Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conan Doyle

 | 
Hélène Machinal

III. La fiction spéculative

La question de la narration

Texte intégral

  • 1 H. G. Wells décrivait ses récits comme des « scientific romances ». Cependant, l’équilibre entre l (...)
  • 2 La découverte du tombeau de Toutankhamon par H. Carter en 1922 n’est certes pas étrangère à la vei (...)

1Les deux personnages présents dans tous les récits du cycle Challenger sont le professeur et Edward Malone, journaliste de son état et narrateur dans trois récits, Le Monde perdu, « La Ceinture empoisonnée » et « La Machine à désintégrer » (dans Le Pays des brumes et « Quand la terre hurla », il n’est que personnage). C’est Le Monde perdu qui eut le plus de succès, et il faut voir là le fruit d’une narration élaborée de façon à entraîner le lecteur dans un romanesque scientifique1 en osmose avec un contexte de découvertes archéologiques2 qui fait surgir des espaces exotiques nourrissant l’imaginaire. En tant que narrateur, Malone joue plusieurs rôles dans ce récit : il sert de lien permanent entre le monde quotidien et l’ailleurs exotique, il représente le lecteur qui s’identifie à lui et enfin, en tant que narrateur de l’aventure, il entraîne le lecteur dans une véritable aventure narrative.

Le fil de la narration

2Avant même que le lecteur ait franchi le seuil du premier chapitre, il a sous les yeux huit illustrations accompagnées de quelques mots écrits de la main du professeur qui accentuent l’effet de réel. Il peut également lire en exergue :

  • 3 « Mr E. D. Malone desires to state that both the injunction for restraint and the libel action hav (...)

Monsieur E. D. Malone tient à préciser que l’interdiction de publier ainsi que les poursuites pour diffamation ont toutes deux été levées sans réserve par le professeur G. E. Challenger qui, s’étant assuré que ce livre ne contient ni critique ni commentaire destiné à blesser, garantit qu’il n’en entravera ni la publication ni la circulation3.

3Outre le fait qu’elle présente les deux personnages que Doyle garde tout au long des récits mettant en scène Challenger, cet exergue produit un effet de réel touchant déjà la narration. Si le lecteur a ce récit sous les yeux, c’est qu’il a fallu lutter pour convaincre un certain professeur Challenger (dont la plume reflète un caractère particulier) du bienfondé de sa publication. L’exergue sert de plus à piquer la curiosité d’un lecteur qui se demande nécessairement ce que peut contenir le texte pour susciter des actions légales aussi radicales.

4Malone, le narrateur, joue tout d’abord un rôle particulier du fait de sa profession. Journaliste, il part avec l’expédition en tant que représentant de la presse et chroniqueur chargé de noter et de rapporter les événements auxquels il participe :

  • 4 « I am the reporter of the Daily Gazette. I claim to be an absolutely unprejudiced witness. »

Je suis le reporter de la Daily Gazette. J’affirme que je suis un témoin complètement impartial4.

5Telle est la déclaration d’Edward Malone lorsqu’il se lève pour se porter candidat au départ. Ainsi, il va assurer le seul contact existant entre le groupe qui part à l’aventure et le monde quotidien qu’il quitte, grâce aux lettres formant des chapitres qu’il envoie à partir de la fin du chapitre six à son rédacteur, M. McArdle :

  • 5 « And now, my patient readers, I can address you directly no longer. From now onward (if, indeed, (...)

Et maintenant, infatigables lecteurs, je ne peux plus m’adresser directement à vous. A l’avenir (si, de fait, il advenait qu’une partie de la suite de ce récit vous parvienne), ce ne sera que par l’intermédiaire du journal que je représente. Je laisse aux mains du rédacteur en chef l’exposé des événements qui ont abouti à l’une des plus extraordinaires expéditions de tous les temps afin que, si je ne devais pas revenir en Angleterre, on puisse retrouver comment cette histoire a débuté. Au moment où j’écris ces lignes, je me trouve dans le salon du paquebot le Francisca, et c’est le bateau-pilote qui les remportera pour les confier à monsieur McArdle5.

6Jusqu’à ce point, l’histoire se déroulait dans un temps continu et ininterrompu. À partir de ce chapitre, le déroulement temporel devient chaotique. Les personnages ont le sentiment d’être dans un espace-temps n’ayant rien à voir avec la civilisation du xxe siècle :

  • 6 « His honest black face, and the immense view before us, which carried us halfway back to the affl (...)

L’expression honnête de sa face noire, et l’immensité de la vue sous nos yeux, qui nous permettait de voir, jusqu’à l’affluent de l’Amazone, la moitié du chemin que nous avions parcouru, venaient nous rappeler que nous étions bien sur terre et au vingtième siècle, et que nous n’avions pas été transportés par magie sur quelque planète encore vierge, dans son état le plus originel et le plus sauvage. Comme il était difficile de croire que cette ligne violette au loin sur l’horizon était toute proche de ce grand fleuve sur lequel d’énormes bateaux à vapeur avançaient et où les gens discutaient des menues préoccupations de l’existence, pendant que nous, échoués au milieu des créatures d’une époque révolue, nous ne pouvions que la contempler et nous languir de tout ce qu’elle représentait6.

7De plus, Malone souligne systématiquement la fragilité du lien narratif qui le rattache à la civilisation :

  • 7 « This account I am transmitting down the river by canoe, and it may be our last word to those who (...)

Ce récit, je vous le communique par l’intermédiaire d’une pirogue qui descend la rivière, et il constitue peut-être nos dernières paroles à ceux qu’intéresse notre sort7.

8Enfin, le monde de la civilisation n’est plus évoqué que par contraste avec le monde de l’aventure :

  • 8 « It was a sight which I shall never forget until my dying day – so weird, so impossible, that I d (...)

Ce spectacle, je me le rappellerai jusqu’à la fin de mes jours – si étrange, si invraisemblable, que je ne sais comment je dois procéder pour vous permettre de vous le représenter ou comment, d’ici quelques années, je me forcerai à y croire s’il m’est donné encore d’aller m’asseoir dans un salon de mon club et de contempler par la fenêtre l’indestructible monotonie des quais de la Tamise. Je sais que, à ce moment-là, tout cela ne me semblera qu’un cauchemar débridé, un délire provoqué par la fièvre8.

9Ces deux mondes ne peuvent coexister que dans la pensée du narrateur qui les évoque. Ils ne peuvent se côtoyer que par ce contact narratif entre une expédition, entraînant les explorateurs dans un monde de la fiction et de l’imaginaire, et une civilisation peu éloignée géographiquement mais qui leur semble à des années-lumière.

Récit d’aventure et aventure de la narration

  • 9 Cette formule narrative rappelle bien sûr le roman feuilleton dans lequel l’auteur place une amorc (...)

10Malone ne se contente pas de raconter l’aventure. C’est en effet dans une aventure de la narration que le narrateur entraîne le lecteur. A partir du moment où Malone écrit son récit lettre par lettre, la tension dramatique va croissant et le lecteur est tenu en haleine de chapitre en chapitre9. Pour cela, le narrateur a recours à différents effets. Il utilise par exemple les effets d’annonce, comme au début du chapitre IX, chapitre charnière qui marque le véritable début de l’aventure :

  • 10 « A dreadful thing has happened to us. Who could have foreseen it ? I cannot foresee any end to ou (...)

Il nous est arrivé une chose terrible. Qui aurait pu l’imaginer ? Pour ma part, j’imagine que nos ennuis seront sans fin. Peut-être sommes-nous condamnés à passer toute notre vie dans cet endroit étrange, inaccessible. Tout est encore tellement confus dans mon esprit que j’ai du mal à réfléchir posément aux réalités du présent, ou aux aléas du futur. Pour ma raison ébranlée, le premier semble tout ce qu’il y a de plus effroyable, et le second sans la moindre lueur d’espoir. […] Permettez-moi de vous narrer, avec toute la précision dont je serai capable, comment les événements se sont enchaînés pour nous conduire à cette catastrophe10.

11Cet effet d’annonce est en outre renforcé par les têtes de chapitres qui reprennent généralement l’une des phrases-clés de la narration. Ce même chapitre IX a par exemple pour entête « Qui aurait pu l’imaginer ? ».

12Malone ne ménage pas non plus les effets dramatiques. C’est le cas à la fin du dernier chapitre se déroulant en Angleterre quand il propose au lecteur un arrêt sur image, sorte de dernier cliché pris des personnages avant qu’ils ne se lancent dans les hasards de l’aventure :

  • 11 « Let me draw one last picture before I close the notebook – a picture which is the last memory of (...)

Permettez-moi d’esquisser une toute dernière image avant de fermer ce carnet – une image qui constitue le dernier souvenir que j’emporte avec moi de mon cher vieux pays. C’est la fin du printemps, par une matinée de brouillard humide ; il tombe une fine pluie froide. Trois silhouettes dans leur ciré brillant de pluie marchent le long du quai en direction de la passerelle du grand paquebot sur lequel flotte le drapeau britannique11.

13Enfin, les lettres de Malone courent littéralement des risques et partent à l’aventure vers la rédaction de McArdle sans que l’on sache ce qui peut leur arriver entre l’Amazonie et leur destination finale. Ainsi Malone ne manque-t-il pas de terminer l’une de ses lettres-chapitres en rappelant ces hasards aventureux auxquels la narration est soumise :

  • 12 « Tomorrow (or today, rather, for it is already dawn as I write) we shall make our first venture i (...)

Demain (ou plutôt aujourd’hui, car le jour se lève déjà alors que j’écris ces lignes), nous nous aventurerons pour la première fois dans cette région inconnue. Quand serai-je à nouveau en mesure d’écrire ? Me sera-t-il vraiment possible de le faire ? Je l’ignore. Pour l’instant, je vois que les Indiens sont toujours à leur poste, et je suis sûr que le fidèle Zambo sera là d’une minute à l’autre pour prendre ma lettre. Je ne puis qu’espérer qu’elle parviendra à son destinataire12.

14Cette aventure de la narration produit en outre un effet de réel puisque le lecteur a l’illusion que le texte qu’il a entre les mains a vécu une aventure, et cet effet était d’autant plus marqué lorsque le texte parut en feuilletons. Cette technique permet par ailleurs de conférer une valeur à la narration : le lecteur a l’illusion d’en avoir l’exclusivité et d’être privilégié en l’ayant sous les yeux. La narration est donc un instrument permettant la manipulation du lecteur. Ce dernier est entraîné dans l’aventure par la narration mais aussi par certaines techniques qui mettent en cause le narrateur en tant que personnage.

Narrateur et manipulation du lecteur

15Les six premiers chapitres du récit se déroulent à Londres et nous sommes en droit de nous demander pourquoi l’auteur a choisi de placer tant de chapitres avant le véritable début de l’aventure, c’est-à-dire le départ : ces chapitres servent à mettre en place l’identification du lecteur à Edward Malone et cette dernière n’est possible qu’une fois que le narrateur accepte les thèses de Challenger.

16Le narrateur prend donc tout d’abord le parti de la majorité qui ne croit pas au récit de Challenger. Le professeur raconte qu’il est allé en Amazonie et y a découvert un plateau habité par des animaux préhistoriques. Le chapitre IV est un exposé des preuves que le professeur a rapportées et qui vont lui servir à convaincre le narrateur. Il s’agit en premier lieu d’un carnet de croquis ayant appartenu à Maple White, cet Américain qui fut le premier explorateur du plateau. A son retour du plateau, White trouve refuge dans une tribu. Challenger est en possession de ces dessins car l’arrivée du professeur dans cette même tribu coïncide avec la mort de White. Malone attribue le dessin d’un stégosaure que contient ce carnet à l’opium, au délire, puis à l’alcool. Challenger lui montre alors un os qui n’appartient pas à une espèce connue des zoologues. Le narrateur n’étant pas compétent pour en juger, il se contente de se déclarer intéressé. Challenger sort ensuite des photographies représentant le même endroit que le dessin de l’Américain. Ces clichés ne sont pas nets car ils ont été endommagés lors du retour en bateau. Sur l’un d’entre eux, on peut voir un énorme oiseau. Le professeur produit une partie d’aile, seul vestige de l’oiseau qu’il avait capturé et qui a été perdu au cours du même incident en bateau. Texte et dessin anatomique à l’appui, il ne peut s’agir que d’un ptérodactyle. Malone se déclare dès lors convaincu :

  • 13 « A wave of amazement passed over me as I looked. I was convinced. There could be no getting away (...)

Je sentis la stupeur m’envahir pendant que j’examinais l’objet. Il m’avait convaincu. Les faits étaient là. On ne pouvait lutter contre cette accumulation de preuves. Le croquis, les photographies, le récit, et maintenant l’oiseau lui-même – la démonstration était sans appel13.

17A peine le narrateur est-il convaincu que toutes ses certitudes s’effondrent une à une : Malone se retrouve dans la même position que Challenger et il essaie de convaincre son collègue Tarp Henry de l’authenticité des dires du professeur. C’est maintenant Tarp Henry qui tient le rôle du rationaliste ayant une explication naturelle pour chacune des preuves avancées par le reporter. En outre, la narration fait subtilement appel à la fiction pour légitimer le réel :

  • 14 « My dear chap, things don’t happen like that in real life. People don’t stumble upon enormous dis (...)

Mon cher ami, cela ne se passe pas ainsi dans la réalité. Les gens ne font pas par hasard des découvertes prodigieuses, avant d’égarer leurs preuves. C’est bon pour les romanciers14.

18Aussi la curiosité du lecteur est-elle de nouveau aiguillonnée et le doute entretenu. Cette volonté rationnelle conduit à la constitution du groupe d’explorateurs qui vont partir mettre à l’épreuve les dires de Challenger. Le doute est savamment entretenu. Le lecteur lit deux chapitres supplémentaires au cours desquels il se rapproche des portes de l’inconnu. Ces deux chapitres remettent en cause la véracité des affirmations de Challenger et permettent un brusque changement de perspective. De fait, dès que les personnages se retrouvent enfermés sur le plateau, le lecteur bascule soudainement avec eux dans un autre monde qu’il n’est plus question de contester.

  • 15 Lauric Guillaud développe cet aspect dans sa thèse ainsi que dans L’Aventure mystérieuse, op. cit.(...)

19Le Monde perdu comporte également toute une dimension initiatique15. Or, l’initiation concerne avant tout le narrateur. C’est lui qui dès le premier chapitre part à la recherche d’une quête qui lui vaudrait l’amour de sa dame :

  • 16 « And, after all, this opening chapter will seem to the reader to have nothing to do with the narr (...)

Après tout, le lecteur aura l’impression que ce chapitre sur lequel s’ouvre le livre n’a rien à voir avec la narration ; et pourtant il n’y aurait pas eu de narration sans lui, car c’est seulement lorsqu’un homme se lance dans le monde avec l’idée que les actes d’héroïsme abondent autour de lui, et avec, dans le cœur, le désir vivace de poursuivre le premier qui se présentera, qu’il rompt comme moi avec la vie qu’il a toujours connue pour se risquer dans cette région crépusculaire, pleine de prodiges et de mystères, où l’on trouve les grandes aventures et les nobles récompenses16.

20Le narrateur est le porte-parole du microcosme que représente le groupe des explorateurs, et c’est à lui que s’identifie le lecteur qui participe ainsi à l’initiation. Le parcours initiatique passe par l’aventure proprement dite et par l’aventure narrative. C’est sur cette note que le narrateur conclut :

  • 17 « And so, in humble and thankful mood, I close this account. Our eyes have seen great wonders and (...)

Et c’est ainsi que, avec humilité et gratitude, je clos ce récit. Nous avons vu de nos propres yeux des prodiges extraordinaires et notre esprit a perdu de son arrogance au contact de ce que nous avons enduré. A sa façon, chacun de nous est devenu meilleur, moins superficiel17.

  • 18 Il convient également de signaler que Le Gouffre Maracot est construit sur une formule identique à (...)

21Doyle reprend la formule narrative du Monde perdu dans « La Ceinture empoisonnée ». Nous y retrouvons les effets d’annonce en début de nouvelle ainsi que le même type de situation puisque les personnages sont les témoins isolés de la fin du monde. Sentant sans doute que Malone, une fois initié, ne peut plus avoir la même fraîcheur face à Challenger, Doyle essaie ensuite d’introduire un autre narrateur dans « Quand la terre hurla », tout en gardant Malone comme personnage. Ces deux nouvelles n’ont cependant pas la richesse que l’aventure narrative confère au Monde perd18, récit qui conjugue à la perfection science et imagination. Tout en préservant des fondements rationnels qui sont réaffirmés tout au long du texte, il entraîne le lecteur dans un monde merveilleusement autre et fascinant, démontrant ainsi que :

  • 19 La traductrice a choisi de traduire l’épineux terme de « romance » par imaginaire.
  • 20 « Apparently, the age of romance was not dead, and there was common ground upon which the wildest (...)

Il semblait que l’âge de l’imaginaire19 ne fût point mort, et qu’il y eût un terrain d’entente sur lequel pussent se rencontrer les idées les plus extravagantes du romancier et les investigations bien réelles de l’homme en quête de vérité20.

Notes

1 H. G. Wells décrivait ses récits comme des « scientific romances ». Cependant, l’équilibre entre l’aspect scientifique et la dynamique narrative introduite par Malone est propre à Doyle.

2 La découverte du tombeau de Toutankhamon par H. Carter en 1922 n’est certes pas étrangère à la veine égyptienne qui se développe dans la littérature anglaise de l’époque. On rencontre des archéologues dans « L’Anneau de Thot », « De nouvelles catacombes », « Lot 249 » et « Le Collier du prêtre ».

3 « Mr E. D. Malone desires to state that both the injunction for restraint and the libel action have been withdrawn unreservedly by Professor G. E Challenger, who, being satisfied that no criticism or comment in this book is meant in an offensive spirit, has guaranteed that he will place no impediment to its publication and circulation. », ACD, Le Monde perdu, op. cit.

4 « I am the reporter of the Daily Gazette. I claim to be an absolutely unprejudiced witness. »

5 « And now, my patient readers, I can address you directly no longer. From now onward (if, indeed, any continuation of this narrative should ever reach you) it can only be through the paper which I represent. In the hands of the editor I leave this account of the events which have led up to one of the most remarkable expeditions of all times, so that if I never return to England there shall be some record as to how the affair came about. I am writing these last lines in the saloon of the Booth liner Francisca, and they will go back by the pilot to the keeping of M. McArdle. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 50.

6 « His honest black face, and the immense view before us, which carried us halfway back to the affluent of the Amazon, helped us to remember that we really were upon this earth in the twentieth century, and had not by some magic been conveyed to some raw planet in its earliest and wildest stage. How difficult it was to realize that the violet line upon the far horizon was well advanced to that great river upon which huge steamers ran, and folks talked of the small affairs of life, while we, marooned among the creatures of a bygone age, could but gaze toward it and yearn for all that it meant. » Ibid., p. 99.

7 « This account I am transmitting down the river by canoe, and it may be our last word to those who are interested in our fate. » Ibid., p. 59.

8 « It was a sight which I shall never forget until my dying day – so weird, so impossible, that I do not know how I am to make you realize it, or how in a few years I shall bring myself to believe in it if I live to sit once more on a lounge in the Savage Club and look out on the drab solidity of the Embankment. I know that it will seem then to be some wild nightmare, some delirium of fever. » Ibid., pp. 133 & 134. Dans le même ordre d’idées, on peut lire « A few of the palms still survive, and many tree ferns, but the Amazonian trees have been all left behind. It was pleasant to see the convolvulus, the passionflower, and the begonia, all reminding me of home, here among these inhospitable rocks. There was a red begonia just the same color as one that is kept in a pot in the window of a certain villa in Streatham – but I am drifting into private reminiscence. »

9 Cette formule narrative rappelle bien sûr le roman feuilleton dans lequel l’auteur place une amorce à la fin de chaque chapitre afin de tenir le lecteur en haleine jusqu’à la parution du chapitre suivant une semaine plus tard.

10 « A dreadful thing has happened to us. Who could have foreseen it ? I cannot foresee any end to our troubles. It may be that we are condemned to spend our whole lives in this strange, inaccessible place. I am still so confused that I can hardly think clearly of the facts of the present or of the chances of the future. To my astounded senses the one seems most terrible and the other as black as night. […] Let me give you, with as much detail as I can, the sequence of events which has led us to this catastrophe. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 71.

11 « Let me draw one last picture before I close the notebook – a picture which is the last memory of the old country which I bear away with me. It is a wet, foggy morning in the late spring ; a thin, cold rain is falling. Three shining mackintoshed figures are walking down the quay, making for the gangplank of the great liner from which the blue peter is flying. » Ibid. p. 50.

12 « Tomorrow (or today, rather, for it is already dawn as I write) we shall make our first venture into this strange land. When I shall be able to write again – or if I ever shall write again – I know not. Meanwhile, I can see that the Indians are still in their place, and I am sure that the faithful Zambo will be here presently to get my letter. I only trust that it will come to hand. » Ibid., p. 88.

13 « A wave of amazement passed over me as I looked. I was convinced. There could be no getting away from it. The cumulative proof was overwhelming. The sketch, the photographs, the narrative, and now the actual specimen – the evidence was complete. » Ibid., p. 30.

14 « My dear chap, things don’t happen like that in real life. People don’t stumble upon enormous discoveries and then lose their evidence. Leave that to the novelists. ». Tarp Henry démonte ensuite les arguments de Malone un à un : « ‘The fellow is as full of tricks as the monkey house at the Zoo. It’s all bosh.’ ‘But the American poet ? ‘He never existed’ ‘I saw his sketchbook’ ‘Challenger’s sketchbook.’ ‘You think he drew that animal ? ‘Of course he did. Who else ? ‘Well, then, the photographs ? ‘There was nothing in the photographs. By your admission you only saw a bird.’ ‘A pterodactyl.’ ‘That’s what he says. He put the pterodactyl into your head.’ ‘Well, then, the bones ? ‘First one out of an Irish stew. Second one vamped up for the occasion. If you are clever and know your business you can fake a bone as easily as you can a photograph.’ I began to feel uneasy. Perhaps I had been premature in my acquiescence. » Ibid., p. 34 & 35.

15 Lauric Guillaud développe cet aspect dans sa thèse ainsi que dans L’Aventure mystérieuse, op. cit., p. 141 à 148.

16 « And, after all, this opening chapter will seem to the reader to have nothing to do with the narrative ; and yet there would have been no narrative without it, for it is only when a man goes out into the world with the thought that there are heroisms all around him, and the desire all alive in his heart to follow any which may come within sight of him, that he breaks away as I did from the life he knows, and ventures forth into the wonderful mystic twilight land where lie the great adventures and the great rewards. » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 7.

17 « And so, in humble and thankful mood, I close this account. Our eyes have seen great wonders and our souls are chastened by what we have endured. Each is in his own way a better and deeper man. »

18 Il convient également de signaler que Le Gouffre Maracot est construit sur une formule identique à celle du Monde perdu. Doyle a cherché à élaborer une structure encore plus complexe, ce qui a pour conséquence une perte de rythme par rapport au Monde perdu. En effet, nous avons tout d’abord une lettre d’un personnage nommé Cyrus Headley, puis un message de détresse du bateau sur lequel se trouvait l’équipe de chercheurs. L’extrait du journal de bord de l’Arabella Knowles raconte ensuite comment la narration de Cyrus Headley fut découverte avant que le lecteur puisse lire cette dernière. Ces différentes étapes sont introduites par l’éditeur du texte complet. On retrouve la même lourdeur à la fin du récit lorsque l’éditeur reprend la parole pour introduire Mr Key Osborne qui raconte comment les personnages ont été sauvés avant que Cyrus Headley ne reprenne une troisième fois la narration à son compte pour raconter un dernier épisode.

19 La traductrice a choisi de traduire l’épineux terme de « romance » par imaginaire.

20 « Apparently, the age of romance was not dead, and there was common ground upon which the wildest imaginings of the novelist could meet the actual investigations of the searcher for truth. » ACD, Le Monde Perdu, op. cit., p. 167.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable