Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Virginia Woolf. Le pur et l'impur

 | 
Christine Reynier
, 
Catherine Bernard

5e partie. Table ronde : traduire Woolf

Une étude des différentes traductions de The Waves

Charlotte Bosseaux

Texte intégral

  • 1 Marguerite Yourcenar, Les Vagua (1937), Paris, Stock, 1974.
  • 2 Cécile Wajsbrot, Les Vagues, Paris, Calmann-Lévy, 1993.

1Cette étude se concentre sur les deux traductions françaises des Vagues de Virginia Woolf celle de Marguerite Yourcenar1 et celle de Cécile Wajsbrot2 (1993). Elle vise à identifier la présence des traductrices. Nous nous intéresserons tout d’abord aux concepts de naturalisation et d’exotisation présentés par Kitty M. van Leuven-Zwart, aux études de corpus, et aux logiciels utilisés pour étudier les textes : Wordsmith et Multiconcord. Nous examinerons ensuite quelques exemples illustrant les concepts de naturalisation et d’exotisation dans ces deux traductions françaises.

Méthodologie

Les concepts d’exotisation et de naturalisation de Kitty M. van Leuven-Zwart

  • 3 Kitty M. van Leuven-Zwart, « Translation and Original : Similarities and Dissimilarities II », Tar (...)

2Les concepts de naturalisation et d’exotisation décrivent les modulations stylistiques réalisées sur les éléments culturels du texte. On parle d’exotisation quand ces éléments évoquent une culture étrangère et de naturalisation quand ils évoquent une culture nationale. Dans un cas d’exotisation, la visée serait la suivante : « [to present] those aspects that the narrator considers typical aspects of the foreign fictional world ; his eyes arc the eyes of a connoisseur who wants to introduce the reader to an unknown world3  ». Dans le cas de la naturalisation, elle serait plutôt définie dans ces termes : « [to] minimise the distance between the foreign fictional world and the reader ; the fictional world presented to the reader resembles his own » (ibid.).

Les études de corpus

3En linguistique de corpus, un corpus représente un ensemble de textes sous forme électronique, et ainsi utilisables par traitement automatique ou semi-automatique. Les techniques et les outils proposés par la linguistique de corpus sont intéressants pour les recherches en traductologie car ils sont faciles à utiliser et permettent d’analyser un grand nombre de données. De plus, les études automatiques sont rapides et fiables, ce qui permet au chercheur de se concentrer sur d’autres tâches.

Types de corpus

  • 4 Mona Baker, « Corpora in Translation Studies. An Overview and Suggestions for Future Research », T (...)

4Baker propose trois types de corpus4. Premièrement, le « corpus parallèle » (« parallel corpus ») composé d’originaux (les textes sources de langue A) et de leur traduction en langue B. Deuxièmement, le « corpus plurilingue » (« multilingual corpus ») qui désigne au moins deux collections de corpus monolingues dans des langues différentes qui sont assemblés dans un domaine de réflexion comparable sur la base de critères similaires. Enfin, le « corpus comparable » (« comparable corpus ») composé de deux collections séparées de textes dans une même langue dans des domaines apparentés : une des collections se composant de textes originaux et l’autre de traductions.

Les logiciels

5Le premier logiciel, Wordsmith Tools, est une suite de programmes intégrés qui facilite l’analyse des mots du texte et de leur comportement. Il a été développé par Mike Scott à l’Université de Liverpool et se compose de trois outils :

6Wordlist permet à l’utilisateur de visionner des listes de mots par ordre alphabétique ou par fréquence.

7Concord, un programme de concordance qui permet à l’utilisateur de spécifier une recherche de mots dans les textes sélectionnés.

Exemple : la concordance du mot « wave »

8KeyWords localise, identifie et présente les mots clés du texte en fonction de leur signification dans un contexte particulier.

9Le deuxième logiciel, Multiconcord, est un programme plurilingue d’alignement développé par David Woolls et un groupe d’universités européennes pour le programme Lingua. Multiconcord permet à l’utilisateur de sélectionner une paire de langues (langues de départ et d’arrivée), et d’entrer des mots ou des phrases à rechercher dans cette sélection de langues. Il donne ensuite une liste des mots de départ trouvés – les « hits » – et permet de voir la ou les phrases entières de la langue de départ en parallèle avec les phrases de la langue d’arrivée que le logiciel d’alignement a considérées comme équivalentes.

Les techniques de recherche de corpus

10Le rapport type/occurrence (« type/token ratio ») mesure la variété du vocabulaire utilisé dans un texte ou dans un corpus : plus le rapport est élevé, plus le vocabulaire utilisé est varié, plus le rapport est faible, moins un texte utilise de mots différents.

11La longueur moyenne de la phrase (« Mean or Average Sentence Length ») est une mesure de la longueur moyenne des phrases du texte.

12Le corpus qui suit est un corpus parallèle composé de l’original anglais de The Waves et de ses deux traductions françaises, celle de Yourcenar (1937) et celle de Wajsbrot (1993). J’ai étudié la présence discursive des traductrices ainsi que leur style en utilisant les techniques et les outils de la linguistique de corpus expliqués ci-dessus ; Wordsmith, Multiconcord, le rapport types/occurrence et la longueur moyenne de la phrase. La deuxième partie de cet article est consacrée aux exemples de naturalisation et d’exotisation dans les deux traductions françaises de The Waves.

2 Exemples de naturalisation et d’exotisation dans les traductions de The Waves

13Revenons tout d’abord au rapport types/occurrence et à la longueur moyenne de la phrase pour notre corpus :

14Lorsque nous appliquons ce critère d’analyse, le texte de Wajsbrot (15.88) et celui de Yourcenar (13.34) se révèlent plus diversifiés lexicalement que celui de Woolf (10.97). Les phrases de Yourcenar (16.37) sont en moyenne plus longues que celle de Woolf (15.16) et celles de Wajsbrot (13.90) sont plus courtes. On peut donc constater une différence entre l’original et les traductions. Les textes de traduction ne sont pas des copies strictement fidèles à leurs originaux, un agent entre en action. Nous allons maintenant voir ce que Yourcenar et Wajsbrot ont apporté au texte de Woolf.

15Dans les exemples suivants le premier passage est extrait de l’original, le deuxième de la traduction par Yourcenar et le troisième par Wajsbrot. J’ai choisi le signifiant crumpets car il est propre au vocabulaire culinaire anglais :

C:\MULTIC-1\woolf.en P 156 S2 <s>I become, with you, an untidy, an impulsive human being whose bandanna handkerchief is for ever stained with the grease of crumpets.
C:\MULTIC-1\yource~2\woolf.fr P 156 <s>Devant vous, je deviens un être humain, impulsif, mal soigné, dont le mouchoir à pois est sans cesse taché par la graisse des rôties.
C:\MULTIC-1\wajsbr~1\Woolt.fr P 156 <s>Avec toi, je deviens brouillon, impulsif, quelqu’un dont le mouchoir en couleurs est toujours taché du gras des crumpets.

16Il n’existe pas de terme français pour désigner le mot « crumpet » et un dictionnaire bilingue propose « petite crêpe épaisse ». La traduction de ce terme est donc problématique et ce premier exemple illustre deux stratégies différentes : d’une part, celle de Yourcenar qui utilise le mot « rôties » et ce choix met alors en évidence sa stratégie de naturalisation ou de normalisation. D’autre part, celle de Wajsbrot qui laisse « crumpet » et conserve ainsi le caractère étranger, l’exotisme du texte.

Regardons maintenant la traduction du mot « cottage » :

C:\MULTIC-1\woolf.en P428 S12 <s>A girl sits at a cottage door ; she is waiting ; for whom ?
C:\MULTIC-1\yource-2\Woolt.fr P 428 <s>Une jeune fille est assise sur le seuil d’une cabane.
C:\MULTIC-1\wajsbr-1\woolf.fr P 428 <s>Une fille est assise à la porte d’un cottage ; elle attend ; qui ?
C:\MULTIC-1\Woolf.en P 407 S1 <p><s>Yet that tree has bristling branches ; that is the hard line of a cottage roof.
C:\MULTIC~1\yource-2Woolf.fr P 407 <p><s>Pourtant, les branches de cet arbre sont dures et cassantes, le toit de cette chaumière tait une ligne nette sur le ciel.
C:\MULTIC-1\wajsbr-1\woolf.fr P 407 <p><s>Pourtant, l’arbre a des branches hérissées ; la ligne du toit est nette.

C:\MULTIC-1\woolf.en P 482 S5 <s>Sometimes indeed, when I pass a cottage with a light in the window where a child has been born, I could implore them not to squeeze the sponge over that new body.
C:\MULTIC-1\yource-2\woolf.fr P 482 <s>Parfois, lorsque je passe devant la fenêtre éclairée d’une maisonnette ou un enfant vient de naître, je pourrais supplier ces gens-là de ne pas presser l’éponge sur ce corps tout neuf.
C:\MULTIC~1\Wajsbr-1\woolf.fr… P482 <s>Quelquefois, quand je passe devant un cottage dont la fenêtre s’éclaire, parce qu’un enfant est né, je les supplierais presque de ne pas presser d’éponge sur ce corps neuf.

17Le mot « cottage » s’utilise en France depuis 1754 pour parler d’une « petite maison de campagne élégante, de style rustique ». Pour Yourcenar « cottage » devient « cabane », « chaumière » et « maisonnette ». Cela montre encore une fois sa tendance à gommer le caractère étranger du texte. Wajsbrot, elle garde le terme et avec lui l’exotisme du texte.

La traduction du prénom Susan est aussi intéressante

18« Susan » devient « Suzanne », épelé à la française, pour Yourcenar. Cet exemple est une preuve indéniable de naturalisation ou localisation.

19Cette courte étude montre la pertinence des études de corpus qui permettent d’aligner les textes très rapidement grâce à des outils faciles à utiliser et d’établir des preuves statistiques des différences entre les originaux et les traductions.

20Cette étude nous a aussi permis d’identifier le type de monde que le traducteur a décidé de recréer dans sa traduction : le monde que Marguerite Yourcenar décrit est proche de la culture française alors que celui de Cécile Wajsbrot est plus exotique, plus orienté vers la culture d’origine. Ces deux stratégies nous donnent aussi des explications sur la relation du traducteur et du lecteur virtuel de ces traductions. Ainsi, Yourcenar veut rapprocher le texte des lecteurs français alors que Wajsbrot veut présenter au lecteur un autre monde et une culture différente.

Notes

1 Marguerite Yourcenar, Les Vagua (1937), Paris, Stock, 1974.

2 Cécile Wajsbrot, Les Vagues, Paris, Calmann-Lévy, 1993.

3 Kitty M. van Leuven-Zwart, « Translation and Original : Similarities and Dissimilarities II », Target, 1990, n° 2 (1), p. 75-76

4 Mona Baker, « Corpora in Translation Studies. An Overview and Suggestions for Future Research », Target, 1995, n° 7 (2).

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable