Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conan Doyle

 | 
Hélène Machinal

Conclusion

Texte intégral

  • 1 C. Ginzburg, op. cit. et Naomi Schor, Lectures du détail, Paris, Nathan, 1994. Voir aussi « L'Énig (...)

1Il ressort de ce parcours que les trois modes d’écritures analysés sont les témoins d’une évolution philosophique de l’auteur. Le récit policier, l’écriture fantastique et la fiction spéculative jalonnent une découverte de l’inconnu qui constitua l’un des fondements de la vie et de la quête de Sir Arthur Conan Doyle. Chaque forme narrative trahit les préoccupations idéologiques du moment et chacune semble à son tour devenir logiquement la forme privilégiée parce qu’elle permet d’approfondir ou de répondre aux questions laissées en suspens par la précédente. Les récits policiers présentent tout d’abord une analyse obsessionnelle de la réalité, tant physique qu’humaine. Le motif de la trace permet de souligner un thème structurant de la fin du xixe siècle, qui peut être nommé le paradigme de l’indice ou la lecture du détail1, et qui touche à différents domaines d’études tant artistiques (l’écriture ou la peinture), que scientifiques (la médecine ou la psychanalyse, et l’archéologie ou la paléontologie). Si la trace attire le regard et la réflexion sur ce qui entoure l’être humain, elle trahit, dans le même temps, une archéologie de l’espace. La surface, les apparences cachent une profondeur, un espace secret et interdit. Le récit policier définit et balise ces deux espaces en termes sociaux, avec l’opposition entre le monde victorien et le monde du crime, et en termes psychologiques, lorsqu’il esquisse une altérité inquiétante menaçant tout autant le sujet individuel que la collectivité et qui peut prendre la forme d’une ville ou d’un pays. Le récit policier ne permet cependant pas de dépasser le stade de l’esquisse. Il pose récit après récit l’inquiétant de l’énigme, du détective et du texte, sans jamais tenter de découvrir la nature de cette altérité encore trop repoussante pour que la fascination qu’elle exerce l’emporte. Aussi les derniers récits sont-ils figés dans cette contemplation d’une horreur et d’une violence qui sont la marque de l’omniprésence de plus en plus inquiétante de l’altérité. Cette dernière est représentée, montrée, inscrite jusque dans les êtres, à l’image du visage défiguré du baron Gruner ou de celui de Mrs Ronder, qui est impossible à décrire tellement cette vision est monstrueuse. Elle n’est cependant présente que comme une icône, inscrite dans un cadre qui, à la manière d’un arrêt sur image, se fixe dans l’esprit du lecteur mais n’est pas animé.

2C’est le mode d’écriture fantastique qui redonne vie à la découverte de l’inconnu en approfondissant le questionnement sur l’altérité. L’écriture fantastique repose sur la remise en question de l’ordre de la raison. Si cette doxa toute puissante vacille sur des fondations pourtant bien établies, c’est qu’elle montre déjà ses limites dans le domaine d’étude le plus passionnant et le plus inquiétant à la fin du xixe siècle, celui qui touche au sujet. Le lecteur quitte dès lors les contours et les formes structurés du récit policier. Les attributs d’un personnage comme Sherlock Holmes ne sont plus de mise dans ce nouveau mode d’écriture. Le détective impliquait la possibilité d’une synthèse préalable du rationalisme, d’un recul par rapport au matérialisme qui avait permis d’appliquer ce dernier au réel. Avec le fantastique disparaît tout point de vue unifiant, qu’il soit narratif ou fictionnel, et la fragmentation et le disparate deviennent l’ossature des récits. Ce passage du détail à la fragmentation est révélateur d’une progression et d’un approfondissement. Dans les récits policiers, la lecture du détail entraîne une vision du monde compartimentée, mais non fragmentée. Le détail se rattache toujours à un tout, que ce dernier soit rassurant ou inquiétant. En revanche, le récit fantastique traduit l’impossibilité de saisir un tout quel qu’il soit. Les récits fantastiques de Doyle sont en fait marqués par une réflexion et une découverte du sujet. L’inconnu par excellence, ce sont ces sphères intérieures que la science s’avère incapable de baliser. Si les récits fantastiques interrogent encore le monde extérieur, c’est toujours dans ses rapports au sujet. En outre, l’interrogation et l’exploration principales de ces récits est ce qui pousse l’explorateur vers les terres vierges intérieures, celles où devient possible le face-à-face avec les figures de l’altérité. Doyle trouve ensuite une réponse à ce questionnement dans la foi spirite, réponse qui ne fait cependant pas oublier cette constante qu’est la découverte de l’inconnu, mais qui met un terme à une esthétique du fragment.

3Avec la fiction spéculative, le lecteur découvre aussi des domaines inconnus mais cet inconnu est « apprivoisé», rassurant parce qu’organisé et collectif. La présence latente et sous-jacente d’une idéologie qui va de pair avec une théologie transforme l’inconnu en une terre vierge mais qui semble déjà balisée, délimitée. Les espaces vides (« blank spaces ») cités dans Le Monde perdu sont clairement inscrits sur une carte du monde. Ils sont inconnus mais ne créent pas de vertige chez un lecteur qui sait déchiffrer la portée métaphorique et allégorique inhérente à la visée idéologique que Doyle leur imprime. Le mystère est dès lors différent de celui que représentait l’inconnu des récits fantastiques. Les œuvres littéraires de cette fin de carrière, où l’auteur paraît de nouveau avoir le recul nécessaire à la création d’une nouvelle grande figure de son œuvre fictionnelle, restent marquées par la résurgence et l’omniprésence de l’altérité et de l’inconnu, qui font retour sous forme de fragments au sein d’un mode d’écriture qui se démarque pourtant totalement de la fragmentation et du disparate propres au fantastique. L’inconnu semble, en quelque sorte, rattraper Doyle et s’incarner dans les visions noires et pessimistes de « La Ceinture empoisonnée », du Gouffre Maracot, voire de « Quand la terre hurla ». Le mouvement qui consistait à aller vers l’inconnu, et sans doute ainsi à le contenir, disparaît, autorisant une résurgence de ces fantasmes et fantômes que l’on a voulu enterrer mais qui, à l’image des formes monstrueuses de « L’Horreur des altitudes», font inlassablement retour et traquent leur proie.

  • 2 Maurice Renard, cité par Pierre Versins, op. cit., Article « Maurice Renard ».

L’humanité, ne possédant sur l’univers qu’un petit nombre de lucarnes qui sont nos sens, n’aperçoit de lui qu’un recoin dérisoire. Elle doit toujours s’attendre à des surprises issues de tout cet inconnu qu’elle ne peut contempler, sorties de l’incommensurable secteur d’immensité qui lui est encore défendu2

Notes

1 C. Ginzburg, op. cit. et Naomi Schor, Lectures du détail, Paris, Nathan, 1994. Voir aussi « L'Énigme Sherlock Holmes», La Licorne, Poitiers, 2003

2 Maurice Renard, cité par Pierre Versins, op. cit., Article « Maurice Renard ».

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable