquel ces familles sont confrontées (Séchet et al., 2002) (figure 2).

19Vulnérables, elles le sont aussi, en effet, parce qu’elles ne comportent qu’un seul parent et qu’aux effets éventuellement traumatisants de la rupture s’ajoutent les difficultés économiques et sociétales inhérentes au fait de devoir assumer en solo les charges familiales ; parce qu’elles sont majoritairement dirigées par des femmes, et que celles-ci ne sont pas toujours, ou toujours pas, les égales des hommes sur le marché de l’emploi ; parce qu’elles subissent, comme tous les ménages à faibles revenus, des processus de ségrégation spatiale porteurs de marginalisation et donc sont contradictoires avec toute idée de développement durable (Oris et al., 2001).

Figure 2 : L’espace social de vulnérabilité des familles monoparentales

Figure 2 : L’espace social de vulnérabilité des familles monoparentales

Source : R ; Séchet, d’après M. Watts et H. Bohle (1993), “The space of vulnerability : the causal structure of hunger and famine” Progress in Human Geography, 1993, vol. 17.11, p. 43-67.

20Une telle lecture en termes de vulnérabilité ramène aux lectures du début des années quatre-vingt – par exemple à celle alors proposée par Serge Milano qui, en 1982, opposait les approches empiriques, descriptives, de la pauvreté, et l’approche théorique qui définit la pauvreté par rapport aux contraintes qui commandent l’évolution de la société et engendrent des phénomènes de dépendance et d’insécurité pour certains groupes sociaux – sans en présenter les limites : l’attention portée aux structures ne fait pas oublier les individus, la diversité de leurs pratiques et l’inventivité de leurs actions quotidiennes.

21À l’inverse des analyses en termes de risques et de handicaps qui focalisent sur la personne, le recours à la notion de vulnérabilité permet d’articuler les inégalités avec la manière dont elles sont vécues par l’individu. Celui-ci est bien au centre de l’étude tout en étant considéré par sa position sociale et dans son contexte. Le champ des possibles qui s’offrent à lui varie selon « l’ici et maintenant », c’est-à-dire selon le principe qui distingue la pauvreté relative de la pauvreté absolue : « Pour l’indigent américain, sa pauvreté ne se situe pas à Hong-Kong ni au xviie siècle, il est pauvre ici, aux États-Unis, et aujourd’hui » (Harrington, 1967). L’objectif de Richard Peet (1975) était de « combiner une théorie explicative forte sur l’origine des inégalités avec quelques généralisations dérivées de la recherche empirique sur les figures du pauvre et sur les modalités de la persistance des inégalités dans les conditions offertes par le capitalisme avancé ». À cela, dans une perspective constructiviste, la notion de vulnérabilité permet d’ajouter la dimension sociétale pour comprendre comment la personne va bricoler sa survie (Damon, 2002) et organiser sa vie au quotidien, comment elle va se construire dans un environnement choisi ou subi, avec ses propres schémas cognitifs, ses cartes mentales, ses représentations. Comment elle va imaginer l’espoir d’une sortie, qui peut passer par l’autodestruction (la prostitution, la vie à la rue, le refus de l’hébergement collectif avec ce qu’il représente même par grand froid).

Figure 3 : Entre champ des possibles et bricolage : l’exemple des femmes seules avec des enfants à charge

Figure 3 : Entre champ des possibles et bricolage : l’exemple des femmes seules avec des enfants à charge

Source : Claudia Gardberg Morner (2000), Making Ends Meet. Lone Mothers’local Subsistence Strategies. Case Studies from Italy and Sweden, Mannheimer Zentrum für Europaïsche Sozialforchung, Arbeitspapiere n° 13, d’après Layder D. (1993), New Strategies in Social Research, Polity Press

22Préférer ainsi la notion de vulnérabilité à la rhétorique des risques, c’est prendre une distance critique à l’égard de politiques menées au nom de l’urgence et de la qualité de vie des habitants et qui considèrent la dimension territoriale comme explicative d’événements eux-mêmes perçus comme des désordres et des facteurs d’insécurité justifiant l’intervention d’urgence. C’est seulement ainsi, quand elles ne sont pas seulement descriptions misérabilistes, que des approches centrées sur la personne, sur les situations les plus extrêmes, sur les échelles géographiques les plus fines, trouvent toute leur pertinence sans faire oublier les inégalités.

LES RISQUES DE L’URGENCE AU PLUS PRES

23Comme cela a été montré en première partie, au cours des années quatre-vingt-dix, l’intervention sociale a eu pour injonction de rétracter ses échelles d’intervention pour s’inscrire de plus en plus près du terrain et des populations en difficultés, en même temps que l’urgence et le risque social devenaient progressivement des référentiels pour l’action. L’objectif de cette troisième partie est de montrer, à partir de quelques exemples emblématiques (le Fonds d’urgence sociale – FUS, la gestion urbaine de proximité, la gestion locale des désordres urbains dans la ville de Troyes), les limites de cette évolution des formes de l’action et, surtout, les non-dits sous-jacents en termes de choix de société. Dans une société du risque, le choix d’opter pour un risque plutôt que pour un autre repose, in fine, non plus tant sur l’intérêt que sur la mobilisation préférentielle d’un registre valoriel au détriment d’un autre (Soulet, 2004 : 19).

24La loi dite de lutte contre l’exclusion et, juste avant, la très forte mobilisation des chômeurs qui a débouché sur le FUS illustrent clairement le passage à la rhétorique de l’urgence. Afin de raccourcir les délais d’accès aux droits sociaux, la loi de lutte contre l’exclusion a prévu, dans chaque département, la mise en place d’une Commission de l’action sociale d’urgence (CASU). Auparavant, le FUS adopté en janvier 1998 a constitué un dispositif unique en son genre. Ouvert à tous ceux qui pensaient pouvoir en bénéficier, le FUS a supposé une démarche de demande et de justification de la demande. Ce secours d’urgence pour faire face à la détresse des chômeurs s’inscrit dans la longue tradition de la supplique : « “Forme ancienne et conventionnelle par laquelle un sujet interpelle une autorité lointaine pour en obtenir une faveur ou une grâce”, qui suppose pour le demandeur l’obligation de se soumettre à l’expression écrite de l’évaluation de ses besoins pour faire reconnaître sa détresse et obtenir une faveur » (Fassin, 2000).

  • 8 Voir son intervention au colloque d’octobre 2004 (C. Sélimanovski, Les politiques publiques de tra (...)

25Cette supplique a eu sa géographie. L’analyse de la chronologie des 6 070 demandes de FUS dans le département du Bas-Rhin au cours du premier semestre 1998, effectuée par C. Sélimanowski8, révèle des décalages qui sont l’expression d’une inégale diffusion de l’information et de disparités dans les possibilités de l’encadrement social. La pauvreté des espaces s’ajoute à celle des habitants au point d’en devenir constitutive. Les demandes d’aide ont été formulées plus rapidement dans les communes périurbaines de l’agglomération de Strasbourg (Schiltigheim, Illkirch, Hœnheim) que dans les espaces de forte concentration de la pauvreté. Les rythmes de dépôt des demandes ont été particulièrement lents dans les quartiers de grands ensembles d’habitat collectif de la périphérie de Strasbourg, et tout particulièrement à La Meinau, quartier médiatisé pour ses rodéos automobiles et ses incendies de voitures les nuits du 1er janvier. Or les bénéficiaires dont les dossiers ont été traités au mois de mai ont perçu en moyenne 700 francs de moins que ceux dont les dossiers ont été traités en janvier.

26L’affirmation de la volonté d’inscrire l’action au plus près dans le temps s’est exprimée en matière d’aménagement urbain dans l’émergence de la notion de gestion urbaine de proximité (GUP). Cette notion a été proposée en 1998 avec pour objectif d’améliorer la qualité de vie des habitants en améliorant le fonctionnement des services dans des domaines variés : logement et son environnement, stationnement, gestion des déchets, desserte et accessibilité, sécurité, équipements sociaux, services publics, etc. Fondée sur la proximité sociale entendue comme meilleure écoute des habitants, la GUP suppose une nouvelle relation au temps puisqu’elle repose sur un impératif de quotidienneté. Dans le cas de Rennes, le diagnostic préalable à la signature de convention de GUP révèle clairement un décalage entre les difficultés relatées par les habitants (stationnements, poubelles, insuffisance de l’isolation phonique dans les immeubles) et les enjeux retenus comme les plus importants par les signataires de la convention (il s’agit plus particulièrement des rassemblements de jeunes en bas des immeubles… et du passage au tri sélectif des déchets). L’intérêt d’une amélioration de l’environnement quotidien permise par une plus grande efficience des services techniques ne saurait être contesté. Toutefois, cet intérêt est limité s’il ne s’articule pas à un réel projet politique urbain, c’est-à-dire un réel projet de société. Alors que la qualité urbaine se gère dans le temps long (Hervé, 2001 : 24), il semble bien que la GUP ait d’abord visé à maîtriser les comportements quotidiens, surtout ceux de jeunes qui se construisent dans « la rouille » (Begag, 2002), sans pour autant mettre en place les relais d’intégration qui réduiraient effectivement les sentiments d’exclusion.

27Malgré l’inventivité des travailleurs sociaux qui sont au contact quotidien de ces jeunes, la GUP présente le caractère paradoxal de toute action publique qui s’appuie sur le discours de la fracture sociale et urbaine pour intervenir sur des espaces bien circonscrits. La vision dualiste des rapports individuels aux territoires telle qu’elle a été formulée par Jean-Paul Delevoye fait comme si les comportements spatiaux de ces jeunes étaient homogènes et socialement déterminés. Elle ignore la diversité des bricolages quotidiens et la marge d’action de l’individu, aussi désocialisé soit-il. Les travaux de terrain du type de ceux réalisés à Pau par C. Sauvaître dans le cadre d’une thèse de géographie sociale sur les formes d’inscription territoriale des « exclus » montrent bien cette diversité : « bien souvent, dans les rapports à l’espace des individus auxquels elles [les politiques de lutte contre l’exclusion] s’adressent, l’appropriation, l’usage instrumental, la relégation et la référence à des territoires symboliques se conjuguent diversement et produisent sans doute plus un réseau de lieux, à la fois concrets et symboliques, qu’un territoire géographiquement borné » (Sauvaître, 2001 : 44). L’auteure n’en élabore pas moins une typologie des formes de rapports aux lieux.

28Si l’expérience de la rue n’est pas due uniquement à la malchance, elle ne résulte pas non plus uniquement d’une détermination sociale. La durée de vie à la rue est aussi un facteur de cette diversité des formes d’appropriation du tissu de la ville moyenne. Au sommet de la hiérarchie de ces formes d’appropriation, les pratiques urbaines diversifiées sont associées à des espaces de vie ouverts et qui dessinent une véritable ville avec des polarités, des parcours, des préférences. L’accès à la motorisation est discriminant dans la diversification des lieux de consommation et des activités culturelles. Pour beaucoup, les pratiques restreintes sont enfermées dans le quartier et structurées autour de quelques lieux. Des contraintes d’ordre économique et culturel (faible niveau de qualification, possibilités limitées d’accès à l’emploi, dépendance vis-à-vis des services sociaux, formes de repli communautaire) entravent les capacités de mouvement dans la ville. Enfin, pour les plus désocialisés, les pratiques urbaines sont canalisées par l’accès aux dispositifs de survie, c’est-à-dire d’assistance aux plus démunis. L’inscription dans le tissu urbain est lacunaire, circonscrite aux quartiers centraux, les usages des espaces publics sont spécifiques (« la manche » sous ses diverses formes par exemple). Cependant, l’individualisation des pratiques fait varier l’accès aux ressources de l’assistance. Les tactiques de survie opposent fixité et itinérance, sédentarité exiguë dans l’espace public et errance. La mobilité des uns, favorisée par un capital d’expériences urbaines et orientée par l’accès à des ressources potentielles, s’oppose à l’ancrage des captifs, jeunes ou âgés, qui ont en commun de ne pas disposer des atouts culturels nécessaires pour sillonner le territoire national. Au final, il apparaît qu’aux effets propres aux structures de l’espace local (effets endogènes), il convient d’ajouter ceux liés à l’histoire de vie de chacun (les inégalités de dotations en capitaux) dans leurs dimensions sociale (effets de l’exclusion), spatiale (effets de mobilités), temporelle (effet de durée).

  • 9 Dans le gouvernement Raffarin.
  • 10 Ainsi souligné dans le texte.

29La recherche de l’amélioration de la qualité de vie des habitants légitime la gestion urbaine de proximité. Il semble cependant que ce dispositif de l’urgence et de la proximité sous-tende les logiques sécuritaires : en l’absence de considération pour les carences collectives et individuelles, le contrôle des individus semble aller de soi. Le discours de la fracture tel qu’il a été développé en France au milieu des années 1990 fait de l’ordre urbain la preuve de la paix sociale, quoi qu’il en soit des inégalités. Le durcissement et l’intolérance sont d’autant plus marqués que le désordre peut être interprété comme une incapacité de la part de ceux qui ont reçu mandat pour cela à exercer leur pouvoir sur l’espace. C’est sans doute pourquoi, avant les interventions du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy9 sur le terrain de la prostitution à l’automne 2002, des arrêtés ont été adoptés par des maires de municipalités de gauche (Lyon) comme de droite (Troyes). L’exemple de Troyes est particulièrement intéressant, d’abord en raison de la personnalité du maire de la ville (il s’agit de François Baroin, alors vice-Président de l’Assemblée nationale et porte-parole de l’UMP, le parti du Président Chirac), mais aussi parce que « le nettoyage » ne concerne pas seulement les espaces publics concernés par la prostitution. L’hebdomadaire local, L’Observateur de Troyes, ouvre ainsi son dossier « Privés de trottoirs » du 19 juillet 2002 : « À Troyes, sur les boulevards bordant le centre, nombre de prostituées racolent, depuis plusieurs mois, à la nuit tombante. En centre-ville, le nombre de mendiants a très fortement augmenté. Sur des places réaménagées par la mairie, des amateurs de rollers ou planches à roulettes ont dégradé le mobilier urbain… Pour freiner cette évolution “intolérable10” en ville, le maire de Troyes, François Baroin, a pris trois arrêtés, vendredi soir. »

  • 11 Dans le gouvernement de Villepin.

30L’usage des guillemets pour encadrer le nettoyage ne tient pas à l’actualité du chaud mois de juin 2005, c’est-à-dire aux propos du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy11, tenté de nettoyer la Cité des 4 000 à La Courneuve, renonçant ainsi à la prudence rhétorique habituelle au politiquement correct. Il renvoie plutôt à des travaux d’auteurs tels que Neil Smith. À Troyes, l’interdiction du racolage sur certains boulevards péricentraux a été décidée au début du mois de juillet 2002 en même temps que celle de la mendicité en des lieux bien précis, ou encore de la pratique du skate et du vélo acrobatique en plein cœur du centre historique. Il s’agit explicitement de réduire les désordres urbains et de pacifier l’espace public pour rétablir la qualité de la vie dans la ville. En fait dans des types d’espaces urbains bien spécifiques : la frontière est la « nouvelle frontière urbaine », celle de « la ville revancharde » (Smith, 1996 : 44) par laquelle il s’agit d’exclure au sens fort (ne pas autoriser l’accès à) pour produire des espaces sociaux compatibles avec les représentations que les populations en place se font de l’urbain, avec leurs valeurs… et leurs intérêts économiques (Papayanis, 2000).

  • 12 Chantal de la Bretesche, « Troyes fois plus ferme », L’Observateur de Troyes, 19 juillet 2002. Ita (...)

31L’arrêté visant à interdire le racolage sur les boulevards qui cernent le centre de la ville ne pouvait qu’aboutir à un creusement des inégalités en fonction des mondes de la prostitution. En effet, les figures de la prostitution sont variées et, surtout, ont été renouvelées. L’arrêté pris à Troyes s’adresse en priorité à des formes récentes, peut-être pas plus visibles que les précédentes mais qui modifient pourtant le paysage urbain : « Depuis de longues semaines, des femmes venues des pays de l’Est ou de Centrafrique racolent sur le Boulevard Gambetta, la rue Paul-Dubois et le Boulevard Victor-Hugo. Pour tenter de mettre fin à ce qui résulte du développement à Troyes de l’activité de réseaux étrangers, François Baroin a signé, vendredi 12 juillet, un arrêté réglementant l’exercice du racolage. […] La filière dont il parle devrait concerner une vingtaine de filles, qui passent quelques jours à Troyes, repartent dans une autre ville, puis reviennent12 » Les conséquences néfastes de la répression sont évidentes : renforcement de la clandestinité et donc du pouvoir des réseaux proxénètes, difficulté d’accès aux mesures de santé publique, impossibilité pour les femmes de s’approprier leur espace-rue, pour progressivement le maîtriser et ainsi gagner en autonomie autant qu’en sécurité… Cela mérite d’autant plus d’être noté qu’au même moment le Centre de dépistage anonyme et gratuit du VIH localisé dans l’hôpital de Troyes, dont le Conseil d’administration est présidé par le maire, c’est-à-dire par François Baroin lui-même, était fermé faute de moyens financiers pour fonctionner.

32La différenciation établie localement entre nouvelle et ancienne prostitution tient largement, de la part des acteurs locaux qui ne font que relayer les propos des populations locales, à la crainte suscitée par l’inconnu et par l’absence de maîtrise sur les nouveaux réseaux. Cette prostitution, organisée à des échelles géographiques qui ne sont pas celles de la ville en tant qu’espace sur lequel le maire a autorité, oblige l’élu local à intervenir, sans quoi il apporterait la preuve de son incapacité à maintenir l’ordre et la tranquillité dans la ville. D’autant plus que des associations de riverains se mobilisent contre les nuisances causées par les prostituées et leurs clients, et que les propriétaires des bars et commerces de l’hyper-centre demandent à ce que les bancs publics du centre-ville soient d’abord à la disposition des personnes âgées, des mères de familles, des touristes. Le journaliste de L’Observateur de Troyes rapporte des propos éclairants de Geneviève, la boulangère :

  • 13 Un espace aménagé spécialement pour la pratique du skate existe à Troyes mais il est situé au Parc (...)

« Ils utilisent les bancs comme des barres pour faire du skate, poussent les estivants. On ne peut rien dire. Ils gênent les personnes âgées qui passent dans le quartier. L’autre jour, ils étaient à deux sur un vélo, ils ont crié à une personne : “Mémé, pousse-toi qu’on puisse passer !” Le maire est passé pendant la braderie, il a dit qu’il ferait quelque chose. Maintenant, il faut leur trouver un endroit13… »

33Quoi qu’il en soit des incivilités et des débordements de la jeunesse, l’arrêté contre l’usage des rollers et skates apparaît comme un arrêté « anti-jeunes ». Monique E., la présidente des commerçants du quartier l’exprime assez clairement : « Ça devenait invivable pour les commerçants comme pour les riverains. Les bancs sont à refaire. Les gens sont obligés de s’en aller. Aucun dialogue possible, ils n’en ont rien à faire. […] On comprend que la jeunesse doit s’amuser, mais il y a des endroits pour ça, sans détériorer le bien public ». L’adoption simultanée des trois arrêtés anti-rollers, anti-racolage, anti-mendicité laisse penser qu’il en va de l’imposition d’un ordre urbain et d’un sens unique dans la manière de vivre la ville. Avec la production d’une « ville propre » (figure 4), n’est-ce pas l’intolérance qui est gagnante et le droit à la ville pour tous qui est perdant ?

ÉLEMENTS DE CONCLUSION

34L’objectif de ce texte était de montrer l’intérêt qu’il y a pour le géographe concerné par les questions sociales à être critique à l’égard des politiques du risque et de l’urgence, et à plaider pour une réhabilitation de la notion de vulnérabilité. Celle-ci permet d’éviter les pièges du misérabilisme descriptif et du culturalisme, en même temps qu’elle permet de dépasser les limites d’approches uniquement quantitatives et cartographiques qui, elles, peuvent être insensibles à l’être humain. Cette position du chercheur relève du devoir critique face aux politiques publiques, même si c’est courir le risque d’être accusé de « cécité aux urgences s’imposant à la conscience citoyenne » et d’« insensibilité aux drames de notre société » (Baudin et Genestier, 2002).

Figure 4 : Nettoyer les espaces urbains

Figure 4 : Nettoyer les espaces urbains
  • 14 Jean-Michel Helvig, « Rattrapage », Libération, 14 janvier 2003.

35En vingt ans, l’intervention sociale a évolué vers toujours plus de proximité et d’inscription dans les formes urbaines. Sans qu’il faille donner totalement raison à M. Foucault sur le contrôle social des corps, force est malgré tout de reconnaître que l’objectif est bien de gérer la manière dont les corps occupent les espaces. Il s’agit d’insérer territorialement et sanitairement (la prévention médicale des prostituées, l’abri pour la nuit, le repas gratuit et l’accueil de jour plutôt que la manche agressive…) les figures hors normes qui, localement, sont susceptibles de créer in situ des abcès de fixation (les prostituées africaines de la rue Saint-Hélier à Rennes comme celles du boulevard Victor Hugo à Troyes), et qui, au niveau national, interpellent la société sur les écarts entre les réalités et les discours de la cohésion sociale. Les « pauvres » électeurs, la « France des oubliés » (pour ne pas parler de la trop médiatique « France d’en bas » chère à notre ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin), ne s’y trompent pas : quand on les confond avec les catégories stigmatisées, celles qui sont les cibles du projet de loi Sarkozy (prostituées, gens du voyage, squatters, jeunes des halls d’immeubles, mendiants), elles ne se sentent pas concernées, tout en ayant le sentiment d’être au quotidien les principales victimes de l’insécurité14.

  • 15 « Ces pauvres que les Français ne veulent pas voir près de chez eux », Le Monde, 29-30 décembre 20 (...)

36La gestion de l’urgence et du risque de désordre, par l’urgence et dans l’urgence, contribue à occulter les inégalités sociales sous-jacentes. Elle constitue une régression en matière de solidarité en ce sens où elle euphémise les écarts sociaux et sociétaux (cf. les nouvelles lectures des inégalités sous l’angle des inégalités de temps ou des inégalités écologiques) tout en durcissant les rapports à l’autre par le rejet de « ces pauvres que les Français ne veulent pas voir près de chez eux15 ». Ne pas s’impliquer dans « le grand théâtre des experts du risque » (Duclos, 2002) permet donc de « sauver les catégories essentielles » et de réaffirmer les objectifs de justice et d’égalité face à des politiques qui tendent à être contreproductives en termes d’autonomisation de la personne (Black, 1994) et de solidarités collectives si elles rompent l’emboîtement des différentes échelles structurant les champs du possible.

Notes

1 Ce texte est fondé sur une relecture et actualisation de trois publications : Séchet Raymonde (2001), La proximité dans l’urgence, Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 90, p. 35-42 ; Séchet Raymonde (2005), Représentations de l’urgence et politiques urbaines en France à la fin du xxe siècle : de l’intervention ponctuelle à l’assistance localisée, dans Marec Yannick (dir.), Villes en crise ?, Creaphis Éditions, p. 706-716. Ouvrage issu du colloque « Les politiques municipales face aux pathologies urbaines de 1789 à l’an 2000 », Rouen, décembre 2002, Groupe de Recherche en Histoire (GRHIS) ; Séchet Raymonde (2003), Derrière le risque et l’urgence, la vulnérabilité et les inégalités, ESO – Travaux et Documents de l’UMR 6590, octobre 2003, n° 20, p. 17-24.

2 [raymonde.sechet@uhb.fr].

3 La rhétorique est simple, voire simpliste : 200 000 constructions, « véritables nids pour les mamans » !, 200 000 démolitions, 200 000 réhabilitations de logements sociaux, et traitement de 200 000 lots de copropriétés dégradées.

4 Voir dans cet ouvrage, le texte de Julien Aldhuy qui nous rappelle qu’une théorie critique de la société propose d’analyser la société en fonction de certaines valeurs comme la raison universelle ou la liberté.

5 Expression empruntée à J. K. Galbraith qui, dans son analyse des situations de pauvreté aux États-Unis à la fin des années 1950 a distingué les cas d’espèce (« on lie d’habitude ce genre de pauvreté à des caractères propres aux individus qu’elle afflige ») et la pauvreté localisée (« celle qui se manifeste sous la forme d’un îlot de pauvreté »), J. K. Galbraith, L’ère de l’opulence, Calmann-Lévy, 1961, p. 302.

6 Celle-ci porte sur les risques sociaux mais aussi sur les risques liés à la nature et à la santé (voir, dans cet ouvrage, la dernière partie du texte de Sébastien Fleuret et Raymonde Séchet).

7 Le premier rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (paru en décembre 2000) a donné la mesure de cette fréquence de la pauvreté des familles monoparentales : en 1996, selon des données Insee, 19,5 % des familles monoparentales dirigées par une femme sont en situation de pauvreté quand la femme est active et 23,9 % quand elle ne l’est pas, contre 6,4 % des familles avec enfants dans lesquelles les deux conjoints sont actifs, 12,2 % des familles avec enfants dans lesquelles seul l’homme est actif et 16,5 % de celles dans lesquelles seule la femme est active.

8 Voir son intervention au colloque d’octobre 2004 (C. Sélimanovski, Les politiques publiques de traitement de la pauvreté à l’épreuve du territoire, dans R. Dodier, A. Rouyer, R. Séchet, Territoires d’action et action territoriale, à paraître aux Presses Universitaires de Rennes).

9 Dans le gouvernement Raffarin.

10 Ainsi souligné dans le texte.

11 Dans le gouvernement de Villepin.

12 Chantal de la Bretesche, « Troyes fois plus ferme », L’Observateur de Troyes, 19 juillet 2002. Italiques dans le texte.

13 Un espace aménagé spécialement pour la pratique du skate existe à Troyes mais il est situé au Parc des expositions. Ce qui signifie qu’il est difficilement accessible pour les jeunes et qu’il n’a été pensé que comme espace fonctionnel et ne peut fonctionner comme espace de rencontres et de sociabilité.

14 Jean-Michel Helvig, « Rattrapage », Libération, 14 janvier 2003.

15 « Ces pauvres que les Français ne veulent pas voir près de chez eux », Le Monde, 29-30 décembre 2002, p. 8.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La pauvreté, réalité et objet de discours
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Figure 2 : L’espace social de vulnérabilité des familles monoparentales
Légende Source : R ; Séchet, d’après M. Watts et H. Bohle (1993), “The space of vulnerability : the causal structure of hunger and famine” Progress in Human Geography, 1993, vol. 17.11, p. 43-67.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Figure 3 : Entre champ des possibles et bricolage : l’exemple des femmes seules avec des enfants à charge
Légende Source : Claudia Gardberg Morner (2000), Making Ends Meet. Lone Mothers’local Subsistence Strategies. Case Studies from Italy and Sweden, Mannheimer Zentrum für Europaïsche Sozialforchung, Arbeitspapiere n° 13, d’après Layder D. (1993), New Strategies in Social Research, Polity Press
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 4 : Nettoyer les espaces urbains
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 872k

Auteur

Professeure de géographie
UMR 6590 ESO CNRS Université
Rennes 2 Haute-Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540