Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conan Doyle

 | 
Hélène Machinal

III. La fiction spéculative

Du fantastique à la fiction spéculative

Texte intégral

  • 1 Ce terme, ainsi que celui de « récit de monde perdu », est utilisé par Lauric Guillaud, L’Aventure (...)

1Le Monde perdu, publié en 1912, marque sans doute la transition du fantastique vers la fiction spéculative. Avec ce récit, Doyle s’engage dans la voie du « lostrace tale1 ». Les récits écrits entre 1912 et sa mort (1930) sont principalement ceux qui mettent en scène le professeur Challenger, la seconde grande création de l’auteur après Sherlock Holmes. Ajoutons que sa dernière œuvre de fiction, Le Gouffre Maracot (19271928), marque un retour au thème du monde perdu, retour annoncé dès le sous-titre donné à ce texte : « or the Lost World Under the Sea ». De 1912 à 1928, du plateau jurassique à l’Atlantide, les autres mondes jalonnent donc la fin du parcours littéraire de l’auteur.

  • 2 Illustrant avant l’heure l’expression de Jean Fabre qui dit que, dans la fiction spéculative, « l (...)

2Doyle est l’un des artisans d’un genre qui voit le jour avec des auteurs comme Jules Verne, Rosny aîné puis H. G. Wells. Ces pères fondateurs de la science-fiction sont les pionniers qui posent les premières pierres du genre2. En conséquence, des récits tels que Le Gouffre Maracot, « L’Horreur des altitudes » ou « Quand la terre hurla » et « La Machine à désintégrer » présentent chacun des caractéristiques qui les rattachent parfois à des traditions littéraires plus anciennes, telle l’utopie, mais aussi au genre nouveau de l’anticipation. En outre, la frontière entre le fantastique et ce nouveau genre, qui se définit au fur et à mesure que les auteurs écrivent, n’est pas toujours bien nette.

3Commençons par souligner qu’il existe des points communs entre les deux genres. En effet, la première condition nécessaire à l’irruption du fantastique est la mise en place d’un cadre qui corresponde à la légalité quotidienne. Or, un certain nombre de marqueurs permettent au lecteur de déterminer que Le Monde perdu se déroule dans une Grande-Bretagne contemporaine de l’auteur, telle la mention de Sir Richard Francis Burton (18211890), qui voyagea et traduisit les Mille et une nuits ou celle de Sir Henry Morton Stanley (1841-1904) le grand explorateur. Des marqueurs temporels, qui permettent de situer l’action dans l’actualité de la parution du récit, sont également présents dans le second chapitre. Ce dernier présente le professeur Challenger en fournissant au lecteur ses date et lieu de naissance :

Challenger, George, Edward. né : Largs, N. B, 1863.

4Une fois le lieu et le temps actualisés, le second chapitre a également pour fonction de souligner une « légalité scientifique ». L’une des clés du nouveau genre consiste en effet à fonder la fiction sur une base scientifique avérée et si possible d’actualité. Dans ce chapitre, il est fait mention de la querelle qui oppose Challenger à Weismann au sujet de l’évolution. Il s’agit d’Auguste Weismann (18341914), le biologiste allemand qui réfuta l’héritage de caractères acquis d’une génération à l’autre et fit partie de l’école néodarwiniste (on parle aussi de Weismannisme). La querelle, récente puisque Malone s’en sert pour aborder le professeur, ancre donc le texte dans une actualité scientifique tout à fait contemporaine de la publication du texte. La légalité scientifique devient quotidienne.

5Vingt mille lieues sous les mers, roman commencé en 1866, même s’il ne fut finalement rédigé dans sa version définitive qu’en 1868 et 1869, débute ainsi :

  • 3 Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, Paris, coll. Le livre de poche, (1869), 1989, p. 1

L’année 1866 fut marquée par un événement bizarre, un phénomène inexpliqué et inexplicable que personne n’a sans doute oublié3.

6Comme Doyle, Verne situe son action dans un passé récent. « La Ceinture empoisonnée » reprend ce principe :

  • 4 « It is imperative that now at once, while these stupendous events are still clear in my mind, I (...)

Il faut absolument que maintenant, immédiatement, alors que ces événements extraordinaires sont encore gravés dans ma mémoire, je les consigne par écrit avec toute cette précision dans le détail qui pourrait s’estomper avec le temps. Mais, au moment même où j’accomplis cette tâche, je me trouve abasourdi devant ce prodige : que ce soit à notre petit groupe du “Monde Perdu”, à savoir les professeurs Challenger et Summerlee, Lord John Roxton, et moimême, qu’il ait été donné de vivre cette expérience hallucinante.
Il y a quelques années, à l’époque où j’écrivais chaque jour pour la Daily Gazette le récit de notre expédition historique en Amérique du Sud, j’étais loin de penser qu’il m’incomberait un jour de raconter une expérience personnelle encore plus étrange […]. Je vais exposer les événements qui l’ont provoquée aussi brièvement et clairement que possible, bien que je sois tout à fait conscient que plus le récit sera complet, plus le lecteur l’appréciera, car la curiosité du public a toujours été, et reste, insatiable.
Nous étions le vendredi 27 août – une date à jamais inoubliable dans l’histoire du monde4

7L’action s’est déroulée dans un passé très proche puisque le narrateur se soucie de garder cette fraîcheur de la mémoire. Par ailleurs, la référence directe au Monde perdu actualise le récit en l’inscrivant dans le sillage d’une période diégétique déjà repérée. Enfin, comme chez Jules Verne, l’effet de réel joue à plein lorsque le narrateur ne juge pas utile de donner l’année de l’événement tellement celle-ci doit être évidente pour le lecteur. L’auteur instrumentalise son lecteur en mettant en place une mémoire collective fictive, mais donnée comme réelle, qui sert à actualiser l’action.

8Le cadre de la légalité quotidienne mis en place, l’inadmissible peut surgir. De fait, dans les récits qui nous intéressent, nous sommes bien confrontés à la découverte d’un phénomène qui va à l’encontre des lois de la raison. « Jouer avec le feu » met en scène l’irruption d’un animal surnaturel et légendaire. Le Monde perdu raconte la découverte d’un plateau jurassique qui remet en question l’évolution du monde dans le temps et les mutations des êtres vivants. « La Ceinture empoisonnée » propose un scénario apocalyptique résultant d’une mutation des composantes de l’atmosphère. « Quand la terre hurla » affirme que la terre est un corps vivant. « La Machine à désintégrer » présente la découverte d’un procédé qui permet de désintégrer puis de réunifier le corps humain. Le Pays des brumes démontre que les morts peuvent communiquer avec les vivants. Le Gouffre Maracot retrace une odyssée à plusieurs milliers de kilomètres sous les eaux, et décrit la vie que les personnages y rencontrent. Pourtant, même si ces conditions préliminaires communes aux deux genres sont remplies, il n’est pas possible de définir ces récits comme des récits fantastiques. Il s’agit en effet de découvrir un phénomène qui va certes à l’encontre des lois de la raison, mais l’idée même de découverte implique déjà une différence majeure. Le texte ne met plus en scène le surgissement d’un événement inadmissible subi par le sujet. Au contraire, ce dernier crée une dynamique. Dans les récits fantastiques, l’absence de causalité est nécessaire. Le personnage se voit envahi par l’inexplicable.

  • 5 Pierre Versins écrit par exemple : « L’homme et son angoisse en sont l’objet [du fantastique], al (...)
  • 6 « ‘I claim the honor’, said he, ‘to be the first to cross the unknown land – […] He had approache (...)

9Cette question du sens est fondamentale. Dans un cas, le sujet est une victime, il est le spectateur d’un événement dont le déroulement l’affecte. Dans l’autre, il est actif, ses actes entraînent des conséquences, il est à l’origine d’une progression et non figé dans la soumission. Dans Le Monde perdu, pour ne prendre qu’un exemple, les personnages partent à la découverte d’un autre monde. Ils le cherchent et une bonne partie du récit raconte cette longue route qui les mène jusqu’au plateau de Maple White. Contrairement à la structure du récit fantastique dans lequel l’événement envahit le sujet, ici, ce sont bien les explorateurs qui envahissent le monde perdu. D’autre part, il nous faut tenir compte de la question du nombre. Le fantastique met en scène une menace individuelle qui pèse sur le sujet alors que dans les récits de fiction spéculative, c’est le groupe qui représente (symboliquement) le monde5. C’est en quelque sorte la collectivité qui part à la découverte d’un ailleurs. Toujours dans Le Monde perdu, ce sont différentes classes d’âge, différents niveaux sociaux et différentes capacités physiques ou intellectuelles qui sont représentés et chacun joue un rôle en fonction de ses aptitudes6. Enfin, les récits de mondes perdus développent une organisation de l’espace particulière. Le monde contemporain donné au départ n’est pas envahi par l’ailleurs étrange et exotique décrit dans les récits fantastiques. Cet ailleurs est effectivement représenté dans le récit, mais sous la forme d’un monde autre et homogène. On entre et on sort très difficilement de l’espace bien gardé du plateau. Il est bel et bien présent, mais situé comme en parallèle du monde connu, distancié par rapport à ce dernier. Contrairement au fantastique qui se caractérise par le disparate et le fragmentaire, nous sommes ici face à une entité homogène.

  • 7 « La Ceinture empoisonnée » s’inscrit dans les mises en scène de la fin du monde qui prolifèrent (...)

10Toutefois, cette entité homogène est construite sur une tension entre science et fiction, c’est-à-dire entre des exigences rationnelles et une dimension imaginaire. La difficulté à définir les récits qui nous occupent résulte d’un équilibre parfois précaire entre ces pôles. Aussi certains récits peuvent-ils privilégier la dimension fictionnelle au détriment de l’exigence rationnelle ou bien subordonner la fiction aux données scientifiques. Par ailleurs, les dimensions fictionnelles et scientifiques peuvent également passer au second plan pour privilégier l’aspect idéologique. Avec ce dernier cas de figure, nous nous rapprochons des origines utopiques du genre où la science ne jouait aucun rôle. Trois récits permettent d’illustrer ces différentes tendances. Avec Le Monde perdu, la fiction est subordonnée à la science. En effet, le professeur Challenger est tout d’abord présenté comme un Munchausen moderne, c’est-à-dire qu’il est associé à la fiction dans ce qu’elle a de plus extravagant. Tout le texte a par la suite pour but de démontrer le bienfondé des affirmations du professeur. Ce qui était pris pour un délire fictionnel sera ainsi reconnu par le monde scientifique. « La Ceinture empoisonnée » met en revanche en scène une fiction apocalyptique 7 que la science ne peut changer. Face à la mort progressive du monde asphyxié par une vague d’éther empoisonné, les scientifiques du monde entier sont totalement impuissants :

  • 8 « Despairing messages were flashing from every quarter to the great centers of learning, to the c (...)

Des appels de détresse étaient télégraphiés des quatre coins du monde aux grands centres scientifiques, aux chimistes et aux savants connus dans le monde entier, implorant leur aide. Les astronomes étaient, eux aussi, submergés sous un déluge d’interrogations. Il n’y avait rien que l’on pût faire. Ce phénomène était universel, et dépassait ce que les hommes connaissaient ou pouvaient contrôler8.

11Enfin, « La Machine à désintégrer » place science et fiction sur un pied d’égalité et privilégie le message moral. Ce récit dénonce en effet par la fiction les dangers d’une science régie par des considérations matérialistes et financières.

12Devant la diversité des récits abordés, le terme de fiction spéculative, dont la paternité revient à Roger Bozzetto semble le plus adapté aux récits scientifiques doyliens :

  • 9 R. Bozzetto, L'Obscur objet d'un savoir, Aix en Provence, PU de Provence, 1992, p. 45.

Un récit de voyage dans l’imaginaire, mais ce récit est fondé sur la nécessité d’une consistance référentielle de type analogique appuyée sur des conjectures qui varient en fonction du savoir scientifique, sans en être prisonnier et qui prend en compte l’anticipation et s’appuie sur des extrapolations techniques. Sa visée propre est la création d’un monde du si – la variante prenant appui sur un savoir éventuel autre que les idées dominantes sur la réalité empirique9.

  • 10 Voir J. Fabre, op. cit., p. 168 et R. Bozzetto, op. cit., p. 44.

13A l’étude des auteurs de ces débuts du genre, force nous est de reconnaître l’impossibilité de faire strictement entrer un corpus dans une catégorie. L’association des deux mots « fiction spéculative » présente l’avantage de ne pas placer la science en pierre d’angle mais de la considérer comme jouant un rôle important. La fiction spéculative s’inscrit en outre dans la lignée de deux genres plus anciens auxquels elle fait des emprunts. Il s’agit des récits de voyages imaginaires et de l’utopie10. Cet héritage se retrouve dans la fiction spéculative de Doyle sous forme de différentes tendances dans les récits.

14La fiction spéculative n’est certes pas un genre révolutionnaire puisque, depuis Platon, des « mondes du si » furent imaginés par Bacon, More ou Swift. Il faut toutefois distinguer entre les récits de voyages imaginaires dont sont directement issus les récits de mondes perdus, et les utopies. Les récits de voyages imaginaires nourrissent la fiction spéculative puisqu’ils permettent de faire explorer à des personnages des zones géographiques imaginaires. Au XIXe siècle, la tradition du voyage retrouve ses lettres de noblesse du fait des diverses conquêtes et explorations effectuées par les scientifiques de l’époque. L’homme prend dans le même temps conscience du fait que ces espaces vierges vont aller s’amenuisant jusqu’à disparaître totalement de notre planète. Les récits de mondes perdus s’inscrivent dans cette soif nostalgique d’espaces non répertoriés qui permettent à l’esprit de s’évader dans l’imaginaire :

  • 11 « The big blank spaces in the map are all being filled in, and there’s no room for romance anywhe (...)

Ces grands espaces vierges sur la carte, on est en train de tous les remplir, et nulle part il ne reste de place à l’imaginaire11.

  • 12 « […] we were now approaching the door of the unknown country, and […] the fewer whom we took int (...)

15La zone que l’équipe de Challenger explore est située géographiquement en Amérique du Sud et, comme dans Treasure Island, la route à suivre est décrite par le narrateur qui jalonne son récit de cartes. Ainsi, si les possibilités de représentation que permet le récit de voyage imaginaire sont illimitées, en revanche, avec les récits de mondes perdus, un souci d’exactitude topographique fait son apparition. Les espaces les plus étranges sont mis en scène, mais les moyens de communication et de transport ont à ce point évolué que le lecteur ne peut se passer de cette référence analogique. Le narrateur décrit donc minutieusement les différentes étapes du voyage, même si cette précision s’effondre lorsqu’il déclare n’avoir donné que de fausses indications afin de préserver le plateau de Maple White des indiscrets12. Cela posé, Le Monde perdu se rattache aux récits de voyages imaginaires par l’exotisme délirant qu’il introduit. Toutefois, l’ailleurs dans lequel nous pénétrons possède une cohérence interne. Il s’agit d’un espace autre mais géographiquement délimité et circonscrit par le plateau. Ce monde est vraisemblable et expliqué scientifiquement :

  • 13 « ‘I do not think that the problem is a very obscure one,’ said the Professor ; ‘there can only b (...)

– Je ne pense pas que ce problème soit très difficile à comprendre, dit le professeur. Il ne peut y avoir qu’une explication. Comme vous le savez peut-être, l’Amérique du Sud est un continent de granit. A cet endroit précis de l’intérieur des terres a tout à coup eu lieu, à une époque fort reculée, un grand soulèvement volcanique. Ces falaises, je me permets de le faire remarquer, sont basaltiques, et par conséquent plutoniques. Une zone peut-être aussi vaste que le Sussex s’est retrouvée soulevée en bloc avec tout ce qu’elle contenait de vivant, et coupée du reste du continent par des parois verticales dont la solidité est à l’épreuve de l’érosion. Quel est le résultat ? Eh bien, les lois qui régissent ordinairement la nature n’ont plus cours13.

16L’imaginaire et le merveilleux sont présents dans les récits de mondes perdus mais jamais au point de faire oublier le monde rationnel dont viennent les explorateurs. Ce contact permanent avec le monde de la légalité quotidienne est assuré par le mode de narration et par le personnage du scientifique. Aussi Le Monde perdu est-il plus proche du récit de voyage imaginaire que Le Gouffre Maracot, récit qui, quant à lui, tend vers l’utopie.

17Écrit en 1927 et en 1928, Le Gouffre Maracot présente la particularité de refléter les désillusions de Conan Doyle. Ce récit raconte la découverte d’un monde perdu sous les mers, mais cette Atlantide n’a plus rien de commun avec le monde perdu de 1912. En effet, c’est un message idéologique que Doyle veut avant tout délivrer. De plus en plus isolé sur la fin de sa vie, l’auteur trouve ici un moyen de critiquer son époque qu’il n’avait que peu utilisé jusqu’alors : l’utopie est une anamorphose littéraire qui permet une critique politique et idéologique de la société. Que les récits de mondes perdus soient plus proches des récits de voyages imaginaires ou de l’utopie, le point qui les rapproche est sans conteste la dimension morale qu’acquièrent tous les textes de fiction spéculative de Doyle. Cet aspect moral peut toutefois occuper une place plus ou moins importante. Ainsi, « La Ceinture empoisonnée » (1913), Le Pays des brumes (1926) et Le Gouffre Maracot (1928) ont des thèmes communs sans pour autant avoir une portée allégorique comparable. Le Pays des brumes tente de démontrer le bienfondé du message spirite. L’aspect religieux et la dimension morale rapprochent plus ce texte du manifeste que du récit de fiction. Le Gouffre Maracot est une allégorie pessimiste sur la décadence du monde victorien. Le message moral sous-tend toute la fiction mais, contrairement au texte précédent, il la nourrit et, même, la sature. « La Ceinture empoisonnée », écrit avant l’annonce officielle de la conversion de l’auteur au spiritisme, met beaucoup plus l’accent sur la vulnérabilité de l’être humain – quel que soit son savoir – et sur la nécessité de ne pas subordonner la vie au matérialisme et au progrès. Si l’auteur est déjà préoccupé par une recherche spirituelle, cette dernière ne fait pas entrave à la création littéraire.

18Quelle que soit la tendance des récits de fiction spéculative de Doyle, ils établissent tous un lien avec le monde de la réalité quotidienne qui est leur cadre de départ. Ce contact avec la réalité est maintenu tout au long du récit par le mode de narration et par le personnage clé de tous ces récits, celui du scientifique.

Notes

1 Ce terme, ainsi que celui de « récit de monde perdu », est utilisé par Lauric Guillaud, L’Aventure mystérieuse, Liège, Éditions du CEFAL, 1993, pages 11 à 23.

2 Illustrant avant l’heure l’expression de Jean Fabre qui dit que, dans la fiction spéculative, « la science prend le relais de la surnature », Wells décrit ses récits de la façon suivante : « For the writer of fantastic stories to help the reader to play the game properly, he must help him in every possible uno btrusive way to domesticate the impossible hypothesis. He must trick him into the unwary concession to some plausible assumption and get on with his story while the illusion holds. And that is where there was a slight novelty in my stories when first they appeared. Hitherto, except in exploration fantasies, the fantastic element was brought in by magic. […] But by the end of the last century it had become difficult to squeeze even a momentary belief out of magic any longer. It occurred to me that instead of the usual interview with the devil or a magician, an ingenious use of scientific patter might with advantage be substituted. That was no great discovery. I simply brought the fetish stuff up to date, and made it as near actual theory as possible. As soon as the magic trick has been done the whole business of the fantasy writer is to keep everything else human and real. Touches of prosaic details are imperative and a rigorous adherence to the hypothesis. », H. G. Wells, Preface to The Scientific Romances, London, Gollancz, 1933.

3 Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, Paris, coll. Le livre de poche, (1869), 1989, p. 1.

4 « It is imperative that now at once, while these stupendous events are still clear in my mind, I should set them down with that exactness of detail which time may blur. But even as I do so, I am overwhelmed by the wonder of the fact that it should be our little group of the « Lost World » – Professor Challenger, Professor Summerlee, Lord John Roxton, and myself – who have passed through this amazing experience.
When, some years ago, I chronicled in the Daily Gazette our epoch-making journey in South America, I little thought that it should ever fall to my lot to tell an even stranger personal experience […]. I will explain the events which led up to it as shortly and as clearly as I can, though I am well aware that the fuller the detail upon such a subject the more welcome it will be to the reader, for the public curiosity has been and still is insatiable.
It was upon Friday, the twenty-seventh of August – a date forever memorable in the history of the world – […] », ACD, « La Ceinture empoisonnée », The Lost World and The Poison Belt, San Francisco, Chronicle Books, 1989, p. 181.

5 Pierre Versins écrit par exemple : « L’homme et son angoisse en sont l’objet [du fantastique], alors que l’objet de la science-fiction peut, bien entendu, être l’homme, mais est plus souvent les hommes et plus souvent encore les choses dans leurs rapports avec les hommes. », P. Versins, Encyclopédie de l’utopie et de la science-fiction, Lausanne, l’âge d’homme, 1972, Article « Fantastique et science-fiction ».

6 « ‘I claim the honor’, said he, ‘to be the first to cross the unknown land – […] He had approached the bridge when Lord John laid his hand upon his coat. ‘My dear chap’, said he, ‘I really cannot allow it’. ‘Cannot allow it, sir !’. […] ‘When it is a matter of science, don’t you know, I follow your lead because you are by way of bein’ a man of science. But it’s up to you to follow me when you come into my department’.[…] Challenger sat down upon the cut stump and groaned his impatience ; but Summerlee and I were of one mind that Lord John was our leader when such practical details were in question. », ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 83 & 84.

7 « La Ceinture empoisonnée » s’inscrit dans les mises en scène de la fin du monde qui prolifèrent à la fin du siècle précédent ainsi qu’au début du XXe siècle. L’engouement pour ce thème s’explique tout d’abord par les grandes découvertes de l’époque. La fin des civilisations antiques trouve ainsi un écho dans cette évocation de la fin de notre civilisation moderne. A cette raison, il convient d’ajouter celles qu’avance Jacques Van Herp : l’idée s’impose « que la civilisation ne progresse pas selon une courbe continue, mais selon un profil en dents de scie, avec des échecs, des avortements, des repentirs. » Par ailleurs, de nombreuses catastrophes naturelles marquent le début du XXe siècle, ce qui favorise sans doute un climat de peur pour l’avenir de la planète. Voir J. Van Herp, Panorama de la science-fiction, Verviers, Belgique, Gérard, 1973, p. 154. Dès 1826, Mary Shelley écrit The Last Man et en 1839, Poe écrit « The Conversation of Eiros and Charmion ». Parmi les plus connus, on peut ensuite citer : en 1887, « Le Cataclysme » de Rosny aîné, en 1893, La Fin du monde de Flammarion, en 1897, « The Star » de H. G. Wells et en 1910, L’Éternel Adam de Jules Verne ou « La Mort de la terre » de Rosny aîné.

8 « Despairing messages were flashing from every quarter to the great centers of learning, to the chemists and the doctors of worldwide repute, imploring their advice. The astronomers, too, were deluged with inquiries. Nothing could be done. The thing was universal and beyond our human knowledge or control », ACD, « La Ceinture empoisonnée », op. cit., p. 209.

9 R. Bozzetto, L'Obscur objet d'un savoir, Aix en Provence, PU de Provence, 1992, p. 45.

10 Voir J. Fabre, op. cit., p. 168 et R. Bozzetto, op. cit., p. 44.

11 « The big blank spaces in the map are all being filled in, and there’s no room for romance anywhere » ACD, Le Monde perdu, op. cit., p. 9. On retrouve cette soif d’espaces vierges chez Rosny aîné qui commence l’un de ses récits de la façon suivante : « Ce fut toujours ma conviction que, malgré nos armées d’explorateurs, il demeure bien des choses secrètes, bien des territoires et des êtres étonnants sur notre globe. », J. H. Rosny aîné, « Nymphée », Récits de science-fiction, Verviers, Belgique, Gérard, 1973.

12 « […] we were now approaching the door of the unknown country, and […] the fewer whom we took into our confidence the better it would be. […] It is for that reason that I am compelled to be vague in my narrative, and I would warn my readers that in any map or diagram which I may give the relation of places to each other may be correct, but the points of the compass are carefully confused, so that in no way can it be taken as an actual guide to the country. », ACD, Le Monde perdu, op. cit., pp. 58 & 59.

13 « ‘I do not think that the problem is a very obscure one,’ said the Professor ; ‘there can only be one explanation. South America is, as you may have heard, a granite continent. At this single point in the interior there has been, in some far distant age, a great, sudden volcanic upheaval. These cliffs, I may remark, are basaltic, and therefore plutonic. An area, as large perhaps as Sussex, has been lifted up en bloc with all its living content, and cut of by perpendicular precipices of a hardness which defy erosion from all the rest of the continent. What is the result ?Why, the ordinary laws of Nature are suspended’ », ibid., p. 31.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540