Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conan Doyle

 | 
Hélène Machinal

III. La fiction spéculative

Fiction spéculative et idéologie

Texte intégral

  • 1 Wells établit une différence entre l’utopie et la fiction spéculative. L’utopie implique une dista (...)
  • 2 Voir P. Nordon, op. cit., chapitre V et chapitre IX, J. Mc Cearney, op. cit., chapitre IX et J. Di (...)
  • 3 J. Fabre, op. cit., p. 174.
  • 4 Voir Pierre Nordon, op. cit., p. 167 à 169.

1Il Faut sans doute chercher l’origine de la dimension idéologique de la fiction spéculative dans ses racines utopiques. L’utopie propose un commentaire oblique, plus ou moins déguisé, sur la société humaine et, selon Wells1, la différence entre ces deux genres résiderait dans la portée universelle et atemporelle de l’utopie par contraste avec une fiction spéculative ancrée dans la référence. Toujours est-il qu’avec la fiction spéculative, Doyle trouve un mode de représentation qui lui ouvre les portes de la critique sociale et idéologique. Les biographes de Doyle s’accordent sur un point : l’auteur voit la plupart de ses idéaux mis à mal à partir de la fin du règne de Victoria2. Le début du xxe siècle et la modernité impliquent un dépassement de la science par le progrès matériel qu’elle engendre, la constitution de l’empire britannique est en perte de vitesse et la montée de tensions internationales annoncent la Première Guerre mondiale. La fiction spéculative qui « se nourrit d’idées donc de morale et penche toujours du côté de la fable3 », lui permet d’exprimer des idées et des idéaux qui resteront les pierres d’angles de sa personnalité et de son action jusqu’à son dernier souffle. La dimension fictive permet le recours à l’allégorie tandis que la spéculation place la science en perspective idéologique. Pour Doyle, darwiniste convaincu, le mal ne vient pas de la science ; il vient de l’homme qui s’éloigne de la nature, révélation de Dieu. Ces idées, tirées de la lecture de Winwood Reade4, le mènent à fustiger le matérialisme que le progrès scientifique entraîne. Doyle cherche en fait à garantir à la science une certaine moralité et, inversement, il est à la recherche d’une forme de spiritualité qui s’appuierait sur la rationalité de la science, et non sur des dogmes vieux de plusieurs milliers d’années. Ce point de contact entre la science et la religion, il le trouve dans le spiritisme :

  • 5 « We all have our own ways of praying. Mine is a complete acquiescence in whatever Fate may send m (...)

Nous avons tous notre propre façon de prier. La mienne, c’est une acceptation totale de tout ce que le Destin pourrait m’envoyer – une acceptation sereine. La science et la religion à leur stade le plus élevé semblent s’accorder sur ce point5.

Fiction spéculative et spiritisme

  • 6 Cité par Yvonne Castellan, Le Spiritisme, Paris, PUF, 1954, p. 12.
  • 7 Dans Au Pays des brumes, par exemple, les personnages soulignent systématiquement l’origine bibliq (...)

2Pour commencer, interrogeons-nous sur les liens qui peuvent exister entre un mode d’écriture (la fiction spéculative) et une croyance (le spiritisme). Allan Kardec définit le spiritisme comme une « doctrine fondée sur l’existence, les manifestations et l’enseignement des esprits6 ». L’être humain est composé de trois éléments : le corps matériel et périssable, le corps astral ou corps « éthérique », et l’âme immortelle. Le spiritisme appelle « esprit » une âme qui, une fois qu’elle a quitté l’enveloppe terrestre, est contenue dans un corps « éthérique ». Ce dernier se situe dans l’une des sept sphères qui composent le monde des esprits, esprits qui peuvent communiquer avec les êtres humains par un certain nombre de manifestations au cours des séances réunissant les adeptes. Le spiritisme est donc avant tout une doctrine qui organise un monde de l’au-delà, un monde surnaturel. Il est une résurgence de croyances plus anciennes7 selon lesquelles les esprits des morts peuvent se manifester dans le monde des vivants. Le xixe siècle réussit cependant la prouesse de donner à ce monde irrationnel une assise rationnelle. En effet, l’ésotérisme est vieux comme le monde, mais il implique les notions de secret, d’initiation et une approche spirituelle du monde de l’au-delà alors que l’occultisme repose sur une approche du monde spirituel par des moyens matériels. Ces moyens sont ceux que la science offre et utilise pour étudier le monde de la matière. Si les sciences occultes sont la conséquence d’une réaction contre le positivisme, elles s’ancrent toutefois dans un paradoxe puisqu’il s’agit d’étudier l’irrationnel par une méthode scientifique. Aussi le spiritisme est-il une science des esprits, une « révélation scientifique » grâce à laquelle la manifestation de l’irrationnel devient rationnelle.

  • 8 De son vrai nom : Alphonse Louis Constant, il est le pionier qui influenca les occultistes de la B (...)
  • 9 La théosophie est un mouvement « orientalisant » dont les fondateurs sont Helena Petrovna Blavatsk (...)
  • 10 Doyle reprend toutes ces cautions scientifiques dans Au Pays des brumes.
  • 11 P. Nordon, op. cit., p. 153.

3Parmi ces sciences occultes, il faut citer l’occultisme, néologisme formé par Eliphas Lévy8, le théosophisme9, et le spiritisme. Ce dernier spécule sur un monde fictionnel et organisé, peuplé d’esprits avec lesquels il est possible de communiquer. Il reçoit en outre une caution scientifique puisque les plus grands savants de l’époque observent ces phénomènes et établissent leur réalité10, posant ainsi la base des sciences métapsychiques ou parapsychologiques. Dès lors que la réalité des phénomènes est scientifiquement reconnue, il reste à les expliquer. C’est alors que la science doit reconnaître son impuissance et qu’apparaît « une nouvelle philosophie spiritualiste qui, associée à une religiosité philanthropique inspirée de la tradition libérale anglo-saxonne, devait s’imposer sous le nom de spiritisme11 ».

« La Ceinture empoisonnée »

4Cette nouvelle est caractéristique d’un auteur dont l’adhésion au spiritisme n’est pas effective, mais qui en connaît parfaitement les tenants et les aboutissants.

  • 12 Le spiritisme marque nettement les récits écrits par Doyle à partir de cette nouvelle écrite en 19 (...)

5En outre, sa forme allégorique montre la dimension morale que Doyle insuffle désormais à ses récits12. Le monde est sur le point de pénétrer dans une zone polluée de l’univers qui tue toutes les créatures vivantes. Challenger explique le phénomène allégoriquement :

  • 13 « ‘You will conceive a bunch of grapes,’ said he, ‘which are covered with infinitesimal but noxiou (...)

Imaginez une grappe de raisin, dit-il, recouverte de bactéries microscopiques, mais nocives. Le jardinier la passe au désinfectant. Peut-être désire-t-il que son raisin soit plus propre ; peut-être a-t-il besoin de place pour mettre en culture de nouvelles bactéries moins nocives que les premières. Il plonge le raisin dans le poison et le problème est réglé. À mon avis, notre jardinier est sur le point de faire prendre un bain au système solaire, et les bactéries humaines, ces petits vibrions mortels qui se tortillaient en tous sens à la surface de la terre, seront éliminées instantanément par stérilisation13.

  • 14 Voir à ce sujet P. Nordon, op. cit., p. 158.
  • 15 Dès The Stark Munro Letters (18941895), Doyle écrivait : « Nature is the true revelation of the de (...)

6Challenger adopte ici l’agnosticisme de Doyle14 avant sa conversion en 1916. Il pose un législateur du monde car même s’il a fait siennes les thèses de Darwin, Doyle croit à la loi de l’évolution. Selon lui, un tel ordre implique un ordonnateur, une providence naturelle que l’homme ne peut connaître directement mais qui lui est révélée dans la nature15. Si Challenger n’affirme pas encore qu’une survivance de l’esprit après la mort soit possible, il croit cependant à une hiérarchie entre le corps matériel et l’esprit (au sens d’intelligence). Il distingue deux plans, celui de la matière et celui de l’esprit et il évoque l’idée d’une continuité de la vie :

  • 16 « ‘Nature may build a beautiful door and hang it with many a gauzy and shimmering curtain to make (...)

Peut-être Dame Nature prépare-t-elle une belle porte avec force rideaux légers et chatoyants, par laquelle notre âme errante accéderait à la vie nouvelle. J’ai longuement exploré le réel, et j’ai toujours trouvé sagesse et bonté en son cœur ; et s’il est un moment où, dans sa peur, l’homme mortel a besoin de tendresse, c’est bien lorsqu’il effectue le périlleux passage d’une vie à l’autre. Non, Summerlee, je ne veux pas adhérer à votre matérialisme, car moi, en tout cas, je suis quelque chose de trop important pour n’être plus finalement que de simples composants organiques, une poche de sels et l’équivalent de trois seaux d’eau. Là-dedans, là-dedans, dit-il en frappant sa grosse tête de son énorme poing couvert de poils, se trouve quelque chose qui utilise la matière, mais n’en est pas fait, quelque chose qui pourrait anéantir la mort, mais que la Mort ne pourra jamais détruire16.

  • 17 Pierre Nordon expose en détail les prises de position philosophiques et idéologiques de Doyle qui (...)

7La dimension religieuse n’est pas encore affirmée, toutefois l’aspect moral est déjà présent. Le matériel et le corps physique sont présentés comme des réalités passagères et éphémères. Ainsi, Challenger et ses amis partent explorer le monde mort et rencontrent une autre survivante qui leur demande immédiatement si la fin du monde aura des conséquences sur ses actions en bourse. En dépit de leurs efforts pour lui expliquer que l’argent n’a plus aucune valeur, la vieille femme ne peut se faire à l’idée que la cotation en bourse de ses parts ne régit plus son bonheur sur cette terre. « The Great Awakening », dernier chapitre du texte, expose clairement la moralité de la nouvelle. Le monde ressuscite et devient meilleur. Il abandonne le matérialisme et vise un idéal de démocratie et de progrès spirituel17. Le phénomène décrit dans « La Ceinture empoisonnée » est donc de portée universelle et touche tous les êtres quelle que soit leur classe sociale :

  • 18 « One instant of time had put aristocrat, waiter, tramp and dog upon one common footing of inert a (...)

En un instant, l’aristocrate, le valet, le vagabond et le chien s’étaient retrouvés dans le même état : du protoplasme inerte en pleine dissolution18.

  • 19 « Even our little hill may presently prove to be a temporary island amid a sea of disaster. », ibi (...)

8Devant la mort, tous sont égaux, et cette idée d’égalité des chances refusée dans une société dite démocratique participe d’un idéal de tolérance. Le dernier chapitre décrit un monde meilleur, une sorte de peuple élu pour aller porter le message de la régénérescence aux autres peuples. Ceci n’est pas sans rappeler les prophéties apocalyptiques que Doyle et sa femme dirent quelques années plus tard avoir reçues d’un esprit nommé Phénéas et selon lesquelles seule survit l’Angleterre. Le microcosme isolé dans la maison de Challenger est déjà représentatif de l’idéal impérialiste de Doyle. La situation est décrite grâce à des métaphores marines récurrentes. Ils sont échoués sur une île, entourés par une mer de morts, mais ils se trouvent sur l’îlot d’où repartira la vie19.

9« La Ceinture empoisonnée » est une allégorie qui dénonce l’évolution de la société vers le matérialisme et annonce une fin imminente si une prise de conscience n’a pas lieu. Le fait que la terre soit anéantie par une ceinture d’éther indique déjà l’idée que cette transformation radicale du monde passera par une acceptation d’un monde des esprits. L’auteur critique aussi bien le matérialisme associé à l’attitude rationnelle des scientifiques que l’absence de moralité résultant de la recherche systématique du bienêtre matériel. Pour lui, l’évolution naturelle devient dès lors indissociable de l’évolution morale :

  • 20 « Death has been imminent upon us. […] That grim presence shadows our lives, but who can deny that (...)

La mort a failli nous emporter. […] Son ombre sinistre plane au-dessus de notre vie, mais nul ne peut nier que la perception du devoir, le sens de la mesure et des responsabilités, l’appréciation du sérieux de l’existence et de ses objectifs, le désir sincère de mûrir en s’améliorant, tous ces sentiments ont, dans cette ombre, pris de l’importance et sont devenus pour nous bien réels, au point de constituer le levain de toute notre société dans son ensemble. C’est quelque chose qui va au-delà des clans et des dogmes. Il s’agit plutôt d’un changement de perspective, d’une modification de notre sens des proportions, d’une prise de conscience saisissante que nous sommes des créatures insignifiantes et éphémères, que notre existence n’est que tolérée, à la merci du premier vent glacial soufflant de l’inconnu20.

Au Pays des brumes

  • 21 En plus de tous les détails biographiques, on peut souligner le fait que Doyle ait inséré une séri (...)

10Il est à peine possible de décrire ce texte comme une œuvre de fiction tant la part biographique et l’aspect didactique y sont omniprésents21. Doyle nous expose en fait ce qu’il croit. Pour cela, il reprend le personnage de Challenger et abandonne la narration à la première personne. Il annonce dès le premier paragraphe du premier chapitre :

  • 22 « The great Professor Challenger has been – very improperly and imperfectly – used in fiction. À d (...)

On s’est servi de la figure du professeur Challenger – de façon tout à fait incorrecte et inappropriée – pour des œuvres de fiction. Un auteur a eu l’audace de le mettre en scène dans des situations aussi invraisemblables que romanesques afin d’observer sa réaction. Cette réaction a pris la forme de poursuites pour diffamation, d’une action en justice, sans suites, pour obtenir une interdiction de publier, d’une émeute dans Sloane Street, de deux agressions physiques, et de la perte de sa chaire de professeur de physiologie à la faculté d’Hygiène Subtropicale de Londres. A part cela, les choses se sont déroulées plus paisiblement qu’on aurait pu le redouter22.

11Outre le rappel sur le tempérament irascible du professeur, Doyle produit ici un effet de réel. En effet, il fait allusion aux situations fictives dans lesquelles le personnage a été placé par l’auteur comme si ce dernier était un biologiste déposant une bactérie dans un bouillon de culture, puis observant les réactions des différents éléments en présence. Les ficelles de la fiction sont donc clairement désignées. Treize ans après la publication du Monde perdu, l’auteur dénonce les situations invraisemblables et romanesques dans lesquelles « un auteur » a placé Challenger. De fait, Au Pays des brumes se déroule dans un Londres tout à fait quotidien et d’une banalité familière. Si Challenger apparaît dans ce récit, c’est surtout Malone qui occupe le devant de la scène. Le reporter est en fait le prétexte du récit : toujours journaliste à la Daily Gazette, il est chargé, en compagnie de la fille de Challenger, d’enquêter sur différentes sectes religieuses, et ils se rendent tous deux un soir à une cérémonie spiritualiste, point de départ de la narration. Dès lors, Malone se livre à une enquête détaillée sur cette croyance, ce qui le conduit à diverses séances, maisons hantées et autres laboratoires de recherche psychique. A la fin du récit, Challenger, qui a dénigré les recherches et l’adhésion progressive de Malone tout au long du texte, se convertit.

  • 23 « The hall was crammed, and as one looked down one saw line after line of upturned faces, curiousl (...)
  • 24 « The two Bols overs had arrived, very hot and frowsy and genial. There is no such leveler of clas (...)
  • 25 Doyle développe ce thème dans « Comment la chose arriva » (1913).

12Ce texte est avant tout une sorte de catalogue du spiritisme où nous croisons différentes théories et croyances ainsi que différentes attitudes. Doyle y expose les mêmes idéaux que ceux soulignés dans « La Ceinture empoisonnée », à ceci près qu’il est devenu le portevoix du spiritisme. L’idéal de démocratie revient par exemple lorsque Malone décrit les foules qui se massent pour assister aux cérémonies spirites soulignant ainsi que cette religion accueille tout le monde23. De plus, elle permet de ne pas tenir compte de la différence de classe puisque celui ou celle qui a des pouvoirs psychiques peut appartenir au haut comme au bas de l’échelle sociale24. L’idéal de tolérance et de charité est de plus présent dans les « rescue circles » auxquels assiste Malone et dans le cadre desquels le cercle d’adeptes essaie d’aider des esprits qui sont encore attachés à la terre et qui n’ont généralement pas conscience d’être morts25.

13Le spiritisme permet avant tout à un auteur de plus en plus préoccupé par la moralité de trouver un prolongement de l’idéal évolutionniste. En effet, le mouvement reconnaît une évolution spirituelle, tout d’abord du corps physique et matériel vers un corps astral, mais aussi une progression de l’esprit de sphère en sphère. Aussi le progrès devient-il un progrès personnel et spirituel au sens du Pilgrim’s Progress :

  • Dans chacune de ses étapes, ce soi-disant progrès peut s’avérer une calamité et, pourtant, tant que nous utilisons le même mot, nous le confondons avec le vrai progrès, et nous nous imaginons que nous sommes en train d’accomplir ce pour quoi Dieu nous a mis sur terre.
  • C’est-à-dire ?
  • Nous préparer pour la phase suivante de l’existence. Il y a une préparation mentale et spirituelle, et nous négligeons les deux. Devenir en vieillissant des hommes et des femmes meilleurs, plus altruistes, plus ouverts d’esprit, plus chaleureux et plus tolérants, voilà ce pour quoi nous sommes faits26.
  • 27 « The fines obtained were often deflected for purposes in which the police had a direct interest.  (...)

14Il s’agit de faire partager cette évolution spirituelle aux autres, comme Doyle le fait en écrivant ce texte qui se veut d’abord un témoignage et une confession de foi plutôt qu’une œuvre de fiction. Finalement, il propose un pamphlet dans lequel il dénonce la loi anglaise et la police qui l’applique. Le médium Linden est, par exemple, présenté comme un martyr qui tombe sous le coup de lois datant du xviiie et du xixe siècles, à savoir le « Witchcraft Act » et le « Vagrancy Act ». Quant à la police, les intérêts financiers qu’elle a dans l’affaire sont clairement dénoncés27. L’attitude de la presse est également critiquée : les journaux ne cherchent qu’à dénigrer le spiritisme ou, plus généralement, l’ignorent totalement. Aussi, lorsque Malone s’intéresse au mouvement au point de vouloir faire des articles sérieux et objectifs, lui demande ton de changer d’optique. Ce que la presse recherche, ce sont des articles comme ceux que son successeur produit :

  • 28 « His place upon the staff had been taken by a young and drunken Jew, who had at once won his spur (...)

15Sa place au sein de l’équipe avait été prise par un garçon à la fois juif et ivrogne, qui avait immédiatement gagné ses galons par une série d’articles humoristiques sur les phénomènes parapsychiques, agrémentés d’assurance qu’il abordait le sujet avec un esprit parfaitement ouvert et impartial. L’idée qu’il avait finalement eue d’offrir cinq mille livres sterling si les esprits voulaient bien prédire quels chevaux arriveraient placés dans le prochain derby, et sa démonstration selon laquelle l’ectoplasme était en vérité la mousse d’une bière brune habilement dissimulée par le médium, sont des procédés très prisés des journaux, et les lecteurs se les rappellent bien tous les deux28.

  • 29 ACD, Memories and Adventures, op. cit., p. 396.
  • 30 Comme l’explique la note placée en appendice à la nouvelle, ce chapitre reprend des phénomènes qui (...)

16L’effet de réel n’est certes pas gratuit puisque Doyle s’insurge dans Memories and Adventures contre la presse à laquelle il reproche la même légèreté29. Il critique également l’attitude de l’école continentale française, en particulier au chapitre XII qui se déroule à Paris à l’Institut Métaphysique. Doyle introduit des grands noms de l’époque, comme le Professeur Richet, au milieu de ses personnages fictifs, et décrit les expériences de recherche psychique qui se déroulent à l’institut30. Toute la différence entre l’Angleterre et le continent réside dans l’attitude face aux phénomènes psychiques. Doyle résume la situation dans ses mémoires de la façon suivante :

  • 31 « The real controversy, which does matter very much, is with the continental school who study ecto (...)

La véritable controverse, et elle est de la plus haute importance, est engagée avec le courant de pensée du continent, qui étudie les ectoplasmes et autres manifestations semi matérielles, mais se refuse à y voir des esprits indépendants. Richet, Schrenk-Notzing et d’autres grands chercheurs campent encore sur cette position confuse, et Flammarion n’est guère plus avancé. Richet consent à admettre qu’il a acquis la conviction, en observant lui-même l’apparition après matérialisation, qu’elle peut marcher et laisser un moulage se ses mains. C’est un fait qu’il accepte. Et pourtant, en dépit de ce constat, il maintient que ces phénomènes sont peut-être les manifestations externes de pouvoirs inconnus du corps et de l’esprit humains31.

17Dans « La Ceinture empoisonnée », Challenger affirmait la primauté de l’intelligence, et non de l’esprit au sens spirite du terme. Malone déclare à la fin de Au Pays des brumes :

  • 32 « The most dangerous condition for a man or a nation is when his intellectual side is more develop (...)

Un homme ou une nation est dans son état le plus dangereux lorsque son côté intellectuel est plus développé que son côté spirituel32.

18C’est donc la dimension morale qui prend le pas sur la fiction et sur la science. Il n’est dès lors plus possible de parler de fiction spéculative dans Au Pays des brumes. Ce texte est un manifeste qui prend la science pour support. Doyle se sert de noms scientifiques connus pour valider le mouvement de la même façon qu’il a recours à l’observation scientifique pour accréditer les phénomènes. La fiction jouait encore son rôle dans « La Ceinture empoisonnée » du fait de la narration à la première personne, du personnage de Challenger et de l’aspect allégorique fonctionnant sur un mode prospectif. En 1926, la seule fiction spéculative rencontrée dans les récits de Doyle, c’est ce monde surnaturel des esprits qu’il présente justement comme une réalité rationnelle.

Image de la science

19Plus la fiction spéculative de Doyle est envahie par une morale qui devient fondamentale pour l’auteur, plus la science est présentée négativement. Dès Le Monde perdu, le personnage de Challenger comporte une dualité qui relativise la toute-puissance de la science par le comique du grotesque. Dans ce même récit, le monde scientifique est également ambivalent : on y découvre d’une part l’image d’un scientifique actif, engagé, en mouvement ; la science est alors un outil d’exploration et de recherche, synonyme d’une progression, qui permet de repousser toujours plus loin les limites de l’inconnu. Cette image est contrebalancée par celle d’une science sénile, stérile et ridicule :

  • 33 « Thus, when old Doctor Meldrum, with his well-known curly-brimmed opera hat, appeared upon the pl (...)

Ainsi, lorsque le vieux Meldrum, docteur ès sciences, fit son apparition sur la tribune avec son célèbre chapeau claque à bords enroulés, on entendit fuser de partout : ‘Au nom du ciel, où avez-vous déniché ce galurin ?’, si bien qu’il l’enleva en toute hâte, et le dissimula furtivement sous sa chaise. Lorsque le professeur Wadley, qui souffrait de la goutte, s’avança en boitant jusqu’à son siège, on n’entendit de tous les côtés de la salle que des gens qui s’inquiétaient affectueusement de l’état exact de son pauvre orteil, ce qui visiblement l’embarrassa33.

20De même, alors que Challenger représente une science qui sait s’exprimer, se battre, haranguer les foules et susciter leurs applaudissements ou leurs huées, ses collègues sont incapables de se faire entendre :

  • 34 « Professor Murray made several profound remarks to his white tie and to the water carafe upon the (...)

Le professeur Murray fit plusieurs profondes remarques à sa cravate blanche et à la carafe d’eau posée sur la table, ainsi qu’un aparté plein d’un humour pétillant au chandelier en argent situé à sa droite34.

  • 35 Ibid., p. 38.
  • 36 Les réflexions de Challenger lorsque les explorateurs arrivent chez les Indiens et que ces dernier (...)

21Second aspect paradoxal de l’image de la science : le scientifique est présenté à la fois comme un dieu de l’Olympe35 et comme un enfant. Que Challenger et Summerlee se tiennent par la main, paralysés d’extase devant le spectacle de la nature, ou qu’ils utilisent leurs dernières réserves d’oxygène à se chamailler, le grand esprit apparaît à chaque fois comme un être imbu de sa science et manquant totalement d’humilité36.

22Des années 1910 aux années 1920, l’ambivalence se transforme progressivement en une représentation nettement négative de la science au point de devenir un danger dans Au Pays des brumes et « Jouer avec le feu ». Dans ce dernier récit, le médium français n’adopte toutefois pas une attitude scientifique, il se contente de jouer avec les forces qu’il peut invoquer. Le Gouffre Maracot est une spéculation fictive de ce vers quoi la science pourrait mener le monde. Le peuple de l’Atlantide possédait une avance scientifique considérable, mais l’absence de recherche morale et spirituelle conduisit les Atlantes à une stagnation et à une régression vers des pratiques archaïques et primitives tels le culte de Baal et le sacrifice humain. Cela dit, c’est sans conteste dans « La Machine à désintégrer » que l’image de la science est la plus négative. Elle devient l’instrument direct de la destruction de l’homme puisqu’elle permet d’inventer des machines de guerre qui tuent à distance. De plus, le scientifique n’est plus intéressé que par l’aspect mercantile de son invention. Il se vend au plus offrant sans aucune considération patriotique ou éthique, illustrant ainsi les craintes d’un auteur pour qui le progrès scientifique est devenu synonyme d’un recul de la civilisation.

Image de la civilisation

23De même que l’image de la science évolue entre les premiers et les derniers récits de fiction spéculative, celle de la civilisation subit des transformations conséquentes du Monde perdu au Gouffre Maracot. Comme les récits de fiction spéculative de H. G. Wells, ceux de Doyle sont marqués par l’ambivalence conséquente aux modifications apportées par les théories de Darwin sur la représentation qu’a l’homme de sa place dans l’univers. Si l’auteur met en place un scénario et des thèmes qui témoignent d’un mouvement progressif, comme l’initiation, l’exploration ou l’évolution, dans le même temps, ce mouvement est nuancé et systématiquement remis en cause.

Evolution et décadence

24L’évolution était mentionnée dès le chapitre II du Monde perdu par l’intermédiaire d’une querelle entre Challenger et Weismann qui situe précisément un contexte scientifique où les théories de Darwin sont admises et acceptées de tous puisque le débat oppose des néodarwinistes. De même, au chapitre V, la conférence à laquelle participe Challenger a pour thème l’origine et l’évolution de la vie. Mr Waldron, le conférencier, présente l’évolution comme une force en progression permanente. Il souligne avec humour que ce mouvement constant concerne, entre autres, l’être humain :

  • 37 « He hoped that he would not hurt the feelings of the gentleman in the red tie if he maintained th (...)

Il espérait qu’il n’allait pas choquer le monsieur à la cravate rouge s’il maintenait que, quelles que fussent les qualités dont ce monsieur faisait preuve dans sa vie privée, cependant les formidables processus à l’œuvre dans l’univers ne se justifiaient pas totalement s’ils devaient avoir pour unique résultat d’accoucher de ce monsieur. L’évolution n’était pas une force en bout de course, elle était toujours en action, et nous préparait d’autres accomplissements encore plus grandioses37.

  • 38 Par un phénomène d’inversion, les scènes auxquelles assistent les explorateurs du plateau préhisto (...)
  • 39 « And now, my readers, if ever I have any, I have brought you up the broad river, and through the (...)

25Les théories de Darwin dynamisent la fiction spéculative car elles ouvrent un nouvel espace imaginaire en permettant à l’homme de se penser à différentes étapes de son évolution. Cette perspective diachronique et évolutive est une révolution par rapport aux représentations de l’origine proposées par l’Eglise traditionnelle38. De l’image d’un être donné comme fini, il faut passer à l’idée d’un processus évolutif qui s’est déroulé sur des millions d’années. L’histoire du groupe d’explorateurs du Monde perdu est celle d’une initiation à l’évolution. Ils se trouvent directement confrontés aux origines de la vie et à la survie dans un milieu non civilisé. L’initiation commence par une remontée aux sources de la vie qui est symbolisée dans le texte par la géographie des espaces traversés. L’expédition part tout d’abord sur la mer pour remonter ensuite l’Amazone, qu’ils quittent bientôt pour une rivière avant de bifurquer sur un cours d’eau que l’on ne peut emprunter qu’en canoë. Il leur faut finalement abandonner les embarcations et traverser à pied les derniers remparts naturels qui protègent le monde originaire39. Cette progression vers les origines de la vie s’accompagne d’une écoute accrue des voix de la nature au détriment de celles de l’homme moderne et civilisé. Ainsi, lorsqu’un doute surgit quant à la route à suivre, les explorateurs suivent l’instinct naturel des Indiens qui les accompagnent et non les outils de la technologie moderne auxquels Challenger accorde, à tort, plus de confiance.

26C’est sur le plateau que l’initiation à l’évolution commence réellement car les personnages sont obligés de s’adapter au monde de la nature sauvage. Dès leur seconde nuit passée dans ce monde préhistorique, Challenger souligne la fragilité et l’insignifiance de l’homme moderne dans ce milieu hostile :

  • 40 « It was surely well for man that he came late in the order of creation. There were powers abroad (...)

Sûrement, il valait mieux pour l’homme qu’il ne fût apparu que tardivement dans la création. Il y avait en liberté dans les temps les plus reculés des puissances que ni son courage ni son ingéniosité ne lui aurait permis d’affronter. A quoi bon sa fronde, son bâton et ses flèches contre des forces comme celles qui se sont déchaînées ce soir40 ?

  • 41 Voir à ce sujet le parallèle fait par Lauric Guillaud entre le parcours initiatique de Malone et c (...)
  • 42 Poursuivi par un monstre préhistorique, il se croit perdu lorsque le sol se dérobe tout à coup sou (...)

27A partir de ce constat, l’homme moderne découvre comment l’homme primitif s’est adapté pour survivre. C’est plus particulièrement Malone qui est initié41 à la vie en milieu hostile lorsqu’il se risque, seul et de nuit, hors du camp de base. Il découvre alors la loi qui régit le monde naturel, celle du plus fort42. À l’exemple de Malone, le groupe est ensuite initié au combat, non plus de l’homme contre la bête, mais de l’homme évolué contre l’homme-singe. Cet épisode n’est d’ailleurs pas si éloigné du précédent puisqu’il vise également à démontrer la supériorité de l’homo sapiens sur son ancêtre simiesque :

  • 43 « We have been privileged […] to be present at one of the typical decisive battles of history – th (...)

Nous avons eu le privilège […] d’assister à une bataille présentant toutes les caractéristiques des batailles typiques de l’Histoire – ces batailles qui ont décidé du sort du monde. […] A partir de maintenant, sur ce plateau, le futur devra toujours appartenir à l’homme43.

  • 44 On peut voir ici l’illustration de ce que Doyle écrivait déjà dans The Stark Munro Letters : « It (...)
  • 45 Voir Mircea Eliade, Le Sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1965, p. 159.

28C’est ainsi qu’après leur victoire sur les hommes-singes, les Indiens les gardent pour esclaves. Ils préfigurent le principe de la bataille pour la survie et la domination d’une race sur une autre44. Cette initiation à l’évolution n’est cependant pas une progression ascendante vers un idéal que serait l’homme moderne. Si le texte expose l’évolution en marche, il en mine les soubassements en faisant correspondre une régression à l’initiation, et une décadence à l’évolution. Les premiers indices de ce thème de la régression apparaissent dans l’aventure nocturne de Malone. Si ce personnage est le véritable initié du récit, c’est avant tout parce que lui sont révélés les trois mystères fondant toute initiation, celui de la mort, de la sexualité et du sacré45.

29L’initiation à la mort est symbolisée par la poursuite du monstre que Malone décrit comme une horrible vision provenant des plus profonds cercles de l’enfer de Dante. Elle se fond avec l’initiation au corps sexuel lorsque le personnage choit dans les chairs décomposées d’animaux piégés par la fosse. Cette chute régressive renvoie à un retour vers un corps originaire vécu comme un cauchemar. La dimension fantasmatique de tout l’épisode est en outre soulignée par le personnage qui parle d’un paysage de rêve. Malone représente le néophyte qui apprend les secrets sacrés et se trouve en contact avec les origines de la vie.

30Ce sont ensuite Malone et Lord Roxton qui demeurent fascinés par le spectacle de la mise à mort des prisonniers par les hommes-singes. Le rite sacrificiel consiste à lancer les prisonniers du haut de la falaise et à les regarder s’empaler sur les bambous pointus qui jonchent le sol quelque cent quatre-vingts mètres plus bas. Le spectacle de cette mise à mort cruelle et primitive déclenche la réaction suivante chez Malone :

  • 46 « There are strange red depths in the soul of the most commonplace man. I am tenderhearted by natu (...)

On trouve des recoins étrangement sanglants au fond de l’âme de l’homme le plus ordinaire. Je suis d’un naturel sensible, et il m’est arrivé plus d’une fois de sentir mes yeux s’embuer en entendant le cri d’un lièvre blessé. Pourtant, je me sentais à présent assoiffé de sang. Je me levai sans vraiment m’en rendre compte, vidai sur ces misérables un chargeur, puis le second, ouvris mon fusil pour le recharger par la culasse et le refermai d’un coup sec, tout en poussant des cris et des hurlements qui exprimaient une férocité et une joie de tuer sans mélange46.

31Lors de l’ultime combat entre les hommes-singes et les Indiens, Challenger est saisi par le même désir de massacre que Malone. Homme de science ou homme du commun des mortels, tous deux sont saisis par la soif primitive et archaïque du sang de l’ennemi. Ils sont alors assimilés à ces mêmes sauvages dont ils sont séparés par des années d’évolution aboutissant à la civilisation moderne.

32À une force ascendante sur laquelle s’inscrivent les thèmes de l’évolution, de la progression engendrée par la science, de l’exploration qui repousse toujours plus loin les limites de l’inconnu, correspond une force inverse, orientée vers les profondeurs de l’animalité et de l’instinct, le caractère primitif de la nature humaine et une régression toujours latente. On pourrait même remarquer que la notion même d’évolution est remise en question par le mouvement spatial et temporel décrit dans le texte. Le groupe part dans un ailleurs originaire où un retour de l’animalité primitive semble constamment menacer l’homme et pourtant, c’est ce lieu qui est menacé par la civilisation moderne :

  • 47 « […] and then, looking back, [we] took one last long survey of that strange land, soon I fear to (...)

nous nous retournâmes alors, et embrassâmes longuement du regard cette terre étrange qui, je le craignais, allait bientôt être souillée et devenir la proie du chasseur et du prospecteur, mais qui restait pour chacun de nous une terre de rêve, peuplée d’enchantements et de choses incroyables, une terre où nous avions beaucoup osé, souffert, et appris – notre terre 47[…].

33À un monde où la dynamique de l’évolution joue à plein, l’auteur oppose donc un monde mesquin et sclérosé, uniquement préoccupé de son confort matériel et qui représente un danger pour l’évolution. Malone en est la première victime lorsqu’à son retour en Angleterre, il découvre que la femme pour laquelle il s’est lancé dans l’aventure a épousé entre temps un simple employé de bureau. Les perspectives futures des différents protagonistes sont d’ailleurs assez révélatrices. Challenger et Summerlee se consacrent exclusivement à la science, tandis que Malone et Roxton repartent pour Maple White.

34L’image négative de la civilisation laisse place à l’idée d’une décadence de l’homme moderne avec « La Ceinture empoisonnée » et Au Pays des brumes. Summerlee dénonce l’idée, déjà avancée dans Le Monde perdu, selon laquelle l’évolution tendrait uniquement vers l’être humain moderne. Il introduit la notion de hasard dans l’aboutissement du processus évolutif menant jusqu’à l’homme :

  • 48 « Sometimes I think that it is only the monstrous conceit of mankind which makes him think that al (...)

Quelquefois, je me dis que c’est seulement la vanité démesurée de l’homme qui lui fait croire que cette scène tout entière n’a été érigée que pour qu’il puisse s’y pavaner. […] Peut-être l’homme n’a-t-il été qu’un simple accident, une retombée sans importance apparue au cours du processus. C’est comme si l’écume à la surface de l’océan imaginait que celui-ci a été créé à seule fin de lui donner naissance, ou comme si une souris dans une cathédrale croyait que le bâtiment constitue par décret divin sa résidence attitrée48.

35Cette absence d’humilité de l’homme face à la nature qui l’a créé, et cette course au confort matériel qui lui fait nier l’idée même d’évolution, mènent au tableau décadent que peint Mr Miromar dans Au Pays des brumes :

  • 49 « The nations heaped up fresh loads of sin, and sin must ever be atoned for. Russia became a cessp (...)

De nouveau les nations accumulèrent des monceaux de péchés, et les péchés doivent être expiés. La Russie n’était plus qu’un cloaque. L’Allemagne ne se repentait nullement de son terrible matérialisme qui avait été la principale cause de la guerre. L’Espagne et l’Italie sombraient tour à tour dans l’athéisme ou la superstition. La France, elle, n’avait pas d’idéal religieux. La Grande-Bretagne, plongée dans la confusion et le désarroi, regorgeait de sectes sans chaleur et sans vie. L’Amérique n’avait pas su tirer parti de ses magnifiques occasions et, au lieu de se conduire envers une Europe gravement blessée comme un jeune frère plein de tendresse, elle empêchait toute reconstruction économique par ses exigences financières ; elle n’honorait pas la signature de son propre président, et refusait de devenir membre de cette Société de la Paix, qui constituait le seul espoir pour l’avenir49.

36Il convient maintenant de nous demander ce que Conan Doyle oppose à cette vision de plus en plus négative de la civilisation. Une solution de rechange est-elle proposée au matérialisme engendré par la science ?

Mythe, sacré et surnaturel

37La réponse apportée au matérialisme qui règne sur le monde apparaît à la lecture de l’ensemble des œuvres de fiction spéculative. Doyle oppose en effet le progrès scientifique à une nature mythique et sacrée, révélation de Dieu sur terre et annonciatrice de la surnature. L’opposition entre la civilisation moderne et la nature est établie dès Le Monde perdu, avant même que le groupe d’explorateurs n’atteigne le plateau. Ils quittent un monde pour pénétrer dans un autre et il faut distinguer plusieurs étapes dans la progression vers le paradis perdu de la nature. Ils traversent tout d’abord les ténèbres de la forêt amazonienne. Cet espace est décrit comme un temple, un lieu sacralisé par la manifestation de Dieu où l’homme n’est toléré que temporairement. Dans l’autre monde mythique de la nature, l’être humain n’est plus qu’un grain de poussière, dérisoire et insignifiant :

  • 50 « How shall I ever forget the solemn mystery of it ? The height of the trees and the thickness of (...)

Comment pourrai-je jamais oublier la mystérieuse solennité de ce lieu ? Les arbres, par leur taille et le diamètre de leur tronc, dépassaient tout ce que j’aurais pu imaginer, moi qui avais grandi à la ville : ils s’élançaient vers le ciel telles de magnifiques colonnes et, à une distance vertigineuse au-dessus de nos têtes, à une hauteur que nous pouvions à peine discerner, projetaient leurs […] branches vers le haut en des courbes gothiques qui s’unissaient pour ne plus former qu’un immense toit de verdure enchevêtrée, à travers lequel seuls quelques rares rayons dorés venus du ciel venaient tracer une fine ligne de lumière aveuglante dans l’obscurité majestueuse. Alors que nous marchions sans bruit, entourés par la douceur de l’épais tapis de végétation en décomposition, notre âme fut soudain inondée de ce silence qui nous submerge dans une abbaye au crépuscule, et même les intonations caverneuses du professeur Challenger n’étaient plus qu’un chuchotement50.

  • 51 « All the peace and soothing of quiet Nature lay in that dark curtain of vegetation, but away from (...)
  • 52 « For a fairyland it was – the most wonderful that the imagination of man could conceive. The thic (...)
  • 53 Il s’agit là des quatre temps que définit Mircea Eliade dans l’organisation de l’espace sacré. Voi (...)

38La dimension sacrée de la nature est implicite dans la métaphore architecturale. La nature est un temple, elle est l’espace sacré dans lequel l’homme moderne profane n’a pas sa place. Elle est aussi présentée comme une déesse bienfaisante qui protège ceux qui se réfugient en son sein. En effet, tout au long de cette traversée dans les ténèbres naturelles, les explorateurs entendent continuellement la menace des tamtams indigènes51. La seconde étape du parcours les voit s’engager dans un tunnel naturel. La nature sacrée se fait monde de lumière et de merveilles. Figure classique du mythe, le passage par l’obscurité mène à la lumière. Les personnages se dirigent dès lors vers un monde naturel originaire et édénique52. Le groupe est ensuite soumis à une épreuve qui vise à lui conférer une dimension exemplaire et à construire une opposition entre l’espace sacré et l’espace profane. Il leur faut en effet dans un premier temps trouver un passage pour accéder au plateau. Pour que l’aspect mythique joue à plein, il convient que les héros du récit deviennent des Héros et ils ne peuvent accéder à ce statut en empruntant le passage déjà utilisé par Maple White car il ne s’agirait plus que d’une répétition et non d’un acte unique et fondateur. Ils se singularisent donc en ouvrant une voie qui leur est propre. Pour cela, ils font au préalable le tour du plateau, construisant géographiquement un cercle qui définit l’espace homogène du monde sacré. La communication avec le monde sacré et originaire de la nature s’effectue grâce à un arbre, axis mundi, que l’on retrouve sur le plateau comme axe cosmique autour duquel s’organise le monde 53 lorsque Malone grimpe sur les plus hautes branches afin d’établir une carte du monde du plateau. Le fait que les explorateurs aient dès lors accédé à un monde mythique originaire est corroboré par un détail symbolique : ils pénètrent sur le plateau le septième jour, une fois qu’ils ont créé cet espace, qu’ils l’ont sacralisé.

39Le désir de retour vers les origines de la vie se retrouve dans « La Ceinture empoisonnée ». Comme dans Le Monde perdu, le monde mis en scène est un monde littéralement vidé de tout matérialisme, à ceci près que la méthode est plus radicale puisqu’elle implique la mort de tout être vivant. Il s’agit d’un retour nostalgique vers un temps originaire où le monde était pur. Ce paradis perdu, où l’infiniment petit est la seule forme de vie qui subsiste, fonde également le monde comme un espace originaire sacré, profané par l’homme moderne. Challenger affirme cette dimension sacrée de la nature lorsqu’il utilise la métaphore du jardinier pour décrire la force qui organise le monde. La nature est l’œuvre de Dieu, la surnature se révélant ainsi à l’homme.

  • 54 « […] our ears were assailed by the most horrible yell that ever yet was heard. Who is there of al (...)

40« Quand la terre hurla » dénonce l’attitude de la science par rapport à la nature et affirme que la nature est sacrée. Cette nouvelle relate l’expérience du professeur Challenger qui veut démontrer que la terre est un corps vivant. Il creuse un puits de forage extrêmement profond et enfonce un dernier foret lorsqu’il arrive aux entrailles de la terre. Dans cette nouvelle, l’homme soumet la planète à ses caprices scientifiques et il désacralise la nature en la sondant et en se livrant à des expériences profanatrices et sacrilèges. L’être vivant commet ici une transgression et le caractère fantasmatique du viol symbolique de la terra mater ajoute à cet aspect transgressif. Pourtant, ce récit introduit un élément nouveau puisque la terre réagit à l’acte sacrilège de l’être humain. Il s’opère alors une révélation et une expression de la surnature par l’intermédiaire de la nature. La terre pousse un cri d’indignation devant les outrages auxquels elle est soumise, manifestant ainsi sa colère avant d’éliminer tous les corps étrangers introduits dans ses entrailles puis de refermer la blessure54. Au cri d’une nature profanée correspond, de par le monde, l’expression d’une colère à laquelle elle donne voix par l’intermédiaire de tous les grands volcans de la planète. La nature se fait surnature et le texte se clôt sur cette manifestation naturelle et pourtant irrationnelle d’une nature sacrée qui exprime sa colère comme un dieu outragé.

  • 55 M. Eliade, op. cit., p. 84.
  • 56 « But what will not be forgotten, and what will and should continue, to obsess our imaginations, i (...)

41L’idée que la nature est la révélation pour l’homme de la force ordonnatrice qui dirige le monde est omniprésente dans les récits de fiction spéculative de Doyle. Elle est représentée comme un temps et un espace originaires vers lesquels la « soif du sacré et une nostalgie de l’être55 » poussent le groupe d’explorateurs du monde perdu. Elle est le théâtre de la vulnérabilité de l’être humain oubliant qu’il n’est qu’une particule infiniment petite dans la main du grand jardinier. Enfin, elle est l’incarnation naturelle de Dieu sur terre et la trace vivante du lien qui existe entre un paradis originaire perdu pour une société moderne et matérialiste, et un monde surnaturel dont la révélation est impossible à cause de ce même matérialisme scientifique. À la révélation d’une nature dont l’être humain ne sait plus lire les signes, Doyle ajoute la révélation spirite. Il y a, pour les adeptes du mouvement, prolongement de la révélation naturelle dans la révélation spirite et « La Ceinture empoisonnée » en est l’allégorie. Cette ceinture n’est pas composée d’éther par hasard, les esprits sont des êtres « éthériques ». Ce que le texte préfigure, c’est l’avènement de cette nouvelle révélation sur terre56.

L’exemple du « Gouffre Maracot »

42Dans ce récit, écrit par l’auteur juste avant sa mort, convergent et aboutissent les positions prégnantes dans la fiction spéculative doylienne. Ce texte est unique dans l’œuvre de Doyle car, s’il présente un voyage imaginaire vers un monde perdu, ce dernier est peuplé et organisé en une société de type moderne (à la grande différence du Monde perdu). Il se rattache donc, avant tout, aux origines que la fiction spéculative trouve dans l’utopie.

  • 57 Il s’agit de Girolamo Savonarola (14521498), réformateur religieux italien, excommunié, torturé et (...)
  • 58 Il s’agit du navire Challenger, dirigé par Sir Charles Wyville Thompson, qui sillonna les mers de (...)
  • 59 H. G. Wells écrit une nouvelle (« In The Abyss ») qui annonce Le Gouffre Maracot à bien des titres (...)

43Le professeur Maracot part faire des recherches océanographiques en Atlantique. L’image du scientifique totalement absorbé par sa quête est évoquée dès les comparaisons de Maracot avec Savonarola et Torquemada57. Cette passion et cette dévotion quasiment religieuse pour la science rappellent Challenger, d’autant plus que son expédition est entourée du même mystère que l’était celle de Challenger en Amazonie ou son forage dans « Quand la terre hurla ». La référence à Challenger est en outre explicitée par la mention de l’expédition du navire océanographique Challenger, dont le professeur tire son nom58. Maracot part à la découverte des grands fonds dans une boîte en métal 59 descendue par un câble du navire. Il est accompagné de Cyrus Headley, le narrateur, et de Scanlan, le mécanicien. Tous trois font une première pause par 1800 pieds de fond. Surgit alors un crustacé monstrueux qui coupe le câble les rattachant à la surface et les précipite au fond du gouffre sous-marin au bord duquel ils se trouvaient. Par huit mille mètres de fond, ils découvrent que la vie existe, non seulement la vie animale et végétale, mais également la vie humaine. Ils sont en effet sauvés d’une mort certaine par les habitants de la cité perdue de l’Atlantide.

  • 60 « L’utopie est moins la conjecture d’une société possible (Platon) que la représentation d’un mond (...)
  • 61 « The pillars and columns and vast sculptured cornices and friezes and staircases of this building (...)
  • 62 L’écran permettant d’établir un contact avec un espace-temps différent de celui des personnages se (...)

44Le voyage imaginaire dans un ailleurs exotique se double d’une « représentation d’un monde fictionnellement construit60 ». Comme dans les utopies, ce lieu existe, et n’existe pas. Il n’est que fiction, mais il est construit analogiquement et met en perspective un monde réel qu’il critique obliquement61. Le caractère utopique de ce récit apparaît dans la mise en abyme effectuée par l’intermédiaire de l’écran62, annonciateur du cinéma, sur lequel est projetée l’histoire du peuple de l’Atlantide. Les explorateurs voient revivre la cité de l’Atlantide à l’époque où elle était encore une île et ils assistent au spectacle de l’évolution d’une civilisation de l’âge d’or vers la décadence, c’est-à-dire que, du statut d’utopie, ce monde passe à celui de dystopie. Ils voient apparaître sur l’écran les différentes étapes d’un cycle qui part de l’âge d’or et de la prospérité, passe par la guerre et la lutte pour le pouvoir, puis par la décadence précédant la chute. Une poignée d’êtres humains survit pourtant à cette catastrophe et reconstruit une civilisation.

  • 63 Sur le parallèle qui a été établi entre l’Atlantide et la Crète minoenne et qui donne un fondement (...)
  • 64 Jacques Van Herp précise qu’entre 1895 et 1930, les récits de mondes ensevelis sont très nombreux. (...)
  • 65 Platon raconte la légende de l’Atlantide au début du Timée et dans le Critias.
  • 66 Parmi ces éléments, on peut citer la situation géographique supposée de l’Atlantide, la grande pla (...)
  • 67 « In an instant, coming from all quarters, thousands of these fish were on to him. In vain he thre (...)
  • 68 « I had a most unpleasant impression that it was my own coffin at which I was gazing, but, even so (...)
  • 69 « All I could see was a couple of greenish wisplike clouds, luminous in the centre and ragged at t (...)

45Cette chute fait écho à celle du groupe d’explorateurs au fond du gouffre, même si cette dernière est initiatique. Tout se passe comme si leur chute était une anticipation à petite échelle de celle qui, selon Doyle, menace une autre société décadente, la société britannique. Ils sont projetés dans un monde qui tient à la fois du passé, du présent et de l’avenir, et qui introduit une construction temporelle particulière, une sorte de nontemps qui correspondrait au non lieu de l’utopie. L’Antiquité est extraite des profondeurs du passé et introduite dans le présent, par l’intermédiaire des traces archéologiques qui les entourent, mais aussi par la rétroprojection de la chute de l’Atlantide à laquelle ils assistent. Les événements que décrit le texte se déroulent cependant dans le présent de la narration, un présent d’actualité puisque Sir Arthur Evans commence les fouilles de Cnossos à partir de 190063. Enfin, le spectacle passé de la chute de l’Atlantide est une anticipation du futur promis à la Grande-Bretagne décadente si elle ne cherche pas à se réformer moralement. Pourtant, la dimension utopique de ce récit est à nuancer : ce n’est pas la construction d’un monde autre qui est développée dans le texte. Il n’y a aucune progression vers un idéal meilleur et c’est une note pessimiste qui domine l’ensemble, comme s’il était déjà trop tard pour éviter la chute de l’Angleterre. La construction du monde sous-marin repose principalement sur un intertexte littéraire 64 et la part créative de Doyle est relativement peu importante. Maracot et Headley citent Platon à plusieurs reprises 65 et l’auteur reprend des éléments du Critias66. Vingt mille lieues sous les mers est également présent en toile de fond, en particulier dans l’épisode où les explorateurs découvrent les travailleurs sous-marins, ou bien lorsqu’ils sont attaqués par un poisson géant que Scalan, le Ned Land de l’équipe, tue d’une canne pointue rappelant le harpon du Canadien. Le texte présente d’ailleurs peu de descriptions du mode de fonctionnement politique ou économique de ce monde. Le lecteur découvre l’aspect technique de la survie au fond du gouffre, à savoir la façon dont les habitants se procurent l’eau douce, l’air et la nourriture. Nous sommes loin de la découverte de l’évolution telle que la décrivait Le Monde perdu ou même du retour de la vie mis en scène dans « La Ceinture empoisonnée ». Dans Le Gouffre Maracot, le monde de l’Atlantide est hermétiquement séparé de la nature qui l’entoure. Cette dernière représente d’ailleurs une menace constante pour la survie de l’homme et explique le nombre limité d’habitants dans la cité67. La civilisation découverte par Maracot est en quelque sorte figée dans un combat constant pour sa survie. Aucune expansion, aucune progression ou évolution ne sont évoquées. Le seul aspect de l’organisation de la cité mentionné concerne la morale, la religion et le culte. La note pessimiste est à nouveau omniprésente puisque le peuple élu pour la survie à l’apocalypse régresse vers des cultes païens comme celui de Baal et des pratiques barbares comme la mise à mort des enfants métis nés d’Atlantes et d’esclaves grecs. En revanche, le récit a une portée allégorique et morale, soit implicitement, comme dans le parcours initiatique des explorateurs, ou développée, comme dans la projection de la chute de l’Atlantide et dans l’épisode du Seigneur à la face noire. L’aspect initiatique de l’exploration des profondeurs de l’océan est quant à lui souligné dès le début du texte puisque Cyrus Headley compare leur cellule de survie à un cercueil68. Plonger dans l’océan signifie mourir au monde et retourner dans les profondeurs aquatiques originaires avant d’en ressortir, d’en ressusciter, purifié et initié à certains mystères. La descente des humains dans le gouffre est à ce titre comparable à une descente aux enfers tant la monstruosité des animaux rencontrés transforme la nature en surnature. Ainsi le crustacé géant qui les précipite au fond du gouffre participe du monde naturel, il ressemble même à certains crustacés connus. Cependant, par sa taille et par sa forme, il constitue une espèce inconnue de la science. De même, les explorateurs découvrent des êtres qui appartiennent à un autre règne, à l’image de ces formes luminescentes aux rayons fatals69. L’auteur introduit déjà l’idée qu’entre le monde de la nature et celui de la surnature, il existe des zones inconnues que l’on peut observer rationnellement avec des outils scientifiques. C’est précisément cet autre monde d’une nature différente que le groupe d’explorateurs peut étudier :

  • 70 « If we were dead to the world we had at least found a life beyond, which promised some compensati (...)

Si, pour le monde entier, nous étions morts, au moins avions-nous trouvé là-bas une autre vie, qui promettait de compenser ce que nous avions perdu70.

46Les scènes qui apparaissent sur l’écran révèlent l’évolution de l’Atlantide vers sa chute. Le parallèle avec cette autre île, la Grande-Bretagne, est évident. À la prospérité succèdent la guerre et une société de plus en plus matérialiste et étrangère à toute morale. Des réformateurs font alors leur apparition et tentent de sensibiliser la population à la nécessité d’une évolution morale, malgré le mépris et les railleries du peuple ou l’opposition de l’Eglise en place. Un réformateur se singularise par la suite. Il est détenteur d’un message apocalyptique qui lui a été communiqué par le monde des esprits. Ainsi prévenu de la chute imminente, il construit une arche sous-marine qui permet de survivre au fond de l’océan. L’allégorie est relativement transparente. Si l’Angleterre n’écoute pas le mouvement réformateur qu’est le spiritisme et ne se réforme pas moralement, elle est promise à la chute. Doyle est d’ailleurs convaincu de l’imminence de cette apocalypse (qui lui a été annoncée par Phénéas) et sans doute se projette-il dans le personnage christique de Warda. Le groupe d’explorateurs est chargé de faire connaître cette prophétie au monde de la surface.

47L’allégorie spirite réapparaît à la fin du texte lorsque Cyrus Headley reprend la parole pour raconter un épisode omis précédemment, celui du Seigneur à la face noire. Les explorateurs s’aventurent seuls dans la cité en ruine, afin d’explorer un temple de marbre noir qui les intrigue. Dans ce temple du Diable, ils découvrent un monde fascinant et repoussant, fait de beauté et d’horreur :

  • 71 « These decorations took the forms of statues and ornaments, carved with the highest perfection of (...)

Ces décorations consistaient en statues et ornements atteignant la perfection dans leur exécution, mais horribles et répugnants par leurs motifs. Tout ce que l’esprit humain le plus dépravé pouvait imaginer de cruauté sadique et de désir bestial se trouvait reproduit sur les murs. On devinait dans l’ombre des images monstrueuses et des visions abominables qui semblaient nous entourer de toutes parts. […] sur un grand trône de marbre rouge était assise une épouvantable divinité, la représentation même du mal, cruel, menaçant et impitoyable, sur le même modèle que le Baal que nous avions vu dans la colonie atlante, mais infiniment plus inquiétant et repoussant. On se sentait fasciné par l’extraordinaire énergie de cette terrible expression 71 […].

48Le combat entre le bien et le mal qui suit est déjà omniprésent dans les oppositions manichéennes entre évolution et décadence (en particulier la décadence associée au sexe et à la lubricité) et entre pureté de l’art et animalité, que ce soit celle des scènes représentées ou celle des animaux horribles qui les entourent. L’affrontement entre les forces des ténèbres et celles de la lumière a lieu dans l’Atlantide. Warda, esprit de bien, vient s’incarner en Maracot afin que ce dernier ait la force de vaincre le diable. Il va de soi que le bien est victorieux et le diable anéanti. Cet épisode a pour fonction de réactualiser la scène de la chute de l’Atlantide. Ce que le Seigneur à la face noire annonce, c’est une seconde apocalypse qui va rayer la cité perdue de la carte sous-marine. Or, cet événement permet de boucler la boucle, c’est-à-dire d’introduire l’idée qu’à l’âge d’or succèdent nécessairement la décadence et la chute. Toute l’intrigue fonctionne en réalité sur le principe du cycle. Les explorateurs sont, par exemple, initiés au futur par la révélation du passé car, comme le déclarait Challenger :

  • 72 « The old circle will swing round again. », ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 217.

Vous verrez que le temps fait un éternel retour sur lui-même72.

  • 73 Pensons aux découvertes de Sir Evans et à la découverte des ruines supposées de la ville de Troie. (...)

49De même, le thème antique introduit l’idée du cycle. Il convient en effet de combler la béance temporelle ouverte par les découvertes archéologiques de l’époque. Ces dernières introduisent une ouverture dans le temps, une sorte d’infiniment passé qui transforme des mythes et des fictions en événements potentiellement réels73. Platon, Homère semblent tout à coup passer du statut d’auteurs de fiction à celui d’historiens.

50L’inquiétant lié au retour du passé est comblé par l’idée de l’éternel retour du même. À la chute passée de l’Atlantide correspond celle que le Seigneur à la face noire veut mettre en œuvre dans le présent, ainsi que celle, imminente, de l’Angleterre. Comme Platon avant lui, Doyle mêle mythe et histoire :

  • 74 Luc Brisson, op. cit., p. 325.

Il veut modifier le comportement de ses concitoyens en leur donnant l’image de ce que devrait être leur cité, l’Athènes ancienne, et en leur représentant la catastrophe vers laquelle les mène leur mode de vie actuel, qui sur beaucoup de points s’apparente à celui que mène l’Atlantide74.

  • 75 ACD, Le Gouffre Maracot, op. cit., p. 112.

51Le cycle construit par ailleurs la dimension mythique du texte. Dieu châtie son peuple décadent, comme il l’a déjà fait pour Sodome et Gomorrhe75, auxquelles l’Atlantide est comparée, ou lors de l’épisode de l’arche de Noé qui est la référence biblique à laquelle renvoie l’arche de refuge que Warda construit pour sauver de la chute le groupe d’élus. Le mythe originaire qui raconte la fondation de la cité se répète lorsque le Seigneur à la face noire menace à nouveau les Atlantes. Ces derniers sont d’ailleurs un peuple décadent, à l’image de leurs ancêtres punis. La révélation spirite apportée à Warda avant la chute ne semble pas avoir transformé ce peuple :

  • 76 « […] we judged that they had probably degenerated, as was natural, and that at the most they had (...)

nous supposâmes que ce peuple était vraisemblablement décadent, ce qui était dans l’ordre des choses, et que, dans le meilleur des cas, ils avaient végété et s’étaient contentés de préserver une partie de la science et du savoir de leurs ancêtres sans avoir l’énergie de les améliorer76.

  • 77 « I cannot flatter myself that it was given entirely on our behalf, for I rather think that the ev (...)
  • 78 « […] a series of pictures to represent the rise and fall of his own people. I wish I could convey (...)

52La seule image positive du récit est celle des liens passés qui unissent Cyrus Headley à Mona. Collectivement, la civilisation atlante n’a que peu évolué. En revanche, certains de ses membres ont progressé. Le père de Mona s’est transformé, de réincarnation en réincarnation, en un sage, un être meilleur qui souhaite le bonheur de sa fille. L’intrigue amoureuse a également pour fonction de souligner le retour cyclique du même par la métempsycose. Pour finir, le mythe fondateur a valeur allégorique du fait de sa mise en scène. Toute la cité assiste à la projection de la chute de l’Atlantide de façon rituelle 77 et cette représentation rappelle la tragédie grecque par son aspect cathartique tant les spectateurs, et en abyme les lecteurs, revivent ces événements78.

53Du Monde perdu au Gouffre Maracot, nous passons de la représentation d’une nature humaine susceptible d’évoluer dans le monde naturel qui l’entoure, à l’image pessimiste d’une civilisation décadente qui ne tire aucune leçon des tragédies cycliques qui la secouent mais qui, au contraire, perpétue la même régression morale et sociale. Sur le plateau amazonien, l’homme en passe d’évoluer vainc l’homme-singe et soumet cette incarnation de l’animalité inhérente à l’homme. Dans le monde perdu sous les mers, le peuple est soumis et tremble sous la main de Baalseepa. Si ces deux récits présentent des mondes perdus, un abîme les sépare. Dans Le Monde perdu, l’homme, accompagné d’une certaine représentation de la science, combat un être issu d’une nature qu’il croit dominer. L’homme-singe lui renvoie son propre reflet sans ménagement aucun :

54(Voir illustration en page de gauche)

  • 79 Le Gouffre Maracot paraît en épisode dans le Strand en 1927 et 1928. Le dernier chapitre n’est pub (...)

55Avec Le Gouffre Maracot, en revanche, l’homme est déjà confronté à un monde de la surnature qui le dépasse et le domine. Le souci de légalité scientifique n’est plus de mise lorsqu’en 1929 Doyle ajoute au récit l’épisode du Seigneur à la face noire79. L’irrationnel surgit alors sans que la caution scientifique et rationnelle de l’expédition (le Professeur Maracot) s’en inquiète. Bien au contraire, la surnature est acceptée et relayée par le personnage, tout comme cela avait déjà été le cas avec Challenger dans Au Pays des brumes, montrant ainsi que la fiction est désormais subordonnée aux croyances dont Doyle s’est fait le porte-parole et la plume.

Notes

1 Wells établit une différence entre l’utopie et la fiction spéculative. L’utopie implique une distance par rapport au monde réel, tandis que la fiction spéculative se rapporte plus directement à notre monde : « ‘If only’— that is the Utopian key note. There is little prospect of any futuristic writings becoming permanent literature. We prophets write for our own time and pass almost before we are dead but some of the Utopias are among the most enduring gems in the literary treasure-house. They throw down no such self-destructive challenge as the futurist writer does, when he says, ‘This is the way things are going – and this is what is coming about.’ The Utopian says merely, ‘If only’, and escapes from time, death and judgment. » Cité par Patrick Parrinder, « Wells and the Æsthetics of Utopia », Caliban, « L’Esthétique de la science-fiction », n° XXII, Presses Universitaires de Toulouse Le Mirail, 1985.

2 Voir P. Nordon, op. cit., chapitre V et chapitre IX, J. Mc Cearney, op. cit., chapitre IX et J. Dickson Carr, The Life of Sir Arthur Conan Doyle, London, John Murray, 1959, chapitres XX et XXI.

3 J. Fabre, op. cit., p. 174.

4 Voir Pierre Nordon, op. cit., p. 167 à 169.

5 « We all have our own ways of praying. Mine is a complete acquiescence in whatever Fate may send me – a cheerful acquiescence. The highest religion and the highest science seem to unite on that. » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 228.

6 Cité par Yvonne Castellan, Le Spiritisme, Paris, PUF, 1954, p. 12.

7 Dans Au Pays des brumes, par exemple, les personnages soulignent systématiquement l’origine biblique de certaines manifestations des esprits. Ainsi, des phénomènes irrationnels et magiques tels l’imposition des mains (p. 146), le parlé en langue (p. 72) ou les phénomènes observés à la Pentecôte (p. 86) sont attribués aux esprits.

8 De son vrai nom : Alphonse Louis Constant, il est le pionier qui influenca les occultistes de la Belle Epoque. Parmi ces derniers, les plus connus restent Stanislas de Guaïta (18611897), Charles Barlet (Albert Faucheux, 18381921) et Papus (Dr Gérard Encausse, 18651916).

9 La théosophie est un mouvement « orientalisant » dont les fondateurs sont Helena Petrovna Blavatsky et le Colonel Olcott. Guénon, qui forgea l’expression y voit « un mélange confus de néoplatonisme, de gnosticisme, de kabbale judaïque, d’hermétisme et d’occultisme, le tout groupé autour de deux ou trois idées […] d’origine toute moderne et purement occidentale. », Encyclopedia Universalis, article « Esotérisme ». On peut également consulter les articles « occultisme », « Spiritisme », « Théosophie » et « Hermétisme ».

10 Doyle reprend toutes ces cautions scientifiques dans Au Pays des brumes.

11 P. Nordon, op. cit., p. 153.

12 Le spiritisme marque nettement les récits écrits par Doyle à partir de cette nouvelle écrite en 1913. Il est possible de lire Le Monde perdu comme une quête initiatique de l’autre monde (cf. : L. Guillaud, op. cit.). Une autre lecture consisterait à voir dans cette nouvelle une allégorie de la découverte du monde de l’altérité, de l’animalité et de l’inconscient. Il nous semble que, plus généralement, ce texte a une portée morale qui consiste à mettre en présence la science déifiée et la nature sous toutes ses formes à travers le personnage de Challenger.

13 « ‘You will conceive a bunch of grapes,’ said he, ‘which are covered with infinitesimal but noxious bacillus. The gardener passes it through a disinfecting medium. It may be that he desires his grapes to be cleaner. It may be that he needs space to breed some fresh bacillus less noxious than the last. He dips it into the poison and they are gone. Our gardener is, in my opinion, about to dip the solar system, and the human bacillus, the little mortal vibrio which twisted and wriggled upon the outer rind of the earth, will in an instant be sterilized out of existence.’ » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 200 & 201.

14 Voir à ce sujet P. Nordon, op. cit., p. 158.

15 Dès The Stark Munro Letters (18941895), Doyle écrivait : « Nature is the true revelation of the deity to man. The nearest green field is the inspired page from which you may read all that is needful for you to know. […] I confess that I have never been able to understand the position of the atheist. […] I cannot conceive that any man can continue to survey Nature and to deny that there are laws at work which display intelligence and power. », ACD, The Stark Munro Letters, London, Longmans and Green, 1895, p. 46.

16 « ‘Nature may build a beautiful door and hang it with many a gauzy and shimmering curtain to make an entrance to the new life for our wandering souls. In all my probings of the actual, I have always found wisdom and kindness at the core ; and if ever the frightened mortal needs tenderness, it is surely as he makes the passage perilous from life to life. No, Summerlee, I will have none of your materialism, for I, at least, am too great a thing to end in mere physical constituents, a packet of salts and three bucketfuls of water. Here – here’ – and he beat his great head with his huge, hairy fist – ‘there is something which uses matter, but is not of it – something which might destroy death, but which Death can never destroy.’ » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 205 & 206.

17 Pierre Nordon expose en détail les prises de position philosophiques et idéologiques de Doyle qui expliquent son attachement à l’évolution, au progrès spirituel et, sur un plan politique, à la démocratie ainsi qu’à l’impérialisme. P. Nordon, op. cit., chapitre IX.

18 « One instant of time had put aristocrat, waiter, tramp and dog upon one common footing of inert and dissolving protoplasm. » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 237.

19 « Even our little hill may presently prove to be a temporary island amid a sea of disaster. », ibid., p. 203. « It was as if we were bathers, up to our shoulders in water, who suddenly are submerged by a rolling wave. », ibid., p. 211. « Everything on earth that we loved had been washed away into the great, infinite, unknown ocean, and here were we marooned upon this desert island of a world, without companions, hopes or aspirations. », ibid., p. 231. « And yet here was the world resuscitated – here was life come back in an instant full tide to the planet. », ibid., p. 245.

20 « Death has been imminent upon us. […] That grim presence shadows our lives, but who can deny that in that shadow the sense of duty, the feeling of sobriety and responsibility, the appreciation of the gravity and of the objects of life, the earnest desire to develop and improve, have grown and become real with us to a degree that has leavened our whole society from end to end ? It is something beyond sects and dogmas. It is rather an alteration of perspective, a shifting of our sense of proportion, a vivid realization that we are insignificant and evanescent creatures, existing on sufferance and at the mercy of the first chill wind from the unknown. » Ibid., p. 243.

21 En plus de tous les détails biographiques, on peut souligner le fait que Doyle ait inséré une série de notes dans lesquelles il explique les phénomènes de clairvoyance décrits dans le chapitre II, les sources de l’épisode de la maison hantée du chapitre IX, les cercles du chapitre X et les sources du chapitre parisien (le chapitre XII). Ces notes ne sont pas simplement explicatives, il y avance également son opinion et ses critiques. Elles ajoutent donc au caractère engagé de la nouvelle.

22 « The great Professor Challenger has been – very improperly and imperfectly – used in fiction. À daring author placed him in impossible and romantic situations in order to see how he would react to them. He reacted to the extent of a libel action, an abortive appeal for suppression, a riot in Sloane Street, two personal assaults, and the loss of his position as lecturer upon physiology at the London School of Subtropical Hygiene. Otherwise, the matter passed more peacefully than might have been imagined. » ACD, Au Pays des brumes, op. cit., p. 45.

23 « The hall was crammed, and as one looked down one saw line after line of upturned faces, curiously alike in type, women predominating, but men running them close. That type was not distinguished nor intellectual, but it was undeniably healthy, honest, and sane. Some tradesfolk, male and female shop walkers, better class artisans, lower middleclass women worn with household cares, occasional young folk in search of a sensation […] », Ibid., p. 55.

24 « The two Bols overs had arrived, very hot and frowsy and genial. There is no such leveler of classes as Spiritualism, and the charwoman with psychic force is the superior of the millionaire who lacks it. » Ibid., p. 94.

25 Doyle développe ce thème dans « Comment la chose arriva » (1913).

26 « ‘At every stage this socalled progress may be a curse, and yet as long as we use the word we confuse it with real progress and imagine that we are doing that for which God sent us into the world’. ‘Which is ?’ ‘To prepare ourselves for the next phase of life. There is mental preparation and spiritual preparation, and we are neglecting both. To be in an old age better men and women, more unselfish, more broadminded, more genial and tolerant, that is what we are for. » ACD, Au Pays des brumes, op. cit., p. 77.

27 « The fines obtained were often deflected for purposes in which the police had a direct interest. » Ibid., p. 122.

28 « His place upon the staff had been taken by a young and drunken Jew, who had at once won his spurs by a series of humorous articles upon psychic matters, peppered with assurances that he approached the subject with a perfectly open and impartial mind. His final device of offering five thousand pounds if the spirits of the dead would place the three first horses in the coming derby, and his demonstration that ectoplasm was in truth the froth of bottle porter artfully concealed by the medium, are newspaper stunts, which are within the recollection of the reader. » ACD, Au Pays des brumes, op. cit., p. 223. Il faut souligner que dans les récits écrits après 1920, il n’est pas rare de trouver ce type de commentaire raciste. On peut citer pour exemple « Les Trois Pignons » et les allusions faites par Holmes à l’odeur dégagée par Steve Dixie qui est noir. Voir ACD, « Les Trois pignons », op. cit., p. 912 et 918.

29 ACD, Memories and Adventures, op. cit., p. 396.

30 Comme l’explique la note placée en appendice à la nouvelle, ce chapitre reprend des phénomènes qui se sont déroulés à l’Institut Métaphysique sous la direction du Dr Geley et sur lesquels on peut trouver des rapports de séance.

31 « The real controversy, which does matter very much, is with the continental school who study ectoplasm and other semimaterial manifestations, but who have not got the length of seeing independent spirit behind them. Richet, Schrenck-Notzing and other great investigators are still in this midway position, and Flammarion is little more advanced. Richet goes the length of admitting that he has assured himself by personal observation of the materialized form that it can walk and talk and leave moulds of his hands. So far he has gone. And yet even now he clings to the idea that these phenomena may be the externalization of some latent powers of the human body and mind » ACD, Memories and Adventures, op. cit., p. 405. Cet extrait reprend exactement ce que le chapitre XII critique et démontre. Richet y expose son point de vue, on y voit les savants français (entre autres le comte de Grammont et Flammarion) y observer des matérialisations. L’une d’entre elles laisse même un moule de sa main.

32 « The most dangerous condition for a man or a nation is when his intellectual side is more developped than his spiritual. » ACD, Au Pays des brumes, p. 226.

33 « Thus, when old Doctor Meldrum, with his well-known curly-brimmed opera hat, appeared upon the platform, there was such a universal query of « where did you get that tile ? » that he hurriedly removed it, and concealed it furtively under his chair. When gouty Professor Wadley limped down to his seat there were general affectionate inquiries from all parts of the hall as to the exact state of his poor toe, which caused him obvious embarassment. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 35.

34 « Professor Murray made several profound remarks to his white tie and to the water carafe upon the table, with a humorous, twinkling aside to the silver candlestick upon his right. » Ibid, p. 26

35 Ibid., p. 38.

36 Les réflexions de Challenger lorsque les explorateurs arrivent chez les Indiens et que ces derniers se prosternent tous à terre devant eux en sont l’illustration : « ‘They may be undevelopped types’, said he, stroking his beard and looking round at them, ‘but their deportment in the presence of their superiors might be a lesson to some of our more advanced Europeans. Strange how correct are the instincts of the natural man !’ » Ibid., p. 145.

37 « He hoped that he would not hurt the feelings of the gentleman in the red tie if he maintained that, whatever virtues that gentleman might possess in private life, still the vast processes of the universe were not fully justified if they were to end entirely in his production. Evolution was not a spent force, but one still working, and even greater achievements were in store. » Ibid, p. 37.

38 Par un phénomène d’inversion, les scènes auxquelles assistent les explorateurs du plateau préhistorique deviennent l’origine des épisodes décrits dans la Bible. Ce changement de perspective est fondamental et il montre quelle profondeur de champ les théories darwiniennes ont ouvert à l’homme : « […] they would, from now onward, be a servile race under the eyes of their masters. It was a rude, raw, primeval version of the Jews in Babylon or the Israelites in Egypt. At night we could hear from amid the trees the long-drawn cry, as some primitive Ezekiel mourned for fallen greatness and recalled the departed glories of Ape Town. » Ibid., p. 152

39 « And now, my readers, if ever I have any, I have brought you up the broad river, and through the screen of rushes, and down the green tunnel, and up the long slope of palm trees, and through the bamboo brake, and across the plain of tree ferns. At last our destination lay in full sight of us. » Ibid., p. 70.

40 « It was surely well for man that he came late in the order of creation. There were powers abroad in earlier days which no courage and no mechanism of his could have met. What could his sling, his throwing stick, or his arrow avail him against such forces as have been loose tonight ? » Ibid., p. 102.

41 Voir à ce sujet le parallèle fait par Lauric Guillaud entre le parcours initiatique de Malone et celui d’Axel dans Voyage au centre de la terre, L. Guillaud, op. cit., p. 141 à 148.

42 Poursuivi par un monstre préhistorique, il se croit perdu lorsque le sol se dérobe tout à coup sous ses pieds et qu’il tombe dans une fosse creusée par la main de l’homme pour tuer ces animaux démesurés : « I remembered that Challenger had declared that man could not exist upon the plateau, since with his feeble weapons he could not hold his own against the monsters who roamed over it. But now it was clear enough how it could be done. In their narrow-mouthed caves the natives, whoever they might be, had refuges into which the huge saurians could not penetrate, while with their developed brains they were capable of setting such traps, covered with branches, across the paths which marked the run of the animals as would destroy them in spite of all their strength and activity. Man was always the master. » ACD, Le Monde Perdu, op. cit., p. 122 & 123.

43 « We have been privileged […] to be present at one of the typical decisive battles of history – the battles which have determined the fate of the world. […] Now upon this plateau the future must ever be for man. » Ibid., p. 149.

44 On peut voir ici l’illustration de ce que Doyle écrivait déjà dans The Stark Munro Letters : « It seems to me, then, that Nature, still working on the lines of evolution, strengthens the race in two ways. The one is by improving those who are morally strong, which is done by increased knowledge and broadening religious views ; the other, and hardly less important, is by the killing off and extinction of those who are morally weak. This is accomplished by drink and immorality. These are really two of the most important forces which work for the ultimate perfection of the race. I picture them as two great invisible hands hovering over the garden of life and plucking up the weeds. », ACD, The Stark Munro Letters, op. cit., p. 100 & 101.

45 Voir Mircea Eliade, Le Sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1965, p. 159.

46 « There are strange red depths in the soul of the most commonplace man. I am tenderhearted by nature, and have found my eyes moist many a time by the scream of a wounded hare. Yet the blood lust was on me now. I found myself on my feet emptying one magazine, then the other, clicking open the breech to reload, snapping it to again, while cheering and yelling with pure ferocity and joy of slaughter as I did so. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 135.

47 « […] and then, looking back, [we] took one last long survey of that strange land, soon I fear to be vulgarized, the prey of hunter and prospector, but to each of us a dreamland of glamor and romance, a land where we had dared much, suffered much, and learned much – our land […]. » Ibid., p. 163.

48 « Sometimes I think that it is only the monstrous conceit of mankind which makes him think that all this stage was erected for him to strut upon. […] man may have been a mere accident, a byproduct evolved in the process. It is as if the scum upon the surface of the ocean imagined that the ocean was created in order to produce and sustain it, or a mouse in a cathedral thought that the building was its own proper ordained residence. » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 224.

49 « The nations heaped up fresh loads of sin, and sin must ever be atoned for. Russia became a cesspool. Germany was unrepentant of her terrible materialism which had been the prime cause of the war. Spain and Italy were sunk in alternate atheism and superstition. France had no religious ideal. Britain was confused and distracted, full of wooden sects which had nothing of life in them. America had abused her glorious opportunities and, instead of being a loving younger brother to a stricken Europe, she held up all economic reconstruction by her money claims ; she dishonored the signature of her own president, and she refused to join that League of Peace, which was the one hope of the future. » ACD, Au Pays des brumes, op. cit., p. 61 & 62.

50 « How shall I ever forget the solemn mystery of it ? The height of the trees and the thickness of the boles exceeded anything which I in my townbred life could have imagined, shooting upward in magnificent columns until, at an enormous distance above our heads, we could dimly discern the spot where they threw out their […] branches into Gothic upward curves which coalesced to form one great matted roof of verdure, through which only an occasional golden ray of sunshine shot downward to trace a thin dazzling line of light amidst the majestic obscurity. As we walked noiselessly amid the thick, soft carpet of decaying vegetation the hush fell upon our souls which comes upon us in the twilight of the abbay, and even Professor Challenger’s fullchested notes sank into a whisper. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 62.

51 « All the peace and soothing of quiet Nature lay in that dark curtain of vegetation, but away from behind there came ever the one message from our fellowman. ‘We will kill you if we can’, said the men in the east. ‘We will kill you if we can’, said the men in the north. » Ibid., p. 63.

52 « For a fairyland it was – the most wonderful that the imagination of man could conceive. The thick vegetation met overhead, interlacing into a natural pergola, and through this tunnel of verdure in a golden twilight flowed the green, pellucid river, beautiful in itself, but marvellous from the strange tints thrown by the vivid light from above filtered and tempered in its fall. Clear as crystal, motionless as a sheet of glass, green as the edge of an iceberg, it stratched in front of us under its leafy archway, every stroke of our paddles sending a thousand ripples across its shining surface. It was a fitting avenue to a land of wonder. » Ibid., p. 65.

53 Il s’agit là des quatre temps que définit Mircea Eliade dans l’organisation de l’espace sacré. Voir M. Eliade, op. cit., p. 38.

54 « […] our ears were assailed by the most horrible yell that ever yet was heard. Who is there of all the hundreds who have attempted it who has ever yet described adequately that terrible cry ? It was a howl in which pain, anger, menace, and the outraged majesty of Nature all blended into one hideous shriek. For a full minute it lasted, a thousand sirens in one, paralyzing the great multitude with its fierce insistence, and floating away through the still summer air until it went echoing along the whole south coast and even reached our French neighbors across the Channel. No sound in history has ever equaled the cry of the injured earth. », ACD, « Quand la terre hurla », op. cit., p. 25 & 26.

55 M. Eliade, op. cit., p. 84.

56 « But what will not be forgotten, and what will and should continue, to obsess our imaginations, is this revelation of the possibilities of the universe, this destruction of our ignorant self-complacency, and this demonstration of how narrow is the path of our material existence, and what abysses may lie upon either side of it » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 250.

57 Il s’agit de Girolamo Savonarola (14521498), réformateur religieux italien, excommunié, torturé et pendu et de Tomás Torquemada (14201498), inquisiteur général espagnol. Maracot présente donc la particularité d’être à la fois comparé au martyr et au bourreau, à un personnage qui cherche à faire évoluer des doctrines rigides et à un autre qui les maintient par la force et la terreur.

58 Il s’agit du navire Challenger, dirigé par Sir Charles Wyville Thompson, qui sillonna les mers de 1872 à 1876 et qui effectua, entre autres, les sondages les plus profonds de l’époque, atteignant 8000 mètres près de la fosse des Mariannes en mer des Philippines.

59 H. G. Wells écrit une nouvelle (« In The Abyss ») qui annonce Le Gouffre Maracot à bien des titres puisqu’un explorateur descend explorer les fonds marins dans une bulle et découvre un peuple des abîmes. À la différence du texte de Doyle, le personnage de Wells fera un second voyage dont il ne reviendra jamais. H. G. Wells, « In the Abyss », Pearson’s Magazine, August 1896.

60 « L’utopie est moins la conjecture d’une société possible (Platon) que la représentation d’un monde fictionnellement construit. » R. Bozzetto, op. cit., p. 28.

61 « The pillars and columns and vast sculptured cornices and friezes and staircases of this building exceeded anything which I have ever seen upon earth. Its nearest approach seemed to me to be the remains of the Temple of Karnac at Luxor in Egypt, and, strange to say, the decorations and halfeffaced engravings resembled in detail those of the great ruin beside the Nile, and the lotuss haped capitals of the columns were the same. » ACD, Le Gouffre Maracot, op. cit., p. 66 & 67.

62 L’écran permettant d’établir un contact avec un espace-temps différent de celui des personnages se rencontre dans d’autres textes de fiction spéculative. On pense ici à « Un Drame interastral » de Charles Cros ou « Les Trois yeux » de Maurice Leblanc.

63 Sur le parallèle qui a été établi entre l’Atlantide et la Crète minoenne et qui donne un fondement réel au mythe, voir l’introduction de Luc Brisson, Platon, Timée/Critias, Paris, Flammarion, 1992, p. 314 à 319.

64 Jacques Van Herp précise qu’entre 1895 et 1930, les récits de mondes ensevelis sont très nombreux. On peut entre autres citer : L’Atlantis d’André Laurie (1895), Les Pacifiques, de Han Ryner (1914), L’Atlantide de Pierre Benoît (1919), Le Réveil d’Atlantide (1923) de Paul Féval fils et H. J. Magag, La Mer des Sargasses (1923) de Challier et Lesbros, La Fin d’Atlantis de Jean Carrère (1926), Les Survivants de l’Atlantide (1929), La Cuve aux monstres (1930), L’Archipel des demi-dieux (1931), de Ch. Magué et Soleil enseveli (1929), de Noëlle Roger.

65 Platon raconte la légende de l’Atlantide au début du Timée et dans le Critias.

66 Parmi ces éléments, on peut citer la situation géographique supposée de l’Atlantide, la grande plaine qui s’étend sur l’île, la source égyptienne du récit, les guerres entre Athènes et l’Atlantide, ainsi que la datation supposée de l’événement dans le cas où il existerait une fondation au mythe. À ce sujet, voir l’introduction de Luc Brisson, Platon, Timée/Critias, op. cit., pages 315 à 321.

67 « In an instant, coming from all quarters, thousands of these fish were on to him. In vain he threw himself down and struggled ; in vain his horrified companions beat them away with their picks and shovels. The lower part of him, beneath his bell, dissolved before our eyes amid the cloud of vibrant life which surrounded him. One instant we saw a man. The next there was a red mass with white protruding bones. A minute later the bones only were left below the waist and half a clean-picked skeleton was lying at the bottom of the sea. », ACD, Le Gouffre Maracot, op. cit., p. 99.

68 « I had a most unpleasant impression that it was my own coffin at which I was gazing, but, even so, I had to admit that it was a very adequate mausoleum. » Ibid., p. 20.

69 « All I could see was a couple of greenish wisplike clouds, luminous in the centre and ragged at the edges, which were drifting rather than moving in our direction. […] We only gathered from the word ‘Praxa’, repeated in various tones of horror, that this was the name of the creature. The only person who derived great joy from the incident was Professor Maracot, who could hardly be restrained from sallying out with a small net and a glass vase. ‘À new order of life, partly organic, partly gaseous, but clearly intelligent,’ was his general comment. » ACD, Le Gouffre Maracot, p. 94 & 95. Ces formes lumineuses rappellent en outre deux récits de Rosny aîné, dans lesquels apparaît un autre règne : « Les Xipéhuz » (1887) et « Un Autre monde » (1895).

70 « If we were dead to the world we had at least found a life beyond, which promised some compensation for what we had lost. » Ibid., p. 54.

71 « These decorations took the forms of statues and ornaments, carved with the highest perfection of art, but horrible and revolting in their subjects. All that the most depraved human mind could conceive of Sadic cruelty and bestial lust was reproduced upon the walls. Through the shadows monstrous images and horrible imaginings loomed round us on every side. […] on a high throne of red marble, there was seated a dreadful deity, the very impersonation of evil, savage, scowling and relentless, modelled upon the same lines as the Baal whom we had seen in the Atlantean colony, but infinitely stranger and more repulsive. There was a fascination in the wonderful vigour of that terrible countenance […]. » Ibid., p. 114.

72 « The old circle will swing round again. », ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 217.

73 Pensons aux découvertes de Sir Evans et à la découverte des ruines supposées de la ville de Troie. « It is a remarkable proof […] of the reliability of legend. There is always a basis of fact even if in the course of the years it should become distorted. », ACD, Le Gouffre Maracot, op cit., p. 59. Dans « Nymphée », Rosny aîné fait aussi dire à son narrateur : « Une fois de plus, ne vérifiionsnous pas que les légendes ont constamment une origine de vérité ? » Rosny aîné, « Nymphée », op. cit, p. 203.

74 Luc Brisson, op. cit., p. 325.

75 ACD, Le Gouffre Maracot, op. cit., p. 112.

76 « […] we judged that they had probably degenerated, as was natural, and that at the most they had been stagnant and only preserved some of the science and knowledge of their ancestors without having the energy to add to it. » Ibid., p. 56.

77 « I cannot flatter myself that it was given entirely on our behalf, for I rather think that the events were publicly rehearsed from time to time in order to carry on the record, and that the part to which we were admitted was only some intermezzo of a long religious ceremony. » Ibid., p. 68 & 69.

78 « […] a series of pictures to represent the rise and fall of his own people. I wish I could convey to you their vividness and drama. My two companions and I lost all sense of time and place, so absorbed were we in the contemplation, while the audience was moved to its depths and groaned or wept as the tragedy unfolded, which depicted the ruin of their fatherland, the destruction of their race. » Ibid., p. 69.

79 Le Gouffre Maracot paraît en épisode dans le Strand en 1927 et 1928. Le dernier chapitre n’est publié qu’en 1929, toujours dans le Strand.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable