Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conan Doyle

 | 
Hélène Machinal

III. La fiction spéculative

Le personnage du scientifique : « Challenger, George Edward1 »

Texte intégral

  • 1 Le professeur est présenté ainsi : « Here is a summary of his record. I give it to you briefly : ‘ (...)

1Comme Sherlock Holmes, le professeur Challenger est sans conteste une très grande création de Doyle. De même que l’auteur a su ménager dans le personnage de Holmes des zones d’ombres qui lui confèrent sa profondeur, le personnage de Challenger comporte une dimension grotesque qui pourrait paraître étrange chez un personnage incarnant par ailleurs l’homme de science par excellence. Challenger est présenté comme le digne successeur des plus grands noms de l’époque. Son autorité scientifique établie dès le second chapitre par l’allusion à Weismann, il se déclare également dans la lignée des deux plus éminents naturalistes anglais, Alfred Russel Wallace (1823-1913) et Henry Walter Bates (1825-1892). Il est le reflet vivant de l’image du scientifique au tournant du siècle, avec tout ce que cela implique comme idées reçues à l’époque. L’homme de science – comme le détective – est une sorte de mage qui peut déchiffrer les hommes grâce à son savoir :

  • 2 « ‘Round headed,’ he muttered. ‘Brachycephalic, gray eyed, black haired, with suggestion of the ne (...)

‘Une tête ronde, marmonna-t-il. Brachycéphale, les yeux gris, les cheveux noirs, un rien négroïde. Celtique, je suppose2 ?’

2Ce savoir encyclopédique du savant lui permet aussi de déchiffrer le monde dans lequel ils vivent. Pour un savant tel que Challenger, les progrès de la science passent avant toute chose. Comme il le rappelle à Malone lorsque celui-ci regarde avec nostalgie l’horizon au-delà duquel se trouve le monde quotidien, elle tire inlassablement l’homme vers l’avant :

  • 3 « ‘This way, my young friend,’ said he ; ‘vestigia nulla retrorsum. Never look rearward, but alway (...)

– Dans cette direction, mon jeune ami, me ditil. Vestigia nulla retrorsum : ne regardons jamais en arrière, mais toujours vers notre noble objectif3.

3Challenger montrant la route à suivre au jeune Malone est une image révélatrice du rôle de prophète que le scientifique joue dans Le Monde perdu, « La Ceinture empoisonnée » et « Quand la terre hurla ». Cette image participe de la représentation de la science à l’époque : le scientifique est le porte-parole d’une science toute-puissante et déifiée. De fait, l’assemblée réunie pour assister à l’expérience de Challenger dans

4« Quand la terre hurla » se met à applaudir le scientifique alors qu’elle s’est fait copieusement insulter par ce dernier et qu’elle a été témoin d’une expérience traumatisante. Pourtant, force lui est de reconnaître la vérité de ce que la science avait prédit.

  • 4 « Every great discoverer has been met with the same incredulity – the sure brand of a generation o (...)

5Symboliquement, le personnage de Challenger se distingue par sa voix : il n’émet pas des sons ordinaires, il tonne. Il tient tête à des amphithéâtres déchaînés et n’hésite pas à se comparer à un martyr de la science4. Il touche à la dimension prophétique dans « La Ceinture empoisonnée » lorsqu’il annonce la fin du monde. Il explique qu’il en est arrivé à cette conclusion par déduction, inférence et anticipation. C’est donc avant tout une démarche scientifique qui est à l’origine de sa prédiction. Toutefois, le personnage garde son aura de prophète :

  • 5 « We were all struck solemn and waited in silence for Challenger to continue. His overpowering pre (...)

Nous fûmes tous comme frappés par la foudre, et attendîmes en silence que Challenger poursuivît. La puissance de sa présence et de son allure conférait une telle force à la solennité de ses paroles que, pendant un moment, toutes les manières de rustre et les aberrations de cet homme furent oubliées, et nous voyions se dresser devant nous un homme plein de grandeur, bien supérieur au commun des mortels5.

  • 6 ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 9 et p. 34.

6Cette facette du scientifique égal de Dieu est nuancée par une dimension humaine et terrestre. Il est tout d’abord subtilement diminué par la comparaison avec des personnages de fiction : Munchausen, Cagliostro et Sir John Mandeville6 sont des personnages qui appartiennent à l’imaginaire du monde des livres. Il y aurait déjà ici un clin d’œil de l’auteur au lecteur qui souligne que Challenger n’est qu’une marionnette fictive. La dimension terrestre se retrouve dans le bestiaire auquel Malone fait appel pour décrire le professeur. Au cours des deux premiers chapitres dans lesquels il apparaît, il est comparé à un taureau, à une énorme grenouille-taureau, à un buffle en colère et à un bulldog. Cette animalité de Challenger l’associe déjà aux origines de l’homme. Or le professeur est en outre associé au taureau assyrien par le narrateur, et cette image évoque le Minotaure. Moitié homme, moitié animal, la seconde facette du professeur est bien l’animalité brute, et il symbolise la dualité humaine.

7Comme le montre l’illustration ci-dessous, c’est au cours de la rencontre avec les hommes-singes que ce thème prend toute sa mesure. En effet, ces derniers voient en Challenger un être supérieur, le double de leur chef :

  • 7 « A single day seemed to have changed him from the highest product of modern civilization to the m (...)

On aurait dit qu’une journée avait suffi à le transformer, lui, la fine fleur de la civilisation moderne, en le dernier des sauvages d’Amérique du Sud. À ses côtés se tenait son maître, le roi des hommes-singes. Comme l’avait décrit Lord John, il ressemblait trait pour trait à notre professeur, sauf pour la couleur dominante qui était rouge au lieu de noire : la même silhouette trapue, les mêmes épaules massives, la même façon de se tenir penché en avant avec les bras ballants, la même barbe hérissée venant se confondre avec les poils du torse7.

  • 8 Voir Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, Coll. Tel, 1978, p. 317.

8L’un des hommes de science les plus éminents du xxe siècle, le successeur d’un penseur aussi brillant que Darwin, se retrouve donc dans une position très ironique où il incarne les théories du maître : l’animal est à l’origine de l’homme. Le professeur est ainsi investi de toute une dimension comique qui touche au grotesque. Parmi les situations comiques, l’épisode de la tique reprend cette opposition entre l’attitude et le discours scientifiques (détachés du matériel) et l’attitude de l’être humain (attaché au corps). Doyle dramatise ce que Bakhtine appelle « l’abîme incommensurable entre le verbe et le corps8 ». Malone se réveille avec une tique accrochée à la jambe. À son cri de dégoût, le professeur réagit de la façon suivante :

  • 9 « ‘You should cultivate the scientific eye and the detached scientific mind,’ said he. ‘To a man o (...)

– Vous devriez essayer de voir davantage les choses comme un homme de science et cultiver le recul de l’esprit scientifique, me dit-il. Aux yeux d’un homme doté d’un tempérament philosophe comme moi-même, la tique, avec sa trompe en forme de lancette et son ventre distendu, constitue une œuvre de la nature aussi admirable qu’un paon ou bien, même, qu’une aurore boréale. Je suis navré de vous entendre la mentionner d’une manière aussi ingrate. Sans doute, si nous faisons […] diligence, pourrons-nous nous en procurer un autre spécimen.
– Cela ne fait aucun doute, intervint Summerlee le plus sérieusement du monde, car je viens d’en voir une disparaître dans le col de votre chemise.
Challenger sauta en l’air en mugissant comme un taureau, et se mit à tirer frénétiquement sur sa veste et sa chemise dans le but de les enlever. Summerlee et moi riions tellement que nous avions du mal à lui venir en aide9.

  • 10 La dimension grotesque de Challenger rattache le personnage au topos du savant fou : « Le savant f (...)

9Plus généralement, le comique associé au professeur passe par le corps 10 et revient systématiquement dans les descriptions du personnage, qu’il s’agisse de ses doigts qui ressemblent à des saucisses ou de ses joues rebondies comme deux pommes bien rouges. C’est par cette emphase sur le corps que se révèle l’art de la vignette chez Doyle :

  • 11 « Challenger thrust out his aggressive chin until he was all beard and hat rim. » ACD, Le Monde pe (...)

Challenger avança le menton d’un air agressif, jusqu’à ce qu’on ne vît plus de lui que sa barbe et le bord de son chapeau11.

10Cette insistance sur le corps qui se transforme et qui est en mouvement participe du grotesque. Challenger est un être dont le corps est démesuré. Malone décrit sa tête de la façon suivante :

  • 12 « His head was enormous, the largest I have ever seen upon a human being. I am sure that his top h (...)

Il avait une tête énorme, la plus grosse que j’aie jamais vue chez un être humain. Je suis persuadé que son haut de forme, si j’avais osé le coiffer, aurait recouvert ma tête tout entière pour venir reposer sur mes épaules12.

  • 13 En ce sens le scientifique est par ailleurs le vecteur de la dynamique textuelle puisque c’est lui (...)

11Le siège de son intelligence hors du commun est ainsi décrit comme une excroissance monstrueuse et inhumaine, symbole de l’inversion entre le haut et le bas qui est caractéristique du grotesque. Ce corps démesuré se répand, se transforme et contamine à la fois ceux qui l’entourent et le monde extérieur13 :

  • 14 « We did a Catherine wheel together down the passage. Somehow we gathered up a chair upon our way, (...)

Nous parcourûmes tout le corridor, emmêlés dans une figure acrobatique sophistiquée. J’ignore comment, mais nous ramassâmes une chaise au passage et, avec elle, continuâmes à avancer par bonds en direction de la rue. J’avais des poils de sa barbe plein la bouche, nous nous immobilisions mutuellement les bras, nos deux corps étaient étroitement enlacés, et les pieds de cette chaise infernale tournaient comme autant de rayons tout autour de notre centre14.

  • 15 M. Bakthine, op. cit., p. 315.

12La dimension comique tourne donc au grotesque lorsque l’auteur crée des « voisinages imprévus15 » où la nature primitive et le savoir scientifique sont mis en contact :

  • 16 « I may say that he seemed to possess an extraordinary fascination for the Indian women, and that (...)

Je pourrais dire qu’il semblait exercer une irrésistible fascination sur les femmes indiennes, et qu’il avait toujours à la main une grande branche de palmier en forme d’éventail avec laquelle il les chassait comme si elles eussent été des mouches, lorsque leurs attentions devenaient trop pressantes. L’image de cet homme avançant comme un sultan d’opérette, avec à la main le symbole de son autorité et devant lui sa barbe noire en bataille, avec les orteils pointés en avant à chaque pas, et dans son sillage un cortège de jeunes filles indiennes aux yeux écarquillés, drapées dans leurs minces tissus d’écorce tressée, voilà l’un des souvenirs les plus grotesques de tous ceux que je remporterai avec moi16.

13Le trône sur lequel la déesse Science était assise depuis le début du texte devient ici le trône de carton-pâte des opéras comiques, piédestal dérisoire et éphémère. Le grotesque resurgit dans « La Machine à désintégrer » lorsque Theodore Nemor désintègre Challenger puis le reconstitue en omettant certains détails :

  • 17 « An instant later Challenger was seated upon the chair once more. But what a Challenger !What a s (...)

Quelques instants plus tard, Challenger était de nouveau assis sur la chaise. Mais quel Challenger ! Un lion que l’on aurait tondu ! Bien que furieux du tour qu’on lui avait joué, j’eus du mal à me retenir de hurler de rire. Son énorme tête était aussi chauve que celle d’un bébé, et son menton aussi lisse que celui d’une fillette. Privé de sa magnifique crinière, le bas de son visage s’avérait doté de larges maxillaires et d’une drôle de forme arrondie, et il avait l’allure générale d’un vieux gladiateur, usé par les combats et ventripotent, avec les mâchoires d’un bulldog au-dessus d’un menton épais17.

14Si la science toute-puissante est la référence à l’aune de laquelle on mesure toute chose, Doyle rappelle par le grotesque que le corps matériel est aussi un instrument qui permet de jauger le monde. La visée didactique est ici double. L’auteur cherche à remettre en cause une science qui s’isole sur un piédestal inaccessible. Il fait voisiner les hautes sphères du savoir avec la nature. Cette nature est une richesse que la science doit préserver. Devant elle, le scientifique n’est plus qu’un enfant :

  • 18 « The two professors were in silent ectasy. In their excitement they had unconsciously seized each (...)

Les deux professeurs étaient muets de ravissement. Dans leur émotion, ils s’étaient sans s’en rendre compte donné la main, et restaient debout, immobiles comme deux enfants en présence d’une chose merveilleuse18 […].

15De plus, l’auteur dénonce le matérialisme associé au progrès scientifique, et la dimension grotesque de Challenger sert en fait à montrer qu’un équilibre est nécessaire, car, comme disait Rabelais, « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Ne tendre que vers le matériel fait aboutir au danger que met en scène une nouvelle comme « La Machine à désintégrer ». N’avoir que la science pour idéal n’apporte pas de solution à une situation comme celle présentée dans « La Ceinture empoisonnée ».

Notes

1 Le professeur est présenté ainsi : « Here is a summary of his record. I give it to you briefly : ‘Challenger, George Edward. Born : Largs, N. B., 1863. Educ. : Largs Academy ; Edinburgh University. British Museum Assistant, 1892. Assistant Keeper of the Comparative Anthropology Department, 1893. Resigned after acrimonious correspondence same year. Winner of Crayston Medal for Zoological Research […] », ACD, Le Monde Perdu, op. cit., p. 9 & 10.

2 « ‘Round headed,’ he muttered. ‘Brachycephalic, gray eyed, black haired, with suggestion of the negroid. Celtic, I presume ?’ » Ibid., p. 23.

3 « ‘This way, my young friend,’ said he ; ‘vestigia nulla retrorsum. Never look rearward, but always to our glorious goal.’ » Ibid., p. 82.

4 « Every great discoverer has been met with the same incredulity – the sure brand of a generation of fools. When great facts are laid before you, you have not the intuition, the imagination which would help you to understand them. You can only throw mud at the men who have risked their lives to open new fields to science. You persecute the prophets ! Galileo, Darwin and I —. » Ibid., p. 40.

5 « We were all struck solemn and waited in silence for Challenger to continue. His overpowering presence and appearance lent such force to the solemnity of his words that for a moment all the crudities and absurdities of the man vanished, and he loomed before us as something majestic and beyond the range of ordinary humanity. » ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 200.

6 ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 9 et p. 34.

7 « A single day seemed to have changed him from the highest product of modern civilization to the most desperate savage in South America. Beside him stood his master, the king of the apemen. In all things he was, as Lord John had said, the very image of our Professor, save that his coloring was red instead of black. The same short, broad figure, the same heavy shoulders, the same forward hang of the arms, the same bristling beard merging itself in the hairy chest. » Ibid., p. 134.

8 Voir Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, Coll. Tel, 1978, p. 317.

9 « ‘You should cultivate the scientific eye and the detached scientific mind,’ said he. ‘To a man of philosophic temperament like myself the blood tick, with its lancet like proboscis and its distending stomach, is as beautiful a work of Nature as the peacock or, for that matter, the aurora borealis. It pains me to hear you speak of it in so unappreciative a fashion. No doubt, with […] diligence, we can secure some other specimen.’
‘There can be no doubt of that,’ said Summerlee, grimly, ‘for one has just disappeared behind your shirt collar’.
Challenger sprang into the air bellowing like a bull, and tore frantically at his coat and shirt to get them off. Summerlee and I laughed so that we could hardly help him. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 90.

10 La dimension grotesque de Challenger rattache le personnage au topos du savant fou : « Le savant fou se reconnaît encore à des tics et désordres physiques. », Pierre Laszlo, « Le savant fou chez Jules Verne », De la science en littérature à la science-fiction, sous la direction de Danielle Jacquart, Paris, Editions du CTHS, 1996.

11 « Challenger thrust out his aggressive chin until he was all beard and hat rim. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 64.

12 « His head was enormous, the largest I have ever seen upon a human being. I am sure that his top hat, had I ever ventured to don it, would have slipped over me entirely and rested on my shoulders. » Ibid., p. 16.

13 En ce sens le scientifique est par ailleurs le vecteur de la dynamique textuelle puisque c’est lui qui entraîne les protagonistes dans l’aventure.

14 « We did a Catherine wheel together down the passage. Somehow we gathered up a chair upon our way, and bounded on with it toward the street. My mouth was full of his beard, our arms were locked, our bodies intertwined, and that infernal chair radiated its legs all around us. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 18 & 19.

15 M. Bakthine, op. cit., p. 315.

16 « I may say that he seemed to possess an extraordinary fascination for the Indian women, and that he always carried a large spreading palm branch with which he beat them off as if they were flies, when their attentions became too pressing. To see him walking like a comic opera sultan, with this badge of authority in his hand, his black beard bristling in front of him, his toes pointing at each step, and a train of wideeyed Indian girls behind him, clad in their slender drapery of bark cloth, is one of the most grotesque of all the pictures which I will carry back with me. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p 157.

17 « An instant later Challenger was seated upon the chair once more. But what a Challenger !What a shorn lion ! Furious as I was at the trick that had been played upon him I could hardly keep from roaring with laughter. His huge head was as bald as a baby’s and his chin was as smooth as a girl’s. Bereft of his glorious mane the lower part of his face was heavily jowled and ham-shaped, while his whole appearance was that of an old fighting gladiator, battered and bulging, with the jaws of a bulldog over a massive chin. » ACD, « La Machine à désintégrer », When the World Screamed and Other Stories, San Francisco, Chronicle Books, 1990, p. 39.

18 « The two professors were in silent ectasy. In their excitement they had unconsciously seized each other by the hand, and stood like two children in the presence of a marvel […]. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 94.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540