Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conan Doyle

 | 
Hélène Machinal

Introduction

Texte intégral

1Il est courant de ne connaître de la production littéraire de Sir Arthur Conan Doyle que les nouvelles mettant en scène Sherlock Holmes. Doyle est même un de ces rares auteurs qui créèrent un personnage devenu si familier aux lecteurs que ces derniers en ont oublié le créateur. Ce dernier a disparu parmi les ombres les plus immatérielles depuis le mois de juillet 1930, et pourtant, la créature fictionnelle parade toujours sous les feux de la rampe. Cette présence envahissante du personnage invite à la réflexion, aussi bien sur les raisons de cette omniprésence que sur l’œuvre littéraire qu’il cache de son ombre.

2Doyle commence à publier ses nouvelles policières en 1887, c’est-à-dire à l’époque où le genre n’en est encore qu’au stade de l’ébauche, à laquelle ont contribué quelques illustres prédécesseurs. Ces derniers ont posé des principes fondamentaux à partir desquels Doyle institue un mode de fonctionnement des nouvelles dont le point fixe et immuable est un personnage. Cette structure ne suffit pas à expliquer la fascination exercée par le détective. Ce dernier est indissociable de son biographe, son Boswell, le véritable artisan du mythe littéraire que Holmes est devenu.

3Si Holmes est devenu un mythe littéraire, c’est sans doute qu’il est la pierre centrale d’une structure narrative qui fonde les lois d’un genre. Il représente d’autre part une figure de compromis assurant un équilibre à une période de bouleversements idéologiques et ontologiques. L’omniprésence de la trace, celle que le détective déchiffre dans la fiction, celle que Holmes laisse, celle de l’écriture, montre que les récits policiers sont structurés selon deux forces contraires. L’une tend vers la résolution rationnelle de l’énigme proposée en clôture de récit, elle cherche à imposer la raison comme unique outil d’appréhension du monde. L’autre semble travailler le texte inconsciemment, et elle subvertit la visée exclusive de la force rationnelle en lui opposant ce qui reste, la trace, l’empreinte d’un personnage qui s’appuie sur le raisonnement scientifique, mais qui dans le même temps lui résiste et lui échappe totalement. De cette tension entre deux forces résulte ce reste d’inquiétante étrangeté qui caractérise les récits holmesiens.

4Doyle présente la particularité d’avoir écrit des œuvres qui s’inscrivent dans un genre littéraire au moment où ce dernier se crée. Non seulement il met en place une structure du récit policier dont l’héritage se fait sentir à travers tout le xxe siècle, mais il contribue en outre au récit fantastique tel qu’il se développe dans la seconde moitié du xixe siècle. De formation scientifique, et rationaliste convaincu jusqu’au début du xxe siècle, Doyle est parfaitement représentatif des interrogations philosophiques que les scientifiques et les artistes posent et se posent à cette époque. A la raison toute-puissante mise en avant par le positivisme qui entend expliquer toute chose rationnellement, le fantastique oppose la disparition de la possibilité même de rendre raison du monde. Le sentiment d’inquiétant récurrent dans les nouvelles policières trouve donc un approfondissement dans ces récits fantastiques, trop souvent oubliés, qui témoignent du cheminement philosophique d’un auteur dont l’intérêt pour la science se double d’une inquiétude croissante devant les conséquences des progrès scientifiques. Les convictions personnelles de l’auteur semblent prendre le pas sur sa production littéraire à partir de sa profession de foi publique en 1916. De 1912 à 1928, Doyle écrit pourtant des œuvres littéraires qui s’inscrivent, une dernière fois, aux origines d’un nouveau genre, à savoir la fiction spéculative. De même que le fantastique semble un approfondissement logique de l’inquiétant qui caractérise les récits policiers, les récits de fiction spéculative sont le prolongement des récits fantastiques. L’étude de cette période de la vie de Doyle est parfois indissociable de sa production littéraire, tant certains textes sont marqués par son adhésion au spiritisme.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540